Nowakowskismes 5.20. Le texte caché

C’était peut-être au cours d’une de ces périodes de proto-culture dont les traces furent perdues, certainement à l’aube d’un des âges du métal qu’un orfèvre découvrit par hasard la formule de l’alliage qui lui permettrait de réaliser la flute. Cette flute magique, comme le lui avait enseigné son père qui le tenait de son père, dans une chaine indénombrable de générations, pouvait, selon les cas, apporter la mort ou la félicité, mener au salut ou à la perte irrémédiable. La flute pouvait aussi être une arme redoutable et des empereurs et des rois vidèrent leurs trésors pour s’entourer des meilleurs alchimistes et sorciers. Mais en vain. 
En or mais pas seulement, la flute émettait des sifflements stridents mais elle avait la propriété étrange d’émettre dans une bande de fréquences qui semblait impressionner directement le cerveau, agissant directement sur les émotions et caractéristiques profondes de l’être de celui ou celle qui l’entendait.  
Or, l’orfèvre ne survécut pas à la création de son instrument. On le retrouva mort et le secret de l’alliage fut perdu. 
La flute devint alors la propriété de sorciers, puis, de prêtres qui servirent une succession de dieux, l’un chassant l’autre au cours des âges. Après une longue et terrible période au cours de laquelle on en usa et abusa, elle fut enterrée avec un grand roi, cachée dans une des multiples pièces de sa tombe-demeure lui permettant de traverser les océans de l’éternité. 
Des générations de voleurs cherchèrent cette tombe. Elle devint une légende. Puis, bien des siècle plus tard, une bande plus téméraire finit par découvrir la tombe, y pénétra à la recherche de ces montagnes d’or que la légende affirmait s’y trouver. Ils n’y trouvèrent que cette petite flute ternie par les siècles. 
Autour du feu noyant leur déception dans de mauvais alcools, ils l’essayèrent et moururent. Certains moururent dans la félicité, d’autres dans la haine, d’autres encore dans un carrousel d’hallucinations et de paniques. Un seul d’entre eux survécut. Assez fort pour résister, ou peut-être doté de qualités faisant défaut à la majeure partie de l’humanité, il sortit de l’épreuve tremblant et affaibli, vidé de ses sensations et de ses émotions. Il enveloppa la flute dans une page arrachée à un livre saint et l’offrit à ce vieillard d’infinie sagesse qui arrivait d’un voyage d’au-delà des plus hautes montagnes, et dont les yeux avaient vu ce qu’aucun d’entre eux n’avait vu.
Le vieillard prit le petit paquet, le glissa dans le sac qui battait ses flans décharnés, et vêtu d’une mince robe de moine, il reprit sa marche, escalada les glaciers, franchit des cols et des pics touchant le ciel. Pour toute nourriture, il n’avait que l’air et ses prières. Les vents glacés des sommets lacéraient sa peau parcheminée et transperçaient ses os. Mais il avançait, porté par l’indomptable conviction qu’un message devait être transmis à l’humanité. 
Une fois franchies ces montagnes, il descendit alors dans les désolations glacées de hauts déserts. Il y retrouva des formes de vie mais celles-ci furent menaçantes. Les animaux en firent une proie, ils se mirent à le traquer. Malgré cela, il ne désirait pas se servir de la flute, il ne voulait pas être témoin de ses effets. Alors il pria. Mais ses prières restèrent sans réponse. Alors à regret, comme conscient de ce qu’il déclenchait, il sortit la flute de son emballage de mots saints. Dorée, de forme étrange, d’une longueur ne dépassant pas deux doigts, évoquant une civilisation que personne ne se rappelait, la flute était une arme, une arme délicate et terrible. Créée à l’aube de l’humanité, elle avait traversé les océans du temps, et avait survécu comme seul témoin du pouvoir des premiers des humains. La flute était percée de quatre trous. Jouée une fois, les quatre trous bouchés, le son de la flute incitait à la sainteté. Jouée deux fois, tous les trous ouverts, elle transmettait son pouvoir étrange en amplifiant au delà du supportable les émotions, les joies, les haines de tous les êtres vivants qui la percevaient. 
Le vieux avait emporté la flute avec lui parce qu’étrangement, elle le réconfortait. Le son qu’elle émettait lorsqu’il en jouait tous les trous bouchés lui rappelait le message qu’il tentait de délivrer dans son errance de par le monde. Mais, le son de tous les trous ouverts apportait félicité aux innocents et châtiment aux êtres vils. La flute ne déterminait rien, elle n’avait que la capacité à révéler et décupler chez ceux qu’elle touchait, ce qu’ils étaient réellement. 
Le vieux continua sa marche au travers du désert. Il atteignit cette grande capitale légendaire dont le nom évoquait, dans les mots échangés dans de nombreuses assemblées, la beauté, la richesse et la manifestation du génie humain. Il parla, on l’écouta, il raconta et fut même reçu par l’Empereur. Quand le vieux mourut, il fut enterré au coeur d’un jardin sous l’arbre qui lui servait de demeure. La flute fut déposée dans un petit coffre en jade qui reposa près de sa main droite. C’est là qu’ils dormirent ensemble pendant mille six cent quarante sept ans. 
En 1897, un explorateur venu d’un pays de cette Europe qui n’était encore qu’assemblage fragile de pays belliqueux pilla la tombe au nom de la science. Surpris par les villageois qui avait gardé la mémoire de ce vieillard, il fut pourchassé dans les collines et il réussit à s’enfuir en n’emportant que ce coffret de jade et la flute en étrange métal qu’il contenait. Les siècles avait terni son métal mais elle n’était pas aussi oxydée qu’elle aurait dû l’être. Il la nettoya pour constater qu’elle était fragile et qu’elle comportait des inscriptions qu’il était incapable de déchiffrer. Il ne la nettoya pas suffisamment pour en jouer. C’est pourquoi il survécut. Revenu dans son pays, il l’offrit au petit musée de sa ville. 
Elle y reposa 73 ans, dans la vitrine n°51…. 
Les bombardiers avaient disparu vers l’ouest. L’homme sortit d’un fossé. Il n’était que haine. Il haïssait les soldats venus de l’ouest pour mettre fin au régime qu’il avait défendu de toute son âme, de toutes ses forces. Il était cruel, et intelligent, il ne pouvait imaginer un monde autre que celui qu’il avait défendu. Peu lui importait la vie des autres, ne comptait que son pays, ce régime, et son guide suprême qu’il suivrait jusqu’à la mort. 
Debout dans la rue, au milieu de sa ville dévastée, il regardait la poussière retomber après le bombardement. Un clair de Lune froid éclairait la chaussée défoncée au coeur de ce quartier qui fut tranquille. Les incendies crépitaient dans le centre. Il n’entendait rien d’autre, il était seul sous la Lune, dans ce coin oublié et dévasté du monde. Regardant autour de lui, il vit que le musée avait été éventré par les bombes. Il s’approcha prudemment et comme il semblait n’y avoir plus aucun danger d’être vu du ciel, il alluma sa lampe de poche et balaya ce qui restait de la salle d’exposition. Les vitrines avaient explosé. Presque tous les objets exposés étaient recouverts d’éclats de verre. Juste devant lui, une vitrine tenait miraculeusement encore debout. Dans la faisceau de sa lampe, il vit briller un petit tube doré, court, ressemblant au canon d’un pistolet ancien. Le prenant en main, il reconnut une flute, étrange, mais c’était bien une flute. 
Pensif, il la tint dans sa main un moment, puis la mit dans sa poche. Balayant une dernière fois la salle, il sortit dans la rue et c’est là qu’il entendit la colonne de soldats arriver, le son des moteurs des camions, les cris des soldat, le vacarme métallique de l’envahisseur. 
Il mit sa lampe dans sa poche, et sentit la flute. Instinctivement, inexorablement, il la sortit de sa poche, posa ses doigts sur les trous, la porta à ses lèvres et souffla. Elle était bouchée, il souffla plus fort encore. La flute se déboucha d’un coup et une note douce, dorée, étrange retentit à ses oreilles. Il se sentit tout à coup différent, soulagé, heureux. La note fit naître de l’amour en lui, chassa la haine qui l’habitait depuis si longtemps, un soulagement qui fit remonter la fatigue qu’il avait combattu depuis tant de semaines. 
Puis il commit l’irréparable. Il cessa de souffler, par fatigue, peut-être. Mais il se reprit. Tenant la flute entre deux doigts, il souffla sans boucher les trous. Et cette fois, la note fut sauvage, et tout le fanatisme, toute la haine, toute la violence firent à nouveau irruption en lui, il était un combattant. Il souffla encore et la note se fit encore plus sauvage. Il n’était plus un humain, mais le fanatique qui se précipita comme un fou au devant de la colonne de soldats et c’est le camion de tête qui stoppa définitivement sa rage. Le chauffeur n’eut pas le temps de l’éviter. Quand il s’arrêta, ce ne fut que pour constater que l’homme était mort. À côté de lui, un petit tube doré qu’il ramassa et mis dans sa poche. Plus tard, le retrouvant quelques mois après cette nuit, il le rangea dans son sac qu’il ramena avec lui lorsqu’il retraversa les océans après la guerre. La flute fut oubliée dans une petite maison de ce continent si loin des terres où elle fut forgée. Peu de temps avant de mourir, le soldat mettant dans l’ordre dans ses affaire, la retrouva et la confia à son fils en lui racontant son histoire dans cette guerre terrible. Il n’avait jamais cherché à en jouer.
La flute resta dans la famille et devint même une sorte de porte-bonheur que la petite fille de ce soldat garda avec elle où qu’elle aille, et quoiqu’elle fasse, la passant d’un sac à l’autre, d’une poche à l’autre, au gré des changements. 
Ce jour-là, à environ 400 km d’altitude, elle était à son laboratoire au coeur de la station orbitale internationale. Avec son équipe, elle faisait les dernières mises au point du système de communication qui viendrait remplacer les vieux câbles terrestres du réseau internet.  Ce système intelligent était conçu pour donner accès depuis l’espace extra-atmosphérique aux services du réseau. Où qu’on soit, le réseau devenait accessible avec une qualité de service inégalée répondant aux désirs, devançant les attentes et les besoins. 
Les derniers réglages, les dernières connexions, tout était presque prêt pour un ultime assemblage. Elle plongea la main dans la boite qui avait été expédiée par le dernier cargo en provenance du sol, et vide. Il manquait un élément essentiel, un connecteur, et sans lui impossible d’appuyer sur le bouton On. De rage, elle se releva brutalement et se retrouva propulsée par cette apesanteur à l’autre bout du laboratoire. Là, elle se rappela cette petite boite qu’elle avait amenée avec elle dans ce voyage. Elle l’ouvrit. À l’intérieur, ce tube familier, qu’elle avait emmenée partout, qu’elle avait tenue dans ses mains, et dont la forme, la longueur lui semblèrent convenir à merveille pour cet ultime assemblage. Elle la saisit, se propulsa jusqu’au système en stand by, la passa dans un chiffon afin d’en éliminer les éventuelles impuretés – le texte qui ne fut jamais traduit scintilla bizarrement. 
Elle orienta la flute pour qu’elle puisse entrer dans le réceptacle et elle l’inséra, elle était parfaitement adaptée au slot de connexion. 
L’ordre fut alors donné de mettre le système en route. 
Elle lança la procédure irréversible de démarrage. 
Voyant la séquence d’instructions s’exécuter, et assistant à la mise en place de cette galaxie d’objets connectés prêts à diffuser le réseau aux milliards d’humains avides d’informations, elle se demanda si cela ferait une différence que les trous soient ouverts ou bouchés !

Sources, références et inspiration
Cordwainer Smith et bien d’autres 
Metallica – The unforgiven I, II et III
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-5.20-23062021-12/