Les Nowakowskismes – Saison 5

Retrouvez tous les Nowakowskismes de la saison 2020-2021

Quand l’Europe se dote de canons soniques pour repousser les réfugiés à ses frontières, quand des drones commencent à être dotés d’autonomie pour pouvoir décider de tuer, quand la vidéosurveillance et la collecte des données privées ou institutionnelles sont généralisées dans un silence assourdissant, quand les décisions de déploiement de la 5G et des technologies de l’IA sont décidées sans débat démocratique uniquement pour satisfaire cette logique mortifère de croissance et de compétitivité, quand une opposition citoyenne contre l’enfouissement de déchets nucléaires est réprimée avec une violence inouïe, et quand la peste brune menace comme jamais.. et j’en passe, mais aussi surtout parce qu’il nous faut ne jamais oublier que la liberté n’est certainement pas le privilège de l’individu uniquement soucieux de sa jouissance personnelle, que la liberté ce n’est pas de se comporter en « troupeau d’animaux timides et industrieux » et que la liberté c’est avoir le droit d’aller et venir comme bon nous semble, c’est pouvoir manifester sans avoir peur, c’est pouvoir s’informer sans être manipulé, c’est pouvoir penser et c’est garantir une vie digne pour tous.  Les Nowakowskismes portent l’espoir que le citoyen n’a pas disparu !

Nowakowskismes 5.1. « Le boucle-monde » https://nowakowski.hypotheses.org/1212

Nowakowskismes 5.2 “Demain est-il ailleurs ?” https://nowakowski.hypotheses.org/1216

Nowakowskismes 5.3. Et si… la métropole de l’imagination citoyenne https://nowakowski.hypotheses.org/1222

Nowakowskismes 5.4. Bonne nuit les petits… https://nowakowski.hypotheses.org/1228

Nowakowskismes 5.5. Dans les arcanes du capitalisme de surveillance… https://nowakowski.hypotheses.org/1234

Nowakowskismes 5.6 – Nuit de Noël
https://nowakowski.hypotheses.org/1239

Nowakowskismes 5.7 – Au bazar de Noël… https://nowakowski.hypotheses.org/1242

Nowakowskismes 5.8 – Année des rêves brisés… https://nowakowski.hypotheses.org/1245

Nowakowskismes 5.9 – 2021 = 43*47
https://nowakowski.hypotheses.org/1249

Nowakowskismes 5.10. Et pourtant, il a dévié ! https://nowakowski.hypotheses.org/1257

Nowakowskismes 5.11. Cube de Misner https://nowakowski.hypotheses.org/1260

Nowakowskismes 5.12. Totalitude
https://nowakowski.hypotheses.org/1263

Nowakowskismes 5.13. Paraboles
https://nowakowski.hypotheses.org/1267

Nowakowskismes 5.14. Silence assourdissant https://nowakowski.hypotheses.org/1270

Nowakowskismes 5.15. « Tu appartiens à l’extérieur, je te libère ! » https://nowakowski.hypotheses.org/1273

Nowakowskismes 5.16. Désolé les enfants » https://nowakowski.hypotheses.org/1277

Nowakowskismes 5.17. Point G
https://nowakowski.hypotheses.org/1280

Nowakowskismes 5.18. Obstruction
https://nowakowski.hypotheses.org/1284

Nowakowskismes 5.19. Nous sommes-nous habitués à vivre sans la liberté ?
https://nowakowski.hypotheses.org/1287

Nowakowskismes 5.20. Le texte caché 
https://nowakowski.hypotheses.org/nowakowskismes-5-20-le-texte-cache 

 

 

Nowakowskismes 5.19. Nous sommes-nous habitués à vivre sans la liberté ?

Le 5ème cavalier de l’apocalypse par Nicolas Hamm

Ce soir, pour les derniers Nowakowskismes de la saison 5, je me suis dit que c’était le moment de mettre l’accent sur nos responsabilités. Quand l’Europe se dote de canons soniques pour repousser les réfugiés à ses frontières, quand des drones commencent à être dotés d’autonomie pour pouvoir décider de tuer, quand la vidéosurveillance et la collecte des données privées ou institutionnelles sont généralisées dans un silence assourdissant, quand les décisions de déploiement de la 5G et des technologies de l’IA sont décidées sans débat démocratique uniquement pour satisfaire cette logique mortifère de croissance et de compétitivité, quand une opposition citoyenne contre l’enfouissement de déchets nucléaires est réprimée avec une violence inouïe, et quand la peste brune menace comme jamais.. et j’en passe, mais aussi surtout parce qu’il nous faut ne jamais oublier que la liberté n’est certainement pas le privilège de l’individu uniquement soucieux de sa jouissance personnelle, que la liberté ce n’est pas de se comporter en « troupeau d’animaux timides et industrieux » et que la liberté c’est avoir le droit d’aller et venir comme bon nous semble, c’est pouvoir manifester sans avoir peur, c’est pouvoir s’informer sans être manipulé, c’est pouvoir penser et c’est garantir une vie digne pour tous.  

Ce soir, les Nowakowskismes portent l’espoir que le citoyen n’a pas disparu ! 

Il ne suffit certainement que d’un rien pour que l’air de liberté se raréfie. Pire encore, quand il regardait autour de lui, personne ne semble s’asphyxier pour autant. Dans ce pays, depuis des décennies, des gouvernements s’étaient succédés qui n’avaient été obnubilés que par la bonne gestion, et surtout à pouvoir inscrire leurs noms dans la course à l’efficacité et la compétitivité. Dans ce pays, comme dans d’autres sur ce continent, les populations avaient vécu dans un long temps passé sans grandes épreuves, et surtout sans guerres – même si elles avaient oublié celles, terribles, qui s’étaient déchainées à leurs toutes proches frontières. Dans ces pays, au cours d’un processus que nous avons toujours du mal à expliquer, les population se mirent à n’être obsédées que par leurs peurs dont celle du terrorisme, de l’autre, de l’étranger. Elles entamèrent alors cette quête destructrice de sécurité à tout prix. Or, il avait suffi d’une poignée d’ordures fanatisées et hostiles à nos libertés pour que les gouvernements de ce pays, les classes politiques visant leurs prochaines réélections, envoyèrent au panier les droits de l’homme, la déclaration qui va avec et les principes que ce pays vantait partout dans le monde. Il s’en était fallu de peu, mais le mal était fait, et la peste brune, que nous avions été si nombreux à combattre pendant des décennies, se montra au grand jour, renforcée et confortée par tous ces gens convaincus que la sécurité, la loi et l’ordre étaient ce qu’il fallait pour rétablir une société comme il faut.
L’édifice de cette société qui avait demandé des siècles pour prendre forme, tant d’humains, des philosophes au travailleurs et travailleuses, de morts, nombreux, aussi, s’était mis à se lézarder. Au début, ces petites attaques ne furent pas perceptibles, ou furent traitées avec négligence et légèreté par de simples ripolinages. Nombreux furent ceux d’entre nous qui ont détourné le regard, ne pas voir, et accepter l’inacceptable parce que les temps étaient difficiles. Une excuse commode, une excuse que ces gens avaient oubliée, négligeant l’apprentissage des sciences, de l’histoire, de la politique, tant ils étaient obsédés par leur présent, réclamant des droits pour eux et des supplices pour les autres, prêts à ce que la liberté s’efface pour peu qu’on paraisse leur garantir la leur sous la forme d’une pleine capacité de jouissance des objets variés qu’ils aiment, quitte à exploiter des armées de travailleurs invisibles à vélo ou en camionnettes, et l’accès à ces flots  de contenus préformatés, aseptisés et abrutissants déversés sans fin par des plateformes numériques prédatrices. 
Tout fut alors possible et surtout permis et accepté, en silence, les forces de l’ordre armées comme en guerre patrouillant dans les villes, le concert ininterrompu des sirènes de police rappelant à tout heure du jour ou de la nuit l’état d’urgence permanent, les véhicules de polices roulant à tombeau ouvert traversant la ville au mépris des règles faisant ainsi valoir aux yeux de tous leur importance, et aussi les blessures terribles, par des armes qui n’auraient jamais dû se trouver là, de ceux qui avaient osé défier ce pouvoir. 
Il en fallait du courage alors pour oser se rendre à une manifestation, à un rassemblement même autorisé, l’état d’urgence permanent ayant considérablement réduit les possibilités de ces rassemblements. Il en fallait du courage parce qu’arrivés sur les lieux, pour quelques centaines de manifestants, elles étaient là, à tous les coins de rues, arrivées par minibus, surgies des recoins de ce monde, en un déploiement massif d’humains en armure, casqués, bardés de protection qu’on pouvait en arriver à douter de leur humanité même. Et ces êtres étaient armés comme s’ils étaient en guerre, armé d’un fusil d’assaut qui leur barrait la poitrine, sur-armés pour affronter de simples humains venus manifestés pacifiquement. Et quelle arme ! C’était par exemple un fusil HK G36 allemand qui équipe la Bundeswehr depuis 1977. Dans ce monde où le marché des armes était toujours florissant, il avait été largement exporté. Ce fusil d’assaut exhibé dans les rues de nos villes avait été vu aux mains des forces déployées au Kosovo, en Afghanistan et en Irak. Et ce fusil qui tire des munitions de 5,56 millimètres de diamètre selon trois modes possibles de tir, rafale, rafale de deux coups ou coup par coup avec une portée de 500 mètres à une cadence de 750 coups par minute c’est ce que l’état menaçait d’utiliser contre des citoyens faisant simplement valoir un droit constitutionnel. 
Dans quelle histoire étions-nous arrivés ? Dans quelle dystopie vivions-nous où un état cherchait à intimider sa propre population en exerçant sur elle une pression de type militaire ? Qu’est-ce qui nous avait mené à vivre dans un monde dans lequel l’Etat agissait avec les citoyens de son propre pays, un pays normalement soumis au droit, comme s’il s’agissait de nombreux et dangereux ennemis dont on craindrait la révolte. 
Armer ainsi les forces de l’ordre contre la population à n’importe quel prix, et au prix de la liberté même, c’était ce que nous avions vu ailleurs, dans des régimes violents, pas ici, ça n’aurait pas dû être possible ! Mais ça l’a été à force d’excuses commodes, de désertions, de préférer le confort personnel à la liberté. Bernanos avait écrit que la liberté des autres lui était aussi nécessaire que la sienne. Mais qui pensait encore comme cela ? Manifestement peu d’entre nous ! 
Le citoyen disparut de la scène. Notre société aurait été bien inspirée de penser au lieu de commémorer. Que, et pour ne citer que quelques faits, l’horreur des lois religieuses de la Restauration, la honte des lois scélérates de la répression des anarchistes, la honte des lois raciales du régime de Vichy, les massacres de la répression de la Commune de Paris par les versaillais et j’en passe, mais aussi la lutte our les droits, les pensées émancipatrices des philosophes, auraient dû inspirer les enseignements pour tous d’une pensée critique et éclairée.  Or le passé fut fantasmé et comme toujours le devoir de mémoire ne dura pas, ou juste le temps des lamentations, de commémorations, d’un tweet, … Le passé retrouva vite sa place sur les étagères laissant la place au présent de l’immédiateté, de la consommation et de la sécurité. 
Et tout ça, comme l’histoire l’avait montré à de nombreuses reprises, toutes les conséquences des exceptions consenties aux usages finirent par se retrouver étendues au cadre ordinaire de l’existence. Ce qui était exceptionnel, devint ordinaire, ce qui était de l’ordre de l’état d’urgence devait devenir état normal. Ceci permit qu’un tel armement des forces de l’ordre qui n’aurait sa justification que dans le cadre de la lutte contre un terrorisme meurtrier, se retrouva là face à des citoyens n’exerçant que leur droit constitutionnel de manifester. Pour cela, il n’avait suffi que d’un article de loi  apparemment inoffensif, de citoyens ayant abandonné la citoyenneté au profit de la consommation et de l’immédiateté et un fusil d’assaut exhibé dans les rues. 
Dans un pays qui a passé son temps à reprendre la Terre entière sur le chapitre des droits de l’homme, avant d’être des électeurs, les citoyens devraient avoir conscience qu’ils portent la responsabilité de ceux qu’ils avaient élus pour diriger. Un Ministre de l’intérieur qui irait manifester et clamer haut et fort qu’il était toujours derrière les forces de l’ordre afin de les absoudre, devrait répondre de ses mots devant les citoyens. Mais ils oublièrent, pour leur malheur, qu’il ne dépendait que d’eux que ceux à qui ils permirent de gouverner, de réprimer et d’armer les forces de l’ordre, n’eurent de cesse que de satisfaire leur autoritarisme. Ils laissèrent s’installer un régime qui fut si bien décrit par Saint Simon à la cour de Louis XIV. 400 ans plus tard, le modèle était toujours le même, où des ministres sitôt nommés vivaient dans la crainte d’un mot du président, acceptaient de « se changer en bouffon Dans l’espoir vil de voir, aux lèvres d’un [président], Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ? » et étaient dans l’angoisse permanente d’une note défavorable des conseillers, d’une révélation de la presse ou de ce qui se racontait sur Twitter. Dans l’obligation d’être partout, d’être présents sur tous les médias, ils devinrent des chambres d’échos relais des mots et des slogans formatés et faciles à relayer produits à la chaîne par les armées de spin doctors d’un pouvoir centralisé parce qu’ « au-dessus […] s’élevait un pouvoir immense et tutélaire, qui se chargeait seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il était absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. (…) le souverain étendait ses bras sur la société tout entière ; il en couvrait la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient faire jour pour dépasser la foule ; il ne brisait pas les volontés, mais il les amollissait, les pliait et les dirigeait ; il forçait rarement d’agir, mais il s’opposait sans cesse à ce qu’on agit ; il ne détruisait point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduisait enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement était le berger ». 
Or, la liberté n’avait de sens que si elle concernait un citoyen soucieux de bâtir une cité meilleure, et n’était certainement pas le privilège d’un individu soucieux de sa jouissance personnelle. Nous étions quelques-uns à tenter de rappeler qu’une société de la liberté ne pouvait se définir que comme le moyen de garantir une vie supportable et digne à tous, qu’elle devait promouvoir une organisation politique légitime dans laquelle les citoyens n’avaient pas à être intimidés par les gouvernements qu’ils avaient élus. D’ailleurs, personne d’autre que les citoyens n’avait qualité pour juger de l’emploi qu’il était fait de sa liberté, sauf à la voir disparaître, restriction après réduction, et par la multiplication des lois visant à asservir ce « troupeau d’animaux timides et industrieux ». La loi, c’est-à-dire le parlement élu, pouvait-elle se permettre de restreindre abusivement la liberté d’aller et venir, de manifester, de faire connaître une opinion, de s’informer, et tout simplement de penser ? Nous avions oublié que le Parlement ne pouvait décider que dans la limite du respects de ces droits, nous avions oublié que la souveraineté nationale ne valait que parce que le peuple qui se prononce, était censé être composé de citoyens libres. Or, et c’était essentiel, sans la liberté, il n’y avait pas de société politique, « seulement le néant de ces individus isolés auquel l’Etat a cessé d’appartenir ». 
Nous étions convaincu qu’il nous fallait tout mettre en oeuvre pour rouvrir le débat, aux citoyens mais aussi aux artistes. La prise de conscience serait évidemment encore longue et certainement frileuse dans cette conjonction étonnante entre des gouvernements naturellement portés vers la tyrannie et un individu qui n’était plus que peu citoyen, surtout épris de ce confort individuel tout en souffrant de solitude infinie. Et peut-être qu’une discussion démocratique réunissant les citoyens et des artistes qui pourraient y jouer à nouveau le rôle que McLuhan leur a souvent prêté à savoir celui de « radars culturels » ? Et parce que « nul n’a jamais écrit ou peint, sculpté, modelé, construit, inventé, que pour sortir en fait de l’enfer » comme l’a écrit Van Gogh. 
Mais le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir et pour cette saison et mettons à profit les semaines qui viennent pour penser, rêver, et réinvestir l’action pour tenter de changer le monde parce que le temps presse. 
Avant de nous laisser ces quelques mots de Chateaubriand : « La mode est aujourd’hui d’accueillir la liberté d’un rire sardonique, de la regarder comme une vieillerie tombée en désuétude avec l’honneur. Je ne suis point à la mode, je pense que sans la liberté il n’y a rien dans le monde ».
C’était une belle saison dans cette année inédite, et vous pouvez relire, réécouter et revivre tous les Nowakowskismes depuis la toute première saison sur le site de Radio Campus Lorraine, ou en allant sur la page FaceBook des Nowakowskismes, ou encore sur mon blog Http://nowakowski.hypotheses.org 
Rendez-vous, en septembre pour la prochaine saison… Peut-être…  
Bel été à tous et à toutes et surtout Peace and Love. 
Et comme chez les Sioux, « il n’y a pas de mots pour se dire adieu ». 
Bon début de nuit, bel été et, avec Crosby, Stills, Nash et Young, dans l’album Déjà vu, Carry on frères et soeurs en humanité. 

Sources et références 
Illustration par Nicolas Hamm, 
François Sureau, Sans la liberté. Tracts Gallimard, n°8 https://www.laquadrature.net/2021/05/31/videosurveillance-biometrique-dans-nos-supermarches/ 
Mémoires de Saint-Simon, Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon. La Pléiade, 1983
Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand 
https://reporterre.net/Pour-la-defense-le-proces-de-Bure-profite-a-l-Etat-nucleaire
https://www.republicain-lorrain.fr/defense-guerre-conflit/2021/06/04/des-humains-attaques-par-des-drones-tueurs-autonomes-pour-la-premiere-fois
https://gulfnews.com/uae/crime/video-sharjah-police-drones-use-face-recognition-technology-to-identify-wanted-criminals-1.78577304
https://www.ladn.eu/mondes-creatifs/comment-artistes-alertent-reconnaissance-faciale/ 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.19-08062021-10/ 
De la démocratie en Amérique. Tocqueville 

 

Nowakowskismes 5.18. Obstruction

Photo Sylvain Dessi

« De la mauvaise et inadéquate formation des mots découle une délicieuse obstruction de l’esprit », ces quelques mots de Francis Bacon pour nous interroger sur nos moments d’obstruction, délicieux ? C’est à discuter ! Mais destructeurs certainement au vu des mots qui ont ouvert cette soirée. Ce soir, ce sont quelques lignes pas vraiment réjouissantes, dans un futur imaginé, en compagnie d’une humanité qui a déserté la surface de la Terre. On ne sait pas trop pourquoi, ou que trop bien ? À nous de voir, et toujours avec un soupçon d’espoir parce que  « celui qui trouvera en lui-même assez de patience pour scruter toute sa vie les ténèbres » peut avoir l’espoir d’être « le premier à y apercevoir un éclat de lumière ».  Alors ? Prêts à plonger dans les ténèbres ? 

À contre coeur, il quitta sa place près du feu, et rabattant sur sa poitrine la mitraillette qui lui pendait en bandoulière, il se dirigea vers les ténèbres. À la limite de l’espace éclairé, il fit jouer bruyamment le levier d’armement. Dans l’obscurité devant lui, d’où s’échappaient encore une minute plus tôt des bruissements étranges et des grognements assourdis, résonnèrent distinctement des pas précipités. Quelqu’un ou quelque chose battait en retraite vers les profondeurs du tunnel, effrayé par le cliquetis de l’arme. 
Il ne pensait pas que l’être qui venait de s’enfoncer à nouveau dans le tunnel était humanoïde. 
Il frissonna en imaginant le tunnel au delà des sept cents mètres. Le poste de garde où il se trouvait n’était qu’à quelques centaines de mètres de la borne frontière. La seule idée de s’y rendre le glaçait d’effroi. Jamais personne ne dépassait la borne située au sept centième mètre du tunnel. Les patrouilles poussaient quelque fois jusqu’aux cinq cents, et après avoir tenté de sonder l’encre du tunnel, et sûrs de ne rien voir surgir, ils s’en retournaient hâtivement. Même les plus aguerris d’entre eux n’allaient pas au delà des six cent cinquante mètres. Une fois là-bas, ils dissimulaient le bout incandescent de leurs cigarettes dans la paume de leurs mains et scrutaient les ténèbres avec des lunettes de vision nocturne qu’ils avaient récupérées dans les surplus militaires. Puis lentement, dans un silence absolu, ils se repliaient des profondeurs du tunnel, sans jamais quitter du regard, sans jamais lui tourner le dos. Le tunnel c’était la somme de toutes les peurs de toutes les vies. 
La frontière était inspectée une fois par jour, la dernière remontait déjà à plusieurs heures. Il ne faisait aucun doute que les créatures effrayées par les faisceaux lumineux de la patrouille, avaient recommencé à ramper afin de se rapprocher du feu, de se rapprocher des hommes. 
Il y avait des histoires à glacer le sang. Il ne pouvait y penser sans que la peur l’envahisse. Des disparitions. Des éclaireurs partaient en reconnaissance dans les tunnels et ne revenaient pas. On avait beau les appeler, s’égosiller, des patrouilles entières avaient disparu. Au début, on avait cru qu’ils étaient retenus quelque part, qu’ils s’étaient échappés, qu’ils avaient trouvé une issue. Mais avec le temps, il avait bien fallu se rendre à l’évidence, le silence régnait dans le tunnel, il ne restait pas un bruit, pas une trace, plus rien des patrouilles. On avait arrêté de compter les disparitions, juste pour ne plus y penser et espérer réussir à dormir. 
Il laissa ses pensées pour revenir à la réalité du tunnel. Trois silhouettes approchaient à la lueur de lampes torches. C’étaient les gardes du trois centièmes mètres qui revenaient après avoir été relevés. Arrivés à hauteur du feu, ils éteignirent leurs lampes. Silencieusement, ils s’installèrent autour du feu. Ils échangèrent quelques mots, ils n’avaient pas besoin de dire ce qu’ils percevaient de ce qui se déplaçaient dans les ténèbres, ils n’avaient pas envie de raconter non plus les peurs qui les avaient habités pendant ces heures passées à monter la garde, à écouter les bruits venus des profondeurs, sur leurs gardes, leurs yeux cherchant à percer l’obscurité sans notion du temps passé. C’était l’arrivée de la relève qui les libérait et redonnait ainsi au temps son écoulement et leur possibilité de s’échapper temporairement de leurs peurs. 
Lui était le plus âgé. Il était venu au monde encore là-haut. Il n’avait pas la silhouette rachitique et le teint blafard de ceux nés dans les profondeurs du métro. Les nouvelles générations craignaient la surface non seulement à cause des radiations, de la pollution et des maladies de la surface mais aussi à cause des rayons brulants du soleil fatals à toute forme de vie souterraine. Il n’était remonté qu’une seule fois, et seulement pour quelques instants. La mort fauchait les trop curieux en quelques heures d’exposition sans laisser le temps nécessaire à l’exploration des restes de la ville et de ce monde étrange qui s’étendait désormais à la surface. 
« Un choeur de cigales 
Invisibles aux yeux des humains
Les radiations » 
écrivait Onishi Masashi après une grande catastrophe nucléaire au Japon. 
Le monde souterrain, même s’ils l’avaient cru, n’était pas pour autant un refuge. Les tunnels plongeaient dans les profondeurs de la terre se ramifiant à l’infini, en un véritable labyrinthe où régnaient la peur, le froid et une insoutenable puanteur. Les tunnels rejoignait le domaine des rats. Les rats, ces compagnons de toujours de l’humanité avaient aussi migré dans les tunnels, dans des domaines où même les plus téméraires d’entre les humains n’auraient osé s’aventurer. S’il existait soudain un voyageur ne disposant pas d’une grande expérience des pérégrinations souterraines qui se serait approché du tunnel, il aurait instinctivement ressenti l’émanation de ce danger sourd et menaçant, cette odeur particulière de la peur. Ce voyageur aurait immédiatement tourné les talons et fui à toutes jambes comme s’il s’était trouvé face aux portes de l’enfer lui-même. 
En fait, personne ne dérangeait les rats, ni même n’envisageait de le faire. Nul ne descendait dans leur domaine, mais, au début, ce sont les rats qui avaient cherché à reprendre les territoires souterrains que l’humanité avait investi. En vagues grouillantes, ils étaient remontés des profondeurs. Il avait fallu se battre, résister contre ses invasions meurtrières de ces rats monstrueux. Au prix de lourdes pertes des deux côtés, les rats finirent par battre en retraite, leur rage aveugle et dévastatrice brisée par l’énergie et l’expression du génie guerrier humain. Même en ces temps désespérés, bien mieux et bien plus efficacement que toutes les autres espèces, l’humanité était restée la plus douée pour dispenser la mort. 
Les rats refluèrent alors vers leurs sombres domaines, loin profondément au coeur de la Terre, dont aucune âme humaine vivante ne connaissait l’étendue exacte. L’enchevêtrement labyrinthique des tunnels enfouis à des profondeurs inimaginables semblait tellement mystérieux et inutile au fonctionnement du métro qu’il était même impossible de croire qu’il avait été, un jour, il y a tant d’années, bâti de la main de l’homme. 
Ils restaient quelques survivants de ce temps où les tunnels accueillaient les humains pour leur permettre de traverser la ville entassés à heures fixes et régulières à bord de ces assemblages de wagons. Durant les premiers temps de l’occupation souterraine, ce furent les seuls humains à ne pas se perdre, les seuls humains à ne pas céder à la terreur née des tréfonds, à rester lucides devant ces cauchemars surgissant de ces tunnels froids et obscurs du métro de cette ville oubliée. Rapidement, un grand nombre de ces anciens employés du métros prirent la direction des stations quand le monde s’enfonça définitivement dans le chaos. Les stations de métro reliées par les tunnels disposant d’espaces plus ou moins vastes et d’infrastructures, furent les lieux où se réfugièrent ceux qui descendirent de la surface. Le réseau du métro passa alors du statut de moyens de communication à d’abord celui d’immense abri anti-atomique dédié à la protection de la population puis à cet ensemble de stations indépendantes, à jamais coupées de la surface et en réseau. Un intranet bien différent de celui qui s’était déployé lors de la période de la grande expansion. Et comme toujours dans l’histoire de l’humanité qui ne sait pas se tenir en paix, les stations se sont régulièrement dressées les unes contre les autres, chacune prétendant à la souveraineté et à l’autonomie. Des guerres ont éclaté, des alliances, des fédérations se firent et se défirent. Seuls des dangers imminents et communs parvenaient à créer des unions à court terme. Mais, en général, tout était prétexte à confrontation, l’espace vital aussi bien que la nourriture. On se battait pour des champignonnières souterraines, pour des poulaillers ou des porcheries où on élevait des cochons livides et des poussins rachitiques nourris avec des champignons incolores. Bien sûr,  le problème de l’approvisionnement en eau potable, et de la maintenance des filtres à eau se posa très rapidement. Les tunnels n’avaient pas été conçus en vue d’accueillir l’humanité réfugiée. Alors ceux qui n’avaient pas de filtres ou qui étaient incapables de réparer les systèmes de filtrages endommagés et s’empoisonnant à l’eau polluée venue de la surface, assaillaient avec brutalité les ilots mieux organisés et qui avaient réussi à mettre en place des micro-stations hydroélectriques, et disposaient de filtres à eau efficaces garantissant la santé et l’approvisionnement en champignons suffisamment nourrissants. 
Dans ces tunnels, loin d’une terre de surface qui les avaient banni, on vit ressurgir l’éternelle course aux armements alimentant les expéditions punitives et les raids meurtriers, mais aussi permettant de se défendre contre toute la vermine qui pullulait dans les profondeurs de la Terre dévastée. Et de tous ces organismes étranges et difformes, dangereux résultats des blessures que l’humanité avait infligées à la Terre, auraient placé Darwin dans des abimes de désespoir. Les êtres nés des ténèbres révélèrent le pire de leur condition. En effet, ceci survint après que l’humanité eut moisi des décennies dans ces terriers qu’elle avait elle-même creusé. À cette  époque alors trop nombreux pour pouvoir vivre, se déplacer en surface, il avait fallu fourrer les plus pauvres quelque part. C’étaient alors des millions d’individus qui se rendaient à leur travail sans apercevoir le ciel, entassés dans des containers roulants, ne faisant pas mentir Rousseau quand il écrivait que « l’homme est de tous les animaux celui qui peut le moins vivre en troupeau. Des hommes entassés comme des moutons périraient tous en très peu de temps. L’haleine de l’homme est mortelle à ses semblables : cela n’est pas moins vrai au propre qu’au figuré ». Ainsi, dans les égouts du futur, les humains se sont entassés et l’humanité s’est transformée. C’est dans ces terriers qui les avaient d’abord transportés puis abrités quand les dégâts sur la planète la rendirent invivable, que la réalité dépassa comme toujours la fiction. Comme HG Wells l’avait imaginé il y a bien longtemps dans La machine à explorer le temps, l’évolution avait fait pousser une nouvelle branche à l’arbre de la vie. C’est ainsi que, dans les égouts du futur, l’humanité s’était transformée, était devenue autre. HG Wells avait donné vie aux Morlochs,  post-humanité cannibale craignant la lumière du soleil, l’humanité terrée après avoir détruit l’espace de vie à la lumière du soleil donna naissance non pas aux monstres, ou à des êtres modifiés, mais à des humains toujours, perdus dans l’obscurité, la peur et le désespoir scrutant toute une vie les ténèbres en espérant être « le premier à y apercevoir un éclat de lumière ». 

Pour finir, quelques chiffres 30 °C à Moscou le 17 mai, 31 °C à Nijni Novgorod, 32 °C à Tambov, 34 °C à Ulyanovsk… Le thermomètre bat des records en cette mi-mai 2021 dans plusieurs villes de la Russie, notamment à l’Ouest. Outre les températures élevées, le temps se montre également sec et venteux. Ces conditions météorologiques exceptionnelles sont catastrophiques pour les incendies en Sibérie occidentale, qui ont déjà commencé depuis plusieurs semaines. Le vent et le manque de précipitations aggravent les feux, qui deviennent incontrôlables et se propagent sur de vastes territoires. Depuis le début de l’année, 233 feux de forêt y ont été enregistrés sur une superficie totale de plus de 171 000 hectares, indiquait le 19 mai l’agence de presse russe Tass. Le rapport « Climat 2020 » publié par l’Organisation météorologique mondiale de l’ONU montre que les incendies en Sibérie ne sont pas des événements isolés, mais font partie de changements plus larges affectant le climat mondial. L’année 2020 a été l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. 

Et avant de nous quitter, ces quelques mots d’Eschyle cités par Bob Kennedy lorsqu’il apprit l’assassinat de Martin Luther King, « Dans notre sommeil, la douleur qui ne peut pas être oubliée tombe goutte à goutte sur le cœur jusqu’à ce que, dans notre propre désespoir, contre notre volonté, vienne la sagesse par la terrible grâce de Dieu » 

Plus de 130 millions de tonnes de plastique à usage unique ont fini en déchets en 2019. Un rapport intitulé « The Plastic Waste Makers Index », publié le 18 mai dernier par la fondation australienne Minderoo, en collaboration avec des experts de la London School of Economics et le Stockholm Environment Institute, montre que vingt fabricants de polymères ont à eux seuls, en 2019, produits 55 % de tous les déchets plastiques à usage unique générés dans le monde. Les cent premiers fabricants en ont rproduits 90 %. Voilà donc d’où viennent toutes les touillettes, gobelets, pailles et autres bouteilles d’eau qui polluent les océans et les cours d’eau, et qui empoisonnent humains et animaux. 
La firme pétrolière américaine ExxonMobil se place en première position. Elle produit 5,9 millions de tonnes de déchets plastiques à usage unique chaque année. Dow, la plus grande société mondiale de produits chimiques, est le deuxième plus grand pollueur avec 5,6 millions de tonnes de déchets générés chaque année, suivie de près par le groupe gazier et pétrolier chinois Sinopec, avec 5,3 millions de tonnes.
Et ce n’est pas tout. Comme d’habitude, les plus grandes banques mondiales sont dans le coup. Vingt gestionnaires d’actifs institutionnels avec au premier rang les sociétés américaines Vanguard Group, BlackRock et Capital Group, détiennent pour plus de 300 milliards de dollars d’actions dans les sociétés mères de ces producteurs dont 10 milliards de dollars proviennent de la production de polymères vierges pour les plastiques à usage unique. Depuis 2011, vingt des plus grandes banques du monde, dont Barclays, HSBC et Bank of America, auraient prêté près de 30 milliards de dollars pour la production de ces polymères.
Bien évidemment, les pays développés sont ceux qui contribuent le plus à cela. Avec 76 kilogrammes (kg) par personne en 2019, Singapour est en tête des pays qui produisent le plus de déchets plastiques à usage unique par habitant. Puis viennent l’Australie (deuxième sur les cent premiers pays), Oman (3e), les États-Unis (9e), la Corée du Sud (12e) et la Grande-Bretagne (13e). La France se classe 19e, avec 36 kg de déchets plastiques par habitant.
Or, la capacité mondiale de production de polymères vierges pour les plastiques à usage unique pourrait augmenter de plus de 30 % au cours des 5 prochaines années. Cette croissance de la production entraînerait une augmentation de 3 000 milliards de nouveaux déchets plastiques jetables d’ici 2025. Et d’ici 2050, si rien ne change, le plastique pourrait ainsi être responsable de 5 à 10 % des émissions de gaz à effet de serre.
De plus, les experts s’accordent à dire qu’il est impossible d’imaginer résoudre le problème de la pollution plastique par le recyclage. Il faut d’urgence réduire la quantité de plastique utilisée par la mise en place de réglementations strictes, qui se font attendre par « manque de courage et de volonté politique ». Rappelons cette aberration. À l’heure actuelle, la matière recyclée coûte toujours plus cher que la matière vierge. 

Sources et références 
Crédit photo – Sylvain Dessi – https://www.facebook.com/sylvain.dessi 
Métro 2033 de Dmitri Glukhovski 
https://reporterre.net/20-entreprises-produisent-55-des-dechets-plastiques-du-monde 
https://reporterre.net/La-Siberie-affronte-des-incendies-massifs-et-des-records-de-chaleur 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.18-26052021-16/

Nowakowskismes 5.17. Point G

« Il y avait désormais 20 ans que les symptômes de cette étrange affection, le mal de l’espace, avaient fait leur apparition. D’abord lot d’une faible partie de la population, elle prenait racine à la façon d’une maladie chronique dans les interstices de l’existence de ses victimes, dans les plus légers changements d’habitude et de comportement. On retrouvait invariablement la même répugnance à sortir à l’air libre, le même désintérêt pour le travail, la famille et les amis, une profonde aversion pour la lumière du jour, une perte de poids graduelle et une sorte de repli dans la vie végétative. […] Il y avait aussi ce goût pour des passe-temps fantasques et compulsifs, comme le pointage de mots obsédants dans un roman, l’accumulation de fragments de programmes télévisés. 
Puis presque sans exception, toutes les victimes en arrivaient à être persuadées d’avoir été un jour astronautes. Des milliers de patients gisaient dans l’obscurité de salles d’hôpital qui leur étaient réservées ignorant le monde qui les entourait mais convaincus d’avoir un jour voyagé dans l’espace en direction de Mars, d’avoir marché sur la Lune ». 

Ce sont les mots de JG Ballard dans Mythes d’un futur proche qui ont ouvert les Nowakowskismes, et rejoignent Derrida qui s’interrogeait ainsi : « Qu’est-ce que le monde s’il s’obscurcit de la sorte ? » Parce que face à ceux qui considèrent que la solution à  nos problèmes est d’aller s’installer ailleurs, au vu de la réalité des destructions en cours organisées par les mêmes, il est certainement temps de reprendre la main, et de refuser de « fabriquer [ce qui nous amène dans le mur] en cessant de produire le système par lequel nous détruisons l’humanité ». 
Point G, c’est le titre des Nowakowskismes, point de G, ou point G à vous de voir. Alors, commençons par la vacuité de notre époque, qui s’affiche dans cette illusion de réseaux sociaux qu’est la mission Alpha ! Point de G en impesanteur et point G médiatique !

Thomas Pesquet nous montre les océans, Thomas Pesquet nous montre des forêts, Thomas Pesquet nous montre sa station spatiale, Thomas Pesquet nous montre ses repas, Thomas Pesquet prépare en secret de nouvelle surprises, Thomas Pesquet et sa liste musicale… c’était déjà lors de sa première mission et c’est reparti encore plus fort pour la mission Alpha ! Thomas Pesquet, le meilleur parmi les meilleurs ! The best of the best of the best ! Thomas Pesquet a été choisi parmi des milliers de candidats pour ce voyage extraordinaire et en plus, il y retourne, comme commandant. Thomas Pesquet en a du talent ! Thomas Pesquet incarne le modèle parfait de l’organisation de notre société. Il est le super héros, il est la matérialisation de cette société qui ne pense son salut que dans la rationalité scientiste et technique toute-puissante. J’en prends également pour preuve la place du mot algorithme dans les médias, dans la bouche des politiques, l’algorithme, l’alpha et l’omega de la lutte contre les maux de notre société. 
Mais retournons en orbite, nous aurons encore l’occasion de revenir sur les algorithmes, nous l’avons d’ailleurs déjà fait lors de précédents Nowakowskismes. 
Envoyer, encourager, féliciter, suivre Thomas Pesquet dans ses révolutions à 400km d’altitude (la distance de Paris à Strasbourg), pas encore aux portes de l’espace, c’est projeter un modèle qui a failli sur Terre. C’est produire un récit que certains, tels que ces nouveaux maîtres du monde comme Musk ou Bezos, considèrent comme notre avenir. Malheureusement, il semble que nous soyons toujours incapables de dépasser ce mythe de la frontière, de la conquête de nouvelles terres afin de poursuivre ailleurs notre expansion destructrice. 
Certes, s’éloigner de notre berceau, c’est peut-être sortir de l’enfance de l’homme et accéder à d’autres terrain de jeux, et peut-être trouver des réponses aux questions de nos origines. Mais est-ce bien cela ce que nous faisons ? Est-ce bien cela ce que nous faisons en envoyant des robots sur Mars, en faisant voler un petit hélicoptère sur Mars à grand renfort de communication ? Mais pour quel projet scientifique ? N’est-ce pas là aussi projeter ce modèle de l’humain conquérant par son intelligence, l’espace qui s’ouvre à lui. Peu importe s’il laisse derrière lui ses déchets !
De plus, qui peut prétendre, même avec les éléments les plus factuels de la prédiction scientifique, que la conquête du ciel au-delà de l’atmosphère apportera la moindre réponse à l’humanité aux défis de ces temps ? 
En fait, ce projet sous cette forme ne serait-il pas totalement dépassé par la criante urgence climatique ? 
Rappelons juste que, pour contenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C, notre «budget carbone» total ne doit pas excéder 1200 milliards de tonnes de CO2. Or, au rythme actuel des émissions, ce budget sera épuisé en 2027 pour une limitation du réchauffement à +1.5°C et en 2045 pour +2°C . Et un demi degré de plus aura des conséquences catastrophiques sur nos vies humaines. 
S’élever aurait dû nous faire prendre conscience de la fragilité de ce système terrestre qui nous permet d’y vivre. Mais il s’avère qu’il n’en est rien. « Scintillement suprême de la modernité et de la réussite », les photos que Thomas Pesquet diffuse à l’envi sont partagées des dizaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux. « Comme s’il suffisait de voir des clichés de l’espace pour avoir l’impression qu’on fait quelque chose de grand, de bien, de beau, pour les yeux et l’esprit. Après « c’était mieux avant », on a « c’est mieux ailleurs ». Alors, des millions d’humains s’extasient de la beauté de la planète vue d’au-delà de l’atmosphère, parlent de fragilité, partagent et vivent au rythme des trente pour cent de temps que Thomas Pesquet consacre à des conférences ou à des entretiens, vantant son agenda quotidien spatial calibré, quadrillé, pesé comme il se doit dans une société parfaitement organisée. 
Changeons-nous pour autant nos modes de vie ? Non ! 
Diminuons-nous le nombre de SUV achetés ? Non ! 
Consommons-nous moins ? Non non ! 
Réduisons-nous nos usages des artefacts inutiles du numérique, … Bien sûr que non ! 
On a beau répéter que l’extraction minière nécessaire pour fabriquer les nouveaux gadgets technologiques a, dans certaines régions du monde, des conséquences dramatiques. Aux dégâts sur les écosystèmes s’ajoutent les désastres pour les hommes, les femmes et les enfants trimant dans des mines, sans protections, avec des outils rudimentaires, pour un salaire de misère, très souvent sous contrôle paramilitaire ou mafieux. Deux exemples emblématiques mais pas isolés sont l’orpaillage en Amérique du Sud (Guyane, Pérou, Colombie, Vénézuela, etc…) et les mines de cobalt en République du Congo où les conditions de travail des humains incluant de nombreux enfants relèvent à proprement parler de l’esclavage. 
Et pendant ce temps-là,Thomas Pesquet nous fait visiter la station spatiale internationale, Thomas Pesquet photographie « une magnifique aurore boréale depuis l’ISS », Thomas Pesquet a son rendez-vous hebdomadaire à la radio, Thomas Pesquet se met en scène, commente le vide, pendant que, dans des conditions d’esclavage moderne, des humains meurent pour que d’autres croulent sous les objets connectés ici et qu’un nuage poubelle toujours plus dense orbite autour de la Terre.
L’ultime frontière, le rêve standardisé à la sauce Star Trek ou Star Wars, ne serait qu’une représentation construite de l’espace, ne contenant que la vacuité de nos imaginaires techno-formatés ne renvoyant aucune perspective sur notre destin humain ? 
« Prématurément amenée par des orgies de science, la décrépitude du monde approchait. C’est ce que ne voyait pas la masse de l’humanité, ou ce que, vivant goulûment, quoique sans bonheur, elle affectait de ne pas voir » écrivait Edgar Allan Poe. Surtout que si nous continuons sur notre trajectoire actuelle, sans rien changer, nous nous dirigeons assurément vers une hausse des températures moyennes de surface de 4°C par rapport à l’ère pré-industrielle. Les conséquences seront dramatiques !
A l’opposé de cet oubli du vivant, de l’être, à contre courant de l’omniprésent bruit de fond médiatique des aventures de Thomas Pesquet, ne faudrait-il pas questionner le sens de notre place dans le vivant, notre place dans l’univers au lieu de vouloir l’investir pour illusoirement tenter de s’en rendre maître ? Alors faire naître d’autres mondes que ceux de l’information en continu, engendrer des univers et des territoires existentiels dans le respect du principe de responsabilité voila le nouveau type de l’agir humain que nous nous devons de prendre en considération davantage que le seul intérêt « de l’humain ». 

Changeons de sujet et revenons sur Terre et le point G mortifère de la 5G ! Souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps, je vous parlais de la 5G dans les Nowakowskismes intitulés Et 1, et 2, et 3, et 4, et … 5G…. Je vous invite également à revoir la conférence que j’ai donnée pour l’UP2V, intitulée « L’innovation quoiqu’il en coûte. L’exemple de la 5G ». Et dans la continuité, ce soir, je vais relayer l’appel à boycotter la 5G, parce que ça y est, la 5G, c’est bien parti. 
Vous n’avez pas pu ne pas le voir. Les fournisseurs d’accès jouent à celui qui a la plus grosse, couverture, et le plus grand panneau de pub dans la rue. C’est Enorme affirme partout l’un d’entre eux ! Les surenchères sont lancées ! Pour qui les casques de réalité virtuelle 5G pour regarder le sport ? Comment peut-on être insensible aux merveilles des visites virtuelles de musées ? Et quel bonheur, ces après-midi dans les parcs, au soleil, pour regarder des séries TV sur son nouveau smartphone 5G ! Être de cette modernité, c’est être persuadé que la balance ou la poubelle connectée font partie des objets indispensables, et cet «Internet des objets», c’est sur la 5G qu’il s’appuiera !
A celles et ceux qui réclamaient un moratoire tant que les risques de la 5G pour la santé n’avaient pas été évalués, l’Agence nationale sécurité sanitaire alimentaire nationale (Anses) vient de répondre qu’il n’y a «pas de risques nouveaux pour la santé au vu des données disponibles». Or les études n’ont pas été menées sur les nouvelles fréquences utilisées par la 5G. Comme il n’est pas possible d’extrapoler les résultats obtenus avec les technologies précédentes, l’incertitude demeure en matière de risque sanitaire. 
Alors le déploiement continue.
On s’est donc assis sur les recommandations du Haut Conseil pour le climat, sur la demande de moratoire émanant de la Convention citoyenne pour le climat, à l’heure où il nous reste sept ans de budget carbone pour rester en dessous de 1,5°C de réchauffement climatique. C’est donc plus que déraisonnable de déployer une technologie énergivore, prédatrice en ressources naturelles et humaines, ne répondant à aucun de nos besoins fondamentaux et dangereuse pour nos données personnelles. Contrairement aux arguments déployés par les promoteurs de la 5G, celle-ci n’est absolument pas compatible avec une transition vers un monde durable. Avec sa myriade d’objets connectés, d’écrans, de batteries, de satellites, de data centers et de robotique de pointe, la 5G contribue au saccage de la planète, à la destruction des écosystèmes et à l’exploitation honteuse du travail d’hommes, femmes et enfants dans des conditions tenant de l’esclavage moderne.
A l’heure où nous n’avons d’autre solution raisonnable que la sobriété énergétique pour assurer un futur vivable, l’idée même de déployer ce réseau et l’extraordinaire production industrielle qui l’accompagne est délirante, voire obscène.
La compétitivité comme principe continue donc, sans que rien ni personne ne puisse l’arrêter. Agglomérat d’intérêts économiques, de lobbies offensifs, de luttes pour de nouveaux marchés et de course au consumérisme persistent à vouloir nous vendre n’importe quoi dans le déni et l’ignorance volontaire de l’ampleur de la catastrophe climatique et écologique, dans une vision à court terme, de peur du déclassement, dans cette foi aveugle dans le progrès technologique et d’invisibilisation des ravages dans les pays du Sud, de promesses intenables et de cynisme. Malgré les grandes annonces internationales qui promeuvent la «transition écologique», la route suivie est toujours la même, et à peine freine-t-on un peu d’un côté, que, de l’autre, on met en place les conditions d’un nouveau coup d’accélérateur pour repartir de plus belle.
Choisissons donc de ne pas jouer le jeu !
Si personne n’achète de téléphone 5G ni d’objets connectés, le déploiement extrêmement coûteux de cette technologie sera mis en échec.
Il est important que tous les citoyens et toutes les citoyennes soucieuses de l’avenir des générations présentes et futures boycottent tous les produits liés de près ou de loin à la 5G et son monde. 
Si on vous incite à passer au téléphone ou forfait 5G, même pour un prix modique, dites non. 
Si vous faites un cadeau d’anniversaire, trouvez autre chose qu’un casque 5G à offrir. 
Si on vous demande, dans le cadre de votre métier, de promouvoir des produits 5G, désobéissez. 
Choisissez de l’électroménager non connecté. 
N’achetez pas de drone 5G à un enfant (et pas de drone du tout, d’ailleurs). 
Bref, continuez à vivre sans 5G ! Elle n’est en rien utile à la vie ! 
Ces recommandations doivent circuler massivement afin qu’un mouvement collectif émerge pour résister au conditionnement comme au suivisme. Il ne reste plus qu’une solution légale face ce système qui persiste à broyer la terre et ses habitants : assécher le business et devenir (enfin) responsables de notre futur commun.
En effet, lutter c’est, en paraphrasant John Holloway, « […] refuser de fabriquer [ce qui nous amène dans le mur] en cessant de produire le système par lequel nous détruisons l’humanité ? »
Alors « […] Lançons une pierre sur la couche de glace qui recouvre le lac des possibilités. La pierre provoque un trou dans la glace mais la glace est épaisse, la journée est froide et, bientôt, le trou disparaît. Nous gardons avec enthousiasme en mémoire quelque chose de beau, nous avons entrevu un antre futur possible. Nous jetons une nouvelle pierre et, cette fois, nous ne provoquons pas seulement un trou, mais des brèches qui jaillissent dans différentes directions, certaines se connectant avec d’autres brèches qui se sont propagées à partir du trou provoqué par la pierre lancée par quelqu’un d’autre. Si la glace doit être brisée complètement, alors cela se peut se produire que d’une seule façon : par toutes sortes de gens lançant des pierres et par le jaillissement de brèches qui parfois se connectent. »

Pour finir, c’est avec quelques mots sur les observations qui ont été faites des modifications sur l’axe de rotation de la Terre dues au changement climatique. En effet, sur notre planète, les emplacements des pôles Nord et Sud ne sont pas des points fixes et immuables. L’axe autour duquel tourne la Terre, ou plus précisément la surface d’où émerge la ligne invisible autour de laquelle elle tourne, est toujours en mouvement notamment à cause de processus pas complètement compris. Or, une nouvelle étude publiée dans Geophysical Research Letters, montre que la fonte des glaciers due au réchauffement climatique serait probablement la cause de modifications sensibles de la direction de l’errance polaire. Ce phénomène aurait commencé au milieu des 1990.  En effet, la Terre peut être comparée à une toupie. Comme nous l’avons tous expérimenté, si on perturbe la répartition de la masse d’une toupie en rotation, elle va se mettre à osciller plus ou moins. Et nous savons que les oscillations de l’axe de rotation de la Terre ont des conséquences sur la vie, le climat. Qu’en sera-t’il de nos vies sur la planète quand ces changements résultats des activités humaines surviennent sur une période aussi courte ?
« Il y a une théorie qui dit que si un jour on découvre à quoi sert l’univers et pourquoi il est là, il disparaîtra immédiatement pour être remplacé par quelque chose d’encore plus bizarre et inexplicable »

Sources et références
«5G : pas de risques nouveaux pour la santé au vu des données disponibles», ANSES, 20 avril 2021.
«Les esclaves des mines du Congo» – Free the Slaves. «Is your phone tainted by the misery of the 35 000 children in Congo’s mines ?», The Guardian, 12 octobre 2018. «Orpaillage illégal», WWF. «Organized Crime and Illegally Mined Gold in Latin America», Global initiative against organized transnational crime, mars 2016.
https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/boycottons-la-5g-20210501_FH4YLLHMUVCTLBT5ZY7QEW5WDU/  https://www.franceculture.fr/emissions/carnet-de-philo/carnet-de-philo-du-vendredi-23-avril-2021 
https://diacritik.com/2021/05/03/thomas-pesquet-ou-la-vacuite/ http://spaceref.com/earth/climate-has-shifted-the-axis-of-earth.html 
JG Ballard. Mythes d’un futur proche. 
John Holloway. Crack capitalism
Planète interdite. https://youtu.be/BieQ7FIJXig 
« L’innovation quoiqu’il en coûte. L’exemple de la 5G » https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=14761 
Et puisque le titre s’y prête, G de John Berger, un des grands romans du XXème siècle, traversé par les grondements de l’humanité en révolte, les guerres, un roman expérimental. 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.17-10052021-14/ 

Nowakowskismes 5.16. Désolé les enfants

Ce soir, le temps est venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : «Au fond, ce n’est pas moi», «On m’a demandé de le faire», «De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place !». Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. 
Aujourd’hui, c’est le moment, et c’est urgent, de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord. 

Le 15 avril 2021, au mi-temps d’un troisième confinement, la loi sécurité globale était définitivement adoptée par l’Assemblée nationale. Avec 75 voix pour et 33 voix contre, alors que l’assemblée nationale comptait à l’époque 577 députés, c’est dire combien les élus s’intéressaient à ces questions. En fait, ce fut un débat qui n’eut pour but que de satisfaire aux  exigences de la police. Le lendemain, le Conseil d’État autorisait la conservation généralisée des données de connexion en dehors des situations exceptionnelles d’état d’urgence sécuritaire, contrairement à ce qu’exigeait la Cour de justice de l’UE dans sa décision du 6 octobre 2020 contre la France. Pour en arriver là, le Conseil d’État s’était alors permis de réinterpréter la notion de « sécurité nationale » pour l’étendre très largement au-delà de la lutte contre le terrorisme afin d’y inclure également, dans une formulation fourre-tout, l’espionnage économique, le trafic de stupéfiant ou l’organisation de manifestations non-déclarées. Ainsi, il a pu conclure que la sécurité nationale était systématiquement menacée, justifiant par là le contournement permanent des garanties protégeant les libertés fondamentales et ce, même en dehors des périodes officielles d’état d’urgence normalement soumises à un contrôle démocratique.
Dans un silence assourdissant, on vit se réaliser par cette loi les désirs profonds du ministère de l’intérieur de faire entrer la police dans une nouvelle ère technologique avec comme objectif, l’aberration des JO 2024. À cette occasion, dans une stratégie de marketing mortifère, la France voulait se présenter comme à la pointe en matière de surveillance généralisée, en exposant fièrement son armement high tech aux clients venus du monde entier. La loi sécurité globale votée installa et confirma les systèmes de surveillance déjà en place. Nous entrâmes dans un temps et une société autorisant ce qui était jusqu’alors interdit. Les drones et les hélicoptères et bien d’autres dispositifs de surveillance furent équipés de caméras.  
Les préfets purent alors autoriser la police et l’armée à capter des images par drones. Les conditions du déploiement, comme d’habitude suffisamment floues pour être détournées, allèrent alors de l’appui des personnels au sol en vue de maintenir ou rétablir l’ordre public en cas de troubles graves ou difficultés d’intervention en manifestation, à la protection des bâtiments et des installations publics particulièrement exposés à des risques d’intrusion ou de dégradation, en passant par la régulation des flux de transport, la surveillance des frontières ou la détection d’infractions graves. Tout cela fut comme toujours décidé en agitant le prétexte facile de la lutte contre le terrorisme et la sécurité. Il fallait surenchérir ! Les prochaines échéances électorales approchaient ! Et bien sûr, comme il ne fallait pas s’arrêter au milieu du gué, les préfets eurent alors le pouvoir d’autoriser la police municipale à capter des images par drones afin d’assurer l’exécution des arrêtés de police du maire et de constater les contraventions à ces arrêtés jusqu’à surveiller la taille des terrasses ou la fermeture d’un lieu ouvert au public. 

Les drones se sont alors installés dans notre paysage après avoir été massivement utilisés lors des périodes de confinement et de couvre-feux imposés lors de la pandémie de covid-19. L’État s’octroya par cette loi le droit de déployer des drones pour surveiller les établissements, les installations et les ouvrages d’importances jugées vitales, auxquels s’ajoutaient les installations militaires. Pour poursuivre dans cette logique, les commandants de navires et d’avions de l’État furent autoriser à déployer des drones aériens, marins ou sous-marins dans le but d’assurer le respect des dispositions qui s’appliquent en mer en vertu du droit international et national. Bien sûr, ils se couvrirent en spécifiant que la captation du son, l’analyse des images par reconnaissance faciale ainsi que les interconnexions automatisés avec des fichiers étaient interdits, mais ça, c’était au début. De même, devaient normalement être interdites les prises de vues montrant les intérieurs des domiciles et leurs entrées. Mais comme le public était censé être informé par tout moyen approprié de la captation d’image par drone par l’autorité responsable, tout fut finalement permis puisque seule l’appréciation des circonstances par les autorités primait. 75 députés sur 577 votèrent cela ! 
Un tel processus n’étant pas fait pour s’arrêter en si bon chemin, il ne s’arrêta pas là ! Pour la sécurité et surtout une société qui se tient sage, il fallait une police forte. 
La police nationale, la police municipale, l’armée et les pompiers équipèrent alors leurs véhicules, dont les hélicoptères, de caméras afin de collecter toujours plus d’images, dans des conditions encore plus élargies que celles mises en place pour les drones. Ils purent alors enregistrer, stocker sans aucune restriction sur les conditions de mise en oeuvre de la reconnaissance faciale et ce, jusqu’à l’intérieur ou de l’entrée de domiciles en ayant toute latitude pour interconnecter les fichiers existants ou à venir. Toute la vie, tous les espaces jusqu’au plus intimes furent surveillés en invoquant des prétextes aussi creux que faciles comme assurer la sécurité des rassemblements de personnes sur la voie publique, réguler les flux de transport, faciliter la surveillance des zones frontalières, prévenir les incidents au cours des interventions, faciliter le constat des infractions et la poursuite de leurs auteurs. 
Le principe de la loi et de l’ordre fut généralisé. 
Les agents de la police nationale, de la police municipale et de la gendarmerie, jusqu’aux gardes-champêtres obtinrent ce qu’ils demandaient depuis longtemps à savoir le droit d’accéder eux-même aux images captées par leurs caméras piétons. Les images captées furent alors transmises en temps réel au poste de commandement dès lors qu’ils estimaient que la sécurité des biens et des personnes ou la sécurité des agents étaient considérées comme menacée. Nous avons oublié volontairement que ces images étaient auparavant conservées pour n’être exploitées qu’en cas d’enquêtes commanditées par une juge. Ces caméras piétons, portées à hauteur de visage, furent alors le dispositif idéal sur lequel la police s’appuya afin de systématiser la reconnaissance faciale. Déjà en 2019, on décomptait déjà 375 000 caméras de ce type.
Dans la foulée, le gouvernement autorisa l’installation de caméras dans les cellules de garde à vue ainsi que dans les chambres des centres de rétention administrative où des milliers de malheureux exilés ou réfugiés dont des milliers d’enfants, étaient enfermées chaque année. Bien sûr, ils assurèrent que l’intimité de ces gens serait préservée parce que les images étaient  floutées. 
Quel merveilleux accueil, le pays des droits de l’homme réservait à ces hommes, ces femmes, ces enfants ayant fui l’horreur en traversant les enfers ! 
Et ce n’est pas tout. Installer une société de la surveillance ne peut souffrir de zones non couvertes. Pour cela, les caméras de vidéosurveillance sur la voie publique qui avaient déjà autorisées par le code de la sécurité intérieure furent rendues également exploitables par la police municipale ainsi que par les agents des communes et des structures intercommunales qui purent alors demander elles-même, pour toutes les raisons électoralistes imaginables, l’installation en nombre de ces caméras de vidéosurveillance. Même les agents de sécurité privés de la SNCF ou de la RATP eurent alors la possibilité d’exploiter les images obtenues. Même les caméras installées dans les hall d’immeubles furent réquisitionnées. Nous nous étions indignés quand on avait appris qu’aux USA, la police pouvait avoir accès aux images fournies par le système de vidéo sonnette vendu par Amazon. Et bien, les images prises par ces caméras de halls d’immeubles furent rendues exploitables en temps réel par la police, pas seulement en cas d’atteinte grave et imminente aux biens et personnes, mais surtout pour intervenir pour une simple occupation empêchant la libre circulation ou le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité. 
Désolé les enfants mais, petit à petit, de désertion en désertion, nous avons laissé s’installer le concept de « continuum de la sécurité » imaginé dans un rapport parlementaire de 2018 par Alice Thouvot et Jean-Michel Fauvergue, auteurs de la proposition de loi pour la sécurité globale. Comme toujours, et comme nombre de dystopies ou de régimes présents ou passés nous l’avaient pourtant montré, nous avons laissé s’installer une société d’optimisation articulant « au mieux » toutes les forces de police pour obtenir une force sécuritaire aux prérogatives élargies. 
Bien sûr, ce n’était pas tout, comme si l’histoire récente de nos sociétés avait été tout bonnement gommée. La loi sécurité globale renforça considérablement les pouvoirs et le rôle des agences de sécurité privées, pour en faire une nouvelle force de police. Les agents de sécurité privés purent alors dresser des procès-verbaux et relever l’identité et l’adresse d’une personne dans le cadre de ces procès-verbaux. Si une personne ne pouvait justifier de son identité, elle était retenue jusqu’à intervention de la police. Le non-respect de cet ordre était lourdement puni. Les polices privées pouvaient procéder à des palpations de sécurité et, sous le prétexte de sécurité et de lutte contre le terrorisme, l’état pouvait même demander à ces agents de sécurité privés d’effectuer des missions de surveillance des personnes . 
Et ça ne s’est pas arrêté là. Les policiers municipaux ont vu leur prérogatives élargies jusqu’à eux aussi pouvoir dresser des procès-verbaux et effectuer des contrôles d’identités. Paris qui bénéficiait depuis 1800 d’un régime dans lequel les forces de police relevaient de l’Etat par méfiance vis-à-vis de la ville a ainsi pu créer sa police municipale rassemblant plusieurs milliers d’agents. Pour finir le tableau, il s’avérait que tout ce dispositif comportait tous les freins visant à protéger la police. Protéger la police du contrôle de la vigilance citoyenne au détriment des droits et de la démocratie. 
Alors, désolé les enfants… 
C’était une époque à surmonter en géants. Nous la vécûmes en fourmis, cachés au plus profond de nos fourmilières, fuyant ce que nous ne voulions voir. Nous nous sommes persuadés de notre triomphe, un triomphe par les portes basses. Mais une altération en nous après des années écoulées, s’aggravant sans cesse, nous rappela la faille qu’il nous faudrait enfin surmonter en géants. Cette faille, cette fêlure, étrangement petite encore, mais grandissant inexorablement, dérègle l’horloge de notre être nous livrant en vain à la honte. 

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. Il est 19h frères et soeurs en humanités soumis au couvre-feu. 
Pour finir, ces mots de Philip K. Dick, « Devenir […], faute d’un terme plus convenable, […] un androïde, [ce qui] veut dire, […] se laisser transformer en instrument, se laisser écraser, manipuler, devenir un instrument à son insu ou sans son consentement – c’est du pareil au même. Mais on ne peut pas transformer un humain en androïde si cet humain a tendance à enfreindre la loi dès qu’il en a l’occasion. L’androïdisation exige l’obéissance. Et, par dessus tout, la prévisibilité. C’est justement lorsque la réaction d’une personne donnée à une situation donnée peut être prévue avec une précision scientifique que l’on ouvre grand les portes au cheval de Troie. Car à quoi servirait une lampe torche si, lorsqu’on appuie sur le bouton l’ampoule ne s’allumait qu’une fois de temps en temps ? Toute machine doit marcher sans coup férir pour être fiable. L’androïde, comme toute autre machine, doit marcher au doigt et à l’oeil. »

Les années se suivent et se réchauffent. 
Selon le nouveau rapport sur l’état du climat européen publié le 22 avril dernier, 2020 est l’année la plus chaude jamais enregistrée en Europe. Le dernier record date de 2019 avec le sud de la France qui a connu des températures inédites allant jusqu’à 45,9 °C dans le Gard. La rapidité des changements confirment les scénarios des climatologues. Depuis l’ère préindustrielle (1850-1900), la planète a enregistré une hausse de la température moyenne de 1,2 °C. Cette augmentation a atteint 2,2 °C en Europe jusqu’à 3 °C en Arctique. L’année 2020 a ainsi été l’année la plus chaude, à cause d’un hiver et d’un automne les plus chauds jamais enregistrés en Europe. La température moyenne du continent cet hiver a été supérieure de plus de 3,4 °C à la moyenne de 1981-2010. L’Europe connaît également le plus grand nombre d’heures d’ensoleillement depuis le début des relevés par satellite en 1983. 
2020 est de loin l’année la plus chaude jamais enregistrée en Sibérie arctique. Les températures hivernales minimales étaient 9 °C plus chaudes que la moyenne. La sécheresse estivale a entrainé de incendies de forêt monstres dans la toundra sibérienne. On assiste aussi à un phénomène inédit dans l’hémisphère nord, la diminution record de la couche d’ozone. De plus, à cause d’un vortex polaire particulièrement fort, le trou dans la couche d’ozone au dessus de l’Antarctique observé en mars 2021 est sans équivalent depuis 1979.
Enfin, un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié le 20 avril alerte sur une augmentation de près de 5 % des émissions de Gaz à Effet de Serre liées à la consommation d’énergie en 2021. La hausse de la demande mondiale en énergie est en effet estimée à 4,6 %, la portant au-dessus de son niveau d’avant-crise en 2019. 

Sources, références et inspirations
https://www.laquadrature.net/2021/04/16/loi-securite-globale-adoptee-resumons/
https://www.laquadrature.net/2021/04/21/le-conseil-detat-valide-durablement-la-surveillance-de-masse/ 
https://reporterre.net/2020-l-annee-la-plus-chaude-jamais-enregistree-en-Europe 
https://www.jour2fete.com/distribution/un-pays-qui-se-tient-sage 
Henri Michaux, La faille 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.16-26042021-14/ 

Nowakowskismes 5.15. « Tu appartiens à l’extérieur, je te libère ! »

Ce soir, c’est un étrange texte qui viendra emplir l’espace des Nowakowskismes. Un long poème inspiré de ces temps et qui prend sa source dans les contreforts surplombant cette année fleuve. Dans un opéra, Görge le rêveur chantait qu’il « faut que les contes deviennent la vie, qu’ils soient vivants, réels, qu’ils respirent et qu’ils règnent ». Alors ce soir, c’est un poème, des mots, de la musique au mi-temps de ce troisième confinement. Il va raconter le désespoir mais surtout il va rappeler la dynamique qui fait de nous des êtres vivants et que cela signifie qu’il nous faut « métaboliser ce qui nous traverse plutôt que le subir ». 

Jeudi 15 avril 2021, il est 18h30
Quelques minutes plus tôt, j’ai donné mon dernier cours de l’année, cette année qui semble avoir commencé, il y a bien longtemps, en mars 2020. Un dernier cours, avant des vacances confinées, puis des périodes d’examens, et de vacances encore plus tard, après avoir organisé ce qui sera le début de l’année 2021-2022 après l’inconnu de l’été. 
Jeudi 15 avril 2021, il est 18h30 et nous sommes à l’hypothétique milieu d’un troisième confinement, ça fait des mois que nous sommes privés de cinémas, de spectacles, et surtout privés des autres. Ce troisième confinement a multiplié par 10 le rayon de nos mobilités au sein duquel cette attestation n’est pas obligatoire. Au-delà, il faut décrire la raison de cette évasion, de ce franchissement de la frontière circulaire de nos vies. 
En septembre dernier, après un été passé à réorganiser et préparer une année d’incertitudes, étudiants et enseignants, nous nous sommes retrouvés pour de brèves réunions de rentrée. Nous nous sommes aperçus, pour quelques heures. Nous apprenions à enseigner masqués devant vous, vous appreniez à être étudiants « dividus » anonymes masqués, tenus à distance. L’année commença alors au rythme des cours à distance, et des intervalles de temps limités à quelques heures en présence sur le campus. 
Après ces réunions, nous ne nous sommes quasiment plus vus. Ou plutôt, nous nous sommes retrouvés sur ces plateformes de visioconférences, face à nos écrans, sur lesquels s’alignaient invariablement les stèles, ces vignettes, comme manifestation de votre présence. Ersatz du lien, le réseau délivrait massivement l’illusion du « grand tout connectif », remplaçant par la communication ce qui devait relever de la communion, chacun réduit à une chrysalide figée dans sa techno-alvéole. Alors…. 

Au fond de l’ombreuse tristesse d’un campus vidé
Enseveli loin du souffle vivifiant des cours,
Loin du joyeux babil et des échos de ces éclats de rire perdus, 
Il se tenait aussi impassible qu’une pierre,
Aussi figé que le silence autour de son bureau ;
Diaporama sur diaporama se superposaient devant ses yeux
Comme des images animées. Là, dans ce creux, pas un souffle, 
Pas plus de vie que lorsque par un jour de canicule
De plus en plus fréquent, à l’air brûlant 
Pas une bulle de fraicheur n’est arrachée. 
Tout près, l’arbre bruissait silencieusement, plus étouffé encore. 
Le long des connexions dans le Grand Tout, les traces de ces mots 
N’allaient pas plus loin que là où ses mains s’étaient égarées, 
Depuis, il recherchait l’évidence perdue d’être un corps,
Ouvert et cabossé abritant un coeur de lave dont l’incandescence 
Est du tissage. Cependant sa tête fixant la lucarne de l’écran, il 
Semblait à l’écoute de la Terre, son antique mère, 
En quête de réconfort. 
Il semblait que nul pouvoir ne pourrait le sortir 
Et l’arracher à cette immobilité. Mais quelqu’un vint
Qui d’une main de frère humain tambourina sur la paroi
De cette cellule. Cette graduelle et douce rafale solitaire
Arriva sur le silence et mourut aussitôt, 
Comme si le son refluant n’avait été qu’une seule vague ;
Ils étaient plusieurs et se tenaient immobiles, 
Tels des sculptures naturelles dans une des premières grottes, 
Il fixait toujours son écran, jusqu’à ce qu’enfin, il leva 
Des yeux fatigués et au delà de toute l’obscurité 
Et de la tristesse du lieu, et les vit. 
Avec une langue qui semblait paralysée, en proie aux tremblements,
Il parla ainsi : « je vois vos visages perdus, 
Levez les yeux et laissez moi lire en eux notre sort funeste. 
Qui a le pouvoir de nous affliger ainsi ? D’où provient cette force ? 
Comment s’est-elle nourrie pour éclater de cette façon ? 
Mais il en ainsi, nous sommes étouffés
Enterrés à l’écart de tout exercice qui 
Métabolise ce qui doit nous traverser plutôt que de subir, relayer et reproduire
Ici sur ce coin de terre où nous sommes enclos ». 
Cet emportement le dressa sur ses pieds, 
Fit se détacher ces mains des mots abandonnés sur l’écran.
Il y eut une pause, puis il recouvra 
Ainsi la parole : « Mais ne puis-je donner ? Ne puis-je former ? 
Ne puis-je créer ? Ne puis-je façonner un autre monde, un autre univers
Pour fouler et réduire celui-ci au néant ? »
Ces mots trouvèrent leur chemin, et par son attitude, 
Il y eu une sorte d’espoir, et ils s’écrièrent d’une voix pressante
« Voilà qui nous réconforte, venez rejoindre nos amis, 
Venez leur donner du coeur, nous connaissons la cachette, 
c’est de là que nous sommes venus ». 
Ceci fut vite dit, puis ils s’écartèrent, 
Faisant dans l’ombre quelques pas à reculons : 
Il les suivit, et ils se retournèrent pour lui montrer la voie, 
Entre les couloirs et les allées, sous les branches âgées
Des frère arbres du campus, entre les murs 
Comme s’ouvrant devant eux, ils marchèrent 
Fils de la chimère, assoiffés d’azur, des poètes, des fous !
Cependant en ces autres lieux de grosses larmes coulaient, 
Trop immenses pour la langue des hommes, des chagrins 
Des malheurs venus de ces illusions de liens, dans ce grand Tout connectif.
A l’écart, nombre de ceux qu’ils cherchaient,
Aussi confinés que des veines de métal, contraints et torturés,
Sans un mouvement, hors celui de leurs coeurs 
Se soulevant douloureusement, se terraient dans une lugubre
Retraite, faibles images de vie, l’un ici, l’autre là.
Chacun restait dans son linceul ne pouvant accorder à son voisin, 
Ni un mot, ni un regard, ni même un geste de désespoir, 
Juste les traces de leurs mains sur les mots de leurs écrans. 
Au terme d’une errance dans toutes les dimensions de l’espace, 
Il sut qu’il était arrivé, et qu’ils étaient là. 
Il entra et leur parla : « De même que Ciel et Terre sont plus beaux, 
Bien plus beaux que chaos et vide obscurité de ces temps,
De même que nous les surpassons, vivants, en structures et 
En formes denses et magnifiques, en volonté, 
En action libre, en compagnonnage et par mille 
Autres marques d’une vie véritable ; de même, 
Qu’un pouvoir plus puissant en beauté né de nous réunis et 
Destiné à l’emporter sur ce qui nous enferme, 
Nous ne sommes pas vaincus. 
Parce que nous ne sommes pas flux qui s’écoulent par nos écrans, nous 
Sommes tissés de liens affectifs et sensoriels, alors 
Parlez ! Clamez ! Hurlez ! Vociférez Jeunesse ». 
Aux paroles, les blêmes fantômes se démenèrent, 
Et du niveau où il se tenait, il fut assailli par ces multiples 
Alertes venues des entrailles du réseau. 
Ainsi, tandis qu’il passait au milieu d’eux, il faillit se sentir défaillir 
Et il se fût affaissé parmi leur désolation tintinnabulante
S’il n’avait rapporté la force de son regard à elle, dont 
La puissance et la vie, aussitôt 
Lui furent inspiration, et il souffla, 
Souffla furieusement contre les portails endormis
Les dégagea des lourdes chaînes, et enfin les ouvrit largement, 
D’un coup, sur les courants vivifiants venus du ciel.
C’est volontiers qu’il eut commandé et ordonné au jour de se lever
Mais il prononça ces mots :
« Maintenant, que tu es flammes, je vais te dire 
Comment brûler, et purger tes yeux de ces alignements de stèles bleutées, 
parce que tu appartiens à l’extérieur, je te libère ! »

Sur les presque 8 milliards d’humains que compte la Terre, environ un milliard et de demi de personnes vivent dans des pays appelés « pays développés à économie de marché ». Ils consomment en moyenne plus de 250 litres d’eau potable par jour et par personne, et par année, plus de 3000 litres de pétrole. Leurs familles en moyenne composées de 2,5 personnes participent à la production de millions de tonnes de déchets par an, sacrifient à la déesse consommation de masse et contribuent à dévaster le monde. 
Et que constate-t’on ? Qu’il y a de moins en moins d’espèces d’oiseaux, de plus en plus de feux de forêt, des rivières asséchées, et des centaines de millions de foyers exposés à des inondations côtières et des événements climatiques extrêmes. Ce sont les grandes lignes du scénario maintenant bien connu dessiné pour les prochaines décennies par l’Académie des sciences australienne dans son dernier rapport publié à la toute fin du mois de mars 2021 sur son site officiel. 
Selon ce rapport qui détaille les risques systémiques associés à un niveau de réchauffement climatique global qui serait de l’ordre de 3° C par rapport à l’ère pré-industrielle, l’objectif de limitation du réchauffement global à 1,5° C serait d’ores et déjà « pratiquement impossible » à atteindre. 
L’heure n’est donc plus au(x) scénario(s), mais au constat. Pour rappel, ce seuil correspond à l’un des objectifs fixés par l’Accord de Paris signé en 2015 par les États du monde entier sous l’égide de l’ONU. Cet accord prévoyait de limiter le réchauffement « à un niveau bien inférieur à 2° C, de préférence à 1,5° C, par rapport au niveau préindustriel ». 
Or, le rapport indique que la quantité de gaz à effet de serre que l’humanité peut encore se permettre d’émettre avant de dépasser 1,5° C de réchauffement est comprise « entre 40 et 135 gigatonnes » de Carbone. Si le niveau d’émissions rejetées dans l’atmosphère poursuit sa trajectoire actuelle, cela signifie qu’il « ne nous reste plus que trois ou quatre ans » pour atteindre ce budget carbone de 40 Gigatonnes avant de le dépasser !

Pour finir, les chiffres des vaccinations dans le monde relevés il y a quelques semaines.  Plus de neuf doses sur dix (92%) de vaccins ont été administrées dans des pays à revenu « élevé » ou « intermédiaire de la tranche supérieure » (au sens de la Banque mondiale), qui ne concentrent qu’une grosse moitié de la population mondiale (53%). En clair, les pays riches représentant 13% de la population se sont accaparés plus de la moitié des doses prévues. « Le monde est au bord d’un échec moral catastrophique, et le prix de cet échec sera payé par les vies et les moyens de subsistance dans les pays les plus pauvres du monde » disait, le 18 janvier dernier, Tedros Adhanom Ghebreyesus patron de l’OMS !

Sources, références et inspirations
https://usbeketrica.com/fr/article/climat-est-il-deja-trop-tard-pour-limiter-le-rechauffement-a-1-5-c https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/infographies-vaccins-contre-le-covid-19-une-distribution-a-deux-vitesses-entre-les-pays-riches-et-les-pays-pauvres_4265227.html 
Hyperion, John Keats
Carbone & Silicium, Mathieu Bablet
Nowakowskismes 5.12. Totalitude https://nowakowski.hypotheses.org/1263 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.15-12042021-17/ 

Nowakowskismes 5.14. Silence assourdissant

Un entrepreneur de surveillance qui a déjà vendu des services à l’armée américaine fait la publicité d’un produit qui, selon lui, peut localiser en temps réel des voitures particulières dans presque tous les pays de la planète, et ce en utilisant les données collectées et envoyées par les voitures elles-mêmes.
Ce service qui porte le joli nom d’Ulysses offre la possibilité de géolocaliser à distance et en quasi-temps réel des véhicules dans presque tous les pays, à l’exception de la Corée du Nord et de Cuba. Le patron de The Ulysses Group fanfaronne en disant qu’« actuellement, [il peut] accéder à plus de 15 milliards d’emplacements de véhicules dans le monde chaque mois ». Cette technologie pourrait être utilisée pour des opérations militaires afin « d’améliorer considérablement le renseignement militaire et les capacités opérationnelles en réduisant les coûts et les risques de renseignement, de surveillance et de reconnaissance dans la recherche de « cibles mobiles d’intérêt » ». 
Une autre petite histoire de notre temps. Une start-up peu connue a développé un système qui permet aux forces de l’ordre de retrouver et d’identifier des photos de personnes inconnues grâce aux photos mises en ligne. Cette start-up c’est Clearview AI. Elle a conçu une application de reconnaissance faciale révolutionnaire. Vous prenez une photo d’une personne, vous la téléchargez et vous pouvez alors obtenir toutes les photos publiques de cette personne, ainsi que tous les liens dans lesquels ces photos sont apparues. Le système s’appuyant sur une base de données de plus de trois milliards d’images que Clearview prétend avoir extraites de Facebook, YouTube, Venmo et des millions d’autres sites Web, va bien au-delà de tout ce qui a été construit par le gouvernement américain ou les géants de la Silicon Valley. Plus de 600 organismes ont commencé à utiliser Clearview au cours de la dernière année. 

Après ces deux beaux exemples du silence assourdissant qui règne dans le domaine de la surveillance généralisée, nous allons nous intéresser à pire encore. En effet, nombre de ces entreprises non seulement viennent satisfaire les délires sécuritaires des états démocratiques, mais outillent les régimes brutaux et dictatoriaux qui veulent mettre au pas les populations, quoiqu’il en coûte ! Ce soir, nous irons dans ce pays qui a fait l’objet d’un coup d’état militaire et dans lequel la junte au pouvoir, malgré quelques timides protestations de la communauté internationale, accentue sa répression sanglante.

À 20 heures, les rues résonnaient du son de milliers de casseroles frappées à l’unisson, un rituel d’exorcisme devenu une tradition nocturne depuis que les militaires avaient pris le pouvoir aux premières heures de février. 
Immédiatement, après le coup d’état, la junte militaire avait cherché à prendre le contrôle du récit de ce qui était en marche. Un récit ayant vocation à saper la campagne croissante de désobéissance civile qui s’était elle aussi immédiatement organisée. Ce récit, diffusé pendant une panne d’Internet – la deuxième – visant à couper l’accès aux médias indépendants et aux médias sociaux, avait répandu une rumeur destinée à briser l’élan du mouvement en faisant croire aux gens qu’ils avaient remporté une victoire pour qu’ils se tiennent sages. 
Mais, la rapidité et l’ampleur de l’opposition publique au coup d’État avaient pris les militaires par surprise, les obligeant à prendre des mesures drastiques. 
Dans les jours qui avaient suivi la prise de pouvoir, la junte avait imposé des couvre-feux, elle avait coupé l’internet et bloqué l’accès aux services de messagerie et aux médias sociaux. Pourtant, malgré tous les messages de soutien venus de l’étranger, l’effusion de dissidence et les expressions de solidarité sur les médias sociaux du monde entier, sans une réelle mobilisation des états et des instances internationales, ce mouvement de désobéissance civile utilisant la technologie fut très rapidement désavantagé face à un État détenant le pouvoir de perturber et de manipuler l’infrastructure de protestation. Leur expérience n’était qu’un remake de celles des groupes d’opposition politique nés, de Hong Kong à l’Inde, qui avaient eux aussi constaté que les systèmes de messagerie cryptés, les réseaux hors ligne et l’attention mondiale n’offraient qu’une protection limitée.
Lorsque l’internet avait été déconnecté , cinq jours après le coup d’État, ce fut comme être plongé dans le noir. 
Puis était venue la peur. 

Malgré la peur, par milliers, ils étaient sortis dans la rue. La coordination de leurs mouvements s’était faite par le bouche-à-oreille et par téléphone, et aussi par des applications de messagerie basée sur Bluetooth, téléchargées des millions de fois dans les jours qui avaient suivi le coup d’État.
Lorsque l’Internet avait repris vie un dimanche après-midi, Twitter et Instagram avaient été inondés d’images de la rue. Des groupes de médecins et d’ingénieurs défilant aux côtés de bodybuilders, de travestis, de filles déguisées en princesses et d’hommes déguisés en super-héros, dans un carnaval de protestation joyeusement bizarre. De nombreux manifestants avaient affiché en anglais des slogans macabres et comiques qui semblaient conçus pour être largement diffusés dans le monde entier. « L’armée n’est pas drôle. Ils ne comprennent pas l’humour ou la culture émergente internationalisée et cosmopolite adoptée par les jeunes. Ils ont peur de ce qu’ils ne comprennent pas » clamaient-ils !
Les manifestants avaient trouvé leur inspiration dans d’autres mouvements, dans des pays voisins, où des manifestations dirigées par des jeunes et dotées de moyens technologiques similaires s’étaient organisées entre les forums en ligne et la rue. On avait assisté à la naissance de La « Milk Tea Alliance » [Alliance du Thé au lait] qui avait permis les partages des conseils, d’astuces et d’expressions de solidarité.
Lorsque la police s’était mise à utiliser contre eux des canons à eau, des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes, ils s’adressèrent aux médias sociaux pour obtenir des conseils sur la manière de se protéger. Des manuels venus des pays voisins et d’au-delà, puis rapidement traduits furent alors distribués. L’un d’entre eux avait élaboré une carte en direct pour permettre aux manifestants d’être informé des mouvements des policiers et des soldats. Ces outils permirent aux manifestants de se coordonner, de communiquer et de se documenter mais, ils étaient toujours aussi fragiles et vulnérables aux attaques. 
Tous vivaient dans la peur. Pour se protéger, comme de nombreux autres avant eux, dans d’autres pays, dans d’autres temps, ils avaient inventé un système de phrases secrètes, « Comment dire que je vais bien ? Comment dire que je suis surveillé ? Comment dire que j’ai été détenu, ou que je suis détenu ? » Des codes connus d’eux seuls s’échangeaient. 
Ils s’étaient préparés à ce que l’Internet soit coupé à tout moment. 
La junte avait d’abord ordonné des blocages nocturnes. Tous les plans des manifestants comportaient un scénario A et un scénario B – en ligne et hors ligne. Aucun n’était sûr. Ils savaient que même les applications de messagerie cryptées présentaient des faiblesses, qui résidaient notamment dans les entreprises de télécommunications elles-mêmes. 
Le matin du coup d’État, les quatre opérateurs de télécommunications principaux du pays reçurent l’ordre de fermer les services Internet, ce qu’ils ont fait. Cette première coupure avait surtout visé les connexions cellulaires, avant d’affecter le haut débit fixe. Les réseaux furent interrompus pendant plusieurs heures, le temps que les militaires consolident leur pouvoir. Le second blocage fut lui beaucoup plus complet, couvrant également le haut débit fixe. 
La junte savait qu’une mise en panne générale d’Internet était un choix à double tranchant. Bien sûr, elle permettait le blocage des moyens de communication des manifestants, mais elle perturbait aussi leurs propres communications, ainsi que tout l’appareil gouvernemental, les banques et les entreprises. 
Des ordres furent alors donnés aux opérateurs de télécommunications afin qu’ils mettent en place de blocages sélectifs de certains médias sociaux. 
Et Facebook fut bloqué ! Un coup dur porté aux manifestants vu l’ampleur de l’utilisation de la plateforme dans le pays. Puis, rapidement après, une deuxième directive ordonna le blocage de Twitter et d’Instagram. 
Ce blocage de Twitter eut des conséquences jusqu’en Inde, où, pendant plusieurs heures, les utilisateurs de ce pays connurent des pannes temporaires et des messages d’erreur. C’était, comme en 2008, lorsque le blocage de YouTube au Pakistan avait causé la mise hors ligne de la plateforme dans le monde entier.
Malgré les blocages, des comptes Twitter et Facebook du pays restèrent actifs, grâce à l’utilisation de réseaux privés virtuels. Même la chaîne de télévision publique désormais sous contrôle militaire, continuait à publier du contenu. 
À ces restrictions imposées aux plateformes et aux sites individuels, la crainte principale des manifestants était dans le pouvoir dont disposaient les militaires. Ils avaient les moyens d’exercer des pressions directes sur les entreprises de technologie et de télécommunications afin de les obliger à intercepter les communications et à leur remettre toutes les données des utilisateurs, des appels téléphoniques aux messages texte jusqu’aux historiques de navigation, les courriels et les appels vocaux passés sur Internet. 
Comme dans d’autres pays de ces temps, les entreprises qui vendaient des solutions techniques capables de faire cela prospéraient. Les militaires avaient les moyens d’obliger les fournisseurs d’accès à Internet à installer des systèmes de surveillance ou à mettre en place des passerelles Internet à l’échelle nationale pour automatiser la censure. Personne ne savait si les opérateurs avaient obéi parce qu’évidemment, le secret était de mise. 
Certains opérateurs avaient réussi à contourner cela en utilisant, ce qui était poétiquement appelés des « warrant canaries » [canaris de coup de grisou]. C’étaient de petits textes affichés sur leurs sites web indiquant qu’ils n’avaient pas transmis les données des utilisateurs. Ce petit message disparaissent quand la situation basculait.  
Très vite, la junte militaire avait informé les opérateurs de télécommunications qu’un nouveau projet de loi était en cours d’adoption par le Parlement désormais sous contrôle militaire. S’il était adopté, ce projet de loi conférerait au régime des pouvoirs encore plus étendus qui permettrait de contraindre les entreprises à communiquer les données des utilisateurs.
Un accès sans entrave aux systèmes des entreprises de télécommunications signifiait que les SMS et les appels vocaux pourraient être collectés en masse. Ceci permettrait également de créer des vulnérabilités pour les services de messagerie cryptée tels que WhatsApp, qui reposent sur des mots de passe à usage unique, ou codes OTP, envoyés par SMS sur le téléphone d’un utilisateur. Ces codes OTP (one-time password, mots de passe à usage unique) pouvaient être interceptés par l’opérateur téléphonique, ce qui permettait aux services de sécurité de détourner ou d’espionner les services de messagerie.
Quand elle ne parvenait pas à pirater les plateformes individuelles, la junte pouvait pousser les utilisateurs vers des plateformes plus vulnérables en éteignant périodiquement le réseau et en limitant sélectivement l’accès. 
Même lorsque les militants continuaient à utiliser des services cryptés, ou lorsque les entreprises de télécommunications et de technologie étaient en mesure de résister aux pressions, les gouvernements ne se privaient plus. En effet, de plus en plus d’outils permettant d’identifier et de cibler les opposants étaient d’un accès de plus en plus facile. Au cours de cette dernière décennie, les services de piratage informatique étaient devenus largement accessibles aux acheteurs publics. Des sociétés, telles que NSO Group, soutenu par le gouvernement israélien, et Hacking Team, basée à Milan (rebaptisée Memento Labs), travaillaient avec des États du monde entier, apparemment pour les aider à identifier les menaces pour la sécurité, mais aussi pour espionner et intimider les opposants politiques, les critiques et les journalistes. Le système Pegasus de NSO aurait été utilisé pour pirater les comptes WhatsApp de militants en Inde. Des recherches menées par le Citizen Lab, un groupe de réflexion sur la liberté de la toile à l’Université de Toronto, avaient permis de découvrir que Circles, une société de piratage téléphonique affiliée à NSO, avait travaillé pour des gouvernements en Malaisie, en Thaïlande, en Indonésie et au Vietnam.
Alors que les entreprises de Big Tech et de télécommunications internationales ayant des intérêts avec des sociétés autocratiques faisaient l’objet réactions de la société civile internationale lorsque leur respect des lois locales entraînaient une restriction des droits humains, les entreprises de cyberarmes n’étaient pas soumises à des contrôles comparables. En tant que telles, elles pouvaient agir en toute impunité.
Ainsi, les opposants politiques étaient régulièrement mis sur écoute, surveillés et emprisonnés sur la base d’accusations forgées de toutes pièces. Des centaines de personnes avaient déjà été détenues par la junte, et l’armée avait déclaré qu’elle ferait la chasse des personnes selon leur activité sur les médias sociaux. La junte avait également suspendu les lois qui protégeaient la propriété individuelle et la vie privée, se donnant ainsi toute latitude pour surveiller les citoyens et saisir leurs biens jusqu’à arrêter les personnes utilisant un VPN ! 
« Chaque fois que je vais aux manifestations, je dis au revoir à mes proches, en imaginant que c’est la dernière fois que je leur parle. Je n’ai pas de stratégie pour assurer ma sécurité. La seule chose que je fais jusqu’à présent est de faire ce en quoi je crois, même si je sais que ce que je fais n’est pas sûr. C’est le risque que nous prenons tous ».
Un samedi, il y a quelques heures, le jour où l’armée organisa comme tous les ans un gigantesque défilé devant le chef de l’armée, alors que les généraux pavoisaient aux côtés de dignitaires russes et chinois, l’armée a tiré les manifestants comme des lapins ! 
Combien furent ceux et celles, hommes, femmes et enfants, qui en ce début de journée dirent au revoir aux leurs, et ont fini dans la caniveau, fauchés par une balle et dont les corps par dizaines furent vite éliminés par l’armée afin d’effacer les traces de ce qui est en train se passer ? 
Tout ça c’est en Birmanie, dans l’indifférence et le cynisme de la communauté internationale !

Sources et références 
https://www.vice.com/en/article/k7adn9/car-location-data-telematics-us-military-ulysses-group
https://www.nytimes.com/2020/01/18/technology/clearview-privacy-facial-recognition.html
https://www.lautrequotidien.fr/new-blog/2021/3/16/la-technologie-et-la-solidarit-ne-sauveront-pas-les-protestataires-birmans
https://www.francetvinfo.fr/monde/birmanie/birmanie-au-moins-quatre-morts-dans-la-repression-de-nouvelles-manifestations_4349455.html 
« Demain est-il ailleurs ? Odyssée urbaine autour de la transition numérique » B Cohen, S. Nowakowski. FYP Editions 2020
Podcast https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.14-30032021-09/ 

Nowakowskismes 5.13. Paraboles

Fukushima…
300 tonnes d’eau contaminée s’écoulent chaque jour dans l’océan. 
170000 tonnes de déchets radioactifs générés par l’accident sont disséminées dans tout le Japon. 
Depuis 2011, près de 10 millions de personnes sont à la merci d’une exposition quotidienne au rayonnement ionisant. 
Plus de 170000 personnes ont été déplacées. 
On compte officiellement 2267 morts liés directement ou indirectement à l’évacuation qui a suivi la débâcle nucléaire.
Pour tenter de décontaminer les sols gorgés de césium 137, la terre a été décapée. La surface du sol a été raclée sur cinq centimètres par des bulldozers, avant d’être entreposée dans des millions de sacs stockés dans des entrepôts et en plein air. 
Des arbres ont été arrachés, des forêts rasées. 
La population a été prise comme des cobayes dans un monde devenu un laboratoire d’expérimentation à ciel ouvert. Le gouvernement japonais et les autorités nucléaires internationales ont tout fait pour banaliser la situation en relevant le seuil de contamination acceptable de 1 à 20 millisieverts par an (mSv/an), soit un taux quatre fois supérieur à celui de Tchernobyl. Les habitants ont été incités à revenir dans des zones proches de la centrale sur certains territoires. Ce sont les « kikankonnankuiki », ce qui signifie littéralement « zone de retour confus ».
Une autre histoire 
De 1966 à 1996, la France s’est livrée à 193 essais nucléaires dans le Pacifique, sur les atolls de Mururoa et Fangataufa dont 41 essais atmosphériques, autorisés jusqu’en 1974. Le 17 juillet 1974, une bombe de 4 kilotonnes explose à Mururoa, sous le nom de code Centaure. L’essai est un échec du point de vue technique. Le champignon atomique s’élève moins haut que prévu (5 200 mètres au lieu de 8 000 mètres), mais surtout il ne prend pas la direction prévue par les autorités françaises. En effet, alors que les retombées sont prévues pour se faire dans l’océan, les vents changent juste après l’essai et le nuage radioactif se dirige vers Papeete et l’atteint deux jours après. Déjà en 1966, lors de l’essai Aldebaran (et poésie des décombres, tous les essais portent le nom d’une constellation visible de ces iles), les militaires savaient que les retombées allaient sur faire sur les Iles Gambiers, habitées, mais l’essai fut quand même maintenu ! 
Tous ces essais sont équivalents à 800 bombes de Hiroshima. 
Difficile d’ignorer les terribles conséquences environnementales et sanitaires de cette campagne atomique décidée par le Général de Gaulle pour « dans un monde dangereux, nous assurer la paix »! 
Les essais nucléaires français encore une autre « zone de retour confus ». 

Aujourd’hui, après avoir évoqué ces terribles événements, les Nowakowskismes vont explorer l’ambivalence de notre devenir dans une époque non de rupture brutale mais d’effondrement graduel et permanent. Des zones, qu’elles soient « la zone de retour confus » de Fukushima, ou les atolls polynésiens ou toutes les autres, transforment et touchent dans la longue durée les êtres qui les explorent et leurs enfants aussi. Paul Virilio parlait d’« un accident de réalité », par essence évolutif et durable sur des générations. Ce soir, l’accident de réalité, ce sont ces zones, conséquence d’un désastre nucléaire dans une région, ou des destructions conséquences du capitalisme sauvage ou de visiteurs furtifs en route pour un ailleurs. Ce soir, les Nowakowskismes explorent les Zones. 

Commençons avec Anna Lowenhaupt Tsing et son livre intitulé « Le champignon de la fin du monde » avec comme sous-titre « sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme ».  Paru en 2017, il peut commencer à nous éclairer sur les caractéristiques de ces Zones de passage, de ces paysages en transformation au sein d’une apocalypse mutante. Elle écrit qu’« en 1945, quand Hiroshima fut détruite par une bombe atomique, il a été rapporté que la première créature vivante à émerger dans le paysage désolé était un champignon Matsutaké ». Dans ce texte, il y a quelque chose de Philip K. Dick et de Docteur Bloodmoney. On y lit : « La plupart des gens avait peur des champignons, surtout depuis le cataclysme ; ils craignaient surtout des espèces nouvelles, les mutantes car, dans ces cas, les livres ne leur étaient d’aucune utilité […] ». 
Anna Tsing décrit ces communautés de cueilleurs de matsutakés, travailleurs précaires pour beaucoup immigrés d’Asie du Sud-est installés au coeur des forêts dévastées de l’Oregon. Les matsutakés sont des champignons sauvages qui vivent et s’accommodent bien, comme les rats et les cafards, des dégâts environnementaux provoqués par les humains. Dans ces zones dévastées, on y voit aussi des panneaux, des scieries, des squelettes de maisons, des tas de bidons rouillés, des terrains vagues envahis par les broussailles et des pins tordus. Ils ressemblent aux paysages délabrés imaginés pour notre futur par Philip K. Dick ou Octavia Butler. Anna Tsing décrit cette « Zone », les ruines que sont devenues votre maison commune,  cette région, si moche vue du ciel (voir Google Earth), où les trésors sont tellement « terrestres » qu’ils en deviennent extraterrestres. Là, il s’agit de champignons que des gourmets japonais s’arrachent à prix d’or. 
Anne Tsing parle d’une « troisième nature » pour « rendre compte de ce qui réussit à vivre malgré le capitalisme ». Il s’agit alors d’apprendre à vivre dans les ruines, dans la Zone, là où tout idéalisme, tout attachement à des abstractions justifiant le pouvoir de « simplifier » », là où faire fi « de l’art d’observer, mène au désastre ». 
Parce que la Zone, ces zones regorgent de ces objets et de ces êtres incompréhensibles, peut-être porteurs d’une magie toujours incertaine, voire miraculeuse ou diabolique. Comment alors caractériser les êtres qui peuplent cet espace ? Ils sont « des réponses tombées du ciel à des questions que nous ne savons pas encore poser » et nous rappellent qu’il nous faut nous échapper à l’idée que le futur est cette direction particulière qui ouvre le chemin devant nous. Comme dans un champ quantique, de multiples futurs apparaissent et disparaissent du champ des possibles, et quelque chose émerge de cette polyphonie temporelle de la Zone. 

Pause – https://youtu.be/H7I_P2QsTyU

La Zone qui nous intéresse maintenant est peut-être le résultat d’un accident nucléaire. Elle est peut-être aussi  la trace d’extraterrestres, de visiteurs qui sont passés sur Terre et sont repartis, laissant derrière eux plusieurs zones d’atterrissage jonchées de leurs déchets. Un pique-nique, une halte sur le bord de l’autoroute galactique vers leur lieu de villégiature, la Terre comme une aire de repos souillées de leurs déchets à quelques parsecs de leur destination. Ces pique-niqueurs partis, les rats sont arrivés, méfiants mais curieux. Ils se sont approchés des fragments froissés de cellophane, des languettes brillantes de canettes de bière et tentent de ramener quelques petites choses dans leurs terriers. Or, la plupart de ces débris mystérieux sont extrêmement dangereux. Certains s’avèrent utiles mais les scientifiques ne savent jamais s’ils utilisent ces artefacts selon l’usage qui leur était dévolu, ou s’ils emploient des composants électroniques inimaginables comme joujoux ou comme objets de décoration. Ils ne peuvent comprendre les principes de ces artefacts, la science qui se cache derrière eux leur est inaccessible. 
Un ramassage, une cueillette de ces « champignons étranges » puis un marché se développent grâce à ces individus qui pénètrent dans les zones interdites, dans ces forêts dévastées au risque de diverses mutations voire d’une mort horrible, pour prélever un peu de ces objets pour les rapporter et les vendre. 
Ces individus sont des voyageurs, des ramasseurs de champignons, des cueilleurs, des chercheurs incroyablement attentifs au nouveau et dangereux terrain qu’ils découvrent peu à peu. Ils sont à l’écoute des bruissements des herbes et des feuilles, aux aguets des ombres, des signes venant des pierres et des arbres, en éveil face aux frémissements des limaces, des mouches et des moustiques. Sans cesse, leurs sens sont en interaction, en symbiose aux êtres, objets, mouvements et phénomènes vivants ou non, visibles ou invisibles, ils sont des passeurs d’un territoire apocalyptique, né de la fusion du terrestre et de l’extraterrestre, du vivant et des destructions du capitalisme. Sans eux, entrer dans la « Zone » revient à y mourir, Anna Tsing le raconte. Explorateurs de l’inconnu, ils accompagnent les personnes, prêtes comme lui à risquer leur vie, si ce n’est leur âme, dans un espace ouvert à tous les changements. S’orientant doucement, considérant le moindre détail de leur environnement, avançant en prêtant une immense attention à son contexte, ils naviguent avec précaution dans notre Terre d’après ou en cours d’apocalypse au long cours, entre les bois silencieux, les champs d’herbes folles, les portails et poteaux électriques dégingandés, les ruines mangées de plantes, les formes et les fumées bizarres, les ruisseaux labyrinthes, les égouts dévastés et rempli de stalactites, chiens errants, des oiseaux volant au ras des petites collines de sable, des poissons dans un filet d’eau croupissante aux effluves qu’on suppose chimiques, … Ils sont au coeur d’une nature en mutation, sauvage, menaçante, imprévisible qui semble se venger de la modernité scientifique et hyper capitaliste par la grâce d’une altérité radicale. Ces Zones ne peuvent être détruites car « même dans l’hypothèse du miracle, elles restent une partie de la nature, et par conséquent porteuses d’espoir, en un certain sens ». 
Les voyageurs de l’espace qui se sont arrêtés là, s’ils ont remarqué notre existence, ne nous ont pas jugés intéressants, relégués au rang d’insectes, de rats. Aucune communication, or sans communication, il ne peut y avoir de compréhension. Depuis, les Zones ont une incidence sur tout ceux qui ont affaire à elles. La corruption et le crime accompagnent leur exploration, ceux qui les ont fuies sont poursuivis par une catastrophe et les enfants de ces cueilleurs font l’objet de mutations génétiques, au point de sembler à peine humains. Les « Zones » transforment un trou perdu, ville, forêts dévastés, territoires vidés après un cataclysme nucléaire, en « un trou vers l’avenir ». Elles sont un tunnel mortel d’où pourraient sortir des connaissances incroyables à jamais inaccessibles aux gens ordinaires vivant dans ces ruines.

En pleine nuit de l’été 69, un extraterrestre bardé d’une Fender 12 cordes débarque et se met à jouer … ça https://youtu.be/kJSEZeNrKNM

Et cette humanité en errance alors ? 
Ces milliards de victimes de la « redistribution inégalitaire de la vulnérabilité » qui paient le prix fort dudit progrès depuis la nuit des temps ne sont jamais racontées. C’est Octavia Butler qui ouvre des pistes dans ces deux romans, La parabole du semeur et La parabole des talents. Elle y dépeint une zone, un entre-deux mondes qui n’a rien de romantique. 
En effet, entre 2020 et 2030, après une « décennie et demie vouée au chaos » climatique, sanitaire et économique , elle met en scène la constitution d’une communauté de laissés-pour-compte, d’orphelines et d’hommes cassés, d’anciens maraudeurs et de couples condamnés par l’église, de femmes violées et de gamins ayant dévoré des rats ou des cafards dans les souterrains. Des Noirs, des Blancs, des Latinos, des Asiatiques et toute la gamme des métissages envisageables dans les cités désormais ruinées bâtissent ensemble, vaille que vaille, une contre-société. L’heure est au glanage dans les bosquets, les jardins et les champs abandonnés, à la recherche des baies et fruits sauvages, des plantes coriaces pouvant s’acclimater dans les régions désertiques, à la récupération, également, des pots et des outils rongés par la rouille, des poêles, des clous, des chaines, des planches trainant dans les fermes dévastées. Dans ce contexte de l’effondrement vécu, c’est par ces règles que cette communauté de bric et de broc devient politique : « Quiconque se joignait à eux, enfant ou grande personne, se devait d’acquérir ces connaissances élémentaires et d’apprendre un métier. Quiconque se trouvait en possession d’un métier se faisait aussitôt un devoir de transmettre ce savoir-faire à quelqu’un d’autre ». Dès lors qu’elle s’active et se met en phase avec la force collective du groupe, elle participe à la construction d’un monde alternatif, une zone au coeur d’un capitalisme qui a ravagé la planète par l’effondrement et les pires réflexes survivalistes qu’il a induits.
Une particularité étrange et signifiante de cette communauté est qu’elle s’est improvisée autour de Lauren Oya Olamina et une dimension religieuse à la fois hérétique et intersidérale. « Olamina croit en un dieu qui se soucie d’elle comme d’une guigne. En réalité, cette divinité est un processus, un ensemble de processus pour être précis, davantage qu’une simple entité. Il n’a pas conscience de l’existence de la communauté, il n’a conscience de rien. La conscience n’est pas de son ressort ». 
Il est ces Visiteurs qui sont passés, qui ont donné naissance à ces Zones en laissant leurs traces et qui ont ainsi contribué à une évolution biologique, à la théorie du chaos, à la relativité, au principe d’incertitude, à la seconde loi de la thermodynamique. Toute chose est porteuse de changement, mais toute chose n’est pas destinée à changer de toutes les façons. Alors ils forment le rêve d’essaimer l’essence vitale de la planète, en proie à des ouragans de destruction physique et métaphysique, pour faire renaître l’humanité, la vie, la flore et la faune à travers les étoiles. Ils forment alors le projet de partir à bord d’un vaisseau, véritable arche de Noé végétale, emportant dans ses flancs, outre les embryons humains et animaux, un chargement inouï de graines, spécimens, outils, matériel médical, scientifique, et des fichiers informatiques contenant toute la mémoire du monde et, plus lourd encore, le « poids considérable des rêves et des espoirs ». Un avenir se dessine alors par une voie difficile, complexe, nécessitant de traverser la zone, les ruines, les turbulences et les rêves. 
« Je ne suis pas en train de proposer de revenir à l’âge de pierre. Mon projet n’est pas réactionnaire ni même conservateur, mais simplement subversif. Il semble que l’imagination utopique soit piégée […] dans un futur unique où il n’est question que de croissance. Tout ce que j’essaie de faire, c’est d’essayer de faire dérailler la machine ». Ces mots d’Ursula Le Guin rejoignent ceux de la Zone de rêve collectif, un collectif d’auteur-es de science-fiction qui veut nous rappeler que nos avenirs nous appartiennent et qu’il nous faut les imaginer et les rendre contagieux. Restons convaincus que nous avons le pouvoir d’imaginer, d’expérimenter de construire à notre guise et de jouer avec nos avenirs communs et individuels afin de commencer à désincarcérer le futur.

Pour finir, lisons ! 
Le décret n° 2021-269 du 10 mars 2021 relatif au recours à la vidéo intelligente pour mesurer le taux de port de masque dans les transports. Dans les territoires où, pour faire face à l’épidémie de covid-19, une loi ou un décret impose le port d’un masque de protection dans les véhicules ou les espaces accessibles au public et affectés au transport public de voyageurs, les exploitants de services de transport public collectif de voyageurs ainsi que les gestionnaires des espaces affectés à ces services veillent au respect de cette obligation. Pour l’exercice de cette mission, les exploitants et les gestionnaires qui utilisent des systèmes de vidéoprotection autorisés sur le fondement de l’article L. 252-1 du code de la sécurité intérieure peuvent utiliser ce dispositif aux fins :
1° D’évaluation statistique dans le respect des obligations prévues au point 1 ;
2° D’adaptation de leurs actions d’information et de sensibilisation du public.

N’oublions pas que nous avons le pouvoir d’imaginer, d’expérimenter de construire à notre guise et de jouer avec nos avenirs communs et individuels afin de commencer à désincarcérer le futur. 

Son de fin https://youtu.be/GpAUDOI24Oo  

Sources et références https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043235679 https://reporterre.net/Fukushima-nous-a-fait-entrer-dans-l-ere-du-capitalisme-apocalyptique 
Les atolls de l’atome. https://www.telerama.fr/debats-reportages/polynesie-francaise-dans-les-coulisses-dune-enquete-sur-un-lourd-secret-detat-6834313.php 
https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-13-mars-2021 
Stalker, « Pique-nique au bord du chemin » de Akkadi et Trois Strougatski / et le film de Andrei Tarkovski, « Stalker ».
Le champignon de la fin du monde. Anna Lowenhaupt Tsing, 2017
La parabole du Semeur et La parabole des talents, de Octavia Butler. 
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/02/ZANZIBAR/61351 http://zanzimooc.zanzibar.zone 
Ursula Le Guin, « A non-euclidean view of California as a cold place to be », in Dancing at the edge of the world, 1989
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.13-16032021-09/ 

 

Nowakowskismes 5.12. Totalitude

« Si le monde devait crever demain, je planterais un arbre aujourd’hui ». 
Ces mots sont ceux de Donella Meadows. Elle faisait partie des quatre, Donella Meadows, Dennis Meadows, Bill Behrens et Jorgen Randers, qui ont écrit en 1972 le rapport Meadows intitulé « Les Limites à la Croissance ». 
Il y a 50 ans, au MIT, ces quatre étudiants chercheurs sont chargés de réfléchir aux conséquences de la croissance sur la planète. En sortira le rapport Meadows, qui sera vendu à dix millions d’exemplaires. 
Avec enthousiasme, ils vont arpenter le monde pour convaincre les décideurs d’agir lesquels décideront de ne rien faire. 
« Les Limites à la Croissance » est la seule étude prospective ayant annoncé avec force détails, et sans se tromper, la fin des festivité pour l’humanité. L’enjeu est simple, ou bien le monde développé réduisait rapidement son empreinte carbone, ou bien la nature se chargerait de rappeler l’humanité à sa condition.  
Le rapport Meadows est l’histoire d’un rendez-vous manqué parce qu’à sa sortie, les sociétés industrielles occidentales baignent depuis trente ans dans un régime de croissance ininterrompue n’invitant évidemment pas à l’autocritique d’un modèle dévorant la planète et le vivant mais offrant aux populations du monde industrialisé un confort jamais vu dans l’histoire de l’humanité. Même le Club de Rome qui avait pourtant commandité l’étude n’a rien voulu entendre ! 
Des rendez-vous manqués en 1972, puis en 1992, et encore en 2012 et encore plus grave en 2021. En effet, malgré toutes les alertes, tous les signaux, ce rendez-vous est manqué avec la planète, ou plutôt avec ceux qui la dirigent et qui, décennie après décennie, sur l’environnement, écoutent sans entendre, font mine de s’inquiéter puis ne font rien. En France, malgré les promesses faites à la Convention citoyenne pour le climat, la loi climat c’est dire adieu à la taxe sur les billets d’avion et l’interdiction des vols pour les destinations inférieures à 2h30 en train ! C’est dire adieu à la taxation sur les engrais chimiques ! C’est dire adieu à l’arrêt de l’extension des zones commerciales, parce qu’on va continuer à bétonner des terres agricoles pourvu que la superficie reste inférieure à 10000 m2 … et tout le reste. 
Les années ont passé, Donella est morte en 2000. Voyant que que rien ne se passait, que rien n’avait été fait pour ralentir la machine productrice, elle avait repris la plume avec ses compères et le livre avait changé de titre pour devenir « Beyond the limits (Au delà des limites) ». Y furent rajoutés cinq outils indispensables selon eux pour la transition, l’inspiration, l’honnêteté, le travail en réseau, l’apprentissage et l’amour.  Pour finir, ces quelques mots de Dennis Meadows : « N’oubliez jamais qu’il existe deux façons de toucher au bonheur. La première est d’obtenir plus – c’est celle après laquelle notre civilisation a couru à perdre haleine – et la seconde, de vouloir moins ». Je ne sais pas pour vous mais moi c’est la seconde option que je privilégie. 

Aujourd’hui, pour faire suite à ce que nous venons d’évoquer avec le rapport Meadows, nous allons faire un tour dans le secteur de l’énergie, et plus particulièrement chez Total, une des entreprises les plus importantes au monde en termes de capitalisation. Total, fleuron de l’industrie française, présente dans une multitude de pays, toujours à l’affut de terres gorgées de pétrole ou de gaz, ne fait pas grand cas des objectifs des Accords de Paris. Ce soir, nous nous intéressons donc au rapport publié la semaine dernière par Reclaim Finance et Greenpeace, qui détaille les pratiques des grandes entreprises polluantes, et plus particulièrement Total, et de leurs financeurs.

Un nombre croissant d’acteurs financiers français et internationaux s’engagent à atteindre la neutralité carbone et à aligner leurs activités sur l’objectif de 1,5°C ou directement aux objectifs de l’Accord de Paris. 
En tant que cinquième capitalisation du CAC 40, Total figure dans les portefeuilles d’investissement de la majorité des investisseurs français et bénéficie des financements et couvertures d’assurance des grandes banques et sociétés d’assurance françaises. Total est aussi le premier émetteur de gaz à effet de serre du CAC40 et l’un des plus gros émetteurs internationaux. En effet, en 2020, Total a produit 447 unités d’énergies fossiles pour 1 d’énergies renouvelables. Malgré sa volonté de se refaire une identité et une virginité en devenant TotalEnergies, Total continue d’investir massivement dans le développement de nouveaux projets liés aux énergies fossiles, comme par exemple ce projet pétrolier d’EACOP (East African Crude Oil Pipe Line) entre l’Ouganda et la Tanzanie, ou des projets de propositions des énergies fossiles en Arctique.
Rappelons que chez Total, 90% des dépenses d’investissements demeurent toujours orientées vers les énergies fossiles. L’évolution de sa production d’hydrocarbures est manifestement une augmentation de plus de 50% entre 2015 et 2030. En 2030, les émissions de CO2 de Total devraient excéder de 200 Millions de tonnes les émissions maximales autorisées pour s’aligner sur une trajectoire à 1,5°C. 
L’ambition affichée d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 n’est donc que du pipeau.
La manière dont les acteurs financiers français adaptent leur relation à Total dans un contexte d’urgence climatique est un bon indicateur de la sincérité de leurs engagements. Quelles sont les promesses climatiques du groupe, quelle est la manière dont les acteurs financiers ont jusqu’à présent traité un tel poids lourd du secteur énergétique ? Voilà les questions importantes !
Les efforts déployés pour l’atteinte d’objectifs climatiques de long terme peuvent être analysés à travers deux axes structurants et complémentaires des politiques climat adoptées par les acteurs financiers.
Le premier axe suit une approche globale qui couvre l’intégralité des portefeuilles des acteurs financiers et des entreprises qu’ils soutiennent. Ainsi, ces acteurs financiers n’atteindront leurs objectifs climatiques que si les entreprises qu’ils soutiennent alignent leurs activités sur ces mêmes objectifs. Il s’agit donc pour eux, soit d’exclure de leurs soutiens les entreprises non alignées, soit de les pousser à se transformer vite pour s’aligner sur les objectifs. On peut par exemple citer l’initiative de résolution climat déposée en vue de l’assemblée générale de Total en 2020 par 11 actionnaires dont Meeschaert AM, La Banque Postale Asset Management et Crédit Mutuel. Bien qu’elle demandait au premier pollueur français d’adopter des objectifs de décarbonation de ses activités de manière à s’aligner sur les objectifs de l’Accord de Paris, des noms bien connus comme AXA, Amundi (société française de gestion d’actifs qui gèrait fin 2020 1 729 milliards d’euros d’encours classée à la première place des entreprises de gestion d’actifs en Europe), Natixis (établissement financier français créé en 2006, filiale du groupe BPCE, lui-même issu de la fusion des groupes Caisse d’épargne et Banque populaire), et de nombreux autres, ont voté contre.
Le deuxième axe suit une approche sectorielle visant à trouver des solutions immédiates pour les secteurs les plus polluants, lesquels s’avèrent concentrer aussi les plus lourds risques ESG  (pour Environnement, Social et Gouvernance, terme utilisé par les investisseurs, banques et autres organisations de financement lorsqu’ils souhaitent évaluer les risques liés aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance des entreprises de par leur activité et leur engagement) et financiers. Pour une entreprise gazière et pétrolière, cela concerne les hydrocarbures non conventionnels c’est-à-dire la prospection de gaz et de pétrole de schiste, l’exploitation des sables bitumineux et les forages en Arctique et en eaux très profondes. Les principaux acteurs financiers ont déjà adopté des mesures sur certains de ces secteurs, mais celles-ci s’avèrent lacunaires et insuffisantes pour enrayer le développement de ces activités. En réalité, tous continuent de soutenir Total alors qu’elle se développe notamment en Arctique et en eaux très profondes. 
Alors qu’agir sur le premier axe ne pourra produire des impacts qu’au bout de quelques années, viser les secteurs les plus polluants permet de répondre à l’impératif scientifique de baisser tous les ans nos émissions de gaz à effet de serre de 7,6% jusqu’en 2030. Les actions à mener sur les deux axes doivent bien entendu être fondées sur les résultats scientifiques qui montrent la nécessité d’une baisse de 4% la production pétrolière et de 3% la production gazière par an d’ici 2030 afin de tenir l’objectif de 1,5°C. En clair, les acteurs financiers ne pourront atteindre leurs objectifs climatiques de long terme qu’à condition de pousser des entreprises comme Total à ne plus explorer ou ouvrir de nouvelles réserves d’énergies fossiles, a fortiori dans les pétrole et gaz non conventionnels, et à adopter une stratégie globale de décarbonation de l’intégralité de leurs activités.
Malgré son narratif de groupe multi-énergies orientés vers le Gaz Naturel Liquéfié (GNL) et la production d’électricité à partir de renouvelables et de gaz, Total demeure à l’heure actuelle une entreprise pétrolière déterminée à profiter au mieux des dernières réserves de pétrole conventionnel. 
En effet, malgré tout cela, Total est notamment impliqué dans un projet qui a toutes les « chances » de devenir le DAPL de l’Afrique (DAPL pour Dakota Access Pipeline, ou Bakken pipeline) en référence au projet de pipeline de pétrole lourd construit en Amérique du Nord et contesté en raison des lourdes violations des droits des populations autochtones, en plus de des risques induits considérables pour le climat et l’environnement. Cet pipeline sera le plus long oléoduc de brut chauffé, s’étirant sur 1 445 kilomètres entre la raffinerie de Hoima en Ouganda jusqu’au port de Tanga en Tanzanie. Sa construction est indispensable à l’exploitation de nouvelles réserves de pétrole découvertes dans la région des Grands Lacs. Parmi les 1,7 milliards de barils de pétrole récupérables, Total entend en produire environ 200000 par jour à partir de Tilenga situé dans et aux alentours du parc naturel protégé des Murchison Falls. Le pipeline transportera 216000 barils de pétrole brut par jour. Ceci entraînera plus de 33 millions de tonnes d’émissions de CO2 chaque année, une quantité nettement supérieure aux émissions combinées de l’Ouganda et de la Tanzanie. En plus d’alimenter la crise climatique, l’oléoduc permet d’ouvrir des écosystèmes critiques à l’extraction du pétrole, dont le parc national de Murchison Falls, l’un des plus visités d’Ouganda. De plus, ce projet menace de nombreux environnements protégés, forêts, zones humides et mangroves ainsi que les moyens de subsistance des communautés locales. Enfin, en passant par des centaines de villages en Ouganda et Tanzanie, le projet devrait provoquer un déplacement à grande échelle des communautés. Des dizaines de milliers de personnes voient déjà leurs terres accaparées et leurs droits bafoués. Les pressions et intimidations exercées par Total pour faire taire ceux et celles qui oseraient contester ont même suscité l’intervention de plusieurs rapporteurs spéciaux des Nations-Unies et se heurte à une résistance importante de la part des communautés locales et de la société civile internationale. 
Donc, alors que la glace de l’Arctique fond à une vitesse sans précédent, Total est impliqué dans 5 nouveaux projets- dont Arctic LNG – et pourrait en développer 12 autres, ainsi qu’un projet similaire aux Etats-Unis, le Cameron LNG, qui vise à liquéfier du gaz de schiste.
En France, Total a été assigné en justice par les Amis de la Terre, Survie et des organisations ougandaises sur le fondement de la loi sur le devoir de vigilance pour violation de ses obligations légales de prévenir les violations des droits humains et les dommages environnementaux. C’est maintenant au tour des acteurs financiers d’être interpellés sur leur responsabilité. En effet, plusieurs ONG dont BankTrack, AFIEGO, BothENDS, Just Share et Inclusive Development International avec le soutien de Reclaim Finance ont alerté les banques mais aussi les investisseurs de Total sur les multiples risques associés à tous ces projets. A ce jour, aucun acteur financier ne s’est toujours pas exprimé.
Alors que nous devons diminuer la production de pétrole et de gaz de respectivement 4% et 3% par an d’ici 2030, et c’est demain, Total envisage d’augmenter sa production d’hydrocarbures d’ici 2030. Si les nombreux nouveaux projets pétroliers et gaziers aboutissent, ils annihileront toute possibilité de maintenir le réchauffement à 1,5°C. Tout ceci ne sont que des aberrations destructrices alors que notre budget carbone disponible pour contenir le réchauffement à 1,5°C ne nous permet déjà pas d’exploiter l’intégralité des réserves d’énergies fossiles en exploitation.
Alors, comment évaluer le sérieux des engagements des acteurs financiers sur le climat ? Ils doivent répondre à ces questions. Financent-ils et assurent-ils de nouveaux projets de production d’énergies fossiles ? Continuent-ils de financer, assurer et investir dans les entreprises qui les portent comme Total ? Malheureusement, à l’heure actuelle, aucun d’eux,  ne répond par la négative à ces questions. Même les secteurs les plus risqués des pétrole et gaz non conventionnels, sables bitumineux, gaz et pétrole de schiste, étendu sur toute la chaîne de valeur, donc comprenant les pipelines et terminaux de GNL, forage en Arctique et en eaux très profondes, trouvent encore leurs financements. 
Comme toujours, les plus gros acteurs financiers ont affiché adopter de premières mesures d’exclusion sur l’exploitation des sables bitumineux, les forages en Arctique, et l’extraction du pétrole et du gaz de schiste. C’était déjà il y a plusieurs années mais les bonnes intentions affichées à grand renfort de communication demeurent extrêmement lacunaires et tardent même dans certains cas à se concrétiser. Ainsi, le Crédit Agricole et Natixis ont tous deux déclaré, lors de leur assemblée générale de 2020, qu’ils ne financeraient plus les entreprises spécialisées dans la production de gaz et pétrole de schiste. Non seulement cet engagement n’a pas été traduit en politique, mais il ne couvre pas le développement de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié, issu de la fracturation hydraulique, et derrière lesquels se trouve notamment Total.
Alors, et les réponses sont évidente ! Il faut que les banques et les assureurs ne financent plus ou n’assurent plus de nouveaux projets d’énergies fossiles. Il faut que tous les acteurs financiers ne soutiennent plus les entreprises comme Total tant qu’elles n’ont pas renoncé à explorer ou à ouvrir de nouvelles réserves d’énergies fossiles, y compris à travers la construction d’infrastructures de transport. Il faut de plus, et dès maintenant, qu’elles conditionnent leurs soutiens à l’adoption d’un plan de décarbonation des activités aligné avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C. Enfin, il faut que les actionnaires de Total prennent leurs responsabilités lors des prochaines assemblées générales en déposant et en votant massivement des résolutions inscrivant des mesures fortes de transparence et d’engagement ferme à adapter toutes les activités à l’urgence climatique.  

Pour finir, retrouvons Lawrence Ferlinghetti décédé la semaine dernière. En 2004, il nous offrait sa définition d’une poésie pour le XXIème siècle. Dernière figure de la Beat Generation, Lawrence Ferlinghetti était éditeur et libraire, proche de Ginsberg, Kerouac et Burroughs. Il avait fondé en 1953 City Lights Booksellers & Publishers, à San Francisco. Il est mort à la veille de ses 102 ans. 

« La poésie est le cri que l’on pousserait en s’éveillant dans une forêt obscure au milieu du chemin de notre vie.
La poésie est le soleil qui ruisselle à travers les mailles du matin.
La poésie, ce sont des nuits blanches et des bouches de désir.
La poésie est l’argot des anges et des démons.
La poésie est un canapé où s’entassent des chanteurs aveugles qui ont posé leurs cannes blanches.
La poésie est le dérèglement des sens qui produit du sens.
La poésie est la voix de la quatrième personne du singulier.
La poésie ce sont toutes les choses nées avec des ailes et qui chantent.
La poésie est une voix dissidente qui s’insurge contre le gaspillage des mots et la surabondance insensée de l’imprimé.
La poésie est ce qui existe entre les lignes.
La poésie est faite des syllabes des rêves.
La poésie, ce sont des cris lointains, très lointains, sur une plage au soleil couchant.
La poésie est un phare qui fait tourner son mégaphone au-dessus de la mer.
Un poème peut être fait d’ingrédients ménagers courants. Il tient sur une seule page et peut cependant remplir un monde et se loger dans la poche d’un cœur.
La poésie, ce sont des pensées sur l’oreiller après l’amour.
La poésie est un chanteur des rues qui sauve les chats de gouttière de l’amour.
La poésie est le dialogue des statues.
La poésie est le bruit de l’été sous la pluie et la clameur de gens qui rient derrière des volets clos dans une rue étroite.
La poésie est une grande maison résonnant de toutes les voix qui ont jamais dit quelque chose de fou ou de merveilleux.
La poésie est la voix à l’intérieur de la voix de la tortue.
La poésie est un livre de lumière la nuit.
La poésie n’est pas que l’héroïne, les chevaux et Rimbaud. Elle est aussi le murmure des éléphants et les prières impuissantes des passagers aériens qui attachent leur ceinture pour la descente finale.
Tel un bol de roses, un poème n’a pas à être expliqué. »

Sources et références 
Cinquante ans avant la Convention pour le climat :  l’incroyable histoire des quatre chercheurs qui avaient déjà tout prévu https://www.telerama.fr/debats-reportages/cinquante-ans-avant-la-convention-pour-le-climat-lincroyable-histoire-des-quatre-chercheurs-qui-6822606.php 
Rapport publié par Reclaim Finance et Greenpeace https://reclaimfinance.org/site/wp-content/uploads/2021/02/TotalFaitDuSale_LaFinanceComplice-1.pdf https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-26-fevrier-2021 
https://www.monde-diplomatique.fr/1992/07/RAMONET/44576 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.12-01032021-17/ 

Nowakowskismes 5.11. Cube de Misner

Aujourd’hui, les Nowakowskismes sont l’occasion d’une escapade dans un monde imaginaire, mais peut-être pas si imaginaire que cela. À vous de juger ! Vous êtes prêts ? 

Aucun langage humain ne peut exprimer ce qui ressemble à un commencement du temps. Les ténèbres se dissipèrent, le temps recommença pour lui. Il était d’ailleurs incorrect de dire que le temps avait commencé lorsqu’il ouvrit les yeux mais il n’avait pas trouvé mieux. Il ne pourrait certainement jamais s’habituer à ce moment où le monde se remettait à battre, ce réveil du mouvement. 
Il sortit de son lit, et il se dirigea vers la lumière qui ricochait jusqu’à sa chambre depuis la pièce centrale de son appartement. 
Au travers des baies vitrées donnant sur le ciel, le soleil s’illumina lentement, ne révélant au début que sa forme de disque rougeoyant, avant que ses rayons ne balaient progressivement les derniers lambeaux de cette obscurité qui avait enveloppé le monde. Le soleil perdit petit-à-petit ce rouge qui semblait l’obséder et l’habiter même quand il réussissait à quitter la réalité pour ces nuits sans rêve. Un cercle bleu se dessina aux abord de cette source de lumière, et se déploya lentement pour composer le ciel. 
Et sous le ciel émergea un espace vide, il était là au bord, comme surplombant au loin des ensembles d’habitations verticales, percées de multiples fenêtres ouvertes sur des espaces privés inaccessibles. Sous le soleil qui s’éclaircissait, cette forêt d’immeubles se déploya devant lui. Il choisit un disque 33 tours. Il adorait ce contact physique et les passer en revue un à un jusqu’à ce qu’un lui fasse signe. Ce matin là, c’était un vieil album Santana, Abraxas, et il les notes de Samba pa ti emplirent son réveil. 

https://youtu.be/timZoOs9ozo 

Il se prépara un café, et avant de pouvoir se servir, il laissa ses pensées revenir à la surface consciente se demandant quel serait son programme pour la journée. 
Il se servit un café, fit quelques pas et franchit le seuil de l’appartement pour se retrouver à l’air libre, sur sa terrasse qui surplombait cette étrange ville. Buvant son café bien chaud, il laissa son regard parcourir le monde qui l’entourait. 
Comme tous les matins, son voisin en face au loin semblait boire aussi son café, et quand il lui fit signe, l’autre lui répondit du même signe de bras quasi simultanément. C’était leur rituel matinal. Et chaque matin, sa présence lointaine le rassurait et ramenait une sorte de permanence après l’oubli de la nuit. Et l’habitude de se retrouver ainsi avait créé cette familiarité, ce rituel, et surtout cette proximité. 
Il ne devait pas oublier de saluer son autre compagnon qui se trouvait à sa gauche dans l’alignement de sa terrasse. Il fit un signe, l’autre répondit, et tout fut parfait, tout était à sa place, la journée pouvait commencer. 
Il avait un programme chargé. Il était enseignant. Il devait se connecter sur la plateforme d’enseignement en ligne de son université pour pouvoir retrouver ses étudiants et faire cours. Là aussi, c’était un rituel. Démarrer le logiciel, se connecter, ouvrir son micro et sa caméra, et commencer à parler après quelques échanges de bienvenue. C’étaient les modalités qui formaient son quotidien depuis maintenant un temps qu’il avait cessé de mesurer. La question n’était plus là, son agenda partagé se mettait à jour automatiquement et son programme lui apparaissait semestre après semestre, invariablement. Il n’avait qu’à cliquer sur le lien associé au petit rectangle coloré dans son agenda pour se retrouver face un alignement de stèles ou de vignettes, ça dépendait, portant les noms (parfois farfelus, certains étudiants étaient facétieux) de ceux à qui il allait parler pendant quelques heures. Leurs échanges se résumeraient à des interventions écrites dans un espace de conversation et alternant diaporama, réponses aux questions, les heures se passeraient jusqu’au moment de raccrocher, non sans avoir fait quelques petites pauses pour permettre à son corps de se dégourdir et remplir sa tasse d’un thé bien chaud. 
Aujourd’hui les questions étaient bizarres, elles n’étaient pas en relation avec le cours. Les messages précédés des prénoms s’empilaient dans l’espace de discussion, et revenait à intervalle régulier un message de Christelle, demandant : « Monsieur ! Quel est ce monde dans lequel nous vivons ? ». Il remonta dans l’historique des messages. Parmi les échanges en lien avec le cours, les digressions, les petites plaisanteries, des compléments ou des partages, revenait régulièrement ce message. Il interrogea le groupe et personne ne sut que dire, et personne ne savait qui était Christelle. C’était d’ailleurs assez normal vu que, depuis bien longtemps, les cours étant à distance, les étudiants ne se rencontraient plus sur un campus, ne se retrouvaient plus dans une salle. Ils ne connaissaient que les vignettes plus ou moins personnalisées des autres. Il avait lui-même presqu’oublié ces temps. Il avait même du mal à convoquer ses souvenirs pour se rappeler ce que ça faisait de faire cours dans une salle avec des étudiants devant lui. 
Il n’eut pas le temps de creuser l’affaire parce que le groupe suivant l’attendait et la plateforme lui rappelait avec insistance qu’il devait les rejoindre d’urgence. Il cliqua sur le lien, et se retrouva devant ce même alignement de vignettes blanches portant comme des pierres tombales les noms de ceux à qui il allait s’adresser pendant plusieurs heures. Ce groupe-là fut moins actif et il dut aller chercher l’énergie nécessaire au plus profond de lui-même pour finir la séance. La journée se termina par une réunion organisée par l’université et il déconnecta son ordinateur de la plateforme. Il avait un peu faim. Il fallait qu’il sorte pour aller acheter quelque chose à se cuisiner. Le soleil était encore haut dans le ciel, il faisait chaud. Il descendit, et traversa la rue. Il marcha jusqu’au marché central, s’acheta quelques légumes et quelques fruits, et tout-à-coup lui revinrent cette succession de messages identiques. Il n’avait pas envie de rentrer chez lui et décida de pousser un peu plus loin, vers la pépinière. Il marchait perdu dans ses pensées, se questionnant, et tout à coup il s’aperçut qu’il venait d’entrer dans sa rue par le chemin opposé de celui qu’il avait pris pour aller au marché. Il avait beaucoup marché, et du coup, certainement pris dans ses pensées, il n’avait pas vraiment eu conscience du chemin qu’il avait suivi pour se retrouver là, à cet endroit, et dans sa rue. 
Il évacua les questions, remonta dans son appartement et se prépara son repas en écoutant un vieux morceau de Bruce Springsteen, un morceau empli d’une mélancolie profonde qu’il écoutait quand il était au lycée. Ce morceau, c’était The river. 

https://youtu.be/lc6F47Z6PI4 

Il passa la soirée à lire un peu, à écouter de la musique, à regarder les cours du lendemain. Au moment de se coucher, il se remit à penser à ces messages énigmatiques. Il était fatigué, il s’endormit rapidement malgré les questions qui se pressaient dans son esprit. 
Il se réveilla bizarre. Ce n’était pas ce matin qui s’ouvrait comme un premier matin, vierge de la veille. Ces questions étranges, et une sorte d’incompréhension remontant de la veille. Une zone d’ombre inhabituelle. Il prit son café, se rendit sur sa terrasse, le voisin était là, il attendit son geste de bonjour, mais ce n’est que lorsqu’il lui fit signe, que l’autre au loin lui répondit. 
Il avait cours avec le même groupe que la veille. Il avait préparé et il commença à parler quand le premier message après les échanges de bonjours, envoyé par Christelle ne comportait qu’un seul mot : « Cube » ! Il continua son exposé, et comme la veille, le message revint à intervalles réguliers, « Cube » répété sur toute la durée de la séance. 
Il termina son cours. Cette journée-ci était moins remplie que la précédente. Il sortit sur sa terrasse, l’autre était là en face, et l’autre aussi à sa gauche était là. Il ne leur fit pas signe, et eux non plus d’ailleurs ne lui envoyèrent de signe. Il décida de sortir pour se dégourdir les jambes. La marche l’aidait à penser. Elle lui permettait de s’évader de ce quotidien qui, par moment, lui pesait. Il se dirigea vers le parc de La Cure d’air. Il voulait s’élever, voir la ville de plus haut. Ce mot, Cube l’obsédait. Qu’avait-elle voulu lui dire par ce Cube répété sur toute la séance ? D’ailleurs était-ce bien son prénom puisque personne n’avait pu lui donner de renseignements ? 
Il marchait et obsédé par des réflexions l’entrainant dans des références venues de la science-fiction, de ses lectures récentes, des textes qu’il avait écrit et c’est par le quai de la bataille et la rue de Phalsbourg qu’il se rendit compte qu’il s’approchait de chez lui. Il n’avait pas vu le temps passer. Avait-il atteint le parc de la Cure d’air, il ne s’en souvenait plus. Mais, ce qui le surprit c’est de se retrouver sur ce chemin directement opposé de celui qu’il avait pris pour démarrer sa promenade et ce, sans s’en être rendu compte. Il remonta chez lui, dina peu, et accablé d’une lourde fatigue, il se coucha et s’endormit brutalement. Et il rêva. Il rêva un monde, un monde extrêmement simple bien que déroutant, primitif parce finalement réduit à quelques dimensions et sans horizon. Un monde dans lequel avancer et s’approcher d’une de ses extrémités, c’est revenir à son point de départ. Ce monde était en fait un cube, d’un kilomètre de côté, avec un plafond et un plancher, et quatre murs. Et dans ce monde rêvé, chaque mur était en même temps le mur qui lui faisait face, le plafond était en même temps son plancher. Son univers était alors cette pièce à quatre murs dans laquelle même la lumière, lorsqu’elle atteignait une extrémité, revenait à son point de départ donnant ces effets de reflets, un monde dans lequel tout n’est qu’image dupliquée. Son univers était un cube de 1000 mètres de côté, un univers dans lequel chaque mur était en même temps le mur qui lui faisait face, un univers refermé sur lui-même. 
Puis les ténèbres se dissipèrent, le temps recommença pour lui. Il sortit de son lit, et il se dirigea vers la lumière qui ricochait jusqu’à sa chambre depuis la pièce centrale de son appartement. Il se servit un café, fit quelques pas et franchit le seuil de l’appartement pour se retrouver à l’air libre, sur sa terrasse. Buvant un café bien chaud, il laissa son regard parcourir le monde qui l’entourait. Comme tous les matins, son voisin en face au loin semblait boire aussi son café, et quand il lui fit signe, l’autre lui répondit du même signe de bras quasi simultanément. 
C’était leur rituel matinal.

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. 

Où est donc passée l’obligation de rénovation thermique des logements ? Qui a ajouté cette dérogation concernant l’interdiction de nouveaux centres commerciaux ? Pourquoi la redevance sur les engrais azotés est-elle reportée ? Quid du moratoire sur la 5G ou de l’interdiction de la publicité pour la malbouffe et les SUV ? 
Sept mois et demi après leur rendu, le 21 juin 2020, les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat sont arrivées, le 10 février,« comme convenu », à la table du conseil des ministres, sous la forme d’un projet de loi. La date est, semble-t-il, la seule chose qui ait été à peu près respectée – et encore, non sans un certain retard. 
Avion, automobile, agro-business, publicitaires… Le rouleau compresseur des lobbys a réussi à vider de toute sa substance le projet de loi censé donner suite à la Convention Citoyenne pour le Climat. Accès privilégié aux décideurs, études biaisées, marketing vert, guerre des mots dans les médias et mobilisation de complices au cœur même de l’État… voici une partie de l’arsenal déployé par les industriels pour se débarrasser des propositions des « citoyens ».
L’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre « d’au moins 40 % d’ici 2030 »  restera-t-il atteignable, dans ces conditions ? 
De l’aveu même de l’exécutif, seulement la moitié voire les deux tiers « du chemin », seulement, seraient « sécurisés ». « Sécurisé » encore un bel exemple de cette novlangue ! Mais, si on prend le temps d’analyser le document officiel, on en est très loin. En fait, en l’état, le projet de loi ne parviendrait à économiser au maximum que 13 Millions de tonnes de CO2/an, soit 12 % de l’objectif total. Nous ne sommes pas les seuls à faire ce constat. Dans son avis rendu fin janvier, le CESE considère que dire que ce texte « s’inscrit dans la stratégie nationale bas-carbone » n’est rien d’autre qu’un « abus de langage » !
Mais alors, que s’est-il passé entre l’affirmation que les travaux de la convention seraient repris « sans filtre » et transmis tels quels au Parlement pour intégrer le circuit législatif traditionnel, ou soumis directement à référendum des secteurs économiques ?  
Comme toujours, la réponse est simple. Les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique, de l’agriculture industrielle, de la publicité, des grandes surfaces, et bien d’autres qui sont habitués depuis toujours à pouvoir se contenter de vagues promesses vertes, se sont vus tout à coup sommés par de simples citoyens, vous vous rendez compte, de changer réellement leurs pratiques. Inconcevable pour ces représentants industriels, alors qu’ont-ils faits ? Ce qu’ils savent aussi très bien faire, le lobbying ! Ils se sont alors lancés à l’assaut de la future loi pour la vider de sa substance. Ils se sont appuyés sur une solide machine d’influence, mobilisée pour démolir les propositions citoyennes. Cette machine est d’autant plus efficace qu’elle agit à plusieurs niveaux. De plus c’est en bandes organisées que les industriels défendent leurs propres intérêts. En plus de leurs propres équipes d’ « affaires publiques », ils décuplent leur force de frappe grâce aux fédérations ou associations professionnelles sectorielles rompues à la défense de leurs intérêts collectifs. Mieux encore, et pour s’assurer une légitimité plus « populaire », elles s’allient les services d’associations (ça s’appelle de l’« astroturfing »). Le paysage ne serait pas complet sans les think tanks qui assurent  la caution « expertise » et plus discrètement les cabinets de lobbying, missionnés par les entreprises pour défendre leurs intérêts. Ces Think Tanks, pour une bonne partie financés par les grandes entreprises qui siègent également à leur conseil d’administration, sont des messagers largement invités dans les médias. 
Enfin, aux armées de lobbyistes, de communicants, d’experts et d’influenceurs, les meilleurs alliés se trouvent souvent au sein même de l’appareil d’État. La Convention citoyenne a été conçue pour sortir de l’entre-soi des industriels et de l’administration. Mais on est très vite revenu aux vieilles habitudes puisque, dès septembre 2020, une multitude de réunions dites de « concertation » ont été organisées sous l’égide du ministère de la Transition écologique. L’objectif ? Officiellement, rediscuter thématique par thématique des propositions citoyennes. Officieusement, faire voler en éclats la promesse du « sans-filtre » et ouvrir grand la porte aux intérêts privés. 
Se vouloir le champion du climat et en même temps asséner de l’amish ou de la lampe à huile comme seul horizon au débat sur les questions centrales de notre présent, se vouloir champion du climat et ne donner crédit qu’à la compétitivité, se vouloir le champion de la démocratie et oublier que les citoyens ont des choses à dire, tout cela ne montre qu’au lieu d’être grand, c’est juste ne pas être capable d’être grand ! 

Sources et références 
http://n-dimensional.de/cubes/
Comment les lobbys industriels ont saboté les réformes voulues par les citoyens de la Convention climat https://www.bastamag.net/Convention-citoyenne-pour-le-climat-150-propositions-loi-lobbys-industriels-Emmanuel-Macron 
Le projet de loi réduit à néant les propositions de la Convention citoyenne pour le climat https://reporterre.net/Le-projet-de-loi-reduit-a-neant-les-propositions-de-la-Convention-citoyenne-pour-le 
OpenLux : au Luxembourg, une économie artificielle dopée par les sociétés offshore https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/02/08/openlux-au-luxembourg-une-economie-artificielle-dopee-par-les-societes-offshore_6069136_4355770.html 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.11-15022021-15/