Nowakowskismes 5.13. Paraboles

Fukushima…
300 tonnes d’eau contaminée s’écoulent chaque jour dans l’océan. 
170000 tonnes de déchets radioactifs générés par l’accident sont disséminées dans tout le Japon. 
Depuis 2011, près de 10 millions de personnes sont à la merci d’une exposition quotidienne au rayonnement ionisant. 
Plus de 170000 personnes ont été déplacées. 
On compte officiellement 2267 morts liés directement ou indirectement à l’évacuation qui a suivi la débâcle nucléaire.
Pour tenter de décontaminer les sols gorgés de césium 137, la terre a été décapée. La surface du sol a été raclée sur cinq centimètres par des bulldozers, avant d’être entreposée dans des millions de sacs stockés dans des entrepôts et en plein air. 
Des arbres ont été arrachés, des forêts rasées. 
La population a été prise comme des cobayes dans un monde devenu un laboratoire d’expérimentation à ciel ouvert. Le gouvernement japonais et les autorités nucléaires internationales ont tout fait pour banaliser la situation en relevant le seuil de contamination acceptable de 1 à 20 millisieverts par an (mSv/an), soit un taux quatre fois supérieur à celui de Tchernobyl. Les habitants ont été incités à revenir dans des zones proches de la centrale sur certains territoires. Ce sont les « kikankonnankuiki », ce qui signifie littéralement « zone de retour confus ».
Une autre histoire 
De 1966 à 1996, la France s’est livrée à 193 essais nucléaires dans le Pacifique, sur les atolls de Mururoa et Fangataufa dont 41 essais atmosphériques, autorisés jusqu’en 1974. Le 17 juillet 1974, une bombe de 4 kilotonnes explose à Mururoa, sous le nom de code Centaure. L’essai est un échec du point de vue technique. Le champignon atomique s’élève moins haut que prévu (5 200 mètres au lieu de 8 000 mètres), mais surtout il ne prend pas la direction prévue par les autorités françaises. En effet, alors que les retombées sont prévues pour se faire dans l’océan, les vents changent juste après l’essai et le nuage radioactif se dirige vers Papeete et l’atteint deux jours après. Déjà en 1966, lors de l’essai Aldebaran (et poésie des décombres, tous les essais portent le nom d’une constellation visible de ces iles), les militaires savaient que les retombées allaient sur faire sur les Iles Gambiers, habitées, mais l’essai fut quand même maintenu ! 
Tous ces essais sont équivalents à 800 bombes de Hiroshima. 
Difficile d’ignorer les terribles conséquences environnementales et sanitaires de cette campagne atomique décidée par le Général de Gaulle pour « dans un monde dangereux, nous assurer la paix »! 
Les essais nucléaires français encore une autre « zone de retour confus ». 

Aujourd’hui, après avoir évoqué ces terribles événements, les Nowakowskismes vont explorer l’ambivalence de notre devenir dans une époque non de rupture brutale mais d’effondrement graduel et permanent. Des zones, qu’elles soient « la zone de retour confus » de Fukushima, ou les atolls polynésiens ou toutes les autres, transforment et touchent dans la longue durée les êtres qui les explorent et leurs enfants aussi. Paul Virilio parlait d’« un accident de réalité », par essence évolutif et durable sur des générations. Ce soir, l’accident de réalité, ce sont ces zones, conséquence d’un désastre nucléaire dans une région, ou des destructions conséquences du capitalisme sauvage ou de visiteurs furtifs en route pour un ailleurs. Ce soir, les Nowakowskismes explorent les Zones. 

Commençons avec Anna Lowenhaupt Tsing et son livre intitulé « Le champignon de la fin du monde » avec comme sous-titre « sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme ».  Paru en 2017, il peut commencer à nous éclairer sur les caractéristiques de ces Zones de passage, de ces paysages en transformation au sein d’une apocalypse mutante. Elle écrit qu’« en 1945, quand Hiroshima fut détruite par une bombe atomique, il a été rapporté que la première créature vivante à émerger dans le paysage désolé était un champignon Matsutaké ». Dans ce texte, il y a quelque chose de Philip K. Dick et de Docteur Bloodmoney. On y lit : « La plupart des gens avait peur des champignons, surtout depuis le cataclysme ; ils craignaient surtout des espèces nouvelles, les mutantes car, dans ces cas, les livres ne leur étaient d’aucune utilité […] ». 
Anna Tsing décrit ces communautés de cueilleurs de matsutakés, travailleurs précaires pour beaucoup immigrés d’Asie du Sud-est installés au coeur des forêts dévastées de l’Oregon. Les matsutakés sont des champignons sauvages qui vivent et s’accommodent bien, comme les rats et les cafards, des dégâts environnementaux provoqués par les humains. Dans ces zones dévastées, on y voit aussi des panneaux, des scieries, des squelettes de maisons, des tas de bidons rouillés, des terrains vagues envahis par les broussailles et des pins tordus. Ils ressemblent aux paysages délabrés imaginés pour notre futur par Philip K. Dick ou Octavia Butler. Anna Tsing décrit cette « Zone », les ruines que sont devenues votre maison commune,  cette région, si moche vue du ciel (voir Google Earth), où les trésors sont tellement « terrestres » qu’ils en deviennent extraterrestres. Là, il s’agit de champignons que des gourmets japonais s’arrachent à prix d’or. 
Anne Tsing parle d’une « troisième nature » pour « rendre compte de ce qui réussit à vivre malgré le capitalisme ». Il s’agit alors d’apprendre à vivre dans les ruines, dans la Zone, là où tout idéalisme, tout attachement à des abstractions justifiant le pouvoir de « simplifier » », là où faire fi « de l’art d’observer, mène au désastre ». 
Parce que la Zone, ces zones regorgent de ces objets et de ces êtres incompréhensibles, peut-être porteurs d’une magie toujours incertaine, voire miraculeuse ou diabolique. Comment alors caractériser les êtres qui peuplent cet espace ? Ils sont « des réponses tombées du ciel à des questions que nous ne savons pas encore poser » et nous rappellent qu’il nous faut nous échapper à l’idée que le futur est cette direction particulière qui ouvre le chemin devant nous. Comme dans un champ quantique, de multiples futurs apparaissent et disparaissent du champ des possibles, et quelque chose émerge de cette polyphonie temporelle de la Zone. 

Pause – https://youtu.be/H7I_P2QsTyU

La Zone qui nous intéresse maintenant est peut-être le résultat d’un accident nucléaire. Elle est peut-être aussi  la trace d’extraterrestres, de visiteurs qui sont passés sur Terre et sont repartis, laissant derrière eux plusieurs zones d’atterrissage jonchées de leurs déchets. Un pique-nique, une halte sur le bord de l’autoroute galactique vers leur lieu de villégiature, la Terre comme une aire de repos souillées de leurs déchets à quelques parsecs de leur destination. Ces pique-niqueurs partis, les rats sont arrivés, méfiants mais curieux. Ils se sont approchés des fragments froissés de cellophane, des languettes brillantes de canettes de bière et tentent de ramener quelques petites choses dans leurs terriers. Or, la plupart de ces débris mystérieux sont extrêmement dangereux. Certains s’avèrent utiles mais les scientifiques ne savent jamais s’ils utilisent ces artefacts selon l’usage qui leur était dévolu, ou s’ils emploient des composants électroniques inimaginables comme joujoux ou comme objets de décoration. Ils ne peuvent comprendre les principes de ces artefacts, la science qui se cache derrière eux leur est inaccessible. 
Un ramassage, une cueillette de ces « champignons étranges » puis un marché se développent grâce à ces individus qui pénètrent dans les zones interdites, dans ces forêts dévastées au risque de diverses mutations voire d’une mort horrible, pour prélever un peu de ces objets pour les rapporter et les vendre. 
Ces individus sont des voyageurs, des ramasseurs de champignons, des cueilleurs, des chercheurs incroyablement attentifs au nouveau et dangereux terrain qu’ils découvrent peu à peu. Ils sont à l’écoute des bruissements des herbes et des feuilles, aux aguets des ombres, des signes venant des pierres et des arbres, en éveil face aux frémissements des limaces, des mouches et des moustiques. Sans cesse, leurs sens sont en interaction, en symbiose aux êtres, objets, mouvements et phénomènes vivants ou non, visibles ou invisibles, ils sont des passeurs d’un territoire apocalyptique, né de la fusion du terrestre et de l’extraterrestre, du vivant et des destructions du capitalisme. Sans eux, entrer dans la « Zone » revient à y mourir, Anna Tsing le raconte. Explorateurs de l’inconnu, ils accompagnent les personnes, prêtes comme lui à risquer leur vie, si ce n’est leur âme, dans un espace ouvert à tous les changements. S’orientant doucement, considérant le moindre détail de leur environnement, avançant en prêtant une immense attention à son contexte, ils naviguent avec précaution dans notre Terre d’après ou en cours d’apocalypse au long cours, entre les bois silencieux, les champs d’herbes folles, les portails et poteaux électriques dégingandés, les ruines mangées de plantes, les formes et les fumées bizarres, les ruisseaux labyrinthes, les égouts dévastés et rempli de stalactites, chiens errants, des oiseaux volant au ras des petites collines de sable, des poissons dans un filet d’eau croupissante aux effluves qu’on suppose chimiques, … Ils sont au coeur d’une nature en mutation, sauvage, menaçante, imprévisible qui semble se venger de la modernité scientifique et hyper capitaliste par la grâce d’une altérité radicale. Ces Zones ne peuvent être détruites car « même dans l’hypothèse du miracle, elles restent une partie de la nature, et par conséquent porteuses d’espoir, en un certain sens ». 
Les voyageurs de l’espace qui se sont arrêtés là, s’ils ont remarqué notre existence, ne nous ont pas jugés intéressants, relégués au rang d’insectes, de rats. Aucune communication, or sans communication, il ne peut y avoir de compréhension. Depuis, les Zones ont une incidence sur tout ceux qui ont affaire à elles. La corruption et le crime accompagnent leur exploration, ceux qui les ont fuies sont poursuivis par une catastrophe et les enfants de ces cueilleurs font l’objet de mutations génétiques, au point de sembler à peine humains. Les « Zones » transforment un trou perdu, ville, forêts dévastés, territoires vidés après un cataclysme nucléaire, en « un trou vers l’avenir ». Elles sont un tunnel mortel d’où pourraient sortir des connaissances incroyables à jamais inaccessibles aux gens ordinaires vivant dans ces ruines.

En pleine nuit de l’été 69, un extraterrestre bardé d’une Fender 12 cordes débarque et se met à jouer … ça https://youtu.be/kJSEZeNrKNM

Et cette humanité en errance alors ? 
Ces milliards de victimes de la « redistribution inégalitaire de la vulnérabilité » qui paient le prix fort dudit progrès depuis la nuit des temps ne sont jamais racontées. C’est Octavia Butler qui ouvre des pistes dans ces deux romans, La parabole du semeur et La parabole des talents. Elle y dépeint une zone, un entre-deux mondes qui n’a rien de romantique. 
En effet, entre 2020 et 2030, après une « décennie et demie vouée au chaos » climatique, sanitaire et économique , elle met en scène la constitution d’une communauté de laissés-pour-compte, d’orphelines et d’hommes cassés, d’anciens maraudeurs et de couples condamnés par l’église, de femmes violées et de gamins ayant dévoré des rats ou des cafards dans les souterrains. Des Noirs, des Blancs, des Latinos, des Asiatiques et toute la gamme des métissages envisageables dans les cités désormais ruinées bâtissent ensemble, vaille que vaille, une contre-société. L’heure est au glanage dans les bosquets, les jardins et les champs abandonnés, à la recherche des baies et fruits sauvages, des plantes coriaces pouvant s’acclimater dans les régions désertiques, à la récupération, également, des pots et des outils rongés par la rouille, des poêles, des clous, des chaines, des planches trainant dans les fermes dévastées. Dans ce contexte de l’effondrement vécu, c’est par ces règles que cette communauté de bric et de broc devient politique : « Quiconque se joignait à eux, enfant ou grande personne, se devait d’acquérir ces connaissances élémentaires et d’apprendre un métier. Quiconque se trouvait en possession d’un métier se faisait aussitôt un devoir de transmettre ce savoir-faire à quelqu’un d’autre ». Dès lors qu’elle s’active et se met en phase avec la force collective du groupe, elle participe à la construction d’un monde alternatif, une zone au coeur d’un capitalisme qui a ravagé la planète par l’effondrement et les pires réflexes survivalistes qu’il a induits.
Une particularité étrange et signifiante de cette communauté est qu’elle s’est improvisée autour de Lauren Oya Olamina et une dimension religieuse à la fois hérétique et intersidérale. « Olamina croit en un dieu qui se soucie d’elle comme d’une guigne. En réalité, cette divinité est un processus, un ensemble de processus pour être précis, davantage qu’une simple entité. Il n’a pas conscience de l’existence de la communauté, il n’a conscience de rien. La conscience n’est pas de son ressort ». 
Il est ces Visiteurs qui sont passés, qui ont donné naissance à ces Zones en laissant leurs traces et qui ont ainsi contribué à une évolution biologique, à la théorie du chaos, à la relativité, au principe d’incertitude, à la seconde loi de la thermodynamique. Toute chose est porteuse de changement, mais toute chose n’est pas destinée à changer de toutes les façons. Alors ils forment le rêve d’essaimer l’essence vitale de la planète, en proie à des ouragans de destruction physique et métaphysique, pour faire renaître l’humanité, la vie, la flore et la faune à travers les étoiles. Ils forment alors le projet de partir à bord d’un vaisseau, véritable arche de Noé végétale, emportant dans ses flancs, outre les embryons humains et animaux, un chargement inouï de graines, spécimens, outils, matériel médical, scientifique, et des fichiers informatiques contenant toute la mémoire du monde et, plus lourd encore, le « poids considérable des rêves et des espoirs ». Un avenir se dessine alors par une voie difficile, complexe, nécessitant de traverser la zone, les ruines, les turbulences et les rêves. 
« Je ne suis pas en train de proposer de revenir à l’âge de pierre. Mon projet n’est pas réactionnaire ni même conservateur, mais simplement subversif. Il semble que l’imagination utopique soit piégée […] dans un futur unique où il n’est question que de croissance. Tout ce que j’essaie de faire, c’est d’essayer de faire dérailler la machine ». Ces mots d’Ursula Le Guin rejoignent ceux de la Zone de rêve collectif, un collectif d’auteur-es de science-fiction qui veut nous rappeler que nos avenirs nous appartiennent et qu’il nous faut les imaginer et les rendre contagieux. Restons convaincus que nous avons le pouvoir d’imaginer, d’expérimenter de construire à notre guise et de jouer avec nos avenirs communs et individuels afin de commencer à désincarcérer le futur.

Pour finir, lisons ! 
Le décret n° 2021-269 du 10 mars 2021 relatif au recours à la vidéo intelligente pour mesurer le taux de port de masque dans les transports. Dans les territoires où, pour faire face à l’épidémie de covid-19, une loi ou un décret impose le port d’un masque de protection dans les véhicules ou les espaces accessibles au public et affectés au transport public de voyageurs, les exploitants de services de transport public collectif de voyageurs ainsi que les gestionnaires des espaces affectés à ces services veillent au respect de cette obligation. Pour l’exercice de cette mission, les exploitants et les gestionnaires qui utilisent des systèmes de vidéoprotection autorisés sur le fondement de l’article L. 252-1 du code de la sécurité intérieure peuvent utiliser ce dispositif aux fins :
1° D’évaluation statistique dans le respect des obligations prévues au point 1 ;
2° D’adaptation de leurs actions d’information et de sensibilisation du public.

N’oublions pas que nous avons le pouvoir d’imaginer, d’expérimenter de construire à notre guise et de jouer avec nos avenirs communs et individuels afin de commencer à désincarcérer le futur. 

Son de fin https://youtu.be/GpAUDOI24Oo  

Sources et références https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043235679 https://reporterre.net/Fukushima-nous-a-fait-entrer-dans-l-ere-du-capitalisme-apocalyptique 
Les atolls de l’atome. https://www.telerama.fr/debats-reportages/polynesie-francaise-dans-les-coulisses-dune-enquete-sur-un-lourd-secret-detat-6834313.php 
https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-13-mars-2021 
Stalker, « Pique-nique au bord du chemin » de Akkadi et Trois Strougatski / et le film de Andrei Tarkovski, « Stalker ».
Le champignon de la fin du monde. Anna Lowenhaupt Tsing, 2017
La parabole du Semeur et La parabole des talents, de Octavia Butler. 
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/02/ZANZIBAR/61351 http://zanzimooc.zanzibar.zone 
Ursula Le Guin, « A non-euclidean view of California as a cold place to be », in Dancing at the edge of the world, 1989
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.13-16032021-09/ 

 

Nowakowskismes 5.12. Totalitude

« Si le monde devait crever demain, je planterais un arbre aujourd’hui ». 
Ces mots sont ceux de Donella Meadows. Elle faisait partie des quatre, Donella Meadows, Dennis Meadows, Bill Behrens et Jorgen Randers, qui ont écrit en 1972 le rapport Meadows intitulé « Les Limites à la Croissance ». 
Il y a 50 ans, au MIT, ces quatre étudiants chercheurs sont chargés de réfléchir aux conséquences de la croissance sur la planète. En sortira le rapport Meadows, qui sera vendu à dix millions d’exemplaires. 
Avec enthousiasme, ils vont arpenter le monde pour convaincre les décideurs d’agir lesquels décideront de ne rien faire. 
« Les Limites à la Croissance » est la seule étude prospective ayant annoncé avec force détails, et sans se tromper, la fin des festivité pour l’humanité. L’enjeu est simple, ou bien le monde développé réduisait rapidement son empreinte carbone, ou bien la nature se chargerait de rappeler l’humanité à sa condition.  
Le rapport Meadows est l’histoire d’un rendez-vous manqué parce qu’à sa sortie, les sociétés industrielles occidentales baignent depuis trente ans dans un régime de croissance ininterrompue n’invitant évidemment pas à l’autocritique d’un modèle dévorant la planète et le vivant mais offrant aux populations du monde industrialisé un confort jamais vu dans l’histoire de l’humanité. Même le Club de Rome qui avait pourtant commandité l’étude n’a rien voulu entendre ! 
Des rendez-vous manqués en 1972, puis en 1992, et encore en 2012 et encore plus grave en 2021. En effet, malgré toutes les alertes, tous les signaux, ce rendez-vous est manqué avec la planète, ou plutôt avec ceux qui la dirigent et qui, décennie après décennie, sur l’environnement, écoutent sans entendre, font mine de s’inquiéter puis ne font rien. En France, malgré les promesses faites à la Convention citoyenne pour le climat, la loi climat c’est dire adieu à la taxe sur les billets d’avion et l’interdiction des vols pour les destinations inférieures à 2h30 en train ! C’est dire adieu à la taxation sur les engrais chimiques ! C’est dire adieu à l’arrêt de l’extension des zones commerciales, parce qu’on va continuer à bétonner des terres agricoles pourvu que la superficie reste inférieure à 10000 m2 … et tout le reste. 
Les années ont passé, Donella est morte en 2000. Voyant que que rien ne se passait, que rien n’avait été fait pour ralentir la machine productrice, elle avait repris la plume avec ses compères et le livre avait changé de titre pour devenir « Beyond the limits (Au delà des limites) ». Y furent rajoutés cinq outils indispensables selon eux pour la transition, l’inspiration, l’honnêteté, le travail en réseau, l’apprentissage et l’amour.  Pour finir, ces quelques mots de Dennis Meadows : « N’oubliez jamais qu’il existe deux façons de toucher au bonheur. La première est d’obtenir plus – c’est celle après laquelle notre civilisation a couru à perdre haleine – et la seconde, de vouloir moins ». Je ne sais pas pour vous mais moi c’est la seconde option que je privilégie. 

Aujourd’hui, pour faire suite à ce que nous venons d’évoquer avec le rapport Meadows, nous allons faire un tour dans le secteur de l’énergie, et plus particulièrement chez Total, une des entreprises les plus importantes au monde en termes de capitalisation. Total, fleuron de l’industrie française, présente dans une multitude de pays, toujours à l’affut de terres gorgées de pétrole ou de gaz, ne fait pas grand cas des objectifs des Accords de Paris. Ce soir, nous nous intéressons donc au rapport publié la semaine dernière par Reclaim Finance et Greenpeace, qui détaille les pratiques des grandes entreprises polluantes, et plus particulièrement Total, et de leurs financeurs.

Un nombre croissant d’acteurs financiers français et internationaux s’engagent à atteindre la neutralité carbone et à aligner leurs activités sur l’objectif de 1,5°C ou directement aux objectifs de l’Accord de Paris. 
En tant que cinquième capitalisation du CAC 40, Total figure dans les portefeuilles d’investissement de la majorité des investisseurs français et bénéficie des financements et couvertures d’assurance des grandes banques et sociétés d’assurance françaises. Total est aussi le premier émetteur de gaz à effet de serre du CAC40 et l’un des plus gros émetteurs internationaux. En effet, en 2020, Total a produit 447 unités d’énergies fossiles pour 1 d’énergies renouvelables. Malgré sa volonté de se refaire une identité et une virginité en devenant TotalEnergies, Total continue d’investir massivement dans le développement de nouveaux projets liés aux énergies fossiles, comme par exemple ce projet pétrolier d’EACOP (East African Crude Oil Pipe Line) entre l’Ouganda et la Tanzanie, ou des projets de propositions des énergies fossiles en Arctique.
Rappelons que chez Total, 90% des dépenses d’investissements demeurent toujours orientées vers les énergies fossiles. L’évolution de sa production d’hydrocarbures est manifestement une augmentation de plus de 50% entre 2015 et 2030. En 2030, les émissions de CO2 de Total devraient excéder de 200 Millions de tonnes les émissions maximales autorisées pour s’aligner sur une trajectoire à 1,5°C. 
L’ambition affichée d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 n’est donc que du pipeau.
La manière dont les acteurs financiers français adaptent leur relation à Total dans un contexte d’urgence climatique est un bon indicateur de la sincérité de leurs engagements. Quelles sont les promesses climatiques du groupe, quelle est la manière dont les acteurs financiers ont jusqu’à présent traité un tel poids lourd du secteur énergétique ? Voilà les questions importantes !
Les efforts déployés pour l’atteinte d’objectifs climatiques de long terme peuvent être analysés à travers deux axes structurants et complémentaires des politiques climat adoptées par les acteurs financiers.
Le premier axe suit une approche globale qui couvre l’intégralité des portefeuilles des acteurs financiers et des entreprises qu’ils soutiennent. Ainsi, ces acteurs financiers n’atteindront leurs objectifs climatiques que si les entreprises qu’ils soutiennent alignent leurs activités sur ces mêmes objectifs. Il s’agit donc pour eux, soit d’exclure de leurs soutiens les entreprises non alignées, soit de les pousser à se transformer vite pour s’aligner sur les objectifs. On peut par exemple citer l’initiative de résolution climat déposée en vue de l’assemblée générale de Total en 2020 par 11 actionnaires dont Meeschaert AM, La Banque Postale Asset Management et Crédit Mutuel. Bien qu’elle demandait au premier pollueur français d’adopter des objectifs de décarbonation de ses activités de manière à s’aligner sur les objectifs de l’Accord de Paris, des noms bien connus comme AXA, Amundi (société française de gestion d’actifs qui gèrait fin 2020 1 729 milliards d’euros d’encours classée à la première place des entreprises de gestion d’actifs en Europe), Natixis (établissement financier français créé en 2006, filiale du groupe BPCE, lui-même issu de la fusion des groupes Caisse d’épargne et Banque populaire), et de nombreux autres, ont voté contre.
Le deuxième axe suit une approche sectorielle visant à trouver des solutions immédiates pour les secteurs les plus polluants, lesquels s’avèrent concentrer aussi les plus lourds risques ESG  (pour Environnement, Social et Gouvernance, terme utilisé par les investisseurs, banques et autres organisations de financement lorsqu’ils souhaitent évaluer les risques liés aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance des entreprises de par leur activité et leur engagement) et financiers. Pour une entreprise gazière et pétrolière, cela concerne les hydrocarbures non conventionnels c’est-à-dire la prospection de gaz et de pétrole de schiste, l’exploitation des sables bitumineux et les forages en Arctique et en eaux très profondes. Les principaux acteurs financiers ont déjà adopté des mesures sur certains de ces secteurs, mais celles-ci s’avèrent lacunaires et insuffisantes pour enrayer le développement de ces activités. En réalité, tous continuent de soutenir Total alors qu’elle se développe notamment en Arctique et en eaux très profondes. 
Alors qu’agir sur le premier axe ne pourra produire des impacts qu’au bout de quelques années, viser les secteurs les plus polluants permet de répondre à l’impératif scientifique de baisser tous les ans nos émissions de gaz à effet de serre de 7,6% jusqu’en 2030. Les actions à mener sur les deux axes doivent bien entendu être fondées sur les résultats scientifiques qui montrent la nécessité d’une baisse de 4% la production pétrolière et de 3% la production gazière par an d’ici 2030 afin de tenir l’objectif de 1,5°C. En clair, les acteurs financiers ne pourront atteindre leurs objectifs climatiques de long terme qu’à condition de pousser des entreprises comme Total à ne plus explorer ou ouvrir de nouvelles réserves d’énergies fossiles, a fortiori dans les pétrole et gaz non conventionnels, et à adopter une stratégie globale de décarbonation de l’intégralité de leurs activités.
Malgré son narratif de groupe multi-énergies orientés vers le Gaz Naturel Liquéfié (GNL) et la production d’électricité à partir de renouvelables et de gaz, Total demeure à l’heure actuelle une entreprise pétrolière déterminée à profiter au mieux des dernières réserves de pétrole conventionnel. 
En effet, malgré tout cela, Total est notamment impliqué dans un projet qui a toutes les « chances » de devenir le DAPL de l’Afrique (DAPL pour Dakota Access Pipeline, ou Bakken pipeline) en référence au projet de pipeline de pétrole lourd construit en Amérique du Nord et contesté en raison des lourdes violations des droits des populations autochtones, en plus de des risques induits considérables pour le climat et l’environnement. Cet pipeline sera le plus long oléoduc de brut chauffé, s’étirant sur 1 445 kilomètres entre la raffinerie de Hoima en Ouganda jusqu’au port de Tanga en Tanzanie. Sa construction est indispensable à l’exploitation de nouvelles réserves de pétrole découvertes dans la région des Grands Lacs. Parmi les 1,7 milliards de barils de pétrole récupérables, Total entend en produire environ 200000 par jour à partir de Tilenga situé dans et aux alentours du parc naturel protégé des Murchison Falls. Le pipeline transportera 216000 barils de pétrole brut par jour. Ceci entraînera plus de 33 millions de tonnes d’émissions de CO2 chaque année, une quantité nettement supérieure aux émissions combinées de l’Ouganda et de la Tanzanie. En plus d’alimenter la crise climatique, l’oléoduc permet d’ouvrir des écosystèmes critiques à l’extraction du pétrole, dont le parc national de Murchison Falls, l’un des plus visités d’Ouganda. De plus, ce projet menace de nombreux environnements protégés, forêts, zones humides et mangroves ainsi que les moyens de subsistance des communautés locales. Enfin, en passant par des centaines de villages en Ouganda et Tanzanie, le projet devrait provoquer un déplacement à grande échelle des communautés. Des dizaines de milliers de personnes voient déjà leurs terres accaparées et leurs droits bafoués. Les pressions et intimidations exercées par Total pour faire taire ceux et celles qui oseraient contester ont même suscité l’intervention de plusieurs rapporteurs spéciaux des Nations-Unies et se heurte à une résistance importante de la part des communautés locales et de la société civile internationale. 
Donc, alors que la glace de l’Arctique fond à une vitesse sans précédent, Total est impliqué dans 5 nouveaux projets- dont Arctic LNG – et pourrait en développer 12 autres, ainsi qu’un projet similaire aux Etats-Unis, le Cameron LNG, qui vise à liquéfier du gaz de schiste.
En France, Total a été assigné en justice par les Amis de la Terre, Survie et des organisations ougandaises sur le fondement de la loi sur le devoir de vigilance pour violation de ses obligations légales de prévenir les violations des droits humains et les dommages environnementaux. C’est maintenant au tour des acteurs financiers d’être interpellés sur leur responsabilité. En effet, plusieurs ONG dont BankTrack, AFIEGO, BothENDS, Just Share et Inclusive Development International avec le soutien de Reclaim Finance ont alerté les banques mais aussi les investisseurs de Total sur les multiples risques associés à tous ces projets. A ce jour, aucun acteur financier ne s’est toujours pas exprimé.
Alors que nous devons diminuer la production de pétrole et de gaz de respectivement 4% et 3% par an d’ici 2030, et c’est demain, Total envisage d’augmenter sa production d’hydrocarbures d’ici 2030. Si les nombreux nouveaux projets pétroliers et gaziers aboutissent, ils annihileront toute possibilité de maintenir le réchauffement à 1,5°C. Tout ceci ne sont que des aberrations destructrices alors que notre budget carbone disponible pour contenir le réchauffement à 1,5°C ne nous permet déjà pas d’exploiter l’intégralité des réserves d’énergies fossiles en exploitation.
Alors, comment évaluer le sérieux des engagements des acteurs financiers sur le climat ? Ils doivent répondre à ces questions. Financent-ils et assurent-ils de nouveaux projets de production d’énergies fossiles ? Continuent-ils de financer, assurer et investir dans les entreprises qui les portent comme Total ? Malheureusement, à l’heure actuelle, aucun d’eux,  ne répond par la négative à ces questions. Même les secteurs les plus risqués des pétrole et gaz non conventionnels, sables bitumineux, gaz et pétrole de schiste, étendu sur toute la chaîne de valeur, donc comprenant les pipelines et terminaux de GNL, forage en Arctique et en eaux très profondes, trouvent encore leurs financements. 
Comme toujours, les plus gros acteurs financiers ont affiché adopter de premières mesures d’exclusion sur l’exploitation des sables bitumineux, les forages en Arctique, et l’extraction du pétrole et du gaz de schiste. C’était déjà il y a plusieurs années mais les bonnes intentions affichées à grand renfort de communication demeurent extrêmement lacunaires et tardent même dans certains cas à se concrétiser. Ainsi, le Crédit Agricole et Natixis ont tous deux déclaré, lors de leur assemblée générale de 2020, qu’ils ne financeraient plus les entreprises spécialisées dans la production de gaz et pétrole de schiste. Non seulement cet engagement n’a pas été traduit en politique, mais il ne couvre pas le développement de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié, issu de la fracturation hydraulique, et derrière lesquels se trouve notamment Total.
Alors, et les réponses sont évidente ! Il faut que les banques et les assureurs ne financent plus ou n’assurent plus de nouveaux projets d’énergies fossiles. Il faut que tous les acteurs financiers ne soutiennent plus les entreprises comme Total tant qu’elles n’ont pas renoncé à explorer ou à ouvrir de nouvelles réserves d’énergies fossiles, y compris à travers la construction d’infrastructures de transport. Il faut de plus, et dès maintenant, qu’elles conditionnent leurs soutiens à l’adoption d’un plan de décarbonation des activités aligné avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C. Enfin, il faut que les actionnaires de Total prennent leurs responsabilités lors des prochaines assemblées générales en déposant et en votant massivement des résolutions inscrivant des mesures fortes de transparence et d’engagement ferme à adapter toutes les activités à l’urgence climatique.  

Pour finir, retrouvons Lawrence Ferlinghetti décédé la semaine dernière. En 2004, il nous offrait sa définition d’une poésie pour le XXIème siècle. Dernière figure de la Beat Generation, Lawrence Ferlinghetti était éditeur et libraire, proche de Ginsberg, Kerouac et Burroughs. Il avait fondé en 1953 City Lights Booksellers & Publishers, à San Francisco. Il est mort à la veille de ses 102 ans. 

« La poésie est le cri que l’on pousserait en s’éveillant dans une forêt obscure au milieu du chemin de notre vie.
La poésie est le soleil qui ruisselle à travers les mailles du matin.
La poésie, ce sont des nuits blanches et des bouches de désir.
La poésie est l’argot des anges et des démons.
La poésie est un canapé où s’entassent des chanteurs aveugles qui ont posé leurs cannes blanches.
La poésie est le dérèglement des sens qui produit du sens.
La poésie est la voix de la quatrième personne du singulier.
La poésie ce sont toutes les choses nées avec des ailes et qui chantent.
La poésie est une voix dissidente qui s’insurge contre le gaspillage des mots et la surabondance insensée de l’imprimé.
La poésie est ce qui existe entre les lignes.
La poésie est faite des syllabes des rêves.
La poésie, ce sont des cris lointains, très lointains, sur une plage au soleil couchant.
La poésie est un phare qui fait tourner son mégaphone au-dessus de la mer.
Un poème peut être fait d’ingrédients ménagers courants. Il tient sur une seule page et peut cependant remplir un monde et se loger dans la poche d’un cœur.
La poésie, ce sont des pensées sur l’oreiller après l’amour.
La poésie est un chanteur des rues qui sauve les chats de gouttière de l’amour.
La poésie est le dialogue des statues.
La poésie est le bruit de l’été sous la pluie et la clameur de gens qui rient derrière des volets clos dans une rue étroite.
La poésie est une grande maison résonnant de toutes les voix qui ont jamais dit quelque chose de fou ou de merveilleux.
La poésie est la voix à l’intérieur de la voix de la tortue.
La poésie est un livre de lumière la nuit.
La poésie n’est pas que l’héroïne, les chevaux et Rimbaud. Elle est aussi le murmure des éléphants et les prières impuissantes des passagers aériens qui attachent leur ceinture pour la descente finale.
Tel un bol de roses, un poème n’a pas à être expliqué. »

Sources et références 
Cinquante ans avant la Convention pour le climat :  l’incroyable histoire des quatre chercheurs qui avaient déjà tout prévu https://www.telerama.fr/debats-reportages/cinquante-ans-avant-la-convention-pour-le-climat-lincroyable-histoire-des-quatre-chercheurs-qui-6822606.php 
Rapport publié par Reclaim Finance et Greenpeace https://reclaimfinance.org/site/wp-content/uploads/2021/02/TotalFaitDuSale_LaFinanceComplice-1.pdf https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-26-fevrier-2021 
https://www.monde-diplomatique.fr/1992/07/RAMONET/44576 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.12-01032021-17/ 

Nowakowskismes 5.11. Cube de Misner

Aujourd’hui, les Nowakowskismes sont l’occasion d’une escapade dans un monde imaginaire, mais peut-être pas si imaginaire que cela. À vous de juger ! Vous êtes prêts ? 

Aucun langage humain ne peut exprimer ce qui ressemble à un commencement du temps. Les ténèbres se dissipèrent, le temps recommença pour lui. Il était d’ailleurs incorrect de dire que le temps avait commencé lorsqu’il ouvrit les yeux mais il n’avait pas trouvé mieux. Il ne pourrait certainement jamais s’habituer à ce moment où le monde se remettait à battre, ce réveil du mouvement. 
Il sortit de son lit, et il se dirigea vers la lumière qui ricochait jusqu’à sa chambre depuis la pièce centrale de son appartement. 
Au travers des baies vitrées donnant sur le ciel, le soleil s’illumina lentement, ne révélant au début que sa forme de disque rougeoyant, avant que ses rayons ne balaient progressivement les derniers lambeaux de cette obscurité qui avait enveloppé le monde. Le soleil perdit petit-à-petit ce rouge qui semblait l’obséder et l’habiter même quand il réussissait à quitter la réalité pour ces nuits sans rêve. Un cercle bleu se dessina aux abord de cette source de lumière, et se déploya lentement pour composer le ciel. 
Et sous le ciel émergea un espace vide, il était là au bord, comme surplombant au loin des ensembles d’habitations verticales, percées de multiples fenêtres ouvertes sur des espaces privés inaccessibles. Sous le soleil qui s’éclaircissait, cette forêt d’immeubles se déploya devant lui. Il choisit un disque 33 tours. Il adorait ce contact physique et les passer en revue un à un jusqu’à ce qu’un lui fasse signe. Ce matin là, c’était un vieil album Santana, Abraxas, et il les notes de Samba pa ti emplirent son réveil. 

https://youtu.be/timZoOs9ozo 

Il se prépara un café, et avant de pouvoir se servir, il laissa ses pensées revenir à la surface consciente se demandant quel serait son programme pour la journée. 
Il se servit un café, fit quelques pas et franchit le seuil de l’appartement pour se retrouver à l’air libre, sur sa terrasse qui surplombait cette étrange ville. Buvant son café bien chaud, il laissa son regard parcourir le monde qui l’entourait. 
Comme tous les matins, son voisin en face au loin semblait boire aussi son café, et quand il lui fit signe, l’autre lui répondit du même signe de bras quasi simultanément. C’était leur rituel matinal. Et chaque matin, sa présence lointaine le rassurait et ramenait une sorte de permanence après l’oubli de la nuit. Et l’habitude de se retrouver ainsi avait créé cette familiarité, ce rituel, et surtout cette proximité. 
Il ne devait pas oublier de saluer son autre compagnon qui se trouvait à sa gauche dans l’alignement de sa terrasse. Il fit un signe, l’autre répondit, et tout fut parfait, tout était à sa place, la journée pouvait commencer. 
Il avait un programme chargé. Il était enseignant. Il devait se connecter sur la plateforme d’enseignement en ligne de son université pour pouvoir retrouver ses étudiants et faire cours. Là aussi, c’était un rituel. Démarrer le logiciel, se connecter, ouvrir son micro et sa caméra, et commencer à parler après quelques échanges de bienvenue. C’étaient les modalités qui formaient son quotidien depuis maintenant un temps qu’il avait cessé de mesurer. La question n’était plus là, son agenda partagé se mettait à jour automatiquement et son programme lui apparaissait semestre après semestre, invariablement. Il n’avait qu’à cliquer sur le lien associé au petit rectangle coloré dans son agenda pour se retrouver face un alignement de stèles ou de vignettes, ça dépendait, portant les noms (parfois farfelus, certains étudiants étaient facétieux) de ceux à qui il allait parler pendant quelques heures. Leurs échanges se résumeraient à des interventions écrites dans un espace de conversation et alternant diaporama, réponses aux questions, les heures se passeraient jusqu’au moment de raccrocher, non sans avoir fait quelques petites pauses pour permettre à son corps de se dégourdir et remplir sa tasse d’un thé bien chaud. 
Aujourd’hui les questions étaient bizarres, elles n’étaient pas en relation avec le cours. Les messages précédés des prénoms s’empilaient dans l’espace de discussion, et revenait à intervalle régulier un message de Christelle, demandant : « Monsieur ! Quel est ce monde dans lequel nous vivons ? ». Il remonta dans l’historique des messages. Parmi les échanges en lien avec le cours, les digressions, les petites plaisanteries, des compléments ou des partages, revenait régulièrement ce message. Il interrogea le groupe et personne ne sut que dire, et personne ne savait qui était Christelle. C’était d’ailleurs assez normal vu que, depuis bien longtemps, les cours étant à distance, les étudiants ne se rencontraient plus sur un campus, ne se retrouvaient plus dans une salle. Ils ne connaissaient que les vignettes plus ou moins personnalisées des autres. Il avait lui-même presqu’oublié ces temps. Il avait même du mal à convoquer ses souvenirs pour se rappeler ce que ça faisait de faire cours dans une salle avec des étudiants devant lui. 
Il n’eut pas le temps de creuser l’affaire parce que le groupe suivant l’attendait et la plateforme lui rappelait avec insistance qu’il devait les rejoindre d’urgence. Il cliqua sur le lien, et se retrouva devant ce même alignement de vignettes blanches portant comme des pierres tombales les noms de ceux à qui il allait s’adresser pendant plusieurs heures. Ce groupe-là fut moins actif et il dut aller chercher l’énergie nécessaire au plus profond de lui-même pour finir la séance. La journée se termina par une réunion organisée par l’université et il déconnecta son ordinateur de la plateforme. Il avait un peu faim. Il fallait qu’il sorte pour aller acheter quelque chose à se cuisiner. Le soleil était encore haut dans le ciel, il faisait chaud. Il descendit, et traversa la rue. Il marcha jusqu’au marché central, s’acheta quelques légumes et quelques fruits, et tout-à-coup lui revinrent cette succession de messages identiques. Il n’avait pas envie de rentrer chez lui et décida de pousser un peu plus loin, vers la pépinière. Il marchait perdu dans ses pensées, se questionnant, et tout à coup il s’aperçut qu’il venait d’entrer dans sa rue par le chemin opposé de celui qu’il avait pris pour aller au marché. Il avait beaucoup marché, et du coup, certainement pris dans ses pensées, il n’avait pas vraiment eu conscience du chemin qu’il avait suivi pour se retrouver là, à cet endroit, et dans sa rue. 
Il évacua les questions, remonta dans son appartement et se prépara son repas en écoutant un vieux morceau de Bruce Springsteen, un morceau empli d’une mélancolie profonde qu’il écoutait quand il était au lycée. Ce morceau, c’était The river. 

https://youtu.be/lc6F47Z6PI4 

Il passa la soirée à lire un peu, à écouter de la musique, à regarder les cours du lendemain. Au moment de se coucher, il se remit à penser à ces messages énigmatiques. Il était fatigué, il s’endormit rapidement malgré les questions qui se pressaient dans son esprit. 
Il se réveilla bizarre. Ce n’était pas ce matin qui s’ouvrait comme un premier matin, vierge de la veille. Ces questions étranges, et une sorte d’incompréhension remontant de la veille. Une zone d’ombre inhabituelle. Il prit son café, se rendit sur sa terrasse, le voisin était là, il attendit son geste de bonjour, mais ce n’est que lorsqu’il lui fit signe, que l’autre au loin lui répondit. 
Il avait cours avec le même groupe que la veille. Il avait préparé et il commença à parler quand le premier message après les échanges de bonjours, envoyé par Christelle ne comportait qu’un seul mot : « Cube » ! Il continua son exposé, et comme la veille, le message revint à intervalles réguliers, « Cube » répété sur toute la durée de la séance. 
Il termina son cours. Cette journée-ci était moins remplie que la précédente. Il sortit sur sa terrasse, l’autre était là en face, et l’autre aussi à sa gauche était là. Il ne leur fit pas signe, et eux non plus d’ailleurs ne lui envoyèrent de signe. Il décida de sortir pour se dégourdir les jambes. La marche l’aidait à penser. Elle lui permettait de s’évader de ce quotidien qui, par moment, lui pesait. Il se dirigea vers le parc de La Cure d’air. Il voulait s’élever, voir la ville de plus haut. Ce mot, Cube l’obsédait. Qu’avait-elle voulu lui dire par ce Cube répété sur toute la séance ? D’ailleurs était-ce bien son prénom puisque personne n’avait pu lui donner de renseignements ? 
Il marchait et obsédé par des réflexions l’entrainant dans des références venues de la science-fiction, de ses lectures récentes, des textes qu’il avait écrit et c’est par le quai de la bataille et la rue de Phalsbourg qu’il se rendit compte qu’il s’approchait de chez lui. Il n’avait pas vu le temps passer. Avait-il atteint le parc de la Cure d’air, il ne s’en souvenait plus. Mais, ce qui le surprit c’est de se retrouver sur ce chemin directement opposé de celui qu’il avait pris pour démarrer sa promenade et ce, sans s’en être rendu compte. Il remonta chez lui, dina peu, et accablé d’une lourde fatigue, il se coucha et s’endormit brutalement. Et il rêva. Il rêva un monde, un monde extrêmement simple bien que déroutant, primitif parce finalement réduit à quelques dimensions et sans horizon. Un monde dans lequel avancer et s’approcher d’une de ses extrémités, c’est revenir à son point de départ. Ce monde était en fait un cube, d’un kilomètre de côté, avec un plafond et un plancher, et quatre murs. Et dans ce monde rêvé, chaque mur était en même temps le mur qui lui faisait face, le plafond était en même temps son plancher. Son univers était alors cette pièce à quatre murs dans laquelle même la lumière, lorsqu’elle atteignait une extrémité, revenait à son point de départ donnant ces effets de reflets, un monde dans lequel tout n’est qu’image dupliquée. Son univers était un cube de 1000 mètres de côté, un univers dans lequel chaque mur était en même temps le mur qui lui faisait face, un univers refermé sur lui-même. 
Puis les ténèbres se dissipèrent, le temps recommença pour lui. Il sortit de son lit, et il se dirigea vers la lumière qui ricochait jusqu’à sa chambre depuis la pièce centrale de son appartement. Il se servit un café, fit quelques pas et franchit le seuil de l’appartement pour se retrouver à l’air libre, sur sa terrasse. Buvant un café bien chaud, il laissa son regard parcourir le monde qui l’entourait. Comme tous les matins, son voisin en face au loin semblait boire aussi son café, et quand il lui fit signe, l’autre lui répondit du même signe de bras quasi simultanément. 
C’était leur rituel matinal.

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. 

Où est donc passée l’obligation de rénovation thermique des logements ? Qui a ajouté cette dérogation concernant l’interdiction de nouveaux centres commerciaux ? Pourquoi la redevance sur les engrais azotés est-elle reportée ? Quid du moratoire sur la 5G ou de l’interdiction de la publicité pour la malbouffe et les SUV ? 
Sept mois et demi après leur rendu, le 21 juin 2020, les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat sont arrivées, le 10 février,« comme convenu », à la table du conseil des ministres, sous la forme d’un projet de loi. La date est, semble-t-il, la seule chose qui ait été à peu près respectée – et encore, non sans un certain retard. 
Avion, automobile, agro-business, publicitaires… Le rouleau compresseur des lobbys a réussi à vider de toute sa substance le projet de loi censé donner suite à la Convention Citoyenne pour le Climat. Accès privilégié aux décideurs, études biaisées, marketing vert, guerre des mots dans les médias et mobilisation de complices au cœur même de l’État… voici une partie de l’arsenal déployé par les industriels pour se débarrasser des propositions des « citoyens ».
L’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre « d’au moins 40 % d’ici 2030 »  restera-t-il atteignable, dans ces conditions ? 
De l’aveu même de l’exécutif, seulement la moitié voire les deux tiers « du chemin », seulement, seraient « sécurisés ». « Sécurisé » encore un bel exemple de cette novlangue ! Mais, si on prend le temps d’analyser le document officiel, on en est très loin. En fait, en l’état, le projet de loi ne parviendrait à économiser au maximum que 13 Millions de tonnes de CO2/an, soit 12 % de l’objectif total. Nous ne sommes pas les seuls à faire ce constat. Dans son avis rendu fin janvier, le CESE considère que dire que ce texte « s’inscrit dans la stratégie nationale bas-carbone » n’est rien d’autre qu’un « abus de langage » !
Mais alors, que s’est-il passé entre l’affirmation que les travaux de la convention seraient repris « sans filtre » et transmis tels quels au Parlement pour intégrer le circuit législatif traditionnel, ou soumis directement à référendum des secteurs économiques ?  
Comme toujours, la réponse est simple. Les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique, de l’agriculture industrielle, de la publicité, des grandes surfaces, et bien d’autres qui sont habitués depuis toujours à pouvoir se contenter de vagues promesses vertes, se sont vus tout à coup sommés par de simples citoyens, vous vous rendez compte, de changer réellement leurs pratiques. Inconcevable pour ces représentants industriels, alors qu’ont-ils faits ? Ce qu’ils savent aussi très bien faire, le lobbying ! Ils se sont alors lancés à l’assaut de la future loi pour la vider de sa substance. Ils se sont appuyés sur une solide machine d’influence, mobilisée pour démolir les propositions citoyennes. Cette machine est d’autant plus efficace qu’elle agit à plusieurs niveaux. De plus c’est en bandes organisées que les industriels défendent leurs propres intérêts. En plus de leurs propres équipes d’ « affaires publiques », ils décuplent leur force de frappe grâce aux fédérations ou associations professionnelles sectorielles rompues à la défense de leurs intérêts collectifs. Mieux encore, et pour s’assurer une légitimité plus « populaire », elles s’allient les services d’associations (ça s’appelle de l’« astroturfing »). Le paysage ne serait pas complet sans les think tanks qui assurent  la caution « expertise » et plus discrètement les cabinets de lobbying, missionnés par les entreprises pour défendre leurs intérêts. Ces Think Tanks, pour une bonne partie financés par les grandes entreprises qui siègent également à leur conseil d’administration, sont des messagers largement invités dans les médias. 
Enfin, aux armées de lobbyistes, de communicants, d’experts et d’influenceurs, les meilleurs alliés se trouvent souvent au sein même de l’appareil d’État. La Convention citoyenne a été conçue pour sortir de l’entre-soi des industriels et de l’administration. Mais on est très vite revenu aux vieilles habitudes puisque, dès septembre 2020, une multitude de réunions dites de « concertation » ont été organisées sous l’égide du ministère de la Transition écologique. L’objectif ? Officiellement, rediscuter thématique par thématique des propositions citoyennes. Officieusement, faire voler en éclats la promesse du « sans-filtre » et ouvrir grand la porte aux intérêts privés. 
Se vouloir le champion du climat et en même temps asséner de l’amish ou de la lampe à huile comme seul horizon au débat sur les questions centrales de notre présent, se vouloir champion du climat et ne donner crédit qu’à la compétitivité, se vouloir le champion de la démocratie et oublier que les citoyens ont des choses à dire, tout cela ne montre qu’au lieu d’être grand, c’est juste ne pas être capable d’être grand ! 

Sources et références 
http://n-dimensional.de/cubes/
Comment les lobbys industriels ont saboté les réformes voulues par les citoyens de la Convention climat https://www.bastamag.net/Convention-citoyenne-pour-le-climat-150-propositions-loi-lobbys-industriels-Emmanuel-Macron 
Le projet de loi réduit à néant les propositions de la Convention citoyenne pour le climat https://reporterre.net/Le-projet-de-loi-reduit-a-neant-les-propositions-de-la-Convention-citoyenne-pour-le 
OpenLux : au Luxembourg, une économie artificielle dopée par les sociétés offshore https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/02/08/openlux-au-luxembourg-une-economie-artificielle-dopee-par-les-societes-offshore_6069136_4355770.html 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.11-15022021-15/ 

Nowakowskismes 5.10. Et pourtant, il a dévié !

« Il ne se déplaçait pas sur une trajectoire habituelle aux astéroïdes, selon une ellipse qu’il réemprunterait au bout de quelques années avec la précision d’un mécanisme d’horlogerie. C’était un objet solitaire errant entre les étoiles, rendant sa première et dernière visite au système solaire, car sa célérité était telle que jamais le champ gravitationnel du soleil ne pourrait le capturer. » Ces lignes sont extraites du livre « Rendez-vous avec Rama » d’Arthur C. Clarke. Cet astéroïde est baptisé Rama en l’honneur d’un dieu du panthéon hindou. L’objet se révèle en fait être un artefact d’une civilisation technologiquement très avancée !
Revenons ce soir sur cet objet étrange provenant de l’extérieur du système solaire, repéré le 19 octobre 2017 par le télescope de l’observatoire Pan-Starrs à Hawai alors qu’il fonçait vers les confins de notre système solaire. Baptisé « Oumuamua » qui signifie « éclaireur » en hawaïen, sa forme allongée intrigue. Il ne ressemble à aucun des astéroïdes du Système solaire et, pour le moment, les astrophysiciens ne peuvent pas expliquer sa forme. Trop petit pour être le vaisseau Rama, du roman d’Arthur Clarke, ne pourrait-il pas être tout de même une sonde interstellaire de passage dans notre Système solaire ? 
Pourquoi ces nouvelles questions ? Parce que Avi Loeb, le directeur du département d’astronomie de Harvard pose sur la table des faits qui interrogent. 
En fait, aucune donnée enregistrée à propos de Oumuamua ne colle avec l’hypothèse d’un objet naturel. Il ne peut être une comète parce qu’une comète qui arriverait des confins de notre système verrait la glace qui la recouvre s’évaporer à mesure qu’elle approche du Soleil et former la queue bien connue des comètes. Or, surprise ! Aucun échappement de gaz, ni de queue ! 
Autre fait étrange. Cet objet est au moins dix fois plus lumineux qu’une comète ou un astéroïde de taille comparable. Sa luminosité varie d’un facteur dix toutes les huit heures, intervalle qui peut correspondre à une période de rotation sur lui-même. Et toujours dans les faits surprenants, Oumuamua ressemble à un pancake étiré et extraordinairement plat, et donc n’est en rien comparable aux formes des comètes et astéroïdes habituellement observées. Enfin, l’observation de la trajectoire de Oumuamua a montré qu’il avait subi une poussée et un changement de trajectoire inattendus. Or, ce changement de trajectoire est incompatible avec la première loi de Newton à laquelle il est soumis. Cette loi qui s’énonce ainsi – « tout corps persévère dans l’état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelque force n’agisse sur lui et ne le contraigne à changer d’état » – permet de prédire la trajectoire de tout objet lorsqu’il passe à proximité du Soleil or Oumuamua ne s’est pas comporté comme prévu, une force l’a fait dévier de sa trajectoire. 
Pour Avi Loeb, la seule explication est que cette poussée a été provoquée par la lumière du Soleil rebondissant sur une voile solaire. Parce qu’avant de croiser notre système solaire, Oumuamua paraissait comme à l’arrêt par rapport aux déplacements des étoiles environnantes. Lorsqu’il a rencontré notre système solaire, il est passé d’une immobilité relative à un mouvement de fuite. Ce serait donc un objet conçu pour se trouver au repos dans le « référentiel local » de notre galaxie, et qu’il pourrait être une sorte de balise, une station relais posée là pour transmettre des informations, un panneau de signalisation que notre système serait venu frôlé. Oumuamua pourrait être une trace d’une civilisation ancienne, ou un système d’observation qui, après avoir vu ce que nous avions fait de la seule planète sur laquelle s’est développée la vie, s’est empressé de s’éloigner. 

Alors qu’est-ce qui a fait s’éloigner Oumuamua ? Parce qu’en plus, s’il était un objet naturel perdu dans l’espace, nous n’aurions jamais dû le croiser. En effet, les chances qu’un corps en provenance d’un autre système traverse notre système solaire sont infimes. Parce que l’univers est si grand qu’il faudrait, pour qu’une telle rencontre ait lieu, environ 100 millions de fois plus d’Oumuamua dans le cosmos que l’estimation qu’y a été calculée. 
Ce soir, nous allons simplement faire l’inventaire de ce que nous avons fait de cette bulle de vie perdue dans les immensités de l’univers et qui a simplement que Oumuamua passe son chemin.  Avec Donna Haraway. « Pour renouer avec le vivant, il faut (…) entendre des idées d’eau, des phrases de bêtes, des pensées d’arbres et de forêts » !

En 2020, la masse anthropogénique, qui a récemment doublé tous les 20 ans environ, dépassera toute la biomasse vivante mondiale. La masse de l’ensemble des objets solides inanimés fabriqués par l’homme est désormais supérieure à celle du vivant. 
75 % du milieu terrestre est sévèrement dégradé par les activités humaines (pour le milieu marin, c’est 66 %). Depuis 1980, les quantités de ressources renouvelables et non renouvelables extraites dans le monde chaque année sont en hausse de près de 100 %. Dans le même temps, on constate aussi une augmentation de 15 % de la consommation mondiale de matériaux par habitant.  
En 2000, 87% des zones humides présentes au 18e siècle ont disparu. La disparition de ces zones humides est trois fois plus rapide, en pourcentage, que la disparition des forêts. Le taux actuel d’extinction des espèces dans le monde est supérieur à la moyenne des 10 derniers millions d’années, et ce taux s’accélère. On estime à 1 million les espèces menacées d’extinction, et de nombreuses surviendront au cours des prochaines décennies. 9 % (soit > 500 000) des espèces terrestres mondiales (5,9 millions en total) ont un habitat insuffisant pour leur survie à long terme. Plus de 40 % des espèces d’amphibiens sont menacées d’extinction. 33 % des récifs coralliens, des requins et des espèces proches, et plus de 33 % des mammifères marins sont également menacés d’extinction. En fait, 25 % des vertébrés terrestres, d’eau douce et marins, des invertébrés et des plantes sont menacées d’extinction. Au moins 680 espèces de vertébrés ont disparu à cause de l’action de l’homme depuis le 14ème siècle. 10 % d’espèces d’insectes sont menacées d’extinction.
Depuis 1900, on observe une diminution de plus de 20 % de l’abondance moyenne des espèces autochtones dans la plupart des grands biomes terrestres.
En 2016, 10 % (soit +/- 560) des races de mammifères domestiques ont disparu, et 1000 de plus sont menacées d’extinction. Toujours en 2016, 3,5 % des races domestiquées d’oiseaux ont disparu. Depuis 1970, on assiste à une augmentation de 70 %  du nombre d’espèces exotiques envahissantes dans les 21 pays ayant des dossiers détaillés. 
30 % de réduction de l’intégrité de l’habitat terrestre mondial est causée par la perte et la détérioration de l’habitat. 47 % des mammifères terrestres non volants et 23 % des oiseaux menacés ont vu leur répartition affectée par l’impact du changement climatique.
Entre 1989 et 2016, une étude conduite sur 63 zones protégées d’Allemagne, a montré un déclin de 75 % de la biomasse d’insectes volants. 
Entre 2007 et 2018, une autre étude conduite sur 150 prairies allemandes, indique une chute de 78 % de l’abondance des arthropodes (nombre d’individus capturés) et une baisse de 67 % de leur biomasse.
Depuis 1970, on observe une augmentation de 300% de la production des cultures vivrières. 23 % des terres connaissent une réduction de leur productivité en raison de la dégradation des sols. Plus de 75 % des types de cultures vivrières mondiales dépendent de la pollinisation par les animaux. On estime que 235 à 577 milliards de $ par an de la production agricole mondiale est en péril en raison de la disparition des pollinisateurs. 
60% des émissions mondiales dues aux combustibles fossiles des émissions annuelles de CO2 sont retenues dans les écosystèmes marins et terrestres.
De 1980 à 2000, on assiste à une expansion agricole de 100 millions d’hectares dans les régions tropicales. Ceci est principalement due à l’élevage du bétail en Amérique latine (+/- 42 millions d’hectares), et aux plantations en Asie du Sud-Est (+/- 7,5 millions d’hectares, dont 80 % de palmiers à huile). La moitié de cette expansion s’est faite au détriment de forêts tropicales intactes. 
Entre 1992 et 2015, 3 % d’augmentation de la transformation des terres destinées à l’agriculture s’est fait au détriment des forêts. Plus de 33 % de la surface terrestre du monde (et +/- 75 % des ressources en eau douce) sont consacrées à la culture ou à l’élevage. 
12 % des terres émergées non couvertes par les glaces sont utilisées dans le monde pour la production agricole. 
25 % des terres émergées non couvertes par les glaces sont utilisées pour le pâturage (dont +/- 70 % des terres arides). 
Environ, 25 % des émissions de gaz à effet de serre sont causées par le défrichement, la production agricole et la fertilisation. La production de nourriture d’origine animale contribue à 75 % de ce chiffre. 
68 % des capitaux étrangers allant aux secteurs du soja et de viande bovine (principale transformation de l’Amazonie) transitent par des paradis fiscaux. 
En 2015, le soutien financier fourni par les pays de l’OCDE s’élève à 100 milliards de dollars US et concerne principalement un type d’agriculture potentiellement nocif pour l’environnement. 
Environ 11 % de la population mondiale est sous-alimentée. 
En 2015, 33 % des stocks de poissons marins étaient exploités à un niveau biologiquement non durable, 60 % étaient exploités au maximum et 7% étaient sous-exploités. Plus de 55 % de la zone océanique est exploitée par la pêche industrielle. D’ici la fin du siècle, on estime une diminution de 3 à 10 % de la production primaire nette des océans due au changement climatique. D’ici la fin du siècle, on prévoit une diminution de 3 à 25 % de la biomasse de poissons.  
Depuis les années 1870, environ 50 % de couverture des récifs coralliens a disparu. Sur la période allant de 1970 à 2000, on assiste à une diminution de plus de 10 % par décennie de l’étendue des herbiers marins. On estime que 100 à 300 millions d’habitants de zones côtières subiront des risques accrus en raison de la disparition de la protection des habitats côtiers. 
Il ne reste que 68 % de superficie forestière mondiale actuelle par rapport à celle estimée à l’époque préindustrielle. De 1990 à 2015, plus de 75 % de l’étendue naturelle des forêts de mangrove et 6 % (+/- 290 millions d’hectares) de couverture forestière autochtone ont disparu en raison du déboisement et de la coupe de bois. 
Depuis 1970, on a augmenté de 45%  la production de bois brut (4 milliards de mètres cubes en 2017). 50 % d’expansion agricole a eu lieu au détriment des forêts.
Ce sont 345 milliards de dollars de subventions mondiales qui ont été données pour les combustibles fossiles ce qui entraîne des coûts globaux de 5 000 milliards de dollars incluant les effets de détérioration de la nature. Le charbon représente 52 % des subventions après impôts, le pétrole environ 33 % et le gaz naturel environ 10 %. 
Moins de 1 % de la superficie totale des terres sont utilisées pour l’exploitation minière, mais pour des effets négatifs importants sur la biodiversité, les émissions, la qualité de l’eau et la santé humaine. Environ 17 000 sites miniers sont des sites de grandes dimensions (dans 171 pays) principalement gérés par 616 sociétés internationales. 
Environ 6500 installations d’extraction de pétrole et de gaz se trouvent en mer. 
25 millions de km de nouvelles routes goudronnées sont prévus d’ici 2050. 90 % se trouvent dans les pays les moins avancés et les pays en voie de développement à revenu faible et intermédiaire. 
La population humaine a augmenté de 105 % depuis 1970. Nous sommes passés de 3,7 à 7,6 milliards. 
Le PIB par habitant dans les pays à revenu élevé est 50 fois plus élevé que celui des pays à faibles revenus. 40 % de la population mondiale n’a pas accès à de l’eau potable propre et salubre. Environ 821 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire en Asie et en Afrique. 80 % des eaux usées mondiales sont rejetées dans l’environnement sans avoir été traitées. 300 à 400 millions de tonnes de métaux lourds, solvants, boues toxiques et autres déchets provenant d’installations industrielles sont déversés annuellement dans les eaux du monde. 
5% des espèces seront en voie d’extinction si les températures augmentent de 2° C et 16% si le réchauffement climatique atteint les 4,3° C
Même avec un réchauffement de la planète de 1,5 à 2 degrés, la majorité des aires de répartition des espèces terrestres devrait se contracter de manière importante. 
Au moins 500 milliards de masques chirurgicaux ont été produits en 2020, une grande partie se retrouve dans la nature… pour au moins 400 ans ! (https://nowakowski.hypotheses.org/1149)

Pour finir, quelques dernières informations. Il n’a fallu que neuf mois en 2020 aux 1 000 personnes les plus riches pour retrouver leur niveau de fortune d’avant-crise, alors que, après le choc de 2008, cinq ans avaient été nécessaires à la même opération. Entre le 18 mars et le 31 décembre, leur fortune cumulée a augmenté de 3 900 milliards de dollars, soit près de deux fois le PIB français. Les seules 10 personnes les plus riches du monde ont vu, sur la même période, leur fortune (calculée sur la base des valeurs de leur patrimoine financier, essentiellement) croître de 540 milliards de dollars. À l’inverse, l’économie mondiale a connu une des plus graves crises de son histoire avec une chute du PIB mondial supérieur à 5 %, ce qui a entraîné un appauvrissement d’une grande partie de la population. Les estimations récentes estiment que le nombre de personnes tombées en 2020 sous le seuil officiel de pauvreté, soit 5,50 dollars par jour, est compris entre 200 et 500 millions. Plus inquiétant encore, il est probable que, pour la première fois, les inégalités s’accroissent partout, et cela durablement. 
Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du « réel » et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves ? Et pourtant il a dévié ! 

Sources et références 
Extraterrestre. Le premier signe d’une vie intelligente. Avi Loeb. Seuil 2021
https://extinctionrebellion.fr/blog/2019/11/17/elements-cles-ecosysteme-et-biodiversite.html 
https://theconversation.com/sur-terre-la-masse-de-lartificiel-egale-desormais-la-masse-du-vivant-153352 
https://www.franceinter.fr/emissions/camille-passe-au-vert/camille-passe-au-vert-25-janvier-2021 
https://www.oxfamfrance.org/rapports/le-virus-des-inegalites/ https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/30/l-academie-des-sciences-et-le-sombre-destin-des-insectes_6068164_3232.html 
Nowakowskismes 4.23. « Poétique du chaos, part 4 – 400 ans… » https://nowakowski.hypotheses.org/1149 
Nowakowskismes 4.2 – Vertiges – Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du «réel» et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves ? https://nowakowski.hypotheses.org/243 
Rendez-vous avec Rama, Arthur C. Clarke, J’ai Lu, 1975
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.10-02022021-16/ 

Nowakowskismes 5.9 – 2021 = 43*47

« Le progrès, ce n’est pas de faire éclore des routes dans des paysages déjà merveilleux, mais de faire éclore la réceptivité dans des cerveaux humains qui ne le sont pas encore ». Voilà ce que disait le forestier Aldo Léopold dans les années 1940. Une écologie pleinement politique ne peut se contenter d’avoir des partis, des programmes et des experts. Elle doit d’abord « élargir simplement les frontières de la communauté de manière à y inclure le sol, l’eau, les plantes, et les animaux ou, collectivement la Terre ». On a également oublié que la Terre a deux noms. En grec classique, ces deux noms correspondent à deux réalités distinctes, voire opposées : ge (ou gaia) et chthon. Chton est la face extérieure du monde souterrain, la terre de la surface vers le bas, Ge est la terre de la surface vers le haut, la face que la terre tourne vers le ciel. Dans la modernité, les hommes ont oublié et supprimé leur relation avec la sphère chthonienne, ils n’habitent plus Chthon, mais seulement Gaia. Plus ils éloignent la sphère de la mort de leur vie, plus leur existence devient invivable ; plus ils perdent toute familiarité avec les profondeurs de la Chthonie, réduite comme toute chose à un objet d’exploitation, plus l’aimable surface de Gaia est progressivement empoisonnée et détruite. 
L’écologie ne peut pas être réduite à devoir réconcilier société et environnement, elle doit être extension de la socialisation jusqu’à intégrer les autres qu’humains dans une Terre bi-nommée. Pour cela, nous avons besoin d’une authentique culture du vivant qui « fasse passer l’homo sapiens du rôle de conquérant de la communauté-terre à celui de membre et citoyen parmi d’autres de cette communauté. Elle implique le respect des autres membres, et aussi le respect de la communauté en tant que telle ». Alors avec John Fitzgerald Kennedy, juste quelques mots : « Le changement est la loi de la vie. Et ceux dont le regard est tourné vers le passé et le présent sont certains de rater l’avenir ».

Ce soir, à nous qui passons nos journées devant ce qui ressemble à s’y méprendre à des stèles mortuaires s’affichant rangées en lignes et en colonnes sur les sessions Zoom ou Teams,  portant inscrites en caractères blancs sur fond noir, l’inscription quasi in memoriam, de noms improbables, d’identifiants, d’initiales parfois agrémentés d’une photo ou d’un avatar, je vous propose d’associer culture de la lutte et la culture du vivant, de sortir rejoindre les rangs des  plus de 100000 citoyens qui donnent du temps pour veiller sur nos écosystèmes et surtout, de rejoindre ceux et celles qui oeuvrent pour que nos libertés ne soient pas oubliées, en changeant la loi, en lançant l’alerte, en étant élu, en faisant campagne, en ralentissant la machine, en bloquant et bien pire s’il le faut. Choisissons mais avant partageons ce que nous savons. 

A moins de contenir les émissions de CO2, une large partie de la planète risque de devenir inhabitable. C’est ce que craint le climatologue belge Jean-Pascal van Ypersele, professeur à l’Université catholique de Louvain et ancien vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Il craint vraiment que le dérèglement climatique ne rende inhabitable une part de plus en plus grande de la planète, à moins de contenir les émissions de gaz à effet de serre.
Or, l’Organisation météorologique mondiale vient de classer 2020 comme l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. C’est encore plus inquiétant parce que 2020 a été marquée par un fort La Niña, un refroidissement du Pacifique équatorial qui diminue la température globale de la planète. Si un El Niño avait eu lieu comme en 2016 – le phénomène inverse – le réchauffement aurait été pire encore. Les conséquences de ce réchauffement sont des événements climatiques extrêmes qui se multiplient. L’Arctique est écrasé par la chaleur, les calottes glaciaires fondent, de même que les glaciers de montagne, qui sont souvent des réservoirs d’eau. L’érosion des côtes se poursuit sous l’effet de l’élévation du niveau des mers, les inondations s’aggravent, facilitées par l’intensification des pluies. Ailleurs, ce sont des sécheresses, qui se cumulent parfois aux inondations, comme on peut le voir au Sahel.
L’humanité est au bord du précipice climatique. Cette crise aura des conséquences pour l’humanité et pour les écosystèmes bien plus graves que celles du Covid-19. Et à l’heure actuelle, rien n’ai fait pour que cela traité avec l’urgence que cela mérite.
Or le dérèglement climatique ne se traduit pas seulement par une hausse de la température. On assiste aussi à une hausse de l’humidité sous l’effet notamment de l’évaporation des océans. Cette combinaison met les organismes vivants à rude épreuve. En effet, notre transpiration, qui nous permet de nous réguler, a alors beaucoup plus de mal à s’évaporer. Ainsi, si l’humidité est de 55 %, une température de 45 °C peut être mortelle en quelques heures pour les humains en bonne santé. Avec 70 % d’humidité, une température de 35 °C est déjà considérée comme extrêmement dangereuse. Dans les bassins du Gange et de l’Indus, où vit un cinquième de la population mondiale, 15 % des habitants connaissent aujourd’hui régulièrement ces conditions de vie dangereuses. Cette proportion augmenterait à 75 % d’ici la fin du siècle dans un scénario d’émissions très élevées.
Dans ces conditions, le travail et la vie dehors vont devenir impossibles dans des régions de plus en plus vastes et une part de plus en plus grande de la planète sera inhabitable. Les animaux et les végétaux souffriront aussi énormément, ce qui affectera encore plus la production agricole. Si nous ne donnons pas les moyens d’arrêter cette machine infernale, des centaines de millions de gens devront fuir leurs terres pour survivre. Les plus vulnérables, souvent les plus pauvres, seront les plus touchés mais les autres ne seront pas indéfiniment à l’abri.
A la fin du siècle, dans un scénario d’inaction contre le dérèglement climatique, près des deux tiers de la population européenne pourraient être affectés chaque année par des événements climatiques extrêmes, contre 5 % sur la période de référence 1981-2010. Le nombre moyen de décès annuels dus à des extrêmes climatiques en Europe pourrait passer de 3 000 aujourd’hui à environ 100 000 au milieu du siècle et 150 000 vers 2100. Cette terrible augmentation sera principalement due à ces vagues de chaleur.
Mais ne faisons pas comme si nous ne savions pas depuis des décennies. 
Dès 1979, le rapport Charney, commandé par la Maison Blanche à l’Académie nationale des sciences américaine, prrévoyait un réchauffement de 1,5 à 4,5 °C pour un doublement de la concentration en CO2 dans l’atmosphère par rapport à l’ère préindustrielle. Or cette concentration est déjà passée de 280 ppm (parties par million) avant la révolution industrielle à 410 ppm aujourd’hui.
En 1990, le premier rapport du GIEC sonnait également l’alerte. Il parlait d’un réchauffement moyen de 0,2 °C par décennie, réchauffement qu’on a effectivement observé au cours des trois dernières décennies. Il évoquait également une élévation du niveau des mers de 20 cm à 110 cm de 1990 à 2100, or le dernier rapport sur les océans, publié en 2019, a largement confirmé ces chiffres. En revanche, les calottes glaciaires fondent plus vite que ce que l’on prévoyait, et cela rend encore plus probable une forte élévation du niveau de la mer.
Dans tout cela, il subsiste deux sources d’incertitudes. La première réside dans la microphysique des nuages, qui n’est pas très bien connue et qui est très difficile à représenter dans des modèles globaux du climat dont la résolution spatiale n’est pas encore assez fine. Mais, au-delà de la physique, l’incertitude dépend essentiellement de la volonté humaine, des décisions politiques, des priorités d’investissements et des choix technologiques. 
Aujourd’hui, personne ne peut prédire sur quelle trajectoire d’émissions on va se trouver à la fin du siècle. La baisse inédite des émissions de CO2 en 2020 (7 %) pour cause de pandémie de Covid, n’aura qu’un impact marginal sur le réchauffement. 
La question importante est : combien de temps faudrait-il diminuer les rejets carbonés avant que cela se répercute sur la température ? Pour cela, Il faudrait d’abord réussir à stabiliser la concentration en CO2 dans l’atmosphère, qui ne cesse d’augmenter depuis la révolution industrielle. Pour cela, il ne faudrait pas émettre davantage de gaz à effet de serre que les puits naturels (forêts, sols, océans, etc.) peuvent en absorber.
Or, actuellement, nous émettons autour de 40 milliards de tonnes de CO2 chaque année, et les systèmes naturels en absorbent 20 milliards. Il serait facile de penser qu’il y aurait une possibilité d’arrêter la hausse de la concentration en divisant par deux les émissions, ce qui prendrait dix ans à raison d’une baisse d’environ 7 % par an. Mais, malheureusement, ce serait insuffisant, car la capacité des puits va diminuer à mesure que l’on baissera les émissions.
Donc, en plus de sortir complètement des énergies fossiles, il faut aussi arrêter la déforestation, replanter là où on peut le faire sans affecter la biodiversité, et réduire fortement les émissions des autres gaz à effet de serre, notamment le méthane. Même si on arrêtait brutalement toutes les émissions d’origine humaine, il faudrait attendre la fin du siècle pour commencer à observer une température inférieure à celle d’aujourd’hui, à cause de l’inertie du système climatique et de l’effet des émissions passées.
Alors l’autre question que nous pouvons nous poser est la suivante. Alors que la température a été supérieure de 1,2 °C en 2020 par rapport à l’époque préindustrielle, peut-o encore envisager de maintenir le réchauffement à 1,5 °C comme prévu dans l’accord de Paris ?
L’accord de Paris vise à limiter le réchauffement bien en dessous de 2 °C et si possible à 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Cet objectif est un objectif absolu et pas un objectif pour 2100. Donc, même si nous franchissons ces 1,5 °C dans vingt ou trente ans, ce qui est une forte possibilité, cela a toujours du sens de viser cet objectif car on pourrait toujours revenir sous ce seuil plus tard. D’un point de vue géophysique, il est possible de rester en dessous de 1,5 °C. Et comme l’a montré le rapport du GIEC de 2018, en dessous de 1,5 °C, les impacts sont bien moins grands que pour 2 °C. Il est certainement encore possible d’éviter un réchauffement aux impacts insupportables pour la majorité de la population. La principale réponse réside dans la décarbonation des économies, sortir du charbon, arrêter le déboisement, manger moins de viande, réduire notre consommation d’énergie, développer massivement les énergies renouvelables, réorienter les flux financiers. Essayons de croire encore un peu à l’inventivité humaine et en notre capacité de mobilisation face au pire. 

Trois décrets modifiant le Code de la sécurité intérieure sur le traitement des données personnelles ont été publiés le 2 décembre 2020, et sont déjà entrés en application depuis le 5 décembre. Officiellement, il s’agit de renforcer le contrôle sur le risque d’atteinte « à la sureté de l’État ». La réalité est qu’un pas supplémentaire vient d’être franchi dans la dérive liberticide. En fait, la police voit ses pouvoirs ainsi étendus et ce qui se passe c’est que le gouvernement est en train de transformer chaque Français en suspect.
Ces décrets sont une confirmation de la dérive sécuritaire que connaît le gouvernement. Successivement, on a vu arriver un nouveau « schéma national du maintien de l’ordre », publié par le ministère de l’Intérieur, qui visait à limiter les manifestations, à les contrôler, à les sanctionner beaucoup plus facilement. Puis, ce fut le tour du livre blanc du ministère de l’Intérieur sur les fantasmes de sécurisation et de surveillance. Enfin, ce sont les débats sur la proposition de loi dite sur la « Sécurité globale », sur la vidéosurveillance et sur l’impossibilité de filmer la police. Et là, pour compléter le tout, ce sont ces trois nouveaux décrets qui étendent considérablement les possibilités de fichage des personnes vivant en France, et particulièrement des opposants politiques et des associations. Manifestement, nous assistons impuissants à cette dérive qui vient une fois de plus renforcer les pouvoirs donnés à la police dans sa capacité de fichage et de surveillance.
Les nouvelles modalités de ces fichiers introduisent une rupture. Avant, étaient principalement fichées les personnes portant atteinte à la sécurité publique, notamment lors de manifestations violentes. Maintenant, on est passé à la possibilité de ficher des personnes morales, des associations, des groupements pouvant porter atteinte à la « sureté de l’État ». Et la sûreté de l’État, c’est un mot fourre-tout et flou dans lequel on pourra faire rentrer toutes sortes de choses, de l’économique à la sécurité, de l’action politique au militantisme. 
De plus, dans ces décrets, on peut lire une intensification de la surveillance de l’activité sur les réseaux sociaux. Et comme toujours, plus on est surveillé, moins l’expression se fera naturellement. Le risque est aussi qu’à chaque fois que quelqu’un s’exprimera sur un réseau social, il sera automatiquement un suspect susceptible de vouloir attenter à la sécurité publique ou à la sûreté de l’État. De plus, c’est la police qui va décider de ce qu’elle fera de ce fichier. Il n’y aura pas de juge. C’est la police qui jugera si ce qui a été dit sur un réseau social est intéressant à mettre dans un fichier. Et plus encore, ce sont toutes sortes d’individus, police nationale ou gendarmerie, qui auront un accès direct à ce qui a été dit et aux fiches.
Tout cela, c’est donc un ensemble de textes, de volontés, de déclarations du ministère et du gouvernement, qui montre que, petit à petit, des libertés sont perdues au nom d’une soi-disant sécurité, au nom de la santé, au nom de la lutte contre le terrorisme. 
La loi « Sécurité globale », c’est plus de vidéosurveillance et moins de contrôle des actions de la police, davantage de pouvoirs à la police, tout en en retirant encore plus aux personnes, aux citoyens impuissants. 
Cette loi est la manifestation d’une volonté de surveillance et de fichage visant à considérer tous les citoyens comme suspects, comme des terroristes en puissance, comme irresponsables. Pour le gouvernement, tout le monde doit être surveillé par des caméras fixes, des drones et des caméras piéton pour être plus facilement fichées par la police. Avec, cerise sur le gâteau, un renversement de la charge de la preuve, c’est maintenant au citoyen de prouver son innocence.

« Juste pour finir ! Le vieux monde n’est pas près de mourir, et contamine plus que jamais le nouveau, qui n’en a plus que le nom. Crise sanitaire transformée en sécurité sécuritaire, face à des périls qui, pour la plupart, sont encore devant nous. Le « quoi qu’il en coûte » de Macron semble déjà s’effacer devant l’orthodoxie budgétaire. En effet, le 17 novembre 2020, l’Assemblée nationale a voté une loi de finances initiale pour 2021 qui prévoit un retour des déficit public sous le seuil des 3 % dès 2025. Avec la promesse de ne pas augmenter les impôts. Enfin, voilà ce qu’o peut appeler un « retour à la normale » ! Tout va bien !

Sources et références 
Socialter. Hors série. Renouer avec le vivant 
2020 was hottest year on record by narrow margin, Nasa says. https://www.theguardian.com/environment/2021/jan/14/2020-hottest-year-on-record-nasa 
« Il faut arrêter cette machine infernale du réchauffement climatique » https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/15/il-faut-arreter-cette-machine-infernale-du-rechauffement_6066361_3244.html 
https://qg.media/2020/12/15/le-gouvernement-nous-considere-tous-comme-suspects-comme-des-terroristes-en-puissance-par-martin-drago/ https://www.monde-diplomatique.fr/2021/01/CORDONNIER/62635 
Andreas Malm, Comment saboter un pipeline. La Fabrique. 2020
Giorgio Agamben. Gaia et Chtonia. L’autre quotidien 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.9-19012021-09/ 

 

 

Nowakowskismes 5.8 – Année des rêves brisés…

Ça s’est passé comment pour vous, les vœux de bonne année ? 
Pour moi, ceux que j’ai reçus étaient timidement légers, artificiellement enthousiastes, très peu encourageants ??
Les miens n’ont pas été mieux, j’ai juste rappelé le nécessaire et urgent retour de nos libertés perdues… de la vie quoi !. 
Après le chaos de 2020, comment glisser dans ses voeux, le bonheur ? l’argent ? la réussite ? ou encore suggérer, et ainsi prendre le risque d’enrichir la longue liste des espoirs déçus, une possible sortie de cette situation. 
Alors, peut-être vaut-il mieux ne rien se souhaiter et considérer que, comme se faire la bise, serrer les siens dans ses bras, se serrer la main, que tout cela est dépassé et appartient à des temps perdus ? 
Mais que sommes-nous, pauvres humains, devenus ? 

Ce soir, et pour la première émission de 2021, les Nowakowskismes reviennent sur l’année 2020. 2020, c’est évidemment l’année de la crise sanitaire, des privations des libertés fondamentales, des morts du Covid-19 auxquels s’ajoutent l’exacerbation des inégalités sociales causée par le confinement et l’effroi face à l’avenir. 2020 c’est aussi l’année des incendies ravageurs en Australie et la manifestation de l’intensification du dérèglement climatique, parce que 2020 est l’année la plus chaude depuis des millénaires. Alors voici mois après mois, le petit retour que nous faisons avant de passer à la suite. 

En janvier 2020, l’Australie est ravagée par les mégafeux
Tout commence en décembre 2019, près de Werombi, en Nouvelle-Galles du Sud. Près de dix-neuf millions d’hectares ont été ravagés, des milliers d’habitations détruites, des centaines de morts. De juin 2019 à mars 2020, l’Australie a lutté contre les pires incendies de son histoire. En janvier, ils étaient hors de contrôle dans les États de la Nouvelle-Galles du Sud et du Victoria. Un brouillard épais de fumées toxiques enveloppait Sydney et les flammes léchaient ses abords. Des forêts entières ont été réduites en cendre et trois milliards d’animaux ont péri. De nombreux scientifiques ont souligné les liens entre l’intensification de ces incendies et le réchauffement climatique. « Les feux en Australie sont un message pour le monde : si votre hypocrisie continue, vous allez tous brûler », a prévenu Glenn Albrecht, un philosophe de l’environnement australien. 
En janvier, le mouvement social contre la réforme des retraites s’est poursuivi avec plusieurs journées de mobilisation.
Le gouvernement souhaitait aussi accélérer le démantèlement de l’Office national des forêts (ONF) en modifiant le code forestier et en permettant aux salariés de droit privé d’effectuer des missions identiques à celles des fonctionnaires.
Apparue en novembre 2019 à Wuhan, en Chine, l’épidémie de coronavirus commence sa progression.

En Février, la fable de la Jeunesse, de Blackrock et du changement climatique
Lundi 10 février, des jeunes de Youth for Climate ont occupé le siège parisien de BlackRock. Cette multinationale, fondée en 1988, est devenue leader mondial dans son domaine et le plus gros investisseur de la planète. Ce mastodonte qui emploie plus de 13 500 salariés à travers le monde et s’invite dans le capital de plus de 17 000 grandes entreprises (dont 18 des 60 sociétés du CAC 40 en France). (https://youtu.be/hGhMPoPTMDs) 
Déméter est la nouvelle cellule de renseignement créée par ministère de l’Intérieur et dédiée aux « atteintes au monde agricole ». Ce dispositif policier et judiciaire risque de servir à surveiller militants animalistes et écologistes opposés à l’agriculture industrielle.
À Fessenheim, la « doyenne » des centrales nucléaires françaises a arrêté le premier de ses deux réacteurs le 21 février. 
Une étude publiée le 14 février 2020 dans la revue Science par un consortium international de chercheurs démontre que le changement climatique ne se résume pas à une simple augmentation de la température. Il implique des changements modifiant de manière drastique le fonctionnement des écosystèmes et les paysages qui nous entourent.  

En Mars, élections municipales… sur fond de pandémie
Le 15 mars, malgré une abstention record et la menace d’un report du second tour liée à l’épidémie de Covid-19 — un « confinement national » sera décidé par le gouvernement deux jours plus tard — les écologistes ont réalisé de très bons scores au premier tour des élections municipales.
Les petites communes sont de plus en plus nombreuses à se lancer dans la transition écologique. Souvent à l’origine de projets précurseurs, leurs maires font montre d’inventivité et de volontarisme remarquables.  
En mars 2020, dans un rapport publié chaque année à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, on lit que l’eau douce va prochainement manquer à des milliards de personnes, et ce, jusque dans des régions du monde où les précipitations sont pour l’instant abondantes. En moindre quantité et qualité, les ressources en eaux se dégradent. L’Organisation météorologique mondiale consacre sa journée internationale du 23 mars au thème de l’eau et du changement climatique. Près de 4 milliards d’individus affrontent une pénurie sévère pendant au moins un mois par an. Le réchauffement global n’est pas la seule cause, la consommation mondiale en eau explose. Au cours des cent dernières années, elle a augmenté à un rythme deux fois plus rapide que la croissance démographique, elle a été multipliée par six et continue de grossir de près de 1 % par an en raison du développement économique et des nouveaux usages. À cela s’ajoute une pollution massive des nappes souterraines et des rivières ce qui ne fait qu’aggraver la situation.

En Avril, la France est enfermée, confinée, et tout le monde parle du « monde d’après »
Le « confinement national » a démarré le 17 mars et s’est terminé le 11 mai 2020. Dans son allocution du 16 mars, Macron a martelé que la France était en « guerre » contre le Covid-19. Or, « les émergences de virus sont inévitables, mais pas les épidémies ».  Nous ne serons épargnés par ces dernières qu’à condition de mettre au moins autant de détermination à changer de politique que nous en avons mis à détruire la nature et la vie animale.
Le confinement a mis à l’arrêt un système qui a failli sur les plans sanitaire et économique.
Le confinement a été une période éprouvante pour les Français, en révélant et en exacerbant les inégalités sociales. Pendant que les plus aisés pouvaient quitter les métropoles pour des résidences secondaires, les plus précaires n’ont pas eu d’échappatoire et ont souffert terriblement. 
Par endroits, des réseaux d’entraide se sont tissés. Pendant ce temps, l’État a mis en place la société de contrôle, au nom du coronavirus. La population française a dû rester cloîtrée devant ses écrans tout en étant privée d’espaces naturels et culturels.
L’est de la France et l’Europe centrale ont connu un début de printemps dramatiquement sec.
La « Zad de la dune » à Brétignolles-sur-Mer (Vendée) a été évacuée le 8 avril.

En Mai ne fais pas ce qu’il te plait ! 
Lorsque le monde extérieur physique n’est plus accessible, c’est un monde dématérialisé qui prospère et surtout qui profite au bien connus GAFA. Incontournables, ils sont encore plus les rois du monde numérique. Seuls ou ensemble, ils détiennent souvent plus de la moitié des marchés qu’ils occupent. Aux Etats-Unis, Amazon a conquis 50% du e-commerce américain. Les géants américains du numérique affichent des hausses de leur chiffre d’affaires spectaculaires, + 15% pour Google, + 20% pour Facebook, et même + 25% pour Amazon. Bravo à tous ceux et toutes celles qui se sont jetés sur les catalogues en ligne de ces compagnies ! Ce qui fait que les GAFA traversent la crise sans encombre ! Apple, et Microsoft valent toujours largement plus que 1000 milliards de dollars en Bourse. La valeur d’Amazon a elle augmenté de 25% depuis le début de l’année ce qui représente pas moins de 300 milliards de dollars de plus ! 
En France, toute activité des militants suscite une surveillance incessante des gendarmes. Reporterre et Mediapart ont détaillé l’information judiciaire ouverte en juillet 2017 contre les opposants au projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires. Cette enquête révèle une machine démesurée de renseignement sur le mouvement antinucléaire : des dizaines de personnes placées sur écoute, un millier de discussions retranscrites, plus de 85.000 conversations et messages interceptés, plus de seize ans de temps cumulé de surveillance téléphonique. Pour cette procédure, l’État a dépensé un million d’euros. La justice a également bafoué les droits de la défense, épluchant des centaines de messages soumis à la confidentialité des échanges entre les avocats et leurs clients. L’un des avocats du mouvement a lui-même été surveillé avant d’être mis en examen.
Pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19, le gouvernement a prévu d’accorder sept milliards d’euros d’aides à Air France. En échange, la compagnie était censée devenir « plus respectueuse de la planète »… 
Après avoir obtenu l’abandon du projet de la Montagne d’or, les opposants guyanais à l’industrie minière repartent au combat. La commission départementale des mines a en effet rendu un avis favorable à une nouvelle mégamine d’or à ciel ouvert, nommée Espérance.

En juin, ne pas permettre la réintoxication du monde ! 
Blocage d’usines de produits phytosanitaires, arrêt des travaux du grand Paris express, invasion de cimenteries, déploiement de banderoles géantes sur une autoroute ou sur le pont du Gard, occupation de jardins contre des projets d’urbanisation, rassemblement contre la destruction d’une forêt… À l’appel de 150 organisations, de nombreuses manifestations et actions de désobéissance civile se sont déroulées le 17 juin pour s’opposer physiquement à « la réintoxication du monde ». Cette journée décisive marquait, après le confinement, le retour des luttes de terrain contre les grands projets inutiles et les industries polluantes, afin d’empêcher que « le monde d’avant ne continue à pourrir celui d’après ». Des collectifs se sont rassemblés devant l’usine Yara, premier fabricant mondial d’engrais chimiques, et contre le projet de bétonnage de 110 hectares de zones naturelles, au Carnet, où le Grand Port maritime de Nantes-Saint- Nazaire veut étendre ses activités.
Le 26 juin, une trentaine de militants d’Extinction Rebellion (XR) ont neutralisé la circulation pendant quelques heures à l’aéroport d’Orly. Ils sont entrés sur les pistes et ont dénoncé le soutien gouvernemental au secteur de l’aérien. 
Au second tour des élections municipales, le 28 juin, les écologistes – à la tête de coalitions de gauche – l’ont emporté à Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Grenoble et Marseille. Ainsi que dans plusieurs villes moyennes, comme Besançon, Tours, Annecy, Poitiers, Colombes.
Les 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat ont adopté leurs propositions. Ils en ont remis 149 à l’exécutif. Le 29 juin, Emmanuel Macron a assuré vouloir reprendre « sans filtre » 146 mesures.

En Juillet les masques sont semés 
400 ans…. C’est le temps qu’il faut pour qu’un masque se dégrade. Et oui, ce masque est en plastique parce que le plastique « protège ». Plus exactement, ce masque est en polypropylène, un polymère thermoplastique semi-cristallin de grande consommation. Et que voit-on depuis plusieurs jours ? Des images de masques laissés à l’abandon dans les rues, sur les parkings ou sur les plages lors des promenades et des sorties en nature ou en ville !
Dans des vergers des Bouches-du-Rhône sont employés des travailleurs étrangers. Indispensables à l’agriculture française, ils enchaînent bien souvent de longues journées de travail, courbés dans les champs, tout en vivant dans des logements insalubres. Un avocat et un sociologue spécialistes du travail agricole détaché, ont détaillé comment, en glorifiant le made in France, « on promeut des marchandises qui ne sont pas produites de manière différente qu’en Espagne ou au Maroc ».
Le 3 juillet, l’Élysée a annoncé la nomination du haut fonctionnaire Jean Castex à Matignon. Il a succédé à Édouard Philippe, qui occupait le poste depuis plus de trois ans. Trois jours plus tard, Barbara Pompili a remplacé Élisabeth Borne au ministère de la Transition écologique.
Le 9 juillet, après treize années de lutte dans les bois de Roybon, en Isère, le projet de Center Parcs a été abandonné. Mais les terres appartiennent encore au géant du tourisme Pierre et Vacances. L’avenir de la forêt des Chambaran reste incertain et mobilise toujours ses défenseurs.
Le 15 juillet, le Global Carbon Project (GCP), qui veille sur les émissions mondiales de gaz à effet de serre, a montré que les concentrations de méthane (CH4 ) dans l’atmosphère ne cessent d’augmenter, accélérant les dérèglements climatiques déjà palpables aux quatre coins de la planète.

En Août, le feu ! 
Le 4 août, deux gigantesques explosions ravagent Beyrouth. La double déflagration a tué au moins 171 personnes, et fait plus de 6.500 blessés. Des centaines de milliers de personnes ont perdu leur maison. Un entrepôt situé sur le port de Beyrouth et contenant environ 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées sans précaution depuis six ans, est à l’origine du drame. En 2001, l’usine AZF de Toulouse avait explosé à cause des mêmes substances. Les nitrates d’ammonium sont principalement utilisés pour fabriquer des engrais de synthèse, symboles de l’agriculture productiviste car ils permettent d’augmenter la croissance et le rendement des cultures. « Cette nouvelle catastrophe rappelle une nouvelle fois l’urgence absolue de s’affranchir de notre dépendance à ces substances en redéployant une agriculture moins gourmande en intrants chimiques », ont dénoncé les Amis de la Terre.
Durant les douze premiers jours du mois d’août, la France a vécu une période de canicule, avec des températures dépassant parfois les 40 degrés Celsius.
Le 6 août, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a annoncé la mise en place d’un plan d’aide à destination des producteurs de betteraves, et « une modification législative cet automne » permettant une dérogation, au maximum jusqu’en 2023, pour utiliser des semences enrobées de néonicotinoïdes.
La Californie a été en proie à certains des pires incendies de son histoire, près de 240.000 personnes ont été forcées d’évacuer leur domicile. 
En Oregon aussi, les feux ont ravagé la région de Portland.

Septembre — vous avez dits électrique ? (Nowakowskismes n°3.3. L’électrique c’est mieux ! https://nowakowski.hypotheses.org/453)
En 2020, il ne fait pas bon défendre l’environnement et se battre contre des projets miniers, forestiers, agro-industriels, la construction de barrages hydroélectriques. Du Cambodge au Kenya, de l’Iran à la Russie, du Nicaragua au Chili, il ne fait pas bon dénoncer l’exploitation indue des ressources naturelles, contester l’extermination d’animaux sauvages, l’usage de pesticides ou les expropriations. Partout dans le monde, les militants font l’objet d’exécutions sommaires, assassinés par des gangs criminels, les forces armées, la police, des groupes paramilitaires, des braconniers ou des grands propriétaires terriens. Depuis 2012, l’ONG britannique Global Witness (GW) se charge du décompte macabre, et le publie chaque été. En 2018, 164 défenseurs de l’environnement ont été tués dans le monde. En 2017, ils étaient 207 à avoir perdu la vie pour avoir tenté de protéger la planète. Mais, selon GW, ils seraient bien plus nombreux, car des crimes ont lieu dans des zones isolées, non répertoriées. Entre 2002 et 2017, ce sont 1 558 défenseurs de l’environnement qui ont été assassinés, selon la revue Nature Sustainability.
« Il n’a jamais été question de supprimer la voiture, mais de la rendre moins polluante », a déclaré la ministre de l’Écologie Barbara Pompili au cœur de l’été. Selon le gouvernement, la voiture électrique serait le « véhicule propre » par excellence, qui permettrait de conserver le même mode de vie tout en prenant soin de la planète. La réalité est tout autre, émissions de gaz à effet de serre, frénétique consommation de minerais et « révolution » des mobilités sous l’emprise du « big data » et de l’intelligence artificielle, la promesse d’un monde meilleur est surtout celle d’un enfer écologique.
La loi dite de « simplification » de l’action publique a été discutée fin septembre par les députés. Ce texte poursuit à marche forcée le démantèlement du droit de l’environnement.

Octobre — Dim, parce que nous le valons bien…
313 POUR, 158 CONTRE. Le 6 octobre, l’assemblée nationale a adopté le projet de loi de dérogation sur les néonicotinoïdes, malgré leur interdiction d’utilisation en France depuis le 1er juillet dernier. 
Pour lutter contre la propagation du Covid-19, des masques en tissu de la marque Dim ont été distribués aux enseignants et à de très nombreux fonctionnaires. Le hic ? Ils sont traités à la zéolithe d’argent et de cuivre, un produit biocide et potentiellement toxique pour les humains. L’Union européenne a interdit l’usage de ce produit dans les masques. Jouant d’une interprétation juridique, la société Dim affirmait que cet usage reste possible. Mais à la suite de notre enquête, l’État a retiré ces masques.
Le 3 octobre, à l’appel des associations Alternatiba et ANV-COP21, des centaines de militants ont « marché sur les aéroports » un peu partout en France. L’objectif : dénoncer les conséquences désastreuses du trafic aérien sur le climat et proposer des solutions pour reconvertir le secteur tout en préservant l’emploi.
La contribution de la France aux émissions mondiales de gaz à effet de serre ne se résume pas à celles produites sur son territoire. Dans un rapport publié le 6 octobre, le Haut Conseil pour le climat montre qu’entre 1995 et 2018, les émissions de gaz à effet de serre liées aux importations ont crû de plus de 78 %, alourdissant considérablement le bilan carbone du pays.
Suppression arbitraire des subventions, poursuites judiciaires, intimidations… Les attaques contre les militants associatifs se multiplient. Le nouvel observatoire des libertés associatives a publié le 6 octobre un rapport listant une centaine d’atteintes à l’encontre des citoyens engagés ainsi que des propositions pour y mettre un terme. 
En périphérie de Grenoble, 5.000 m2 de jardins au cœur d’un quartier populaire ont été détruits pour faire place nette à un projet immobilier. Sept militants écolos qui voulaient les défendre sont aux prises avec la justice.
Le 29 octobre, la France est à nouveau confinée. 

En novembre, l’empire Amazon étend sa toile en France (Nowakowskismes 4.6. « NOZAMA » https://nowakowski.hypotheses.org/871)
En France, l’implantation d’Amazon connaît une dynamique exponentielle : la multinationale compte désormais trente-et-un sites logistiques et souhaite, d’ici 2021, doubler ses surfaces de stockage, qui dépassent déjà les 800.000 m2. Dans l’immense plateforme logistique de Senlis, dans l’Oise, les humains travaillent de plus en plus comme des robots — Amazon prévoit d’ailleurs de robotiser toujours plus ses activités. Alors que la Convention citoyenne pour le climat exigeait un moratoire sur la construction de nouveaux entrepôts de commerce en ligne, le gouvernement cherche, au contraire, à faciliter et accélérer leur implantation. Cet automne, il a lancé une mission pour développer des sites logistiques « clé en main ».
Interdiction de diffuser des images de policiers, drones, reconnaissance faciale, pouvoirs accrus des policiers municipaux et des agents de sécurité… Les députés ont examiné, à partir du 17 novembre, la proposition de loi sur la sécurité globale portée par En marche. Plusieurs mobilisations ont été organisées contre ce texte, et ont été durement réprimées par le gouvernement.
Plus d’une tomate sur huit en France est produite dans une serre chauffée. Pour inonder les supermarchés, la filière s’est organisée, concentrée, et multiplie depuis quelques années les mégaprojets. 
Joe Binden est élu président des USA. 

En décembre, tes promesses tu oublieras
Le gouvernement par les voix de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, et le Premier ministre, Jean Castex, recevant des membres de la Convention citoyenne pour le climat le 30 septembre 2020, à Matignon, a balayé les propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Depuis la publication des 149 mesures de la Convention citoyenne pour le climat soumises au gouvernement, l’exécutif n’a cessé de les détricoter alors que Macron promettait de les reprendre « sans filtre ». 
Le lundi 14 décembre, face aux citoyens, Macron a enchaîné les contre-vérités pour justifier ses reniements. Rejetant la responsabilité de l’action sur « les comportements individuels », il a annoncé un référendum sur l’intégration de la préservation de l’environnement dans l’article 1 de la Constitution.
La mairie de Calais rase les bois le long des routes et dans les zones de promenade, où les exilés ont l’habitude de camper. Elle empêche ainsi les personnes migrantes de s’installer et les repousse toujours plus loin de la frontière franco-anglaise.
Les Jeux olympiques 2024 inquiètent les habitants de Seine-Saint-Denis. Des collectifs dénoncent une accélération des projets de destruction, de pollution, d’expulsion et de spéculation, et se mobilisent.
Cinq ans après l’Accord de Paris, les États ne sont pas à la hauteur de l’urgence climatique.
Florence Parly, ministre des Armées, a annoncé que la France se préparait à déployer des « soldats augmentés », c’est-à-dire des combattants dont les capacités physiques ou cognitives seront augmentées grâce à la technologie.
Par décret, le gouvernement français a autorisé le fichage des personnes en fonction de signes physiques particuliers, de leurs opinions politiques, leurs convictions philosophiques, religieuses ou leur appartenance syndicale ou de données de santé révélant une dangerosité particulière.

Pour finir, laissons parler André Gorz qui propose une alternative à la devise de cette société : « Ce qui est bon pour tous ne vaut rien. Tu ne seras respectable que si tu as « mieux » que les autres ». Rompons avec l’idéologie de la croissance en affirmant avec force que « seul est digne de toi ce qui est bon pour tous. Seul mérite d’être produit ce qui ne privilégie ni n’abaisse personne. Nous pouvons être plus heureux avec moins d’opulence, car dans une société sans privilège, il n’y a pas de pauvres ».

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. Saluons la décision de la justice britannique de ne pas extrader Julian Assange vers les USA (https://nowakowski.hypotheses.org/512). 

Sources et références 
https://nowakowski.hypotheses.org 
https://reporterre.net/Retour-sur-2020-l-annee-des-megafeux-et-du-Covid 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.8-05012021-14/ 

Nowakowskismes 5.7 – Au bazar de Noël…

Ce conte pose la question essentielle lorsque nous considérons notre vie. [L’important] n’est pas ce que nous avons eu ou non, mais ce qu’il en reste. Ce qui reste d’une vie – mais aussi et même avant : ce qui reste de notre monde, ce qui reste de l’homme, de la poésie, de l’art, de la religion, de la politique, aujourd’hui que tout ce que nous avons l’habitude d’associer à la réalité si urgente est en train de disparaître ou de se transformer au point de devenir méconnaissable ». Ce soir, le conte s’intitule Au bazar de Noël !

Arrivé au bout du terre-plein fait des décombres grisâtres d’un projet d’urbanisation avorté de la métropole, il aperçut soudain la boutique « Au bazar de Noël », exactement comme tous ses amis la lui avaient décrite. C’était une baraque faite de vieilles planches, des restes de voitures, de morceaux de tôles ondulées. Les soubassements des murs étaient le résultat de quelques rangées de vieux agglos récupérés sur les chantiers abandonnés depuis longtemps. Le tout était badigeonné approximativement de peinture rouge sale. Quelques guirlandes, dont le nombre d’ampoules grillées dépassait largement celui de celles faiblement allumées, décoraient, c’est un bien grand mot, la façade qui peinait à émerger de l’obscurité. La cabane avait quelque chose de bizarre, fragile et proche de la ruine, mais elle semblait là depuis une éternité et être capable de résister à une autre éternité.  

L’homme jeta un coup d’oeil inquiet derrière lui vers le chemin recouvert de gravats qu’il venait de parcourir afin de s’assurer qu’on ne l’avait pas suivi. Comme toujours, il se disait qu’il n’était jamais trop prudent. Il avait appris d’expériences malheureuses passées. 
Puis serrant fort contre sa poitrine un paquet emballé dans de vieux journaux et ficelé, il poussa la porte branlante et se glissa à l’intérieur, tout impressionné par sa propre audace. Il y régnait une semi-pénombre, une lumière sale tombait du plafond. Il ne vit pas tout de suite d’où venait la voix qui s’adressa à lui. 

  • Bonjour ! dit le propriétaire. 

Enfin, il le vit. Il était semblable en tous points à la description que lui en avait faite ses amis. C’était un grand bonhomme âgé, la mine rusée, aux yeux enfoncés dans leurs orbites. Personne ne connaissait son nom. Il était assis dans un rocking chair hors d’âge et fumait ce qui ressemblait à un vieux cigare. Le mobilier de l’unique pièce du bazar de Noël était également constitué d’une chaise, d’une table recouverte d’une vieille toile cirée sur laquelle trainait une seringue rouillée. Sur le mur du fond, il y avait une porte. Il se demanda vers quoi pouvait-elle bien ouvrir dans cette baraque si exiguë. Il s’adressa au vieux. 

  • Des amis m’ont parlé de votre boutique 
  • Dans ce cas, vous connaissez mon prix répondit l’homme. Vous l’avez apporté ? 
  • Oui et il tendit son paquet à bout de bras afin de lui montrer. Mais je voudrais savoir… 
  • Vous êtes tous les mêmes dit-il comme en fixant quelqu’un dans la pièce mais qu’il ne pouvait pas voir. Allez-y… demandez finit-il par cracher en soufflant des volutes de fumée grise et nauséabonde.
  • Je veux savoir ce qui va se passer. Je veux juste savoir… 
  • Et bien voilà finit-il par répondre dans un soupir. Vous me payez et je vous fais une injection qui vous assommera quelque peu. Puis, à l’aide d’un dispositif que je garde dans la pièce d’à-côté, je libérerai votre esprit. 
  • Libérer mon esprit ? Ça consiste en quoi ? Qu’est-ce qu’il se passera ? 
  • Par l’injection, les conditions seront réunies pour que votre esprit libéré de son enveloppe corporelle puisse faire un choix parmi les innombrables mondes que la Terre fabrique à chaque seconde. 

Le visage du vieux s’ouvrit d’un grand sourire et avec une énergie soudaine, il continua :

  • Ça vous en bouche un coin hein ? En fait, la Terre, depuis ses origines, dès qu’elle commença à prendre forme dans le nuage de gaz ayant commencé à refroidir et se condenser en un chapelet de planètes, s’est mise à produire des bouffées ininterrompues de mondes parallèles. La Terre est alors devenue une source d’une guirlande sans fin de mondes possibles nés de tous les grands et petits événements voyant le jour à sa surface. Ces bouffées peuvent être comparées à ces cercles à la surface de l’eau quand on y a jeté une pierre. Pour être simple, vous devez juste savoir que la Terre a quatre dimensions et qu’elle émet des ombres à trois dimensions, des projections d’elle-même à chaque instant de son existence. Il existe des milliards d’autres Terres issues de ces différents possibles. Et donc, votre esprit libéré par mes soins aura le privilège de pouvoir en choisir une sur laquelle il pourra vivre quelques temps. 

À l’écouter, il avait l’impression de se trouver devant un bonimenteur de foire, et il se demanda ce qui le retenait de prendre la porte et retraverser la nuit pour rentrer chez lui. 

  • Et donc, vous me garantissez que j’aurai tout ce que je désire ? 
  • Oui, je vous l’assure et vous serez libre de choisir le monde qui vous convient. Tout, vous pourrez choisir d’avoir du pouvoir, d’être richissime, mais aussi, si vous le souhaitez accéder à la sagesse en vous enfermant dans un temple bouddhiste, et aussi d’avoir accès au bonheur sous toutes ses formes ! Pourquoi pas ? Tout vous sera accessible puisque vous aurez accès à une infinité de mondes possibles. 
  • Mais comment être sûr que tout cela est vrai ? Votre prix est extrêmement élevé. Mes économies vont y passer tout entières ! 
  • Cette expérience n’a rien de commun avec une défonce standard ou un rêve, c’est une porte vers une réalité, une autre dimension, je vous le garantis. En même temps, rien ne vous oblige lui dit-il brutalement ! Vous pouvez sans problème repartir par la porte par laquelle vous êtes entré. Et garder votre précieux paquet ! 
  • Pareil prix… plusieurs années de ma vie murmura-t-il en serrant fermement son paquet sous son bras. Tout cela pour vivre quelques temps mon rêve le plus cher. Il faut quand même que j’y réfléchisse un peu… 
  • Pas de problème ! Réfléchissez donc en route lui conseilla alors le vieux avec indifférence. Mais ne tardez pas trop, vous n’êtes pas le seul à vouloir vivre cela ! 

Il y songea pendant tout le chemin du retour. Il était même encore plongé dans ses pensées quand son train arriva à Nancy. Il était attendu, il devait passer faire quelques courses, racheter un petit cadeau complémentaire pour ses enfants qui seraient là ce soir, parce que ce soir, c’était le réveillon de Noël. Lui et sa femme avaient décoré la maison, préparé un menu qu’ils savaient plaire à tous leurs enfants. Et ce soir, ils seraient tous réunis pour un bon moment comme tous les ans depuis des années. L’année dernière, la fête avait amené son lot de belles surprises, de bonnes histoires et c’est autour d’une bonne bouteille de champagne qu’ils s’étaient offerts de petits cadeaux en tendres attentions respectives. Il revoyait le visage ridé du vieux et s’interrogeait avec anxiété sur ces univers parallèles et la réalisation des désirs. Mais tout en pensant, il passa à la librairie, puis dans un magasin que sa femme adorait et enfin au marché central. Les commerçants les connaissaient bien, ils lui souhaitèrent un joyeux Noël. Il remonta d’un bon pas jusqu’à leur appartement sur les toits de la ville. 
Sa femme était en train de terminer les préparatifs, il y avait des lumières, ça sentait bon. Ce serait une belle soirée, un super réveillon à n’en pas douter. 
Il ne voulut pas troubler les derniers préparatifs de la fête en parlant du vieux, du bazar de Noël, à sa femme. Ce n’était pas le moment et de toute façon, elle lui dirait d’arrêter de délirer, et de revenir sur Terre. La réalité n’était-elle pas belle ainsi ? 
Puis leurs enfants sonnèrent à la porte. Ils arrivèrent et furent tous là rayonnants et souriant. Ils se serrèrent dans leurs bras. Chacun avait amené des petites choses, des friandises, des petits cadeaux pour les uns et les autres. Le réveillon commença par des petits plats faits maison, puis la soirée avança au milieu des rires et de la musique qui passait en sourdine. 
Plus tard, on sonna à la porte. C’était leurs amis qui passaient par là et venaient avec une bouteille de champagne leur souhaiter à tous un Joyeux Noël. 
La nuit fut emplie de rires et c’est tôt le matin que l’appartement se vida, et qu’ils allèrent se coucher. Il s’endormit sans n’avoir eu guère le temps de méditer sur ses désirs intimes… 

  • Comment vous sentez-vous ? Demanda le vieux 
  • Ça va très bien répondit-il en se frottant les yeux 
  • Vous désirez être remboursé ? 
  • Non non, c’était ce que je voulais pour ce soir 
  • Alors ? C’était quoi pour vous ? Vous êtes allé où ? Dans quel monde ? 
  • Je préfère ne pas en parler avoua-t-il d’un ton qu’il eut du mal à rendre ferme tant les émotions étaient toujours là, fortes.
  • Je ne comprends pas pourquoi personne ne veut jamais rien me raconter soupira le vieux maussade 
  • Peut-être que chacun considère cela comme son jardin secret et que le partager en ternirait la magie ? Et que ce qu’il nous reste de liberté, c’est ce jardin secret ? 
  • Oui ça doit être cela grogna le vieux qui commença à ouvrir le paquet qu’il avait reçu en paiement. 

Il en étala le contenu sur la table. Il y avait une petite trousse contenant quelques feutres de couleurs, une écharpe en grosse laine verte et bleue, un éclat de jade et un petit gland en argent. En froissant le papier journal, un petit objet comme un éclat brillant s’échappa et tomba sur le sol poussiéreux, c’était un médiator. Le vieux se baissa, et le ramassa interrogatif et le glissa dans sa poche. 

  • Parfait, merci dit-il avec le regard qui s’alluma l’espace d’un instant
  • Au revoir, c’est moi qui vous remercie. 

Il quitta le bazar de Noël et pressa le pas pour faire en sens inverse le chemin de gravats grisâtres. A perte de vue s’étendaient des immeubles en ruines, entourés de décombres de toutes sortes, des tas gris, noirs, bruns tristes vestiges désossés de la cité morte, débris broyés d’arbres et de plantes, fine poussières de cendres jadis chair et os… 
Cette escapade, certainement la seule qu’il pourrait s’offrir, lui avait coûté cher, tout ce qu’il avait gardé sur ces dix dernières années de sa vie. Maintenant, il ne devait plus y penser. Ils les avaient revus tous, il avait revu sa femme, c’était endormi une dernière fois à ses côtés comme il adorait le faire. Son âme était lourde mais une douceur inattendue l’envahissait dans la nuit et le silence qui l’entouraient
Il trouva son chemin parmi les ruines, entre les gravats. Dans le noir qui tombait, et dans les recoins, derrière les amas sombres, il percevait des mouvements inquiétants. Mieux valait regagner son abri, surtout avant la tombée complète de la nuit. En plus, s’il ne se hâtait pas, il allait manquer la distribution de ration de pommes de terre, parce que ce soir c’était Noël ! 

Voilà, souvenons-nous « que, dans la vie individuelle et collective, la masse des choses perdues, le sillage des événements imperceptibles que nous oublions chaque jour sont si interminables qu’aucune archive ni aucun souvenir ne peut les contenir. Ce qui reste, cette partie du langage et de la vie que nous sauvons de la ruine n’a de sens que si elle a un rapport intime avec le perdu, si elle le représente d’une manière ou d’une autre, si elle l’appelle par son nom et répond en son nom. La langue de la poésie, la langue qui reste nous est chère et précieuse, car elle appelle ce qui est perdu. Parce que ce qui est perdu appartient à Dieu. Parce qu’il appelle ce qui est perdu ».

Sources et références
Au lieu d’un moratoire, l’État lance une mission… pour multiplier les entrepôts Amazon https://reporterre.net/Au-lieu-d-un-moratoire-l-Etat-lance-une-mission-pour-multiplier-les-entrepots-Amazon 
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042607323 
Que Reste-T-Il ? Par Giorgio Agamben, https://www.lautrequotidien.fr/new-blog/que-reste-t-il-par-giorgio-agamben 
Le podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.7-07122020-20/ 

Nowakowskismes 5.6 – Nuit de Noël

Ce soir, parce que dans Les Nowakowskismes, ce n’est pas un calendrier qui va nous retenir. Ce soir, un mois avant Noël, et bien je vous emmène pour un conte de Noël qui, vous le verrez, en raconte beaucoup de nos vies, de ces temps, et de l’obscurité. Ce soir, le conte s’intitule Nuit de Noël !

Dans le noir, il est dans le noir ! 
A-t-il ouvert les yeux ? Sont-ils encore fermés ? 
Il tourne et retourne le monde dans sa tête, où est-il ? 
Il y avait la lumière et tout à coup cette obscurité impénétrable. Il y a eu le Soleil qui emplissait de sa lumière tous les recoins du monde, et puis, tout à coup, les ténèbres de la nuit, et plus rien. 
D’habitude, la nuit est un refuge, la nuit il pense, il se rappelle, il parle à ceux et celles qui ne sont pas là, et il finit par peupler la traversée de rêves dans lesquels il leur rend visite. Et le matin le rappelle par ses appels de lumière. 
Mais là, ce matin, mais est-ce le matin ? Que ses yeux soient ouverts ou fermés, aucune lumière ! 
C’est comme si quelqu’un lui avait fait un mauvaise plaisanterie. Mettre un homme endormi dans un trou et voir ce qu’il se passe quand il se réveille. Et là, on parle d’un grand trou dans le sol, profond de plusieurs mètres, creusé de manière à former une demi-sphère parfaite, avec des parois lisses, sans reflet, dans un sol bien tassé et dont la surface serait lisse et si dure comme de l’obsidienne. Et bien sûr, quand il ouvre les yeux, impossible de sortir, de trouver une issue puisqu’il n’y en a pas et même impossible de se lever !
Et c’est ce qui lui arrive !
Il est revenu à lui et il se découvre allongé sur le dos, les yeux levés dans une insondable nuit. Et il n’a aucune idée de la façon dont il est arrivé dans cet endroit, d’ailleurs peut-on parler d’endroit ?
Il n’a plus aucun souvenir. Hier soir, il s’est allongé, il a laissé ses rêves l’envahir, évacuer les derniers relents de la journée, le sommeil la emporté et… là sans aucun souvenir, ni sensation autre, c’est dans ce noir qu’il s’éveille. 
Il s’assied sur ce qui semble être un lit étroit. Il est vêtu d’une tenue légère, indéfinissable, chaude et douce, une sorte de survêtement. 
Il a peut-être reçu un coup sur la tête et momentanément perdu la mémoire. Il passe ses doigts sur son crâne à la recherche de plaies ou de bosses, il n’y a rien, ni traces d’enflures, ni traces de coupures ou de contusions. Rien qui ne suggère qu’un tel dommage ait eu lieu. 
Alors quoi ? 
A-t-il subi un traumatisme qui aurait mis hors circuit des parties importantes de son cerveau ? 
Là, il panique ! Souffre-t-il d’une sorte de Locked-in syndrom ? Il suffoque en pensant à toutes les horreurs qu’on a pu se raconter en évoquant ces humains enfermés dans leur propre corps, sans aucune possibilité de communiquer avec l’extérieur. Une petite musique traverse alors son esprit, … l’entend-il ? Ou est-ce un souvenir ? 
Peut-être que tout à coup les souvenirs d’un traumatisme vont-ils lui revenir d’un coup ? Mais pour l’instant, il n’a aucun moyen de savoir !
Assis en tailleur sur le lit, il se met à envisager la possibilité qu’il est en fait chez lui, endormi dans son lit à côté d’elle, et qu’il est pris dans un rêve en boucle étrange, un rêve comme il en fait de temps en temps, d’une lucidité surnaturelle, un rêve si intense que la frontière en rêve et réalité a complètement disparu. Et si c’est le cas, il suffit qu’il ouvre les yeux, qu’il saute de son lit, pour aller dans la grande pièce de son appartement qui donne sur les toits de la ville, et ouvrir en grand la porte-fenêtre pour laisser entrer l’air frais du matin, et les bruits de la ville.
Mais comment peut-il ouvrir les yeux alors qu’ils sont déjà ouverts sur le noir qui l’enferme ? Peut-être le sentiment puéril de pouvoir agir pour rompre un sortilège ? 
Bien sûr, rien ne se passe ! Il est toujours assis là, dans le noir, sur ce petit lit, dans le silence, dans un air juste assez chaud pour qu’il n’ait besoin d’autre vêtement que celui qu’il porte. 
Il se lève pour tenter d’inspecter les lieux. Ce faisant, il prend conscience d’un objet qui fait une bosse dans la poche gauche de son survêtement. 
Cet objet est en fait une pelote de corde. 
Bien sûr, comment retrouver le lit, son point de départ s’il s’en éloigne dans ce réservoir d’encre de Chine ? 
Ceux qui l’ont mis là, ont pensé à tout. 
Rassuré ? Il n’en est pas complètement convaincu, il comprend qu’il n’est pas arrivé là par hasard, qu’il a été transporté là… avec une intention ? 
Ou alors son rêve est vraiment d’un réalisme et d’une perversité qui remonte d’il ne sait quels tréfonds de son âme. 
Il décide de tenter une première exploration du noir. 
Il s’assied sur le bord du lit, se redresse en tenant les montants métalliques de la tête du lit. Il sort la pelote avec toutes les précautions, il ne faudrait pas qu’elle lui échappe des mains. 
Il trouve le bout de la corde, et la passe entre les barreaux, fait une boucle, et les vieilles habitudes de faire des noeuds prises quand il passait tous ses loisirs sur des parois verticales de montagnes partout dans le monde, il réalisa un noeud solide, ne risquant pas de se défaire pendant son exploration. 
Il avance les bras en avant de lui, la pelote bien serrée dans sa main. Il avance, et le fil lui permettant de rebrousser chemin jusqu’à son lit se déroule petit-à-petit. 
Il fait environ une dizaine de pas, avant de venir heurter un mur. Le mur semble circulaire. Il est lisse et frais et paraît s’incurver vers le haut. Il frappe de son pied nu, il vient de se rendre compte qu’il est pieds nus, et ça n’a pour résultat qu’une violente douleur dans son gros orteil droit. En boitillant, il longe le mur, en laissant glisser sa main droite sur sa surface. Sa main gauche est refermée sur la pelote qui semble ne plus laisser échapper plus de corde. Ces quelques pas l’amènent à estimer que cet espace est circulaire, et très certainement hémisphérique. Il fait encore quelques pas, et pris d’une grande lassitude, un poids, il décide de rembobiner et rejoindre son lit, seul objet lui présentant une identité familière. 
Il s’allonge et s’endort non sans avoir remis la pelote dans sa poche. 
Sans rêves, un rêve d’encre, c’est de là qu’il émergea en sueur. 
Encore une fois, il joua au jeu, je ferme et j’ouvre les yeux et tout sera redevenu normal… bien sûr sans effet ! Juste quelques vers flottent remontant des tréfonds de sa mémoire, 
« Mais moi, pourquoi irais-je ? Ou qui me le permet ? 
Je ne suis pas Enée ; je ne suis pas Paul, non plus » 
Il sait qu’ils sont en italien, et qu’ils sont écrits sur le seuil de la porte d’un enfer. Bizarre que ces vers lui reviennent ainsi, remontant à une lecture il y a plusieurs dizaines d’années. Bizarre que le cartographe des enfers viennent ainsi s’inviter dans son encrier. 
Il se redresse, s’assied sur le lit, il tâte d’un geste brusque et inquiet sa poche,… la pelote est toujours là. 
Il se lève. 
Il vérifie le noeud fait la veille ? 
Il y a quelques heures ? 
Quelques minutes ? 
Comment peut-il savoir ? 
Il est toujours bien serré et résistant. Il avance et retrouve très vite le mur lisse, tiède et légèrement concave. 
Dans l’intention d’explorer l’espace qui lui est accessible, il se met à avancer comme la veille, la main posée sur le mur, et … tout à coup une ouverture, un vide dans laquelle sa main tombe et lui, surpris, peine à ne pas y être précipité… la peur, une décharge d’adrénaline, surtout ne pas lâcher la pelote ! 
Une ouverture, était-elle déjà là ? 
Rien ne laissait supposer sa présence, pas même un peu d’air frais comme quand on se trouve sur le seuil de la porte de la cave. Toujours cet air tiède, immobile. 
Il décide d’entrer dans ce qui semble être un couloir, ou un boyau, assez étroit parce qu’en écartant ses bras, il peut toucher les murs latéraux. Il avance prudemment, en faisant glisser ses pieds nus sur le sol au cas où une ouverture sur le sol ne le précipite dans des abimes. 
Sa progression est lente, il veille à ne pas atteindre le bout de sa corde qui le relie à son lit. Soudain, le couloir est bouché par un mur, il se met à le tâter de tous côtés et découvre que le couloir bifurque à 90° vers la droite. Il continue sa marche pour finalement se heurter à un mur. 
Fin de sa promenade. 
Il tente désespérément de percer cette noirceur, mais rien toujours rien. 
Il se met à rembobiner sa corde, le diamètre de la pelote dans sa main augmente, il avance prudemment, et il se cogne au pied de son lit, et se jette dessus épuisé. 
Combien de temps a-t-il marché ? 
Quelques minutes, des heures ? 
Il s’allonge et sombre dans un sommeil d’encre. Il s’endort avec un murmure à son oreille privée de la voix des autres qui prend les mots de Baudelaire, avec sa voix à elle 
«  Le poète au cachot, débraillé, maladif,
Roulant un manuscrit sous son pied convulsif,
Mesure d’un regard que la terreur enflamme
L’escalier de vertige où s’abime son âme ». 
Il se réveille, il est persuadé qu’elle est là, qu’elle dort contre lui comme elle en a l’habitude. Mais c’est le vide et la nuit sans fond qui écrase de sa suie l’espace occupé par son corps. 
Il porte vite la main à sa poche et … la pelote a disparu 
Il hurle, ses cris semblent étouffés 
Il hurle puis se retourne vers sa tête de lit, peut-être est-elle toujours attachée ? 
Et oui le noeud est là, il suit la corde, et la pelote est bien là. Elle a dû tomber pendant son sommeil.
Il respire, retrouve son calme et décide de reprendre ses explorations. 
Il retrouve le boyau de la veille, et contrairement à la veille, il n’est plus obstrué. Est-ce le même ? Un autre ? Il s’enfonce dans des boyaux qui se succèdent, passent par des bifurcations multiples, toujours déroulant sa corde, s’agrippant à cette pelote qui semble ne jamais se finir. Au fur et à mesure qu’il s’enfonce dans ce labyrinthe privé de ses sens, il lui apparaît que dans cet endroit rien ne résiste, rien ne dure, rien ne semble résister aux effets destructeurs de l’endroit, ni les structures. Seules la nuit et la solitude sont des invariants. 
Il ne s’est jamais aventuré si loin. Et tout à coup une angoisse l’étreint et si les boyaux se refermaient derrière lui. Il décide de rebrousser chemin, rembobinant son fil d’Ariane, refaisant en sens inverse un chemin qu’il semble parcourir pour la première fois. Les boyaux se reconfigurent peut-être et seule la corde le reliant à son point de départ lui ménage ce passage permanent jusqu’à sa base. 
Épuisé, de retour, il se jette sur son lit, la main crispée sur sa pelote de corde. 
Il tente de penser, de se souvenir d’avant ce noir. 
Que se passe-t-il pour les autres, sa famille, ses amis ? Le cherchent-ils ? Vivent-ils un temps différent ? Peut-être ne s’est il absenté que depuis quelques minutes pour eux ? Peut-être n’existe-t-il plus ? 
Le noir, la solitude ont envahi jusqu’au plus profonds recoins de son âme, de ses souvenirs qui ne le visitent plus que dans ses rêves qui, de plus en plus, sont eux aussi envahis par la nuit. 
Réveillé en sursaut comme par des bruits, il est pris de sueurs froides, d’angoisses, il ne voit toujours rien. Il se demande si quelqu’un est là, l’observant, se réjouissant de ses peurs, de ses errances. Il se met à hurler mais ses cris sont comme étouffés, sans portée, pas même un écho. Ses cris sont comme quand dans la nuit, enfant, vous noyez vos pleurs dans votre oreiller, à peine un son, juste un gémissement. 
Il se décide pour une nouvelle exploration. Encore une, combien déjà ? 
Emprunte-t’il toujours le même boyau pour s’extraire de cet espace. Il vérifie à nouveau le noeud qui relie sa corde à son lit. Et il s’élance toujours crispé sur sa pelote, et sa main droite posée sur le mur. 
Aujourd’hui, le boyau est rectiligne, aucun virage, aucune bifurcation, puis tout à coup, après avoir marché pendant une éternité, il ressent une impression bizarre, le mur à droite a disparu. Il tâte le sol devant lui de peur de se trouver au bord d’un abime. Mais non, au coeur des ténèbres, il sent que se dresse devant lui, autour de lui, une obscurité encore plus vaste, au beau milieu de cet immense et incompréhensible espace. Il imagine et les mot d’un auteur oublié lui font se voir à « l’intérieur d’une coque surnaturelle conçue pour voyager sur de vastes océans encore jamais explorés dans cet univers ».
Voir, il n’en a plus que le mot. 
Depuis combien de temps ne voit-il plus ? 
Depuis combien de temps erre-t-il avec sa pelote de corde à la main accrochée au point fixe de son lit ? 
Aujourd’hui, une force nouvelle le pousse en avant, quelque chose lui intime d’avancer au milieu de cet infini et après une longue avancée sans point de repères, pas de murs, dans le vide, ….
La corde se détache brutalement. 
Il est tout à coup comme privé de son cordon ombilical, comme un scaphandrier qui ne peut plus respirer. 
Il ne peut plus respirer. Il va crever là, dans ce labyrinthe, seul, perdu, oublié… sans même plus de nom !
Il avance à tâtons 
Tout-à-coup, comme une phosphène traverse son chant de vision. Surpris, ça fait une éternité que ses yeux n’ont pas produit ces petits flashs. 
Il se frotte les yeux, mais cette poussière de lumière est toujours là dans ses yeux. 
Il se frotte encore les yeux, et avançant, au loin est une lueur, elle est faite de couleurs mêlées, il en est sûr.  
Il avance, il marche 
La lumière prend la forme d’un arbre 
Un arbre multicolore, ..
C’est un sapin qui surgit du sol, il traverse l’ombre à l’assaut du ciel. Il est sorti, il sent un air qui n’est plus immobile, il est dans un jardin, une clairière, et devant lui, il n’en croit pas ses yeux qui se remettent à voir, un arbre de Noël majestueux
Tout à coup, il perçoit des mouvements aux alentours de son champ de vision, il sursaute inquiet, mais il est vite rassuré, quand il en voit d’autres comme lui, titubants, aveuglés, marchant comme hypnotisés, … le jardin aux sentiers qui bifurquent, un arbre de Noël … 
Petit-à-petit, ils sont de plus en plus nombreux, qui se pressent autour de l’arbre, le silence est une respiration venue de dizaines de poumons, les yeux brillent de ces lumières retrouvées.
« Mais tout cela – la piste mystérieuse, lointaine, mince comme un cheveu, l’absence de soleil dans le ciel, le froid terrible, l’atmosphère étrange et fantastique – [il] n’était pas impressionné. Ce n’était pas à cause d’une longue habitude. Ce qui lui faisait défaut, c’était l’imagination ». 
Ce sapin toujours vert, lien entre la terre et le ciel, en quelle année ? Où ? 
Ils n’en savent rien mais c’est Noël !

Finissons avec ces quelques vers de Khalil Gibran. 
« Vous serez vraiment libres non pas quand vos jours seront exempts de souci, et vos nuits de tout désir ou regret,
Mais plutôt quand votre vie sera baignée de toutes ces contraintes et que vous saurez vous élever au-dessus d’elles, nus, sans entraves ». 

« Democracy dies in darkness », ces mots datent de février 2017. 
C’est le Washington post, ce quotidien américain rendu célèbre par ses investigations dont la plus connue est la révélation du scandale du Watergate, qui décide, au lendemain de l’intronisation présidentielle de Donald Trump, d’inscrire cette phrase en tête de son site Web et à la une de ses éditions imprimées. 
« Democracy dies in darkness » est une réponse aux vérités alternatives promues par le nouvel occupant de la Maison Blanche, qui ne cessera, durant son mandat, de s’en prendre à la liberté de la presse, à son devoir de révéler et à son droit de critiquer.
« La démocratie meurt dans l’obscurité », c’est dans la France d’Emmanuel Macron qu’il nous faut, aujourd’hui, tirer la même sonnette d’alarme. Alors que Donald Trump, battu dans les urnes, ne sera bientôt plus président des États-Unis d’Amérique, c’est en France que, dans un climat de peur suscité par le terrorisme, la loi « sécurité globale » défendue par le pouvoir exécutif et sa majorité parlementaire met fin à une liberté fondamentale, celle de renseigner, documenter, révéler, critiquer les manquements de l’État à l’encontre du peuple souverain. 
Si ces textes sont adoptés, ce sera la consécration officielle, légale, définitive d’un arbitraire permanent, incontesté et incontestable, un arbitraire devenu l’ordinaire. Sera mis à bas l’esprit démocratique de la loi républicaine de 1881 consacrant la liberté de presse et de parole et du coup, la fin d’une République vivante et vibrante, riche de ses conflits et forte de ses polémiques. 
En 2017, quand le Washington Post affiche que « Democracy dies in darkness », un historien américain, Timothy Snyder, lui fait écho en publiant De la tyrannie, un guide de résistance face à Donald Trump et à ses semblables ailleurs dans le monde, afin de préserver les libertés dans les années à venir. Snyder propose une série de préceptes élémentaires : ne pas faire preuve d’obéissance anticipée, protéger les institutions, faire attention aux mots et s’élever contre l’usage dévoyé des termes patriotiques, chercher la vérité des faits, refuser l’État de parti unique, se sentir responsable du monde. 
L’une de ses « vingt leçons du XXIe siècle » s’intitule : « Rester calme quand survient l’impensable » : « La tyrannie moderne, c’est le management de la terreur. En cas d’attaque terroriste, n’oubliez pas que les régimes autoritaires exploitent cet événement pour consolider leur pouvoir. » 
Alors, le temps n’est-il pas venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter parce qu’on se dit pour se rassurer qu’« au fond, ce n’est pas moi », qu’« on m’a demandé de le faire », et que « de toute manière, un autre l’aurait fait à ma place ! ». 
Or, être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. Ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.
Alors « sentons-nous responsables du monde ! »

Sources et références 
https://www.mediapart.fr/journal/france/201120/la-democratie-meurt-dans-l-obscurite 
« We are haunted by futures that failed to happen », Le jardin aux sentiers qui bifurquent JL Borges
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.6-23112020-21/

 

Nowakowskismes 5.5. Dans les arcanes du capitalisme de surveillance…

« La question de savoir ce que signifie être humain face aux machines n’est plus si triviale. Nous ne devrions pas tant avoir peur des robots, que d’avoir peur de devenir nous-mêmes des robots. Il nous faut introduire des valeurs humaines dans la technologie plutôt que la technologie n’introduise ses valeurs dans notre humanité. Pour cela, il faut être capable de mesurer quand une technologie est déshumanisante ou quand les humains ne pensent pas ou ne se comportement pas en humains ». Ces mots sont ceux de Philip K. Dick dans une de ses conférences que vous pouvez retrouver dans le livre intitulé « Si ce monde vous déplait… et autres essais ». 
Derrière ces mots presque prophétiques des enjeux de notre temps, on y retrouve les questions anciennes du chez-soi et de l’exil, du souverain et du sujet et de l’autorité et du pouvoir. En d’autres termes, ce sont les thèmes éternels du savoir, de l’autorité et du pouvoir pour lesquels chaque génération doit affirmer sa volonté et son imagination dans un contexte de nouvelles menaces. 
« Si la technique est souvent dénoncée comme susceptible d’inhumanisation, il n’en demeure pas moins qu’elle est inséparable de l’idée même de l’homme, de l’humain et ce qu’on nomme humanisme. L’homme est celui qui invente des possibilités d’émergences du réel, et décider ne plus rien faire apparaître que ce qui a déjà été l’objet d’une apparition mutilerait aussi l’humanisme ». Ces mots sont de Chomsky dans un recueil de conférences intitulé Quelle sorte de créatures sommes-nous ? 
Quelle sorte de créature sommes-nous en effet quand notre expérience vécue ne peut plus se concevoir sans une béquille numérique, sans ce smartphone et des applications chargées de nous proposer une « expérience unique et personnelle » ? 
Qu’avons-nous perdu ou gagné pour que l’accès au monde ne puisse plus se concevoir sans cette interface numérique, sans cette collecte massive des données donnant l’illusion de la personnalisation, sans cette intrusion permanente de la recommandation qui nous ressemble ? 
Enfin « pouvons-nous habiter le futur numérique ? », au coeur d’un monde interconnecté qui augmente et enrichit de différentes façons nos capacités et perspectives en faisant aussi surgir de nouveaux territoires d’angoisse, de danger et de violence, avec le sentiment que l’idée d’un avenir prévisible s’évapore de plus en plus vite chaque jour. 
En fait, et c’est ce que nous allons tenter d’explorer ce soir, nous assistons à bien plus qu’une (r)évolution numérique, il s’agit en fait d’une nouvelle ère du capitalisme qui a trouvé comment exploiter la technologie à ses fins. 

Bienvenue dans un monde de « capitalisme de surveillance ». 

Avec Shoshana Zuboff nous affirmons que « la technologie est juste la marionnette : le capitalisme de surveillance est celui qui tire les ficelles. (…) Il est impossible d’imaginer le capitalisme de surveillance sans numérique, mais il est facile d’imaginer le numérique sans capitalisme de surveillance. Ce capitalisme n’équivaut pas la technologie. Il repose sur les algorithmes, l’intelligence artificielle, etc., mais il n’est pas la même chose que chacune de ces technologies-là ». 
Les modèles des géants du numérique sont aujourd’hui bien connus mais il est important de les replacer dans un contexte plus large. Tout ce qui se joue ne se résume pas seulement à des algorithmes complexes mais constitue la dernière phase de la longue évolution du capitalisme. En effet, après la production de masse, le capitalisme managérial, l’économie des services, le capitalisme financier, nous sommes entrés dans une nouvelle ère du capitalisme, fondée sur l’exploitation des prédictions comportementales issues de la surveillance des utilisateurs. 
En fait, le capitalisme évolue et se développe en prenant des objets qui existent en dehors de la dynamique du marché. Il les absorbe en les transformant en objets qui peuvent être vendus et achetés. Le capitalisme industriel a fait cela à la nature, une nature qui vivait innocemment sa propre vie. Les prairies, les rivières et les forêts se sont trouvées intégrées à la dynamique du marché et transformées en sources de matières premières, en sources d’énergie, en biens fonciers et immobiliers, en choses qui peuvent être vendues et achetées. Au cours de cette marchandisation, la nature comme nature a disparu. Elle n’a plus été perçue que sous sa forme marchande. La nature n’était pas en elle-même une marchandise, elle n’est pas née marchandise, mais elle est devenue marchandise par l’action du capitalisme.
Au commencement du XXIe siècle, le siècle qui deviendra le siècle du numérique, au coeur de la Silicon Valley, se produit un cataclysme qu’on a appelé « l’effondrement de la bulle Internet ». Le marché se rend compte que toutes ces petites start-up ont été surévaluées et qu’elles n’ont pas trouvé de moyen de monétiser leurs activités. Elles sont sur Internet, elles ont des clients et elles offrent des produits et des services, mais elles ne gagnent pas d’argent. Elles n’ont pas trouvé ce qui a été identifié sous l’appellation de « marchandise fictionnelle ». La panique s’empare alors de la Silicon Valley et on cherche désespérément une réponse à des questions sur ce que sera la « marchandise de la nouvelle économie, qui pourra être vendue et achetée, qui produira ex nihilo des revenus et du profit ? » Malheureusement, personne ne savait, ne comprenait et n’avait la réponse.
C’est Larry Page qui, en 2001, donnera la réponse, ou plutôt qui re-formulera la réponse que les pionniers de l’internet avaient déjà formulée. 
Cette réponse est « les données personnelles » et au-delà l’expérience humaine personnelle. L’expérience humaine personnelle devient alors le nouveau territoire vierge, la nouvelle frontière, les nouvelles terres inexploitées pouvant être transformée en marchandise. L’expérience humaine personnelle devient la nouvelle source de matière première qui peut être introduite dans la dynamique du marché. 
Donc, à la place de la nature, c’est la nature humaine qui devient une matière première disponible, traduite en données comportementales par les processus informatisés de ces entreprises. Shoshana Zuboff écrit alors que « le capitalisme de surveillance s’approprie l’expérience humaine comme matière première gratuite et la traduit en données comportementales. Même si certaines de ces données servent à améliorer des services, le reste est utilisé comme surplus comportemental, intégré dans des processus de « machine intelligence » avancés puis transformés en produits prédictifs qui anticipent ce que vous voudrez faire maintenant, bientôt et plus tard. Au bout du compte, ces produits prédictifs sont échangés sur une nouvelle forme de places de marché que j’appelle marchés futurs comportementaux ».
Pourquoi, à votre avis, Google s’est-il mis à développer son Google Maps, son Google Doc, Gmail, Google agenda … a investi massivement dans la santé, et s’est mis à acheter des entreprises fabriquant des thermostats connectés, et à déployer son Google Home ? Evidemment, pour maximiser ce surplus comportemental et faire mentir le fameux adage « si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit ». Au lieu d’être le produit, l’utilisateur est alors un paramètre dans la fabrication des prédictions comportementales sur son futur qui seront ensuite vendues au plus offrant au profit astronomique de Google. Parce que « Google a mis au point de nouvelles méthodes de capture de ce surplus, capables de dévoiler des données que les utilisateurs ont délibérément choisi de garder confidentielles et de déduire des informations personnelles que les utilisateurs ne fournissent pas ou ne souhaitent pas fournir. L’objectif est ensuite d’analyser ce surplus pour rechercher des significations cachées pouvant prédire les futurs clics. Les données liées à ce surplus sont devenues la base des nouveaux marchés prédictifs : la publicité ciblée ». 
Où vont toutes ces données comportementales initialement considérées comme confidentielles ? Eh bien, elles sont transférées dans ce qu’on peut appeler une nouvelle « chaîne d’approvisionnement ». Chaque interface avec des entreprises comme Google, chaque interface activée au sein des interconnexions du réseau est alors une des composantes de cette formidable usine mondiale d’approvisionnement. Et tout cela commence dans les recherches que nous faisons et de nos navigations en ligne, pour finir au sein des réseaux de chaînes d’approvisionnement complexes qui étendent leurs ramifications à toutes les activités en ligne.
Les données comportementales qui n’ont de confidentielles que le nom sont acheminées, comme toutes les matières premières, vers des usines. À l’ère numérique, les usines portent les jolis noms d’« intelligence artificielle », d’« apprentissage machine » ou d’« apprentissage automatique ». 
Voici la recette du capitalisme de surveillance, un mélange inédit et lucratif de surplus comportemental, de sciences de la donnée, d’infrastructure matérielle, de puissance de calcul et de plateformes automatisées. En 2004, Google entre en Bourse, et c’est à ce moment-là que la puissance de ces nouveaux mécanismes prend publiquement toute sa mesure. Google révèle alors que ses revenus ont augmenté de 3590% depuis 2001.
Ce surplus comportemental ne se limite pas aux « informations personnelles », données sciemment à Google, Facebook, Amazon, Microsoft, Twitter ou autre. Ces informations personnelles données sciemment en échange de services gratuits ne représentent qu’une infime partie des informations qu’ils possèdent. Le modèle prédictif repose alors sur l’intégration de chacune des empreintes laissées dans le monde numérique, chaque trace de l’activité sur Internet, où que ce soit. 
Avec Facebook apparaît la collecte d’informations étendue. Par exemple, ce ne sont pas seulement les photos d’un visage qui sont taguées, mais les couleurs même de la photos. Les photos sont également décortiquées par des programmes d’analyse des expressions du visage pour y déceler de micro-expressions trahissant les émotions, et par là e déduire par corrélation des comportements. Toutes ces données sont des surplus comportementaux dont l’utilisateur n’a pas forcément conscience. Tout cela a commencé avec les traces laissées en ligne, puis s’est étendu à tous nos comportements, à tous nos déplacements, par le déploiement de ce mythe du nomadisme et son avatar technologique, le smartphone bardé de capteurs de tous nos faits et gestes. 
Le principe de la dynamique du capitalisme de surveillance consiste en la collecte de la totalité des données, parce que la totalité des données doit mener à une certitude parfaite. Le capitalisme de surveillance a mis en place des usines de calcul fabriquant des produits de prédiction (predictive products) qui sont ensuite vendus sur des marchés à terme comportementaux (behavioral futures markets). 
Shoshana Zuboff parle de « marchés à terme humains » (human futures markets) parce que ce sont des marchés qui négocient des contrats à terme humains, tout comme il y a des marchés pour négocier des contrats à terme sur la viande, sur le pétrole ou sur le blé. Sur ces  « marchés à terme humains », on y vend de la certitude. 
Pour cela, il faut beaucoup de données, parce que les programmes d’I.A. sont meilleurs s’ils disposent de toujours plus de données. De plus, ces données doivent être diversifiées et provenant de multiples sources. Pour cela, il faut sortir de la métaphore du web et des écrans, pour entrer dans l’au-delà, dans les maisons, les voitures, les villes, les parcs, les restaurants, les cafés, les chambres en étant toujours plus intrusif. Ces programmes apprennent ainsi à influencer les comportements, non seulement à observer mais à intervenir activement dans le cours de nos vies ordinaires et à les régler en s’y insinuant de diverses manières – indices subliminaux, nudges, dynamiques de comparaison sociale artificielles, microciblages psychologiques, gamification, récompenses et punitions en temps réel. Tout cela vise à maximiser la certitude et les résultats attendus des prédictions.
Ce pouvoir d’influencer les comportements « n’a aucun fondement démocratique ni légitimité morale puisqu’il usurpe nos droits décisionnels et érode notre autonomie individuelle, pourtant essentielle dans une société démocratique ».
Là se joue notre capacité à défendre nos propres futurs. 
Parce qu’en utilisant les services du capitalisme de surveillance, les individus acceptent bien plus que la seule perte de contrôle sur leurs données. Ils placent leurs vies personnelles et professionnelles sous le contrôle du marché, de la même façon que les joueurs de Pokémon Go, guidés par leurs écrans, franchissent les portes de magasins sans avoir pris conscience de s’être fait quasiment piloter à distance.
Et là, la démocratie court un grave danger. Elle s’est « endormie pendant que les capitalistes de la surveillance ont accumulé une concentration inédite de connaissances et de pouvoir. (…) ». On entre dans un XXIe siècle dans lequel les programmes du capitalisme de surveillance en savent plus sur nous que nous en savons sur nous-mêmes ou que nous en savons à leur sujet. « La combinaison de la surveillance par l’Etat et par son équivalent capitaliste signifie que la technologie sépare les citoyens en deux groupes : les observateurs (invisibles, inconnus, non-responsables) et les observés. Les conséquences sur la démocratie sont profondes car l’asymétrie de savoir se traduit en asymétrie de pouvoir. Mais là où la plupart des sociétés démocratiques ont un minimum de contrôle sur la surveillance exercée par l’Etat, nous n’avons aujourd’hui pas de contrôle réglementaire sur la surveillance des entreprises privées ».
Ainsi, lorsque les gens clament « je n’ai rien à cacher », ils disent en fait « je me moque de mes droits ». En fait, avec Ignacio Ramonet auteur de L’empire de la surveillance, la réalité est que si vous cessez de défendre vos droits,  si « je n’ai pas besoin de mes droits dans ce contexte », ce ne sont plus des droits. On les a convertis en quelque chose dont on jouit comme d’un privilège révocable. Et cela réduit l’étendue de la liberté au sein d’une société ».
Parfois, il semble qu’il n’y a pas d’espoir. Mais ce n’est pas encore le cas. En effet, depuis vingt ans, il n’y a pratiquement pas eu de loi pour faire obstacle à cette tendance. Il y a bien eu des dispositifs comme le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) mais ce n’est qu’un début, et certainement pas une fin. Tout reste encore à faire. 
Ceci doit déjà passer par des rappels permanents de la nécessité de chacun de disposer d’un jardin secret. En 2009, Eric Schmidt, alors PDG de Google disait que « si vous faites quelque chose que vous ne voulez pas que d’autres apprennent, peut-être devriez-vous commencer par ne pas la faire ». Un discours à la base de tous les régimes totalitaires depuis l’aube des temps. Pour être libre et épanoui, il est indispensable d’avoir un jardin secret à l’abri du jugement des autres. 
Pourquoi ? Parce que se savoir observé modifie le comportement en amplifiant les tendances au conformisme. Des comportements que nous pensons observés incitent à une forte autocensure. C’est une évidence de la nature humaine. Chez les humains, la honte est une motivation très puissante, de même que le désir de l’éviter. C’est pourquoi les individus, lorsqu’ils sont observés, prennent des décisions qui résultent, non pas de leur propre réflexion, mais des attentes qu’on a mises sur eux, ou des règles de la société.
Enfin, le conformisme est destructeur pour l’esprit critique, la créativité et la capacité à s’insurger, à désobéir, à transgresser. Une société où les gens sont surveillés à chaque instant est une société qui pousse à l’obéissance et à la soumission. De même, il faut pouvoir disposer de la possibilité d’aller dans des lieux où l’on peut penser, interagir et parler sans ressentir le jugement d’autrui et une surveillance permanente, des lieux de culture de la créativité, de l’expérimentation et surtout du débat libre.
En ce début de XXIe siècle, il va être essentiel de définir un droit qui garantisse à chacun la souveraineté sur son expérience personnelle. Ce droit dirait que si je veux que mon expérience personnelle soit traduite en données, et si je veux partager ces données à une entité quelle qu’elle soit, ce sont des décisions que je prends en toute connaissance de cause.
Aujourd’hui, l’urgence est que, pour les citoyens et pour tous ceux qui se soucient de l’avenir de la démocratie, d’élaborer un modèle de société intégrant cette dimension numérique. 

Il y a eu au XVIIIème siècle, le Contrat social de Rousseau, puis à la fin du XXème siècle, le Contrat naturel de Michel Serre, peut-être nous faut-il maintenant rédiger un Contrat éco-numérique ?  

 

Enfin, pour nous évader de notre prison, nous allons nous tourner vers l’univers extérieur avec La trilogie des Trois corps écrite par l’écrivain de science-fiction chinois, Liu Cixin. 
Le premier tome de cette trilogie tire son nom d’un célèbre problème de mécanique céleste qui consiste à trouver les solutions mathématiques possibles permettant de décrire les mouvements de trois astres s’attirant les uns les autres sous l’effet de la gravitation. Cette trilogie est également connue sous le nom de Chroniques de la Terre (Diqiu wangshi 地球往事), du nom d’un ouvrage écrit par un des protagonistes du dernier tome. 
Celle-ci raconte une épopée qui débute avec la Révolution culturelle chinoise et s’achève par la mort thermique de l’univers.
La longueur et la densité de cette trilogie sont telles qu’il est difficile de présenter en quelques phrases l’histoire. On peut malgré tout la résumer ainsi. 
Ye Wenjie, une jeune astrophysicienne envoyée pendant la Révolution culturelle dans un camp de rééducation par le travail dans la région reculée de la Mongolie intérieure, découvre que la base dans laquelle elle travaille abrite un programme de recherche d’intelligence extraterrestre. Par un concours de circonstances, elle parvient à prendre contact avec une civilisation extraterrestre vivant dans un système instable, Trisolaris, soumis à de fréquents et funestes bouleversements climatiques et menacée d’un effondrement gravitationnel (le problème des trois corps). Dégoûtée par son expérience de la Révolution culturelle, Ye Wenjie révèle volontairement les coordonnées de la Terre, offrant aux habitants de Trisolaris une chance d’envahir la Terre, plus propice à leur survie, et d’annihiler ses habitants. Les humains, prévenus de l’invasion prochaine des Trisolariens (quatre siècles sont nécessaires à la flotte trisolarienne pour parcourir la distance entre Proxima du Centaure et la Terre) tentent de s’organiser pour parer à cette menace. 
Le deuxième et le troisième tome présentent de façon approfondie l’éventail des ripostes pensées par l’humanité.
À partir de cette intrigue, Liu Cixin tente d’apporter une réponse au paradoxe de Fermi. Le paradoxe de Fermi, qui tire son nom du physicien Enrico Fermi, peut être résumé ainsi : « S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? ». Une des réponses est donnée par un des personnages, Luo Ji. Il propose l’hypothèse de la « forêt sombre » qui dit que l’univers est une forêt obscure dans laquelle chaque civilisation est un chasseur armé d’un fusil. Le premier qui révèle sa position aux yeux de l’autre s’expose à être détruit. Les civilisations choisissent alors de rester cachées.
La trilogie est parcourue de variations autour de la théorie des cordes et des dimensions supplémentaires. L’un des autres postulats, esquissé dans le premier tome mais développé en profondeur dans le troisième dernier, est que les civilisations les « plus avancées » sont celles qui se distinguent par leur maîtrise du déploiement dimensionnel.
Finalement, la question fondamentale posée par Liu Cixin est la suivante : comment l’humanité est-elle capable de se réinventer, collectivement et individuellement, dans l’attente consciente de sa destruction future ? Pour cela, l’auteur imagine tous les scénarii possibles : l’apparition de nouvelles religions, de nouvelles forces militaires ou politiques, de nouvelles alliances géopolitiques, de nouvelles institutions internationales, ou bien l’impact de crises économiques, diplomatiques ou militaires déclenchées par l’avenir lugubre de la planète Terre. 
Liu Cixin interroge la place prise par le développement technologique, la science, la littérature, l’histoire, la rédemption ou encore le hasard « dans un univers où tout optimisme est brisé par l’universalité de la mort : celle de l’individu, de l’État, de l’Empire, des espèces, de la planète, du soleil de la galaxie et de l’univers ». 
Lisez Liu Cixin.  

Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir et finissons avec quelques vers en désordre de Wystan Hugh Auden
« La nuit dans nos cabanes, nous rêvons de prendre part 
Aux bals de l’avenir.
Glacés par le présent, ses ténèbres, son vacarme, 
Au réveil, nous aspirons à un ancien Sud.
Et jamais nous ne serons sans défaut,
Nous vivons libres par nécessité, 
Peuple montagnard habitant des montagnes ». 

Sources et références

L’âge du capitalisme de surveillance. Shoshana Zuboff, 2020 
Shoshana Zuboff : « Nous avons besoin de nouveaux droits pour sortir du capitalisme de surveillance » par Yves Citton – https://aoc.media/entretien/2020/10/23/shoshana-zuboff-nous-avons-besoin-de-nouveaux-droits-pour-sortir-du-capitalisme-de-surveillance/ 
Voir les analyses du capitalisme faites par Adam Smith, Max Weber, Karl Polanyi et Karl Marx
Un capitalisme de surveillance par Shoshana Zuboff https://www.monde-diplomatique.fr/2019/01/ZUBOFF/59443 
https://signauxfaibles.co/2019/02/09/lage-du-capitalisme-de-surveillance/
Demain est-il ailleurs ? Odyssée urbaine autour de la transition numérique. Bruno Cohen et Samuel Nowakowski, FYP Editions 2020 
Podcast de cet épisode : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.5-11112020-11.34/

 

Nowakowskismes 5.4. Bonne nuit les petits…

Un lent et inexorable changement de notre société… voilà ce à quoi nous assistons…  
Non seulement l’état d’urgence sanitaire est restauré, mais durant 6 semaines au moins, un couvre-feu de 21 heures à 6 heures du matin est ordonné. 
Cela concerne 46 millions de français !
Bien sûr,  la résurgence de la pandémie mérite une attention, des mesures, une responsabilisation de tous, mais la rapidité et la radicalité avec lesquelles sont traitées nos libertés privées et publiques interrogent. En fait, comme nous l’avions déjà évoqué lors du confinement, pour éviter la contagion des uns par les autres, et contraindre les récalcitrants à rester chez eux, et comme l’explique Giorgio Agamben dans son article intitulé « La Médecine comme Religion » paru en Mai 2020, la fausse logique est toujours la même. Comme face au terrorisme avec l’instauration de l’état d’urgence, dispositif d’exception d’ailleurs entré dans le droit commun, on nous a fait accepter qu’il fallait « supprimer la liberté pour la défendre », nous devons maintenant accepter de « suspendre la vie pour la protéger » ! 
Alors, comment pouvons-nous qualifié un monde dans lequel on ordonne à des citoyens, soudain déresponsabilisés et infantilisés, de rester chez eux ? 
Quel est donc ce monde où on ampute la vie de millions d’humains des rites collectifs indispensables à leur vie lors de déclarations emplies de bouffonnerie « va-t-en guerre » ou de tweets lénifiants ? 
Quels est donc ce monde qui s’installe et, ayant perdu la tête, balaie nos besoins de culture, de sens, de beauté et de liberté indispensables à l’existence ? 
Tous ses besoins sont manifestement décrétés inutiles !
Ce président de la République, toujours affublé de sa rhétorique de rédaction de niveau 3ème, a affirmé avec désinvolture qu’il suffisait évidemment de « reprogrammer plus tôt dans la journée » les spectacles vivants, les séances de cinéma, les concerts, les temps de partage et de débat avec les autres, et tout le reste… 
Mais c’est bien sûr ! Quels abrutis nous sommes de ne pas y avoir pensé !!
Alors, charge à tous les directeurs, à toutes les associations, à tous les collectifs de se débrouiller pour reprogrammer tout cela à 18h30 ou 19h…. 
Mais excepté les retraités – déclarés par ailleurs personnes à risques et irresponsables – qui pourra aller si tôt au théâtre, au cinéma, au concert, dans son association… ? 
Tout ce qu’aiment les actifs, et plus généralement les citoyens, n’en déplaise à ce président et sa cour de conseils et comités d’experts dont il s’entoure. 
Rappelons, et ceux et celles qui sont allés au cinéma peuvent en témoigner, que les salles de spectacles sont bien plus sûres que les entreprises ou que les réunions privées qui ne manqueront pas de s’organiser « clandestinement ».  
Au cinema, au théâtre, nous sommes masqués, séparés, on regarde tous dans la même direction ! 
Après guerre, le créateur du festival d’Avignon, Jean Vilar, disait que la culture était un service public. Aujourd’hui, qu’en est-il de ce service public ? Aujourd’hui, qu’en est-il de ce vivier de personnages et d’idées, qu’en est-il de ces temps de débats à naître, de ces espaces de liberté où des humains se retrouvent pour ce qui fait la vie ? Apparemment, ils gènent et font peur.
Alors, on préfère les artistes et les spectateurs au lit tôt, on préfère les voir bien sagement chez eux au lieu de trainer les bars et les restaurants, en enfants obéissants !

“Les inégalités ne peuvent continuer à se creuser, la pauvreté à s’aggraver, le chômage à s’accroître, dans la poursuite d’une illusoire maîtrise des risques exclusivement pandémiques, au prix d’une érosion toujours plus grande des libertés publiques et de la démocratie.
Dans ce «monde d’après» aux allures dystopiques, les citoyens se voient réduits à de simples travailleurs-consommateurs, leurs loisirs sont supprimés car considérés comme «un peu inutiles» par le président de la République. L’art, la culture, la vie associative, le sport et la fête sont ainsi relégués au second plan, alors qu’ils devraient, au contraire, constituer les moteurs de nos vies en ce qu’ils nous permettent de faire société.”

Alors… bonne nuit les petits… 

Ce soir, pour ne pas être ces enfants obéissants que certains souhaitent que nous soyons, crions avec le Comité invisible, « Soyons ingouvernables ». Et s’« il n’y a plus nulle part de place pour l’innocence en ce monde, nous n’avons que de choix entre deux crimes : celui d’y participer et celui de le déserter afin de l’abattre ». Donc fuir, mais en fuyant, chercher une arme. Ces armes, ce sont nos mots, nos actes, et notre capacité à l’insurrection face à l’ignorance, la bêtise et la cupidité du monde.  On commence par un premier combat ?  

L’utilisation sans précédent de l’énergie depuis 1950 a transformé notre environnement planétaire et l’empreinte géologique de l’humanité. En effet, une nouvelle étude coordonnée par l’Université du Colorado à Boulder met en évidence la vitesse et l’ampleur extraordinaires de l’usage croissant de l’énergie, de la productivité économique et de la population mondiale qui ont poussé la Terre vers une nouvelle époque géologique, qu’on a appelée Anthropocène. 
Les recherches montrent que des changements physiques, chimiques et biologiques distincts ont commencé à se produire dans les couches rocheuses de la Terre dès les années 50.
L’article, publié dans la revue « Nature Communications Earth and Environment », compare les moteurs naturels du changement environnemental au cours des 11 700 dernières années – connu sous le nom d’époque holocène – et les changements spectaculaires provoqués par l’homme depuis 1950. Ces changements à l’échelle planétaire ont modifié les océans, les rivières, les lacs, les côtes, la végétation, les sols, la chimie et le climat.
De plus, c’est la première fois que des scientifiques ont documenté l’empreinte géologique de l’humanité à une échelle aussi complète dans une seule publication. 
Et que voyons-nous ? 
Au cours des 70 dernières années, l’homme a dépassé la consommation d’énergie de l’ensemble des 11 700 années précédentes. Ce dépassement est en grande partie dû à la combustion de combustibles fossiles. Cette énorme augmentation de la consommation d’énergie a ensuite permis une augmentation spectaculaire de la population humaine, de l’activité industrielle, de la pollution, de la dégradation de l’environnement et du changement climatique. 
Le mot « Anthropocène » suit la convention d’appellation qui permet d’attribuer des longueurs de temps géologiquement définies. L’anthropocène en est ainsi venu à incarner ce temps actuel pendant lequel les humains dominent les systèmes terrestres à l’échelle planétaire. En temps géologique, une époque est plus longue qu’un âge mais plus courte qu’une période qui elle est mesurée en dizaines de millions d’années. Dans l’Holocène, il y a plusieurs Âges, mais l’Anthropocène est elle proposée comme une Époque séparée dans l’histoire planétaire de la Terre. Or il faut bien des choses pour changer le système terrestre, et nous y sommes arrivés. Triste performance que la nôtre, même si nous entrions dans un monde plus vert dans lequel nous ne brûlerions plus de combustibles fossiles, nous aurions toujours à assumer le bilan de ces changements terribles sur notre planète. 
Les auteurs de l’étude ont compilé les recherches existantes pour mettre en évidence 16 impacts planétaires majeurs causés par l’augmentation de la consommation d’énergie et des autres activités humaines, dont l’importance est montée en flèche depuis les années 50.
Entre 1952 et 1980, dans le cadre d’essais d’armes nucléaires à l’échelle mondiale, l’homme a déclenché plus de 500 explosions thermonucléaires de surface. Ces explosions ont laissé à jamais une signature claire de radionucléides d’origine humaine, des atomes avec un excès d’énergie nucléaire, sur près de la totalité de la surface de la planète. 
Depuis les années 50, les humains ont également doublé la quantité d’azote fixé sur la planète à travers la production industrielle pour l’agriculture. Les activités humaines ont créé un trou dans la couche d’ozone par la libération à l’échelle industrielle de chlorofluorocarbones (CFC). Les humains ont libéré suffisamment de gaz à effet de serre provenant des combustibles fossiles jusqu’à provoquer un changement climatique au niveau planétaire. Les industries et l’idéologie de la compétitivité ont créé des dizaines de milliers de composés synthétiques de type minéral qui viennent s’ajouter à ceux qui existent naturellement sur Terre. Les logiques de surproduction agricole ont fait en sorte que, dans le monde, près d’un cinquième des sédiments fluviaux n’atteignent plus l’océan en raison des barrages, des réservoirs et des dérivations. 
Chaque année, et ce, depuis le milieu du XXe siècle, les humains ont produit tellement de millions de tonnes de plastique  que les microplastiques forment un marqueur presque omniprésent et non ambigu de l’Anthropocène. 
Tous ces changements au niveau planétaire ne peuvent pas encore définir l’Anthropocène d’un point de vue géologique, mais il est maintenant certain que si les tendances actuelles se poursuivent, ils conduiront inévitablement à des marqueurs dans la roche qui feront, triste victoire, de l’anthropocène une ère géologique. L’humain laissera définitivement sa marque sur la Terre. Après notre disparition, si « quelqu’un » passe par ce coin d’univers, nos traces révèleront sans ambiguïté les causes de notre disparition. 
L’étude a permis de réunir des scientifiques des différentes disciplines environnementales nécessaires à l’étude, notamment la géologie, la biologie, la géographie, l’anthropologie et l’histoire. Il est vital maintenant que des chercheurs d’origines et d’expériences différentes se réunissent dans le monde entier pour trouver des solutions parce que « Nous, les humains, nous sommes collectivement mis dans ce pétrin, nous devons travailler ensemble pour inverser ces tendances environnementales et nous en sortir. La société ne doit pas se sentir complaisante. »  
Faisons de la rage, du chagrin et même de la peur qui nous habitent, des moteurs de nos actions.  

Rage, chagrin, …. Impuissance ou simplement, lâcheté quand nous ne voulons pas voir ! 
Selon une information révélée par le Guardian, le Tchad s’apprêterait à renoncer à son inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco afin de ne pas fermer la porte à de possibles explorations pétrolières et minières. Le lac Tchad, qui se situe aux confins de trois autres pays, le Niger, le Nigeria et le Cameroun, est le théâtre d’une crise humanitaire qui mêle changement climatique, terrorisme et famine. Environ 45 millions de personnes vivent de ses ressources. Sa superficie avait diminué de 95 % au début des années 2000 par rapport aux années 70 en raison de la sécheresse. Cela avait d’ailleurs facilité le contrôle de la région par le groupe terroriste Boko Haram. Désormais, plusieurs experts affirment que la taille du lac augmente de nouveau. Une raison supplémentaire d’accroître les efforts pour le protéger par une inscription au Patrimoine mondial qui sanctuariserait le site. Or, les recettes promises par l’industrie pétrolière ont semble-t-il eu raison des intentions des autorités tchadiennes et entre patrimonoine et pétrole, le choix sera le pétrole. 
Alors que les quatre pays limitrophes du lac Tchad (Tchad, Cameroun, Niger, Nigéria) avaient entamé un processus d’inscription auprès de l’Unesco, le ministre du Tourisme et de la Culture du Tchad a écrit à l’organisme pour « reporter la demande afin d’explorer les opportunités pétrolières et minières dans la région ».
Nous savons que l’objectif de l’inscription d’un site sur la liste du Patrimoine mondial est d’en assurer sa conservation. Les sites peuvent également recevoir une aide financière pour des projets de conservation et tirer des avantages économiques de la labellisation en développant le tourisme. Et si le Tchad décide de se tourner vers l’exploitation pétrolière, l’UNESCO annulera le processus dans son ensemble.
En fait, et au-delà de ce cas, c’est la question de la dette du tiers-monde. Nous savons que cette dette et destruction du milieu naturel sont des phénomènes étroitement imbriqués et ce, depuis longtemps.
Dès les années 70, les pays en voie de développement s’endettèrent lourdement pour financer de grands projets qui se révélèrent être autant de cauchemars écologiques. Parmi les plus désastreux, on trouve des barrages pharaoniques construits au nom de la « croissance » et du « développement ». Outre le déplacement forcé de centaines de milliers d’habitants qui, pendant des générations, avaient su préserver leur environnement, ces « hydro-désastres » provoquèrent la submersion de vastes étendues boisées, la stérilisation et la salinisation des sols, la destruction de la faune et la diffusion des maladies dont l’eau est le vecteur. Et ce, sans même fournir la quantité prévue d’électricité, tant ces infrastructures s’envasèrent rapidement.
Et ce n’est pas tout. D’autres prêts servirent à financer des programmes de colonisation interne, notamment au Brésil et en Indonésie. Ces programmes ont poussé des milliers de colons plus ou moins volontaires à s’installer dans les forêts primaires. Une industrialisation mal conçue, fondée sur des usines « clés en main » et des technologies souvent obsolètes, apporta peu de développement authentique et beaucoup de pollution. Les crédits étrangers fertilisèrent une agriculture du type « révolution verte », nécessitant de fortes doses de produits chimiques et entraînant la disparition de végétaux locaux au profit de variétés de semences importées. 
En fait, l’endettement du tiers-monde a été la cause de tant de catastrophes que l’on doit presque être reconnaissant aux gouvernements les plus corrompus de ne pas en avoir financé davantage. A certains égards, et c’est terrible d’en arriver à ce constat, la planète a eu de la chance que des milliers de dollars empruntés n’aient jamais été investis et qu’ils aient servi à payer des factures pétrolières toujours plus élevées ou aient été gaspillés en armements ou en produits de grand luxe. Quand ils ne se retrouvèrent pas purement et simplement dans le trou noir des comptes numérotés des banques étrangères…
Déboisement, bovins et fast-food voilà la réalité ! 
Les ressources sont pillées. Les petits exploitants expulsés de leurs terres pour faire place aux cultures d’exportation tentent de cultiver des terres en pente, vite détruites par l’érosion, ou des sols forestiers fragiles. Dans le même temps, les cultures d’exportation nécessitent de fortes quantités de pesticides et épuisent les sols. Dans les années de frénésie de l’emprunt, le Sénégal, par exemple, s’endetta lourdement pour se doter d’une capacité de raffinage d’un million de tonnes d’arachide. Mais, aujourd’hui, les sols sont tellement épuisés par la production intensive d’arachide que cette quantité ne sera jamais atteinte.
La conséquence écologique la plus grave de la dette est le déboisement massif qu’elle a encouragé. Les arbres sont abattus de façon irresponsable pour fabriquer des meubles qui se seront vendus dans les supermarchés. Parfois, les forêts sont simplement rasées et transformées en pâturages pour bovins dont la viande se retrouve dans les « fast-food » du Nord. Les niveaux d’endettement sont en très étroite corrélation avec, à la fois, l’étendue et le rythme de la destruction des forêts. Plus la dette est élevée, meilleures sont les perspectives pour les tronçonneuses et les bulldozers.
Au fur et à mesure que, pour rembourser les emprunts, disparaissent les forêts, disparaissent les sanctuaires au profit de l’exploitation pétrolière et toujours plus d’utilisation de combustibles fossiles. Disparaissent les espaces pour la vie sauvage et ainsi augmentent les facteurs d’émergence de nouvelles pandémies. La biodiversité se réduit et avec disparaît la diversité des formes de vie qui constitueront les bases de nos futurs aliments, de médicaments mais surtout de la préservation du vivant. 
« Rage rage against the dying of the light » disait-il dans un film dont l’action se passe sur une terre dévastée dont les humains ont ré-écrit leur histoire afin de ne pas avoir à penser, en enfants obéissants et irresponsables. 
Pour finir, paraphrasons Raymond Queneau dans Courir les rues avec ces quelques vers : 
« Un jour on démolira 
Ces beaux systèmes si modernes
On en cassera les barreaux
De plexiglas ou d’algorithmes
On démontera les comités d’experts 
Construits à polytechnique 
On sectionnera les antennes 
Collectives pour la 5G 
On dévissera les verrous de nos serrures
On anéantira les stop co-vide ordures 
On broiera les sirènes de la compétition
On pulvérisera les i-Phones  
Quand ces systèmes vieilliront 
Du poids infini de la tristesse des choses » 

Il est un vent qui commence à souffler, et c’est celui de l’insurrection qui vient ! Et avec Tocqueville, désobéir pour éviter que la « nation [ne devienne] un troupeau d’animaux timides et industrieux » délivrés du « trouble de penser ».
Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. 
Il est 19h, il vous reste 2 heures avant le couvre-feu alors Bonne nuit les petits… ! 

Sources et références https://www.novethic.fr/actualite/environnement/biodiversite/isr-rse/lac-tchad-les-autorites-souhaitent-abandonner-l-inscription-au-patrimoine-de-l-unesco-au-profit-de-l-exploration-petroliere-149048.html
https://www.colorado.edu/today/2020/10/16/unprecedented-energy-use-1950-has-transformed-our-planetary-environment-and-humanitys
Télérama, semaine 24 ou 31 octobre 2020
https://www.monde-diplomatique.fr/1992/06/GEORGE/44425