La poétique du chaos

Ces textes sont nés de ces temps inédits. Ils sont questionnement par l’imaginaire, certainement excessifs mais dérangeants dans ce qu’ils mettent en lumière des nos attitudes, de ce que nous vivons, de nos désertions, nos lâchetés ou nos résistances. 
Écrit dans le cadre des Nowakowskismes, le cycle de la Poétique du chaos a rythmé les émissions réalisées dans le cadre du confinement. Le cycle de la Poétique du chaos existe parce que les tueurs de merveilleux courent toujours, les tueurs de vie sont infatigables parce que nous n’avons fait que fuir, parce qu’aussi, nous ne cessons pas de nous battre et de nous cogner aux angles du monde !
La poétique du chaos est ce qui nous rappelle que nous ne pourrons plus sortir cette excuse magnifique : «Je ne pouvais pas faire autrement ! » 
Le temps n’est-il pas venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : « Au fond, ce n’est pas moi », « On m’a demandé de le faire », « De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place ! ». 
Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. Ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.

Nowakowskismes 4.25. « Poétique du chaos Part 5, Fuir… »

Nous sommes le 11 juin 2020, c’est la dernière des Nowakowskismes de la saison, et cette saison fut riche de 25 épisodes et de ce cycle intitulé La poétique du chaos, né de ces temps dangereux.  
Alors, pour cette dernière, êtes-vous prêts pour écouter la partie 5 de la Poétique du chaos ? Les tueurs de merveilleux courent toujours, les tueurs de vie sont infatigables ! Arrêtez-les ! Arrêtez-les ! Nous n’avons fait que fuir, parce que nous n’avons cessé de nous battre et de nous cogner aux angles du monde ! Fuir et revenir encore et encore ! 

Les trois formes humaines qui fuyaient en direction du nord, dans les sous-bois de cette forêt éclairée par la Lune voilée par des colonnes de fumée grasse s’espaçaient sur près de cinq cents mètres. Le dernier de la file étaient à moins d’une centaine de mètres devant ses poursuivants. Il les entendait, il sentait presque leur respiration et leur halètement. 
Avec la Lune enfin dégagée, ils y voyaient presque clair dans les sous-bois. Ils progressaient en restant à couvert dans ce qui restait d’une forêt qui avait été exploitée sans retenue. Ils sentaient la chaleur encore accablante de la journée qui venait de s’écouler. Le souffle d’air nocturne était âcre des fumées des feux allumés dans la journée mêlées aux exhalaisons de toutes les substances qui avaient été déversées pour y chasser toutes les vies qui pourraient contrecarrer leur projet.
Pour le dernier des poursuivis, il était évident qu’il ne pourrait soutenir ce rythme. Même concentré dans cette course du désespoir, il gardait un visage serein ouvrant de grands yeux toujours émerveillés. Sa respiration s’était faite sifflante et saccadée. Il trébuchait. Mais, surtout, il n’appelait pas ses compagnons. Nul ne pourrait lui venir en aide. Les poursuivants gagnaient de plus en plus de terrain. Il se prit le pied dans une racine et faillit tomber. Cela lui donna un regain d’énergie. Il accéléra, gagnant peut-être un petite longueur sur ses poursuivants. Ses bras rythmaient sa course. Il respirait bruyamment par la bouche. De nouveau, il trébucha, il reprit son équilibre en s’aidant au passage près d’un jeune arbre épargné par les coupes et il poursuivit sa course sans issue. Ses jambes épuisées par l’effort menaçaient de se dérober sous lui. Il ne lui restait plus l’énergie qui lui aurait permis d’accélérer à nouveau. Alors, ils furent sur lui, son esprit fut envahi par un vol de papillons monarques, ces papillons orange et noir qui voyagent sur des milliers de kilomètres pour rejoindre les forêts de pins dans lesquelles ils se reproduisent, détruites par l’exploitation illégale et l’extension des plantations d’avocatiers. Puis, fauché en pleine course, il eut juste le temps de crier : « Fuyez ! Sauvez-vous !». Son cri s’interrompit avec une brutalité finale dans l’odeur âcre du sang venant s’ajouter à celle de cette terre dévastée.   
Les chasseurs, au lieu de s’arrêter, reprirent aussitôt la poursuite. Il n’y avait pas une seconde à perdre, les consignes étaient claires. Le suivant avait entendu les cris poussés par son camarade, immédiatement suivis d’un silence sinistre puis par le bruit de la chasse qui reprenait. Il courait à longues foulées régulières, son corps svelte donnait l’impression d’être parfaitement adapté à l’effort fourni. Il essayait de toutes ses forces de ne pas se laisser envahir par les visions d’un nouveau camarade assassiné et de toutes ces destructions contre lesquelles ils se battaient depuis si longtemps. Il avait peut-être encore une chance de s’en sortir parce que depuis toujours il avait su économiser son énergie et là dans cette course, il en avait de même. 
Malgré un genou fragile, il accéléra l’allure. Son genou avait été blessé par un coup de tronçonneuse et il s’en était fallu d’un cheveu pour qu’elle ne lui sectionna la jambe. C’était une des multiples cicatrices, les traces de ses combats permanents contre les trafiquants de bois qui coupaient des arbres géants multicentenaires de la forêt de Niaming à la frontière de la Gambie. Les tropiques payaient en effet un lourd tribut. La surconsommation, les profits à court terme, la corruption des régimes en place avaient mené à la destruction 12 millions d’hectares de forêts, dont près d’un tiers dans les forêts primaires tropicales humides essentielles dans la régulation du climat, le maintien de la biodiversité et de la fertilité des sols. Les chiffres l’obsédaient, la destruction de l’équivalent d’un terrain de football de forêt primaire toutes les six secondes pendant un an.
Mais, il avait présumé de ses forces. Après toutes ces épreuves, et le rythme de course qu’ils s’étaient imposé, cette dernière accélération avait accentué la douleur qui avait ressurgi et n’avait cessé de l’envahir. La douleur avait maintenant dépassé la limite du supportable. Elle s’était muée en une brûlure qui embrasait sa jambe et tout le côté droit. Il savait quelles étaient ses limites et il pensait avec espoir à sa camarade devant lui qui devrait atteindre bientôt le fleuve. Le bruit des poursuivants pénétraient son esprit conscient. Ils étaient beaucoup trop près. Il comprit alors qu’il ne leur échapperait pas. Il risqua un coup d’oeil en arrière et vit qu’ils cherchaient à lui couper la route en arrivant par sa droite. Fixant son regard à nouveau devant lui pour tenter de leur échapper, ils se jetèrent sur lui, il roula à terre et se défendit comme il put. Mais il ne pouvait pas se garder des coups qui pleuvaient de tous les côtés. Il reçut un coup violent dans le dos, et, s’effondra en hurlant : « Fuis ! Sauve-toi !» et son cri résonna dans toute la forêt. 
Elle entendit très bien le hurlement de son compagnon de lutte. 
Quand le silence caractéristique avait été de nouveau rompu par la chasse, une telle fureur s’était emparée d’elle qu’elle s’était crue sur le point d’exploser. Elle commença à ressentir dans sa poitrine la douleur prémonitoire d’un essoufflement qu’elle connaissait bien pour l’avoir affronté lors de précédentes fuites. La transpiration ruisselait sous ses vêtements. Une fois de plus, le fracas de la poursuite envahissait sa conscience. 
Elle apercevait maintenant devant elle, à travers les taillis, la zone découverte qui marquait les abords du fleuve. La Lune faisait miroiter par endroits la surface de l’eau étrangement irisée. 
Elle aurait préféré ne pas être seule, ne pas être la dernière. Elle était la seule survivante du groupe des 13 qui avait mené cette opération contre cette compagnie internationale, filiale du géant minier britannique, qui s’était installée sur leurs terres, polluant les eaux, empoisonnant toute la vie après avoir détruit des milliers d’hectares de forêt primaire. 
Brusquement, elle se retrouva hors de la forêt, là où l’étendue de gazon scintillait bizarrement sous la Lune. Devant elle, bordé par une étroite plage de galets d’un gris argenté, était le fleuve aux eaux sombres et miroitantes. 
Les hurlements de ses compagnons résonnaient encore à ses oreilles. 
Les « Sauve-toi » battaient au rythme des pulsations rapides de son coeur. 
« Sauve-toi » était un message annonciateur de mort et aussi un message de vie. 
Obéissant à cette injonction, elle se précipita jusqu’au bord du fleuve et y plongea la tête la première. Le fleuve exhalait encore la puanteur des 20000 tonnes de diesel qui s’étaient échappées d’un réservoir sur un site industriel. Les causes de la fuite n’avaient pas été clairement établies, mais selon la compagnie minière qui exploitait un site en amont, le réservoir avait pu être endommagé par l’effondrement du sol causé par le dégel du permafrost en raison du réchauffement climatique. Le contact de l’eau fraiche et polluée après l’échauffement de la course eut un effet paralysant. Elle se laissa flotter, luttant pour recouvrer sa respiration et l’usage de ses membres engourdis. L’eau dégageait une odeur d’hydrocarbures qui irritait ses bronches à la recherche d’un souffle pour récupérer de la course.
Le fleuve n’était pas très large à cet endroit. A peine une cinquantaine de mètres séparait les deux rives légèrement incurvées aux bandes sablonneuses alternant avec des berges envahies de roseaux et d’herbes où les déchets plastiques multicolores s’accrochaient au milieu de flaques stagnantes et irisées. 
Elle savait qu’il y avait peu de chances que ses poursuivants traversent le fleuve mais par prudence, elle franchit sous l’eau les derniers mètres et refit surface à l’ombre de la berge avant de regarder en arrière, un goût écoeurant d’essence dans la bouche. 
Ils étaient là, alignés sur la rive opposée, miliciens, tueurs à gages, militaires, trafiquants aux ordres des compagnies et des états prédateurs des dernières ressources naturelles de cette planète. Elle retenait son souffle. Elle sentait sur elle l’ombre de l’épuisement de cette course, mais aussi de toutes celles qui avaient précédé et dont elle n’était pas revenue. 
Ses poursuivants pivotèrent tous ensemble et s’enfoncèrent dans la forêt. 
Elle se laissa porter par le courant en direction de la rive. Elle avait hâte de sortir de cette eau nauséabonde. Ses pieds touchèrent le fond face à une plage étroite et recouverte de détritus. Lentement, son corps raidi de fatigue, elle se hissa sur le sable, prudemment et tentant d’éviter les objets qui auraient pu la blesser. 
« Sauve-toi ! » retentissait toujours à ses oreilles, et les visages et les prénoms de ses douze compagnons occupaient toutes ses pensées, Homero, Moustapha, Victoria, Chut, Berta, Laura, Martine, Fiona, Steven, Marina, Elisabeth, Raoni et tous les autres. Beaucoup d’entre eux étaient des représentants des peuples autochtones, les « premiers gardiens de la nature ». Des larmes se mirent à couler dessinant des chemins brillants sur ces joues salies par l’eau morte. Les expéditions, les manifestations, les traversées de la forêt et des espaces livrés aux cultures intensives et aux tronçonneuses, leur longue course pour tenter de s’échapper encore et continuer la lutte encore… tout cela prenait dans sa mémoire une allure de rêve, même cette dernière course prévue bien sûr, parce qu’il était impossible que ces prédateurs ne cherchent pas à les réduire au silence. 
Tournant le dos à l’eau, elle se releva et se dirigea vers une rive recouverte d’une herbe maigre. Au-delà elle apercevait un campement. Tout en marchant, elle se répéta son serment et c’est là qu’un tir dont le son n’arriva que bien plus tard, la faucha alors qu’elle pensait avoir enfin rompu le cycle infernal des luttes éternellement recommencées. Elle s’effondra dans l’herbe maigre. Allongée face à la Lune, elle rêva de la Terre qu’elle avait juré de protéger. Elle rêva en sachant qu’elle se dresserait à nouveau et qu’elle fuirait encore et de ses lèvres s’envolèrent les mots d’un poète oublié : 
« Humain, Seule la Terre est éternelle ! 
Détruite par toi, elle renaitra sans toi 
Que disparaisse l’humanité, 
Rien ne sera changé à la marche du cosmos. 
Que disparaisse l’humanité 
Il n’en sera qu’un gâchis de potentialité. 
Humain, Seule la Terre est éternelle ! »

Le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir et pour cette saison. C’était une longue saison, et vous pouvez relire, réécouter et revivre tous les Nowakowskismes depuis la saison 1 sur ce blog. 

Les activistes de l’environnement sont en danger sur toute la planète. Gangs criminels, forces armées, police, paramilitaires, grands propriétaires terriens les persécutent. En 2018, 164 d’entre eux ont même été assassinés.
Homero Gómez, 50 ans, gérait le sanctuaire El Rosario des papillons monarques, près d’Ocampo, dans l’État du Michoacán, au Mexique. Il appelait ces lépidoptères « les fiancées du soleil » . Disparu le 13 janvier, il a été retrouvé le 29, noyé dans un réservoir d’eau, avec des ecchymoses et le crâne défoncé. Il se consacrait depuis des années à la défense de ce papillon orange et noir qui voyage depuis le Canada pour rejoindre là les forêts de pins où il hiberne et se reproduit. Il dénonçait et combattait l’exploitation illégale de la forêt et l’extension des plantations d’avocatiers, causes de la destruction de son habitat. Sa famille n’a pas cru à la thèse de la « cause accidentelle » avancée par les autorités, car il avait reçu des menaces de mort.
Au Sénégal, Moustapha Gueye, garde forestier, a été abattu le 6 avril 2018 en Casamance d’un tir dans la tête, et a été retrouvé les bras et les jambes brisées. Il faisait partie d’un comité local de surveillance de la forêt de Niaming, dans une région où le trafic de bois à la frontière avec la Gambie est une activité illégale courante. 
En Inde, 13 manifestants ont été abattus par la police en mai 2018 dans l’État du Tamil Nadu. Ils dénonçaient les dégâts produits par la fonderie de cuivre Sterlite de Tuticorin, filiale du géant minier britannique Vedanta, accusée de polluer l’air et de menacer la pêche locale, alors qu’elle réclamait une licence pour doubler ses capacités de production. Depuis son ouverture dans les années 1990, la population locale a toujours dénoncé l’impact environnemental de la fonderie.
Aux Philippines, pays dirigé par Rodrigo Duterte et qui a ravi la première place au Brésil des pays où les défenseurs sont assassinés, neuf cultivateurs de canne à sucre de Sagay, sur l’île de Negros, ont été abattus par des tueurs à gages.
Au Honduras, un pays où des dizaines de militants ont perdu la vie, Berta Cáceres a été assassinée en mars 2016, alors qu’elle avait reçu le fameux prix Goldman. 
En 2020, il ne fait pas bon défendre l’environnement et se battre contre des projets miniers, forestiers, agro-industriels, la construction de barrages hydroélectriques. Du Cambodge au Kenya, de l’Iran à la Russie, du Nicaragua au Chili, il ne fait pas bon dénoncer l’exploitation indue des ressources naturelles, contester l’extermination d’animaux sauvages, l’usage de pesticides ou les expropriations. Partout dans le monde, les militants font l’objet d’exécutions sommaires, assassinés par des gangs criminels, les forces armées, la police, des groupes paramilitaires, des braconniers ou des grands propriétaires terriens. 
Depuis 2012, l’ONG britannique Global Witness (GW) se charge du décompte macabre, et le publie chaque été. 
En 2018, 164 défenseurs de l’environnement ont été tués dans le monde. 
En 2017, ils étaient 207 à avoir perdu la vie pour avoir tenté de protéger la planète. 
Mais, selon GW, ils seraient bien plus nombreux, car des crimes ont lieu dans des zones isolées, non répertoriées. 
Entre 2002 et 2017, ce sont 1 558 défenseurs de l’environnement qui ont été assassinés, selon la revue Nature Sustainability.

Pour écouter ces Nowakowskismes – cliquez ici

Sources et références https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/06/02/les-forets-tropicales-continuent-de-disparaitre-a-un-rythme-alarmant_6041451_3244.html
https://www.futura-sciences.com/planete/breves/pollution-siberie-gigantesque-maree-noire-provoquee-fuite-petrole-2646/
http://www.lavie.fr/actualite/ecologie/des-activistes-de-l-environnement-en-danger-sur-toute-la-planete-03-06-2020-106669_8.php 
https://nowakowski.hypotheses.org/701 

 

 

Nowakowskismes 4.24. « Aujourd’hui, le feu !… »

L’Autre Quotidien, l’éphéméride Du 2 Juin – L’étoile de Trump sur le Hollywood Walk of Fame https://www.lautrequotidien.fr/new-blog/2803

Se souvenir de Miles Davis, et se souvenir de la longue histoire des hommes noirs brutalisés simplement pour la couleur de leur peau. 
Remontons dans le temps pour ceux qui ne connaissent pas cette histoire. Le 25 août 1959, huit jours après la sortie de l’album devenu mythique « Kind of Blue », Miles Davis se produisait au Blue Note et enregistrait une émission pour le Armed Forces Day dans Voice of America. Entre deux enregistrements, il avait accompagné une amie jusqu’à un taxi et se détendait devant le club en fumant. Un policier s’est approché de lui et lui a demandé de dégager. Miles tenta d’expliquer à l’officier qu’il se produisait à l’intérieur et que c’était son nom qui était là affiché. L’officier a quand même persisté, sans se soucier de qui il était ni de ce qu’il faisait. Alors que Miles essayait d’expliquer au policier qu’il faisait une erreur, un détective, attiré par la foule qui commençait à se rassembler, l’a gazé et l’a frappé à la tête à plusieurs reprises avec un club de billard. Il a ensuite été arrêté et placé en garde à vue. Après être allé à l’hôpital pour se faire recoudre la tête, Miles Davis a été accusé de voies de faits graves sur un officier de police. 

Nous sommes le 4 juin 2020 ! 
« I can’t breathe » est le cri de ralliement de l’Amérique pour réclamer justice pour George Floyd, cet homme décédé lors d’un contrôle policier à Minneapolis. Des centaines de villes à travers le pays s’enflamment, portant la colère des afro-américains face à cette « mort de trop », et contre la violence policière. Avec ses scènes d’émeute et de pillage, ce mouvement va bien au-delà de #BlackLivesMatter, il exprime le ras le bol d’un pays au bord de l’implosion sociale, gouverné par un homme n’hésitant pas à utiliser l’incitation à la violence et le racisme, le tout dans un contexte de dépression économique, d’épidémie et d’inégalités sociales. Est-il possible d’enrayer cette spirale d’injustice inscrite dans la structure même des USA, le pays dans lequel un « noir » est tué par la police toutes les 28 heures ? Par la loi et l’ordre ? 

C’était il y a 65 ans ! 
En 1955, le jeune Emmett Till était lynché par un groupe d’hommes blancs. Ce jeune afro-américain avait prétendument manqué de respect à une blanche, provoquant la colère des habitants dont plusieurs hommes, eux aussi blancs, qui ont alors décidé de se venger. Quatre jours plus tard, le 28 août, l’adolescent a été kidnappé chez son oncle par Roy Bryant, le mari de l’accusatrice, et son demi-frère J.W. Milam, deux hommes blancs. Pendant des heures, les ravisseurs l’ont torturé, battu, étranglé avec des barbelés, puis assassiné d’une balle dans la tête. Son corps a été jeté dans la rivière Tallatchie. Il a finalement été retrouvé trois jours plus tard. Défiguré, il n’a pu être identifié que grâce à sa bague qui portait les initiales de son père. Le procès de Bryant et Milam ne fut qu’une formalité. Le jury uniquement composé de blancs, ne dura qu’une heure et demi. Les deux hommes ont été acquittés. En échange de 4000 dollars, Bryant et Milam, qui ne risquaient plus rien, ont finalement accepté quelques semaines plus tard de raconter au magazine « Look » comment ils avaient tué Emmett. Deux mois après ce procès, Rosa Parks refusait de céder sa place à un homme blanc dans un bus de Montgomery, en Alabama. Débutait alors le mouvement pour les droits civiques, mené par le révérend Martin Luther King Jr, dont Emmett Till fut l’un des symboles.
En 1991, un vidéaste amateur filme l’arrestation brutale de Rodney King à la suite d’un excès de vitesse. Les neuf minutes et vingt secondes de l’enregistrement, où King se fait passer tabasser, ont été largement diffusées dans les médias, provoquant indignation et colère dans le monde entier. 
En février 2012, Trayvon Martin, 17 ans, rentrait chez lui après avoir acheté des Skittles au magasin du coin quand George Zimmerman, qui effectuait des rondes de surveillance dans son quartier, l’a accosté. Zimmerman abat le jeune homme, et n’a jamais été accusé du meurtre. Il n’a été que brièvement arrêté, puis a été relâché après avoir plaidé la légitime défense. En mai 2016, Zimmerman a vendu l’arme utilisée pour 250000 dollars.
En juillet 2014, Eric Garner, 43 ans, père de six enfants, est violemment plaqué au sol par des policiers qui le soupçonnent de vendre illégalement des cigarettes dans un quartier de New York. Obèse et asthmatique, Eric Garner, refuse d’être interpellé. Il n’est pas armé. Alors que cinq hommes s’emploient à le menotter, il perd connaissance avant de décéder. Les images de l’interpellation, filmées par un ami, ont fait le tour du monde. On y entend très bien Eric Garner répéter à maintes reprises, « Je ne peux pas respirer » (« I can’t breathe »). Aucune accusation n’a été portée dans ce dossier. 
En août 2014, Michael Brown, âgé de 18 ans, est abattu alors qu’il n’est pas armé et ne semble pas présenter de menace imminente. Des témoins oculaires affirment qu’il avait les bras levés en signe de soumission quand un policier blanc a fait feu sur lui.  Sa mort a embrasé la ville de Ferguson et déclenché des manifestations dans tous les États-Unis. L’abandon des poursuites contre l’auteur des tirs, fin 2014, a provoqué une nouvelle explosion de colère dans cette ville de l’État conservateur du Missouri.
En avril 2015, Freddie Gray, 25 ans, est victime, dans des circonstances qui n’ont jamais été clairement établies, d’une fracture des vertèbres cervicales lors de son transport dans un fourgon de police. Il succombera à ses blessures une semaine plus tard. Dans le cadre de l’enquête fédérale ouverte après sa mort, aucune poursuite n’a été engagée contre six agents de la police de Baltimore.
Le 6 juillet 2016, Philando Castile, 32 ans, est abattu  sous les yeux de sa compagne et de la fillette de cette dernière. Sur les images filmées par la petite amie et diffusées en direct sur Facebook Live, on voit cet employé de cantine scolaire agoniser, le tee-shirt blanc ensanglanté, sur le siège conducteur d’une voiture tandis qu’un policier le tient en joue.
En février 2020, Eric Ahmaud Arbery, 25 ans, a été abattu alors qu’il faisait du jogging dans un quartier résidentiel de Géorgie, un État du Sud au long passé ségrégationniste. Pendant plus de deux mois, les policiers locaux n’ont procédé à aucune interpellation. Il a fallu la diffusion d’une vidéo du drame, début mai, pour que l’enquête leur soit retirée et démarre véritablement. Après sa diffusion, le dossier a été confié aux enquêteurs de l’État, qui ont immédiatement arrêté les deux personnes qui apparaissent sur le film, Gregory McMichael, 64 ans, un policier blanc à la retraite, et son fils Travis, 34 ans. Ils auraient affirmé avoir pris le jeune homme pour un cambrioleur. 
En mars 2020, l’ambulancière noire Breonna Taylor, 26 ans, a été tuée d’au moins huit balles alors que la police a fait irruption dans son appartement en pleine nuit. Les agents, dotés d’un mandat de perquisition, agissaient dans le cadre d’un avis de recherche erroné concernant un suspect qui n’habitait plus l’immeuble et qui était déjà détenu. Elle et son partenaire Kenneth Walker étaient endormis quand les policiers de Louisville ont, sans prévenir, enfoncé la porte de leur appartement. M. Walker, qui avait un permis de détention d’arme, a réagi face à l’intrusion en faisant feu sur les policiers. Il a été arrêté pour tentative de meurtre sur un agent des forces de l’ordre.
En mai 2020, George Floyd, 46 ans, a été plaqué au sol par un agent qui a maintenu son genou sur son cou pendant de longues minutes. « Je ne peux plus respirer », l’entend-on dire sur un enregistrement de la scène, devenu viral. Il est décédé juste après avoir été arrêté par la police de Minneapolis, qui le soupçonnait d’avoir voulu écouler un faux billet de 20 dollars. L’autopsie a confirmé ce que nous avons tous vu, George est mort par asphyxie.
Ce soir l’humeur est sombre, alors écoutons ou ré-écoutons Ohio de Neil Young. Ohio a été écrite pour protester contre la fusillade de l’Universite de Kent, au cours de laquelle 4 étudiants furent tués et 9 blessés lors d’une manifestation contre la guerre du Vietnam. Neil Young a écrit cette chanson en une demi-journée et l’a aussitôt enregistrée avec Crosby, Stills et Nash. Cette tuerie perpétrée par la Garde nationale le 4 mai 1970 a aussi inspiré Bruce Springsteen, les Beach Boys, Yes avec le morceau « Long distance runaround » mais écoutons Ohio !

20 dollars ! 
Selon la compilation de l’organisme Mapping Police Violence, l’année dernière, plus de 1000 personnes ont été tuées lors d’une opération policière sur le sol américain. De plus, les Américains noirs ont trois fois plus de risques que les Américains blancs de perdre la vie suite à une intervention de la police. À Minneapolis, entre 2009 et 2019, 60 % des victimes de tirs de la police étaient noires, alors que la population noire de la ville ne représente que 20 % de la population totale. D’ailleurs, suite au mouvement Black Lives Matter, la police a été équipée de caméras embarquées, les Etats ont tenté de diversifier les recrutements, mais pour quels résultats ? Une longue tradition d’impunité, l’influence des syndicats, la clémence des juges et des jurys populaires laissent toujours toute latitude aux policiers de faire un usage excessif et incontrôlé de la force. 
George Floyd est mort. 
Alors, par dizaines voire par centaines de milliers, des Américains manifestent contre les brutalités policières, le racisme et les inégalités sociales exacerbées par la crise du Covid-19. On assiste à une réponse sécuritaire d’ampleur, au recours à des véhicules blindés de transport de troupes, à l’utilisation de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Chicago, Denver, Los Angeles, Salt Lake City, Cleveland, Dallas, Indianapolis, les protestations se sont propagées dans au moins 140 villes américaines. New York a annoncé doubler la présence de ses forces de police et instaurer un couvre-feu de 23h lundi à 5h mardi. A Washington, l’heure de celui-ci a été avancée lundi à 19h, à Los Angeles, c’est à 18h. De Boston à Los Angeles, de Philadelphie à Seattle, le mouvement de protestation s’est exprimé de façon majoritairement pacifique le jour, mais a aussi donné lieu à des embrasements nocturnes et des destructions à grande échelle.  
Ni le renvoi de l’agent coupable de la bavure, Derek Chauvin, ni son arrestation postérieure n’ont calmé les esprits, bien au contraire. Or, les provocations de Trump peuvent paraître irréfléchies, voire politiquement suicidaires. Mais ce n’est pas le cas. Depuis les années 1960, le parti républicain a souvent tiré parti d’un discours à connotations racistes sur « la loi et l’ordre ». Rappelons-nous la campagne de Nixon. L’objectif clair d’une telle campagne, parce que Trump est en campagne électorale, s’appuyant sur ce thème inusable, a pour avantage de reléguer au second plan les carences de la Maison Blanche face à la crise sanitaire et au désastre économique. 
La droite américaine en prenant pour cible principale les « pillards », des noirs, en occultant la réalité de manifestations mobilisant largement, cherchent à mobiliser la « majorité silencieuse » des propriétaires de petits commerces qui décident en général de l’issue des élections. 
Alors pour faire respecter « La loi et l’ordre », et pour faire face aux troubles s’ajoutant à la pandémie de coronavirus, Trump a annoncé d’un ton « mussolinien » le déploiement de « milliers de soldats lourdement armés » et policiers à Washington pour mettre un terme « aux émeutes » et « aux pillages ». Il a jugé que les troubles de la veille dans la capitale fédérale étaient « une honte ». 
Mais la honte est dans ces appels aux gouverneurs à agir vite et fort pour « dominer les rues » et briser la spirale des violences. 
La honte est dans cette menace de déployer l’armée américaine si une ville ou un Etat refuse de prendre les décisions nécessaires pour défendre la vie et les biens pour régler rapidement le problème à leur place.  
La honte est de parler de « terrorisme intérieur ».
Tandis qu’il s’exprimait dans les jardins de la Maison Blanche aux airs de camp retranché, la police a effectué des tirs de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants rassemblés à l’extérieur de l’enceinte. L’objectif était de libérer le chemin vers l’église Saint John, bâtiment emblématique tout proche qui a été dégradé dimanche soir. Trump s’y est rendu à pieds, entouré de membres de son cabinet, pour s’y faire photographier, une Bible en main communiquant sur « Law and Order president », le président intraitable qui rétablira coûte que coûte « la loi et de l’ordre » selon la doctrine appliquée par Richard Nixon dans les années 70 face, déjà, au mouvement des droits civiques avec plus de police, plus de criminalisation des mouvements populaires, l’armée s’il le faut pour « protéger les bons citoyens » contre les « professionnels de l’anarchie » qui tentent de « terroriser de l’intérieur » de la bonne Amérique.
La loi, l’ordre et la Bible, fidèle à lui-même, protégé par ses gardes du corps, Trump joue les fiers à bras et se place dans le pire de l’histoire des USA ! 

Un peu de musique pour méditer, une chanson qui rappelle que tous les êtres humains ont un rôle à jouer. Et je cite Patti Smith « Qu’ils soient écrivains ou non. Prendre soin de l’environnement. Rechercher la justice. Se révolter contre les injustices. Les artistes n’ont pas plus de responsabilités que les autres, mise à part celle de faire leur travail du mieux qu’ils le peuvent. » Et ça ne vaut pas uniquement pour les artistes ! Ça c’est moi qui rajoute. Et Patti Smith et son mari Frederick « Sonic » Smith mort en 1994 et ancien guitariste du groupe MC5, ont co-écrit cette chanson « People have the power » (Fred a inspiré deux super chansons à Patti Smith « Because the night » et « Frederick »). « People have the power » c’est montrer qu’un artiste peut inspirer les gens, mais que seuls les gens peuvent changer le monde, car ce sont les gens qui votent et protestent ! Donc avec Patti Smith et avant de l’écouter «  Protestez ! Seul le nombre amène le changement ! Votez ! » 

Penser politique, c’est pour beaucoup se concentrer sur la présidence et le gouvernement fédéral. Effectivement, c’est un président, un Congrès, un ministère américain de la Justice et un appareil judiciaire fédéral qui peuvent reconnaître le rôle corrosif du racisme dans la société et peuvent y faire quelque chose. Cependant, aux USA, les élus qui comptent le plus dans la réforme des services de police et du système de justice pénale sont les élus aux niveaux national et local. En effet, ce sont les maires et les chefs de comté qui nomment la plupart des chefs de police et négocient des accords de négociation collective avec les syndicats de police. Ce sont les procureurs de district et les procureurs de l’État qui décident d’enquêter ou non et, en fin de compte, d’inculper ceux qui sont impliqués dans une faute de police. Ce sont tous des élus. Dans certains territoires, des commissions d’examen de la police habilitées à surveiller la conduite des policiers sont également élues. Malheureusement, le taux de participation à ces élections locales est généralement lamentablement bas, en particulier chez les jeunes. Et ceci n’a aucun sens compte tenu de l’impact direct que ces élections ont sur les questions de justice sociale, sans parler du fait que qui gagne et qui perd ces sièges est souvent déterminé par quelques milliers, voire quelques centaines de voix. Or, l’essentiel est qu’un véritable changement, viendra de la protestation et de la politique, de l’organisation et du vote.
En mai 1975, Angela Davis était de passage à Paris. Elle avait été emprisonnée quelques années plus tôt, puis acquittée suite notamment à d’immenses manifestations de soutien. La militante féministe et communiste pour les droits civiques des Noirs et des autres minorités opprimées en Amérique (les Indiens, les Hispaniques) revient sur ses combats et leur actualité dans un entretien. Elle évoquait le mouvement pour libérer les Noirs opprimés et les autres minorités, un mouvement parfois plus défensif que combatif en raison des attaques répétées du gouvernement américain. Elle expliquait alors que de plus en plus les Noirs voient le racisme et toute l’oppression dirigée contre eux comme une partie d’un système plus grand, comme une partie du capitalisme et qu’il est nécessaire pour détruire les racines du racisme de renverser tout le système. Tout le système qui, sous le règne de Trump, continue à croire que l’Amérique est blanche ! Contre toutes les évidences et de manière tragique ! Alors aujourd’hui, le feu !
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. 
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et j’espère que nous allons nous revoir très bientôt ! 
Et n’oublions pas que les Noirs ont payé le plus lourd tribut pendant cette épidémie de COVID-19. Ils meurent deux à trois plus du virus que les Blancs, les Latinos et les Asiatiques. Parce qu’ils sont plus pauvres (22 % contre 9 % de Blancs), parce qu’ils sont plus susceptibles que les autres communautés de vivre dans des déserts médicaux, parce qu’ils sont plus nombreux à ne pas avoir les moyens de se soigner, parce qu’un mauvais accès aux soins systémique leur fait développer des pathologies qui rendent le virus plus meurtrier. Et aussi, parce qu’ils ont dû continuer, quand ils le pouvaient, à travailler, et qu’ils font des métiers qui les exposent davantage.  

Sources et références
https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/angela-davis-pour-detruire-les-racines-du-racisme-il-faut 
La prochaine fois, le feu. James Baldwin
https://www.monde-diplomatique.fr/2005/12/HALIMI/13003 
America n°8. De la race en Amérique. https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/la-revue-de-presse-internationale-emission-du-mardi-02-juin-2020

Nowakowskismes 4.23. « Poétique du chaos, part 4 – 400 ans… »

Nous sommes le 28 mai 2020 et êtes-vous prêts pour écouter la partie 4 de la Poétique du chaos ? 400 ans seront notre unité de mesure ce soir, notre point de repère, notre rappel à la vie déclinés dans une poétique du chaos inédite. 
Peut-être la dernière de cette saison. Alors prêts pour l’immortalité ? 

Après plusieurs siècles, 400 ans exactement, mon cerveau est presque plein. J’y ai accumulé tant de souvenirs qui finissent par me peser, et qui neutralisent toute forme de réflexion, annihilent ma volonté. Il faudrait que je subisse cette opération qui remettra un peu d’ordre dans tout cela. Tous les autres cherchent par tous les moyens à me convaincre de faire cette opération ! 
D’ailleurs, bien avant, peu de temps avant la rupture, je m’étais résigné à subir cette intervention. Je ne me souviens d’aucun détail, pas même de cette plage de néant que j’aurais traversée. Juste cette sensation effrayante de ne plus savoir qui on est ! Être celui qui écrit ces quelques lignes, ou quelqu’un d’autre, un étranger ? 
Bien sûr, j’ai pu reconstruire mon identité à partir d’un moulage mental. Les ingénieurs du laboratoire de similitude m’ont assuré de la conformité de ce moulage avec ma personnalité originale authentique. 
A partir de cette dernière renaissance, comme ils l’appellent, j’ai vécu comme avec une impression que l’artefact mémoriel qu’on m’avait implanté était artificiel. Bien sûr, nul n’a jamais pu prouver de telles manipulations. Cependant, nous savions pertinemment que ceux qui étaient à l’origine de ce dispositif  s’étaient arrangés pour que la mémoire du passé avec laquelle nous renaissions était arrangée afin d’être édulcorée. En fait, et c’était une avancée significative, notre civilisation avait réussi à traverser les siècles en s’arrangeant pour que l’histoire soit sans cesse ré-écrite et ré-adaptée dans les esprits. C’était maintenant acquis, cette organisation était le prix de la paix civile et de l’immortalité. 
En fait, les quelques dizaines de milliers d’habitants de la Terre étaient les mêmes qu’il y a quelques siècles, tous immortels et heureux ! Etait-ce une preuve concrète de la réussite de l’humanité ? Ou était-ce une utopie douteuse créée par nos ancêtres dans des temps autres, et dont nous perpétuions les rites ?
Depuis ces temps, nous vivons immortels sur une Terre dont les océans ont fait leur temps, réduite à un désert qui avait recouvert le globe tout entier. Les dernières montagnes ne sont plus que des tas de cailloux stériles et surchauffés. Malheureusement, la vie était maintenant trop lasse pour en enfanter d’autres. 
Immortels, nous nous sommes adaptés à notre milieu. La ville est devenue notre seul horizon, et ce qui existe au-delà des murs ne nous intéressa plus.  
Certains d’entre nous fouillèrent les archives, interrogèrent des banques de données, réussirent à collecter des versions différentes de notre histoire. Mais, tout concordait. Aucune version ne contredisait vraiment les autres. Il n’y avait rien d’étonnant à cela, puisqu’ils cherchaient dans un puzzle dont ils connaissaient parfaitement chacune des pièces à force de le démonter et le remonter. De temps en temps, certains mythes anciens remontaient parfois à la surface d’une mémoire au moment de l’intervention par les ingénieurs du laboratoire de similitude. Ces mythes étaient ceux de la vitalité, des miettes de mélodies étranges, … mais revivre les jours d’avant la rupture n’était pas une option. Ce qui était clair c’est que globalement, nous nous sentions satisfaits de cet éternel automne fait d’implants bioniques se substituant aux fragiles organes, et de crèmes anti-âge enduisant nos visages d’un masque uniforme, lisse et inexpressif. 
Nous étions des immortels sans futur. 
Depuis 400 ans, nous n’avons plus d’appartements personnels, ni de maisons individuelles, ni de jardins, ni de meubles et objets de décoration. Nous pouvons les créer autant que nous le voulons grâce à des systèmes imaginés dans les temps qui précédèrent la rupture. Les moyens de transport n’existent plus puisque nous ne voyageons plus. C’est grâce aux VidéoG que nous parcourons des mondes fabriqués par des artistes oubliés. Dans les VidéoG, nous disposons d’une sorte de libre arbitre qui nous permet d’expérimenter les innombrables variantes d’univers possibles. Les événements et les lieux auxquels nous avons accès, constituent des aventures qui ont été programmées dans des systèmes informatiques dont bon nombre d’entre nous ont oublié l’existence. Grâce à ce catalogue de VidéoG, nous avons accès à des mondes fantomatiques en présence d’autres usagers que nous appelons Amis. Aussi longtemps qu’on y évolue, le rêve calculé prend la place de la réalité et chaque événement vécu est un élément constitutif de notre expérience. 
Mais au fait qu’est-ce que notre réalité ? 
Des drames faits d’aventures et de découvertes, des explorations d’états psychologiques, les VidéoG variant à l’infini nous permettent de jouer avec toutes sortes d’émotions. Les VidéoG, avec leurs couleurs et l’excitation qu’elle dispensent et la diversité des thèmes qu’elles proposent, ont l’air de satisfaire la majorité d’entre nous. Mais, et je ne peux en parler, rien ne peut m’enlever de l’idée qu’il leur manque quelque chose. 
En dehors des VidéoG, l’unique tâche de notre civilisation d’immortels consiste à conserver, à recenser, à étudier toutes les choses qui ont franchi les siècles, témoins d’un avant, objets funéraires en polypropylène peuplant une ruine immense, notre planète. 
Parfois, pour moi, ce vide pèse. 
Alors malgré moi, je vais faire un tour dans des VidéoG sans but précis. Le programme que je visite m’amène face à un décor de plaine sans fin, avec le disque rouge du Soleil dilaté par la loupe de l’atmosphère disparaissant à l’horizon. Là, dans cet espace rêvé, mes obsessions me ramènent toujours aux mêmes questions. Quelles sont les véritables limites à l’univers, à la vie, à nos origines, alors que pour nous, les frontières sont bien présentes et infranchissables dans cette immortalité qui a toujours été vue comme stade ultime de la liberté ? Guéris de la maladie d’être né disaient-ils ! 
Ainsi, l’immortalité tant célébrée, tant décrite chez les divinités de civilisations oubliées, nous a enfermés en nous-mêmes. Contrairement au Zeus immortel sur son Olympe, l’immortalité a émoussé notre sexualité puisqu’immortels nous reproduire n’est plus une nécessité. Elle a surtout réduit à néant les plus excessifs raffinements de la pornographie, nous faisant perdre complètement le goût de baiser. Ma mémoire de 400 ans me permet de continuer à décrire des gestes romanesques et sensuels que très peu d’entre nous apprécient. Mes contemporains ne souhaitent plus qu’on puisse garder vivants, même dans la mémoire, des modes d’être de ce monde d’avant. Ils explorent leur cimetière et ne s’intéressent qu’aux objets faits de polymère thermoplastique semi-cristallin privés de sens, fantasmant une culture oubliée, une culture qui s’était éteinte dans la construction de barrières et dans la consommation. 
Dans ce vide qui me pèse, face au globe rougeoyant du Soleil, l’âme lourde, remonte souvent en moi un chemin de terre ouvrant sur une tranchée orange au coeur d’une végétation luxuriante et ciselée par le vent. Le chemin se situe sur les pentes calcaires de petites montagnes, conduisant vers quelques grottes où se réfugiaient nos ancêtres. Sur les parois subsistent des empreintes de mains, des dessins, des textes gravés dans un alphabet oublié. Là, surgit à chaque fois ce qu’il m’est impossible de partager avec les autres. Là surgissent ce que nous nommions des mélodies, et avec le mot que je suis le dernier à connaître, la musique. 
400 ans et une intervention par les ingénieurs du laboratoire de similitude n’avaient rien changé. Face à la solitude, les mots, le chemin me ramenait toujours à cet espace caché au plus profond de moi. Les signes dans la roche, le soleil rougeoyant faisait émerger une forme de mémoire de la vitalité. Mon corps même absent se rappelait, et je me rappelais que la musique n’avait jamais changé le monde, mais quelque chose me disait qu’on ne l’avait rarement bousculé sans chanter ou taper sur un tambour. Dans ce présent immortel, j’étais certainement le seul à savoir qu’une foule qui chante n’est pas une addition d’individus, mais une force, un collectif, la vie. Que la musique incarnait une des dimensions les plus précieuses de l’humanité à savoir la capacité de faire résonner les rêves et les silences, pour le plaisir et le partage. Les vieilles histoires gravées se mettaient à me parler. Que l’histoire de cet équipage pris par les glaces d’un océan oublié, avait choisi pour sa survie des fusils pour chasser et se nourrir, de l’huile pour s’éclairer, des couvertures pour résister au froid polaire et un banjo parce qu’il leur permettrait de continuer à chanter ensemble, dans la fraternité du chant commun contre la solitude et le désespoir, et ainsi conserver l’envie de vivre.
Brusquement, le panorama s’obscurcit ! 
La grotte, le chemin, le ciel, le soleil rouge disparurent. Le firmament vira au bleu électrique. Une tristesse infinie m’étreignit, les mélodies, la musique, tout fut balayé dans cet éclair brulant de lumière chirurgicale. 
Après ce qui ressemble à un long voyage en somnambule, je franchis le porche abstrait du laboratoire de similitude. Les locaux ressemblaient à une salle capitulaire comportant des stalles disposées sur le pourtour à intervalles réguliers. Muet, je me laissais conduire dans une stalle où je m’installais dans un siège truffé d’écrans, de câbles et de tuyaux. Peu à peu, je sombrais dans une sorte de catalepsie opératoire. 
En reprenant conscience, combien de temps s’était écoulé ? Je n’en avais aucune idée. 
La première sensation qui me vint à l’esprit fut celle d’un dédoublement. Je m’observais de l’intérieur sachant qu’il y avait quelqu’un de trop dans ce corps unique. Il fallait chasser l’intrus, et l’autre occupant voulait en faire autant. Le moi fut plus rapide et plus efficace, puisque je sentis cet autre se dissoudre dans un flux nerveux qui investissait tous les organes. Bientôt je fus seul. En évacuant l’autre, j’avais aussi exclu mon plus proche moi, celui qui avait été moi ces derniers 400 ans de mon existence. Je me retrouvais seul, j’avais froid. 
Je voulus me débattre, m’arracher de ce siège. Je fus alors submergé par un flux intense d’accumulation de lieux communs absurdes censés représenter ma vie d’immortel de retour dans le rang. Des souvenirs d’une intensité inouïe se substituèrent à ce que fut ma mémoire. Les ingénieurs de la similitude vérifièrent la conformité de moulage de mon identité, et je franchis seul la porte du laboratoire.
Réintégrant le cours de la vie d’immortel, je me mis à collectionner les objets en polypropylène et à fréquenter assidument les VideoG. Après une éternité, au détour d’une aventure, je suivis un chemin rouge au coeur de ce qui ressemblait à de la végétation, et j’arrivai à une grotte. 
Sur les murs de la grotte, des mains dessinées, il y avait aussi ces quelques lettres formant les mots : « 400 ans ! » et je me mis à fredonner un air de musique oublié. 

Musiques choisies
Les Clash, la chanson Guns of Brixton écrite par le bassiste Paul Simonon en 1979. « Quand ils défonceront la porte de chez toi à coups de pieds, Comment est-ce que tu leur feras face ? Les mains sur la tête ou un flingue en pogne ? »
Eminem, 
« Tu as touché le fond
Quand ta vie te rend si triste que / 
Tu pourrais tuer
Tu as touché le fond / Quand pour enfin avoir quelque chose / Tu pourrais voler
Tu as touché le fond / Quand tu n’en peux plus / Parce que tu en as tellement plein le cul / Que tu pourrais hurler
Mais que tu es tellement triste 
que tu pourrais pleurer » 
le morceau Rock Bottom

400 ans…. C’est le temps qu’il faut pour qu’un masque se dégrade. Et oui, ce masque est en plastique parce que le plastique « protège ». Plus exactement, ce masque est en polypropylène, un polymère thermoplastique semi-cristallin de grande consommation. Et que voit-on depuis plusieurs jours ? Des images de masques laissés à l’abandon dans les rues, sur les parkings ou sur les plages lors des promenades et des sorties en nature ou en ville !
En France, alors que la loi contre le gaspillage pour sortir du plastique jetable avait même été votée, l’épidémie de coronavirus étant passée par là, c’est comme si tout était revenu à son point de départ. 
Masques, gants, commandes à emporter et emballées dans du plastique, recours au drive, avec la Covid-19, le plastique à usage unique revient en force dans la vie des consommateurs. Par crainte de se faire contaminer, nombreux sont ceux qui ont même recommencé à acheter de l’eau en bouteille et à privilégier les aliments emballés. 
Dans les bureaux qui ont rouvert, finie la fontaine à eau qui a été remplacée par des bouteilles en plastique comme dans le monde d’avant !
Et donc, depuis le début de l’épidémie, les industriels français du plastique font état d’une hausse de leur activité. Selon, l’association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques en France, la demande a augmenté de 20 à 30% depuis le début du confinement. 
Aux Etats-Unis, les lobbies du plastique se sont jetés sur l’argument de l’impératif sanitaire en affirmant que les emballages en plastique étaient nécessaires pour « sauver des vies ». En Europe, le 8 avril dernier, la présidente de toujours cette association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques affirmait que « l’emballage garantissait un effet barrière et qu’il s’agissait de la première protection des produits pour préserver des conditions sanitaires ». Quelle aubaine ! Il devient alors évident que les lobbies du plastique se sont mis à chercher à tirer un maximum parti de la situation. Si vous en doutez, allez juste jeter un oeil à la chaine dédiée aux lobbyistes du plastique sur https://plas.tv
Et ce n’est pas tout, ces mêmes lobbyistes essaient d’obtenir le report de l’interdiction de certains plastiques à usage unique comme les pailles, les cotons-tiges ou les « touillettes » à café pourtant votée par le parlement européen pour 2021. Dans une lettre adressée à la Commission européenne, l’European Plastics Converters écrit que « tous les matériaux ne sont pas les mêmes face au coronavirus et que le plastique à usage unique était un matériau de choix pour assurer l’hygiène et la sécurité des consommateurs ».  Vous m’en direz tant !
Or cette affirmation est contredite par une étude publiée le 2 avril dans le Lancet par des chercheurs de l’Université de Hong-Kong. Ils ont mesuré la stabilité du SARS-CoV-2 selon les surfaces sur lesquelles il pouvait se trouver. Donc, sur un matériau comme le papier, 3 heures ont suffi pour que le virus ne soit plus infectieux ; sur du verre, il faut quatre jours ; et, dans certains cas, il faut 7 jours sur du plastique. 
400 ans n’oublions pas ! 
Masques et gants jetables polluent déjà les fonds marins… et viennent alimenter ce continent plastique qui n’est rien d’autre que le cimetière de la mondialisation où reposent les restes de notre folie de consommation. Rappelons aussi que sur les dix tonnes de plastique produites chaque seconde dans le monde, seules 9% sont recyclées, le reste est incinéré ou finit au fond de l’océan. 
Tous ces déchets représentent non seulement un danger pour la biodiversité mais remettent aussi en cause notre mode de production et de consommation, il faut juste espérer que nous serons capables d’une réaction collective pour susciter un nouvel élan dans la lutte contre le plastique !

N’oubliez pas que dans un rapport publié le 18 mai, le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA) a montré que la pollution en Chine a remonté, quelque temps après le déconfinement et en pleine reprise des activités économiques, à des niveaux plus élevés qu’avant le confinement. 

Sources et références
https://reporterre.net/En-Chine-la-pollution-est-plus-forte-qu-avant-le-confinement 
https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-26-mai-2020 
Manière de voir. Musique et politique. Juin-juillet 2020. 

 

Nowakowskismes 4.22. « Après vous »

Pendant plus de 50 jours, en pleine période de reproduction, la faune et la flore sauvage ont bénéficié d’un répit salvateur. Comme une respiration. Un temps suspendu rompant l’éternelle prédation de l’humain sur la nature. En son absence, elles ont pu s’épanouir, se développer là où on ne les attendait pas, gagnant les rues des villes, nichant dans les interstices libérés de notre emprise. Nous l’avons tous vu, les animaux ont occupé des espaces qui leur étaient auparavant interdits et les observations partout sur le territoire et dans le monde le confirment. 
L’arrêt des activités humaines a stoppé un carnage rendu invisible tellement il était devenu quotidien. Quelques milliers de chouettes et de putois, des dizaines de milliers de salamandres et de hérissons et des millions d’insectes ont eu la vie sauve du fait d’un trafic routier réduit.
La pandémie actuelle ne serait-elle pas une occasion unique pour réfléchir à une nouvelle relation avec le vivant ? Le virus du Covid-19 est, lui-même, issu d’un rapport destructeur à l’environnement, directement lié au saccage des forêts et des écosystèmes (https://nowakowski.hypotheses.org/1110). 
Ne pourrait-on pas profiter de cette période pour réfléchir à une autre manière d’habiter l’espace, de façon moins brutale et moins mortifère pour les non-humains ? « La Terre ne s’occupe pas comme un champ de bataille, nous devons apprendre à la partager. »
D’ailleurs, plusieurs naturalistes et organisations appellent à ce qu’ils appellent un « déconfinement pédagogique » pour éviter un afflux trop massif dans les espaces naturels. Le mois de mai est habituellement le temps où l’affluence est la plus forte et les frustrations engendrées par le confinement ne risquent pas d’arranger les choses surtout qu’une part du vivant s’est habituée à vivre sans les humains. De plus, en pleine période de reproduction, les espaces naturels se sont transformés en nurseries et les forêts regorgent de petits qui n’ont encore jamais rencontré les humains. 
Avec Levinas, faire de la formule de politesse « Après vous » qui devrait être la plus belle définition de notre civilisation au lieu du « moi d’abord »!

Nous sommes le 21 mai 2020 et n’est-ce pas le moment de prendre conscience du caractère toxique de nos interactions avec la nature, du caractère toxique de nos modes de vie ? N’est-il pas temps de tenter d’imaginer une grande substitution, de la vie comme quantité par la vie comme qualité, de tous les joujoux technologiques par la tranquillité matérielle pour tous, de vastes services collectifs gratuits, une nature restaurée et, « peut-être par-dessus tout, du temps ». 

Screen New Deal ! Bienvenue dans le monde selon Microsoft Teams, Zoom, Netflix, Google, Amazon, … 
Il n’a fallu que quelques semaines pour que ça se matérialise. Voici quelques chiffres ! En avril 2020, le nombre d’usagers de Microsoft Teams a augmenté de 70%. Netflix a gagné 15,8 millions d’abonnés pendant le confinement et compte désormais 182,9 millions d’abonnés. Sur les trois premières semaines du mois, Zoom a enregistré en moyenne 300 millions de participants par jour, contre 200 millions en mars. En décembre 2019, ce chiffre s’élevait à 10 millions. Sur les quatre derniers mois, Zoom peut ainsi afficher une hausse de 3000% du nombre de participants !
Donc, il n’a fallu que quelques semaines pour que quelque chose ressemblant à une doctrine « tech » issue du choc pandémique, commence à émerger. 
Ce qui a émergé c’est ce que Naomi Klein a appelé le Screen New Deal. 
En effet, bien plus high-tech que tout ce que nous avons pu voir lors de précédentes catastrophes planétaires, l’idéologie qui s’installe, alors que les libertés sont sérieusement amputées, considère que nos dernières semaines d’isolement physique ne sont pas une douloureuse nécessité pour enrayer la propagation de l’épidémie, mais sont un laboratoire grandeur nature pour l’installation d’un futur sans contacts permanents entre humains, un futur de dématérialisation, un futur à distance, un futur évidemment très rentable pour certains.
Un exemple qui confirme cela, sont les propos tenus par Anuja Sonalker, PDG de la société Steer Tech, une entreprise du Maryland commercialisant des technologies de stationnement en libre-service. Elle a résumé en quelques mots le nouveau terrain des opérations. Il faut construire un avenir peuplé de « technologies sans contact et sans humains [parce que] les humains sont des risques biologiques, alors que les machines ne le sont pas ».
De plus, cet avenir se profile comme un avenir dans lequel nos lieux d’habitation ne seront plus des espaces exclusivement personnels, mais aussi, via une connectivité numérique à haut débit, des écoles, des cabinets médicaux, des bureaux, des gymnases et, voire si l’État le décrète, des prisons. 
Avant la pandémie, nous savions et nombre d’entre nous avions déjà alerté que ces mêmes habitations étaient déjà en train de devenir des lieux de travail mêlant indifféremment temps de travail et temps personnel et familial, que ces mêmes habitations devenaient nos principaux lieux de divertissement, mais aussi les lieux de nos enfermements sous la surveillance permanente « de la communauté » environnante. Mais, et c’est là que les choses s’aggravent, dans cet avenir qui se construit à la hâte, toutes ces tendances sont en train de subir une accélération sans précédent.
Et comme toujours, dans cet avenir, pour ceux qui seront les privilégiés, presque tout sera livré à domicile, soit « virtuellement » via le streaming et les technologies du cloud, soit physiquement via des véhicules sans conducteur ou des drones, par l’intermédiaire d’un écran « partagé » connecté à une plateforme numérique. 
Ainsi, dans cet avenir, on emploiera beaucoup moins d’enseignants, de médecins et de chauffeurs. 
Dans cet avenir, on n’acceptera ni argent en espèces, ni cartes de crédit parce que ces moyens de paiement sont potentiellement porteurs de virus. 
Dans cet avenir, les transports en commun disparaitront et tout ce qui relève de l’art vivant et des manifestations culturelles seront définitivement bannis du paysage et de la vie. 
Enfin, cet avenir sera prétendument géré par ces fameuses « intelligences artificielles » portées aux nues par leurs promoteurs, les fabricants et les institutions. Mais la réalité est qu’elles doivent leur existence aux dizaines de millions de travailleurs anonymes cachés dans des entrepôts, des centres de données, des usines de modération de contenu, des ateliers clandestins électroniques, des mines de lithium, des fermes industrielles et des prisons. Des dizaines de millions de travailleurs invisibles hyper-exploités et à la merci de la contagion. Bienvenue dans le Metropolis de Fritz Lang !
Dans cet avenir, en s’appuyant sur ces « intelligences artificielles », chacun de nos mouvements, chaque mot, chaque relation sera traçable, stockée, modélisée et sera exploitable grâce à des collaborations sans précédent entre les gouvernements et les géants de la technologie.
Et si tout cela vous semble familier, c’est parce que dans un passé ancien, en février 2020, l’époque d’avant COVID, cet avenir nous était vendu au nom de la commodité, de l’individualisation et de la personnalisation pour notre liberté et notre confort.
Nous étions quelques-uns à avoir de grandes inquiétudes face aux atteintes répétés contre la liberté, au renforcement des inégalités en particulier en matière de santé et dans l’accès à l’enseignement en ligne. Mais aussi au sujet des voitures autonomes et des flottes drones reposant sur le déploiement massif de la 5G. 
Mais plus insidieusement, nous étions quelques-uns à être inquiets face à la généralisation du commerce sans argent amplifiant la localisation automatisée en effaçant petit-à-petit la confidentialité et en enracinant les discriminations.
Enfin, nous étions quelques-uns à nous inquiéter de la promotion faite pour ces «villes intelligentes» truffées de capteurs visant à éliminer la gouvernance locale. 
Nous étions quelques-uns à être préoccupés par la puissance financière et le pouvoir sans opposition d’une poignée d’entreprises technologiques menaçant la démocratie et dominant tout, des médias aux transports, de la santé à l’éducation… 
Et là, aujourd’hui, dans ce contexte mondial, il nous est vendu la promesse dystopiques douteuse que ces technologies sont les seuls moyens capables de protéger nos vies contre les pandémies, les clés indispensables pour assurer notre avenir serein et notre sécurité et celle de nos proches.
Et nombreux sont ceux, décideurs, politiques, qui déclarent vouloir réinventer la réalité post-Covid en tablant sur l’intégration permanente de la technologie dans tous les secteurs de la vie servant ainsi le projet de société promu par Google, Microsoft, Amazon et tous les autres issus de la start-up nation. 
Ils ont un projet pour l’humanité. 
Pour eux, bientôt, nous serons plus contraints de vivre dans le monde physique, que nous habiterons dans un monde façonné par les nouvelles technologies. Quand on est dans la Silicon Valley, leur berceau, il n’est pas rare d’entendre les gens dire : « ne tombe pas malade, tiens encore le coup quelques années, parce que bientôt la technologie guérira des maladies et même de la mort ! ». Là, dans cette « Valley », la technologie est la solution et produit une vision du monde guidée par trois maîtres-mots, la régulation, la gestion et la sécurité (relisez les Nowakowskismes 3.13 intitulés Retour à San Francisco https://nowakowski.hypotheses.org/643).  
Chargés de ce triangle, ils sont là, faisant le sièges des bureaux des décideurs, pourvoyeurs de solutions miracles pour la télé-santé, l’apprentissage à distance et bien d’autres, s’engageant à n’utiliser la technologie que pour rendre le monde meilleur (don’t be evil! Disait l’autre !). Et on s’incline nombreux et bien bas devant cette capacité de « grand visionnaire » de la Fondation Bill et Melinda Gates et sa vision d’« un système éducatif plus intelligent », se débarrassant de tous ces bâtiments, de toutes ces salles de classe et de tous ces enseignants pour les remplacer par de la technologie. 
Or, cette technologie sera-t-elle soumise aux règles de la démocratie et de la surveillance publique ? Sera-t-elle déployée accompagnée d’une frénésie d’exceptions, sans que soient posées les questions cruciales qui façonneront notre vie pour les décennies à venir ? Est-il normal que les réseaux et nos données soient entre les mains d’acteurs privés tels que Google, Amazon et Apple ? N’oublions pas que le réseau Internet est essentiellement constitué de câbles. Et donc qu’en est-il ? Amazon, Facebook et Softbank ont annoncé le projet un nouveau câble trans-pacifique nommé « Jupiter » pour 2020. Jupiter c’est une longueur du câble de 14 000 kilomètres et une capacité de 60 térabits par seconde. Google lui a investi dans les câbles « Unity » en 2008, « SJC » en 2011 puis « Faster » en 2016. Facebook, Microsoft et un opérateur télécom espagnol ont annoncé, en septembre dernier, avoir déroulé Marea, entre l’Espagne et les Etats-Unis, soit 6 600 kilomètres de câble avec la capacité record de 160 térabits par seconde. Alors que Facebook, Google et Amazon se sont « accaparé » le Web, avec une mainmise particulièrement flagrante depuis 2014 jusqu’à ce que certains parlent même de « Trinet », doit-on pour autant accepter que l’Internet physique suive le même chemin et tombe aux mains des mêmes acteurs ? 
Or si Internet est essentiel pour tant de choses dans nos vies, comme c’est clairement de plus en plus le cas, ne devrait-il pas être traité comme un service public à but non lucratif ?
Le problème, comme toujours dans ces moments de choc collectif, est l’absence flagrante de débat public sur ce à quoi ces changements devraient ressembler et à qui devraient-ils bénéficier, les entreprises technologiques privées ou les citoyens ?
Notre monde est ainsi confronté au choix bien réel et certainement difficile entre investir dans l’homme ou investir dans la technologie. Parce que la vérité brutale est que, dans l’état actuel des choses, il est très peu probable que nous fassions les deux. Si les entreprises technologiques remportent leur féroce campagne de lobbying pour l’apprentissage à distance, la télé-santé, la 5G, les véhicules autonomes, … – leur Screen New Deal – il n’y aura tout simplement plus d’argent pour les priorités publiques urgentes, sans parler de la planète et de ses besoins urgents. Les écoles publiques, les universités, les hôpitaux et les transports en commun seront encore plus confrontés à des questions existentielles sur leur avenir malgré tous les beaux discours.
La technologie fournit des outils puissants, mais toutes les solutions ne sont évidemment pas technologiques. Or, le problème avec l’externalisation des décisions clés sur la façon de «ré-imaginer» nos États et nos villes à des hommes tels que Bill Gates et Schmidt est que ces gens ont passé leur vie à défendre le fait qu’il n’y a aucun problème que leur technologie ne peut résoudre, et que grâce à eux, le monde ira mieux. Certains et ils sont nombreux, en sont persuadés. 
Prenez l’exemple du gouverneur de New York. Regardez le sourire qu’il affichait quand il a annoncé que l’ancien PDG de Google, Eric Schmidt, en sauveur, dirigera le groupe qui sera chargé de réinventer l’Etat de New York post-Covid grâce à la technologie dans la sécurité, la gestion et la régulation garanties. Pour eux, et pour beaucoup d’autres dans la Silicon Valley, mais aussi pour tous les apprentis sorciers de la technologie et technocrétins, la pandémie est une occasion en or de recevoir non seulement la gratitude du monde, mais surtout la déférence et le pouvoir qui leur est dû et qu’ils appellent de leurs voeux depuis si longtemps. En confiant à l’ancien président de Google le pilotage de l’équipe qui façonnera la réouverture de l’État, le gouverneur de l’Etat de New York lui signe un chèque en blanc, il ne reste plus qu’attendre pour voir quels seront les suivants.
Et en France alors ? L’Assemblée nationale vote en urgence une loi obligeant les plateformes (Facebook, YouTube, Google, Twitter) de retirer des «  contenus manifestement illicites » sous 24 heures. Cette loi repose sur une idée simpliste. Il suffirait de rendre les intermédiaires techniques responsables des contenus publiés par des tiers, de les contraindre à retirer tout ce qui leur est signalé comme étant « manifestement illicite » sous peine d’amendes démesurées, pour que nous soyons tous protégés des méchants, car c’est très urgent. La sanction encourue fixée dans la loi pourrait atteindre 4 % du chiffre d’affaires. Et ce n’est pas tout, cette loi qui confie aux plateformes privées bien connues et à tous les sites web leur confie le « soin » de censurer en 1h (pas en 24h) les contenus signalés par la police comme relevant du « terrorisme », sans que cette qualification ne soit donnée par un juge. Si le site ou la plateforme ne censure par le contenu (par exemple car le signalement est envoyé un week-end ou pendant la nuit) la police peut exiger son blocage partout en France par les fournisseurs d’accès à Internet (Orange, SFR…). La séparation des pouvoirs est entièrement écartée : c’est la police qui décide des critères pour censurer un site. En droit, la notion de « terrorisme » est suffisamment large pour lui donner un large pouvoir discrétionnaire, par exemple contre des manifestants ou des militants écologistes. Par cette loi votée dans l’urgence, c’est donc la police qui décide des critères pour censurer un site. C’est la police qui juge si un site doit être censuré. C’est la police qui exécute la sanction contre le site. Le juge est entièrement absent de toute la chaîne qui mène à la censure du site. Ceci est pour le moins étonnant dans un État qui, bien qu’en état d’urgence sanitaire, se dit encore « de Droit »…
Dans ce contexte, il y a fort à parier que les plateformes risquent d’appliquer un principe de précaution. Dans le doute, retirer tout contenu, quitte à porter atteinte à la liberté d’expression, pour ne pas risquer les sanctions. En effet, quand on délègue à des entreprises privées le droit de juger de ce qui est légal ou illégal, on s’expose à une censure de très grande ampleur – parce que c’est plus simple et moins cher de censurer que de se poser des questions, surtout quand on risque des amendes de très grande ampleur, et que le profit est le seul guide des entreprises privées.
Encore mieux, en France, pour la période allant de juillet à décembre 2019, le gouvernement français n’a jamais réclamé autant de données à Facebook. En effet, depuis 2013, Facebook publie un rapport bi-annuel pour faire un état des lieux des données réclamées par les gouvernements. Le dernier rapport de transparence vient d’être publié. Entre janvier et juin 2013, la France avait effectué 1 547 demandes. Entre juillet et décembre 2019, ce sont 7 001 demandes qui ont été formulées pour obtenir des informations personnelles. Facebook a répondu positivement à 83% de ces demandes. Ailleurs qu’en est-il ? Et bien, sur la même période, le Japon a effectué 43 demandes, l’Italie 2 466, la Russie 8, la Finlande 81, les Émirats Arabes Unis 13, l’Argentine 2 149 et les États-Unis 51 121. 
En France, contrairement à l’avis de la CNIL, du Conseil national des médecins, du Conseil national des avocats et des hôpitaux, le gouvernement français a décidé de confier à Microsoft le stockage de toutes les données de santé. En effet, une ordonnance publiée le 21 avril 2020 oblige les hôpitaux à intensifier l’envoi des données de santé à Microsoft. Pourquoi ? Parce que le HealthDataHub (HDH), en français dans le texte, est en cours de déploiement. Le HDH en tant que guichet unique d’accès à toutes les données de santé vise à permettre le développement de systèmes d’intelligence artificielle appliqués à la santé. Toutes ces données produites par tous les citoyens français viendront des systèmes information des hôpitaux, des pharmacies, des dossiers médicaux partagés et des données de la recherche,… Le volume de données hébergées devrait augmenter de façon exponentielle, notamment avec l’émergence de la génomique, de l’imagerie et de la multiplication des objets connectés. Et donc, toutes ces données seront stockées sur Microsoft Azure, la plateforme de cloud computing de Microsoft. Prétextant un projet de recherche « d’intérêt public », un concept juridiquement vague, les GAFAM mais aussi les start-ups et les assurances pourront désormais accéder aux données de santé et au pouvoir financier qu’elles représentent !
En France, toujours, la commission départementale des mines de Guyane a donné un avis largement favorable aux prémices d’un nouveau projet de mine d’or de taille industrielle nommé « Espérance ». il est porté par la compagnie minière américaine Newmont associée à un opérateur local, la compagnie minière Espérance (CME). Envisagée en pleine forêt, elle nécessiterait une usine à cyanuration et l’extraction de « 20 millions de m3 de roches » pour creuser une fosse de 300 mètres de profondeur sur 1,5 km de longueur. Cela déboucherait sur un premier gisement de « 65 tonnes » d’or selon les documents de l’opérateur ! 
Tout cela alors que nous savons que la déforestation massive altère gravement la biodiversité, accélère les changements climatiques et favorise l’émergence d’espèces vectrices d’épidémies. 
Alors et après ? Nous ne pourrons plus sortir cette excuse magnifique : «Je ne pouvais pas faire autrement ! » Le temps n’est-il pas venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : «Au fond, ce n’est pas moi», «On m’a demandé de le faire», «De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place !». Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. Ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.
Souvenez-vous « Après-vous » au lieu de « moi d’abord » !

Sources et références
https://usbeketrica.com/article/les-cables-d-internet-qui-sont-ils-quels-sont-leurs-reseaux
https://www.theguardian.com/news/2020/may/13/naomi-klein-how-big-tech-plans-to-profit-from-coronavirus-pandemic
Entretien avec Richard Powers dans America Mag n°13
https://siecledigital.fr/2020/05/13/le-gouvernement-francais-reclame-de-plus-en-plus-de-donnees-personnelles-a-facebook/
https://reporterre.net/Retour-dans-la-nature-la-vie-sauvage-s-est-epanouie-respectons-la 
Problèmes de la transition par Frédéric Lordon, https://blog.mondediplo.net/problemes-de-la-transition 
«C’est confortable d’obéir», https://www.liberation.fr/debats/2017/08/30/c-est-confortable-d-obeir_1593054 
https://interhop.org/le-gouvernement-contraint-les-hopitaux-a-abandonner-vos-donnees-chez-microsoft_en/ 

Nowakowskismes 4.21. « Poétique du chaos, Part 3 – Anges gardiens  »

Nous sommes le 14 mai 2020. Nous avons passé la date du 11 mais et pour cela, pouvons-nous considérer que nous sommes dans le monde d’après ? 
Avant cela, n’est-il pas important de se poser la question, pourquoi lutte-t-on ? Et pas seulement, contre quoi ou contre qui lutte-t-on ? Le cycle de la poétique du chaos n’apporte pas de réponses, mais met en scène quelques situations qui peuvent faire émerger des questions. Alors ce soir, la partie 3 s’intitule Anges gardiens. Vous êtes prêts ? 

Se dissoudre dans ce silence, celui de la ville aux portes de la nuit d’une soirée encore fraiche de fin printemps. Fouler l’asphalte fissuré des rues désertées pour les programmes multidiffusés par les plateformes de streaming, marcher sur l’herbe qui avait poussé dans les fissures des trottoirs et, les mains dans les poches, s’ouvrir un chemin à travers les silences environnants, c’était sa plus grande joie. Il aimait s’arrêter à un croisement, scruter dans les directions ouvertes par les longues avenues éclairées par le clair de lune, décider du chemin à prendre, ce qui à vrai dire n’avait que peu d’importance dans ce monde qui avait suivi l’épidémie. 
C’était un homme seul qui, une fois sa direction choisie, se mettait en marche à grands pas. Il marchait parfois pendant des heures, pendant des kilomètres et ne revenait chez lui qu’autour de minuit. Chemin faisant, il regardait les villas, les maisons, les immeubles avec leurs fenêtres obscures ou illuminées des irisations en provenance des écrans branchés sur le réseau. Cela ressemblait assez à la traversée d’un cimetière où seuls les feux follets numériques éclairaient les derrières des fenêtres. Parfois, il lui semblait que des fantômes grisâtres se mouvaient sur les murs intérieurs des pièces dont on avait oublié de tirer les rideaux. Ou bien il entendait des chuchotements et des murmures lorsqu’était restée ouverte la fenêtre d’un de ces édifices qu’il voyait semblables à des monuments funéraires. Alors il s’arrêtait, redressait la tête, écoutait, regardait, puis reprenait sa marche à pas silencieux sur la route partiellement éclairée. Depuis longtemps déjà, il avait décidé de chausser, pour ses promenades nocturnes, des souliers à semelles souples. Plus confortables certes, mais surtout le bruit que faisaient les semelles dures éveillait les chiens qui accompagnaient alors sa marche d’aboiements intermittents qui faisaient que des lumières éclataient, que des visages apparaissaient aux fenêtres et que toute une rue se réveillait sur son passage alors qu’il voulait rester invisible. 
Il n’y avait que lui dehors la nuit depuis que le monde était devenu celui-ci.
Ce soir-là, il avait commencé sa promenade en allant vers l’est, dans la direction de la rivière. L’air était tiède. Les dernières voitures ayant regagné leurs garages, il était à nouveau respirable. Il faisait bon inspirer à pleins poumons, sentir ce flux emplissant les bronches. Il écoutait le léger crissement de ses semelles foulant l’herbe qui avait poussé sur les bas-côté. Il marchait en sifflant entre ses dents, d’un sifflement calme et léger. De temps à autre, il cueillait une feuille dont il examinait, à la lumière des rares lampadaires, le réseau de nervures et il respirait son parfum frais tout en continuant de marcher.
Par moment, en passant sous les fenêtres, il murmurait, « Hey ! Là-haut ! Quoi de neuf ce soir sur Netflix ? Quelle est cette série qui illumine votre plafond d’éclairages psychédéliques ? »
La rue était silencieuse, vide à perte de vue, seule son ombre l’accompagnait en épousant les façades. S’il fermait les yeux et restait immobile, il pouvait presque s’imaginer au milieu du désert de Simpson qu’il avait traversé il y a bien longtemps. La tiédeur, pas un souffle de vent, pas une habitation à des kilomètres à la ronde, avec pour seule compagnie les rues comme des lits asséchés d’anciennes rivières.
« Quelle heure est-il ? se demanda-t-il. L’heure des prescriptions automatiques de programmes de nuit sur les plateformes ? » Était-ce l’écho de cris qui fusait à présent d’une des fenêtres en altitude ?  Il hésita un moment. Puis, comme rien n’arrivait, il continua son chemin. Il trébucha sur un coin de trottoir particulièrement abîmé. Le bitume disparaissait sous des fleurs et de l’herbe qu’on avait perdu l’habitude de voir pousser librement. Depuis tout ce temps qu’il se promenait ainsi, de nuit, accumulant les kilomètres, il n’avait jamais rencontré un autre marcheur, jamais un seul.
À proximité de la rivière et du canal, il arriva à un grand rond point, silencieux, point de convergence de deux voies express qui traversaient la ville. Le jour, c’était le métal hurlant des voitures, les stations d’essence ouvertes et nauséabondes, le bruit de fond permanent généré par ces insectes brillants qui ne laissaient aucune place aux marcheurs. Tous ces véhicules en lutte continue se ruaient vers des destinations lointaines, cherchant à se dépasser, à se faufiler pour obtenir une meilleure position, dans une atmosphère polluée par les exhalaisons empoisonnées s’échappant des tuyaux d’échappement. Mais, dans la nuit, ces grandes artères pareilles à ces rivières asséchées des déserts africains n’étaient que des lits de pierre que la froide lumière de la Lune montante éclairait.
Il se dit qu’il était temps de prendre le chemin du retour. 
Pour cela, il prit une rue latérale qui petit-à-petit le remit dans la direction de son appartement. Baudelaire écrivait dans Les Fleurs du mal, que « le crépuscule excite les fous ». La nuit, elle, réveille les poètes, et les monstres aussi. Elle dévoile paradoxalement tout ce que la lumière du jour cache. Remontant vers un des points cardinaux repérés par les pâles constellations, les rues lui révèlent des à-côtés, le noir des recoins, et lui dévoilent les chemins de traverse par leur noirceur plus sombre encore que l’obscurité. Comme à chaque fois, la nuit fait remonter ses souvenirs, ses lectures, il pense à l’Hadès des anciens grecs, situé aux marges du monde, l’Hadès étymologiquement le lieu où on n’y voit rien, l’Hadès, le lieu où il n’y a pas d’images.
Il n’avait plus que quelques pas à faire pour arriver chez lui, quand ce qu’il redoutait lors de chacune de ses sorties le glaça. Une voiture solitaire surgit brusquement au coin de la rue. Elle pointa aussitôt sur lui son faisceau de lumière aveuglante. Il s’immobilisa ébloui, hypnotisé comme un renard pris dans les phares. Il attendit. Il savait qu’il ne pourrait pas s’échapper.
La voix métallique de l’ange gardien le héla :
« Halte ! Restez où vous êtes ! Ne bougez pas ! »
Il ne bougea pas.
« Levez les mains ! »
Les brigades d’anges gardiens avaient été créées après la grande épidémie. Après avoir été enfermés pour enrayer la propagation de la contagion, il était arrivé le moment où les humains eurent la possibilité de sortir mais au prix de contrôles accrus. Des brigades d’anges gardiens furent alors créées et chargées d’encadrer le passage de l’enfermement au contrôle, de l’isolement à la surveillance, en garantissant que tout serait vu, visible, traçable, traqué, justifiable, justifié. A leur création, ces brigades d’anges gardiens étaient constituées d’adjoints de sécurité, de gendarmes adjoints volontaires, de réservistes de la police et de la gendarmerie nationale, d’agents de sécurité assermentés dans les transports et d’agents des services de l’autorité de la concurrence pour les commerces. 
Petit-à-petit, les citoyens prirent l’habitude de vivre cette vie de contrôles, réguliers, répétés. Pour éviter cela, les citoyens restèrent chez eux sous les effets combinés de la montée en puissance des principaux producteurs de programmes en lignes, et des injonctions de plus en plus fortes pour qu’ils restent chez eux, qu’ils se forment de chez eux, qu’ils se divertissent et consomment de leur canapé, qu’ils travaillent de chez eux et ainsi profiter de la puissance inépuisable du réseau. Le monde néolibéral qu’on espérait voir disparaître, était de retour en force, favorisant encore plus ceux qui avaient les moyens dans un marché définitivement dérégulé ayant acquis le statut d’institution autonome. 
Les brigades d’anges gardiens sillonnèrent les villes, mais les humains sortant de moins en moins, il y eu de moins en moins de contrôles à effectuer. Au fur et à mesure, le nombre de patrouilles diminua, et il ne resta plus que quelques voitures qui erraient sans fin nuit après nuit dans les rues vides.
« Votre nom ? » lui demanda sèchement la même voix métallique. Il ne pouvait voir qui parlait à cause du projecteur puissant dirigé sur lui.
Paralysé, il eut du mal à prononcer son nom. Les mots qui franchirent ses lèvres incompréhensibles fit que la voix métallique insista en crachant un « Plus fort ! Ou alors sortez votre smartphone et montrez votre écran ! 
Il déglutit.
– Je n’ai pas de smartphone
– Vous n’avez pas de smartphone ? Quel est votre emploi ou votre profession ?
Il murmura :
– Disons enseignant.
La voix métallique sortant de la voiture, comme si elle parlait pour elle-même répliqua :
– Sans profession donc ! »
L’intense faisceau lumineux le clouait sur place comme un insecte dans une vitrine de musée, le corps transpercé d’une épingle.
Il ne put qu’acquiescer silencieusement. Il n’enseignait plus depuis longtemps. Dans ce monde d’injonction au télé-travail, à la connexion, au « restez chez vous », les livres ne se vendaient plus, et les enseignants avaient été petit-à-petit éliminés au profit des cours en ligne, des programmes éducatifs générés automatiquement par des programmes comparables à ceux gérant les plateformes de streaming. Tout se passait alors dans des appartements pareils à des caveaux. Ces caveaux vaguement éclairés par la lumière des écrans étaient habités par des humains qui y reposaient comme des cadavres, où la lumière multicolore des programmes formatés baignait leurs visages blafards.  
Il y eut comme une petite pause, et la voix métallique reprit plus fort :
« Sans profession alors que faites-vous dehors ?
– Une promenade, répondit-il.
La voiture produit quelque chose comme une exclamation métallique :
– Une promenade !
Il sentit perler des gouttes de sueur sur son front et répondit malgré tout calmement :
– Une simple promenade. 
La voiture manifesta comme une forme métallique de l’exaspération 
– Promenade, simple promenade ? Une promenade ? Une promenade pour aller où ? Pour faire quoi ? Donner votre adresse !
Les jambes se ramollissant, il expliqua qu’il sortait pour prendre l’air, respirer et qu’il habitait à deux pas dans la rue de mon désert. La voiture répondit quasi-immédiatement :
– Mais il y a de l’air dans votre maison, de l’air climatisé non ? Et vous avez un écran de télévision à votre disposition ?
– Non.
– Non ? » Il entendit un léger crépitement qui était comme une mise en accusation. La Lune était maintenant haute et brillante parmi les étoiles et les maisons grises et silencieuses.
Il attendit dans la nuit qui se rafraichissait.
« Un simple promenade, mais vous n’avez pas dit dans quel but.
– Je l’ai dit ; prendre l’air, voir, me promener simplement.
– Et vous faites ça souvent ?
– Chaque soir, depuis des années ».
La voiture de la police restait immobile au milieu de la rue, il y avait comme un bourdonnement léger qui venait de l’intérieur. 
– C’est bien finit-elle par dire.
Il entendit comme un soupir, un déclic. La porte arrière de la voiture s’ouvrit brusquement. 
« Montez.
– Attendez un peu, je n’ai rien fait ! Protesta-t-il 
– Montez !
Il avança semblable, tout à coup, à un homme ivre. En dépassant la cabine du chauffeur, il regarda à l’intérieur. Ses cheveux se hérissèrent quand il vit que la place du chauffeur était vide. Il n’y avait personne dans la voiture. Il comprit qu’avec le temps, les anges gardiens avaient été remplacés par des machines bien plus efficaces et bien plus dociles. 
« Montez ! »
Il s’appuya contre la porte et regarda la banquette arrière. Elle formait une cellule en miniature, une petite prison grillagée obscure. L’air sentait l’acier et l’antiseptique, la voiture sentait la propreté dure du métal. Il n’y avait pas de place pour la vie là-dedans !
« Eh bien, si vous aviez un smartphone, ou quelqu’un qui pourrait attester du bien-fondé de cette sortie, vous n’en seriez pas là  reprit la voix métallique. Mais…
– Où m’emmenez-vous ? »
La voiture hésita, ou plutôt il entendit à l’intérieur une suite de déclics. C’était comme si le programme faisait dérouler une série de tests et de combinaisons d’informations le concernant disponibles dans les multiples bases de données et fichiers mis en place depuis toutes ces années. Après l’épidémie, on avait assisté impuissants à la mise en place de fichiers de tout ordre, de fichiers de contacts, de destinations, de température, de modes de vie…. 
« Je vous emmène à l’AR2S, l’Agence de Recherche et de Surveillance de la Santé »
Il monta. La porte se referma et se verrouilla avec un léger bruit sourd. La voiture de police se mit en route et se fraya tous phares allumés un chemin dans l’obscurité de la ville endormie .
Quelques minutes plus tard, il ne savait plus évaluer le temps écoulé, dans une des rues de cette ville obscure, ils passèrent devant un immeuble. Un parmi tant d’autres, mais celui-ci avait ceci de particulier que le dernier étage était éclatant de lumière, qu’une végétation luxuriante envahissait la terrasse, et que chacune de ses fenêtres en carrés de couleurs découpés étaient autant de sources de clarté et de chaleur dans la nuit froide.
« C’est chez moi » dit-il mais il n’y eut pas de réponse.
L’ange gardien roula le long des trottoirs déserts et disparut dans le labyrinthe des rues désertes de la ville.
Nul bruit, nul mouvement ne troubla plus la tranquillité des nuits de cette année-là.  
Pour conclure, c’est avec ces quelques mots d’Ivan Illich repris par André Gorz. 
Vaut-il la peine de survivre dans « un monde transformé en hôpital planétaire, en école planétaire, en prison planétaire où la tâche principale des ingénieurs de l’âme sera de fabriquer des hommes adaptés à cette condition ? »
Je vous laisse méditer 

Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et j’espère que nous allons nous revoir très bientôt ! 

L’association d’intérêt général The Shift Project vient de publier un plan de transformation des activités essentielles que sont se nourrir, se loger, se déplacer, se soigner, travailler, comprendre, échanger afin de les rendre plus saines et plus robustes dans les temps de crise économique et écologique à venir. La méthode proposée s’intéresse à l’économie concrète, non pas aux « euros », à la « croissance » et à la « dette », mais aux « métiers », aux « tonnes », aux « joules ». La méthode proposée ne s’intéresse surtout pas à « Combien ça coûte ? », mais à « Que fait-on ? »
Ce document parle de ce que les gens font aujourd’hui et de ce qu’ils pourront faire demain, et des moyens matériels nécessaires pour opérer le passage d’un monde à l’autre. Parce que le changement visera à aboutir à ce que chacun des organes de la société fonctionne en recherchant une sobriété optimale de matière et d’énergie. Cette transformation doit aboutir à une économie économe.
Jusqu’à présent, la majeures partie des débats autour de la transition écologique ne se sont focalisés que sur des questions de montants d’investissements et de tuyaux de financement, très peu sur l’objectif, quasiment jamais sur la méthode. 
Nous savons tous que la nécessaire transformation réclamera dans bien des cas de simplifier ou de ralentir. Souvent aussi, elle aura besoin de mobiliser davantage de têtes et de bras sachant qu’il n’est pas acceptable qu’un système économique plus sobre soit un système demandant aux plus pauvres de se serrer plus encore la ceinture. Au contraire, il faut donner de l’air aux budgets les plus modestes, en organisant des économies d’énergie et de matière, et par là ouvrir d’importantes possibilités nouvelles de travail.
Pour cela, afin d’envisager la mise en place d’un cercle vertueux, il faut penser, discuter, organiser, planifier.
Donc, en partant de la situation de ceux qui vivent et travaillent aujourd’hui en France, The Shift Project pose les jalons d’un plan de transformation de l’agriculture, du bâtiment, de l’énergie, de l’industrie, des transports, de la santé, des services, de la culture et des médias.
Pourquoi ? Parce qu’il est urgent de lancer un débat sur les actions que la République devra mener à bien pour tenir ses engagements devant l’Histoire, et offrir à tous et toutes une place dans une société durable.
Avec André Gorz, il faut une alternative à la devise de cette société qui est : « Ce qui est bon pour tous ne vaut rien. Tu ne seras respectable que si tu as « mieux » que les autres ». Il est alors indispensable de rompre avec l’idéologie de la croissance en affirmant avec force que « seul est digne de toi ce qui est bon pour tous. Seul mérite d’être produit ce qui ne privilégie ni n’abaisse personne. Nous pouvons être plus heureux avec moins d’opulence, car dans une société sans privilège, il n’y a pas de pauvres ».

Références et sources 
https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2020/05/Crises-climat_chantier-du-Plan_Shift-Project.pdf
André Gorz « Ne plus se hisser au-dessus des autres » https://www.monde-diplomatique.fr/2010/04/GORZ/19027 
Philip Mirowski : «L’après ne sera pas favorable à une société de gauche, mais à une accélération des mesures néolibérales». Libération 28 avril 2020. https://www.liberation.fr/debats/2020/04/28/l-apres-ne-sera-pas-favorable-a-une-societe-de-gauche-mais-a-une-acceleration-des-mesures-neoliberal_1786730 
Philip K. Dick, Si ce monde vous déplait… et autres écrits 

Nowakowskismes 4.20. « Confinement semaine 8, jour 52 – désobéir… »

Télé-vivre, télé-travailler, télé-consommer, télé-discuter, télé-asservir, se télé-divertir !…  
Pour la grande majorité des humains, c’est le quotidien qui s’est confirmé en ces temps inédits d’enfermement forcé. C’est faire ses courses en ligne 24 heures sur 24 sans bouger de son canapé, c’est s’équiper d’outils et de logiciels pour travailler à distance, c’est charger tous les services pour se divertir, c’est ne pas écouter autre chose que de la musique en ligne, c’est aussi s’informer ! … Encore faut-il détecter les médias libres et indépendants ! 
Lorsque le monde extérieur physique n’est plus accessible, c’est un monde dématérialisé qui prospère et surtout qui profite au bien connus GAFA. Incontournables, ils sont encore plus les rois du monde numérique. Seuls ou ensemble, ils détiennent souvent plus de la moitié des marchés qu’ils occupent. C’est le cas dans la publicité en ligne, dans les moteurs de recherche, dans les réseaux sociaux, dans les services de cloud, dans l’hébergement et la gestion de données. Aux Etats-Unis, Amazon a conquis 50% du e-commerce américain.
Quand d’autres (Airbus par exemple …) annoncent des pertes et ne prédisent rien de bon pour leur avenir, les géants américains du numérique affichent des hausses de leur chiffre d’affaires spectaculaires, + 15% pour Google, + 20% pour Facebook, et même + 25% pour Amazon. Bravo à tous ceux et toutes celles qui se sont jetés sur les catalogues en ligne de ces compagnies ! Ce qui fait que les GAFA traversent la crise sans encombre ! Apple, et Microsoft valent toujours largement plus que 1000 milliards de dollars en Bourse. La valeur d’Amazon a elle augmenté de 25% depuis le début de l’année ce qui représente pas moins de 300 milliards de dollars de plus ! Sans parler, nous l’avons déjà évoqué, des conditions de travail de ses salariés, toujours plus désastreuses en ces temps de pandémie.…
Instinct grégaire ou panurgisme ? Vivre en troupeau en se pensant libres ! Voici ce qui résume notre attitude ! Dans ces temps de confinement, mais déjà bien avant, c’est avec quelques gadgets en guise de cadeaux, ces fameux goodies, c’est avec des outils et des plateformes, que ces compagnies font mine d’apporter la liberté individuelle, l’accès illimité à la série que tout le monde veut voir, alors que le seul objectif n’est que de faire entrer le plus de monde possible dans le grand troupeau des consommateurs. 
300 milliards de plus pour Amazon, voilà ce que le confinement, l’occupationnel en troupeau a pour effet ! 
Nous dépensons 50000$ en 20 secondes sur Amazon. Et tout cela n’est rien d’autre qu’un grand nombre d’individus se pensant libres qui se dirigent librement en troupeau vers les marchandises que le bon système capitaliste numérique fabrique pour lui, saupoudré d’un discours de liberté ! 
Une mise en pâture savamment orchestrée… 

Nous sommes le 7 mai 2020, nous sommes en semaine 8 et jour 52 d’enfermement. 
Le mot ce soir dans les Nowakowskismes est désobéir ! 
Désobéir face à l’installation d’un monde de surveillance, désobéir en ces temps de privation de liberté sous couvert d’état d’urgence sanitaire. Savez-vous que l’état d’urgence sanitaire, d’ailleurs prolongé jusqu’au 24 juillet, permet de casser les règles du droit du travail, de porter la durée quotidienne maximale de travail à 12 heures au lieu de 10 heures, de réduire le temps de repos entre 2 journées de travail à 9 heures à la place de 11 heures, d’augmenter la durée maximale de travail hebdomadaire à 60 heures contre 48 heures et d’étendre le travail du dimanche.  
Donc désobéir quand confinés, infantilisés, sidérés autant que terrorisés par les informations COVID imposées en continu, nous sommes devenus spectateurs impuissants, et anéantis de ce qui se joue sans nous, ou « pour notre bien ». Par la force des choses, les rues se sont vidées, et tels des enfants rendus peureux, nous attendons de connaître le sort que le pouvoir nous réserve. 
Désobéir et redevenir adultes, désobéir parce que capables de comprendre et d’imposer d’autres choix, y compris économiques et sociaux. Désobéir, parce qu’en ce moment, nous prenons des coups sans pouvoir les rendre, nous parlons dans le vide et nous le savons, dans un climat poisseux de colère inemployée. 
Désobéir face à ce qui s’installe parce que voyez plutôt..! 

Dans les universités, et nombreux ont alerté sur ce qui s’annonce au sein même des universités mais aussi à la Quadrature du net, pour les examens qui arrivent, le gouvernement recommande officiellement aux établissements d’enseignement supérieur la télésurveillance des examens à l’aide de dispositifs invasifs, discriminants et manifestement illégaux : reconnaissance faciale, vidéosurveillance par webcam et smartphone, détection de bruits suspects…  En mars, le ministère de l’Enseignement supérieur a publié un « plan de continuité pédagogique » composé de plusieurs fiches visant à accompagner les établissements dans le contexte de la pandémie. Par exemple, la fiche n°6 « Évaluer et surveiller à distance » indique que « les examens écrits nécessitent une télé-surveillance particulière qui permet de vérifier l’identité de l’étudiant et d’éviter les fraudes. Ils nécessitent donc un recours à des services de télésurveillance ». Dans cette fiche, on y trouve une une liste de fournisseurs de services recommandés parce « qu’ils ont l’habitude de travailler avec des établissements d’enseignement supérieur ».
Cette liste fait donc la promotion d’outils de surveillance extrêmement invasifs, dangereux et profondément discriminants avec au programme tout ce qu’on adorons dans les Nowakowskismes à savoir, la reconnaissance faciale, la vidéosurveillance continue avec analyse comportementale, l’utilisation simultanée des webcams de l’ordinateur et du smartphone, jusqu’à la détection de bruits suspects dans l’environnement proche de l’étudiant. Ainsi Managexam propose des solutions de surveillance audio et vidéo, avec « prise de photos fréquentes, régulières ou aléatoires » ou « vidéo captée en continu » afin de repérer « automatiquement les anomalies pouvant survenir dans la session d’évaluation grâce à une recherche et une classification visuelle de l’environnement des candidats ». Proctorexam propose une « technologie avec deux prises de vues simultanées sur l’étudiant (webcam+appli smartphone) » et Evalbox, qui propose « des algorithmes d’analyse comportementale pour détecter les comportements suspicieux ». TestWe, la solution qui revient souvent dans les média, offre un système de photographie de la carte d’étudiant ou d’identité par webcam « pour vérifier que la bonne personne est en face de l’écran ». Son PDG, Benoît Sillard, qui a été sous-directeur aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement scolaire et supérieur (SDTICE) au Ministère de l’Éducation nationale puis Délégué interministériel aux usages de l’internet auprès du ministre de la Recherche, se vante également de mettre « en place actuellement un système à double caméras, celle de l’ordinateur qui filme par l’avant, et celle de votre smartphone qui filme l’ensemble de la pièce, pour vérifier qu’il n’y a pas un deuxième ordinateur ou quelqu’un en train de vous souffler ». Enfin, Smowl « utilise un algorithme de reconnaissance automatique des visages pour vérifier l’identité de l’utilisateur en ligne et un système qui détecte les comportements incorrects ».
Malheureusement pas nouveaux, ces outils sont déjà utilisés par plusieurs établissements et plus de 50 universités et écoles seraient en train d’envisager ce type de procédés ! 
Désobéir est urgent quand des universités effacent la liberté pour des raisons d’efficacité ! 

Désobéir face à la surveillance généralisée qui s’installe, parce qu’il existera bien un système de traçage officiel permettant l’accès à un maximum d’informations sur l’état de l’épidémie en France. L’application StopCovid est elle annoncée pour le 2 juin ! 
Le projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire soumis au Parlement à partir de lundi 4 mai doit organiser le suivi des personnes susceptibles d’être contaminées par le Covid-19. Pour cela, le gouvernement prévoit de se doter de deux fichiers avec des données partagées médicales ou non. Ainsi lorsqu’une personne sera testée positive au Covid-19 , elle apparaitra dans un premier fichier, appelé « Sidep » recensant toutes les personnes testées positives par les laboratoires de biologie médicale. Les personnes qu’elles auraient côtoyées, seront fichées dans un deuxième fichier nommé « Contact Covid », inspiré du site de l’Assurance-maladie. Il permettra d’avoir les coordonnées des personnes à contacter afin d’être testées et si besoin isolées pour empêcher la propagation du virus. 
Pour effectuer ce travail d’identification des malades à partir du 11 mai, des « brigades sanitaires » qui ont été gentiment rebaptisées « brigades d’anges gardiens » par le ministre de la santé seront déployées. D’ailleurs, ces brigades d’anges gardiens inspireront certainement un prochain épisode de la Poétique du chaos. Ainsi 3 à 4 000 personnes médecins ou non médecins seront affectées à cette mission.
En clair, pour l’instant, le traçage des contacts ne reposera pas sur une application installée sur les téléphones des Français, mais sur les personnels autorisés à le faire par le gouvernement. 
Un nouveau mot de la novlange apparaît alors c’est le « contact tracing » qui va se décliner en trois niveaux de surveillance. 
Le tracing de niveau 1 sera exercé par les médecins, les professionnels de santé de premier recours en ville comme à l’hôpital, pour définir le premier cercle des cas, contacts potentiels de malades. Le tracing de niveau 2 sera organisé par l’Assurance-maladie. Il visera à enrichir la liste des contacts potentiels au-delà de ce premier cercle, de vérifier qu’aucune personne potentiellement malade n’a pu échapper aux premier tracing et donner des consignes aux intéressés. Le tracing de niveau 3 est organisé, comme c’est le cas depuis le début de l’épidémie, par les Agences régionales de santé. Il s’agit d’identifier des chaînes de contamination des chaînes de transmission, en d’autres termes, les clusters. 
Et donc le 11 mai, nous allons sortir de l’enfermement, pour une vie en liberté surveillée. Afin de faire respecter les règles, le port des masques, …, le projet de loi prévoit d’étendre les pouvoirs de verbalisation à plusieurs catégories d’agents qui pourront, dès le 11 mai, « constater le non-respect des règles de l’urgence sanitaire et le sanctionner ». Ces agents qui verbaliseront sont les adjoints de sécurité, les gendarmes adjoints volontaires, les réservistes de la police et de la gendarmerie nationale, les agents de sécurité assermentés dans les transports et les agents des services de l’autorité de la concurrence pour les commerces. 
Nous serons déconfinés mais au prix de contrôles accrus. Nous passerons de l’enfermement à l’examen, de l’isolement à la surveillance, par la massification des tests, l’identification des cas-contacts, la mises en place de brigades d’anges gardiens, le plan de mise à l’abri, le quadrillage géographique départemental, le kilométrage limité. Nous allons troquer une restriction de liberté physique contre une restriction de liberté psychologique. Tout sera vu, visible, traçable, traqué, justifiable, justifié. Nos comportements seront moins limités mais davantage conditionnés parce que hautement contrôlés. Devenir moins libres tout en l’étant plus, voilà le tour de passe-passe.
De plus, tout ce dispositif est une mise en parenthèse du secret médical alors qu’on constate déjà les attitudes hostiles de certains voisins à l’égard de soignants. On peut craindre avec ce signalement des personnes malades, des risques de stigmatisation et de discrimination y compris dans l’environnement professionnel.
Donc, à une époque où la complexité est sans borne, il nous faut déceler, dans ce qui se met en place, le travestissement de la domination en protection et, de la permission en liberté. Et je ne peux résister à Tocqueville qui écrivait il y a plusieurs siècles dans « De la démocratie en Amérique » : «Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. (…) le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger ». 
Méditons cela ! 

Et donc désobéir c’est déjà faire une liste pour mettre en mots ce que nous pouvons faire. 
Désobéir est un des métadroits décrits par Antoinette Rouvroy. 
Désobéir c’est être responsable, et être responsable c’est donner du sens à sa et à la vie, dans l’action et dans l’engagement. 
On peut désobéir quand on supprime l’adoration du ou des chefs.
On peut désobéir en cessant de surestimer le coût, les conséquences négatives de la désobéissance.
On peut désobéir en cessant de se détourner des questions importantes.
On peut désobéir en refusant de s’habituer, de s’accommoder à l’obéissance.
On peut désobéir en cessant d’avoir peur du chaos, du jugement des autres, de l’ostracisation, des conséquences.
On peut désobéir en cessant d’être zélé, de surobéir, de servir les autorités aliénantes.
On peut désobéir en refusant le confort de la soumission et de la déresponsabilisation.
On peut désobéir en refusant de se couper de la réalité, aussi moche et atroce soit-elle.
On peut désobéir en refusant d’agir de façon automatique.
On peut désobéir en étant guidé par sa propre conscience et non celle d’idéologues, de dogmatiques, d’autorités aliénantes…
On peut désobéir en ne laissant pas un autre penser à notre place.
On peut désobéir en se découvrant irremplaçable pour aider autrui à être plus libre et non lui être soumis ou vouloir le soumettre.
On peut désobéir en découvrant l’impossibilité de se dérober à la tâche.
On peut désobéir en refusant la « neutralité » car la neutralité a pour effet de masquer sa responsabilité.
On peut désobéir en se libérant des illusions de la liberté.
Désobéir ne consiste pas à opposer raison et émotion, en privilégiant l’un ou l’autre, mais bien à réconcilier l’un et l’autre, l’un offrant un cadre à l’autre, et réciproquement.
Donc désobéir, c’est agir chacun à son niveau, et ça peut se faire : 
en hackant les contrôles, les « verrous », les symboles de pouvoir et tout ce qui représente ou bloque la liberté, l’autonomie, l’autodétermination ;
en occupant et en défendant des zones pour les soustraire au contrôle ou à une domination nuisible, insensée, destructive et contraire à la dignité humaine ;
en sabotant ;
en infiltrant les milieux problématiques puis en détournant de l’intérieur les mécanismes de destruction ;
en décidant de vivre selon le modèle de vie qu’on veut vivre ;
en détournant son travail pour en faire autre chose ; 
en libérant l’information ;
en donnant gratuitement ce qui est censé apporter du profit à des dominants ;
en aidant et en soutenant l’autre
Tout cela et plus encore peut se faire furtivement, publiquement, l’un n’est pas meilleur que l’autre, tout dépend des situations, et de l’efficacité possible de l’action. Les terrains d’actions peuvent être très divers, allant de la place publique à la rue, en passant par l’entreprise ou l’école, jusque sur le web.
Hacker, gripper, détourner c’est faire acte de non-violence, puisqu’il s’agit de condamner ou d’enlever de la violence. 
Enfin désobéir pour s’opposer à ceux qui perpétuent des dominations, les injustices et les oppressions. Désobéir,  c’est s’élever contre l’esprit de cour, c’est sortir du troupeau pour enfin être libre. Et revenons pour terminer à Tocqueville, désobéir pour éviter que la « nation [ne devienne] un troupeau d’animaux timides et industrieux » délivrés du « trouble de penser ».

Références et sources 
https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-eco/la-chronique-eco-02-mai-2020 
https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-04-mai-2020 
https://www.laquadrature.net/2020/04/30/crise-sanitaire-la-technopolice-envahit-luniversite/
Projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire et complétant ses dispositions https://fr.scribd.com/document/459488341/Projet-de-loi-prorogeant-l-etat-d-urgence-sanitaire-et-completant-ses-dispositions#from_embed%20 
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/05/HALIMI/61785 
https://lejournal.cnrs.fr/articles/des-applis-numeriques-pour-lutter-contre-la-pandemie-quels-problemes-ethiques 
https://www.hacking-social.com/2019/12/03/comment-desobeir-quelques-listes/
Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique. Œuvres II, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1992 
La désobéissance civile. Henry David Thoreau https://nowakowski.hypotheses.org/177 

Nowakowskismes 4.19. « Confinement semaine 7, jour 45 – Poétique du chaos, part 2, la loterie… »

Nous sommes le 30 avril 2020, nous sommes en semaine 7 et jour 45 du confinement. 
Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !
Ce soir, les Nowakowskismes continue leur exploration de la « Poétique du chaos  » et l’épisode 2 s’intitule « La loterie ». Accrochez-vous ça va faire mal !

Ce matin de juin était clair et ensoleillé, et déjà une chaleur accablante pesait sur cette journée d’été. Le silence régnait dans la rue privée de voitures et du chant des oiseaux. Seuls l’herbe et de maigres adventices avait envahi les trottoirs. Les gens du quartier commencèrent à se rassembler sur la place vers dix heures pour participer à La loterie. Dans les autres quartiers, on faisait de même, et dans les autres villes aussi. Dans certaines grandes villes, là où la concentration d’humains étaient plus forte, la loterie devait durer plusieurs jours, elle avait même certainement déjà commencé. 
Dans ce quartier de cette ville moyenne des régions de l’est, dans lequel ne vivaient que quelques centaines de personnes, la loterie ne durerait qu’une partie de la journée. C’est pour cela qu’elle pouvait sans problème démarrer à 10 heures du matin afin de permettre aux habitants de rentrer le soir pour prendre leur « apéro ». A midi, les habitants se contenteraient d’un repas tiré du sac. 
Une fois dehors, les enfants se réunirent les premiers tandis que les adultes étaient disséminés de-ci de-là. L’école étant fermée ou en accès limité depuis des mois, ce sentiment de liberté réduite avait du mal à passer malgré tout chez la plupart d’entre eux. Naturellement, ils avaient tendance à se rassembler tranquillement, à se rapprocher les uns des autres parfois timidement pendant un certain temps, avant de se mettre à jouer bruyamment et à évacuer le trop plein d’énergie accumulée. Leurs conversations portaient sur la classe qui n’avait pas vraiment repris, les programmes qu’ils regardaient sur les réseaux, les devoirs et les réprimandes et brimades qu’ils avaient dû endurer. 
Certains, comme conditionnés, avaient déjà rempli leurs poches de pierres, et tous les autres en firent autant, sélectionnant les pierres les plus lisses et les plus rondes. Les filles quant à elles s’étaient mises de côté, discutant entre elles, regardant par dessus leurs épaules, les garçons.
Les hommes commencèrent à se rassembler, à surveiller leurs propres enfants, à parler de la pluie et du beau temps, de la chaleur qui s’installait plus forte encore, des derniers discours politiques diffusés sur les réseau câblés, ou de rien. Certains se taisaient. Et se silence était lourd de sens. Ils se tenaient néanmoins ensemble, loin du tas de pierres qui grossissait dans un coin de la place inondée par les rayons du soleil. Quelques blagues fusaient, il semblait régner quelque chose d’une sorte de bonne humeur. Les femmes, certaines en tenues de sport, d’autres sur leur 31 arrivèrent peu après leurs hommes. Elles se saluaient et échangeaient quelques petits mots gentils et courtois avant de rejoindre leurs maris. 
Puis, femmes et hommes réunis, ils commencèrent à appeler leurs enfants afin qu’ils viennent les retrouver… à contrecœur, à pas lents, abandonnant les autres, et ces instants de liberté.
La loterie était supervisée depuis aussi loin que les habitants s’en souvenaient par un représentant de la métropole, évidemment pas toujours le même, chargé des activités civiques. Pour cette Loterie-ci, c’était un homme rond et jovial qui s’avançait. Quand il arriva sur la place, il portait la boîte en bois noir. Aussitôt, un murmure parcourut l’assemblée. Il fit signe de la main et on lui apporta une table assez large qui fut installée au centre de la place. La boite noire fut placée dessus bien en évidence, et il prit place à côté ouvrant un grand registre relié comportant l’année de la Loterie en chiffres argentés comme patinés par les années. Les habitants gardèrent leurs distances, laissant un large espace entre eux et la table, et surtout, entre eux et la boite. 
L’équipement original de La loterie avait été distribué il y a bien des années. Depuis, il avait été perdu. La boîte noire, en monolithe miniature qui trônait sur la table, semblait absorber la lumière qui se faisait de plus en plus intense. Elle avait été mise en service bien avant que le plus âgé des enfants présents naisse. Elle présentait de multiples éraflures, fissures et irrégularités d’origines inconnues, cicatrices du temps certainement, mémoires de débordements publics oubliés aussi. Souvent, il avait été envisagé la fabrication d’une nouvelle boîte, mais jamais personne n’avait osé bouleverser la tradition représentée par cette boîte noire. De plus, cette boite portait en elle sa propre histoire. Elle avait été fabriquée en récupérant quelques morceaux de la boîte qui l’avait précédée, celle qui avait été fabriquée quand le monde était devenu celui qui était le leur. Chaque année, après la loterie, les discussions revenaient invariablement sur le sujet de la fabrication d’une nouvelle boîte, mais chaque année, le sujet était oublié et rien n’était fait. Comme si une amnésie soudaine s’abattait sur l’instant passé. La boîte noire se détériorait au rythme des années, et de la succession des Loteries. 
Le fonctionnaire déverrouilla la boite et en vérifia le contenu. Des feuilles de papier pliées en deux étaient savamment ordonnées. Il entreprit de les éventer soigneusement. La nuit avant La loterie, les papiers étaient remplis au siège central, sur la base de directives reçues du pouvoir central, et mis dans la boite. Elle était ensuite enfermée dans le coffre fort gardé jusqu’à ce que l’heure soit venue, et que le fonctionnaire vienne la chercher le matin même de La loterie. Le reste de l’année, la boîte était rangée dans le local où étaient auparavant entreposées les urnes qui servaient pour les élections démocratiques. C’était il y a de cela bien longtemps.
Il y eu un peu d’agitation dans les instants précédant le moment où le fonctionnaire allait déclarer la session ouverte.
La loterie démarrait quand le fonctionnaire avait prêté serment s’engageant à veiller au bon déroulement de La loterie. Traditionnellement, et quand c’était possible, une petite formation de musiciens membres de l’ancien orchestre de la ville donnait un petit concert, concert joué sans trop d’entrain, ni de conviction. À l’origine, Il y avait aussi un salut rituel, que le fonctionnaire de la loterie devait adresser à chaque personne qui viendrait puiser dans la boîte, mais cela avait également changé avec le temps. Depuis quelques années, ce protocole avait été raccourci à son plus simple élément. Aussi, avait-il été jugé indispensable que le fonctionnaire ne parle qu’à la personne qui s’approchait de la boite au moment de cocher son passage sur le registre d’état civil.
Au moment, où le fonctionnaire cessa finalement de parler, et se tourna vers les gens assemblés, arriva en courant un des habitants, s’excusant platement de son retard et dans un souffle dit : « J’avais oublié que nous étions ce jour du mois de juin… ». Il tendit le cou pour voir à travers la foule et y retrouver des visages connus pour se rassurer. Les gens s’écartèrent, avec comme une bouffée de bonne humeur inattendue, pour le laisser passer à travers leurs rangs. 
«Eh bien, maintenant», dit sobrement le fonctionnaire, « je suppose que nous ferions mieux de commencer, d’en finir, afin que nous puissions retourner chez nous et prendre notre « apéro » tranquillement ? » 
Un silence soudain tomba sur la foule alors que le fonctionnaire se raclait vulgairement la gorge pour éclaircir sa voix. Il regarda la liste. 
« Tout est prêt ? » 
«Je vais commencer d’abord par les noms des chefs de famille ! »
Les hommes arrivèrent un à un à l’appel de leur nom et prirent un papier de la boîte. 
Le fonctionnaire reprit alors la parole : « Gardez le papier plié dans votre main sans le regarder jusqu’à ce que tout le monde ait eu son tour. C’est clair ? »
Les gens présents l’avaient fait tellement de fois qu’ils n’écoutaient qu’à moitié les instructions. La plupart d’entre eux étaient silencieux, ne regardant pas autour d’eux. Le premier homme se dégagea de la foule, et s’avança. Lui et le fonctionnaire se sourirent nerveusement. Il fouilla dans la boîte noire et en sortit un papier plié. Il le tint fermement par un coin alors qu’il faisait demi-tour et retournait rapidement à sa place dans la foule, sans regarder sa main.
La litanie de la lecture de la liste débuta et les hommes commencèrent à défiler chacun à leur tour devant la boite. 
Dans les rangs, quelques chuchotements, « Il semble que les loteries sont de plus en plus rapprochées ! » , une autre voix au dernier rang reprenant : « On dirait que nous avons fini avec la dernière, il n’y a que quelques jours ! » 
Les femmes retenaient leur souffle quand leur homme s’avançait devant la boite. 
Dans la foule, de plus en plus d’hommes tenaient les petits papiers pliés dans leurs grandes mains, les retournant encore et encore nerveusement. Les froissements de feuilles se faisaient entendre et ajoutaient à l’anxiété ambiante.
« Il paraît que dans d’autres villes, ils auraient renoncé à la loterie » dit une voix jeune. 
D’autres voix répondirent : « Si on écoutait les jeunes, il faudrait revenir aux temps anciens, enfermés, et personne qui ne travaille ! » 
« De toute façon, la loterie est là depuis toujours, et elle est nécessaire ! » 
Après cela, il y a eu une longue pause. Certains en profitèrent pour casser la croute. Les hommes gardaient le papier bien plié dans leurs mains. Puis ce fut le tour des femmes et des adolescents. 
« N’oubliez pas », a rappelé le fonctionnaire, « prenez les feuillets et gardez-les bien pliés jusqu’à ce que chaque personne en ait pris un ! » 
Les gens commencèrent à regarder autour d’ eux pour voir les têtes et les familles qui se regroupaient. 
« Eh bien, tout le monde, nous avons bien avancé, mais il faut nous dépêcher un peu plus pour rester dans les temps » a déclaré le fonctionnaire en consultant la liste et le nombre de personnes qu’il restait à appeler.
Des groupes se formaient, et on distinguait très bien les différences. Ceux qui ne voulaient pas faire de vague, ceux qui faisaient partie de l’élite locale, ceux et celles qui se fondaient dans la masse, et un peu à l’écart, les artistes, les marginaux, ceux que la communauté tolérait. 
Les adolescents s’approchèrent. 
Le fonctionnaire demanda à ce qu’on aide le petit Christophe, c’est la première fois qu’il était appelé devant la boite.  
« Prends le papier dans la boîte, Christophe », déclara le fonctionnaire. Christophe mit sa main dans la boîte en souriant timidement. Il s’éloigna en gardant précieusement le papier plié dans son poing serré. Puis ce fut le tour d’une jeune fille, Christelle. Elle avait environ quinze ans, elle avança en respirant profondément, elle hésita, signa le registre et, regardant autour d’elle, elle arracha un papier et le tint derrière elle en retournant dans les rangs. 
Et ce fut le tour du dernier de la liste. 
« Très bien chers amis » dit le fonctionnaire. 
Pendant une minute, personne ne bougea, puis toutes les feuilles de papier furent ouvertes.
Les gens commencèrent à regarder autour d’eux pour voir les expressions sur les visages. Certains se tenaient silencieusement, d’autres regardaient le papier dans leur main. Il y eu des soupirs de soulagement, certains ouvrirent leur papier en même temps, et pouffèrent de rire en se tournant vers la foule tenant leurs papiers au-dessus de leurs têtes.
Soudain, un murmure s’éleva et gonfla, les femmes commencèrent à parler en même temps, les voix s’élevèrent et une question commença à envahir l’espace sonore de la place : « Qui est-ce ? Qui est désigné ? »
Tous les regards commencèrent à se tourner vers quelques-uns. 
Le vide se fit autour d’eux. Ils regardaient leurs papiers, et on distinguait très bien dessus une tache à l’encre rouge. Telle un sceau. Tous les autres avaient dans leur main, une tache à l’encre verte. 
Leurs lèvres formaient les mots : «  ce n’est pas juste ! »
Bien que les habitants aient oublié les origines réelles du rituel, perdu la boîte noire d’origine, ils n’avaient jamais contesté la loterie. Ils n’avaient pas non plus oublié d’utiliser des pierres sans même se demander d’où venait cela. C’était comme ça et, ce qui se passait de génération en génération, c’est que la loterie était indispensable à la survie de la communauté humaine. 
Le tas de pierres tel que les garçons l’avaient fait en début de journée était prêt. 
« Ce n’est pas juste ! » 
Les habitants, ils étaient au nombre de 7, dont le papier était marqué de rouge s’agitaient. Et la foule commençait à les encercler. 
Les enfants avaient déjà des pierres en main. Et on s’était arrangé pour donner quelques petits cailloux aux plus petits.
« Ce n’est pas juste ! » s’élevait mais les mots commençaient à se noyer dans le brouhaha de la foule s’agitant. 
Chacun avait choisi sa pierre. Pour certains, plus grosses, d’autres l’avaient choisi plus affutée, … il y avait des pierres sur le sol et aussi les papiers marqués de vert qui avaient été sortis de la boîte. 
Le groupe des 7 était maintenant au centre d’un espace dégagé, et certains d’entre eux tendaient désespérément les mains alors que les habitants se dirigeaient vers eux. 
« Ce n’est pas juste », fut-il dit. 
Une première pierre fut lancée et frappa sur le côté de la tête celui qui venait de parler. 
« Ce n’est pas juste, ce n’est pas juste »…. 
Puis la foule fut sur eux. 
Quand tout fut terminé, le fonctionnaire prit une dernière fois la parole. 
« Chers et chères compatriotes, avant de vous laisser rentrer chez vous pour prendre votre apéritif de fin de journée bien mérité, souvenons-nous que la Loterie est là pour nous protéger. Elle a été mise en place par nos ancêtres dans des temps de douleur, nos ancêtres qui, par leurs sages décisions, ont réussi à préserver l’humanité. À cette époque, ceux qui étaient marqués de rouge étaient des dangers pour les autres et devaient être sortis de la société. 
Génération après génération, La loterie, la boite noire sont devenues les justes continuations des décisions qui ont permis aux hommes d’être toujours là. Être marqué du rouge, c’est n’avoir pas été jugés dignes de perpétuer l’histoire. 
Chers et chères compatriotes, la Loterie c’est la vie, la Loterie est notre héritage. Elle est ce que nous devons aux sacrifices des générations qui nous ont précédés. 
Chers et chères compatriotes, rendez-vous à notre prochaine loterie ».

Je vous laisse méditer cela. 
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. 
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

À Hongkong, on impose un capteur au poignet des personnes en quarantaine. Cette option fait l’objet de tests et de propositions en Italie, en Corée du Sud et au Liechtenstein pour certaines catégories de citoyens à risque. En Belgique, il est envisagé de tester un bracelet « intelligent » permettant de vérifier la distance physique entre les individus. En France, c’est StopCovid. Cette application a vocation à être installée sur tous les smartphones, mais elle vise tous les citoyens, malades ou non. Ainsi chaque jour, toutes nos interactions humaines seraient enregistrées par un outil de surveillance étatique, sur lequel pèse l’ombre d’intérêts privés d’entreprises technologiques.
Le consortium universitaire européen Pan-European Privacy Preserving Proximity Tracing (PEPP-PT) a vu le jour à la suite de la pandémie. Des « scientifiques de bonne volonté », des géants de la « tech », évidemment les « start-up » et des intérêts politiques se sont attelés dans l’urgence et sans réfléchir à la conception du capteur de contacts le plus puissant possible, et ce « dans le respect des lois ». Ce projet combine les intérêts économiques d’acteurs privés, tels les grands groupes industriels nationaux, le secteur automobile et les banques en Italie, les télécoms et les professionnels de l’hébergement informatique en France, mais surtout les GAFA. Ce ne sont pas Facebook et Amazon, mais Google et Apple qui ont tout de suite proposé d’héberger les applications de suivi de contacts sur leurs plateformes. Au-delà des aspects technologiques, la menace vient aussi des ambitions de certains milieux politiques européens de pouvoir s’enorgueillir de leur volonté de lutter contre l’épidémie, détermination matérialisée par le déploiement à grande échelle de cette solution technique utilisant les données personnelles. Parce que StopCovid n’offre aucune garantie sur les finalités exactes de la collecte de ces données et à aucun moment tous ces apprentis sorciers n’ont pas réfléchi à la phase qui suit la collecte, au traitement qui sera fait de ces informations sensibles, quels algorithmes les analyseront, avec quelles autres données seront-elles croisées ? Que se passerait-il, par exemple, si une plateforme de livraison à domicile décidait (cela s’est passé récemment en Chine) de donner des informations en temps réel sur la santé de ses coursiers ? Comment pourrait-on empêcher un employeur ou un donneur d’ordres de profiter dans le futur des données sur l’état de santé et les habitudes sociales des travailleurs ? Regardez les petits scénarios qui ont été imaginés par un groupe de chercheurs dans ce petit article très pédagogique intitulé « Le traçage anonyme, dangereux oxymore ». 
Face à ces enjeux, c’est l’implication à parts égales des citoyens, des institutions, des organisations et des territoires qui nous permettra de repenser notre rapport à la technologie et à ce modèle imposé de gouvernance StopCovid centré aux mains d’une poignée d’acteurs étatiques et marchands et n’offrant aucune garantie contre l’évolution rapide de l’application en un outil coercitif, imposé à tout le monde. Un tel dispositif entraînerait un recul fondamental en matière de libertés tant sur la liberté de déplacement, notamment entre les pays qui refuseraient d’avoir des systèmes de traçage ou qui prendront ce prétexte pour renforcer leur forteresse, que sur la liberté de travailler, de se réunir ou sur la vie privée. Les pouvoirs publics, les entreprises et les chercheurs qui, dans le courant des dernières semaines, sont allés de l’avant avec cette proposition désastreuse, ressemblent à des apprentis sorciers qui manient des outils dont la puissance destructrice leur échappe. 

Références et sources 
Le traçage anonyme, dangereux oxymore. https://risques-tracage.fr
https://www.laquadrature.net/2020/04/14/nos-arguments-pour-rejeter-stopcovid/
« StopCovid est un projet désastreux piloté par des apprentis sorciers » https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/25/stopcovid-est-un-projet-desastreux-pilote-par-des-apprentis-sorciers_6037721_3232.html 

Nowakowskismes 4.18. « Confinement semaine 6, jour 38 – Écoumène… »

Nous sommes le 23 avril 2020, nous sommes en semaine 6 et jour 38 du confinement. Pour ce soir, de nombreux thèmes se pressaient pour faire Nowakowskismes. J’ai failli vous parler encore de ce monde, de ces temps, des dérives et des questions que soulève cet enfermement, de la planète, et puis, non, j’ai changé d’avis. J’ai décidé de vous parler lectures, évasions, une parenthèse pour observer notre situation autrement. Ce soir, c’est avec des camarades magiciens que nous serons. Camarade, vient de l’italien a camerata (« chambrée ») désigne celui ou celle qui, en partageant les occupations, la vie d’une ou de plusieurs personnes, contracte avec elles une sorte d’amitié et une communauté d’intérêts. Alors avec les camarades Alan Moore et Ursula Le Guin, nous serons des magiciens parce que « la magie est la mère de l’art. Rien à voir avec Harry Potter ou Dr Strange ! Il s’agit de créer quelque chose à partir de rien, d’insuffler une étincelle dans une matière inerte. » 

Et cette matière inerte dans laquelle l’étincelle été insufflée, c’est 10 ans de travail, 1266 pages, plus d’un million de mots pour 3,6 millions de signes ! La magie est un roman, un grimoire, une évasion pour les semaines qu’il nous faudra encore vivre enfermés, un univers, intitulé dans sa version française, Jerusalem ! Et son auteur c’est Alan Moore. 
Né le 18 novembre 1953 à Northampton en Grande-Bretagne, Alan Moore est une star de la contre-culture anglaise, scénariste adulé de bandes dessinées cultes telles que Watchmen, V for Vendetta et From Hell. Alan Moore est d’autant plus respecté que, parce que, mécontent de les voir adaptées au cinéma, il a refusé d’en toucher les royalties et d’avoir son nom inscrit aux génériques. Alan Moore est un être rare complètement raccord avec ce qu’il est profondément, à savoir anarchiste et libertaire ! Alan Moore se présente aussi comme un magicien et un adorateur de Glycon, une divinité-serpent romaine, il suffit de jeter un oeil à ses photos pour s’en persuader.
D’abord les Boroughs et Northampton ! Ils sont un lieu mais également tous les lieux présents, passés et à venir, un point singulier de l’espace-temps, un lieu où tout individu y ayant vécu, y vit, y vivra et y est présent indéfiniment, d’ailleurs le temps n’a pas d’importance ici. On y croise « des choses datant d’un passé enfoui et qui dépassent malencontreusement dans le présent, des compromis dont les portails ne mènent nulle part, sinon dans un néant suggestif. » Le passé déborde dans le présent qui construit le passé vers un avenir comme un ailleurs à explorer et à découvrir, ailleurs déjà écrit, tout en étant « libre de faire les choses les plus scandaleuses uniquement parce que [les] actes étaient déjà décidés dans ce que les autres appellent le futur, et parce qu’il n’y pas le choix. » Un espace qui libère du mirage confortable du libre arbitre. 
Les Boroughs servent alors de cartes et d’univers aux diverses trajectoires des personnages qui tissent ce grimoire, ce « livre des merveilles ». En effet, Jérusalem est imprégné de cette « science » qui tente d’excaver et d’expliciter par le surnaturel, la magie ou la divination, les mystères de la nature. En interrogeant sans cesse par ce prisme ésotérique les origines de Northampton, Moore concentre les grandes questions métaphysiques dans ce pré carré géographique et y répond. D’ailleurs, ce pré carré est défini par ses marges et certains, une famille, « Les Vernall étaient des personnes responsables de l’entretien des limites et des coins, des bords et des gouttières. […] Un Vernall s’occupait des limites, des marges du monde et des bas-côtés en friche de la raison séculaire. Voilà pourquoi, [ils] finissaient souvent fous et fauchés ».
Les drames personnels des nombreux personnages lui donnent l’occasion d’observer en divinité bienveillante les rouages de l’âme humaine, comme si l’univers était tout entier contenu dans ces êtres tourmentés de Northampton, comme si nous étions à la fois dans et en dessus de la vie qui s’y déroule. Tout comme Snowy Vernall la décrit vers la fin du XIXème siècle perché sur un toit alors que sa femme Louisa est en train d’accoucher de leur fille May à même la rue. « Son élévation avait proportionnellement rétréci et réduit le paysage, écrasant les immeubles de sorte que s’il venait à s’élever encore plus, il savait que les maisons, les églises et les hôtels finiraient par être comprimés en seulement deux dimensions, aplatis en un plan de ville ou en carte, une mosaïque étouffante où les routes et les rues étaient des lignes argentées et pavées cernant des tessons d’un noir industriel pour former un tableau digne de Milton. Depuis le faîte du toit, […] il pouvait voir [La Tamise], pas seulement un liquide en mouvement […]. De là, il pouvait voir l’histoire du cours d’eau figé sous sa forme, son chemin sinueux de moindre résistance à travers une vallée créée par l’effondrement d’une grande faille crayeuse quelque part au sud derrière lui, des blocs blancs s’écrasant dans de blanches volutes quelques dizaines de mètres plus bas et quelques millions d’années plus tôt. »
Moore écrit les Boroughs et ses habitants dans l’intégralité de leur chemin sinueux entre les effondrements et les blocs définissant la géographie des lieux, depuis l’aube des temps jusqu’à aujourd’hui, jusqu’à faire du lecteur un habitant à part entière de ce paysage.
Jerusalem est à la fois mystique et politique. 
Mystique parce que les âmes de Northampton sont un précipité de l’humanité, une histoire au-delà de l’histoire officielle, balisée par des lieux où « un passé enfoui […] dépasse malencontreusement dans le présent ».
Politique parce que le creuset ouvrier et pauvre des Boroughs symbolise depuis l’aube des temps, la lutte toujours inaboutie pour survivre dans un envinonnement difficile où « ce qui maintient en vie, […], ce n’est pas le destin [qu’on poursuit] mais le sort [qu’on fuit], pas une ascension mais rien d’autre qu’une tentative pour freiner sa chute ». Jerusalem est un monde, un réseau, un ensemble de rhizomes, des « touffes d’herbe émeraude, saillant obstinément entre les fêlures et les fissures », comme « la seule autre forme de vie », mots unissant les hommes, à la ville et au temps unissant les mots. Jerusalem c’est aussi des questions, comme Qu’est-ce que le temps ? Dieu existe-t-il ? L’âme est-elle immortelle ? Dans Jerusalem, « personne ne peut rien laisser derrière soi, tirer un trait et feindre que c’était du passé. Qu’il s’agisse d’actes, de paroles, de pensées. Ça restait là, quelque part en deçà, ça s’attardait éternellement ».
Jérusalem déroule donc un récit captivant duquel on n’en sort pas indemne. Il obsède, il colle à l’âme, il est philosophique, poétique, métaphysique, ésotérique, mystique et bien plus encore ! Parce que c’est en filigrane que Jerusalem agit, bouscule et oblige à porter un regard neuf sur ce qui taraude l’homme depuis la nuit des temps, dans cette quête du sens de l’existence, « ce sens […comme] la lueur de bougie [tanguant et changeant] dans les brises hasardeuses de l’instant, jamais le même ; le sens [comme] phénomène du Maintenant qui ne peut être contenu dans une rune ou un monolithe ; le sens [comme] un ouragan composé entièrement de présent, un tourbillon incessant de changement bouillonnant […]. »
Comme on peut s’y attendre, la folie rôde, les fantômes apparaissent, les anges parlent, des êtres surréels vivent dans les plafonds, « La boule, la boussole, le nord, les pédales : ils étaient plus d’un dans la famille d’Alma à les avoir perdus, a avoir eu « l’esprit tourné », […] par [cette] chose comme un angle abrupt dans le cours des pensées qu’on ne voyait pas venir comme on voit s’approcher le coin d’une rue. Il était invisible, ce coin, ou quasi, sans doute transparent à la façon d’une serre ou d’un fantôme. Cet angle n’obéissait pas aux mêmes lois que les autres, car une fois franchi, au lieu d’aller de l’avant, de descendre ou de partir sur le côté, il donnait ailleurs, dans une direction qu’on ne pouvait dessiner ni même concevoir, et une fois qu’on avait tourné à ce coin de rue mental on était à jamais perdu. On se retrouvait dans un labyrinthe qu’on ne voyait pas et dont on ignorait même l’existence, et tout le monde vous plaignait en vous voyant vous cogner partout, mais pas au point de vouloir rester votre ami comme c’était le cas avant. »
Alors démiurge, Moore échafaude une structure littéraire complexe, où chaque étape du récit se déroule comme un jeu de pistes, un labyrinthe « dont on ignorait même l’existence » et d’une terrible ingéniosité, superposant les personnages, chacun lié à une époque mais tous connectés entre eux et à Northampton, à des rues, des noms, des familles. On assiste à l’émergence d’un monde, qui contient tout le monde, et tout l’univers. Odyssée dans le temps, il y a quelque chose de l’Ulysse de James Joyce, ou encore quelque chose de Jim Harrison dans sa façon de démultiplier le temps et les personnages, dans une fresque humaine qui ne se révèle complètement qu’au dernier mot.
Alors soyez prêts à croiser les chemins contemporains d’Alma, une artiste peintre sujette aux visions, et de son frère Michael par deux fois mort et ressuscité, ceux d’un peintre de cathédrale, Ern Vernall, en 1865, qui perd la raison alors que, perché sur son échafaudage, il voit les fresques s’animer et lui délivrer un puissant message mathématique et philosophique, celui d’une jeune prostituée métisse, Marla, défoncée au crack qui parle à la braise de sa cigarette comme à un démon, glissant dans les rues enténébrées à la recherche d’une dose ou de quoi s’en payer une. Un saut dans le temps mène en 810, dans les pas du moine Peter chargé d’apporter, après avoir rencontré un ange à Jerusalem, une objet mystérieux, une relique, au « centre du monde ». Puis, ce sont les errances d’un sans-abri, Freddy, fantôme ou vivant errant dans les limbes de la ville, dans les limbes du temps dans un entre-temps marqué par la topologie de la ville et les histoires entremêlées qui font la ville, dont les rencontres sont de tous les temps. En 1889, c’est sur le faîte du toit d’une maison avec Snowy Vernall qu’on assiste à l’accouchement de sa femme en pleine rue, dans une élévation de la pensée vers les quatre dimensions de l’espace.
Tous sentent que sous la fine et fragile pellicule des choses, qui déjà se fissure, tremblent et se lèvent une foule d’entités. Et pour tous, « c’est comme s’ils étaient parvenus à la fin prédestinée de leur rencontre et devaient maintenant s’en aller, qu’ils aient fini ou non de parler. Ils devaient se dépêcher s’ils voulaient ne pas se mettre en retard, en occupant tous les espaces vides dans leurs futurs qu’il leur fallait remplir, tous les moments prédéterminés. »
Lambeth Walk, Castle Hill, l’hôpital St Andrews, le cimetière de Kingsthorpe, le Crown & Cushion, Abington square, Marefair, Bath street, le bureau de Georgie Bumble,… on vit dans ces rues, dans les histoires passées, présentes et à venir. Singularité dans l’espace-temps, « centre du monde », Northampton contient l’univers, dans un perpétuel entrelacement des histoires et des vies, et on ne s’échappe pas d’une singularité de l’espace-temps. De chapitre en chapitre, on franchit « un angle n’obéissait pas aux mêmes lois que les autres, car une fois franchi, au lieu d’aller de l’avant, de descendre ou de partir sur le côté, il donne ailleurs, dans une direction qu’on ne [peut] dessiner ni même concevoir, et une fois qu’on [a] tourné à ce coin de rue, on [est] à jamais perdu. »
D’époque en époque, on passe dans les mêmes quartiers, les mêmes rues, les mêmes pubs érodés par le temps, on explore l’urbanisme en devenir ou en ruines où errent les fantômes des temps passés, et surtout on s’immerge dans l’humain, l’humain fragile, l’humain en « strates fossiles de fantômes, accumulées les unes sur les autres et comprimées jusqu’à former […] un pétrole affectif », l’humain à travers les époques, où des hommes et des femmes se heurtent et se débattent, trinquent et s’étreignent ou sombrent brutalement dans la folie. Dans Jerusalem, chaque vie est immortelle, chaque instant humain, aussi humble soit-il, est une partie vitale de l’existence, où le moindre geste, la moindre pensée, laissent une trace éternellement vivante, une empreinte indélébile dans le fleuve sinueux du temps.
Jerusalem est donc ce patchwork de destins éclatés d’êtres de papier qui peuplent le Northampton et qui déambulent tels des fantômes condamnés à errer à l’infini selon un schéma préétabli. Jerusalem fait bien sûr écho au centre originel et mythologique des religions, dans ses aspects spirituels, ésotériques et mystiques, pour le moine Peter c’est d’ailleurs l’alpha et l’omega, là où tout commence et tout finit.
Jérusalem condense l’espace et le temps, convoque les fantômes du passé dans un ballet littéraire virevoltant, navigue en terre ésotérique, voisine avec le fantastique avant d’accoster sur les rives du réalisme. De Northampton à Northampton, de Jérusalem à Jérusalem, ce voyage dans les quatre dimensions de l’espace fait de Jerusalem un roman dont on ne sort pas indemne, et Jerusalem est la porte qui s’ouvre vers l’ailleurs et l’au-delà des murs de notre enfermement !
Moore est un poète, un magicien, un tisseur de mots qui sont la toile de l’univers, un colosse, un titan, mieux un Hephaïstos descendu de l’Olympe, installé à Northampton, qui, du marteau de sa forge et de la boue, réalise les objets merveilleux les plus fins, et magiques essentiels à l’élaboration de ce quelque chose qu’on appelle l’Humain.

Une autre camarade d’enfermement, c’est Ursula Le Guin. 
Avec elle, on se met à penser, dans notre coin à nous, notre coin d’avoine sauvage ou de maïs extraterrestre, que, plutôt que de renoncer à raconter des histoires, nous ferions mieux de commencer à en raconter d’autres, des histoires que les gens pourraient ensuite poursuivre lorsque l’ancienne sera achevée. Ursula Le Guin nous raconte merveilleusement que « lorsqu’elle a commencé à écrire des romans de science-fiction, [elle est] arrivée en trainant ce sac merveilleux lourd et rempli de trucs – [son] panier tout plein de mauviettes, de maladroits, de petites graines de choses plus petites qu’une graine de moutarde, de filets aux tissages emmêlés qui, lorsqu’on prend le temps de les dénouer, révèlent un galet bleu, un chronomètre qui donne imperturbablement l’heure d’un autre monde […] ».
Ursula Kroeber Le Guin — plus généralement appelée Ursula K. Le Guin — est une auteur américaine incontournable de la science-fiction née le 21 octobre 1929 à Berkeley et morte le 22 janvier 2018 à Portland en Oregon. Ses écrits qui accordent une grande importance aux sciences sociales comme la sociologie ou l’anthropologie délivrent souvent un message sur nous-même via l’invention de cultures extra-terrestres inhabituelles. Dans son oeuvre, il y a le Cycle de l’Ekumen. L’Ekumen est dérivé du terme « écoumène », un terme de géographie dérivé du grec qui signifie « j’habite » / « la maison ».
Le Cycle de l’Ekumen traite principalement des phénomènes induits par la rencontre entre deux mondes. 
Que se passe-t-il lorsqu’un peuple venu de l’espace souhaite entrer en contact avec les résidents d’une planète ?
Pour cela, l’Ekumen impose une éthique du transfert de la connaissance. En effet, si une civilisation est parvenue à vaincre le vide spatial, celle-ci dispose évidemment d’une avancée technologique sur le monde visité, et toute précipitation serait risquée. Les voyages interstellaires s’effectuent à vitesse infra-luminique (respect de la théorie de la relativité oblige) ce qui fait que les envoyés de l’Ekumen sont nécessairement des gens patients, et que l’Ekumen est une entreprise à très long terme. Cependant, la communication instantanée entre les membres de la « Ligue de Tous les Mondes » existe, par le truchement d’un dispositif appelé ansible. Ceci permet ainsi la mise en place d’une politique galactique.
L’Ekumen, c’est le partage libre de la connaissance, sans imposer quoi que ce soit à personne, sauf un minimum de droits de l’Homme et de restrictions de sécurité concernant les armes autorisées en temps de guerre, entre autres. Cependant, l’apport de la connaissance doit être mûrement réfléchi car il n’est pas sans conséquence sur l’équilibre socio-économique des populations visitées : toutes les vérités sont bonnes à dire, mais pas dans n’importe quel ordre ni à n’importe quelle vitesse !
L’Ekumen, c’est la combinaison de la sagesse et de la patience.
Presque chaque œuvre de ce cycle, que l’on peut lire dans un ordre quelconque, traite de situations que l’on pourrait rencontrer en dehors de la science-fiction. Je vous recommande deux titres particulièrement remarquables de ce cycle, La Main gauche de la nuit et Les dépossédés.
La main gauche de la nuit pose la question de l’identité sexuelle. Il dépeint une société très étrange dans laquelle les humains ont connu une évolution génétique différente. Ils ne sont ni homme ni femme d’ailleurs ils sont asexués la majorité du temps (la période de soma), jusqu’à ce qu’une « poussée hormonale » (le kemma) qui se produit une fois par mois leur fasse prendre de manière aléatoire l’un ou l’autre sexe. Les organes sexuels deviennent alors apparents. Toute la société prend évidemment en compte cette absence de différence sexuelle. L’absence de genre n’est pas le seul élément de cette société, c’est un monde complexe : le décompte du temps, le système politique, les relations familiales sont différents ; les conceptions des choses elles-mêmes le sont. 
Les Dépossédés est considéré comme une bonne description des mécanismes qui seraient développés par une société anarchiste, mais aussi des dangers de la centralisation et de la bureaucratie qui reprendraient facilement place dans une telle société. Dans Les dépossédés, on découvre un monde dans lequel une personne est jugée non pas par ce qu’il ou elle possède, mais par ce qu’il ou elle peut faire, et comment il ou elle entre en relation avec les autres êtres humains. Malgré cela, un monde décrit dès les premières lignes du livre par un mur, et la question est de savoir quel est l’espace qu’il enclot. Enfin, Les dépossédés s’appuie sur l’hypothèse Sapir-Whorf. L’hypothèse Sapir-Whorf soutient que les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques, ou autrement dit, que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage – en d’autres termes que l’accès au réel, jusque dans nos perceptions, ne se fait que par l’intermédiaire de sa représentation et de son interprétation. Les dépossédés est un roman sur tout ce qui nous maintient humain et qui pose la question du savoir, de la technologie, de l’humain, du travail.
Avant de nous quitter, juste une petite citation extraite des Dépossédés.
« Aucun homme ne possède le droit de punir, ou celui de récompenser. Libérez votre esprit de l’idée de mériter, de l’idée de gagner, d’obtenir, et vous pourrez alors commencer à penser. »
Je vous laisse méditer cela !

Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

Références et sources
Jerusalem, Alan Moore
« Dans la tête d’Alan Moore » https://www.arte.tv/fr/videos/075082-001-A/dans-la-tete-d-alan-moore-1-8-les-anonymous/ 
La main gauche de la nuit, Ursula Le Guin
Les dépossédés, Ursula Le Guin
« La théorie de la fiction-panier », Ursula Le Guin dans Socialter, Hors série, Le réveil des imaginaires