Sympathie pour le diable

Sarajevo, 1992, une Ford Orion immatriculée dans le 75 portant deux inscriptions « Morituri te salutant » sur le capot,  « I am immortal » sur le coffre, et un TV immense scotché sur le pare-brise, roule à tombeau ouvert le long d’une avenue dont on apprendra qu’elle porte le terrible nom de « Sniper alley » !  

Puis un plan d’ensemble de la ville de Sarajevo, sur laquelle se tracent les trajectoires des roquettes qui la détruisent, et qui tuent à l’aveugle ! Les immeubles s’effondrent, la poussière des ruines s’épaissit et, la bande-son obsédante, les tirs de fusils, les hurlements des victimes, le fracas des explosions. 

Nous sommes 7 mois après le début du conflit. On n’en saura pas plus. Pas un motif, pas une explication. On ne connaît ni les causes, ni les acteurs, ni les enjeux. On voit seulement Sarajevo assiégée, les bruits d’explosion retentissant au loin, les balles filant sans jamais que l’on ne connaisse leur victime. Entre l’immensité des rues désertées par la population et la crainte omniprésente d’un sniper embusqué, lnous sommes pris aux tripes petit-à-petit, happés par  ce véritable huis-clos à ciel ouvert. Petit-à-petit, les spectateurs que nous sommes sont happés, et nous nous retrouvons à vivre avec les personnages prisonniers dans cette ville assiégée dévastée. Entre les checks-points gardés par des types armés jusqu’aux dents et imprévisibles, la mort, les attaques, les destructions, … la neige !

Dans cet enfer, le journaliste français Paul Marchand, présent depuis le début du siège, cherche à éclairer ses auditeurs quant à la vie menée par les habitants de Sarajevo.Accompagné de Vincent, son photographe et d’une jeune traductrice serbe Boba, il nous emmène à fond de train, dans une urgence permanente, une peur contenue mais toujours présente, à la rencontre des différents acteurs de ce conflit, entre soldats de l’ONU, soldats serbes et simples civils.

Sympathie pour le diable bouscule parce qu’il fait écho en nous à quelque chose d’universel, malheureusement trop méprisé actuellement : ce besoin d’humanité et de connexion à l’autre dans un cadre qui n’est là que pour nous diviser et nous détruire. 

Entre les chiffres revus à la baisse de l’organisation internationale et les censures de son rédacteur en chef, nous sommes dans la voiture, cette Ford Orion, le parcours chaotique de ce journaliste fervent humaniste et profondément écœuré par la cruauté et l’individualisme des hommes. EN 1992, mais comme partout dans le monde aujourd’hui, nous prenons en pleine gueule la violence, l’abjection, la mort omniprésente, prévue mais imprédictible jusque dans les appartements, épargnant certains, frappant les plus sensibles, et n’emportant jamais ceux qui l’attendent. 

Face à cette folie purement humaine, face aux pouvoirs politiques qui l’utilisent comme un jeu d’échecs, s’empêtrant dans leurs propres contradictions, préfèrent brûler les surplus plutôt que les utiliser pour alimenter les pompes qui alimentent la ville en eau potable, on ressort du film KO, épuisés, écoeurés par notre propre barbarie et ragaillardis par la lueur qui redonne espoir. 

Sympathie pour le diable montre aussi la force de la presse, sa nécessaire présence pour dire, mais aussi kes travers, les motivations diverses, et l’impuissance, cette impuissance qui fait hurler ! 

Sympathie pour le diable nous tend le miroir de la responsabilité humaine. Il nous rappelle l’importance de sortir de son rôle, que l’humanité est dans les marges, et que ce qui nous sort de la barbarie c’est déjà écouter son coeur, être généreux, quitte à en payer le prix. 

Sympathie pour le diable c’est cette quête jamais aboutie de lumière au milieu de l’horreur, d’adaptation, de la vie qui continue même si on ne sait pas combien de temps elle durera.

Sympathie pour le diable cherche simplement à nous rappeler qu’au-delà des systèmes, des organisations et des gouvernements, nous sommes avant tout des êtres humains, fragiles, de contradictions, et d’impuissance, mais qu’agir est toujours une option. 

Pour finir, une scène du film – Paul Marchand arrivé sur un point d’observation tenu par la FORPRONU. Il y voit un jeune militaire, tireur d’élite. Il luit demande pourquoi il a ôté la lunette de son fusil. Le jeune militaire répond qu’il ne peut utiliser son fusil, même quand sous ses yeux, des grands parents et leurs deux petits enfants sont massacrés. Et son supérieur répète comme une mot magique, les ordres sont les ordres ! 

Quelques scènes avant la fin du film, Paul Marchand croise un confrère qui lui dit que le jeune soldat, a abattu des serbes qui violait une mère et sa fille. 5 morts. Il va être jugé en cour martiale et passerai des années en prison. Marchand répond : «  ce jeune soldat, il dormira bien cette nuit ». 

Sympathie pour le diable est un putain de film, indispensable, surtout à l’heure où la mémoire s’efface, que le pire renaît toujours alors que tout notre passé est accessible dans nos outils. 

Pourquoi merdons-nous sans cesse ?