Nowakowskismes 3.14. Mother Earth !

Où est passé le bruissement, ordinaire et familier du monde quand il était en vie? Ce bruissement nous avons appris à nous en passer pour ne pas sombrer dans la folie. Oubliés les chants des oiseaux, oubliés les insectes aussi, oublié le vivant et ce que nous appelions la nature, nature que nous avons condamnée comme l’humanité. En 2019, on avait déjà fait le constat qu’en 50 ans, la moitié des sons de la nature avait disparu ! 
Comment puis-je les oublier ?
Ces mots sont mon témoignage, le dernier témoignage de la bêtise et de la cupidité des hommes qui ont fait de la Terre un astre mort, bien loin de celui que avons connu, il n’y a pas si longtemps que cela. Une planète unique qui suscitait l’émerveillement de ceux qui savaient admirer, hûmer, se fondre dans ces espaces bouillonnants de VIE pour s’y ressourcer !
En 2019, l’alerte mondiale avait bien été lancée ! À maintes reprises !
Après de multiples actions, le lundi 6 mai 2019, je m’en souviens comme si c’était hier, la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques – le « GIEC de la biodiversité » comme on l’appela alors, publia un nouveau rapport qui jeta à la face de tous, un état des lieux d’une gravité sans précédent, une situation terrible, des chiffres terrifiants qui ont fait alors la une de tous les médias. 
S’affichait alors en toutes lettres que le taux de disparition de la vie sauvage était des dizaines, sinon des centaines de fois plus élevé que durant les derniers dix millions d’années ; qu’un million d’espèces animales et végétales, terrestres ou marines – soit une sur huit –, étaient menacées de disparition. Et que le rythme s’accélérait dramatiquement. Les extinctions de masse, la Terre les connaît ! Voilà 65 millions d’années, la cinquième extinction de masse fauchait, en même temps que les dinosaures, les trois quarts des espèces présentes sur Terre. D’autres précédentes crises, des centaines de millions d’années plus tôt, avaient éliminé jusqu’à 95 % du vivant.
Nous n’en étions heureusement pas encore là. Mais nul ne pouvait plus l’ignorer : la planète s’acheminait dans l’indifférence quasi générale vers la sixième extinction de masse. Celle-ci risquait de se produire non plus à l’échelle des temps géologiques, mais en quelques décennies seulement. Avec un unique responsable : l’homme. 
Les chiffres étaient là ! Devant nos yeux ! Seuls quelques-uns luttaient avec l’énergie du désespoir, la jeunesse des états riches reprochant à leurs ainés d’avoir vécu en égoïstes, sans se préoccuper de l’avenir, en satisfaisant leurs besoins de consommation immédiats et destructeurs. Des activistes tentaient des actions coups-de-poing afin de marquer les esprits et les médias – en vain ! 
A Paris, en mars 2019, 50 000 manifestants marchaient pour le climat et c’était un étonnement joyeux, un peu comme une gay pride, avec la techno et des slogans élaborés sous forme de jeux de mots coquins. La grève mondiale pour le climat était lancée, avaient-ils dit.
Puis en quelques mois, l’écologie changea de style. Greta Tumberg la jeune militante suédoise devenue une icône, a cassé le monde en deux : ceux qui défendaient le monde qu’elle proposait et ceux qui lui résistaient. Le Parlement britannique avait alors déclaré l’urgence climatique suite à la demande des activistes du climat d’Extinction Rébellion qui voulaient alerter et ce de façon de plus en plus spectaculaire, toujours en prônant la désobéissance civile. Extinction Rébellion a  réussi à bloquer la capitale britannique pendant 11 jours. Il avait même été décidé de bloquer le pont de Waterloo pour y mettre un jardin et une rampe de skate, pas pour emmerder les gens mais pour créer du trafic, pour faire du bruit – faire du bruit pour que les humains se réveillent !
Et bien sûr, toujours les mêmes réactions,  ça empêchait les honnêtes gens d’aller travailler ! C’était inacceptable parce que ça créait bouchons ! Ce qui se passait là, c’était tirer la sonnette d’alarme pour toute la population, que leurs réactions n’étaient qu’une protection de leur petit confort immédiat et ordinaire. Et puis, 10 jours après, ce fut le tour de l’Irlande. L’irlande déclara aussi l’urgence climatique sous la pression.
Je me souviens très bien de toutes ces actions en parallèle, de toutes ces marches pour les climat, des pétitions, des grèves scolaires, des « profs en transition », des tribunes, des documentaires, des essais, que d’appels au sursaut !
En mai 2019, nous étions en période électorale, les élections européennes. Alors que l’alarme sur l’effondrement du vivant n’avait jamais été aussi forte, la France et son gouvernement, au même moment, ne trouva rien de mieux à dire que trop de biodiversité nuisait à la croissance. Ce gouvernement priva le Conseil National de Protection de la Nature, l’une des plus anciennes et plus vénérables institutions de protection de la nature, de sa capacité à protéger les espèces menacées. Le Conseil national de protection de la nature (CNPN) perdit son droit de regard sur les demandes de dérogation à la protection des espèces protégées. Les procédures anciennes obligeaient les porteurs de projet d’aménagement (autoroute, grande surface, plateforme de forage pétrolier, parc éolien, aéroport…) à obtenir l’autorisation de la puissance publique si leurs travaux impactaient l’habitat ou les conditions vitales de la faune et de la flore sauvages protégées. Le CNPN devait être saisi pour recueillir son avis, consultatif. Un décret fut signé pour confier cet avis auprès d’instances nommées par les préfectures et les collectivités plus vulnérables aux pressions des responsables politiques et économiques locaux ! Le CNPN avait été créé en 1946 et fut une institution fondatrice du droit de l’environnement en France. Ses travaux avaient conduit à la création des parcs nationaux et réserves naturelles, via la loi de protection de la nature de 1976. En 2019, on le torpilla !
Je vois encore les premières pages des journaux, j’entends encore les annonces à la radio et la pseudo-indignation et mobilisation politique. De tout, je me souviens ! 
1 million d’espèces vivantes étaient menacées d’extinction, ce qui représentait un rythme de disparition jamais connu depuis 10 millions d’années de vie sur la Terre. Pas moins de 75 % de la surface des terres était sérieusement endommagée. La productivité de la Terre décroissait sur près d’un quart de la surface du globe. 66 % des océans étaient de plus en plus affectés par des effets cumulés de dégradation. 85 % des zones humides avait disparu. Depuis 1870, la moitié des coraux avaient été détruits et un quart des espèces animales était en voie d’extinction. Entre 2010 et 2015, 32 millions d’hectares de forêts primaires avaient été détruits. Pas moins de 40 % de l’environnement marin avait ainsi été gravement endommagé, tout comme trois-quarts des surfaces agricoles et la moitié des cours d’eau terrestres.La sixième extinction de masse était déjà en route, et les cinq grandes causes étaient toutes liées à l’activité humaine : la surexploitation des ressources, la dégradation des habitats, les pollutions diverses, la prolifération des espèces invasives et le dérèglement climatique. 
Le taux d’extinction des espèces dans le monde était « des dizaines et même des centaines de fois plus élevé » que la moyenne des 10 derniers millions d’années, et il s’accélèrait ! Plus de 500 000 espèces terrestres disposaient « d’un habitat insuffisant pour leur survie à long terme ». On savait très bien que depuis 1900, les espèces terrestres qui peuplaient la planète, menacées ou non, avaient vu leur abondance décliner en moyenne de 20%. 
Et ce n’était pas tout ! 80 % des insectes d’Europe avaient disparu en l’espace de 30 ans. Personne ne s’inquiétait outre mesure quand, après un déplacement en voiture, l’été, il n’y avait plus d’insectes sur leur pare-brise ! Chouette plus besoin de lave-glace démoustiquant ! Ce fut une extinction à « effet domino » qui mena à l’extinction de 400 millions d’oiseaux de la même zone. Les oiseaux mais aussi d’autres prédateurs d’insectes ont suivi, comme les hérissons, les lézards et les amphibiens. 
Mais tout allait bien pour certains, on avait réussi à faire réapparaître des espèces ! Bonne nouvelle ! On peut en discuter ! On peut certes agir mais comme toujours c’est toujours plus sexy de réintroduire le lynx ou le bison d’Europe, … que des insectes ! Confondre communication et action mène au mur ! 
Même des chiffres comme ceux-ci n’ont mené à rien ! 125 milliards de dollars, c’était la valeur estimée des services rendus par la nature : soit une fois et demie le PIB mondial ! Mais bof ! Des chercheurs en quête de célébrité proposèrent de remplacer les pollinisateurs par des petits robots ! En voilà une belle idée ! En effet, nous tirions profit du travail des insectes pollinisateurs dans les cultures, dont dépendaient un milliard et demi d’emplois dans le monde. On pouvait aussi prendre en compte les recettes de la médecine naturelle et les quatre milliards d’individus qui utilisaient plantes et autres espèces vivantes pour se soigner. Mais aussi, les deux milliards de personnes qui dépendaient du bois pour l’énergie… 

La réponse à l’alerte des scientifiques et des citoyens fut mise entre les mains des gouvernements. Déjà, en 2010, lors de la Conférence sur la diversité biologique d’Aichi, au Japon, ils s’étaient fixé des objectifs ambitieux, dont aucun ou presque n’avait été en passe d’être atteint. Ils s’étaient donnés rendez-vous fin 2020 en Chine, pour une nouvelle session de cette conférence pour prendre des engagements précis, déclinés en politiques publiques et associant l’ensemble des acteurs de l’économie et de la société civile. Ce posait évidemment la question d’un mode de développement moins prédateur pour la nature et de financements alloués à la préservation et à la restauration de la biodiversité et de leur juste répartition entre pays riches et pauvres. Ça n’a rien donné ! 
En 2019, quelque 8 milliards d’euros par an étaient affectés au niveau mondial pour la restauration de la biodiversité, les experts estimaient qu’il en aurait fallu entre 200 et 300 milliards chaque année. 
A combien avons-nous évalué le prix du vivant ? Evidemment, pas suffisamment ! Le monde qui est le mien aujourd’hui, détruit et stérile, est la preuve de nos échecs et nos désertions face aux profits immédiats, à la satisfaction immédiate des intérêts et des désirs, et des carrières et des lobbies ! 
Le tissu vivant de la Terre, essentiel et interconnecté, s’est réduit et s’est effiloché de plus en plus vite, les équilibres dont dépendaient les espèces étant détruits. On savait que les conditions étaient en place pour « une évolution biologique rapide – si rapide que ses effets peuvent être vus en à peine quelques années ou encore plus vite ». Et cette extinction menaçait la vie humaine ! Même pour ceux qui accordaient peu d’importance au sort des animaux ou des plantes avaient de quoi s’inquiéter de l’état de la biodiversité parce que « la plupart des contributions de la nature ne sont pas entièrement remplaçables », et certaines ne le sont pas du tout. On savait que 75% des types de cultures utilisés dans le monde reposaient sur la pollinisation par les animaux. 
En bonnes autruches, les têtes enfoncées dans du sable pollué, nous avions complètement occulté le fait que les écosystèmes menacés jouaient un rôle crucial, que les écosystèmes marins et terrestres étaient les seuls puits pouvant absorber nos émissions de carbone, que « les forêts captaient du carbone, empêchaient les inondations », qu’elles étaient des lieux de détente, de retour à nous-mêmes et de contemplation qui manqueraient terriblement aux êtres humains – et ça ! je peux vous le confirmer !
En 2019, un quart de toutes les espèces animales et végétales répertoriées étaient menacées, et nous avons laissé faire. Partout, des variétés locales de plantes et d’animaux disparaissaient, menaçant gravement la sécurité alimentaire du monde et c’est arrivé. Certains bouleversements étaient irréversibles et nous le savions ! Par exemple, nous avions observé le cas des sardines de Namibie : surexploitées, elles avaient disparu des eaux autrefois très poissonneuses du large de ce pays d’Afrique. Les méduses les avaient remplacées qui à leur tour avaient entraîné une prolifération du phytoplancton. La masse microbienne alors engendrée consommait tout l’oxygène présent dans les eaux qui étaient devenus impropres à la vie. Et cet exemple en est un parmi tant d’autres, comme les destructions dues à la fertilisation des sols par les engrais chimiques concentrant de grandes quantités de phosphates et de nitrates dans les cours d’eau qui étaient devenus mortels pour une partie des espèces qui y habitaient.
Voilà ce que nous avons fait ! 
En toute conscience, en continuant notre chemin mortel en refusant d’en voir les signes avant-coureurs. Le président des USA, le dernier avant la catastrophe n’a fait qu’amplifier le mouvement pour se garantir une ré-élection, les dirigeants européens n’ont vu que leurs intérêts à court terme, la croissance et la préservation des intérêts des lobbies pétroliers, de l’automobiles, de l’agro-alimentaire ! C’était un temps où 20% des plus riches possédaient 94% de la richesse mondiale, 2% les plus riches possédaient plus que 50% de la population mondiale !
Et, dans les plus riches, il y avait les géant du numérique, du web, du eCommerce, … l’intelligence artificielle ! Je me souviens que vers 2019, 45 000 contenus concernant l’intelligence artificielle étaient postés chaque semaine sur le web ! 
Optimiser un service, installez une plateformes ! Faire des économies, dématérialisez le service ! Une éducation moderne, vive le lycée 4.0 ! Une application pour tous les problèmes de la vie professionnelle et quotidienne ! 80 milliards d’objets connectés ! Nous étions peu nombreux à rappeler que chaque consultation d’une page web se soldait par l’émission de 2 g de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et la consommation de 3 centilitres d’eau. A l’échelle mondiale, internet était un 6e continent qui « pèsait » chaque année 1037 TWh d’énergie, 608 millions de tonnes de gaz à effet de serre et 8,7 milliards de m3 d’eau douce. Soit environ 2 fois l’empreinte de la France de 2019 ! 
En plus d’être colossaux, les impacts environnementaux du numérique étaient multiples. Il était responsable de l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables, de la pollution de l’air, de l’eau et des sols induisant des impacts sanitaires contribuant à la destruction des écosystèmes et de la biodiversité, des émissions de gaz à effet de serre contribuant au changement climatique, … sans parler des conditions d’extraction des terres rares et des métaux indispensables à leur fonctionnement ! La purification d’une tonne de terres rares indispensables aux tablettes qui s’installaient partout, contaminait au moins deux cents mètres cubes d’eau avec toutes les conséquences liées au manque d’eau potable sur l’agriculture et les habitants. Au Chili, premier producteur mondial de cuivre, le déficit d’eau était tel qu’il a conduit les groupes miniers à utiliser 50 % d’eau de mer dessalée, et dessaler l’eau est un processus extrêmement énergivore. Internet, le numérique, une nouvelle frontière, une utopie que les pionniers revendiquaient en ces termes « Gouvernements du monde industriel, vous, géants fatigués de chair et d’acier, je viens du cyberespace, La nouvelle demeure de l’esprit. Au nom du futur, je vous demande à vous, du passé, de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez pas de souveraineté là où nous nous rassemblons. » Et bien ces pionniers qu’ont-il fait d’autre que d’accélérer le processus infernal qui nous a conduits à ces temps funestes. 
Je me souviens très bien de ce Mai 2019, à la veille des élections européennes où les listes affichaient l’écologie comme décoration dans leurs programmes toujours aussi vides ; le 10 mai 2019 le jour du dépassement ; en Mai 2019, tout était parfait, Total avait atteint ses objectifs, produire 3 millions de barils par jour dans sa logique de mise à sac des ressources de la planète ! Mai 2019, où on apprit qu’une fièvre hémorragique porcine foudroyante commença à décimer les cheptels de porcs ! 
Puis, le permafrost a fondu et a libéré dans l’atmosphère du dioxyde de carbone et du mercure en très grandes quantités, mais aussi des virus et des bactéries qui nous ont infectés.
Inondations violentes, typhons meurtriers toujours plus fréquents, assèchement de points d’eau, montée du niveau de la mer… Ces événements, dont la fréquence et l’ampleur étaient renforcées par le changement climatique, avaient contraint des millions de personnes à migrer. L’ONU prévoyait 250 millions de réfugiés climatiques dans le monde en 2050. 
En 2019, la question de la qualité de l’air intéressait peu alors que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) montraient que 9 personnes sur 10 respiraient un air contenant des niveaux élevés de polluants et donnaient des estimations révélant que 7 millions de personnes mouraient chaque année à cause de la pollution de l’air ambiant (extérieur) et à cause de la pollution de l’air à l’intérieur des habitations. 
D’ailleurs, 30 ans plus tôt, en 1989, les principales puissances mondiales étaient à deux doigts de signer le premier traité international juridiquement contraignant pour imposer une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais, au tout dernier moment, les Etats-Unis firent capoter l’accord… tout était déjà là ! 
Voilà, dans ce monde, les oiseaux ont disparu. 
On racontait qu’en enfer, il n’y avait pas d’oiseaux pour que les damnés ne puissent lever les yeux vers le ciel. 
La Terre est devenue un enfer de pollution, de sécheresse et de dérèglements climatiques, la sixième extinction de masse est advenue. Tout est allé très vite, l’effet domino des dérèglements cumulés a fait s’accélérer la chute, avec ses conséquences sur les activités humaines, mais surtout sur les conditions de la vie sur la Terre. Les pôles ont fondu, le niveau des océans a atteint un niveau jamais atteint auparavant, toutes les infrastructures lourdes ont été détruites. Avec ceux qui ont survécu, nous tentons de donner sens à notre survie, en tentant un nouveau départ.  
Certaines parties du réseau internet ont survécu, nous sommes retournés aux bases qui ont permis son émergence, à savoir un réseau symétrique permettant l’interconnexion des humains sans avoir à passer des plateformes centralisatrices et prédatrices ! On a repris l’ancienne expérience du MBones, du ipmulticast, d’un modèle qui n’inclut pas en lui la prédation des données. Nous tentons de reconstruire une informatique basée sur un modèle de soutenabilité, dimensionnée à nos besoins, et surtout à nos ressources et nos moyens ! Pas à pas comme les explorateurs du Nouveau monde, nous avons réussi à localiser des lieux de préservation du vivant et de sa mémoire vive : des réserves de graines, des banques de semences de différentes espèces, des bibliothèques.
Nous avons réussi à réactiver le réseau IRIDIUM et sa constellation de satellites circulant sur une orbite terrestre basse et ainsi nous avons créé des liens entre les petits groupes de survivants. Cette constellation de satellites avait été lancée dans les années 90 par Motorola pour couvrir l’ensemble du globe et notamment les zones les plus reculées (ils visaient par exemple le personnel des plates-formes pétrolières). Elle devait compter 77 satellites (le numéro atomique de l’iridium) et finalement seuls 66 furent envoyés en orbite car la société a fait faillite avant.
Nous reprenons l’expérience d’Auroville que sa créatrice Mirra Alfassa défendait en affirmant qu’« il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire « il est à moi » ; où tout homme de bonne volonté ayant une aspiration sincère pourrait vivre librement comme un citoyen du monde et n’obéir qu’à une seule autorité, celle de la suprême vérité ; (…) dans ce lieu idéal, l’argent ne serait plus le souverain seigneur ; la valeur individuelle aurait une importance très supérieure à celle des richesses matérielles et de la position sociale. (…) En résumé, ce serait un endroit où les relations entre êtres humains, qui sont d’ordinaire presque exclusivement fondées sur la concurrence et la lutte, seraient remplacées par des relations d’émulation pour bien faire, de collaboration et de réelle fraternité. » Nous écrivons un nouveau récit planétaire où l’humain n’est plus au sommet de la hiérarchie. Recyclage, parcimonie, énergie propre, éducation, proximité, … Nous redécouvrons le concept de « l’Ephemeralization » inventé par Buckminster Fuller. L’ephemeralization c’est : « Faire de plus en plus avec de moins en moins, jusqu’à tout faire avec rien. »
Alors, nous essayons de re-vivre, …. mais il n’y a plus d’arbres et plus d’oiseaux et si peu d’eau ! Qu’est-ce que vivre sans leurs chants ? Qu’est-ce que vivre sans nos frères-arbres ? 
Voilà !
Et pour finir juste les quelques mots qui ont traversé le temps sur la page d’accueil du site qui était dédié à l’expérimentation MBones, 
« From human minds comes creation of what will be… 
De l’esprit humain vient la création de ce qui sera … »
Espérons !

Sources
Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial « Terre » R. Buckminster Fuller
Anoptikon, Olivier Auber
Siècle bleu, Jean-Pierre Goux
Livre blanc Numérique et environnement, 2018. http://www.transitions2.net/catalogue/view/2032/livre-blanc-numerique-et-environnement-2018 

https://www.ipbes.net/news/Media-Release-Global-Assessment-Fr?fbclid=IwAR33SR81h52N-eMts-S5U77V1PYgm9VFxMvUy0vwjm2GE69QqoJw3GzfVkw

« L’Irlande déclare à son tour « l’urgence climatique », dix jours après le Parlement britannique » 

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/10/apres-le-royaume-uni-le-parlement-irlandais-declare-a-son-tour-l-urgence-climatique_5460459_3210.html

« Pour le gouvernement trop de biodiversité nuit à la croissance » in Mediapart. 05.05.2019 https://www.mediapart.fr/journal/france/050519/pour-le-gouvernement-trop-de-biodiversite-nuit-la-croissance  
Pourquoi n’y a-t-il plus d’insectes sur vos pare-brise ? France culture du 13.02.2019. https://www.franceculture.fr/ecologie-et-environnement/pourquoi-ny-a-t-il-plus-dinsectes-sur-vos-pare-brises 
Bientôt une banque européenne pour le climat ? in Libération, 07.05.2019. https://www.liberation.fr/planete/2019/05/07/bientot-une-banque-europeenne-pour-le-climat_1725116 
Acoustique : quand la science écoute le chant du monde

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/acoustique-quand-la-science-ecoute-le-chant-du-monde

Ambiances
Several Species of Small Furry Animals Gathered Together in a Cave and Grooving With a Pict, Pink Floyd, Ummagumma
ITAIPU The Canyon, Mato Grosso, Philip Glass & Atlanta Symphony Orchestra and Chorus


Nowakowskismes 3.13. Retour à San Francisco

La dernière fois, c’était il y a plus de 15 ans, la dernière fois, c’était à un autre tournant de ma vie, je quittais pour revenir, je revenais à San Francisco pour la quitter pour longtemps. En cet avril 2019, j’y retourne, je veux revoir San Francisco, la baie, la côte Pacifique avec ses rubans de varech, les éléphants de mer, les vols de pélicans, le Pacifique … puissant. Il n’est jamais évident voire bénéfique de marcher dans des pas anciens, de venir troubler la mémoire, de réveiller les jours anciens qui constituent une part de soi-même. Mais, un appel impérieux, présent là depuis longtemps, « il faut que j’y retourne ! » s’est enfin matérialisé, je l’ai écouté, et j’y réponds aussi parce que cette année 2019 est un bel anniversaire. En cet avril 2019, billets achetés, voiture louée, hébergement pour les premiers jours dans la baie réservé… il ne restait plus qu’à la patience d’agir jusqu’au jour J. 

Pourquoi San Francisco ? Allez savoir ! Déjà un imaginaire de toujours, la musique, un monde que j’ai frôlé, vécu, des lieux, des livres, une adresse, un pont, un air, le bout du monde rêvé… poésie de la poiétique de mon monde intérieur, et de nos rêves. 
Peu de préparatifs, mais un peu quand même ! En cette année 2019, il faut prendre en compte les tarifs pour se loger à San Francisco ! Même avec une offre pléthorique, Air B’n B et autres, finis les coins inattendus dans les interstices de la cité, finie une porte toute simple comme le Basque Restaurant au coeur de Chinatown, du Basque entre les idéogrammes, le Basque Restaurant de mon premier passage au tout début des années 90… pour quelques dollars la nuit, à quelque pas de Telegraph Hill, en route vers le Japon. Où sont les petits coins abordables du côté de Palo Alto, Mountain View et Cupertino, dans lesquels j’ai erré, travaillé, rêvé … il y a près de 25 ans ! Un quart de siècle ! 
Cette année, ce n’est pas un pèlerinage, ce n’est pas marcher dans les vieilles traces, ce n’est pas chercher à retrouver, cette année, j’ai juste besoin de revenir ici, … respirer, voir, partager et vivre l’air d’ici. 
Enfin, le jour du départ… un samedi matin, un voyage qui débute tranquillement, train, changement, correspondance, train encore puis l’aéroport, Charles de Gaulle, Terminal 1. Puis une petite pause pour se restaurer, dans un espace ménagé, un interstice, parmi toutes les chaines internationales de mauvaise bouffe qui peuplent tout le rez de chaussée du Terminal, écrasantes, omniprésentes, inévitables, un inattendu délicieux, une brèche par Thierry Marx, un moment rassérénant avant les 12 heures de vol qui s’annoncent, une ouverture dans le néant gastronomique de ces halls d’aéroport, nourrissant les humains comme du bétail en batterie. 
L’embarquement se passe bien… dans la cohue « normale » d’un embarquement où une majorité des voyageurs a acheté son accès Premium ou Prioritaire pour être prioritaire… quelques euros pour passer avant les autres… une aubaine non ! ? Mais comme tout le monde veut passer avant les autres, ils sont tous à s’embouteiller pour être les premiers dans l’avion !.. 
Malgré cela, l’embarquement se termine à l’heure, prêts pour le décollage.. et là patatras… un problème a été détecté dans la soute à bagages, l’avion est un Boeing, et suite aux derniers accidents graves, c’est prudence au niveau maximum ! Les ingénieurs de chez Boeing doivent venir, poser leur diagnostic, faire un rapport et autoriser ou pas le décollage… et donc plus de 2 heures d’attente… pour la délivrance d’un certificat qui permettra à l’avion de quitter son parking. Enfin, le message du commandant, on va décoller ! Et c’est parti pour un saut de 12 heures par dessus le monde. 
9 heures de décalage horaire plus loin, l’avion se pose à Oakland International. Et là commence une autre épreuve, les contrôles de l’immigration pour l’entrée sur le territoire des USA. Ce n’est plus un certificat, mais une autorisation qu’il faut obtenir. D’abord se connecter sur un appareil – tablette qui vérifie si vous avez bien obtenu l’ESTA, lit le passeport équipé d’une puce électronique, contenant une bonne partie de votre vie, garant de votre identité, composante d’un processus en oeuvre pour faire des humains, des moutons. Tout est parfaitement organisé pour qu’un petit nombre de fonctionnaires gère des flux importants d’êtres animés, en faisant en sorte que le processus ne soit interrompu par aucun accroc, aucune singularité. Une méthode, bien connue depuis l’antiquité, celle des bergers ou des éleveurs chargés de la transhumance de bêtes en grand nombre, méthode qui a d’ailleurs été fortement améliorée dans les mondes concentrationnaires. En effet, qu’il s’agisse de têtes de bétail, de détenus des camps ou de voyageurs à l’aéroport, les procédures sont toujours les mêmes : on met place de longues files jalonnées de balises, signalées par des écriteaux, délimitées de barrières, de cordons, de chaînes… On y ajoute des fonctionnaires en uniforme placés aux points d’hésitation, aux carrefours, aux failles prévisibles, partout où le dispositif pourrait se révéler défaillant. Enfin, on fait planer des menaces plus ou moins explicites pour qui dérogerait aux règles implicites de cet espace, en exhibant à chaque issue des gardes en uniforme prêts à intervenir au premier mouvement de foule…
La garde en question décide d’orienter les voyageurs soit vers une file, soit vers une autre. Une file presque vide, ou une autre déjà très longue. et c’est à celle-ci que je suis obligé de m’agréger ! Peut-être parce que j’ai un passeport français ? Non, non, parce que des français sont dirigés vers la file rapide ! Donc, attendre, un seul guichet ouvert, puis deux, … et une file qui n’avance pas ! Derrière moi, deux jeunes, dont un qui s’est fait rappeler à l’ordre, il voulait passer sur l’autre file. Et ces deux jeunes, la vingtaine, c’est leur conversation qui accroche mon oreille. Des ingénieurs, certainement, des chercheurs, … mais des « cerveaux » c’est ce qu’ils disent d’eux. Ils viennent certainement à San Francisco, sûrs de leur supériorité, à la manière de ce que disait John Winthrop, le pasteur puritain du Mayflower, qui disait : «  Nous serons comme une cité sur une colline, les yeux de tous les peuples […] sur nous ». Ces deux abrutis suffisants vont à la Silicon Valley, « la cité de la colline » et les yeux du monde seront posés sur eux. Ils y croient ! 
L’attente est longue pour enfin arriver au guichet, pour des formalités qui ne dureront que 2 minutes. Puis récupérer la valise qui a été mise sur le côté, évidemment, cela fait plusieurs heures qu’elle est sortie de l’avion et tourne sur le carrousel. La navette vers la centrale de location de voitures, quelques palabres, et ça y est au volant d’une belle grosse Nissan, en route pour le cottage dans la nuit, avec 4 heures de retard, dans le trafic hyper-dense de fin de samedi, avec un système de guidage qu’il faut apprivoiser… mais tout se passe bien ! Sans encombre, et en un temps et erreurs de parcours minimum, le cottage se découvre dans les phares de la voiture, sous les arbres, sur le haut d’une colline. Dormir !
Le premier matin, c’est un réveil très très matinal dû au décalage horaire. Ouvrir les yeux à 3 heures du matin, et essayer de somnoler un peu afin d’attendre le lever du jour, vers 7 heures du matin. Debout, petit thé avec ce qui est disponible dans ce cottage Air B’n B. Evidemment, à cause des retards cumulés, il n’était plus possible de faire les quelques achats nécessaires à la vie dans le cottage. Donc après un dîner avec un thé, un petit déjeuner avec un thé, et le jour qui se lève, la nature tout autour, la baie en bas au loin, les chênes verts, la terrasse en bois, … et surprise matinale, la visite de trois biches venues là pour se nourrir de l’herbe fraiche du jardin. D’ailleurs le cottage est de bois peint en jaune, il est blotti sous un bouquet de chênes verts qui abritent certainement un pic-vert… le code morse qu’il émet lorsqu’il frappe le tronc vient rythmer le silence du lieu. Ça y est ! De retour en Californie ! 
« If you’re going to San Francisco, be sure to wear some flowers in your hair »  qu’il chantait !
Alors, la faim matinale au ventre, il est urgent de prendre la direction de la ville afin de trouver un endroit pour boire un café et manger quelque-chose. La ville, c’est El Sorrente, c’est une ville-banlieue de Oakland-San Francisco, et c’est dans une zone commerciale encore déserte d’un dimanche matin, que j’atterris dans un Bagel’s store, fréquenté par des âmes errantes du dimanche tôt le matin. Puis quelques courses au Lucky d’à-côté, et direction vers le pont de San Rafael, et émergeant de la brume, je m’offre une arrivée majestueuse par le pont de la porte d’Or. Le Golden Gate Bridge est là devant, majestueux, mythique, …, la ville de San Francisco est là, … enfin ! La skyline a changé depuis la dernière fois… des marques nouvelles émergent du brouillard. La Transamerica Pyramid n’est plus le point culminant et identitaire de cette chaînes de sommets du bout du monde. L’air est doux, il n’est pas possible de résister à l’appel du pont, et aux quelques pas qui mènent jusqu’à l’ancienne batterie d’artillerie  qui offre une vue unique sur ce pont qui habite nos imaginaires, et à ma droite, l’ouverture vers le large, le Pacifique. 


Le regard empli de cette vue, d’être là enfin, il faut franchir le pont. C’est quand même quelque chose d’arriver à San Francisco par le Golden Gate Bridge ! Et comme San Francisco se visite aussi à pieds, ce n’est pas si courant que cela au Etats Unis, c’est à l’Exploratorium que je gare la voiture. Et comment passer à côté de cet édifice néo-classique, factice mais si réel… un monument temple, un dôme immense, des colonnes, des chapiteaux de feuilles d’acanthe, et les Muses. 
Marcher à San Francisco, c’est important, parce que marcher à San Francisco, c’est vivre le relief de la ville. On connait tous les rues abruptes à angles droits, on a tous vu Bullitt, mais marcher à San Francisco c’est faire l’épreuve par son corps de son relief singulier. 
Et donc, la marche débute sur la Marina, les superbes maisons blotties les unes contre les autres, c’est dimanche matin, on court, on roule, on fait sa séance de fitness – à gauche la baie, Alcatraz qui se montre, et après quelques centaines de mètres, le Marina Safeway que les lecteurs d’Armistead Maupin connaissent bien. 
Quelques centaines de pas plus loin, toujours la baie à gauche, c’est le raidillon de Fort Mason, pour redescendre vers Fisherman Wharf et la foule des touristes venus du monde entier. Fisherman Wharf qui s’ouvre avec le musée de la marine, paquebot de béton, puis l’alignement des boutiques, des galeries, des restaurants, … jusqu’au Pier 39 et la colonie de lions de mer, logeant sur les pontons depuis toujours – d’ailleurs dans cet avril, ce sont des lions de mer particulièrement énervés par le rut. Depuis des dizaines et des dizaines d’années, avec Alcatraz en arrière-plan, ces lions de mer ont été photographiés par des générations de touristes, plantés là pendant de longues minutes à regarder ces gros mammifères qui dégagent une odeur violente de sauvage. C’est cela aussi la Californie, un état au sommet de la modernité, mais une nature toujours une présente… c’est vrai que l’humain ne s’y est installé qu’il n’y a que quelques instants à l’échelle de la vie !
Le temps a passé, le petit déjeuner est déjà loin, c’est le moment de déjeuner chez Louis, face à la baie. 
Après avoir récupéré et rechargé les accus, de Fisherman Wharf, je remonte par les escaliers vers Telegraph Hill et cette fameuse Coit Tower, ses légendes urbaines, et la vue sur les pentes de la colline, la baie, la Lombard Street, et son serpent-route. Le soleil est là, le printemps est partout sur les pentes de San Francisco, les essences d’arbres sont en fleurs, les pentes sont raides, marcher dans San Francisco est une épreuve physique, et descendre est une respiration, et descendre vers Colombus, c’est se retrouver devant City Lights Books, l’antre de la Beat Generation, l’antre de Lawrence Ferlinghetti qui vient de fêter ses 100 ans, dernier acteur et témoin d’un temps définitivement perdu,… poète toujours, engagé toujours !.. À ma première visite, il était encore à la caisse de sa librairie… une librairie caverne d’Ali Baba, une libraire comme je les aime, des rayons surchargés de livres, des rayons entiers consacrés à l’anarchie, à la lutte, à l’écologie… et, à la poésie – « Poetry as insurgent art » !
La journée se termine, après un café pris au coin de Washington square, la fraicheur du soir se propageant, il est temps de reprendre la voiture et de rentrer dormir dans notre maison jaune sur la colline. 
Un autre matin, c’est sous le soleil et par le Bay Bridge ce coup-ci, la route 101 qui devient Van Ness avenue, à droite du pont le Civic center, ses gratte-ciels, et quelques virages dans la circulation dense d’un lundi matin avant de garer la voiture au pied de Buena Vista Park, à l’entrée de Haight Street, parce qu’aujourd’hui c’est une virée dans le quartier de Jerry Garcia, de Janis Joplin, et tous les autres, Haight Ashbury. On y entre par Haight Street, bordée de maisons victoriennes, chics, riches, on est loin des années 60. Haight street, ce sont des magasins, et des boutiques de pseudo-contre-culture, mais on y est ! Le magasin de guitares est toujours là, mais il n’affiche plus l’avertissement aux guitaristes de passage « No Stairway to heaven ». C’est Haight Ashbury malgré tout, il y a quelque chose qui traine encore dans l’air, ou est-ce simplement moi qui veut le croire ? Haight street se termine par l’incontournable et toujours là, Amoeba Music, où tout ce que tu cherches en musique est forcément là, un hangar remplit de musique en 33 tours, CD, cassettes… trop même ! Un infini dans un espace fini, …, la maison des feuilles ? … des disques ? 
L’errance se poursuit pour une part dans le Golden Gate Park, puis en remontant parallèlement à Haight Street, entre les maisons luxueuses où subsistent encore quelques-unes d’entre elles non encore restaurées, et embourgeoisées. Les hippies ont laissé la place à l’argent, la réussite étalée, ou peut-être que les hippies eux-mêmes sont devenus ces riches propriétaires de ces riches demeures qui bordent mon errance jusqu’à Alamo Square, image iconique de San Francisco, la vue la plus photographiée, et « accepter d’être ici est d’une certaine manière une capitulation spirituelle. Nous ne voyons que ce que les autres voient. Les milliers de personnes qui sont déjà venues ici et les milliers qui viendront dans l’avenir. Nous acceptons de percevoir les choses d’une manière collective. [Alors, nous prenons] des photos en train d’être prises. » Petit clin d’oeil à David Foster Wallace qui fait partie de mes bagages. 
D’Alamo Square à Castro, il suffit de descendre la colline par Castro Street, Castro l’arc-en-ciel, Castro la rangée, juste quelques sex-shops, mais surtout des boutiques et des bars bio ! Castro surplombé par les quartiers luxueux du bas de Buena Vista Park ! San Francisco, Castro, Haight Ashbury n’ont évidemment plus rien des contre-cultures, ils sont LA culture dominante de l’argent, du tape-à-l’oeil, de l’argent qui s’est arrangée pour exclure tout ce qui n’en est pas ! « C’était une maison bleue accrochée à ma mémoire ; on y venait à pieds (maintenant c’est en Tesla ou en gros SUV) ; on n’y frappe pas (c’est évident, les maisons sont gardées et surveillées par de l’électronique ultra-moderne) ; ceux qui vivent là ont jeté la clé… » en fait d’autres ont trouvé et gardé la clé ! Le route du retour m’ arrête à Sausalito, autour d’un feu pour un apéritif, avec la pluie venue du Pacifique. 
San Francisco est maintenant dans le rétroviseur. C’est parti pour un peu de route, « Drivin’ south », plutôt sur les Highways surchargées de véhicules, un flot ininterrompu sur 4 voire 6 voies parallèles à l’assaut des ponts qui enjambent la baie. Bay Bridge vers la route 101 vers San José (on prononce San ‘Osé) et enfin plus petite la 35 vers Half Moon Bay. Half Moon Bay me fait toujours penser à Indiana Jones et la dernière croisade, et son canyon du croissant de Lune. Half Moon Bay ne garde pas la coupe de la vie, c’est une jolie petite ville au bord du Pacifique, à l’écart des grands flux de visiteurs. Les feux ont ravagé les forêts sur les collines, j’avais gardé en mémoire de grandes forêts, de grands arbres. Maintenant les collines sont pelées, la végétation récente repousse, Dans les collines à quelques kilomètres, se trouve La Honda, la ville où Ken Kesey, le gourou de la lutte artiste, et ses Merry Pranksters s’étaient installés. 
Un arrêt et quelques pas, un très bon restaurant italien, ça s’appelle « It’s Italy » ! Et c’est parti sur la route California 1, longeant la côte, l’océan, les falaises, et à proximité de la côte, le dieu Kelp qui étire ses rubans sur des kilomètres. Mais aussi, en arrivant à Santa Cruz, la belle surprise de retrouver les loutres de mer jouant dans les vagues, joyeux animaux qui dorment en flottant sur le dos et en se tenant la main pour ne pas être séparés par les courants marins. Santa Cruz et ses parkings donnant sur l’océan et où les rejetés de l’Amérique vivent dans leurs voitures, Nomadland est partout ! On dit qu’aux USA seuls les parkings sont gratuits, et je vous ça, ce n’est plus vrai ! 
Toujours cap au Sud, la route mène alors à Salinas, la ville de John Steinbeck, la ville de À l’est d’Eden, les Trask et les Hamilton sont là. À Salinas, Steinbeck est partout, à tous les coins de rue. Il y a aussi le Centre international Steinbeck, dans lequel trône un mannequin Steinbeck pour les selfies… Salinas n’a évidemment rien à voir avec le Salinas des romans, Salinas est artificielle, on a l’impression d’être dans un décor de film, tout est artificiel ! Et je comprends pourquoi, parce que Salinas est une copie quasi-conforme de Hill Valley de « Retour vers le futur ». Alors je n’y reste pas, la route se poursuit jusqu’à Monterey, on pense à Monterey Pop, encore une fois à un temps qui n’existe plus. Monterey c’est le centre commercial touristique parfait, avec les vieilles conserveries transformées en magasins de souvenirs – triste vision du monde moderne de mise en conserves du tourisme, de standardisation et de marchandisation de tout ce qu’il est possible de marchandiser ! Heureusement, en m’éloignant de la Main street, de l’aquarium au tarif d’entrée exorbitant, je découvre un petit café, une sorte d’interstice, comme une brèche dans le présent, petit café dont la propriétaire est toute fière et heureuse de me montrer son installation, sa salle de bal et de yoga, ses toilettes décorées et son banc fait de briques chauffantes, et ce qui ne gâche rien, elle sert un café délicieux – denrée très rare aux USA. Touchante et émouvante apparition d’humanité dans un monde mis en boites ! Fuir Monterey parce que Monterey est à fuir, et la fuite mène à Carmel, nichées sous les arbres, Carmel des milliardaires, Carmel dont Clint Eastwood a été le maire, Carmel où il est interdit de couper un arbre, Carmel et ses maisons de bois, Carmel où la richesse est comme rempart à la mise en conserve ! Carmel c’est descendre la main street, bordées de très jolies maisons de bois, entourées d’arbres qui débordent sur la route, vers la plage de sable blanc, fin, et en cette fin de journée, il suffit juste de regarder le coucher de soleil sur la baie pour être bien.
Le matin, aller au sud, c’est emprunter El Camino Real, le chemin du roi qui relie du sud au nord, les 21 missions espagnoles de Californie, le chemin du roi vers Big Sur parce que Carmel-by-the-sea est la porte qui ouvre sur Big Sur, par la célèbre route 1, mince ruban de bitume, entre montagne et l’océan, serpentant entre les éboulis, très récents pour certains parce que le GPS ne donne pas de route vers le sud, la route a dû être coupée récemment – la route 1 entre éboulis, ponts, criques bleues turquoise, à-pics, virages serrés ouverts sur l’horizon, le gaz, le vent qui balaie la côte, et toujours là le dieu Kelp allongeant ses bras. 
Big Sur, c’est retrouver les vieux copains, Henry Miller, Jack Kerouac et aussi Romain Gary dans les premiers et derniers mots de La promesse de l’aube, Big Sur c’est une escapade sur la Terre d’avant les hommes, Big Sur au coeur duquel Henry Miller a trouvé refuge, un havre de paix sous les arbres, des livres partout, le silence, un refuge, un gars avec un tympanon se met à jouer un air cristallin et mélancolique, instant de méditation qui affranchit le temps, ils sont tous là. 
Big Sur s’étire, le ruban de la toute se déroule en des centaines de virages, s’ouvre sur des paysages luxuriants, des criques vertigineuses, des plages de sable blanc ou noir aussi, des falaises comme des bouches hérissées de dents. Puis le chemin quitte les surplombs pour rejoindre le niveau de la mer, les plages sont toutes proches, et occupées par des colonies géantes d’éléphants de mer, tonnes de viande entassées les uns sur les autres profitant de la chaleur du soleil, bain de soleil de géants où chaque centimètre carré de sable se défend à coups de dents, léviathans ignorant royalement les humains et tous leurs yeux électroniques, stockant dans leurs cartes mémoires des milliards de pixels en oubliant de regarder, avant de remonter dans leurs voitures pour continuer leurs mises en pixels d’une réalité qu’ils ne regardent plus. 
San Simeon, Hearst Castle, accessible uniquement en visite guidée en bus et en troupeau, Cambria et sa rue unique bordée de boutiques d’antiquités, jalonnent la route jusqu’à San Luis des Obispo. Et comme toute errance comme celle-ci apporte son lot de surprises, la surprise de cette fin de journée, c’est un hôtel, le Madonna Inn, construction en parc d’attraction à la Disneyland, où chaque chambre est unique et originale, thématique, la mienne sera une caverne, ou un trou de Hobbit, au ras du sol comportant des murs faits de grosses pierres brutes, … la nuit dans le silence d’un « Cul-de-sac » de pacotille.
Le matin est un matin au ciel voilé, le soleil ne sera pas au rendez-vous aujourd’hui, la pluie s’invitera même. Pour une journée de route, de traversée en diagonale de la Californie, ce sera parfait. La traversée du coeur de la Californie vers le parc du Yosemite, voire du Yosemythe. La traversée commence par la 101, puis bifurcation sur la route 46 vers Bakersfield et enfin la route 41, vers Fresno, croisement de routes où s’est tué James Dean le 30 septembre 1955. La route 41 remonte vers le nord-est en de longues et interminables lignes droites traversant des déserts de poussière, d’une terre épuisée par l’agriculture intensive, et plus récemment le manque d’eau, le réchauffement généralisé que nombreux aux USA continuent à réfuter au rythme des panneaux qui affirment « Make California great again » ! La route 41 traverse l’arrière-boutique de la Californie et sa pauvreté. La pauvreté qui explose à l’arrivée à Fresno, ville qui semble à l’abandon ; Fresno ressemble à un décor de film de science-fiction, on y croise des humains errants, des humains malades aux corps tordus, la police est partout en embuscade, et ce qui se dégage de Fresno c’est une ville qui a été abandonnée par la vie. Un arrêt rapide, une sensation de malaise, Fresno est bien loin de San Francisco Bay !
Le route se met à monter, les plaines cèdent la place à des collines rocheuses, des petits arbres, des chênes verts, le ciel s’éclaircit un peu. Puis la pente se fait plus raide, les arbres sont plus hauts, les grands pins d’altitude, la pluie se met à tomber, la température tombe, proche du point de neige, la neige fait de gros tas sur les bas-côtés, il fait froid, il pleut, la route franchit le col qui ouvre sur la descente vers Yosemite Valley. La descente est raide, tortueuse, la route glisse peut-être, il faut rester vigilant, un tunnel et là en panoramique, la vallée ! Avec à gauche El Capitan, au centre Half Dome et à droite Bridalveil Fall – à couper le souffle – toujours comme la première fois, c’était il y a 25 ans ! C’était en été. 
Et les mots de John Muir toujours vrais « [T]he far-famed valley came suddenly into view throughout almost its whole extent: the noble walls, sculptured into endless variety of domes and gables, spires and battlements and plain mural precipices, all a-tremble with the thunder tones of the falling water. The level bottom seemed to be dressed like a garden, sunny meadows here and there and groves of pine and oak, the river of Mercy sweeping in majesty through the midst of them and flashing back the sunbeams. », ou encore : « Aucun temple construit de la main de l’homme ne peut être comparé à Yosemite. »
Loin est le temps de Muir, Yosemite est accessible en voiture, Yosemite est une destination incontournable de Californie, et dans mon habitude de partir sans planifier, chercher un endroit où passer la nuit devient compliquer – toutes les chambres sont prises, sauf une ! À l’hôtel Majestic ! L’hôtel qui a servi de décor pour le film Shining, luxueux ! À l’accueil, les consignes sont strictes, la vallée est aux ours, et il ne faut rien laisser dans la voiture – elle ne résistera pas aux griffes et à la force d’un ours. La nuit est là, il pleut, mais la météo annonce du soleil pour le lendemain, la chambre est dans un bungalow dans la forêt, le bar de l’hôtel est parfait, ambiance vieille aristocratie, la nuit. 
Le petit matin amène la lumière tôt, le soleil est au rendez-vous, les murs « big walls » qui entourent l’hôtel ont déjà leur sommet dans la lumière, c’est le moment pour s’échapper dans la forêt, dans la fraicheur, dans la solitude, seuls des écureuils gris, des geais bleus pour accompagner une marche vers Mirror Lake. Une heure d’un chemin calme pour arriver à ce lac miroir dans lequel se reflète Half Dome, le ciel, on se croirait en Terre du milieu. 
Le retour vers le centre de la vallée n’est plus dans la solitude, la fin de matinée voit arriver les premiers groupes de marcheurs, mais la Merced River, les arbres, les sommets autour, … c’est comme être dans un des films américains, c’est retrouver Jeremiah Johnson. Une pause pour le midi, et c’est une marche à nouveau, plus raide, plus peuplée, plus chaotique et coupée de névés, et d’éboulis, vers Nevada Falls. Au début, le chemin est goudronné, raide, mais contrôlé, plus haut c’est plus « sauvage »  et après 2 heures de montée, la cascade est là, la cascade parfaite –  je suis sûr qu’une entrée secrète se cache derrière le rideau d’eau. Le panorama est majestueux, Half Dome domine et appelle l’escalade. Il faut redescendre, la fatigue se fait sentir, et avant de quitter la vallée, un dernier salut au géant El Capitan. 
On quitte Yosemite par la vallée de la Merced River, le printemps est partout, il explose de fleurs, les pentes sont parsemées de taches fuchsia, les jolibois ont fleuri, les cerisiers aussi, le Yosemite les pentes du jardin d’Eden, la Lothlorien, « Caïn se retira de devant l’Éternel, et séjourna dans le pays de Nôd, à l’est d’Éden. »
Suivre Merced river mène à Mariposa, j’y ai dormi il y a 25 ans, la rue n’a pas vraiment changé. Et puis la route à travers les vertes collines, les petits villages, des maisons coquettes, la descente vers la baie, et plus on approche plus la circulation se fait dense. Modesto, et le pont et enfin la Silicon Valley, Mountain View, où Google est partout, un territoire où les entreprises locales ont fabriqué en masse le matériel informatique à grand renfort de produits chimiques hautement toxiques qu’elles ont enfoui dans les terrains aux alentours. L’eau potable est menacée par des solvants, les gaz dus à leur évaporation sont toxiques et envahissent les maisons… aujourd’hui ce sont des logiciels qui sont produits dans la Silicon Valley. Je ne reconnais plus, je ne trouve plus mes marques. Palo Alto n’est plus comme dans ma mémoire, je peine à retrouver University Avenue, qui aujourd’hui est bordée de grandes chaines de Fast food, de l’Apple Store, seul subsiste le vieux cinéma qui projette toujours de vieux films, aujourd’hui c’est Psycho de Hitchcock qui est à l’affiche. Je ne reconnais plus, mais presque 25 ans ont passé, je peine à retrouver de mémoire Menlo Park, la NASA est toujours là, avec pas loin la Singularity University, et bien sûr Stanford. Aujourd’hui, bien plus qu’il y a un quart de siècle, l’argent est là, présent, il suffit de voir quels sont les concessionnaires de marques de voitures présents, McLaren, Tesla, Porsche, … Ça a changé sans vraiment changé, mais suffisamment pour que l’air ne soit plus le même – est-ce l’air qui a changé ? Ou l’atmosphère ? Ou tout simplement moi ? 
La nuit à quelques pas de Stanford, un hôtel à l’atmosphère anglaise, et une visite sur le campus. Le campus lui aussi est le même en ayant changé. « Inquiétante étrangeté » dirait l’autre. Stanford ouvre gratuitement ses musées aujourd’hui, et dans cette logique de ce monde, Stanford se veut LE monde, se veut détentrice du savoir et de l’art de l’humanité. La collection des sculptures de Rodin est considérable, des expositions temporaires, permanentes des arts premiers de tous les continents – Stanford dépositaire de ce qu’est l’humanité, dans une vision de l’art comme un universel. Je retrouve là une partie de la démarche hégémonique, d’une élite qui se dit gardienne et dépositaire de l’humain. Les vortex du film Zardoz dans lesquels l’aristocratie immortelle s’est isolée du monde semblent en germes ici. D’ailleurs, les patrons de l’économie numérique investissent massivement dans des projets qui cherchent à abolir la mort ! 
Il est temps de partir, vers Oakland, rendre la voiture, passer les contrôles, manger un peu et monter dans l’avion pour le vol de retour vers Paris.

Ambiances

Fred Turner, dans Visages de la Silicon Valley de Mary Beth Meehan

Armistead Maupin, Les chroniques de San Francisco.
John Steinbeck, À l’est d’Eden. 
Jack Kerouac, Big Sur.
Romain Gary, La promesse de l’aube.
Lawrence Ferlinghetti, Poetry as insurgent art.
David Foster Wallace, E Unibus Pluram, la télévision et la littérature américaine. 

Musiques
San Francisco, Scott Mc Kenzie
California Dreamin’ , The Mamas & The Papas
Volunteers, Jefferson Airplaine
San Francisco Bay Blues, Janis Joplin
San Fransisco, Maxime Le Forestier
Aquarius/Let The Sunshine 
Get Together, The Youngbloods
Turn! Turn! Turn! (To Everything There Is A Season), The Byrds
(Sittin’ On) The Dock Of The Bay, Otis Redding

Nowakowskismes n°3.12. π * Nowakowskismes^2 = les Nowakowsπsmes

3.14159265358979323846264338327950288419716939937510582097494459230781640628620899862803482534211706798214808651328230664709384460955058223172535940812848111745028410270193852110555964462294895493038196442881097566593344612847564823378678316527120190914564856692346034861045432664821339360726024914127372458700660631558817488152092096282925409171536436789259036001133053054882046652138414695194151160943305727036575959195309218611738193261179310511854807446237996274956735188575272489122793818301194912983367336244065664308602139494639522473719070217986094370277053921717629317675238467481846766940513200….

Une suite de chiffres, une suite qui nous fait nous pencher au bord de l’abime, un abime que nous avons en nous, qui se trouve dans chaque parcelle de l’espace au sein duquel nous évoluons, un abime merveilleux qui fascine les humains depuis presque toujours, une  suite de 31415 milliards de chiffres connus après 3 virgule,  pour un nombre, le nombre π. Alors ce soir, π * Nowakowskismes2 = les Nowakowsπsmes, ce soir, nous nous lançons dans une exploration de l’infini, et d’un infini que nous connaissons tous et toutes. 

Je continue mon énumération ? 0568127145263560827… êtes-vous prêts à vous perdre dans l’infini d’un nombre, infini qui incite aux rêves et parfois engendre la folie, infini dont on connaît aujourd’hui 31415 milliards de chiffres après 3 virgule,  pour ce nombre, π. Si nous voulions les imprimer, cela donnerait l’équivalent de dix millions d’ouvrages. Aucun œil humain n’a jamais parcouru ces chiffres calculés, cette longue suite de chiffres n’existe que dans la mémoire des ordinateurs ! Seuls les ordinateurs savent alors ? Seuls les ordinateurs sur-puissants peuvent alors avoir approché ce concept confus, le nec plus ultra du retrait de l’expérience réelle comme l’énonce cette citation du mathématicien génial Georg Cantor, « L’infini ne peut être trouvé nulle part dans la réalité, quels que soient les expériences, les observations et le savoir auxquels on a recours. La pensée à propos des choses peut-elle être si différente des choses elles-mêmes ? Les processus de pensée peuvent-ils être si différents du processus réel des choses ? En bref, la pensée peut-elle être si éloignée de la réalité ? »  Il n’y a donc rien de plus abstrait que l’infini. Prenez l’aspect le plus omniprésent et oppressant du monde concret, à savoir que tout a une fin, est limité, s‘éteint, et puis imaginez, abstraitement, quelque chose qui n’ait pas cette caractéristique. Exercice pas facile vous en convenez ? De plus, quand cet infini s’installe dans ce qu’il y a de plus fini et de plus quotidien, on est dans le vertige, comme marcher au bord d’un précipice. 
En effet, cet infini est dans votre poche, où le diamètre et la circonférence des pièces de monnaie lui sont liés. Cet infini est dans le calcul du volume de la Terre et de sa surface. Il est dans la longueur du trajet parcouru par votre voiture, votre vélo. Il est dans les lois de probabilités. Il est partout en physique et bien d’autres sciences. Comment un infini peut-il se cacher dans ce qu’il y a de plus fini ? Evidemment, les analogies avec certaines idées de Dieu surgissent ; l’abstraction de toute limite est alors une manière d’expliquer la pulsion religieuse en termes profanes. Ceci apparaît aussi quand on s’intéresse à l’anthropologie de la religion qui analyse l’idée de l’être parfait. Il peut être considéré comme étant dépourvu de toutes les imperfections que nous percevons en nous-mêmes et dans le monde, un être parfait omnipotent et sans limite, infini. Questionner la perfection, le non fini, nous permet de retrouver les fondements de l’idéologie des approches transhumanistes, à savoir mettre fin à la finitude de l’humain. 
L’infini n’est-il alors qu’une manipulation d’abstractions jusqu’à ce que le nom « infini » n’ait plus de référent réel ? 
Essayez de produire un peu de pensée abstraite, disciplinée et dirigée. Un effort très précis et indéfinissable évoquant une fugue, doit être produit pour ce genre de pensée, une sensation dont le processus hypnotique consistant à répéter « stylo, stylo, stylo, …. »encore et encore n’est qu’une vague et pâle évocation. L’une des voies les plus rapides pour accéder à cette impression est de penser aux dimensions. Il y a quelque chose que je « sais » à savoir que des dimensions spatiales au delà des trois bien connues (largeur, longueur, hauteur) existent. Je peux même construire un tesseract ou un hypercube avec du carton. Etrange sorte de cube dans un cube, le tesseract est alors la projection d’un objet comportant 4 dimensions dans un espace en trois dimensions. Fabriquer un tesseract c’est tout comme quand vous dessinez un cube, object en 3 dimensions sur une feuille de papier, espace à 2 dimensions. Alors essayez vraiment de vous le représenter. Concrètement, vous allez ressentir une tension aux tréfonds de vous-même, entendre les premiers fils en train de céder dans votre esprit, dont les coutures commencent à céder. Cette expérience vous pouvez également la vivre avec le nombre π.
Mais alors je reprends, 3 virgule 14159265358979… jusqu’à atteindre cette série de chiffres de longueur 31415 milliards, ou, phénomène équivalent, si je me mets à compter 1, 2, 3 et que je réalise que je ne m’arrêterai jamais. Les entiers ne s’arrêtent jamais, il n’y a pas de fin. Est-ce que l’ensemble des entiers constitue un infini réel ? Ou est-ce que les entiers eux-mêmes ne sont pas réellement réels mais juste des abstractions ; et puis qu’est-ce qu’exactement qu’un ensemble, et les ensembles sont-ils réels ou juste des dispositifs conceptuels ? 
Mais donc ce nombre alors dont l’ensemble des décimales est infini (jusqu’à aujourd’hui) est-il uniquement une réalité mathématique ? A propos, le symbole ∞ a été inventé par le mathématicien John Wallis en 1655 dans son ouvrage De sectionibus conicis soit Des sections coniques, contemporain de Bernoulli. Sa forme est similaire à la lemniscate de Bernoulli et à certaines configurations du ruban de Möbius. Une lemniscate est une courbe plane ayant la forme d’un 8, le terme vient du grec ancien λημνισκος qui a donné le latin lemniscus qui signifie justement ruban
Donc, 3.14159, le nombre π, avec son ∞ de décimales, est pour les scientifiques, le roi des nombres, celui qui réunit le plus de mystères et d’étrangetés, celui qui a la plus grande importance mathématique. π s’apprend à l’école primaire et ne s’oublie jamais. π est irrationnel, c’est-à-dire qu’on ne peut pas l’exprimer comme un rapport de deux nombres entiers ce qui entraîne que son écriture décimale n’est ni finie, ni périodique. π est aussi « transcendant », un résultat démontré il y a plus d’un siècle par Ferdinand von Lindemann, ce qui signifie que π n’est la solution d’aucune équation polynomiale à coefficients entiers (contrairement un autre nombre bien connu, le nombre d’or qui lui est solution d’une équation toute simple  x2 = x + 1). 

Faisons un petit tour dans l’histoire. L’histoire ancienne de π, qu’on peut retracer grâce aux écrits disponibles, suit approximativement l’avancée des mathématiques dans leur ensemble. Certains auteurs divisent l’histoire de π en trois parties : la période antique durant laquelle π a été étudié géométriquement, l’ère classique, aux alentours du XVIIème siècle, où les outils du calcul intégral ont permis des avancées dans la connaissance du nombre π, et la période des ordinateurs et du numérique. 
Très tôt, les mathématiciens ont compris qu’il existait un rapport constant entre le périmètre du cercle et son diamètre, ainsi qu’entre l’aire du disque et le carré du rayon. Des tablettes babyloniennes datant de 2 000 ans av. JC. présentent des calculs d’aire conduisant à une valeur de π de 3 + 1/8. Le papyrus de Rhind contient le texte qui est la copie réalisée au XVIème siècle avant notre ère par le scribe égyptien Ahmès, copie d’un manuel de problèmes plus ancien encore. Dans ce papyrus est présentée une méthode permettant d’évaluer l’aire d’un disque en prenant le carré dont le côté est égal au diamètre du disque diminué d’un neuvième. Cette méthode mène à une évaluation de π égale à la fraction 256/81 soit environ 3,16.
Vers 700 av. JC., le texte indien Shatapatha Brahmana donne une approximation de π de 25/8 soit 3,125, et le Baudhāyana Sulbasūtra en donne deux autres : 900/289 soit 3,1 et 1156/361 soit 3,20. Des calculs d’astronomie ont ensuite conduit à une autre approximation que l’on retrouve dans les textes védiques qui est 339/108 soit 3,139. Au début du VIème siècle apr. JC., Aryabhata donne une approximation plus précise enproposant la fraction 62 832/20 000 soit 3,1416.
C’est dans le traité d’Archimède datant de la période allant de 287 à 212 av. JC. intitulé De la mesure du cercle qu’on peut lire une démonstration liant l’aire du disque et l’aire du triangle ayant une base de longueur le périmètre du cercle et pour hauteur le rayon, démontrant ainsi qu’une même constante apparaît dans le rapport entre l’aire du disque et le carré du rayon et entre périmètre et diamètre. 
π a fasciné, fascine toujours et très certainement nous fascinera encore longtemps parce que π ouvre une brèche dans notre réalité. Les progrès des mathématiques associés à l’arrivée des ordinateurs permettent alors une plongée toujours plus profonde dans cet infini, bien que quelques dizaines de décimales de π sont largement suffisantes pour les calculs pratiques qu’effectue un physicien. Et donc dès l’arrivée des premiers ordinateurs, la plongée va s’accélérer.
En 1949, à l’aide de l’ENIAC, John von Neumann obtient 2037 décimales de π, à la suite d’un calcul qui a duré 70 heures. Des milliers de décimales supplémentaires sont trouvées au cours des décennies suivantes, l’étape du million de chiffres est passée en 1973. Les progrès n’ont pas seulement été dus aux ordinateurs de plus en plus rapides, mais aussi aux nouveaux algorithmes utilisés. L’une des avancées les plus significatives a été la découverte dans les années 1960 de la transformée de Fourier rapide qui a permis aux ordinateurs de manipuler rapidement de très grands nombres.
Vers la fin des années 1980, les frères Chudnovsky utilisent la formule du mathématicien indien du début du XXème siècle Srinivasa Ramanujan pour battre plusieurs records de décimales de π calculées. Leur formule demeure la formule la plus utilisée pour calculer π sur des ordinateurs personnels. Les algorithmes itératifs vont permettre de multiplier le nombre de décimales correctes à chaque étape ce qui fait qu’entre 1981 et 1999, Yasumasa Kanada et ses associés vont battre le record du nombre de décimales de π à onze reprises (plus de 2×1011 décimales en 1999).
Enfin, pour le πDay 2019, le 14 mars 2019, Google rend public le nouveau record de décimales calculé par une de ses employées, Emma Haruka Iwao, au moyen des puissantes machines dont dispose Google. Le nouveau record du monde s’établit à 31 415 milliards de décimales. Il a fallu 111 jours de calculs ininterrompus à Emma Haruka Iwao pour entrer dans le livre Guinness des records. Vertigineux n’est-ce pas ! Et record battu par une femme !

Continuons avec les ordinateurs, et arrêtons-nous pour une petite escapade dans le livre écrit par l’astrophysicien Carl Sagan, Contact. Voici les derniers mots du roman racontant la vie et les découvertes de l’astrophysicienne Eleanor Arroway – d’ailleurs je vous invite à regarder le film qui a été tiré du roman par Robert Zemeckis Jodie Foster et Matthew McConaughey. 
« L’ordinateur d’Argus se montra d’une telle opiniâtreté et d’une telle originalité dans ses efforts pour contacter Eleanor Arroway. Le programme [avait] re-disposé les chiffres selon une trame perpendiculaire. […] Caché dans les motifs alternés de chiffres, profondément enfoui au coeur d’un nombre transcendant, il y avait un cercle parfait, dont la forme émergeait grâce à des unités dans un champ de néant. L’univers avait un caractère intentionnel, tel était ce que disait ce cercle. En quelques galaxie que l’on fût, il suffisait de prendre la circonférence d’un cercle, de la diviser par son diamètre, d’effectuer la mesure la plus précise possible, pour découvrir un miracle : un autre cercle tracé à des kilomètres au-delà de la virgule. […] Dans le tissu de l’espace comme dans la nature de la matière figure, en tout petit, la signature de l’artiste. Très haut au dessus des êtres humains, des dieux et des démons, transcendant les Gardiens et les Constructeurs des tunnels, existe une intelligence qui a précédé univers. » Carl Sagan par les messages qu’Eleanor Arroway est amenée à déchiffrer met au coeur de π sa réponse à nos origines et des origines de l’univers. 
Mais fait étrange, π serait-il donc un nombre univers ? Qu’est-ce qu’un nombre univers ? Cela signifie en fait qu’on pourrait trouver dans le développement décimal d’un nombre univers n’importe quelle suite finie de chiffres. Plus précisément encore, un nombre univers est un nombre réel à l’intérieur duquel on peut trouver, pour une base donnée, n’importe quelle succession de chiffres de longueur finie. Ainsi, pour être concert, si on se donne une manière de coder un livre selon une suite de chiffres (ce qui est le cas dans un format informatique), on trouvera dans un nombre univers tous les livres déjà écrits et tous les livres à venir. Avec π, on peut ainsi rejoindre les questions posées sur l’univers et sa taille. En effet, si l’univers etait constitué d’une infinité d’univers, il y aurait forcément une occurrence d’univers dans laquelle je serais également en train de vous parler de π au micro d’une radio campus lorraine dans une ville appelée Nancy sur un planète nommée la Terre…. Vertigineux encore n’est-ce pas ? 
Notez que cette capacité profane à diviser notre conscience et « à savoir » des choses que nous ne pouvons pas maîtriser est typiquement moderne. Si on se tourne vers les grecs de l’antiquité, et bien, eux ne savaient pas faire ça. Et ne l’aurait même jamais essayé. Ils avaient besoin de choses nettes, et pensaient qu’on ne pouvait pas savoir quelque chose tant qu’on ne la comprenait pas vraiment. Ce n’est pas un accident si les mathématiques ne contenaient ni 0 ni ∞. D’ailleurs le mot qui signifie « infini » voulait aussi dire « désordre ». Aristote, véritable fontaine de citations définitives, disait que « l’essence de l’infini est la privation, non la perfection mais l’absence de limites. » Pas de limite signifie pas de forme, et pas de forme signifie chaos, laideur, désordre, les signes certains que quelque chose dans un concept ne va pas !
Alors aussi bizarres et déstabilisants que soient les infinitésimaux, les infinis, créent malgré tout quelques crevasses dans les mathématiques, dans la métaphysique et dans nos certitudes. Prenons un petit exemple choisis dans les infinitésimaux c’est-à-dire les infiniment petits. Dans ce cas, il n’est pas apparemment pas sensé de parler de l’ « instant suivant » ou de la « fraction de seconde immédiatement consécutive ». Deux instants ne peuvent tout simplement pas être tout à fait successifs. Parce que deux options se présentent à nous : soit il n’y a pas d’intervalle temporel entre deux instants T1 et T2, et dans ce cas, ils ne sont pas successifs, ils sont confondus ; soit l’intervalle est différent de 0, et là on pourra toujours diviser cet intervalle en intervalles toujours plus petits et ce jusqu’à l’infini. Encore un vertige face à l’infini qui se dévoile dans l’intervalle fini compris entre deux instants déterminés.  
Les questions qui se posent alors, sont nombreuses tout simplement parce que la pensée humaine ne peut pas vraiment appréhender ou même concevoir l’infini. Mais, on lui demande malgré tout d’approuver une infinité d’infinis, dont un nombre infini de membres individuels ne sont pas exprimables de façon finie, tous se trouvant compris dans un rapport de grandeurs mesurables ayant l’air si fini et innocent.  Mais ce rapport, circonférence sur diamètre, présent dans toutes les dimensions de notre réalité nous ramènerait-il à William Blake, qui a écrit que  « Si les portes de perception étaient purifiées
Toutes les choses apparaitraient à l’homme telles qu’elles sont, purifiées / Car l’homme s’est enfermé, jusqu’à voir toute chose / Au travers des étroites fentes de sa caverne. »
Alors π nombre univers ou pas, 3.14159265358979323846264338327950288419716939937510582097494459230781640628 à l’infini entre dans le calcul de la distance finie parcourue en nombre de tours de roues fini de ma voiture ou de mon vélo. π nombre univers ou pas jusqu’à pousser certains d’entre nous à tenter d’en mémoriser un nombre incroyable de décimales ! Jusqu’à la folie ! π nombre univers ou comment le rapport de la circonférence et du diamètre d’un cercle nous ramène au « tissu de l’espace » dont nous sommes faits.

Voilà, le temps des Nowakowsπsmes s’est écoulé, les décimales de π ont continué à s’égrener, les Nowakowskismes se sont pencher dans l’abime ouvert dans l’infiniment petit vers l’infiniment grand, dans un nombre qui trouve aussi sa place dans la compréhension des phénomènes nécessaires à la transmission des ondes transportant mes mots jusqu’à vous. Passionnant, fascinant, et certainement bien plus que cela, une des matérialisation de l’insatiable curiosité de la pensée humaine. 

Sources
David Foster Wallace, Tout et plus encore. Une histoire compacte de l’∞. 
Carl Sagan, Contact.
Douglas Hofstader, Les brins d’une guirlande éternelle.
Jean-Paul Delahaye, Le fascinant nombre Pi.


Nowakowskismes n°3.11. SF et numérique, un futur en attente ?

« Le cyberspace. Une hallucination consensuelle vécue quotidiennement en toute légalité par des dizaines de millions d’opérateurs, dans tous les pays, par des gosses auxquels on enseigne les concepts mathématiques… Une représentation graphique de données extraites des mémoires de tous les ordinateurs du système humain. Une complexité impensable. Des traits de lumière disposés dans le non-espace de l’esprit, des amas et des constellations de données. Comme les lumières des villes, dans le lointain,… »

On démarre avec les mots de William Gibson, la description de la matrice, la description du cyber espace qui ouvre son roman fondateur, Neuromancien. Paru en 1984, ils jettent des bases qui ne cesseront d’influencer la culture numérique, et au delà de la culture les outils qui feront l’internet et le web. Alors, nous nous lançons dans une exploration, une exploration des relations qu’entretiennent les cultures du numérique et la Science fiction, des relations qui, nous le verrons, sont bien plus riches qu’ils n’y paraît. 

Commençons par revenir aux origines. Le terme science-fiction en tant que tel est né assez tard, assez longtemps après les premiers vrais romans de science-fiction, parus autour de la fin des années 1920, dans ces journaux américains qu’on appelait les pulps. Ils paraissaient, sous forme de feuilletons, et ils étaient principalement de la littérature fantastique et inspirés de sciences. Le mot Science Fiction est né, semble-t-il, dans un essai d’un certain William Wilson en 1853, mais il ne s’agissait que d’un usage isolé qui n’a eu aucune suite, jusqu’à la fin des années 1920 aux Etats-Unis. 
En avril 1926, Hugo Gernsback, qui était d’origine luxembourgeoise, crée à New York le premier pulp magazine de science fiction : Amazing Stories. Il utilise plutôt alors le terme « scientifiction ». Mais dès janvier 1927 dans les courriers du journal apparaît cette phrase : « N’oubliez pas que Jules Verne était une sorte de Shakespeare de la science-fiction. » 
Quand en 1929, Gernsback crée un nouveau pulp magazine, intitulé Science Wonder Stories, il utilise pour la première fois dans son éditorial le mot science-fiction, qui va dès lors très vite devenir d’usage courant. Une fois lancée, la science fiction va largement dépasser le cadre des pulps et se mettre à explorer d’autres champs de la réalité. 
Et dans le regard que nous pouvons porter aujourd’hui, nous ne pouvons pas ne pas remarquer que nombreux sont les auteurs de science-fiction qui ont su prévoir et voir, ce que nous vivons aujourd’hui. 
Certains parmi eux font d’ores et déjà partie du panthéon de la science-fiction. D’autres sont encore méconnus.  Et pourtant, ils ont réussi à anticiper des schémas politiques, des alertes démographiques, des visions économiques et scientifiques bien avant leur concrétisation. Alors si on en reste là, on n’aura pas dit grand chose, et c’est même une évidence. 
Alors autorisons-nous à creuser un peu le sujet.
La science-fiction en tant que prospective relève d’abord d’une certaine conception du temps. En effet, comme l’exprime Paul Ricoeur dans son texte Temps et Récit, nous pouvons dire qu’en se « configurant » dans la narration, la science fiction « re-figure » l’expérience temporelle, en d’autres termes, elle dresse un pont entre le futur (dans lequel le récit s’inscrit) et le présent (de sa narration). Ce qui fait qu’en opérant cette continuité entre les deux moments du temps, elle rend ainsi possible, quelque chose qu’on peut nommé comme le vécu immanent de l’attente. Et cette attente va faire que, dans le récit de science fiction, le futur habite le présent. Les récits de science-fiction, dans la mesure où ils puisent dans l’imaginaire social, peuvent agir comme signes avant-coureurs des transformations sociétales, ils se comportent ainsi comme signaux de ce qui advient ou pourrait advenir.
Ainsi, loin de la rupture temporelle, la configuration narrative à l’oeuvre dans la science-fiction permet de lier les moments du temps, de les re-figurer dans un maintenant tourné vers l’avenir, un « présent où il s’agit du futur », pour reprendre la conception du temps proposée, au quatrième siècle, par Saint Augustin.  
Ainsi, plus qu’une mesure objective, le temps devient un étirement dont l’âme humaine est le foyer. Ce qui amène à considérer la mesure du temps comme avant tout une certaine pénétration de l’âme par la durée. Je vous invite à lire les nouvelles Mythes d’un futur proche et Nouvelles du soleil écrites par un de mes écrivains favoris, J.G. Ballard. Il y décrit une Terre dévastée par les conséquences de l’exploration de l’espace. Celle-ci a affecté la psyché humaine et le sens du temps. Alors avec Ballard en explorateur de l’humain, on peut affirmer que la division en trois temps, passé, présent et futur, est impropre, puisque l’âme humaine et son récit dans la science fiction saisissent la modulation du temps dans son propre présent. Il serait donc plus juste de ne pas parler de trois temps mais de trois réalités ontologiquement différentes. La science-fiction nous amène dans « Un présent où il s’agit du passé, un présent où il s’agit du présent, un présent où il s’agit du futur. Il y a en effet dans l’âme trois données que je ne vois pas ailleurs : un présent où il s’agit du passé, le souvenir, un présent où il s’agit du présent, la vision, un présent où il s’agit du futur, l’attente. »
Ainsi, avec la science-fiction, il ne s’agit pas d’une simple photographie de notre société. Ce qui nous apparaît est, au contraire, un imaginaire en train de se constituer. Donc nous avons à faire à une image en mouvement.La science fiction, c’est alors également faire un pas de côté, et parfois une exploration. Le regard de la science-fiction permet ainsi de saisir le processus d’un imaginaire se constituant en une réalité parallèle. 
Le problème posé n’est donc pas tant de savoir si ce qui y est écrit s’est effectivement réalisé et évaluer si ce qui y est consigné fait sens pour nous. Et des questions telles que, les sociétés inventées, leur mode d’organisation, les acteurs en présence, trouvent-ils une résonance dans l’imaginaire ? Le degré de proximité ou de familiarité est-il suffisant pour rencontrer l’imaginaire collectif ? nous amènent alors à sélectionner les éléments « résonnants » en nous demandant : Quels sont les signaux dans les oeuvres sélectionnées qui sont autant de briques pour construire les scénarios des sociétés de demain ? Quels sont les scenarios anticipés dans le passé qui trouvent leur mise en réalité dans le monde actuel ?
Et là, nous rejoignons un texte qui n’a rien de science fiction, ce texte est La pensée et le mouvant de Bergson. Il écrit : « Notre appréciation des hommes et des événements est tout entière imprégnée de la croyance à la valeur rétrospective du jugement vrai, à un mouvement rétrograde qu’exécuterait automatiquement dans le temps la vérité une fois posée. Par le seul fait de s’accomplir, la réalité projette derrière elle son ombre dans le passé indéfiniment lointain ; elle paraît ainsi avoir préexisté, sous forme de possible, à sa propre réalisation. De là une erreur qui vicie notre conception du passé ; de là notre prétention d’anticiper en toute occasion l’avenir. » 
La science fiction serait-elle donc l’ombre d’un passé dans un présent non encore advenu ? 
Alors que pouvons-nous dire de tout cela ? La science-fiction est alors un condensé des obsessions collectives livré sous le mode de l’altérité, ce qui permet au lecteur de les accueillir, en les reconnaissant, mais en ne les acceptant pas absolument comme siennes. De cette tension née entre le degré de familiarité ou d’étrangeté et l’imaginaire collectif peut alors émaner les conditions d’une science-fiction prospective. Et pour ne pas basculer dans l’anticipation pure du futur ou dans un vertige spéculatif qui peut être dépaysant mais globalement stérile, il sera nécessaire d’adopter une position d’équilibre. Elle consiste à se maintenir dans cette zone de l’ « Unheimliche », ou « inquiétante étrangeté » élaborée par Freud ou en d’autres termes, comment ce qui semble le plus coutumier, le plus habituel peut se colorer d’étrangeté tout en demeurant, malgré tout, familier ? 
Le récit de science-fiction dresse ainsi des ponts entre des temporalités différentes et aussi entre des niveaux de sens différents. 

Après ce temps dédié à l’exploration de la science fiction, je vous propose de nous tourner vers le numérique. Comme le montre le texte qui a lancé ces Nowakowskismes, le numérique, la culture du numérique, les acteurs du numérique sont fortement influencés part les explorations de la science fiction. Bon nombre d’outils de notre présent ont vu le jour dans les imaginaires des romanciers et des créateurs de série, et ce qui est encore plus remarquable, bon nombre de ces outils numériques ont été créés en prenant pour modèles ces objets venus de l’imaginaire. 
Allons-y avec quelques exemples. 
La visiophonie que nous utilisons communément avec Skype ou Facetime, apparaît dans un récit de Hugo Gernsback en 1911. Il y décrit un dispositif, le « Telephot », qui permet de voir le visage de son interlocuteur durant une conversation. Un peu plus tard, en 1927, nous en retrouvons une évolution dans le Metropolis de Frizt Lang. 
En 1968, Arthur C. Clarke détaille ce qui est deviendra une tablette de type iPad dans les pages de 2001 l’Odyssée de l’espace (et oui c’est un roman que je vous invite à lire en plus de voir le film). Il évoque une « tablette de la taille d’une feuille de papier » qui permet de lire les dernières nouvelles en provenance de la Terre et s’utilise avec « deux doigts ». Mais nous y reviendrons. Restons encore avec 2001 qui met en scène le concept de commande vocale tel que nous le connaissons aujourd’hui avec les assistants vocaux du type Siri. 51 ans séparent ces deux technologies !
Un autre visionnaire de 1946, Murray Leinster qui, a écrit Un logic nommé Joe. Dans ce petit texte, l’ordinateur s’appelle un « logic » (en français traduit « logique »), inventé par hasard en associant, « un circuit malin qui sélectionne n’importe quel circuit parmi des dizaines de millions […] On a ajouté un écran image pour que ça aille plus vite, et on a découvert qu’on venait de faire un logique. » Et dans les remarques savoureuses dont est parsemé le texte, retenons celle-ci :  « Tout le monde était étonné et bien content.  On ne savait toujours pas ce que les logiques allaient faire, mais tout le monde avait le sien. » Si il continue sa description du « logique » : « ça ressemble à un récepteur d’images sauf qu’il y a des touches au lieu de cadrans et vous pianotez pour avoir ce que vous voulez. L’appareil est relié au réservoir de données […] ». Le « réservoir de données » dont il est question ici ressemble furieusement à notre Internet. Annuaire, visiophone, bulletin météorologique, téléviseur,… Le logique fait aussi « vos calculs et tient votre comptabilité, vous pouvez le consulter en chimie, en physique, en astronomie, il vous tire les cartes et il a, en prime, un programme « conseil aux cœurs solitaires ». » Le récit raconte l’histoire d’une de ces machines, baptisée Joe, qui est victime d’une faille électronique indétectable se met à agir de manière indépendante. Joe entreprend alors de reprogrammer tout le réseau dans le but de répondre à toutes les questions que chacun peut se poser, sans la moindre censure, sans le moindre tabou. En quelques heures, il désorganise totalement la société, par l’information. Il livre au curieux la déclaration fiscale de son voisin ; Il indique à la femme jalouse le nom de la maîtresse de son époux ; il suggère des méthodes criminelles impossibles à détecter ; il fournit la recette du mouvement perpétuel ; il indique aux cambrioleurs le mode opératoire le plus sûr pour commettre leurs méfaits, etc… et donc bien avant l’avènement de l’informatique personnelle et des réseaux, il aborde la question de la vie privée, de l’addiction aux services proposés, … délicieux en 35 pages !
Encore le réseau mondial avec John Brunner dans Sur l’onde de choc qui date de 1977. Il nous décrit une société où les ordinateurs sont tous connectés entre eux dans un réseau mondial, sur lequel un virus attaque les machines, virus qui agit pour créer des fuites d’informations – ça ne vous rappelle rien ?! 
Citons aussi Ray Bradbury qui, dans Fahrenheit 451 en 1953, décrit ainsi des écouteurs intra-auriculaires  : « dans ses oreilles étaient placés de petits coquillages, radios de la taille d’un dé à coudre, desquelles se déversaient un océan électronique de son, de musique et de paroles ». ET bien sûr, Douglas Adams, en 1978, dans son Guide du voyageur galactique (ou H2G2 pour les intimes) où il développe le principe du traducteur universel, le Babel fish. Le petit poisson vient se loger dans l’oreille pour permettre de comprendre tous les langages. Plus tard, Yahoo! emprunta le nom « BabelFish » pour baptiser son traducteur automatique en ligne. Le Guide du voyageur galactique est dans le texte un objet électronique plat, connecté à un réseau et utilisé comme encyclopédie et guide de voyage – un smartphone déjà ?
La littérature a nourri les fantasmes, puis les recherches de nombreux scientifiques et inventeurs. Mais la télévision avec les délires et le cinéma vont évidemment enflammer les esprits vagabonds, alors même que les scénaristes s’appuient sur les dernières découvertes en matière de technologie, et les hypothèses scientifiques, parfois délirantes, qui en découlent. 
Dans ce mouvement, Star Trek, série créée par Gene Roddenberry en 1966, est assurément une figure emblématique. Ainsi, Martin Cooper qui est considéré comme l’inventeur du premier portable chez Motorola, est le premier à avoir passé un appel téléphonique avec un appareil cellulaire portatif en 1973. Il a toujours reconnu qu’il avait trouvé l’inspiration en regardant le Capitaine Kirk utiliser son communicateur dans Star Trek ! Pour la petite histoire, le premier modèle de téléphone à clapet de Motorola, vendu en 1996, s’appelait le Star TAC.
Avec Star Trek : La Nouvelle Génération diffusée entre 1987 et 1994 revient l’idée de la tablette grâce aux PADDs (Personal Access Display Devices), que les personnages utilisent pour lire des rapports ou transmettre des informations. Les PADDs disposent d’écrans tactiles. Lorsque les concepteurs d’Apple travailleront sur leur première tablette tactile, deux décennies plus tard, ils reprendront la forme et le nom de ces tablettes pour créer… l’iPad.
Au-delà des tablettes, c’est dans le domaine des interfaces homme-machine que l’empreinte de Star Trek est remarquable. Les scénaristes mettent au point une interface graphique commune à toutes les séries, appelée LCARS (Library Computer Access and Retrieval System). Des postes de pilotage aux différentes consoles, en passant par les tablettes tactiles, tous les équipements informatiques vus dans la saga exploitent cette même interface. Par la suite, tandis que le LCARS devient plus génériquement une bibliothèque de données, l’interface est baptisée « Okudagramme », nom choisi en référence à Michael Okuda, conseiller technique à l’origine des nouveaux panneaux de contrôle dans la série. 
Lorsque Rob Haitani programme l’interface des premiers Palm en 1993, il s’inspire directement des Okudagrammes. Mike Kruzeniski qui a développé l’interface du Windows Phone 7, reconnaît lui aussi des points communs avec les Okudagrammes. Les Okudagrammes peuvent donc être considérés comme la rééfrence de toutes les interfaces tactiles que nous connaissons aujourd’hui, d’autant que dans Star Trek, il y avait aussi la possibilité de réorganiser les écrans, les fenêtres et les onglets d’application à sa guise et à la volée ! Pour la petite histoire, la chaîne CBS (qui diffusait Star Trek) propose une application iPad – le Star Trek PADD – qui reproduit LCARS sur la tablette d’Apple. 
Toujours à bord de l’Enterprise, on découvre les premiers écouteurs Bluetooth avec Uhura, l’officier chargé des communications à bord du vaisseau qui utilise une oreillette ou un écouteur sans fil, simplement logé dans son oreille ! Enfin le tricordeur ! Il est conçu pour détecter, enregistrer et analyser, mais ses fonctions se développent au fil des épisodes pour permettre des connexion à un système informatique, servir de passerelle d’interface, ou encore effectuer des soins médicaux. Au milieu des années 1990, la société Vital Technologies s’en inspire intentionnellement pour créer son TR-107 Mark 1 qui vise à remplir diverses tâches scientifiques, mesure d’un champ électromagnétique, thermomètre, baromètre, mesure de la luminosité, etc… Pour la petite histoire encore, Moonblink, développeur sous Android, avait mis au point une application qui imitait le tricordeur en proposant d’analyser le niveau de décibel ou les champs magnétiques par exemple. 
Je passe la série des Retour vers le futur qui situe son action en 2015, ou Blade Runner qui se passe en 2019. Ou encore les romans d’Isaac Asimov, de Frank Herbert ou de Philip K. Dick qui ont anticipé des débats actuels sur les rapports que nous entretenons avec nos machines, robots et « intelligences artificielles », la place de l’humain, et qu’est-ce qu’être humain au milieu de machines de plus en plus puissantes… et donc, est-ce la science-fiction qui stimule la science, ou la science qui inspire la science-fiction ? 

Et si la réponse était simplement « 42 »… ou dans la psychohistoire… 

« … partant de concepts mathématiques, Gaal Dornick a défini la psychohistoire comme la branche des mathématiques qui traite des réactions des groupes humains confrontés à des phénomènes socio-économiques constants … Toutes ces définitions sous-entendent que le groupe humain en question est assez important pour qu’on puisse valablement lui appliquer la méthode statistique. L’importance numérique minimale de cet ensemble peut être déterminé par le Premier Théorème de Seldon. Une autre condition nécessaire est que ledit groupe humain ignore qu’il est soumis à l’analyse psychohistorique, afin que ses réactions soient authentiquement aléatoires. Toute psychohistoire valable repose sur le développement des fonctions de Seldon qui présentent des propriétés analogues à celles des forces économiques et sociales … »  extrait de la définition tirée de l’Encyclopedia Galactica

Nowakowskismes n°3.10. Dans quel Etat j’erre ?

Ce soir ces quelques mots de Claude Levi-Strauss tirés de Tristes tropiques, ces quelques mots qui donnent le La. L’Etat avec un E majuscule, avec tout son appareil, érigé comme modèle, alors que  l’homo sapiens n’a jamais été aussi fort aussi longtemps que lorsque les états n’existaient pas, et qu’il menait une vie de chasseur-cueilleur. Alors qu’est-ce qui a foiré ? Ce soir, c’est une petite escapade visant à faire le pas de côté nécessaire pour bien appréhender notre monde moderne. 

Les enquêtes ethnologiques traditionnelles, notamment dans une perspective structuraliste, c’est-à-dire celle qui étudie une société à un moment donné du temps, le temps de l’observateur, s’attachent à décrire les sociétés telles qu’elles fonctionnent apparemment, avec leurs institutions, leurs mythes, leurs rites, leurs pratiques quotidiennes. Mais d’autres anthropologues, ceux qui font de l’anthropologie dite anarchiste, c’est-à-dire, an-archê, littéralement basée sur l’opposition au pouvoir, se sont intéressés à ce qui pourrait aller contre ces institutions, en tant qu’elles présenteraient un caractère oppressif. Et surtout observer ce qui, dans certaines sociétés, pourrait la prémunir des oppressions à venir. Et dans ces études, il apparaît que ce qui est la norme de nos vies (vivre regrouper dans des villes, …) ne constitue pas la société la plus épounouissante que l’humain a fabriqué. 
En effet, on découvre qu’il existe un paradoxe à savoir que le temps de travail des chasseurs-cueilleurs, préhistoriques ou récents, pour acquérir leur nourriture est bien moindre que celui des agriculteurs. Les sociétés des chasseurs-cueilleurs furent en réalité les premières et les seules sociétés d’abondance, si l’on définit l’abondance, non de manière absolue, mais comme le rapport coût/profit entre efforts fournis et résultats. Les chasseurs-cueilleurs ne travaillaient en moyenne que trois ou quatre heures par jour, à opposer au temps de travail des sociétés agricoles traditionnelles, mais aussi de nos sociétés industrielles contemporaines. 
De plus, ces sociétés dites simples se sont organisées de telle manière que l’émergence de « chefs » soit systématiquement contrée par le reste de la société grâce à toute une série de mécanismes (la dérision, l’obligation de la redistribution des biens accumulés, l’obligation de remettre sans cesse en jeu son titre de « grand guerrier », …). Ce serait même à l’origine une règle générale dans les sociétés humaines. En fait, on peut dire que les sociétés qui ont permis l’apparition des états seraient au contraire des anomalies, dans lesquelles ces mécanismes de contrôle se seraient enrayés. Ces sociétés traditionnelles pourraient même être qualifiées d’anarchistes, ou du moins à pouvoir restreint et contrôlé. Les états modernes eux derrière le prétention d’oeuvrer scientifiquement pour le bien commun, ont surtout agi de façon à contrôler la population par toute une série de techniques : recensement, cadastre, noms de famille permanents, langue nationale standard, poids et mesures unifiés. 
Que se passe-t-il alors ? Le Néolithique ne va pas se résumer à la domestication de quelques espèces animales et végétales. On va assister au regroupement d’humains, de végétaux et d’animaux en un même lieu, avec bien sûr tous les parasites qui vont avec, rats souris, puces, tiques, moustiques, … ON remarque alors que ces regroupements forcés présentent un certain nombre d’inconvénients, dont en particulier la propagation des maladies chez les humains, maladies pour certaines issues des animaux. Les maladies se communiquent bien plus facilement en être humains rassemblés en nombre au lieu de vivre en petits groupes, nomades et dispersés. 
En clair, les humains eux-mêmes qui se sont auto-domestiqués et rendus esclaves de leurs animaux et de leurs plantes. L’agriculture entraine un certain nombre de troubles musculaires constatés chez les défunts, mais aussi des lésions articulaires, tout comme une diminution de la stature liée à un stress nutritionnel. 
Les chasseurs-cueilleurs ont une connaissance très variée de leur milieu naturel alors que les agriculteurs, avec leurs contraintes routinières et méticuleuses, concentrées sur un nombre restreint d’animaux et de plantes, offrent un cas de déqualification massive des savoirs ! « La révolution néolithique a entrainé un appauvrissement de la sensibilité et savoir pratique de notre espèce face au monde naturel, un appauvrissement de son régime alimentaire, une contraction de son espace vital et de la richesse de son existence rituelle. » 
Ainsi, du XVIIIème siècle au troisième quart du XXème siècle, un optimise triomphal aura présidé au décryptage de l’histoire humaine et de l’invention révolutionnaire de l’agriculture. Mais avec la fin du XXème siècle, la montée des angoisses écologiques, le réchauffement climatique, les nouvelles maladies, les soucis énergétiques, une autre vision s’est peu à peu imposée. Et si l’humanité allait dans le mur ? Et dans ce cas, rétrospectivement, avait-elle pris le bon chemin ? Et finalement, la domestication des animaux et des plantes fut-elle une bonne idée ? Et si nous remettions en question nos certitudes et notre vision du monde ?

La seconde énigme est l’émergence de l’état ! La réponse à cette énigme, c’est le grain ! En fait, « L’histoire n’a pas enregistré l’existence d’Etats du manioc, du sagou ou de la patate douce. Seules les céréales sont vraiment adaptées à la concentration de la production, au prélèvement fiscal, à l’appropriation, aux registres cadastraux, au stockage et au rationnement. » Pour qu’il y ait Etat, il doit y avoir contrôle des populations soumises, et pour qu’il y ait contrôle, on a les céréales comme le riz, le blé, l’orge, le maïs, le sorgho, le millet. Juste pour information, les quatre premières, le riz, le blé, l’orge, et le maïs, représentent aujourd’hui plus de la moitié de la consommation mondiale en calories. 
Enfin, dans ce contexte, il faut être gouverné, et être gouverné « c’est, en citant Proudhon, être à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, lancé, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé. » Ce qui suppose… l’écriture ! 
Et si on continue sur ce chemin, avec l’Etat vient aussi l’esclavage ! Les guerres antiques ont eu pour objet principal la prise de prisonniers de guerre, c’est-à-dire d’esclaves pour la main d’oeuvre afin  d’éviter aux sujets dit « libres » les travaux les plus pénibles. 
Mais, quand on regarde sur un long temps, on peut remarquer que ces moments de fortes hiérarchisation sociale ont été invariablement suivis d’un retour à des formes sociales beaucoup plus simples et moins inégalitaires. Ces moments d’effondrement, qu’historiens et archéologues ont souvent qualifiés « d’âges sombres » parce qu’ils n’y trouvent plus autant de palais et d’objets de luxe qu’auparavant, et généralement plus d’écriture, peuvent au contraire être interprétés comme des moments de résistance. Ils font place à des retours à des économies villageoises classiques, plus à même de mieux composer avec l’environnement. Ces âges sombres n’ont pas été « sombres » pour tout le monde. Pensons-y chers auditeurs et auditrices… nous sommes peut-être à l’aube de ces âges soit-disants sombres !
On a d’excellentes raisons de penser que, du point de vue matériel, l’existence en dehors de l’état – certains parlent de l’existence « barbare » – a sans doute été souvent plus facile, plus libre et plus saine que celles des sociétés dites civilisées – du moins pour ceux qui ne faisaient pas partie de l’élite ! 
Comment expliquer qu’à une époque aussi récente de l’histoire de son espèce, homo sapiens sapiens, en soit arrivé à vivre dans des communautés sédentaires densément peuplées exploitant une poignée d’espèces de céréales et un cheptel domestiqué, le tout sous l’égide de la version ancestrale de ce que nous appelons aujourd’hui l’Etat ? Et comment ce complexe écologique et social a-t-il pu servir de modèle à la quasi-totalité de l’histoire connue de l’espèce humaine ? Un modèle considérablement renforcé par la croissance démographique, l’exploitation de l’énergie hydraulique et des animaux de trait, la navigation à voile et le commerce longue distance, et qui a prévalu pendant plus de 6000 ans jusqu’à l’avènement des combustibles fossiles. 
Ce processus a généralement été interprété comme le grand récit du progrès, de la civilisation et de l’ordre public et comme la source d’avancées majeures en matière de santé et de temps libre. Et vous savez quoi c’est très certainement faux !

Faisons un petit retour dans le temps !
La formation des premiers états et sociétés agraires de Mésopotamie s’est produite pendant une période qui représente les derniers 5% de l’histoire de l’humanité. L’ère des combustibles fossiles qui débute à la fin du XVIIIème siècle n’occupe que 0,25% de notre histoire. 0,25% de notre histoire en viennent à mettre en péril la planète entière, la vie dans son ensemble ! On parle d’anthropocène, je choisirais plutôt anthropo-désastre. 200000 d’existence de notre espèce balayés ! 
Aux alentours de 10000 ans avant notre ère, il n’y avait que deux à quatre millions de nos congénères sur Terre, soit moins d’un millième de la population actuelle. Et voilà qu’il y a environ 6000 ans survient cette invention décisive qu’est l’Etat. Ce sont les premiers états de la plaine alluviale mésopotamienne. Et, là, aucune autre institution n’a autant contribué à mobiliser les technologies d’aménagement du territoire au service des ses intérêts, à savoir concentrer au maximum les humains, les plantes et les animaux domestiqués. L’émergence d’Homo Sapiens en tant que sous espèce date d’il y a environ 200000 ans et sa présence hors d’Afrique et du Levant d’à peu près 60000 ans. Les premiers exemples de plantes cultivées et de communautés sédentaires remontent à environ 12000 ans. Tout cela pour dire que pendant 90% de la durée de la présence humaine sur Terre, nous avons été de petites bandes chasseurs-cueilleurs mobiles, dispersées et relativement égalitaires. 
Les premiers états stratifiés, collecteurs d’impôts et constructeurs de fortifications n’apparaissent dans la vallée du Tigre et de l’Euphrate vers 3100 ans avant notre ère, soit plus de 4000 ans après les premiers cas répertoriés de domestication d’espèces végétales et et de sédentarité. 
Et là, les questions arrivent ! Parce que la pensée commune a produit un récit de « l’essor de l’humanité », dans lequel l’agriculture vient se substituer au monde barbare, sauvage, primitif, brutal et sans loi des chasseurs-cueilleurs et des nomades. Dans lequel les cultures sédentaires sont à l’origine et les garantes d’une existence stable, de cultes religieux formalisés, du lien social et du règne du devoir. Dans lequel il est dit que les populations qui refusent de se convertir à l’agriculture le font par ignorance ou par refus de s’adapter, par refus du progrès ! On présuppose donc que l’homo sapiens fatigués de ses errances ne désire qu’une seule chose : se fixer définitivement et en finir avec des milliers de millénaires de nomadisme et de mouvements saisonniers.  
Or les populations de chasseurs-cueilleurs ont opposé une résistance farouche à la sédentarisation permanente. Elles se sont longtemps battues contre la sédentarité, l’associant à juste titre, aux maladies et au contrôle étatique. Ce n’est que contraints et défaits que nombre de peuples amérindiens ont été confinés dans des réserves. 
Les chasseurs-cueilleurs n’avaient rien de ces populations désemparées, mal nourries, toujours au bord de la famine. En réalité, les chasseurs-cueilleurs n’ont jamais eu aussi bonne mine, si l’on en juge par leur régime alimentaire, leur santé et le temps libre dont ils disposaient.
Pour Guillermo Algaze : « Les premiers villages du Proche-Orient ont domestiqué les plantes et les animaux, tandis que les institutions urbaines d’Uruk ont domestiqué les humains. » 
Et donc l’Etat ! Avec un E majuscule… Il n’est pas étonnant que l’Etat ait fini par dominer les grands récits historiques. Pour nous, homo sapiens, habitués à penser en unités d’à peine quelques générations, la permanence de l’état et de l’espace qu’il administre semble être une constante incontournable de notre condition. L’état s’auto-entretient aussi dans la lecture du passé. Concentrés sur les grandes ruines historiques, en pierre, concentrées, nous mettons de côté tout le reste, les constructions en bois, en bambous, en roseaux, et les fines couches de déchets biodégradables. D’où un récit de l’état, des villes comme récit dominant. 
Et avec l’écriture c’est pareil voire pire. Les écritures cunéiformes et hiéroglyphiques sont invariablement produites par et pour l’état, afin de garder traces des taxes, inventaires de main d’oeuvre, listes de tributs, généalogies royales, mythes fondateurs et lois. 
Cependant, bon nombre de peuples nomades connaissaient l’écriture mais ils écrivaient généralement sur des matériaux périssables (écorce, bambou, feuilles, roseaux) et pour des raisons différentes des préoccupations d’un état – pour eux, écrire c’était mémoriser des sortilèges et des poèmes d’amour. 
L’Etat, la concentration des humains, les villes, vers les désastres écologiques… l’enfermement et le dressage des humains, l’école, vers l’asservissement, … et l’urgence d’alternatives !

« Teacher tells you stop your play and get on with your work
[…]
They tell you not to hang around and learn what life’s about
And grow up just like them »

Grandir comme eux ! Grandir et accepter ces systèmes éducatifs qui sont de formidables outils de conditionnement qui produisent en série une main d’oeuvre spécialisée, des consommateurs dociles, des usagers résignés. J’ai lu, il y a quelques temps cette histoire, malheureusement, je me souviens plus où. L’histoire d’ouvrières qui se sont auto-organisées pour apprendre à lire. Apprendre à lire entre elles, les a amenées à ne plus accepter leur condition terrible. Que fit ‘entreprise ? Il mit en place une école, une école ! Pourquoi une école ? Parce que l’école est là pour préserver l’Etat, pour conserver en lui les individus qui seuls en viendraient à le contester voire à s’en échapper !  
Face à l’état et pour reprendre Proudhon, dans lequel être gouverné, « c’est, être à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, lancé, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé. », l’école occupe sa place. « Elle enseigne de confondre enseigner et apprendre, à croire que l’éducation consiste à s’élever de classe en classe, que le diplôme est synonyme de compétences, que savoir utiliser le langage permet de dire quelques chose de neuf… » A quoi peut bien servir la formation d’un diplômé d’université si ce n’est le mettre au service de l’Etat ! 
Alors qu’il faut revendiquer le fait d’être libres de contester l’ordre établi, libres de penser hors la pensée de des ainés, libres de s’émanciper, de se tromper, mais libres de réessayer encore et encore ! Et ne donner aucune justification, aucune confiance à une note, à une évaluation chiffrée uniquement là pour faire de vous de bons consommateurs ! 
Certains d’entre nous cherchent à ouvrir d’autres portes, certains d’entre nous cherchent à éclairer le monde autrement pour se l’approprier, l’envahir, le modeler, l’inventer ! 

Alors il faut OSER ! 

Oser, parce que sinon ce sera trop tard ! Et, dans cet avenir proche, si vous en aurez encore la lucidité, vous vivrez dans un monde que vous haïrez ; et pour ceux qui s’en satisferont, la majorité j’imagine, ce sera le constat d’un un gâchis terrible d’évolution, de combats, de richesse, d’invention commencés il y a plusieurs millions d’années ! Et là ce serait vraiment dommage ! Et pour finir, laissons la parole à Walt Whitman et le poème, Feuilles d’herbe :

« Message à chacun de nos Etats, chaque cité de nos Etats : 
Résistance maximale, obéissance minimale,
Obéissance sans discussion signifie esclavage total,
Esclavage total c’est certitude pour les nations et les villes, 
De la Terre de ne plus jamais retrouver la liberté. » 

Voilà, le temps des Nowakowskismes s’est écoulé, nous avons produit cette expérience de quelques minutes qui a été unique pour chacun d’entre vous. Rire ou pleurer ? Surtout penser et construire un avenir qui aura du sens ! 

Sources
Homo Domesticus. Une histoire profonde des premiers Etats. James C. Scott
Pour une anthropologie anarchiste. David Graeber 
Revue America n°3 
La convivialité. Ivan Illich 
Une société sans école. Ivan Illich
Walden ou la vie dans les bois. Henry David Thoreau. 
Tristes tropiques. Claude Levi-Strauss

Nowakowskismes n°3.8. Douce France !

« Où est passée la vie que nous avons perdue en vivant ? 
Où est passée la sagesse que nous avons perdue dans la connaissance ? 
Où est passée la connaissance que nous avons perdue dans l’information ? » 

Où est passée l’information que nous avons perdue dans les données ? Comment retisser la toile du sens ? 
Comment passer des données à l’information, de l’information à la connaissance, de la connaissance à la sagesse, et comment mettre tous ces savoirs au service de la vie ? » 

Ce soir, nous allons plonger dans le présent, dans ce qui le rend révoltant et inacceptable, ce soir, nous irons du côté de Ken Loach, et du rapport d’ATTAC.

Vous êtes prêt ? Alors on y va… 
Mardi 15 janvier 2019, je cite : « Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent. »
Qui se trouve au premier rang des « déconneurs », je vous le donne en mille ! Ce sont bien évidemment les chômeurs. Et que souhaite faire le président, il entend les « responsabiliser » à coup de sanctions financières inédites en France. Bien sûr dans cette idéologie, si tu n’es pas riche, si tu es au chômage ou dans les difficultés, c’est parce que TU n’a pas fait ce qu’il fallait pour ne pas y être ! Une belle idéologie en provenance des Etats Unis. Donc, dans cette logique de « responsabiliser » les irresponsables, on signe des décrets en catimini, et l’idéal c’est bien sûr dans une période où tout le monde est occupé ailleurs, entre Noël et Nouvel An. La date de signature est le 28 décembre 2018, et le décret est en application de la très mal nommée « loi sur la liberté de choix de son avenir professionnel ». 
Avec ce décret, les chômeurs auront dorénavant le choix : accepter n’importe quel emploi, à n’importe quelle distance de leur domicile ; ou ne plus bénéficier de leur droit aux indemnités. Ramper ou périr d’inanition en somme. En voilà un choix pertinent ! 
La communication autour ce décret, c’est la promesse de débarrasser la France de ses archaïsmes. Le décret et c’est le gouvernement qui l’assure, le dispositif permettra de faire entrer le pays dans la modernité. Ah la modernité ! La modernité est-elle synonyme de progrès ? Ce cas démontre aisément le contraire. La modernité et l’innovation, les autres l’ont déjà mise en oeuvre. En Allemagne (Hartz IV), mais aussi, au Royaume-Uni, où il est expérimenté avec des conséquences que relate le film de Ken Loach « Moi, Daniel Blake », palme d’or au Festival de Cannes. Le résumé du film pour ceux et celles qui ne l’ont pas vu. Le film illustre les dégâts humains et sociaux d’une réforme alliant dérives arbitraires et boursouflures bureaucratiques. Voici le petit résumé :
« Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au job center, Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450 kilomètres de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives du Royaume-Uni d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider… »
Revenons en France, cette chère et douce France ! Le décret français se résume à une longue liste de motifs de radiation possible. Il faut les mettre au pas ces irresponsable : radiation en cas d’absence à un rendez-vous, radiation en cas d’abandon d’une « formation », radiation en cas de refus de se soumettre à une visite médicale d’aptitude au travail (dont l’avis peut différer de celui du médecin traitant)… Je vous laisserai découvrir cette liste. Et pour couronner le tout, toute radiation conduit à une interruption immédiate du versement des indemnités, même si le chômeur conteste la décision. Les réclamations n’étant pas suspensives. Pour mémoire, auparavant, le revenu de remplacement n’était amputé que de 20 % lors du premier manquement.
Les sanctions pleuvent également au bout de deux refus d’« offres raisonnables d’emploi » (ORE), quelle violence et quel mépris dans cette formulation. Les « offres raisonnables d’emploi » sont définies en fonction du métier, du salaire et de la distance à parcourir. Pour mémoire à nouveau, jusqu’à présent, on considérait comme une « offre raisonnable d’emploi » toute offre payée 95 % du dernier salaire pour les inscrits depuis trois mois, 85 % pour les personnes privées d’emploi depuis six mois, au niveau du revenu de remplacement perçu pour les chômeurs inscrits depuis un an et plus ; le trajet maximum à effectuer ne devait pas excéder une heure (aller) ou trente kilomètres. Depuis le décret du 28 décembre 2018, ces critères se sont évaporés et l’employé de Pôle emploi décide seul si une offre est raisonnable ou non, et donc décide seul de la suspension du revenu de remplacement.
Les conséquences sont que le nombre de contrôleurs de Pôle emploi va passer de deux cents à mille d’ici à la fin de 2019, que ces postes de contrôleurs ne sont que des réaffectations de l’effectif existant, effectifs qui sont d’ailleurs en baisse pour la seconde année. En d’autres termes : ce nouveau décret prévoit de réduire le nombre de personnes chargées d’aider les demandeurs d’emploi dans leur parcours de recherche d’un emploi, au profit d’un accroissement des rangs de ceux missionnés pour les traquer !
Autre aspect non négligeable. Les chômeurs doivent désormais maîtriser Internet : être capables de créer leurs « espaces personnels » où recevoir leurs convocations ; les enrichir en permanence en y déposant leur curriculum vitae ; alimenter leur « carnet de bord numérique » en apportant la preuve qu’ils recherchent bien un emploi, à raison de « trente-cinq heures par semaine ». Faute de quoi, la sanction tombe. Ceux qui ne savent guère manier l’outil informatique pour tout un tas de raisons, et ceux qui ne sont pas à l’aise avec l’informatique sont très souvent ceux qui éprouvent le plus de difficultés à trouver un travail. Il faut également arrêter de considérer comme vrai le postulat, tous les gens sont sur Facebook, ils maîtrisent donc les outils informatiques ! Et donc toutes ces personnes pourraient alors se trouver rejetés par le dispositif lui-même, privés de droits, relégués hors du monde, condamnés à la charité publique.
Au Royaume-Uni, qui semble avoir inspiré le président tout autant que Ken Loach (évidemment pas pour les mêmes raisons), 500 000 salariés ont basculé dans la pauvreté au cours des cinq dernières années, sans perdre leur emploi. « Le nombre de travailleurs pauvres a augmenté plus rapidement que le chômage », résumait un article du Guardian, le 4 décembre 2018. Désormais, 60 % des personnes pauvres vivent au sein de foyer où au moins une personne travaille. En mai dernier, une étude révélait qu’un demi million de personnes âgées entre 16 et 24 ans ont « disparu des radars du gouvernement » et représentent une armée de chômeurs non comptabilisés. En voilà un modèle de modernité ?

On continue sur le même thème ? Pas vraiment le même thème mais un contexte qui explique le pourquoi de tout cela. Vous avez entendu parler de « Choose France », « France is back », le président qui réunit à Versailles, rien que cela, les PDG de grosses entreprises multinationales, réunions de capitaines d’industries, des vrais leaders de la modernité. Je déteste cette expression « capitaines d’industrie » ! Elle est significative de ce qui aujourd’hui fait les valeurs de notre société. Il nous faut des capitaines, pour mener le navire sur le chemin de la croissance et de l’argent. Et donc, parmi les PDG d’entreprises invités, à qui la France, douce France déroule le tapis rouge, il y avait de nombreuses multinationales dont les pratiques fiscales, sociales et écologiques sont très régulièrement mises à l’index. Quelques exemples : 

  • Microsoft, connue pour ses pratiques d’évasion fiscale, récemment notifiée d’un redressement fiscal d’un montant de 600 millions d’euros par Bercy ;
  • JPMorgan, régulièrement soupçonnée de pratiques encourageant l’évasion fiscale, présente dans plusieurs paradis fiscaux et réglementaires ;
  • HSBC, machine à fraude fiscale, impliquée dans de nombreux cas d’évasion fiscale ;
  • Engie : multinationale de l’énergie qui a déplacé sa holding à Luxembourg pour échapper à l’impôt, pratique l’optimisation fiscale à grande échelle et refuse de fermer purement et simplement ses centrales à charbon ;
  • Samsung : multinationale dont les PDG successifs sont régulièrement accusés d’évasion fiscale ;
  • Arcelor Mittal : multinationale de l’acier dont le siège social est au Luxembourg, qui pratique l’évasion fiscale à grande échelle et qui profite allègrement du marché carbone européen tout en continuant à polluer et détruire des emplois ;
  • General Electric : multinationale des Etats-Unis qui supprime des emplois partout dans le monde, y compris en France après le rachat de la branche énergie d’Alstom ;

Et la liste ne s’arrête pas là, je vous invite à y jeter un oeil. Et donc quand cette Douce France cessera-t-elle de dérouler le tapis rouge à ces PDG de multinationales qui grèvent les finances publiques, aggravent la crise écologique et détruisent des emplois, afin de prendre des mesures coercitives et contraignantes imposant à ces entreprises multinationales de payer leurs impôts, réduire leur empreinte écologique et investir massivement dans les activités productives plutôt que déverser des dividendes improductifs. Et quand on parle de dividendes, il y a un rapport que je vous invite à lire, c’est le rapport d’ATTAC intitulé « Les grandes entreprises françaises, un impact désastreux pour la société et la planète ». Dans toutes ces entreprises multinationales, dont un grand nombre était présent à Versailles, profitent d’un climat aujourd’hui favorable pour étendre leurs sphères d’influence et solidifier les pouvoirs acquis au cours des décennies passées. En France, les 40 multinationales qui composent le CAC40 pèsent aujourd’hui plus de 1 300 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit l’équivalent de plus de la moitié du PIB de la France. Souvent présentées comme les « fleurons » de l’économie française, ces entreprises ne cessent d’être promues et soutenues, notamment à l’international, par les pouvoirs publics. Mais à qui profitent-elles vraiment ? Sont-elles exemplaires en termes d’emplois, d’égalité hommes-femmes, de salaires? Que font-elles pour lutter contre le réchauffement climatique et réduire leur empreinte écologique ? Pratiquent-elles, et à quelle échelle, l’évasion fiscale ? En voilà de belles questions !
A l’occasion du Forum économique mondial de Davos 2019, vous voyez de quoi je parle, cette réunion des grands du monde, qui arrivent chacun dans leur jet privé, et se congratulent d’être les maîtres du monde et à l’occasionde la deuxième édition du « Choose France summit » à Versailles, des organismes comme ATTAC ont fait une série de propositions concrètes lesquelles, si elles étaient mises en œuvre par les pouvoirs publics, contribueraient à répondre aux exigences de justice sociale, fiscale et climatique, aujourd’hui portées par la majorité de la population.
Dans ce rapport, que je vous invite à télécharger, (je partagerai le lien sur mon blog et sur la page des Nowakowskismes), il est révélé qu’entre 2010 et 2017, les impôts versés par les entreprises du CAC 40 ont baissé de 6,4 % en valeur absolue, alors que leurs bénéfices cumulés ont augmenté de 9,3 % et les dividendes versés aux actionnaires de 44 % en valeur absolue également sur la même période, tandis que leurs effectifs en France ont baissé de 20 %. Je pense que ces chiffres se passent de commentaires. 
Quelle justice sociale pouvons-nous attendre alors que les profits des grandes entreprises françaises, les dividendes et les rémunérations des hauts dirigeants s’envolent, quand les effectifs mondiaux stagnent et qu’ils diminuent fortement en France ?
Quelle justice climatique pouvons-nous attendre alors que les émissions de CO2 des sites les plus polluants du pays ont augmenté de 5 % en 2017 et que ces émissions, notamment issues d’entreprises du CAC 40, échappent largement à la fiscalité carbone ?
Quelle justice fiscale pouvons-nous attendre alors que les entreprises du CAC 40 ont plus de 2 500 filiales dans les paradis fiscaux et payent moins d’impôts aujourd’hui qu’en 2010 ?
Je continue ? Vous me dites quand vous serez proches de vomir ! Les grandes entreprises françaises dépensent des centaines de milliers, voire des millions d’euros en lobbying à Paris, Bruxelles et Washington, mais aussi des centaines de millions d’euros, voire des milliards pour certaines, en publicité. Le premier actionnaire du CAC 40 n’est plus, pour la première fois depuis longtemps, l’État français, mais la famille du milliardaire Bernard Arnault, PDG de LVMH et actionnaire de Carrefour. Je continue ? Près de la moitié du CAC40 a un dirigeant issu de la haute fonction publique.
Plus de 3400 traités et accords protègent les investissements des multinationales tandis qu’aucun texte international juridiquement contraignant ne garantit qu’elles respectent les droits humains et de l’environnement, ni ne garantit l’accès à la justice pour les populations victimes de leurs agissements. Derrière tout cela, la question – mais c’est quoi ce monde qui traque les chômeurs et déroule le tapis rouge aux multinationales nocives ? La réalité est qu’elles ont été érigées en modèle de réussite et sont devenues de très puissants acteurs économiques et financiers, ayant souvent la capacité de se soustraire à leurs responsabilités, bénéficiant de gouvernements qui sont devenus leurs obligés. En résumé, les multinationales disposent désormais de droits et de pouvoirs étendus, tant sur nos vies que sur la planète et notre avenir.

Ce soir j’ai décidé d’être sombre ! Ce doit être à cause de la grippe ! Nous sommes dans le dernier temps des Nowakowskismes et pour compléter le tableau, faisons un petit tour du côté des banques. Donc, les banques financent massivement les énergies fossiles qui sont responsables des émissions de gaz à effet de serre. Les récents rapports d’Oxfam et des Amis de la Terre montrent que les grandes banques françaises (BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole, Banque Populaire Caisse d’épargne, le Crédit-Mutuel CIC et la Banque Postale) consacrent encore, en 2017, 70 % de leurs financements aux énergies fossiles, contre 20% aux renouvelables. Dans la bande, BNP Paribas vient en tête avec 12,8 milliards d’euros de financements accordés aux énergies fossiles, suivie de près par la Société Générale et le Crédit Agricole avec, respectivement, 12,6 et 11,5 milliards d’euros. Ces trois établissements bancaires ont même accordé plus de 11 milliards d’euros au total aux 120 entreprises les plus « agressives » en matière de développement de centrales à charbon, entre janvier 2016 et septembre 2018. Un chiffre qui est en augmentation par rapport à la période 2013 – 2015. 
Comme si l’Accord de Paris et l’engagement global à contenir le réchauffement climatique en-deçà de 1,5°C ou 2°C n’avait aucune importance, n’avait aucun effet sur les stratégies d’investissement des grandes banques françaises ! Bon je suis d’accord ce ne sont pas les seuls ! Les banques privées ne sont pas les seules à mettre en cause : l’absence de régulations des pouvoirs publics conduisent les banques privées à continuer comme si de rien n’était. La campagne sur le Livret développement durable et solidaire (LDDS) menée par Attac et 350.org a mis en exergue comment les banques privées étaient finalement peu contraintes sur l’utilisation de cet outil financier, supposé être encadré par les pouvoirs publics et ayant vocation à financer des investissements durables.
Et comme nous vivons dans un monde merveilleux, cette Douce France, vous ne serez pas étonné d’apprendre que les entreprises les plus polluantes sont largement exonérées de taxe carbone.
Que les entreprises les plus polluantes et soumises au marché carbone européen profitent d’un prix de la tonne carbone bien plus faible et de facilités auxquels les ménages, artisans et petites entreprises n’ont pas accès. Que les plus gros pollueurs sont en fait très faiblement concernés par la fiscalité carbone, la plupart d’entre eux recevant l’essentiel – et voire même la totalité – de leurs quotas d’émissions gratuitement. 
Et donc on s’assoie allègrement sur le principe « pollueur-payeur » appliqué aux ménages, artisans et petites entreprises, pour le principe « pollueur-payé » qui est la règle lorsqu’il s’agit des entreprises les plus polluantes.
Bon je vais m’arrêter là, mais pas complètement. Petit message à destination de tous et des « irresponsables », Carlos Ghosn aura droit quoiqu’il arrive à son salaire fixe au titre de l’année 2018, soit un million d’euros. Pour la part variable, c’est plus discutable car elle est indexée sur sa présence au sein de l’entreprise alors que le PDG de Renault est emprisonné au Japon depuis la mi-novembre.
Il y a aussi une indemnité de non-concurrence pour que Carlos Ghosn n’aille pas offrir ses services ailleurs quand il sortira de prison. Elle peut monter à quatre millions d’euros. Carlos Ghosn va fêter ses 65 ans début mars et pourra alors faire valoir ses droits à la retraite. Sa retraite chapeau est de l’ordre de 800 000 euros par an. Théoriquement, au total, Carlos Ghosn pourrait quitter Renault avec des indemnités de l’ordre de 25 millions d’euros.
Ce coup-ci j’arrête là et ce sera avec les mots de conclusion de l’ouvrage rire du philosophe et acteur Yves Cusset. Ça parle du rire. 

« Rire nous ramène toujours un peu à l’état de débutant qui n’a d’autre arme que l’énormité de son ignorance native pour affronter l’épais brouillard où son existence ne cesse de s’enfoncer. Et l’humour à l’état désespérément joyeux de celui qui serait bien incapable de conclure quoi que ce soit de sensé de cette plaisanterie interminable qu’on appelle la vie, et dont il nous a été donné le drôle de privilège ou la grâce inutile de pouvoir nous réjouir. Alors conclure, c’est toujours d’une manière ou d’une autre avoir fini de rire. »

Sources 
Le monde diplomatique, https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2019-01-18-Macron-Ken-Loach-controle-chomeurs 
Rapport ATTAC – Les grandes entreprises françaises, un impact désastreux pour la société et la planète, https://france.attac.org/IMG/pdf/davos-a4-pap.pdf 
Blog Mediapart, https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/210119/choosefrance-versailles-macron-deroule-le-tapis-rouge-aux-de-levasion-fiscale 
Yves Cusset. Rire

Nowakowskismes n°3.7. Ô Temps !

« Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir. »

Pour démarrer cette nouvelle année, nous allons parler du temps. Le temps, familier et intime, la fuite des secondes, des heures, des années qui nous entrainent vers le néant. La mythologie hindoue représente le fleuve cosmique par l’image divine d’un Shiva dansant : sa danse règle la marche de l’univers : elle est l’écoulement du temps. Qu’y-t-il de plus universel et de plus évident et de plus insaisissable que le temps qui passe ? 

Commençons dans le temps par une petite histoire du temps, du temps qui s’est écoulé et qui nous amène là ce soir à pouvoir nous retrouver dans les Nowakowskismes. 
«  Disons que la planète naît à minuit et que sa vie court un jour. 
Au début, il n’y a rien. Deux heures sont gaspillées par la lave et les météores. La vie n’apparaît pas avant quatre heures du matin. Et même alors, c’est seulement d’infimes bribes qui se dupliquent. De l’aube à la fin de la matinée – un milliard de ramification – rien n’existe que de maigres cellules simples.
Et puis, il y a tout. Quelque chose de fou arrive, peu après midi. Une variété de cellule simple en asservit deux ou trois autres. Les noyaux acquièrent des membranes. Les cellules développent des organelles. Un camping solitaire donne naissance à une ville.
Les deux tiers du jour sont passés quand animaux et plantes prennent des chemins séparés. Mais la vie n’est encore que cellules simples. Le crépuscule tombe avant que le vie composée s’impose. Tous les grands organismes vivants sont des retardataires qui n’arrivent qu’à la nuit. À neuf heures du soir apparaissent méduses et vers de terre. L’heure est presqu’écoulée quand survient la percée : épines dorsales, cartilage, une explosion de corps possibles. D’une minute à l’autre, d’innombrables tiges et branches nouvelles éclatent et s’égaillent dans la frondaison qui s’étend. 
Les plantes parviennent à la terre juste avant vingt-deux heures. Puis les insectes, qui aussitôt décollent. Quelques minutes plus tard, les tétrapodes s’arrachent à la boue des marées, en charriant sur leur peau et dans leurs tripes des univers entiers de créatures plus anciennes. Vers onze heures, les dinosaures ont fait leur temps, et laissent la barre aux mammifères et aux oiseaux pour une heure.
Quelque part dans ces soixante minutes, très haut dans la canonnée phylogénétique, la vie se fait consciente. Des créatures commencent à spéculer. Des animaux apprennent à leurs enfants le passé et le futur. Des animaux apprennent à avoir des rituels.
L’homme moderne au sens anatomique se pointe quatre secondes avant minuit. Les premières peintures rupestres apparaissent trois secondes plus tard. 
Et en un millième de clic de la grande aiguille, la vie résout le mystère de l’ADN et se met à cartographier l’arbre de la vie lui-même. 
À Minuit, la plus grande partie du globe est convertie en cultures intensives pour nourrir et protéger une seule espèce. Et c’est alors que l’arbre géant devient encore autre chose. Que le tronc géant commence à vaciller. » 

Voici une matérialisation du temps tel que nous le percevons, c’est-à-dire un ensemble ordonné de traces, traces organisées dans un écoulement venant du passé, pour emplir un présent et ouvrir vers un futur. Mais au delà du terrible constat qu’il énonce, « la plus grande partie du globe est convertie en cultures intensives pour nourrir et protéger une seule espèce », c’est le temps tel que nous le vivons. Mais peut-on en rester là ?  

Parce que le temps ne s’écoule pas de façon uniforme et universelle. Et bon nombre de questions se posent. Certaines inattendues et qui peuvent paraître incongrues comme celle-ci : pourquoi nous souvenons-nous du passé et non du futur ? D’autres comme celle-ci : est-ce que nous existons dans le temps, ou bien le temps existe-t-il en nous ? Et aussi, parce que c’est l’expérience vécue par chacun d’entre nous, qu’entend-on par l’écoulement du temps ? 

Partons d’un fait simple et toujours déconcertant. Le temps s’écoule plus vite à la montagne, et plus lentement en plaine ! La différence est minime mais elle peut être facilement observée avec les horloges de précision dont nous disposons aujourd’hui. Le temps ne s’écoule donc pas de la même façon partout. Pourquoi ? C’est Einstein qui a apporté la réponse bien avant que l’on soit capable de mesurer ces différences. Il s’est posé cette question classique : comment le soleil et la terre font-ils pour s’attirer s’ils ne se touchent pas et s’il n’y a rien entre eux. Il a imaginé que les deux astres ne s’attirent pas directement, mais que chacun d’eux agit graduellement sur ce qui se trouve entre eux. Et comme entre eux, il n’y a que de l’espace et le temps, il a supposé que le soleil et la terre modifient l’espace et le temps autour d’eux, comme un corps qui s’immerge déplace l’eau autour de lui. La modification de la structure du temps et de l’espace modifie le mouvement de tous les corps les faisant tomber les uns vers les autres. 
Que signifie « la modification de la structure du temps » ? Et bien c’est le ralentissement du temps comme tout à l’heure : chaque corps ralentit le temps autour de lui. La terre qui est très massive ralentit le temps dans son voisinage. Et donc davantage en plaine qu’en montagne parce qu’être sur un sommet c’est être un peu plus loin de la terre.
Et si les choses tombent, c’est à cause de ce ralentissement du temps. Là où le temps s’écoule uniformément, dans l’espace interplanétaire par exemple, les choses ne tombent pas, elles ont suspendues. À la surface de notre planète, les corps se meuvent naturellement en direction de l’endroit où le temps passe plus lentement. Les choses tombent vers le bas parce qu’en bas le temps est ralenti par la terre. Ainsi, même si on ne peut pas observer le temps directement, son ralentissement a des effets remarquables, il fait tomber les choses, il nous garde les pieds collés au sol, et ça c’est parce que tout notre corps va naturellement là où le temps s’écoule le plus lentement. Et le temps qui s’écoule plus lentement c’est également plus pour nos pieds que pour notre tête ! 
Revenons au temps. Mais alors si des lieux différents et donc des horloges différentes indiquent des temps différents, c’est le caractère unique de la quantité « temps » qui vole en éclats pour laisser la place à une pluralité de temps. Le bon vieux Shiva n’est donc pas unique ! 
Et l’expérience temporelle de chacun nous le démontre aussi. Il suffit d’un peu de LSD pour que notre expérience du temps se dilate vers le magique. « Combien de temps dure toujours ? » demande Alice. « Parfois seulement une seconde » répond le Lapin Blanc. Il y a des rêves qui ne durent que quelques instants dans lesquels tout semble se figer pour l’éternité. Le temps est élastique. Des heures peuvent filer à toute allure, et des minutes peuvent peser comme des siècles. Voici aussi notre expérience du temps ! « Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours » 
La réalité est que nous ne décrivons pas comment le monde évolue dans le temps, mais nous décrivons l’évolution des choses dans des temps locaux et l’évolution des temps locaux les uns par rapport aux autres.  
La réalité du temps qui est la nôtre n’est qu’une approximation d’une réalité plus complexe. Un présent commun à tout l’univers n’existe pas. Les événements ne sont pas tous ordonnés en passé, présent et futur. Ils ne sont que partiellement ordonnés. Il y a un présent proche de nous, mais pas quelque chose qui serait un « présent sur une galaxie lointaine ». Le présent est une notion locale, et non globale. Le présent de l’univers n’existe pas. Mais alors, si le présent ne signifie rien, qu’est-ce qui existe dans l’univers ? Ce qui existe n’est-ce pas ce qui est dans le présent ? Donc, tout ce qui s’appuie sur l’idée selon laquelle l’univers existe ici et maintenant dans une certaine configuration présente qui change en bloc avec l’écoulement du temps, ne fonctionne plus !
Localement, le temps s’écoule à des vitesses différentes selon l’endroit où on se trouve et la vitesse à laquelle nous nous déplaçons. Plus nous nous trouvons proche d’une masse, ou plus nous nous déplaçons rapidement, plus le temps ralentit. Entre deux événements, il n’y a pas une durée unique, il y en a plusieurs possibles. Les rythmes auxquels s’écoule le temps sont déterminés par ce qu’on appelle le champ gravitationnel qui est une entité réelle et qui possède sa propre dynamique. Le champ gravitationnel est décrit lui par les équations d’Einstein. Et le champ des physiciens est une substance qui constitue la trame de la réalité physique du monde. Par exemple, le champ électromagnétique est la trame dont est faite la lumière est à l’origine des forces qui font tourner les moteurs électriques. Le champ gravitationnel est lui la trame qui tisse l’espace et le temps, la toile sur laquelle est dessiné le monde. Les horloges sont les appareils qui en mesurent l’extension. Les mètres mesurent un autre aspect de son extension. L’espace-temps est le champ gravitationnel et inversement. 
Un autre aspect un peu plus bouleversant. Il n’y a pas de différence entre passé et futur dans les équations élémentaires qui gouvernent les événements du monde. Si une séquence d’événements est permise par ces équations, la séquence renversée dans le temps est permise également. En fait, la flèche du temps n’apparaît que lorsqu’il y a de la chaleur en jeu. Chaque fois qu’il se manifeste une différence entre passé et futur, la chaleur est dans le coup. 
Un exemple – si je regarde un film qui montre une balle qui roule, le film peut être indifféremment projeté dans un sens ou dans l’autre. Par contre, si la balle roule et freine pour s’arrêter, le film ne pourra plus être projeté dans les deux sens. Le ralentissement est dû à des frottements, qui produisent de la chaleur, et là seulement apparaissent les notions de passé et de futur. Ce qui nous permet de mesurer ce mouvement irréversible et unidirectionnel de la chaleur c’est l’Entropie, le mot entropie vient du grec Transformation. L’entropie est une quantité mesurable et calculable qui, pour un système isolé, augmente ou reste constante, mais ne diminue jamais. C’est ce qui décrit le fait que la chaleur va toujours du corps chaud vers le corps froid et jamais l’inverse. 
Et donc pourquoi cela ? Et bien, l’entropie existe parce que nous voyons imparfaitement le monde. Cette différence entre passé et futur se loge alors dans cette vision floue que nous avons du monde. Voici quelque chose de surprenant, l’écoulement du temps s’installe dans le fait que nous sommes incapables à notre niveau de voir avec notre point de vue le monde dans ses détails les plus infimes. 
En fait, il n’y a ni espace, ni temps uniquement des processus qui transforment les quantités physiques les unes dans les autres, et pour lesquelles nous pouvons calculer les probabilités et les relations. 

Pour résumer, il n’y a donc pas grand chose qui corresponde au temps de notre expérience. La physique montre qu’il n’y a pas de variable « temps » spéciale, qu’il n’y a pas de différence entre passé et futur, qu’en fait qu’il n’y a même pas d’espace-temps. Nous savons formuler les équations qui décrivent le monde, et on découvre que ce n’est pas un monde statique, un monde de choses, auquel nous avons à faire mais un monde d’événements. Alors d’où vient notre sensation du temps de ce monde sans temps ? La réponse est déjà dans le fait que nous jouons un rôle non négligeable dans l’émergence des aspects familiers du temps. Depuis notre point de vue, nous, créatures qui ne sont qu’une infime partie de ce monde, nous voyons le temps s’écouler. Nous voyons le temps s’écouler parce que notre interaction avec le monde est partielle et floue. C’est pour cette raison que nous n’en percevons pas tous les aspects. À cela s’ajoute cette indétermination quantique sur laquelle je ne m’étendrai pas ici mais je vous renvoie aux sources que vous trouverez sur mon blog. 
Donc, l’ignorance qui résulte de tout cela, agit sur l’existence d’une variable particulière, ce temps thermique irréversible, thermodynamique donc lié à la chaleur, et de l’entropie qui quantifie toute cette incertitude. De plus, le fait que l’entropie ayant été basse dans les débuts de l’univers, ça a un effet fondamental dans la distinction entre le passé et le futur. À cela quoi s’ajoutent les traces que ce passé laisse dans le présent. Ces traces sont partout. Les cratères de la Lune témoignent des impacts passés. Notre cerveau grouille de souvenirs. Il existe des traces du passé et non du futur uniquement parce que l’entropie était basse dans le passé. Et pour pouvoir laisser de telles traces, il est nécessaire que quelque chose s’arrête, cesse de bouger (comme la bille de tout à l’heure), et bien sûr, cela ne peut se produire qu’au travers d’un processus irréversible, c’est-à-dire un processus qui dégrade de l’énergie en chaleur. 
Nous appartenons peut-être à un sous-ensemble particulier du monde qui interagit avec le reste de telle façon que l’entropie soit basse dans une direction de notre temps thermique. L’orientation du temps est réelle mais due au point de vue qui est le nôtre. Nous voyons les choses se produire de façon ordonnée selon cette variable « temps » et l’augmentation de l’entropie marque pour nous la différence entre passé et futur accompagnant le déploiement du cosmos. Elle détermine ainsi l’existence des traces, de ces restes qui sont les mémoires du passé. Nous, les humains sommes un effet de cette grande histoire de l’augmentation de l’entropie, unis par la mémoire que permettent ces traces. Chacun d’entre nous est unique dans sa relation au monde matérialisée dans ces traces. C’est de là que naît ce que nous appelons « l’écoulement » du temps. 
Alors, pour échapper à l’inquiétude que suscite en nous ce temps, certains comme Parménide ont voulu en nier la réalité, d’autres comme Platon ont imaginé un monde d’idées qui évoluent hors du temps. Hegel parle du moment où l’Esprit dépasse la temporalité et se connaît comme le tout ; puis d’autres encore comme Bergson ont adoré le temps. 
Mais aujourd’hui, nous commençons à entrevoir le mystère du temps. Nous pouvons voir le monde sans temps aussi, mais surtout nous commençons à voir que nous sommes le temps. Nous sommes cet espace, cette déchirure ouverte dans les traces mémoires présentes à l’intérieur des connexions de nos neurones, et cette déchirure est constitutive du temps. Nous sommes cette mémoire, cet écoulement du temps, et nous emplissons le monde de nous, de nos traces, des instants vécus dans le temps, « Combien de temps dure toujours ? » demande Alice. « Parfois seulement une seconde » répond le Lapin Blanc. Tout y est !
Chez les arbres, le temps, la mémoire se marquent par un nouvel anneau tous les ans ; nous humains, nous nous étendons dans d’autres dimensions que celles des trois de l’espace physique standard, nous sommes ceux par qui naît l’écoulement du temps, et inversement, nous sommes l’écoulement du temps qui est nous. Ce qui n’empêche pas l’expérience vécue du temps dans nos vies ici et maintenant. Alors quoi de mieux que Lamartine pour conclure ce temps des Nowakowskismes  : 

« Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

 Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.

 Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons !  »

Voilà, le temps des Nowakowskismes s’est écoulé, nous avons produit cette expérience de quelques minutes qui a été unique pour chacun d’entre vous. Ce temps irréversible, ce temps de dissipation d’énergie en chaleur, d’émissions d’ondes dans l’espace-temps, que nous ne pouvons pas relire en sens inverse, mais la technique nous sauve, vous pouvez réécouter et revivre ce moment en écoutant en podcast.

Sources
Carlo Rovelli. L’ordre du temps
Marcel Proust. Du côté de chez Swann 
Richard Powers. L’arbre-monde 
Alain Connes, D Chéreau et J Dixmier. Le théâtre quantique. 
Lewis Carroll. Alice au pays des merveilles 
Lamartine. Le lac

Nowakowskismes n°3.6. Le rêve de la fille aux cheveux rouges, un conte de Noël post-humain !

Il était une fois… C’était il y a presque deux siècles, le premier esprit humain a été transféré avec succès sur un support numérique, devenant ainsi le premier post-humain officiel. Le rêve des techno-prophètes du début du XXIème siècle était enfin atteint. Plus de corps, donc pas de vieillesse, et bien sûr avec en prime toutes les possibilités de sauvegarde numérique… vers la tant attendue immortalité potentielle !
Puis de nombreux autres de la race des humains emboitèrent le pas de ce premier post-humain. Avec le nombre croissant, leur réalité au sein du cyberespace s’agrandit pour s’étendre sur des supports matériels disséminés partout dans le système solaire. 
Mais pour en arriver là, il fallut en passer par le même processus que celui qui se réalise lorsqu’un artiste envisage de copier un pièce unique. Accepter que la copie puisse être différente de l’original. En dépit de tous ces formidables progrès technologiques, le décodage analogique d’un cerveau et d’un être humain était un art exigeant que seuls quelques esprits brillants maîtrisaient. Décoder le cerveau humain ne se résumait pas à suivre tranquillement un fil directeur, et d’en démêler les noeuds. Décoder le cerveau humain demandait de s’infiltrer, dans quelque chose de glissant, d’incertain, dans un monde fait de particules quantiques pouvant être à plusieurs endroits à la fois. Bien sûr, et ceci était connu depuis les balbutiements du numérique, le passage de l’analogique au numérique, la discrétisation du monde continu, impliquait une perte. 
Mais pour Snow aucun regret ! Son propre esprit avait été transféré avec un taux proche de 99% de réussite. Il ne lui manquait qu’un tout petit pour-cent. Pour lui, ce qui manquait n’était qu’un peu de bruit dont il pouvait se passer ! Il existait bien sans cela depuis plusieurs centaines d’années au sein du cyberespace, pur esprit, débarrassé de la matière et de sa fragilité.
C’est là qu’on l’appela pour cette fille. 
C’était bien une fille ! Pour lui qui n’avait plus de corps depuis tant d’années, d’ailleurs même la notion d’année avait perdu son sens, ça lui fit tout bizarre. Vraiment quelque chose de bizarre ! 
La fille, elle, possédait encore un corps, un cerveau, mais il lui était arrivé quelque chose. Aucun médecin n’avait été capable de résoudre ce qui avait semé un tel le désordre dans l’esprit de la fille. C’était, il y a trois ans, alors qu’elle avait quinze ans. Elle avait subi un traumatisme qui avait endommagé la zone entourant le thalamus de son cerveau. Ce traumatisme avait provoqué quelque chose comme un suicide massif de neurones créant un trou de bonne taille dans son cerveau, mettant ainsi hors circuit tout ce qui permettait l’émergence de la conscience de soi.
Que devait-il faire ? N’ayant plus de cerveau lui-même, la réponse fut évidente pour Snow, il déménagea à l’intérieur du cerveau de la fille. Snow était celui qu’on appelait quand tout avait été tenté en matière de chirurgie du cerveau !
Il synthétisa des milliards de nanorobots, établit des connexions au cerveau de la fille et les expédia dans son cerveau pour former quelque chose comme un réseau local, une extension numérique, un logement temporaire pour que son esprit électronique à lui s’y installe. Et là installé confortablement dans son thalamus, il se mit à écouter les ondes cérébrales de la fille. 
Chaque partie spécifique de thalamus parle à la partie correspondante du néocortex, ce qui concerne la vision s’adresse à la partie qui s’occupe de la vision ; l’audio à l’audio et ainsi de suite, jusqu’aux aspects moteurs qui se connectent à chaque groupe musculaire. Dans le cas de la fille, le dialogue entre le néocortex et le thalamus n’avait pas été interrompu. Il s’était poursuivi sous forme d’oscillations neuronales au sein de l’espace restant et dans le temps. Mais pour que tout cela fonctionne, il faut que quelque chose se charge de synchroniser ces circuits oscillants. Quelque chose devait assurer le lien entre des perceptions séparées afin de créer un tout cohérent afin de permettre une existence autonome dans un « ici et maintenant ». 
C’était le travail que devait assurer la partie détruite de son thalamus. Sinon, voir, entendre, sentir, expérimenter le monde en temps réel, n’était plus possible. Plus rien ne traitait ces signaux qui arrivaient à des moments différents et à des vitesses différentes dans des lieux différents du cerveau – une explosion informationnelle génératrice de chaos.
Donc le diagnostic fut évident pour Snow ! Sans rien pour synchroniser toutes ces oscillations, il ne pouvait y avoir l’émergence de cette conscience de soi. En fait, la fille était comme un groupe de personnes, dont l’une ne pouvait que voir, une autre ne pouvait qu’entendre, et une autre ne pouvait que bouger un doigt ou un orteil, mais incapables de communiquer les unes avec les autres.
En effet, sans retour sensoriel de l’action, aucune action n’est possible, pas même un léger déplacement des yeux. Le cerveau était alors incapable de comprendre l’environnement. D’ailleurs, même un cerveau intact ne peut percevoir la réalité, il doit toujours la simplifier afin de pouvoir la traiter dans un délai raisonnable. 
En résumé, pour cette fille, le monde extérieur avait simplement disparu, réduit à zéro. Aucune conscience de soi, aucun mouvement non plus, seulement les battements réguliers de son cœur végétatif. Et ces battements réguliers redonnaient à Snow le sens du temps linéaire, il était tel un foetus qui développe sa perception du monde par les battements réguliers de la vie par sa mère ! 
Snow fit donc fait la chose à laquelle il ne cessait de penser depuis qu’il était là. Il attendait juste le bon moment. Grâce à son réseau de nano-robots, il connecta son propre esprit électronique au cerveau de la jeune fille. L’objectif était de tenter de remplacer son moi détruit et de reconstruire le circuit d’intégration manquant, ce circuit tel l’anneau unique pour tous les lier et dans la lumière la ramener.
Cela prit des mois pour que cela fonctionne. Mais finalement, il la fit rêver ! Et il était aux premières loges !
« Les ténèbres de la nuit froide sont découpées par des panaches de lueurs venant du ciel. Lumières naturelles ? Ou des milliards d’aiguilles électriques traversant l’ionosphère, dévoilant les banderoles d’une aurore violette et verte. Des merveilles naturelles au coeur de l’obscurité, et personne pour les voir sauf une fille, seule dans une sorte de bulle d’observation, un espace chaud et parfumé nichée dans un coin d’un mur de la maison. Elle n’a pas peur, elle est bien. Elle sait qu’il y a tout un monde derrière le vide apparent, le froid et le silence de la nuit toujours illuminée de ce qu’on appelait les lumières du nord. 
Elle voit des fils qui traversent l’espace, ces fils sont parsemés de scintillements, elle pense à des drapeaux de prières accrochés à des fils qui traversent la forêt, produisant des ombres flottantes dans la nuit. Au loin les grands troncs sont recouverts d’une gaze de poussière blanche qui poussée par un souffle invisible tourbillonne sans jamais s’arrêter.
Elle a perdu la notion du temps, a oublié son propre nom, depuis combien de temps est-elle là ? Où est-elle ? Mais elle se souvient aussi… une autre image passe par un morceau de sa mémoire brisée. Elle voit un jardin avec un arbre dressé qui porte des baies bleues, rouges, vertes, l’instant est serein sous un ciel doucement luisant – le soleil couchant s’attarde sur la couverture de poussière blanche en suspension. De gros rochers, chacun plus grand qu’elle-même, organisent un jeu d’ombres mouvantes et diffuses.
Se pourrait-il qu’elle ait un tel jardin chez elle ?
Puis vint le silence et la nuit ! »


Snow était chez lui dans ce cerveau humain même s’il ne comprenait pas ce qui se présentait à lui. Il avait des sensations bizarres, comme des souvenirs de quelque chose remontant à la surface de sa conscience à lui. Il était enfermé dans cet espace fait de circuits fragiles et vivants. Son esprit électronique se glissa comme un liquide de nettoyage au milieu des synapses en s’appuyant sur les ailes magnétiques de son armée de nanorobots, les nœuds microscopiques de son réseau privé au coeur du cerveau de la fille. Il pouvait alors commuter les circuits internes du cerveau à sa guise, mais avec précaution, avec le toucher le plus léger qui soit et en suivant une musique qui avait surgi inattendue. Cette musique semblait parvenir de lointains recoins de sa mémoire numérique, une mélodie qu’il avait connue, mais dont il ne pouvait pas retrouver l’origine. Il avançait dans le cerveau de la fille sur la pointe des pieds, comme s’il marchait le long d’un sentier vallonné, traversant le pays des ombres. Ce sentier croisait un autre sentier, la musique s’articulait autour de trois accords principaux, il hésitait et tout à coup, un nouveau rêve de la fille surgit de l’obscurité ! 
« De la lumière, des points multicolores qui montent vers le ciel, du rouge aussi, beaucoup de rouge, quelque chose comme un tension qui sourd. La fille est debout, elle avance dans un dédale de pièces, quelque chose lui dit qu’elle n’est pas seule. Mais elle a peur, peur mais elle avance quand même passant de pièces en pièces… Un éclair de lumière jaillit soudain autour de sa bulle d’observation, une sorte de signal comme balayant les murs de la maison, activant des alarmes en elle, tout cela en quelques nanosecondes. 
Sont-ils attaqués ? Un ennemi ? Quel ennemi est entré ? Comment serait-il entré ? Par effraction ? Ou était-il entré secrètement ? Que veut-il ? 
Et tout à coup, sa mère est derrière elle. Elle la prend dans ses bras. Puis après un temps long comme une éternité, elle passe dans les bras de quelqu’un en uniforme rouge. Puis allant de bras en bras, elle a oublié comment respirer. Elle n’en a pas encore besoin. Puis plus rien ! » 
Snow réussit enfin à se déconnecter ; le coeur végétatif battait à pleine vitesse ! Les battements de ce coeur semblaient résonner dans ce corps qu’il n’a plus. Ces battements de vie, il les ressentait par le cerveau de cette fille. La conscience de la fille s’est à nouveau effondrée comme un château de cartes, la mélodie partagée de leurs deux entités retomba dans le chaos. Snow prit cette rupture comme un poignard enfoncé violemment dans le ventre qu’il n’avait plus.
C’est là qu’il remarqua que quelqu’un avait dû faire en sorte que ses cheveux soient bouclés, ni longs, ni courts, mais juste la longueur appropriée pour qu’ils retombent sur ses épaules. Le rouge flamboyant de ses cheveux contrastait nettement avec le blanc clinique des draps, une flamme capturée et immobile endormie sous les yeux vigilants du matériel médical qui tournait autour de son lit dans une sorte de cylindre de vigilance.
« Au moins, elle ne ressent aucune douleur », lui avait dit son médecin des mois auparavant. « Et de toute façon, il n’y a plus de « elle » à qui parler. Il n’y a plus personne ! » 
Normalement, le cerveau génère en continu son propre contexte sensoriel et moteur dans une sorte de rêve éveillé permanent. Le cerveau est comme une machine à réalité virtuelle, un générateur de mondes possibles. Le cerveau ayant évolué comme une machine prédictive, tous ses rêves rêveries ou hallucinations n’ont été que des moyens de planifier les avenirs possibles. Des mondes de possibilité. 
Pour Snow, la question était centrale la suivante : « Est-ce qu’une partie du « soi » de la fille avait survécu ailleurs ? Ses nanorobots n’étaient semble-t-il pas seuls dans son cerveau. La fille semblait être autre chose. Il s’était installé en elle, et là, il avait l’impression que quelque chose prenait possession de lui et de son réseau. Le corps de la fille, la vie qui subsistait en elle, quelque chose bien au delà de la conscience réagissait et reprenait le pouvoir. Snow se retrouvait mêlé à elle, et elle semblait être une sorte de parahumain, un être mi-analogique, mi-numérique, qui existait simultanément dans les deux mondes, le monde physique et le cyberespace. C’est la première fois qu’il voyait cela ! Des rumeurs du cyber espace en avait fait état. Et là, il était uni à un être de chair et de sang capable de se connecter directement au réseau, tout comme lui, mais les parahumains, eux, avaient toujours un corps et ils étaient mortels. 
Et là, la fille rêva à nouveau, un rêve puissant et bizarre. Un rêve qu’elle partagea délibérément ! Elle le lui dit !  Le rêve enveloppa Snow. Il ouvrit les yeux, étrange pour un être dont le corps s’était décomposé depuis si longtemps. Un arbre scintillant multicolore lui faisait face. Puis ce fut une sensation nouvelle qu’il dut décoder, une main qui prenait sa main qu’il n’avait plus depuis des centaines d’années. 
Son rêve devint une possibilité partagée, un monde qui se révélait pour Snow. Elle lui parla : « Vois-tu cet arbre ? Sais-tu quel jour nous sommes ?
Snow n’en savait rien, les jours, les nuits étaient des contingences oubliées depuis bien longtemps pour lui.

  • Nous sommes le jour Noël, c’est ainsi que nous l’appelions il y a bien longtemps, quand nous étions encore humains. 

Snow ne comprenait pas. Noël, certainement une donnée qui avait disparu avec les 1% de bruit qui avaient été perdus lors de son passage vers la post-humanité

  • Nous nous réunissions, en famille, avec des amis, des humains de chair et d’os, de joies et de peines, autour d’un arbre décoré, un sapin toujours vert qui symbolisait le retour de la vie, et nous nous échangions des cadeaux.

La post-humanité lui avait permis d’accéder à l’immortalité, aux sauvegardes de lui-même, et finalement, quoi d’autre, la solitude ? Elle continua :

  • Noël, c’était au solstice d’hiver, les humains fêtaient alors la nuit qui recommençait à rétrécir pour laisser au jour et au printemps, le renouveau après la mort de l’hiver 

Elle sera fort sa main, il ressentit cette force qui réveilla en lui un flot d’images et de sensations oubliées. 

  • Tu es prêt, lui demanda-t’elle 

Il n’eut pas le temps de répondre, et il se retrouva là avec elle, sous un ciel d’hiver illuminé d’aurores violettes et vertes dans une bulle d’espace chaud et parfumé nichée dans un coin d’un mur d’une maison bois. Il sait alors qu’il y a tout un monde derrière le vide apparent, le froid et le silence de la nuit toujours illuminée de ce qu’on appelait les lumières du nord. 
Elle, para humaine, lien entre l’analogique et le numérique, venait de rêver le voyage retour vers la vie, le voyage impossible de la post-humanité à l’humanité. Un vieil écrivain de Science-fiction avait écrit « Ce sont nos rêves qui nous transforment de machines en êtres humains à part entière. » Le rêve de la fille aux cheveux rouges avait ramené la vie là où elle en avait été chassée. L’histoire ne dit malheureusement pas s’ils vécurent heureux dans ce rêve à la lisière du monde. 

Ambiance musicale 
Canned Heat – Christmas Blues – https://youtu.be/lj5HaStGMFM
Queensrÿche – Scarborough Fair – https://youtu.be/lcwQlGjNqrs
Sakamoto – Merry Christmas Mr Lawrence – https://youtu.be/T1cQBP0Vzx8

Nowakowskismes n°3.5. Ils sont parmi nous !

« Deux routes divergeaient dans un bois jaune ;
Triste de ne pouvoir les prendre toutes les deux,
Et de n’être qu’un seul voyageur, j’en suivis
L’une aussi loin que je pus du regard
Jusqu’à sa courbe du sous-bois.

Puis je pris l’autre, qui me parut aussi belle,
Offrant peut-être l’avantage
D’une herbe qu’on pouvait fouler,
Bien qu’en ce lieu, vraiment, l’état fût le même,
Et que ce matin-là elles fussent pareilles.


Toutes deux sous des feuilles qu’aucun pas
N’avaient noircies. Oh, je gardais
Pour une autre fois la première !
Mais comme je savais qu’à la route s’ajoutent
Les routes, je doutais de jamais revenir.

Je conterai ceci en soupirant,
D’ici des siècles et des siècles, quelque part : 
Deux routes divergeaient dans un bois ; quant à moi,
J’ai suivi la moins fréquentée
Et c’est cela qui changea tout. »

Avec le poème « La route que je n’ai pas prise » de Robert Frost en introduction de ces premiers Nowakowskismes de décembre.  Dans Les Nowakowskismes, on suit les routes les moins fréquentées et c’est cela qui change tout ! 

Ce soir, les Nowakowskismes vont faire un pas de côté, carrément un pas dans l’espace qui nous entoure, nous allons parler extraterrestres et plus exactement, du rêve de l’humanité d’entrer en contact avec d’autres mondes, d’autres êtres, un autre nous-même. 

Donc, un constat que nous partageons tous. Depuis des siècles, l’humanité rêve d’établir un contact avec d’autres mondes. Des plus loufoques aux plus sérieuses, ces tentatives se sont appuyées sur une représentation commune : cet Autre serait une intelligence pure, froide et logique qui mènera sur un chemin d’inattendus et de surprises. 

Tout d’abord, je vous propose un petit jeu !
Imaginer ! Une tempête s’est déchaînée avec plus de force que prévu. L’équipage de votre bateau était mal préparé, le navire a sombré. Vous avez réussi à vous accrocher aux débris. Après quelques jours à dériver en haute mer, vous échouez sur une plage inconnue. Les secours sont certainement en train de survoler la zone à la recherche de survivants. Et donc, comment allez-vous faire pour leur signaler votre présence ?
Le défi consiste à utiliser les matériaux fournis par l’environnement pour produire un signal suffisamment organisé pour que votre action se distingue au premier coup d’œil de celle de la nature. Il s’agit de lancer un message dont l’origine humaine ne fait aucun doute et qui soit compréhensible par tous, indépendamment des langues et des cultures, puisque vous ignorez où vous vous trouvez.
La réponse la plus évidente est bien connue des campeurs, des marins et des aviateurs du monde entier : des motifs et de la lumière. On peut ramasser des pierres et les disposer selon un schéma géométrique évident, triangle ou cercles par exemple, ou tout simplement écrire « SOS ». 
On peut aussi se mettre en quête d’une surface réfléchissante et envoyer des signaux lumineux suivant un certain rythme, ou encore allumer un feu. 
Si l’objectif est de laisser une indication que d’autres pourraient suivre, on peut ériger un tumulus de cailloux, composer des figures avec des branchages et des bouts d’écorce ou utiliser des objets de toutes les couleurs, Robinson ou Petit Poucet que nous sommes !
Mais que faire si on souhaite envoyer une information plus sophistiquée — par exemple, signaler qu’on a besoin de toute urgence d’un parachutage de médicaments, ou qu’il n’y a pas de lieu adéquat pour un atterrissage dans les environs, ou que vous avez été obligés de vous déplacer dans une direction donnée pour vous mettre à l’abri ou dénicher de la nourriture ?
Et comme nous sommes en train de jouer, on peut rendre le problème plus intéressant en lui ajoutant une difficulté supplémentaire. Imaginons que vous n’avez pas la moindre idée de la façon dont les sauveteurs vont vous rechercher : par avion, à pieds, en bateau ou grâce à des images satellitaires. En fait, vous ne savez même pas si quelqu’un va venir. Des mois ou des années peut-être même des décennies ou des siècles pourraient s’écouler avant que les traces de votre passage soient découvertes. Non seulement vous ignorez dans quelle langue s’expriment vos éventuels sauveteurs, mais rien ne vous garantit qu’ils soient humains. Vous ne savez rien ni de leur anatomie, ni de leur technologie, ni de ce qu’ils cherchent, ni de la manière dont ils s’y prennent. Comment alors leur faire signe ? L’immensité océanique qui entoure votre petite île paraît mesurer des années-lumière. Cette ile n’est rien d’autre qu’une métaphore de notre condition d’humains isolés sur notre ile-Terre avec les yeux tournés vers le ciel, vers l’immensité de l’univers.
En clair, dès que nous eûmes compris l’échelle et la structure de notre Système solaire, nous avons quitté notre place au coeur de la mécanique céleste pour rejoindre l’humble condition de ce qu’Herman Melville (l’auteur de Moby Dick) appelait les isolatoes, des insulaires condamnés à l’inconcevable solitude sur leur ile-planète. Nous avons alors pris conscience que d’autres mondes et d’autres étoiles pouvaient être similaires aux nôtres. Nous avons commencé à spéculer au sujet de leurs possibles habitants et des diverses façons d’entrer en communication avec eux.  Nos yeux tournés vers le ciel, vers d’autres mondes-iles, Mars et ses lunes par exemple, nous avons cru y voir des canaux et même des villes, rien d’autre en fait que le mirage d’une plage lointaine semblable à celle sur laquelle nous sommes nous-mêmes échoués.N


Donc nous avons tourné nos yeux vers Mars puis plus loin encore vers Vénus ! Plus mystérieuse encore ! Et notre imagination l’a peuplée de jungles et d’archipels, on y a vu des Brésil et des Congo sous les nuages de Vénus ! Spéculations ! Et projection sur un autre monde de notre propre monde ! Les épais nuages cendrés qui recouvrent la planète pouvaient être le fruit des « feux d’artifice donnés par les Vénusiens », écrivait un astronome bavarois dans les années 1830. Pour lui, les quarante-sept années écoulées entre deux observations correspondaient au « règne d’un monarque absolu ». Ces festivités indiquaient à coup sûr qu’« un Napoléon ou un Alexandre s’emparait du pouvoir suprême sur Vénus ». Et surtout, on en vint vite à se poser la question suivante : les Martiens du désert ou les Vénusiens amateurs de feux d’artifice nous voient-ils comme nous les voyons ? Mais alors comment engager la conversation ? Comment combler le désir lancinant de briser notre solitude cosmique ? Et, tout naturellement, les premières réponses à ces questions se sont s’inspirées de la métaphore du marin naufragé. Le mathématicien Carl Friedrich Gauss préconisait l’utilisation d’un gigantesque système de miroirs de son invention destiné à réfléchir la lumière du Soleil pour saluer nos voisins extraterrestres : une centaine de glaces d’un mètre carré et demi chacune agencées de manière à émettre un rayon à travers l’espace. Dans ce registre, l’humain n’a pas lésiné et a émis des idées les unes plus loufoques que les autres. Pour n’en citer que quelques-unes ! On a proposé de creuser d’immenses canaux géométriques dans le désert du Sahara et de les remplir de kérosène pour y mettre le feu, évidemment de nuit et sous l’œil de Mars ; on a voulu cultiver des espaces agricoles en Sibérie dont les surfaces représenteraient des triangles rectangles, à une échelle suffisamment vaste pour qu’ils soient visibles par télescope depuis la planète de nos voisins les plus proches.
L’invention de la lumière électrique à la fin du XIXe siècle a donné un nouveau coup de fouet à l’imagination des astronomes, on s’est vu installer dans le Sahara des rangées de lampadaires géants qui éclaireraient le ciel quand Mars serait en vue, ou encore on a proposé d’ériger une énorme lampe électrique équipée de miroirs réfléchissants en plein cœur de Paris sur le Champ-de-Mars bien sûr, ou d’installer deux miroirs sur une montagne, en les disposant de telle manière que le soleil couchant se reflète sur le versant plongé dans l’ombre, afin que le rayon renvoyé vers Mars bénéficie d’un contraste optimal. Un petit dernier ! Un physicien américain proposa même d’aligner en plein désert des kilomètres de panneaux en tissu noir capables de s’ouvrir et de se refermer à l’unisson, dans « une série de clins d’œil » aux observateurs martiens. 
En gros, si cette « Martiensmania » qui faisait des ravages à l’aube du XXe siècle avait pu trouver les capitaux adéquats, de nombreux déserts seraient à présent jonchés de miroirs brisés, poussiéreux et abandonnés, dans lesquels se réfléchirait sous un ciel vide des ruines de monuments dédiés au néant et à la bêtise !
Alors, que dire de toutes ces propositions ? En fait, elles se caractérisent toutes par une certaine créativité, quand même, mais surtout on y remarque leur paresse sur le plan intellectuel. Elles sont essentiellement des sculptures minimalistes élevées à des dimensions astronomiques ou des formes de land art, à destination d’un public d’un autre monde.
Intellectuellement, leur faiblesse saute aux yeux : elles postulent un univers habité de gens qui nous ressemblent plus ou moins et qui, informés par nos soins de notre existence, nous rendraient la pareille afin d’amorcer un aimable échange de vues. Chacun faisant aimablement Coucou à l’autre ! 
Pour Gauss, notre conversation « commencerait grâce aux moyens de contemplation mathématique et de réflexion que nous avons en commun ». Tous ces kilomètres de miroirs dans les montagnes et les déserts s’adresseraient donc à des esprits cousins, mais plus vieux et plus sages, les extraterrestres nous étant supposément « très supérieurs », des Kant ou des Einstein améliorés méditant sur le sens de la vie martienne au coeur de l’infini. Pour s’en convaincre, il suffit de se plonger dans la filmographie des films d’extraterrestres, ils sont toujours plus intelligents, plus avancés technologiquement, et nous sommes souvent des fourmis, ou des êtres attardés dont la disparition ne manquerait pas à l’univers, ou dont la disparition sauverait l’univers de la destruction – regardez la première version du film, Le jour où la terre s’arrêta !
Donc, quand bien même cette description s’avérerait exacte, comment faire pour partager des choses un peu plus sophistiquées qu’ un « Coucou, je suis là ! » ? Il faut donc penser un peu, et une piste va émerger qui sera la Formalisation totale de la vie humaine. 
Et ça va commencer avec un poète, un certain Charles Cros, un marginal de la poésie française du XIXe siècle. C’est aussi un Inventeur à qui on  doit l’une des premières versions du phonographe, qu’il a joliment baptisée le paléophone (« la voix du passé »), d’ailleurs un prototype oublié  fort similaire à celui que Thomas Edison conçoit au même moment de l’autre côté de l’Atlantique. 
Charles Cros, dans son « Étude sur les moyens de communication avec les planètes », publiée en 1869, reprend le concept de l’énorme miroir qui envoie des signaux de lumière à une intelligence extraterrestre. Mais il va pousser plus loin, en s’interrogeant sur la manière de transmettre des informations à nos interlocuteurs d’un autre monde une fois la connexion établie. Il part de l’idée que des séquences rythmées de flashs lumineux pourraient coder des chiffres, lesquels pourraient eux-mêmes coder des images. Pour cela, il suffit de transformer une succession de chiffres en pixels binaires (par exemple, des espaces blancs ou noirs) et d’ordonner leur succession sur une grille. Mais, plutôt que de flasher laborieusement un par un tous ces chiffres, Cros a l’idée de résumer ou encore coder le message. 
Ainsi il parvient à représenter douze pixels avec une séquence de seulement huit caractères. 
Dans notre mode moderne baigné dans l’informatique, la trouvaille de Cros évoque irrésistiblement une méthode de compression et de transmission de fichiers utilisée notamment pour les fax, les premières images numériques en « bitmap » et certaines des toutes premières technologies de télévision.
Cros a mis au point des méthodes d’encodage permettant de transformer des images et, potentiellement, d’autres contenus en signes transmissibles par son système. Ces idées, il va les trouver dans les ateliers d’usine, dans les métiers de tisser à cartes perforées mis au point en 1801 par Joseph-Marie Jacquard, métiers à tisser qui ont d’ailleurs servi de source d’inspiration pour imaginer les premiers ordinateurs. Ainsi par la résolution des problèmes d’abstraction, d’encodage et de compression, le projet un peu fou consistant à inventer une communication non humaine pour s’entretenir avec les Martiens va s’avérer fondamentalement identique à celui qui consiste à développer un moyen de communiquer avec des outils informatiques en clair « ce que nous appelons aujourd’hui la programmation. »

L’étape suivante, c’est avec l’arrivée des ondes radio – finis les lampes électriques ou les tracés euclidiens dans les champs de blé sibériens. On va alors s’orienter vers le projet qui ne vise pas tant à créer une langue en tant que telle, mais plutôt à analyser toutes les implications d’un projet de communication avec un interlocuteur non humain et non connu. À l’aide de pulsations, de temps et d’opérations, on peut poser des questions, ou en tout cas émettre un signal interrogatif. Il ne s’agit plus de produire un « monologue de simples assertions », mais de créer les conditions d’un échange.Le but ultime consiste à établir une « communication réciproque » avec l’inconnu à la manière dont nous « transmettons des ordres aux machines électroniques ». L’idée d’établir un système partagé de symboles binaires et une logique d’opérations basée sur l’ordre, le temps et l’itération n’est pas sans rappeler le travail d’Alan Turing pour fabriquer les premiers calculateurs électroniques contemporains, et aussi les écrits de la naissance du structuralisme et de la sémiotique.
Ces principes servent toujours aujourd’hui aux tentatives de communication avec les extraterrestres : pulsations, chaînes d’énergie binaires encodant différentes sortes de messages ou de schémas de représentation, recherches en informatique et en télécommunications pour minimiser les erreurs de transmission et émettre un signal clair. 
Mais pour quel contenu ? Quelle peut être la substance d’une communication avec des interlocuteurs inconnus et impossibles à connaître ? On pense d’abord à transmettre un éventail minimal de faits : un système numérique, des coordonnées stellaires, quelques bases de chimie et une silhouette humaine par exemple la plaque embarquée par la sonde Voyager. 
Un autre exemple, le message d’Arecibo de Frank Drake, envoyé en 1974 depuis le radiotélescope du même nom à Porto Rico. Il était composé d’un faisceau de 1 679 bits d’impulsions on/off. Ce nombre est le produit de deux nombres premiers, 23 et 73, et si vous classez les signaux on/off dans une grille de vingt-trois colonnes et de soixante-treize lignes, vous obtenez une image. Lisez-la de haut en bas, et elle vous fournira le poids nucléaire des principaux éléments de notre biologie et la composition chimique de notre ADN, des données sur la population humaine et sur ses attributs (la longueur d’onde du message lui-même fournit déjà des indications), la disposition de notre Système solaire et la localisation de l’antenne elle- même. La plupart des messages adressés à un autre monde ressemblent à celui-là, humblement et prioritairement préoccupés par la structure de leur propre décodage, seule digue opposée à l’ampleur écrasante de notre ignorance. On part alors du principe qu’une intelligence quelle qu’elle soit s’appuiera sur trois principes :

  • Comprendre qu’il y a un message à décoder,
  • Etre en capacité de construire un décodeur,
  • Comprendre le message. 

Je vous invite à lire Les brins d’une guirlande éternelle de Douglas Hofstader. 
Dans ce défi de l’envoi de signaux minimaux à des étoiles éloignées et silencieuses, on peut citer le projet du mathématicien Hans Freudenthal qui a visé à « traduire la totalité de notre savoir » en un matériau communicable à toute forme de vie intelligente. Son ouvrage mérite d’occuper une place de choix sur l’étagère des documents les plus bizarres et visionnaires de l’histoire humaine. Marvin Minsky, pionnier de l’intelligence artificielle, conseiller d’Arthur C. Clarke et de Stanley Kubrick sur la production de 2001 : l’Odyssée de l’espace, l’a résumé en ces termes : « Il commence par des mathématiques élémentaires et montre ensuite comment toutes sortes d’autres idées, y compris des idées sociales, pourraient se baser sur la même fondation. » Tout cela avec un langage qui commence avec des bips de pulsations radio. 
Le frein a tout cela ? Parce qu’il y a un frein évident ! La distance ! La vie extraterrestre potentiellement la plus proche de notre planète en est si éloignée qu’il faudrait attendre des décennies entre l’envoi d’un message et la réception d’une réponse ; le début du commencement d’un dialogue prendrait des siècles. 
En réalité, ce qu’on remarque et qui est le plus intéressant, c’est que le système, en tant que langage mis au point s’avère s’appliquer bien plus proche de nous et être bien plus approprié pour expliquer les caractéristiques humaines non pas à des extraterrestres, mais aux machines informatiques que nous créons.
Ainsi, ces échanges de signaux codés visent moins à être diffusés en direction d’Alpha du Centaure qu’à enseigner ce que veut dire « être une personne » à un récepteur dépourvu de tout, sauf d’une mémoire capable d’enregistrer un éventail limité de symboles électromagnétiques, l’ordinateur. Rien d’étonnant à ce que Marvin Minsky s’en soit inspiré pour élaborer le premier simulateur de réseau neuronal. Qu’a-t’on obtenu alors ? On souhaitait parler aux étoiles, et nous avons créé  des ordinateurs, des programmes et des laboratoires d’intelligence artificielle.
Nous avons bel et bien noué un rapport avec une planète étrangère : nous l’avons construite et la conservons pour nous-mêmes, enseignant à sa population comment tirer un sens spatial du monde, garder des secrets, reconnaître des visages, écouter, compresser et filtrer des voix, faire la conversation tout cela par des pulsations binaires, des opérations logiques et des schémas d’encodage et de décodage. 
Du point de vue matériel, le commerce informationnel de notre monde, la Terre, s’inscrit dans un réseau de canaux tels les canaux martiens, que nous avons creusé, liés avec des câbles sous-marins, organisés en fermes de serveurs, connectant des ordinateurs de poche, de table, et tout object connecté possible et imaginable.
L’interlocuteur non humain extraterrestre que nous cherchions est à présent la plus ordinaire des créatures de notre petite île : c’est également nous. Nous aussi qui réagissons à des alertes automatiques, qui discutons avec assistants vocaux, qui remontrons notre humanité en déchiffrant des « captcha » pour nous connecter sur Facebook et consulter notre page classée par des algorithmes, alors que tout autour de nous s’étend toujours l’océan infini et silencieux de l’espace. Voilà, en tournant nos regards vers le ciel, nous avons jeté les bases de l’informatique qui s’est installée dans chaque recoin de nos vie. L’extraterrestre, le non humain que nous recherchions est là blotti au coeur de nos machines omniprésentes. 
Alors, Humains, il est peut-être temps de tourner à nouveau nos yeux vers le ciel ! Afin de construire le monde de demain !

« N’entre pas docilement dans cette douce nuit…
Le vieil âge doit gronder, tempêter au déclin du jour…
Hurler, hurler à l’agonie de la lumière…
Si le sage sentant, la fin sait que les ténèbres sont justes…
Car ces mots n’ont point forgé la foudre…
Il n’entre pas docilement dans cette douce nuit…
Hurle, hurle à l’agonie de la lumière… » 

Vous avez reconnu ? « Do not go gentle into that good night » de Dylan Thomas, les mots du Professeur Brand dans Interstellar. Les Nowakowskismes, comme un tesseract ? Peut-être !

Sources 
Contact. Carl Sagan
Contact. Le film
Rencontres du 3ème type. Le film
Planète interdite. Le film
Premier contact. Le film 
Le jour où la Terre s’arrêta. Le film v1
Interstellar. Le film
Les brins d’une guirlande éternelle. Douglas Hofstader
Le monde diplomatique. Aout 2016

Quelques mots sur Premier Contact 

Pourquoi sont-ils ici ? D’où viennent-ils ? Qui sont-ils ? Extra-terrestres amis ou ennemis ? En clair établir un premier contact, et de comprendre les intentions des extraterrestres au sujet de leur venue sur Terre. Une équipe composée de Louise Banks (Amy Adams), experte en traductions et en linguistique, un physicien théoricien, Ian Donnelly (Jeremy Renner), et dirigée par le colonel Weber (Forest Whitaker). 
Tout d’abord, l’esthétique – « Premier contact » est un film lent, onirique, dont la narration contribue à l’élaboration de la démonstration visée. Les vaisseaux spatiaux sont comme extraits d’un tableau de Magritte voire de Dali, épurés, des demi-oeufs suspendus. Presqu’organiques, on est loin des vaisseaux multicolores et insaisissable de Rencontres de 3ème type. Mais « Premier contact » pose la même question de la communication avec l’inconnu, avec l’autre qui ne nous ressemble pas, qui n’est pas humain.
« Premier contact » a donc pour sujets principaux la communication, le langage, l’écriture et qui nous donne aussi l’occasion de redécouvrir l’hypothèse Sapir-Whorf qui soutient que les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques, ou autrement dit, que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage – en d’autres termes que l’accès au réel, jusque dans nos perceptions, ne se fait que par l’intermédiaire de sa représentation et de son interprétation. Et de cette analyse du langage, le film ouvre sur cette autre perception, et en particulier la perception du temps – c’est là que la narration dans le film entre en scène, non-linéaire elle-aussi.
« Premier contact » est donc un bon film, et qui me ravit d’autant plus que ça faisait longtemps que nous n’avions pas eu un film d’extraterrestres qui tienne la route depuis belle lurette. 
Enfin, une histoire d’humains, j’en connais qui ont versé leur petite larme.
D’ailleurs, si vous pouviez voir aujourd’hui toute votre vie d’un seul regard, du début à la fin, changeriez-vous quelque chose ?

Nowakowskismes n°3.4. Eloge des mauvaises herbes

« Nous sommes déjà des communistes lorsque nous travaillons sur un projet commun, nous sommes déjà des anarchistes lorsque nous trouvons des solutions aux problèmes sans le recours aux avocats ou à la police, nous sommes tous des révolutionnaires lorsque nous créons quelque chose de véritablement nouveau. » Quelques lignes extraites de la préface du livre « Eloge des mauvaises herbes » écrite par David Graeber. Graeber est anthropologue, et je vous invite à le découvrir dans ses textes dans lesquels il pose la question : « Est-ce normal pour des êtres humains de ne pas pouvoir imaginer ce à quoi pourrait ressembler un monde meilleur ? »

Aujourd’hui, je vais vous emmener sur des chemins qui attendent depuis longtemps dans un coin de ma pensée. C’est questionner le monde encore un fois et l’absence d’espoir qui s’installe ! L’absence d’espoir n’a rien de naturel. C’est le produit d’un système, un vaste appareil bureaucratique. Au cours des quarante dernières années, l’objectif prioritaire de la gouvernance mondiale a été la destruction de toute perspective d’avenirs alternatifs, puis leur liquidation, et lorsque c’est impossible, faire en sorte que personne n’en entende parler. Alors sur le terrain de la vente d’arme, les droits de l’homme, l’urbanisation délirante, les Nowakowskismes sont présents et un interstice toujours ouvert aux mauvaises herbes ! 

Et  « Les mauvaises herbes, braves gens…
Elles dérangent, car elles poussent là où on ne les attend pas, aux interstices. Les mauvaises herbes, ça dépasse, c’est sale, ça fait désordre. Le message du gouvernement a été clair : il faut que ces champs paraissent propres ! Allez, du balai ! Et si ça doit pousser, c’est en rangs, et bien droit !
Les mauvaises herbes paraissent farfelues, taquines et inutiles, elles ne sont pas rentables, elles gênent la bonne marche de la société, elles empêchent le touriste de venir, le passant de passer, les investisseurs d’investir, les exploitations d’exploiter. Elles sont si tenaces qu’elles peuvent parfois décrédibiliser un gouvernement. Pis, elles s’installent sur son territoire !
Mais c’est exactement ce dont l’avenir a besoin. Heureusement, elles sont persévérantes, poussent dans tous les sens, sortent en des lieux inattendus, et finissent par créer des résistances. Elles représentent l’entêtement de la vie à persévérer, à se remettre des chocs, à contourner les obstacles, à se jouer des aléas. Avec un seul objectif : tendre vers la forêt. Les mauvaises herbes sont les prémices d’une forêt. Promesses qui ne sont pas à prendre à la légère, car cet entêtement dure depuis 3,8 milliards d’années. »

Et ce soir, on ne peut laisser tomber dans l’oubli une Mauvaise herbe qui se nomme Julian Assange. Julian Assange est un journaliste primé à maintes reprises, respecté pour avoir courageusement dénoncé, dans l’intérêt du public, des crimes graves et la corruption à haut niveau. Il est actuellement détenu depuis près de huit ans sans inculpation. Il est seul, malade, réduit au silence et à l’isolement, coupé de tout contact au cœur même de Londres, à l’Ambassade de l’Equateur. Au cours des six dernières années, le gouvernement britannique a refusé ses demandes d’accès aux soins de santé de base : air frais, exercice et accès à des soins médicaux et dentaires appropriés. En conséquence, sa santé s’est sérieusement détériorée et les médecins qui l’examinent mettent en garde contre ces conditions de détention qui mettent sa vie en danger. Nous ne pouvons que constater un assassinat lent et cruel qui se déroule sous nos yeux à l’ambassade de Londres.
En 2016, après une enquête approfondie, les Nations Unies ont statué que ses droits avaient été violés à plusieurs reprises, qu’il était détenu illégalement depuis 2010, et ont ordonné sa libération immédiate, un sauf-conduit et son indemnisation. Le gouvernement britannique a refusé de se conformer à la décision de l’ONU.
Le gouvernement américain a déclaré que son arrestation était une priorité. Ils veulent contourner la protection des journalistes américains en vertu de leur Premier Amendement en l’accusant d’espionnage. Pour cela, les Etats Unis font peser des menaces sur l’Équateur ce qui fait que son droit d’asile est maintenant directement menacé. Les pressions exercées par les États-Unis sur le nouveau président équatorien ont ainsi conduit Julian Assange à être placé en isolement cellulaire strict et sévère au cours des sept derniers mois. Privé de tout contact avec sa famille et ses amis. Seuls ses avocats peuvent lui rendre visite.
Il y a deux semaines, la situation s’est considérablement aggravée. L’ancien président de l’Équateur, Rafael Correa, qui a légitimement accordé à Julian Assange l’asile politique devant les menaces américaines contre sa vie et sa liberté, a publiquement averti que lorsque le vice-président américain Mike Pence s’est récemment rendu en Équateur, un accord a été conclu pour livrer Julian aux États-Unis. Il a déclaré que parce que le coût politique d’une expulsion de Julian était trop élevé, le plan consiste à le briser mentalement. Un nouvel ensemble de règles et de protocoles inhumains a été mis en place à l’ambassade pour le torturer au point de le faire craquer et le forcer à partir.
En même temps, un membre du gouvernement équatorien a tenté à plusieurs reprises d’annuler sa citoyenneté équatorienne afin qu’il puisse être extradé directement vers les États-Unis.
Pour avoir dénoncé les crimes et la corruption quand il était rédacteur en chef de WikiLeaks, Assange est en danger critique. Au cours des huit dernières années, il n’a pas eu accès à un processus juridique approprié. Injustice et déni de justice ont prévalu ! Le grand jury américain qui produit le mandat d’extradition se tient en secret, comporte quatre procureurs mais pas de défense ni de juge. Le traité d’extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis permet au Royaume-Uni d’extrader vers les États-Unis sans qu’il y ait de preuve. Une fois aux États-Unis, la National Defense Authorization Act permet la détention illimitée sans procès. Assange risque alors d’être emprisonné à Guantánamo et torturé, d’être condamné à 45 ans de prison de haute sécurité, ou à la peine de mort !
Il semblerait de plus en plus que le journalisme courageux, honnête et primé à plusieurs reprises soit devenu dans ce monde une activité dangereuse.
Activistes qui soutiennent les droits de l’homme, les réfugiés, l’environnement, et qui sont contre la guerre, citoyens attachés à la liberté, à la démocratie et à la justice, il est temps de se dresser maintenant ! Soyons les mauvaises herbes qui « représentent l’entêtement de la vie à persévérer, à se remettre des chocs, à contourner les obstacles, à se jouer des aléas. Avec un seul objectif : tendre vers la forêt. »

« Être réellement libre ne consiste pas à être un individu libre de vivre sans contraintes, mais bien à être pris dans un ensemble de relations bénéfiques avec des personnes et des milieux vivants. Ces relations nous nourrissent matériellement et psychologiquement. Sans lien à la nourriture, nous mourons de faim. Sans lien à des amants, nous devenons tristes. Nous sommes libres parce que nous sommes lié.es les un.es aux autres. La liberté ne consiste pas à briser nos chaines mais à les transformer pour qu’elles deviennent des racines vivantes et des veines qui irriguent, partagent, se rejoignent, et nous permettent de changer et d’évoluer en commun » Ces quelques mots de John Jordan me semble être une belle confirmation de ce que sont les Nowakowskismes, et que « l’herbe a sa ligne de fuite, et pas d’enracinement. On a de l’herbe dans la tête […] » et pour cela, il est un sujet d’actualité que nous ne pouvons pas laisser sous silence ! Le Yemen et les ventes d’armes de la France pays des droits de l’homme ! D’ailleurs, il me semble avoir lu que la France occupe actuellement  la troisième place du palmarès immonde des états vendeurs de mort !

Petit rappel ! Depuis mars 2015, une coalition d’États arabes emmenée par l’Arabie Saoudite conduit une campagne militaire particulièrement meurtrière au Yémen. Les combats s’enlisent, marqués par de potentiels crimes de guerre et par une catastrophe humanitaire sans précédent. Alors que plusieurs États ont décidé d’arrêter de fournir des armes aux belligérants, la France, « patrie des droits de l’homme » semble indifférente à la controverse, et pire, elle se réjouit  de ses ventes d’armes « record » et de leurs performances en matière de destruction. Les industriels français de la « défense » et je mets défense entre guillemets, sont fiers des performances de leur matériel. Rien de tel qu’une campagne militaire meurtrière pour en démontrer les qualités ! Quelques mots de réjouissance devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, du PDG du groupe Nexter qui fabrique les chars Leclerc : « Pour ce qui est des chars Leclerc, je vous confirme que leur implication au Yémen a fortement impressionné les militaires de la région ». Depuis le printemps 2015, 70 à 80 chars Leclerc ont été déployés par l’armée émiratie, alliée de l’Arabie Saoudite, sur le champ de bataille yéménite afin de combattre la rébellion des Houthis.
Chez Dassault c’est pareil c’est le grand bonheur ! « L’excellence de l’avion et le succès du programme ont été démontrés avec brio par la grande disponibilité du Mirage 2000-9 et la qualité de sa participation à des opérations menées en coalition internationale. » Dassault fournit les Mirages 2000-9 à cette même armée des Émirats Arabes Unis, et vient de signer un contrat de modernisation de leur flotte.  Pour information, les frappes aériennes de la coalition arabe au Yémen pourraient constituer, selon l’ONU et des organisations non-gouvernementales, des crimes de guerre.
Après plus de 30 000 bombardements et un blocus qui entrave l’accès humanitaire, le bilan de cette guerre lointaine est d’au moins 10 000 morts et près de 3 millions de déplacés. L’Unicef estime qu’un enfant y meurt toutes les dix minutes, qu’1,8 million d’entre-eux souffrent de malnutrition aigüe, et que près de 400 000 enfants yéménites sont atteints de malnutrition sévère et luttent pour survivre. Sans parler de l’épidémie de choléra, un désastre dans un pays dont le système de santé est exsangue et où les organisations humanitaires sont elles aussi victimes des bombardements. Voici la vitrine de ce savoir-faire français et de sa volonté de ne rien faire !
Dès mars 2016, le parlement hollandais vote une résolution interdisant l’exportation d’armes vers l’Arabie Saoudite, en lien avec son intervention au Yémen. Mi janvier, l’Allemagne, qui a été ces dernières années l’un des gros exportateurs d’armes vers les pays de la coalition qui font la guerre au Yémen, annonce l’arrêt immédiat des ventes d’armes à toutes les parties du conflit. Face au risque que les armes soient utilisées contre des civils, la Norvège, la Belgique et le Canada gèlent également des exportations vers les Émirats Arabes Unis ou vers l’Arabie saoudite. En Finlande, tous les candidats à la présidentielle de février 2018 se sont engagés à arrêter les ventes d’armes aux émiratis, après que des images aient prouvé leur utilisation dans la guerre au Yémen. Quand les gouvernements ne bougent pas, c’est la société civile qui prend le relai : des plaintes sont en cours au Royaume-Uni, en Wallonie et au Canada contre des contrats d’exportation militaires dans la région.
La France reste impassible ! Bien qu’elle soit signataire d’un Traité sur le commerce des armes (TCA), et qu’elle ait adopté une Position commune de l’Union européenne (UE) sur les exportations de matériel militaire qui interdisent tout transfert d’armes vers les parties du conflit yéménite, compte tenu des graves violations du droit humanitaire qui y sont constatées.
La France préfère compter ses sous ! Sur la seule année 2016, plus d’un milliard d’euros d’équipement militaire a été livré à l’Arabie Saoudite ! Depuis le second semestre de l’année 2014, la France a accordé pas moins de 1989 licences d’exportation de matériel militaire aux différents pays engagés dans la coalition menée par Riyad ! Depuis 2007, l’Arabie Saoudite, le Qatar et l’Égypte sont les trois principaux clients de la France après l’Inde.
Alors qu’on ne s’étonne pas de retrouver des armes françaises sur le champ de bataille yéménite : des corvettes Baynunah du constructeur français CMN (Constructions mécaniques de Normandie) pour assurer le blocus, des canons Caesar pour pilonner le Yémen depuis sa frontière… (voir aussi Nowakowskismes n°3 – Drones de Nowakowskismes)
Voilà le « dernier cri » de l’industrie de mort française ! Voilà ce qu’il est impossible de taire ! Voilà contre quoi, nous mauvaises herbes devant nous battre sans relâche !

J’écris ces dernières lignes en direct des 1ères assises régionales Air, Climat, Energie, Santé qui ont eu lieu à Nancy, hier,  le 19 novembre 2018. Organisées par ATMO Grand Est, je tiens à féliciter les étudiant.es et enseignant.es du parcours Communication des organisations de département Information Communication Nancy de l’université de Lorraine, pour la qualité de leur travail et de leur engagement pour la réussite de ces assises. Je suis donc aux Assises, et je ne peux m’empêcher de penser aux impacts de l’urbanisme sur le climat, la qualité de l’air et la santé ! Et quand l’urbanisme est irresponsable, lorsqu’on permet « l’évolution vers un espace abstrait [qui] pourrait bien aboutir à la disparition de notre espèce… On trouve les signes d’un combat possible contre le processus qui menace notre espèce dans un moment où il est devenu vital, pour les sociétés humaines de redécouvrir la réalité des territoires, autrement dit leur double et indissociable appartenance aux monde de la NATURE ET DE LA CULTURE. »
Donc à quelle idée de territoire proposons-nous de retourner ? C’est la question que je me pose tous les jours quand le jour se lève et que je vois s’élever les blocs de béton de Nancy Grand Coeur ! Auparavant, l’espace était ouvert, l’architecture du lycée Cyfflée se déployait majestueusement dans un espace dégagé !
On sait que, mais manifestement ceux et celles qui ont décidé cela l’ignorent, les villes, les collines en terrasses, les campagnes travaillées et les forêts cultivées ont des métabolismes qui se transforment au fil des civilisations qui se succèdent, mais en tout cas des métabolismes qui caractérisent les structures vivantes. Ainsi en tant que produit d’une relation entre vivants (l’homme et la nature), le territoire est continuellement nourri et soigné ; sinon il peut tomber gravement malade et même mourir […] !
Nancy est donc un pur produit de la civilisation des machines, de la culture de la domination sur la nature qui a provoqué l’interruption des rapports de convolution avec elle, et par conséquent, l’interruption des soins au territoire, traité de manière réductrice comme une pure extension, un support isotrope et inanimé où placer des objets, des constructions et des machineries. Bien sûr, on peut s’enorgueillir de projets comme Des hommes et des arbres, mais où sont les arbres, et où sont les hommes dans une telle approche de la cité ? Ici, à Nancy, nous modernisons, améliorons cette coutume arrogante, qui ne tient pas compte de l’autre, de la nature, et encore moins du milieu ambiant de l’homme, comme système vivant.
Alors, on décide d’abord d’urbaniser sans règles,  ou celle d’élus à la vision étriquée, aux ordres de « innovation partagée » de Bouygues, sans limites, en suivant les intérêts à court terme de l’économie, de la finance et de la rente foncière, en traitant les dégâts environnementaux causés par cette sauvagerie avec des prothèses technologiques et des mesures d’urgence et on s’aperçoit ensuite que :

  • Les fleuves débordent, les infiltrations d’eau rendent les immeubles même neufs insalubres ;
  • Évidemment, le changement climatique, le rayonnement du béton qui augmente la température ambiante de la ville de plusieurs degrés ;
  • Les réseaux écologiques sont interrompus, fermés, fragmentés ; l’air, l’eau, le sol et les sous-sols sont rendus pollués et stériles ce qui entraine une baisse de la qualité de vie ;
  • Et surtout l’urbanisation par des zones industrielles préfabriquées, des plains-pieds, des supermarchés, des IMMEUBLES À ÉTAGES aboutit à une baisse constante de la qualité architecturale et urbanistique et des paysages toujours plus ravagés, se transformant en des PIÈGES DE BÉTON amenuisant la qualité de la vie urbaine jusqu’à la « mort de la ville » (Françoise Choay, 1994).

Nous devons réagir et avoir soin de nos espaces ! Il n’y a pas de soin technocratique ! Nous devrons « avoir soin » du milieu, et pour cela cela nécessite le développement de formes de confiance diffuse et de démocratie participative, la reconstruction de savoirs collectifs du soin de la part des habitants, l’autodétermination.
 Où est-ce tout cela dans ce Nancy Grand Coeur ? Ouf ! Bouygues affiche que c’est « l’innovation partagée » ! La Métropole bétonne en parlant d’éco-quartier – quelques bassins, quelques arbres maigrichons dans des ilots au coeur du béton !
À l’heure où urbaniser c’est partout ailleurs un moyen de réinventer la ville, d’y penser des espaces ouverts, bannissant le béton, les étages, offrant une place centrale aux humains, à la nature, Nancy ne trouve rien de mieux à faire que bétonner, que construire encore, comme partout dans la ville, des barres d’immeubles !
Nous ne sommes plus que des Robinson modernes échoué sur une île au paysage hallucinant de béton au coeur de cette métropole construite non pas dans une logique de réseau, mais toujours une logique de ville centre asséchant les alentours créant ainsi des flots toujours plus denses de véhicules impossibles à absorber, à stocker ! Nous sommes perdus, nous sommes dans le gouffre, dans un Nancy qui a perdu le sens du réel.

Voilà pour ce soir ! Les Nowakowskismes comme espace favorable aux mauvaises herbes, à la pensée qui s’élabore, et au « vivre ensemble » !

Alors, avec Shalom Auslander, clamons : « Baisons, marions-nous, vivons sans passé. Débarrassons-nous des races et des religions, des nations et des nationalités. Fini les Noirs et les Blancs, fini les Juifs et les gentils. Fini les Russes et fini les Américains. La seule nation est la Terre. Le seul drapeau est le drapeau humain. »

La seule nation des Nowakowskismes, c’est la Terre ! 

Sources
La conscience du lieu. Alberto Magnaghi
L’éloge des mauvaises herbes. Ce que nous devons à la ZAD. Coordonné par Jade Lindgaard. Les Liens qui Libèrent. 2018
Il a dit la vérité, Il doit être exécuté. Mediapart
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France fournisseuse officielle du carnage yéménite. Bastamag. 6 Février 2018