Nowakowskismes 8.18. Le fumier des siècles

Bouteilles d’oxygènes rouillées, restes de tentes et excréments, vieilles tentes abandonnées, gants troués, casque d’escalade et du plastique, beaucoup de plastique. Nous ne sommes pas dans une décharge à ciel ouvert mais sur les pentes de l’Everest, la plus haute montagne du monde, là où les riches touristes qui cherchent à gravir ces 8849 mètres de neige et de glace et laissent derrière eux des tonnes de déchets afin de faciliter leur descente, très difficile, chargés uniquement des photos qu’ils partageront sur leurs réseaux.
Ces riches occidentaux et asiatiques, ils étaient 478 l’année dernière, se paient le toit du monde pour une prix allant de 60000 à 120000 euros. Tout cela pour faire un selfie, puis redescendre, en abandonnant au passage matériel, déjections et cadavres de leurs compagnons qui n’ont pas résisté à cette épreuve physique extrême.
Ces riches clients, ces gens importants, bien sûr attendent toujours plus de confort, même dans ces régions isolées du globe accessibles seulement à pied ou en hélicoptère. Pour cela, il leur faut une grosse logistique, des kilomètres de cordes, des piolets, des crampons, des duvets, des tentes et de quoi cuisiner pour des centaines d’individus. Et ce n’est pas tout, pour ces gens-là, les installations du camp de base, situé à 5364 mètres d’altitude, doivent ressembler à de luxueux lodges. Pour ces alpinistes d’opérette, il ne faut surtout pas envisager de loger pendant des semaines dans les tentes rustiques des alpinistes d’antan. Ils leur faut la climatisation, des écrans plats, des toilettes privées, des lits king size, des couvertures chauffantes, des spa, la 4G indispensable pour pouvoir partager leur aventure, et des repas équilibrés comprenant des légumes frais livrés quotidiennement, bien sûr servis jusqu’à 8000 mètres d’altitude. Et pour ces gens-là, peu importe de savoir comment cette nourriture est arrivée jusque-là et ce qu’il advient de leurs restes. Ces gens-là achètent une prestation de service et les soucis de logistique, ce n’est pas leur problème !… 
Tout cela sera acheminé à dos d’hommes invisibles et de yacks le long des sentiers escarpés et dangereux mais par un ballet incessant d’hélicoptères.
Pour que tout soit en place avant le début de la saison, des équipes de sherpas, appelés « icefall doctors » font une première ascension pour poser des échelles permettant de franchir les dangereuses crevasses du glacier du Khumbu, ainsi que des cordes fixes utilisées pour tracter les clients le long de ces pentes abruptes. Ils installent également les quatre camps d’altitude, plus sommaires que le camp de base, avec des tentes, duvets, réchauds et provisions. Une fois l’équipement en place, les clients attendent la bonne fenêtre météo au camp de base.
Parfois, et ça arrive à ces altitudes, la montagne n’étant pas un parc d’attraction, les conditions sont défavorables à l’ascension finale, les conditions sont telles qu’une descente rapide est indispensable et on abandonne là toutes les affaires, … la plupart de ces prétendants au sommet ne sont pas des montagnards aguerris, ils ont acheté leur équipement sur le web, ils ont réservé leur voyage, payé les divers laisser-passer, mais ils n’ont jamais pris le temps de s’acclimater à l’altitude et à la rigueur d’une telle ascension. Pour compenser, ils utilisent massivement de l’oxygène contenu dans des bouteilles pesant entre 3 et 5 kilos qui finiront leur vie dans la neige. En fait, certains repartiront sans atteindre le sommet ni même l’un des quatre camps sur le chemin, et tous les équipements seront abandonnés là, grossissant encore le tas de déchets laissés sur le toit du monde. 
Toute cette logistique au service de ces riches consommateurs de la montagne ne peut bien sûr s’envisager, comme toujours, sans le travail harassant et dangereux d’une armée de sherpas, travailleurs invisibles de ce commerce. 
Enfin, et nous le savons, sous l’action du réchauffement climatique, la couche de glace s’est amincie ces dernières années. Et que pensez-vous qu’il se passe ? La fonte des glaces fait remonter à la surface des décennies de merdes humaines. Et, à un point tel qu’à certains endroits, c’est tellement immonde et puant qu’il n’est pas de cm2 propres pour poser ses pieds. En fait, pour faire leurs besoins durant leur ascension, les alpinistes cherchent les endroits plats, assez rares. Tout le monde utilise alors le même petit coin. Et en altitude, la merde ne se décompose pas. 
Cette année, pour la première fois, les alpinistes devront emporter un sac à excréments. Une obligation, déjà mise en place sur d’autres sommets, qui devenait indispensable.
À votre avis qui portera la merde de ces riches clients ? 
Une dernière règle devra être aussi appliquée. Chaque expédition devra redescendre les corps des personnes décédées durant l’ascension. Actuellement, près de 200 cadavres gisent sur l’Everest. Abandonner des cadavres humains et plus globalement ses poubelles sur les neiges éternelles de l’Himalaya est une pratique ancienne. À croire que l’humanité ne s’est pas s’installer quelque part sans y laisser ces monceaux de déchets, de cadavres et de merde. 
Les dernières neiges éternelles puent, envahies des déchets, des déjections et des cadavres de ces touristes fortunés qui viennent là en mal de sensations fortes et d’images partageables sur les réseaux sociaux. Peut-être qu’avant qu’il ne soit trop tard, il sera décidé d’enclencher les actions nécessaires à la réduction des déchets et donc le confort de certaines expéditions relevant d’une activité industrielle de service, bien loin des valeurs traditionnelles de l’alpinisme. Comme toujours dans ce monde, ces gens-là ne voient que leur rêve égoiste, le sommet et leur projet personnel et se contrefiche de la logistique et au vu de ce système marchand qui n’est pas près de s’arrêter, on devrait continuer encore longtemps à dégueulasser les pentes du toit du monde.
« Nos montagnes ont commencé à puer »

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire !
Bienvenue dans ce monde dans lequel les ultra riches pourront se faire construire un yacht sous-marin de luxe.
Bienvenue dans un système qui permet qu’une entreprise envisage de fabriquer ce yacht de luxe submersible pouvant mesurer 165 mètres de long qui pourrait naviguer à 240 mètres de profondeur et rester immergé pendant un mois en embarquant jusqu’à 20 invités et environ 40 employés.
Bienvenue dans ce monde dans lequel ses ultra-riches prédateurs du monde trouveront dans ce projet une « solution de repli » pour se préparer aux pires catastrophes abriter dans cette véritable « forteresse  » invulnérable aux menaces aussi variées que les impulsions électromagnétiques, les cyber-attaques ou les désastres climatiques.
Bienvenue dans ce monde obscène où on peut faire la promotion de ce genre de projets visant à fabriquer des modèles sur-mesure pour ces ultra-riches « en quête d’intimité, de sécurité et de protection pour eux-mêmes, leurs convives et leurs biens de valeur  » ! 
Les autres crèveront dans leur merde. 

Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 

Ce soir, des Nowakowskismes qui ne peuvent rester silencieux face cette autre odeur, certainement encore plus tenace que celle qui envahit les sommets de l’Himalaya, cette odeur qui flotte dans l’air en France et ailleurs, ces relents conservateurs, durs et bornés saupoudrés de ce bon vieux fascime ! Nous baignons dans son langage et ses discours, et de la parole aux actes, il n’y a souvent qu’un petit pas ! Dans cet espace public saturé, dans ce brouhaha médiatique bollorisé, la droitisation politique et culturelle a passé un cap et de palier en palier, l’air de rien, un point, que je n’espère pas de non retour, a été franchi, vers une société traversée, envahie par une pensée fascistoïde commune emplie de ses rengaines sécuritaires et autoritaires, ses fantasmes identitaires et ses discours moisis inégalitaires et écocidaires.  
Cette odeur nauséabonde gagne les faveurs d’une part de plus grande de la société, rendant acceptable toutes les atteintes aux libertés, permettant les interventions violentes sur des campus, martelant dans les assemblées nationales des slogans publicitaires imposant une société de moutons frileux et sages vivant dans l’air sale d’une sale époque. 
Ce soir les Nowakowskimes tente d’apporter de quoi résister à cette pente vers l’abime, toujours plus glissante et toujours envisager un renversement de cette funeste dérive et ainsi faire mentir le désespoir qui nous envahit ! 

Gaza est devenue un laboratoire à ciel ouvert du recours à l’IA dans la définition des cibles de l’armée israélienne. Une coalition d’ONG animée, entre autres, par Human Rights Watch et Amnesty International, est en première ligne de la lutte contre le recours à l’intelligence artificielle dans les opérations de ciblage militaire, dont Gaza est devenue un laboratoire à ciel ouvert. On ne cesse de parler IA, de communiquer IA, de s’émerveiller IA mais se pose-t-on la question de l’emploi de l’intelligence artificielle par l’armée israélienne en particulier, et pas qu’elle, appliquée pour la première fois à grande échelle sur un théâtre d’opération.
L’incorporation des techniques d’intelligence artificielle aux systèmes militaires israéliens n’est pas une affaire nouvelle. Ces techniques sont  utilisées depuis plusieurs années dans le célèbre système de défense aérienne « Dôme de fer », afin de calculer les trajectoires des missiles interceptant les roquettes qui s’apprêtent à s’abattre sur le territoire israélien. Mais, l’opération « Glaive de fer » jette à bas les dernières réticences à l’utilisation offensive de l’IA en temps de guerre, principalement à des fins de ciblage. Et, dans ce cas précis, trois logiciels sont utilisés à une échelle sans précédent. 
Le programme Habsora identifie des sites potentiellement utilisés par le Hamas dans la bande de Gaza, en les divisant en quatre catégories. Il y a les « cibles tactiques » regroupant les caches d’armes, les sites de lancement de roquettes ou des postes d’observation. Il y a les « cibles souterraines », c’est-à-dire les tunnels construits par le Hamas. Il y a les « cibles de puissance » incluant des tours résidentielles et des bâtiments publics tels que des universités, des banques, des bâtiments gouvernementaux détruites afin de mettre une pression accrue sur la population. Enfin, il y la catégorie des « résidences familiales » correspondant aux résidences des familles de membres du Hamas.
Le programme Lavender lui est conçu pour proposer des cibles humaines afin de permettre des assassinats ciblés. Cette pratique a vu le jour lors de la seconde Intifada.
Une fois identifiées, ces cibles humaines sont entrées dans le logiciel « Where’s Daddy ? » qui se charge de les localiser.
Ainsi, l’armée israélienne dispose de plusieurs programmes de surveillance très avancés, s’appuyant sur des techniques de l’IA qui permettent de traquer simultanément des milliers d’humains. Une fois localisés chez eux, une alerte automatique – un SMS – est envoyée à l’officier de ciblage, qui désigne ensuite sans réfléchir l’habitation pour une frappe aérienne.

À ce stade, juste une petite parenthèse. 
Ayant participé à un jury de doctorat cette semaine, je vous partage cette nouvelle formalité, le serment doctoral : « En présence de mes pairs. Parvenu(e) à l’issue de mon doctorat en [xxx], et ayant ainsi pratiqué, dans ma quête du savoir, l’exercice d’une recherche scientifique exigeante, en cultivant la rigueur intellectuelle, la réflexivité éthique et dans le respect des principes de l’intégrité scientifique, je m’engage, pour ce qui dépendra de moi, dans la suite de ma carrière professionnelle quel qu’en soit le secteur ou le domaine d’activité, à maintenir une conduite intègre dans mon rapport au savoir, mes méthodes et mes résultats ». 

Je me demande bien quelle lecture de ce texte feront des doctorants qui seront embauchés par ces entreprises développant de tels logiciels !  

Nous savons que ces systèmes d’apprentissage sont soumis à des erreurs de paramètrage, de sur-confiance, liées aux biais de données qui causent alors les milliers de victimes civiles ciblées sur les recommandations erronées de ces différents algorithmes. Par exemple, le programme Lavender fonctionne grâce à un système de recommandation par IA qui s’appuie sur un apprentissage des conduites supposées caractéristiques de membres du Hamas, apprentissage réalisé sur des données collectées sur les 2,3 millions de Gazaouis grâce à des techniques de surveillance de masse basés sur l’écoute des communications et l’accès aux contenus des téléphones et aux métadonnées associées. Comment être sûr de pouvoir discriminer par apprentissage automatique du comportement un membre du Hamas et un habitant, un membre d’une ONG, un homonyme sur un groupe WhatsApp ! 
Malgré cela, les recommandations de ciblage de Lavender ont majoritairement été appliquées sans une vérification humaine attentive. Les soldats chargés de la correction du système ont systématiquement approuvé les frappes ciblant des hommes, allouant seulement une vingtaine de secondes à chaque individu ciblé. Ces biais sont d’autant plus inquiétants et qu’en plus, comme pour tous ces systèmes d’apprentissage, il est quasi impossible de savoir exactement comment la recommandation de tuer est produite. 
Cette atmosphère irrespirable là n’est pas due aux merdes humaines mais à cette pourriture qui envahit l’humanité quand elle confie à la machine des décisions qui ne doivent relever que de l’humain. Ceci rappelle le concept de « tampon moral » développé par Mary Cummings, une professeure américaine qui avance que le fait d’appréhender la réalité par le biais d’une machine rend la mort moins concrète et donc plus probable car moins « coûteuse » sur le plan moral, entraînant une « virtualisation de la conscience de l’homicide » chez l’opérateur alors plus enclin à avoir un recours excessif à la force. À Gaza, mais ailleurs dans le monde, ces systèmes transforment les humains en chiffres, ces systèmes visent à déshumaniser, à ne pas s’interroger, à ne surtout pas penser au fait que ce sont des humains qui seront détruits, pour garder sa conscience au chaud et justifier la mise à mort sur la base d’une statistique. 
Voilà, ce monde pue, ce monde dans lequel l’humain peut être mis à mort par algorithme, ce monde dans lequel les humains sont traités comme des cibles accompagnées d’une probabilité qui déterminera leur destruction ou la vie… ce monde pue de nos désertions de nos silences, de nos têtes enfouies dans le bac à sable réceptacle de nos déjections. 
En France, le Comité d’éthique de la défense s’est penché sur les applications militaires de l’IA. Il recommande de toujours garder une décision humaine dans la « boucle de décision ». 
En France, il y a le serment doctoral. 
Est-ce pour autant que le monde empeste moins …. J’en doute ! 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec ces quelques mots de Paul Auster, de son dernier roman intitulé Baumgartner, que nous nous quittons :  
« Un événement doit-il être vrai pour être accepté comme tel, ou la foi en la vérité d’un événement suffit-elle à le rendre vair, même si les faits censés s’être produits ne se sont pas produits ? Et si, malgré vos efforts pour découvrir si l’événement a eu lieu ou pas, vous arrivez à une impasse et, plongé dans l’incertitude, ne pouvez être sûr que l’histoire qu’on vous a racontée à la terrasse d’un café […], est une version dérivée d’un événement historique peu connu mais vérifiable, ou que c’est au contraire une légende, une histoire inventée pour se faire remarquer, ou encore une rumeur infondée transmise par un père à un fils ? Plus précisément encore : si l’histoire se révèle être d’une puissance de stupéfaction telle que vous restez bouchée bée et sentez qu’elle a changé ou étendu ou approfondi votre vision du monde, est-il important que l’histoire soit vraie ou pas ? ». 
À méditer et à développer, bien sûr. 

Sources et inspirations 
https://reporterre.net/Everest-comment-le-toit-du-monde-est-devenu-la-poubelle-de-riches-touristes
https://usbeketrica.com/fr/observations/des-ultra-riches-veulent-construire-un-superyacht-sous-marin-de-luxe
https://www-mediapart-fr.bases-doc.univ-lorraine.fr/journal/international/070524/bombardements-israeliens-gaza-comment-l-intelligence-artificielle-annihile-les-preventions-ethiques
https://www.hceres.fr/sites/default/files/media/files/fiche-serment-doctoral-integrite-scientifique-pdf1.pdf
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/very-good-trip/very-good-trip-du-lundi-13-mai-2024-1967762

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.18-15052024-10.13/

Musiques 
St Vincent, Reckless – https://youtu.be/fIxfVno3wmI?si=as_gvEwwzZ2L1lUX 
Sly and the family stone, Thank you for talking to me Africa – https://youtu.be/_ppAPO-DIHo?si=CAT9YJ7l0BNPaDQl 
Mass hysteria, le fumier des siècles –  

Nowakowskismes 8.17. 60

Tout commence là.
Villerupt, on peut y arriver de trois façons différentes. Villerupt au moment du début de cette histoire, c’est un gros bourg au coeur d’un embranchement de deux petites vallées, celle du Rupt, nous sommes dans la Ville sur le Rupt, et l’Alzette. Le Rupt se jette dans l’Alzette qui elle continuera son cours vers le Luxembourg et plus loin la Moselle qui monte plein nord vers la Meuse et la Mer du Nord. Villerupt est au nord -est de la France, au nord du département de la Meurthe et Moselle, dans le Pays Haut, à quelques kilomètres de la frontière luxembourgeoise. 
Villerupt, c’est une petite vallée, un ensemble de rues organisées autour de la place centrale, avec son église. Quand on arrive du sud, c’est par le haut qu’on découvre d’abord le quartier de Cantebonne, petites maisons d’ouvriers, sur le plateau, à l’orée de la forêt qui recouvre le plateau, entaillée de cultures, de champs. Au bord de la vallée, la route se met à serpenter, on découvre alors la ville nichée dans la vallée, et à sa droite de drôles de cités, alignées, à flanc de côte, les cités de Butte, alignées en 6 rangées colorées, de petites maisons, comme des lignes de niveaux marquant la déclivité de cette partie du territoire. 
On descend cette route qui prend la courbe de plus faible pente, le cimetière est sur la gauche, une laiterie, les collèges que nous fréquenterons tous et toutes, qui fermeront plus tard, lors du déclin de la cité, à droite, la forêt encore, qui accueille la nouvelle piscine, qui a remplacé celle des usines dont les cheminées, et les fumées étaient en contrebas, gigantesques bâtiments, géhennes, de feu, et de sueur, dans lesquelles des milliers d’hommes y ont oeuvré, hommes venus de toute l’Europe. 
Continuons notre descente, nous nous approchons des premières maisons de Villerupt, maisons cossues pour certaines, maisons d’ouvriers pour la plupart pour arriver au premier grand carrefour, le carrefour Carnot. 
Dans la descente, on aura aperçu sur l’autre versant de la vallée, la gare. La gare avec ses trains qui ont transporté hommes et minerais de fer, parce que la richesse de Villerupt, c’était le fer, la sidérurgie, installée là depuis le XVIIIème siècle, avec les premières forges qui ont occupé tout le fond de la vallée, monstre engloutissant des milliers d’hommes et des tonnes de minerai extrait de la colline derrière la gare, mine à ciel ouvert d’où fut extraite la minette dont les premiers rails de TGV seront faits. En s’en approchant, vous vous retrouverez face à une colline éventrée, une saignée géante mutilant la colline double face, côté verdoyant tourné vers la ville, cicatrices béantes de l’autre côté. 
Reprenons notre entrée dans Villerupt, empruntons la rue principale, la rue Carnot, qui commence à gauche par un grand bistrot, qui, après avoir accueilli des générations d’ouvriers remontant chez à eux à Butte, devint un des repaires de la jeunesse de la ville. La rue Carnot, artère vivante de magasins, d’épiceries, descend. Elle descend vers un autre grand carrefour qui lui mène à l’usine, l’usine c’est Micheville. La rue Carnot longe par le haut la place centrale, la place du marché, du mardi et du vendredi, place qui accueille la fête foraine en juillet, place qui fait face à l’église, l’église qui ne présente rien d’original si ce n’est qu’un sculpteur facétieux, y a caché une sculpture de Mickey. On rejoint alors la vallée de l’Alzette, venant à l’ouest de Thil, et partant à l’est vers le Luxembourg, une longue route qui a sa gauche voit se dérouler les bâtiments de l’usine, immenses, à sa droite un peu plus loin, la piscine découverte, où plusieurs générations successives ont appris à nager, ont connu leurs premiers émois amoureux, leurs premières peurs, et plus loin Audun-le-tiche, ville soeur, mais néanmoins ennemie. Une frontière, entre deux villes, deux départements, et aussi juste là, un magasin de musiques, chez Pratt, disques, instruments de musique, mon premier disque, à 10 ans, une compilation des Beatles. 
Au carrefour, on peut aussi reprendre vers la gauche, vers le centre, l’église, la mairie, la salle des fêtes et au bout, à droite par la rue Raymond Poincaré, on se hisse jusqu’à l’école du même nom, école à portée de son du concert donné par Jimi Hendrix en 1966, c’est là que j’entre dans le monde. J’y reviendrai.
Villerupt va compter. 
À Villerupt, l’histoire des luttes ouvrières, des luttes pour l’émancipation des travailleurs est à chaque coin de rue, on y rencontre une cité Ambroise Croizat, un parc Maurice Thorez, la cité Jules Vallès, une fresque de Chagall, une rue Garibaldi, et tellement d’autres,… la liberté et l’émancipation sont inscrites dans les murs de la ville, la liberté chèrement gagnée dans les combats menés là, à Villerupt, mais aussi dans les pays d’origine de ceux et celles qui sont venus s’y installer, souvent seuls d’abord, souvent en réfugiés politiques expulsés, puis accompagnés de leurs familles. À Villerupt, ils sont nombreux à être venus mettre leurs bras au service de la sidérurgie, polonais, espagnols, portugais et italiens, italiens qui créeront en 1976, un peu par hasard, le festival du film Italien.
La vie à Villerupt était rythmée par les changements de postes à l’usine, Aubrives et Micheville, les flots d’hommes, sortant de leur poste, laissant la place aux suivants, engloutis pour la dizaine d’heures à venir. Le temps à Villerupt était empli des temps des communautés venues des quatre coins de l’Europe. Les quartiers, principalement des quartiers ouvriers mixaient toutes les origines. Seuls les « ingénieurs » de l’usine avaient droit à leurs maisons, de très belles maisons, ainsi qu’à leurs quartiers bien séparés des quartiers dédiés aux ouvriers. 
C’est là que mes familles s’installeront, après avoir traversé l’Europe, en venant de l’Est, de l’au-delà des Pyrénées, et de l’au-delà des Alpes. 
Villerupt et mon histoire ne peuvent se comprendre sans revivre les histoires, les parcours des uns et des autres. Parcours qui pour certains les ont amenés du sud de l’Europe vers cette petite ville du nord-est de la France, pour d’autres, des parcours tracés à l’ouest, vers l’ouest, ouest qui pour certains furent les Amériques, pour d’autres, une petite ville de l’est, à quelques kilomètres de Nancy, Toul. 
Des familles faites de ramification, de connexions, et d’inattendus. Comme toutes les familles vous me direz ! Mais regardons-y de plus près. 
Ma famille telle que je la revoie aussi loin que ma mémoire me ramène c’est déjà l’arrière grand-père. Un petit homme, le visage parcheminé, de petites lunettes, un regard profond et doux. Un homme né en 1888 à Bilbao. La Commune de Paris avait été éliminée quelques années avant, l’Alsace et la Lorraine occupées par l’Allemagne, ou plus exactement la Prusse. Bilbao est alors une ville portuaire, ouvrière, des gisements de fer abondants découverts dans les collines entourant la ville, permettent de diversifier son commerce qui était auparavant axé sur les produits issus de l’agriculture. Nous sommes en pleine révolution industrielle qui permet d’exploiter les mines de fer à grande échelle et de développer les industries métallurgiques et sidérurgiques. Au début du XXe siècle, la ville sera l’une des plus riches d’Espagne et de nombreuses grandes compagnies s’y établiront. La guerre civile mettra un frein au développement de la ville. Un camp de prisonniers pour les soldats de l’armée populaire de la République espagnole est installé au couvent des Escolapios et plusieurs milliers de prisonniers y sont enfermés. 
Mon arrière grand-père travaille comme une bonne partie de sa famille dans les aciéries. Anarchiste, humaniste, il est des luttes ouvrières pour les droits des ouvriers. Ils combattra jusqu’à se voir interdire le territoire espagnol. Quitter l’Espagne ou aller en prison. Chassé d’Espagne, il avait plusieurs chemins possibles – un de ces frères a choisi l’Amérique du Sud où il disparût. Cultivé, autodidacte, francophile, empreint de toute la culture des lumières, il choisira la France parce que c’est le pays des droits de l’homme. Il arrivera en France qu’il traversera en train et à pied, vers le nord est, d’abord à Hayange en enfin à Villerupt en 1922. Il ne voyagera pas seul, il arrivera avec sa femme et ses cinq enfants enfants, dont mon grand-père et ses frères et soeurs, tous porteurs de prénoms venus de ses lectures. En effet, Alexandre, lettré, a donné à tous ces enfants des prénoms venus de ses lectures. 
Mon grand-père grandit, rencontra ma grand-mère qui elle venait d’Italie, de l’autre côté des Alpes, les lacs, à la frontière du royaume d’Italie et de l’Empire austro-hongrois, fille d’un aventurier, solitaire anarchisant, qui fut, pour survivre et nourrir sa famille, contrebandier, colporteur, tailleur et joueur qui lui fit tout perdre, tailleur qui enseigna à sa fille l’art de faire des vêtements, art qu’il enseigna également à ma mère. À l’énergie débordante de mon grand-père vint s’assembler le calme, la douceur et la beauté de ma grand-mère. 
Et ce n’est pas tout. Il y a une autre histoire venue de l’est. À l’issue de la Grande Guerre, tandis que la Pologne renaît en tant qu’État indépendant, la France compte ses morts, ses blessés, ses terres dévastées et ses mines hors d’usage à l’issue des combats. Comme d’habitude, on fait appel à des bras étrangers. Les gouvernements des deux pays signent, le 3 septembre 1919, une convention d’immigration qui prévoit un recrutement collectif, des contrats de travail et l’égalité des salaires avec la main-d’œuvre française.
Des trains et des bateaux vont amener, semaine après semaine, des familles issues des campagnes surpeuplées du nouvel espace polonais, des familles entières venues gagner leur pain (za chlebem) et qui ne parlent pas un mot de français. Se joignent à eux des compatriotes ayant transité par le bassin de la Ruhr où ils ont appris le métier de mineur.
La France fut longtemps une destination privilégiée pour les Polonais. Les raisons en sont à la fois historiques et philosophiques. Pays des Lumières et des droits de l’Homme, elle est également la patrie de Napoléon qui a intégré des soldats polonais dans ses armées et favorisé en 1807 la création d’un duché de Varsovie, sur des territoires enlevés à la Prusse. Dans l’entre-deux-guerres, l’immigration massive d’ouvriers agricoles et de mineurs fait des Polonais la deuxième nationalité étrangère en France après les italiens avec plus d’un demi million de personnes recensées en 1931. Dans la convention signée avec la Pologne, la France obtient le droit d’effectuer le recrutement sur place. La sélection des candidats repose sur des critères médicaux, car le pays d’accueil veut des hommes robustes, des femmes jeunes et saines. Ouvert en 1923, le centre de rassemblement de Myslowice en Haute Silésie, entre Cracovie et Katowice, en plein Yiddish Land, passe aux mains de la Société générale d’immigration, organisme patronal qui gère l’envoi de centaines de milliers de Polonais dans tous les métiers demandeurs de main-d’œuvre. A part ceux qui empruntent la voie maritime par la Baltique et arrivent à Dunkerque ou au Havre, c’est de Myslowice que part l’essentiel des convois. Après quelques jours de voyage en train, les Polonais posent enfin le pied à Toul où leur contrat de travail est complété avec le lieu d’affectation. C’est à Toul que mes grands-parents, d’abord mon grand-père, puis deux ans plus tard ma grand-mère, jeunes mariés, nés au tout début de ce siècle, venus de l’est lointain, entrèrent pour la première fois en France. Ils partirent eux aussi pour Villerupt, eux aussi pour travailler dans la sidérurgie, eux aussi pour habiter dans les cités de Butte à Villerupt. 
Une famille, venue d’Espagne et d’Italie à la 5e, et une famille venue du coeur de la Pologne, à la 6e, … c’est ainsi qu’étaient numérotées et nommées les rues des cités de Butte. Mes parents n’eurent quelques dizaines de mètres à faire pour se rencontrer. 

« […] le lieu ne garde-t-il rien de ce qui pourtant a eu lieu ? L’être s’oublie-t-il, instant par instant, est-ce à moi, à moi seul, de me souvenir ? »

Il y a l’école déjà. L’école dans laquelle nous habitions et où nous avons démarré nos vies. Il y a l’école, la fenêtre de la cuisine qui donne sur la cour de récréation, quelques mètres seulement qui sépare le monde des autres, et le refuge de la maison, quelques mètres, et courir à la récréation pour apercevoir son visage, reprendre aux yeux de sa mère, la bouffée de vie, le souffle indispensable à l’apnée dans le monde. L’école où nous avons tous grandi, son jardin, les lilas au printemps, et l’école que nous abandonnions pour des semaines, les vacances d’été venues, alors que nous partions sur les routes de France, caravane accrochée à la R8, puis la R12, puis la R16. Cette même école où, des années plus tard, les amplificateurs d’un groupe de rock firent hurler le concierge, l’école qui devint un lieu de rassemblement de notre adolescence, guitares électriques, bricolage sonores, l’école devint l’espace des répétitions de nos expéditions musicales que nous faisions dans les salles, les bars, les MJC de cette myriade de villages bruissant de l’énergie de l’éducation populaire née de tous ces combats de l’émancipation de ce petit pays des hauts, à la frontière. 
Il y a la ville, Villerupt, ses cinémas, en famille, ou plus tard en bande, entassés dans une salle pour assister à la projection de Woodstock, moins de dix ans après ce mois d’aout 1969, ou encore s’émerveiller, s’émouvoir, découvrir les premiers éveils sensoriels de nos corps jeunes en dévorant des yeux la pellicule de tous ces films italiens, rires, larmes, la vie. Villerupt, que nous traversions pour rejoindre par le bois, gravissant les escaliers, les cités de Butte, rejoindre les grands-parents, les cousins, ces grands-parents qui n’avaient même pas encore soufflés leurs 60 bougies. Villerupt, sa place centrale, la librairie, le marché, et en juillet la fête foraine, la mercerie, le marchand de tissu où ma mère m’envoyait chercher le fil qu’il lui manquait pour finir un vêtement pour l’un ou l’autre d’entre nous. 
Villerupt, et au-dessus de l’école Poincaré, encore un escalier vers la vieille gare, et après les restes de la vieille rotonde, le plateau, une grande prairie parsemée d’arbustes, parfaite pour y faire voler les cerf-volants, ou en dévaler les pentes en luge en hiver, offrant, côté face cette vue panoramique inoubliable sur tous les quartiers, et côté pile, les mines de fer à ciel ouvert abandonnées, gigantesques cicatrices ouvertes par des engins avides de ce minerai qui serait digéré par ces hauts-fourneaux, pour finir en rails, en plaques d’égouts dans la monde entier, béances ouvertes dans les strates du temps regorgeant de trésors de fossiles qui viendraient s’organiser dans des boites toujours plus nombreuses s’entassant dans ma chambre, Villerupt avait été le fond d’une mer.  
Il y a Villerupt, le temps passé au collège, les allers et retours à pied par tous les temps, entre Cantebonne et l’école, les cours de guitare, puis le lycée, Longwy, le bus, les matins, le froid, la nuit en hiver, le bus, le soir, et Longwy, qui jamais ne se substitua à Villerupt, Longwy et l’épreuve de l’à venir, l’épreuve de la mise à distance de tous les lieux, l’expérience de ce qui viendra après, douleurs, joies, espoirs, déceptions, blessures, … passerelle vers la fac … encore plus loin, encore plus douloureuse, mais le prix pour tendre vers cet objectif présent depuis presque toujours, la liberté, comprendre et contribuer à l’avancée infinitésimale de l’humanité, un chemin fait des années de combat, un chemin frayé épreuve après épreuve, épanouissante comme la réponse à une vie de questions et de vagues envies, satisfaisant toutes les curiosités enfantines, tous les désirs muets, tout ce qu’il y avait en moi du scientifique, du poète, du voyant primitif, de l’observateur du feu et des étoiles filantes, de toutes les obsessions dévorées à la nuit, des rêves doux, toujours empli de ces sensations venues des endroits sans nom, lointains, poussé par cette impulsion neurale d’une conscience plus sauvage, une sympathie pour les bêtes, quelle que soit la croyance en une force vitale immanente, quel que soit le secret renfermant l’idée d’humain unité, quels que soient le vœu et l’espoir simple, quelque chose de trop et pas assez, tout à la fois et petit à petit, se soustraire à la routine d’une vie, échapper à l’enfermement et à une spécialisation excessive.   
Enfin, plus tard, il y eu mes enfants, des joies, un chemin plus jamais seul, des rencontres, des peines, profondes, de l’amour fort et enfin, elle, des voyages, des expériences inédites, lointaines, réalité rejoignant les rêves, des lectures innombrables, solitaire mais des amis partout, vagabond de par le monde, en recherche permanente d’une élévation de l’esprit humain seule issue de l’humanité, enseignant et étudiant et enseignant encore, pour redevenir étudiant, en permanence blessé et guéri des agressions de ce monde, espoir toujours, infatigable… 
Ce soir, tous mes souvenirs s’enfument, aux soixante bougies qui s’allument
Tous mes souvenirs s’écartent, un peu semblables au jeu de cartes, aux mains du joueur, quand il n’y aura plus de donne. 
Au café des certitudes, aux vieux flippers, c’est le temps de plus d’excuse, ce qui n’est pas ne sera pas plus tard dans l’emploi du temps qui reste. 
Ceux qui regardent en arrière ne voient que de la poussière, des sons, des odeurs de craie, des trottoirs mouillés, les lilas du jardin
Oh! ma ville aux pluies d’automne, aux hivers glaciaux, aux rêves éveillés, à tout ce qui m’a donné l’énergie de parcourir le monde, à tout ce qui m’a donné l’énergie, les idées, à tout ce qui m’a donné l’énergie d’en donner aussi, à tout ce qui m’a donné l’énergie d’exister, le plaisir de se sentir vivre, mais autrement qu’à la surface des choses, au tournant des routes, dans le hasard, comme un nageur qui plongerait dans le devenir puis remonterait couvert d’algues, plus large de front, d’épaules, riant, éclairé et serein. 
21915 jours !

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! Au fait, il paraît que Voyager, le seul objet fabriqué par les humains ayant quitté le système solaire, actuellement à 24 milliards de kilomètres, s’est remis à émettre des messages.
C’étaient les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Ce soir, vous l’avez entendu, les Nowakowskismes furent singuliers, marqués d’un nombre, 60, lourd de 21915 jours, et surtout l’occasion de m’accompagner dans un petit voyage à bord de le vaisseau spatiotemporel de ma mémoire. Il y aurait encore plein d’autres choses à visiter dans ces replis de l’espace et du temps, mais aujourd’hui, dans ces quelques minutes, c’était l’occasion d’emmener ailleurs les Nowakowskismes, de s’échapper pour une fois de ces temps.  

Musiques 
PJ Harvey, Red Right Hand – https://youtu.be/ykwxyVYKTBM?si=L9t6tQW-FoeLJxil 
Lou Reed et John Cale, Hello it’s me – https://youtu.be/NSNyt8MZTqI?si=hlGJMPIHNWvSbPwY
Roger Daltrey, Say ain’t it so – https://youtu.be/ergcxC1tcAE?si=WQEXfjNRDDg8lKk8

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.17-29042024-11.16/

 

Nowakowskismes 8.16. Temps dérangés

Jusqu’en 1955, les horloges du monde étaient réglées en fonction du temps qu’il fallait à la Terre pour faire un tour complet sur elle-même. Ensuite, pour répondre aux besoins des technologies modernes tels que les GPS ou les nouveaux réseaux de communication, l’humanité a dû revoir ses moyens de mesurer le temps. Ces systèmes demandaient une précision accrue qui a fait que nous nous sommes mis à utiliser les horloges atomiques, qui sont plus stables et plus précises, incroyablement plus précises. Comme toujours, l’humanité avait oublié une donnée importante. La Terre n’est pas une horloge suisse, un coucou de la forêt noire, la Terre est une planète bien vivante, pas une sphère inerte tournant dans l’espace sous l’action de forces immuables. 
Et donc, parfois, même souvent, sa vitesse de rotation peut changer.
Ces changements peuvent être dus à différents phénomènes naturels. L’attraction de la Lune sur les océans peut ralentir la rotation de la Terre, alors que des mécanismes dans le noyau liquide peuvent l’accélérer. Il y a donc toujours des petits ajustements à faire pour garder les horloges atomiques en phase avec la rotation réelle de la Terre. Ces changements sont imperceptibles à l’échelle des humains que nous sommes mais, sur les dernières décennies, on a mesuré un très léger ralentissement de la rotation la planète qu’il a fallu compenser. Ainsi, des maîtres de ces horloges ajoutèrent régulièrement des secondes supplémentaires. Ces secondes supplémentaires ont été appelées les secondes intercalaires. Depuis les années 1970, 27 secondes intercalaires ont dû être rajoutées aux horloges atomiques.
Mais, l’histoire ne s’arrête pas là. 
En effet, récemment, on a détecté des changements dans le noyau liquide qui semblent renverser la tendance. La rotation de la Terre serait maintenant en train de s’accélérer. Cette accélération va demander de faire une nouvelle correction des horloges atomiques, mais qui, cette fois-ci, se fera dans l’autre sens. En 2026, il faudra donc enlever une seconde aux horloges atomiques. Comme ce changement n’a jamais été fait, on ne sait pas trop quelles seront les conséquences, et cela inquiète les métrologues gardiens du temps. Cela dit, nous n’avons pas le choix parce que la rotation de la Terre semble bien s’accélérer. 
Il a donc été décidé qu’en 2026, il faudra enlever une seconde au temps des horloges atomiques. 
Il aurait été intéressant de tenter l’expérience qui nous permettrait de disposer d’un temps non comptabilisé, de ne pas toucher aux horloges atomiques afin de pouvoir disposer d’un temps hors le temps mesuré, de disposer d’un temps qui ne soit qu’à soi seul, 1 seconde ce n’est pas grand chose, mais imaginez ce que ça donnerait de disposer de plusieurs minutes par jours hors les horloges. 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire !
Bienvenue sur cette pauvre planète qui, en plus du réchauffement climatique d’origine humaine, doit faire face à ce phénomène naturel, El Nino, qui vient gonfler la température globale  moyennée sur l’ensemble de la planète. Qu’est-ce El Niño ? Cela désigne l’alternance à grande échelle entre des périodes de  réchauffement (El Nino) et de  refroidissement anormaux (La Nina) des températures de surface de la mer du Pacifique équatorial central et oriental qui coïncident avec des changements dans les régimes de vents (alizés) et de pluie sur l’ensemble des tropiques. Le phénomène El Niño est épisodique et apparaît de façon irrégulière, entre  2 et 7 ans, et dure en général de 6 à 18 mois. Contrairement aux émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, ce phénomène est entièrement naturel. Il s’agit d’une redistribution de la chaleur à l’intérieur du système climatique (entre océans et atmosphère principalement), et non d’un apport de chaleur nouvelle au système comme le fait l’usage toujours croissant des énergies fossiles. El Niño est connu et documenté depuis plusieurs siècles par les scientifiques qui connaissent bien les processus physiques du phénomène et ses impacts. Il existe cependant quelques points d’interrogation, notamment pour expliquer sa diversité car chaque événement El Nino est unique, il est donc difficile de prévoir sa temporalité exacte et son intensité.
El Niño se produit principalement dans le Pacifique tropical mais il influence à distance de nombreuses autres parties du monde. Il provoque un transfert de quantité très importante d’énergie de l’océan vers l’atmosphère et est capable d’avoir des conséquences mondiales via des changements de circulation atmosphérique globale due à la source de chaleur Pacifique. En moyenne, il entraîne une augmentation des températures mondiales d’environ +0,2°C sur une ou deux années particulières.
Bienvenue sur cette Terre sur laquelle, comme l’humanité a continué d’émettre des gigatonnes de gaz à effet de serre depuis le dernier El Niño en 2016, il n’est pas surprenant d’observer que les 10 derniers mois aient battu tous les records de chauds. Plus exactement, ce sont 26 mois d’affilée au-dessus des normes en France (10 à l’échelle de la planète) ce qui semble confirmer une accélération du réchauffement climatique, globalement conforme aux scénarios les plus pessimistes des derniers modèles climatiques.
Bienvenue sur ce « Little blue dot » sur lequel ces premiers mois de 2024 n’ont cessé de battre des records de température, et qui sont les mois les plus chauds jamais mesurés depuis que nous faisons des mesures de températures. 
Bienvenue dans ce monde où les effets combinés d’El Niño et de la production interrompues de gaz à effet de serre provoquant des évènements météorologiques importants sur l’ensemble de la planète, peut également exacerber les tensions sociales et politiques existantes.
Bienvenue dans ces temps où les rapports du GIEC se succèdent, qu’on y voit les liens entre le changement climatique et les différents conflits, et que l’adaptation au changement climatique et aux phénomènes naturels comme El Niño qui viennent l’amplifier serait fondamentale pour réduire les risques de conflits et construire une société soutenable. Le climat n’est pas le principal facteur directement à l’origine des conflits, mais il a des répercussions économiques et sociales indéniables, allant de l’insécurité alimentaire et hydrique à la perte des moyens de subsistance, en passant par l’aggravation des inégalités et la concurrence pour les ressources naturelles, qui peuvent être des facteurs d’insécurité et de conflit.
Bienvenue dans ce tout petit pays qui se pense grand et dont le gouvernement est à l’heure du rétropédalage général sur les engagements écologiques pour coller à la roue d’une extrême droite annoncée triomphante aux élections européennes. À vomir !

Ce soir, les Nowakowskismes après cette escapade dans la mesure du temps et les phénomènes climatiques va vous raconter une histoire. L’histoire d’un petit pays soucieux de sa sécurité et qui, pour sa sécurité, s’est mis à jeter aux ordures tous les principes qu’il n’a cessé d’agiter à la face du monde, ce petit pays qui s’était érigé en parangon de démocratie, ce petit pays qui s’est accaparé la question des droits de l’humain, la citoyenneté, la liberté… et qui, incapable de penser plus loin que des intérêts vils et immédiats a sacrifié la liberté sur l’autel des intérêts économiques, financiers et sécuritaires d’un événement sportif anachronique et inutile… 

« Si vous ne vous êtes pas inscrits, vous ne pourrez pas rentrer ». Cette phrase, ces mots étaient sur toutes les antennes, sur tous les médias, le ministre de ce petit pays venait d’annoncer au monde, les règles qu’il comptait faire respecter pour que l’événement qu’ils voulaient, lui, le gouvernement auquel il appartient, et ce président bonimenteur, planétaire et inoubliable. 
Tout ceci avait commencé il y a des mois, des mois de matraquage médiatique, des mois, des années fonctionnant à grands coups d’exploitation des travailleurs sans-papiers trimant sans relâche à la marche forcée vers la gentrification des quartiers populaires, des mois, des années consacrées à la systématisation de la chasse aux SDF et aux migrants jusqu’à l’expulsion des étudiants de leur logement CROUS et les déplacements des milliers de personnes précaires des lieux dans lesquels ils avaient trouvé refuge. 
Pour cela, et que la fête soit belle, et tout particulièrement cette cérémonie d’ouverture que le monde envierait, et qu’aucun pays avant lui n’avait osé faire, toute cette sinistre équipe avait instauré un dispositif inédit, et qui certainement donnerait des idées à tous les régimes totalitaires qui se pressaient au portillon de l’organisation de ces événements planétaires. Ce dispositif inédit déterminait un « périmètre antiterroriste » au coeur même de la capitale de ce petit pays. Cette zone, il fallait bien sûr la surveiller pour en garantir la sécurité, et ce fut la liberté de circuler dans l’espace public qui fut sacrifiée par le déploiement d’une armée de 45000 policiers et gendarmes renforcés par 2500 effectifs étrangers. Dans cette zone, les ponts enjambant le fleuve resteraient ouverts à la circulation mais, des « cordons policiers » empêcheraient qu’on s’y arrête. Interdit de s’arrêter pour rêver, regarder l’eau couler, admirer la vue !
Le « périmètre antiterroriste » concernerait aussi la circulation en métro et pas qu’un peu, une quinzaine de stations avaient été fermées, laissant uniquement la possibilité de circuler sans pouvoir s’y arrêter.
Les 20000 habitants, les 200000 travailleurs concernés par cette zone le long du fleuve, entre le pont de Bercy et le Trocadéro en passant par le secteur du Louvre, du jardin des Tuileries ou de l’île de la Cité, furent, sans parler de la surveillance permanente, contraints de subir un harcèlement policier constant et une multiplication des contrôles aux faciès. Concrètement, piéton ou non, il fut décidé qu’il faudrait présenter un QR code, envoyé après inscription sur une plateforme numérique, ainsi qu’une pièce d’identité pour pouvoir entrer dans la zone. Dans ce petit pays qui avait largement expérimenté les dispositifs de contrôle pendant la pandémie de Covid, ce sinistre gouvernement avait choisi de continuer sur ce chemin, comme tant de fois dans l’histoire du monde, et de déployer un arsenal toujours plus répressif. Ce système de QR code était également prévu pour les résidents, commerçants, touristes et personnes travaillant dans ce périmètre longeant le fleuve. 
Ce code blanc et noir, ce pictogramme répondant au doux acronymes de Silt, pour Sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme, fut donc déclaré obligatoire pour toutes les personnes désirant circuler à l’intérieur de ce périmètre de sécurité mis en place pour cette cérémonie planétaire. 
Des écrivains, des philosophes avaient alerté depuis longtemps. Malheureusement, des attentats terroristes à la crise sanitaire, de l’idéologie de l’optimisation à la surveillance généralisée déployée pour notre bien, le caractère exceptionnel des circonstances avait justifié l’extension continue des mesures liberticides. Ce vertige naissait de ce constat d’impuissance que nous faisions quand les restrictions présentées comme temporaires furent pérennisées. Ainsi toutes les libertés, libertés d’association, d’expression, de manifestation, … avaient déjà subi une érosion terrible dans cette logique du sempiternel « c’est pour votre bien » outillé, notamment pour la sécurité, par les technologies développées pour surveiller, encadrer, normaliser et ficher des millions d’humains dans ce petit pays et dans le monde. La doctrine faisant de la sécurité la « première des libertés pour ce monde » avait beau démontrer chaque jour le degré d’imbécilité de cette société, de son ignorance surtout d’avoir oublié qu’« à cette aune, pas de pays plus libre que le royaume de Staline ou de Mussolini… [ou de Poutine] », ce petit pays s’était engagé dans une voie qui mènerait au pire, les sondages concernant les élections à venir annonçant la victoire de ce parti fasciste, xénophobe et populiste créé avec l’aide d’anciens nazis. 
Donc, résidents, restaurateurs, touristes, propriétaires de péniches, commerçants, travailleurs situés dans le secteur, les personnes invitées le jour de la cérémonie d’ouverture chez un résident de la zone pour observer la parade nautique depuis un balcon ou une fenêtre… tous furent concernés par le QR code. Le QR code devait être présenté même par les touristes et les clients qui désiraient se rendre dans l’un des bars et restaurants situés dans le périmètre Silt. Le QR code, c’était encore une autre manifestation de la technocage qui avait encore perfectionné son emprise sur les existences. La ville était ainsi devenue une plateforme comportant des zones standard, premium et privilège selon le forfait Silt auquel les humains avaient droit ou pas. Un QR Code obtenu en donnant obligatoirement son nom, son prénom, sa date de naissance et plein d’autres informations justifiées par ce ministre pour réaliser « des criblages de sécurité (…) assurant qu’aucune personne dangereuse ne puisse accéder aux périmètres de sécurité ». Petite question qu’est-ce qu’une personne dangereuse ? 
Et ce qui devait arriver arriva ! QR code bien en évidence, les humains furent « tout à fait libres » et parfaitement tracés, soumis au régime d’auto-aliénation consentant propre au raffinement du capitalisme de surveillance.
Pour cet événement planétaire, il fut décidé que les restrictions de circulation seraient actives dans ce périmètre une semaine avant la cérémonie d’ouverture, et le jour même, ce serait le « moment où le périmètre de sécurité deviendra étanche ». Dès lors, il fut rendu obligatoire de présenter un QR code depuis son téléphone ou en format physique pour se déplacer librement dans ce secteur, seuls quelques points de passage précis, des check points, devraient rendre possible de traverser ce secteur. 
La surveillance n’attendit pas le début de l’événement pour se déployer. Lors des mois précédents, 195000 enquêtes administratives et 285000 criblages de sécurité furent effectués à l’encontre des volontaires et des agents de sécurité qui prendront part à l’événement, cherchant à identifier d’éventuels « fichés S ». Alors que ces dernières années, plusieurs événements sportifs et culturels avaient servi de tribunes pour dénoncer la politique écocide de ce sinistre gouvernement, cet événement anachronique venait, en plus de tout le reste, accélérer la bétonisation et l’artificialisation des sols, et cette sinistre équipe voulait en profiter pour s’attaquer aux militants écologistes dans une stratégie de criminalisation du mouvement écolo, déployant régulièrement contre lui l’arsenal antiterroriste. Déjà en 2015, la COP21 avait été l’occasion de mettre en place des « assignations à résidence » de militants.
À ces atteintes aux libertés vinrent bien sûr s’ajouter le cortège de couacs divers, l’exploitation éhontée des bénévoles, la communication à la hauteur de la bêtise de ces organisateurs obnubilés par leur carrière, les « dérives » discriminatoires pour recruter des agents, l’augmentation des tarifs des déplacements et des logements, la multiplication des exploiteurs de la misère et de ceux obsédés par l’argent, les peurs générés par les annonces d’infiltration de l’équipe bénévole par des militants anti-JO… dans ce petit pays se pensant grand, il y avait aussi cette colère sociale terrible qui ne cessait d’enfler suite à cette politique de démantèlement de tout ce modèle social né du conseil national de la résistance, le gouvernement choisit alors de garder la main coûte-que-coûte en déployant un arsenal répressif sans précédent et ainsi museler toutes les formes de contestations.
Dans ces pays de tradition démocratique, dont ce petit pays se pensant grand, la tentation de renoncer à des droits chèrement acquis au profit de la sécurité risquait de se payer au prix fort, celui qui nous laisserait sans protection face à des gouvernants sans scrupule. Parce que nul ne connaît l’avenir… mais certains signes avant-coureurs étaient bien connus. Déjà, perdre raison et le risque était bien réel, puisque à la peur provoquée par la menace terroriste succèdait la défiance envers une liberté mise sous surveillance. Or, la liberté, c’est un ensemble de libertés qui conditionnent la participation à la vie publique, libertés et droits individuels et collectifs garantis par l’État. De façon plus fondamentale, la liberté est un idéal politique, « bienfait suprême consistant pour un individu ou un peuple à vivre hors de tout esclavage, servitude, oppression ou domination intérieure ou étrangère », selon notre droit. La liberté n’est pas qu’un grand mot, c’est aussi une grande idée, une croyance foncièrement humaine d’accession à un état de civilisation supérieure, par la responsabilité. La liberté n’est pas un luxe, comme un certain populisme tente de nous le faire accroire.
Se polariser sur cette obsession sécuritaire, quelle qu’en soit la raison, c’était insidieusement et irrémédiablement céder à une tentation, c’était engager une régression difficilement réversible vers la servitude volontaire. 
Renoncer à la liberté, c’était renoncer à la politique. D’ailleurs, Chateaubriand nous racontait cela il n’y a pas si longtemps : « La mode est aujourd’hui d’accueillir la liberté d’un rire sardonique, de la regarder comme une vieillerie tombée en désuétude avec l’honneur. Je ne suis point à la mode, je pense que sans la liberté il n’y a rien dans le monde ».

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec ces quelques mots d’espoir de Nick Cave extraits du livre entretien intitulé Foi, espérance et carnage paru il y a quelques mois, que nous nous quittons :  
« Je crois que si on parvient à dépasser l’angoisse, la terreur, le désespoir, [la bêtise],on découvrira la promesse d’une mutation non seulement culturelle mais spirituelle. Je sens cette possibilité dans l’air, ou peut-être plutôt un courant souterrain de sollicitude et de solidarité, un élan collectif radical vers une existence plus riche et plus empathique. Je suis peut-être à côté de la plaque, mais ça me paraît possible – malgré l’incompétence criminelle de nos gouvernements, la planète malade, les clivages omniprésents, le manque choquant de tolérance et de générosité, l’incurable animosité que tant de gens semblent nourrir envers le monde et envers les autres… Malgré tout cela, je garde espoir. Le deuil collectif peut engendrer des changements extraordinaires, une sorte de conversion spirituelle. C’est une occasion unique. Nous pouvons la saisir, ou bien la gâcher et la laisser filer entre nos doigts. J’espère que nous la saisirons ». 
À méditer et à développer, bien sûr. 

Sources et inspirations 
https://bonpote.com/le-phenomene-el-nino-responsable-dun-conflit-arme-sur-cinq/
https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-biais-d-heidi-sevestre/le-biais-d-heidi-sevestre-chronique-du-jeudi-04-avril-2024-3319361 
https://leterrien.fr/consternant/en-avril-ne-te-couvre-plus-dun-fil/ 
https://www.revolutionpermanente.fr/Perimetre-antiterroriste-QR-code-surveillance-generalisee-Darmanin-devoile-son-plan-pour-les-JO
https://www.francetvinfo.fr/les-jeux-olympiques/paris-2024-comment-fonctionnera-le-systeme-de-qr-code-mis-en-place-pour-assurer-la-securite-de-la-ceremonie-d-ouverture_6476324.html 
Nick Cave et Sean O’Hagan, Foi, espérance et carnage – Editions de la table ronde. 2023
Alain Damasio, Les furtifs. La volte
Kim Stanley Robinson, Mars la Rouge
https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/exposition/26866-metal

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.16-15042024-17.50/

Musiques
Slayer, Overt Enemy – https://youtu.be/4tPiNXRflQA?si=_49d9alLHEs-syT4 
Pantera, 10’s – https://youtu.be/XV_D1Y_YHlA?si=V-Vs_aXQIALgnVmo 
Metallica, Battery – https://youtu.be/uzlOcupu5UE?si=3NHwlPD4K–mVCgi 

 

Nowakowskismes 8.15. entourLoop

« TotalÉnergies, pionniers depuis cent ans » ! Ben tiens ! Pionniers de quoi ? Pionniers de la destruction de la planète, pionniers du changement climatique en entretenant la production d’hydrocarbures, pétrole et gaz, qu’elle vend autour du monde, pionniers de la destruction des habitats naturels, du vivant, pionniers des collusions politiques pour arriver à ses fins, TotalÉnergies et ses 19 milliards d’euros de bénéfices record en 2022. TotalÉnergies, un siècle de paradis fiscaux et de tricheries. 
Petits rappels
En 1971, TotalÉnergies c’est toute une logique de désinformation climato-sceptique. En 2021, des chercheurs ont montré comment l’entreprise avait connaissance, a minima dès 1971, du lien entre ses activités, la hausse des émissions de gaz à effet de serre, et le réchauffement en cours de la planète, aux « conséquences catastrophiques ». 
En 1992, TotalÉnergies torpille la taxe carbone. En effet, un projet de taxe carbone, portée par l’Europe et dont la France était l’élément moteur, devait être déployé à l’échelle mondiale après l’échéance du Sommet de la Terre de Rio de 1992. De quoi « assécher la demande mondiale en pétrole » et sortir le plus rapidement possible des énergies fossiles. En pleine effervescence diplomatique autour de cette future taxe carbone, les industriels des hydrocarbures, et notamment Total, ont mené ce qui sera qualifié par The Economist de « lobbying le plus féroce jamais vu à Bruxelles » faisant « perdre trente ans à l’action climatique ».
En 1998, ce sont tous ces profits sulfureux en Birmanie et ailleurs… Dès le début des années 1990, Total a collaboré au projet d’exploitation gazière Yadana, en Birmanie, pays alors dirigé par une junte militaire. Une brève parenthèse démocratique dans les années 2010 a été interrompue par un coup d’État militaire en 2021. La répression a alors fait des centaines de morts mais Total a maintenu ses activités dans le pays avant de se retirer, en 2022, sous la pression internationale face aux dégradations des droits humains. Un an après le début de la guerre en Ukraine, TotalÉnergies continuait malgré les sanctions de fournir du gaz russe à l’Europe. Début 2024, TotalÉnergies n’avait toujours pas renoncé à sa présence indirecte dans le pays.
En 1999, c’est la catastrophe de l’Erika, pétrolier affrété par Total, plus de 20000 tonnes de fioul lourd, plus de 400 km de côtes souillées, du Finistère à la Charente-Maritime, une catastrophe écologique qui a décimé entre 100000 et 300000 oiseaux. En 2008, le groupe Total a été condamné à l’amende maximale ridicule de 375000 euros mais n’a pas assumé sa responsabilité et décidé de faire appel. Petit éclairage contemporain. En 2023, une enquête a montré comment un bassin pétrolier exploité pendant vingt ans par Total au Yémen a provoqué une série de pollutions, affectant l’environnement et la santé de milliers de Yéménites.
En 2023, voici les nouvelles bombes climatiques de Total, avec son bilan carbone s’élevant à environ 400 millions de tonnes de CO2, l’équivalent, en ordre de grandeur, des émissions de la France, TotalÉnergies continue d’investir dans de nouveaux projets d’exploitation d’énergies fossiles. L’un des plus récents, le projet gazier Papua LNG, est en attente d’une décision imminente d’investissement. Le plus emblématique et contesté est aussi Eacop, son projet pétrolier en Ouganda et Tanzanie. 
Je vous invite à aller sur le site Reporterre pour consulter la carte du monde qu’ils ont réalisée et localisant les 23 bombes climatiques, tous ces projets destructeurs, prédateurs et méprisants pour tout le vivant, les humains et la Terre de TotalÉnergies.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire !
Bienvenue dans une planète qui n’aura plus de bleue que le nom.
Bienvenue dans ce monde dans lequel, depuis l’accord final de la COP28 à Dubaï en décembre dernier, TotalÉnergies a annoncé une dizaine de projets ou de contrats ayant trait au pétrole et au gaz, malgré une charte de décarbonation qu’il a signée durant ces négociations internationales sur le climat.
Bienvenue dans ce monde dans lequel il ne se passe pas un jour sans que soit enregistrée, quelque part dans le monde, une température hors norme, inhabituelle, inédite – 42° à Rio de Janeiro, 62,3°C ressentis, 37,2°C à Kinshasa, 45°C au Soudan – et au même moment, alors que des millions d’humains suffoquent, dans une salle climatisée du Hilton de Houston, lors du CERAWeek, l’une des principales conférences mondiales sur l’énergie, Amin Nasser PDG de Saudi Aramco, premier producteur mondial de pétrole pérorait en affirmant que « nous devrions abandonner le fantasme de l’élimination progressive du pétrole et du gaz »! 
Bienvenue dans ce monde dans lequel nous vivons le massacre de la population de Gaza à guichet fermé. 
Bienvenue dans ce monde dans lequel on entend les présidents Biden, Macron et d’autres demander timidement à modérer son intervention tout en continuant à livrer des armes. 
Bienvenue dans ce monde où ce n’est pas grâce à des parachutages de quelques tonnes de vivres et de médicaments qu’on apportera à ces hommes, femmes et enfants, de quoi survivre. Il faut des centaines de tonnes de vivres et médicaments, il faut laisser passer les camions qui seuls peuvent transporter les quantités indispensables. 
Bienvenue dans ce monde de régression, ce monde dans lequel tous les progrès réalisés après la seconde guerre mondiale avec la signature des conventions internationales sont comme effacés !
Bienvenue dans ce monde qui, au lieu de se réunir pour être écologique, respectueux, ne sait que céder au pire, aux nationalismes, aux populismes mortifères. 
Bienvenue dans ce monde dans lequel plus de 360 millions d’humains subsistent grâce à l’aide humanitaire, la moitié sont des enfants. 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Ce soir, les Nowakowskismes, après avoir encore fois regardé le monde, ce monde mis en coupe réglée par l’avidité de ces grandes entreprises alliées à tous ces états scélérats, vont resserrer la focale et revenir sur notre petit territoire de l’est, de ce petit pays qui se pense grand. 
Ce soir, les Nowakowskismes vont s’intéresser à un projet qui s’est transformé en une coûteuse opération de communication très « start up Nation », un projet tape-à-l’œil qui n’avait d’autre objectif que de faire parler dans les papiers nationaux ainsi que dans les cénacles des écoles d’ingénieurs en recherche de notoriété internationale et de places dans des ministères. D’ailleurs, dès le début, ce projet ne cachait pas son ambition de se faire racheter par l’idiot planétaire qui lança l’idée de l’« Hyperloop » en 2013. Pour étudier cela, prenons d’abord un peu de recul en retournant dans le temps, il y a 50 ans, en France, sous l’ère Giscard. 

Avant d’entrer dans le vif du sujet, faisons un petit tour dans le temps, un petit tour dans les années 70, sous la présidence Giscard, polytechnicien, un homme très intelligent disait-on, et avec comme 1er ministre, Raymond Barre, qualifié alors de « meilleur économiste de France ». 
Dans ces temps où la barre de l’état était tenue par ces être exceptionnels, deux charlatans, inconnus au bataillon mais accrédités par une élite issue de l’École polytechnique et de l’École des mines, ont, pendant trois ans (1976-1978), fait danser les plus hauts personnages de l’État (et cracher, au passage, des centaines de millions de francs).
Que s’est-il passé ? 
En quelques mots, un réparateur de télévisions italien allié avec un comte belge un peu fantaisiste font savoir à nos deux éminents personnages à la tête de ce petit pays qui se pense grand, qu’ils ont fait « la découverte du siècle », à savoir un procédé de détection à distance des couches pétrolifères encore non localisées, dont l’appropriation par Elf Aquitaine (qui deviendra TotalEnergies) donnerait à la France une formidable avance sur les puissances concurrentes, en même temps qu’une sortie assurée de la crise pétrolière. Bien sûr, ces deux individus exigent des autorités contactées le secret le plus absolu d’autant qu’un tel procédé, ultra secret et de très haute technologie aurait aussi un usage stratégique, en pleine guerre froide, il permettrait de repérer par un simple survol des océans les sous-marins nucléaires soviétiques en maraude. La totale ! Ce projet super innovant reçut l’appui déclaré du président de l’Union de banques suisses. Mais le facteur décisif, voire déclencheur, de l’engrenage, fut l’enthousiasme manifesté par le très compétent et respecté président d’Elf de l’époque, et avec lui, aux échelons du dessous, tout un staff choisi d’experts issus des meilleures écoles scientifiques de ce petit pays. Les acheteurs de cette pierre philosophale technologique se lancèrent en confiance, rassurés qu’ils étaient par leurs pairs, ingénieurs et scientifiques venus de la crème des écoles de ce petit pays, dans une aventure des plus coûteuses faites d’expérimentations aériennes sous toutes les latitudes, de création de sociétés, de rémunération des protagonistes et tout cela sans tests préalables sur les supposés instruments de détection, les machines truquées « Delta » et « Oméga », sans enquête de précaution sur le passé exact du tandem exotique, la nature de ses montages financiers, la réalité de ses titres et diplômes. Le réparateur de télévisions se faisait passer pour un professeur de physique nucléaire. Il faudra trois années d’intenses allées et venues, dont la visite en grand secret du président de la République en personne sur un terrain d’expériences bidon, pour qu’un jeune physicien du Commissariat à l’énergie atomique au moyen d’un test d’une simplicité enfantine, démontre la supercherie.
L’arrivée tardive du bon sens n’est pas vraiment surprenante quand on regarde les trois procédés mis en œuvre à savoir, le moment favorable, la crise pétrolière, la concurrence entre les pays pour s’accaparer les ressources pétrolière ; l’effet de groupe, entre polytechniciens et ingénieurs des écoles prestigieuses, on se comprend, et si un polytechnicien ou un ingénieur issu d’une école prestigieuse parle c’est nécessairement vrai ; et aussi la plus-value de l’occulte. Ces trois moteurs comportent les habituelles caractéristiques des grands mouvements de croyance collective. Souvenons-nous en pour l’histoire que je vais vous raconter après. 
Ainsi, de prestigieux experts en sciences de la terre, archidiplômés, les meilleurs parmi les meilleurs alliés au « meilleur économiste de France », Barre, ont ainsi donné foi à une chimère et permis à des charlatans d’entrer dans le saint des saints des pouvoirs publics pour y capter des millions de francs (oui c’étaient des francs à l’époque). Un événement certes lointain, oublié par beaucoup, 50 ans c’’était il y a longtemps, mais qui rappelle que la frontière séparant l’expert du zozo, la raison de la croyance, fondement de notre tranquillité d’esprit, font que la raison ressort, dans ce genre de situation, plutôt mal en point.

Nous voilà de retour en 2024, et c’est à un autre projet que nous allons nous intéresser, un projet qui, par bien des aspects, rejoint cette histoire d’avions renifleurs, ce projet a pour nom Urban Loop, un projet cherchant à se mettre dans le sillage de l’hyperloop, projet lancé par Elon Musk, un fiasco planétaire qui a coûté plus de 5,5 millions d’euros à la métropole de Toulouse. Rappelons quand même qu’Elon Musk n’a jamais réellement eu l’intention de construire l’Hyperloop. Mais à Nancy, on a soutenu et financé l’Urban Loop. 
Donc, tout ceci a commencé en septembre 2017 sur le campus nancéien de l’ENSEM, une des écoles d’ingénieurs réunies au sein de Lorraine INP. Un enseignant proposa ceci comme projet à ses étudiants : « Imaginez qu’il n’existe ni voiture, ni bateau, ni avion. Réinventez un nouveau mode de transport en commun en partant des besoins contemporains ». La réponse ne se fera pas attendre. Le système Urbanloop se composera donc de petites capsules mues par de petits moteurs électriques et stationnées dans des stations disséminées au long d’une boucle. Pour pouvoir attirer les médias, faire briller l’oeil des politiques locaux, espérer lever des fonds, il fallait un sésame, et le sésame de ces temps, c’est l’intelligence artificielle. La fameuse intelligence artificielle qui viendra, en deus ex machina, résoudre tous les problèmes d’humains. Dans UrbanLoop, c’est donc l’intelligence artificielle, qui permettra de répartir les véhicules dans les stations en fonction des besoins calculés selon le jour, l’heure, la météo et l’historique des moyennes. 
En 2018, Urbanloop n’est pas encore sorti de son cadre universitaire, mais la stratégie de communication des porteurs relayée par des acteurs du territoire font que les médias sont déjà sur le coup avec le discours bien rôdé du transport du futur, de l’intelligence artificielle et de l’innovation. Puis, très vite, trois autres grandes écoles nancéiennes, les Mines, Télécom Nancy et l’Ecole nationale supérieure de géologie (ENSG), rejoignent le projet. Et bingo ! Des écoles d’ingénieurs sur le coup c’est du sérieux ! On a dans notre région, des cerveaux qui vont apporter une réponse qu’on s’arrachera sur la question des mobilités urbaines, tout cela en étant les champions de ce qui se fait de mieux aujourd’hui, l’IA ! Rappelez-vous des avions renifleurs ! Le Conseil régional du Grand Est débloque alors 500000 euros pour poursuivre les recherches. Les étudiants et les écoles dopés par l’argent qui afflue passent de la maquette au circuit d’essai, 1,5 kilomètre aménagé à Tomblaine. 
De démonstrations largement médiatisées, en passant par le concours du moyen de transport le moins gourmand en énergie, la fébrilité s’accroit, ça y est nous l’avons le « truc » innovant, qu’on s’arrachera. Campagne médiatique après campagne médiatique, sans jamais interrogé le bien-fondé de ce système, Urbanloop a été retenu pour équiper le site olympique de Saint-Quentin-en-Yvelines lors des JO de 2024, le Grand Nancy l’a intégré dans son plan métropolitain des mobilités et, dès 2026, Urbanloop devrait être implanté sur le site de l’ancien chemin de fer du quartier des Rives de Meurthe pour relier un futur parking relais au nord à Maxéville à l’arrêt Saint-Georges de la ligne 1 du réseau Stan, loin du principe de la boucle, en passant par la future citée judiciaire sur l’ancien site Alstom, le tout pour un coût évalué entre 14 et 20 millions d’euros. 
Ce système présente quelques avantages théoriques, mais à mille lieues de la promesse, aucune intelligence artificielle, l’innovation loin d’être révolutionnaire, à savoir effectuer sans attente significative un trajet de 3 km en 3 minutes, plus probablement 5 minutes du fait du passage imposé par la zone piétonne devant la cité judiciaire, au lieu de 10 minutes à vélo ou en voiture. Pour voir évoluer à cette vitesse, 60km/h, il nécessite impérativement un site propre et dégagé en tous points, y compris aux intersections. Aucun piéton, ni cycliste ne peut y accéder. Il faut donc construire une barrière parfaitement étanche sur tout le tracé. La moindre perturbation, le moindre obstacle, le moindre trucs qui finirait sur les voies, …  peuvent alors bloquer tout le système. De plus, déployer ce système nécessite de construire de coûteuses passerelles pour permettre aux piétons de franchir la plateforme et des ouvrages d’arts aux croisements avec la voirie automobile. À tout cela s’ajoutent un confort plus discutable dans l’exigüité des cabines conçues pour 2 personnes assises et une forte sensibilité aux pannes puisque si une capsule tombe en panne ou se retrouve à l’arrêt pour une raison ou une autre, elle bloquera soit une station, soit le trajet complet. 
Je vous invite à lire l’étude détaillée par l’association Eden pour en savoir plus.
Donc pour conclure, entre 14 et 20 millions d’euros d’argent public pour un projet qui ne répondra en rien aux problématiques de transport dans la métropole, un système qui demandera des investissements lourds et impactants, une efficacité qui laisse à désirer, tout cela vendu à grands coups de campagnes de communication à la sauce IA produite par la crème des ingénieurs, on assiste ainsi aux mêmes comportements que ceux que je vous ai décrits pour l’affaire des avions renifleurs, à savoir que nos dirigeants sont toujours des gogos en disponibilité.
Pourquoi tout cela ? 
Parce que pas plus qu’il n’y a de langue d’un seul il n’y a de croyance solitaire. J’y crois parce qu’un autre y croit, auquel je fais crédit en vertu de ses titres et qualités. Je crois dans le bien-fondé d’Urbanloop parce que des ingénieurs, des chercheurs issus d’écoles prestigieuses y croient ! À qui, sinon, faire confiance ? Et, les instances territoriales sortent le carnet de chèques. À cela s’ajoute comme toujours l’appât que constitue l’enjeu de l’innovation technologique de l’IA et qui a fait saliver les acteurs du territoire voyant là l’occasion de préparer leur réélection, l’occasion de se placer en bonne place dans la course de la région la plus innovante, dans la course à l’échalote initiée par la « start-up nation ». 
Plus impérieux, plus pressant sont le manque à combler, le manque de réponse, le besoin d’être le meilleur et là, ce qui devient le plus crédible, c’est l’offre alléchante qui apporte enfin les solutions tape-à-l’oeil. Or, comme il y a tellement de problèmes pour lesquels les décideurs n’ont tout bonnement pas le niveau pour apporter des réponses, que tous ces gens ont estimé acceptable de se dispenser de tout examen sérieux du projet avant de dépenser des millions d’euros d’argent public et ainsi prendre une stratégie de communication opportuniste et intéressée affublée des mots-clés magiques de ce monde pour une proposition réfléchie, intelligente et réellement ingénieuse. 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec ces quelques vers d’Emily Dickinson :  
« Si je peux empêcher une seul Coeur de se briser
Je ne vivrai pas en vain
Și je peux adoucir la Douleur d’une vie 
Ou atténuer une souffrance
Ou aider une grive affaiblie
À retrouver son nid
Je ne vivrai pas en vain ». 

À méditer et à développer, bien sûr. 

Musiques 
Soundgarden, The day I tried to live – https://youtu.be/jwDlcx3HWAU?si=1CM0qDom5Uj7q50L
Queens of the Stone Age, Lost Art of keeping a secret – https://youtu.be/mgV0_IRokqU?si=QcPEVb6XkrKdgDxS 
Peter Gabriel, And Still – https://youtu.be/-Jhim9gz5gY?si=oUE6eSCVsK7vUMWz 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.15-01042024-11.26/

Sources et inspirations 
https://reporterre.net/Total-fete-ses-100-ans-retour-sur-ses-mefaits-en-5-dates-cles
https://bonpote.com/totalenergies-est-elle-une-entreprise-criminelle/
https://as-eden.org/eden-fait-lanalyse-critique-durban-loop/
https://www.monde-diplomatique.fr/2018/09/DEBRAY/59017
https://www.mediapart.fr/journal/ecologie/280324/cent-ans-apres-sa-naissance-totalenergies-s-enferre-dans-les-energies-fossiles
https://www.lesechos.fr/pme-regions/grand-est/a-nancy-la-capsule-urbanloop-reinvente-les-transports-urbains-1780267
Le 1 Hebdo n°489. Que peut faire l’humanitaire ? 
Télérama n°3872
Emily Dickinson. Poésies complètes Flammarion 2009 

Nowakowskismes 8.14. Dérive

Cette étrange histoire débute en 2013. 
Des ouvriers d’une entreprise de construction allemande remarquèrent un étrange phénomène quand ils utilisaient leur photocopieur Xerox. Lorsqu’ils faisaient une copie du plan d’une maison, la copie différait de l’original d’une manière subtile mais significative. Dans le plan d’origine, chacune des trois pièces de la maison était accompagnée d’un rectangle précisant sa superficie : les pièces mesuraient respectivement 14,13, 21,11 et 17,42 mètres carrés. Or, sur la photocopie, invariablement, les trois pièces étaient étiquetées comme mesurant 14,13 mètres carrés. Mystère !
Il leur fallut s’adresser à un informaticien pour expliquer ce mystère. Un informaticien et pas un réparateur de photocopieur parce qu’un photocopieur Xerox moderne n’utilise plus depuis belle lurette le procédé physique xérographique déployé dans les années soixante. En effet, un photocopieur moderne numérise le document puis imprime le fichier image résultant. Pour faire cela, pour numériser un document, il faut passer par une phase de compression des données indispensable pour économiser de l’espace de stockage disponible dans le photocopieur. 
Mais alors qu’est-ce que la compression des données ? Je ne vous ferai pas un cours ici mais en quelques mots, la compression de données, c’est faire subir à un fichier (image, texte, vidéo,…) une transformation qui permettra d’en diminuer la taille pour pouvoir l’envoyer et le lire après, ou l’afficher en ligne, en streaming par exemple. 
Deux options se présentent et sont possible selon les usages concernés. Si le fichier récupéré après compression est identique à l’original, le processus de compression est dit sans perte, la transformation n’a pas supprimé d’information. La compression sans perte est par exemple utilisée dans la classique compression ZIP. Vous retrouvez bien vos fichiers lorsque vous déZipez. 
En revanche, si le fichier restauré n’est qu’une approximation de l’original, la compression est dite avec perte. Dans ce cas, certaines informations ont été supprimées par le programme de compression et sont désormais irrécupérables. La compression avec perte est utilisée pour les photos, l’audio et la vidéo dans des situations où une partie de l’information peut être perdue sans nuire à l’écoute ou au visionnage. La plupart du temps, on ne remarque pas si une image, une chanson ou un film n’est pas parfaitement reproduit. Mais ill arrive qu’on en voit des conséquences dans le flou des plus petites images ou dans un son déformé ou nasillard de certains fichiers MP3 à faible débit.
Revenons alors aux photocopieurs Xerox. 
Ils utilisaient un format de compression avec perte conçu pour être utilisé avec des images en noir et blanc. Pour économiser de l’espace, le copieur identifie les régions de l’image d’apparence similaire et stocke une seule copie pour chacune d’elles. Lorsque le fichier est décompressé pour afficher l’image, il utilise cette copie à plusieurs reprises pour reconstruire l’image. Or, dans le cas qui nous intéresse, il s’est avéré que le photocopieur avait jugé les étiquettes spécifiant la superficie des pièces suffisamment similaires pour n’avoir besoin d’en stocker qu’une seule, celle indiquant 14.13. Au moment de la reconstruction de l’image en vue de son impression, il l’a réutilisée pour insérer la surface des trois pièces du plan d’étage.
Que les photocopieurs Xerox utilisent un format de compression avec perte au lieu d’un format sans perte n’est pas un problème. Le problème est que les photocopieurs dégradaient l’image de manière subtile, tout en produisant une photocopie de très bonne qualité, donnant l’impression que les copies étaient exactes alors qu’elles ne l’étaient pas, affichant des numéros lisibles mais incorrects.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire !
Bienvenue dans un monde dans lequel un photocopieur ne photocopie pas l’original à l’identique. 
Bienvenue dans un monde où un procédé de reproduction peut décrire le fonctionnement de ce qui se fait de mieux aujourd’hui, les IA génératives. 
Bienvenue dans ce monde du pire, dans lequel le prince d’un état totalitaire, sanguinaire et désertique a lancé en 2017 le chantier de Neom – né de la contraction du grec neo (nouveau) et de l’arabe « mostaqbal » (futur) – dans le cadre du plan Vision 2030, qui vise à sortir le royaume du tout pétrole. Cette soi-disant « ville du futur » de 26000 km2 plantée en plein désert abritera une station de ski où se tiendront les Jeux asiatiques d’hiver de 2029, une « île de luxe » pour les touristes sur la mer, un complexe industriel en partie flottant et enfin « The Line », une ville muraille haute de 500 m et longue de 170 km, le tout vendu comme entièrement décarboné.
Bienvenue dans ce monde l’absurde dans lequel c’est EDF qui a signé avec l’Arabie Saoudite pour construire en plein désert, très loin de toute source d’eau, une centrale hydroélectrique afin d’alimenter Neom d’ici la fin de la décennie.
Bienvenue dans ce monde où EDF, dans lequel notre petit pays qui se pense grand est actionnaire majoritaire, contribue à un projet pour lequel plusieurs membres des Howeitat, tribu vivant sur la zone où doit être implanté Neom, ont été arrêtés, et cinq d’entre eux ont été condamnés à mort pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ». 
Bienvenue dans ce monde désespérant dans lequel EDF, qui nous inonde de publicité vantant son verdissement et son éthique accompagne un projet qui bafoue les droits humains et environnementaux sur l’ensemble de leur chaine de valeur.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Ce soir les Nowakowskismes portent un regard un peu décalé et critique sur ces grands modèles de langages. Dérive a pour anagramme Dévier. Ils posent la question de l’intérêt que nous aurions à utiliser un photocopieur peu fiable afin de produire un texte, une image en appuyant simplement sur le bouton Imprimer. 
Ce soir les Nowakowskismes cherchent simplement à ramener de la raison dans tout ce système qui s’emballe à la simple mention des mots IA générative.
Ce soir les Nowakowskismes rappellent que le 13 mars 2024, le Parlement européen a adopté une loi pour encadrer l’intelligence artificielle. C’est une avancée historique mais la loi n’interdit pas l’exportation de ces technologies, elle donne la priorité aux intérêts financiers et elle n’inclut pas des principes essentiels pour protéger les droits humains. 155 organisations internationales, incluant Amnesty International, défendent l’urgence de « remettre en avant les droits fondamentaux ». Aucune IA ne doit être utilisée pour prédire le risque qu’une personne commette un crime ou une fraude. Aucune IA ne doit être employée pour épier chaque geste d’un humain ou décrypter sur son visage une intention cachée. Aucune IA ne doit servir à désigner qui peut être surveillé ou sorti de prison. Ni choisir qui peut être accueilli ou bloqué à une frontière.

Il était une fois…  
Vous allez certainement vous demander quelle mouche m’a piqué aujourd’hui. Vous allez certainement vous demander pourquoi parler de photocopieur alors qu’aujourd’hui les débats sérieux concernent l’IA, les grands modèles de langage, les réseaux de neurones… Mais, la ressemblance entre un photocopieur et un grand modèle de langage n’est peut-être pas immédiate mais considérons le petit scénario suivant. 
Imaginez ce petit scénario. Vous allez devoir vous passer définitivement de votre accès au web. Afin de vous y préparer, vous imaginez faire une copie compressée de tous les textes présents sur le web afin de les stocker sur votre serveur personnel. Malheureusement, votre petit serveur privé ne dispose que d’un pour cent de l’espace nécessaire. Pour récupérer quelque chose d’exploitable, il faudrait alors concevoir un programme de compression avec pertes identifiant les régularités statistiques dans les textes du web afin de les sauvegarder dans un fichier au format adaptés. Parce qu’aujourd’hui, on peut disposer d’une puissance de calcul quasi-illimitée, le programme pourrait ainsi identifier des régularités statistiques jusque dans les détails les plus fins, ce qui permettrait d’atteindre le taux de compression désiré de cent pour un. 
Ouf ! 
Toutes les informations du Web seraient stockées sur le serveur. 
Le seul problème serait que, comme le texte ayant été très compressé, il ne serait pas possible de rechercher d’informations à partir d’une citation exacte. Il ne serait en effet pas possible d’avoir une correspondance exacte entre la demande et les données stockées dans le fichier, car les informations demandées ne sont pas celles qui sont stockées. Alors, pour résoudre ce problème, il faudrait créer une interface qui accepterait des requêtes sous forme de questions et qui répondrait avec des réponses transmettant l’essentiel de ce qui est disponible sur le serveur.
Et bien ceci ressemble à s’y méprendre à ChatGPT ou à la plupart des autres grands modèles de langage. En effet, ChatGPT peut être vu comme un image JPEG floue obtenue à partir de tous les textes du Web. ChatGPT conserve une grande partie des informations de la même manière qu’un fichier JPEG conserve une grande partie des informations d’une image à plus haute résolution. Mais, si on recherche une séquence exacte de bits, on ne la trouvera pas, on n’obtiendra qu’une approximation. Mais, comme l’approximation est présentée sous la forme d’un texte, dans lequel ChatGPT excelle à créer, elle est généralement acceptable. En réalité, on regarde toujours un fichier JPEG flou qui ne se voit pas comme flou.
Cette analogie avec la compression avec perte n’est pas seulement un moyen de comprendre la capacité de ChatGPT à reconditionner les informations trouvées sur le Web en utilisant des mots différents. C’est aussi un moyen de comprendre ce qu’on appelle les « hallucinations », autrement dit les réponses absurdes à des questions factuelles, auxquelles les grands modèles de langage tels que ChatGPT ne sont que trop enclins. Ces hallucinations sont des artefacts de compression. Comme les étiquettes incorrectes générées par le photocopieur Xerox, les hallucinations sont suffisamment plausibles pour que leur identification nécessite de les comparer aux originaux, ce qui dans ce cas signifie soit, jeter un oeil aux originaux sur le web, soit faire appel à notre propre connaissance du monde. 
Cette approche permet de comprendre que de telles hallucinations ne sont pas surprenantes. En effet, si un algorithme de compression est conçu pour reconstruire du texte alors que quatre-vingt-dix-neuf pour cent de l’original ont été supprimés, on ne peut que s’attendre à ce qu’une partie importante de ce qu’il génère soit entièrement fabriquée.
Cette analogie est d’autant plus parlante quand on sait qu’une technique courante utilisée par les algorithmes de compression avec perte est l’interpolation, c’est-à-dire l’estimation de ce qui manque en examinant ce qui se trouve de chaque côté de l’écart. Ainsi, lorsqu’un programme de traitement d’images affiche une photo et doit reconstruire un pixel perdu lors du processus de compression, il examine les pixels proches et calcule la moyenne. 
Continuons notre histoire. 
ChatGPT fait exactement la même chose qu’un programme de traitement d’images. Il prend des informations autour et calcule une moyenne afin de combler les vides. Ainsi, par exemple, lorsqu’on lui demande de décrire « la perte d’une chaussette dans le sèche-linge » en utilisant le style de la Constitution française que fait-il ? Il prend deux points dans « l’espace lexical » et génère le texte qui occuperait l’emplacement entre eux. ChatGPT est si bon dans cette forme d’interpolation que les gens trouvent cela amusant de disposer d’un outil de production de « floutage » de textes. Les grands modèles de langage comme ChatGPT étant considérés comme la pointe de l’intelligence artificielle, il est évidemment considéré comme dédaigneux de les décrire comme de simples algorithmes de compression de textes avec perte. Cette approche permet peut-être de lutter contre la tendance à anthropomorphiser les grands modèles de langage. 
Un autre exemple. 
Si on demande à GPT-3 d’ajouter ou de soustraire deux nombres, il répond presque toujours avec la bonne réponse lorsque les nombres n’ont que deux chiffres. Mais sa précision se détériore considérablement avec des nombres plus grands, tombant à dix pour cent lorsque les nombres comportent cinq chiffres. Pourquoi ? Parce que la plupart des réponses ne se trouvent pas sur le Web donc il ne peut pas répondre. Evidemment, il n’y a pas beaucoup de pages Web contenant le texte « 245 + 821 ». Surtout, et c’est le plus important, malgré l’absorption d’une quantité astronomique d’informations, ChatGPT n’est pas en mesure d’en déduire les principes de l’arithmétique. GPT-3 ne produit qu’une approximation superficielle de la réalité, pas plus.
Alors, compte tenu de l’échec de GPT-3 au concours d’entrée à l’école primaire, comment expliquer le fait qu’il semble parfois donner de bons résultats dans la rédaction d’essais de niveau universitaire ? Même si les grands modèles de langage sont sujets à de nombreuses hallucinations, ils semblent malgré tout bien modéliser les structures de la théorie économique. L’arithmétique serait-elle le cas particulier pour lequel les grands modèles de langage sont mal adaptés ? 
Est-il possible que, dans des domaines autres que l’addition et la soustraction, les modèles des régularités statistiques du texte puissent produire une représentation viable du monde réel ?
Clairement, ChatGPT reformule des éléments extraits du Web au lieu de les citer mot pour mot ce qui donne l’impression qu’un étudiant quelqu’un exprime ses idées dans ses propres mots, plutôt que de simplement régurgiter ce qu’il a lu. Tout cela contribue à créer l’illusion que ChatGPT comprend ce qu’il produit. Comme chez les étudiants humains, la mémorisation par cœur n’a jamais été un indicateur fiable d’un véritable apprentissage, l’incapacité de ChatGPT à produire des citations exactes à partir de pages Web est précisément ce qui nous fait imaginer qu’il se passe quelque chose. 
Une autre question. Les grands modèles linguistiques peuvent-ils aider les humains à créer une écriture originale ? 
Comme ces Nowakowskismes commencent avec une photocopieuse, revenons-y. 
Savez-vous qu’il existe un art connu sous le nom Xerox art, ou l’art de la photocopie, dans lequel les artistes utilisent les propriétés spécifiques des photocopieurs comme outils de création. 
Peut-être que quelque chose de ce genre est également possible avec le photocopieur qu’est ChatGPT mais, en restant sérieux, rappelons quand même que les photocopieurs ne sont jamais devenus des outils essentiels dans la création artistique. 
En mettant de côté le Xerox art, peut-on envisager que le texte généré par de grands modèles de langage puisse être un point de départ utile sur lequel les écrivains pourraient s’appuyer lorsqu’ils écrivent quelque chose d’original, qu’il s’agisse de fiction ou pas ? 
Est-ce que laisser un grand modèle de langage gérer les parties secondaires d’un roman permettrait aux écrivains de concentrer leur attention sur les parties vraiment créatives de leur oeuvre ? 
À ce stade, il peut être pertinent de mentionner que commencer un travail par une copie floue d’une œuvre non originale n’est certainement pas un bon moyen de créer une œuvre originale. Un écrivain écrira beaucoup d’œuvres non originales avant d’écrire quelque chose d’original. Un écrivain rature, réécrit. Pour autant, le temps et les efforts, les heures passées à choisir le bon mot et à réorganiser les phrases, toute cette énergie consacrée à ce travail non original ne sont pas gaspillés, c’est précisément ce qui permet d’envisager de créer quelque chose d’original. Or, demander aux étudiants de rédiger des essais n’est pas simplement un moyen de tester leur compréhension de la matière, c’est surtout le moyen de leur faire vivre l’expérience de la pensée. Alors à ne leur demander de produire des travaux que nous aurons tous déjà lu, qu’en retireront-ils ? Rappelons juste qu’il n’y a rien de magique ou de mystique dans l’écriture, mais que cela implique bien plus que de placer un document existant sur un photocopieur peu fiable et d’appuyer sur le bouton Imprimer. 
En guise de conclusion. 
En Colombie, au mois de janvier, puis en Bolivie en avril, deux juges ont utilisé ChatGPT dans des affaires civiles pour écrire leur argumentation et condamner des hommes à de fortes amendes. En mai, un avocat américain a questionné ChatGPT pour défendre l’employé d’une compagnie aérienne blessé par un chariot à cause de la négligence d’un collègue. À la question « Liste-moi les décisions judiciaires justifiant nos poursuites » L’IA a alors sorti six jugements qui n’ont jamais existé, qui n’existent pas dans toute l’histoire du droit. Aucun. Jamais. Nulle part.

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec ces quelques mots des communardes de la Fédération syndicale des ouvrières, dans une « Adresse au comité central des citoyennes » le 11 mai 1871 que nous terminerons : « [La Commune], représentante du grand principe proclamant l’anéantissement de tout privilège, de toute inégalité, par là même, est engagée à tenir compte des justes réclamations de la population entière sans distinction de sexe – distinction créée et maintenue par le besoin de l’antagonisme sur lequel reposent les privilèges des classes gouvernantes […]. Nous voulons le travail, mais pour en garder le produit. Plus d’exploiteurs, plus de maîtres. […] L’organisation du travail féminin, au moyen d’associations productives libres, […] soustrayant le travail au joug du capital exploiteur, [permettant] l’anéantissement de toute concurrence entre travailleurs des deux sexes, leurs intérêts étant absolument identiques et leur entente solidaire étant de rigueur pour le succès de la grève définitive et universelle du travail contre le capital ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations
https://lundi.am/Lettre-ouverte-de-Louise-Michel-a-M-Emmanuel-Macron
https://www.novethic.fr/environnement/transition-energetique/la-revolte-des-employes-dedf-contre-la-construction-dun-barrage-hydroelectrique-en-plein-desert-saoudien
https://www.newyorker.com/tech/annals-of-technology/chatgpt-is-a-blurry-jpeg-of-the-web

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.14-20032024-09.39/

Musiques 
Neil Young, Hey hey my my (into the black) – https://youtu.be/331kyZ9OXMc?si=E0S5GPUt7Q32k5LN 
Nirvana, In bloom – https://youtu.be/e-LDY0hr3Z4?si=qvpa-dbq24d40shL
Pink Floyd, Welcome to the machine – https://youtu.be/lt-udg9zQSE?si=6fIExMEVZSFrQwEr

Nowakowskismes 8.13. Décret n° 2023-828 

Décret n° 2023-828 du 28 août 2023 relatif aux modalités de mise en œuvre des traitements algorithmiques sur les images collectées au moyen de systèmes de vidéoprotection et de caméras installées sur des aéronefs, pris en application de l’article 10 de la loi n° 2023-380 du 19 mai 2023 relative aux jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 et portant diverses autres dispositions. J’ouvre les guillemets.
« A titre expérimental et jusqu’au 31 mars 2025, dans les conditions prévues par l’article 10 de la loi du 19 mai 2023 susvisée et par le présent décret, les images collectées au moyen de systèmes de vidéoprotection autorisés sur le fondement de l’article L. 252-1 du code de sécurité intérieure et de caméras installées sur des aéronefs autorisées sur le fondement du chapitre II du titre IV du livre II du même code dans les lieux accueillant les manifestations sportives, récréatives ou culturelles qui, par l’ampleur de leur fréquentation ou leurs circonstances, sont particulièrement exposées à des risques d’actes de terrorisme ou d’atteintes graves à la sécurité des personnes et à leurs abords, ainsi que dans les véhicules et emprises de transport public et sur les voies les desservant, peuvent faire l’objet de traitements algorithmiques.
Ces traitements ont pour finalité unique de détecter en temps réel des événements prédéterminés susceptibles de présenter ou de révéler les risques mentionnés à l’alinéa précédent et de les signaler en vue de la mise en œuvre des mesures nécessaires par les services de la police nationale et de la gendarmerie nationale, les services d’incendie et de secours, les services de police municipale et les services internes de sécurité de la SNCF et de la Régie autonome des transports parisiens dans le cadre de leurs missions respectives ».

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand et dont la CNIL rappelle timidement qu’au regard de la nature intrusive des dispositifs de caméras « augmentées », que les dispositifs les moins impactants pour les droits et libertés des personnes soient privilégiés lorsque cela est possible. 
Bienvenue dans ce petit pays dans lequel on marche sur la tête, la CNIL murmure que le déploiement de dispositifs de caméras « augmentées » ne pourra se faire sur la seule justification de considérations économiques et devra faire l’objet d’une évaluation rigoureuse de leurs performances techniques et opérationnelles.
Bienvenue dans ce petit pays orwellien à qui il faut rappeler l’urgence et la nécessité d’une réflexion globale sur le juste emploi des caméras augmentées dans l’espace public afin que soit évitée leur multiplication désordonnée, aboutissant à une densité d’observation automatisée qui modifierait notre rapport à l’espace public – et ce, quelle que soit la légitimité de chaque dispositif pris isolément.
Bienvenue dans ce petit pays d’hypocrites dans lequel l’instance chargée de l’informatique et des libertés est capable d’écrire « que les usages de ces technologies soient le plus possible localisés et réservés aux cas où ils présentent la plus-value la plus forte, si possible en lien avec l’intérêt général, en les assortissant de garanties appropriées ». Libertés avez-vous dit ? 
Bienvenue dans ce pays nauséabond dans lequel, pour qu’un établissement retourne dans le secteur marchand à quelques semaines de ces JO, une trentaine de mères célibataires avec de jeunes enfants devront quitter d’ici le 31 mars, en pleine année scolaire, leur hébergement.
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des incapables dans lequel le coût de construction des 6 réacteurs EPR2 en projet explosent de +30% alors que leurs plans détaillés ne sont même pas encore finalisés ! 
Bienvenue dans ce petit pays dans lequel EDF évalue désormais à 67,4 milliards d’euros les coûts du programme de construction de six nouveaux réacteurs nucléaires lancé par son président. En 2021, une première estimation évaluait ce programme à 51,7 milliards d’euros.
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des incapables au service de la destruction planétaire !
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Ce soir, les Nowakowskismes reviennent encore et encore, parce qu’il faut alerter toujours, combattre sans faiblir cette société dans laquelle on voit les administrations publiques s’armer d’algorithmes dans la guerre aux pauvres et aux « fraudeurs », avec pour effet l’amplification des discriminations structurelles, le tout sous sous prétexte de modernité caricaturale, de pseudo-efficacité et de « dématérialisation ». 
Ce soir, les Nowakowskismes s’élèvent encore contre la logique de la surveillance qui s’immisce partout et s’étend à tous les aspects de nos vies publiques et intimes. 
Ce soir, les Nowakowskismes sont une voix qui dit non à ce pouvoir politique et étatique friand de fichage et toujours plus intrusif, cherchant par tous les moyens à exploiter nos innombrables traces numériques pour mieux surveiller, connaître, et anticiper nos comportements politiques et sociaux. Des Nowakowskismes qui rappellent aussi avec Orwell que « comme certains animaux, l’imagination ne se reproduit pas en captivité ». 

Petit rappel que nous avions déjà fait dans de précédents Nowakowskismes, le 17 mai 2023, après plusieurs mois de bataille législative en plein mouvement des retraites, le Conseil constitutionnel validait le cadre législatif permettant à la police d’utiliser la vidéosurveillance algorithmique en temps réel. 
Depuis, les affaires vont bon train !  
Un appel d’offres a tout été publié dès l’été pour lancer la compétition entre les nombreuses entreprises qui ont fleuri ces dernières années dans le secteur. Ce marché public, accompagné de clauses techniques, décrit les exigences auxquelles devront se soumettre les entreprises proposant leurs services et, en premier lieu, les fameuses situations et comportements « suspects » que devront repérer les logiciels afin de déclencher une alerte. En effet, la loi avait été votée à l’aveugle sans qu’ils soient définis, ils ont ensuite été formalisés par un décret du 28 août 2023.
Qu’entend-on par comportements suspects ? Ces comportements n’ont pour beaucoup rien de suspect mais sont des situations pour le moins banales : détection de personne au sol après une chute, non-respect du sens de circulation commun par un véhicule ou une personne (attention à son sens de l’orientation), densité « trop importante » de personnes, mouvement de foule, un argument répété sans cesse par Darmanin pendant les débats, mais aussi détection d’armes, de franchissement de zone, d’objets abandonnés ou de départs de feu. Le tout pour 8 millions d’euros d’acquisition financés sur le dos du contribuable.
Sans surprise, ces huit cas d’usage pour les algorithmes commandés par l’État dans le cadre de cette expérimentation correspondent à l’état du marché. Ils correspondent aussi aux cas d’usage en apparence les moins problématiques sur le plan des libertés publiques. En effet, l’État se garde bien de vouloir identifier des personnes via la couleur de leurs vêtements ou la reconnaissance faciale, comme la police nationale le fait illégalement depuis des années. En fait, ils confirment au passage que cette « expérimentation » est surtout un terrain de jeu offert aux entreprises pour leur permettre de développer et tester leurs produits, en tâchant de convaincre leurs clients de leur intérêt et des performances de leurs solutions. Rappelons par exemple, le zèle dont a fait preuve la société 2eyes basée en Lorraine pour proposer une détection des émotions sur les visages pour identifier les terroristes, ou détecter des rassemblements interdits pendant les confinements COVID.
Pour bien baliser le terrain de la surveillance généralisée, on commence par des événements. Pour 2eyes, ça devait se faire lors d’un match de foot au State Saint Symphorien de Metz avant l’installation au quartier du Haut du Lièvre à Nancy. 
Pour les JO, ce sont les concerts de Depeche Mode qui ont servi d’événements tests pour la vidéosurveillance algorithmique. En effet, il est prévu, pour que la fête soit belle, que les abords de l’Accor Arena de Bercy à Paris soient dotés de cette technologie de surveillance. Pour le concert des 3 et 5 mars derniers, ce sont « six caméras » équipées du logiciel Cityvision commercialisé par la société Wintics, qui ont été déployées autour de la salle de spectacle. Aurons-nous un retour ? Aurons-nous droit à une transparence sur les modalités, les résultats, les suites, … certainement non ! Mais rassurez-vous braves gens, la préfecture de Paris a affirmé qu’il n’est pas question de procéder à des interpellations assure . Ce test doit juste permettre de « tester et paramétrer les solutions logicielles » dans des conditions réelles. D’autres tests seront faits d’ici le début des JO, notamment en lien avec la SNCF et la RATP. La SNCF a ainsi présenté son projet TNI, acronyme pour “Traitement Numérique des Images” qui lui permet d’anonymiser les images tirées de son système de vidéosurveillance dans les gares en effaçant toutes les données biométriques ou à caractère personnel. Parmi les cas d’usages envisagés pour cette expérimentation, la SNCF aimerait tester la capacité du système à lever automatiquement des alertes en cas de détection d’une personne dans une zone interdite, densité de foule anormale ou bagages abandonnées.
Tout cela s’inscrit également dans tout un discours dans lequel la science est transformée en plaidoirie technosolutionniste, entretenant la confusion entre science et technologie et usant jusqu’à la corde l’argument d’autorité de la « science » pour promouvoir un agenda technocapitaliste. Ainsi, la 6G, la nouvelle génération de réseau mobile indispensable pour répondre « durablement » au défi « des nouveaux services qu’on pourrait développer, comme le métavers, l’internet tactile ou la chirurgie à distance », du n’importe quoi – l’énergie nucléaire et ses milliards, ses désastres environnementaux et son impossibilité à répondre à l’urgence de la situation, l’avion « vert » pour maintenir un système au service des 20% les plus riches ou encore l’intelligence artificielle, qui consomme de l’énergie sans limite pour vendre des produits à l’intérêt relatif et servir le système basé sur le toujours plus et la compétition permanente, servent en permanence un discours marketing qui ne questionne jamais la pertinence du déploiement de ces technologies, qui font de la science et la technologie des business juteux et quand un événement comme les JO vient garantir la possibilité d’expérimentations grandeur nature, quel aubaine pour tous ces chacals du technocapitalisme prêts à vendre leur soupe à tous les dictateurs et ceux et celles qui en rêvent. 
Juste parce que c’est une actualité, Dune, et pour nous permettre une petite escapade en science-fiction. Je ne vais parler du film de Villeneuve, … et je m’abstiendrai de faire des commentaires. Faisons un tour du côté du roman qui nous tend un joli miroir par-delà l’espace, le temps et l’imaginaire. Voici un petit extrait de la bible catholique orange, reprise à son compte par Paul Atréides qui dit : «  Le concept de progrès agit comme un mécanisme de protection destiné à nous isoler des terreurs de l’avenir ». En d’autres mots, la mythologie du progrès est là pour nous rassurer face aux dangers que fait courir l’humanité le cours spontané de son développement, que la technologie est un moyen de ne pas remettre en cause le système, de ne pas envisager d’alternatives et qu’elle résoudra les problèmes lorsqu’ils se présenteront. 
Par contre, Frank Herbert propose une autre voie, celle d’une nouvelle science : la planétologie. Une approche qui intègre les contraintes de l’évolution de l’environnement à grande échelle, et ses fonctionnements à petite échelle. Il s’agit de choisir minutieusement les technologies autorisées, ainsi qu’un plafonnement de leur utilisation, dans une prise en compte de tous les organismes, et des contraintes de l’environnement… 
Une forme d’innovation qui n’est pas régie par la puissance technologique à tout prix, mais qui privilégie la survie écologique de la planète au détriment du profit. Tiens tiens ! La lecture du roman Dune pourrait-il nous ramener à la raison ? Nous donner des idées, et nous réinterroger sur ce qui est réellement précieux ! 
Pour conclure ces Nowakowskismes, un petit tour vers le rapport Global Resources Outlook 2024 publié par un groupe international d’experts des Nations unies. Ce qui ressort de ce rapport c’est qu’en matières d’énergies fossiles, de biomasse, de métaux et des autres matériaux, en cinquante ans, la consommation mondiale de ressources naturelles a triplé. De plus, alors que nous devrions mettre les deux pieds sur le frein, cette consommation continue de croître, en moyenne de 2,3 % par an. En fait, entre 2002 et 2015, on a extrait un tiers de toutes les matières premières extraites depuis 1900 !
À ce rythme, et en l’absence « d’action urgente et concertée », ou tout simplement en continuant à nous mettre la tête dans le sable, l’extraction de ressources pourrait passer de 100 à 160 milliards de tonnes par an, ce qui correspond à une hausse de 60 % entre 2020 et 2060. Pour information, on peut y lire qu’il y a quatre secteurs qui comptent pour 90 % de la demande en matériaux. Ce sont la construction de bâtiments, l’agriculture et l’alimentation, les transports, et l’énergie. De plus, l’impact le plus important concerne l’extraction et la transformation de ces ressources. Elles comptent à elles seules pour 55% des émissions de gaz à effet de serre. La biomasse qui regroupent les ressources exploitées par l’agriculture et la foresterie est responsable à elle seule de 90 % de l’utilisation des terres consécutive à la perte de biodiversité et au stress hydrique. Continuer ainsi, avec ce système prédateur des ressources, dans le déni institué, réduirait à néant nos chances d’atteindre des objectifs climatiques qui permettraient d’envisager une planète vivable pour les humains et en garantissant la préservation de la biodiversité.
L’urgence de réduire ces consommations est d’autant plus manifeste que celles-ci excèdent largement ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs de développement humain. Dans les pays à hauts revenus, la consommation de ressources par personne est six fois plus élevée et génère dix fois plus de conséquences sur le climat par personne que dans les pays à bas revenus. Mais il est possible, en réorientant l’usage des ressources vers ceux qui en ont le plus besoin, en repensant leur exploitation, à la manière des Fremens, pour revenir à une planète plus habitable, et réduire et rééquilibrer nos consommations de ressources tout en améliorant le bien-être et en luttant contre les inégalités. Rappelons pour finir un auteur bien connu dès que nous parlons de totalitarisme, George Orwell. Orwell, à un monde entièrement formaté par les « organisateurs » d’une société de masse soumise aux lois de l’industrie, oppose « tout ce qu’on appelle la nature ». Contre la religion du progrès qui domine la pensée dès le XXe siècle, où la liberté tend à se confondre avec la simple puissance instrumentale, il rappelle qu’en « conservant l’amour de son enfance pour les arbres, les poissons et les papillons, on rend plus probable un avenir pacifique et décent, alors qu’en prêchant la doctrine qui veut que rien ne vaut d’être admiré en dehors de l’acier et du béton, on rend plus sûr encore que les humains n’auront d’autres exutoires pour leur excès d’énergie que la haine et le culte du chef ». 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec ces quelques mots d’Ivan Illich qui datent de 1981, « La question que je voudrais à présent vous proposer pour la discussion devrait dès lors être claire : comment résister à l’empiètement de nouveaux appareils et systèmes électroniques sur des communaux qui sont plus subtils et plus intimes à notre existence que les pâturages ou les routes – des communaux au moins aussi précieux que le silence. Le silence, si l’on en croit les traditions aussi bien orientales qu’occidentales, est nécessaire à l’émergence des personnes. Il nous est retiré par des machines qui singent les gens, les imitent. Nous pourrions facilement être rendus toujours davantage dépendants de machines pour parler et pour penser, comme nous le sommes déjà pour bouger ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations
https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFARTI000048007162/
https://www.cnil.fr/sites/cnil/files/atoms/files/cameras-intelligentes-augmentees_position_cnil.pdf 
https://www.laquadrature.net/2024/01/26/vsa-et-jeux-olympiques-coup-denvoi-pour-les-entreprises-de-surveillance/
https://reporterre.net/Notre-consommation-de-ressources-a-triple-en-50-ans
https://www.humanite.fr/societe/femmes/paris-2024-le-nettoyage-social-continue-avec-la-fermeture-annoncee-dun-hotel-social-du-18e-arrondissement
https://www.zdnet.fr/actualites/concert-de-depeche-mode-et-videosurveillance-algorithmique-un-premier-test-pour-les-jo-39964706.htm
https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/exclusif-nucleaire-la-facture-previsionnelle-des-futurs-epr-grimpe-de-30-2080380
Dune 1 et 2. Frank Herbert. Presses Pocket 1981
1984. George Orwell. Editions Agone 2021

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.13-06032024-09.35/

Musiques
Mountain, The imaginary western – https://youtu.be/GNOzw8ufhxE?si=gd4Ax_kbX4ZpCwMn 
Santana, Toussaint L’Ouverture – https://youtu.be/iQ8ST0Nks34?si=sYJxxGZp0s-3ZqDA 
CSNY, The Lee Shore – https://youtu.be/VVxMnNN005s?si=XpJp9H4BcfUHsD4K 

Nowakowskismes 8.12. Le mur, part 2 

L’avion représente 2,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais 5% du réchauffement climatique.
1% de la population mondiale représente 50% des émissions du secteur aérien.
80% de la population mondiale n’a jamais pris l’avion
Seulement 29% des Français prennent l’avion au moins une fois par an
Tout cela représente une empreinte carbone extravagante de 22 tonnes pour les 1% des ménages les plus fortunés en UE pour le transport aérien uniquement !
Un seul vol long courrier fait exploser le budget carbone annuel cible, de 2 tonnes de CO2 par personne.
Les armées sont responsables de 8% des émissions de l’aviation.
Un vol en jet privé est en moyenne 10 fois plus émetteur de gaz à effet de serre qu’un vol normal.
L’avion est de 20 à 50 fois plus émetteur de CO2 que le train.
L’aviation avec 2% d’efficacité énergétique est responsable de 4% de hausse annuelle du trafic.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde où nous venons d’apprendre par l’Union internationale pour la conservation de la nature, l’extinction officielle d’une espèce hors du commun, la raie pastenague javanaise, peuplant autrefois les côtes indonésiennes, une disparition due aux activités humaines responsables de l’effondrement de la population.
Bienvenue dans ce monde dans lequel les chercheurs passent leur temps à alerter sur l’importance dramatique de l’extinction de la biodiversité, qu’une nouvelle disparition est un avertissement pour le monde entier… et qu’on s’en fiche royalement !
Bienvenue dans ce petit pays bas de plafond où EDF a passé un contrat avec Amazon Web Services pour gérer la planification de la maintenance des centrales nucléaires. 
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des ignares qui confient à Jeff Bezos la « maintenance prédictive » des pièces détachées des centrales ouvrant ainsi grand les portes du nucléaire français aux USA.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Ce soir, le Nowakowskismes vont à nouveau parler de mur. Lors de la saison 6, les Nowakowskismes 6.6 (https://nowakowski.hypotheses.org/1320), on avait imaginé un monde, une Terre, traversée par un Mur, infranchissable, divisant la Terre depuis des temps immémoriaux, et où la vie même des humains s’est organisée par le Mur. Aujourd’hui, dans ces Nowakowskismes, c’est d’un autre mur, d’autres murs que nous allons parler, des murs qui ont occulté les horreurs de l’histoire, mais aussi des murs de la honte établis pour garantir l’espoir illusoire du confort de quelques-uns face à la réalité de la misère et la mort de tant d’autres. Et aussi ces mots d’Ursula Le Guin dans le roman Les dépossédés. 
« Il y avait un mur. Il ne semblait pas important. Il était formé de pierres non taillées cimentées avec soin. Un adulte pouvait regarder par dessus, et même un enfant pouvait l’escalader. Là où il croisait la route, il n’y avait pas de porte, il s’estompait en une simple figure géométrique, une ligne, une idée de frontière. Mais cette idée était réelle. Elle était importante. Durant sept générations, il n’y avait rien eu de plus important au monde que ce mur. 
Comme tous les murs, il était ambigu, avec ses deux côtés. Ce qui se trouvait à l’intérieur et de ce qui était à l’extérieur dépendait du côté du mur d’où l’on regardait ».

Il y a ce mur qui bouche la vue. 
Il y a ce mur, et tout un monde vit dans son ombre.
Il y a ce mur, son ombre qui change selon les saisons, selon l’heure du jour, selon que la nuit est claire ou sombre. 
Il y a ce mur et tout un monde qui vit là, inchangé. 
Là, contre ce mur, des plantes grimpantes s’y accrochent, y meurent pour renaître au gré des saisons.
Là, contre ce mur, il y a des massifs de fleurs qui profitent de sa fraicheur, il y a ces jardins qui verdissent, et bien sûr, là, face à ce mur, il y a tous ces gens. 
Tous ces gens s’occupent avec soin des fleurs, des carrés d’herbe, du potager. Tous veillent à ce que ce jardin reste bien coloré et bien protégé de toutes les formes d’envahisseurs. Parce qu’en plus, il ne faudrait surtout pas que des importuns viennent piétiner ou dévorer ces belles plates-bandes entretenues avec tant de soin et d’énergie. Le mur n’est pas toujours un rempart infranchissable. Là, dans des recoins du mur, il y a bien sûr des lopins de ce jardin moins colorés mais on ne les voit pas trop. 
De ce côté du mur, le soleil brille, c’est l’été. 
De ce côté du mur, c’est un monde dans lequel on n’entend plus d’oiseaux mais, de ce côté du mur, c’est un monde, qui, baigne dans un bourdonnement incessant venu d’au-delà du mur, le bourdonnement d’une machinerie gigantesque et étrange. Mais, de ce côté du mur, personne ne semble être gêné, ni même y prêter attention, habitués que ce sont ces braves gens de ce côté du mur de vivre avec ce mur et ce qui est au-delà. 
De ce côté du mur, ce beau jardin bien entretenu, bien protégé, est là, séparé d’autres groupes d’humains, d’animaux, de paysages dont la présence ne se manifeste que par des sons, des cris, des bruits, un ronronnement permanent et quelques signes qui se laissent apercevoir par dessus le faite du mur. 
Parfois – souvent en réalité – venus de l’autre côté du mur, des cris, des sons bizarres, des informations aussi, et par moment, plus rien. Si on s’éloignait un peu de ce mur, de ce jardin et la maison, dans un plan large comme au cinéma, au loin, on verrait des cheminées d’usines fument, des cheminées vomissant les exhalaisons d’effroyables industries. 
De ce côté du mur, dans ce quartier dans lequel on cultive ce joli jardin, on y trouve aussi de charmantes maisons et, à quelques dizaines de mètres du mur, dans cette maison y vivent des femmes, des enfants, l’un fait partie d’une jeunesse qui rêve déjà de faire le métier de papa, ingénieur, et d’avoir la même voiture que papa, un SUV dernier cri ; l’autre passe son temps à regarder seul, si seul, sans même la présence d’un adulte, des jeux, des programmes vidéo déversés 24h sur 24 par les centaines de canaux disponibles sur la box familiale. 
De ce côté du mur, une famille formidable habite en bordure du dernier cercle de l’enfer que se sont construits les hommes et où des millions d’autres sont abandonnés à la misère, aux conséquences de la dégradation de l’environnement et du climat par le système déployé par les pays riches, abandonnés à la violence de la guerre et des morts égrenées par milliers dans les médias, jour après jour. 
Et, ce mur, omniprésent, n’est qu’un petit morceau des 25000 kilomètres de murs qui découpent ce monde. Ces 25000km représentent 10% des frontières mondiales, 25000km ce sont ce que l’hypocrisie et la lâcheté de ce monde ont nommé barrières frontalières. Ces 25000km de mur dont les 4/5e ont été construits depuis 2001 par 48 entités dont 45 États, soit un quart des 193 États membres des Nations unies. Et c’est de ce côté de ce mur, que ces petits mondes rendus sourds et aveugles à la réalité du monde se sont développés, cultivent leurs petits jardins confortables, engraissés de la misère d’autres invisibles, insensibles à ce bourdonnement permanent, à ces signes qui réussissent à passer par-dessus.
En fait, hors champ, au-delà de ce mur, et surtout de tous ses matérialisations symboliques, mentales, psychologiques, nées des lâchetés et des désertions quotidiennes, on ne verra rien, juste un confort quotidien faits de ces lâchetés ! 
Tous ces braves gens se garderont bien de regarder au-dessus, tous ces braves gens trouveront bien sûr confortable de ne rien voir, … mais ils entendront tout, en étant sourds aux bruits d’au-delà du mur, au vacarme de la machine de mort de ce monde perceptible dans la permanence de ce bruit de fond venu des usines ou des unités au service d’un système innommable qui fonctionnent de jour comme de nuit. Là, de ce côté du mur, le bruit de ce monde comme ce bruit médiatique baignant tout, c’est ce grondement de Baal-Moloch, ce magma informe et terrifiant auquel s’ajoutent les cris, les suppliques, le bruit des armes, des sonorités d’abord ténues, informes, puis émergeant avec violence dans toute leur horrible clarté. 
Le mur, malgré sa permanence, n’est pas étanche aux cris des combats, à la douleur, à la peur, à la mort ; par delà le mur, le bruit c’est les cris de femmes, d’enfants implorant pitié, le claquement des armes, les explosions, les destructions, les pleurs, le malheur, les rafales d’armes automatiques, le silence… le mur c’est cette machinerie à l’oeuvre de ce qui se joue au-delà du mur.  
Là, de ce côté du mur, dans la vie colorée de ce petit jardin, dans lequel chacun, plongé dans le flux des réseaux, déversant sans interruption, plus rien n’est important, la mort par noyade dans une mer, la pauvreté, le fracas des armes décimant des civils, suppliques, cris, pleurs, tout cela perçu avec l’indifférence de l’habitude. 
De ce côté du mur, de toute façon, ce qui se relaie, ce qui s’amplifie, c’est que, de l’autre côté, ce ne sont que des « parasites que l’on élimine », des « envahisseurs qu’on chasse, et qu’on renvoie vers la violence des pays qu’ils ont fui dans l’espoir d’une vie meilleure. 
Au son infernal, aux flux permanents s’ajoute l’indolence d’un monde qui y trouvera même son inspiration pour ses jeux macabres. 
Apathie ? 
Volonté de se protéger des autres considérés comme une source de contamination !? 
Le contraste est bien là et pourrait bouleverser un observateur, mais il y a bel et bien contamination… mais la contamination du pire. 
Là, de ce côté du mur, c’est le monde idéal que ces gens-là se sont créés. Ce mur est sensé les protéger, les tenir à l’écart de la réalité du monde. Ce mur est alors l’écran sur lequel se projette la réalité qu’ils se sont fabriquée. 
Là, de ce côté mur, ce beau jardin coloré est malgré tout imbibé de la souillure du mal. 
Derrière ce mur, on y retrouve quelque chose qui rejoue la scène de Lady MacBeth et la tâche de sang lorsqu’elle l’imagine sur ses mains et qu’elle ne parvient pas à effacer. 
À l’abri de ce côté-là de leur mur, ces gens-là ne pourront et n’arriveront jamais à faire disparaître les traces de l’horreur, quand bien même, ils n’éprouveraient aucune culpabilité. Et pourquoi culpabiliser d’ailleurs ? Quand, là tapis derrière ce mur, inondés de marketing et médias complaisants, la réalité du monde n’est qu’un remake de films comme Barbie, un film qui, pour information, a fait l’objet de 273279 articles en ligne à l’échelle planétaire en 2023 alors que la la cause des 7,3 millions de personnes qui ont besoin d’aide humanitaire en Angola n’a bénéficié que de 1049 articles à travers le monde.
Là, à l’abri du mur, pourquoi culpabiliser ? Quand, inondés de marketing et médias complaisants, leur réalité se fiche éperdument qu’une grande partie des désastres qu’ils ne veulent pas voir, ou tout simplement qu’ils ne souhaitent voir venir remettre en question leur petit jardin coloré, sont directement liés au changement climatique résultat de ce système prédateur, qui, par les conditions météorologiques extrêmes qui en découlent, exacerbe l’insécurité alimentaire, la pauvreté et les déplacements forcés de population.
Là, à l’abri du mur, pourquoi culpabiliser ? Quand, inondés de marketing et grâce aux médias complaisants, les nombreuses crises touchant des millions de personnes sur le continent africain sont oubliées, alors qu’elles demanderaient un changement de narratif impératif pour espérer sortir de la fausse impression que ces crises sont sans espoir. 
De ce côté-là du mur, même convaincu du bien-fondé de ce système, de la raison d’être de ce mur, la réalité qu’il occulte mais qu’il révèle criante, certains ne s’en remettent pas et fuient dans une folie sans retour. 
De côté-là du mur, c’est Amityville, une maison du diable où il n’est pas possible de faire semblant, un jardin fait de murs dans lequel les enfants souffrent d’insomnie chronique conscients qu’ils sont de la réalité au-delà. Bienvenue dans ce monde dans lequel la richesse, l’illusion de beauté, d’opulence, de luxuriance, de fleurs épanouies ne croissent que grâce à l’engrais, le compost, innommable produit des cendres de ceux qui meurent de l’autre côté du mur. Bienvenue dans l’univers du mur qui incite à d’étranges cérémonials quasi religieux et obsessionnels de protection, qui, chaque soir demande à parcourir la maison-mur, pièce après pièce, couloir après couloir, pour fermer et vérifier chaque porte, dans une liturgie faite de cette paranoïa qui refuse de laisser entrer l’au-delà du mur et permet de ne pas affronter sa responsabilité à défaut de son humanité. 
Là, de ce côté du mur, dans la luxuriance des jardins nés des morts d’êtres invisibles, partagés à l’envi, l’aveuglement volontaire et banal n’est que la matérialisation du triomphe de la propagande et de la rigueur, de ce mur qui délimite, militaire et indispensable à l’industrie de mort qu’il cache, industrie où les humains sont des « unités », pour laquelle il faut des réunions, des moyens, de la logistique, pour entretenir  et augmenter la productivité, qui ne connait pas de victimes puisque tout n’est qu’un processus qui traite, qui optimise, qui produit. 
Mais tout ira bien de ce côté-là du mur, le jardin restera luxuriant, la maison réunira ces gens-là autour d’une table, les portes et volets clos, le mur sera là pour réduire les conversations au périmètre de ce joli jardin, là patiemment entretenu de ce côté du mur. Et si les enfants ont des angoisses avant de dormir, une petite histoire les rassurera, un bon vieux conte de Grimm, Hansel et Gretel, où la méchante sorcière finira dans un four, « juste châtiment » pour tous les monstres venus d’au-delà du mur pour menacer les petits enfants vivants de ce côté-là du mur.

Ce petit texte est venu lorsque les lumières se sont rallumées, que l’étrange musique de fin envahissait la pénombre de la salle, entre musique funèbre et cacophonie, alors que se déroulaient le générique de fin, et qu’il a fallu un certain temps pour retrouver la réalité, remonter lentement les cercles de l’enfer et mesurer combien une séance de cinéma peut être effroyable et magnifique et qu’elle nous habite encore des semaines après. Les images se laissent facilement « reconnaître », ce sont les images du monde « normal », de notre monde, celui dont nous éprouvons chaque jour les évidences sensibles, qui nous enveloppent de leur familiarité rassurante. Le film donne à voir, la coexistence de ce monde avec celui de la terreur et nous demande de penser le sens de cette coexistence. Le film s’installe, et nous installe, dans cet entre-deux, qui relie, dans ce qui voudrait les séparer, le « normal » et « l’anormal », le familier et le l’effrayant, le banal et le terrible. 
Vous l’avez compris, je vous invite à voir La Zone d’intérêt de Jonathan Glazer, ou comment toucher du doigt la banalité du mal en un hors-champ de 1h45. « La Zone d’intérêt », c’est un film sublime et monstrueux qui contredit une fois de plus ceux qui estiment qu’il est impossible de filmer l’indescriptible. « C’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal » écrivait Hannah Arendt. En effet, ne plus écrire, ne plus raconter, ne plus filmer, c’est laisser place à l’oubli et forcément préparer la répétition de l’horreur. Si certains peuvent encore douter que l’art change quoi que ce soit à la vie, il permet au moins d’entretenir la mémoire ou tout simplement de nous tendre un miroir, parce qu’il faut sans cesse nous rappeler qu’il n’y a pas de crime de masse qui n’implique l’ensemble d’une société, qu’il n’y a pas d’innocence possible dans un régime comme celui du IIIe Reich et de tous les régimes tentés par le totalitarisme, qu’il en va de notre responsabilité à tous de ne pas détourner les yeux face à l’insoutenable afin de ne pas laisser s’installer le pire, en étant tapis dans le confort de nos murs. 
Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots d’Imre Kertesz, « Auschwitz ne constitue pas un cas d’exception, tel un corps étranger qui se trouverait à l’extérieur de l’Histoire normale du monde occidental, mais bien l’illustration de l’ultime vérité sur la dégradation de l’Homme dans la vie moderne ». 
À méditer bien sûr. 

Musiques 
Yes, Soon – https://youtu.be/fzz1ZeTbHvs?si=c9cupuxbiUK13zUV
Moger Orchestra, Subjected to electricity – https://youtu.be/UkHjYtjezRQ?si=E_N5EuujWkV6Cd8A
Beth Gibbons, Floating On A Moment – https://youtu.be/ldrx0eSqV-E?si=XWR8plCwKsvXh4My 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.12-19022024-09.57/

Sources et inspirations
https://www.francetvinfo.fr/economie/edf-a-passe-un-contrat-avec-amazon-pour-gerer-la-planification-de-la-maintenance-des-centrales-nucleaires_6364024.html
https://bonpote.com/10-chiffres-a-connaitre-sur-lavion-et-le-climat/
https://mrmondialisation.org/ces-10-crises-humanitaires-passees-sous-silence/
https://mrmondialisation.org/une-nouvelle-espece-marine-disparait-dans-lindifference/
https://diacritik.com/2024/02/12/la-zone-dinteret-jonathan-glazer-dans-le-jardin-du-mal/
https://lundi.am/Le-visible-et-l-invisible
https://nowakowski.hypotheses.org/1320
https://fr.wikipedia.org/wiki/Amityville_:_La_Maison_du_diable
https://www.cameo-nancy.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=10421&catid=8&Itemid=120
Ursula Le Guin. Les dépossédés

Nowakowskismes 8.11. Février, februus, februarius « mois des purifications »

« Les deux tiers des entreprises agricoles n’ont pas, en termes économiques, de raison d’être. Nous sommes d’accord pour réduire le nombre d’agriculteurs », c’est ce que disait Michel Debatisse, secrétaire général de la FNSEA en 1968. 
Ce syndicat a été fondé après la seconde guerre mondiale. Il a accompagné le développement du système agro-industriel depuis des décennies, et tout cela, en co-gestion avec l’État. C’est d’ailleurs tout ce système qui a mis la corde au cou des paysans, tout ce système qui les exploite pour nourrir ses profits et qui finalement les pousse à s’endetter pour s’agrandir afin de rester compétitifs ou disparaître. Cette mission est, on ne peut plus que réussie. Le nombre de paysans et de salariés agricoles est passé de 6,3 millions en 1946, à 750 000 au dernier recensement de 2020. Alors que le nombre de tracteurs dans les campagnes augmentait d’environ 1000%, le nombre de fermes chutait de 70% et celui des actifs agricoles de 82%. Autrement dit, ce sont plus de 4 actifs sur 5 qui ont quitté le travail agricole en seulement quatre décennies, entre 1954 et 1997. Et la lente hémorragie se poursuit aujourd’hui…
Parlons de son dirigeant actuel, un certain Arnaud Rousseau, ancien courtier et négociant, tout droit sorti d’une business school, pur produit de cette idéologie capitaliste. 
Alors que la taille moyenne d’une exploitation en France en 2020 est de 69 hectares, la sienne a une taille qui s’élève à 700 hectares. Et ce n’est pas tout ! Il est à la tête d’une quinzaine d’entreprises, de holdings et de fermes, président du conseil d’administration du groupe industriel et financier Avril dont sont issus des produits bien connus, les huiles Isio4, Lesieur, Matines, Puget. Il est le directeur général de Biogaz de Multien, une entreprise de méthanisation, il est administrateur de Saipol, leader français de la transformation de graines en huile, il est président du conseil d’administration de Sofiprotéol. Il ne faudra alors pas s’étonner que les cadres de la FNSEA, tout comme les dirigeants des plus grosses coopératives agricoles, aient des salaires qui n’ont rien à voir avec  ceux de la majorité des agriculteurs. Pour information, le revenu moyen mensuel des dix personnes les mieux payées en 2020 au sein de la coopérative Eureden est de 11500 €. 
Voici la réalité vécue par la majorité des agriculteurs ! 
Selon l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), dans le monde, le pourcentage du prix de vente qui revient aux agriculteurs est passé de 40 % en 1910 à 7 % en 1997. Alors que, de 2001 à 2022, les distributeurs et les entreprises agroalimentaires de la filière lait ont vu leur marge brute s’envoler de respectivement 188% et 64%, quand celle des producteurs stagne, quand elle n’est pas simplement négative. 
A votre avis, qu’est-ce qui pousse le monde agricole à bloquer les autoroutes, à ouvrir des bouteilles de lait à Carrefour ou à bloquer les usines Lactalis, à labourer un parking, à bloquer le port de la Rochelle, à vider des camions venus de l’étranger, à asperger de lisier une préfecture, à retourner un Macdo, c’est que les industriels  intermédiaires de l’amont, fournisseurs, vendeurs d’agro-équipements, semenciers industriels, vendeurs d’intrants et d’aliments, et de l’aval des filières, les coopératives de collecte-distribution comme Lactalis, les industriels de la grande distribution et de l’agroalimentaire comme Leclerc qui verrouillent le complexe agro-industriel, les dépossèdent impunément des produits de leur travail.
Ce pillage organisé s’explique parce que les subventions qui jouent le rôle pervers de béquilles du système, profitent essentiellement aux plus gros. 
À cela s’ajoutent les accords de libre échange internationaux qui mettent en concurrence les paysanneries du monde entier et ont accéléré ces déprédations économiques. Il est su de tous et toutes aujourd’hui que lorsqu’on parle de « libéralisation », de « gains de compétitivité », de « modernisation » des structures, c’est que des fermes vont disparaître, que la polyculture élevage va régresser – elle ne représente plus que 11% des exploitations actuellement – ne laissant plus qu’un désert vert de monocultures industrielles menées par des exploitants à la tête de structures toujours plus endettées, de moins en moins maîtres d’un outil de travail et d’un compte en banque aux mains des créanciers.
Un système qui a amplifié la dynamique menant à moins de paysans, un système organisé pour qu’ils gagnent de moins en moins bien leur vie, sauf à agrandir toujours et encore leur surface d’exploitation, en dévorant au passage les voisins et les espaces du vivant. Ainsi le « devenir chef d’entreprise » promu par la FNSEA, c’est mettre les agriculteurs dans la même situation que les chauffeurs Uber qui se sont endettés jusqu’au cou pour acheter un véhicule alors qu’ils dépendent d’un donneur d’ordres unique pour réaliser leur activité… 
Et bien sûr, tout cela dans un monde où le système capitaliste prédateur est un des principaux moteurs de la brutalité du changement climatique et des dérèglements écologiques entraînant dans leur sillage la multiplication de maladies émergentes et autres épizooties.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce petit pays bas de plafond qui vient de mettre en « pause » le plan EcoPhyto qui visait à réduire l’usage des pesticides, un plan pourtant indispensable pour la santé des agriculteurs et des écosystèmes. 
Bienvenue dans ce petit pays dont le ministre de l’agriculture a annoncé que le gouvernement ferait appel de la décision contre les « chartes de voisinage », permettent d’assouplir les conditions d’épandage des pesticides !
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des incapables et des vendus à l’agro-industrie et à ce système prédateur, où ce 1er ministre a déclaré qu’aucun pesticide ne pourrait être interdit en France avant que la substance active qu’il contient ne soit interdite dans le cadre européen. Encore « un recul majeur » de ce petit pays dans un mandat d’un président qui avait clamé haut et fort que ce mandat serait écologique ou ne serait pas ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand dans lequel pour le comité d’organisation de cette aberration que sont les JO a décidé de confier la gestion d’une partie de l’hébergement des données de la compétition à la société chinoise Alibaba Cloud malgré les craintes pour la sécurité nationale ! Vraiment n’importe quoi sur toute la ligne !
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde, et pourquoi pas avec l’installation d’un ministère du futur. 
Bienvenue dans des Nowakowskismes, les premiers de Février, ce mot février venant du latin februarius (mensis), le « mois des purifications », en référence à un rituel de l’Antiquité romaine qui se déroulait mi-février. Février est dérivé de februus qui signifie « purificateur » alors, dans ces Nowakowskismes, c’est du système agro-industriel que nous parlons ainsi que d’un imaginaire qui pourrait offrir des alternatives à tout cela. 

Imaginez un Ministère du futur, installé dans une ville quelque part dans le monde,  regroupant des agents climatiques mondiaux qui ont à la fois un rôle d’influenceurs, de diplomates et de précurseurs pour faire bifurquer les États et les entreprises vers des des modèles économiques soutenables et, in fine, réduire la production de carbone dans l’atmosphère. Ces agents seraient dotés d’une conscience politique et écologique, et seraient prompts à multiplier les leviers d’action pour arriver à leurs fins, qui peuvent aussi être amenés à la désobéissance civile. 
Une telle équipe du Ministère serait multi-compétente et militante. Elle pourrait ainsi plaider auprès des acteurs mondialisés de la finance, proposer des crypto-monnaies écologiques, lutter pour soutenir et diffuser les initiatives et les modèles locaux déjà fonctionnels. Pour aider les États à bifurquer, les agents seraient des modèles d’engagement, de conscience et de compétence climatique. Ils ne seraient évidemment pas neutres, même si on a longtemps fait semblant, au cœur des machines d’État, que les idées néo-libérales représentaient la neutralité et le bon sens, laissant se dérégler les processus de compromis et d’élaboration des politiques publiques. En France, par exemple, depuis quelques années, il existe quelques initiatives qui pourraient préfigurer cela, en proposant de mettre en réseau – et donc, aussi, de protéger – les agents publics engagés et compétents en faveur de la transition écologique (par exemple : Le Lierre et Fonction Publique pour la Transition Écologique). 
Comment seraient-ils recrutés ? 
On pourrait imaginer que, du monde entier, les meilleurs de chaque discipline se retrouveraient à travailler ensemble, d’ailleurs sans grande difficulté de coopération ou de collaboration. Construire une équipe de cette trempe, interrogerait aussi sur la capacité des acteurs publics à identifier, embaucher et maintenir en capacité d’action des profils aussi compétents pour réaliser une transition environnementale.
L’autonomie de cette équipe lui permettrait de considérer une grande variété de leviers et de solutions. Pourquoi ne pas envisager intelligemment des technologies de captation du carbone ou de limitation de la fonte des glaces arctiques, susciter des réformes agraires mettant en commun les terres et socialisant les efforts de développement de l’agro-écologie, favoriser la création de l’Internationale des initiatives permacultrices, contribuer à l’établissement de couloirs naturels sur la moitié des surfaces terrestres, accompagner le déplacement des populations fragilisées par le changement climatique, systématiser la prise en compte des activités bénévoles dans les échanges internationaux, travailler à la création d’un commun numérique pour la protection des données… Ce foisonnement d’initiatives et d’exploration serait le lit de nouveaux paradigmes de l’action publique qui permettraient une sorte de planification par la multitude. Même si parmi les nombreuses solutions possibles et explorées, beaucoup auraient vocation à rater, d’autres pourraient passer à l’échelle et dessiner un futur possible.
Cette équipe du Ministère du futur disposerait d’une grande autonomie d’action en tant qu’agence onusienne. Elle serait dotée d’une feuille de route presque illimitée pour travailler pour les générations futures, et elle n’aurait à rendre de comptes à aucune autorité politique. Il pourrait avoir les classiques problèmes de financements, et elle devrait négocier des moyens supplémentaires auprès de sa tutelle. Les agents parviendraient à s’extraire des contingences de l’actualité, pour trouver de réelles marges d’invention, de proposition et de création. Les objectifs et les échéances de l’équipe seraient clairs, les agents auraient carte blanche pour explorer et tester des idées, avec une grande confiance de leur encadrement.
Le Ministère du futur pourrait inscrire son action dans la durée et donnerait aux agents les moyens de l’incarner. Les agents du Ministère seraient là et resteraient là, ce qui leur permettraient d’articuler la tension entre l’urgence d’agir et l’importance de penser l’action dans le temps long. La direction du « Ministère » serait une figure de « décideur dans la tourmente » qui soutiendrait l’action de l’équipe en négociant hors des murs du ministère avec des acteurs politiques et économiques rétifs. 
La lutte contre le terrorisme écologique des hyper-riches serait au cœur de l’action du Ministère. L’une des évolutions dans les moyens d’action du Ministère le conduirait à entamer un travail de sûreté, d’espionnage et d’action discrète, pour limiter l’influence et le pouvoir de nuisance des plus gros pollueurs planétaires. Ce sont eux qui mériteraient de faire l’objet de politiques publiques sécuritaires. Le Ministère du Futur proposerait un renversement radical de la définition de l’éco-terrorisme. Le danger ne vient pas des militants radicaux, des militants écologiste pour le climat, l’agro-écologie, mais de tous ces acteurs industriels, agro-industriels et financiers qui refusent de renoncer à leurs privilèges et qui continuent impunément à détruire le seul endroit où nous pouvons vivre en œuvrant activement contre toutes les tentatives de bifurcation de l’économie pour y intégrer les limites planétaires. 
En réalité, nous n’aurions aucun problème pour penser et agir dans un monde incertain face aux dérèglements climatiques. Déjà, des actions et des postures sont en germe, au sein de certaines collectivités locales ou organisations publiques, dans les réflexions informelles d’agents publics ou dans les mouvements militants. L’enjeu serait de mettre en narration des utopies réelles et des alternatives portées ou favorisées par des actions publiques peu empêchées visant à faire prospérer des initiatives locales. L’enjeu serait avant tout de créer des cadres politico-administratifs et des outils permettant de dépasser les biais et les certitudes de ceux qui refusent d’agir alors qu’ils en ont les moyens. L’enjeu serait avant tout de nous mobiliser pour porter des traités de transformation publique pour des administrations qui s’appuieraient sur la société civile en mettant en réseau les initiatives locales sans perdre de vue les nécessaires rapports de force. 
Et surtout, lisez Kim Stanley Robinson. 
Or, nous sommes bien loin des rêves d’un Ministère du futur ! Aujourd’hui, reconnaître la souffrance et le désarroi du monde agricole n’empêche pas d’examiner les faits et de tenter de démêler les responsabilités dans la situation actuelle. La majeure partie du traitement médiatique tend à faire croire que les agriculteurs et agricultrices parleraient d’une seule voix, celle du président agro-businessman de la FNSEA Arnaud Rousseau. Ce directeur de multinationale, administrateur de holding, partage-t-il vraiment la vie de celles et ceux qui ne parviennent plus à gagner la leur par le travail de la terre ? 
Les agriculteurs formeraient-ils un corps uniforme, qui valoriserait le productivisme au mépris des enjeux environnementaux qu’ils et elles ne comprendraient soi-disant pas ? Difficile à croire et bien sûr faux.
La science a montré que ce modèle agricole industriel et productiviste conduit à une catastrophe sociale et environnementale, que ce modèle concurrence dangereusement les alternatives écologiquement et socialement viables, que cette agriculture ne s’adaptera pas indéfiniment à un environnement profondément dégradé. La science a montré que cette agriculture ne s’adaptera pas à un réchauffement climatique de +4°C pour la France et une ressource en eau fortement diminuée, pas plus qu’à une disparition des insectes pollinisateurs.
Le Haut Conseil pour le Climat (HCC) rappelle que l’agriculture représente le deuxième secteur d’émissions de gaz à effet de serre, avec 18% du total français, derrière les transports. La moitié de ces émissions agricoles provient de l’élevage bovin à cause du méthane produit par leur digestion, 14% des engrais minéraux qui libèrent du protoxyde d’azote et 13% de l’ensemble des moteurs, engins et chaudières agricoles. Ce même Haut Conseil pour le Climat rappelle aussi que la France s’est engagée lors de la COP26 à baisser de 30% ses émissions de méthane d’ici à 2030, pour limiter le réchauffement climatique. L’agriculture doit aussi revoir son modèle dominant pour répondre aux enjeux climatiques. 
Côté biodiversité, la littérature scientifique montre que l’usage des pesticides est la deuxième cause de l’effondrement des populations d’insectes, qui atteint 80% dans certaines régions françaises. Les oiseaux sont en déclin global de 25% en quarante ans, mais ce chiffre bondit à 60% en milieux agricoles intensifs : le printemps est devenu particulièrement silencieux dans certains champs…
Le paradoxe est que ce système cherche à perdurer, contribuant à amplifier toujours plus ces bouleversements environnementaux et menace particulièrement les agriculteurs, tant sur le plan environnemental, à cause du manque d’eau, de la dégradation des sols, des événements météorologiques extrêmes, ou du déclin des insectes pollinisateurs qui induit une baisse de production, que sur le plan sanitaire par l’exposition destructrice aux produits phytosanitaires et les risques de développer des cancers et des maladies dégénératives, et aussi sur le plan financier avec cette spirale destructrice de la compétition intra-européenne et du surendettement provoqué par la nécessité d’actualiser un équipement toujours plus performant et d’acheter des intrants pour pallier les baisses de production engendrées par la dégradation environnementale. 
Et qu’a fait ce gouvernement, pour faire plaisir à la FNSEA et ses satellites, c’est « suspendre » le plan Ecophyto au détriment de toutes les considérations écologiques ! 
Pourtant, il existe des pratiques et des modèles alternatifs réduisant significativement les émissions de gaz à effet de serre et préservant la biodiversité. Ces pratiques sont déjà mises en œuvre par des agriculteurs qui prouvent chaque jour que d’autres voies sont possibles en particulier vers l’agro-écologie. Mais, comme toujours, ces alternatives ont besoin d’un changement de modèle, d’une réorientation des politiques publiques qui contribuent aujourd’hui pour 80 % au revenu agricole. Des propositions, à l’opposé de celles de ce gouvernement, qui soutiennent la baisse de l’élevage industriel et du cheptel notamment bovin avec un soutien à l’élevage extensif à l’herbe, la généralisation des pratiques agro-écologiques et biologiques basées sur la valorisation de la biodiversité et l’arrêt des pesticides chimiques de synthèse. Ces changements de pratiques doivent être accompagnés de mesures économiques et politiques permettant d’assurer le revenu des agriculteurs, leur accès à la terre et leur formation.
Le basculement peut venir de la rencontre entre toutes les branches du mouvement social et écologique qui se sont élevées ces dernières années contre les politiques économiques prédatrices du gouvernement. Le « corporatisme », le « les uns contre les autres » comme les politiques qui maintiennent le modèle agro-industriel sous perfusion ont toujours fait le lit de l’impuissance des luttes et qu’une réorientation complète est indispensable pour la survie, la dignité, la santé et l’emploi de tous et toutes.

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots extraits des mémoires de Louise Michel « Voyez les grains de sable et les tas de blé mûr et, dans les cieux profonds, les astres entassés ; tout n’est-il pas semblable ? Où tout cela s’en va, c’est là que nous allons ; et voici venir la grande moisson, poussée dans le sang de nos cœurs ; les épis en seront plus lourds, elle en sera plus haute ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations 
https://lessoulevementsdelaterre.org/fr-fr/blog/mouvement-agricole-communique-soulevements
https://reporterre.net/Arret-d-Ecophyto-aides-les-mesures-du-gouvernement-pour-apaiser-les-agriculteurs
https://mrmondialisation.org/agriculture-capitalisme-ecologie-revolte/
https://www.linforme.com/tech-telecom/article/missionne-pour-les-jo-alibaba-cloud-debarque-en-france-et-recrute-son-equipe_1405.html
https://scientifiquesenrebellion.fr/raison-d-etre/
https://www.bragelonne.fr/catalogue/9791028120863-le-ministere-du-futur/ 

Musiques 
Fantastic Negrito, Working Poor. https://youtu.be/W66D31klLCk?si=gsgaU4QmfPlSXy8e
Steve Gunn & Bridget St. John – Rabbit Hills (from Light in the Attic & Friends). https://youtu.be/aLg-uB72YWY?si=ueO8vKpj-066OFKG 
Peter Gabriel, Playing for time – https://youtu.be/tB7zDQ0AAf4?si=aBxrkCMmzAaVvsoY 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.11-07022024-10.06/

Nowakowskismes 8.10. Ces gens-là !

Ré-ar-me-ment ! 
Un gros plan de réarmement, une grosse opération de communication à la Poutine, encore et toujours plus de ce vocabulaire guerrier, de ce virilisme idiot d’impuissant, de cette fascination lamentable pour l’uniforme et l’ordre qui relève de la psychanalyse. 
Déjà, au début de la crise sanitaire, ce président de ce petit pays, s’écoutant parlé, avait déjà convoqué tout un champ lexical martial. En dramatisant à l’excès, avec des ficelles usées depuis des générations, ce sinistre personnage espérait comme aujourd’hui mobiliser et créer l’union nationale autour de lui. 
Ben voyons ! 
Or, cette semaine, ces mots viennent non seulement déployer une stratégie de communication et un projet politique mais surtout il réactive toute l’idéologie ultra droitière, et, comme pour la loi immigration, il va chercher les voix de tous les nostalgiques du pétainisme, de l’ordre, des marcheurs au pas de l’oie, en virilisant le pouvoir, quitte à prendre le risque au passage de réveiller le pire, comme dans tellement d’autres pays dans ce monde.
De plus, en servant cette rhétorique belliqueuse et viriliste avec une telle légèreté, cet individu entouré de sa cour servile vise à nous accoutumer à l’idée de la guerre. La peur, comme outil de mise au pas de la société, la peur pour que cette société se tienne sage, parce que, certes, la guerre gronde à nos portes, mais que lui est le seul rempart face à ce message lancinant mais bien présent que la guerre fait partie des possibilités pour nos générations et que bientôt elle sera certainement inévitable. Petit rappel pour ceux et celles qui l’auraient oublié, la dernière fois que l’on parlait de réarmement moral c’était en 1938. A l’époque, les créateurs de cette expression et de ce mouvement qui disaient se battre pour la paix, s’inquiétaient de la remilitarisation de l’Allemagne.
Aujourd’hui, derrière les discours et les postures guerrières, il y a aussi des actes politiques. Depuis novembre, le livret A, épargne préférée des français pourra permettre de soutenir « l’économie de guerre ». Ainsi, les banques pourront faire bénéficier à l’industrie de la défense et de l’armement les fonds du livret A et du livret de développement durable et solidaire ! 
La guerre… je suis né en Lorraine. Que ne n’avons nous pas entendu ? Boches ? Sales boches ? Un truc que les boches n’auront pas ? Nous jouions à la guerre ! Aux cow-boys contre les indiens, ou contre ceux qu’on avait désigné comme les ennemis, les allemands contre les français ! Ça se passait dans les friches industrielles ou dans les bois, dans lesquels nous trouvions les vestiges des forts de la ligne Maginot, ou pire, des obus, des grenades, des balles de fusils de guerre, tant d’objets de mort qui mutilèrent ou tuèrent nombre d’enfants tant d’années après cette guerre ! Les sorties scolaires étaient à Verdun, au fort de Fermont, devant des tas d’ossements, des villages rasés ou des terrains encore marqués par les bombardements de la première guerre mondiale, au camp de concentration de Thil. Mon grand-père nous racontait, non sans humour afin de désamorcer la douleur et le tragique de la situation, l’exode avec sa jeune épouse enceinte et leurs 3 marmots en bas âge. Il nous racontait la fin de la guerre, les rencontres avec les derniers allemands sur les dents, les chiens que les patrouilles allemandes lui lâchaient dessus, et après la libération, les chars détruits, les cadavres, les armes… 
La guerre n’est pas un jeu de mot, la guerre laisse des traces indélébiles sur des générations d’humains. La guerre est surtout l’expression la plus brutale de la violence virile, dans laquelle meurent des enfants, des générations fauchées, la guerre imposée à des enfants partout dans le monde, nés et élevés ni pour tuer ou ni pour être tués.
Or, la guerre est toujours une impasse, un désastre. La paix est toujours la seule solution à prendre en compte et à choisir. Dans ce monde, ceci est loin d’être une évidence, mais la paix doit être une bataille culturelle de chaque instant, et, surtout, la seule que tout dirigeant intelligent devrait raisonnablement mener. Parce la beauté d’un nouveau né, de la vie est toujours désarmante. Parce que l’idée même du réarmement même démographique est une honte, une honte d’envisager les utérus comme des outils au service d’un réarmement quel qu’il soit. Une honte de banaliser ce vocabulaire guerrier. Alors, moi je choisis depuis toujours tous les désarmements, même démographiques, et surtout, pour faire des enfants, c’est l’amour qu’il faut faire, pas la guerre, et faire des enfants c’est aussi la responsabilité que nous prenons d’amener au monde un être humain, et les conditions le monde que nous lui offrons et dans lequel il vivra ou survivra, déterminera certainement si nous ferons ou pas des enfants ! 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce monde où, depuis 2020, les cinq hommes les plus riches du monde ont doublé leur fortune tandis que, dans le même temps, la richesse cumulée de 5 milliards de personnes a baissé. Ces informations ont été révélées par le nouveau rapport d’Oxfam sur les inégalités mondiales.
Bienvenue dans ce monde merveilleux où si cette tendance se poursuit, nous pourrions voir dans près de 10 ans la fortune d’un multimilliardaire franchir pour la première fois le cap de 1000 milliards de dollars alors qu’il faudra encore 230 ans pour éradiquer la pauvreté.
Bienvenue dans ce monde où, la fortune des 5 hommes les plus riches a grimpé de 114 % depuis 2020, dans ce monde où la fortune des milliardaires a augmenté de 3300 milliards de dollars depuis 2020, à une vitesse 3 fois plus rapide que celle de l’inflation, dans ce monde où les 1 % les plus riches possèdent 48 % de tous les actifs financiers mondiaux, dans ce monde où les pays riches du Nord détiennent 69 % des richesses mondiales et accueillent 74 % des richesses des milliardaires alors qu’ils n’abritent que 21 % de la population mondiale.
Bienvenue dans ce monde où, comme toutes les ans à cette époque, l’élite économique se réunit à Davos, où on apprend que sept des dix plus grandes entreprises mondiales ont un·e PDG milliardaire ou un·e milliardaire comme actionnaire principal·e.
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand dans lequel l’égalité a été balayée de sa devise, ce petit pays où les quatre milliardaires français les plus riches et leurs familles Arnault, Bettencourt Meyers, Wertheimer ont vu leur fortune augmenter de 87 % depuis 2020. 
Bienvenue dans ce petit pays où, dans le même temps, la richesse cumulée de 90% des Français a baissé alors que les 42 milliardaires français ont gagné 230 milliards d’euros, autant que pour faire un chèque de 3400 euros pour chaque Français.
Bienvenue dans ce petit pays qui soigne bien les plus riches dans lequel les 1 % les plus riches détiennent 36 % du patrimoine financier total alors que plus de 80% des Français ne déclarent posséder ni assurance-vie, ni actions directement.
Bienvenue dans ce petit pays où 11 des plus grandes entreprises françaises ont réalisé 101 milliards de dollars de bénéfices entre juin 2022 et juin 2023, soit une augmentation de 57% par rapport à la période 2018-2021.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde parce que des pistes existent pour espérer un avenir meilleur, comme augmenter les impôts sur les ultra-riches, car on estime qu’un impôt sur la fortune pour les multimillionnaires et les milliardaires du monde entier pourrait rapporter 1800 milliards de dollars par an, que cet impôt sur la fortune climatique pour les multimillionnaires et les milliardaires taxerait, d’une part, le niveau de patrimoine (la taille de la fortune), et d’autre part, la quantité de CO2 qu’il contient (son impact sur le climat). On pourrait aussi encadrer la part des bénéfices versés aux actionnaires, conditionner les aides publiques aux entreprises aux investissements dans la transition et imposer un écart de rémunération de 1 à 20 entre le salaire du dirigeant et le salaire médian de l’entreprise.
Ce sont des pistes mais, pour cela, il faut du courage, de la volonté, une vision du monde autre que celle qui promeut les puissants, la compétition, la prédation, et surtout autre chose que ces discours martiaux de revirilisation du pouvoir aux relents nauséabonds. 

Bienvenue dans des Nowakowskismes qui, cette semaine, se permettent une petite plongée parmi ces gens-là qui, tenant les rênes de l’économie, formés dans ce qui sont considérées comme les meilleures écoles, installés aux commandes de tous les rouages de l’état et des grandes entreprises installent petit-à-petit et sans honte un état autoritaire, inégalitaire et répressif au service de leurs intérêts !

Pour finir ces Nowakowskismes, promenons-nous un petit peu dans les bois de ce monde du pouvoir bourgeois, et prenons un peu de temps pour observer les moeurs de la nouvelle ministre de l’Éducation nationale et des sports, dont je ne rappellerai pas le nom, digne représentante de cette classe classe dominante sûre d’elle, persuadée d’être dans son bon droit et dont les idéaux et les façons de penser sont forcément très différents du commun des mortels. Ex-directrice générale de la Fédération Française de Tennis percevant un salaire de 500000€ par an, ex-directrice e-commerce, data et transformation digitale du groupe Carrefour percevant un salaire de 1,4 millions d’euros par an, elle est l’épouse d’un ex-PDG de la Société Générale et actuel PDG de Sanofi, elle est la nièce d’éditorialistes et ex-directeur de France télévision, elle est multimillionnaire, et nommée ministre, on peut dire qu’elle se trouve au point de convergence d’un nombre significatif de conflits d’intérêts. Un autre spécimen représentatif de ce monde son mari. Il a longtemps dirigé la Société Générale. Il a été mêlé à l’affaire des Panama Papers, ce scandale qui a révélé les pratiques fiscales de grandes fortunes et de banques françaises, parmi lesquelles la Société Générale. De plus, en 2016, la presse s’est rendu compte que la Société Générale avait créé de nombreuses sociétés offshore avec l’aide d’un cabinet panaméen, alors que ce monsieur avait affirmé, 4 ans plus tôt, devant une Commission d’enquête sénatoriale, que sa banque n’avait plus de lien avec le Panama. Un mensonge sous serment donc. Mais dans sa grande générosité, les sénateurs ont décidé de ne pas le poursuivre, solidarité de classe oblige certainement. Une participation active à la dissimulation des mécanismes d’évasion fiscale de grande ampleur alors que ce monsieur est inspecteur des finances, donc titulaire d’un poste prestigieux dans la Haute fonction publique, formé par des grandes écoles publiques, Polytechnique et l’ENA, pour servir l’Etat, conseiller ministériel du ministre du budget, un certain Nicolas Sarkozy, dans les années 90… 
Toujours le même parcours de la bourgeoisie française (école, collège et lycée des beaux quartiers parisiens, Sciences Po, ENA) et des aller-retours entre public et privé, haut fonctionnaire à la Cour des comptes, puis partir travailler dans le privé, puis revenir dans le public comme ministre par exemple. Il est facile de comprendre l’intérêt pour le secteur privé de recruter ces gens-là, connaisseurs et connaisseuses qu’ils sont des arcanes de l’Etat, capables d’utiliser voire d’instrumentaliser la législation et l’argent du contribuable au profit des actionnaires. À cela, il nous faut pas oublier et sous estimer l’importance des familles nombreuses, par les liens qu’elles créent, dans les médias entre autres, et ne rechignent pas à se faire interviewer, commenter et encenser par les membres de leurs oncles, cousins, cousines, neveux, nièces. Tout est bon pour accroître son pouvoir, blanchir son image et s’enrichir.
Pour entretenir ce système, il faut bien former les rejetons. Stanislas, notre bon vieux Stanislas, ça faisait longtemps qu’il n’avait pas été à ce point dans les médias ! ou encore l’Ecole alsacienne… Ce sont des établissements privés et sélectifs qui permettent d’abord à ces gens-là de s’assurer que leurs enfants ne rencontrent que des gens de leur classe sociale et, qu’ensemble, ils nouent des relations utiles pour l’avenir. Ces établissements n’ont de privé que le nom parce qu’en réalité, ils sont très bien financés par le contribuable, au hauteur de 12 milliards d’euros par an et, dans le cas des lycées parisiens, de façon bien plus large que les établissements publics équivalents. Encore une belle entourloupe, puisque ces gens-là, spécificité bien française, font payer à l’ensemble des contribuables ses établissements privés d’exception dans le secondaire et ses grandes écoles dans le supérieur.  Enfin, ces établissements sont très souvent religieux et conservateurs, dans un projet politique acceptant entre autres l’obscurantisme religieux, l’homophobie et le sexisme.  Alors, de tout cela au pétainisme qui rêve de politique nataliste, en passant par l’ordre comme mantra ou la mise au travail forcé de la population et des lois iniques, il n’y a pas un long chemin, et l’histoire a montré que ce chemin mène au pire !
Ne pas s’étonner que ce président de ce pays qui se pense grand refuse de voter pour une directive qui instaure une définition du viol fondée sur l’absence de consentement. 
Ne pas non plus s’étonner que ce président de ce pays qui se pense grand affirme lors de ce qu’il a appelé le rendez-vous avec la nation que « les jeunes, ce sont des fainéants abrutis par les écrans, qu’il faut mettre au pas par l’autorité, l’ordre, l’armée ou le travail, que les femmes ne font pas assez de gosses et se plaignent trop contre le sexisme, qu’on acceptera peut-être en France des médecins étrangers mais pas les autres étrangers, que l’extrême-droite, rien à faire, l’écologie pareil, et que les flics ont raison de tabasser les citoyens ». 
Pour en finir, rappelons juste que, dans son dernier rapport, le Forum économique mondial de Davos, vous savez ce rendez-vous annuel des maîtres de la planète, s’inquiète des risques environnementaux et sociaux qui pèsent sur le monde et s’amplifient, année après année. 
Ils écrivent entre autres que les risques environnementaux et la polarisation sociale s’ancrent parmi les principales menaces pesant sur les économies et sur les sociétés mondiales, que ce soit à court terme (dans les deux prochaines années) ou à plus long terme (dans la prochaine décennie). Le rapport affirme ainsi que « les risques environnementaux pourraient atteindre un point de non retour ». Or, la crise n’est pas qu’environnementale, elle est aussi sociale. Sans déconner ! 
En troisième position des risques les plus sévères, juste derrière les risques environnementaux et la crise de la désinformation, il pointe la crise de la cohésion sociale en constatant que le fossé se creuse de plus en plus entre des pans entiers des sociétés mondiales, fracturées par les inégalités, la crise du pouvoir d’achat et la persistance de la pauvreté, provoquant une amplification des conflits sociaux et des conflits de valeurs, et la hausse des populismes et des extrémismes politiques. 
Pour finir, ce quelques mots de raison de Kim Stanley Robinson, « Chaque milliardaire est un échec politique. Les milliardaires ne devraient pas exister. Ils devraient être taxés jusqu’à ce qu’ils disparaissent ».

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots de Franz Fanon dans Peau noire, masques blancs publié 1952 « L’aliénation intellectuelle est une création de la société bourgeoise. Et j’appelle société bourgeoise toute société qui se sclérose dans des formes déterminées, interdisant toute évolution, toute marche, tout progrès, toute découverte. J’appelle société bourgeoise une société close où il ne fait pas bon vivre, où l’air est pourri, les idées et les gens en putréfaction. Et je crois qu’un homme qui prend position contre cette mort est en un sens un révolutionnaire ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations
https://www.oxfamfrance.org/rapports/multinationales-et-inegalites-multiples/
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/anne-cecile-mailfert-en-toute-subjectivite/anne-cecile-mailfert-en-toute-subjectivite-du-vendredi-19-janvier-2024-8892888
https://www.frustrationmagazine.fr/oudea-castera-bourgeoisie/
https://www.novethic.fr/actualite/economie/isr-rse/le-forum-de-davos-alerte-sur-la-crise-environnementale-et-la-polarisation-sociale-152032.html
https://reporterre.net/Kim-Stanley-Robinson-Chaque-milliardaire-est-un-echec-politique

Musiques
Trust, l’élite – https://youtu.be/p9YKdHvtTG8?si=M4PKiNHEUz3JgBWx 
The kinks, Sunny afternoon – https://youtu.be/TYIl6n_SRCI?si=yD5P6CmsufCHizGY 
Creedence Clairwater Revival, Fortunate son – https://youtu.be/ZWijx_AgPiA?si=Vsx1CfHkvJ7fVbFv 
Yes, the south side of the sky – https://youtu.be/hBAauFYod80?si=4jRB93_MsdhMy8gP

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.10-22012024-17.01/

Nowakowskismes 8.9. L’humanité ce n’est pas un état à subir. C’est une dignité à conquérir

Vous aimez votre travail ? C’est celui dont vous rêviez ? C’est bien cela que vous souhaitiez faire ? Votre maison, vous l’aimez ? Votre famille, comment va-t-elle ? Et les enfants ? L’avenir des enfants vous préoccupe-t-il ? Ah bon ? C’est difficile ? Vous ne leur voyez pas un bel avenir ? Et l’individualisme ? Et l’agressivité ? Et la violence ? Et la bêtise ? Vous en souffrez ? Avec vos chefs ? Vos sous-chefs ? Les petits chefs ? Comment ça se passe ? Et les gens qui ont de l’argent ? Beaucoup d’argent ? Les gens qui ont du pouvoir ? Vous en pensez quoi ? Et la démocratie ? Est-on en démocratie ? Il y a trop de différences ? C’est uniquement cela ? Quels genres de différences ? De salaire ? D’accès à la culture ? Non ? Alors de quoi ? On n’a pas les mêmes valeurs ? Vous êtes sûr ? Ça veut dire quoi valeurs ? C’est quoi pour vous les valeurs ? C’est compliqué ? Compliqué à expliquer ? Pourquoi c’est compliqué ? Ça se sent ? Ça se voit ? Dans la façon de vivre, de s’habiller ? Vous vous habillez comment ? Normal ? Simple ? Normal, simple, c’est vos valeurs ? Vous êtes heureux ? Vous n’êtes pas heureux ? En France ? C’est mieux ailleurs ? Où ça ? Accueillir ? Y en a pas pour tout le monde ? Il faut protéger ce qu’on a ? On a quoi ? Au juste ? Votre pays, vous l’avez ? Vous l’avez comment ? Vous le tenez comment ? Vous n’aimez pas les questions ? Vous en avez assez des questions ? Les questions ça vous fatigue ? Qu’est-ce que vous aimez ? Le bon système français ? Français qu’est-ce que c’est ? Vous aimez rester planté devant une série ? Vous aimez vous faire livrer votre manger par un livreur à vélo ? Vous ne perdez pas un peu la mémoire ? Et là où vous vivez, vous vous rappelez ? Votre immeuble, de quand date-t-il ? Vous ne vous rappelez pas non plus ? Et toutes ces tâches invisibles, c’est qui ? Pas croyable, vous ne pensez pas ? Où ça nous mène tout ça ? Vous n’avez aucune idée ? Vraiment aucune ? Tout cela, c’est des images, vous ne croyez pas ? Vous aviez compris ? Eh bien c’est déjà ça, vous ne pensez pas ? Ou tout cela ne sont que des images ? C’est tout ? Ah bon ?  Mais vous pensez quoi, au fait ? Ils ne sont pas comme nous ? Et vous, est-ce que vous êtes comme vous ? Est-ce que vous vivez votre vie ? Vraiment ? Est-ce que vous vivez vraiment votre vie ? Votre vie unique ? Celle qu’on n’en a qu’une ? C’est vraiment celle-là que vous voulez vivre ? Vous n’avez pas le choix ? Vraiment ?

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand dans lequel le slogan du patron de la boite qui a remporté l’appel d’offres de l’Education nationale sur l’IA désespère avec ces mots : « La machine aide l’élève et l’élève aide la machine ». 
Bienvenue dans ce petit pays où la bêtise est reine, dès le mois prochain, le logiciel « MIA seconde » sera proposé dans certaines académies, avant une généralisation pour les 800000 élèves de Seconde en septembre. « MIA seconde » c’est une application qui commence par un quizz en français et mathématiques. Elle détecte les lacunes, et propose ensuite une série d’exercices, à l’infini. Ça c’est la partie : « la machine aide l’élève ». Et, dans ce petit pays où la bêtise est reine, on fanfaronne en affirmant « qu’elle capte plus de signaux qu’un enseignant ». Et puis « l’élève aide la machine » parce que, selon le temps qu’il a fallu, la manière dont on a répondu, les scores, les exercices s’affinent. Et tout ça, ça se passe à la maison. 
Bienvenue dans ce petit pays dans lequel la bêtise est reine et dans lequel le ministre de l’éducation affirme que « concernant l’usage des écrans à la maison, nous sommes proches d’une catastrophe sanitaire et éducative chez les enfants et les ados » et qui, en même temps, dans son dossier de presse « choc des savoirs », valide cette phrase : « Les outils numériques permettent d’augmenter l’attention et l’engagement de chaque élève par le biais de contenus ludiques ». Et celle-ci aussi : « La France sera le premier pays au monde à généraliser à titre gratuit l’usage d’une IA à tous les élèves d’une classe d’âge pour accompagner leur progression scolaire ». 
Bienvenue pour un avenir radieux dans ce petit pays qui se pense grand ! Bienvenue dans ce petit pays qui n’a pas compris qu’un logiciel n’a jamais tendu la main à personne. Un logiciel peut réaliser un accompagnement individuel, en aucun cas personnel. Pour un accompagnement personnel, il faut des personnes, des individus, des semblables, des vivants dotés d’une vraie intelligence, capables d’émotions, porteurs d’un regard, capables d’une écoute. Ce qui permet de reprendre confiance, de se sentir soutenu, d’être reconnu, d’être vu comme un semblable et non isolé et seul face à l’écran. 
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des ignares qui déploient ce qu’il faut pour que s’installe peu à peu l’idée que la machine est meilleure, que la transmission peut passer par des algorithmes, et que la notion d’efforts appartient au passé : tout est ludique, c’est magique. 
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des ignares, gavés de l’idéologie de la start-up nation, qui oeuvrent pour que, peu à peu, l’humain s’efface car il est moins performant, parce que le plus efficace est forcément le meilleur, dans l’effacement du politique par une politique guidée par les chiffres ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand, et dont le président veut, c’est dans ses voeux, qu’en 2027, la France ait « 10 ans d’avance » sur l’intelligence artificielle. Bêtise ! 
Pour Hannah ARENDT, « le totalitarisme ne tend pas vers un règne despotique sur les hommes, mais vers un système dans lequel les hommes sont superflus, un monde de réflexes conditionnés, de marionnettes ne présentant pas la moindre trace de spontanéité ». Or, en externalisant de nombreuses facultés et activités humaines, l’informatique – faussement appelé numérique – tend précisément à rendre l’être humain et sa subjectivité superflus.
Alors il faudrait, face à des jeunes gavés d’écrans dès 3 ans, démystifier le tout-numérique, proposer le plus de concret, de réel, de naturel possible. Alors il faudrait, former, d’abord, les profs à ces outils, aux médias, à l’IA, comment ça marche, quoi en faire et pourquoi dans ce monde où ils doivent faire face à tant de défis, et de violences. 
Peut-être, dans ses voeux, promouvoir, au lieu de la compétition, des usages et des techniques soutenables, une informatique durable et respectueuse des humains et du vivants, des usages respectant la dignité… 
Et aussi, peut-être s’inspirer, faire comme en Suède, que nous avons toujours prise pour modèle, renoncer aux écrans omniprésents et ressortir les cahiers, mais surtout remettre à la place que ces outils n’auraient jamais du quitter, au service de l’humain et non l’inverse ? 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Bienvenue, ce soir dans les premiers Nowakowskismes de 2024, ils empruntent leur titre à des mots de Jean Bruller dit Vercors, et qui sont l’occasion, à la charnière de deux années, de regarder un peu en arrière et de tourner nos yeux vers les mois à venir. 

L’année 2024 a débuté en Palestine comme 2023 s’était terminée, par l’étalage terrible du déchaînement de violences, de bombardements d’hôpitaux, de chiffres glaçants concernant les victimes et de promesses d’une poursuite du massacre. En ce début d’année 2024, n’assistons-nous pas en direct à ce qu’on peut nommer un véritable génocide, de la part d’un État et d’individus d’extrême droite qui ne cachent pas leur volonté d’en finir avec la question palestinienne en en finissant avec le peuple palestinien. D’après l’UNICEF plus de 5000 enfants auraient été tués et des milliers d’autres blessés, des dizaines de milliers d’humains ont été tués, 1,7 million de personnes, dont la moitié sont des enfants, ont été déplacées, l’accès à l’eau, à la nourriture, au carburant et aux médicaments est insuffisant ! … Gaza, une enclave inhabitable, un lieu de mort selon l’ONU ! 
En ce début 2024, la guerre en Ukraine se poursuit, interminable, sans fin et s’intensifie. Une année 2024 qui débute dans la honte de nous, parler de lassitude, de remettre en cause l’aide à ce pays, de l’oubli de ces humains livrés à la violence et la folie de ce salopard de Poutine et de ses sbires, et des tractations des USA. Une année 2024 avec le déclenchement de la « campagne d’hiver » qui annonce dans un silence assourdissant un nouveau cortège de morts, de blessés, d’horreurs banalisées.
Ainsi, à Gaza, avec une situation pas seulement due à la continuation d’une guerre coloniale vieille de plus de 75 ans, en Ukraine, encore une histoire qui plonge dans des passés fantasmés, mais partout dans le monde, on assiste à des tendances lourdes aux crises et aux guerres toujours plus meurtrières qui n’ont cessé de s’accentuer depuis 2008. La dynamique de réarmement des puissances européennes et l’accroissement des tensions entre la Chine et les Etats-Unis témoignent de cet état de fait et de la surenchère militariste et belliciste partout dans le monde. Par exemple, l’escalade en cours dans la région de l’Esequibo, attribuée au Guyana à la fin du XIXème siècle par les puissances coloniales réunies à Paris, et revendiquée par le Venezuela sur fond de concurrence avec l’Angleterre et les États-Unis et de très gros intérêts pétroliers, est une autre illustration des dérives actuelles et des réactivations nauséabondes de conflits parfois gelés voire enterrés depuis des décennies.
Tout ce contexte met à feu et à sang de nombreuses régions du monde, du Haut-Karabakh au continent africain en passant par le Proche-Orient, où lorsqu’on ne meurt pas de la guerre, on meurt de la faim, où de l’exploitation dans les mines de matériaux indispensables au confort informatique des plus riches. Au Soudan, la guerre fait peser le risque d’un nouveau génocide dans le Darfour. Dans la corne de l’Afrique, en Éthiopie, la famine menace la vie de centaine de milliers de personnes, pendant qu’on compte déjà les morts par millions en République démocratique du Congo ou encore au Yémen. A chaque fois, derrière les milices locales, les interventions étatiques, les conflits fratricides et les opérations extérieures, on retrouve les puissances impérialistes et capitalistes qui cherchent à défendre les intérêts de leurs multinationales aux quatre coins du globe.
Et dans le même temps que pensez-vous qu’il se passe pour le capitalisme ? Et bien, les bourses mondiales ont atteint de nouveaux records pour clôturer 2023. Les marchands d’armes ont enregistré des bénéfices historiques, augmentant les actions du secteur de 23% au cours de l’année écoulée. Dans ce contexte, et sur fond de crise inflationniste, dans une éternelle répétition de l’histoire, ces dynamiques se cristallisent politiquement par le durcissement des régimes partout sur la planète et par l’avènement de nouvelles forces politiques d’extrême-droite qui se veulent les championnes de l’application de grandes offensives anti-sociales et xénophobes contre les plus faibles, mais aussi les travailleurs, la jeunesse, les malheureux fuyant le pire et l’ensemble des classes populaires.
Tout cela contribue à l’amplification de cette dynamique d’autant plus mortifère que les effets d’une planète qui se réchauffe dangereusement, d’une atteinte sans précédent à la biodiversité, et d’une prédation toujours plus grande du vivant, aggravent la situation et contraignent toujours plus d’hommes, de femmes et d’enfants à l’exil, et bien souvent à la mort dans la mer Méditerranée, dans la Manche ou aux frontières de pays qui dépensent des sommes astronomiques pour construire des murs, poser des centaines de kilomètres de barbelés, et réunir des armées de vigiles. Rappelons aussi que l’année 2024 pourrait être la première à connaître une température moyenne globale de surface supérieure au seuil de 1,5 degrés au-dessus de l’ère préindustrielle selon  l’Organisation météorologique Mondiale (OMM), que la température mondiale de la surface des océans a dépassé le record mondial de chaleur de 2016, alors qu’on est censé être proche du plus froid de l’année, et que… la COP28 a été une nouvelle mascarade cynique, avec une présence incroyable de lobbyistes du pétrole. N’oublions pas que les multinationales pétrolières distribuent en ce moment des dividendes records de 100 milliards de dollars à leurs actionnaires pour la nouvelle année. De belles étrennes que voilà !
Ces dernières années, les tendances à la crise économique et aux crises organiques qui ont continué de s’approfondir, ont aussi ouvert une nouvelle période intense de luttes et de révoltes populaires sur l’ensemble du globe. En effet, les dynamiques réactionnaires et prédatrices ne sont pas les seules possibilités et options contenues dans cette période. L’histoire montre aussi que les grands moments de déstabilisation du capitalisme ouvrent la voie aux crises, aux guerres, mais aussi aux perspectives de grands changements de modèles, économiques, écologiques, éducationnels et politiques. Depuis 2008, les luttes contre ce système ont connu un regain puissant à l’échelle de la planète, de l’Europe à l’Amérique latine en passant par l’Asie du Sud-Est. En 2023, aux Etats-Unis, les travailleurs de l’automobile ont mené pendant plusieurs mois un combat historique contre les trois géants de l’industrie. En France, le cycle de lutte de classes qui s’est ouvert en 2016 a donné lieu à près d’une lutte d’ampleur par an, avec des pics inédits depuis des décennies de radicalité, comme le mouvement des Gilets jaunes ou le soulèvement des quartiers populaires de l’été 2023, et de massivité, comme la bataille contre la réforme des retraites. 
Dans ce monde en pleine tourmente, les mobilisations contre ce système prédateur, ces violences d’état, cette violence quotidienne promue par des régimes qui exhalent du nauséabond pourraient être une bonne nouvelle pour l’année à venir. 
En France, face à ce président, ce gouvernement et à l’extrême-droite, 2024, face au durcissement autoritaire du régime dont la promulgation d’une loi Immigration qui tire son esprit du programme historique de l’extrême droite, l’union des forces d’humanité doit permettre de commencer à bâtir une riposte d’ensemble, contre une politique indigne, contre ce système qui soutient tous ces génocides, pour les salaires et contre la misère, pour la vie digne. 
Ceci se réalisera-t-il, jusqu’à permettre de véritables changements et de véritables rejets de la peste brune, de la violence, de la prédation, de l’appropriation du monde par un petit nombre d’individus ? C’est en tout cas le défi, l’enjeu et le souhait qui pourrait être formulé en ce début de 2024.

Alimentation, transports, consommation… tout doit changer dans nos modes de vie jusqu’à notre rapport au temps. Nous ne cessons d’accélérer. Dans notre consommation d’énergie, de matières premières, d’eau et de nombreux autres indicateurs, tous les compteurs explosent dans une « grande accélération » depuis les années 1950. En attendant et pour espérer voir bouger les lignes, qu’est-ce qui nous attend en 2024 sur le champ de l’écologie, du climat et des défis à relever ? 
Je vous invite à aller voir au cinéma le documentaire intitulé Jeunesse (Printemps) du réalisateur chinois Wang Bing, qui a filmé pendant 5 ans la jeunesse chinoise exploitée dans les ateliers d’habillement, vivant dans la crasse, travaillant 13 heures par jour, 6 jours par semaine, 18000 ateliers dans une seule ville pour 300000 travailleurs exploités et sous-payés… un désastre humain et environnemental, une jeunesse épuisée, le tout entretenu par ce système de consommation effrénée ! 
En France, la loi de souveraineté énergétique sera présentée en début d’année avec plus de six mois de retard. Elle ne porterait que sur la production énergétique et devrait être rebaptisée « Loi de souveraineté énergétique ». Elle fixera des objectifs en matière de production énergétique, de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de rénovation énergétique, de sobriété énergétique ou encore de sources d’énergie bas carbone. 
Du 6 au 9 juin 2024 auront lieu les élections européennes pour désigner les députés qui siègeront au Parlement européen pendant cinq ans. D’ici là, l’objectif pour la Commission européenne est de faire aboutir un maximum de textes dans le cadre du Green Deal. La Belgique, qui succède à l’Espagne à la présidence tournante du Conseil de l’UE le 1er janvier 2024, devra notamment tenter de décrocher un accord important sur l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre à 2040. Il devrait se situer entre 85 et 90%. Alors que la droite et l’extrême-droite se sont alliées pour faire de l’écologie l’ennemi numéro un, le sujet devrait cristalliser les débats électoraux. Le risque est que le Green Deal ne soit définitivement enterré selon l’issue du scrutin.
Les 22 et 23 septembre 2024, sous l’égide des Nations-Unies, se tiendra à New-York le Sommet de l’avenir. Il s’inscrit dans le cadre de la réforme de l’architecture financière internationale et dans la continuité du Sommet pour un nouveau pacte financier mondial, qui s’est tenu en juin 2023 à Paris. Le Sommet devrait être « une occasion unique de renforcer la coopération sur les défis critiques et de combler les lacunes de la gouvernance mondiale, de réaffirmer les engagements existants, notamment envers les objectifs de développement durable et la Charte des Nations Unies, et de progresser vers un système multilatéral revigoré qui est mieux placé pour avoir un impact positif sur la vie des gens ».
La COP16 Biodiversité se tiendra en Colombie, du 21 octobre au 1er novembre 2024. Deux ans après l’accord de Kunming-Montréal conclu en 2022, qui vise à préserver 30% des terres et des mers de la planète d’ici 2030, cette COP sera l’occasion pour les pays de présenter leurs stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité (SPANB). La COP16 Désertification se tiendra quant à elle à Riyad, en Arabie saoudite, du 2 au 13 décembre 2024.
La COP29 Climat se tiendra à Bakou du 11 au 22 novembre 2024 et portera sur la question des financements. Les États devront y adopter un nouvel objectif financier quantifié qui viendra remplacer la promesse de 100 milliards de dollars fournis chaque année par les pays développés aux pays en développement d’ici 2025 pour les aider à faire face au changement climatique. Cet objectif atteint avec trois ans de retard, a crispé les relations Nord-Sud. 
Bien sûr, le choix de l’Azerbaïdjan comme pays hôte qui dépend à 80% des énergies fossiles, interroge ! 
2024, une année qui s’ajoute aux précédentes sur le chemin à parcourir pour préserver nos libertés, tendre vers l’égalité, redécouvrir la fraternité et instaurer enfin le respect et la dignité aux humains et non-humains.

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots de Deleuze dans Nietzsche et la Philosophie : « La bêtise est une structure de la pensée comme telle : elle n’est pas une manière de se tromper, elle exprime en droit le non-sens dans la pensée. La bêtise n’est pas une erreur, mais un tissu d’erreurs. On connaît des pensées imbéciles, des discours imbéciles qui sont faits tout entiers de vérités ; mais ces vérités sont basses, sont celles d’une âme basse, lourde et de plomb. La bêtise et, plus profondément, ce dont elle est le symptôme : une manière basse de penser. […] Lorsque quelqu’un demande à quoi sert la philosophie, [les Nowakowskismes], la réponse doit être agressive, puisque la question se veut ironique et mordante. […] [Ils servent] à nuire à la bêtise, [ils font] de la bêtise quelque chose de honteux ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/les-cinq-grands-rendez-vous-climat-de-l-annee-2024-151987.html
https://www.revolutionpermanente.fr/2024-vers-une-annee-de-crises-de-guerres-et-de-revoltes-ouvrieres-et-populaires
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-edito-politique/l-edito-politique-du-jeudi-04-janvier-2024-7238366 
https://lundi.am/Questions-questions-pour-en-finir-avec-2023 

Musiques 
Hubert-Félix Thiéfaine, Les dingues et les paumés – https://youtu.be/tpc2eaoeq1I?si=4NGCGVOBI2opFftc
Damien Jurado, Silver Joy – https://youtu.be/1LjNarVhcLU?si=1ioOor2sohRTNLcC 
Harmonium, Les 5 saisons – https://youtu.be/NkNzlf2MczE?si=n2FOLlCz9IlBbwKY 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.9-08012024-11.11/

 

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search