Piège de béton

ou quelques réflexions désespérées face à l’aberration qui se déroule sous mes yeux, Nancy Grand Coeur

« L’évolution vers un espace abstrait pourrait bien aboutir à la disparition de notre espèce… On trouve les signes d’un combat possible contre le processus qui menace notre espèce dans un moment où il est devenu vital, pour les sociétés humaines de redécouvrir la réalité des territoires, autrement dit leur double et indissociable appartenance aux monde de la NATURE ET DE LA CULTURE. »  Françoise Choay, 2011

À quelle idée de territoire proposons-nous de retourner ? C’est un ainsi que débute l’essai intitulé la Conscience du lieu d’Alberto Magnaghi. ET c’est la question que je me pose tous les jours quand le jour se lève et que je vois s’élever les blocs de béton de Nancy Grand Coeur ! Auparavant, l’espace était ouvert, l’architecture du lycée Cyfflée se déployait majestueusement dans un espace dégagé !
 On sait que, mais manifestement ceux et celles qui ont décidé cela l’ignorent, les villes, les collines en terrasses, les campagnes travaillées et les forêts cultivées ont des métabolismes qui se transforment au fil des civilisations qui se succèdent, mais en tout cas des métabolismes qui caractérisent les structures vivantes. Ainsi en tant que produit d’une relation entre vivants (l’homme et la nature), le territoire est continuellement nourri et soigné ; sinon il peut tomber gravement malade et même mourir […] !


Nancy est donc un pur produit de la civilisation des machines, de la culture de la domination sur la nature qui a provoqué l’interruption des rapports de convolution avec elle, et par conséquent, l’interruption des soins au territoire, traité de manière réductrice comme une pure extension, un support isotrope et inanimé où placer des objets, des constructions et des machineries. Bien sûr, on peut s’enorgueillir de projets comme Des hommes et des arbres, mais où sont les arbres, et où sont les hommes dans une telle approche de la cité ? Ici, à Nancy, nous modernisons, améliorons cette coutume arrogante, qui ne tient pas compte de l’autre, de la nature, et encore moins du milieu ambiant de l’homme, comme système vivant.
Alors, on décide d’abord d’urbaniser sans règles,  ou celle d’élus à la vision étriquée, aux ordres de « innovation partagée » de Bouygues, sans limites, en suivant les intérêts à court terme de l’économie, de la finance et de la rente foncière, en traitant les dégâts environnementaux causés par cette sauvagerie avec des prothèses technologiques et des mesures d’urgence et on s’aperçoit ensuite que :

  • Les fleuves débordent, les infiltrations d’eau rendent les immeubles même neufs insalubres ;
  • Évidemment, le changement climatique, le rayonnement du béton qui augmente la température ambiante de la ville de plusieurs degrés ;
  • Les réseaux écologiques sont interrompus, fermés, fragmentés ; l’air, l’eau, le sol et les sous-sols sont rendus pollués et stériles ce qui entraine une baisse de la qualité de vie ;
  • Et surtout l’urbanisation par des zones industrielles préfabriquées, des plains-pieds, des supermarchés, des IMMEUBLES À ÉTAGES aboutit à une baisse constante de la qualité architecturale et urbanistique et des paysages toujours plus ravagés, se transformant en des PIÈGES DE BÉTON amenuisant la qualité de la vie urbaine jusqu’à la « mort de la ville » (Françoise Choay, 1994).

Nous devons réagir et avoir soin de nos espaces ! Il n’y a pas de soin technocratique ! Nous devrons « avoir soin » du milieu, et pour cela, cela nécessite le développement de formes de confiance diffuse et de démocratie participative, la reconstruction de savoirs collectifs du soin de la part des habitants, l’autodétermination.

Où est-ce tout cela dans ce Nancy Grand Coeur ? Ouf ! Bouygues affiche que c’est « l’innovation partagée » ! La Métropole bétonne en parlant d’éco-quartier – quelques bassins, quelques arbres maigrichons dans des ilots au coeur du béton !

À l’heure où urbaniser c’est partout ailleurs un moyen de réinventer la ville, d’y penser des espaces ouverts, bannissant le béton, les étages, offrant une place centrale aux humains, à la nature, Nancy ne trouve rien de mieux à faire que bétonner, que construire encore, comme partout dans la ville, des barres d’immeubles ! 

Nous ne sommes plus que des Robinson modernes échoué sur une île au paysage hallucinant de béton au coeur de cette métropole construite non pas dans une logique de réseau, mais toujours une logique de ville centre asséchant les alentours créant ainsi des flots toujours plus denses de véhicules impossibles à absorber, à stocker !

Nous sommes perdus, nous sommes dans le gouffre, dans un Nancy qui a perdu le sens du réel.

Références
La conscience du lieu. Alberto Magnaghi
L’ile de béton. J.G. Ballard