Nowakowskismes 4.10. « Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce… »

de https://www.nttdocomo.co.jp/english/binary/pdf/corporate/technology/whitepaper_6g/DOCOMO_6G_White_PaperEN_20200124.pdf

Ce soir les Nowakowskismes tiennent leur titre du poème de Richard Brautigan. Richard Brautigan né en 1935 et mort en 1984 était un écrivain et poète américain, proche de la Beat Génération et de la contre-culture américaine.  

« Il me plait d’imaginer 
(et ça doit arriver)
Une écologie cybernétique
Où libérés de nos labeurs
Et retournés à la nature
Auprès de nos frères et soeurs 
Mammifères 
Nous sommes tous surveillés 
Par des machines d’amour et de grâce ».

Ce soir, « tous surveillés par des machines d’amour et de grâce », les Nowakowskismes vont partir du rêve d’un poème pour explorer le cauchemar d’un monde cybernétique qui s’installe sans que nous ayons vraiment conscience. Je rappelle que la cybernétique est la science des systèmes complexes élaborée au milieu du XXième siècle par un mathématicien génial Norbert Wiener. La cybernétique vise à ordonner la vie entre l’homme et la machine. Enfin et pour information, cybernétique vient du grec « κυβερνητική » qui signifie gouverner et gouvernail. 

Pour commencer notre exploration, j’emprunte un exemple bien réel au dernier livre d’Olivier Tesquet intitulé À la trace, livre que je vous recommande chaudement. 
Prenez un badge… tout ce qu’il y a de plus banal aujourd’hui. Ce badge va évidemment servir à entrer dans un bâtiment, à entrer sur un parking, à accéder à l’ascenseur, … au restaurant de l’entreprise, aux transports, … Un badge, vous allez l’égarer aussi. 
Maintenant passez autour du cou le cordon du badge que la start-up Humanyze va vous proposer. Humanyze a d’abord été fondée sous le nom de Sociometric Solutions en 2010 à Boston. Son nom est un emprunt au psychiatre américain d’origine roumaine Jacob Levy Moreno qui a développé la sociométrie, la discipline qui cherche à étudier les relations interpersonnelles au sein d’un groupe afin de les cartographier en vue de réorganiser le travail. 
Donc Humanyze ainsi appelée depuis 2015 est un fournisseur de logiciels d’analyse des activités des personnes. Humanyze a été fondée par des étudiants en doctorat au MIT (Ben Waber, Daniel Olguin, Taemie Kim, Tuomas Jaanu) et leur professeur Alex Pentland. Sur la base de recherches menées au MIT Media Lab, la plateforme d’analyse des ressources humaines de Humanyze aide les entreprises à comprendre les données de communication de l’entreprise pour en découvrir des modèles décrivant la façon dont le travail est effectué. Cette plateforme d’analyse des ressources humaines de Humanyze porte le nom Humanyze Elements. Les professionnels des ressources humaines, des opérations et de l’immobilier d’entreprise utilisent donc Elements pour étudier en temps réel les données produites au sein d’un lieu de travail afin d’optimiser la prise de décisions en matière de santé organisationnelle, de stratégie du lieu de travail et d’optimisation des processus métier. Pour enrichir les modèles produits, Elements peut également agréger d’autres sources de données dont celles provenant de Microsoft Office Exchange, de Google Suite, de Skype et du Humanyze Badge. 
L’Humanyze Badge. Ce badge ressemble à s’y méprendre à n’importe quel autre moyen moderne d’entrer dans les locaux d’une université, d’un laboratoire, … ou d’une multinationale. Mais ce badge-ci est bien plus fort. Là où les autres se bornent à vous servir de clés, ou de moyen d’accéder à la photocopieuse, lui, en étant connecté va collecter tout un tas de données vous concernant. Le badge Humanyze permet ainsi de localiser les salariés dans l’entreprise, il est doté d’un micro pour enregistrer les intonations de la voix et il dispose d’un capteur de mouvements qui permet d’interpréter les postures sur le poste de travail. Pas question d’être vautré sur son bureau ! Pas question de faire des galipettes au bureau ! Il va ainsi, jour après jour, collecter jusqu’à 4 gigaoctets de données par personne et par jour ! 4 gigaoctets de données par personne et par jour (soit un DVD par personne et par jour, ou encore une bibliothèque complète par personne et par jour) ça en fait des données personnelles accumulées et traitées. Ces données seront alors récupérées sur Elements où elles seront analysées automatiquement afin d’élaborer des modèles de la performances des salariés afin de l’optimiser. 
Evidemment une telle collecte de données laisse craindre la mise en place d’un système de surveillance des faits et gestes de tous. Le patron, Ben Waber,  jure grands dieux que toutes les données sont cryptées, agrégées et anonymisées, qu’aucun contenu de communication n’est enregistré, qu’il n’y a pas d’informations personnelles identifiables ou d’informations confidentielles privées et qu’Humanyze est conforme au RGPD et au Bouclier de protection des données de l’ UE. 
Alors concrètement quelles sont les données collectées par ces badges ? Et bien, le badge saura si Alexandre du service de communication va discuter régulièrement avec Christelle du service informatique, et avec quelle périodicité. Il saura si Julie passe son temps à la cafétéria ou en salle de repos ou si Jules est au bord du burn-out simplement en analysant les intonations de sa voix. « Ce que cache mon langage, mon corps le dit. Mon corps est un enfant entêté, mon langage est un adulte très civilisé… » écrivait Roland Barthes.  
En tout 10000 salariés à travers le monde porteraient autour du cou le Humanyze Badge, de la NASA à Bank of America (allez voir tous les partenaires sur leur site web).
Par exemple, Bank of America a fait appel à Humanyze pour améliorer les performances et la productivité de certains centres d’appels. Ainsi grâce à l’analyse faite par Humanyze,  la banque a revu l’organisation des pauses en les synchronisant pour permettre aux employés d’avoir plus d’interactions. Ces changements auraient permis d’améliorer le rendement de 23%. 
Avec Humanyze tout est possible et surtout le caché devient visible et exploitable au service de la performance !
En fait, dans la Start-up nation, dans l’économie des services, un salarié efficace est un salarié choyé et surtout incité par des gratifications diverses à arriver tôt et à repartir tard. Et derrière cette façade du bien-être au travail, mantra de nos temps troublés, se cache la productivité forcenée ! Voilà le truc ! 

Encore quelques mots sur Humanyze. En fait, cette société est moins intéressée par les bavardages des salariés que par leurs gestes. Les gestes trahissent leur état d’esprit, leur humeur, leur état général, parce que les gestes révèlent les tréfonds. Si vous allez aux toilettes 3 fois par heure, c’est que vous êtes peut-être stressés, que vous avez éventuellement un problème de prostate, ou que vous allez vous cacher pour pleurer et donc il y a une action d’optimisation à proposer. Humanyze c’est le stade suprême de l’open space, parce qu’avec Humanyze, c’est optimiser les pauses et les interactions entre salariés afin de maximiser le rentabilité. Humanyze c’est comme l’écrit Matthew B Crawford dans « L’éloge du carburateur », garantir que la préoccupation principale du management soit toujours le maintien du consensus et la prévention des conflits. 
Pour l’instant, il ne s’agit pas de détecter les signes avant-coureur d’une grève mais d’optimiser les salariés dans leur environnement – des pions bien placés sur l’échiquier de l’entreprise. Une fois tout cela bien mis en place, et entré dans les habitudes, qu’est-ce qui empêchera les administrateurs de traquer le moindres début du commencement de ressentiment, de révolte, de malaise ? 
Mais ce système a quand même un point faible : un badge, peut être égaré, abandonné sur un bureau, ou simplement perdu. 
La réponse suivante est évidente. Si le badge est faillible, il peut être perdu et oublié, implanter une puce de la taille d’un grain de riz entre le pouce et l’index des salariés devient la solution. Une puce implantée dans la main pour fluidifier les opérations quotidiennes – une puce implantée dans la main pour restreindre l’accès à des documents confidentiels- une puce implantée dans la main au lieu de taper un mot de passe – une puce implantée dans la main pour acheter un café au distributeur automatique de l’étage ! 
Toujours plus loin mais pas si loin de nous ! Investir le corps pour mieux organiser le temps, optimiser, performer ! C’est déjà en place dans certaines entreprises.
Nous ne passerons pas en revue ce soir tous les domaines de cette surveillance par ces machines d’amour et de grâce, pour cela je vous renvoie encore une fois au livre d’Olivier Tesquet. Faisons juste quelques pas dans l’univers de la surveillance ordinaire.  
Depuis 2018, certains drones policiers américains peuvent pénétrer à l’intérieur des bâtiments. Depuis 2019, le Pentagone teste des ballons expérimentaux pour surveiller dans six états les faits et gestes des citoyens. De plus en plus d’universités américaines cherchent à surveiller les moindres faits et gestes de leurs étudiants, en accédant à leurs données de géolocalisation. 
D’après des révélations du Kansas City Star, tous les nouveaux étudiants de l’université du Missouri-Columbia n’ont ainsi « plus le choix » : ils doivent désormais installer sur leur smartphone l’application SpotterEDU, qui permet de vérifier leur présence dans une salle de classe grâce aux signaux Bluetooth.
Comme l’expliquait au Washington Post en décembre 2019 le fondateur de l’application, SpotterEDU est en train d’être testé dans près de 40 universités. Au total, 1,5 millions d’étudiants américains se seraient enregistrés au cours de l’année 2019. Dans certaines versions aujourd’hui abandonnées de l’application, le logiciel permettait bel et bien à ses utilisateurs de transmettre leurs coordonnées exactes de géolocalisation, même lorsqu’ils  « étaient de sortie en pleine nuit ».
Et ça fonctionne comment ? Les responsables des établissements transmettent à l’entreprise les horaires complets des cours de leurs étudiants. L’application envoie ensuite des mails automatiques aux professeurs ou aux membres de l’administration si un étudiant arrive avec plus de deux minutes de retard à un cours, ou s’il n’y est pas présent. Les simples « pauses » ou les départs anticipés, quelques minutes avant la fin du cours, sont aussi enregistrés. Une chronologie complète de l’activité de chaque étudiant est finalement reconstituée et mise à disposition des professeurs.
Et certains, comme toujours, sont enchantés par l’efficacité du dispositif. Ils déclarent à l’envi que « [leurs] étudiants veulent ces points [de présence] ». Ils assurent même que leur cours ont désormais 90 % de taux de présence, du jamais-vu. Les étudiants savent qu’ils sont surveillés, ils agissent donc en conséquence. Leur comportement change. 
En septembre 2019, le New York Times racontait aussi l’histoire d’un coach sportif à l’université de l’Alabama à Huntsville. Ce coach a recours à l’application FanMaker pour inciter les étudiants à rester plus longtemps dans les tribunes lors des matchs de football américain organisés sur son campus. Grâce aux données de géolocalisation, les plus assidus sont ainsi récompensés à travers un système de « points de fidélité », qui leur donnent accès à des réductions de prix pour des matchs de compétition. 
Enfin, SpotterEDU est loin d’être la seule application du secteur. Il y a évidemment de la concurrence et elle est rude !  SpotterEDU a notamment pour adversaire la start-up Degree Analytics, qui utilise le wifi pour surveiller les étudiants et qui est déjà en place dans 19 universités. D’ailleurs, une simple recherche sur les répertoires d’applications pour smartphones permet de se rendre compte à quel point les services du même genre se multiplient. 
L’exemple de l’application Alora – Attendance Tracker est significatif. Elle se présente comme une interface permettant de « suivre rapidement la présence et la participation aux cours, les événements, les réunions et les clubs sportifs » des membres de ces institutions et d’en tirer des « rapports complets » en utilisant la « position géographique » de chaque utilisateur.
Pour finir, et ce n’est pas un badge, ni une application. Fin 2018, nous avons assisté au lancement dans certaines écoles d’« uniformes connectés » permettant ainsi de suivre les déplacements et les activités des élèves. A la rentrée 2019, un lycée de Virginie a lancé une phase d’« expérimentation » d’une application traquant le moindre déplacement de ses élèves… y compris leurs pauses pour aller aux toilettes.

Pour finir, revenons pas loin de chez nous. Avec une start-up dont j’ai déjà parlé dans les Nowakowskismes intitulés « Soyez prêts pour un monde meilleur ». 
Dans le rayon, « Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce », c’est la start-up messine Two-I, spécialisée en détection d’émotions, qui décroche le pompon. Two-I a approché la mairie de Nice et a proposé de détecter les émotions des voyageurs dans les tramways de la ville. Two-I prétend détecter les émotions des voyageurs pour repérer des suspects potentiels avant qu’ils ne passent à l’acte (le projet est pour l’instant en suspens). 
Two-I a signé des contrats avec « le ministère du Bonheur » de Dubaï. Est-ce nécessaire de faire des commentaires !?
En France, Two-I a testé son dispositif dans le stade de football de Metz. Il a même été question de le tester dans un « quartier populaire » de Nancy, dans le cadre d’un partenariat avec l’office des HLM, afin d’évaluer le ressenti des habitants. Remarquons que ce sont toujours les stades et les quartiers qui servent de cobayes aux expérimentations sécuritaires avant un futur déploiement « pour tous ». J’ai d’ailleurs appris hier que ça y est, le déploiement de cette surveillance dans le stades allait être généralisée !
« Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce… » dans la safe city, la « ville sûre » bardée de capteurs et confiée à des ordinateurs, parce que, quand on a installé plusieurs milliers de caméras, et comme dans le cas d’Humanyze, la quantité de données générées ne peut être gérée sans les logiciels ad hoc. N’oublions pas que la plupart des caméras piétons des policiers français sont achetées à Hikvision, une entreprise chinoise Hikvision qui a mis au point une caméra capable d’identifier les Ouïghours (rappelons que es Ouïghours sont la cible d’une véritable épuration ethnique).
Qu’est-ce qui pourrait nous sauver ? Et bien l’art comme d’habitude ? 
Il y a en effet des choses intéressantes dans les arts numériques pour contourner la reconnaissance faciale. Adam Harvey, un artiste américain, travaille sur ces questions. Il a conçu des vêtements anti-drones et a lancé des maquillages pour lutter contre la reconnaissance faciale. Il n’y a pas besoin de disparaître mais d’apparaître autrement. Les maquillages servent à déséquilibrer le visage car la reconnaissance faciale a besoin d’une espèce de symétrie parfaite. Il applique finalement les techniques de camouflage du visage bien connues des militaires. 
Ce qui est terrible d’ailleurs, c’est la standardisation par les machines d’une forme de perfection inhumaine. Regardez la tête qu’on vous demande de faire pour que la photo d’identité de votre passeport soit valide et acceptée par les systèmes automatiques de reconnaissance !  Les yeux grands ouverts, pas de grimace (le rire ou le sourire sont des grimaces) parce que les lèvres doivent être parfaitement alignés, pas de cheveux qui dépassent, pas d’imperfection sur la peau, … Une tête de masque mortuaire !
Donc, pour tromper les systèmes de reconnaissance, il faut se grimer, mettre un faux oeil, une fausse mèche de cheveux. À Hongkong, pour échapper à la « surveillance de ces machines d’amour et de grâce », les manifestants ont utilisé leurs cheveux. Lisez ou relisez William Gibson, le père du mouvement cyber punk, qui aborde également ce sujet dans son roman Histoire Zéro. 
Enfin, rappelons qu’il y a une nécessaire convergence des luttes entre les préoccupations environnementales et technologiques. 
Prenons l’exemple de la 5G ! Les précédents Nowakowskismes lui étaient consacrés. La 5G est non seulement un non-sens écologique parce qu’elle va générer une surconsommation terrible d’énergie. Elle est aussi un non sens pour la liberté parce qu’elle va permettre la mise en oeuvre massive de dispositifs de surveillance toujours plus invasifs vers l’automatisation de la vidéosurveillance et les objets connectés qu’on installe dans chaque instant de nos vie, avec le premier d’entre eux, le smartphone. 
En effet, toujours surveillés par des machines d’amour et grâce comme Facebook qui active en permanence notre géolocalisation en permanence. 
Toujours surveillés par des machines d’amour et grâce qui ne nous écoutent pas activement mais dont tout un tas d’applications filment ce qui se passe sur l’écran. 
Toujours surveillés par des machines d’amour et grâce parce qu’au final, reçoit-on une information parce que notre téléphone nous a écoutés ? Ou la reçoit-on parce qu’à force d’être mesuré en permanence et d’être ce cobaye sur lequel on a branché plein de capteurs, la machine finit par nous envoyer exactement ce qu’on attendait ?
Toujours surveillés par des machines d’amour et grâce d’un monde dans lequel on va jusqu’à coller des capteurs sur des vaches dans les exploitations agricoles ?
Comme l’a affirmé à plusieurs reprises Cornélius Castoriadis il y a 30 ans, dans ce monde, dans cette course, à aucun moment nous nous sommes posés et préoccupés de savoir ce qui est souhaitable ou pas pour la liberté, pour la démocratie, et pour le monde qui vient !  
Avant de nous quitter, juste une petite annonce importante. Aujourd’hui les enjeux environnementaux, sociétaux et sociaux liés au dérèglement climatique sont devenus une réelle priorité à aborder au cœur de nos territoires de manière collective. Face à l’urgence de la situation, les associations Banlieus’arts, ARAC (Adaptation & Résilience – Anticipation Citoyenne), Adrastia, en partenariat avec Metz Marche pour le climat, vous propose une grande conférence à l’Hôtel de Ville de Metz ayant pour but d’aborder ces questions à travers un prisme fondamental qui relie experts, citoyens et politiques afin de permettre au plus grand nombre de s’approprier les concepts régissant les mécanismes et le fonctionnement du monde dans lequel nous vivons et faire émerger des axes d’actions et de réflexions futures.
Venez nombreux à la conférence Urgence climatique & espoirs lucides le Samedi 8 février de 17h à 20h à l’Hôtel de ville de Metz

Sources
https://usbeketrica.com/article/les-universites-americaines-cherchent-a-geolocaliser-leurs-etudiants 
https://www.theverge.com/2020/1/28/21112456/spotteredu-degree-analytics-student-location-tracking-app-attendance
https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/07/23/un-lycee-accuse-de-vouloir-suivre-a-la-trace-ses-eleves-a-l-aide-de-porte-clefs-connectes_5335021_4408996.html

A la trace. Enquête sur les nouveaux territoires de la surveillance. Olivier Tesquet. Premier Parallèle. 2020
Eloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail. Matthew B. Crawford. La Découverte. 2009

https://metz.fr/agenda/fiche-26295.php https://www.streetpress.com/sujet/1579625191-reconnaissance-faciale-fichage-generalise-geolocalisation-surveillance-capitalisme-gafa https://www.humanyze.com
https://en.wikipedia.org/wiki/Humanyze 

Nowakowskismes 4.9. « et 1, et 2, et 3, et 4, et … 5G… »

Selon Oxfam, en France sept milliardaires possèdent autant que les 30% les plus pauvres.
Les inégalités ne cessent de se creuser. C’est le constat que fait Oxfam le jour de la réunion royale de « Choose France », et à la veille du 50e Forum économique mondial, à Davos en Suisse (pour information Davos existe depuis 1971). 
L’ONG met à jour les dernières données sur les inégalités dans le monde. Et chaque année, les richesses se concentrent un peu plus. C’est encore le cas en 2019 : les 1% les plus riches de la planète possèdent désormais plus du double du reste de l’humanité, soit 92% de la population mondiale. Ou dit autrement 2153 personnes possèdent plus que 60% de l’humanité ! 
« Une minorité d’hommes blancs se taille la part du lion » résume OXFAM, et le rythme de réduction de la pauvreté est deux fois inférieur à celui de 2013. On assiste à des disparités de revenus en constante augmentation, et pire les gouvernements les favorisent. Le rapport rappelle que les premières victimes des inégalités sont les femmes et encore fois pour être concret : « 22 hommes les plus fortunés possèdent plus de richesses que l’ensemble de la population féminine d’Afrique ».
La France ne fait pas exception à cette tendance générale avec 41 milliardaires, quatre fois plus qu’après la crise financière de 2008. Sept milliardaires possèdent autant que les 30% les plus pauvres. Qui sont-ils ? Plus de la moitié ont hérité de leur fortune et seulement cinq sont des femmes. Quant à leur richesse cumulée, 329,9 milliards de dollars, c’est cinq fois plus qu’après 2008. 
Symbole de la prospérité des milliardaires français, Bernard Arnault, le patron du groupe de luxe LVMH est devenu l’homme le plus riche du monde le 16 décembre 2019, en l’espace de quelques heures, devançant Jeff Bezos, patron d’Amazon, et évinçant Bill Gates. Avec une fortune de 76 milliards de dollars, il est revenu en 4e position dans le dernier classement du magazine Forbes, publié le 27 décembre 2019.
Et parallèlement, les inégalités repartent à la hausse, en 2019. Selon l’INSEE, on compte en France 400 000 pauvres de plus. Des inégalités que la réforme des retraites, qui sera présentée le 24 janvier en conseil des ministres, va encore accentuer.

Ce soir les Nowakowskismes vont s’intéresser à l’arrière boutique du déploiement de la 5G. Compter jusqu’à 5, et entrer dans le détail des enjeux, des conflits et des risques pas toujours affichés de cette course à l’échalote économique et technologiques pour la domination du monde des télécommunications. Alors et 1, et 2 et 3 et 4 et … 

La 5G, on en parle, un peu, mais pas trop, elle est tapie dans l’ombre. Mais au fait qu’est ce la 5G ? Avec la 5G, on nous annonce une nouvelle révolution technologique, encore une qui va rendre plus belles nos vies, qui va permettre le jamais vu avant en matière de connectivité ! Et surtout attention les yeux, la 5G ne fait pas que succéder à la 4G, ce serait trop facile ! 
Tout d’abord, faisons un petit retour dans le temps. En 1980, la première génération de téléphones « mobiles » extrêmement chers, très lourds et encombrants, et finalement très peu mobiles, ne permettaient que de passer un coup de fil. Douze ans pus tard, la 2G va permettre d’envoyer des premiers messages textes. Pour les plus vieux, souvenez-vous, c’étaient des messages de tailles limitées et payants. Un peu à la manière d’un tweet, ils étaient limités à 160 caractères.  Puis arriva la 3G, les premiers smartphones, et l’accès facile et universel au réseau et ses services, web, mail, … Enfin, moyennant un nouveau smartphone plus cher, la 4G a permis de faire la même chose mais en un peu plus rapide. 
Avec la 5G, on change d’échelle. Tout va de 10 à 100 fois plus vite. Le rêve de l’instantanéité est enfin atteint. Avec la 5G, il n’y a plus de temps de latence, on clique et immédiatement, le contenu, quel qu’il soit, vidéo, son, images… est immédiatement disponible ! Le temps de latence désigne le délai de transit d’une donnée entre le moment où elle est envoyée et celui où elle est reçue. Celui-ci sera divisé par 10 par rapport à la 4G, avec un temps de réponse d’à peine une milliseconde. Cette réactivité est cruciale pour l’industrie, car des échanges constants et quasi-immédiats sont requis pour faire émerger des usages comme le transport autonome. La 5G avec 1000 fois plus de connexions possibles permettra d’éviter l’engorgement des réseaux à l’heure où tout devient connectable et que les capteurs connectés pullulent.
La 5G ne doit pas être vue comme une simple évolution de la 4G. C’est en réalité une technologie de rupture. Son employabilité promet d’être très étendue et pourra donc servir dans des secteurs variés.
Le réseau 5G a pour particularité d’être découpé en tranches auxquelles on affecte des priorités et des qualités. Ainsi, quand le réseau devient moins performant, il peut maintenir les tranches prioritaires à un niveau de qualité maximale et dégrade les autres. Et ces tranches prioritaires pourraient notamment être affectées à la police dans le cas d’une intervention d’urgence, ou à des communications de crise. Ce principe, appelé « network slicing », inquiète certains défenseurs de la neutralité du net. En 2016 déjà, la Quadrature du net dénonçait dans le 5G Manifesto, les opérateurs télécoms qui menaçaient de freiner les investissements dans la 5G si les régulateurs ne renonçaient pas aux règlementations européennes sur la neutralité du net ! 
Ainsi les villes, en permettant de renforcer les réseaux mobiles avec cette architecture de réseau facilitant le développement de technologies nécessitant de gérer de grandes quantités de data en temps réel, deviendront des « smart cities », peuplées d’objets connectés et intelligents en tous genres, ou la médecine aura cédé la place à la télémédecine et les opérations chirurgicales à distance, parcourues de voitures autonomes, drones et de robots dont la maintenance sera effectuée à distance, enrichies de réalité augmentée et de mondes immersifs. Et partout, de nouvelles opportunités pour plus de surveillance, d’intrusions dans la vie privée, … On nous promet que d’ici la fin de l’année, une dizaine de grandes villes françaises en seront équipées.  Et dans dix ans la France tout entière ! 
Et dans cette course morbide à la vitesse et à la croissance, il ne faut pas être à la traine. Les Etats unis, la Corée du Sud sont déjà partis, la France aurait un an de retard ! Et selon le PDG d’orange, la 5G est un enjeu majeur de compétitivité ! 
Le gouvernement a mis aux enchères une grande partie des blocs de hautes fréquences nécessaires à la 5G. Bouygues Telecom, Free, Orange, SFR se battent déjà pour en être. Et bien sûr, Huawei est en embuscade. L’état empochera ainsi 2 à 3 milliards d’euros.
Les conséquences visibles de ce déploiement, c’est 10 fois plus d’antennes qu’aujourd’hui. En effet, contrairement à la 4G, la 5G n’émet pas dans toutes les directions et exige des antennes tous les 100 mètres. La 5G va ainsi générer des coûts de réseau 3 fois plus élevés et bien sûr, pour y accéder il va falloir acheter un nouveau portable, plus cher encore ! 
Et bien sûr, parce que déployée partout sans évaluation sanitaire, ni débat démocratique, une des questions centrales tourne autour des impacts sanitaires potentiels d’un tel déploiement, d’une telle intensification des sources d’émissions d’ondes à hautes fréquences. C’est pourquoi plus de 3000 scientifiques, médecins et ONG du monde entier ont sonné l’alarme, et ont diffusé une pétition intitulée « 5Gappeal » et appellent à une journée de mobilisation le 25 janvier 2020. 
Enfin, « last but not least » comme disent les anglo-saxons, en plus des antennes au sol, la 5G s’appuiera sur une flotte de 20000 satellites placés en orbite terrestre basse et moyenne qui seront chargés d’inonder la Terre de faisceaux puissants, focalisés et orientables. Cette architecture aura pour conséquences une pollution accrue des orbites basses de la Terre et entrainera évidemment une surexposition massive, inévitable et involontaire aux rayonnements sans fil.
Bienvenue dans le monde merveilleux de la toute puissance communicationnelle !

Après ces quelques considérations techniques, intéressons-nous maintenant aux impacts énergétiques et économiques de ce déploiement irréfléchi de la 5G. Quelles sont les conséquences sur la consommation énergétique et quels sont les risques économiques ?
D’ailleurs savez-vous que le processus d’attribution des fréquences nécessaires aux réseaux 5G est lancé depuis plusieurs semaines ? Comme toujours, pour ce qui concerne les soi-disant innovations technologiques, leur déploiement doit aller de soi parce qu’il n’est pas concevable de se tenir à l’écart de la marche du progrès technique. Et ce déploiement est décidé, sans débat, presqu’en catimini, sur la seule base des conclusions d’experts affirmant qu’il s’agit là d’un enjeu stratégique et d’un projet industriel majeur. Regardez ce qui s’est passé pour le déploiement de la reconnaissance faciale. Si nous n’avions pas eu la CNIL, des associations et d’autres qui se sont mobilisés, le déploiement se serait fait de la même manière sans trop de bruit, comme une évidence ! Et donc pour la 5G c’est pareil ! 
Depuis presque la nuit des temps, la question que nous n’osons jamais affronter est toujours la même : «  Devons-nous faire tout ce que nous pouvons techniquement faire ? » Ne sommes-nous pas toujours des gamins excités devant leur nouveau jouet confondant ce qui est nouveau avec ce qui est utile, ce qui semble urgent avec ce qui est important, ce qui est destructeur avec ce qui est vital ? Du coup, est-il acceptable que la mise en place de la 5G ne s’accompagne en France d’aucune évaluation mettant en balance le supplément de service rendu avec les inconvénients environnementaux additionnels ?
Le déploiement de la 5G, nous venons de le voir, est synonyme d’une « prolifération numérique » sans égale. A ses effets négatifs sur le bien être personnel, à ses effets excluant dus à une accélération d’une dématérialisation irréfléchie des services publics, à ses effets destructeurs sur le bien vivre en commun, pouvons-nous accepter de laisser y rajouter sans même prendre le temps de savoir dans quoi nous nous lançons, des dégats économiques et écologiques irréversibles ? 
Tout d’abord, parlons d’énergie ; 65 % de la consommation énergétique directe d’un opérateur mobile vient du fonctionnement des équipements fournissant la couverture radio. Or, on sait aujourd’hui qu’un équipement 5G consomme trois fois plus qu’un équipement 4G. De plus, ajouter des équipements 5G aux sites existants dédiés aux 2G, 3G et 4G conduira à doubler la consommation. N’oublions pas qu’avec la 5G, il faudra trois fois plus de sites qu’avec la 4G pour assurer la même couverture comme souhaité par le gouvernement. Ce déploiement aura pour conséquence une consommation d’énergie des opérateurs mobiles qui sera multipliée par 2,5 à 3 dans les cinq ans à venir. En Chine, les résultats du déploiement de 80000 sites 5G en un an confirment cette surconsommation. Cette surconsommation représentera environ 10 TWh supplémentaires, soit une augmentation de 2 % de la consommation d’électricité du pays.
S’il y a un réseau 5G, il y aura des composants réseau, et des objets connectés. Il faudra donc rajouter l’énergie nécessaire à la fabrication de ces éléments constitutifs du réseau, et l’énergie nécessaire à la production des milliards de terminaux et d’objets connectés qui seront reliés via ce réseau, et dont le Consumer Electronics Show 2019 de Las Vegas, qui s’est terminé le 10 janvier, a fait à nouveau étalage indécent. Les calculs montrent que l’énergie nécessaire à la fabrication des terminaux, serveurs, et éléments de réseau représente trois fois l’énergie de fonctionnement des réseaux, hors data centers.
Alors que nous savons tous que l’augmentation de la durée d’utilisation des smartphones est indispensable pour réduire leur empreinte carbone, et la consommation des terres rares et les dégats écologiques qui en découlent, l’utilisation de la 5G accélérera leur remplacement, bien sûr pour le plus grand bonheur des fabricants d’équipements et le plus grand malheur de la planète.
Qu’attendons-nous pour réagir ? Qu’attendons-nous pour stopper cette course permanente qui va de pair avec une explosion de l’empreinte énergétique et de l’empreinte carbone de notre système de communication ? Que nous faut-il pour suspendre cette explosion d’objets connectés ?… Nous savons que  les économies d’énergie sont un défi à relever pour envisager la neutralité carbone.  
Ne sommes-nous pas aussi irresponsables que les climato-sceptiques quand nous ne nous donnons pas les moyens d’agir ? 

Continuons cette exploration dans la cinquième dimension. L’impact économique du déploiement de la 5G est lui aussi à discuter quand on détaille les coûts dus à l’achat des fréquences, à la multiplication d’équipements radio de plus en plus énergivores, au nécessaire redimensionnement de l’environnement électrique des sites, au passage en très haut débit du réseau « backhaul » (c’est le réseau qui relie le réseau principal aux réseaux secondaires). Selon une étude de McKinsey (The road to 5G : The inevitable growth of infrastructure cost de février 2018), complétée par les calculs de l’association d’opérateurs GSMA (5G-era Mobile Network Cost Evolution du 28 août 2019), tous ces investissements vont augmenter les coûts de réseau des opérateurs de 60 % à 300 % ! 
Est-ce que pour autant les prix des abonnements vont-ils augmenter selon le même ration ? Certainement pas, puisque les services offerts par la 5G seront les mêmes qu’avec la 4G. 
Comment faire payer la réduction des temps de chargement des contenus, ou comment facturer la garantie d’une qualité de service égale même dans les zones à forte densité d’accès ? 
Enfin un point non négligeable, avec le déploiement de la 5G, nous allons être confronter à de nouveaux risques ou quand ils ne sont pas nouveaux, une intensification de ces risques. Par exemple, en matière de cybersécurité, par la multiplication des points d’entrée qu’elle va favoriser, la 5G va conduire à une infrastructure à la fois plus décentralisée et plus « logicielle » pour laquelle les mesures de protection actuelles ne seront plus nécessairement adaptées. Un des exemples les plus flagrants concerne le géant chinois des télécommunication Huawei. L’ampleur de l’affaire Huawei traduit les craintes suscitées par la montée en puissance de la Chine en particulier sur le déploiement des composants réseaux de la 5G. Entre guerre commerciale, espionnage, transferts de technologies, pillage industriel,… ces problématiques rebattent les cartes de la géopolitique mondiale et dans la course à la suprématie mondiale en matière de communication. Huawei étend son influence dans 170 pays du monde dans les domaines des téléphones portables, du réseau 5G, des villes du futur, et de la vidéosurveillance intelligente. Mais en Europe comme aux Etats-Unis, ses liens supposés avec le Parti Communiste Chinois inquiètent. Du coup, en seulement un an, Huawei a perdu le droit d’utiliser les applications Google, se retrouve sur la liste noire de Washington, et voit sa directrice financière arrêtée à la demande des Américains. Comment l’entreprise qui a vendu plus de 200 millions de téléphones l’an dernier est-elle devenue la bête noire de Donald Trump et du monde occidental ? 

La réponse ne serait-elle pas dans cette question : comment les USA peuvent-ils accepter qu’un autre leur fasse ce qu’ils ont toujours fait en inondant le monde des logiciels et équipements qui constituent tous nos réseaux informatiques et de communication ? 

Nous n’en avons pas fini avec la 5G. Son impact négatif sur nos activités est lié aux interférences qu’elle va générer avec d’autres usages. Ainsi, la 5G par l’utilisation à trop forte puissance de fréquences dans la bande 26 GHz pourrait perturber gravement les satellites météorologiques, alors même qu’ils deviennent indispensables face à l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des évènements climatiques extrêmes. 
Enfin, pensez-vous que la 5G va permettre une réduction de la fracture numérique ? L’exemple des Pays Bas montre le contraire. En effet, la réalité de ce petit pays est que la couverture des zones les moins denses, regroupant 30 % de la population, représenterait 75 % des coûts du réseau. Et c’est précisément là que la 5G pourrait faire état des ses avantages en termes d’accès aux services dématérialisés, de la eSanté et tous les autres. La question qui se pose est la suivante : qui va payer ce déploiement ? Des entreprises privées ? Mais qui pourrait les obliger à financer des services publics ? 

Encore une fois, « devons-nous faire tout ce que nous pouvons techniquement faire » ? Si non, comment faire le tri ? Comment choisir ? Et au nom de quoi ? Et quand cesserons-nous cette course absurde au toujours plus ?
Avant toute chose, ne devrions-nous pas nous demander avant d’agir si nous avons réellement besoin de la 5G, si la vie sur la Terre a vraiment besoin des objets connectés, si cette surconsommation énergétique est raisonnable, si la voiture autonome va résoudre les problèmes posés les choix irresponsables en matière d’urbanisation, si la télémédecine c’est mieux qu’un médecin, … plutôt que de foncer tête baissée aux motifs que d’autres l’ont fait avant nous, que le choix aujourd’hui ne peut se résumer qu’à la compétitivité ou la mort. 
Alors pour justement réfléchir à tout cela, et en guise de conclusion, voici les mots prononcés par Greta Thunberg mardi 21 janvier 2020 devant les élites économique et politique de la planète rassemblées à Davos.  Elle a rappelé fermement qu’« en pratique, rien n’a été fait » pour le climat, même après plusieurs mois de mobilisation massive des jeunes dans le monde. Et aussi ces quelques chiffres : « Si on veut avoir 67 % de chances de limiter l’augmentation moyenne de la température globale de la Terre sous les 1,5 degrés, il nous restait, au 1er janvier 2018, 420 gigatonnes de CO2 à émettre. Evidemment, ce nombre est bien plus bas aujourd’hui, étant donné que nous émettons quelque 42 gigatonnes de CO2 chaque année. Avec les émissions actuelles, le budget CO2 qu’il nous reste sera épuisé d’ici huit ans ».
N’est-ce pas là une priorité bien plus urgente que la 5G ? 

Sources
Rapport Oxfam 2020, https://www.oxfamfrance.org/wp-content/uploads/2020/01/Rapport-Oxfam-Inegalites-2020-COMPLET.pdf 
https://www.5gspaceappeal.org 
https://jancovici.com/publications-et-co/articles-de-presse/faut-il-faire-la-5g/

https://www.numerama.com/tech/147723-5g-tout-savoir-sur-le-reseau-mobile-du-futur.html 
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/01/09/5g-ne-sommes-nous-pas-en-train-de-confondre-ce-qui-est-nouveau-avec-ce-qui-est-utile-ce-qui-semble-urgent-avec-ce-qui-est-important_6025291_3232.html

5G Telecom Power Target Network Whitepaper, Huawei, septembre 2019
EU coordinated risk assessment of the cybersecurity of 5G networks, NIS Cooperation Group, octobre 2019
Assessing the capacity, coverage and cost of 5G infrastructure strategies : Analysis of the Netherlands, Edward Oughton, Zoraida Frias, Sietse van der Gaast, Rudolf van der Berg, janvier 2019
https://usbeketrica.com/article/avec-la-5g-des-risques-de-cyberattaques-plus-importants 
https://usbeketrica.com/article/securite-sante-vitesse-que-vaut-5g 
https://usbeketrica.com/article/5g-les-etats-unis-ont-peur-de-perdre-leur-preeminence-technologique 
https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-emission-du-mercredi-10-avril-2019 

Nowakowskismes 4.8. « Soleil vert »

Désolation par Samuel Nowakowski

Comme à chaque ouverture de ce nouvel espace-temps, pénétrons plus en profondeur dans notre environnement avec ce soir, quelques mots sur la pollution plastique 
18 tonnes de plastiques sont déversées dans la mer chaque minute !
10 tonnes de plastique sont produites chaque seconde dans le monde !
Seulement 1/4 des plastiques sont recyclés, le reste finit dans les océans !
En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans l’océan !
Nous ingérons chaque semaine l’équivalent d’une carte bleue de plastique !

Ce soir les Nowakowskismes empruntent leur titre au film Soleil vert, Soylent Green en VO. L’industrialisation de la planète amorcée au XIXème siècle et amplifiée durant le XXème siècle et le XXIème siècle, a conduit à la surpopulation et à la pollution mondiale. Les ressources naturelles sont maintenant épuisées. L’action du film se déroule à New York en 2022. La métropole est devenue une mégapole de 44 millions d’habitants. Il règne en permanence une température élevée, soit 33°C. L’eau est rare. La faune et la flore ont quasiment disparu. La nourriture issue de l’agriculture également. La plupart des habitants n’ont pas les moyens d’acheter des aliments naturels vendus à des prix exorbitants et accessibles qu’aux classes dominantes, sont réduits à manger des produits de synthèse, fournis par la multinationale Soylent Industries… 
Passons maintenant à notre présent 

Les êtres humains ont tué 83 % de tous les mammifères sauvages et éradiqué la moitié de toutes les plantes. La population de mammifères marins a diminué de 80 % au cours du dernier siècle.
Or les humains sont loin d’être seuls sur la planète ! En effet, les 7,6 milliards d’êtres humains qu’abrite la terre ne représentent que 0,01 % de la biomasse.
En comparaison, les bactéries comptent pour 13 % de la biomasse, les plantes pour 83 % et toutes les autres formes de vie réunies pour 5 %.
Mais malgré qu’il ne représente qu’une infime partie de la vie sur la planète, l’être humain est à l’origine de la destruction de la vie sur terre.
En plus d’être la cause de la disparition de 83 % de tous les mammifères sauvages et de la moitié de tous les végétaux, l’être humain ne fait pas qu’éliminer certaines espèces, il décide quelles espèces animales et quelles espèces végétales survivront pour satisfaire ses besoins immédiats.
Actuellement, 70 % de tous les oiseaux de la planète sont des poulets et autres volatiles de ferme. Et parmi tous les mammifères restants, 60 % sont constitués de bétail, 36 % de porcs et à peine 4 % sont des animaux sauvages.
Ce déséquilibre important entre les populations d’animaux domestiques et sauvages s’explique par l’agriculture industrielle, l’extraction des ressources et l’expansion de la civilisation humaine, toutes ces activités qui accélèrent la destruction des écosystèmes.
Et ce déclin n’est pas près de ralentir. Une étude publiée la semaine dernière révèle que si, d’ici la fin du siècle, la température s’élève de 3,2 degrés Celsius par rapport à l’ère préindustrielle, l’aire de distribution des espèces animales sera réduite de près de la moitié.
Nous savons ce qu’il faut faire. Nous devons consommer moins de produits d’origine animale, prendre moins fréquemment l’avion, utiliser moins souvent notre voiture et avoir moins d’enfants. Peut-être sommes-nous faits pour ne pas accepter ce que nous savons pourtant vrai ? Chacun d’entre nous doit prendre sa propre décision, la somme de toutes ces décisions individuelles déterminera notre avenir commun. 
Pour cela, nous avons besoin de changements structurels à tous les niveaux ! Dans les axes forts, il faut qu’à l’échelle mondiale, et de toute urgence, les énergies fossiles soient abandonnées au profit d’énergies renouvelables. À cela, il faut exiger  la mise en place de quelque chose qui ressemble à une taxe carbone.
Pour les consommateurs, il faut réclamer des étiquetages indiquant l’impact environnemental sur et par les produits et remplacer le plastique immédiatement par des options viables. 
Pour tout ceux qui y vivent, et en ces périodes pré-électorales, il faut exiger de construire des villes dans lesquelles il est possible de se déplacer à pieds, des villes desquelles sont bannies les espaces bétonnés au profit de la végétation, de la vie ! 
Enfin, pour reconsidérer fondamentalement les modèles économiques dominants, nous avons un besoin urgent et vital d’une révolution politique et économique.

Ces transformations requerront des changements que des individus seuls ne pourront pas réaliser. Mais nous n’avons aucune chance de sauver la planète et le vivant si nous ne prenons pas ma décision hautement individuelle de vivre différemment ensemble ! 
Il est bien sûr bon de recycler, de planter des arbres, de n’acheter que le strict nécessaire dans des circuits courts, d’éviter le gaspillage. Mais il y a certainement deux actions qui importent plus que tout le reste ! Deux actions sans lesquelles nous ne pouvons même pas espérer sauver quoi que ce soit ! C’est :

  • Changer de régime alimentaire et opter pour une alimentation à base de plantes pour réduire notre consommation de produits d’origine animale
  • Eliminer les combustibles fossiles en évitant de voyager en avion et en vivant sans voiture. Nous avons déjà abordé cette dimension dans de précédents Nowakowskismes.
  • Choisir l’origine de nos produits de consommation pour rendre les entreprises productrices responsables et non pilleuses des ressources naturelles comme c’est le cas pour bon nombre. 

Ce soir, nous allons nous intéresser à l’alimentation. Petit rappel, « actuellement, 70 % de tous les oiseaux de la planète sont des poulets et autres volatiles de ferme. Et parmi tous les mammifères restants, 60 % sont constitués de bétail, 36 % de porcs et à peine 4 % sont des animaux sauvages ».
Pourquoi faut-il changer de régime alimentaire et choisir une alimentation à base de plantes et réduire ainsi notre consommation de produits d’origine animale, en particulier le boeuf et le fromage ? Parce qu’ainsi on touche à la source principale de méthane et protoxyde d’azote, les deux plus puissants gaz à effet de serre. En effet, selon le directeur du projet Drawdown, projet qui a pour but d’identifier et de mettre en place les solutions les plus efficaces pour lutter contre le dérèglement climatique, changer de régime alimentaire et choisir une alimentation à base de plantes est « la plus importante contribution que peut faire chaque individu pour renverser le réchauffement de la planète ». 
D’après l’ONU, l’élevage est « l’un des deux ou trois facteurs les plus importants dans les problèmes environnementaux les plus graves, à tous les niveaux, du local au mondial […]. Il devrait être au coeur des réflexions politiques pour qui veut s’attaquer au problème de la dégradation des terres, du dérèglement climatique, de la pollution de l’air, de la diminution des réserves d’eau potable, de la pollution des rivières et de la dégradation de la biodiversité. La contribution du bétail aux problèmes environnementaux est absolument massive ». Aparté fait sur le sort infligé à ces animaux d’élevage et sur le peu de considération politique et encore sociétale, pour le bien-être animal. En effet, malgré la difficulté pour obtenir des calculs précis parce que les systèmes en jeu sont complexes et tous inter-reliés, les estimations les plus récentes et les plus complètes des émissions d’équivalent CO2 suggèrent que l’élevage est responsable de plus grandes quantité de gaz à effet de serre que toutes les autres sources réunies : tous les moyens de transport, le réseau électrique, les secteurs de l’industrie et du bâtiment. 
Cela dit, et il ne faut pas l’oublier, seulement 100 entreprises dans le monde sont responsables de plus de 70% des émissions mondiales de gaz à effet de serre depuis 1988. Les hommes qui dirigent ces entreprises – et ils sont principalement des hommes – se sont enrichis sur le dos de toute vie sur Terre. Leur modèle économique repose sur la destruction du seul foyer que l’humanité ait jamais connu. Ensemble, ils contrôlent la majorité des droits miniers mondiaux – le « droit » d’exploiter le pétrole, le gaz et le charbon non extraits restants. Eliminer les combustibles fossiles c’est maintenant un combat contre la mort ! 
Mais revenons à l’élevage industriel. L’évaluation la plus exhaustive de l’impact de l’élevage industriel a été publiée dans la revue Nature en octobre 2018. Après avoir analysé les différents systèmes de production alimentaire dans tous les pays du monde, les auteurs concluent que, tandis que les populations sous-alimentées vivant sous le seuil de pauvreté dans toutes les parties du globe devraient effectivement manger un peu plus de viande et de produits laitiers. Mais à l’échelle du monde, les citoyens des pays dits riches devraient passer à un régime à base de plantes pour ainsi espérer éviter les dommages environnementaux catastrophiques et irréversibles dus à l’élevage industriel – « 70 % de tous les oiseaux de la planète sont des poulets et autres volatiles de ferme. Et parmi tous les mammifères restants, 60 % sont constitués de bétail, 36 % de porcs et à peine 4 % sont des animaux sauvages ». 
Ainsi, en moyenne, les habitants des USA et du Royaume Uni devraient par exemple baisser leur consommation de boeuf de 90% et de 60% celle des produits laitiers. Ces chiffres s’appliquent également au reste de l’Europe. Stopper ainsi cette surproduction, cette exploitation du vivant, cette industrialisation du vivant  !
Il est évidemment difficile de changer ses habitudes, prises entre plaisir et rites, voire cultures. Mais modifier ses habitudes est un acte infiniment moins lourd et plus rapide que vouloir transformer du jour au lendemain les modes de transport ou vaincre l’influence des lobbys afin d’installer une taxe carbone ou faire ratifier des traités internationaux ambitieux visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les uns ne vont évidemment pas sans les autres mais tout ce qui permettra de prendre les choses en main a du sens !
Nous ne pouvons certainement plus sauver les récifs coralliens. Nous ne pouvons plus sauver l’Amazonie. Il est peu probable que nous soyons capables de sauver les grandes villes de la côte. Des millions de gens vont mourir à cause du réchauffement climatique. Des millions de gens vont devenir des réfugiés climatiques.  Les nombres sont importants parce qu’il est important de savoir combien de jours par an les enfants pourront jouer dehors, combien restera-t’il de nourriture et d’eau potable, de combien d’années va baisser la moyenne de vie ? Ces chiffres sont importants parce que ce ne sont pas seulement des chiffres, il s’agit d’individus, d’êtres vivants, des espaces, des rêves, et des escapades. La planète ne peut supporter qu’un certain degré de réchauffement avant que ce qu’on appelle les rétroactions additives ne créent un « emballement climatique ». Alors même si tout cela est en route, c’est justement pour le vivant, les êtres à venir, que chaque acte est important. Les points de basculement ont déjà été franchis, et nous l’avons déjà évoqué, 6 des 9 limites planétaires ont été dépassées. 

En Australie, ce sont six millions d’hectares de végétation qui ont été brûlés, soit l’équivalent de deux fois la Belgique, un peu plus que la surface cumulée des régions Bretagne et Hauts-de-France. L’Australie est actuellement ravagée par plus de 200 brasiers dus à une conjonction de facteurs (sécheresse exceptionnelle, températures très élevées et vents importants). La Nasa a ainsi comptabilisé près de 65 000 feux de broussailles en Nouvelle-Galles du Sud l’année dernière, contre 13 000 en moyenne, lors des dix-huit années précédentes. Le nombre d’incendies a donc été cinq fois plus élevé en 2019 que lors d’une année ordinaire.
Sydney a enregistré des températures sans précédent, avec 48,9 °C relevés à 15 heures à Penrith. Cette commune de la banlieue ouest est ainsi devenue samedi dernier « l’un des points les plus chauds de la planète ». On a également relevé 44 °C à Canberra, un record historique. 
L’état d’urgence a été décrété dans le sud-est de l’Australie, région la plus peuplée de l’île-continent, face à l’avancée des incendies. Les autorités ont ordonné vendredi à 100 000 personnes d’évacuer, dans trois Etats. Des dizaines de milliers d’Australiens ont quitté leurs domiciles, transformant en villes-fantômes des stations touristiques habituellement animées en cette saison. Les autoroutes reliant les villes du littoral à Sydney et d’autres grandes villes étaient engorgées par de longues files de voitures, vendredi soir. Dans la petite ville balnéaire de Mallacoota, la marine a évacué le même jour un millier d’habitants et de touristes cernés par les flammes. Certains étaient réfugiés sur le front de mer depuis la Saint-Sylvestre.
Certainement plus d’un milliard d’animaux sont morts ! Un tiers des koalas a disparu !
Et pour ne pas oublier ! Six des 30 plus grandes sociétés cotée en bourse en Australie sont des sociétés minières ou liées à l’exploitation des combustibles fossiles. C’est probablement un record mondial. Le charbon représente 15% des revenus d’exportation. La classe dirigeante australienne climato-sceptique est l’une des plus dépendantes à la filière carbone d’une élite mondiale qui a toujours placé le pouvoir et le profit au-dessus de la planète et de la vie.

Et donc…. Nous ?

Nous, notre cerveau, notre corps sommes le résultat d’une évolution qui nous permet de réaliser avec une grande efficacité certaines tâches complexes, mais nous sommes également démunis face à d’autres. Par exemple, nous savons très bien calculer la trajectoire d’un ouragan mais nous sommes démunis quand il s’agit de décider comment s’échapper – un peu comme le renard pris dans les phares de la voiture qui va le tuer. Parce que nous avons connu une évolution de plusieurs centaines de millions d’années dans des cadres très éloignés de ce que nous trouvons dans le monde moderne. Nous sommes ainsi souvent amenés à éprouver des peurs, des indifférences et des désirs inadéquats et qui ne constituent pas une réponse adaptée. Nous sommes irrésistiblement attirés par la satisfaction des besoins immédiats et spécifiques comme une urgence, tout en demeurant indifférents à tout ce qui constitue potentiellement un danger mortel, mais qui sévit loin de nous, là-bas ! Là-bas n’est pas une urgence !
Bien que plusieurs désastres accompagnant le changement climatique – phénomènes météorologiques extrêmes, inondations, méga-feux, … – aient une dimension spectaculaire, qu’ils touchent des gens dans leur chair, et qu’on assiste à une situation en train de s’aggraver, nous ne le percevons pas mieux pour autant ! 
Des chiffres oui 6 millions d’hectares sont partis en fumée ! Astronomique et abstrait ! 
Tant que nous ne serons pas touchés dans notre chair, cela restera abstrait ! 
Ces catastrophes sont lointaines et isolées, et qui, finalement ne nous concernent pas tant que nous pouvons satisfaire nos besoins immédiats. L’Australie brûle, l’océan est envahi par les plastiques, mais tant que notre vie quotidienne, notre confort immédiat est préservé, on peut s’indigner … mais encore ? 
Nous sommes une majorité à accepter l’idée que ces changements sont liés à des facteurs humains. Mais sommes-nous réellement capables de comprendre ce qu’ils nous disent afin d’agir ? Comment ébranler tout cela afin que nous fassions les petits sacrifices du présent pour nous épargner, ceux cataclysmiques auxquels il faudra consentir à l’avenir ? Accepter intellectuellement la vérité n’a pas de valeur en soi. Et cela ne nous sauvera pas. Si nous admettons les faits (notre responsabilité dans la destruction du vivant) mais demeurons incapables d’agir, nous ne valons pas mieux que ceux qui refusent de voir l’implication humaine dans les changements climatiques. 
Enfin, pour couronner le tout et conclure ces Nowakowskismes. Pendant que le Moyen Orient s’embrase sur une ligne stratégique énergétique qui va de la Libye jusqu’en Afghanistan, la fonte des Pôles excite les ambitions gazières, pétrolières et minières des 100 qui détruisent la planète. 
Le dérèglement climatique est une aubaine. 
La réalité géopolitique orchestrée par les États Unis, l’Arabie Saoudite, la Chine et la Russie avec en sous mains la complicité européenne a le potentiel de nous faire perdre tout espoir ou de nous faire agir ?

Sources 
Soylent Green de Richard Fleischer, 1973
Magazine America n°11
France Inter, La Terre au Carré 
Les êtres humains ont tué 83 % de tous les mammifères sauvages et éradiqué la moitié de toutes les plantes : https://www.globalcitizen.org/fr/content/humans-destroyed-83-of-wildlife-report/

Six chiffres qui montrent la gravité des incendies en Australie https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/incendies-en-australie/six-chiffres-qui-montrent-la-gravite-des-incendies-en-australie_3771009.html 

Names and Locations of the Top 100 People Killing the Planet https://www.filmsforaction.org/articles/names-and-locations-of-the-top-100-people-killing-the-planet

Rapport de synthèse et focus thématiques sur l’environnement en France, édition 2019 « Le rapport de synthèse met en avant les messages clés, fournit une vision synthétique de l’état de l’environnement et propose des approches systémiques sur les grands enjeux. Pour la première fois depuis qu’il existe, il introduit notamment le concept scientifique des 9 limites de la planète. » https://ree.developpementdurable.gouv.fr/rapports/article/edition-2019 

Au coeur de la recherché, les « points de bascule » du climat,  Science et avenir https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/au-coeur-de-la-recherche-les-points-de-bascule-du-climat_109877 

143 millions de personnes pourraient bientôt devenir des réfugiés climatiques, National Geographic. https://www.nationalgeographic.fr/environnement/143-millions-de-personnes-pourraient-bientot-devenir-des-refugies-climatiques 

Illustration – SN

Nowakowskismes 4.7. « Combien de temps dure Noël ? Parfois une éternité »

« Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir ». 

L’édifice immense du souvenir, voici ce que ce petit conte va révéler. 
Le récit qui suit, m’a été donné, il y a quelques temps, par le propriétaire d’une modeste boutique de livres d’occasions que je n’avais pas remarquée, pourtant je vis là depuis longtemps, située dans le quartier Mon désert à Nancy. Depuis, j’y suis retourné mais la boutique a fermé, les lieux sont déserts, comme s’ils n’avaient jamais été occupés – juste un mot, « Pas de porte à vendre » ! Le libraire m’avait confié que ce texte s’était présenté sous la forme d’un manuscrit glissé dans un dossier en carton, qui lui avait été légué après le décès d’un ami. Le texte lui-même était une impression sur un papier coloré de mauvaise qualité, mais subsistaient dans les marges, des annotations de plusieurs couleurs, quasi effacées. Le libraire dont j’ai oublié le visage, mais le vis-je seulement dans la pénombre de la boutique, me dit en me remettant l’enveloppe : « vous allez peut-être pouvoir en tirer quelque chose ». Sa remarque me surprit, mais pas plus que cela. Je me retrouvais sur le trottoir, la nuit de décembre était déjà bien avancée, les décorations de Noël allumées, et dans l’humidité et le froid, je m’empressais de rentrer chez moi. Plusieurs jours passèrent et, c’est au matin de Noël, dans un lendemain de fête qui s’étire en silence, que je sortis enfin le texte de son enveloppe afin de le lire après avoir mis sur la platine un enregistrement de Woodstock. Et voici ce que je lus. 

Au matin du jour qui suivit mon retour du passé, je m’éveillai, longtemps après l’aube, du plus profond des sommeils sans rêves. Quel jour ? Quelle année ? 
J’avais la sensation d’avoir quitté à l’instant le réveillon que j’avais passé avec des amis et avec qui j’avais eu de longues discussions comme il arrive qu’il y en ait lors des réveillons de Noël. Une phrase était comme inscrite au fer rouge dans ma mémoire : « Si on avait su à l’époque quand on rêvait de l’an 2000 et d’un monde meilleur, qu’on aurait un monde mille fois pire que celui contre lequel on se battait, nul doute qu’on se serait suicidé… ». Tous d’à peu près la même génération, il y avait plusieurs Philippe, Nathalie, Jean-Marie, Christelle, Emmanuelle, …, nous nous étions lancés dans notre habituelle séance de souvenirs d’un temps qui n’est plus. La question qui revenait régulièrement, et ce soir de Noël là, encore plus, était : « et si nous pouvions remonter le temps, et agir avec la connaissance et l’expérience qui est la nôtre aujourd’hui, que pourrions-nous faire ? » 
Le monde que nous convoquions régulièrement était celui des années 70 ! Mais qu’était-il arrivé au monde depuis la fin des années 70 ? 
Le premier choc pétrolier et toutes ses conséquences, l’assassinat de John Lennon en 1980, la victoire de la gauche en France en 1981, la naissance d’internet en 1984, la chute du Mur de Berlin en 1989, et la fin de l’URSS dans la foulée, la fin de la guerre froide, l’invention du Web en 1992, les horreurs de la guerre en Yougoslavie, mais aussi partout dans le monde, l’essor et le déploiement des services numériques sur internet pendant les années 90. Puis au cours des années qui suivirent, la peur du bug de l’an 2000, les attentats du 11 septembre 2001 et leurs conséquences sur le monde dans son ensemble, la naissance du web participatif et l’arrivée de Wikipedia en 2001, les réseaux sociaux, le premier iPhone en 2007, copié, multiplié, objet augmentant la majorité des humains, et tous ces derniers changements qui se firent à une vitesse de diffusion de la technologie jamais connue dans l’histoire de l’humanité. Nous avons assisté à une prise du pouvoir par le capitalisme numérique, la collecte des données, les entreprises de l’internet qui font des profits considérables dominant le monde par-delà les états, et une planète que nous épuisons. 
Ce soir-là comme lors de nos précédentes soirées, nous nous posions toujours les mêmes questions. Sommes-nous à un tournant ? Continuerons-nous sur ce chemin ? Réussirons-nous à changer de cap pour construire un autre avenir ? Et finalement, peut-être que si nous remontions dans les années 60-70, pourrions-nous corriger nos actions en sachant ce que nous savons ? 
Ce Noël comme de nombreux qui ont précédé ne connaissait plus la neige. Depuis quelques  années, les canicules survenaient de plus en plus tôt, de plus en plus fort et de plus en plus souvent dans les régions tempérées. En été, l’Arctique, le pays du Père Noël, était en feu, il y faisait 20°C là où le thermomètre ne devrait pas dépasser quelques degrés au-dessus de 0°C. 
Ce soir-là, les mots, les discussions prirent une force inhabituelle, et rentrant chez moi, elles ne cessèrent de me hanter. La nuit, un sommeil agité certainement dû aux quelques verres de vin de trop. Au petit matin, parmi les petits cadeaux disséminés, j’en trouvais un non prévu. Un petit paquet rouge, un joli petit paquet de Noël mais que personne d’entre nous n’avait déposé là.
Je défis le Bolduc, un mot s’en échappa contenant ces quelques mots : « Petit cadeau pour que revivent les Noël d’antan ! » ainsi qu’une petite clé et une adresse bizarre dans le quartier Mon désert, au numéro 1,5 de la rue. 
J’avalais un café, m’habillais et filais dans la rue. Bizarrement, entre la boutique du coiffeur et le bar du coin, je trouvais cette entrée presque dérobée. La clé fonctionna parfaitement, j’entrai dans un couloir sombre que je suivis jusqu’à une pièce éclairée par la lumière du jour descendant de la verrière du plafond. 
Au milieu de la pièce, en suspension, une machine ! 
Un siège, accroché à une armature ressemblant à un traineau, sur lequel était posé un carton avec le même texte « Petit cadeau pour que revivent les Noël d’antan ! Joyeux Noël », des manettes, un tableau de bord comportant des cadrans indiquant des années, des dates, … je n’en crus pas mes yeux ! La machine à voyager dans le temps ! Il ne me fallut pas longtemps pour comprendre qu’elle était en état de fonctionnement ! 
Et ce message, « pour que revivent les Noël d’antan ! » commençait à s’éclairer – la machine était là pour me permettre de revivre les Noël d’antan ! Je remontai chez moi, l’appartement encore endormi, je pris mon sac, j’y glissai une bouteille de vin, je laissai un petit mot disant que j’allai chercher du pain pour le petit déjeuner, et je retournai au 1,5 rue Mon désert. 
La machine est prête, elle est étonnamment simple, quelques manettes, un compteur temporel.
J’étais prêt, équipé, habillé comme il faut et j’allais retourner à Villerupt, dans les années 70. 
Installé, le compteur réglé au 24 décembre 1976, le voyage ne fut ni une transition, ni même un voyage, juste un clignement d’œil, instantané, et j’étais en 1976. Un voyage dans le temps ne serait-il qu’un changement de décor ? Les temps cohabitent-ils comme les décors d’un théâtre universel ? Et le temps existe-t-il vraiment ? 
J’avais traversé le temps avec un morceau que je venais d’écouter, Angie des Rolling Stones. Peut-être pourrais-je profiter de ma virée dans les années 70 pour aller à un de leurs concerts, dans cette période où ils ont été les meilleurs. J’étais né un peu trop tard pour pouvoir assister aux concerts de tous ces musiciens et groupes mythiques qui ont fait l’homme que je suis. Et là, voyageur du temps, l’opportunité m’était donnée de revivre ces temps . 
Une sensation, un étourdissement comme dû à un jet lag, je me levai, et pris mon sac. Toujours ce couloir, je refermai la porte derrière moi. Le bar est déjà là, le coiffeur non, mais la rue n’a pas vraiment changé, il a neigé, le froid est vif. Je me rendis à la gare, et j’achetai avec des francs que j’avais conservés un billet de 2nde classe pour Longwy. Un trajet de 2 heures vers le Pays Haut, au travers d’une campagne sibérienne, dans un wagon à peine chauffé, enfin le bus de la compagnie Mousset de la gare routière de Longwy bas jusqu’à Villerupt. 
Villerupt, on peut y arriver de trois façons différentes. Villerupt c’est une petite vallée, un ensemble de rues organisées autour de la place centrale, avec son église. Quand on arrive du sud, comme je le fis ce 24 décembre enneigé, c’est par le haut qu’on découvre d’abord le quartier de Cantebonne, petites maisons d’ouvriers, sur le plateau, à l’orée de la forêt  entaillée de cultures, de champs. Au bord de la vallée, la route se met à serpenter, le chauffeur du bus ralentit, la neige rendit difficile la descente vers la ville nichée dans la vallée. À ma droite, je revis ces drôles de cités, alignées, à flanc de côte, les cités de Butte, alignées en 6 rangées de petites maisons colorées, comme des lignes de niveaux marquant la déclivité de cette partie du relief. 
Le bus descendit lentement vers la rue principale, la rue Carnot, qui, à gauche, s’ouvre par un grand bistrot, le Rex, le repaire de la jeunesse de la ville, notre repaire à l’époque, et semble-t-il bien rempli comme toujours en période de vacances scolaires. La rue est bondée en ce jour de réveillon, la neige a été déblayée en gros tas sur les trottoirs, les étoiles suspendues allumées rythment la descente jusqu’à un carrefour, le bus prit à gauche vers la gare routière devant l’hôtel de ville illuminé.
Je décidai d’y aller au culot. Je savais où trouver un déguisement de Père Noël, au magasin de jouets sur la place centrale. Mes derniers francs dépensés, je me dirigeai en empruntant les escaliers partant du centre de Villerupt vers une des petites maisons de la cité de Butte. Le soir était tombé, les réveillons étaient déjà bien avancés, et allait venir le temps des cadeaux. Je savais que là où j’allais le moment de désigner qui serait le Père Noël allait arriver et que chacun se renverrait la balle en espérant y échapper. 
J’enfilai donc mon costume. Je sonnai à la porte. L’ambiance était aux rires, aux éclats de voix, des enfants en grand nombre courant dans tous les sens. 
La porte s’ouvrit et ce fut un cri : 

  • Les enfants ! Les enfants ! Voilà le Père Noël ! 

Et tout à coup, je fus entouré d’une nuée de petits. Juste un de la bande resta à l’écart et me regarda. 

  • Bonsoir les enfants 
  • Entrez donc Père Noël, m’accueille une voix qui m’émeut.

J’entrai, directement dans la cuisine, une grande table était mise, le sapin tout illuminé était tout au fond. Les adultes que je reconnaissais, s’écartaient, l’un m’offrit un verre de vin, 

  • Tiens Père Noël, tu dois avoir soif !

Les petits s’agglutinèrent autour de moi, et je commençai alors la distribution des cadeaux. Le petit qui me regardait, finit par s’approcher, je lui tendis son paquet pesant son poids de livres. Il me regarda encore et finit par me demander de raconter quelque chose d’où je viens, où ce que je sais du monde. 
J’avais préparé ce moment. 

  • Comme c’est noël et que vous êtes tous réunis, je vous propose un petit jeu. D’accord ?

Tout le monde fut d’accord, j’en profitai pour boire un peu de vin 

  • Voici mon petit jeu. Ce serait de tenter d’imaginer et de partager comment vous voyez le monde dans 40 ans. Que voyez-vous ? Comment vous projetez-vous dans 40 ans ?   
  • … silence et un oui massif jaillit de toutes les bouches !
  • Voici c’est sous la forme de devinettes. Je vais vous proposer plusieurs affirmations et vous réagirez. Ces affirmations commenceront ainsi, En 2019, il y aura…
  • Marrant comme jeu, mais pourquoi 2019 ? Demanda ce petit garçon 
  • Euh… comme ça… alors c’est parti. En 2019, il y aura un réseau regroupant plus de 2 milliards d’humains auquel ils se connecteront avec leur ordinateur dans lequel ils partageront leur vie privée, leurs préférences, leurs photos de vacances, …. et cette entreprise sera une des plus grandes puissances au monde.
  • 2 milliards d’individus !? Avec des ordinateurs ! Père Noël, peut-être que dans ton pays on peut l’envisager mais je ne vois pas comment nous pourrions en arriver là nous ! 
  • Et bien, petit-à-petit, tout le monde aura un ordinateur, et les humains partageront volontairement leur vie privée, des informations personnelles. Ils se feront des amis, partageront leurs vacances, les endroits où ils sont, … et l’entreprise propriétaire du réseau collectera toutes ces données, les recoupera avec d’autres données venant d’autres services, en utilisant des terminaux informatiques portables afin de gagner de l’argent, immensément d’argent et aussi, les partager avec des agences de surveillance.
  • Tu rigoles Père Noël ! Comment peut-on accepter cela ?  
  • Une autre ? En 2019, il y aura 1 millions d’espèces vivantes qui seront menacées d’extinction, plus de 35 millions d’hectares de forêt primaire qui auront été détruits, 80% des insectes d’Europe qui auront disparu, 400 millions d’oiseaux qui seront sur le point de disparaître. Que chaque année, quinze milliards d’arbres seront abattus. La moitié des sons de la nature aura disparu. 

Le silence se fit. Le grand père n’en revenait pas lui qui passait le plus clair de son temps dans de longues marches en forêt. Sur ce, je leur dis que je devais continuer ma tournée, un « bonne nuit Père Noël » général m’accompagna. 
Je franchis la porte, et là m’attendait ce petit garçon. Il me regarda, serra ma main, et me dit « à bientôt Père Noël ». Je lui répondis : « Oui, on se retrouvera peut-être un jour petit, à La porte de Noël, nous avons à faire petit » !

À la lecture de ces mots, je faillis défaillir. Ce petit garçon là c’était moi ! J’avais rangé cette scène dans un coin de ma mémoire, et voici que cette scène surgissait comme si c’était hier. Je me revoyais sur le pas de la porte, et ces mots que je dis alors au Père Noël. Et surtout je ressentais à ce moment-là comme quelque chose qui venait me rassurer. Je me revois entrer dans la cuisine où les conversations avaient repris et où tous les adultes se demandaient lequel d’entre eux avait bien pu prendre le rôle du Père Noël  :

  • C’est toi ? Ben non ce n’est pas moi 

Et ma mère s’écria : « Qui a ramené cette bouteille ? Avez-vous vu l’année de ce vin ?? C’est un vin de 2015 !!! ». 

Je repris la lecture. 

J’abandonnai mon costume de Père Noël, j’allais boire un café dans un bar à proximité de la gare routière, avec les errants, les rejetés de cette soirée. Je pris le premier car pour Longwy, puis un train désert et glacé vers Nancy. Je retrouvai la machine, je réglai la date et l’heure de retour afin de n’être parti que pour le temps d’une course à la boulangerie du quartier, pour un retour le même matin de Noël mais plusieurs dizaines d’années plus tard. 
Je pensais longtemps à ce petit garçon. Que savait-il ? 
Je sus que la réponse à mes doutes, et surtout, à celle de savoir comment agir sur ce que nous vivons, c’est lui qui trouverait la solution avec… la machine. 
La machine me permit de le suivre, de le retrouver dans les méandres du temps. Avec cette machine, j’ai voyagé, j’ai vu l’infini et l’éternel ; j’ai exploré le temps, je suis allé à Woodstock, si vous regardez bien le film, vous m’y verrez. J’ai vu ces univers parallèles plus serrés que les pages d’un livre mais aucune de ces grandioses visions n’a pu rivalisé avec ce fugitif instant de tendresse sur les marches devant cette petite maison de la cité de Butte à Villerupt, le 24 décembre 1976. 
Puis, le moment venu, je décidai d’ouvrir au 1,5 rue Mon désert, ma librairie. Juste une porte et un couloir, les livres sur les rayonnages étaient ceux de ma bibliothèque. Elle s’appelait « Par la porte de Noël » parce « qu’après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir ».

J’arrivais à la fin du texte, en manipulant l’enveloppe, une clé tomba, ainsi qu’un billet de train daté du 24 décembre 1976, avec écrit à la main, « Joyeux Noël petit, c’est à toi de jouer maintenant ». 

« Combien de temps dure toujours ? » demanda Alice. « Parfois seulement une seconde » répondit le Lapin Blanc. 

Nowakowskismes 4.6. « NOZAMA »

Selon l’Organisation météorologique mondiale, « la dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c’était il y a 3 à 5 millions d’années ». Les principaux gaz à effet de serre à l’origine du réchauffement climatique ont franchi de nouveaux records de concentration en 2018, a mis en garde l’Organisation des Nations unies (ONU), lundi 25 novembre. Ce rapport rend compte non pas des quantités de gaz à effet de serre qui sont libérées dans l’atmosphère mais de celles qui y restent, sachant que les océans absorbent environ le quart des émissions totales, tout comme la biosphère, dont font partie les forêts. D’après les scientifiques, le dioxyde de carbone (CO2), qui est associé aux activités humaines et constitue le Gaz à Effet de Serre le plus persistant, a battu un nouveau record de concentration l’an dernier soit 147 % du niveau préindustriel de 1750. Les quatre plus importants émetteurs de gaz à effets, la Chine, les Etats-Unis, l’Union européenne (UE) et l’Inde représentent 56 % des émissions mondiales. 
De plus, neuf points de bascule climatiques sont désormais «actifs», avertissent les scientifiques. Et aujourd’hui plus de la moitié d’entre eux ont été activés. Cela menace la forêt amazonienne et impacte les grandes calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland, qui subissent actuellement des changements mesurables et sans précédent bien plus tôt que prévu. Cette «cascade» de changements provoqués par le réchauffement climatique pourrait menacer l’existence même des civilisations humaines. Ces événements sont plus probables et plus interreliés qu’on ne le pensait auparavant.
Dans un article paru dans la revue Nature, les scientifiques appellent à une action urgente pour réduire les émissions de gaz à effet de serre afin d’éviter les points de bascule clés afin d’éviter le scénario catastrophe d’une planète «étuve». La COP 25 qui se tient actuellement à Madrid engagera-t-elle un virage déterminant pour réduire les gaz à effet de serre ? Rien n’est moins sûr. 

NOZAMA ? Vous avez évidemment compris de qui j’allais vous parler ce soir. 

Parce que dans les Nowakowskismes nous refusons l’hypocrisie, parce que dans les Nowakowskismes, nous défendons la lenteur contre l’illusion de la vitesse, parce que dans les Nowakowskismes, nous refusons de lire en étant quantifié, scruté, branché, un livre qui n’en est pas un, un livre qu’on ne peut pas partager !
Ce soir, les Nowakowskismes la seule émission qui explore notre espace et notre temps, partent en exploration dans l’invisible bien visible, dans l’illusion bien réelle ! Chez Amazon ce bon génie réalisant les souhaits – les désirs sont des ordres ! Jusqu’où ? Comme dans le film Planète interdite, où la satisfaction instantanée des désirs mène à la destruction d’une civilisation. Illusion de puissance, puissance égoïste que le capitalisme numérique, technologique, veut nous imposer jusqu’à une forme d’anéantissement ? 
Aujourd’hui, sur cette planète, avons-nous commencé à bâtir cette machine infernale ? La réponse est oui. Aujourd’hui, sur cette planète, il existe un territoire sans frontières que le monde entier connaît ! Chaque minute, + de 1000 colis sortent de ce territoire ! Dans ce territoire, chaque minute, il est dépensé environ 100000$. Ce territoire sans frontières physiques a pour chef l’homme le plus riche du monde. 
Cet homme s’appelle Jeff Bezos. Son histoire est celle d’une longue expropriation symbolique. Un jour, il n’y a pas si longtemps, il a décidé de vendre des livres. Parce qu’en 1994, il prend conscience que le World Wide Web augmente mensuellement son nombre d’utilisateurs de 2300%. Il abandonne alors son travail à Wall Street, déménage à Seattle et se met à vendre des livres sur le web. 
En fait, il a simplement flairé un potentiel juteux marché de niche. Ce n’est donc pas par amour des belles lettres mais bien parce qu’il perçoit un filon à exploiter à la suite d’un benchmark minutieux d’une vingtaine de produits susceptibles de se prêter, plus que d’autres, au e-commerce. Les livres sont des objets standardisés, faciles à présenter en ligne et à envoyer par la poste. Son choix est vite fait. Dès lors, l’ambitieux Jeff Bezos n’aura de cesse de parfaire un modèle carnivore, mettant la pression sur ses fournisseurs, partenaires et employés, et marchant allègrement sur la concurrence. Et l’on se dit alors que le nom de « Relentless », qui peut se traduire par « sans pitié », aurait finalement été de bon aloi. 
En effet, la plupart des librairies n’avaient pas, contrairement à lui, d’espaces suffisants pour stocker tous les titres disponibles. Dans les années 90, à ses débuts, il n’y avait pas de concurrents de grande taille (aux USA essentiellement Barnes & Noble) et les distributeurs avaient déjà adopté leur catalogue à l’ère numérique, avec les numéros ISBN incorporés. C’est pourquoi il a suivi une formation à l’Association des libraires américains avant de s’approprier en un temps record le prestige que les livres avaient accumulé durant des siècles. 
Mais, aujourd’hui, si on entre sur un moteur de recherche, « Amazon librairie », ce ne sont pas des livres que nous trouverons mais des dizaines de liens renvoyant vers des pages Amazon où sont vendues des étagères. En fait, Amazon est tout sauf un libraire, Amazon est un supermarché. 
D’ailleurs, dans ses entrepôts, les livres côtoient les grille-pains, les pailles en acier, des millions d’items dont une grande partie sera détruite par qu’invendue (en une année, plus de trois millions d’articles ont été jetés). Et en cette période d’avant Noël, tous les jouets en vue de la frénésie de dépenses de fin d’année sont accessibles en ligne pour le plus grand bonheur des consommateurs (petite information, durant le Black Friday, ce sont 56 millions de transactions par carte qui ont été enregistrées dans toute la France). 
Quand Amazon ouvre des librairies, il expose les livres de face, car chez Amazon ne sont exposés que les 5000 titres les plus vendus et demandés par les clients. Pour Amazon, un livre est un produit comme un autre ! 
Mais, alors qu’Amazon produit des séries TV, vend de la musique en streaming ou des pièces détachées de voitures ou de motos, et pourrait même devenir un opérateur de téléphonie mobile, la plupart d’entre nous associent son nom à l’objet et au symbole que nous appelons livre.
Et quel est le livre chez Amazon. C’est le Kindle ! Depuis son lancement en 2007, Kindle a sans cesse été amélioré pour imiter la forme des pages et la teinte de l’encre. Pour l’heure, mais peut-être que cela viendra, le toucher, le grain, et cette belle odeur de livre neuf, ne sont pas transposables sur l’écran. Malgré cela, et malgré toutes les inventions techniques pour rapprocher Kindle du livre, nous ne sommes pas encore capables de nous souvenir avec la même précision de ce que nous lisons sur papier, quand nous lisons sur liseuse. Les transitions techniques sont de plus en plus rapides ; celles du cerveau résistent, les transitions se font dans un temps non régi par une loi de Moore. 

Chez Amazon, il n’y a pas de libraires. 
La prescription, le conseil, la recommandation et la discussion ont été éliminés parce que jugés inefficaces. La prescription sabote la rapidité, seule valeur de l’entreprise. Cette prescription est « entre les mains » d’un programme informatique. Le programme informatique est le comble de la fluidité et de l’optimisation. La machine transforme le client en prescripteur. « Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté »…. Welcome to the machine … my friend !
Amazon élimine les intermédiaires ou les rend invisibles. Machine à classer, Amazon aspire à tant de fluidité qu’elle doit devenir invisible mais est présente partout. En éliminant les coûts d’envoi, en marchandant avec ses clients pour obtenir les prix les plus faible pour le client individuel, Amazon semble bon marché. Très bon marché même ! Mais nous savons que ce qui est bon marché est en réalité très cher ! Et oui, rien ne peut être gratuit dans notre réalité ! Parce que cette invisibilité est un camouflage : tout est si rapide, transparent, fluide qu’il n’y a plus en apparence de médiation. En fait oui il y en a une ! Vous payez avec votre argent et vos données ! 
Comment arriver à un tel degré de perfection ? Par le travail des employés d’Amazon qu’on appelle les Amazonians, ça fait tribu ! Leur travail est un travail de robot avec des robots. Travailler comme des robots c’est la marque de fabrique depuis le début ! En 1994, lorsqu’ils n’étaient encore que cinq à travailler dans le garage de la maison de Jeff Bezos (encore un garage !) à Seattle, ils étaient déjà obsédés par la rapidité. Et cela dure depuis vingt ans ! Par le stress, les harcèlements divers et les traitements inhumains, il faut obtenir coûte-que-coûte cette efficacité extrême qui n’est envisageable que si on est une machine soi-même, automatisé, empêché de penser ! 
Aujourd’hui, les Amazonians sont « aidés » par des robots. Le premier s’appelle Kiva. Il est capable de soulever jusqu’à 340kg et de se déplacer à 1 mètre et demi par seconde. Kiva est synchronisé avec les travailleurs humains grâce à un programme informatique (ou sont-ce les humains qui se synchronisent sur le rythme de Kiva ?). Les Kivas s’occupent de soulever et déplacer les étagères pour faciliter la prise des produits. Une fois les produits achetés réunis, une autre machine nommée Slam, se charge de les scanner et des les empaqueter grâce à son ruban transporteur. 
Kiva et Slam sont le produit de plusieurs années de recherches. Amazon a organisé des concours de robotique dans le cadre de l’International Conference on Robotics and Automation de Seattle afin de trouver des modalités de perfectionnement des processus de commande. Au cours d’une de ces éditions, les machines inventées par le MIT ou l’université technique de Berlin devaient récupérer en un temps record un petit canard en plastique, un paquet d’Oreo, un chien en peluche et un livre. 
En fait, pour Amazon, il n’y a tout simplement pas de différence entre ces quatre objets. Ce sont tous des marchandises. 
D’ailleurs, Amazon a progressivement fait disparaitre le facteur humain. À ses débuts, Amazon comptait dans ses rangs des rédacteurs qui écrivaient des critiques des livres en vente. Aujourd’hui, Amazon a automatisé la chaîne de distribution et attend des consommateurs qu’ils agissent de même. 
Quel que soit leur pays d’implantation, les entrepôts logistiques présentent une architecture et une organisation du travail similaires. Situés à proximité d’échangeurs autoroutiers, dans des zones où le taux de chômage dépasse la moyenne nationale, ils sont placés sous la garde sourcilleuse de sociétés de sécurité. Ces parallélépipèdes de tôle s’étalent sur une surface parfois supérieure à cent mille mètres carrés, soit près de quatorze terrains de football. Ils s’animent au rythme d’un ballet de poids lourds toutes les trois minutes, le groupe Amazon gorge de colis un semi-remorque.
La profusion de produits se matérialise dans les entrepôts abritant des forêts d’étagères métalliques où triment des ouvriers astreints au silence par le règlement intérieur. Tous, considérés comme des chapardeurs potentiels, subissent des fouilles minutieuses assurées par des vigiles : ils passent par des portiques de sécurité lors de leur sortie définitive ou de leur pause, ainsi raccourcie par ce fastidieux contrôle qui génère de longues files d’attente. 
La mutualisation et la gestion des stocks d’Amazon sont informatisées selon la logique du chaotic storage. Les articles sont disposés de manière aléatoire sur les rayonnages. Ce « rangement chaotique » présente l’avantage d’une plus grande flexibilité que le stockage traditionnel : inutile de prévoir des espaces supplémentaires pour chaque type d’article en cas de variations de l’offre ou de la demande, puisque tout s’entasse au hasard. Chaque rangée d’étagères compte plusieurs niveaux, chaque niveau plusieurs cellules de rangement : ce sont les bins (alvéoles), dans lesquelles les écrits de Proust côtoient un paquet de slips pour homme, un ours en peluche, des condiments pour grillades ou Cloud Atlas réalisé par Lana Wachowski et Tom Tykwer. Dès qu’une marchandise est extraite, un compte à rebours s’affiche sur le scanner, ordonnant au travailleur de prélever la suivante. Son choix est déterminé par ordinateur afin d’optimiser la distance de parcours. Le système note également le « TOT », le « time Off task », soit le temps passé à ne pas travailler. Si l’employé a interrompu son travail trop longtemps, il reçoit alors des avertissements qui peuvent mener à un licenciement. Certains employés éviteraient même de faire leur pause pipi pour être certains d’assurer leur taux de productivité. Amazon indique aussi prévoir une nouvelle formation pour les 5% les moins efficaces de l’entrepôt et change les objectifs de productivité dès que 75% des employés atteignent les leurs. Sisyphe revu et mis en process par Amazon. 

Commandes, objets, prix, envois, les processus individuels se désagrègent sous la logique immatérielle de la fluidité. Pour Jeff Bezos, comme les autres compères des GAFA, le monde matériel peut fonctionner sur le même mode que le monde numérique – des bits, des octets, … de portes logiques et de programmes réglant tout ! Ces entreprises partagent une même volonté impérialiste de conquérir la planète, en promouvant l’accès illimité à l’information, à la consommation et aux biens de consommation tout en faisant signer des clauses de confidentialité à leurs employés, en élaborant ds stratégies complexes pour ne pas payer d’impôts dans les pays dans lesquels elles s’implantent. Elles construisent des sortes d’Etats parallèles, transversaux, globaux, comportant leurs propres règles et lois, leurs propres laboratoires de recherche. 
Google X, le centre de recherche et de projet de Google, se trouve dans un lieu inconnu du grand public, plus ou moins à proximité du quartier général de la société. Le prochain projet ? Des ballons stratosphériques qui assureront dans dix l’accès à internet à la partie de la population mondiale qui n’en dispose pas encore. 
Pour Amazon, un des projets c’est Amazon Prime Air, son réseau de distribution à l’aide de drones. Depuis peu, la Federal Aviation Administration a changé la régulation en vigueur afin d’être favorable au vol de drones commerciaux, et a simplifié l’accès au certificat de pilote de drone. 
Bienvenus dans une monde dans lequel on a remplacé les oiseaux disparus par des paquets volants emplis de paquets d’Oreo, de chiens en peluche, de grille-pains, de petits canards en plastique, … et de livres ! 
Et plus proche de nous – En France, l’entreprise semble se préparer à développer le fret aérien pour le secteur de la vente en ligne, comme l’indique le choix de ses futures implantations à côté d’Orly, de Roissy, de l’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine (« Lorraine Airport ») ou de Lyon-Saint-Exupéry. Aux États-Unis, le fret aérien Amazon Air est déjà déployé. 32 avions desservent « la clientèle Prime » pour qu’elle soit livrée le plus rapidement possible. C’est une machine de guerre qui lui permet d’étendre chaque année son emprise sur le marché. En juin 2019, le Wall Street Journal précisait qu’Amazon avait fait ses courses au salon du Bourget et allait acquérir 15 Boeing 737-800 supplémentaires. D’ici 2021, Amazon devrait utiliser une flotte de soixante-dix avions pour assurer ses livraisons aux États-Unis.
Contrairement à Facebook et Google qui doivent faire face au risque que vos noms et données soient faux, et qui sont prêts à tout pour obtenir votre numéro de téléphone, Amazon possède depuis le début toutes vos données vraies – carte de crédit, adresse, téléphone, … et par là sait tout ce que vous lisez, achetez, offrez… Il est très facile de déduire le profil de votre coeur ou celui de votre cerveau en analysant votre rapport aux. objets. Et cet empire est né de ce qui concentrait le plus de prestige culturel : le livre ! Amazon a construit le plus grand supermarché du monde déguisé en bibliothèque !
Mais l’emprise d’Amazon ne s’arrête pas là. Car la véritable vache à lait d’Amazon n’est plus la vente de produits en ligne mais l’hébergement cloud, commercialisé sous le nom d’Amazon Web Services (AWS). Pour l’année 2018, AWS a rapporté 7,3 milliards de dollars de cash et réalisé 25,5 milliards de chiffre d’affaires, plus que les revenus engrangés par McDonald’s la même année. AWS est devenu à ce point incontournable que même ses concurrents directs y ont recours pour assurer leurs services, Google et Apple en tête. Parmi ses autres clients, Netflix, Airbus, Veolia, la Société Générale, Renault, la SNCF, l’Éducation nationale française et… la CIA. Aujourd’hui, en vertu du Cloud Act signé par Donald Trump, le FBI et la CIA peuvent accéder aux serveurs d’Amazon dans le cadre d’enquêtes criminelles ou simplement à des fins de « protection de l’ordre public ».
À la longue liste des projets préoccupants de l’entreprise de Jeff Bezos, il faut ajouter Alexa, son « assistant vocal personnel », désormais présent dans de nombreux foyers et plutôt prompt à espionner ses heureux propriétaires. Et aussi Rekognition, le logiciel de reconnaissance faciale qui sera amené, de manière croissante, à équiper les commerces, les logements via les interphones intelligents Ring ou bien encore les services de police. De quoi donner du grain à moudre au projet hégémonique de l’entreprise qui, au même titre que d’autres géants de la tech et d’Internet, consiste à s’émanciper des règles collectives, quand il ne s’agit pas tout simplement de les réécrire. 
Enfin à toi qui lit sur un Kindle. Lors de la dernière journée mondiale du livre et du droit d’auteur, Amazon a révélé quelles étaient les phrases les plus soulignées sur Kindle. Lire sur Kindle c’est donner à Amazon comment tu lis, à quelles pages tu t’es arrêté, celles qui t’ont fait abandonner la lecture, … Lire sur Kindle c’est lire un livre que tu as payé mais qui ne t’appartient pas puisque tu ne peux pas le prêter ! Amazon a récemment lancé la campagne Kindle Reading Fund pour soi-disant promouvoir la lecture dans les pays pauvres. En réalité, l’objectif est d’habituer une nouvelle génération de consommateurs à lire sur écran, obtenir des données en provenance de tous les continents, et mettre tout cela en nombre en vue d’optimiser encore plus les ventes – Amazon fabrique ses propres séries TV, je suis prêt à parier qu’Amazon écrira bientôt ses propres romans en s’appuyant sur toutes ces données collectées. 
Enfin, chez Amazon puisqu’on se déclare contre la censure, on continue de vendre toutes sortes d’ouvrages négationnistes, commentés, vantés en s’asseyant ostensiblement sur le fait que dans de nombreux pays la négation de la Shoah est un délit. 

Alors humains, pour la planète, pour tout le vivant et pour la liberté… c’est maintenant ou jamais qu’il faut agir !

Avant de nous quitter ces quelques mots de la chanson que nous allons écouter, et qui s’intitule Here’s to you : 
« A vous, Nicola et Bart (Here’s to you, Nicola and Bart) 
Reste toujours ici dans nos cœurs (Rest forever here in our hearts) 
Le dernier et dernier moment est à vous (The last and final moment is yours) 
Cette agonie est votre triomphe (That agony is your triumph) »

Elle est chantée par Joan Baez. C’est la chanson du film Sacco et Vanzetti de Giuliano Montaldo sorti en 1971. Nicolas Sacco et Bartolomeo Vanzetti sont deux anarchistes italiens furent victimes d’un scandale judiciaire et condamnés à mort dans les années 20 aux USA.

Les paroles de la chanson sont inspirées par les mots de Bartolomeo Vanzetti au juge qui le condamna à mort : « Si cette chose n’était pas arrivée, j’aurais passé toute ma vie à parler au coin des rues à des hommes méprisants. J’aurais pu mourir inconnu, ignoré : un raté. Ceci est notre carrière et notre triomphe. Jamais, dans toute notre vie, nous n’aurions pu espérer faire pour la tolérance, pour la justice, pour la compréhension mutuelle des hommes, ce que nous faisons aujourd’hui par hasard. Nos paroles, nos vies, nos souffrances ne sont rien. Mais qu’on nous prenne nos vies, vies d’un bon cordonnier et d’un pauvre vendeur de poissons, c’est cela qui est tout ! Ce dernier moment est le nôtre. Cette agonie est notre triomphe ».

Sources
« Nine climate tipping points now ‘active,’ warn scientists » November 30, 2019. https://phys.org/news/2019-11-climate-scientists.html?fbclid=IwAR1W8FBnOcVmHV4RvZIpfGaIHjnyDIzUb1Af-s8hQVm0Mq74zFEXJ7hSrnU

« COP25 : d’après l’ONU, c’est notre dernière chance », 2 décembre 2019. https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/cop25-cop25-apres-onu-cest-notre-derniere-chance-65109/ 
« Contre Amazon ». Jorge Carrion. Le nouvel Attila 
« Chez Amazon, un algorithme vire les employés « pas productifs » https://usbeketrica.com/article/chez-amazon-un-algorithme-vire-les-employes-pas-productifs 
« Amazon, l’envers de l’écran », novembre 2013.  https://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/MALET/49762 
« Amazon grandit, l’environnement pâtit », 4 juillet 2019. https://reporterre.net/Amazon-grandit-l-environnement-patit 
Robots Kiva : Amazon Robotics automatise tout – encore des hommes mais seulement « à court terme » https://reinformation.tv/robots-kiva-amazon-hommes-jallais-89365-2/ https://usbeketrica.com/article/climat-des-reactions-en-chaine-hors-de-controle-pourraient-deja-etre-enclenchees

« En stockant des milliers d’ouvrages, tablettes et liseuses permettent certes d’alléger les cartables, mais, lus sur un même support, manuels scolaires et romans seront associés à une expérience sensorielle moins spécifique et seront par conséquent moins bien traités et mémorisés ». Mangen, Olivier et Velay (2019) https://www.innovation-pedagogique.fr/article4863.html 

Nowakowskismes 4.5. « Les damnés du numérique »

On les pensait grouillants et résistants à tout mais les insectes aussi souffrent de l’activité humaine. Les preuves de la chute de la biodiversité s’accumulent. Selon une récente étude allemande, la biomasse des arthropodes a diminué de 67 % en dix ans dans les prairies et de 41 % dans les forêts. Cette recherche est inédite par son ampleur. Les scientifiques ont analysé les données de 150 prairies et 140 forêts en Allemagne pour 2 700 espèces d’arthropodes (insectes, araignées, mille-pattes, etc.) sur dix ans. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature le 31 octobre.
Une étude hollandaise évoque une baisse de 75 % de la biomasse des insectes volants en vingt-sept ans. Des Américains observent une baisse de 83 % de l’abondance des coléoptères en quarante ans dans une forêt du New Hampshire.
En France, Vincent Bretagnolle, écologue au Centre d’études biologiques de Chizé a déjà alerté sur la disparition des oiseaux dans les campagnes. Il a aussi des résultats sur les insectes. « Concernant les coléoptères, par exemple, nous observons une diminution de 85 % de la biomasse en 25 ans »

Sera-t-on bientôt contraint de présenter son téléphone portable ou d’utiliser les services d’Internet pour prendre le métro, le train, l’avion, faire ses courses ou payer ses impôts ? 
Pas de problème, nous explique-t-on, c’est plus commode, et tout le monde s’y habituera. Or, justement, beaucoup de gens ne s’y font pas, beaucoup de gens ne peuvent pas. Et surtout, quand on y sera, il n’y aura plus d’alternative, ce sera entrer dans le mouvement ou disparaître. 
Ce soir les Nowakowskismes la seule émission qui explore notre espace et notre temps, vont faire un tour de l’autre côté du miroir, au delà de l’illusion de la toute puissance de tous grâce aux outils numériques omniprésents et l’accès permanent et incontournable au réseau. 
Venez avec moi. Nous partons pour un endroit pas si loin de chez nous, des champs, des champs de pommes de terre et de lin, au loin un clocher d’une église gothique et, un peu plus loin, une frontière. En nous approchant, nous arrivons au croisement des deux routes principales. Là s’élève la Maison de Services Au Public (MSAP), un bâtiment en béton sans âme comme en sortent de terre un peu partout en France où quelques fonctionnaires accueillent les habitants des environs, trop éloignés des agences publiques situées à plusieurs dizaines de kilomètres.
Ce matin-là, une retraitée pousse la porte de la MSAP, deux gros dossiers sous le bras, tout ce qu’il faut pour pouvoir remplir ses papiers administratifs. Elle vient à la MSAP parce qu’elle n’a pas internet, et que si on n’a pas internet aujourd’hui, ou si on ne sait pas, on n’ose pas, on est idiot. Surtout, parce que dans ces MSAP affluent toutes les personnes que le numérique a rejeté, expulsées  parce que bon nombre de démarches qu’ils faisaient autrefois naturellement et en autonomie leur sont devenues impossibles. La dématérialisation complique le quotidien de bien des habitants de cette région, la déclaration des revenus en ligne est un « cauchemar », a fortiori quand le village est « en bout de ligne », là où le réseau s’épuise, et malgré les appels répétés à la hotline lointaine qui ne sait dire que « Débranchez votre box puis rebranchez-la, … ça ne fonctionne pas… recommencez ! » ! Mais rien n’y fait. ! 
Cet endroit pas si loin de chez nous, mais déjà trop loin, ces champs, ces champs de pommes de terre et de lin, avec au loin un clocher d’une église gothique et, un peu plus loin, une frontière est une zone d’ombre. Une zone d’ombre est une des sous-catégories des zones blanches qui concernent près de 541 communes en 2018. Cette retraitée fait partie des 12,8 millions de Français qui ne disposent pas de l’Internet à haut débit. 
Bien sûr, elle sera accueillie par un fonctionnaire territorial patient qui se voudra rassurant. Après lui avoir demandé son numéro fiscal et son mot de passe, elle va fouiller dans ses papiers, retourner ses dossiers, mais elle ne le trouvera pas. Entre les mots de passe de son téléphone, de son ordinateur, de son courriel et tous les autres codes qu’il faut mémoriser, remettre à jour, ne pas communiquer, cette vieille dame est perdue. L’email, elle a une adresse, mais elle ne l’utilise pas, elle préfère un rendez-vous à un guichet avec quelqu’un à qui parler ! Le fonctionnaire lui génère un nouveau mot de passe qui arrivera dans sa boite mail. 
Pour découvrir ce nouveau code, la vieille dame devra demander de l’aide à quelqu’un de sa famille, qui  ne fera peut-être pas partie des 75 % de Français qui possédaient un smartphone en 2018. Le fonctionnaire lui demande de revenir avec le code. Il faut juste espérer que ce mail n’arrivera pas dans sa boîte de courriers indésirables.
Les identifiants, les mots de passe, les captcha (ces tests visuels permettant de différencier un humain d’un robot et qui vont nourrir par notre réponse les systèmes d’apprentissage automatique de Google – ceci est bien un A…), les courriels de confirmation… Rien de cela ne va de soi pour beaucoup de personnes qui s’excluent parce qu’elles s’estiment bêtes, parce qu’elles n’osent pas aller sur internet, parce qu’elles ont toujours peur de faire une bêtise ! Et puis, il y a tous ces messages qui demandent qu’on saisisse nos codes de banques, auxquels ils ne faut pas répondre, et donc elles abandonnent. Et toutes ces personnes que demandent-elles ? Juste avoir un rendez-vous avec quelqu’un en chair et en os. 
Voici quelques chiffres pour avoir une idée de la situation. 
En France, plus de treize millions de personnes ne sont pas « à l’aise » avec Internet et tous les services qui s’y trouvent, soit 23 % de la population de plus de 18 ans. 
Les personnes âgées représentent 66 % de celles qui sont les plus éloignées du numérique. Aujourd’hui, 55 % des plus de 70 ans n’ont pas d’accès à Internet chez eux. 
Un jeune de moins de 35 ans sur cinq serait également concerné. 
Un exemple qui n’est pas le seul, le département du Nord – il totalise plus de 598 000 déconnectés (23 % de ses 2,6 millions d’habitants). Surtout, la moitié des non-internautes résident dans des communes de moins de vingt mille habitants. 

Dans ce monde de novlangue, un terme a fait son apparition pour désigner le fait de ne pas être équipé d’appareils informatiques, de ne pas maîtriser leur fonctionnement ou de ne pas disposer d’une connexion : c’est l’« illectronisme ». 
On a pris l’exemple d’une vieille dame mais ce ne sont pas les retraités qui souffrent le plus d’illectronisme. Les plus jeunes, les quinquagénaires sont encore plus en difficulté. Les retraités cherchent à utiliser Internet, ne serait-ce que pour parler à leurs petits-enfants sur Skype. Ils sont moins hostiles, car, souvent, ils y trouvent un vrai intérêt et ont plus de temps libre pour naviguer. 
Des formations ou de l’accompagnement, les gens ne demandent que ça, mais ce n’est pas prévu. 
Mais voilà, jour après jour, il suffit d’ailleurs d’écouter la radio pour s’en apercevoir, « ne pas être connecté » c’est par exemple ne plus pouvoir, depuis novembre 2017, effectuer les démarches liées au permis de conduire ou à l’immatriculation des véhicules. 
Petit-à-petit, service après service, la dématérialisation s’installe. Pour l’inscription à Pôle emploi, à la Caisse d’allocations familiales (CAF), à la Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) ou à la caisse de retraite, pour la souscription à Électricité de France (EDF) ou pour les demandes de bourse étudiante, « Ne pas être connecté », c’est ne pas exister. 
Bien sûr, parce qu’il ne faut s’exclure de la marche du progrès, ça s’amplifie. 
Qu’il s’agisse de réserver une table dans un restaurant ou une nuit dans un hôtel, d’acheter une place pour un spectacle ou une rencontre sportive, un ticket de cinéma ou un titre de transport, de prendre rendez-vous chez un médecin, de s’inscrire à un tournoi de tennis, d’effectuer une démarche administrative ou encore de scanner soi-même ses achats au supermarché, la dématérialisation s’étend jour après jour. 
En 2021, à Paris, les tickets de métro ne seront plus en carton, mais dans une carte rechargeable, ou codés en pixels sur les écrans de téléphone. 
En 2021, la carte Vitale sera remplacée par une application mobile appelée apCV, et régulièrement mais inexorablement de nombreux bureaux de la CPAM disparaissent. 
Chaque semaine, une banque, une entreprise ou un service public annonce la création d’un système entièrement dématérialisé (il suffit d’écouter la radio du service public et ses publicités pour s’en convaincre – toutes ces plateformes qui sont là pour vous accompagner dans tous vos projets). 
En fait, une société sans contact se profile, confrontant des millions de citoyens à un unique interlocuteur, les écrans. 
D’ailleurs, ça a été annoncé : d’ici à 2022, tous les services publics seront dématérialisés. 
Le miroir aux alouettes quel est-il ? 
Les économies bien sûr ! Le calcul simpliste est celui-ci :  sachant qu’un citoyen effectue en moyenne six formalités par an, le passage au « tout numérique » représenterait pour les caisses de l’État une économie de 64 euros par usager, soit un gain total de 450 millions d’euros. Ce calcul et ceux qui le promeuvent oublient juste un « petit » détail : il faudra investir plus de 9 milliards d’euros pour parvenir à l’État numérique intégral. Et on ne parle que des infrastructures, qu’en est-il de tous ceux qui ne prendront pas ce train ? 
Des guichets vides d’humains, laissant les usagers seuls face à des bornes informatiques quand elles ont été installées, voici déjà la réalité dans de nombreux services publics. 
Alors que répondre à ceux qui veulent rester déconnectés ? Vous n’êtes pas de ce monde ? Pour certains le besoin d’Internet et de machines informatiques a été créé de toutes pièces ; il « élimine progressivement les contacts humains » tout en se parant de vertus écologiques « alors que, jusqu’à preuve du contraire, le papier est recyclable à 90 %, ce qui n’est pas le cas du matériel informatique ». Nombreux sont ceux qui n’ont pas de compte Twitter ! D’autres, souvent les mêmes, n’ont pas de compte Facebook pour « liker » tout au long de la journée, ni de smartphone comptant le nombre de pas faits dans la journée. 
Et encore plus nombreux sont ceux qui n’ont pas d’ordinateur, ni de box Internet, ni d’adresse électronique et qui vivent des situations ubuesques ne serait-ce que pour acheter des billets de trains aux guichets de la gare !
Que répondre à ceux à qui on demande un relevé des indemnités versées par la Sécurité sociale et qui se rendant au guichet s’entendent dire qu’il faut une adresse mail pour que le document leur soit envoyé. Et qu’il n’est pas possible de faire imprimer le formulaire à la Sécu. 
Que répondre à ceux qui souhaite déclarer leurs impôts autrement qu’en ligne. Ce n’est pas possible « c’est par Internet » !  
Certains demandent alors d’avoir accès à une machine en accès libre. Malheureusement dans beaucoup de centres, il n’y en a pas ! Nous sommes dans une logique qui oblige chacun à faire sa déclaration en ligne et qui impose à tous de s’équiper, de maîtriser, de posséder un ordinateur, de prendre un abonnement auprès d’un fournisseur d’accès privé. Cette stratégie vise à court-circuiter toutes ces petites choses qui font les rapports humains.  Dans les administrations, les transports, les banques, les supermarchés… que faisons-nous d’autres que de que de remplacer les relations, les échanges, le contact par des interactions programmées au travers d’une tablette ou d’un écran d’ordinateur ! 
Certains nous répondront : «  mais oui, il y a de l’humain, nous accompagnons ! Nous avons recruté des jeunes en service civique (comprendre – ils ne sont pas payés !) sans contrat de travail. Dans le meilleur des cas, obtenir un emploi, c’est un temps partiel pour un salaire s’élevant à une fraction du SMIC avec pour seule tâche, diriger les demandeurs d’emploi vers les écrans. Parce que ces jeunes « accompagnateurs » n’ont absolument pas le droit, à Pôle Emploi, de faire les démarches à la place des demandeurs dont beaucoup ne savent pas se servir de l’ordinateur. 
Alors, on ne compte plus les demandeurs tétanisés tentant de remplir le formulaire de réinscription en ligne après avoir été radié parce qu’ils n’ont pas réactualisé en ligne leur statut. Il faut se réinscrire parce que sinon on est bon pour une réduction de 100€ sur le RSA ! 
Toute cette procédure est expliquée par les « petits jeunes en bleu », comme les appellent les agents. Ces petits jeunes en bleu, toute la matinée (parce que c’est le seul créneau d’ouverture de la journée), ils répètent les mêmes phrases : « Vous avez vos identifiants ? Allez dans votre espace. Allez sur « Mes échanges avec Pôle emploi », cliquez sur « Transmettre et suivre un document par courrier », puis sur « Numériser », « Ajouter une page », « Valider », « Confirmer », « Envoyer un autre document », « Confirmer », « Valider ». « Vous répétez cette procédure autant de fois que vous avez de papiers à transmettre. » 
La définition du service civique, à savoir effectuer des tâches « utiles », est à mille lieues de qu’ils avaient pu imaginer pour une mission de ce genre. Payés aux alentours de 500 euros par mois, majoritairement des femmes, épuisés, réduits à réaliser un Bullshit Job sans espoir, … Ken Loach et son film « Moi, Daniel Blake » sorti en 2016 n’est vraiment pas loin !
CAF, Pôle emploi, services sociaux : tous sont en transition vers la société sans contact. 
L’État avance l’argument de la simplification. Mais la réalité est tout autre ! Par exemple, quand pour le renouvellement d’un titre de séjour, le labyrinthe numérique oblige à se demander si les difficultés rencontrées (comme sur le site recueillant les signatures en faveur d’un référendum contre la privatisation d’Aéroports de Paris) ne font pas partie du processus de tri. 
Aujourd’hui, il est devenu encore plus facile de compliquer les démarches pour dissuader les usagers de s’y engager.
Pour le renouvellement d’une carte de séjour, toutes les démarches doivent se faire en ligne. Il faut remplir tous les critères en moins de cinq minutes sinon la session expire. Ensuite, si onparvient à s’inscrire pour un rendez-vous deux, trois, voire six, mois plus tard, on reçoit un mail auquel il faut répondre obligatoirement dans les quinze minutes, sinon tout est annulé. Et bien sûr, le bouton de confirmation est écrit en tout petit ! 
On comprend mieux comment les rendez-vous dans les préfectures ont pu devenir un commerce. Un peu comme les sous-traitants de visas dans les ambassades, des « intermédiaires » plus ou moins scrupuleux proposent pour des prix allant de quelques dizaines à quelques centaines d’euros de réaliser ces formalités ! 
Pour obtenir le RSA c’est une stratégie du même ordre. La stratégie du non recours au droit. Avec plus de 4 millions d’allocataires des minima sociaux en France, dont 1,9 million pour le RSA, on assiste l’équivalent numérique du non-recours aux droits à savoir l’abandonnisme. 
L’abandonnisme concerne un Français sur cinq, selon une étude de 2018 menée par l’Institut CSA pour le syndicat de la presse sociale. 
La question fondamentale est : comment pouvons-nous accepter que des gens, toujours les plus fragiles n’aient pas accès à leurs droits et/ou qu’ils soient découragés dans leurs démarches pour y avoir accès, à cause de la dématérialisation ? 
En 2018, le non-recours aux droits aurait représenté plus de 5 milliards d’euros s’agissant du RSA, et à peine moins s’agissant des prestations familiales et de logement. 
Comme tous les outils du numérique, la dématérialisation peut être d’une grande utilité lorsqu’elle est facteur de choix et de temps gagné ; mais quand la dématérialisation obligatoire fait écran à la relation, elle devient un facteur majeur d’exclusion, de déshumanisation et de détresse pour de nombreux usagers. Il y a alors urgence à prendre notre part dans les efforts en matière d’inclusion sociale numérique.
De plus, il ne suffira pas de réparer les dégâts, le numérique que nous voulons, doit être émancipateur, conçu pour tous, humain, porteur de capacités et de choix. Même les réseaux sociaux peuvent jouer le rôle de lieu d’émancipation – nous avons notre part à jouer aussi dans cela.
L’éducation, l’éducation populaire, l’accompagnement et le renforcement du commun ont un rôle majeur à jouer pour maitriser individuellement et collectivement ces outils. L’association de tous les citoyens, des agents publics, des travailleurs sociaux, des acteurs associatifs à l’amélioration des services publics de demain conditionne leur qualité, elle est une condition de légitimité démocratique.
Enfin, nous devons construire la société à venir, en menant une importante transition écologique et sociale, tout en ayant soin des liens entre générations, en éliminant discriminations, exclusions et inégalités. Exploitons les potentiels de liens, de partage et d’apprentissage du numérique, qui peuvent nous rendre acteurs. Construisons ce qui nous permettra d’y travailler ensemble, au-delà de nos spécialités et légitimités respectives, puisque la transformation numérique comme les enjeux écologiques doivent nous amener, parce que nous n’avons pas le choix, à construire un monde commun.
Avant de finir ces Nowakowskismes, voici des chiffres insupportables venus de la France du XXIème siècle, de la France et de ces universités qui se veulent d’excellence :
En France au XXIème siècle, 
1 étudiant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté. 
1 étudiant sur 2 n’a pas assez d’argent pour couvrir ses besoins. 
1 étudiant sur 2 travaille et dans 13% des cas cette activité (mal) rémunérée est « concurrente des études ». 
Plus d’1 étudiant sur 10 renonce à voir un médecin pour raisons financières.

 

 

Nowakowskismes 4.4. « Sorry we fucked you ! »

Selon GreenIT, l’empreinte environnementale (dont l’empreinte énergétique) du secteur numérique – provenant historiquement des ordinateurs et dispositifs d’affichage associés – sera beaucoup plus forte d’ici à 2025 en raison de :

  • la très forte croissance du nombre d’objets connectés (estimé à 48 milliards au niveau mondial en 2025 contre 1 milliard en 2010) ;
  • le doublement de la taille des écrans, notamment de télévision (entre 2010 et 2025) ;
  • un « tassement des gains en matière d’efficience énergétique » (alors que ceux-ci progressaient « sans interruption » jusqu’ici) ;
  • une empreinte plus importante de la consommation d’électricité, celle-ci augmentant fortement dans les pays émergents dont les mix électriques sont généralement plus carbonés que ceux des pays occidentaux.

Au total, GreenIT estime que la consommation d’électricité du secteur numérique pourrait être multipliée par 2,7 entre 2010 et 2025 « parce que le nombre d’équipements augmente, mais aussi parce que certains équipements consomment de plus en plus d’énergie ».

Ce soir les Nowakowskismes nous emmènent dans un monde meilleur, dans un monde où on n’embauche pas, mais on embarque, un monde qui laisse s’installer un esclavage moderne. Ce soir, les Nowakowskismes détournent le titre du film de Ken Loach, « Sorry we missed you » pour aller creuser du côté du ce qui n’est pas une vie et pour aussi vous dire, allez voir ce film. 

En transformant des particuliers possédant un smartphone et un véhicule en chauffeurs occasionnels, ceux possédant un smartphone et un vélo en livreurs de nourriture, ceux possédant un smartphone et une camionnette en chauffeur-livreur, tous sous le statut d’auto-entrepreneurs, Uber s’est inscrit dans le vocabulaire courant, et a donné au néolibéralisme un moyen infaillible pour amplifier par la technologie, la précarisation. 

Commençons par quelques éléments de contexte. 

En effet pour les entreprises contemporaines, l’adoption massive de technologies de l’information et de la communication sont la cause de confusions. La terminologie employée est vague parce qu’à la fois focalisée sur des concepts à la mode comme la « disruption », et l’« uberisation », et sur ce qu’on a appelé à savoir la « transition numérique ». On peut aussi y voir les prémices d’une nouvelle phase industrielle, et on a alors parlé de « révolution numérique », voire d’« industrie 4.0 ». Derrière ces définitions et approches uniquement technologiques, on a mis de côté les dimensions sociales des usages numériques.
Tout ceci s’accompagne d’un récit qui inscrit les processus technologiques dans une dynamique de progrès nécessaires et vitaux pour satisfaire des logiques d’efficacité et de moindre effort. L’objectif étant de préparer fatalement le remplacement des humains faillibles et fragiles par des solutions automatiques bien plus performantes et économiques. 
Et c’est là qu’intervient la notion de « plateformisation » ou encore l’ « uberisation ». Ceci ne signifie pas nécessairement la disparition du travail, mais une modification du « ratio travail implicitement productif/emploi formellement reconnaissable ».
Ainsi, avec les plateformes, le marché et l’entreprise ont tendance à converger. Un exemple parmi d’autres est représenté par les géants du commerce électronique comme Amazon et Alibaba, qui sont à la fois des entreprises aux hiérarchies marquées, et des marketplaces où plusieurs acteurs gèrent l’incertitude et où chaque transaction a un prix affiché et non nul.
Les plateformes se caractérisent alors par leur capacité à coordonner au travers de dispositifs d’appariement algorithmique toutes les catégories d’utilisateurs : consommateurs, producteurs, opérateurs logistiques, gestionnaires de systèmes de paiement, modérateurs. 
De plus, les plateformes convergent vers une forme particulière de marchés, joliment nommés multifaces. En effet, pour certains acteurs sociaux (fournisseurs, annonceurs, etc.), les transactions se réalisent à un prix positif ; d’autres comme par exemple les consommateurs d’informations sur certains médias sociaux bénéficient eux d’un prix nul, voire même d’un prix négatif, puisqu’ils sont rétribués pour leur usage. Ainsi, par exemple, le modèle économique de Google se fonde sur le marché de la publicité : les annonceurs paient pour acheter les données, alors que les utilisateurs profitent de la soi-disant « gratuité » du service rendu.
Tout ceci s’est définitivement mis en place il y a 10 ans avec la crise financière de 2008. D’un côté les banques, les états, Wall Street, le FMI prônant une austérité terrible et de l’autre la Silicon Valley et ses entreprises du numérique exaltant l’abondance et l’innovation et des bouleversements consécutifs.
La crise financière mondiale s’est soldée par un sauvetage du système bancaire et a transformé l’Etat social en un champ de ruines. Le secteur public, ultime rempart contre les avancées de l’idéologie néolibérale, en est sorti mutilé, voire dans certains cas totalement anéanti. Les services publics ayant survécu aux coupes budgétaires se sont vus contraints de mettre en place une logique de rentabilité. 
Le second bouleversement a été de mettre en place une logique du tout numérisé et de tout connecté à Internet. Ce phénomène est bien sûr parfaitement normal si nous écoutons les investisseurs capitalistes. Pourquoi ? Parce que bien évidemment, les institutions doivent choisir entre innover ou mourir !
La magie de la technologie va alors tout naturellement se glisser dans les moindres recoins de nos vie. Et donc s’opposer à l’innovation reviendrait à renoncer aux grands idéaux des Lumières, de l’humanité blanche conquérante. Les dirigeants de Google, d’Amazon et de Facebook seraient des réincarnations des grands esprits des Lumières dans les corps d’entrepreneurs technophiles, mégalomanes et asociaux.

Revenons avec un petit exemple significatif des changements que nous sommes en train de vivre, sous cet évangile de l’innovation. 
Partons faire un tour à Barcelone. Voici le tableau. 
Comme beaucoup d’institutions culturelles espagnoles, un club de stand-up, le Teatreneu, connaissait une baisse de fréquentation depuis que le gouvernement, cherchant désespérément à couvrir ses besoins de financement, avait décidé d’augmenter la taxe sur les ventes de billets de 8 % à 21 %. 
Les administrateurs ont alors trouvé une solution ingénieuse. En passant un partenariat une agence de publicité, ils ont équipé le dos de chaque fauteuil de tablettes dernier cri capables d’analyser les expressions faciales des spectateurs. 
Dans ce nouveau modèle, les spectateurs peuvent entrer gratuitement dans le théâtre mais doivent payer 30 centimes à chaque rire reconnu par la tablette — le tarif maximum étant fixé à 24 euros (soit 80 rires) par spectacle. 
Du même coup, le prix moyen du billet a augmenté de 6 euros. 
Et bien sûr, une application mobile facilite le paiement. Vous pouvez paussi artager avec vos amis des selfies de vous riant aux éclats.
En voilà un modèle parfait, vous payez plus cher, vous alimentez un système avec une quantité invraisemblable de données personnelles, mais vous ne payez que si vous riez, et en plus, vous pouvez partager ! Votre partie de rigolade dans un club de stand-up est alors rapprochée des livres que vous avez achetés, des sites que vous avez fréquentés, des voyages que vous avez effectués, des calories que vous avez brûlées. En fait, volontairement, tous vos faits et gestes s’intègrent dans un profil unique monétisable et optimisable.
En voilà de l’innovation et de la bonne n’est-ce pas ?! 
La conséquence est la prolifération des capteurs intelligents connectés et par là la création de nouveaux modèles d’entreprise et de nouvelles sources de revenu pour certains, et le début de l’esclavage pour d’autres, les plus nombreux.
Le progrès technologique a permis cela mais il y a des origines ailleurs. Dans ce contexte de crises politiques et économiques, tout ceci aura une profonde incidence sur notre mode de vie et nos relations sociales. En effet, il va être difficile de préserver des valeurs comme la solidarité dans un environnement technologique fondé sur des expériences personnalisées, individuelles et uniques. Qu’on le veuille ou non notre vie quotidienne se trouve bel et bien bouleversée par des forces bien plus sournoises que la numérisation ou la connectivité qu’il nous faut étaler au grand jour et les Nowakowskismes sont là pour cela. 
Parce que le fétiche de l’innovation ne doit pas être le joujou qui nous fera avaler la pilule amère de ce monde néolibéral. 
Un joujou contre notre docilité ! Un joujou pour afficher au combien nous sommes des acteurs de la modernité ! Venez investisseurs ! Croissez Start-up ! 
Revenons dans notre bonne vieille ville de Nancy. 
Nancy – 2 Starbucks, je ne sais combien de Mc Do, 1 Burger King, Google, … et pour bientôt …. Uber ! Vous l’avez rêvé ? Nancy l’a fait ! 
Quelques informations qui peuvent être utiles. 
Aux Etats Unis, un chauffeur Uber gagne l’équivalent du salaire minimum américain, une fois ses charges déduites. Le succès de Uber de ces dernières années ne les a pas aidés, au contraire. En effet, pour gagner cette somme, les chauffeurs sont passés en quelques années de 8 à 9 heures de travail par jour à 12 ou 14 heures ! Uber défend l’idée de l’autonomie des chauffeurs, de leur liberté de travailler quand ils le souhaitent, de la flexibilité;… bla bla bla. Vous y croyez vous ? 
En fait, les chauffeurs d’Uber ne reçoivent ni les informations nécessaires pour agir dans leur intérêt et n’ont pas l’autonomie pour le faire. En fait, avec ce travail gamifié selon Uber, les chauffeurs sont rendus compulsifs à l’application et aux ordres qu’elle délivre. De plus, cette gestion algorithmique de la force de travail suppose une surveillance totale (jusqu’aux tremblements du téléphone pour s’assurer que le conducteur conduit en toute sécurité !). 
Faire ami-ami avec Uber c’est aussi développer une dépendance excessive à ses flux de données. Au lieu de laisser Uber aspirer une grande partie des informations relatives aux déplacements, les villes devraient chercher à obtenir ces données par leurs propres moyens. Elles pourraient alors autoriser les entreprises à les utiliser pour implanter leur service. En fait, si Uber se montre si efficace, c’est parce qu’elle contrôle la source de production des données : nos téléphones lui disent tout ce qu’il a besoin de savoir pour planifier un itinéraire. 
Et donc si les villes prenaient le contrôle de ces données, l’entreprise, qui ne possède quasiment aucun actif, n’atteindrait pas les quelques 90 milliards de dollars de valorisation. On peut évidemment douter qu’il soit si coûteux de concevoir un algorithme capable de mettre en relation l’offre et la demande…
Enfin, Uber a provoqué « un changement culturel fondamental sur ce que signifie avoir un emploi ». Uber a tiré un maximum de valeur des conducteurs en surfant sur les limites et ambiguïtés des normes culturelles et juridiques. Uber a simplement mis en place une logique d’optimisation de la sous-traitance hyper-efficace pour ceux qui sont aux commandes et évidemment sur le dos de tous ceux qui triment dans l’ombre de leur voiture ou de leur camionnette blanche. 

Puisque nous parlons d’uberisation, et que le titre de ces Nowakowskismes est « Sorry we fucked you » vous avez compris que j’avais aussi envie de vous parler du dernier film de Ken Loach qui lui s’intitule « Sorry we missed you ». 
Dans son dernier film, et avec son efficacité bien connue, Ken Loach expose lumineusement la mécanique diabolique de la nouvelle organisation technologique du travail. 
Dans cette nouvelle organisation, c’est le travailleur lui-même qui entre dans un système qui lui fait subir une pression terrible, tout en lui faisant miroiter l’illusion de l’indépendance, de la maîtrise de son destin. 
Ce monde est celui de ces camionnettes blanches que nous voyons tous partout sur les routes, dans nos villes, garées au plus près d’un numéro de portes expulsant un conducteur livreur coureur. 
Ces camionnettes blanches sont les symboles d’un capitalisme dévorant. Circulant à vive allure, au mépris de la sécurité, de la fatigue, les chauffeurs entrent dans un asservissement indissociable du boitier ultra-moderne surnommé le « gun » qu’ils doivent toujours avoir avec eux. Ce boitier sert à scanner les codes-barres, à enregistrer toutes les opérations, il effectue une surveillance permanente des faits et gestes du chauffeurs, il impose la cadence des livraisons obligeant les chauffeurs à pisser dans une bouteille en roulant pour pouvoir suivre la feuille de route et ne pas être sanctionnés. 
L’histoire de « Sorry we missed you » est celle-ci. Après avoir fait mille petits boulots, le père se met à son compte comme chauffeur-livreur pour une plateforme de vente en ligne. Le chef du dépôt lui explique le travail, les cadences à respecter, tout en vantant la prétendue liberté dont il va bénéficier comme auto-entrepreneur. Un nouveau type d’emploi où il n’est pas embauché mais où il « embarque ». 
En réalité, il embarque pour une forme d’esclavage moderne d’autant plus infernal qu’accepté. 
Il doit investir dans une camionnette qui l’amène à convaincre sa femme de vendre leur seul bien, la voiture qui lui permet de faire ses tournées aux quatre coins de la région, elle est auxiliaire de vie auprès de personnes handicapées, de personnes âgées et fait des journées de 13h, elle aussi sans contrat. 
Elle n’est pas souvent à la maison non plus. Et quand ils s’y retrouvent cela se passe de moins en moins bien.
Dans « Sorry we missed you », on voit la fureur grandissante, l’impuissance face au système, et les disputes de plus en plus nombreuses au sein d’un foyer où la douceur cède la place aux cris, mais en soulignant, toujours comme une lointaine lueur dans l’obscurité, une forme de tendresse, de complicité, de solidarité, d’amour comme derniers remparts humains. 
« Sorry We Missed You » ne propose pas d’alternative possible au mode de vie libéral, ni même d’utopies. Ricky et Abby veulent d’abord de l’argent pour avoir leur propre maison. Ils sont déjà endettés mais leur plus grande joie serait que toute la famille puisse vivre heureuse sans manquer de rien. « Sorry We Missed You » dresse ainsi le portrait d’une famille en difficulté qui rêve de s’en sortir par le biais d’un système économique qui n’est plus discutable. 
Et, non seulement, Ricky s’autodétruit à vue d’œil, mais son rêve de propriétaire s’éloigne, ses dettes augmentent, et ce qu’il a de plus précieux, sa famille, est en train de se décomposer.
Lors d’une tournée qu’il effectue avec sa fille, elle s’intéresse à cet objet, ce boitier, ce « gun » en posant La question : mais qui a vraiment la contrôle de cette boite ? La vraie bonne question ! Et peut-être là, Ken Loach garde encore confiance en la génération qui arrive, capable d’être critique à l’égard de tous ces terminaux. 
« Sorry we missed you » c’est la description d’un engrenage vers l’enfer. C’est le doigt sur les ravages du néolibéralisme jusque dans les services à la personne, jusqu’à l’oubli de l’autre. Abbie aide à domicile fait des heures en n’en plus finir, non payées, mais toujours pleine d’attention, mais sans reconnaissance, ni aide, rien pour l’accompagner. Quand elle a besoin d’aide c’est un interlocuteur dématérialisé « joignable » uniquement par téléphone, et complètement désintéressé.  
Dans « Sorry we missed you », Ken Loach a plus que jamais le cœur à se battre pour les damnés de la terre, mais il n’a pas du tout le coeur à rire (nous ne sommes pas dans La part des anges). D’ailleurs, comment pourrait-il être léger alors qu’il voit le travailleur du XXIe se transformer en esclave volontaire, définitivement isolé car la solidarité s’est évanouie, et le combat syndical égaré. Ce film est tellement désespéré que Ken Loach se refuse même à le mener  jusqu’à sa fin inéluctable.
Je vous invite donc à ne pas manquer ce film qui peut nous amener à nous questionner sur la responsabilité que nous avons collectivement dans ce désastre. Et pour conclure ces Nowakowskismes, ces quelques vers de Charles Bukowski :

« Ta vie est ta vie
Ne te laisse pas abattre par une soumission moite
Sois à l’affût 
Il y a des issues 
Il y a de la lumière quelque part 
Il y en a peut-être peu
Mais elle bat les ténèbres 
Sois à l’affût 
Les dieux t’offriront des chances 
Reconnais-les
Saisis-les
Tu ne peux pas battre la mort
Mais tu peux l’abattre dans la vie
Et le plus souvent tu sauras le faire
Le plus il y aura de lumière 
Ta vie, c’est ta vie 
Sache-le tant qu’il est temps
Tu es merveilleux
Les dieux attendent cette lumière en toi. » 

Ce poème s’intitule Le coeur riant pour reprendre un peu de courage dans ce monde. 

Sources
– Empreinte environnementale du numérique mondial
https://www.greenit.fr/wp-content/uploads/2019/10/2019-10-GREENIT-etude_EENM-rapport-

Extrait Bastamag 11 septembre 2019: Uber et Deliveroo à l’offensive pour affaiblir encore plus les droits des travailleurs  
“… Dans les registres officiels du lobbying européen, Uber déclare moins de 900 000 euros de dépenses en 2017, ce qui est relativement peu pour une entreprise de cette taille. « Mais il suffit de creuser un peu plus et il devient évident que l’influence d’Uber à Bruxelles est beaucoup plus importante que cela », observe le rapport de CEO. Ainsi, l’entreprise de chauffeurs a obtenu plus de 50 rendez-vous avec des membres de la précédente Commission européenne entre 2014 et 2018. L’entreprise est aussi membre de plusieurs groupes de lobbyistes bruxellois : BusinessEurope (le plus important lobby patronal européen), AmCham (la chambre de commerce des États-Unis), l’association de l’industrie du numérique Computer and Communications Industry Association et l’European Internet Forum. Autant de lieux où Uber peut faire valoir sa vision du travail et du statut que devrait avoir ses chauffeurs. “

https://www.bastamag.net/Uber-Deliveroo-lobbying-Bruxelles-directive-loi-orientation-des-mobilites-travailleurs-independants

et aussi Antonio Casilli et Evgeny Morozov

Nowakowskismes 4.3. « Soyez prêts pour un monde meilleur ! »

Les Nowakowskismes entrent en campagne électorale.
Alors accrochez-vous !

Soyez prêts pour un monde meilleur 
Soyez prêts pour ce qui a de meilleur pour vous et vos enfants ! C’est le moment, nous sommes à la croisée des chemins, ne laissons pas passer cette opportunité de disposer enfin de ce meilleur des mondes que nombreux ont appelé de leurs voeux !
Avec nous, ce sera chose faite !
Aujourd’hui, vous ne pouvez pas encore voir ce qui est en train de se produire et peut-être n’en avez-vous même jamais entendu parler. Mais ce soir, avec nous et le programme que nous allons vous exposer, vous y verrez plus clair. 
Bientôt vous verrez ce que des ingénieurs et des codeurs déploient à huis clos, dans des lieux  sécurisés, loin de la vue du public. Aujourd’hui, seuls les mathématiciens et les informaticiens comprennent parfaitement le changement radical, alimenté par l’intelligence artificielle (IA), les algorithmes prédictifs, la modélisation des risques et la biométrie mais avec nous, vous allez en bénéficier. Parce que partout dans le monde, et nous leur emboiterons le pas, des petites villes de l’Illinois aux États-Unis à Rochdale en Angleterre, de Perth en Australie à Dumka dans le nord de l’ Inde, une révolution que nous ferons nôtre, est en cours. 
Cette révolution technologique va nous permettre de rénover le système de protection sociale. Ensemble nous contribuerons à la naissance de l’ État providence numérique. Les allocations de chômage, les pensions alimentaires pour enfants, les subventions pour le logement et l’alimentation, et bien d’autres encore, c’est avec les données que nous allons collecter que nous allons transformer les besoins des citoyens vulnérables en chiffres. Les chiffres ne mentent pas, ils sont produits par la réalité ds besoins collectés sur les différentes plateformes que nous allons déployer.  Ainsi, nous créons enfin ce que certains ont appelé « le foyer numérique ». Nous remplacerons alors  le jugement des agents de traitement de tous ces cas individuels, fragiles, soumis aux agressions et aux contestations par une prise de décision froide et calculée, incontestables puisque mathématique et produite par des IA, et tout ceci sans effusion de sang, ni manifestations.
Écoutez-nous, et vous verrez la réalisation de grandes promesses. Vous verrez comment les nouvelles technologies vont transformer la pauvreté en une entreprise noble et bénigne. Par l’usage des IA et des technologies de pointe, nous accélérerons le versement des prestations, nous augmenterons l’efficacité et la transparence, nous réduirons le gaspillage, nous ferons économiser de l’argent aux contribuables, nous éliminerons la faillibilité humaine et les préjugés et nous ferons en sorte que les ressources limitées atteignent ceux qui en ont le plus besoin !
Dans cette époque où l’austérité domine le paysage politique, les programmes informatiques permettront d’optimiser les versements, de réduire ou d’augmenter les avantages sur la base de critères performants que nos informaticiens contrôleront. Et faites-leur confiance, ils savent ce qu’ils font. 
Plus d’erreurs endémiques, nous unirons nos forces pour exiger que les bénéficiaires de l’aide sociale remboursent des « trop-payés » sur une période pouvant aller jusqu’à 30 ans. Ce système dit de la « dette zombie » allié à la technologie, suscitera la peur chez tout ceux qui voudraient magouiller.
Comme je l’ai dit lors d’un précédent meeting : « Vous devez ce que vous avez mangé ».
Dans un avenir très proche, nous allons consacrer des millions d’euros au développement d’une nouvelle génération de robots de bien-être pour remplacer les humains. Notre monde entré dans la modernité et le progrès parlera alors de « main-d’œuvre virtuelle »,  de « prise de décision augmentée » et d’ « automatisation des processus de robot ». 
Pour plus d’efficacité encore, nous généraliserons la reconnaissance biométrique, empreinte du pouce ou reconnaissance faciale, nous verrons, pour accéder aux services publics. Ainsi nous pourrons lier les déjeuners des enfants des écoles aux cartes biométriques nationales et nous utiliserons l’automatisation pour suspendre les paiements d’aide sociale que les programmes considèreront comme inutiles. 
Quand l’ordinateur dira « aucun paiement », il n’y aura aucun paiement ! 

Chers concitoyens et chères concitoyennes, nous irons plus loin encore. Alors que la Chine a montré comment le « crédit social » pouvait rendre de nombreux services, nous allons très rapidement  déployer un système de reconnaissance faciale pour sécuriser l’accès aux services publics en ligne. Nous lancerons des appels à projets, et la reconnaissance faciale permettra à nos chercheurs et nos entreprises de devenir des leaders mondiaux dans ce domaine prometteur. Prometteur tant du point vue technologique que du point de vue économique. Nombreux sont les états qui s’adresseront à nous pour obtenir nos solutions, et nos entreprises, nos start-up seront notre fierté ! 
Nous allons réussir à faire disparaître le « Vos papiers ! » 
Juste pour que en compreniez les enjeux, en voici quelques mots. Tout ceci s’appuie sur la biométrie. Qu’est-ce que la biométrie ? Elle sert deux finalités distinctes : l’authentification et l’identification. L’authentification vise à déterminer si une personne est bien celle qu’elle prétend être. Pour cela, on compare ses données biométriques avec celles préalablement collectées (lors d’une demande de papiers). Si les informations ne correspondent pas, l’individu a une autre identité, mais on ne peut pas savoir laquelle. 
L’identification vise à retrouver l’identité associée à une trace biométrique collectée sur une scène de crime par exemple, ou par un système de surveillance. On compare la trace avec l’ensemble des données biométriques contenues dans une base de référence et, si une correspondance apparaît, l’identité de la personne est révélée.
Nos prédécesseurs aux affaires nous ont déjà fait faire un pas de géant dans ce domaine. Le 28 octobre 2016, par un simple décret, ce qui est très fort nous le reconnaissons, a été concrétisé un projet maintes fois repoussés au nom des libertés individuelles. Ce projet concerne la création de la base de données des titres électroniques sécurisés (son petit nom, le TES) qui fusionne le fichier des dossiers de demande de passeport biométrique (vingt-neuf millions en janvier 2017) et le fichier national de gestion des cartes d’identité (cinquante-neuf millions de cartes délivrées depuis 2004). Tout y est, nom, prénom, date et lieu de naissance, sexe, filiation, couleur des yeux, taille, adresse, mais aussi image numérisée du visage, empreintes digitales et signature de chaque individu se trouvent ainsi centralisés et stockés pendant deux décennies (quinze ans pour les mineurs). Remercions nos prédécesseurs d’avoir remis au goût du jour le fichier des « honnêtes gens » et de nous permettre de mettre en oeuvre plus facilement notre vision de la société. 
Donc, en nous appuyant sur les avancées soutenues par nos prédécesseurs, nous allons déployer ce que nous appellerons Authentification en ligne certifiée sur mobile. Ce sera une première en Europe chers concitoyens ! Ce système permettra aux titulaires d’un passeport biométrique ou d’un titre de séjour étranger électronique de s’identifier automatiquement sur des services en ligne. Nous aurons ce que nous pourrons légitimement appeler un « laisser-passer dématérialisé ». Avec ce système, grâce à un logiciel de reconnaissance faciale, un utilisateur fournissant une photo ou une vidéo, dans laquelle il doit réaliser plusieurs gestes, tels que le clignement des yeux ou le mouvement de la tête, sera automatiquement reconnu sans risques d’erreurs ni de falsifications.  
Et, nous soutiendrons les industriels prêts à investir le secteur. Nous lancerons des appels à projets et nous favoriserons toute initiative laissant une place à l’Intelligence artificielle. 
La France ne peut pas manquer le coche, surtout dans une concurrence rude notamment avec la Chine. La Chine, qui a déjà généralisé le fameux « Crédit social », comptera 600 millions de caméras de surveillance à l’horizon 2020, et elle n’hésite pas à largement financer ses champions de l’intelligence artificielle. Mais nous n’avons pas à rougir chers amis, certaines start-up bien de chez nous prétendent même être capables d’identifier un individu en analysant sa démarche. Alors allons-y !
Il y a quelques mois, nous avons même été contactés par une start-up locale qui souhaite intégrer aux caméras de surveillance du tramway un logiciel capable de détecter les émotions des passagers en scannant leur faciès. Cette technologie révolutionnaire permettra d’anticiper toute menace à l’ordre public et par là déjouer tous les actes malveillants voire pires ! La sécurité pour vous tous et vous toutes dans vos déplacements quotidiens.

Chers et chères concitoyens, nous n’avons pas encore parler de nos enfants et de nos familles. « Être prêts pour un monde meilleur », c’est surtout leur accorder une place centrale en déployant les infrastructures qui les accompagneront dans la vie de tous les jours, de l’éducation aux loisirs. 
Quelles sont nos propositions ? 
Vous avez certainement remarqué qu’une grande partie des bureaux de poste a été redéployée dans d’autres lieux. Vous avez tous certainement pesté parce que les horaires d’ouverture d’un bureau de poste n’étaient pas compatibles avec les horaires de votre travail, les horaires d’un vrai travail. Alors nous les avons fermés et, avec nos partenaires de la grande distribution, nous avons implanté les bureaux de poste dans des stations services ou des supermarchés. L’avantage, vous l’avez compris, ils sont ouverts presque 24 heures sur 24. Plus besoin de prendre un jour de congés pour aller à la poste. 
Et bien nous irons plus loin. 
Vous rencontrez tous des difficultés pour faire garder vos enfants, l’école n’ouvrant que trop tard, les grèves, les jours fériés, les congés interminables, et j’en passe, et bien nous allons ouvrir des crèches et des écoles maternelles dans ces supermarchés. Quelle que soit l’heure de la journée, vos enfants seront toujours gardés. Et le personnel qui sera préalablement formé, pourra leur dispenser sans problème les programmes des premières années de la scolarisation. Plus besoin de courir, plus besoin de quitter une réunion importante, vos enfants seront entre de bonnes mains. Ils pourront même prendre leurs gouters et leur repas sur place. 
Nous allons encore plus loin pour le bonheur des familles. Avec un partenariat que nous allons finaliser avec un réseau social bien connu, vous pourrez grâce à leur nouveau système de visiophonie familiale, vous pourrez garder des liens avec tous les membres de votre famille. Qu’ils soient éloignés par des horaires de travail, qu’ils soient malades ou dans leur journée de garderie, … ce système redonnera du bonheur dans vos vies de famille. Vous pourrez à tout moment à vos proches, leur parler, leur faire un coucou, les prévenir si vous êtes en retard, et être avec eux. Avec ce système développé par FaceBook, la famille sera toujours unie. Même dans vos longues journées, vous pourrez suivre vos enfants dans leur journée, leur laisser de petits messages pour leur dire que vous les aimez. 
Et pour les plus grands, et là nous serons des précurseurs, l’école se fera dans les ateliers numériques Google. Nous en installerons dans tous les quartiers de la ville. Des locaux modernes, équipés avec les dernières technologies digitales, nous offrirons à vos enfants, à vos adolescents et à tous, des formations à la pointe. 
Qui peut aujourd’hui remettre en question les compétences pédagogiques et technologiques de Google ? 
Vous et vos enfants vous démarquerez grâce au digital. 
Acquérir des certifications reconnues, bénéficier de modalités de formation prenant en compte vos moyens et vos disponibilités, chacun pourra se former à son rythme grâce à des formations flexibles et personnalisées, conçues pour renforcer votre confiance et vous aider à réussir. Imaginez vos adolescents pouvant enfin miser sur un futur métier, construire leur projet et développant leur visibilité dans le digital ! 
Aller droit à l’essentiel voici ce que nous voulons ! Tout cela autour de trois étapes simples pour développer ses compétences, que vous soyez étudiant ou professionnel, au début ou au milieu de votre carrière. Choisir des cours adaptés à votre profil, apprendre à son propre rythme et obtenir la certification officielle qui boostera votre CV et votre profil LinkedIn, le plus tôt possible ! 
Enfin chers et chères amis, et pour finir, si nous parlions des loisirs.
Nous allons ouvrir des parcs d’attraction d’un nouveau type. Nous allons recréer des petites villes pour les enfants où il leur sera possible de travailler, de gagner de l’argent et d’acheter des objets. Ces petites villes auront pour objectif le divertissement tout en éduquant les enfants dans un cadre réaliste. Le slogan de nos parcs sera : « Soyez prêts pour un monde meilleur ! ». 
Ainsi, nous proposerons aux enfants de 4 à 14 ans d’apprendre différentes carrières,  en les confrontant à la vérité du monde moderne, à savoir la croissance, la production et la consommation. Ainsi tout en s’amusant, ils pourront se préparer à une future employabilité au service de supermarchés, des banques et des grandes entreprises qui sont les piliers de notre économie. 
Nous avons déjà mis en place des partenariats pour que la majorité des attractions du parc soient sponsorisées par des grandes marques. Plus qu’un parc d’attraction, nous allons former un projet éducatif à grande échelle, et dès le plus jeune âge en nous appuyant sur la force de communication de ces grandes entreprises. 
Vous allez me demander, mais comment cela fonctionnera-t-il ? 
Les enfants recevront, en échange de leur activité, une monnaie utilisable dans l’enceinte du parc. Si l’enfant accumule trop de liquide, il peut investir dans une carte bancaire. Dans ces parcs, nous éduquerons notre jeunesse à être des consommateurs responsables, en bons pères et bonnes mères de famille qu’ils seront. 
Ce partenariat est bien sûr gagnant-gagnant. À la fois éducatif pour notre jeunesse et un investissement pour nos partenaires qui savent qu’adultes, nos enfants seront leurs clients. Nous prévoyons d’implanter nos parcs à l’intérieur de nos prochains centres commerciaux afin de laisser les enfants se faire éduquer par des entreprises pendant que leurs parents iront acheter aux meilleurs prix les produits de ces mêmes entreprises. Comme le dit Joel Cadbury, le directeur d’un parc fraichement ouvert et dont nous sommes fiers : « On leur enseigne les valeurs de la vraie vie. Il s’agit d’apprendre aux enfants de la prochaine génération que rien ne tombe du ciel » 
Voilà chers amis et chères amies, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Notre programme est riche de propositions, et nous attendons vos contributions, et remarques. En attendant, ne manquez pas le nouvelle série qu’Amazon a mitonné pour vous dans le cadre d’un partenariat dont vous découvrirez très bientôt les multiples avantages. 
Et surtout n’oubliez pas, soyez prêts pour un monde meilleur !

Je vous laisse méditer tout cela. 
Je n’en dirai pas plus. 
Ou peut-être juste quelques vers de Léo Ferré
« Des armes au secret des jours
Sous l’herbe, dans le ciel et puis dans l’écriture
des qui vous font rêver très tard dans les lectures
et qui mettent la poésie dans les discours
des armes, des armes, des armes »

Sources 
https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/10/11/changement-climatique-les-scientifiques-s-inquietent-des-effets-sur-le-bassin-mediterraneen_6015045_3244.html https://www.theguardian.com/technology/2019/oct/14/automating-poverty-algorithms-punish-poor 
https://www.telerama.fr/medias/la-reconnaissance-faciale-debarque-en-france-et-vous-ny-echapperez-pas,n6459175.php
https://learndigital.withgoogle.com/ateliersnumeriques
https://kidzania.com/en
https://www.francetvinfo.fr/monde/kidzania-le-parc-d-attractions-ou-les-enfants-travaillent_780225.html 

Nowakowskismes 4.2 “How dare you?”

« Son visage nous est familier. Elle est sérieuse comme on l’est quand on n’a pas encore 17 ans, elle regarde l’objectif sans ciller, elle lit ses discours d’une voix posée, dans un anglais parfait, ses nattes sages encadrent ses joues rondes, ses yeux nous fixent […]. » 
Greta est une combattante.
Greta en a du courage pour affronter les sourires ironiques de ceux qui se disent « adultes ». Greta en a du courage pour encaisser toute cette violence, toutes ces agressions, ce mépris, et même ces menaces de mort ! Pour tout ceux-là, Greta ne reste pas à la place que doivent occuper les ados. Pour tout ceux-là, une ado en tant qu’être non encore terminé et imparfait, se doit d’écouter les grandes personnes. 
Et le comble, pour tout ceux-là, la voilà qui se met à engueuler les dirigeants des plus grandes puissances mondiales ! Mais où va-t-on ? 
Il n’y a pas si longtemps, certains l’auraient tout simplement ligotée sur un bûcher. Certains d’entre ceux-là sont même convaincus qu’elle est possédée. Evidemment, qu’elle est manipulée parce qu’à 16 ans, il est impensable d’avoir fait tout cela toute seule ! 
Greta, elle, occupe nos écrans. Son doux visage grave, de colère et de rage contenues, de larmes et de tristesse, mais de force surtout, et de ses mots, sont capables de mobiliser des millions de personnes de par le monde. Son action est simple, comme cela devrait toujours l’être quand il s’agit de choses justes. 
Comptez les millions d’hommes, de femmes et d’enfants, au Canada, au Pakistan, à Londres, à New-York, en Australie, … et Greta n’oublie jamais de remercier tous ceux et toutes celles qui se mobilisent. 
Greta ne faiblit pas. De sa voix de jeune colère contenue, elle répète sans relâche qu’il est urgent de paniquer, qu’il est urgent de réagir, de commencer la lutte, de changer nos façons d’être et de vivre, qu’il n’est pas trop tard pour reconfigurer notre rapport au monde et aux animaux qui l’habitent avec nous. 
Même si tout semble encore normal pour la plupart d’entre nous, des pays riches, Greta nous enjoint de nous inquiéter de la disparition des saisons, de la disparition des insectes et des oiseaux, du dépeuplement et du réchauffement des océans et du blanchissement des coraux.
Greta, de sa voix calme et douce, réveille nos sens au silence assourdissant qui s’étend de plus en plus rapidement sur la planète vivante au profit des vacarmes mortels de nos villes, de l’agitation éperdue des hommes et de l’exploitation à outrance des sols et des forêts. 
Alors, comment pouvons-nous ne pas entendre ? 
Comment ne pas être envahi par cette douleur de ce que nous n’avons pas fait ?  
Comment avons-nous pu déserté nos responsabilités envers les générations à venir ? 
Comment avons-nous été suffisamment lâches pour fermer les yeux devant cette évidence ? 
Comment pouvons-nous fermer les yeux devant nos enfants qui mourront de faim par notre confort égoïste ?
Et tout ceci n’est pas une crise passagère. 
Greta Thunberg, elle, ne renonce pas. 
Greta parcourt le monde. 
Petite, c’est une géante quand elle monte à la tribune, en brandissant ses panneaux à la face des « puissants » de ce monde. 
Greta dit ce que nous ne voulons pas lire dans les rapports, ni dire, ni entendre. 
Greta est la voix de sa génération, de celles qui viennent, du vivant dans son ensemble, de la Terre. 
Ecoutons-la ! 
Entendons-la !
Soutenons-la !
Ne renonçons-pas !
Il n’est peut-être pas trop tard.

Quelques mots pour Greta Thunberg. 

Lançons-nous dans l’enfer de la ville moderne, la ville qui s’étend là sous nos yeux, sous mes yeux alors que j’écris ces mots, la ville qui bétonne un monde standardisé fait de déjà-vu issu de la même recette, sans aucune imagination. 

Faite de blocs de béton emplis de bureaux, d’appartements plus ou moins luxueux et de galeries commerciales identiques partout, la ville est devenue un espace où le béton et le goudron règnent en maîtres, imperméabilisant le sol urbain, où l’alignement de rigueur des immeubles est parsemé de quelques arbres solitaires condamnés à mourir.
Alors ? Prêts pour ce voyage ? 

Comment osez-vous ? Dubaï construit ses buildings avec du sable importé d’Australie, le sable de Dubaï étant impropre au béton. 
En Egypte, le dictateur Abdel Fattah al-Sissi lance le chantier de quinze villes nouvelles dont celui d’une nouvelle capitale à 45 km du Caire, en plein désert, pour y “stocker” six à sept millions d’Égyptiens. 
L’Arabie Saoudite va créer une ville de 334 km2 dédiée au divertissement au sud-ouest de Ryad ; une autre nommée Neom sera, dit-on, entièrement robotisée, sans humains versatiles et râleurs pour servir les citadins de luxe ! 
Et une autre encore, Kaec (King Abdullah Economic City), de 180 km2 dans laquelle on attend deux millions d’habitants en 2035. Kaec sera une ville privée. On n’y paiera pas d’impôts mais des frais pour l’eau, l’éclairage, la sécurité, l’entretien des espaces verts et de la voirie, etc., pas de maire élu, mais un PDG embauché et révocable si le job n’est pas bien fait… Le citadin d n’est plus qu’un consommateur : « Je paie, j’ai donc droit à ceci et à cela ! » 
En Corée du Sud, Songdo, la nouvelle ville soi-disant « intelligente » est financée par plusieurs investisseurs, le promoteur immobilier Gale International, le producteur d’acier Posco et la banque Morgan Stanley. À Songdo, les habitants sont exclus de toute discussion car tout est prévu pour eux ! 
À Hong Kong, il n’y a pas assez de logements (le prix du m² atteint dans les quartiers chics 50 000 euros), les autorités ont alors décidé de créer deux îles artificielles de 1 000 hectares pour l’une et 700 hectares pour l’autre. Ces travaux gigantesques coûteront 70 milliards d’euros rien que pour la première île ! 
À Londres, Ikea a acquis en 2010 une friche de dix hectares dans le quartier de Stratford et y édifie un îlot clés en main, Strand East. 
À San Francisco, Mark Zuckerberg veut créer, Zee Town, une ville privée destinée à loger les dix mille salariés de Facebook : il y investit deux cents milliards de dollars et a engagé Frank Gehry comme architecte en chef…  
À Paris, la tour Triangle, propriété d’Unibail, située dans l’enceinte du parc des expositions à la porte de Versailles, a obtenu le label « Jeux olympiques » (parce que des pongistes y dormiront), afin d’échapper aux recours juridiques déposés par les associations de riverains. 
Je m’arrête là mais la liste pourrait continuer indéfiniment ! 
La liste des horreurs urbanistiques est effrayante, aucune partie du monde n’y échappe, même localement.
L’Inde lance un vaste programme autoroutier, le Maroc rêve de gratte-ciel et de centres commerciaux, allez voir à Rabat, tout comme la plupart des pays d’Afrique. L’Asie se transforme en centres commerciaux, l’Amérique du Sud, veut détruire toute biodiversité, la Chine annonce fièrement cent cinquante agglomérations multimillionnaires pour 2030 (soit en moyenne 6,5 millions d’habitants chacune !). 
Le monde entier s’en-bétonne !

Comment osez-vous ? Alors que de plus en plus d’architectes sauraient se passer de tout dispositif énergivore pour réaliser des bâtiments bioclimatisés, “construits de matériaux biosourcés produits à proximité d’un chantier qui affiche zéro déchet”. Mais, à une architecture low tech, « on » préfère une architecture « high tech » coûteuse en tout, s’appuyant sur une solide communication « verte » afin de faire avaler la pilule aux plus réticents… En effet, aucune firme du BTP ne se présente comme elle est. Non, une firme du BTP prend soin de se s’associer aux mots-clés qui font bien, « Développement durable », « smart ceci ou cela », « écosystémique », « fabLab », « participation », « coproduction », « économie circulaire », « agriculture urbaine », « façade végétalisée », « toit cultivé », « big data », « IAa », et bla et bla et bla !
« L’innovation c’est celle qu’on partage ! » martèle le bétonneur Vinci tous les matins sur France Inter !
C’est ainsi que les immeubles en verre, acier et blocs de béton prolifèrent, que les gigantesques centres commerciaux se donnent des airs d’espaces dédiés à la culture afin de se faire passer pour des centres de loisirs, que le tourisme massifié impose ses architectures standardisées (musées, hôtels, aéroports…), ses horaires mondialisés et l’énorme empreinte carbone de ses avions, sans oublier tout ce qui transforme les habitants en consommateur d’une ville désincarnée.

Comment osez-vous ? À cause de leurs façades vitrées, les gratte-ciel, mais aussi les immeubles moins prétentieux présents dans toutes les villes, sont de véritables pièges pour les oiseaux migrateurs qui viennent s’y fracasser. Nous allons finir par vivre sur une planète sans oiseaux. 
En effet, selon la New York City Audubon, ce sont entre 90 000 et 200 000 oiseaux qui sont tués chaque année à New York. Les estimations, difficiles, pour l’ensemble des États-Unis oscillent entre 100 millions et un milliard ! 
Rien qu’à Chicago, ce sont plus de 5 millions d’oiseaux de 250 espèces différentes qui sont victimes des vitrages des gratte-ciel et de leurs lumières, la nuit. Ce sont les villes survolées durant les migrations, comme Houston, Dallas, Chicago, New York, Los Angeles, Saint-Louis, Atlanta, etc., qui, selon les sociétés d’ornithologues, sont responsables de ce carnage. 
La nidification aussi s’avère impossible à proximité de ces tours à cause de leur ombre et des tourbillons qu’elles entretiennent. 
Des villes comme Toronto et San Francisco se proclament « amie des oiseaux » et cherchent des solutions, en protégeant les itinéraires des oiseaux migrateurs et en améliorant les vitrages pour qu’ils soient moins mortels. En fait, la spéculation immobilière, dans n’importe quelle ville du monde, demeure insensible au monde vivant tout comme aux humains !

Comment osez-vous ? Ces villes sont responsables de 60 à 80 % des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation de 75 % des ressources naturelles. La croissance démographique que les villes connaissent en ce moment et continueront à connaître d’ici la fin du siècle ne fera qu’aggraver la situation… 
Le chauffage (le charbon est à l’origine de 43 % des émissions du secteur des énergies fossiles), les transports et le bâti sont à l’origine de cette hausse des émissions de gaz à effet de serre, auxquelles il convient d’ajouter les polluants toxiques, les particules fines, l’ozone, etc. 
Les métropoles verront leur température augmenter de 6° à 8° de plus, en moyenne, d’ici 2100, non seulement à cause du dérèglement climatique en cours mais aussi par le bétonnage qui provoque des « îlots de chaleur ». Ces « bulles d’air chaud » se forment quand les plans d’eau et les bois, terrains vacants et champs disparaissent au profit du béton, du goudron et des autres matériaux qui concentrent la chaleur. Une étude de la NASA montre que, durant l’été, la température à Atlanta avoisine les 50° sur l’asphalte, 28° sur une pelouse et 21° sous les frondaisons des arbres d’un parc. 
Pire encore, selon l’Agence internationale de l’énergie, il y aura 5 milliards de climatiseurs installés dans le monde en 2050. Actuellement, seuls 8 % des 2,8 milliards d’habitants des zones les plus chaudes en sont équipés. Quant au 1,6 milliard de climatiseurs en action, dont la moitié se trouvent aux États-Unis et en Chine, ils consomment par an quatre fois la consommation annuelle française ! Une telle consommation produit annuellement 1 130 millions de tonnes de CO2, soit autant que le Japon. Les climatiseurs sont inégaux dans leurs performances : ainsi, un climatiseur indien exige quatre fois plus d’électricité qu’un japonais, et il en est de même pour son espérance de vie. Quant à sa dépouille, elle vient grossir les montagnes de déchets d’appareils électriques… La législation n’étant ni internationale ni stricte, les climatiseurs pourris continuent à se vendre dans tous les supermarchés de la planète.
Les villes devraient multiplier les « îlots de fraîcheur », les rues à arcades, les trottoirs sans goudron. Les idées ne manquent pas ! Allez faire un tour à Nantes où ont été créées des zones éphémères protégeant des lieux de vie, des bancs, des guinguettes avec les arbres des pépinières municipales. 
Lutter contre la canicule exige de planter des arbres choisis selon la latitude des villes concernées. Pour la France, les bouleaux, cyprès, robiniers, peupliers noirs, hêtres, conifères sont conseillés, car ils n’émettent pas de composés organiques volatils (isoprènes et terpènes, par exemple), comme les peupliers, platanes et chênes. 
Comment osez-vous ?  Une équipe américaine a dénombré plus de trois mille milliards d’arbres sur la Terre, soit théoriquement 422 par habitant, la Russie possédant un cinquième des arbres de la planète, suivie par le Canada, le Brésil, les États-Unis, la Chine… Or, chaque année, ce sont quinze milliards d’arbres qui sont abattus (dix-huit milliards en 2014, soit une forêt de deux fois la superficie du Portugal). 
Planter des arbres demande de s’en occuper. Une ancienne enquête européenne dans un rapport présenté le 5 septembre 1996 à Bruxelles, fait état d’un « endommagement général des forêts », avec un accroissement inquiétant de la défoliation et de la décoloration. 
L’espérance de vie des arbres en ville est deux à trois fois moins longue qu’il y a une cinquantaine d’années. 
L’arbre appartient à tout un écosystème fragile qui réclame beaucoup d’attention. 
La réverbération des façades vitrées accroît la température ce que n’apprécie pas l’écorce d’un arbre. L’éclairage public retarde la chute des feuilles, et augmente sa sensibilité à la pollution et au froid. L’ombre portée des immeubles diminue la photosynthèse, ce qui réduit les systèmes racinaire et aérien, et entrave la nidification. Les polluants (dioxyde de soufre, oxyde d’azote, monoxyde de carbone, aérosols…) perturbent leur bonne santé, de même que l’imperméabilité croissante du sol, les sels de déneigement, les coups et blessures portés par les voitures. 
L’arbre urbain est un ami dont il faut avoir soin. À Sacramento, Baltimore, Seattle, New York et dans bien d’autres villes, les municipalités avec des collectifs d’habitants se donnent l’objectif de planter chacune un million d’arbres d’ici une quinzaine d’années. Mais, il faudra surtout supprimer les zones goudronnées afin de rendre à nouveau perméable le sol urbain, rompre avec l’alignement des immeubles afin de favoriser les recoins et autres respirations désordonnées, et enfin s’affranchir de la tyrannie de l’angle droit afin d’accueillir des bosquets préférables à l’arbre solitaire condamné à mourir.
Comment osez-vous ? Les centres commerciaux géants prolifèrent ! À Pékin, le Golden Resources New Yansha Mall, inauguré en 2004, accueille dix millions de clients chaque année, dans ses 550 000 m2, ses 500 boutiques et 1 600 marques, avec ses 10 000 employé·e·s. À Kuala Lumpur se trouvent trois des vingt plus grands centres commerciaux du monde, entremêlés à d’autres plus petits, au point où la ville semble n’être constituée que de malls ! À Dubaï, le Majid al-Futtaim fabrique de la neige et du froid indispensables à la piste de ski, qui réclame une température constante de – 2° et vingt-cinq tonnes de neige chaque jour. L’Afrique a vu ses shopping malls passer de 225 en 2010 à 579 en 2018, la majorité se trouve en Égypte, au Kenya et au Nigeria. On annonce l’ouverture prochaine du Douala Grand Mall qui s’étendra sur 18 000 m2… Et bien sûr, la France n’est pas à la traine ! Malgré une couverture déjà dense d’hypermarchés et autres supermarchés, responsables de la désertification des centres-villes, s’annoncent des agrandissements (Carrefour Athis-Mons, Cap Costières à Nîmes, Auchan de Noyelles-Godault…), des ouvertures en 2019 (Strasbourg, Saint-Étienne, Claye-Souilly, Arles, Le Mans…), en 2020 (Saint-Martin-d’Hères, Bezons, Valbonne…) ou encore en 2021 (gare d’Austerlitz, Marseille, Montpellier…). 
Encore des kilomètres carrés goudronnés pour garer des milliers de voitures, des kilomètres d’allées de boutiques à air conditionné, des restaurants aux plats prêts à être réchauffés au micro-ondes, des cafés aux terrasses artificielles et chauffées, et j’en passe. Sans parler de l’imperméabilisation galopante des sols qui s’avère une tragédie : non seulement elle contrarie l’alimentation naturelle des nappes phréatiques, mais elle facilite les inondations. 
Ces ersatz de villes, qui tuent les villes et bétonnent les champs, semblent indestructibles. Rompre cette dépendance n’est pas une mince affaire, désintoxiquer l’humanité du shopping nécessite une réelle volonté personnelle appuyée par une réelle prise de conscience environnementale et des mesures politiques et fiscales que les pouvoirs publics se refusent à promulguer.
Ceci va de pair avec la prolifération des tours. Un rapport rappelle que le monde entier comptait 1478 gratte-ciel de plus de 200 m en 2018 contre 614 en 2010, avec 109 livrés en 2018 en Asie, dont 88 rien que pour la Chine qui s’enorgueillit de la tour China Zun haute de 528 m à Pékin. 
Partout toujours la même recette, sans aucune imagination. Un monde Mc Donald, Starbucks, d’ateliers numériques Google, dans lequel nul visiteur n’est déconcerté, toujours en territoire connu, avec les mêmes enseignes exposant les mêmes produits. 
À l’ailleurs, le dissemblable, l’hétérogène, l’hybride, on substitue le standard. « Tout se ressemble pour mieux s’assembler sous la houlette du capitalisme financiarisé ». 
Comme le disait Ivan Illich dans sa conférence de 1984 sur « L’art d’habiter » : « Les grands ensembles ont le même aspect à Taïwan ou dans l’Ohio, à Lima ou à Pékin. Partout vous trouvez le même garage d’humains – des casiers où entreposer la force de travail pendant la nuit, toute prête à être convoyée vers son emploi. Les habitants occupant l’espace qu’ils modèlent ont été remplacés par des résidants abrités dans des constructions produites à leur intention, dûment enregistrés en tant que consommateur de logement protégé par la législation sur les contrats de location ou sur les prêts hypothécaires. » 
Comment osez-vous ? Le grand ensemble, le centre commercial, le gratte-ciel et le « grand ceci ou cela » continuent à faire du globe une surface bétonnée, augmentant honteusement la facture carbone et dégradant de manière irréversible la « nature », déjà sérieusement endommagée par une agriculture productiviste et des infrastructures invasives. 
Pourtant des solutions existent et sont connues ! Des architectes, des paysagistes, des designers, des écologues, des mouvements associatifs, des coopératives, des élu·es et surtout d’innombrables citoyens et des citoyennes inventent des alternatives que, bien souvent, ils expérimentent localement avec succès ! On ne compte plus toutes ces volutions reposant sur la ténacité et la créativité de petits groupes qui explorent des voies alternatives. 
Or les « décideurs » au pouvoir à tous les niveaux, les firmes multinationales et leurs lobbies, les institutions internationales, la majorité des médias et les experts et professionnels rémunérés, poursuivent obstinément le saccage de notre “pale blue dot”. 
Pourtant les causes de cet écocide en cours sont connues et qu’ils en font partie. Nous savons bien très ce qu’il faudrait faire pour éviter l’effondrement annoncé.
Greta Thunberg, elle, ne renonce pas. 
Greta parcourt le monde. 
Petite, c’est une géante quand elle monte à la tribune, en brandissant ses panneaux à la face des « puissants » de ce monde. 
Greta dit ce que nous ne voulons pas lire dans les rapports, ni dire, ni entendre. 
Greta est la voix de sa génération, de celles qui viennent, du vivant dans son ensemble, de la Terre. 
Ecoutons-la ! 
Entendons-la !
Soutenons-la !
Ne renonçons-pas !
J’espère juste qu’il n’est pas trop tard.

Sources
Lauren Aratani, « Skyscrapers are killing up to 1bn birds a year in US, scientists estimate » The Guardian, 7 avril 2019
Désastres urbains. Thierry Paquot
Perdre la Terre. Nathaniel Rich

Nowakowskismes 4.1. 7 degrés

Pourquoi 7° ? Parce que si rien n’est fait pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique pourrait atteindre 7 °C d’ici à la fin du siècle, entraînant des conséquences désastreuses pour les espèces et les écosystèmes. 

« Tout ce qui travaille à la culture, travaille aussi contre la guerre » disait Sigmund Freud.  La guerre ou la bêtise ? Finalement, ne serait-ce pas la même chose ? 
Ce soir, deux exemples de l’actualité me font douter de notre capacité à travailler pour la culture. Le premier, et ce n’est pas par ordre d’importance, c’est un rapport de Greenpeace  intitulé « “Droit dans le mur : l’industrie automobile, moteur du dérèglement climatique » paru cette semaine.
L’ONG y montre qu’en 2018, l’ensemble des voitures vendues dans le monde par les grands constructeurs vont émettre autant de gaz à effet de serre que tous les habitants de l’Union européenne pendant un an. En chiffres, ça donne que les émissions des voitures vendues en 2018 représentent 4,8 gigatonnes d’équivalent CO2, alors que celles annuelles de l’Union européenne s’élèvent à 4,1 gigatonnes d’équivalent CO2. De plus, selon l’ONG, l’ensemble des véhicules vendues par exemple, par Renault-Nissan émettront plus que l’Australie en un an. Et dans ce rapport, sont en particulier pointés les SUV, ces véhicules de gros gabarit, souvent 4×4, dont les ventes ont quadruplé en 10 ans en Europe. Et bien sûr, plus la voiture est une grosse cylindrée, plus elle consomme et plus elle émet de gaz à effet de serre. Le rapport montre que dans l’Union européenne, la part de marché des SUV est passée de 8% en 2008, à 32% en 2018. Aux États-Unis, cette part de marché est de 69%. Du coup, le peu de progrès faits par les constructeurs sur les émissions sont annulés tout simplement en mettant sur la route des véhicules plus polluants.
Mais oui un SUV ! Il suffit d’écouter la radio sur le service public pour s’entendre raconter dès les premières heures du matin que pour être un humain accompli, dans le vent, fier de son identité, viril aussi, … et j’en passe, il faut posséder un SUV !! C’est sûr, si on a une grosse voiture, c’est qu’on en a une grosse !! 
En Allemagne, au moment du salon de l’auto de Francfort, symbolique « d’un système de transports d’un autre temps », et pour « en finir avec ces chars d’assaut urbains et les moteurs à combustion », 15.000 manifestants selon la police et 25.000 manifestants selon les organisateurs, ont défilé sur leur vélo pour réclamer une « révolution des transports ». 
Alors à la veille de la journée du 20 septembre 2019, Youth for climate, et des rassemblements pour le climat de samedi 21, c’est le moment de ne pas oublier que « Tout ce qui travaille à la culture, travaille aussi contre la guerre ». 
Déjà, ce serait bien que nous arrêtions de faire la promotion des SUV. Les réductions d’émissions affichées par les constructeurs automobiles restent très limitées, ce qui nous place sur une trajectoire toujours incompatible avec les objectifs climat de l’accord de Paris.
Et surtout, j’ai peur que nous ayons oublié la culture parce que nous ne nous soucions pas de la planète, des gens et des animaux qui y vivent. Nous nous soucions du nouvel SUV que nous allons acheter pour être dans le vent ! Rappelons juste que nous avons émis autant de carbone atmosphérique au cours des trente dernières années que nous l’avions fait au cours des deux siècles précédents d’industrialisation. 
En fait, tout ceci n’est rien d’autre que du déni. 
En effet, malgré le fait que je nous finirons tous par mourir, l’humain vit dans le présent et non dans le futur. Il a le choix entre une abstraction alarmante, la mort, et la preuve rassurante de ses sens, un bon petit verre de vin, ou la caresse d’une peau aimée. Evidemment, l’humain préfère se concentrer sur cette deuxième option. Et puis, finalement, à y regarder comme cela, la planète est merveilleusement intacte, fondamentalement normale – l’alternance des saisons, une nouvelle année électorale à venir, de nouvelles séries sur Netflix, la sortie automnale de nouveaux iPhones … tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. 
Ce qui fait que l’effondrement imminent est encore plus difficile à comprendre que la mort. Pourtant, il existe tellement d’autres types d’apocalypse qui ont fourni bon nombre de scenari de films catastrophes. Les apocalypses religieux, thermonucléaires ou dus à la chute d’astéroïdes ont au moins la netteté binaire de la mort – un instant, le monde est là, l’instant suivant, il est parti pour toujours. On peut même y trouver un héros, qui empêchera cet apocalypse. L’apocalypse climatique, en revanche, est désordonné. Il prendra la forme de crises de plus en plus graves se mêlant de manière chaotique jusqu’à ce que la civilisation commence à s’effriter. Les choses vont aller très mal, mais peut-être pas trop tôt, et peut-être pas pour tout le monde. Et surtout peut-être pas pour moi. Alors pourquoi s’embarrasser, nous n’avons même pas pris la peine de fabriquer un super héros qui s’occupera de cela. 
Alors, soit on peut continuer à espérer que la catastrophe peut être évitée et on s’en fiche et on continue comme si de rien n’était, ou alors on peut se sentir de plus en plus frustré ou enragé par l’inaction du monde. On peut aussi accepter le désastre imminent et peut-être commencer à penser, et là « travailler à la culture, c’est travailler aussi contre la guerre ».

Aurions avons-nous oublié la culture ? Ça se pourrait bien. Voulez-vous un autre exemple ? Si je vous dis que nous avons oublié ce qui fait de nous des humains. Nous avons confié à des plateformes de plus en plus uniformisantes et aliénantes, nos vies, nos pensées, ce qui reste de nos rêves ! Me croirez-vous ?

Alors si je vous dis 10000. Qu’est-ce cela peut-être ? Vous donnez votre langue au chat ? 
10000 c’est le nombre de publications sur Instagram qui portent le hashtag #Nature et ce depuis le début de la lecture de ce texte ! 
En effet, aujourd’hui, plus que jamais, les sites naturels sont assaillis par des touristes en quête de la photo parfaite pour la partager sur les réseaux sociaux. Les conséquences sont loin d’être banales : faune et flore fragilisées, personnel dépassé, expérience en plein air gâchée. 
Voyez la scène !
À la main, un smartphone, un homme ou une femme se tient face à un paysage en France, au Canada, en Nouvelle Zélande, aux USA – attention ! Cette vue doit être la vue parfaite qui viendra enrichir un profil Facebook ou Instagram. Et les lieux ne manquent pas, le Grand Canyon en Arizona, Milford Sand en Nouvelle Zélande, … 
Alors, en équilibre entre le fond et l’écran du téléphone, cette femme ou cet homme, seul au monde, mais précédant une vingtaine de personnes qui font la queue pour reproduire la même scène, dans le bourdonnement des discussions, les exclamations, et aussi la musique crachée par un de ces téléphones prêt à photographier, dans un soi-disant tête-à-tête avec la nature sauvage et silencieuse, contemple au travers de son écran le paysage  qui l’enveloppe de sa pureté, sourit, et… .c’est la photo parfaite. 
David Foster Wallace avait décrit ce phénomène bien avant la mode des selfies pour Instagram, quand il parlait de « La grange la plus photographiée d’Amérique », et les cohortes de touristes qui venaient là pour prendre en photo « La grange la plus photographiée d’Amérique ». « Personne ne voit la grange » disait-il, et mieux encore, selon lui « accepter [ceci] est d’une certaine façon une capitulation spirituelle. Nous ne voyons que ce que les autres voient. Les milliers de personnes qui sont déjà venues ici et les milliers qui viendront dans l’avenir. Nous acceptons de percevoir les choses d’une manière [formatée]. » Le texte de David Foster Wallace date de 1997, pas d’Instagram, ni Facebook, ni Pinterest, le web en était encore à ses balbutiements, alors qu’aujourd’hui on parle d’« instalog ». On n’hésite pas à conduire des heures, à franchir le monde pour un « instalog ». Se prendre en photo est un passage obligé et si on ne le fait pas, c’est comme si on n’était juste pas venu ! Une photo unique identique à toutes les autres, partagée et très vite oubliée dans la mémoire d’un téléphone portable. Un peu partout sur le globe, des lieux naturels sont assaillis par des touristes en quête de la parfaite photo à diffuser sur leurs réseaux sociaux. Et évidemment, ces photos récoltent des « j’aime » à la pelle pour le grand bonheur des bases de données personnelles des maîtres de ces réseaux sociaux. 
Mais il y a autre chose derrière tout cela. On est passés des excursionnistes d’avant qui arrivaient avec une bonne préparation, à un nouveau type de touristes qui ne se soucient guère du plein-air. Ils ont vu la photo sur Instagram ou dans un magazine. Ils veulent la même. Ils ne font qu’entrer et sortir. Expérimenter la nature ne les intéresse pas du tout. Ils arrivent un café à la main en écoutant de la musique à fond sur leur téléphone, et cherchent avant tout le Starbucks le plus proche. 
Et bien sûr, on assiste à l’invasion par des voitures et des autobus pleins comme des oeufs, les parkings sont bondés, les touristes prenant leurs photos au milieu de la route au mépris de la circulation. Le non respect, le manque d’éducation, l’individualisme font que les visiteurs endommagent la végétation, nourrissent les animaux malgré tous les panneaux d’information. On subit la congestion des sentiers, il faut faire la queue pour franchir un passage un peu plus escarpé ou avoir accès à un point de vue est monnaie courante (souvenez-vous de la photo de l’arête sommitale de l’Everest). A cela s’ajoute le nombre insuffisant de toilettes et la dangerosité des stationnements le long de petites routes. Le manque de préparation des visiteurs a aussi entraîné une hausse du nombre d’opérations de secours auprès de personnes mal préparées pour des randonnées en montagnes assez longues. Contamination, pollutions, dégradations pour un égo-portrait ! Les piscines naturelles Mermaid Pools de Matapouri, en Nouvelle-Zélande, ont été polluées avec des serviettes hygiéniques, de la crème solaire, de l’urine, des excréments et toutes sortes d’autres déchets. L’endroit à l’écosystème fragile a été fermé au public l’hiver dernier pour une durée indéterminée.
Les animaux sont aussi terriblement impactés. Le magazine National Geographic a publié un dossier complet sur la souffrance des animaux exotiques due au « tourisme d’égoportraits ». En Thaïlande, pour que les touristes puissent se prendre en photo avec de gros mammifères, on enchaîne les bêtes mises au pas à coups de bullhook, un bâton métallique muni d’un crochet. Ce scénario se répète aux quatre coins du monde, où nombre d’animaux exotiques sont gardés dans des conditions pitoyables, drogués et malmenés. Réfléchissez à tout cela si l’envie vous prenait de prendre la pose aux côtés d’un éléphant, d’un tigre ou d’un dauphin ou si vous envisagez d’aller grossir les files d’attente sur les sites #instalog. 
Alors « Tout ce qui travaille à la culture, travaille aussi contre la guerre » disait donc Sigmund Freud. Mais n’avons-nous pas dénaturé le sens même du mot culture, pour en faire un ensemble de comportements, une ensemble uniforme de médias, de mythes et de représentations collectives au profit d’un ensemble de médias standardisants et aliénants. 
Aurions-nous oublié la culture parce que nous avons oublié ce qui fait de nous des humains ? « Ce sont nos rêves qui nous transforment de machines en êtres humains à part entière » écrivait Philip K. Dick. dans une de ses dernières conférences. Nous avons oublié que nous sommes des êtres situés, dotés d’un corps, qui évoluent dans un espace et au travers de qui s’élabore le temps. 
La culture est un élaboré, un construit, un tout et une individualité. La culture aujourd’hui est devenue plateformes, calculs, résultats, ensemble de nombres présentés pour être digérés, course aux posts les plus « likés ». La culture est devenue une offre, parce qu’on présuppose qu’il y a une demande. La culture est devenue un processus qui s’adapte à cette demande, à un marché, à une structure, à des contraintes, à une rentabilité calculée. 
La culture n’est pas un web. Il existe certes une culture du numérique. Mais elle est le résultat d’une construction, d’un vécu, de sciences combinées. Et cette culture du numérique est devenue un produit standardisé et standardisant qui s’oppose structurellement à la culture, parce qu’elle ne possède pas une dimension essentielle et inaliénable, qui est la LIBERTÉ. 
La définition de 1862 dans le Bescherelle nous dit que, construction personnelle, la culture est l’ensemble des connaissances générales d’un individu.
Alors que signifie « ensemble général de connaissances d’un individu » quand ces connaissances sont, soit stockées ailleurs, soit prises ailleurs sur des sites web, dans les opinions, échanges et commentaires au travers des réseaux sociaux ! Que devient cette construction personnelle quand elle est le résultat de programmes de captation de l’attention, de programmes dédiés à la recommandation et d’une standardisation des comportements. 
Nous avons oublié la culture parce qu’elle s’élabore aussi et surtout dans le rapport à l’autre et que l’autre est repoussé le plus loin possible. La culture est ce qui permet de voir en l’autre un autre soi-même. Une manifestation ce qui pourrait être l’intelligence. Que devient-elle quand la relation est dédiée, a-humaine, programmée par d’autres ? Que devient-elle  quand on convoque de plus en plus des soi-disantes intelligences artificielles évidemment incapables d’altérité, de construction, d’autonomie… de capacité critique. 
La culture est hors les murs, des herbes folles et dès qu’elle est emmurée, elle n’est plus culture. Et quand les murs sont numériques, mouvants, plateformisés, la culture est oubliée, enfermée, boite_de_conservisée ! Alors, qu’aujourd’hui, pour ne pas être exclu, marginalisé, il est « obligatoire » d’être un humain connecté, mais peut-on encore parler de culture ? 
Un bon humain est un humain connecté ! 
Alors pourquoi tout cela ? Parce que nous avons laissé crever l’endroit dans lequel nous vivons. Parce que dans une époque de chaos croissant, les peuples cherchent la protection dans le tribalisme et la force armée, plutôt que dans l’état de droit. Alors que notre meilleure défense contre ce type de dystopie est de maintenir des démocraties, des systèmes juridiques et des communautés qui fonctionnent. À cet égard, tout mouvement en faveur d’une société plus juste et plus civile, et pour la culture, peut aussi être aussi considéré comme une action climatique significative, et inversement. 
Assurer des élections justes est une action pour la culture. Combattre les inégalités de richesse extrêmes est une action pour la culture. Arrêter les machines haineuses sur les médias sociaux est une action pour la culture. Instituer une politique d’immigration humaine, plaider en faveur de l’égalité des sexes, promouvoir le respect des lois et leur mise en application, soutenir une presse libre et indépendante,… sont autant d’actions significatives pour pour la culture. 
Pour survivre à la hausse des températures, chaque système, qu’il soit naturel ou humain, devra être aussi fort et sain que possible. Alors, nous avons oublié la culture parce que nous n’avons pas commencé la lutte pour réduire les émissions mondiales de carbone et empêcher la planète de fondre comme dans une fiction à la Kafka. Ça fait presque cinquante ans qu’on le sait, et malgré de nombreux efforts, nous n’avons pratiquement pas progressé dans la réalisation de cet objectif. Nous avons oublié la culture qui nous permet de voir que les preuves scientifiques sont irréfutables. 
Si vous avez moins de soixante ans, vous avez de bonnes chances d’assister à la déstabilisation radicale de la vie sur terre : récoltes catastrophiques, incendies apocalyptiques, économies implosives, inondations catastrophiques, des centaines de millions de réfugiés fuyant des régions rendues inhabitables par la chaleur extrême ou permanente. sécheresse généralisée. Si vous avez moins de trente ans, vous êtes presque assuré d’en être témoin.
Alors culture en boites, cultures achetées, cultures identitaires, cultures produit de grande consommation, culture saisonnière, cultures marchandises, cultures occupationnelles, culture en conserve, culture lyophilisée et digérante, culture fantasmée, culture de communication ! Voilà ce qui nous amène là, à devoir envisager les conséquences de notre impuissance à agir face au chaos qui vient. 
« Là c’était un espoir infini », nous disait Kafka,« mais pas pour nous ». Ces quelques mots sont écrits par un écrivain dont les personnages s’efforcent d’atteindre des objectifs apparemment accessibles et qui, de façon tragique ou amusante, ne parviennent jamais à s’en approcher. 
Nous avions tout ce qu’il fallait, et … peut-être avons-nous tout gâché.