Tiens, je suis tombé sur l’appel de 200 intellectuels dans le Monde !

Tiens, je suis tombé sur l’appel de 200 intellectuels dans le Monde. Cet texte déjà paru dans une version plus longue était déjà paru dans Diacritik.
Là c’est un appel, appuyé par des noms, et pas des moindres ! Alors que là où un texte d’un individu, qui au départ ne visait qu’une prise de position, un coup de gueule, avec ses maladresses et son charmes, nous avons là un appel qui laisse un goût amer.
Je suis bien évidemment convaincu de la nécessité d’agir, de réagir, de prendre conscience, sinon je ne m’exprimerais pas ainsi, mais pas comme cela !
Pas avec un appel à une politique autoritaire et descendante qui se met dans la situation traditionnelle, « on sait ce qui est bien pour vous » !
Pas avec un appel, qui sous couvert de bonne tenue des signatures, prône une déresponsabilisation de l’action en général, et de l’action politique en particulier !
Pas avec un appel qui affirme que la politique c’est l’affaire d’autres, que nous signataires nous savons, nous tirons la sonnette d’alarme, mais bon la politique ce n’est pas notre affaire !
Mais oui, c’est votre affaire ! La politique c’est nous, c’est vous, c’est cela une démocratie, c’est un commun.
Pour les grecs (koinôn – mettre en commun), « vivre ensemble » ce n’est pas, comme dans le cas du bétail, « paître au même endroit », ce n’est pas non plus tout mettre en commun, c’est « mettre en commun des paroles et des pensées », c’est produire, par la délibération et la législation, des moeurs semblables et des règles de vie s’appliquant à tous ceux qui poursuivent une même fin. L’institution du commun (koinôn) est l’effet d’ « une mise en commun » qui suppose toujours une réciprocité entre ceux qui prennent part à une activité ou partage un mode d’existence. Un tel appel rappelle le troupeau à l’ordre pour qu’il paisse au bon endroit comme il le faut, parce qu’il n’est pas capable de « mettre en commun des pensées » !
Donc tout cela pour dire qu’un tel appel ne fait plaisir qu’à ceux qui l’ont écrit, signé et qui, du coup, apparaissent dans le journal, relayés sur les réseaux sociaux, et qui ainsi ont fait leur acte de bonne conscience, « on a fait quelque chose ! »
Et donc, pour conclure, la planète et ce qui arrive est vital, j’en suis convaincu ! Si vous avez bien lu tous les textes que les uns et les autres citent, vous devez savoir que le changement viendra de l’action de tous, par l’éducation, la démonstration, par le récit à construire et que l’action politique c’est notre affaire ! Votons, présentons des candidats, investissons les partis, créons des partis, proposons d’autres modèles, il existe plein de sources, de travaux, de recherche inspirants ! 

Que chacun des signataires 200, face acte de pédagogie, de militantisme !
Qu’ils s’adressent chacun à 2 personnes qui s’adresseront elles-mêmes à deux personnes par exemple ?
Que chacun des signataires réinventent les récits du monde à venir en allant dans les associations, dans les classes, chez des voisins !
Que chacun des signataires s’appliquent à lui-même les principes de décroissance, de raison, en rejetant le système capitaliste qui fait de l’avenir de la planète celui qui s’annonce ! 

Lutter c’est en paraphrasant John Holloway  « […] refuser de fabriquer [ce qui nous amène dans le mur]. Présenter l’action comme la destruction du capitalisme et de ses conséquences, ou en se remettant aux politiques, c’est partir perdant, c’est ériger un grand monstre en face de nous, si terrifiant que, soit nous renonçons par désespoir, soit nous en concluons que notre seule façon de tuer le monstre est de construire un grand parti avec des dirigeants héroïques qui se sacrifient (et tous ceux autour d’eux) au nom de la révolution. Nous partons à nouveau perdants, cette fois en élaborant une grande fable d’héroïsme, de direction, de sacrifice, d’autorité et de patience, une fable peuplée de saints – Lénine, Trotski, Rosa, Mao, le Che, Marcos ou qui vous voudrez – qui reproduit ce que nous voulons détruire. Agir ainsi c’est reporter dans le futur, la confier à d’autres et se laver les mains. La question n’est pas dans le futur. Elle se pose ici et maintenant : comment cessons-nous de produire le système par lequel nous détruisons l’humanité ? »

Alors « […] Lançons une pierre sur la couche de glace qui recouvre le lac des possibilités. La pierre provoque un trou dans la glace mais la glace est épaisse, la journée est froide et, bientôt, le trou disparaît. Nous gardons avec enthousiasme en mémoire quelque chose de beau, nous avons entrevu un antre futur possible. Nous jetons une nouvelle pierre et, cette fois, nous ne provoquons pas seulement un trou, mais des brèches qui jaillissent dans différentes directions, certaines se connectant avec d’autres brèches qui se sont propagées à partir du trou provoqué par la pierre lancée par quelqu’un d’autre. Si la glace doit être brisée complètement, alors cela se peut se produire que d’une seule façon : par toutes sortes de gens lançant des pierres et par le jaillissement de brèches qui parfois se connectent. »

Donc chèr.es intellectuel.les, ou célébrités (comme vous voulez), la planète, l’humanité, le monde demandent que NOUS cessions de « paître au même endroit » en attendant que le boucher vienne nous chercher, que NOUS « mettions en commun des paroles et des pensées », que NOUS produisions de la délibération, de la législation, que NOUS  prenions part à l’action, que NOUS agissions pour empêcher que les conditions qui nous amenés là ne soient plus jamais réunies !