Être ouvert à la connaissance, c’est être subversif Les Humanités à ARTEM-Ecole des MINES de Nancy comme rempart et ouverture

« Il faut penser la pensée pour faire l’expérience de l’expérience, il faut la critique des médiations pour atteindre l’immédiat, il faut de la philosophie pour rejoindre le réel. » H. Bergson, La pensée et le mouvant. PUF

L’objet de cette communication est de montrer en quoi les enseignements d’Humanités à l’école des Mines de Nancy s’inscrivent dans la dimension essentielle de la formation de l’humain. Nous montrerons comment le dispositif par sa forme contribue à l’atteinte des objectifs pédagogiques (évaluation, retours des étudiants et indicateurs du changement). Nous détaillerons les compétences visées, et nous montrerons comment nous mettons en place un commun des Humantés à l’école. Nous conclurons par des perspectives de développement au niveau d’ARTEM. 

Une formation de l’humain

Les enseignements d’Humanités, uniques sous cette forme au sein d’une grande école d’ingénieurs française, permettent aux élèves de développer des qualités à plusieurs niveaux :

  • L’ouverture sur autrui : sens de l’éthique et de l’intérêt général, travail en équipe,
  • L’ouverture sur le monde et sa complexité : adaptation, expérience multimodale, expérience de la diversité
  • Epanouissement personnel : connaissance et maîtrise de soi, aptitude à communiquer et à diriger, jusqu’aux qualités physiques 

Selon des modalités basées sur des pédagogies actives, et mettant en œuvre une pédagogie de la capacitation. 

Les missions

Les enseignements d’humanités ont pour objectif de former des esprits critiques, curieux et ouverts sur les enjeux du monde actuel.

Ces enseignements (dans le fond, et par la pédagogie qu’ils mettent en oeuvre) permettent aux élèves de développer leurs capacités d’intuition, de dialogue et d’innovation : cela afin de répondre aux exigences d’une société multiculturelle et complexe dans laquelle ils évoluent.

Compétences visées

Favoriser le développement de la capacité de questionnement et de réflexivité chez tous les citoyens et dans toutes les organisations

Apprendre à apprendre, à interroger et interpréter, plutôt qu’à consommer 

Les enjeux et les principes: attention, motivation, participation active, retour sur ses erreurs, expériences croisées

Ce qui nous guide

« Je propose un enseignement qui donne aussi sa place à l’émotion, à la compassion, à la sollicitude et à la générosité » (Jean Brunelle, 1996)

Enseigner l’esprit critique, et non le respect des manuels, nous invitons les étudiants à mettre en doute les idées reçues et les professeurs, et non les croire aveuglément. La science et la pensée poussent à reconnaître notre ignorance, et, que chez les autres, il y a plus à apprendre qu’à redouter.

Les enseignements d’Humanités de l’école cherche à montrer que la vérité est à rechercher dans un processus d’échanges, et non dans des certitudes ou dans la conviction si commune que « nous sommes les meilleurs ». 

L’enseignement est donc l’enseignement du doute et de l’émerveillement. Subversion, questionnement, ouverture à la différence, rejet des certitudes, ouverture à l’autre et à la complexité sont ce qui font la force des Humanités à l’école, et surtout qui sont incontournables dans la mission qui est la nôtre, former les ingénieurs humanistes de demain. Les Humanités sont donc diversité dans les contenus, et aussi innovation dans les modalités pédagogiques qui privilégient les pédagogies actives, le décloisonnement entre les enseignements par des temps d’intelligence collective regroupant enseignants et étudiants au cours de THAT Camp et des Controverses des Mines.