Nowakowskismes 4.4. « Sorry we fucked you ! »

Selon GreenIT, l’empreinte environnementale (dont l’empreinte énergétique) du secteur numérique – provenant historiquement des ordinateurs et dispositifs d’affichage associés – sera beaucoup plus forte d’ici à 2025 en raison de :

  • la très forte croissance du nombre d’objets connectés (estimé à 48 milliards au niveau mondial en 2025 contre 1 milliard en 2010) ;
  • le doublement de la taille des écrans, notamment de télévision (entre 2010 et 2025) ;
  • un « tassement des gains en matière d’efficience énergétique » (alors que ceux-ci progressaient « sans interruption » jusqu’ici) ;
  • une empreinte plus importante de la consommation d’électricité, celle-ci augmentant fortement dans les pays émergents dont les mix électriques sont généralement plus carbonés que ceux des pays occidentaux.

Au total, GreenIT estime que la consommation d’électricité du secteur numérique pourrait être multipliée par 2,7 entre 2010 et 2025 « parce que le nombre d’équipements augmente, mais aussi parce que certains équipements consomment de plus en plus d’énergie ».

Ce soir les Nowakowskismes nous emmènent dans un monde meilleur, dans un monde où on n’embauche pas, mais on embarque, un monde qui laisse s’installer un esclavage moderne. Ce soir, les Nowakowskismes détournent le titre du film de Ken Loach, « Sorry we missed you » pour aller creuser du côté du ce qui n’est pas une vie et pour aussi vous dire, allez voir ce film. 

En transformant des particuliers possédant un smartphone et un véhicule en chauffeurs occasionnels, ceux possédant un smartphone et un vélo en livreurs de nourriture, ceux possédant un smartphone et une camionnette en chauffeur-livreur, tous sous le statut d’auto-entrepreneurs, Uber s’est inscrit dans le vocabulaire courant, et a donné au néolibéralisme un moyen infaillible pour amplifier par la technologie, la précarisation. 

Commençons par quelques éléments de contexte. 

En effet pour les entreprises contemporaines, l’adoption massive de technologies de l’information et de la communication sont la cause de confusions. La terminologie employée est vague parce qu’à la fois focalisée sur des concepts à la mode comme la « disruption », et l’« uberisation », et sur ce qu’on a appelé à savoir la « transition numérique ». On peut aussi y voir les prémices d’une nouvelle phase industrielle, et on a alors parlé de « révolution numérique », voire d’« industrie 4.0 ». Derrière ces définitions et approches uniquement technologiques, on a mis de côté les dimensions sociales des usages numériques.
Tout ceci s’accompagne d’un récit qui inscrit les processus technologiques dans une dynamique de progrès nécessaires et vitaux pour satisfaire des logiques d’efficacité et de moindre effort. L’objectif étant de préparer fatalement le remplacement des humains faillibles et fragiles par des solutions automatiques bien plus performantes et économiques. 
Et c’est là qu’intervient la notion de « plateformisation » ou encore l’ « uberisation ». Ceci ne signifie pas nécessairement la disparition du travail, mais une modification du « ratio travail implicitement productif/emploi formellement reconnaissable ».
Ainsi, avec les plateformes, le marché et l’entreprise ont tendance à converger. Un exemple parmi d’autres est représenté par les géants du commerce électronique comme Amazon et Alibaba, qui sont à la fois des entreprises aux hiérarchies marquées, et des marketplaces où plusieurs acteurs gèrent l’incertitude et où chaque transaction a un prix affiché et non nul.
Les plateformes se caractérisent alors par leur capacité à coordonner au travers de dispositifs d’appariement algorithmique toutes les catégories d’utilisateurs : consommateurs, producteurs, opérateurs logistiques, gestionnaires de systèmes de paiement, modérateurs. 
De plus, les plateformes convergent vers une forme particulière de marchés, joliment nommés multifaces. En effet, pour certains acteurs sociaux (fournisseurs, annonceurs, etc.), les transactions se réalisent à un prix positif ; d’autres comme par exemple les consommateurs d’informations sur certains médias sociaux bénéficient eux d’un prix nul, voire même d’un prix négatif, puisqu’ils sont rétribués pour leur usage. Ainsi, par exemple, le modèle économique de Google se fonde sur le marché de la publicité : les annonceurs paient pour acheter les données, alors que les utilisateurs profitent de la soi-disant « gratuité » du service rendu.
Tout ceci s’est définitivement mis en place il y a 10 ans avec la crise financière de 2008. D’un côté les banques, les états, Wall Street, le FMI prônant une austérité terrible et de l’autre la Silicon Valley et ses entreprises du numérique exaltant l’abondance et l’innovation et des bouleversements consécutifs.
La crise financière mondiale s’est soldée par un sauvetage du système bancaire et a transformé l’Etat social en un champ de ruines. Le secteur public, ultime rempart contre les avancées de l’idéologie néolibérale, en est sorti mutilé, voire dans certains cas totalement anéanti. Les services publics ayant survécu aux coupes budgétaires se sont vus contraints de mettre en place une logique de rentabilité. 
Le second bouleversement a été de mettre en place une logique du tout numérisé et de tout connecté à Internet. Ce phénomène est bien sûr parfaitement normal si nous écoutons les investisseurs capitalistes. Pourquoi ? Parce que bien évidemment, les institutions doivent choisir entre innover ou mourir !
La magie de la technologie va alors tout naturellement se glisser dans les moindres recoins de nos vie. Et donc s’opposer à l’innovation reviendrait à renoncer aux grands idéaux des Lumières, de l’humanité blanche conquérante. Les dirigeants de Google, d’Amazon et de Facebook seraient des réincarnations des grands esprits des Lumières dans les corps d’entrepreneurs technophiles, mégalomanes et asociaux.

Revenons avec un petit exemple significatif des changements que nous sommes en train de vivre, sous cet évangile de l’innovation. 
Partons faire un tour à Barcelone. Voici le tableau. 
Comme beaucoup d’institutions culturelles espagnoles, un club de stand-up, le Teatreneu, connaissait une baisse de fréquentation depuis que le gouvernement, cherchant désespérément à couvrir ses besoins de financement, avait décidé d’augmenter la taxe sur les ventes de billets de 8 % à 21 %. 
Les administrateurs ont alors trouvé une solution ingénieuse. En passant un partenariat une agence de publicité, ils ont équipé le dos de chaque fauteuil de tablettes dernier cri capables d’analyser les expressions faciales des spectateurs. 
Dans ce nouveau modèle, les spectateurs peuvent entrer gratuitement dans le théâtre mais doivent payer 30 centimes à chaque rire reconnu par la tablette — le tarif maximum étant fixé à 24 euros (soit 80 rires) par spectacle. 
Du même coup, le prix moyen du billet a augmenté de 6 euros. 
Et bien sûr, une application mobile facilite le paiement. Vous pouvez paussi artager avec vos amis des selfies de vous riant aux éclats.
En voilà un modèle parfait, vous payez plus cher, vous alimentez un système avec une quantité invraisemblable de données personnelles, mais vous ne payez que si vous riez, et en plus, vous pouvez partager ! Votre partie de rigolade dans un club de stand-up est alors rapprochée des livres que vous avez achetés, des sites que vous avez fréquentés, des voyages que vous avez effectués, des calories que vous avez brûlées. En fait, volontairement, tous vos faits et gestes s’intègrent dans un profil unique monétisable et optimisable.
En voilà de l’innovation et de la bonne n’est-ce pas ?! 
La conséquence est la prolifération des capteurs intelligents connectés et par là la création de nouveaux modèles d’entreprise et de nouvelles sources de revenu pour certains, et le début de l’esclavage pour d’autres, les plus nombreux.
Le progrès technologique a permis cela mais il y a des origines ailleurs. Dans ce contexte de crises politiques et économiques, tout ceci aura une profonde incidence sur notre mode de vie et nos relations sociales. En effet, il va être difficile de préserver des valeurs comme la solidarité dans un environnement technologique fondé sur des expériences personnalisées, individuelles et uniques. Qu’on le veuille ou non notre vie quotidienne se trouve bel et bien bouleversée par des forces bien plus sournoises que la numérisation ou la connectivité qu’il nous faut étaler au grand jour et les Nowakowskismes sont là pour cela. 
Parce que le fétiche de l’innovation ne doit pas être le joujou qui nous fera avaler la pilule amère de ce monde néolibéral. 
Un joujou contre notre docilité ! Un joujou pour afficher au combien nous sommes des acteurs de la modernité ! Venez investisseurs ! Croissez Start-up ! 
Revenons dans notre bonne vieille ville de Nancy. 
Nancy – 2 Starbucks, je ne sais combien de Mc Do, 1 Burger King, Google, … et pour bientôt …. Uber ! Vous l’avez rêvé ? Nancy l’a fait ! 
Quelques informations qui peuvent être utiles. 
Aux Etats Unis, un chauffeur Uber gagne l’équivalent du salaire minimum américain, une fois ses charges déduites. Le succès de Uber de ces dernières années ne les a pas aidés, au contraire. En effet, pour gagner cette somme, les chauffeurs sont passés en quelques années de 8 à 9 heures de travail par jour à 12 ou 14 heures ! Uber défend l’idée de l’autonomie des chauffeurs, de leur liberté de travailler quand ils le souhaitent, de la flexibilité;… bla bla bla. Vous y croyez vous ? 
En fait, les chauffeurs d’Uber ne reçoivent ni les informations nécessaires pour agir dans leur intérêt et n’ont pas l’autonomie pour le faire. En fait, avec ce travail gamifié selon Uber, les chauffeurs sont rendus compulsifs à l’application et aux ordres qu’elle délivre. De plus, cette gestion algorithmique de la force de travail suppose une surveillance totale (jusqu’aux tremblements du téléphone pour s’assurer que le conducteur conduit en toute sécurité !). 
Faire ami-ami avec Uber c’est aussi développer une dépendance excessive à ses flux de données. Au lieu de laisser Uber aspirer une grande partie des informations relatives aux déplacements, les villes devraient chercher à obtenir ces données par leurs propres moyens. Elles pourraient alors autoriser les entreprises à les utiliser pour implanter leur service. En fait, si Uber se montre si efficace, c’est parce qu’elle contrôle la source de production des données : nos téléphones lui disent tout ce qu’il a besoin de savoir pour planifier un itinéraire. 
Et donc si les villes prenaient le contrôle de ces données, l’entreprise, qui ne possède quasiment aucun actif, n’atteindrait pas les quelques 90 milliards de dollars de valorisation. On peut évidemment douter qu’il soit si coûteux de concevoir un algorithme capable de mettre en relation l’offre et la demande…
Enfin, Uber a provoqué « un changement culturel fondamental sur ce que signifie avoir un emploi ». Uber a tiré un maximum de valeur des conducteurs en surfant sur les limites et ambiguïtés des normes culturelles et juridiques. Uber a simplement mis en place une logique d’optimisation de la sous-traitance hyper-efficace pour ceux qui sont aux commandes et évidemment sur le dos de tous ceux qui triment dans l’ombre de leur voiture ou de leur camionnette blanche. 

Puisque nous parlons d’uberisation, et que le titre de ces Nowakowskismes est « Sorry we fucked you » vous avez compris que j’avais aussi envie de vous parler du dernier film de Ken Loach qui lui s’intitule « Sorry we missed you ». 
Dans son dernier film, et avec son efficacité bien connue, Ken Loach expose lumineusement la mécanique diabolique de la nouvelle organisation technologique du travail. 
Dans cette nouvelle organisation, c’est le travailleur lui-même qui entre dans un système qui lui fait subir une pression terrible, tout en lui faisant miroiter l’illusion de l’indépendance, de la maîtrise de son destin. 
Ce monde est celui de ces camionnettes blanches que nous voyons tous partout sur les routes, dans nos villes, garées au plus près d’un numéro de portes expulsant un conducteur livreur coureur. 
Ces camionnettes blanches sont les symboles d’un capitalisme dévorant. Circulant à vive allure, au mépris de la sécurité, de la fatigue, les chauffeurs entrent dans un asservissement indissociable du boitier ultra-moderne surnommé le « gun » qu’ils doivent toujours avoir avec eux. Ce boitier sert à scanner les codes-barres, à enregistrer toutes les opérations, il effectue une surveillance permanente des faits et gestes du chauffeurs, il impose la cadence des livraisons obligeant les chauffeurs à pisser dans une bouteille en roulant pour pouvoir suivre la feuille de route et ne pas être sanctionnés. 
L’histoire de « Sorry we missed you » est celle-ci. Après avoir fait mille petits boulots, le père se met à son compte comme chauffeur-livreur pour une plateforme de vente en ligne. Le chef du dépôt lui explique le travail, les cadences à respecter, tout en vantant la prétendue liberté dont il va bénéficier comme auto-entrepreneur. Un nouveau type d’emploi où il n’est pas embauché mais où il « embarque ». 
En réalité, il embarque pour une forme d’esclavage moderne d’autant plus infernal qu’accepté. 
Il doit investir dans une camionnette qui l’amène à convaincre sa femme de vendre leur seul bien, la voiture qui lui permet de faire ses tournées aux quatre coins de la région, elle est auxiliaire de vie auprès de personnes handicapées, de personnes âgées et fait des journées de 13h, elle aussi sans contrat. 
Elle n’est pas souvent à la maison non plus. Et quand ils s’y retrouvent cela se passe de moins en moins bien.
Dans « Sorry we missed you », on voit la fureur grandissante, l’impuissance face au système, et les disputes de plus en plus nombreuses au sein d’un foyer où la douceur cède la place aux cris, mais en soulignant, toujours comme une lointaine lueur dans l’obscurité, une forme de tendresse, de complicité, de solidarité, d’amour comme derniers remparts humains. 
« Sorry We Missed You » ne propose pas d’alternative possible au mode de vie libéral, ni même d’utopies. Ricky et Abby veulent d’abord de l’argent pour avoir leur propre maison. Ils sont déjà endettés mais leur plus grande joie serait que toute la famille puisse vivre heureuse sans manquer de rien. « Sorry We Missed You » dresse ainsi le portrait d’une famille en difficulté qui rêve de s’en sortir par le biais d’un système économique qui n’est plus discutable. 
Et, non seulement, Ricky s’autodétruit à vue d’œil, mais son rêve de propriétaire s’éloigne, ses dettes augmentent, et ce qu’il a de plus précieux, sa famille, est en train de se décomposer.
Lors d’une tournée qu’il effectue avec sa fille, elle s’intéresse à cet objet, ce boitier, ce « gun » en posant La question : mais qui a vraiment la contrôle de cette boite ? La vraie bonne question ! Et peut-être là, Ken Loach garde encore confiance en la génération qui arrive, capable d’être critique à l’égard de tous ces terminaux. 
« Sorry we missed you » c’est la description d’un engrenage vers l’enfer. C’est le doigt sur les ravages du néolibéralisme jusque dans les services à la personne, jusqu’à l’oubli de l’autre. Abbie aide à domicile fait des heures en n’en plus finir, non payées, mais toujours pleine d’attention, mais sans reconnaissance, ni aide, rien pour l’accompagner. Quand elle a besoin d’aide c’est un interlocuteur dématérialisé « joignable » uniquement par téléphone, et complètement désintéressé.  
Dans « Sorry we missed you », Ken Loach a plus que jamais le cœur à se battre pour les damnés de la terre, mais il n’a pas du tout le coeur à rire (nous ne sommes pas dans La part des anges). D’ailleurs, comment pourrait-il être léger alors qu’il voit le travailleur du XXIe se transformer en esclave volontaire, définitivement isolé car la solidarité s’est évanouie, et le combat syndical égaré. Ce film est tellement désespéré que Ken Loach se refuse même à le mener  jusqu’à sa fin inéluctable.
Je vous invite donc à ne pas manquer ce film qui peut nous amener à nous questionner sur la responsabilité que nous avons collectivement dans ce désastre. Et pour conclure ces Nowakowskismes, ces quelques vers de Charles Bukowski :

« Ta vie est ta vie
Ne te laisse pas abattre par une soumission moite
Sois à l’affût 
Il y a des issues 
Il y a de la lumière quelque part 
Il y en a peut-être peu
Mais elle bat les ténèbres 
Sois à l’affût 
Les dieux t’offriront des chances 
Reconnais-les
Saisis-les
Tu ne peux pas battre la mort
Mais tu peux l’abattre dans la vie
Et le plus souvent tu sauras le faire
Le plus il y aura de lumière 
Ta vie, c’est ta vie 
Sache-le tant qu’il est temps
Tu es merveilleux
Les dieux attendent cette lumière en toi. » 

Ce poème s’intitule Le coeur riant pour reprendre un peu de courage dans ce monde. 

Sources
– Empreinte environnementale du numérique mondial
https://www.greenit.fr/wp-content/uploads/2019/10/2019-10-GREENIT-etude_EENM-rapport-

Extrait Bastamag 11 septembre 2019: Uber et Deliveroo à l’offensive pour affaiblir encore plus les droits des travailleurs  
“… Dans les registres officiels du lobbying européen, Uber déclare moins de 900 000 euros de dépenses en 2017, ce qui est relativement peu pour une entreprise de cette taille. « Mais il suffit de creuser un peu plus et il devient évident que l’influence d’Uber à Bruxelles est beaucoup plus importante que cela », observe le rapport de CEO. Ainsi, l’entreprise de chauffeurs a obtenu plus de 50 rendez-vous avec des membres de la précédente Commission européenne entre 2014 et 2018. L’entreprise est aussi membre de plusieurs groupes de lobbyistes bruxellois : BusinessEurope (le plus important lobby patronal européen), AmCham (la chambre de commerce des États-Unis), l’association de l’industrie du numérique Computer and Communications Industry Association et l’European Internet Forum. Autant de lieux où Uber peut faire valoir sa vision du travail et du statut que devrait avoir ses chauffeurs. “

https://www.bastamag.net/Uber-Deliveroo-lobbying-Bruxelles-directive-loi-orientation-des-mobilites-travailleurs-independants

et aussi Antonio Casilli et Evgeny Morozov

Nowakowskismes 4.3. « Soyez prêts pour un monde meilleur ! »

Les Nowakowskismes entrent en campagne électorale.
Alors accrochez-vous !

Soyez prêts pour un monde meilleur 
Soyez prêts pour ce qui a de meilleur pour vous et vos enfants ! C’est le moment, nous sommes à la croisée des chemins, ne laissons pas passer cette opportunité de disposer enfin de ce meilleur des mondes que nombreux ont appelé de leurs voeux !
Avec nous, ce sera chose faite !
Aujourd’hui, vous ne pouvez pas encore voir ce qui est en train de se produire et peut-être n’en avez-vous même jamais entendu parler. Mais ce soir, avec nous et le programme que nous allons vous exposer, vous y verrez plus clair. 
Bientôt vous verrez ce que des ingénieurs et des codeurs déploient à huis clos, dans des lieux  sécurisés, loin de la vue du public. Aujourd’hui, seuls les mathématiciens et les informaticiens comprennent parfaitement le changement radical, alimenté par l’intelligence artificielle (IA), les algorithmes prédictifs, la modélisation des risques et la biométrie mais avec nous, vous allez en bénéficier. Parce que partout dans le monde, et nous leur emboiterons le pas, des petites villes de l’Illinois aux États-Unis à Rochdale en Angleterre, de Perth en Australie à Dumka dans le nord de l’ Inde, une révolution que nous ferons nôtre, est en cours. 
Cette révolution technologique va nous permettre de rénover le système de protection sociale. Ensemble nous contribuerons à la naissance de l’ État providence numérique. Les allocations de chômage, les pensions alimentaires pour enfants, les subventions pour le logement et l’alimentation, et bien d’autres encore, c’est avec les données que nous allons collecter que nous allons transformer les besoins des citoyens vulnérables en chiffres. Les chiffres ne mentent pas, ils sont produits par la réalité ds besoins collectés sur les différentes plateformes que nous allons déployer.  Ainsi, nous créons enfin ce que certains ont appelé « le foyer numérique ». Nous remplacerons alors  le jugement des agents de traitement de tous ces cas individuels, fragiles, soumis aux agressions et aux contestations par une prise de décision froide et calculée, incontestables puisque mathématique et produite par des IA, et tout ceci sans effusion de sang, ni manifestations.
Écoutez-nous, et vous verrez la réalisation de grandes promesses. Vous verrez comment les nouvelles technologies vont transformer la pauvreté en une entreprise noble et bénigne. Par l’usage des IA et des technologies de pointe, nous accélérerons le versement des prestations, nous augmenterons l’efficacité et la transparence, nous réduirons le gaspillage, nous ferons économiser de l’argent aux contribuables, nous éliminerons la faillibilité humaine et les préjugés et nous ferons en sorte que les ressources limitées atteignent ceux qui en ont le plus besoin !
Dans cette époque où l’austérité domine le paysage politique, les programmes informatiques permettront d’optimiser les versements, de réduire ou d’augmenter les avantages sur la base de critères performants que nos informaticiens contrôleront. Et faites-leur confiance, ils savent ce qu’ils font. 
Plus d’erreurs endémiques, nous unirons nos forces pour exiger que les bénéficiaires de l’aide sociale remboursent des « trop-payés » sur une période pouvant aller jusqu’à 30 ans. Ce système dit de la « dette zombie » allié à la technologie, suscitera la peur chez tout ceux qui voudraient magouiller.
Comme je l’ai dit lors d’un précédent meeting : « Vous devez ce que vous avez mangé ».
Dans un avenir très proche, nous allons consacrer des millions d’euros au développement d’une nouvelle génération de robots de bien-être pour remplacer les humains. Notre monde entré dans la modernité et le progrès parlera alors de « main-d’œuvre virtuelle »,  de « prise de décision augmentée » et d’ « automatisation des processus de robot ». 
Pour plus d’efficacité encore, nous généraliserons la reconnaissance biométrique, empreinte du pouce ou reconnaissance faciale, nous verrons, pour accéder aux services publics. Ainsi nous pourrons lier les déjeuners des enfants des écoles aux cartes biométriques nationales et nous utiliserons l’automatisation pour suspendre les paiements d’aide sociale que les programmes considèreront comme inutiles. 
Quand l’ordinateur dira « aucun paiement », il n’y aura aucun paiement ! 

Chers concitoyens et chères concitoyennes, nous irons plus loin encore. Alors que la Chine a montré comment le « crédit social » pouvait rendre de nombreux services, nous allons très rapidement  déployer un système de reconnaissance faciale pour sécuriser l’accès aux services publics en ligne. Nous lancerons des appels à projets, et la reconnaissance faciale permettra à nos chercheurs et nos entreprises de devenir des leaders mondiaux dans ce domaine prometteur. Prometteur tant du point vue technologique que du point de vue économique. Nombreux sont les états qui s’adresseront à nous pour obtenir nos solutions, et nos entreprises, nos start-up seront notre fierté ! 
Nous allons réussir à faire disparaître le « Vos papiers ! » 
Juste pour que en compreniez les enjeux, en voici quelques mots. Tout ceci s’appuie sur la biométrie. Qu’est-ce que la biométrie ? Elle sert deux finalités distinctes : l’authentification et l’identification. L’authentification vise à déterminer si une personne est bien celle qu’elle prétend être. Pour cela, on compare ses données biométriques avec celles préalablement collectées (lors d’une demande de papiers). Si les informations ne correspondent pas, l’individu a une autre identité, mais on ne peut pas savoir laquelle. 
L’identification vise à retrouver l’identité associée à une trace biométrique collectée sur une scène de crime par exemple, ou par un système de surveillance. On compare la trace avec l’ensemble des données biométriques contenues dans une base de référence et, si une correspondance apparaît, l’identité de la personne est révélée.
Nos prédécesseurs aux affaires nous ont déjà fait faire un pas de géant dans ce domaine. Le 28 octobre 2016, par un simple décret, ce qui est très fort nous le reconnaissons, a été concrétisé un projet maintes fois repoussés au nom des libertés individuelles. Ce projet concerne la création de la base de données des titres électroniques sécurisés (son petit nom, le TES) qui fusionne le fichier des dossiers de demande de passeport biométrique (vingt-neuf millions en janvier 2017) et le fichier national de gestion des cartes d’identité (cinquante-neuf millions de cartes délivrées depuis 2004). Tout y est, nom, prénom, date et lieu de naissance, sexe, filiation, couleur des yeux, taille, adresse, mais aussi image numérisée du visage, empreintes digitales et signature de chaque individu se trouvent ainsi centralisés et stockés pendant deux décennies (quinze ans pour les mineurs). Remercions nos prédécesseurs d’avoir remis au goût du jour le fichier des « honnêtes gens » et de nous permettre de mettre en oeuvre plus facilement notre vision de la société. 
Donc, en nous appuyant sur les avancées soutenues par nos prédécesseurs, nous allons déployer ce que nous appellerons Authentification en ligne certifiée sur mobile. Ce sera une première en Europe chers concitoyens ! Ce système permettra aux titulaires d’un passeport biométrique ou d’un titre de séjour étranger électronique de s’identifier automatiquement sur des services en ligne. Nous aurons ce que nous pourrons légitimement appeler un « laisser-passer dématérialisé ». Avec ce système, grâce à un logiciel de reconnaissance faciale, un utilisateur fournissant une photo ou une vidéo, dans laquelle il doit réaliser plusieurs gestes, tels que le clignement des yeux ou le mouvement de la tête, sera automatiquement reconnu sans risques d’erreurs ni de falsifications.  
Et, nous soutiendrons les industriels prêts à investir le secteur. Nous lancerons des appels à projets et nous favoriserons toute initiative laissant une place à l’Intelligence artificielle. 
La France ne peut pas manquer le coche, surtout dans une concurrence rude notamment avec la Chine. La Chine, qui a déjà généralisé le fameux « Crédit social », comptera 600 millions de caméras de surveillance à l’horizon 2020, et elle n’hésite pas à largement financer ses champions de l’intelligence artificielle. Mais nous n’avons pas à rougir chers amis, certaines start-up bien de chez nous prétendent même être capables d’identifier un individu en analysant sa démarche. Alors allons-y !
Il y a quelques mois, nous avons même été contactés par une start-up locale qui souhaite intégrer aux caméras de surveillance du tramway un logiciel capable de détecter les émotions des passagers en scannant leur faciès. Cette technologie révolutionnaire permettra d’anticiper toute menace à l’ordre public et par là déjouer tous les actes malveillants voire pires ! La sécurité pour vous tous et vous toutes dans vos déplacements quotidiens.

Chers et chères concitoyens, nous n’avons pas encore parler de nos enfants et de nos familles. « Être prêts pour un monde meilleur », c’est surtout leur accorder une place centrale en déployant les infrastructures qui les accompagneront dans la vie de tous les jours, de l’éducation aux loisirs. 
Quelles sont nos propositions ? 
Vous avez certainement remarqué qu’une grande partie des bureaux de poste a été redéployée dans d’autres lieux. Vous avez tous certainement pesté parce que les horaires d’ouverture d’un bureau de poste n’étaient pas compatibles avec les horaires de votre travail, les horaires d’un vrai travail. Alors nous les avons fermés et, avec nos partenaires de la grande distribution, nous avons implanté les bureaux de poste dans des stations services ou des supermarchés. L’avantage, vous l’avez compris, ils sont ouverts presque 24 heures sur 24. Plus besoin de prendre un jour de congés pour aller à la poste. 
Et bien nous irons plus loin. 
Vous rencontrez tous des difficultés pour faire garder vos enfants, l’école n’ouvrant que trop tard, les grèves, les jours fériés, les congés interminables, et j’en passe, et bien nous allons ouvrir des crèches et des écoles maternelles dans ces supermarchés. Quelle que soit l’heure de la journée, vos enfants seront toujours gardés. Et le personnel qui sera préalablement formé, pourra leur dispenser sans problème les programmes des premières années de la scolarisation. Plus besoin de courir, plus besoin de quitter une réunion importante, vos enfants seront entre de bonnes mains. Ils pourront même prendre leurs gouters et leur repas sur place. 
Nous allons encore plus loin pour le bonheur des familles. Avec un partenariat que nous allons finaliser avec un réseau social bien connu, vous pourrez grâce à leur nouveau système de visiophonie familiale, vous pourrez garder des liens avec tous les membres de votre famille. Qu’ils soient éloignés par des horaires de travail, qu’ils soient malades ou dans leur journée de garderie, … ce système redonnera du bonheur dans vos vies de famille. Vous pourrez à tout moment à vos proches, leur parler, leur faire un coucou, les prévenir si vous êtes en retard, et être avec eux. Avec ce système développé par FaceBook, la famille sera toujours unie. Même dans vos longues journées, vous pourrez suivre vos enfants dans leur journée, leur laisser de petits messages pour leur dire que vous les aimez. 
Et pour les plus grands, et là nous serons des précurseurs, l’école se fera dans les ateliers numériques Google. Nous en installerons dans tous les quartiers de la ville. Des locaux modernes, équipés avec les dernières technologies digitales, nous offrirons à vos enfants, à vos adolescents et à tous, des formations à la pointe. 
Qui peut aujourd’hui remettre en question les compétences pédagogiques et technologiques de Google ? 
Vous et vos enfants vous démarquerez grâce au digital. 
Acquérir des certifications reconnues, bénéficier de modalités de formation prenant en compte vos moyens et vos disponibilités, chacun pourra se former à son rythme grâce à des formations flexibles et personnalisées, conçues pour renforcer votre confiance et vous aider à réussir. Imaginez vos adolescents pouvant enfin miser sur un futur métier, construire leur projet et développant leur visibilité dans le digital ! 
Aller droit à l’essentiel voici ce que nous voulons ! Tout cela autour de trois étapes simples pour développer ses compétences, que vous soyez étudiant ou professionnel, au début ou au milieu de votre carrière. Choisir des cours adaptés à votre profil, apprendre à son propre rythme et obtenir la certification officielle qui boostera votre CV et votre profil LinkedIn, le plus tôt possible ! 
Enfin chers et chères amis, et pour finir, si nous parlions des loisirs.
Nous allons ouvrir des parcs d’attraction d’un nouveau type. Nous allons recréer des petites villes pour les enfants où il leur sera possible de travailler, de gagner de l’argent et d’acheter des objets. Ces petites villes auront pour objectif le divertissement tout en éduquant les enfants dans un cadre réaliste. Le slogan de nos parcs sera : « Soyez prêts pour un monde meilleur ! ». 
Ainsi, nous proposerons aux enfants de 4 à 14 ans d’apprendre différentes carrières,  en les confrontant à la vérité du monde moderne, à savoir la croissance, la production et la consommation. Ainsi tout en s’amusant, ils pourront se préparer à une future employabilité au service de supermarchés, des banques et des grandes entreprises qui sont les piliers de notre économie. 
Nous avons déjà mis en place des partenariats pour que la majorité des attractions du parc soient sponsorisées par des grandes marques. Plus qu’un parc d’attraction, nous allons former un projet éducatif à grande échelle, et dès le plus jeune âge en nous appuyant sur la force de communication de ces grandes entreprises. 
Vous allez me demander, mais comment cela fonctionnera-t-il ? 
Les enfants recevront, en échange de leur activité, une monnaie utilisable dans l’enceinte du parc. Si l’enfant accumule trop de liquide, il peut investir dans une carte bancaire. Dans ces parcs, nous éduquerons notre jeunesse à être des consommateurs responsables, en bons pères et bonnes mères de famille qu’ils seront. 
Ce partenariat est bien sûr gagnant-gagnant. À la fois éducatif pour notre jeunesse et un investissement pour nos partenaires qui savent qu’adultes, nos enfants seront leurs clients. Nous prévoyons d’implanter nos parcs à l’intérieur de nos prochains centres commerciaux afin de laisser les enfants se faire éduquer par des entreprises pendant que leurs parents iront acheter aux meilleurs prix les produits de ces mêmes entreprises. Comme le dit Joel Cadbury, le directeur d’un parc fraichement ouvert et dont nous sommes fiers : « On leur enseigne les valeurs de la vraie vie. Il s’agit d’apprendre aux enfants de la prochaine génération que rien ne tombe du ciel » 
Voilà chers amis et chères amies, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Notre programme est riche de propositions, et nous attendons vos contributions, et remarques. En attendant, ne manquez pas le nouvelle série qu’Amazon a mitonné pour vous dans le cadre d’un partenariat dont vous découvrirez très bientôt les multiples avantages. 
Et surtout n’oubliez pas, soyez prêts pour un monde meilleur !

Je vous laisse méditer tout cela. 
Je n’en dirai pas plus. 
Ou peut-être juste quelques vers de Léo Ferré
« Des armes au secret des jours
Sous l’herbe, dans le ciel et puis dans l’écriture
des qui vous font rêver très tard dans les lectures
et qui mettent la poésie dans les discours
des armes, des armes, des armes »

Sources 
https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/10/11/changement-climatique-les-scientifiques-s-inquietent-des-effets-sur-le-bassin-mediterraneen_6015045_3244.html https://www.theguardian.com/technology/2019/oct/14/automating-poverty-algorithms-punish-poor 
https://www.telerama.fr/medias/la-reconnaissance-faciale-debarque-en-france-et-vous-ny-echapperez-pas,n6459175.php
https://learndigital.withgoogle.com/ateliersnumeriques
https://kidzania.com/en
https://www.francetvinfo.fr/monde/kidzania-le-parc-d-attractions-ou-les-enfants-travaillent_780225.html 

Nowakowskismes 4.2 “How dare you?”

« Son visage nous est familier. Elle est sérieuse comme on l’est quand on n’a pas encore 17 ans, elle regarde l’objectif sans ciller, elle lit ses discours d’une voix posée, dans un anglais parfait, ses nattes sages encadrent ses joues rondes, ses yeux nous fixent […]. » 
Greta est une combattante.
Greta en a du courage pour affronter les sourires ironiques de ceux qui se disent « adultes ». Greta en a du courage pour encaisser toute cette violence, toutes ces agressions, ce mépris, et même ces menaces de mort ! Pour tout ceux-là, Greta ne reste pas à la place que doivent occuper les ados. Pour tout ceux-là, une ado en tant qu’être non encore terminé et imparfait, se doit d’écouter les grandes personnes. 
Et le comble, pour tout ceux-là, la voilà qui se met à engueuler les dirigeants des plus grandes puissances mondiales ! Mais où va-t-on ? 
Il n’y a pas si longtemps, certains l’auraient tout simplement ligotée sur un bûcher. Certains d’entre ceux-là sont même convaincus qu’elle est possédée. Evidemment, qu’elle est manipulée parce qu’à 16 ans, il est impensable d’avoir fait tout cela toute seule ! 
Greta, elle, occupe nos écrans. Son doux visage grave, de colère et de rage contenues, de larmes et de tristesse, mais de force surtout, et de ses mots, sont capables de mobiliser des millions de personnes de par le monde. Son action est simple, comme cela devrait toujours l’être quand il s’agit de choses justes. 
Comptez les millions d’hommes, de femmes et d’enfants, au Canada, au Pakistan, à Londres, à New-York, en Australie, … et Greta n’oublie jamais de remercier tous ceux et toutes celles qui se mobilisent. 
Greta ne faiblit pas. De sa voix de jeune colère contenue, elle répète sans relâche qu’il est urgent de paniquer, qu’il est urgent de réagir, de commencer la lutte, de changer nos façons d’être et de vivre, qu’il n’est pas trop tard pour reconfigurer notre rapport au monde et aux animaux qui l’habitent avec nous. 
Même si tout semble encore normal pour la plupart d’entre nous, des pays riches, Greta nous enjoint de nous inquiéter de la disparition des saisons, de la disparition des insectes et des oiseaux, du dépeuplement et du réchauffement des océans et du blanchissement des coraux.
Greta, de sa voix calme et douce, réveille nos sens au silence assourdissant qui s’étend de plus en plus rapidement sur la planète vivante au profit des vacarmes mortels de nos villes, de l’agitation éperdue des hommes et de l’exploitation à outrance des sols et des forêts. 
Alors, comment pouvons-nous ne pas entendre ? 
Comment ne pas être envahi par cette douleur de ce que nous n’avons pas fait ?  
Comment avons-nous pu déserté nos responsabilités envers les générations à venir ? 
Comment avons-nous été suffisamment lâches pour fermer les yeux devant cette évidence ? 
Comment pouvons-nous fermer les yeux devant nos enfants qui mourront de faim par notre confort égoïste ?
Et tout ceci n’est pas une crise passagère. 
Greta Thunberg, elle, ne renonce pas. 
Greta parcourt le monde. 
Petite, c’est une géante quand elle monte à la tribune, en brandissant ses panneaux à la face des « puissants » de ce monde. 
Greta dit ce que nous ne voulons pas lire dans les rapports, ni dire, ni entendre. 
Greta est la voix de sa génération, de celles qui viennent, du vivant dans son ensemble, de la Terre. 
Ecoutons-la ! 
Entendons-la !
Soutenons-la !
Ne renonçons-pas !
Il n’est peut-être pas trop tard.

Quelques mots pour Greta Thunberg. 

Lançons-nous dans l’enfer de la ville moderne, la ville qui s’étend là sous nos yeux, sous mes yeux alors que j’écris ces mots, la ville qui bétonne un monde standardisé fait de déjà-vu issu de la même recette, sans aucune imagination. 

Faite de blocs de béton emplis de bureaux, d’appartements plus ou moins luxueux et de galeries commerciales identiques partout, la ville est devenue un espace où le béton et le goudron règnent en maîtres, imperméabilisant le sol urbain, où l’alignement de rigueur des immeubles est parsemé de quelques arbres solitaires condamnés à mourir.
Alors ? Prêts pour ce voyage ? 

Comment osez-vous ? Dubaï construit ses buildings avec du sable importé d’Australie, le sable de Dubaï étant impropre au béton. 
En Egypte, le dictateur Abdel Fattah al-Sissi lance le chantier de quinze villes nouvelles dont celui d’une nouvelle capitale à 45 km du Caire, en plein désert, pour y “stocker” six à sept millions d’Égyptiens. 
L’Arabie Saoudite va créer une ville de 334 km2 dédiée au divertissement au sud-ouest de Ryad ; une autre nommée Neom sera, dit-on, entièrement robotisée, sans humains versatiles et râleurs pour servir les citadins de luxe ! 
Et une autre encore, Kaec (King Abdullah Economic City), de 180 km2 dans laquelle on attend deux millions d’habitants en 2035. Kaec sera une ville privée. On n’y paiera pas d’impôts mais des frais pour l’eau, l’éclairage, la sécurité, l’entretien des espaces verts et de la voirie, etc., pas de maire élu, mais un PDG embauché et révocable si le job n’est pas bien fait… Le citadin d n’est plus qu’un consommateur : « Je paie, j’ai donc droit à ceci et à cela ! » 
En Corée du Sud, Songdo, la nouvelle ville soi-disant « intelligente » est financée par plusieurs investisseurs, le promoteur immobilier Gale International, le producteur d’acier Posco et la banque Morgan Stanley. À Songdo, les habitants sont exclus de toute discussion car tout est prévu pour eux ! 
À Hong Kong, il n’y a pas assez de logements (le prix du m² atteint dans les quartiers chics 50 000 euros), les autorités ont alors décidé de créer deux îles artificielles de 1 000 hectares pour l’une et 700 hectares pour l’autre. Ces travaux gigantesques coûteront 70 milliards d’euros rien que pour la première île ! 
À Londres, Ikea a acquis en 2010 une friche de dix hectares dans le quartier de Stratford et y édifie un îlot clés en main, Strand East. 
À San Francisco, Mark Zuckerberg veut créer, Zee Town, une ville privée destinée à loger les dix mille salariés de Facebook : il y investit deux cents milliards de dollars et a engagé Frank Gehry comme architecte en chef…  
À Paris, la tour Triangle, propriété d’Unibail, située dans l’enceinte du parc des expositions à la porte de Versailles, a obtenu le label « Jeux olympiques » (parce que des pongistes y dormiront), afin d’échapper aux recours juridiques déposés par les associations de riverains. 
Je m’arrête là mais la liste pourrait continuer indéfiniment ! 
La liste des horreurs urbanistiques est effrayante, aucune partie du monde n’y échappe, même localement.
L’Inde lance un vaste programme autoroutier, le Maroc rêve de gratte-ciel et de centres commerciaux, allez voir à Rabat, tout comme la plupart des pays d’Afrique. L’Asie se transforme en centres commerciaux, l’Amérique du Sud, veut détruire toute biodiversité, la Chine annonce fièrement cent cinquante agglomérations multimillionnaires pour 2030 (soit en moyenne 6,5 millions d’habitants chacune !). 
Le monde entier s’en-bétonne !

Comment osez-vous ? Alors que de plus en plus d’architectes sauraient se passer de tout dispositif énergivore pour réaliser des bâtiments bioclimatisés, “construits de matériaux biosourcés produits à proximité d’un chantier qui affiche zéro déchet”. Mais, à une architecture low tech, « on » préfère une architecture « high tech » coûteuse en tout, s’appuyant sur une solide communication « verte » afin de faire avaler la pilule aux plus réticents… En effet, aucune firme du BTP ne se présente comme elle est. Non, une firme du BTP prend soin de se s’associer aux mots-clés qui font bien, « Développement durable », « smart ceci ou cela », « écosystémique », « fabLab », « participation », « coproduction », « économie circulaire », « agriculture urbaine », « façade végétalisée », « toit cultivé », « big data », « IAa », et bla et bla et bla !
« L’innovation c’est celle qu’on partage ! » martèle le bétonneur Vinci tous les matins sur France Inter !
C’est ainsi que les immeubles en verre, acier et blocs de béton prolifèrent, que les gigantesques centres commerciaux se donnent des airs d’espaces dédiés à la culture afin de se faire passer pour des centres de loisirs, que le tourisme massifié impose ses architectures standardisées (musées, hôtels, aéroports…), ses horaires mondialisés et l’énorme empreinte carbone de ses avions, sans oublier tout ce qui transforme les habitants en consommateur d’une ville désincarnée.

Comment osez-vous ? À cause de leurs façades vitrées, les gratte-ciel, mais aussi les immeubles moins prétentieux présents dans toutes les villes, sont de véritables pièges pour les oiseaux migrateurs qui viennent s’y fracasser. Nous allons finir par vivre sur une planète sans oiseaux. 
En effet, selon la New York City Audubon, ce sont entre 90 000 et 200 000 oiseaux qui sont tués chaque année à New York. Les estimations, difficiles, pour l’ensemble des États-Unis oscillent entre 100 millions et un milliard ! 
Rien qu’à Chicago, ce sont plus de 5 millions d’oiseaux de 250 espèces différentes qui sont victimes des vitrages des gratte-ciel et de leurs lumières, la nuit. Ce sont les villes survolées durant les migrations, comme Houston, Dallas, Chicago, New York, Los Angeles, Saint-Louis, Atlanta, etc., qui, selon les sociétés d’ornithologues, sont responsables de ce carnage. 
La nidification aussi s’avère impossible à proximité de ces tours à cause de leur ombre et des tourbillons qu’elles entretiennent. 
Des villes comme Toronto et San Francisco se proclament « amie des oiseaux » et cherchent des solutions, en protégeant les itinéraires des oiseaux migrateurs et en améliorant les vitrages pour qu’ils soient moins mortels. En fait, la spéculation immobilière, dans n’importe quelle ville du monde, demeure insensible au monde vivant tout comme aux humains !

Comment osez-vous ? Ces villes sont responsables de 60 à 80 % des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation de 75 % des ressources naturelles. La croissance démographique que les villes connaissent en ce moment et continueront à connaître d’ici la fin du siècle ne fera qu’aggraver la situation… 
Le chauffage (le charbon est à l’origine de 43 % des émissions du secteur des énergies fossiles), les transports et le bâti sont à l’origine de cette hausse des émissions de gaz à effet de serre, auxquelles il convient d’ajouter les polluants toxiques, les particules fines, l’ozone, etc. 
Les métropoles verront leur température augmenter de 6° à 8° de plus, en moyenne, d’ici 2100, non seulement à cause du dérèglement climatique en cours mais aussi par le bétonnage qui provoque des « îlots de chaleur ». Ces « bulles d’air chaud » se forment quand les plans d’eau et les bois, terrains vacants et champs disparaissent au profit du béton, du goudron et des autres matériaux qui concentrent la chaleur. Une étude de la NASA montre que, durant l’été, la température à Atlanta avoisine les 50° sur l’asphalte, 28° sur une pelouse et 21° sous les frondaisons des arbres d’un parc. 
Pire encore, selon l’Agence internationale de l’énergie, il y aura 5 milliards de climatiseurs installés dans le monde en 2050. Actuellement, seuls 8 % des 2,8 milliards d’habitants des zones les plus chaudes en sont équipés. Quant au 1,6 milliard de climatiseurs en action, dont la moitié se trouvent aux États-Unis et en Chine, ils consomment par an quatre fois la consommation annuelle française ! Une telle consommation produit annuellement 1 130 millions de tonnes de CO2, soit autant que le Japon. Les climatiseurs sont inégaux dans leurs performances : ainsi, un climatiseur indien exige quatre fois plus d’électricité qu’un japonais, et il en est de même pour son espérance de vie. Quant à sa dépouille, elle vient grossir les montagnes de déchets d’appareils électriques… La législation n’étant ni internationale ni stricte, les climatiseurs pourris continuent à se vendre dans tous les supermarchés de la planète.
Les villes devraient multiplier les « îlots de fraîcheur », les rues à arcades, les trottoirs sans goudron. Les idées ne manquent pas ! Allez faire un tour à Nantes où ont été créées des zones éphémères protégeant des lieux de vie, des bancs, des guinguettes avec les arbres des pépinières municipales. 
Lutter contre la canicule exige de planter des arbres choisis selon la latitude des villes concernées. Pour la France, les bouleaux, cyprès, robiniers, peupliers noirs, hêtres, conifères sont conseillés, car ils n’émettent pas de composés organiques volatils (isoprènes et terpènes, par exemple), comme les peupliers, platanes et chênes. 
Comment osez-vous ?  Une équipe américaine a dénombré plus de trois mille milliards d’arbres sur la Terre, soit théoriquement 422 par habitant, la Russie possédant un cinquième des arbres de la planète, suivie par le Canada, le Brésil, les États-Unis, la Chine… Or, chaque année, ce sont quinze milliards d’arbres qui sont abattus (dix-huit milliards en 2014, soit une forêt de deux fois la superficie du Portugal). 
Planter des arbres demande de s’en occuper. Une ancienne enquête européenne dans un rapport présenté le 5 septembre 1996 à Bruxelles, fait état d’un « endommagement général des forêts », avec un accroissement inquiétant de la défoliation et de la décoloration. 
L’espérance de vie des arbres en ville est deux à trois fois moins longue qu’il y a une cinquantaine d’années. 
L’arbre appartient à tout un écosystème fragile qui réclame beaucoup d’attention. 
La réverbération des façades vitrées accroît la température ce que n’apprécie pas l’écorce d’un arbre. L’éclairage public retarde la chute des feuilles, et augmente sa sensibilité à la pollution et au froid. L’ombre portée des immeubles diminue la photosynthèse, ce qui réduit les systèmes racinaire et aérien, et entrave la nidification. Les polluants (dioxyde de soufre, oxyde d’azote, monoxyde de carbone, aérosols…) perturbent leur bonne santé, de même que l’imperméabilité croissante du sol, les sels de déneigement, les coups et blessures portés par les voitures. 
L’arbre urbain est un ami dont il faut avoir soin. À Sacramento, Baltimore, Seattle, New York et dans bien d’autres villes, les municipalités avec des collectifs d’habitants se donnent l’objectif de planter chacune un million d’arbres d’ici une quinzaine d’années. Mais, il faudra surtout supprimer les zones goudronnées afin de rendre à nouveau perméable le sol urbain, rompre avec l’alignement des immeubles afin de favoriser les recoins et autres respirations désordonnées, et enfin s’affranchir de la tyrannie de l’angle droit afin d’accueillir des bosquets préférables à l’arbre solitaire condamné à mourir.
Comment osez-vous ? Les centres commerciaux géants prolifèrent ! À Pékin, le Golden Resources New Yansha Mall, inauguré en 2004, accueille dix millions de clients chaque année, dans ses 550 000 m2, ses 500 boutiques et 1 600 marques, avec ses 10 000 employé·e·s. À Kuala Lumpur se trouvent trois des vingt plus grands centres commerciaux du monde, entremêlés à d’autres plus petits, au point où la ville semble n’être constituée que de malls ! À Dubaï, le Majid al-Futtaim fabrique de la neige et du froid indispensables à la piste de ski, qui réclame une température constante de – 2° et vingt-cinq tonnes de neige chaque jour. L’Afrique a vu ses shopping malls passer de 225 en 2010 à 579 en 2018, la majorité se trouve en Égypte, au Kenya et au Nigeria. On annonce l’ouverture prochaine du Douala Grand Mall qui s’étendra sur 18 000 m2… Et bien sûr, la France n’est pas à la traine ! Malgré une couverture déjà dense d’hypermarchés et autres supermarchés, responsables de la désertification des centres-villes, s’annoncent des agrandissements (Carrefour Athis-Mons, Cap Costières à Nîmes, Auchan de Noyelles-Godault…), des ouvertures en 2019 (Strasbourg, Saint-Étienne, Claye-Souilly, Arles, Le Mans…), en 2020 (Saint-Martin-d’Hères, Bezons, Valbonne…) ou encore en 2021 (gare d’Austerlitz, Marseille, Montpellier…). 
Encore des kilomètres carrés goudronnés pour garer des milliers de voitures, des kilomètres d’allées de boutiques à air conditionné, des restaurants aux plats prêts à être réchauffés au micro-ondes, des cafés aux terrasses artificielles et chauffées, et j’en passe. Sans parler de l’imperméabilisation galopante des sols qui s’avère une tragédie : non seulement elle contrarie l’alimentation naturelle des nappes phréatiques, mais elle facilite les inondations. 
Ces ersatz de villes, qui tuent les villes et bétonnent les champs, semblent indestructibles. Rompre cette dépendance n’est pas une mince affaire, désintoxiquer l’humanité du shopping nécessite une réelle volonté personnelle appuyée par une réelle prise de conscience environnementale et des mesures politiques et fiscales que les pouvoirs publics se refusent à promulguer.
Ceci va de pair avec la prolifération des tours. Un rapport rappelle que le monde entier comptait 1478 gratte-ciel de plus de 200 m en 2018 contre 614 en 2010, avec 109 livrés en 2018 en Asie, dont 88 rien que pour la Chine qui s’enorgueillit de la tour China Zun haute de 528 m à Pékin. 
Partout toujours la même recette, sans aucune imagination. Un monde Mc Donald, Starbucks, d’ateliers numériques Google, dans lequel nul visiteur n’est déconcerté, toujours en territoire connu, avec les mêmes enseignes exposant les mêmes produits. 
À l’ailleurs, le dissemblable, l’hétérogène, l’hybride, on substitue le standard. « Tout se ressemble pour mieux s’assembler sous la houlette du capitalisme financiarisé ». 
Comme le disait Ivan Illich dans sa conférence de 1984 sur « L’art d’habiter » : « Les grands ensembles ont le même aspect à Taïwan ou dans l’Ohio, à Lima ou à Pékin. Partout vous trouvez le même garage d’humains – des casiers où entreposer la force de travail pendant la nuit, toute prête à être convoyée vers son emploi. Les habitants occupant l’espace qu’ils modèlent ont été remplacés par des résidants abrités dans des constructions produites à leur intention, dûment enregistrés en tant que consommateur de logement protégé par la législation sur les contrats de location ou sur les prêts hypothécaires. » 
Comment osez-vous ? Le grand ensemble, le centre commercial, le gratte-ciel et le « grand ceci ou cela » continuent à faire du globe une surface bétonnée, augmentant honteusement la facture carbone et dégradant de manière irréversible la « nature », déjà sérieusement endommagée par une agriculture productiviste et des infrastructures invasives. 
Pourtant des solutions existent et sont connues ! Des architectes, des paysagistes, des designers, des écologues, des mouvements associatifs, des coopératives, des élu·es et surtout d’innombrables citoyens et des citoyennes inventent des alternatives que, bien souvent, ils expérimentent localement avec succès ! On ne compte plus toutes ces volutions reposant sur la ténacité et la créativité de petits groupes qui explorent des voies alternatives. 
Or les « décideurs » au pouvoir à tous les niveaux, les firmes multinationales et leurs lobbies, les institutions internationales, la majorité des médias et les experts et professionnels rémunérés, poursuivent obstinément le saccage de notre “pale blue dot”. 
Pourtant les causes de cet écocide en cours sont connues et qu’ils en font partie. Nous savons bien très ce qu’il faudrait faire pour éviter l’effondrement annoncé.
Greta Thunberg, elle, ne renonce pas. 
Greta parcourt le monde. 
Petite, c’est une géante quand elle monte à la tribune, en brandissant ses panneaux à la face des « puissants » de ce monde. 
Greta dit ce que nous ne voulons pas lire dans les rapports, ni dire, ni entendre. 
Greta est la voix de sa génération, de celles qui viennent, du vivant dans son ensemble, de la Terre. 
Ecoutons-la ! 
Entendons-la !
Soutenons-la !
Ne renonçons-pas !
J’espère juste qu’il n’est pas trop tard.

Sources
Lauren Aratani, « Skyscrapers are killing up to 1bn birds a year in US, scientists estimate » The Guardian, 7 avril 2019
Désastres urbains. Thierry Paquot
Perdre la Terre. Nathaniel Rich

Nowakowskismes 4.1. 7 degrés

Pourquoi 7° ? Parce que si rien n’est fait pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique pourrait atteindre 7 °C d’ici à la fin du siècle, entraînant des conséquences désastreuses pour les espèces et les écosystèmes. 

« Tout ce qui travaille à la culture, travaille aussi contre la guerre » disait Sigmund Freud.  La guerre ou la bêtise ? Finalement, ne serait-ce pas la même chose ? 
Ce soir, deux exemples de l’actualité me font douter de notre capacité à travailler pour la culture. Le premier, et ce n’est pas par ordre d’importance, c’est un rapport de Greenpeace  intitulé « “Droit dans le mur : l’industrie automobile, moteur du dérèglement climatique » paru cette semaine.
L’ONG y montre qu’en 2018, l’ensemble des voitures vendues dans le monde par les grands constructeurs vont émettre autant de gaz à effet de serre que tous les habitants de l’Union européenne pendant un an. En chiffres, ça donne que les émissions des voitures vendues en 2018 représentent 4,8 gigatonnes d’équivalent CO2, alors que celles annuelles de l’Union européenne s’élèvent à 4,1 gigatonnes d’équivalent CO2. De plus, selon l’ONG, l’ensemble des véhicules vendues par exemple, par Renault-Nissan émettront plus que l’Australie en un an. Et dans ce rapport, sont en particulier pointés les SUV, ces véhicules de gros gabarit, souvent 4×4, dont les ventes ont quadruplé en 10 ans en Europe. Et bien sûr, plus la voiture est une grosse cylindrée, plus elle consomme et plus elle émet de gaz à effet de serre. Le rapport montre que dans l’Union européenne, la part de marché des SUV est passée de 8% en 2008, à 32% en 2018. Aux États-Unis, cette part de marché est de 69%. Du coup, le peu de progrès faits par les constructeurs sur les émissions sont annulés tout simplement en mettant sur la route des véhicules plus polluants.
Mais oui un SUV ! Il suffit d’écouter la radio sur le service public pour s’entendre raconter dès les premières heures du matin que pour être un humain accompli, dans le vent, fier de son identité, viril aussi, … et j’en passe, il faut posséder un SUV !! C’est sûr, si on a une grosse voiture, c’est qu’on en a une grosse !! 
En Allemagne, au moment du salon de l’auto de Francfort, symbolique « d’un système de transports d’un autre temps », et pour « en finir avec ces chars d’assaut urbains et les moteurs à combustion », 15.000 manifestants selon la police et 25.000 manifestants selon les organisateurs, ont défilé sur leur vélo pour réclamer une « révolution des transports ». 
Alors à la veille de la journée du 20 septembre 2019, Youth for climate, et des rassemblements pour le climat de samedi 21, c’est le moment de ne pas oublier que « Tout ce qui travaille à la culture, travaille aussi contre la guerre ». 
Déjà, ce serait bien que nous arrêtions de faire la promotion des SUV. Les réductions d’émissions affichées par les constructeurs automobiles restent très limitées, ce qui nous place sur une trajectoire toujours incompatible avec les objectifs climat de l’accord de Paris.
Et surtout, j’ai peur que nous ayons oublié la culture parce que nous ne nous soucions pas de la planète, des gens et des animaux qui y vivent. Nous nous soucions du nouvel SUV que nous allons acheter pour être dans le vent ! Rappelons juste que nous avons émis autant de carbone atmosphérique au cours des trente dernières années que nous l’avions fait au cours des deux siècles précédents d’industrialisation. 
En fait, tout ceci n’est rien d’autre que du déni. 
En effet, malgré le fait que je nous finirons tous par mourir, l’humain vit dans le présent et non dans le futur. Il a le choix entre une abstraction alarmante, la mort, et la preuve rassurante de ses sens, un bon petit verre de vin, ou la caresse d’une peau aimée. Evidemment, l’humain préfère se concentrer sur cette deuxième option. Et puis, finalement, à y regarder comme cela, la planète est merveilleusement intacte, fondamentalement normale – l’alternance des saisons, une nouvelle année électorale à venir, de nouvelles séries sur Netflix, la sortie automnale de nouveaux iPhones … tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. 
Ce qui fait que l’effondrement imminent est encore plus difficile à comprendre que la mort. Pourtant, il existe tellement d’autres types d’apocalypse qui ont fourni bon nombre de scenari de films catastrophes. Les apocalypses religieux, thermonucléaires ou dus à la chute d’astéroïdes ont au moins la netteté binaire de la mort – un instant, le monde est là, l’instant suivant, il est parti pour toujours. On peut même y trouver un héros, qui empêchera cet apocalypse. L’apocalypse climatique, en revanche, est désordonné. Il prendra la forme de crises de plus en plus graves se mêlant de manière chaotique jusqu’à ce que la civilisation commence à s’effriter. Les choses vont aller très mal, mais peut-être pas trop tôt, et peut-être pas pour tout le monde. Et surtout peut-être pas pour moi. Alors pourquoi s’embarrasser, nous n’avons même pas pris la peine de fabriquer un super héros qui s’occupera de cela. 
Alors, soit on peut continuer à espérer que la catastrophe peut être évitée et on s’en fiche et on continue comme si de rien n’était, ou alors on peut se sentir de plus en plus frustré ou enragé par l’inaction du monde. On peut aussi accepter le désastre imminent et peut-être commencer à penser, et là « travailler à la culture, c’est travailler aussi contre la guerre ».

Aurions avons-nous oublié la culture ? Ça se pourrait bien. Voulez-vous un autre exemple ? Si je vous dis que nous avons oublié ce qui fait de nous des humains. Nous avons confié à des plateformes de plus en plus uniformisantes et aliénantes, nos vies, nos pensées, ce qui reste de nos rêves ! Me croirez-vous ?

Alors si je vous dis 10000. Qu’est-ce cela peut-être ? Vous donnez votre langue au chat ? 
10000 c’est le nombre de publications sur Instagram qui portent le hashtag #Nature et ce depuis le début de la lecture de ce texte ! 
En effet, aujourd’hui, plus que jamais, les sites naturels sont assaillis par des touristes en quête de la photo parfaite pour la partager sur les réseaux sociaux. Les conséquences sont loin d’être banales : faune et flore fragilisées, personnel dépassé, expérience en plein air gâchée. 
Voyez la scène !
À la main, un smartphone, un homme ou une femme se tient face à un paysage en France, au Canada, en Nouvelle Zélande, aux USA – attention ! Cette vue doit être la vue parfaite qui viendra enrichir un profil Facebook ou Instagram. Et les lieux ne manquent pas, le Grand Canyon en Arizona, Milford Sand en Nouvelle Zélande, … 
Alors, en équilibre entre le fond et l’écran du téléphone, cette femme ou cet homme, seul au monde, mais précédant une vingtaine de personnes qui font la queue pour reproduire la même scène, dans le bourdonnement des discussions, les exclamations, et aussi la musique crachée par un de ces téléphones prêt à photographier, dans un soi-disant tête-à-tête avec la nature sauvage et silencieuse, contemple au travers de son écran le paysage  qui l’enveloppe de sa pureté, sourit, et… .c’est la photo parfaite. 
David Foster Wallace avait décrit ce phénomène bien avant la mode des selfies pour Instagram, quand il parlait de « La grange la plus photographiée d’Amérique », et les cohortes de touristes qui venaient là pour prendre en photo « La grange la plus photographiée d’Amérique ». « Personne ne voit la grange » disait-il, et mieux encore, selon lui « accepter [ceci] est d’une certaine façon une capitulation spirituelle. Nous ne voyons que ce que les autres voient. Les milliers de personnes qui sont déjà venues ici et les milliers qui viendront dans l’avenir. Nous acceptons de percevoir les choses d’une manière [formatée]. » Le texte de David Foster Wallace date de 1997, pas d’Instagram, ni Facebook, ni Pinterest, le web en était encore à ses balbutiements, alors qu’aujourd’hui on parle d’« instalog ». On n’hésite pas à conduire des heures, à franchir le monde pour un « instalog ». Se prendre en photo est un passage obligé et si on ne le fait pas, c’est comme si on n’était juste pas venu ! Une photo unique identique à toutes les autres, partagée et très vite oubliée dans la mémoire d’un téléphone portable. Un peu partout sur le globe, des lieux naturels sont assaillis par des touristes en quête de la parfaite photo à diffuser sur leurs réseaux sociaux. Et évidemment, ces photos récoltent des « j’aime » à la pelle pour le grand bonheur des bases de données personnelles des maîtres de ces réseaux sociaux. 
Mais il y a autre chose derrière tout cela. On est passés des excursionnistes d’avant qui arrivaient avec une bonne préparation, à un nouveau type de touristes qui ne se soucient guère du plein-air. Ils ont vu la photo sur Instagram ou dans un magazine. Ils veulent la même. Ils ne font qu’entrer et sortir. Expérimenter la nature ne les intéresse pas du tout. Ils arrivent un café à la main en écoutant de la musique à fond sur leur téléphone, et cherchent avant tout le Starbucks le plus proche. 
Et bien sûr, on assiste à l’invasion par des voitures et des autobus pleins comme des oeufs, les parkings sont bondés, les touristes prenant leurs photos au milieu de la route au mépris de la circulation. Le non respect, le manque d’éducation, l’individualisme font que les visiteurs endommagent la végétation, nourrissent les animaux malgré tous les panneaux d’information. On subit la congestion des sentiers, il faut faire la queue pour franchir un passage un peu plus escarpé ou avoir accès à un point de vue est monnaie courante (souvenez-vous de la photo de l’arête sommitale de l’Everest). A cela s’ajoute le nombre insuffisant de toilettes et la dangerosité des stationnements le long de petites routes. Le manque de préparation des visiteurs a aussi entraîné une hausse du nombre d’opérations de secours auprès de personnes mal préparées pour des randonnées en montagnes assez longues. Contamination, pollutions, dégradations pour un égo-portrait ! Les piscines naturelles Mermaid Pools de Matapouri, en Nouvelle-Zélande, ont été polluées avec des serviettes hygiéniques, de la crème solaire, de l’urine, des excréments et toutes sortes d’autres déchets. L’endroit à l’écosystème fragile a été fermé au public l’hiver dernier pour une durée indéterminée.
Les animaux sont aussi terriblement impactés. Le magazine National Geographic a publié un dossier complet sur la souffrance des animaux exotiques due au « tourisme d’égoportraits ». En Thaïlande, pour que les touristes puissent se prendre en photo avec de gros mammifères, on enchaîne les bêtes mises au pas à coups de bullhook, un bâton métallique muni d’un crochet. Ce scénario se répète aux quatre coins du monde, où nombre d’animaux exotiques sont gardés dans des conditions pitoyables, drogués et malmenés. Réfléchissez à tout cela si l’envie vous prenait de prendre la pose aux côtés d’un éléphant, d’un tigre ou d’un dauphin ou si vous envisagez d’aller grossir les files d’attente sur les sites #instalog. 
Alors « Tout ce qui travaille à la culture, travaille aussi contre la guerre » disait donc Sigmund Freud. Mais n’avons-nous pas dénaturé le sens même du mot culture, pour en faire un ensemble de comportements, une ensemble uniforme de médias, de mythes et de représentations collectives au profit d’un ensemble de médias standardisants et aliénants. 
Aurions-nous oublié la culture parce que nous avons oublié ce qui fait de nous des humains ? « Ce sont nos rêves qui nous transforment de machines en êtres humains à part entière » écrivait Philip K. Dick. dans une de ses dernières conférences. Nous avons oublié que nous sommes des êtres situés, dotés d’un corps, qui évoluent dans un espace et au travers de qui s’élabore le temps. 
La culture est un élaboré, un construit, un tout et une individualité. La culture aujourd’hui est devenue plateformes, calculs, résultats, ensemble de nombres présentés pour être digérés, course aux posts les plus « likés ». La culture est devenue une offre, parce qu’on présuppose qu’il y a une demande. La culture est devenue un processus qui s’adapte à cette demande, à un marché, à une structure, à des contraintes, à une rentabilité calculée. 
La culture n’est pas un web. Il existe certes une culture du numérique. Mais elle est le résultat d’une construction, d’un vécu, de sciences combinées. Et cette culture du numérique est devenue un produit standardisé et standardisant qui s’oppose structurellement à la culture, parce qu’elle ne possède pas une dimension essentielle et inaliénable, qui est la LIBERTÉ. 
La définition de 1862 dans le Bescherelle nous dit que, construction personnelle, la culture est l’ensemble des connaissances générales d’un individu.
Alors que signifie « ensemble général de connaissances d’un individu » quand ces connaissances sont, soit stockées ailleurs, soit prises ailleurs sur des sites web, dans les opinions, échanges et commentaires au travers des réseaux sociaux ! Que devient cette construction personnelle quand elle est le résultat de programmes de captation de l’attention, de programmes dédiés à la recommandation et d’une standardisation des comportements. 
Nous avons oublié la culture parce qu’elle s’élabore aussi et surtout dans le rapport à l’autre et que l’autre est repoussé le plus loin possible. La culture est ce qui permet de voir en l’autre un autre soi-même. Une manifestation ce qui pourrait être l’intelligence. Que devient-elle quand la relation est dédiée, a-humaine, programmée par d’autres ? Que devient-elle  quand on convoque de plus en plus des soi-disantes intelligences artificielles évidemment incapables d’altérité, de construction, d’autonomie… de capacité critique. 
La culture est hors les murs, des herbes folles et dès qu’elle est emmurée, elle n’est plus culture. Et quand les murs sont numériques, mouvants, plateformisés, la culture est oubliée, enfermée, boite_de_conservisée ! Alors, qu’aujourd’hui, pour ne pas être exclu, marginalisé, il est « obligatoire » d’être un humain connecté, mais peut-on encore parler de culture ? 
Un bon humain est un humain connecté ! 
Alors pourquoi tout cela ? Parce que nous avons laissé crever l’endroit dans lequel nous vivons. Parce que dans une époque de chaos croissant, les peuples cherchent la protection dans le tribalisme et la force armée, plutôt que dans l’état de droit. Alors que notre meilleure défense contre ce type de dystopie est de maintenir des démocraties, des systèmes juridiques et des communautés qui fonctionnent. À cet égard, tout mouvement en faveur d’une société plus juste et plus civile, et pour la culture, peut aussi être aussi considéré comme une action climatique significative, et inversement. 
Assurer des élections justes est une action pour la culture. Combattre les inégalités de richesse extrêmes est une action pour la culture. Arrêter les machines haineuses sur les médias sociaux est une action pour la culture. Instituer une politique d’immigration humaine, plaider en faveur de l’égalité des sexes, promouvoir le respect des lois et leur mise en application, soutenir une presse libre et indépendante,… sont autant d’actions significatives pour pour la culture. 
Pour survivre à la hausse des températures, chaque système, qu’il soit naturel ou humain, devra être aussi fort et sain que possible. Alors, nous avons oublié la culture parce que nous n’avons pas commencé la lutte pour réduire les émissions mondiales de carbone et empêcher la planète de fondre comme dans une fiction à la Kafka. Ça fait presque cinquante ans qu’on le sait, et malgré de nombreux efforts, nous n’avons pratiquement pas progressé dans la réalisation de cet objectif. Nous avons oublié la culture qui nous permet de voir que les preuves scientifiques sont irréfutables. 
Si vous avez moins de soixante ans, vous avez de bonnes chances d’assister à la déstabilisation radicale de la vie sur terre : récoltes catastrophiques, incendies apocalyptiques, économies implosives, inondations catastrophiques, des centaines de millions de réfugiés fuyant des régions rendues inhabitables par la chaleur extrême ou permanente. sécheresse généralisée. Si vous avez moins de trente ans, vous êtes presque assuré d’en être témoin.
Alors culture en boites, cultures achetées, cultures identitaires, cultures produit de grande consommation, culture saisonnière, cultures marchandises, cultures occupationnelles, culture en conserve, culture lyophilisée et digérante, culture fantasmée, culture de communication ! Voilà ce qui nous amène là, à devoir envisager les conséquences de notre impuissance à agir face au chaos qui vient. 
« Là c’était un espoir infini », nous disait Kafka,« mais pas pour nous ». Ces quelques mots sont écrits par un écrivain dont les personnages s’efforcent d’atteindre des objectifs apparemment accessibles et qui, de façon tragique ou amusante, ne parviennent jamais à s’en approcher. 
Nous avions tout ce qu’il fallait, et … peut-être avons-nous tout gâché. 

Frères arbres du CLSH

Frères Arbres du campus LSH, nous avons le même âge. 

Vous avez grandi au milieu du campus, et les dizaines de générations d’étudiants passées là, vous avez vues.

Plantés là tout jeunes, au bout de quelques années, vous avez pu vous hisser à la hauteur des fenêtres des salles de cours. Au premier étage, puis au second, plus haut encore, combien de cours, combien de voix, et quels savoirs avez-vous mémorisés dans les anneaux de vos troncs, dans les nouvelles branches, dans les feuilles et épines à chaque printemps. 

Frères Arbres, vous avez été là pour protéger des générations de jeunes pousses, des intempéries, du soleil d’été, de votre ombre. Vous avez été protecteurs d’une jeunesse d’un siècle, puis d’un autre. 

Frères Arbres, vous êtes plus anciens que le plus anciens des étudiants ayant passé sous vos branches. Frères Arbres, vous avez vécu et inscrit dans votre mémoire les changements du campus, les nouveaux bâtiments, les changements du monde extérieur aussi. Vous avez vu ces groupes d’étudiants se blottir sous vos ramures toujours plus étendues, vous les avez vus dormir, rêver, parler chanter, se révolter souvent aussi. De toujours plus haut, vous avez accompagné et imprimé la mémoire de tant de jeunes venus chercher le passeport pour un vie à continuer ailleurs. Combien sont-ils ? Combien de mémoires impressionnées ? 

Frères Arbres, quelles complicités, quels liens avez-vous tissés sous la surface ? Quels messages avez-vous partagés dans l’en deçà de cet espace rythmé par les saisons universitaires ? Quel Pando formez-vous partageant dans vos racines mêlées les vies de générations d’êtres humains ?  

Frères Arbres vous êtes nés là il y a plus d’un demi-siècle, mais vous êtes ce qui est, là dans ce carré de terre, les sentinelles de tout ce qui était. 

Frères Arbres, le soir, le matin, dans les moments de récupération, dans les temps de travail et de réflexion, jour après jour, vous êtes là, compagnie indéfectible. 

Frères Arbres du campus LSH, nous qui sommes nés en même temps, nous partageons là un temps, et vous serez encore là quand je ne serai plus. Combien de fois, je me suis adressé à vous, combien de fois mon regard à chercher votre présence, immuable mais pas statique, inspirante et rassurante ? 

Frères Arbres, nous avons traversé la même tranche de temps, mais vos mémoires si différentes inscrites dans la trame du réel, garderont les traces de ce rectangle de verdure au coeur du campus LSH.

Frères Arbres, vous êtes ce petit morceau de terrain beaucoup plus ancien que le réseau de béton qui le cerne, vous êtes ce qui reste du monde d’avant et vous continuerez d’être là, même lorsque les murs retomberont en poussière.

Frères Arbres, dans longtemps, vous serez les seuls à savoir que tout cela a été un jour. 

Nowakowskismes 3.16. Seule la Terre est éternelle.

L’être mystérieux qui me parle à ses heures
Me dit :

« Humain ! l’orgueil habite tes demeures. 
Il fait nuit dans ta cité. 
Je m’étonne, ô foule en futilités consumée
Qu’ il sorte aujourd’hui tant de vide 
Et de l’humain, tant de vanité.

Humain, tu regardes les cieux de travers ! Triste race !
Toujours tu ne connais pas ta place.
Tu te plains, homme, ombre, roseau ! 
Tu reproches le soir à l’aube, aux autres d’exister
Au monde sa diversité.

Tu reproches à d’autres, Dieux, ou puissants leur 
Oeuvre incommensurable
Tu frémis de trainer sur ton dos misérable
Tes désertions jamais reconnues,
Et sentir, la prison que tu t’es fabriquée, 
Sous tes pieds.

Humain, si tu pensais, tu t’ouvrirais à l’espace.
Ce globe, si tu pensais avec audace, 
S’épanouirait au lieu de s’éteindre.
Et créer serait aventure
Si ton souffle pouvait, ô vaine créature, 
Briser tes propres liens.

Humain, hautain dédaignant tout, de ta nef destructrice,
Tu voudrais t’en aller vers un ailleurs, fuir
En abandonnant ce point qui fut bleu.
Tu dis : Plus rien n’est possible ! Tu dis avec colère 
Toujours la même rengaine, de ton règne 
sur la nature comme bon te semble, tu détruis.

Tu t’irrites d’être homme, tu fus atome et oubli dans l’univers
Tu t’es complu dans l’ignorance de l’épi que tu portes !
Tu fus algue dans le reflux, tu fus arbre 
Premier conquérant des terres, tu es respiration
Venue de l’océan ! Tu as oublié d’être sous le ciel qui reste 
Et qui rayonne, celui qui passe et qui n’est plus.

Et de ne pas vouloir faire, malgré les menaces
Venues de tes doigts crispés et tes ongles tenaces 
Qui ont scarifié la peau de la Terre, 
Tu as laissé sagesse et passion 
Pour tes faux temples, tes faux soleils, tes faux tonnerres
Tes meurtres, tes crimes et tes guerres !

Anthropocène pour se rassurer, ont nommé
Ces myopes jugeant le monde à leur optique !

Que nous veut la planète ? Et ce globe ? Et ce pâle point bleu ? 
C’est un monde qui est un mystère , et
De ce mystère découle le respect 
pour l’univers et l’humilité à observer face à lui. 
D’un néant a émergé la vie qui sema au hasard ses oeufs. 

Alors pourquoi les ruines et pourquoi les décombres ? 
Pourquoi l’avidité traînant ses pattes sombres ? 
Pourquoi vacuité et ignorance ? 
Pourquoi l’esprit de l’homme désertant face au trouble immense ? 
Pourquoi l’oubli dans ces illusions programmées ?
Pour le vide de la pensée dans les déchets ?

Qu’est-ce qu’aujourd’hui ces Dieux de nombres masqués dans l’incompréhensible ?
Pourquoi ces voiles programmés ? Pourquoi le mal visible ? 
Pourquoi tant de brume autour d’eux ?
Pourquoi ces fléaux désirés sur une terre martyrisée ? 
Et pourquoi ne voyons-nous pas la vraie nature
De ces toiles d’araignées ? 

L’azur aurait pu être radieux , alors pourquoi ces fumées nauséabondes
L’amour aurait pu être rieur, alors pourquoi la haine qui enferme 
La Terre aurait pu être havre de paix, alors pourquoi ces destructions 
Sans fin, et sans issue, terme.
Qu’est-ce qui entraine l’esprit humain dans le trouble immense 
Et faire tomber les humains en démences ?

Humain ne soit pas ce fou malheureux. Vois ce mystère Humain en qui tu es
Humain ne regarde pas sans voir !
Oublie les rites transparents qu’en ta nuit tu célèbres 
Tes Dieux de nombres, sont des figures au milieu des ténèbres
Ces Dieux de nombres sont le difforme qui naît de ton front noir !
Ils sont les spectres accroupis dans leur antre aseptisée

Monstres de nombres et du vide de ton âme, Humain, 
On en voit moins leur face que leurs ventres avides 
Matérialisation dans les entrailles pourries 
Des léviathans échoués dans les restes de ta folie 
De consommation, de destruction, de possession, vers le vide !

Seule la Terre est éternelle ! 
Mais peux-tu encore le chanter dernier Humain ? 
Lève-toi, réveille-toi enfin !

Ah ! Tu trouves tout mal ! Trop d’ombre et de misères ! 
D’autres mondes mieux faits te semblent nécessaires. 
Accueille et respecte celui-ci 
Tu peux investir mieux le rêve et le mystère …
Agis, parle, crie, ô ver de terre 
Ta conscience réveillée dans l’infini !

Ah ! L’énergie nécessaire te pèse et la nature t’étonne ! 
Ah ! Décembre après juin te semble monotone !
Ah ! Pourrir répugne à ta chair ! 
Tu sais que tu n’es pas content des réseaux où tu erres !
Bien. Fais la guerre aux Dieux de nombres qui t’effraient de leur tonnerre
Fais de ta pensée l’éclair qui libère !

Humain ! Montre ta force, respecte les autres. Que l’étendue 
De l’intelligence du vivant s’ouvre à ton regard éperdu.
Prouve à tous l’étendue de leur cécité !
Déplace les milieux, les axes et les centres ;
Fouille l’onde et l’éther, poursuis dans tous ses antres 
La monstrueuse imbécilité. 

Questionne, surprends, scrute, découvre, explore !
Invente et accueille, rejette ceux qui cherchent l’or !
Trouve pour tous ce que nul n’a trouvé
Sois le tout-monde ; accueille tous les êtres inouïs 
Comprends et partage et reviens enrichi 
De la diversité du hasard de la vie.

Peut-être ! Les peuples trouveront de nouveaux équilibres ;
Peut-être demain, les vivants seront libres ;
Ce jour sera bouillonnement
L’humain et tous les autres êtres illumineront alors l’ombre qui les environnent ;
Et l’on verra enfin le firmament. 

Les vivants noueront de nouveaux liens invisibles
Ils seront lieux et liens, et non plus cibles 
Tout sera commun
Et sans programmes, ni nombres, dans la frugalité
Le durable et le soin de l’autre un
Avec respect. 

Alors ! Les mondes, qu’aujourd’hui la consommation habite et creuse, 
Échangeront leur vitalité à travers l’ombre heureuse
Et l’espace des nombres rendu silencieux
Nul se ne sera plus exploité ni solitaire, 
L’avenir, ce sera l’union de tous les êtres sur la Terre 
Comme les étoiles dans les cieux !

Humain, Seule la Terre est éternelle ! 
Détruite par toi, elle renaitra sans toi 
Que disparaisse l’humanité, 
Rien ne sera changé à la marche du cosmos. 
Que disparaisse l’humanité 
Il n’en sera qu’un gachis de potentialité. 
Humain, Seule la Terre est éternelle ! »

Ce furent ses dernières paroles. 
Il ne me reste que des questions. Qui est-il ? D’où venait-il ? Pourquoi moi ? 

Nowakowskismes 3.15. Rêve de fer, matin brun

« Je me réveille en sursaut, en nage… depuis toujours, je suis habitué à ne dormir que d’un oeil, de peur d’être surpris. Je suis un fugitif, j’ai réussi jusqu’à présent à échapper aux hordes de Helders, (les « héros » comme ils se nomment), les Helders du pays de Heldon qui se disent menacés d’abâtardissement par les mutants du Borgrave d’où je suis originaire. D’ailleurs, être fugitif quand on est de Borgrave, c’est normal dans ce monde. Les Helders, quant à eux, regardent effrayés et excités vers la puissance du Zind à l’est par-delà l’insignifiant Wolak.
Le Heldon est un pays enclavé qui a eu la volonté de rester pur après la grande guerre nucléaire qui a dévasté la Terre, qui a jeté à bas les anciens états, qui a érigé le chaos en règle. 
La cheffe du Heldon, Férine Jaggar, est une descendante de purhomme. Être un purhomme c’est être un humain au patrimoine génétique absolument pur. Férine Jaggar a vécu son enfance exilée parmi la lie de l’humanité mutante et métissée. Depuis toujours, elle a voulu réintégrer la Grande République de Heldon, où tout n’est que pureté génétique, le vrai pays de ses ancêtres. Elle est revenue avec un désir de purhumanité qu’elle a rendu assez fort pour galvaniser son peuple génétique et conquérir non seulement la Terre mais aussi les étoiles.
Je suis caché dans un bosquet de la forêt d’émeraude, je les entends, ils ne sont pas loin. 
Respirer m’est difficile. Je ne sais plus dormir paisiblement, et quand le sommeil est là, c’est toujours ces cauchemars, cette histoire, ce monde complètement fou qui vient me retrouver par delà le mur du sommeil. 
A la fin de son long exil au cours duquel elle n’eut qu’une seule obsession, revenir, elle reprit le chemin de Heldon. Quand elle arriva à la frontière, où vous devez vous en douter, il faut montrer patte bien blanche pour pouvoir espérer passer, elle ne rencontra aucune difficulté. Evidemment, imaginez-la, haute taille, physique athlétique, regard franc et bleu, cheveux blonds de rigueur et quelques autres indices génétiques attestant de sa pureté ! 
Férine afficha alors clairement qu’elle était « animée d’une juste colère raciale ». Dans la reconquête de sa terre natale, de son identité, de sa souveraineté, elle ne tarda pas à entraîner des buveurs d’auberge et tous les silencieux indignés. Elle les a réunis pour aller massacrer ceux qui osaient franchir la frontière de la république de Heldon sans être des purhommes. Elle voulut aussi en profiter pour faire honte à tous ces purhommes du pays de Heldon qui avaient accepté de vivre dominés. D’ailleurs, dès la frontière, elle avait constaté le relâchement parmi les fonctionnaires chargés des tests de pureté. Elle savait déjà qu’ils étaient sous l’emprise psychique d’un dominateur caché, dont l’unique visée était de souiller le sang pur et par là avilir l’humain, le purhumain. 
Avilir l’humain ! L’identité nationale ! L’histoire humaine les a tellement re-visités dans ce cycle perpétuel de désastres, de prise de conscience, d’oubli et de nouvelles plongées dans le toujours pire ! Et le pire, je peux vous dire qu’il est bien là ! 
Je ne respire plus, ils ne sont pas loin ! 
C’est encore une des bandes de motards chargées d’écumer le pays aux ordres de Férine à la recherche des fuyards de mon espèce. 
Des bandes à sa solde qu’elle avait réussi à s’attacher. Parce qu’afin d’affirmer son autorité, elle avait défié le précédent chef. Elle avait réussi à s’en défaire, et par là s’assurer de l’allégeance de toutes les bandes chargées de faire régner l’ordre. Elle l’avait détrôné pour prouver à tous qu’elle était bien la descendante des anciens purs, qu’elle était la protectrice de la culture ancestrale, qu’elle serait la pourfendeuse du métissage qui guette l’humanité, garante infaillible de la pureté, contrairement au précédent taxé de faiblesse et de couardise. 
Elle prit le trône, elle devint la cheffe, l’unique, détentrice du sceau ancestral de la famille, du travail et de la patrie. 
Alors, « debout, symbolisant dans l’espace et le temps ce tournant de l’Histoire, son âme au centre d’une mer de feu patriotique, [Férine] sentit la puissance de sa destinée cosmique couler dans ses veines et la remplir de la volonté raciale du peuple de Heldon. [Elle] était réellement sur le pinacle de la puissance évolutionniste ; ses paroles guideraient le cours de l’évolution humaine vers de nouveaux sommets de pureté raciale, et ce par la seule force de sa propre volonté »
Dans la foulée, elle organisa la refondation du parti. Elle en changea le nom. Le parti devint alors Les Fils de la svastika ou encore Sons of Svastika, qui, en abrégé donne évidemment SS. S’appuyant sur la désinformation, en criant haut et fort ce que ceux qui se disaient purhommes voulaient entendre, à savoir retrouver leur domination sur les impurs, elle se fit élire au Conseil de l’Etat. Elle sut jouer avec astuce et perversion avec le besoin des lâches d’avoir toujours quelqu’un à mépriser, sur la peur de l’invasion, le rejet de la différence, les théories du grand remplacement de la culture ancestrale et de la religion qui fait identité ! 
Elle prit son temps, mais elle y arriva. Elle finit par prendre définitivement le pouvoir en organisant un coup de force. 
L’armée se rangea alors de son côté et la sélection des meilleurs commença. Des camps d’étude raciale furent charger de trier le bon grain de l’ivraie. Les purs reconnus comme tels purent alors passer les tests d’entrée dans la garde d’élite SS, purent intégrer les meilleures écoles, les bonnes universités, obtenir les meilleures places, ceux qui échouèrent, les impurs, furent expulsés sur le champ ou pire, exterminés. 
Elle lança alors la reconquête du Borgrave afin de le purifier de ses mutants génétiques ignobles, des hommes-crapauds, des peaux-bleues et des autres perroquets, ainsi que les mutants et autres dégénérés de mon acabit.  
Alors j’ai fui ! Je fuis ce monde, je voudrais fuir ce monde, cette terre. 
Je cours, mais la nasse s’est déjà refermée sur moi, il n’y aura pas d’issue ! Je pense avoir perdu espoir, et ça ce n’est pas bon du tout !
Nous sommes des milliers à errer la nuit, à tenter de franchir l’océan vers l’autre côté, à vivre cachés le jour, et marcher la nuit, à dormir dans la peur d’une attaque des hordes de chasseurs, à craindre la délation. Certains d’entre nous sont encore des enfants, il y a des femmes seules avec leurs petits, beaucoup d’entre eux disparaissent sans laisser de traces en voulant traverser une rivière, en tentant le voyage vers l’autre côté, ou en croisant le chemin d’une horde. 
Et Férine, insatiable, elle veut étendre son emprise. Les autres pays succombent un à un à la contagion. Il n’y a pas plus contagieux, dans un monde perdu, que la haine, la défiance, la violence. D’ailleurs « rien ne rend peut-être plus palpable l’énorme régression dans laquelle est entrée l’humanité […] que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et à leurs libertés. Avant, la Terre appartenait à tous ses habitants. Chacun allait où il voulait et y restait aussi longtemps qu’il voulait. Il n’y avait pas de permissions, pas d’autorisations, et cela m’amuse toujours de voir l’étonnement des jeunes lorsque je leur raconte qu’avant, je voyageais en Inde et en Amérique sans avoir de passeport et même n’en avais jamais vu aucun. On montait dans le train et on en descendait sans rien demander, sans qu’on vous demandât rien, on n’avait pas à remplir un seul de ces centaines de papiers qu’on réclame aujourd’hui. Il n’y avait ni permis, ni visas, ni tracasseries ; ces mêmes frontières qui, avec leurs douaniers, leur police, leurs postes de gendarmerie, sont aujourd’hui transformées en réseau de barbelés en raison de la méfiance pathologique de tous envers tous, n’étaient rien d’autre que des lignes symboliques qu’on traversait avec autant d’insouciance qu’un fuseau horaire. [Avec Férine et sa clique], le monde se vit à nouveau bouleversé. On se défendait partout contre l’étranger, le mutant, partout on excluait. Toutes les humiliations qu’autrefois on avait inventées exclusivement contre les criminels, on les infligeait maintenant à tous ceux qu’on considérait comme impurs. [Un impur devait] se faire photographier de droite et de gauche, de profil et de face, les cheveux coupés assez court pour que l’oreille fût visible, donner ses empreintes digitales, d’abord le pouce seul, puis les dix doigts. Il fallait en plus présenter des certificats de santé, de vaccination, de police, de bonne vie et mœurs, des recommandations, il fallait pouvoir présenter des invitations et des adresses de parents, il fallait fournir des garanties morales et financières, remplir des formulaires et les signer en trois, quatre exemplaires, et s’il manquait ne fût-ce qu’une feuille de ce tas de paperasses, on était perdu. » 
De toute façon, nous sommes perdus ! 
Férine et ses Fils du svastika sont fascistes, xénophobes, animés de volonté raciale tendant à la purification et d’aspiration à la supériorité d’une partie de l’humanité sur l’autre. Leur croyance est la manipulation des masses, l’identitaire, les défilés, les drapeaux, les uniformes ajustés ! Elle est passée maître dans l’art de l’utilisation des médias de masse pour manipuler les masses. Elle use comme tous ces gens-là des rassemblements de foules destinés à dissoudre les individus dans une masse sans identité. Elle s’appuie sur l’apathie puis la complicité des autorités qui laissent faire et encouragent toutes les formes de pogroms. Et bien sûr, le complot, tout est bon pour dénoncer, éradiquer, le complot comme projet politique et comme moyen d’élimination rapide de toute idée de révolte ! 
Alors, ceux comme moi, qui ne sont pas des purhommes, nous sommes traqués, éliminés, déportés. J’ai tenté de fuir, j’erre avec tous les autres depuis plusieurs semaines, mais cette course est perdue d’avance ! Quelques instants de vie de proie, mais de vie quand même, de liberté surtout… 
Mais ça y est ! Je les entends, ils se rapprochent, je sens qu’ils m’ont localisé, s’en est fini cette fois…. je me mets à courir, j’entends les chiens ! Is sont sur moi !.. » 

Je me réveille en hurlant de terreur… 
Où suis-je ? Où sont les chiens ? 
Tout à coup, je sais où je suis. Je me détends. Du moins, j’essaie de rattraper mon coeur qui bat à tout rompre !
Je suis dans mon lit à Nancy, nous sommes le 27 mai 2019. Je réalise que j’ai rêvé, que le Heldon, c’est un souvenir des lectures de ce vieux Norman Spinrad. 
Par contre ce matin, et mes souvenirs remontent à la surface. Hier avaient lieu les élections européennes, et dans beaucoup de pays européen, et en France, les partis fascistes sont arrivés en tête. 
Le 27 mai 2019, c’est un matin brun. J’espère que vous avez lu ce petit texte qui met en scène toutes les petites compromissions qui mènent au point de non retour de l’inacceptable ! 
Je comprends mon cauchemar après cette soirée électorale au cours de laquelle les cadres de ce parti fasciste sont venus fanfaronner chacun leur tour à l’antenne. Cette soirée électorale où leur cheffe prononça un discours dans lequel elle se voit déjà présidente de la république française. 
Matin brun quand le RN arrive en tête avec 23,31 % des voix et obtient 22 sièges. Le RN, ce parti fasciste qui n’hésite pas à s’afficher avec les suprêmacistes blancs est sous le coup d’enquêtes pour avoir détourné 7 millions d’euros au Parlement Européen. Le RN est un parti fasciste et qui, comme tous les partis fascistes, a toujours voté contre les mesures écologiques et sociales, contre toutes les propositions de lois sociales, qui considère que laisser se noyer par milliers dans la Méditerranée découragera les autres de venir en Europe. Le RN qui arrive à la première place en France. 
Ferine Le Pen, pardon Marine Le Pen, a même obtenu le soutien de l’ancien leader du  Ku Klux Klan, David Duke. Ce sinistre individu prône la suprématie de la « race » blanche sur les autres. Celui-ci ne tarit pas d’éloges pour la présidente du Rassemblement national. Interrogé, via Twitter, sur le regard qu’il porte sur la candidature RN à la présidentielle, il a répondu : « Son père est un grand homme, un vrai patriote. Il a élevé une femme forte et intelligente qui comprend comment se joue la politique au XXIe siècle ». Ça donne juste envie de vomir.
Au Parlement européen les fascistes occuperont 115 sièges sur 751. Ils sont en troisième position derrière les conservateurs qui ont obtenu 175 sièges et les socio-démocrates qui ont obtenu 148 sièges.
Au Royaume Uni, le parti du Brexit ouvertement d’extrême droite a obtenu 31,69 % soit 29 sièges
En Italie, Salvini, a encore renforcé son emprise sur le gouvernement populiste au pouvoir à Rome. La Ligue a dépassé les 34% et a obtenu 28 sièges. 
En Allemagne, le partie d’extrême droite a obtenu 11 % des voix soit 11 sièges, et en Autriche, 17,2 % des voies, soit 3 sièges. Sans parler des affreux à la Orban, souverainistes dont la frontière avec l’extrême droite est bien ténue. 
Nous avons déjà passé un grand nombre de ces petits pas dont je vous ai parlé en début d’émission. Des petits pas terribles comme cette IA que l’Europe va tester à ses frontières pour détecter les mensonges. J’ai honte des chercheurs et des ingénieurs qui répondent à de tels projets ! Il est encore temps, pour l’écologie, pour un monde qui garantit une vie décente à tous et toutes, pour des frontières qui ne séparent pas mais qui rassemblent, réagir et surtout de ne pas avoir peur de le faire, pour la pensée… comme puissance de fraternité, de solidarité et de résistance !

Sources
Rêve de fer, Norman Spinrad
Matin brun, Franck Pavloff 
Stefan Zweig, Le monde d’hier
Société en Jeu, N°2, Janvier 1996. Revue Lire & Savoir. ISBN 2-07-059289-X

Nowakowskismes 3.14. Mother Earth !

Où est passé le bruissement, ordinaire et familier du monde quand il était en vie? Ce bruissement nous avons appris à nous en passer pour ne pas sombrer dans la folie. Oubliés les chants des oiseaux, oubliés les insectes aussi, oublié le vivant et ce que nous appelions la nature, nature que nous avons condamnée comme l’humanité. En 2019, on avait déjà fait le constat qu’en 50 ans, la moitié des sons de la nature avait disparu ! 
Comment puis-je les oublier ?
Ces mots sont mon témoignage, le dernier témoignage de la bêtise et de la cupidité des hommes qui ont fait de la Terre un astre mort, bien loin de celui que avons connu, il n’y a pas si longtemps que cela. Une planète unique qui suscitait l’émerveillement de ceux qui savaient admirer, hûmer, se fondre dans ces espaces bouillonnants de VIE pour s’y ressourcer !
En 2019, l’alerte mondiale avait bien été lancée ! À maintes reprises !
Après de multiples actions, le lundi 6 mai 2019, je m’en souviens comme si c’était hier, la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques – le « GIEC de la biodiversité » comme on l’appela alors, publia un nouveau rapport qui jeta à la face de tous, un état des lieux d’une gravité sans précédent, une situation terrible, des chiffres terrifiants qui ont fait alors la une de tous les médias. 
S’affichait alors en toutes lettres que le taux de disparition de la vie sauvage était des dizaines, sinon des centaines de fois plus élevé que durant les derniers dix millions d’années ; qu’un million d’espèces animales et végétales, terrestres ou marines – soit une sur huit –, étaient menacées de disparition. Et que le rythme s’accélérait dramatiquement. Les extinctions de masse, la Terre les connaît ! Voilà 65 millions d’années, la cinquième extinction de masse fauchait, en même temps que les dinosaures, les trois quarts des espèces présentes sur Terre. D’autres précédentes crises, des centaines de millions d’années plus tôt, avaient éliminé jusqu’à 95 % du vivant.
Nous n’en étions heureusement pas encore là. Mais nul ne pouvait plus l’ignorer : la planète s’acheminait dans l’indifférence quasi générale vers la sixième extinction de masse. Celle-ci risquait de se produire non plus à l’échelle des temps géologiques, mais en quelques décennies seulement. Avec un unique responsable : l’homme. 
Les chiffres étaient là ! Devant nos yeux ! Seuls quelques-uns luttaient avec l’énergie du désespoir, la jeunesse des états riches reprochant à leurs ainés d’avoir vécu en égoïstes, sans se préoccuper de l’avenir, en satisfaisant leurs besoins de consommation immédiats et destructeurs. Des activistes tentaient des actions coups-de-poing afin de marquer les esprits et les médias – en vain ! 
A Paris, en mars 2019, 50 000 manifestants marchaient pour le climat et c’était un étonnement joyeux, un peu comme une gay pride, avec la techno et des slogans élaborés sous forme de jeux de mots coquins. La grève mondiale pour le climat était lancée, avaient-ils dit.
Puis en quelques mois, l’écologie changea de style. Greta Tumberg la jeune militante suédoise devenue une icône, a cassé le monde en deux : ceux qui défendaient le monde qu’elle proposait et ceux qui lui résistaient. Le Parlement britannique avait alors déclaré l’urgence climatique suite à la demande des activistes du climat d’Extinction Rébellion qui voulaient alerter et ce de façon de plus en plus spectaculaire, toujours en prônant la désobéissance civile. Extinction Rébellion a  réussi à bloquer la capitale britannique pendant 11 jours. Il avait même été décidé de bloquer le pont de Waterloo pour y mettre un jardin et une rampe de skate, pas pour emmerder les gens mais pour créer du trafic, pour faire du bruit – faire du bruit pour que les humains se réveillent !
Et bien sûr, toujours les mêmes réactions,  ça empêchait les honnêtes gens d’aller travailler ! C’était inacceptable parce que ça créait bouchons ! Ce qui se passait là, c’était tirer la sonnette d’alarme pour toute la population, que leurs réactions n’étaient qu’une protection de leur petit confort immédiat et ordinaire. Et puis, 10 jours après, ce fut le tour de l’Irlande. L’irlande déclara aussi l’urgence climatique sous la pression.
Je me souviens très bien de toutes ces actions en parallèle, de toutes ces marches pour les climat, des pétitions, des grèves scolaires, des « profs en transition », des tribunes, des documentaires, des essais, que d’appels au sursaut !
En mai 2019, nous étions en période électorale, les élections européennes. Alors que l’alarme sur l’effondrement du vivant n’avait jamais été aussi forte, la France et son gouvernement, au même moment, ne trouva rien de mieux à dire que trop de biodiversité nuisait à la croissance. Ce gouvernement priva le Conseil National de Protection de la Nature, l’une des plus anciennes et plus vénérables institutions de protection de la nature, de sa capacité à protéger les espèces menacées. Le Conseil national de protection de la nature (CNPN) perdit son droit de regard sur les demandes de dérogation à la protection des espèces protégées. Les procédures anciennes obligeaient les porteurs de projet d’aménagement (autoroute, grande surface, plateforme de forage pétrolier, parc éolien, aéroport…) à obtenir l’autorisation de la puissance publique si leurs travaux impactaient l’habitat ou les conditions vitales de la faune et de la flore sauvages protégées. Le CNPN devait être saisi pour recueillir son avis, consultatif. Un décret fut signé pour confier cet avis auprès d’instances nommées par les préfectures et les collectivités plus vulnérables aux pressions des responsables politiques et économiques locaux ! Le CNPN avait été créé en 1946 et fut une institution fondatrice du droit de l’environnement en France. Ses travaux avaient conduit à la création des parcs nationaux et réserves naturelles, via la loi de protection de la nature de 1976. En 2019, on le torpilla !
Je vois encore les premières pages des journaux, j’entends encore les annonces à la radio et la pseudo-indignation et mobilisation politique. De tout, je me souviens ! 
1 million d’espèces vivantes étaient menacées d’extinction, ce qui représentait un rythme de disparition jamais connu depuis 10 millions d’années de vie sur la Terre. Pas moins de 75 % de la surface des terres était sérieusement endommagée. La productivité de la Terre décroissait sur près d’un quart de la surface du globe. 66 % des océans étaient de plus en plus affectés par des effets cumulés de dégradation. 85 % des zones humides avait disparu. Depuis 1870, la moitié des coraux avaient été détruits et un quart des espèces animales était en voie d’extinction. Entre 2010 et 2015, 32 millions d’hectares de forêts primaires avaient été détruits. Pas moins de 40 % de l’environnement marin avait ainsi été gravement endommagé, tout comme trois-quarts des surfaces agricoles et la moitié des cours d’eau terrestres.La sixième extinction de masse était déjà en route, et les cinq grandes causes étaient toutes liées à l’activité humaine : la surexploitation des ressources, la dégradation des habitats, les pollutions diverses, la prolifération des espèces invasives et le dérèglement climatique. 
Le taux d’extinction des espèces dans le monde était « des dizaines et même des centaines de fois plus élevé » que la moyenne des 10 derniers millions d’années, et il s’accélèrait ! Plus de 500 000 espèces terrestres disposaient « d’un habitat insuffisant pour leur survie à long terme ». On savait très bien que depuis 1900, les espèces terrestres qui peuplaient la planète, menacées ou non, avaient vu leur abondance décliner en moyenne de 20%. 
Et ce n’était pas tout ! 80 % des insectes d’Europe avaient disparu en l’espace de 30 ans. Personne ne s’inquiétait outre mesure quand, après un déplacement en voiture, l’été, il n’y avait plus d’insectes sur leur pare-brise ! Chouette plus besoin de lave-glace démoustiquant ! Ce fut une extinction à « effet domino » qui mena à l’extinction de 400 millions d’oiseaux de la même zone. Les oiseaux mais aussi d’autres prédateurs d’insectes ont suivi, comme les hérissons, les lézards et les amphibiens. 
Mais tout allait bien pour certains, on avait réussi à faire réapparaître des espèces ! Bonne nouvelle ! On peut en discuter ! On peut certes agir mais comme toujours c’est toujours plus sexy de réintroduire le lynx ou le bison d’Europe, … que des insectes ! Confondre communication et action mène au mur ! 
Même des chiffres comme ceux-ci n’ont mené à rien ! 125 milliards de dollars, c’était la valeur estimée des services rendus par la nature : soit une fois et demie le PIB mondial ! Mais bof ! Des chercheurs en quête de célébrité proposèrent de remplacer les pollinisateurs par des petits robots ! En voilà une belle idée ! En effet, nous tirions profit du travail des insectes pollinisateurs dans les cultures, dont dépendaient un milliard et demi d’emplois dans le monde. On pouvait aussi prendre en compte les recettes de la médecine naturelle et les quatre milliards d’individus qui utilisaient plantes et autres espèces vivantes pour se soigner. Mais aussi, les deux milliards de personnes qui dépendaient du bois pour l’énergie… 

La réponse à l’alerte des scientifiques et des citoyens fut mise entre les mains des gouvernements. Déjà, en 2010, lors de la Conférence sur la diversité biologique d’Aichi, au Japon, ils s’étaient fixé des objectifs ambitieux, dont aucun ou presque n’avait été en passe d’être atteint. Ils s’étaient donnés rendez-vous fin 2020 en Chine, pour une nouvelle session de cette conférence pour prendre des engagements précis, déclinés en politiques publiques et associant l’ensemble des acteurs de l’économie et de la société civile. Ce posait évidemment la question d’un mode de développement moins prédateur pour la nature et de financements alloués à la préservation et à la restauration de la biodiversité et de leur juste répartition entre pays riches et pauvres. Ça n’a rien donné ! 
En 2019, quelque 8 milliards d’euros par an étaient affectés au niveau mondial pour la restauration de la biodiversité, les experts estimaient qu’il en aurait fallu entre 200 et 300 milliards chaque année. 
A combien avons-nous évalué le prix du vivant ? Evidemment, pas suffisamment ! Le monde qui est le mien aujourd’hui, détruit et stérile, est la preuve de nos échecs et nos désertions face aux profits immédiats, à la satisfaction immédiate des intérêts et des désirs, et des carrières et des lobbies ! 
Le tissu vivant de la Terre, essentiel et interconnecté, s’est réduit et s’est effiloché de plus en plus vite, les équilibres dont dépendaient les espèces étant détruits. On savait que les conditions étaient en place pour « une évolution biologique rapide – si rapide que ses effets peuvent être vus en à peine quelques années ou encore plus vite ». Et cette extinction menaçait la vie humaine ! Même pour ceux qui accordaient peu d’importance au sort des animaux ou des plantes avaient de quoi s’inquiéter de l’état de la biodiversité parce que « la plupart des contributions de la nature ne sont pas entièrement remplaçables », et certaines ne le sont pas du tout. On savait que 75% des types de cultures utilisés dans le monde reposaient sur la pollinisation par les animaux. 
En bonnes autruches, les têtes enfoncées dans du sable pollué, nous avions complètement occulté le fait que les écosystèmes menacés jouaient un rôle crucial, que les écosystèmes marins et terrestres étaient les seuls puits pouvant absorber nos émissions de carbone, que « les forêts captaient du carbone, empêchaient les inondations », qu’elles étaient des lieux de détente, de retour à nous-mêmes et de contemplation qui manqueraient terriblement aux êtres humains – et ça ! je peux vous le confirmer !
En 2019, un quart de toutes les espèces animales et végétales répertoriées étaient menacées, et nous avons laissé faire. Partout, des variétés locales de plantes et d’animaux disparaissaient, menaçant gravement la sécurité alimentaire du monde et c’est arrivé. Certains bouleversements étaient irréversibles et nous le savions ! Par exemple, nous avions observé le cas des sardines de Namibie : surexploitées, elles avaient disparu des eaux autrefois très poissonneuses du large de ce pays d’Afrique. Les méduses les avaient remplacées qui à leur tour avaient entraîné une prolifération du phytoplancton. La masse microbienne alors engendrée consommait tout l’oxygène présent dans les eaux qui étaient devenus impropres à la vie. Et cet exemple en est un parmi tant d’autres, comme les destructions dues à la fertilisation des sols par les engrais chimiques concentrant de grandes quantités de phosphates et de nitrates dans les cours d’eau qui étaient devenus mortels pour une partie des espèces qui y habitaient.
Voilà ce que nous avons fait ! 
En toute conscience, en continuant notre chemin mortel en refusant d’en voir les signes avant-coureurs. Le président des USA, le dernier avant la catastrophe n’a fait qu’amplifier le mouvement pour se garantir une ré-élection, les dirigeants européens n’ont vu que leurs intérêts à court terme, la croissance et la préservation des intérêts des lobbies pétroliers, de l’automobiles, de l’agro-alimentaire ! C’était un temps où 20% des plus riches possédaient 94% de la richesse mondiale, 2% les plus riches possédaient plus que 50% de la population mondiale !
Et, dans les plus riches, il y avait les géant du numérique, du web, du eCommerce, … l’intelligence artificielle ! Je me souviens que vers 2019, 45 000 contenus concernant l’intelligence artificielle étaient postés chaque semaine sur le web ! 
Optimiser un service, installez une plateformes ! Faire des économies, dématérialisez le service ! Une éducation moderne, vive le lycée 4.0 ! Une application pour tous les problèmes de la vie professionnelle et quotidienne ! 80 milliards d’objets connectés ! Nous étions peu nombreux à rappeler que chaque consultation d’une page web se soldait par l’émission de 2 g de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et la consommation de 3 centilitres d’eau. A l’échelle mondiale, internet était un 6e continent qui « pèsait » chaque année 1037 TWh d’énergie, 608 millions de tonnes de gaz à effet de serre et 8,7 milliards de m3 d’eau douce. Soit environ 2 fois l’empreinte de la France de 2019 ! 
En plus d’être colossaux, les impacts environnementaux du numérique étaient multiples. Il était responsable de l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables, de la pollution de l’air, de l’eau et des sols induisant des impacts sanitaires contribuant à la destruction des écosystèmes et de la biodiversité, des émissions de gaz à effet de serre contribuant au changement climatique, … sans parler des conditions d’extraction des terres rares et des métaux indispensables à leur fonctionnement ! La purification d’une tonne de terres rares indispensables aux tablettes qui s’installaient partout, contaminait au moins deux cents mètres cubes d’eau avec toutes les conséquences liées au manque d’eau potable sur l’agriculture et les habitants. Au Chili, premier producteur mondial de cuivre, le déficit d’eau était tel qu’il a conduit les groupes miniers à utiliser 50 % d’eau de mer dessalée, et dessaler l’eau est un processus extrêmement énergivore. Internet, le numérique, une nouvelle frontière, une utopie que les pionniers revendiquaient en ces termes « Gouvernements du monde industriel, vous, géants fatigués de chair et d’acier, je viens du cyberespace, La nouvelle demeure de l’esprit. Au nom du futur, je vous demande à vous, du passé, de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez pas de souveraineté là où nous nous rassemblons. » Et bien ces pionniers qu’ont-il fait d’autre que d’accélérer le processus infernal qui nous a conduits à ces temps funestes. 
Je me souviens très bien de ce Mai 2019, à la veille des élections européennes où les listes affichaient l’écologie comme décoration dans leurs programmes toujours aussi vides ; le 10 mai 2019 le jour du dépassement ; en Mai 2019, tout était parfait, Total avait atteint ses objectifs, produire 3 millions de barils par jour dans sa logique de mise à sac des ressources de la planète ! Mai 2019, où on apprit qu’une fièvre hémorragique porcine foudroyante commença à décimer les cheptels de porcs ! 
Puis, le permafrost a fondu et a libéré dans l’atmosphère du dioxyde de carbone et du mercure en très grandes quantités, mais aussi des virus et des bactéries qui nous ont infectés.
Inondations violentes, typhons meurtriers toujours plus fréquents, assèchement de points d’eau, montée du niveau de la mer… Ces événements, dont la fréquence et l’ampleur étaient renforcées par le changement climatique, avaient contraint des millions de personnes à migrer. L’ONU prévoyait 250 millions de réfugiés climatiques dans le monde en 2050. 
En 2019, la question de la qualité de l’air intéressait peu alors que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) montraient que 9 personnes sur 10 respiraient un air contenant des niveaux élevés de polluants et donnaient des estimations révélant que 7 millions de personnes mouraient chaque année à cause de la pollution de l’air ambiant (extérieur) et à cause de la pollution de l’air à l’intérieur des habitations. 
D’ailleurs, 30 ans plus tôt, en 1989, les principales puissances mondiales étaient à deux doigts de signer le premier traité international juridiquement contraignant pour imposer une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais, au tout dernier moment, les Etats-Unis firent capoter l’accord… tout était déjà là ! 
Voilà, dans ce monde, les oiseaux ont disparu. 
On racontait qu’en enfer, il n’y avait pas d’oiseaux pour que les damnés ne puissent lever les yeux vers le ciel. 
La Terre est devenue un enfer de pollution, de sécheresse et de dérèglements climatiques, la sixième extinction de masse est advenue. Tout est allé très vite, l’effet domino des dérèglements cumulés a fait s’accélérer la chute, avec ses conséquences sur les activités humaines, mais surtout sur les conditions de la vie sur la Terre. Les pôles ont fondu, le niveau des océans a atteint un niveau jamais atteint auparavant, toutes les infrastructures lourdes ont été détruites. Avec ceux qui ont survécu, nous tentons de donner sens à notre survie, en tentant un nouveau départ.  
Certaines parties du réseau internet ont survécu, nous sommes retournés aux bases qui ont permis son émergence, à savoir un réseau symétrique permettant l’interconnexion des humains sans avoir à passer des plateformes centralisatrices et prédatrices ! On a repris l’ancienne expérience du MBones, du ipmulticast, d’un modèle qui n’inclut pas en lui la prédation des données. Nous tentons de reconstruire une informatique basée sur un modèle de soutenabilité, dimensionnée à nos besoins, et surtout à nos ressources et nos moyens ! Pas à pas comme les explorateurs du Nouveau monde, nous avons réussi à localiser des lieux de préservation du vivant et de sa mémoire vive : des réserves de graines, des banques de semences de différentes espèces, des bibliothèques.
Nous avons réussi à réactiver le réseau IRIDIUM et sa constellation de satellites circulant sur une orbite terrestre basse et ainsi nous avons créé des liens entre les petits groupes de survivants. Cette constellation de satellites avait été lancée dans les années 90 par Motorola pour couvrir l’ensemble du globe et notamment les zones les plus reculées (ils visaient par exemple le personnel des plates-formes pétrolières). Elle devait compter 77 satellites (le numéro atomique de l’iridium) et finalement seuls 66 furent envoyés en orbite car la société a fait faillite avant.
Nous reprenons l’expérience d’Auroville que sa créatrice Mirra Alfassa défendait en affirmant qu’« il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire « il est à moi » ; où tout homme de bonne volonté ayant une aspiration sincère pourrait vivre librement comme un citoyen du monde et n’obéir qu’à une seule autorité, celle de la suprême vérité ; (…) dans ce lieu idéal, l’argent ne serait plus le souverain seigneur ; la valeur individuelle aurait une importance très supérieure à celle des richesses matérielles et de la position sociale. (…) En résumé, ce serait un endroit où les relations entre êtres humains, qui sont d’ordinaire presque exclusivement fondées sur la concurrence et la lutte, seraient remplacées par des relations d’émulation pour bien faire, de collaboration et de réelle fraternité. » Nous écrivons un nouveau récit planétaire où l’humain n’est plus au sommet de la hiérarchie. Recyclage, parcimonie, énergie propre, éducation, proximité, … Nous redécouvrons le concept de « l’Ephemeralization » inventé par Buckminster Fuller. L’ephemeralization c’est : « Faire de plus en plus avec de moins en moins, jusqu’à tout faire avec rien. »
Alors, nous essayons de re-vivre, …. mais il n’y a plus d’arbres et plus d’oiseaux et si peu d’eau ! Qu’est-ce que vivre sans leurs chants ? Qu’est-ce que vivre sans nos frères-arbres ? 
Voilà !
Et pour finir juste les quelques mots qui ont traversé le temps sur la page d’accueil du site qui était dédié à l’expérimentation MBones, 
« From human minds comes creation of what will be… 
De l’esprit humain vient la création de ce qui sera … »
Espérons !

Sources
Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial « Terre » R. Buckminster Fuller
Anoptikon, Olivier Auber
Siècle bleu, Jean-Pierre Goux
Livre blanc Numérique et environnement, 2018. http://www.transitions2.net/catalogue/view/2032/livre-blanc-numerique-et-environnement-2018 

https://www.ipbes.net/news/Media-Release-Global-Assessment-Fr?fbclid=IwAR33SR81h52N-eMts-S5U77V1PYgm9VFxMvUy0vwjm2GE69QqoJw3GzfVkw

« L’Irlande déclare à son tour « l’urgence climatique », dix jours après le Parlement britannique » 

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/10/apres-le-royaume-uni-le-parlement-irlandais-declare-a-son-tour-l-urgence-climatique_5460459_3210.html

« Pour le gouvernement trop de biodiversité nuit à la croissance » in Mediapart. 05.05.2019 https://www.mediapart.fr/journal/france/050519/pour-le-gouvernement-trop-de-biodiversite-nuit-la-croissance  
Pourquoi n’y a-t-il plus d’insectes sur vos pare-brise ? France culture du 13.02.2019. https://www.franceculture.fr/ecologie-et-environnement/pourquoi-ny-a-t-il-plus-dinsectes-sur-vos-pare-brises 
Bientôt une banque européenne pour le climat ? in Libération, 07.05.2019. https://www.liberation.fr/planete/2019/05/07/bientot-une-banque-europeenne-pour-le-climat_1725116 
Acoustique : quand la science écoute le chant du monde

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/acoustique-quand-la-science-ecoute-le-chant-du-monde

Ambiances
Several Species of Small Furry Animals Gathered Together in a Cave and Grooving With a Pict, Pink Floyd, Ummagumma
ITAIPU The Canyon, Mato Grosso, Philip Glass & Atlanta Symphony Orchestra and Chorus


Nowakowskismes 3.13. Retour à San Francisco

La dernière fois, c’était il y a plus de 15 ans, la dernière fois, c’était à un autre tournant de ma vie, je quittais pour revenir, je revenais à San Francisco pour la quitter pour longtemps. En cet avril 2019, j’y retourne, je veux revoir San Francisco, la baie, la côte Pacifique avec ses rubans de varech, les éléphants de mer, les vols de pélicans, le Pacifique … puissant. Il n’est jamais évident voire bénéfique de marcher dans des pas anciens, de venir troubler la mémoire, de réveiller les jours anciens qui constituent une part de soi-même. Mais, un appel impérieux, présent là depuis longtemps, « il faut que j’y retourne ! » s’est enfin matérialisé, je l’ai écouté, et j’y réponds aussi parce que cette année 2019 est un bel anniversaire. En cet avril 2019, billets achetés, voiture louée, hébergement pour les premiers jours dans la baie réservé… il ne restait plus qu’à la patience d’agir jusqu’au jour J. 

Pourquoi San Francisco ? Allez savoir ! Déjà un imaginaire de toujours, la musique, un monde que j’ai frôlé, vécu, des lieux, des livres, une adresse, un pont, un air, le bout du monde rêvé… poésie de la poiétique de mon monde intérieur, et de nos rêves. 
Peu de préparatifs, mais un peu quand même ! En cette année 2019, il faut prendre en compte les tarifs pour se loger à San Francisco ! Même avec une offre pléthorique, Air B’n B et autres, finis les coins inattendus dans les interstices de la cité, finie une porte toute simple comme le Basque Restaurant au coeur de Chinatown, du Basque entre les idéogrammes, le Basque Restaurant de mon premier passage au tout début des années 90… pour quelques dollars la nuit, à quelque pas de Telegraph Hill, en route vers le Japon. Où sont les petits coins abordables du côté de Palo Alto, Mountain View et Cupertino, dans lesquels j’ai erré, travaillé, rêvé … il y a près de 25 ans ! Un quart de siècle ! 
Cette année, ce n’est pas un pèlerinage, ce n’est pas marcher dans les vieilles traces, ce n’est pas chercher à retrouver, cette année, j’ai juste besoin de revenir ici, … respirer, voir, partager et vivre l’air d’ici. 
Enfin, le jour du départ… un samedi matin, un voyage qui débute tranquillement, train, changement, correspondance, train encore puis l’aéroport, Charles de Gaulle, Terminal 1. Puis une petite pause pour se restaurer, dans un espace ménagé, un interstice, parmi toutes les chaines internationales de mauvaise bouffe qui peuplent tout le rez de chaussée du Terminal, écrasantes, omniprésentes, inévitables, un inattendu délicieux, une brèche par Thierry Marx, un moment rassérénant avant les 12 heures de vol qui s’annoncent, une ouverture dans le néant gastronomique de ces halls d’aéroport, nourrissant les humains comme du bétail en batterie. 
L’embarquement se passe bien… dans la cohue « normale » d’un embarquement où une majorité des voyageurs a acheté son accès Premium ou Prioritaire pour être prioritaire… quelques euros pour passer avant les autres… une aubaine non ! ? Mais comme tout le monde veut passer avant les autres, ils sont tous à s’embouteiller pour être les premiers dans l’avion !.. 
Malgré cela, l’embarquement se termine à l’heure, prêts pour le décollage.. et là patatras… un problème a été détecté dans la soute à bagages, l’avion est un Boeing, et suite aux derniers accidents graves, c’est prudence au niveau maximum ! Les ingénieurs de chez Boeing doivent venir, poser leur diagnostic, faire un rapport et autoriser ou pas le décollage… et donc plus de 2 heures d’attente… pour la délivrance d’un certificat qui permettra à l’avion de quitter son parking. Enfin, le message du commandant, on va décoller ! Et c’est parti pour un saut de 12 heures par dessus le monde. 
9 heures de décalage horaire plus loin, l’avion se pose à Oakland International. Et là commence une autre épreuve, les contrôles de l’immigration pour l’entrée sur le territoire des USA. Ce n’est plus un certificat, mais une autorisation qu’il faut obtenir. D’abord se connecter sur un appareil – tablette qui vérifie si vous avez bien obtenu l’ESTA, lit le passeport équipé d’une puce électronique, contenant une bonne partie de votre vie, garant de votre identité, composante d’un processus en oeuvre pour faire des humains, des moutons. Tout est parfaitement organisé pour qu’un petit nombre de fonctionnaires gère des flux importants d’êtres animés, en faisant en sorte que le processus ne soit interrompu par aucun accroc, aucune singularité. Une méthode, bien connue depuis l’antiquité, celle des bergers ou des éleveurs chargés de la transhumance de bêtes en grand nombre, méthode qui a d’ailleurs été fortement améliorée dans les mondes concentrationnaires. En effet, qu’il s’agisse de têtes de bétail, de détenus des camps ou de voyageurs à l’aéroport, les procédures sont toujours les mêmes : on met place de longues files jalonnées de balises, signalées par des écriteaux, délimitées de barrières, de cordons, de chaînes… On y ajoute des fonctionnaires en uniforme placés aux points d’hésitation, aux carrefours, aux failles prévisibles, partout où le dispositif pourrait se révéler défaillant. Enfin, on fait planer des menaces plus ou moins explicites pour qui dérogerait aux règles implicites de cet espace, en exhibant à chaque issue des gardes en uniforme prêts à intervenir au premier mouvement de foule…
La garde en question décide d’orienter les voyageurs soit vers une file, soit vers une autre. Une file presque vide, ou une autre déjà très longue. et c’est à celle-ci que je suis obligé de m’agréger ! Peut-être parce que j’ai un passeport français ? Non, non, parce que des français sont dirigés vers la file rapide ! Donc, attendre, un seul guichet ouvert, puis deux, … et une file qui n’avance pas ! Derrière moi, deux jeunes, dont un qui s’est fait rappeler à l’ordre, il voulait passer sur l’autre file. Et ces deux jeunes, la vingtaine, c’est leur conversation qui accroche mon oreille. Des ingénieurs, certainement, des chercheurs, … mais des « cerveaux » c’est ce qu’ils disent d’eux. Ils viennent certainement à San Francisco, sûrs de leur supériorité, à la manière de ce que disait John Winthrop, le pasteur puritain du Mayflower, qui disait : «  Nous serons comme une cité sur une colline, les yeux de tous les peuples […] sur nous ». Ces deux abrutis suffisants vont à la Silicon Valley, « la cité de la colline » et les yeux du monde seront posés sur eux. Ils y croient ! 
L’attente est longue pour enfin arriver au guichet, pour des formalités qui ne dureront que 2 minutes. Puis récupérer la valise qui a été mise sur le côté, évidemment, cela fait plusieurs heures qu’elle est sortie de l’avion et tourne sur le carrousel. La navette vers la centrale de location de voitures, quelques palabres, et ça y est au volant d’une belle grosse Nissan, en route pour le cottage dans la nuit, avec 4 heures de retard, dans le trafic hyper-dense de fin de samedi, avec un système de guidage qu’il faut apprivoiser… mais tout se passe bien ! Sans encombre, et en un temps et erreurs de parcours minimum, le cottage se découvre dans les phares de la voiture, sous les arbres, sur le haut d’une colline. Dormir !
Le premier matin, c’est un réveil très très matinal dû au décalage horaire. Ouvrir les yeux à 3 heures du matin, et essayer de somnoler un peu afin d’attendre le lever du jour, vers 7 heures du matin. Debout, petit thé avec ce qui est disponible dans ce cottage Air B’n B. Evidemment, à cause des retards cumulés, il n’était plus possible de faire les quelques achats nécessaires à la vie dans le cottage. Donc après un dîner avec un thé, un petit déjeuner avec un thé, et le jour qui se lève, la nature tout autour, la baie en bas au loin, les chênes verts, la terrasse en bois, … et surprise matinale, la visite de trois biches venues là pour se nourrir de l’herbe fraiche du jardin. D’ailleurs le cottage est de bois peint en jaune, il est blotti sous un bouquet de chênes verts qui abritent certainement un pic-vert… le code morse qu’il émet lorsqu’il frappe le tronc vient rythmer le silence du lieu. Ça y est ! De retour en Californie ! 
« If you’re going to San Francisco, be sure to wear some flowers in your hair »  qu’il chantait !
Alors, la faim matinale au ventre, il est urgent de prendre la direction de la ville afin de trouver un endroit pour boire un café et manger quelque-chose. La ville, c’est El Sorrente, c’est une ville-banlieue de Oakland-San Francisco, et c’est dans une zone commerciale encore déserte d’un dimanche matin, que j’atterris dans un Bagel’s store, fréquenté par des âmes errantes du dimanche tôt le matin. Puis quelques courses au Lucky d’à-côté, et direction vers le pont de San Rafael, et émergeant de la brume, je m’offre une arrivée majestueuse par le pont de la porte d’Or. Le Golden Gate Bridge est là devant, majestueux, mythique, …, la ville de San Francisco est là, … enfin ! La skyline a changé depuis la dernière fois… des marques nouvelles émergent du brouillard. La Transamerica Pyramid n’est plus le point culminant et identitaire de cette chaînes de sommets du bout du monde. L’air est doux, il n’est pas possible de résister à l’appel du pont, et aux quelques pas qui mènent jusqu’à l’ancienne batterie d’artillerie  qui offre une vue unique sur ce pont qui habite nos imaginaires, et à ma droite, l’ouverture vers le large, le Pacifique. 


Le regard empli de cette vue, d’être là enfin, il faut franchir le pont. C’est quand même quelque chose d’arriver à San Francisco par le Golden Gate Bridge ! Et comme San Francisco se visite aussi à pieds, ce n’est pas si courant que cela au Etats Unis, c’est à l’Exploratorium que je gare la voiture. Et comment passer à côté de cet édifice néo-classique, factice mais si réel… un monument temple, un dôme immense, des colonnes, des chapiteaux de feuilles d’acanthe, et les Muses. 
Marcher à San Francisco, c’est important, parce que marcher à San Francisco, c’est vivre le relief de la ville. On connait tous les rues abruptes à angles droits, on a tous vu Bullitt, mais marcher à San Francisco c’est faire l’épreuve par son corps de son relief singulier. 
Et donc, la marche débute sur la Marina, les superbes maisons blotties les unes contre les autres, c’est dimanche matin, on court, on roule, on fait sa séance de fitness – à gauche la baie, Alcatraz qui se montre, et après quelques centaines de mètres, le Marina Safeway que les lecteurs d’Armistead Maupin connaissent bien. 
Quelques centaines de pas plus loin, toujours la baie à gauche, c’est le raidillon de Fort Mason, pour redescendre vers Fisherman Wharf et la foule des touristes venus du monde entier. Fisherman Wharf qui s’ouvre avec le musée de la marine, paquebot de béton, puis l’alignement des boutiques, des galeries, des restaurants, … jusqu’au Pier 39 et la colonie de lions de mer, logeant sur les pontons depuis toujours – d’ailleurs dans cet avril, ce sont des lions de mer particulièrement énervés par le rut. Depuis des dizaines et des dizaines d’années, avec Alcatraz en arrière-plan, ces lions de mer ont été photographiés par des générations de touristes, plantés là pendant de longues minutes à regarder ces gros mammifères qui dégagent une odeur violente de sauvage. C’est cela aussi la Californie, un état au sommet de la modernité, mais une nature toujours une présente… c’est vrai que l’humain ne s’y est installé qu’il n’y a que quelques instants à l’échelle de la vie !
Le temps a passé, le petit déjeuner est déjà loin, c’est le moment de déjeuner chez Louis, face à la baie. 
Après avoir récupéré et rechargé les accus, de Fisherman Wharf, je remonte par les escaliers vers Telegraph Hill et cette fameuse Coit Tower, ses légendes urbaines, et la vue sur les pentes de la colline, la baie, la Lombard Street, et son serpent-route. Le soleil est là, le printemps est partout sur les pentes de San Francisco, les essences d’arbres sont en fleurs, les pentes sont raides, marcher dans San Francisco est une épreuve physique, et descendre est une respiration, et descendre vers Colombus, c’est se retrouver devant City Lights Books, l’antre de la Beat Generation, l’antre de Lawrence Ferlinghetti qui vient de fêter ses 100 ans, dernier acteur et témoin d’un temps définitivement perdu,… poète toujours, engagé toujours !.. À ma première visite, il était encore à la caisse de sa librairie… une librairie caverne d’Ali Baba, une libraire comme je les aime, des rayons surchargés de livres, des rayons entiers consacrés à l’anarchie, à la lutte, à l’écologie… et, à la poésie – « Poetry as insurgent art » !
La journée se termine, après un café pris au coin de Washington square, la fraicheur du soir se propageant, il est temps de reprendre la voiture et de rentrer dormir dans notre maison jaune sur la colline. 
Un autre matin, c’est sous le soleil et par le Bay Bridge ce coup-ci, la route 101 qui devient Van Ness avenue, à droite du pont le Civic center, ses gratte-ciels, et quelques virages dans la circulation dense d’un lundi matin avant de garer la voiture au pied de Buena Vista Park, à l’entrée de Haight Street, parce qu’aujourd’hui c’est une virée dans le quartier de Jerry Garcia, de Janis Joplin, et tous les autres, Haight Ashbury. On y entre par Haight Street, bordée de maisons victoriennes, chics, riches, on est loin des années 60. Haight street, ce sont des magasins, et des boutiques de pseudo-contre-culture, mais on y est ! Le magasin de guitares est toujours là, mais il n’affiche plus l’avertissement aux guitaristes de passage « No Stairway to heaven ». C’est Haight Ashbury malgré tout, il y a quelque chose qui traine encore dans l’air, ou est-ce simplement moi qui veut le croire ? Haight street se termine par l’incontournable et toujours là, Amoeba Music, où tout ce que tu cherches en musique est forcément là, un hangar remplit de musique en 33 tours, CD, cassettes… trop même ! Un infini dans un espace fini, …, la maison des feuilles ? … des disques ? 
L’errance se poursuit pour une part dans le Golden Gate Park, puis en remontant parallèlement à Haight Street, entre les maisons luxueuses où subsistent encore quelques-unes d’entre elles non encore restaurées, et embourgeoisées. Les hippies ont laissé la place à l’argent, la réussite étalée, ou peut-être que les hippies eux-mêmes sont devenus ces riches propriétaires de ces riches demeures qui bordent mon errance jusqu’à Alamo Square, image iconique de San Francisco, la vue la plus photographiée, et « accepter d’être ici est d’une certaine manière une capitulation spirituelle. Nous ne voyons que ce que les autres voient. Les milliers de personnes qui sont déjà venues ici et les milliers qui viendront dans l’avenir. Nous acceptons de percevoir les choses d’une manière collective. [Alors, nous prenons] des photos en train d’être prises. » Petit clin d’oeil à David Foster Wallace qui fait partie de mes bagages. 
D’Alamo Square à Castro, il suffit de descendre la colline par Castro Street, Castro l’arc-en-ciel, Castro la rangée, juste quelques sex-shops, mais surtout des boutiques et des bars bio ! Castro surplombé par les quartiers luxueux du bas de Buena Vista Park ! San Francisco, Castro, Haight Ashbury n’ont évidemment plus rien des contre-cultures, ils sont LA culture dominante de l’argent, du tape-à-l’oeil, de l’argent qui s’est arrangée pour exclure tout ce qui n’en est pas ! « C’était une maison bleue accrochée à ma mémoire ; on y venait à pieds (maintenant c’est en Tesla ou en gros SUV) ; on n’y frappe pas (c’est évident, les maisons sont gardées et surveillées par de l’électronique ultra-moderne) ; ceux qui vivent là ont jeté la clé… » en fait d’autres ont trouvé et gardé la clé ! Le route du retour m’ arrête à Sausalito, autour d’un feu pour un apéritif, avec la pluie venue du Pacifique. 
San Francisco est maintenant dans le rétroviseur. C’est parti pour un peu de route, « Drivin’ south », plutôt sur les Highways surchargées de véhicules, un flot ininterrompu sur 4 voire 6 voies parallèles à l’assaut des ponts qui enjambent la baie. Bay Bridge vers la route 101 vers San José (on prononce San ‘Osé) et enfin plus petite la 35 vers Half Moon Bay. Half Moon Bay me fait toujours penser à Indiana Jones et la dernière croisade, et son canyon du croissant de Lune. Half Moon Bay ne garde pas la coupe de la vie, c’est une jolie petite ville au bord du Pacifique, à l’écart des grands flux de visiteurs. Les feux ont ravagé les forêts sur les collines, j’avais gardé en mémoire de grandes forêts, de grands arbres. Maintenant les collines sont pelées, la végétation récente repousse, Dans les collines à quelques kilomètres, se trouve La Honda, la ville où Ken Kesey, le gourou de la lutte artiste, et ses Merry Pranksters s’étaient installés. 
Un arrêt et quelques pas, un très bon restaurant italien, ça s’appelle « It’s Italy » ! Et c’est parti sur la route California 1, longeant la côte, l’océan, les falaises, et à proximité de la côte, le dieu Kelp qui étire ses rubans sur des kilomètres. Mais aussi, en arrivant à Santa Cruz, la belle surprise de retrouver les loutres de mer jouant dans les vagues, joyeux animaux qui dorment en flottant sur le dos et en se tenant la main pour ne pas être séparés par les courants marins. Santa Cruz et ses parkings donnant sur l’océan et où les rejetés de l’Amérique vivent dans leurs voitures, Nomadland est partout ! On dit qu’aux USA seuls les parkings sont gratuits, et je vous ça, ce n’est plus vrai ! 
Toujours cap au Sud, la route mène alors à Salinas, la ville de John Steinbeck, la ville de À l’est d’Eden, les Trask et les Hamilton sont là. À Salinas, Steinbeck est partout, à tous les coins de rue. Il y a aussi le Centre international Steinbeck, dans lequel trône un mannequin Steinbeck pour les selfies… Salinas n’a évidemment rien à voir avec le Salinas des romans, Salinas est artificielle, on a l’impression d’être dans un décor de film, tout est artificiel ! Et je comprends pourquoi, parce que Salinas est une copie quasi-conforme de Hill Valley de « Retour vers le futur ». Alors je n’y reste pas, la route se poursuit jusqu’à Monterey, on pense à Monterey Pop, encore une fois à un temps qui n’existe plus. Monterey c’est le centre commercial touristique parfait, avec les vieilles conserveries transformées en magasins de souvenirs – triste vision du monde moderne de mise en conserves du tourisme, de standardisation et de marchandisation de tout ce qu’il est possible de marchandiser ! Heureusement, en m’éloignant de la Main street, de l’aquarium au tarif d’entrée exorbitant, je découvre un petit café, une sorte d’interstice, comme une brèche dans le présent, petit café dont la propriétaire est toute fière et heureuse de me montrer son installation, sa salle de bal et de yoga, ses toilettes décorées et son banc fait de briques chauffantes, et ce qui ne gâche rien, elle sert un café délicieux – denrée très rare aux USA. Touchante et émouvante apparition d’humanité dans un monde mis en boites ! Fuir Monterey parce que Monterey est à fuir, et la fuite mène à Carmel, nichées sous les arbres, Carmel des milliardaires, Carmel dont Clint Eastwood a été le maire, Carmel où il est interdit de couper un arbre, Carmel et ses maisons de bois, Carmel où la richesse est comme rempart à la mise en conserve ! Carmel c’est descendre la main street, bordées de très jolies maisons de bois, entourées d’arbres qui débordent sur la route, vers la plage de sable blanc, fin, et en cette fin de journée, il suffit juste de regarder le coucher de soleil sur la baie pour être bien.
Le matin, aller au sud, c’est emprunter El Camino Real, le chemin du roi qui relie du sud au nord, les 21 missions espagnoles de Californie, le chemin du roi vers Big Sur parce que Carmel-by-the-sea est la porte qui ouvre sur Big Sur, par la célèbre route 1, mince ruban de bitume, entre montagne et l’océan, serpentant entre les éboulis, très récents pour certains parce que le GPS ne donne pas de route vers le sud, la route a dû être coupée récemment – la route 1 entre éboulis, ponts, criques bleues turquoise, à-pics, virages serrés ouverts sur l’horizon, le gaz, le vent qui balaie la côte, et toujours là le dieu Kelp allongeant ses bras. 
Big Sur, c’est retrouver les vieux copains, Henry Miller, Jack Kerouac et aussi Romain Gary dans les premiers et derniers mots de La promesse de l’aube, Big Sur c’est une escapade sur la Terre d’avant les hommes, Big Sur au coeur duquel Henry Miller a trouvé refuge, un havre de paix sous les arbres, des livres partout, le silence, un refuge, un gars avec un tympanon se met à jouer un air cristallin et mélancolique, instant de méditation qui affranchit le temps, ils sont tous là. 
Big Sur s’étire, le ruban de la toute se déroule en des centaines de virages, s’ouvre sur des paysages luxuriants, des criques vertigineuses, des plages de sable blanc ou noir aussi, des falaises comme des bouches hérissées de dents. Puis le chemin quitte les surplombs pour rejoindre le niveau de la mer, les plages sont toutes proches, et occupées par des colonies géantes d’éléphants de mer, tonnes de viande entassées les uns sur les autres profitant de la chaleur du soleil, bain de soleil de géants où chaque centimètre carré de sable se défend à coups de dents, léviathans ignorant royalement les humains et tous leurs yeux électroniques, stockant dans leurs cartes mémoires des milliards de pixels en oubliant de regarder, avant de remonter dans leurs voitures pour continuer leurs mises en pixels d’une réalité qu’ils ne regardent plus. 
San Simeon, Hearst Castle, accessible uniquement en visite guidée en bus et en troupeau, Cambria et sa rue unique bordée de boutiques d’antiquités, jalonnent la route jusqu’à San Luis des Obispo. Et comme toute errance comme celle-ci apporte son lot de surprises, la surprise de cette fin de journée, c’est un hôtel, le Madonna Inn, construction en parc d’attraction à la Disneyland, où chaque chambre est unique et originale, thématique, la mienne sera une caverne, ou un trou de Hobbit, au ras du sol comportant des murs faits de grosses pierres brutes, … la nuit dans le silence d’un « Cul-de-sac » de pacotille.
Le matin est un matin au ciel voilé, le soleil ne sera pas au rendez-vous aujourd’hui, la pluie s’invitera même. Pour une journée de route, de traversée en diagonale de la Californie, ce sera parfait. La traversée du coeur de la Californie vers le parc du Yosemite, voire du Yosemythe. La traversée commence par la 101, puis bifurcation sur la route 46 vers Bakersfield et enfin la route 41, vers Fresno, croisement de routes où s’est tué James Dean le 30 septembre 1955. La route 41 remonte vers le nord-est en de longues et interminables lignes droites traversant des déserts de poussière, d’une terre épuisée par l’agriculture intensive, et plus récemment le manque d’eau, le réchauffement généralisé que nombreux aux USA continuent à réfuter au rythme des panneaux qui affirment « Make California great again » ! La route 41 traverse l’arrière-boutique de la Californie et sa pauvreté. La pauvreté qui explose à l’arrivée à Fresno, ville qui semble à l’abandon ; Fresno ressemble à un décor de film de science-fiction, on y croise des humains errants, des humains malades aux corps tordus, la police est partout en embuscade, et ce qui se dégage de Fresno c’est une ville qui a été abandonnée par la vie. Un arrêt rapide, une sensation de malaise, Fresno est bien loin de San Francisco Bay !
Le route se met à monter, les plaines cèdent la place à des collines rocheuses, des petits arbres, des chênes verts, le ciel s’éclaircit un peu. Puis la pente se fait plus raide, les arbres sont plus hauts, les grands pins d’altitude, la pluie se met à tomber, la température tombe, proche du point de neige, la neige fait de gros tas sur les bas-côtés, il fait froid, il pleut, la route franchit le col qui ouvre sur la descente vers Yosemite Valley. La descente est raide, tortueuse, la route glisse peut-être, il faut rester vigilant, un tunnel et là en panoramique, la vallée ! Avec à gauche El Capitan, au centre Half Dome et à droite Bridalveil Fall – à couper le souffle – toujours comme la première fois, c’était il y a 25 ans ! C’était en été. 
Et les mots de John Muir toujours vrais « [T]he far-famed valley came suddenly into view throughout almost its whole extent: the noble walls, sculptured into endless variety of domes and gables, spires and battlements and plain mural precipices, all a-tremble with the thunder tones of the falling water. The level bottom seemed to be dressed like a garden, sunny meadows here and there and groves of pine and oak, the river of Mercy sweeping in majesty through the midst of them and flashing back the sunbeams. », ou encore : « Aucun temple construit de la main de l’homme ne peut être comparé à Yosemite. »
Loin est le temps de Muir, Yosemite est accessible en voiture, Yosemite est une destination incontournable de Californie, et dans mon habitude de partir sans planifier, chercher un endroit où passer la nuit devient compliquer – toutes les chambres sont prises, sauf une ! À l’hôtel Majestic ! L’hôtel qui a servi de décor pour le film Shining, luxueux ! À l’accueil, les consignes sont strictes, la vallée est aux ours, et il ne faut rien laisser dans la voiture – elle ne résistera pas aux griffes et à la force d’un ours. La nuit est là, il pleut, mais la météo annonce du soleil pour le lendemain, la chambre est dans un bungalow dans la forêt, le bar de l’hôtel est parfait, ambiance vieille aristocratie, la nuit. 
Le petit matin amène la lumière tôt, le soleil est au rendez-vous, les murs « big walls » qui entourent l’hôtel ont déjà leur sommet dans la lumière, c’est le moment pour s’échapper dans la forêt, dans la fraicheur, dans la solitude, seuls des écureuils gris, des geais bleus pour accompagner une marche vers Mirror Lake. Une heure d’un chemin calme pour arriver à ce lac miroir dans lequel se reflète Half Dome, le ciel, on se croirait en Terre du milieu. 
Le retour vers le centre de la vallée n’est plus dans la solitude, la fin de matinée voit arriver les premiers groupes de marcheurs, mais la Merced River, les arbres, les sommets autour, … c’est comme être dans un des films américains, c’est retrouver Jeremiah Johnson. Une pause pour le midi, et c’est une marche à nouveau, plus raide, plus peuplée, plus chaotique et coupée de névés, et d’éboulis, vers Nevada Falls. Au début, le chemin est goudronné, raide, mais contrôlé, plus haut c’est plus « sauvage »  et après 2 heures de montée, la cascade est là, la cascade parfaite –  je suis sûr qu’une entrée secrète se cache derrière le rideau d’eau. Le panorama est majestueux, Half Dome domine et appelle l’escalade. Il faut redescendre, la fatigue se fait sentir, et avant de quitter la vallée, un dernier salut au géant El Capitan. 
On quitte Yosemite par la vallée de la Merced River, le printemps est partout, il explose de fleurs, les pentes sont parsemées de taches fuchsia, les jolibois ont fleuri, les cerisiers aussi, le Yosemite les pentes du jardin d’Eden, la Lothlorien, « Caïn se retira de devant l’Éternel, et séjourna dans le pays de Nôd, à l’est d’Éden. »
Suivre Merced river mène à Mariposa, j’y ai dormi il y a 25 ans, la rue n’a pas vraiment changé. Et puis la route à travers les vertes collines, les petits villages, des maisons coquettes, la descente vers la baie, et plus on approche plus la circulation se fait dense. Modesto, et le pont et enfin la Silicon Valley, Mountain View, où Google est partout, un territoire où les entreprises locales ont fabriqué en masse le matériel informatique à grand renfort de produits chimiques hautement toxiques qu’elles ont enfoui dans les terrains aux alentours. L’eau potable est menacée par des solvants, les gaz dus à leur évaporation sont toxiques et envahissent les maisons… aujourd’hui ce sont des logiciels qui sont produits dans la Silicon Valley. Je ne reconnais plus, je ne trouve plus mes marques. Palo Alto n’est plus comme dans ma mémoire, je peine à retrouver University Avenue, qui aujourd’hui est bordée de grandes chaines de Fast food, de l’Apple Store, seul subsiste le vieux cinéma qui projette toujours de vieux films, aujourd’hui c’est Psycho de Hitchcock qui est à l’affiche. Je ne reconnais plus, mais presque 25 ans ont passé, je peine à retrouver de mémoire Menlo Park, la NASA est toujours là, avec pas loin la Singularity University, et bien sûr Stanford. Aujourd’hui, bien plus qu’il y a un quart de siècle, l’argent est là, présent, il suffit de voir quels sont les concessionnaires de marques de voitures présents, McLaren, Tesla, Porsche, … Ça a changé sans vraiment changé, mais suffisamment pour que l’air ne soit plus le même – est-ce l’air qui a changé ? Ou l’atmosphère ? Ou tout simplement moi ? 
La nuit à quelques pas de Stanford, un hôtel à l’atmosphère anglaise, et une visite sur le campus. Le campus lui aussi est le même en ayant changé. « Inquiétante étrangeté » dirait l’autre. Stanford ouvre gratuitement ses musées aujourd’hui, et dans cette logique de ce monde, Stanford se veut LE monde, se veut détentrice du savoir et de l’art de l’humanité. La collection des sculptures de Rodin est considérable, des expositions temporaires, permanentes des arts premiers de tous les continents – Stanford dépositaire de ce qu’est l’humanité, dans une vision de l’art comme un universel. Je retrouve là une partie de la démarche hégémonique, d’une élite qui se dit gardienne et dépositaire de l’humain. Les vortex du film Zardoz dans lesquels l’aristocratie immortelle s’est isolée du monde semblent en germes ici. D’ailleurs, les patrons de l’économie numérique investissent massivement dans des projets qui cherchent à abolir la mort ! 
Il est temps de partir, vers Oakland, rendre la voiture, passer les contrôles, manger un peu et monter dans l’avion pour le vol de retour vers Paris.

Ambiances

Fred Turner, dans Visages de la Silicon Valley de Mary Beth Meehan

Armistead Maupin, Les chroniques de San Francisco.
John Steinbeck, À l’est d’Eden. 
Jack Kerouac, Big Sur.
Romain Gary, La promesse de l’aube.
Lawrence Ferlinghetti, Poetry as insurgent art.
David Foster Wallace, E Unibus Pluram, la télévision et la littérature américaine. 

Musiques
San Francisco, Scott Mc Kenzie
California Dreamin’ , The Mamas & The Papas
Volunteers, Jefferson Airplaine
San Francisco Bay Blues, Janis Joplin
San Fransisco, Maxime Le Forestier
Aquarius/Let The Sunshine 
Get Together, The Youngbloods
Turn! Turn! Turn! (To Everything There Is A Season), The Byrds
(Sittin’ On) The Dock Of The Bay, Otis Redding

Nowakowskismes n°3.12. π * Nowakowskismes^2 = les Nowakowsπsmes

3.14159265358979323846264338327950288419716939937510582097494459230781640628620899862803482534211706798214808651328230664709384460955058223172535940812848111745028410270193852110555964462294895493038196442881097566593344612847564823378678316527120190914564856692346034861045432664821339360726024914127372458700660631558817488152092096282925409171536436789259036001133053054882046652138414695194151160943305727036575959195309218611738193261179310511854807446237996274956735188575272489122793818301194912983367336244065664308602139494639522473719070217986094370277053921717629317675238467481846766940513200….

Une suite de chiffres, une suite qui nous fait nous pencher au bord de l’abime, un abime que nous avons en nous, qui se trouve dans chaque parcelle de l’espace au sein duquel nous évoluons, un abime merveilleux qui fascine les humains depuis presque toujours, une  suite de 31415 milliards de chiffres connus après 3 virgule,  pour un nombre, le nombre π. Alors ce soir, π * Nowakowskismes2 = les Nowakowsπsmes, ce soir, nous nous lançons dans une exploration de l’infini, et d’un infini que nous connaissons tous et toutes. 

Je continue mon énumération ? 0568127145263560827… êtes-vous prêts à vous perdre dans l’infini d’un nombre, infini qui incite aux rêves et parfois engendre la folie, infini dont on connaît aujourd’hui 31415 milliards de chiffres après 3 virgule,  pour ce nombre, π. Si nous voulions les imprimer, cela donnerait l’équivalent de dix millions d’ouvrages. Aucun œil humain n’a jamais parcouru ces chiffres calculés, cette longue suite de chiffres n’existe que dans la mémoire des ordinateurs ! Seuls les ordinateurs savent alors ? Seuls les ordinateurs sur-puissants peuvent alors avoir approché ce concept confus, le nec plus ultra du retrait de l’expérience réelle comme l’énonce cette citation du mathématicien génial Georg Cantor, « L’infini ne peut être trouvé nulle part dans la réalité, quels que soient les expériences, les observations et le savoir auxquels on a recours. La pensée à propos des choses peut-elle être si différente des choses elles-mêmes ? Les processus de pensée peuvent-ils être si différents du processus réel des choses ? En bref, la pensée peut-elle être si éloignée de la réalité ? »  Il n’y a donc rien de plus abstrait que l’infini. Prenez l’aspect le plus omniprésent et oppressant du monde concret, à savoir que tout a une fin, est limité, s‘éteint, et puis imaginez, abstraitement, quelque chose qui n’ait pas cette caractéristique. Exercice pas facile vous en convenez ? De plus, quand cet infini s’installe dans ce qu’il y a de plus fini et de plus quotidien, on est dans le vertige, comme marcher au bord d’un précipice. 
En effet, cet infini est dans votre poche, où le diamètre et la circonférence des pièces de monnaie lui sont liés. Cet infini est dans le calcul du volume de la Terre et de sa surface. Il est dans la longueur du trajet parcouru par votre voiture, votre vélo. Il est dans les lois de probabilités. Il est partout en physique et bien d’autres sciences. Comment un infini peut-il se cacher dans ce qu’il y a de plus fini ? Evidemment, les analogies avec certaines idées de Dieu surgissent ; l’abstraction de toute limite est alors une manière d’expliquer la pulsion religieuse en termes profanes. Ceci apparaît aussi quand on s’intéresse à l’anthropologie de la religion qui analyse l’idée de l’être parfait. Il peut être considéré comme étant dépourvu de toutes les imperfections que nous percevons en nous-mêmes et dans le monde, un être parfait omnipotent et sans limite, infini. Questionner la perfection, le non fini, nous permet de retrouver les fondements de l’idéologie des approches transhumanistes, à savoir mettre fin à la finitude de l’humain. 
L’infini n’est-il alors qu’une manipulation d’abstractions jusqu’à ce que le nom « infini » n’ait plus de référent réel ? 
Essayez de produire un peu de pensée abstraite, disciplinée et dirigée. Un effort très précis et indéfinissable évoquant une fugue, doit être produit pour ce genre de pensée, une sensation dont le processus hypnotique consistant à répéter « stylo, stylo, stylo, …. »encore et encore n’est qu’une vague et pâle évocation. L’une des voies les plus rapides pour accéder à cette impression est de penser aux dimensions. Il y a quelque chose que je « sais » à savoir que des dimensions spatiales au delà des trois bien connues (largeur, longueur, hauteur) existent. Je peux même construire un tesseract ou un hypercube avec du carton. Etrange sorte de cube dans un cube, le tesseract est alors la projection d’un objet comportant 4 dimensions dans un espace en trois dimensions. Fabriquer un tesseract c’est tout comme quand vous dessinez un cube, object en 3 dimensions sur une feuille de papier, espace à 2 dimensions. Alors essayez vraiment de vous le représenter. Concrètement, vous allez ressentir une tension aux tréfonds de vous-même, entendre les premiers fils en train de céder dans votre esprit, dont les coutures commencent à céder. Cette expérience vous pouvez également la vivre avec le nombre π.
Mais alors je reprends, 3 virgule 14159265358979… jusqu’à atteindre cette série de chiffres de longueur 31415 milliards, ou, phénomène équivalent, si je me mets à compter 1, 2, 3 et que je réalise que je ne m’arrêterai jamais. Les entiers ne s’arrêtent jamais, il n’y a pas de fin. Est-ce que l’ensemble des entiers constitue un infini réel ? Ou est-ce que les entiers eux-mêmes ne sont pas réellement réels mais juste des abstractions ; et puis qu’est-ce qu’exactement qu’un ensemble, et les ensembles sont-ils réels ou juste des dispositifs conceptuels ? 
Mais donc ce nombre alors dont l’ensemble des décimales est infini (jusqu’à aujourd’hui) est-il uniquement une réalité mathématique ? A propos, le symbole ∞ a été inventé par le mathématicien John Wallis en 1655 dans son ouvrage De sectionibus conicis soit Des sections coniques, contemporain de Bernoulli. Sa forme est similaire à la lemniscate de Bernoulli et à certaines configurations du ruban de Möbius. Une lemniscate est une courbe plane ayant la forme d’un 8, le terme vient du grec ancien λημνισκος qui a donné le latin lemniscus qui signifie justement ruban
Donc, 3.14159, le nombre π, avec son ∞ de décimales, est pour les scientifiques, le roi des nombres, celui qui réunit le plus de mystères et d’étrangetés, celui qui a la plus grande importance mathématique. π s’apprend à l’école primaire et ne s’oublie jamais. π est irrationnel, c’est-à-dire qu’on ne peut pas l’exprimer comme un rapport de deux nombres entiers ce qui entraîne que son écriture décimale n’est ni finie, ni périodique. π est aussi « transcendant », un résultat démontré il y a plus d’un siècle par Ferdinand von Lindemann, ce qui signifie que π n’est la solution d’aucune équation polynomiale à coefficients entiers (contrairement un autre nombre bien connu, le nombre d’or qui lui est solution d’une équation toute simple  x2 = x + 1). 

Faisons un petit tour dans l’histoire. L’histoire ancienne de π, qu’on peut retracer grâce aux écrits disponibles, suit approximativement l’avancée des mathématiques dans leur ensemble. Certains auteurs divisent l’histoire de π en trois parties : la période antique durant laquelle π a été étudié géométriquement, l’ère classique, aux alentours du XVIIème siècle, où les outils du calcul intégral ont permis des avancées dans la connaissance du nombre π, et la période des ordinateurs et du numérique. 
Très tôt, les mathématiciens ont compris qu’il existait un rapport constant entre le périmètre du cercle et son diamètre, ainsi qu’entre l’aire du disque et le carré du rayon. Des tablettes babyloniennes datant de 2 000 ans av. JC. présentent des calculs d’aire conduisant à une valeur de π de 3 + 1/8. Le papyrus de Rhind contient le texte qui est la copie réalisée au XVIème siècle avant notre ère par le scribe égyptien Ahmès, copie d’un manuel de problèmes plus ancien encore. Dans ce papyrus est présentée une méthode permettant d’évaluer l’aire d’un disque en prenant le carré dont le côté est égal au diamètre du disque diminué d’un neuvième. Cette méthode mène à une évaluation de π égale à la fraction 256/81 soit environ 3,16.
Vers 700 av. JC., le texte indien Shatapatha Brahmana donne une approximation de π de 25/8 soit 3,125, et le Baudhāyana Sulbasūtra en donne deux autres : 900/289 soit 3,1 et 1156/361 soit 3,20. Des calculs d’astronomie ont ensuite conduit à une autre approximation que l’on retrouve dans les textes védiques qui est 339/108 soit 3,139. Au début du VIème siècle apr. JC., Aryabhata donne une approximation plus précise enproposant la fraction 62 832/20 000 soit 3,1416.
C’est dans le traité d’Archimède datant de la période allant de 287 à 212 av. JC. intitulé De la mesure du cercle qu’on peut lire une démonstration liant l’aire du disque et l’aire du triangle ayant une base de longueur le périmètre du cercle et pour hauteur le rayon, démontrant ainsi qu’une même constante apparaît dans le rapport entre l’aire du disque et le carré du rayon et entre périmètre et diamètre. 
π a fasciné, fascine toujours et très certainement nous fascinera encore longtemps parce que π ouvre une brèche dans notre réalité. Les progrès des mathématiques associés à l’arrivée des ordinateurs permettent alors une plongée toujours plus profonde dans cet infini, bien que quelques dizaines de décimales de π sont largement suffisantes pour les calculs pratiques qu’effectue un physicien. Et donc dès l’arrivée des premiers ordinateurs, la plongée va s’accélérer.
En 1949, à l’aide de l’ENIAC, John von Neumann obtient 2037 décimales de π, à la suite d’un calcul qui a duré 70 heures. Des milliers de décimales supplémentaires sont trouvées au cours des décennies suivantes, l’étape du million de chiffres est passée en 1973. Les progrès n’ont pas seulement été dus aux ordinateurs de plus en plus rapides, mais aussi aux nouveaux algorithmes utilisés. L’une des avancées les plus significatives a été la découverte dans les années 1960 de la transformée de Fourier rapide qui a permis aux ordinateurs de manipuler rapidement de très grands nombres.
Vers la fin des années 1980, les frères Chudnovsky utilisent la formule du mathématicien indien du début du XXème siècle Srinivasa Ramanujan pour battre plusieurs records de décimales de π calculées. Leur formule demeure la formule la plus utilisée pour calculer π sur des ordinateurs personnels. Les algorithmes itératifs vont permettre de multiplier le nombre de décimales correctes à chaque étape ce qui fait qu’entre 1981 et 1999, Yasumasa Kanada et ses associés vont battre le record du nombre de décimales de π à onze reprises (plus de 2×1011 décimales en 1999).
Enfin, pour le πDay 2019, le 14 mars 2019, Google rend public le nouveau record de décimales calculé par une de ses employées, Emma Haruka Iwao, au moyen des puissantes machines dont dispose Google. Le nouveau record du monde s’établit à 31 415 milliards de décimales. Il a fallu 111 jours de calculs ininterrompus à Emma Haruka Iwao pour entrer dans le livre Guinness des records. Vertigineux n’est-ce pas ! Et record battu par une femme !

Continuons avec les ordinateurs, et arrêtons-nous pour une petite escapade dans le livre écrit par l’astrophysicien Carl Sagan, Contact. Voici les derniers mots du roman racontant la vie et les découvertes de l’astrophysicienne Eleanor Arroway – d’ailleurs je vous invite à regarder le film qui a été tiré du roman par Robert Zemeckis Jodie Foster et Matthew McConaughey. 
« L’ordinateur d’Argus se montra d’une telle opiniâtreté et d’une telle originalité dans ses efforts pour contacter Eleanor Arroway. Le programme [avait] re-disposé les chiffres selon une trame perpendiculaire. […] Caché dans les motifs alternés de chiffres, profondément enfoui au coeur d’un nombre transcendant, il y avait un cercle parfait, dont la forme émergeait grâce à des unités dans un champ de néant. L’univers avait un caractère intentionnel, tel était ce que disait ce cercle. En quelques galaxie que l’on fût, il suffisait de prendre la circonférence d’un cercle, de la diviser par son diamètre, d’effectuer la mesure la plus précise possible, pour découvrir un miracle : un autre cercle tracé à des kilomètres au-delà de la virgule. […] Dans le tissu de l’espace comme dans la nature de la matière figure, en tout petit, la signature de l’artiste. Très haut au dessus des êtres humains, des dieux et des démons, transcendant les Gardiens et les Constructeurs des tunnels, existe une intelligence qui a précédé univers. » Carl Sagan par les messages qu’Eleanor Arroway est amenée à déchiffrer met au coeur de π sa réponse à nos origines et des origines de l’univers. 
Mais fait étrange, π serait-il donc un nombre univers ? Qu’est-ce qu’un nombre univers ? Cela signifie en fait qu’on pourrait trouver dans le développement décimal d’un nombre univers n’importe quelle suite finie de chiffres. Plus précisément encore, un nombre univers est un nombre réel à l’intérieur duquel on peut trouver, pour une base donnée, n’importe quelle succession de chiffres de longueur finie. Ainsi, pour être concert, si on se donne une manière de coder un livre selon une suite de chiffres (ce qui est le cas dans un format informatique), on trouvera dans un nombre univers tous les livres déjà écrits et tous les livres à venir. Avec π, on peut ainsi rejoindre les questions posées sur l’univers et sa taille. En effet, si l’univers etait constitué d’une infinité d’univers, il y aurait forcément une occurrence d’univers dans laquelle je serais également en train de vous parler de π au micro d’une radio campus lorraine dans une ville appelée Nancy sur un planète nommée la Terre…. Vertigineux encore n’est-ce pas ? 
Notez que cette capacité profane à diviser notre conscience et « à savoir » des choses que nous ne pouvons pas maîtriser est typiquement moderne. Si on se tourne vers les grecs de l’antiquité, et bien, eux ne savaient pas faire ça. Et ne l’aurait même jamais essayé. Ils avaient besoin de choses nettes, et pensaient qu’on ne pouvait pas savoir quelque chose tant qu’on ne la comprenait pas vraiment. Ce n’est pas un accident si les mathématiques ne contenaient ni 0 ni ∞. D’ailleurs le mot qui signifie « infini » voulait aussi dire « désordre ». Aristote, véritable fontaine de citations définitives, disait que « l’essence de l’infini est la privation, non la perfection mais l’absence de limites. » Pas de limite signifie pas de forme, et pas de forme signifie chaos, laideur, désordre, les signes certains que quelque chose dans un concept ne va pas !
Alors aussi bizarres et déstabilisants que soient les infinitésimaux, les infinis, créent malgré tout quelques crevasses dans les mathématiques, dans la métaphysique et dans nos certitudes. Prenons un petit exemple choisis dans les infinitésimaux c’est-à-dire les infiniment petits. Dans ce cas, il n’est pas apparemment pas sensé de parler de l’ « instant suivant » ou de la « fraction de seconde immédiatement consécutive ». Deux instants ne peuvent tout simplement pas être tout à fait successifs. Parce que deux options se présentent à nous : soit il n’y a pas d’intervalle temporel entre deux instants T1 et T2, et dans ce cas, ils ne sont pas successifs, ils sont confondus ; soit l’intervalle est différent de 0, et là on pourra toujours diviser cet intervalle en intervalles toujours plus petits et ce jusqu’à l’infini. Encore un vertige face à l’infini qui se dévoile dans l’intervalle fini compris entre deux instants déterminés.  
Les questions qui se posent alors, sont nombreuses tout simplement parce que la pensée humaine ne peut pas vraiment appréhender ou même concevoir l’infini. Mais, on lui demande malgré tout d’approuver une infinité d’infinis, dont un nombre infini de membres individuels ne sont pas exprimables de façon finie, tous se trouvant compris dans un rapport de grandeurs mesurables ayant l’air si fini et innocent.  Mais ce rapport, circonférence sur diamètre, présent dans toutes les dimensions de notre réalité nous ramènerait-il à William Blake, qui a écrit que  « Si les portes de perception étaient purifiées
Toutes les choses apparaitraient à l’homme telles qu’elles sont, purifiées / Car l’homme s’est enfermé, jusqu’à voir toute chose / Au travers des étroites fentes de sa caverne. »
Alors π nombre univers ou pas, 3.14159265358979323846264338327950288419716939937510582097494459230781640628 à l’infini entre dans le calcul de la distance finie parcourue en nombre de tours de roues fini de ma voiture ou de mon vélo. π nombre univers ou pas jusqu’à pousser certains d’entre nous à tenter d’en mémoriser un nombre incroyable de décimales ! Jusqu’à la folie ! π nombre univers ou comment le rapport de la circonférence et du diamètre d’un cercle nous ramène au « tissu de l’espace » dont nous sommes faits.

Voilà, le temps des Nowakowsπsmes s’est écoulé, les décimales de π ont continué à s’égrener, les Nowakowskismes se sont pencher dans l’abime ouvert dans l’infiniment petit vers l’infiniment grand, dans un nombre qui trouve aussi sa place dans la compréhension des phénomènes nécessaires à la transmission des ondes transportant mes mots jusqu’à vous. Passionnant, fascinant, et certainement bien plus que cela, une des matérialisation de l’insatiable curiosité de la pensée humaine. 

Sources
David Foster Wallace, Tout et plus encore. Une histoire compacte de l’∞. 
Carl Sagan, Contact.
Douglas Hofstader, Les brins d’une guirlande éternelle.
Jean-Paul Delahaye, Le fascinant nombre Pi.