Nowakowskismes 7.20. Jour de rage

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, les Nowakowskismes toujours la seule émission de radio qui explore les couloirs de l’espace-temps à la recherche de la lumière.  
Les Nowakowskismes secouent le présent et surtout sont le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. 
Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Ce soir, dans les Nowakowskismes, c’est jour de rage, avec une histoire vraie, une histoire de cette société, de ce monde, dans lequel les violences faites aux femmes passent à la trappe d’un système qui préfère nier et effacer que corriger et affronter. Il y a des rages rances, des rages hideuses, des rages ivres de destruction et de vengeances. Mais, heureusement, il y a des rages bienfaisantes, des rages généreuses, des rages qui ravivent les consciences endormies, des rages qui libèrent la parole et la pensée, des rages qui impulsent de nouvelles façons de vivre, d’aimer, de travailler, de parler, de se battre. Mais il y a surtout des rages qui dévorent, mais qui, en s’exprimant, en se multipliant, permettront peut-être d’impulser un changement profond de cette société.
Ce soir, c’est l’expression d’une rage, c’est l’histoire d’une jeune femme dans ce monde de merde, de son parcours de combattante face au rouleau compresseur d’Uber, pour que son agression par un chauffeur ne reste pas impunie ! Alors comme Gandhi, « [Soyons] le changement que [nous voulons] voir dans le monde ».

L’histoire que je vais vous raconter ce soir s’appuie sur des faits réels et est terriblement banale dans ses origines.
Nous sommes à Paris de ce monde post-Covid. Elle est avocate depuis plusieurs années, après avoir étudié à l’université de Boston et travaillé dans des cabinets bostoniens et parisien, et avoir obtenu un master de droit international dans une université de province. Nombreux comme elle, sont ces étudiants et étudiantes qui se sont projetés dans une carrière dans ces cabinets d’avocats, portés par diverses motivations, mais surtout portés par leur incroyable énergie, leur désir d’embrasser une carrière faite d’émancipation et leur capacité à surmonter et affronter des épreuves à répétitions, sélectives dont il faut se relever pour affronter la suivante. Mais leur plus grande surprise sera ce métier d’avocat qui doit appliquer le droit alors que l’université leur avait enseigné à penser le droit, un changement terrible où la réalité de ce travail se résume essentiellement à être au bureau, souvent dans des conditions difficiles de ces open spaces destructeur de la vie, où il faut enchaîner les différents dossiers, les conventions, règlements, … sous la pression constante des clients qui en demandent toujours plus, et sans compter les heures qui s’ajoutent aux heures pour faire des journées et des semaines épuisantes, le tout dans la tension permanente due aux manques de moyens et de personnel et maintenue par les associés. Et si nombreux sont tous ces jeunes gens qui se retrouvent confrontés à la terrible réalité de ce monde, dès les stages qu’ils doivent effectuer pour pouvoir espérer trouver une place dans cet monde et surtout signer un contrat de collaboration pour pouvoir exercer comme avocat dans un cabinet. Pour cela, il ne faudra donc jamais compter ses heures et surtout, rester motivé car la vie de collaborateur impliquera systématiquement des horaires de travail à rallonge, une considération à géométrie variable de la part des associés, mais surtout une rémunération qui ne sera jamais à la hauteur des sacrifices. 
Le cabinet d’avocats dans lequel travaille la jeune femme a organisé un after-work. C’est un cabinet issu de cet éco-système des start-up et qui s’affiche avec une apparente coolitude, parce que ce milieu des start-up est cool, branché et narcissique, se mentant à lui-même sur la réalité de ce qu’il promeut. Donc, l’after-work fait partie de la panoplie indispensable de la coolitude de cet univers. Vous travaillez comme des esclaves mais pas d’inquiétude, l’after-work viendra panser vos blessures et apaiser vos souffrances afin de repartir sur le même rythme et dans les mêmes conditions dès le lendemain matin voire le soir même. 
L’after-work est ainsi ce rituel associé à des festivités banales et tristes dont l’unique objectif est de faire accepter, sous prétexte de team-building, encore un de ces mots favoris de cet univers, les rythmes infernaux, le mépris du travail et des individus, et les difficultés d’exercer un métier dans lequel la concurrence est terrible, et les comportements des uns et des autres, mus par des égos sans scrupules, les conflits entretenus pour asseoir le pouvoir et la compétition sordide. 
Dans cet univers, la jeune femme a noué des amitiés, des relations fortes avec d’autres jeunes femmes ou jeunes hommes qui cherchent à se faire une voie dans ce milieu, une voie sans y perdre trop de plumes, et surtout sans y perdre son honneur. Donc, la jeune femme, malgré le manque d’envie d’y aller, accepta l’invitation. Les incitations de ses amies furent aussi déterminantes. Elles aussi y allaient, elles lui rappelèrent le fait qu’il y a des rituels auxquels il est important de sacrifier, mais surtout, ce qui la décida vraiment, c’est que la jeune femme ne serait pas seule dans ce moment qu’elle voyait comme détestable. 
Donc, ce soir-là, après une journée passée à traiter des contrats, des conventions, elle décida d’aller à cet after-work, bien que toute la journée, elle se demanda si elle irait, si elle n’irait pas, et son choix balança en elle toute la journée. L’after work n’avait pas lieu dans les locaux du cabinet mais dans un endroit plus « cool » dans Paris, parce que pour les associés, un endroit « cool » c’était mieux pour faire oublier les rythmes infernaux, et ce serait ainsi pour eux un moyen de d’afficher leur « coolitude ». Ce jour-là, elle n’avait pas pris son vélo, comme elle le faisait tous les jours, en prévision de l’éventualité de son retour dans la nuit. En effet, après avoir bu quelques verres, et surtout, comme l’événement se tenait assez loin de chez elle, elle avait prévu de prendre un taxi ou un Uber pour rentrer chez elle, ce serait plus sûr, plus prudent – Paris la nuit sur un vélo, ça peut être dangereux – et ce serait de tout façon plus rapide.   
Elle fit donc le trajet entre son lieu de travail et l’endroit cool choisi pour l’after-work. Elle arriva, et une grande partie de ses collègues étaient déjà là. Comme toujours, et comme partout et, a fortiori dans ce milieu des avocats parisiens et la start-up nation, les phénomènes de cour étaient toujours à l’oeuvre. Il fallait se montrer, être là, et comme toujours, elle se demanda ce que faisaient tous ces gens, comment pouvaient-ils sortir si tôt au vu de la charge de travail qu’il y avait ou qu’ils clamaient partout avoir ? Comme toujours, paraître, se faire bien voir, étaient des stratégies qui permettaient d’en faire le moins possible. Dans la foule, elle reconnut des visages, elle chercha ses amies qu’elle retrouva après avoir erré quelques temps dans cette foule bruyante et faussement cool. Elles se retrouvèrent avec la joie de trouver des visages amis dans un environnement hostile, et elles burent quelques verres, laissant échapper leurs rires, leur joie et ainsi ouvrir une soupape sur la pression intérieure que les étouffait toutes dans leurs cabinets respectifs. Elles étaient toutes les quatre de jeunes avocates, qui avaient, comme elle, fait des études brillantes et des séjours aux Etats-Unis. La soirée se passa, elles restèrent dans leur bulle, elles passèrent finalement une bonne soirée et vint le moment de rentrer. Elles décidèrent d’appeler un chauffeur Uber et une des voitures l’emmènerait elle et une de ses amies qui s’arrêterait en chemin, la voiture la ramènerait ensuite chez elle.  
Le chauffeur arriva à l’heure comme annoncé par l’application et au point de rendez-vous sur le trottoir devant l’entrée, elles n’étaient pas les dernières à partir. Le chauffeur se gara et elle et son amie montèrent à l’arrière du véhicule. Elles expliquèrent au chauffeur, que son amie descendrait à mi-chemin à proximité de son appartement, et qu’elle continuerait seule jusqu’à chez elle, dans le sud de Paris. Le chauffeur acquiesça et la voiture démarra. Elles étaient toutes les deux un peu pompettes, et elle se félicita une fois de plus de n’avoir pas pris son vélo, rentrer en voiture serait définitivement plus confortable et plus sûr. Le chauffeur démarra, et lança sa voiture dans Paris quasi-déserte. Après quelques centaines de mètres, elles se rendirent compte qu’il roulait vite, très vite, trop vite dans les rues de Paris. Une sensation de peur et de risque les dégrisa tout à coup et les firent reprendre conscience de la route, du chemin. Son amie se redressa et s’adressa au chauffeur lui demandant de rouler moins vite. Il grogna mais il ralentit, et ils furent à l’adresse convenue où descendait son amie. Elles se dirent bonne nuit, son amie lui demanda si tout irait bien, elle lui répondit qu’il n’y avait pas de souci et qu’elle serait bientôt chez elle. 
Le chauffeur redémarra brutalement et, changeant totalement d’attitude, sortant de son silence, commença à lui parler, lui demandant ce qu’elle faisait, lui posant des questions de plus en plus personnelles. Un peu pompette, elle lui répondit, mais elle se rendit compte qu’il ne la ramenait pas chez elle, qu’il faisait des détours, et il finit par s’arrêter lui demandant de l’embrasser avant la ramener chez elle. Elle s’y refusa, menaça, mais il l’obligea et redémarra. La voiture s’arrêta devant chez elle mais il refusa de lui ouvrir les portes si elle ne lui donnait pas son numéro de portable et un baiser. Elle refusa mais prise de peur, elle accepta et se précipita jusqu’à sa porte, fit le code d’entrée morte de peur, se rua dans les escaliers et rentra chez elle. Elle avait envie de vomir, elle était saoule, elle avait bu mais surtout c’était une douleur terrible qui lui écrasait le coeur. Une porte sépare la salle de bain du couloir, elle semblait si loin d’elle, mais elle se pencha vers elle. Le corps raide et tendu, elle lâcha tout ce qu’elle avait retenu en elle. Elle se lava, puis elle dériva vers la porte de sa chambre, elle pensa qu’elle aller manquer l’entrée et se cogner au mur, elle était comme incapable de s’arrêter de tourner mais elle y réussit, elle se coucha et s’endormit d’un mauvais sommeil. 
Elle rêva qu’elle était étendue sur une surface dure, inégale, qui lui faisait mal. Elle rêva d’une source de chaleur dont elle ignorait la nature qui lui brulait les entrailles. Elle se réveilla et elle chercha la présence de son compagnon afin de trouver près de lui moins de dureté, moins de souffrance. Bouger, respirer lui était difficile. Elle sera son crâne entre ses mains, elle ramena ses jambes contre sa poitrine puis la conscience lui revenant lentement, tout lui revint, l’after-work, la soirée, la course en Uber, la peur, et cette agression ignoble emplissant sa bouche d’une bile amère et douloureuse.  
Elle se leva, et raconta l’ensemble de la soirée à son compagnon. Il lui apporta la chaleur et tout l’amour pour tenter d’apaiser ses douleurs. Il lui conseilla d’aller porter plainte à la police, il serait avec elle. Elle hésitait. 
Quelles preuves ? 
Comment raconter cela ? 
Comment démontrer les faits et ne pas avoir à démontrer son innocence face à une société qui demande toujours à l’agressée de faire la preuve de son agression ? 
Elle appela son amie qui, scandalisée et horrifiée, lui rappela des faits survenus pendant la première partie du trajet qu’elle avait oubliés. Elle aussi lui conseilla d’aller porter plainte immédiatement, surtout que les témoignages d’agressions par des chauffeurs Uber commençaient à se multiplier dans les médias, que de nombreuses femmes témoignaient aux USA et en France et qu’il y avait même un hashtag sur Twitter. Elle n’était donc pas la seule avoir été ainsi agressée. Enfin, elle appela son père qui, lui aussi, dans sa colère inextinguible à l’égard de ce monde d’oppression, d’agression, d’exploitation, lui conseilla de porter plainte et de venir avec elle si elle le voulait. 
En se préparant, elle fit quelques recherches sur le web, et découvrit qu’il y avait eu, entre autres, une action en justice des 550 femmes américaines, que « dès 2014, Uber s’était rendu compte que des chauffeurs agressaient sexuellement et violaient des passagères mais qu’au cours des huit années qui se sont écoulées depuis, les prédateurs sexuels conduisant pour Uber avaient continué à s’en prendre aux passagers, y compris aux plaignantes ». En fait, « tout le modèle commercial d’Uber reposait sur le fait de ramener les gens chez eux en toute sécurité, mais la sécurité des passagers n’avait jamais été leur préoccupation – la croissance s’était faite au détriment de la sécurité de leurs passagers ».
Emplie d’un peu de force, elle se prépara, et accompagnée, elle se rendit au commissariat de police de son quartier. Elle se demandait ce qu’elle allait trouver, après toutes ces histoires terribles et dégoutantes qui traversaient l’espace médiatique, tous ces témoignages qui révélaient le mépris de la société pour toutes ces femmes qui venaient déposer plainte pour des agressions sexuelles et qui ne trouvaient que mépris et négligence de la part des policiers chargés de recueillir leurs plaintes. 
Elle se présenta, et quand elle commença à expliquer, elle fut tout de suite prise en charge, elle n’eut pas à parler devant tout le monde, elle fut reçue par une policière attentive, et pendant tout l’entretien, elle fut accompagnée et entendue par des policiers sensibles et concernés par ce qu’elle avait vécu. On lui conseilla également un psychologue, et tout le suivi se fit avec une humanité qu’elle ne pensait pas possible dans un commissariat. Tout cela lui redonna confiance, il existait en France, dans ce pays qui méprisait les violences faites aux femmes, il y avait quand même des avancées et là, dans son quartier à Paris, le commissariat avait adopté des méthodes respectueuses et accompagnantes de la détresse des femmes. Elle vit la psychologue conseillée par la policière, elle y trouva un vrai soutien, et ce fut une aide précieuse qui vint compléter celle de ses proches. L’enquête avança, le chauffeur fut identifié, ses amies témoignèrent, et comme toujours il nia. Puis vint le jour de la confrontation avec cet individu, et pour éviter qu’elle le voie seule, la policière l’accompagna, et lui manifesta par de petits gestes et des attentions un soutien, une compassion, et une humanité qui lui firent un bien fou. Cette ordure de chauffeur nia encore et se comporta comme toujours. Il était marié, il n’avait pas pu faire cela, il était un homme honnête, bla bla bla… 
Uber, quant à lui, dans son ignominie de grosses boites cherchant les profits à tout prix, et cherchant toujours à soigner son image médiatique, lui supprima son compte et lui fit savoir que c’était de sa faute si cette situation s’était produite ! 
L’affaire suivi sont cours, pour passer en audience au tribunal quelques mois plus tard. Un de ses amis se proposa pour être son avocat. 
L’audience arriva et … il y eut beaucoup d’affaires jugées plus importantes, affaires de drogue et autres, …. Et son cas ne fut pas traité, et l’audience reportée à une date ultérieure, un an et demi plus tard ! Un an et demi plus tard ! Après tout un chemin basé sur l’accompagnement, le respect, elle prenait en pleine poire, une fois de plus, la négation par la société des violence faites aux femmes, le néant dans lequel la justice reléguait tous ces témoignages de violences, reportés parce qu’il y a plus important, repoussés aux calendes grecques, vidant ainsi de toute sa substance la lutte, la plainte et surtout permettant à ces sinistres individus de continuer à exercer leurs activités de chauffeur, de chef, de directeur de thèse, … dans l’impunité et, dans ce cas précis, avec la bénédiction d’Uber ! 
Dégoutée, elle reçut la nouvelle comme une deuxième agression.
Malgré cela, elle retrouva de la force, elle avait déjà surmonté d’autres épreuves terribles dans sa jeune vie, et elle reprit sa vie. Ses amis, sa famille, son compagnon, tous lui furent d’un grand soutien. Le temps fit son oeuvre, un an et demi c’est long, mais tout temps même long arrive à échéance et se présenta la date de cette audience remise, il y a si longtemps. Les blessures se rouvrirent, les douleurs enfouies refirent surface. 
Y aller ou pas ? 
Continuer ou jeter l’éponge ? 
Poursuivre ou achever ce travail d’enfouissement ? 
Elle en parla, elle échangea, et elle décida de continuer. 
En mai 2023, l’audience eut lieu !
Par manque de preuves et de faits avérés, selon la justice ! 
Le chauffeur Uber agresseur sexuel, menteur et misogyne fut relaxé ! 

…. and justice for all

Juste, pour finir ces Nowakowskismes, mais ne jamais clore les luttes, parce que ce sont ces mots qui me sont venus en écrivant ces lignes, ces quelques mots de Piotr Alexeïevitch Kropotkin extraits de son livre, La Morale Anarchiste écrit en 1869 : « Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise – une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais ».

Quelques inspirations au passage
Octavia Butler – La parabole du semeur / La paraboles des talents 
Le 1Hebdo n°446 – Comment stopper la colère ? 
James Baldwin – La prochaine fois, le feu

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.20-05062023-14.16/ 

Musique 
Daran et les chaises – Dormir dehors – https://youtu.be/2JIPTtgeoyM 
Scorpion – Send me an angel – https://youtu.be/o3y7cFR7uTg 
Metallica – … and justice for all – https://youtu.be/rKk3OGrdf5c 
Avenged sevenfold – MIA – https://youtu.be/VBev7fC_2WI 

 

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search