Quelques mots pour Greta

« Son visage nous est familier. Elle est sérieuse comme on l’est quand on n’a pas encore 17 ans, elle regarde l’objectif sans ciller, elle lit ses discours d’une voix posée, dans un anglais parfait, ses nattes sages encadrent ses joues rondes, ses yeux nous fixent […]. » 
Greta est une combattante.
Greta en a du courage pour affronter les sourires ironiques de ceux qui se disent « adultes ». Greta en a du courage pour encaisser toute cette violence, toutes ces agressions, ce mépris, et même ces menaces de mort ! Pour tout ceux-là, Greta ne reste pas à la place que doivent occuper les ados. Pour tout ceux-là, une ado en tant qu’être non encore terminé et imparfait, se doit d’écouter les grandes personnes. 
Et le comble, pour tout ceux-là, la voilà qui se met à engueuler les dirigeants des plus grandes puissances mondiales ! Mais où va-t-on ? 
Il n’y a pas si longtemps, certains l’auraient tout simplement ligotée sur un bûcher. Certains d’entre ceux-là sont même convaincus qu’elle est possédée. Evidemment, qu’elle est manipulée parce qu’à 16 ans, il est impensable d’avoir fait tout cela toute seule ! 
Greta, elle, occupe nos écrans. Son doux visage grave, de colère et de rage contenues, de larmes et de tristesse, mais de force surtout, et de ses mots, sont capables de mobiliser des millions de personnes de par le monde. Son action est simple, comme cela devrait toujours l’être quand il s’agit de choses justes. 
Comptez les millions d’hommes, de femmes et d’enfants, au Canada, au Pakistan, à Londres, à New-York, en Australie, … et Greta n’oublie jamais de remercier tous ceux et toutes celles qui se mobilisent. 
Greta ne faiblit pas. De sa voix de jeune colère contenue, elle répète sans relâche qu’il est urgent de paniquer, qu’il est urgent de réagir, de commencer la lutte, de changer nos façons d’être et de vivre, qu’il n’est pas trop tard pour reconfigurer notre rapport au monde et aux animaux qui l’habitent avec nous. 
Même si tout semble encore normal pour la plupart d’entre nous, des pays riches, Greta nous enjoint de nous inquiéter de la disparition des saisons, de la disparition des insectes et des oiseaux, du dépeuplement et du réchauffement des océans et du blanchissement des coraux.
Greta, de sa voix calme et douce, réveille nos sens au silence assourdissant qui s’étend de plus en plus rapidement sur la planète vivante au profit des vacarmes mortels de nos villes, de l’agitation éperdue des hommes et de l’exploitation à outrance des sols et des forêts. 
Alors, comment pouvons-nous ne pas entendre ? 
Comment ne pas être envahi par cette douleur de ce que nous n’avons pas fait ?  
Comment avons-nous pu déserté nos responsabilités envers les générations à venir ? 
Comment avons-nous été suffisamment lâches pour fermer les yeux devant cette évidence ? 
Comment pouvons-nous fermer les yeux devant nos enfants qui mourront de faim par notre confort égoïste ?
Et tout ceci n’est pas une crise passagère. 
Greta Thunberg, elle, ne renonce pas. 
Greta parcourt le monde. 
Petite, c’est une géante quand elle monte à la tribune, en brandissant ses panneaux à la face des « puissants » de ce monde. 
Greta dit ce que nous ne voulons pas lire dans les rapports, ni dire, ni entendre. 
Greta est la voix de sa génération, de celles qui viennent, du vivant dans son ensemble, de la Terre. 
Ecoutons-la ! 
Entendons-la !
Soutenons-la !
Ne renonçons-pas !
Il n’est peut-être pas trop tard.