Et la démocratie s’évapore dans un clic !

Grève ! Campus bloqué pour une durée indéterminée ! Des AG qui ne mobilisent qu’un huitième des étudiants d’un campus ! Où sont les autres ?
Grève ! Campus bloqué ! Le gouvernement s’est engagé à ce que les examens se tiennent comme voté dans les Modalités de Contrôle des Connaissances ! Le président en serviteur zélé, organise une consultation numérique parce que, bien sûr, dans les étudiants qui ne se déplacent pas aux AG, il y en a plein qui veulent que les choses reviennent à la « normale » !
Et voilà ! La démocratie qui s’évapore dans un clic !
La démocratie, la citoyenneté universitaire ,c’est, me semble-t’il, venir s’exprimer et voter aux AG ! Grève ! Campus bloqué ! Ce n’est pas, chers étudiants, des vacances ! Ce n’est pas, je retourne chez papa/maman, et je râle parce que le petit rythme, et le petit confort de la fin d’année s’en trouve bouleversé !
La démocratie, la citoyenneté universitaire, c’est l’opposé de la consommation de l’université, c’est le contraire d’un clic !
Donc, en s’appuyant sur ce postulat, les dirigeants de l’université tirent volontairement et sciemment un trait sur l’engagement citoyen en donnant crédit à ceux qui viennent consommer l’université, ceux qui ne viennent là que pour récupérer leur dû, et surtout pas s’impliquer, vivre, construire l’université.
Donc, en imposant, le mode J’aime / J’aime pas comme réponse à un conflit social, le président et ceux et celles qui ont participé, ont signé l’arrêt de mort d’une démocratie déjà bien malade ! Et la démocratie s’évapora dans un clic, dans ce consumérisme moderne, qui résume toute pensée à un j’aime / j’aime pas !
Alors, chers et chères étudiant.es, ces temps auraient été tellement mieux investis en proposant des pistes, vos pistes, des réponses, vos réponses, à la question – Quelle université voulez-vous en ce début de XXIème siècle ?
Etudiants, Vous n’avez pas été capables d’intégrer les leçons des enseignements qui, normalement, sont là pour vous rendre critiques, et acteurs de la société et pas des rouages de cette société ! Vous avez montré que seul votre intérêt consumériste à court terme vous guide !
Toi président, tu as bien servi le pouvoir, tu as bien su exploiter cette faille, et par là, signer l’arrêt de mort de la pensée critique, de l’université comme lieu qui émancipe, bouscule et invente. En signant cette ordre, toi président, tu fais de l’université française l’égale des universités privées d’ailleurs, qui parce que les enjeux à courts termes priment sur la pensée critique, fabriquent des êtres qui ne chercheront jamais à questionner le monde dans lequel ils vivent – évidemment, parce qu’ils doivent rembourser leur prêt ou simplement obtenir leur diplôme disponible dans le supermarché universitaire !