Chercheurs de toute la France, unissez-vous !

Qu’est-ce que ce projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) conçu en catimini  par le gouvernement et sans que ne soient consultées les instances de représentation nationale ? 
Il est important de tirer la sonnette d’alarme parce que ce projet devait devenir loi, les dispositions qu’il comporte auront des effets dévastateurs sur les conditions de travail des enseignants-chercheurs, sur les conditions d’étude des générations à venir et sur la recherche scientifique. 
Les rapports préparatoires laissent apparaître un démantèlement des dispositifs d’encadrement  national des conditions de travail et des carrières des enseignants-chercheurs. En effet, dans le rapport 2, il est prévu la suppression de la procédure de qualification collégiale nationale qui est là pour garantir, même si ce n’est pas parfait, le niveau de compétences scientifiques et pédagogiques et surtout pour garantir l’égalité de traitement de tous les collègues, quels que soient leur établissement et leur laboratoire. Et ce ce n’est pas tout, ce même rapport abandonne la référence aux 192 hTD et installe la modulation obligatoire de services en fonction des besoins de chaque UFR, la fin du paiement des heures complémentaires ou encore la création de nouveaux contrats précaires (CDI de mission scientifique ou contrat de post-doctorat jeune chercheur).  
Plus globalement, et dans la logique en place depuis plusieurs années, les rapports réaffirment et amplifient la logique de financement sur projet soit le soutien à un dispositif ANR conduisant à distribuer 80 % du financement à 20 % des unités des universités, le repérage d’universités à recherche intensive et la création de bonus performance ! Bonus performance c’est-à-dire un temps consacré à la recherche de financements au détriment de la réalisation des projets ! Bonus performance ou la standardisation d’activités de recherche calibrées, non pas en regard des dynamiques scientifiques, mais des cadres des appels à projet, … 
Et ce n’est pas tout, la volonté affichée est d’en étendre la logique jusqu’à la structuration des équipes de recherche avec notamment la création de CDI de projet de 6 ans maximum ou l’extension de dispositions d’exception favorisant le recrutement de « vedettes internationales » ! ( des tenure tracks dans la novlangue à la mode !). La recherche n’est certainement le fait de quelques figures d’excellence isolées ! La recherche a besoin d’une politique basée sur la confiance dans le professionnalisme des chercheurs et chercheures, des personnels techniques et administratifs, sans qui rien n’est possible, et sur le soutien à des collectifs de travail qui ont su montrer leur capacité de résistance en dépit des coupes budgétaires massives opérées ces dernières années. La qualité de l’université et de la recherche française ne passe pas évidemment par le recrutement de stars mais par l’encouragement des dynamiques collectives et des réseaux de chercheurs, par la préservation de synergies en favorisant réellement l’interdisciplinarité et par le financement d’une recherche fondamentale qui a le temps pour produire des connaissances dont « l’utilité » n’est souvent même pas encore envisagée.  
Il faut sortir de la représentation en images d’Epinal de la recherche et des avancées scientifiques. La réalité est que les véritables avancées scientifiques ne résument pas à quelques figures d’excellence, placées au firmament de la hiérarchie des équipes de recherche, bénéficiant de tous les moyens financiers et médiatiques et « éclairant » ainsi le monde de leurs lumières. 
Aux technocrates de la start-up nation, crions-leur que, dans toutes les disciplines, le collectif, le temps long, la liberté et la prise de risque sont à la base de toute avancée scientifique ! 
Et il y a urgence, parce que tous les rapports préparatoires à la LPPR évoquent une stratégie de concentration des moyens de la recherche sur quelques grandes équipes nationales, dont l’activité serait cadrée par des défis sociétaux définis en dehors des espaces scientifiques. Les rapports prévoient entre autres :

  • la création d’un conseil stratégique de la recherche et de l’innovation rattaché au Premier Ministre qui viendra remplacer le Conseil Supérieur de la Recherche mis en place en 2013, et que se substituera peut-être aux institutions comme l’Académie des sciences, l’Académie de médecine, l’OPECST, la CP-CNU ayant pour mission d’informer le pouvoir !
  • la mise en place d’une cellule stratégique sous la responsabilité du Premier Ministre, constituée de hauts-responsables de l’ESR, dont le rôle serait d’élaborer la stratégie d’innovation de la France.  Cette équipe « de taille très restreinte » devra ainsi « définir les 5-7 transformations sociétales pour lesquelles la France dispose d’avantages comparatifs pour développer des leaderships de portée mondiale » !
  • un renforcement de la logique  de compétitivité, de performance et d’ingénierie scientifique sur la base des défis sociétaux définis au regard des « avantages comparatifs dont la France bénéficie par rapport aux autres pays » ! 
  • la généralisation de la starification au détriment de l’activité collective, en finançant, hors des cadres de rémunération collectifs, des tenure tracks ! Les tenure tracks en novlangue de la start-up nation signifient le recrutement de stars de la recherche afin qu’elles viennent booster le classement de la France dans les classements internationaux en augmentant le taux de publications dans les revues qui comptent !

Alors, pour la liberté, pour le commun, pour la vie, pour l’avenir, « quand tout ce qui a pu être dit, puis crié, puis hurlé, depuis trois décennies, ne rencontre que le silence abruti et le mépris d’acier, qui alors pourra s’étonner que les moyens changent » ! 

Sources 
Rapports LPPR, motion départements de sociologie de l’université de Lorraine, Fritz Lang