Habitus de James FLINT

« Habitus » qui désigne aussi bien une manière de se tenir, un état, une façon d’être que la complexion physique d’un individu ou la constitution d’un milieu donné c’est aussi le titre d’un roman de James Flint.
Avec Deleuze en exergue, Habitus, est poésie en acte des idées mathématiques, et rend très floue la ligne séparant science-fiction et littérature traditionnelle. Habitus, une « fiction » qui mêle imaginaire et histoire, raconte le monde à partir de la pensée scientifique à l’âge de l’Information qui a succédé à la Seconde Guerre mondiale. Traversant les cinq dernières décennies du XXe siècle, Habitus visite de façon originale l’histoire de l’informatique et de l’industrie des ordinateurs, mais aussi l’ubiquité de la télévision, qui a transformé la conscience humaine et qui permet de penser l’Univers comme champ de quantum.
Habitus est un pavé mais un pavé à dévorer tant par son érudition, le voyage dans le temps qu’il nous propose, son humour et surtout sa contribution à l’émergence du sens critique indispensables en ces temps troublés où la technocratie scientifique bafoue chaque jour les libertés élémentaires de l’être humain.
Le chiffre 3 est partout dans le roman, dès les premières pages, avec l’énoncé des trois sortes de temps de la Kabbale, Zimzum, shevirah et tikkun. 3 sont au démarrage du roman. Joel Kluge le fils prodige d’un boulanger juif de Brooklyn dont le génie mathématique le conduit à quitter sa communauté religieuse et fondamentaliste d’origine pour soutenir une thèse à Cambridge. Combinant l’enseignement de la Kabbale, le jeu, la théorie des maths, l’informatique et les données inhérentes à l’Holocauste, Joel tentera de comprendre les ressorts aléatoires de la chance en créant un nouveau golem de l’ère électronique. Judd Axelrod, le fils d’une actrice anglaise blanche et d’un Américain noir qui a su s’imposer très tôt dans l’industrie des ordinateurs, né aux États-Unis, confronté au problème du racisme. Jennifer Several, jeune fille blanche, fille d’un femme qui a travaillé à Bletchley Park au cassage des codes allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.
De ces trois, naîtra Emma, une enfant qui dispose de deux coeurs et de pouvoirs parapsychiques. Elle est une méta-conscience athée qui transcende l’individualité pour s’affirmer comme autre chose que la simple somme des parties à quoi l’on réduit la procréation. On y trouve des relents de William Sturgeon et son « Plus qu’humain ». Les 3 et l’une ainsi liés s’enracinent alors dans le sens même du mot habitus.
Ainsi dotée de deux types supplémentaires de neurones, Emma n’est pas humaine et utilise ses forces pour réunir ses trois parents au potentiel hors du commun. Autour de ce petit monde orbite Laïka, « celle qui aboit », la petite chienne russe qui a été envoyée dans l’espace par le programme russe de recherche spatiale avant d’entamer les vols habités, et qui a survécu à ce premier vol tandis que beaucoup de gens la croient morte, seule dans l’espace, transformée en être qui peut survivre aux ondes émises par la radio et la télévision terrestres.
Le monde selon Flint est alors une variante fractale de notre réalité entre invention et imprévisibilité des connexions de domaines généralement séparés que sont le savoir et la folie, la technologie et la poésie, l’histoire et le possible. 
Bien que fiction mathématique imprégnée de l’histoire du développement de l’ordinateur, faisant références à Boole, von Neumann, Turing, Mandelbrot et bien d’autres, Habitus est un roman magnifique, poétique et surréaliste, de la science-fiction faite de rêve et de poésie, et transgression. Et comme l’affirmait Eugène Zamiatine auteur de « Nous autres » : « Le monde se développe uniquement en fonction des hérésies, en fonction de ceux qui rejettent le présent, apparemment inébranlable et infaillible. Seuls les hérétiques découvrent des horizons nouveaux dans la science, dans l’art, dans la vie sociale ; seuls les hérétiques, rejetant le présent au nom de l’avenir, sont l’éternel ferment de la vie et assurent l’infini mouvement en avant de la vie. » Flint avec Habitus est un hérétique à lire d’urgence.