J’ai fait un rêve

J’ai fait un rêve ! J’ai rêvé d’une société dans laquelle l’industrie, l’économie, la démocratie, l’éducation se concevraient en symbiose. Les êtres humains habiteraient des villes végétalisées, parsemées d’oasis plantées de bambous qui épureraient les eaux et produiraient de la biomasse pour une mini-industrie locale. Des fablabs permettaient à tous d’élever leurs compétences, d’apprendre et d’accompagner, mais aussi de réparer les objets plutôt que de les remplacer, en produire quelques-uns sans passer par une industrialisation massive. J’ai rêvé d’une société dans laquelle nous possèderions moins d’objets.

J’ai rêvé d’un usage mesuré et intelligent d’internet, un internet dont les ressources seraient relocalisées, adaptées aux besoins, qui permettrait de partager véhicules, outils divers et tout appareil à usages intermittents. J’ai rêvé d’un numérique dont les ressources seraient locales, peuplé d’intelligences artificielles accompagnantes, adaptables et bienveillantes.

J’ai rêvé d’une société où louer les téléphones, les ordinateurs et éventuellement les téléviseurs plutôt que les acheter, inciterait les constructeurs à les maintenir en état plus longtemps. Une société dans laquelle l’essentiel des biens serait fabriqué à partir des déchets du XXème siècle et de matériaux renouvelables, serait conçu dans une économie circulaire pour que la matière circule indéfiniment dans le système de production et serait composé de modules interchangeables et interopérables.

J’ai fait le rêve d’une société permettant de réduire, réutiliser, recycler, réparer, louer, partager dans une logique d’interconnectivité et de préservation de la diversité, diversité favorisée par l ‘éducation d’un citoyen conscient, éclairé, responsable et capable de rejeter l’emprise des ingénieurs de la Silicon Valley, des publicitaires, des directeurs des médias qui cherchent à les rendre plus vulnérables, influençables et réceptacles d’une pensée standardisée.

J’ai fait un rêve ! J’ai rêvé d’un monde où, dès leurs premières années, on enseigne aux enfants la coopération, en plus des mathématiques, les humanités numériques en plus de la grammaire et de l’histoire, l’art de communiquer au mieux avec les autres, exprimer leurs besoins et résoudre des conflits au lieu de la compétition et de la contrainte.

« Lorsque les machines, les ordinateurs et la quête du profit sont plus importants que les gens, le triptyque fatal du matérialisme, du militarisme et du racisme est invincible. » a dit Martin Luther King, dans son sermon prononcé à New York le 4 avril 1967. Aujourd’hui, j’ai rêvé d’une société d’innovation symbiotique.