Les Nowakowskismes – saison 6

« Pouvons-nous habiter le futur ? » au coeur d’un monde interconnecté qui augmente et enrichit de différentes façons nos capacités et perspectives en faisant aussi surgir de nouveaux territoires d’angoisse, de danger et de violence, avec le sentiment que l’idée d’un avenir prévisible s’évapore de plus en plus vite chaque jour. 
Qu’est-ce que ça fait de vivre au bord d’un vaste changement historique ? C’est ce que nous découvrons maintenant. Cela peut sembler exagéré, et peut-être même paniqué, mais il y a de fortes chances que nous y soyons. 
Ce n’est pas dans les Nowakowskismes que nous percevrons mieux l’avenir qu’ailleurs, mais au milieu de la pandémie, du rythme accéléré des événements météorologiques extrêmes et de l’accumulation de données et d’analyses de la communauté scientifique, il est malheureusement plus facile de se projeter. Mais, bien que l’humanité soit au bord du désastre, une pensée créative et une volonté collective nous permettraient-elles d’éviter la catastrophe ? Et comment se mettre dans les mots lancés par les Fremens dans le dernier Dune considérant que « la plus haute fonction de l’écologie, c’est la compréhension des conséquences » et la « meilleure approche de la vérité  » ne serait-elle pas de dire que « tout est vivant de la même façon, libre de la même façon, sensible de la même façon, car tout n’est pas vivant, à moitié vivant, ou mort, mais plutôt, tout est vécu comme passage ».
Quelles traces laisserons-nous de notre passage ? Comment préserver l’empathie pour toute forme de vie, du végétal à jamais immobile jusqu’à l’étrange « extraterrestre télépathe », parce que l’empathie et le savoir sont les seuls remparts dont nous disposons pour lutter contre l’imbécillité et l’ignominie du refus de « l’Autre ».