Tentative désespérée

Dans une tentative désespérée de lutter contre vacuité médiatique autour du livre de Sylvain Tesson qui passe d’émissions en émissions sur le service public, entre deux publicités pour des SUV, je vous invite dans les Nowakowkismes et ce que je vous racontais d’un vrai roman de la quête, de l’errance dans l’au-delà du monde… Peter Matthiessen et son Léopard des Neiges 

« Au cours de la nuit les étoiles se levèrent ; l’immense spectre du Machhapuchare s’irradia de lumière bien que la lune fut cachée. Des moustiques hantaient la grange où nous campions derrière une espèce d’auberge. Mon ami cria en rêve. Comme je ne pouvais pas dormir, je sortis à l’aube et je vis les trois pics de l’Annapurna dressés au dessus d’une zone de nuages bas et peu denses. Aujourd’hui nous pensons prendre la direction du nord-ouest. » 

Deleuze écrivait dans un entretien à propos de Michel Foucault, que « la subjectivation, c’est la production de modes d’existence » et que pour Foucault, elle est « un art de soi-même qui serait tout le contraire de soi-même. » Il s’agit alors de créer de nouvelles possibilités de vies. 

La subjectivation comme processus créatif, comme ouvertures de possibles, comme carrefour à emprunter, pour résister aux forces qui ne veulent en faire que quelque chose de valorisante, de quantifiable, de discrétisable. 

Expliquer les errances en numérique, c’est s’en remettre aux errances du marcheur, de l’humain dans le monde qu’il habite. Navidson dans sa maison des feuilles, lui aussi « a été tenté par le vent qui entraîne les nuages, penétré d’un immense désir d’errance. » Et donc, cette « production de modes d’existence » c’est après ce carrefour, c’est, comme le dit Basho, l’un des maîtres classiques du haïku japonais né en 1644 et mort en 1694 à Ōsaka, « marcher à travers brumes et nuées, respirer l’air raréfié des hautes altitudes, glisser sur la neige et la glace […] jusqu’aux chemins mêmes du soleil et de la Lune. » 

Faisons ce chemin avec Peter Matthiessen dans son roman, Le Léopard des neiges, ce chemin en quête de ces modes d’existence, à ces carrefours sur les chemins arpentés ou au plus profond de nous-mêmes, en réponse à ses subjectivités computationnelles, ces « pensées opératoires » qui si, elles prennent « en charge l’homme et l’histoire, [nous condamne] à un sommeil ou un cauchemar dont rien ne saurait nous réveiller. » 

Et donc sur les traces, les errances et les bifurcations de Peter Matthiessen, pour qui la raison du voyage reste floue : « …mais moi, qu’espérais-je trouver au cours de cette expédition ? Gêné, je haussai les épaules. Dire que je m’intéressais aux bharals, aux léopards des neiges ou même aux lamaseries reculées n’était pas répondre…, bien que tout cela fût vrai ; parler de pèlerinage semblait prétentieux et vague et cependant, en un sens, c’était également vrai… je voulais pénétrer les secrets des montagnes… ». L’expédition au Tibet, entrecoupée de digressions et de retours en arrière, nous amène à faire le voyage dans les pas de l’auteur. On n’avance plus dans la longueur du récit mais dans sa profondeur, on explore cet Arrière-Pays, si lointain, mais si proche par les mythes qu’il a inspiré, la pensée qu’il a contribué à faire émerger. Les modes d’existences sont alors fait des chuchotements de mort, de la peur du vide domptée, de la force de l’illumination, d’une intuition d’une conscience supérieure, le tout en un, les pleurs versés face à la beauté d’un paysage, la vacuité des entreprises humaines, l’inaudible, l’inexprimable… On vit au pas du voyageur. On reste suspendu à son souffle, vivant, intemporel.

En quatre chapitres cardinaux intitulés « Vers l’ouest », « Vers le nord », « La Montagne de Cristal » et « Retour », Matthiessen en humaniste, poète et mystique vient apporter quelques réponses à cette quête de l’Arrière-Pays, et finalement au détour d’un haïku comme celui-ci « Soleil sur les ailes des libellules, au-dessus d’une prairie encore dans l’ombre » on en sort transformé, densifié et aérien avec Soen Roshi « Ne pèse rien. Sois léger, léger, léger… lumineux ! » 

Où est la réalité ? Dans la veille ou dans le rêve ? Le dernier idéogramme japonais écrit et le dernier mot prononcé dans cette vie par le vénérable maître de Soen Roshi voulait dire : « Rêve ».  N’avons-nous pas prononcé à maintes reprises la phrase du sculpteur JeanTinguely, « le rêve c’est tout, la technique ça s’apprend. » 

Alors entre le Léopard des Neiges, les errances numériques, et l’humain, c’est dans le carrefour, dans les choix, et les errances et sur les chemins que nous empruntons que l’Arrière-Pays prendra sens, que nous produiront des modes d’existences. Quel que soit le chemin, qu’il soit sur les hauts plateaux de l’Himalaya, ou dans les labyrinthes d’une des multiples maisons des feuilles, c’est un chemin qui mène à des modes d’existences, à des subjectivités qu’il faut revendiquer et affirmer en actes, en choix et « C’est [dans tous les cas] un chemin de la terre, un chemin qui serait la terre-même. Qui en assurerait – revenant sur soi, se faisant en cela esprit – la révélation, l’avenir. » L’arrière-pays c’est l’au-delà de tous les dispositifs qu’il nous faut trouver, en « s’abandonnant au souffle de la vie […] vers un but déjà présent en [soi] mais encore caché à sa vue », pour exister. 

Pour terminer, avec quelques lignes du Léopard des neiges. « J’abaisse mon regard des pics immaculés aux épines luisantes, aux nappes de neige, aux lichens. Bien que je ne la voie pas, la Vérité est proche dans la réalité de ce roc sur lequel je suis assis. Ces pierres dures font percevoir à mes os ce que mon esprit n’a jamais pu comprendre dans la Sutra du Coeur, que « la forme est vacuité et la vacuité forme », que le Vide de l’espace bleu-noir est contenu dans tout. Parfois, lorsque je médite, les énormes rochers dansent. »