Nowakowskismes 5.3. Et si… la métropole de l’imagination citoyenne

313 POUR, 158 CONTRE. 
Le 6 octobre, l’assemblée nationale a adopté le projet de loi de dérogation sur les néonicotinoïdes, malgré leur interdicition d’utilisation en France depuis le 1er juillet dernier. 
Les néonicotinoïdes  (C8H10ClN5O3S )sont une classe d’insecticides qui agit en bloquant le système nerveux central des insectes conduisant à une paralysie puis à la mort de l’insecte mais aussi d’autres invertébrés tels que les arthropodes phytophages ou les pollinisateurs. Ces substances sont utilisées principalement en agriculture pour la « protection » des plantes – en bonne novlangue ce sont des produits phytosanitaires – et, par les particuliers ou les entreprises pour lutter contre les insectes déclarés nuisibles à la santé humaine et animale – les produits biocides. 
Dans les années 1980, des géants mondiaux de l’agrochimie bien connus comme Bayer qui a racheté Monsato et BASF mettent au point des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques plus efficaces en raison de leur traitement systémique et leur meilleure stabilité moléculaire que la nicotine. En effet, depuis le XVIIème siècle, c’était la nicotine qui était utilisée. La nicotine est un puissant poison. L’usage de la nicotine comme insecticide se développe d’ailleurs dans l’entre-deux-guerres où l’industrie agrochimique va produire des insecticides à partir de déchets en poudre venant de la fabrication des cigarettes (avis aux fumeurs et aux fumeuses !). 
Donc, le premier néonicotinoïde, l’imidaclopride, a été découvert en 1985 par un certain Shinzo Kagabu employé chez Bayer CropScience Japon et est mis sur le marché en 1991.
Puis, comme d’habitude, tout va très vite. Cette classe de biocide connaît un développement très rapide dans les années 1990, remplaçant la nicotine dont la production atteignait plus de 2 500 tonnes après la Seconde Guerre mondiale. Il n’existe pas d’autres exemples de pesticide ayant connu un tel succès et une telle croissance d’utilisation dans le monde entier en si peu de temps.
Le constat est celui que tout le monde connaît, et plus de 20 ans de recherches sur le sujet le montrent. Leur faible biodégradabilité, leur effet toxique persistant et leur diffusion dans la nature (migration dans le sol et les nappes phréatiques) commencent, au bout de vingt ans, à poser d’importants problèmes d’atteinte à des espèces vivantes qui n’étaient pas ciblées : les insectes comme les abeilles et les papillons, … et aussi les  prédateurs d’insectes comme les oiseaux, les souris, les taupes, les mulots, les chauve-souris, … et encore les agents fertilisants des sols comme les vers de terre ! Petit rappel, un tiers des insecticides vendus dans le monde sont des néonicotinoïdes.
En résumé, les néonicotinoïdes ont une très haute toxicité. C’est donc parfait pour certains agriculteurs car, avec très peu, on tue tous les ravageurs. C’est un désastre pour la biodiversité parce que les néonicotinoïdes ne sont pas sélectifs et en, « protégeant la plante, du semis jusqu’à la récolte », les molécules vont persister dans l’environnement, vont se diluer dans l’eau, affecter les milieux aquatiques, et résultat, aujourd’hui, on en trouve partout ! Même dans des zones non traitées 
Enfin, les travaux des chercheurs ont démontré que toutes les hypothèses qui avaient été utilisées par les industriels pour obtenir l’homologation — c’est-à-dire que les sols et les eaux de surface ne seraient pas contaminés, que les abeilles ne seraient jamais exposées, que les autres insectes n’y seraient pas sensibles et encore moins les mammifères et les humains —, toutes ces hypothèses se sont avérées infondées. 
Le 6 octobre 2020, 313 POUR – 158 CONTRE ! 

 

Bonsoir à tous et à toutes dans un présent dans lequel des études ont montré que si les  biches et leurs daims boivent de l’eau contaminée aux néonicotinoïdes — à des teneurs que l’on retrouve dans la nature —, ils auront des problèmes biologiques graves qui menaceront leur vie. 
Bienvenue dans un monde où des études réalisées au Japon ont montré qu’on trouve des néonicotinoïdes dans le pipi des nouveaux-nés. Cela veut donc dire que le fœtus a été exposé pendant la grossesse et comme les néonicotinoïdes ont des effets sur le développement du cerveau et le système nerveux central, il y a de quoi être inquiet. Contrairement à ce qui a été dit, les néonicotinoïdes passent dans le cerveau, mais en plus, ils passent la barrière placentaire. 

Ce soir, les Nowakowskismes vont s’inspirer de Nail Gaiman qui écrit ceci dans son livre Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la culture et de l’imagination. « Nous tous – adultes et enfants, écrivains et lecteurs – , nous avons l’obligation de rêver. Une obligation d’imaginer. Il est facile de se conduire comme si personne ne pouvait rien changer, comme si nous étions dans un monde où la société est énorme et l’individu moins que rien ; un atome dans un mur, un grain de riz dans un champ. Mais la vérité, c’est que les individus changent sans cesse leur monde, les individus fabriquent l’avenir, et ils le font en imaginant que les choses peuvent être différentes ». 
Ce soir, essayons de rêver un monde dans lequel les choses pourraient être différentes. Essayons de donner corps à quelques rêves qui pourront inspirer notre futur proche… Alors ? Prêts ? Fermez les yeux, et laissez vous porter par les mots !  

Vous vous réveillez, le silence vous entoure, à l’extérieur le calme, l’air est empli d’un doux parfum. Vous vous réveillez dans votre appartement situé dans un petit immeuble de trois étages dont les murs sont en paille. Là, dans cet espace d’urbanisation durable, l’immeuble a été conçu pour que le chauffage ne coûte presque rien, l’électricité nécessaire est fourni par des panneaux solaires installés sur le toit. Au sous-sol, on y a implanté les unités de compostage des toilettes de tous les appartements. 
Il est vraiment l’heure de vous lever. Petit déjeuner pris, vous vous rendez à votre travail. Aujourd’hui, vous ne travaillerez qu’une demi-journée de votre semaine de trois jours. Ce système adopté par une majorité de pays associé au revenu universel de base permet déjà de réduire le niveau de stress de la population active. Dans la semaine, vous consacrez ainsi plus de temps à contribuer à des projets communautaires et surtout, à profiter de la vie. 
Le chemin que vous empruntez serpente parmi les jardins partagés où sont cultivés des végétaux comestibles. Les rues, que l’absence de circulation automobile a rendues calmes, sont bordées d’arbres fruitiers et qui, selon la saison, se couvrent de fleurs parfumées, ou ploient sous les fruits que vous pouvez cueillir. Vous arrivez alors à « JardiBus », un concept d’abri-bus entouré d’un jardin et il vous suffit de tendre la main ou vous baisser pour cueillir un en-cas bien juteux. 
Le bus à hydrogène traverse lentement le quartier. Au loin, vous distinguez les ruines des blocs de béton de ce qui fut appelé Nancy Grand coeur, un éco-quartier disaient-ils ! Vous passez devant l’école elle aussi entourée de potagers plantés et entretenus par les élèves. D’ailleurs, la cantine s’y approvisionne. Là, le ministère de l’éducation a décidé d’éliminer toute forme d’examens afin de donner aux élèves davantage de temps libre. Ils peuvent alors se consacrer aux jeux ou à l’acquisition, à leur rythme, auprès des autres membres de la communauté, de compétences qui leur permettront de vivre leur vie comme ils l’entendent. Ainsi dès leurs premières années, on enseigne aux enfants la coopération, en plus des mathématiques, les humanités numériques en plus de la grammaire et de l’histoire, l’art de communiquer au mieux avec les autres, exprimer leurs besoins et résoudre des conflits au lieu de la compétition et de la contrainte. 
Puis, vous passerez devant l’un des anciens hypermarchés qui, nombreux, ont mis la clé sous la porte. L’essor de la production alimentaire de quartier et la transition vers les circuits courts et raisonnés ont mené progressivement à la désertion des supermarchés et l’effondrement du modèle alimentaire industriel. Le bâtiment aujourd’hui réhabilité sert de local pour une multitude de petites entreprises, d’associations et accueille un centre de formation associé aux écoles à proximité. On y trouve un espace de réparation des objets électroniques, un hacker space, un moulin où sont transformées les céréales cultivées dans les environs et une scierie. Des potagers ont remplacé les immenses parkings et alimentent les marchés de toute la métropole. 
Vous faites alors une petite halte à la gare afin d’acheter les billets pour vos prochaines vacances en Europe. Ça fait maintenant de nombreuses années que vous avez cessé de voyager en avion et en voiture. Depuis maintenant presque 10 ans, les compagnies ferroviaires et les gestionnaires des infrastructures ont été nationalisés. Ceci a fait qu’on ne trouve plus dans les gares tous les mêmes cafés et toutes les mêmes grandes chaines de magasins. Chacune d’elle est maintenant devenue une vitrine de l’économie locale, avec ses propres capacités d’innover et de se diversifier. Là, à Nancy, vous pouvez y trouver un grand nombre de commerces locaux. Elle est également devenue un lieu où s’exprime la diversité culturelle de la métropole. Vous y retrouverez des copains qui boivent un verre à la micro-brasserie implantée là à proximité des rails facilitant ainsi l’acheminement de sa production dans toute la région. 
Vous continuez votre chemin et vous arrivez sur votre lieu de travail. Certains de vos collègues sont absents aujourd’hui. Récemment, un dispositif a été déployé pour permettre à 10% des employés de n’importe quelle entreprise de proposer, s’ils le souhaitent, leurs compétences, que ce soit en matière d’administration et d’encadrement, de gestions de projets ou de formation, à des organisations qui, chacune à leur manière, viennent en aide aux habitants et améliorent la résilience de la communauté dans son ensemble. Là, tout est fait pour avoir un usage mesuré et intelligent des moyens informatiques en réseau. D’ailleurs, après le démantèlement des grandes entreprises du numérique, le réseau a été réorganisé pour que les ressources soient relocalisées et adaptées aux besoins. Tout est maintenant mis en place pour favoriser le partage des outils, des compétences et des ressources, le tout organisé par des systèmes implantant des intelligences artificielles accompagnantes, adaptables et bienveillantes. 
Les projets en cours étant calés, chaque collègue impliqué et conscient de son rôle dans une organisation promouvant la responsabilité de chacun, vous quittez votre bureau et vous décidez de rentrer à pieds. Vous flânez dans les rues dont certaines façades sont ornées de superbes fresques murales colorées, renouvelées régulièrement résultat de collaborations entre les collectifs d’habitants et des associations d’artistes urbains. De nombreux enfants jouent dehors puisqu’il y a beaucoup moins de voitures dans la ville. Les résidents ont également pris l’habitude d’interdire la circulation dans leur rue sur certaines créneaux horaires, ce qui fait que les enfants peuvent sortir sans danger. D’ailleurs, tous les voisins gardent toujours un oeil attentif et bienveillant les uns sur les autres ce qui a été possible grâce à la réduction du temps de travail, qui permet aux adultes de passer plus de temps chez eux plutôt que dans les embouteillages ou des locaux professionnels mal adaptés. 
Arrivé chez vous, après un diner préparé avec des produits issus de l’agriculture du quartier, vous vous rendez à une réunion de l’assemblée de quartier. Depuis quelques années, c’est un collectif d’habitants qui a été élu à la mairie de Nancy. Celui-ci a permis l’installation d’un modèle de gouvernance de la ville qui crée les conditions de l’accompagnement de l’émergence d’initiatives à l’échelle des quartiers. 
Une « Métropole de l’imagination citoyenne » a été créée afin de nourrir l’imagination des communautés locales et ainsi favoriser la réalisation des projets. La réunion de ce soir rassemble une bonne centaine de personnes pour discuter de l’avenir de l’énergie dans le quartier. Depuis plusieurs années, l’essentiel de l’électricité est produit localement avec une mise en commun des productions afin de garantir à tous son accès en fonction de ses besoins. 
Sur le chemin du retour, vous vous arrêtez pour discuter avec certains de vos voisins qui prennent l’air dans la rue. Vous entendez une chouette hululer, et des envolées de chauve-souris strient le ciel de l’encre de leurs ailes. Depuis que nous avons donné au quartier de Mon désert le statut de parc local urbain, et tous les quartiers ont fait de même, la biodiversité n’a pas cessé de se développer. Nous avons rétabli les couloirs empruntés par la faune sauvage et multiplié les espaces verts non entretenus. Les insectes sont de retour, des papillons multicolores s’éparpillent dans les airs, de nouveaux sons, de nouveaux chants d’oiseaux rythment délicatement le silence de la nuit étoilée qui vient. Depuis quelques années, vous pouvez à nouveau voir clairement la Voie lactée qui traverse le ciel nocturne. 
Vos pas vous ramènent chez vous, et vous vous endormez bercé par le silence…. 
Et… vous vous réveillez en sursaut, un bourdonnement incessant vient du dehors. Vous ouvrez vos volets, et face à vous la barre des cubes de béton de Nancy Grand Coeur vous rappelle à la réalité, la rue au bas de votre immeuble est déjà saturée de véhicules qui se précipitent au détriment de toute raison dès que le feu passe au vert. Le bruit, une fois les volets ouverts, est permanent, presqu’assourdissant, l’air est saturé des gaz nauséabonds évacués par ces milliers de voitures, camionnettes et camions… et aussi loin que porte votre regard, aucun espace vert, rien que du gris, et du béton… nous sommes en 2020, on a parlé d’un monde d’après, qui n’est finalement que celui d’avant mais peut-être en pire ! En fait, avec Rutger Bregmann, on peut affirmer que « l’incapacité d’imaginer un monde où les choses seraient différentes n’indique qu’un défaut d’imagination, pas l’impossibilité du changement ».  Alors n’oublions pas que « si nous attendons le bon vouloir des gouvernements, il sera trop tard. Si nous agissons en qualité d’individu, ça sera trop peu. Mais si nous agissons en tant que communautés, il se pourrait que ce soit juste assez, juste à temps ».
Pour finir, ce sera avec quelques vers d’un poème de Raymond Carver, nouvelliste et poète américain mort en 1988, qui s’intitule En 2020. 

« Oui les amis, je vous aime c’est vrai.
Et j’espère avoir assez de chance, avoir l’honneur,
De vivre pour témoigner.
Croyez-moi, je dirai seulement les plus
Belles choses sur vous et nos vies ici !
Pour celui qui survit il faut qu’il y ait encore 
À espérer. En vieillissant,
En perdant toute chose, et tout le monde ». 

Sources et références 
Néonicotinoïdes : « Les preuves scientifiques de la catastrophe n’ont cessé de s’accumuler ». https://reporterre.net/Neonicotinoides-Les-preuves-scientifiques-de-la-catastrophe-n-ont-cesse-de-s-accumuler
https://fr.wikipedia.org/wiki/Néonicotinoïde
Et si l’imagination permettait de créer le futur que nous voulons ? https://usbeketrica.com/fr/article/et-si-l-imagination-permettait-de-creer-le-futur-que-nous-voulons 
Neil Gaiman. Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture et de l’imagination. Au diable Vauvert, 2014
Rob Hopkins. ET SI… on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? Domaine du possible. Actes Sud. 2020 
America n°15. Money, money, money. Enquêtes et reportages au pays du Roi Dollar. 
Rutger Bregman, Utopies réalistes. Seuil, 2017

Nowakowskismes 5.2 “Demain est-il ailleurs ?”

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

La question « Demain est-il ailleurs ? » va nous guider. Déjà, dans les mots d’introduction à ces Nowakowskismes, dans ce présent dans lequel nous nous battons pour que la Terre ne devienne pas inhabitable. Mais ce soir, c’est aussi un livre intitulé « Demain est-il ailleurs ? Odyssée urbaine autour de la transition numérique » écrit par Bruno Cohen et Moi-même, Samuel Nowakowski.  Que se cache-t-il derrière cette odyssée ? Cet ailleurs qui s’ouvre vers un demain ? Voici quelques mots qui vous permettront d’en savoir plus sur ce qui nous a menés à nous atteler à cette quête de plus de 2 ans et demi à la recherche de la transition numérique et qui a donné ce livre intitulé « Demain est-il ailleurs ? Odyssée urbaine autour de la transition numérique ».   

Parler de transition c’est parler par exemple du passage d’un temps à l’autre, ou d’un paysage à l’autre, mais aussi de transition d’un état à un autre, de régime transitoire aussi, ou encore nommer les conséquences d’une révolution. 
Parler de transition c’est tenter d’exprimer la transformation des échelles de valeurs mais aussi la matérialisation de changements dans les pratiques socio-culturelles ou économiques. Parler transition permet d’évoquer les fluctuations à venir, l’attente ou, pourquoi pas, l’espérance d’un monde meilleur. C’est aussi marquer une liaison, un intermède, une intermédiation, un à-venir. 
Or, aujourd’hui, la transition est servie à toutes les sauces et plus particulièrement pour celles qui sont numériques ou écologiques. Impossible d’y échapper parce qu’elle devient évidence.
Alors cette question bizarre en apparence, « Demain est-il ailleurs ? » que nous posons pour aborder la transition, s’est imposée pour comprendre cette généalogie qui remonte jusqu’aux pionniers des mondes numériques qui eux étaient en quête d’un ailleurs. 
Nous savons que la culture d’internet s’est élaborée au coeur des communautés hippies et leur étonnante transhumance vers les terres numériques. Fred Turner dans « Aux sources des utopies numériques » raconte comment les mondes numériques sont devenus le lieu de la mise en œuvre d’un autre modèle de société. En marquant la coupure entre le réel et le virtuel, entre le matériel et l’immatériel, entre le fait d’être en marge ou dans un ailleurs, les pionniers de l’internet, qui avaient déjà installé leurs campements loin des villes pour s’exiler du monde, ont délibérément privilégié l’accomplissement des individus sur leurs positions sociales. Derrière un écran d’ordinateur, au cœur d’un réseau encore vierge, une nouvelle forme d’égalité pourrait ainsi — du moins le croyaient-ils — se réaliser sans être tributaire de la domination des plus riches et de la hiérarchie, laquelle n’a cependant jamais cessé d’exister, même au sein des expériences de vie communautaire.
Cet « ailleurs » devenu une nouvelle occurrence du mythe de la nouvelle frontière à franchir, s’appuiera sur l’architecture d’un réseau distribué infusé dans les vertus méritocratiques issues du milieu universitaire, et parfumé par les principes d’ouverture et de coopération déposés par les hackers et préfigurant l’arrivée de l’ordinateur individuel. La structure et les protocoles donnant corps à cet ailleurs seront codés en intégrant les principes de décentralisation, de réciprocité et d’auto-organisation. En ligne, ou encore dans cet ailleurs, « le code est la loi » écrivait Lawrence Lessig.
Alors ? Demain est-il ailleurs ? Pour y répondre, cet ouvrage rassemble les rencontres avec celles et ceux qui vivent aujourd’hui cette transformation radicale. Ces personnes aborderont les notions de temps, parleront du déséquilibre, de leurs incertitudes et du mal être mais aussi de leurs émerveillements, et questionneront des thèmes centraux de notre société que sont la surveillance, le contrôle, le développement d’un capitalisme numérique prédateur. Elles parleront aussi de cet ailleurs des pionniers qui s’est matérialisé dans nos sociétés en réseau traversées par les nécessaires réflexions à mener sur l’éthique, l’écologie, l’apprentissage, la transmission et le rapport au savoir. 
Arpentant l’univers de la ville (de Nancy ?) à la recherche de la transition, nous découvrons petit-à-petit qu’elle s’incarne sous différentes formes chez les uns ou les autres, dans l’espace public et privé, et dans tous les milieux au sein desquels nous évoluons — naturels, sociaux, politiques, éducatifs, technologiques, … 
Fugace parfois, imperceptible mais finalement visible, la transition pourrait être ce qui donne cette subtile conscience qui émerge en nous de la confrontation de ces milieux différents. Chercher à cerner la transition c’est se saisir de l’interdépendance, des connexions, de la complexité et de la beauté du monde dans toutes ses dimensions.
Approcher la transition c’est donc s’intéresser aux liaisons évidentes ou non, aux interactions qui unissent sans supprimer en aucune manière la spécificité d’un milieu et de ses propres mécanismes autorégulateurs. En paraphrasant une phrase issue du livre des Lieux infinis, « la transition se situe ailleurs bien que chaque lieu soit devenu inséparable du monde [et de ses multiples processus déstabilisateurs venus de la révolution numérique] ». S’approcher de la transition, c’est ainsi ouvrir les portes de la perception et prendre conscience de l’absence de perspectives nouvelles, donnant le sentiment que l’avenir est bouché, optimisé, calculé, stocké dans les serveurs des géants du numérique. Notre cheminement nous mène à en dévoiler l’essence, la transition comme émancipation. 
Et toujours cette question Demain est-il ailleurs ? 
Est-ce dans la ville que nous avons parcourue que nous trouverons la réponse ? Dans cette ville, Nancy, comme d’autres villes, qui est traversée depuis quelques années par d’extraordinaires transformations liées à la révolution de l’information, à la collecte massive des données baignant dans une économie omnipotente et dématérialisée. Où trouver la transition ? parmi les plateformes d’intermédiation publiques et privées qui se partagent parfois maladroitement l’espace collectif ? Où trouver la transition ? au coeur des nuages de données captées sur les individus ou par les objets dits communicants ? 
Avons-nous à faire à un ailleurs ayant abdiqué devant les vertus supposées de la smart city peuplée d’algorithmes de plus en plus sophistiqués qui organisent, distribuent, designent le territoire et nos manières de vivre la ville. La transition serait-elle aussi là comme la manifestation du travail infatigable des programmes informatiques qui modèlent nos comportements jusqu’au coeur des réseaux qui « interpellent nos modèles démocratiques, (dé)réglementent la production et l’économie de la valeur et bouleversent la vie urbaine et humaine » ?
Alors, comment penser et comprendre cette transition bien visible qui nous a fait passer d’un monde analogique rugueux à un monde numérique lisse, d’une forme d’insouciance juvénile à une conscience plus sourde du devenir humain ?Comment cette transformation a-t-elle eu lieu ? Quelle perception ou analyse en faisons-nous ?  Est-elle le résultat des ratages successifs et des désordres politiques et structurels du monde soumis au capitalisme prédateur ? Sans doute. Est-elle un avatar de l’accaparement des richesses matérielles et symboliques par une infime minorité ? Est-elle cachée dans la bêtise devenue systémique comme le disait Bernard Stiegler dans le manifeste d’Ars Industrialis de 2010 ? Selon toute vraisemblance. Serait-elle tout simplement aussi la partie émergée de l’iceberg de notre « embourgeoisement » vers lequel le Titanic de notre société se précipite ? L’histoire nous le dira. 
Or « …peu importe que le monde et la société [fassent naufrage] sous le poids des déchets, des pollutions, [après avoir heurté cet iceberg] que les psychismes s’épuisent sous l’effet de l’accélération généralisée, les futurologues annoncent la solution, qui sera nécessairement technologique ». « L’ailleurs » enchanté tant rêvé et porté par des voix venues d’un temps pas si lointain ne pourrait transiter que grâce aux impératifs de l’utopie numérique. 
Cette course à l’innovation permanente, numérique et prédictive, ce qu’on appelle le solutionnisme technologique prolongent les utopies techniques du passé et leurs rhétoriques révolutionnaires. Les machines sont les réponses aux crises sociales, aux effondrements de toutes sortes qui menacent le monde contemporain. La 5G comme mantra dédiée à la divine compétitivité. Comment ne pas être inquiets devant ces nouvelles croyances technologiques ?
Donc ? Demain est-il ailleurs ? 
Parce que nous nous demandons comment nous avons pu passer du XXe au XXIe siècle, sans avoir l’impression d’avoir eu notre mot à dire sur le sens de ces transformations, sans nous être arrêtés pour réfléchir lorsque la plupart des responsables politiques, dirigeants d’entreprises ou hauts fonctionnaires, dans un monde en constante « évolution », en pleine « mutation », ne cessaient de répéter que nous étions toujours « en retard », qu’il nous fallait être compétitifs, et nous adapter ! Comme si tout ne pouvait être pensé qu’au travers d’un darwinisme de pacotille ! 
Mais alors quel demain est-il ailleurs ? 
Déjà il se trouve tout au long de ce parcours urbain le long duquel nous vous invitons à nous suivre, dans le partage de nos réflexions et de nos questionnements. Au cours de cette déambulation de 24 heures au coeur de la ville, et au coeur du monde, nous tenterons ensemble d’y voir clair en nous appuyant sur les remarques ou les questions qui émergent des entretiens qui ont rythmé cette journée particulière en vue de comprendre en quoi la transition consiste.
Ce livre, par cette déambulation et nos conversations dans la ville vue comme un monde clos qui enclôt le monde  est un objet singulier, hybride, frontière, qui invitera le lecteur à s’interroger sur les grands enjeux des transitions sociales et culturelles consécutives à la révolution numérique. Il cherche à éclairer, à hauteur d’homme, les commentaires et les analyses, la perception de chacun en mobilisant largement les apports scientifiques, culturels et philosophiques des auteurs. 
Enfin demain est-il ailleurs ? 
Simple en apparence, cette question, qui donne au livre son titre, interroge d’une manière poétique et culturelle le sens de ces mutations, de ces transformations numériques à l’heure de la dégradation majeure de nos environnements et souligne combien la transition est avant tout de la relation. Pour cela, Bruno Cohen et moi-même avons souhaité écouter puis partager nos points de vue sur ce sujet avec une douzaine de témoins à l’occasion d’une déambulation de vingt-quatre heures dans Nancy.
« Agis dans ton lieu, pense avec le monde. Ton lieu est incontournable […] ». Alors, très tôt, encore dans la nuit, nos pas nous ont menés à la rencontre de notre premier témoin.

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. On se laisse juste avec cette petite alerte d’Olivier Tesquet dans Télérama. On sait que la Chine exporte son modèle numérique intrusif partout dans le monde jusqu’en France. L’inverse est lui plus méconnu ! Amnesty International a publié un rapport intitulé « Out of Control » dénonçant la fourniture de technologies de surveillance européennes au régime dictatorial de Pékin. Trois entreprises sont particulièrement visées. Le Français Morpho (devenu Idemia) a vendu un système de reconnaissance faciale au Bureau de la sécurité publique de Shanghai ; le Suédois Axis Communications équipe en caméras Skynet et Sharp Eyes, les deux programmes-phare de la vidéosurveillance chinoise ; et le Néerlandais Noldus Information Technology a fourni un logiciel de détection des émotions à plusieurs autorités locales, dont celle du Xinjiang, cette province du nord-ouest du pays où le pouvoir central perpètre un véritable génocide culturel contre la minorité musulmane ouïghoure. 

Histoire de ne jamais s’endormir ! 

Les événements climatiques extrêmes ont lieu plus tôt et avec une plus grande ampleur que prévu. Incendies en Californie ou en Amazonie, multiplication des ouragans, chaleurs extrêmes, fonte de la banquise spectaculaire, débâcle des calottes glaciaires : les catastrophes climatiques se succèdent sans relâche. 
Le phénomène La Niña actuellement en cours dans le Pacifique équatorial provoque des températures de surface anormalement fraîches qui facilitent la formation d’ouragans et de tempêtes dans l’Atlantique. Or, la seule variabilité naturelle du climat ne peut expliquer les extrêmes météorologiques et climatiques sans précédent auxquels nous assistons.
Nous sommes témoins des effets du dérèglement climatique d’origine humaine. D’ailleurs, ce n’est pas difficile à comprendre : davantage d’humidité s’évapore dans l’atmosphère, d’une part en raison d’un océan plus chaud, ce qui aggrave les inondations dues aux tempêtes côtières, et d’autre part en raison de sols plus chauds, ce qui aggrave les sécheresses. Le réchauffement climatique entraîne des vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses. Or, si la chaleur et la sécheresse se combinent, les incendies de forêt s’intensifient.
La canicule qu’a connue le nord de l’Europe en 2018 a été rendue deux fois plus probable par le changement climatique. La probabilité qu’un ouragan de catégorie 4 comme Florence touche les Etats-Unis a été multipliée par 50 en raison du réchauffement des océans. En 2019, Dorian, avec des vents qui ont frôlé 300 km/h, s’est avéré le cyclone le plus puissant de l’Atlantique à avoir touché terre. Fin août 2020, Laura est devenue l’ouragan qui s’est intensifié le plus rapidement dans l’histoire avant de frapper la côte du golfe du Mexique. Nous assistons à un dérèglement climatique dangereux.
Désormais, aucun endroit ni aucun d’entre nous n’est à l’abri du changement climatique. Et ça empirera si nous n’agissons pas. De grandes parties des tropiques et des régions subtropicales deviendront inhabitables d’ici à la fin du siècle si nous ne réduisons pas considérablement les émissions dans les décennies à venir.
D’autres impacts, comme la fonte des calottes glaciaires et l’élévation du niveau de la mer, ainsi que l’augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes (les feux de forêt, les super-tempêtes, les inondations, etc.), se produisent plus tôt et avec une plus grande ampleur que ce que les modèles avaient prévu. Les incendies de forêt en Californie et en Australie cette année ont été sans précédent en termes d’intensité et de dommages.
De plus, l’effet d’amplification des « boucles de rétroaction » des rejets massifs de CO2 dans l’atmosphère lors des mégafeux causés en Australie et dans l’ouest des Etats-Unis aggravent encore le dérèglement climatique.
Plus nous brûlerons de combustibles fossiles, plus nous réchaufferons la planète et plus les impacts seront importants. Si nous arrêtons de brûler des combustibles fossiles maintenant, la température de la Terre se stabilisera d’ici quelques années. Mais, certains dégâts sont déjà irrémédiables et nous devons déjà nous adapter aux risques élevés provoqués par le réchauffement qui a eu lieu. 
Il n’est absolument pas trop tard pour limiter le réchauffement à 1,5 °C. Des travaux montrent que c’est encore possible, à condition de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,5 % par an au cours de la prochaine décennie. Rien, dans la physique de la Terre, ne nous empêche d’y parvenir. Les seules véritables limites à l’heure actuelle sont la volonté politique.
Si rien n’est fait dans les prochaines années, la possibilité de limiter le réchauffement à 1,5 °C pourrait bien disparaître. Mais même si c’était le cas, nous ne devons pas baisser les bras parce que limiter le réchauffement à 2 °C permettra d’éviter des dommages bien plus importants si nous dépassons 2,5 °C, puis 3 °C et ainsi de suite… 

Sources et références https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/09/22/changement-climatique-desormais-aucun-endroit-ni-aucun-d-entre-nous-n-est-a-l-abri_6053127_3244.html 
https://www.telerama.fr/idees/quand-leurope-aide-la-chine-pour-surveiller-massivement-ses-concitoyens-6700608.php
Demain est-il ailleurs ? Odyssée urbaine autour de la transition numérique. Bruno Cohen et Samuel Nowakowski. FYP Editions 2020 ISBN 978-2-36405-200-0
https://boutique.fypeditions.com/products/demain-est-il-ailleurs-odyssee-urbaine-autour-de-la-transition-numerique
Lieux infinis. Construire des bâtiments ou des lieux ? Sous la direction de Encore Heureux. 

Nowakowskismes 5.1. Le boucle-monde

L’exposition d’estampes, Escher

Ce soir, un texte qui vise à nous interroger, à éclairer le cercle destructeur dans lequel nous sommes enfermés. 
Pourquoi le boucle-monde ? Souvenez-vous un vieux roman de science-fiction, l’anneau-monde décrivant une planète-anneau totalement artificielle, construite par une race extraterrestre que les héros du roman dénomment les Ingénieurs de l’anneau-monde. Un monde clos, circulaire ses arêtes convergeant vers l’infini des deux côtés de l’univers, et de chacun des points de convergence, à l’infini, une mince ligne bleu ciel s’élançait tout droit.Regarder vers le point de convergence, c’était entrer dans un autre univers, un univers de lignes droites variables, d’angles droits et d’abstractions géométriques. Hypnotisé, il fixait le point de disparition. Quel point était-ce, l’origine ou la fin ?
Alors prêts pour une exploration de notre boucle-monde ?
C’est un jeune homme, debout, qui regarde un tableau représentant un navire dans le port d’une petite ville et ces toits à terrasses. Sur un des toits est assis un garçon qui se repose au soleil. Deux étages plus bas, une femme est à la fenêtre de son appartement, qui se trouve directement au-dessus d’un musée dans lequel un jeune homme debout regarde le tableau d’un navire dans le petit port d’une ville, et ces toits à terrasses, ….
Le tableau est un tableau se contenant lui-même. A moins que ce soit un tableau d’une exposition se contenant elle-même, ou une ville se contenant elle-même ! Nous sommes devant une gravure de 1966 réalisée par Escher qui vécut de 1898 à 1971, intitulée « L’exposition d’estampes ».  
Comme observateurs de « L’exposition d’estampes », nous sommes à l’extérieur. Nous y voyons des choses que le jeune homme ne peut pas voir, comme la signature d’Escher dans la tache au centre. Cette tache semble être un défaut, mais en réalité, Escher devait la laisser s’il ne voulait pas violer les règles selon lesquelles il dessinait. Il aurait pu la réduire mais il n’aurait pas pu l’éliminer. Pour la petite histoire, ce vide aurait été comblé récemment par une équipe de mathématiciens ayant exploité les propriétés des surfaces de Riemann. En géométrie différentielle et géométrie analytique complexe, une surface de Riemann est une variété analytique complexe de dimension 1. Les surfaces de Riemann sont souvent vues comme des revêtements (ramifiés) du plan complexe, c’est-à-dire comme un collage particulier de plusieurs « feuillets ».
Reprenons les principes de ce tableau d’Escher et imaginons une visite d’une exposition dans le musée imaginaire de notre présent.  
Le premier représente un humain qui regarde une photo d’une Terre sur laquelle un autre humain regarde par sa fenêtre la Terre dans laquelle un humain regarde une photo d’une Terre… Examinons ce tableau d’un peu plus près. Nous y voyons un monde dans lequel nos modes de vie ont fait qu’en quelques semaines Zoom a pu, grâce à nous, afficher une hausse de 3000% du nombre de participants et, la valeur d’Amazon a augmenté de 25% depuis le début de l’année ce qui ne représente pas moins de 300 milliards de dollars de plus  ! Ce premier tableau est ce monde dans lequel nous créons les conditions de la croissance formidable des entreprises du numérique, agents de notre propre dépendance et enfermement ! 
Mais continuons notre déambulation dans cette galerie.
Le tableau suivant est un peu différent. Nous sommes immergés dans nos modes de vie qui ont amplifié la déforestation, l’urbanisation et l’industrialisation effrénées créant les conditions favorables pour que de nombreux virus arrivent jusqu’aux corps humains et s’y adaptent. Cholera, VIH, Ebola, SARS COV 2 … et d’autres, tous trouvent leurs origines dans la destruction massive des habitats naturels . Étranges créatures que nous sommes ! Nous vivons dans la poubelle que nous créons, un cercle autodestructeur que nous fabriquons et qui nous enferme et que nous ne cessons de fabriquer ! 
À ce stade, les quelques déclinaisons esquissées prennent une tout autre tournure. On y voit très nettement cette boucle qui enferme. Ces boucles, d’autres les ont nommées boucles étranges . Étrange n’est-ce pas ? En effet, une boucle dans laquelle celui qui agit, regarde celui qui agit…. à l’infini dans un système fermé sur lui-même. Toutes ces boucles étranges contiennent implicitement le concept d’infini, une boucle n’étant rien d’autre qu’une représentation finie d’un processus infini. 
Processus infini, boucle, … les mathématiques, l’informatique ne sont évidemment pas loin ! 
Un exemple fameux a permis aux mathématiques de s’inviter dans la réflexion. C’est ce qui a été appelé le paradoxe du penseur crétois Epiménide affirmant « Tous les crétois sont des menteurs » ! Cette phrase est une boucle étrange au même titre que L’exposition d’estampes d’Escher. Cette phrase bouscule le classique partage entre le vrai et le faux, car si on pense que cette phrase est vraie, on est obligé de changer d’avis et penser qu’elle est fausse. Et si on pense qu’elle est fausse, on reviendra rapidement à la certitude qu’elle est vraie. A l’infini ! Ces boucles étranges ont mené au célèbre théorème d’incomplétude de Gödel . Comme dans Epiménide, le théorème s’articule autour de l’écriture d’une assertion mathématique autoréférentielle formulée ainsi « Toutes les formulations axiomatiques consistantes de la théorie des nombres incluent des propositions indécidables ». 
Indécidable voilà le mot ! 
C’est là qu’Escher comme Epiménide, comme Gödel provoquent une confusion dans nos catégories logiques en bousculant la raison, nous menant à des paradoxes vertigineux révélateurs de l’abime sur lequel se fonde la pensée, et au-delà l’humanité. 
Escher montre l’indicible, la limite de ce qui peut se penser. Cette limite, chacun voudrait l’ignorer. Des limitations qui se présentaient comme des obstacles infranchissables, peuvent cependant devenir la source subjective de la pensée créative et le point d’appui objectif de son élaboration. La possibilité de ce retournement repose sur une illusion fondatrice qu’il est possible à l’être humain de se hisser au-delà de la réalité immédiate, de rencontrer ce qu’il y a derrière les apparences, et, ce faisant, de changer de paradigme. 
C’est là qu’en tant qu’êtres humains, nous sommes différents des programmes informatiques ? Un programme ne peut se modifier que si cette « modifiabilité » fait initialement partie du programme, ce qui n’est pas une « sortie du système ». Un programme suivra toujours les règles qui lui sont inhérentes. 
En tant qu’êtres vivants intelligents, nous pouvons sortir de la tâche en cours d’exécution pour observer ce qui a été fait. Nous avons la capacité de nous extraire d’un sous-système pour entrer dans un sous-système plus large, et ainsi quitter occasionnellement des modalités habituelles parce que nous avons vraiment saisi l’existence de ces limites.
Or, les humains, malgré tous les moyens qu’ils ont à leur disposition, n’ont pas vraiment conscience des limites de la planète. Buckminster Fuller  supposait que les racines de notre comportement inapproprié résidaient dans la perception partagée et erronée d’une Terre infinie. Une fois le caractère fini de notre monde intégré, nous pourrions espérer que nos attitudes et pratiques culturelles et économiques s’adapteront. Prenons l’exemple des peuples insulaires. Ceux qui n’ont pas eu cette illumination ont péri. Sur l’Ile de Pâques, l’agriculture, la nécessité de se chauffer et le besoin de bois pour transporter les statues toujours plus nombreuses les ont conduits à abattre tous les arbres, accélérant l’érosion des sols et condamnant la population à l’extinction. 
L’humanité en serait-elle toujours là ? 
S’en sortir supposerait d’acquérir une conscience planétaire. Par exemple, sur des iles de l’archipel de Marquises, les sorciers avaient élaboré des rituels enseignant à la population que les ressources de l’ile étaient précieuses et qu’il fallait les respecter et les préserver. Les habitants apprenaient cela dans la douleur au cours d’une transe les menant, lors d’une élévation, aux portes de la mort à prendre conscience de la fragilité et de la finitude de leur ile. En cumulant la révélation de la beauté de leur ile avec le risque de la perdre, ils parvenaient à une véritable prise de conscience de la nécessité d’agir toujours pour respecter leur monde. 
Sortir de ces boucles étranges que nous créons, dont nous sommes prisonniers et qui mènent à ces temps inédits, ne peut se faire qu’en mobilisant notre capacité à nous extraire de la boucle, à devenir observateurs de la réalité que nous produisons. Comme dans tous les systèmes formels (un tableau, une organisation, un système de règles,…), il va être important de faire la différence entre travailler à l’intérieur du système et faire des observations au sujet du système. Évidemment, il est difficile de faire nettement la part des choses, et c’est pourquoi la démonstration d’une procédure de décision est essentielle ! 
Alors si des règles qui définissent notre monde, risquent d’émerger des propositions indécidables, quels dispositifs mettons-nous en place afin de s’en extraire pour en observer la réalité ? Comment saisir globalement le monde où nous sommes plongés sans l’envisager de l’extérieur ? Comment saisir réflexivement l’ensemble de notre propre pensée alors que nous sommes agent du processus qui nous pense ? 
La solution ne serait-elle pas simplement dans la mobilisation de ce qui a fait de nous des humains ? Nous élever ?
Ainsi comme pour toutes les grandes révolutions scientifiques, il faudra d’abord une modification du cadre de la pensée. Certains aspects seront conservés mais s’imposera un système de principes nouveaux incompatibles avec le système précédent. Tout le cadre de la théorie subira alors une rupture, une mutation de son sens. De cette discontinuité résultant de ce franchissement paradoxal reliant deux systèmes logiquement inconciliables, émergera de l’ancien un nouveau modèle. Ainsi, participant à la fois de l’ancien et du nouveau, il s’agira de s’élever afin de contempler l’un et l’autre et de proposer un autre cadre interprétatif berceau d’une nouvelle vision du monde. 

 

Dans les Nowakowskismes, nous interrrogeons le monde, le présent, nous nous élevons, nous donnons à voir, voici l’état du monde dans lequel nous sommes.  
Depuis 1950, nous avons exterminé environ 90 % des grands poissons
Il y a moitié moins d’animaux sauvages sur la planète que dans les années 1970
Les océans se réchauffent 40 % plus vite que prévu et vont devenir plus chauds, plus acides, et au final, invivables
Le réchauffement risque, d’ici 2100, de stopper la production d’oxygène par le phytoplancton menaçant d’entraîner une mortalité massive des animaux et des humains
Sans même parler des sécheresses, mégafeux, inondations, ouragans et catastrophes naturelles accrues, le réchauffement risque de faire chuter les rendements des céréales (jusqu’à -60 % pour le maïs américain dans un monde à + 5°C)
Les satellites de l’Institut national de recherches spatiales (INPE) ont identifié 12567 foyers d’incendie au Pantanal depuis janvier. Ceci est supérieur à l’ensemble des années 2018 et 2019 combinées. Et surtout, le record sur toute une année (12536 foyers), datant de 2005, vient d’être battu, en moins de neuf mois, selon les nouvelles données actualisées mercredi dernier.
Au-delà des chiffres, c’est une vraie tragédie qui se joue dans ce sanctuaire de biodiversité à la faune exceptionnelle, situé à l’extrémité sud de la forêt amazonienne et qui s’étend du Brésil au Paraguay et à la Bolivie.
En parallèle, le taux de minéraux et de protéines contenus dans les plantes diminue avec la hausse du CO2 dans l’air.
1,5 milliard de personnes pourraient être confrontées à des températures, au sens propre, invivables.
La désertification devrait toucher 20 à 30 % de la surface terrestre…
Nous déversons actuellement 4 milliards de tonnes de CO2 par an dans l’atmosphère. Même durant les périodes les plus noires, comme le Permien, quand pratiquement toute forme de vie sur terre avait disparu, le CO2 augmentait d’environ 10 % de la progression actuelle.
Voilà le constat du monde en ce mois de septembre 2020. 

Références et sources
Bach, Escher, Gödel. Les brins d’une guirlande éternelle. Douglas Hosfstader 
La malle de Newton. Loup Verlet 
R. Buckminster Fuller, Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial « Terre ». Lars Müller Publishers 2010
Nowakowskismes 4.13. « Confinement semaine 1, jour 3 – virus, écologie et internet » https://nowakowski.hypotheses.org/1110  
Nowakowskismes 4.22. « Après vous » https://nowakowski.hypotheses.org/1146 
Nowakowskismes 4.21. « Poétique du chaos, Part 3 – Anges gardiens » https://nowakowski.hypotheses.org/1143  
Les populations de vertébrés ont chuté de 68 % en moins de cinquante ans https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/09/10/les-populations-de-vertebres-ont-chute-de-68-en-moins-de-cinquante-ans_6051606_3244.html 
https://usbeketrica.com/article/humanicide-requisitoire-ecolo-contre-elite-libertarienne 

L’usage du monde par Nicolas Bouvier

Lecture indispensable  et quelques notes de lecture à cette adresse.
L’usage du monde est un livre d’humanité, de vie, qui fait ressentir la force vitale de la moindre des rencontres, de la moindre des sensations face à l’espace qui s’ouvre, dans la première rencontre avec un camionneur indien, en pleine nuit dans une tchaikhane perdue d’un désert d’Iran – trois humains isolés, fatigués et loin de chez eux, différents mais si semblables. Une magie du voyage qui n’est certainement plus dans ce monde du début du XXIème siècle.
Il faut lire L’usage du monde de Nicolas Bouvier illustré par Thierry Vernet, c’est accéder à d’autres imaginaires.
 
Une devinette pour finir
Qu’est-ce qu’un château blanc sans porte …?
 
https://nowakowski.hypotheses.org/la-geopoetique-de-lusage-du-monde-de-nicolas-bouvier
 

La poétique du chaos

Ces textes sont nés de ces temps inédits. Ils sont questionnement par l’imaginaire, certainement excessifs mais dérangeants dans ce qu’ils mettent en lumière des nos attitudes, de ce que nous vivons, de nos désertions, nos lâchetés ou nos résistances. 
Écrit dans le cadre des Nowakowskismes, le cycle de la Poétique du chaos a rythmé les émissions réalisées dans le cadre du confinement. Le cycle de la Poétique du chaos existe parce que les tueurs de merveilleux courent toujours, les tueurs de vie sont infatigables parce que nous n’avons fait que fuir, parce qu’aussi, nous ne cessons pas de nous battre et de nous cogner aux angles du monde !
La poétique du chaos est ce qui nous rappelle que nous ne pourrons plus sortir cette excuse magnifique : «Je ne pouvais pas faire autrement ! » 
Le temps n’est-il pas venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : « Au fond, ce n’est pas moi », « On m’a demandé de le faire », « De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place ! ». 
Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. Ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.

Nowakowskismes 4.25. « Poétique du chaos Part 5, Fuir… »

Nous sommes le 11 juin 2020, c’est la dernière des Nowakowskismes de la saison, et cette saison fut riche de 25 épisodes et de ce cycle intitulé La poétique du chaos, né de ces temps dangereux.  
Alors, pour cette dernière, êtes-vous prêts pour écouter la partie 5 de la Poétique du chaos ? Les tueurs de merveilleux courent toujours, les tueurs de vie sont infatigables ! Arrêtez-les ! Arrêtez-les ! Nous n’avons fait que fuir, parce que nous n’avons cessé de nous battre et de nous cogner aux angles du monde ! Fuir et revenir encore et encore ! 

Les trois formes humaines qui fuyaient en direction du nord, dans les sous-bois de cette forêt éclairée par la Lune voilée par des colonnes de fumée grasse s’espaçaient sur près de cinq cents mètres. Le dernier de la file étaient à moins d’une centaine de mètres devant ses poursuivants. Il les entendait, il sentait presque leur respiration et leur halètement. 
Avec la Lune enfin dégagée, ils y voyaient presque clair dans les sous-bois. Ils progressaient en restant à couvert dans ce qui restait d’une forêt qui avait été exploitée sans retenue. Ils sentaient la chaleur encore accablante de la journée qui venait de s’écouler. Le souffle d’air nocturne était âcre des fumées des feux allumés dans la journée mêlées aux exhalaisons de toutes les substances qui avaient été déversées pour y chasser toutes les vies qui pourraient contrecarrer leur projet.
Pour le dernier des poursuivis, il était évident qu’il ne pourrait soutenir ce rythme. Même concentré dans cette course du désespoir, il gardait un visage serein ouvrant de grands yeux toujours émerveillés. Sa respiration s’était faite sifflante et saccadée. Il trébuchait. Mais, surtout, il n’appelait pas ses compagnons. Nul ne pourrait lui venir en aide. Les poursuivants gagnaient de plus en plus de terrain. Il se prit le pied dans une racine et faillit tomber. Cela lui donna un regain d’énergie. Il accéléra, gagnant peut-être un petite longueur sur ses poursuivants. Ses bras rythmaient sa course. Il respirait bruyamment par la bouche. De nouveau, il trébucha, il reprit son équilibre en s’aidant au passage près d’un jeune arbre épargné par les coupes et il poursuivit sa course sans issue. Ses jambes épuisées par l’effort menaçaient de se dérober sous lui. Il ne lui restait plus l’énergie qui lui aurait permis d’accélérer à nouveau. Alors, ils furent sur lui, son esprit fut envahi par un vol de papillons monarques, ces papillons orange et noir qui voyagent sur des milliers de kilomètres pour rejoindre les forêts de pins dans lesquelles ils se reproduisent, détruites par l’exploitation illégale et l’extension des plantations d’avocatiers. Puis, fauché en pleine course, il eut juste le temps de crier : « Fuyez ! Sauvez-vous !». Son cri s’interrompit avec une brutalité finale dans l’odeur âcre du sang venant s’ajouter à celle de cette terre dévastée.   
Les chasseurs, au lieu de s’arrêter, reprirent aussitôt la poursuite. Il n’y avait pas une seconde à perdre, les consignes étaient claires. Le suivant avait entendu les cris poussés par son camarade, immédiatement suivis d’un silence sinistre puis par le bruit de la chasse qui reprenait. Il courait à longues foulées régulières, son corps svelte donnait l’impression d’être parfaitement adapté à l’effort fourni. Il essayait de toutes ses forces de ne pas se laisser envahir par les visions d’un nouveau camarade assassiné et de toutes ces destructions contre lesquelles ils se battaient depuis si longtemps. Il avait peut-être encore une chance de s’en sortir parce que depuis toujours il avait su économiser son énergie et là dans cette course, il en avait de même. 
Malgré un genou fragile, il accéléra l’allure. Son genou avait été blessé par un coup de tronçonneuse et il s’en était fallu d’un cheveu pour qu’elle ne lui sectionna la jambe. C’était une des multiples cicatrices, les traces de ses combats permanents contre les trafiquants de bois qui coupaient des arbres géants multicentenaires de la forêt de Niaming à la frontière de la Gambie. Les tropiques payaient en effet un lourd tribut. La surconsommation, les profits à court terme, la corruption des régimes en place avaient mené à la destruction 12 millions d’hectares de forêts, dont près d’un tiers dans les forêts primaires tropicales humides essentielles dans la régulation du climat, le maintien de la biodiversité et de la fertilité des sols. Les chiffres l’obsédaient, la destruction de l’équivalent d’un terrain de football de forêt primaire toutes les six secondes pendant un an.
Mais, il avait présumé de ses forces. Après toutes ces épreuves, et le rythme de course qu’ils s’étaient imposé, cette dernière accélération avait accentué la douleur qui avait ressurgi et n’avait cessé de l’envahir. La douleur avait maintenant dépassé la limite du supportable. Elle s’était muée en une brûlure qui embrasait sa jambe et tout le côté droit. Il savait quelles étaient ses limites et il pensait avec espoir à sa camarade devant lui qui devrait atteindre bientôt le fleuve. Le bruit des poursuivants pénétraient son esprit conscient. Ils étaient beaucoup trop près. Il comprit alors qu’il ne leur échapperait pas. Il risqua un coup d’oeil en arrière et vit qu’ils cherchaient à lui couper la route en arrivant par sa droite. Fixant son regard à nouveau devant lui pour tenter de leur échapper, ils se jetèrent sur lui, il roula à terre et se défendit comme il put. Mais il ne pouvait pas se garder des coups qui pleuvaient de tous les côtés. Il reçut un coup violent dans le dos, et, s’effondra en hurlant : « Fuis ! Sauve-toi !» et son cri résonna dans toute la forêt. 
Elle entendit très bien le hurlement de son compagnon de lutte. 
Quand le silence caractéristique avait été de nouveau rompu par la chasse, une telle fureur s’était emparée d’elle qu’elle s’était crue sur le point d’exploser. Elle commença à ressentir dans sa poitrine la douleur prémonitoire d’un essoufflement qu’elle connaissait bien pour l’avoir affronté lors de précédentes fuites. La transpiration ruisselait sous ses vêtements. Une fois de plus, le fracas de la poursuite envahissait sa conscience. 
Elle apercevait maintenant devant elle, à travers les taillis, la zone découverte qui marquait les abords du fleuve. La Lune faisait miroiter par endroits la surface de l’eau étrangement irisée. 
Elle aurait préféré ne pas être seule, ne pas être la dernière. Elle était la seule survivante du groupe des 13 qui avait mené cette opération contre cette compagnie internationale, filiale du géant minier britannique, qui s’était installée sur leurs terres, polluant les eaux, empoisonnant toute la vie après avoir détruit des milliers d’hectares de forêt primaire. 
Brusquement, elle se retrouva hors de la forêt, là où l’étendue de gazon scintillait bizarrement sous la Lune. Devant elle, bordé par une étroite plage de galets d’un gris argenté, était le fleuve aux eaux sombres et miroitantes. 
Les hurlements de ses compagnons résonnaient encore à ses oreilles. 
Les « Sauve-toi » battaient au rythme des pulsations rapides de son coeur. 
« Sauve-toi » était un message annonciateur de mort et aussi un message de vie. 
Obéissant à cette injonction, elle se précipita jusqu’au bord du fleuve et y plongea la tête la première. Le fleuve exhalait encore la puanteur des 20000 tonnes de diesel qui s’étaient échappées d’un réservoir sur un site industriel. Les causes de la fuite n’avaient pas été clairement établies, mais selon la compagnie minière qui exploitait un site en amont, le réservoir avait pu être endommagé par l’effondrement du sol causé par le dégel du permafrost en raison du réchauffement climatique. Le contact de l’eau fraiche et polluée après l’échauffement de la course eut un effet paralysant. Elle se laissa flotter, luttant pour recouvrer sa respiration et l’usage de ses membres engourdis. L’eau dégageait une odeur d’hydrocarbures qui irritait ses bronches à la recherche d’un souffle pour récupérer de la course.
Le fleuve n’était pas très large à cet endroit. A peine une cinquantaine de mètres séparait les deux rives légèrement incurvées aux bandes sablonneuses alternant avec des berges envahies de roseaux et d’herbes où les déchets plastiques multicolores s’accrochaient au milieu de flaques stagnantes et irisées. 
Elle savait qu’il y avait peu de chances que ses poursuivants traversent le fleuve mais par prudence, elle franchit sous l’eau les derniers mètres et refit surface à l’ombre de la berge avant de regarder en arrière, un goût écoeurant d’essence dans la bouche. 
Ils étaient là, alignés sur la rive opposée, miliciens, tueurs à gages, militaires, trafiquants aux ordres des compagnies et des états prédateurs des dernières ressources naturelles de cette planète. Elle retenait son souffle. Elle sentait sur elle l’ombre de l’épuisement de cette course, mais aussi de toutes celles qui avaient précédé et dont elle n’était pas revenue. 
Ses poursuivants pivotèrent tous ensemble et s’enfoncèrent dans la forêt. 
Elle se laissa porter par le courant en direction de la rive. Elle avait hâte de sortir de cette eau nauséabonde. Ses pieds touchèrent le fond face à une plage étroite et recouverte de détritus. Lentement, son corps raidi de fatigue, elle se hissa sur le sable, prudemment et tentant d’éviter les objets qui auraient pu la blesser. 
« Sauve-toi ! » retentissait toujours à ses oreilles, et les visages et les prénoms de ses douze compagnons occupaient toutes ses pensées, Homero, Moustapha, Victoria, Chut, Berta, Laura, Martine, Fiona, Steven, Marina, Elisabeth, Raoni et tous les autres. Beaucoup d’entre eux étaient des représentants des peuples autochtones, les « premiers gardiens de la nature ». Des larmes se mirent à couler dessinant des chemins brillants sur ces joues salies par l’eau morte. Les expéditions, les manifestations, les traversées de la forêt et des espaces livrés aux cultures intensives et aux tronçonneuses, leur longue course pour tenter de s’échapper encore et continuer la lutte encore… tout cela prenait dans sa mémoire une allure de rêve, même cette dernière course prévue bien sûr, parce qu’il était impossible que ces prédateurs ne cherchent pas à les réduire au silence. 
Tournant le dos à l’eau, elle se releva et se dirigea vers une rive recouverte d’une herbe maigre. Au-delà elle apercevait un campement. Tout en marchant, elle se répéta son serment et c’est là qu’un tir dont le son n’arriva que bien plus tard, la faucha alors qu’elle pensait avoir enfin rompu le cycle infernal des luttes éternellement recommencées. Elle s’effondra dans l’herbe maigre. Allongée face à la Lune, elle rêva de la Terre qu’elle avait juré de protéger. Elle rêva en sachant qu’elle se dresserait à nouveau et qu’elle fuirait encore et de ses lèvres s’envolèrent les mots d’un poète oublié : 
« Humain, Seule la Terre est éternelle ! 
Détruite par toi, elle renaitra sans toi 
Que disparaisse l’humanité, 
Rien ne sera changé à la marche du cosmos. 
Que disparaisse l’humanité 
Il n’en sera qu’un gâchis de potentialité. 
Humain, Seule la Terre est éternelle ! »

Le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir et pour cette saison. C’était une longue saison, et vous pouvez relire, réécouter et revivre tous les Nowakowskismes depuis la saison 1 sur ce blog. 

Les activistes de l’environnement sont en danger sur toute la planète. Gangs criminels, forces armées, police, paramilitaires, grands propriétaires terriens les persécutent. En 2018, 164 d’entre eux ont même été assassinés.
Homero Gómez, 50 ans, gérait le sanctuaire El Rosario des papillons monarques, près d’Ocampo, dans l’État du Michoacán, au Mexique. Il appelait ces lépidoptères « les fiancées du soleil » . Disparu le 13 janvier, il a été retrouvé le 29, noyé dans un réservoir d’eau, avec des ecchymoses et le crâne défoncé. Il se consacrait depuis des années à la défense de ce papillon orange et noir qui voyage depuis le Canada pour rejoindre là les forêts de pins où il hiberne et se reproduit. Il dénonçait et combattait l’exploitation illégale de la forêt et l’extension des plantations d’avocatiers, causes de la destruction de son habitat. Sa famille n’a pas cru à la thèse de la « cause accidentelle » avancée par les autorités, car il avait reçu des menaces de mort.
Au Sénégal, Moustapha Gueye, garde forestier, a été abattu le 6 avril 2018 en Casamance d’un tir dans la tête, et a été retrouvé les bras et les jambes brisées. Il faisait partie d’un comité local de surveillance de la forêt de Niaming, dans une région où le trafic de bois à la frontière avec la Gambie est une activité illégale courante. 
En Inde, 13 manifestants ont été abattus par la police en mai 2018 dans l’État du Tamil Nadu. Ils dénonçaient les dégâts produits par la fonderie de cuivre Sterlite de Tuticorin, filiale du géant minier britannique Vedanta, accusée de polluer l’air et de menacer la pêche locale, alors qu’elle réclamait une licence pour doubler ses capacités de production. Depuis son ouverture dans les années 1990, la population locale a toujours dénoncé l’impact environnemental de la fonderie.
Aux Philippines, pays dirigé par Rodrigo Duterte et qui a ravi la première place au Brésil des pays où les défenseurs sont assassinés, neuf cultivateurs de canne à sucre de Sagay, sur l’île de Negros, ont été abattus par des tueurs à gages.
Au Honduras, un pays où des dizaines de militants ont perdu la vie, Berta Cáceres a été assassinée en mars 2016, alors qu’elle avait reçu le fameux prix Goldman. 
En 2020, il ne fait pas bon défendre l’environnement et se battre contre des projets miniers, forestiers, agro-industriels, la construction de barrages hydroélectriques. Du Cambodge au Kenya, de l’Iran à la Russie, du Nicaragua au Chili, il ne fait pas bon dénoncer l’exploitation indue des ressources naturelles, contester l’extermination d’animaux sauvages, l’usage de pesticides ou les expropriations. Partout dans le monde, les militants font l’objet d’exécutions sommaires, assassinés par des gangs criminels, les forces armées, la police, des groupes paramilitaires, des braconniers ou des grands propriétaires terriens. 
Depuis 2012, l’ONG britannique Global Witness (GW) se charge du décompte macabre, et le publie chaque été. 
En 2018, 164 défenseurs de l’environnement ont été tués dans le monde. 
En 2017, ils étaient 207 à avoir perdu la vie pour avoir tenté de protéger la planète. 
Mais, selon GW, ils seraient bien plus nombreux, car des crimes ont lieu dans des zones isolées, non répertoriées. 
Entre 2002 et 2017, ce sont 1 558 défenseurs de l’environnement qui ont été assassinés, selon la revue Nature Sustainability.

Pour écouter ces Nowakowskismes – cliquez ici

Sources et références https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/06/02/les-forets-tropicales-continuent-de-disparaitre-a-un-rythme-alarmant_6041451_3244.html
https://www.futura-sciences.com/planete/breves/pollution-siberie-gigantesque-maree-noire-provoquee-fuite-petrole-2646/
http://www.lavie.fr/actualite/ecologie/des-activistes-de-l-environnement-en-danger-sur-toute-la-planete-03-06-2020-106669_8.php 
https://nowakowski.hypotheses.org/701 

 

 

Nowakowskismes 4.24. « Aujourd’hui, le feu !… »

L’Autre Quotidien, l’éphéméride Du 2 Juin – L’étoile de Trump sur le Hollywood Walk of Fame https://www.lautrequotidien.fr/new-blog/2803

Se souvenir de Miles Davis, et se souvenir de la longue histoire des hommes noirs brutalisés simplement pour la couleur de leur peau. 
Remontons dans le temps pour ceux qui ne connaissent pas cette histoire. Le 25 août 1959, huit jours après la sortie de l’album devenu mythique « Kind of Blue », Miles Davis se produisait au Blue Note et enregistrait une émission pour le Armed Forces Day dans Voice of America. Entre deux enregistrements, il avait accompagné une amie jusqu’à un taxi et se détendait devant le club en fumant. Un policier s’est approché de lui et lui a demandé de dégager. Miles tenta d’expliquer à l’officier qu’il se produisait à l’intérieur et que c’était son nom qui était là affiché. L’officier a quand même persisté, sans se soucier de qui il était ni de ce qu’il faisait. Alors que Miles essayait d’expliquer au policier qu’il faisait une erreur, un détective, attiré par la foule qui commençait à se rassembler, l’a gazé et l’a frappé à la tête à plusieurs reprises avec un club de billard. Il a ensuite été arrêté et placé en garde à vue. Après être allé à l’hôpital pour se faire recoudre la tête, Miles Davis a été accusé de voies de faits graves sur un officier de police. 

Nous sommes le 4 juin 2020 ! 
« I can’t breathe » est le cri de ralliement de l’Amérique pour réclamer justice pour George Floyd, cet homme décédé lors d’un contrôle policier à Minneapolis. Des centaines de villes à travers le pays s’enflamment, portant la colère des afro-américains face à cette « mort de trop », et contre la violence policière. Avec ses scènes d’émeute et de pillage, ce mouvement va bien au-delà de #BlackLivesMatter, il exprime le ras le bol d’un pays au bord de l’implosion sociale, gouverné par un homme n’hésitant pas à utiliser l’incitation à la violence et le racisme, le tout dans un contexte de dépression économique, d’épidémie et d’inégalités sociales. Est-il possible d’enrayer cette spirale d’injustice inscrite dans la structure même des USA, le pays dans lequel un « noir » est tué par la police toutes les 28 heures ? Par la loi et l’ordre ? 

C’était il y a 65 ans ! 
En 1955, le jeune Emmett Till était lynché par un groupe d’hommes blancs. Ce jeune afro-américain avait prétendument manqué de respect à une blanche, provoquant la colère des habitants dont plusieurs hommes, eux aussi blancs, qui ont alors décidé de se venger. Quatre jours plus tard, le 28 août, l’adolescent a été kidnappé chez son oncle par Roy Bryant, le mari de l’accusatrice, et son demi-frère J.W. Milam, deux hommes blancs. Pendant des heures, les ravisseurs l’ont torturé, battu, étranglé avec des barbelés, puis assassiné d’une balle dans la tête. Son corps a été jeté dans la rivière Tallatchie. Il a finalement été retrouvé trois jours plus tard. Défiguré, il n’a pu être identifié que grâce à sa bague qui portait les initiales de son père. Le procès de Bryant et Milam ne fut qu’une formalité. Le jury uniquement composé de blancs, ne dura qu’une heure et demi. Les deux hommes ont été acquittés. En échange de 4000 dollars, Bryant et Milam, qui ne risquaient plus rien, ont finalement accepté quelques semaines plus tard de raconter au magazine « Look » comment ils avaient tué Emmett. Deux mois après ce procès, Rosa Parks refusait de céder sa place à un homme blanc dans un bus de Montgomery, en Alabama. Débutait alors le mouvement pour les droits civiques, mené par le révérend Martin Luther King Jr, dont Emmett Till fut l’un des symboles.
En 1991, un vidéaste amateur filme l’arrestation brutale de Rodney King à la suite d’un excès de vitesse. Les neuf minutes et vingt secondes de l’enregistrement, où King se fait passer tabasser, ont été largement diffusées dans les médias, provoquant indignation et colère dans le monde entier. 
En février 2012, Trayvon Martin, 17 ans, rentrait chez lui après avoir acheté des Skittles au magasin du coin quand George Zimmerman, qui effectuait des rondes de surveillance dans son quartier, l’a accosté. Zimmerman abat le jeune homme, et n’a jamais été accusé du meurtre. Il n’a été que brièvement arrêté, puis a été relâché après avoir plaidé la légitime défense. En mai 2016, Zimmerman a vendu l’arme utilisée pour 250000 dollars.
En juillet 2014, Eric Garner, 43 ans, père de six enfants, est violemment plaqué au sol par des policiers qui le soupçonnent de vendre illégalement des cigarettes dans un quartier de New York. Obèse et asthmatique, Eric Garner, refuse d’être interpellé. Il n’est pas armé. Alors que cinq hommes s’emploient à le menotter, il perd connaissance avant de décéder. Les images de l’interpellation, filmées par un ami, ont fait le tour du monde. On y entend très bien Eric Garner répéter à maintes reprises, « Je ne peux pas respirer » (« I can’t breathe »). Aucune accusation n’a été portée dans ce dossier. 
En août 2014, Michael Brown, âgé de 18 ans, est abattu alors qu’il n’est pas armé et ne semble pas présenter de menace imminente. Des témoins oculaires affirment qu’il avait les bras levés en signe de soumission quand un policier blanc a fait feu sur lui.  Sa mort a embrasé la ville de Ferguson et déclenché des manifestations dans tous les États-Unis. L’abandon des poursuites contre l’auteur des tirs, fin 2014, a provoqué une nouvelle explosion de colère dans cette ville de l’État conservateur du Missouri.
En avril 2015, Freddie Gray, 25 ans, est victime, dans des circonstances qui n’ont jamais été clairement établies, d’une fracture des vertèbres cervicales lors de son transport dans un fourgon de police. Il succombera à ses blessures une semaine plus tard. Dans le cadre de l’enquête fédérale ouverte après sa mort, aucune poursuite n’a été engagée contre six agents de la police de Baltimore.
Le 6 juillet 2016, Philando Castile, 32 ans, est abattu  sous les yeux de sa compagne et de la fillette de cette dernière. Sur les images filmées par la petite amie et diffusées en direct sur Facebook Live, on voit cet employé de cantine scolaire agoniser, le tee-shirt blanc ensanglanté, sur le siège conducteur d’une voiture tandis qu’un policier le tient en joue.
En février 2020, Eric Ahmaud Arbery, 25 ans, a été abattu alors qu’il faisait du jogging dans un quartier résidentiel de Géorgie, un État du Sud au long passé ségrégationniste. Pendant plus de deux mois, les policiers locaux n’ont procédé à aucune interpellation. Il a fallu la diffusion d’une vidéo du drame, début mai, pour que l’enquête leur soit retirée et démarre véritablement. Après sa diffusion, le dossier a été confié aux enquêteurs de l’État, qui ont immédiatement arrêté les deux personnes qui apparaissent sur le film, Gregory McMichael, 64 ans, un policier blanc à la retraite, et son fils Travis, 34 ans. Ils auraient affirmé avoir pris le jeune homme pour un cambrioleur. 
En mars 2020, l’ambulancière noire Breonna Taylor, 26 ans, a été tuée d’au moins huit balles alors que la police a fait irruption dans son appartement en pleine nuit. Les agents, dotés d’un mandat de perquisition, agissaient dans le cadre d’un avis de recherche erroné concernant un suspect qui n’habitait plus l’immeuble et qui était déjà détenu. Elle et son partenaire Kenneth Walker étaient endormis quand les policiers de Louisville ont, sans prévenir, enfoncé la porte de leur appartement. M. Walker, qui avait un permis de détention d’arme, a réagi face à l’intrusion en faisant feu sur les policiers. Il a été arrêté pour tentative de meurtre sur un agent des forces de l’ordre.
En mai 2020, George Floyd, 46 ans, a été plaqué au sol par un agent qui a maintenu son genou sur son cou pendant de longues minutes. « Je ne peux plus respirer », l’entend-on dire sur un enregistrement de la scène, devenu viral. Il est décédé juste après avoir été arrêté par la police de Minneapolis, qui le soupçonnait d’avoir voulu écouler un faux billet de 20 dollars. L’autopsie a confirmé ce que nous avons tous vu, George est mort par asphyxie.
Ce soir l’humeur est sombre, alors écoutons ou ré-écoutons Ohio de Neil Young. Ohio a été écrite pour protester contre la fusillade de l’Universite de Kent, au cours de laquelle 4 étudiants furent tués et 9 blessés lors d’une manifestation contre la guerre du Vietnam. Neil Young a écrit cette chanson en une demi-journée et l’a aussitôt enregistrée avec Crosby, Stills et Nash. Cette tuerie perpétrée par la Garde nationale le 4 mai 1970 a aussi inspiré Bruce Springsteen, les Beach Boys, Yes avec le morceau « Long distance runaround » mais écoutons Ohio !

20 dollars ! 
Selon la compilation de l’organisme Mapping Police Violence, l’année dernière, plus de 1000 personnes ont été tuées lors d’une opération policière sur le sol américain. De plus, les Américains noirs ont trois fois plus de risques que les Américains blancs de perdre la vie suite à une intervention de la police. À Minneapolis, entre 2009 et 2019, 60 % des victimes de tirs de la police étaient noires, alors que la population noire de la ville ne représente que 20 % de la population totale. D’ailleurs, suite au mouvement Black Lives Matter, la police a été équipée de caméras embarquées, les Etats ont tenté de diversifier les recrutements, mais pour quels résultats ? Une longue tradition d’impunité, l’influence des syndicats, la clémence des juges et des jurys populaires laissent toujours toute latitude aux policiers de faire un usage excessif et incontrôlé de la force. 
George Floyd est mort. 
Alors, par dizaines voire par centaines de milliers, des Américains manifestent contre les brutalités policières, le racisme et les inégalités sociales exacerbées par la crise du Covid-19. On assiste à une réponse sécuritaire d’ampleur, au recours à des véhicules blindés de transport de troupes, à l’utilisation de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Chicago, Denver, Los Angeles, Salt Lake City, Cleveland, Dallas, Indianapolis, les protestations se sont propagées dans au moins 140 villes américaines. New York a annoncé doubler la présence de ses forces de police et instaurer un couvre-feu de 23h lundi à 5h mardi. A Washington, l’heure de celui-ci a été avancée lundi à 19h, à Los Angeles, c’est à 18h. De Boston à Los Angeles, de Philadelphie à Seattle, le mouvement de protestation s’est exprimé de façon majoritairement pacifique le jour, mais a aussi donné lieu à des embrasements nocturnes et des destructions à grande échelle.  
Ni le renvoi de l’agent coupable de la bavure, Derek Chauvin, ni son arrestation postérieure n’ont calmé les esprits, bien au contraire. Or, les provocations de Trump peuvent paraître irréfléchies, voire politiquement suicidaires. Mais ce n’est pas le cas. Depuis les années 1960, le parti républicain a souvent tiré parti d’un discours à connotations racistes sur « la loi et l’ordre ». Rappelons-nous la campagne de Nixon. L’objectif clair d’une telle campagne, parce que Trump est en campagne électorale, s’appuyant sur ce thème inusable, a pour avantage de reléguer au second plan les carences de la Maison Blanche face à la crise sanitaire et au désastre économique. 
La droite américaine en prenant pour cible principale les « pillards », des noirs, en occultant la réalité de manifestations mobilisant largement, cherchent à mobiliser la « majorité silencieuse » des propriétaires de petits commerces qui décident en général de l’issue des élections. 
Alors pour faire respecter « La loi et l’ordre », et pour faire face aux troubles s’ajoutant à la pandémie de coronavirus, Trump a annoncé d’un ton « mussolinien » le déploiement de « milliers de soldats lourdement armés » et policiers à Washington pour mettre un terme « aux émeutes » et « aux pillages ». Il a jugé que les troubles de la veille dans la capitale fédérale étaient « une honte ». 
Mais la honte est dans ces appels aux gouverneurs à agir vite et fort pour « dominer les rues » et briser la spirale des violences. 
La honte est dans cette menace de déployer l’armée américaine si une ville ou un Etat refuse de prendre les décisions nécessaires pour défendre la vie et les biens pour régler rapidement le problème à leur place.  
La honte est de parler de « terrorisme intérieur ».
Tandis qu’il s’exprimait dans les jardins de la Maison Blanche aux airs de camp retranché, la police a effectué des tirs de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants rassemblés à l’extérieur de l’enceinte. L’objectif était de libérer le chemin vers l’église Saint John, bâtiment emblématique tout proche qui a été dégradé dimanche soir. Trump s’y est rendu à pieds, entouré de membres de son cabinet, pour s’y faire photographier, une Bible en main communiquant sur « Law and Order president », le président intraitable qui rétablira coûte que coûte « la loi et de l’ordre » selon la doctrine appliquée par Richard Nixon dans les années 70 face, déjà, au mouvement des droits civiques avec plus de police, plus de criminalisation des mouvements populaires, l’armée s’il le faut pour « protéger les bons citoyens » contre les « professionnels de l’anarchie » qui tentent de « terroriser de l’intérieur » de la bonne Amérique.
La loi, l’ordre et la Bible, fidèle à lui-même, protégé par ses gardes du corps, Trump joue les fiers à bras et se place dans le pire de l’histoire des USA ! 

Un peu de musique pour méditer, une chanson qui rappelle que tous les êtres humains ont un rôle à jouer. Et je cite Patti Smith « Qu’ils soient écrivains ou non. Prendre soin de l’environnement. Rechercher la justice. Se révolter contre les injustices. Les artistes n’ont pas plus de responsabilités que les autres, mise à part celle de faire leur travail du mieux qu’ils le peuvent. » Et ça ne vaut pas uniquement pour les artistes ! Ça c’est moi qui rajoute. Et Patti Smith et son mari Frederick « Sonic » Smith mort en 1994 et ancien guitariste du groupe MC5, ont co-écrit cette chanson « People have the power » (Fred a inspiré deux super chansons à Patti Smith « Because the night » et « Frederick »). « People have the power » c’est montrer qu’un artiste peut inspirer les gens, mais que seuls les gens peuvent changer le monde, car ce sont les gens qui votent et protestent ! Donc avec Patti Smith et avant de l’écouter «  Protestez ! Seul le nombre amène le changement ! Votez ! » 

Penser politique, c’est pour beaucoup se concentrer sur la présidence et le gouvernement fédéral. Effectivement, c’est un président, un Congrès, un ministère américain de la Justice et un appareil judiciaire fédéral qui peuvent reconnaître le rôle corrosif du racisme dans la société et peuvent y faire quelque chose. Cependant, aux USA, les élus qui comptent le plus dans la réforme des services de police et du système de justice pénale sont les élus aux niveaux national et local. En effet, ce sont les maires et les chefs de comté qui nomment la plupart des chefs de police et négocient des accords de négociation collective avec les syndicats de police. Ce sont les procureurs de district et les procureurs de l’État qui décident d’enquêter ou non et, en fin de compte, d’inculper ceux qui sont impliqués dans une faute de police. Ce sont tous des élus. Dans certains territoires, des commissions d’examen de la police habilitées à surveiller la conduite des policiers sont également élues. Malheureusement, le taux de participation à ces élections locales est généralement lamentablement bas, en particulier chez les jeunes. Et ceci n’a aucun sens compte tenu de l’impact direct que ces élections ont sur les questions de justice sociale, sans parler du fait que qui gagne et qui perd ces sièges est souvent déterminé par quelques milliers, voire quelques centaines de voix. Or, l’essentiel est qu’un véritable changement, viendra de la protestation et de la politique, de l’organisation et du vote.
En mai 1975, Angela Davis était de passage à Paris. Elle avait été emprisonnée quelques années plus tôt, puis acquittée suite notamment à d’immenses manifestations de soutien. La militante féministe et communiste pour les droits civiques des Noirs et des autres minorités opprimées en Amérique (les Indiens, les Hispaniques) revient sur ses combats et leur actualité dans un entretien. Elle évoquait le mouvement pour libérer les Noirs opprimés et les autres minorités, un mouvement parfois plus défensif que combatif en raison des attaques répétées du gouvernement américain. Elle expliquait alors que de plus en plus les Noirs voient le racisme et toute l’oppression dirigée contre eux comme une partie d’un système plus grand, comme une partie du capitalisme et qu’il est nécessaire pour détruire les racines du racisme de renverser tout le système. Tout le système qui, sous le règne de Trump, continue à croire que l’Amérique est blanche ! Contre toutes les évidences et de manière tragique ! Alors aujourd’hui, le feu !
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. 
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et j’espère que nous allons nous revoir très bientôt ! 
Et n’oublions pas que les Noirs ont payé le plus lourd tribut pendant cette épidémie de COVID-19. Ils meurent deux à trois plus du virus que les Blancs, les Latinos et les Asiatiques. Parce qu’ils sont plus pauvres (22 % contre 9 % de Blancs), parce qu’ils sont plus susceptibles que les autres communautés de vivre dans des déserts médicaux, parce qu’ils sont plus nombreux à ne pas avoir les moyens de se soigner, parce qu’un mauvais accès aux soins systémique leur fait développer des pathologies qui rendent le virus plus meurtrier. Et aussi, parce qu’ils ont dû continuer, quand ils le pouvaient, à travailler, et qu’ils font des métiers qui les exposent davantage.  

Sources et références
https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/angela-davis-pour-detruire-les-racines-du-racisme-il-faut 
La prochaine fois, le feu. James Baldwin
https://www.monde-diplomatique.fr/2005/12/HALIMI/13003 
America n°8. De la race en Amérique. https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/la-revue-de-presse-internationale-emission-du-mardi-02-juin-2020

Nowakowskismes 4.23. « Poétique du chaos, part 4 – 400 ans… »

Nous sommes le 28 mai 2020 et êtes-vous prêts pour écouter la partie 4 de la Poétique du chaos ? 400 ans seront notre unité de mesure ce soir, notre point de repère, notre rappel à la vie déclinés dans une poétique du chaos inédite. 
Peut-être la dernière de cette saison. Alors prêts pour l’immortalité ? 

Après plusieurs siècles, 400 ans exactement, mon cerveau est presque plein. J’y ai accumulé tant de souvenirs qui finissent par me peser, et qui neutralisent toute forme de réflexion, annihilent ma volonté. Il faudrait que je subisse cette opération qui remettra un peu d’ordre dans tout cela. Tous les autres cherchent par tous les moyens à me convaincre de faire cette opération ! 
D’ailleurs, bien avant, peu de temps avant la rupture, je m’étais résigné à subir cette intervention. Je ne me souviens d’aucun détail, pas même de cette plage de néant que j’aurais traversée. Juste cette sensation effrayante de ne plus savoir qui on est ! Être celui qui écrit ces quelques lignes, ou quelqu’un d’autre, un étranger ? 
Bien sûr, j’ai pu reconstruire mon identité à partir d’un moulage mental. Les ingénieurs du laboratoire de similitude m’ont assuré de la conformité de ce moulage avec ma personnalité originale authentique. 
A partir de cette dernière renaissance, comme ils l’appellent, j’ai vécu comme avec une impression que l’artefact mémoriel qu’on m’avait implanté était artificiel. Bien sûr, nul n’a jamais pu prouver de telles manipulations. Cependant, nous savions pertinemment que ceux qui étaient à l’origine de ce dispositif  s’étaient arrangés pour que la mémoire du passé avec laquelle nous renaissions était arrangée afin d’être édulcorée. En fait, et c’était une avancée significative, notre civilisation avait réussi à traverser les siècles en s’arrangeant pour que l’histoire soit sans cesse ré-écrite et ré-adaptée dans les esprits. C’était maintenant acquis, cette organisation était le prix de la paix civile et de l’immortalité. 
En fait, les quelques dizaines de milliers d’habitants de la Terre étaient les mêmes qu’il y a quelques siècles, tous immortels et heureux ! Etait-ce une preuve concrète de la réussite de l’humanité ? Ou était-ce une utopie douteuse créée par nos ancêtres dans des temps autres, et dont nous perpétuions les rites ?
Depuis ces temps, nous vivons immortels sur une Terre dont les océans ont fait leur temps, réduite à un désert qui avait recouvert le globe tout entier. Les dernières montagnes ne sont plus que des tas de cailloux stériles et surchauffés. Malheureusement, la vie était maintenant trop lasse pour en enfanter d’autres. 
Immortels, nous nous sommes adaptés à notre milieu. La ville est devenue notre seul horizon, et ce qui existe au-delà des murs ne nous intéressa plus.  
Certains d’entre nous fouillèrent les archives, interrogèrent des banques de données, réussirent à collecter des versions différentes de notre histoire. Mais, tout concordait. Aucune version ne contredisait vraiment les autres. Il n’y avait rien d’étonnant à cela, puisqu’ils cherchaient dans un puzzle dont ils connaissaient parfaitement chacune des pièces à force de le démonter et le remonter. De temps en temps, certains mythes anciens remontaient parfois à la surface d’une mémoire au moment de l’intervention par les ingénieurs du laboratoire de similitude. Ces mythes étaient ceux de la vitalité, des miettes de mélodies étranges, … mais revivre les jours d’avant la rupture n’était pas une option. Ce qui était clair c’est que globalement, nous nous sentions satisfaits de cet éternel automne fait d’implants bioniques se substituant aux fragiles organes, et de crèmes anti-âge enduisant nos visages d’un masque uniforme, lisse et inexpressif. 
Nous étions des immortels sans futur. 
Depuis 400 ans, nous n’avons plus d’appartements personnels, ni de maisons individuelles, ni de jardins, ni de meubles et objets de décoration. Nous pouvons les créer autant que nous le voulons grâce à des systèmes imaginés dans les temps qui précédèrent la rupture. Les moyens de transport n’existent plus puisque nous ne voyageons plus. C’est grâce aux VidéoG que nous parcourons des mondes fabriqués par des artistes oubliés. Dans les VidéoG, nous disposons d’une sorte de libre arbitre qui nous permet d’expérimenter les innombrables variantes d’univers possibles. Les événements et les lieux auxquels nous avons accès, constituent des aventures qui ont été programmées dans des systèmes informatiques dont bon nombre d’entre nous ont oublié l’existence. Grâce à ce catalogue de VidéoG, nous avons accès à des mondes fantomatiques en présence d’autres usagers que nous appelons Amis. Aussi longtemps qu’on y évolue, le rêve calculé prend la place de la réalité et chaque événement vécu est un élément constitutif de notre expérience. 
Mais au fait qu’est-ce que notre réalité ? 
Des drames faits d’aventures et de découvertes, des explorations d’états psychologiques, les VidéoG variant à l’infini nous permettent de jouer avec toutes sortes d’émotions. Les VidéoG, avec leurs couleurs et l’excitation qu’elle dispensent et la diversité des thèmes qu’elles proposent, ont l’air de satisfaire la majorité d’entre nous. Mais, et je ne peux en parler, rien ne peut m’enlever de l’idée qu’il leur manque quelque chose. 
En dehors des VidéoG, l’unique tâche de notre civilisation d’immortels consiste à conserver, à recenser, à étudier toutes les choses qui ont franchi les siècles, témoins d’un avant, objets funéraires en polypropylène peuplant une ruine immense, notre planète. 
Parfois, pour moi, ce vide pèse. 
Alors malgré moi, je vais faire un tour dans des VidéoG sans but précis. Le programme que je visite m’amène face à un décor de plaine sans fin, avec le disque rouge du Soleil dilaté par la loupe de l’atmosphère disparaissant à l’horizon. Là, dans cet espace rêvé, mes obsessions me ramènent toujours aux mêmes questions. Quelles sont les véritables limites à l’univers, à la vie, à nos origines, alors que pour nous, les frontières sont bien présentes et infranchissables dans cette immortalité qui a toujours été vue comme stade ultime de la liberté ? Guéris de la maladie d’être né disaient-ils ! 
Ainsi, l’immortalité tant célébrée, tant décrite chez les divinités de civilisations oubliées, nous a enfermés en nous-mêmes. Contrairement au Zeus immortel sur son Olympe, l’immortalité a émoussé notre sexualité puisqu’immortels nous reproduire n’est plus une nécessité. Elle a surtout réduit à néant les plus excessifs raffinements de la pornographie, nous faisant perdre complètement le goût de baiser. Ma mémoire de 400 ans me permet de continuer à décrire des gestes romanesques et sensuels que très peu d’entre nous apprécient. Mes contemporains ne souhaitent plus qu’on puisse garder vivants, même dans la mémoire, des modes d’être de ce monde d’avant. Ils explorent leur cimetière et ne s’intéressent qu’aux objets faits de polymère thermoplastique semi-cristallin privés de sens, fantasmant une culture oubliée, une culture qui s’était éteinte dans la construction de barrières et dans la consommation. 
Dans ce vide qui me pèse, face au globe rougeoyant du Soleil, l’âme lourde, remonte souvent en moi un chemin de terre ouvrant sur une tranchée orange au coeur d’une végétation luxuriante et ciselée par le vent. Le chemin se situe sur les pentes calcaires de petites montagnes, conduisant vers quelques grottes où se réfugiaient nos ancêtres. Sur les parois subsistent des empreintes de mains, des dessins, des textes gravés dans un alphabet oublié. Là, surgit à chaque fois ce qu’il m’est impossible de partager avec les autres. Là surgissent ce que nous nommions des mélodies, et avec le mot que je suis le dernier à connaître, la musique. 
400 ans et une intervention par les ingénieurs du laboratoire de similitude n’avaient rien changé. Face à la solitude, les mots, le chemin me ramenait toujours à cet espace caché au plus profond de moi. Les signes dans la roche, le soleil rougeoyant faisait émerger une forme de mémoire de la vitalité. Mon corps même absent se rappelait, et je me rappelais que la musique n’avait jamais changé le monde, mais quelque chose me disait qu’on ne l’avait rarement bousculé sans chanter ou taper sur un tambour. Dans ce présent immortel, j’étais certainement le seul à savoir qu’une foule qui chante n’est pas une addition d’individus, mais une force, un collectif, la vie. Que la musique incarnait une des dimensions les plus précieuses de l’humanité à savoir la capacité de faire résonner les rêves et les silences, pour le plaisir et le partage. Les vieilles histoires gravées se mettaient à me parler. Que l’histoire de cet équipage pris par les glaces d’un océan oublié, avait choisi pour sa survie des fusils pour chasser et se nourrir, de l’huile pour s’éclairer, des couvertures pour résister au froid polaire et un banjo parce qu’il leur permettrait de continuer à chanter ensemble, dans la fraternité du chant commun contre la solitude et le désespoir, et ainsi conserver l’envie de vivre.
Brusquement, le panorama s’obscurcit ! 
La grotte, le chemin, le ciel, le soleil rouge disparurent. Le firmament vira au bleu électrique. Une tristesse infinie m’étreignit, les mélodies, la musique, tout fut balayé dans cet éclair brulant de lumière chirurgicale. 
Après ce qui ressemble à un long voyage en somnambule, je franchis le porche abstrait du laboratoire de similitude. Les locaux ressemblaient à une salle capitulaire comportant des stalles disposées sur le pourtour à intervalles réguliers. Muet, je me laissais conduire dans une stalle où je m’installais dans un siège truffé d’écrans, de câbles et de tuyaux. Peu à peu, je sombrais dans une sorte de catalepsie opératoire. 
En reprenant conscience, combien de temps s’était écoulé ? Je n’en avais aucune idée. 
La première sensation qui me vint à l’esprit fut celle d’un dédoublement. Je m’observais de l’intérieur sachant qu’il y avait quelqu’un de trop dans ce corps unique. Il fallait chasser l’intrus, et l’autre occupant voulait en faire autant. Le moi fut plus rapide et plus efficace, puisque je sentis cet autre se dissoudre dans un flux nerveux qui investissait tous les organes. Bientôt je fus seul. En évacuant l’autre, j’avais aussi exclu mon plus proche moi, celui qui avait été moi ces derniers 400 ans de mon existence. Je me retrouvais seul, j’avais froid. 
Je voulus me débattre, m’arracher de ce siège. Je fus alors submergé par un flux intense d’accumulation de lieux communs absurdes censés représenter ma vie d’immortel de retour dans le rang. Des souvenirs d’une intensité inouïe se substituèrent à ce que fut ma mémoire. Les ingénieurs de la similitude vérifièrent la conformité de moulage de mon identité, et je franchis seul la porte du laboratoire.
Réintégrant le cours de la vie d’immortel, je me mis à collectionner les objets en polypropylène et à fréquenter assidument les VideoG. Après une éternité, au détour d’une aventure, je suivis un chemin rouge au coeur de ce qui ressemblait à de la végétation, et j’arrivai à une grotte. 
Sur les murs de la grotte, des mains dessinées, il y avait aussi ces quelques lettres formant les mots : « 400 ans ! » et je me mis à fredonner un air de musique oublié. 

Musiques choisies
Les Clash, la chanson Guns of Brixton écrite par le bassiste Paul Simonon en 1979. « Quand ils défonceront la porte de chez toi à coups de pieds, Comment est-ce que tu leur feras face ? Les mains sur la tête ou un flingue en pogne ? »
Eminem, 
« Tu as touché le fond
Quand ta vie te rend si triste que / 
Tu pourrais tuer
Tu as touché le fond / Quand pour enfin avoir quelque chose / Tu pourrais voler
Tu as touché le fond / Quand tu n’en peux plus / Parce que tu en as tellement plein le cul / Que tu pourrais hurler
Mais que tu es tellement triste 
que tu pourrais pleurer » 
le morceau Rock Bottom

400 ans…. C’est le temps qu’il faut pour qu’un masque se dégrade. Et oui, ce masque est en plastique parce que le plastique « protège ». Plus exactement, ce masque est en polypropylène, un polymère thermoplastique semi-cristallin de grande consommation. Et que voit-on depuis plusieurs jours ? Des images de masques laissés à l’abandon dans les rues, sur les parkings ou sur les plages lors des promenades et des sorties en nature ou en ville !
En France, alors que la loi contre le gaspillage pour sortir du plastique jetable avait même été votée, l’épidémie de coronavirus étant passée par là, c’est comme si tout était revenu à son point de départ. 
Masques, gants, commandes à emporter et emballées dans du plastique, recours au drive, avec la Covid-19, le plastique à usage unique revient en force dans la vie des consommateurs. Par crainte de se faire contaminer, nombreux sont ceux qui ont même recommencé à acheter de l’eau en bouteille et à privilégier les aliments emballés. 
Dans les bureaux qui ont rouvert, finie la fontaine à eau qui a été remplacée par des bouteilles en plastique comme dans le monde d’avant !
Et donc, depuis le début de l’épidémie, les industriels français du plastique font état d’une hausse de leur activité. Selon, l’association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques en France, la demande a augmenté de 20 à 30% depuis le début du confinement. 
Aux Etats-Unis, les lobbies du plastique se sont jetés sur l’argument de l’impératif sanitaire en affirmant que les emballages en plastique étaient nécessaires pour « sauver des vies ». En Europe, le 8 avril dernier, la présidente de toujours cette association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques affirmait que « l’emballage garantissait un effet barrière et qu’il s’agissait de la première protection des produits pour préserver des conditions sanitaires ». Quelle aubaine ! Il devient alors évident que les lobbies du plastique se sont mis à chercher à tirer un maximum parti de la situation. Si vous en doutez, allez juste jeter un oeil à la chaine dédiée aux lobbyistes du plastique sur https://plas.tv
Et ce n’est pas tout, ces mêmes lobbyistes essaient d’obtenir le report de l’interdiction de certains plastiques à usage unique comme les pailles, les cotons-tiges ou les « touillettes » à café pourtant votée par le parlement européen pour 2021. Dans une lettre adressée à la Commission européenne, l’European Plastics Converters écrit que « tous les matériaux ne sont pas les mêmes face au coronavirus et que le plastique à usage unique était un matériau de choix pour assurer l’hygiène et la sécurité des consommateurs ».  Vous m’en direz tant !
Or cette affirmation est contredite par une étude publiée le 2 avril dans le Lancet par des chercheurs de l’Université de Hong-Kong. Ils ont mesuré la stabilité du SARS-CoV-2 selon les surfaces sur lesquelles il pouvait se trouver. Donc, sur un matériau comme le papier, 3 heures ont suffi pour que le virus ne soit plus infectieux ; sur du verre, il faut quatre jours ; et, dans certains cas, il faut 7 jours sur du plastique. 
400 ans n’oublions pas ! 
Masques et gants jetables polluent déjà les fonds marins… et viennent alimenter ce continent plastique qui n’est rien d’autre que le cimetière de la mondialisation où reposent les restes de notre folie de consommation. Rappelons aussi que sur les dix tonnes de plastique produites chaque seconde dans le monde, seules 9% sont recyclées, le reste est incinéré ou finit au fond de l’océan. 
Tous ces déchets représentent non seulement un danger pour la biodiversité mais remettent aussi en cause notre mode de production et de consommation, il faut juste espérer que nous serons capables d’une réaction collective pour susciter un nouvel élan dans la lutte contre le plastique !

N’oubliez pas que dans un rapport publié le 18 mai, le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA) a montré que la pollution en Chine a remonté, quelque temps après le déconfinement et en pleine reprise des activités économiques, à des niveaux plus élevés qu’avant le confinement. 

Sources et références
https://reporterre.net/En-Chine-la-pollution-est-plus-forte-qu-avant-le-confinement 
https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-26-mai-2020 
Manière de voir. Musique et politique. Juin-juillet 2020. 

 

Nowakowskismes 4.22. « Après vous »

Pendant plus de 50 jours, en pleine période de reproduction, la faune et la flore sauvage ont bénéficié d’un répit salvateur. Comme une respiration. Un temps suspendu rompant l’éternelle prédation de l’humain sur la nature. En son absence, elles ont pu s’épanouir, se développer là où on ne les attendait pas, gagnant les rues des villes, nichant dans les interstices libérés de notre emprise. Nous l’avons tous vu, les animaux ont occupé des espaces qui leur étaient auparavant interdits et les observations partout sur le territoire et dans le monde le confirment. 
L’arrêt des activités humaines a stoppé un carnage rendu invisible tellement il était devenu quotidien. Quelques milliers de chouettes et de putois, des dizaines de milliers de salamandres et de hérissons et des millions d’insectes ont eu la vie sauve du fait d’un trafic routier réduit.
La pandémie actuelle ne serait-elle pas une occasion unique pour réfléchir à une nouvelle relation avec le vivant ? Le virus du Covid-19 est, lui-même, issu d’un rapport destructeur à l’environnement, directement lié au saccage des forêts et des écosystèmes (https://nowakowski.hypotheses.org/1110). 
Ne pourrait-on pas profiter de cette période pour réfléchir à une autre manière d’habiter l’espace, de façon moins brutale et moins mortifère pour les non-humains ? « La Terre ne s’occupe pas comme un champ de bataille, nous devons apprendre à la partager. »
D’ailleurs, plusieurs naturalistes et organisations appellent à ce qu’ils appellent un « déconfinement pédagogique » pour éviter un afflux trop massif dans les espaces naturels. Le mois de mai est habituellement le temps où l’affluence est la plus forte et les frustrations engendrées par le confinement ne risquent pas d’arranger les choses surtout qu’une part du vivant s’est habituée à vivre sans les humains. De plus, en pleine période de reproduction, les espaces naturels se sont transformés en nurseries et les forêts regorgent de petits qui n’ont encore jamais rencontré les humains. 
Avec Levinas, faire de la formule de politesse « Après vous » qui devrait être la plus belle définition de notre civilisation au lieu du « moi d’abord »!

Nous sommes le 21 mai 2020 et n’est-ce pas le moment de prendre conscience du caractère toxique de nos interactions avec la nature, du caractère toxique de nos modes de vie ? N’est-il pas temps de tenter d’imaginer une grande substitution, de la vie comme quantité par la vie comme qualité, de tous les joujoux technologiques par la tranquillité matérielle pour tous, de vastes services collectifs gratuits, une nature restaurée et, « peut-être par-dessus tout, du temps ». 

Screen New Deal ! Bienvenue dans le monde selon Microsoft Teams, Zoom, Netflix, Google, Amazon, … 
Il n’a fallu que quelques semaines pour que ça se matérialise. Voici quelques chiffres ! En avril 2020, le nombre d’usagers de Microsoft Teams a augmenté de 70%. Netflix a gagné 15,8 millions d’abonnés pendant le confinement et compte désormais 182,9 millions d’abonnés. Sur les trois premières semaines du mois, Zoom a enregistré en moyenne 300 millions de participants par jour, contre 200 millions en mars. En décembre 2019, ce chiffre s’élevait à 10 millions. Sur les quatre derniers mois, Zoom peut ainsi afficher une hausse de 3000% du nombre de participants !
Donc, il n’a fallu que quelques semaines pour que quelque chose ressemblant à une doctrine « tech » issue du choc pandémique, commence à émerger. 
Ce qui a émergé c’est ce que Naomi Klein a appelé le Screen New Deal. 
En effet, bien plus high-tech que tout ce que nous avons pu voir lors de précédentes catastrophes planétaires, l’idéologie qui s’installe, alors que les libertés sont sérieusement amputées, considère que nos dernières semaines d’isolement physique ne sont pas une douloureuse nécessité pour enrayer la propagation de l’épidémie, mais sont un laboratoire grandeur nature pour l’installation d’un futur sans contacts permanents entre humains, un futur de dématérialisation, un futur à distance, un futur évidemment très rentable pour certains.
Un exemple qui confirme cela, sont les propos tenus par Anuja Sonalker, PDG de la société Steer Tech, une entreprise du Maryland commercialisant des technologies de stationnement en libre-service. Elle a résumé en quelques mots le nouveau terrain des opérations. Il faut construire un avenir peuplé de « technologies sans contact et sans humains [parce que] les humains sont des risques biologiques, alors que les machines ne le sont pas ».
De plus, cet avenir se profile comme un avenir dans lequel nos lieux d’habitation ne seront plus des espaces exclusivement personnels, mais aussi, via une connectivité numérique à haut débit, des écoles, des cabinets médicaux, des bureaux, des gymnases et, voire si l’État le décrète, des prisons. 
Avant la pandémie, nous savions et nombre d’entre nous avions déjà alerté que ces mêmes habitations étaient déjà en train de devenir des lieux de travail mêlant indifféremment temps de travail et temps personnel et familial, que ces mêmes habitations devenaient nos principaux lieux de divertissement, mais aussi les lieux de nos enfermements sous la surveillance permanente « de la communauté » environnante. Mais, et c’est là que les choses s’aggravent, dans cet avenir qui se construit à la hâte, toutes ces tendances sont en train de subir une accélération sans précédent.
Et comme toujours, dans cet avenir, pour ceux qui seront les privilégiés, presque tout sera livré à domicile, soit « virtuellement » via le streaming et les technologies du cloud, soit physiquement via des véhicules sans conducteur ou des drones, par l’intermédiaire d’un écran « partagé » connecté à une plateforme numérique. 
Ainsi, dans cet avenir, on emploiera beaucoup moins d’enseignants, de médecins et de chauffeurs. 
Dans cet avenir, on n’acceptera ni argent en espèces, ni cartes de crédit parce que ces moyens de paiement sont potentiellement porteurs de virus. 
Dans cet avenir, les transports en commun disparaitront et tout ce qui relève de l’art vivant et des manifestations culturelles seront définitivement bannis du paysage et de la vie. 
Enfin, cet avenir sera prétendument géré par ces fameuses « intelligences artificielles » portées aux nues par leurs promoteurs, les fabricants et les institutions. Mais la réalité est qu’elles doivent leur existence aux dizaines de millions de travailleurs anonymes cachés dans des entrepôts, des centres de données, des usines de modération de contenu, des ateliers clandestins électroniques, des mines de lithium, des fermes industrielles et des prisons. Des dizaines de millions de travailleurs invisibles hyper-exploités et à la merci de la contagion. Bienvenue dans le Metropolis de Fritz Lang !
Dans cet avenir, en s’appuyant sur ces « intelligences artificielles », chacun de nos mouvements, chaque mot, chaque relation sera traçable, stockée, modélisée et sera exploitable grâce à des collaborations sans précédent entre les gouvernements et les géants de la technologie.
Et si tout cela vous semble familier, c’est parce que dans un passé ancien, en février 2020, l’époque d’avant COVID, cet avenir nous était vendu au nom de la commodité, de l’individualisation et de la personnalisation pour notre liberté et notre confort.
Nous étions quelques-uns à avoir de grandes inquiétudes face aux atteintes répétés contre la liberté, au renforcement des inégalités en particulier en matière de santé et dans l’accès à l’enseignement en ligne. Mais aussi au sujet des voitures autonomes et des flottes drones reposant sur le déploiement massif de la 5G. 
Mais plus insidieusement, nous étions quelques-uns à être inquiets face à la généralisation du commerce sans argent amplifiant la localisation automatisée en effaçant petit-à-petit la confidentialité et en enracinant les discriminations.
Enfin, nous étions quelques-uns à nous inquiéter de la promotion faite pour ces «villes intelligentes» truffées de capteurs visant à éliminer la gouvernance locale. 
Nous étions quelques-uns à être préoccupés par la puissance financière et le pouvoir sans opposition d’une poignée d’entreprises technologiques menaçant la démocratie et dominant tout, des médias aux transports, de la santé à l’éducation… 
Et là, aujourd’hui, dans ce contexte mondial, il nous est vendu la promesse dystopiques douteuse que ces technologies sont les seuls moyens capables de protéger nos vies contre les pandémies, les clés indispensables pour assurer notre avenir serein et notre sécurité et celle de nos proches.
Et nombreux sont ceux, décideurs, politiques, qui déclarent vouloir réinventer la réalité post-Covid en tablant sur l’intégration permanente de la technologie dans tous les secteurs de la vie servant ainsi le projet de société promu par Google, Microsoft, Amazon et tous les autres issus de la start-up nation. 
Ils ont un projet pour l’humanité. 
Pour eux, bientôt, nous serons plus contraints de vivre dans le monde physique, que nous habiterons dans un monde façonné par les nouvelles technologies. Quand on est dans la Silicon Valley, leur berceau, il n’est pas rare d’entendre les gens dire : « ne tombe pas malade, tiens encore le coup quelques années, parce que bientôt la technologie guérira des maladies et même de la mort ! ». Là, dans cette « Valley », la technologie est la solution et produit une vision du monde guidée par trois maîtres-mots, la régulation, la gestion et la sécurité (relisez les Nowakowskismes 3.13 intitulés Retour à San Francisco https://nowakowski.hypotheses.org/643).  
Chargés de ce triangle, ils sont là, faisant le sièges des bureaux des décideurs, pourvoyeurs de solutions miracles pour la télé-santé, l’apprentissage à distance et bien d’autres, s’engageant à n’utiliser la technologie que pour rendre le monde meilleur (don’t be evil! Disait l’autre !). Et on s’incline nombreux et bien bas devant cette capacité de « grand visionnaire » de la Fondation Bill et Melinda Gates et sa vision d’« un système éducatif plus intelligent », se débarrassant de tous ces bâtiments, de toutes ces salles de classe et de tous ces enseignants pour les remplacer par de la technologie. 
Or, cette technologie sera-t-elle soumise aux règles de la démocratie et de la surveillance publique ? Sera-t-elle déployée accompagnée d’une frénésie d’exceptions, sans que soient posées les questions cruciales qui façonneront notre vie pour les décennies à venir ? Est-il normal que les réseaux et nos données soient entre les mains d’acteurs privés tels que Google, Amazon et Apple ? N’oublions pas que le réseau Internet est essentiellement constitué de câbles. Et donc qu’en est-il ? Amazon, Facebook et Softbank ont annoncé le projet un nouveau câble trans-pacifique nommé « Jupiter » pour 2020. Jupiter c’est une longueur du câble de 14 000 kilomètres et une capacité de 60 térabits par seconde. Google lui a investi dans les câbles « Unity » en 2008, « SJC » en 2011 puis « Faster » en 2016. Facebook, Microsoft et un opérateur télécom espagnol ont annoncé, en septembre dernier, avoir déroulé Marea, entre l’Espagne et les Etats-Unis, soit 6 600 kilomètres de câble avec la capacité record de 160 térabits par seconde. Alors que Facebook, Google et Amazon se sont « accaparé » le Web, avec une mainmise particulièrement flagrante depuis 2014 jusqu’à ce que certains parlent même de « Trinet », doit-on pour autant accepter que l’Internet physique suive le même chemin et tombe aux mains des mêmes acteurs ? 
Or si Internet est essentiel pour tant de choses dans nos vies, comme c’est clairement de plus en plus le cas, ne devrait-il pas être traité comme un service public à but non lucratif ?
Le problème, comme toujours dans ces moments de choc collectif, est l’absence flagrante de débat public sur ce à quoi ces changements devraient ressembler et à qui devraient-ils bénéficier, les entreprises technologiques privées ou les citoyens ?
Notre monde est ainsi confronté au choix bien réel et certainement difficile entre investir dans l’homme ou investir dans la technologie. Parce que la vérité brutale est que, dans l’état actuel des choses, il est très peu probable que nous fassions les deux. Si les entreprises technologiques remportent leur féroce campagne de lobbying pour l’apprentissage à distance, la télé-santé, la 5G, les véhicules autonomes, … – leur Screen New Deal – il n’y aura tout simplement plus d’argent pour les priorités publiques urgentes, sans parler de la planète et de ses besoins urgents. Les écoles publiques, les universités, les hôpitaux et les transports en commun seront encore plus confrontés à des questions existentielles sur leur avenir malgré tous les beaux discours.
La technologie fournit des outils puissants, mais toutes les solutions ne sont évidemment pas technologiques. Or, le problème avec l’externalisation des décisions clés sur la façon de «ré-imaginer» nos États et nos villes à des hommes tels que Bill Gates et Schmidt est que ces gens ont passé leur vie à défendre le fait qu’il n’y a aucun problème que leur technologie ne peut résoudre, et que grâce à eux, le monde ira mieux. Certains et ils sont nombreux, en sont persuadés. 
Prenez l’exemple du gouverneur de New York. Regardez le sourire qu’il affichait quand il a annoncé que l’ancien PDG de Google, Eric Schmidt, en sauveur, dirigera le groupe qui sera chargé de réinventer l’Etat de New York post-Covid grâce à la technologie dans la sécurité, la gestion et la régulation garanties. Pour eux, et pour beaucoup d’autres dans la Silicon Valley, mais aussi pour tous les apprentis sorciers de la technologie et technocrétins, la pandémie est une occasion en or de recevoir non seulement la gratitude du monde, mais surtout la déférence et le pouvoir qui leur est dû et qu’ils appellent de leurs voeux depuis si longtemps. En confiant à l’ancien président de Google le pilotage de l’équipe qui façonnera la réouverture de l’État, le gouverneur de l’Etat de New York lui signe un chèque en blanc, il ne reste plus qu’attendre pour voir quels seront les suivants.
Et en France alors ? L’Assemblée nationale vote en urgence une loi obligeant les plateformes (Facebook, YouTube, Google, Twitter) de retirer des «  contenus manifestement illicites » sous 24 heures. Cette loi repose sur une idée simpliste. Il suffirait de rendre les intermédiaires techniques responsables des contenus publiés par des tiers, de les contraindre à retirer tout ce qui leur est signalé comme étant « manifestement illicite » sous peine d’amendes démesurées, pour que nous soyons tous protégés des méchants, car c’est très urgent. La sanction encourue fixée dans la loi pourrait atteindre 4 % du chiffre d’affaires. Et ce n’est pas tout, cette loi qui confie aux plateformes privées bien connues et à tous les sites web leur confie le « soin » de censurer en 1h (pas en 24h) les contenus signalés par la police comme relevant du « terrorisme », sans que cette qualification ne soit donnée par un juge. Si le site ou la plateforme ne censure par le contenu (par exemple car le signalement est envoyé un week-end ou pendant la nuit) la police peut exiger son blocage partout en France par les fournisseurs d’accès à Internet (Orange, SFR…). La séparation des pouvoirs est entièrement écartée : c’est la police qui décide des critères pour censurer un site. En droit, la notion de « terrorisme » est suffisamment large pour lui donner un large pouvoir discrétionnaire, par exemple contre des manifestants ou des militants écologistes. Par cette loi votée dans l’urgence, c’est donc la police qui décide des critères pour censurer un site. C’est la police qui juge si un site doit être censuré. C’est la police qui exécute la sanction contre le site. Le juge est entièrement absent de toute la chaîne qui mène à la censure du site. Ceci est pour le moins étonnant dans un État qui, bien qu’en état d’urgence sanitaire, se dit encore « de Droit »…
Dans ce contexte, il y a fort à parier que les plateformes risquent d’appliquer un principe de précaution. Dans le doute, retirer tout contenu, quitte à porter atteinte à la liberté d’expression, pour ne pas risquer les sanctions. En effet, quand on délègue à des entreprises privées le droit de juger de ce qui est légal ou illégal, on s’expose à une censure de très grande ampleur – parce que c’est plus simple et moins cher de censurer que de se poser des questions, surtout quand on risque des amendes de très grande ampleur, et que le profit est le seul guide des entreprises privées.
Encore mieux, en France, pour la période allant de juillet à décembre 2019, le gouvernement français n’a jamais réclamé autant de données à Facebook. En effet, depuis 2013, Facebook publie un rapport bi-annuel pour faire un état des lieux des données réclamées par les gouvernements. Le dernier rapport de transparence vient d’être publié. Entre janvier et juin 2013, la France avait effectué 1 547 demandes. Entre juillet et décembre 2019, ce sont 7 001 demandes qui ont été formulées pour obtenir des informations personnelles. Facebook a répondu positivement à 83% de ces demandes. Ailleurs qu’en est-il ? Et bien, sur la même période, le Japon a effectué 43 demandes, l’Italie 2 466, la Russie 8, la Finlande 81, les Émirats Arabes Unis 13, l’Argentine 2 149 et les États-Unis 51 121. 
En France, contrairement à l’avis de la CNIL, du Conseil national des médecins, du Conseil national des avocats et des hôpitaux, le gouvernement français a décidé de confier à Microsoft le stockage de toutes les données de santé. En effet, une ordonnance publiée le 21 avril 2020 oblige les hôpitaux à intensifier l’envoi des données de santé à Microsoft. Pourquoi ? Parce que le HealthDataHub (HDH), en français dans le texte, est en cours de déploiement. Le HDH en tant que guichet unique d’accès à toutes les données de santé vise à permettre le développement de systèmes d’intelligence artificielle appliqués à la santé. Toutes ces données produites par tous les citoyens français viendront des systèmes information des hôpitaux, des pharmacies, des dossiers médicaux partagés et des données de la recherche,… Le volume de données hébergées devrait augmenter de façon exponentielle, notamment avec l’émergence de la génomique, de l’imagerie et de la multiplication des objets connectés. Et donc, toutes ces données seront stockées sur Microsoft Azure, la plateforme de cloud computing de Microsoft. Prétextant un projet de recherche « d’intérêt public », un concept juridiquement vague, les GAFAM mais aussi les start-ups et les assurances pourront désormais accéder aux données de santé et au pouvoir financier qu’elles représentent !
En France, toujours, la commission départementale des mines de Guyane a donné un avis largement favorable aux prémices d’un nouveau projet de mine d’or de taille industrielle nommé « Espérance ». il est porté par la compagnie minière américaine Newmont associée à un opérateur local, la compagnie minière Espérance (CME). Envisagée en pleine forêt, elle nécessiterait une usine à cyanuration et l’extraction de « 20 millions de m3 de roches » pour creuser une fosse de 300 mètres de profondeur sur 1,5 km de longueur. Cela déboucherait sur un premier gisement de « 65 tonnes » d’or selon les documents de l’opérateur ! 
Tout cela alors que nous savons que la déforestation massive altère gravement la biodiversité, accélère les changements climatiques et favorise l’émergence d’espèces vectrices d’épidémies. 
Alors et après ? Nous ne pourrons plus sortir cette excuse magnifique : «Je ne pouvais pas faire autrement ! » Le temps n’est-il pas venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : «Au fond, ce n’est pas moi», «On m’a demandé de le faire», «De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place !». Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. Ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.
Souvenez-vous « Après-vous » au lieu de « moi d’abord » !

Sources et références
https://usbeketrica.com/article/les-cables-d-internet-qui-sont-ils-quels-sont-leurs-reseaux
https://www.theguardian.com/news/2020/may/13/naomi-klein-how-big-tech-plans-to-profit-from-coronavirus-pandemic
Entretien avec Richard Powers dans America Mag n°13
https://siecledigital.fr/2020/05/13/le-gouvernement-francais-reclame-de-plus-en-plus-de-donnees-personnelles-a-facebook/
https://reporterre.net/Retour-dans-la-nature-la-vie-sauvage-s-est-epanouie-respectons-la 
Problèmes de la transition par Frédéric Lordon, https://blog.mondediplo.net/problemes-de-la-transition 
«C’est confortable d’obéir», https://www.liberation.fr/debats/2017/08/30/c-est-confortable-d-obeir_1593054 
https://interhop.org/le-gouvernement-contraint-les-hopitaux-a-abandonner-vos-donnees-chez-microsoft_en/