Nowakowskismes 8.11. Février, februus, februarius « mois des purifications »

« Les deux tiers des entreprises agricoles n’ont pas, en termes économiques, de raison d’être. Nous sommes d’accord pour réduire le nombre d’agriculteurs », c’est ce que disait Michel Debatisse, secrétaire général de la FNSEA en 1968. 
Ce syndicat a été fondé après la seconde guerre mondiale. Il a accompagné le développement du système agro-industriel depuis des décennies, et tout cela, en co-gestion avec l’État. C’est d’ailleurs tout ce système qui a mis la corde au cou des paysans, tout ce système qui les exploite pour nourrir ses profits et qui finalement les pousse à s’endetter pour s’agrandir afin de rester compétitifs ou disparaître. Cette mission est, on ne peut plus que réussie. Le nombre de paysans et de salariés agricoles est passé de 6,3 millions en 1946, à 750 000 au dernier recensement de 2020. Alors que le nombre de tracteurs dans les campagnes augmentait d’environ 1000%, le nombre de fermes chutait de 70% et celui des actifs agricoles de 82%. Autrement dit, ce sont plus de 4 actifs sur 5 qui ont quitté le travail agricole en seulement quatre décennies, entre 1954 et 1997. Et la lente hémorragie se poursuit aujourd’hui…
Parlons de son dirigeant actuel, un certain Arnaud Rousseau, ancien courtier et négociant, tout droit sorti d’une business school, pur produit de cette idéologie capitaliste. 
Alors que la taille moyenne d’une exploitation en France en 2020 est de 69 hectares, la sienne a une taille qui s’élève à 700 hectares. Et ce n’est pas tout ! Il est à la tête d’une quinzaine d’entreprises, de holdings et de fermes, président du conseil d’administration du groupe industriel et financier Avril dont sont issus des produits bien connus, les huiles Isio4, Lesieur, Matines, Puget. Il est le directeur général de Biogaz de Multien, une entreprise de méthanisation, il est administrateur de Saipol, leader français de la transformation de graines en huile, il est président du conseil d’administration de Sofiprotéol. Il ne faudra alors pas s’étonner que les cadres de la FNSEA, tout comme les dirigeants des plus grosses coopératives agricoles, aient des salaires qui n’ont rien à voir avec  ceux de la majorité des agriculteurs. Pour information, le revenu moyen mensuel des dix personnes les mieux payées en 2020 au sein de la coopérative Eureden est de 11500 €. 
Voici la réalité vécue par la majorité des agriculteurs ! 
Selon l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), dans le monde, le pourcentage du prix de vente qui revient aux agriculteurs est passé de 40 % en 1910 à 7 % en 1997. Alors que, de 2001 à 2022, les distributeurs et les entreprises agroalimentaires de la filière lait ont vu leur marge brute s’envoler de respectivement 188% et 64%, quand celle des producteurs stagne, quand elle n’est pas simplement négative. 
A votre avis, qu’est-ce qui pousse le monde agricole à bloquer les autoroutes, à ouvrir des bouteilles de lait à Carrefour ou à bloquer les usines Lactalis, à labourer un parking, à bloquer le port de la Rochelle, à vider des camions venus de l’étranger, à asperger de lisier une préfecture, à retourner un Macdo, c’est que les industriels  intermédiaires de l’amont, fournisseurs, vendeurs d’agro-équipements, semenciers industriels, vendeurs d’intrants et d’aliments, et de l’aval des filières, les coopératives de collecte-distribution comme Lactalis, les industriels de la grande distribution et de l’agroalimentaire comme Leclerc qui verrouillent le complexe agro-industriel, les dépossèdent impunément des produits de leur travail.
Ce pillage organisé s’explique parce que les subventions qui jouent le rôle pervers de béquilles du système, profitent essentiellement aux plus gros. 
À cela s’ajoutent les accords de libre échange internationaux qui mettent en concurrence les paysanneries du monde entier et ont accéléré ces déprédations économiques. Il est su de tous et toutes aujourd’hui que lorsqu’on parle de « libéralisation », de « gains de compétitivité », de « modernisation » des structures, c’est que des fermes vont disparaître, que la polyculture élevage va régresser – elle ne représente plus que 11% des exploitations actuellement – ne laissant plus qu’un désert vert de monocultures industrielles menées par des exploitants à la tête de structures toujours plus endettées, de moins en moins maîtres d’un outil de travail et d’un compte en banque aux mains des créanciers.
Un système qui a amplifié la dynamique menant à moins de paysans, un système organisé pour qu’ils gagnent de moins en moins bien leur vie, sauf à agrandir toujours et encore leur surface d’exploitation, en dévorant au passage les voisins et les espaces du vivant. Ainsi le « devenir chef d’entreprise » promu par la FNSEA, c’est mettre les agriculteurs dans la même situation que les chauffeurs Uber qui se sont endettés jusqu’au cou pour acheter un véhicule alors qu’ils dépendent d’un donneur d’ordres unique pour réaliser leur activité… 
Et bien sûr, tout cela dans un monde où le système capitaliste prédateur est un des principaux moteurs de la brutalité du changement climatique et des dérèglements écologiques entraînant dans leur sillage la multiplication de maladies émergentes et autres épizooties.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce petit pays bas de plafond qui vient de mettre en « pause » le plan EcoPhyto qui visait à réduire l’usage des pesticides, un plan pourtant indispensable pour la santé des agriculteurs et des écosystèmes. 
Bienvenue dans ce petit pays dont le ministre de l’agriculture a annoncé que le gouvernement ferait appel de la décision contre les « chartes de voisinage », permettent d’assouplir les conditions d’épandage des pesticides !
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des incapables et des vendus à l’agro-industrie et à ce système prédateur, où ce 1er ministre a déclaré qu’aucun pesticide ne pourrait être interdit en France avant que la substance active qu’il contient ne soit interdite dans le cadre européen. Encore « un recul majeur » de ce petit pays dans un mandat d’un président qui avait clamé haut et fort que ce mandat serait écologique ou ne serait pas ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand dans lequel pour le comité d’organisation de cette aberration que sont les JO a décidé de confier la gestion d’une partie de l’hébergement des données de la compétition à la société chinoise Alibaba Cloud malgré les craintes pour la sécurité nationale ! Vraiment n’importe quoi sur toute la ligne !
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde, et pourquoi pas avec l’installation d’un ministère du futur. 
Bienvenue dans des Nowakowskismes, les premiers de Février, ce mot février venant du latin februarius (mensis), le « mois des purifications », en référence à un rituel de l’Antiquité romaine qui se déroulait mi-février. Février est dérivé de februus qui signifie « purificateur » alors, dans ces Nowakowskismes, c’est du système agro-industriel que nous parlons ainsi que d’un imaginaire qui pourrait offrir des alternatives à tout cela. 

Imaginez un Ministère du futur, installé dans une ville quelque part dans le monde,  regroupant des agents climatiques mondiaux qui ont à la fois un rôle d’influenceurs, de diplomates et de précurseurs pour faire bifurquer les États et les entreprises vers des des modèles économiques soutenables et, in fine, réduire la production de carbone dans l’atmosphère. Ces agents seraient dotés d’une conscience politique et écologique, et seraient prompts à multiplier les leviers d’action pour arriver à leurs fins, qui peuvent aussi être amenés à la désobéissance civile. 
Une telle équipe du Ministère serait multi-compétente et militante. Elle pourrait ainsi plaider auprès des acteurs mondialisés de la finance, proposer des crypto-monnaies écologiques, lutter pour soutenir et diffuser les initiatives et les modèles locaux déjà fonctionnels. Pour aider les États à bifurquer, les agents seraient des modèles d’engagement, de conscience et de compétence climatique. Ils ne seraient évidemment pas neutres, même si on a longtemps fait semblant, au cœur des machines d’État, que les idées néo-libérales représentaient la neutralité et le bon sens, laissant se dérégler les processus de compromis et d’élaboration des politiques publiques. En France, par exemple, depuis quelques années, il existe quelques initiatives qui pourraient préfigurer cela, en proposant de mettre en réseau – et donc, aussi, de protéger – les agents publics engagés et compétents en faveur de la transition écologique (par exemple : Le Lierre et Fonction Publique pour la Transition Écologique). 
Comment seraient-ils recrutés ? 
On pourrait imaginer que, du monde entier, les meilleurs de chaque discipline se retrouveraient à travailler ensemble, d’ailleurs sans grande difficulté de coopération ou de collaboration. Construire une équipe de cette trempe, interrogerait aussi sur la capacité des acteurs publics à identifier, embaucher et maintenir en capacité d’action des profils aussi compétents pour réaliser une transition environnementale.
L’autonomie de cette équipe lui permettrait de considérer une grande variété de leviers et de solutions. Pourquoi ne pas envisager intelligemment des technologies de captation du carbone ou de limitation de la fonte des glaces arctiques, susciter des réformes agraires mettant en commun les terres et socialisant les efforts de développement de l’agro-écologie, favoriser la création de l’Internationale des initiatives permacultrices, contribuer à l’établissement de couloirs naturels sur la moitié des surfaces terrestres, accompagner le déplacement des populations fragilisées par le changement climatique, systématiser la prise en compte des activités bénévoles dans les échanges internationaux, travailler à la création d’un commun numérique pour la protection des données… Ce foisonnement d’initiatives et d’exploration serait le lit de nouveaux paradigmes de l’action publique qui permettraient une sorte de planification par la multitude. Même si parmi les nombreuses solutions possibles et explorées, beaucoup auraient vocation à rater, d’autres pourraient passer à l’échelle et dessiner un futur possible.
Cette équipe du Ministère du futur disposerait d’une grande autonomie d’action en tant qu’agence onusienne. Elle serait dotée d’une feuille de route presque illimitée pour travailler pour les générations futures, et elle n’aurait à rendre de comptes à aucune autorité politique. Il pourrait avoir les classiques problèmes de financements, et elle devrait négocier des moyens supplémentaires auprès de sa tutelle. Les agents parviendraient à s’extraire des contingences de l’actualité, pour trouver de réelles marges d’invention, de proposition et de création. Les objectifs et les échéances de l’équipe seraient clairs, les agents auraient carte blanche pour explorer et tester des idées, avec une grande confiance de leur encadrement.
Le Ministère du futur pourrait inscrire son action dans la durée et donnerait aux agents les moyens de l’incarner. Les agents du Ministère seraient là et resteraient là, ce qui leur permettraient d’articuler la tension entre l’urgence d’agir et l’importance de penser l’action dans le temps long. La direction du « Ministère » serait une figure de « décideur dans la tourmente » qui soutiendrait l’action de l’équipe en négociant hors des murs du ministère avec des acteurs politiques et économiques rétifs. 
La lutte contre le terrorisme écologique des hyper-riches serait au cœur de l’action du Ministère. L’une des évolutions dans les moyens d’action du Ministère le conduirait à entamer un travail de sûreté, d’espionnage et d’action discrète, pour limiter l’influence et le pouvoir de nuisance des plus gros pollueurs planétaires. Ce sont eux qui mériteraient de faire l’objet de politiques publiques sécuritaires. Le Ministère du Futur proposerait un renversement radical de la définition de l’éco-terrorisme. Le danger ne vient pas des militants radicaux, des militants écologiste pour le climat, l’agro-écologie, mais de tous ces acteurs industriels, agro-industriels et financiers qui refusent de renoncer à leurs privilèges et qui continuent impunément à détruire le seul endroit où nous pouvons vivre en œuvrant activement contre toutes les tentatives de bifurcation de l’économie pour y intégrer les limites planétaires. 
En réalité, nous n’aurions aucun problème pour penser et agir dans un monde incertain face aux dérèglements climatiques. Déjà, des actions et des postures sont en germe, au sein de certaines collectivités locales ou organisations publiques, dans les réflexions informelles d’agents publics ou dans les mouvements militants. L’enjeu serait de mettre en narration des utopies réelles et des alternatives portées ou favorisées par des actions publiques peu empêchées visant à faire prospérer des initiatives locales. L’enjeu serait avant tout de créer des cadres politico-administratifs et des outils permettant de dépasser les biais et les certitudes de ceux qui refusent d’agir alors qu’ils en ont les moyens. L’enjeu serait avant tout de nous mobiliser pour porter des traités de transformation publique pour des administrations qui s’appuieraient sur la société civile en mettant en réseau les initiatives locales sans perdre de vue les nécessaires rapports de force. 
Et surtout, lisez Kim Stanley Robinson. 
Or, nous sommes bien loin des rêves d’un Ministère du futur ! Aujourd’hui, reconnaître la souffrance et le désarroi du monde agricole n’empêche pas d’examiner les faits et de tenter de démêler les responsabilités dans la situation actuelle. La majeure partie du traitement médiatique tend à faire croire que les agriculteurs et agricultrices parleraient d’une seule voix, celle du président agro-businessman de la FNSEA Arnaud Rousseau. Ce directeur de multinationale, administrateur de holding, partage-t-il vraiment la vie de celles et ceux qui ne parviennent plus à gagner la leur par le travail de la terre ? 
Les agriculteurs formeraient-ils un corps uniforme, qui valoriserait le productivisme au mépris des enjeux environnementaux qu’ils et elles ne comprendraient soi-disant pas ? Difficile à croire et bien sûr faux.
La science a montré que ce modèle agricole industriel et productiviste conduit à une catastrophe sociale et environnementale, que ce modèle concurrence dangereusement les alternatives écologiquement et socialement viables, que cette agriculture ne s’adaptera pas indéfiniment à un environnement profondément dégradé. La science a montré que cette agriculture ne s’adaptera pas à un réchauffement climatique de +4°C pour la France et une ressource en eau fortement diminuée, pas plus qu’à une disparition des insectes pollinisateurs.
Le Haut Conseil pour le Climat (HCC) rappelle que l’agriculture représente le deuxième secteur d’émissions de gaz à effet de serre, avec 18% du total français, derrière les transports. La moitié de ces émissions agricoles provient de l’élevage bovin à cause du méthane produit par leur digestion, 14% des engrais minéraux qui libèrent du protoxyde d’azote et 13% de l’ensemble des moteurs, engins et chaudières agricoles. Ce même Haut Conseil pour le Climat rappelle aussi que la France s’est engagée lors de la COP26 à baisser de 30% ses émissions de méthane d’ici à 2030, pour limiter le réchauffement climatique. L’agriculture doit aussi revoir son modèle dominant pour répondre aux enjeux climatiques. 
Côté biodiversité, la littérature scientifique montre que l’usage des pesticides est la deuxième cause de l’effondrement des populations d’insectes, qui atteint 80% dans certaines régions françaises. Les oiseaux sont en déclin global de 25% en quarante ans, mais ce chiffre bondit à 60% en milieux agricoles intensifs : le printemps est devenu particulièrement silencieux dans certains champs…
Le paradoxe est que ce système cherche à perdurer, contribuant à amplifier toujours plus ces bouleversements environnementaux et menace particulièrement les agriculteurs, tant sur le plan environnemental, à cause du manque d’eau, de la dégradation des sols, des événements météorologiques extrêmes, ou du déclin des insectes pollinisateurs qui induit une baisse de production, que sur le plan sanitaire par l’exposition destructrice aux produits phytosanitaires et les risques de développer des cancers et des maladies dégénératives, et aussi sur le plan financier avec cette spirale destructrice de la compétition intra-européenne et du surendettement provoqué par la nécessité d’actualiser un équipement toujours plus performant et d’acheter des intrants pour pallier les baisses de production engendrées par la dégradation environnementale. 
Et qu’a fait ce gouvernement, pour faire plaisir à la FNSEA et ses satellites, c’est « suspendre » le plan Ecophyto au détriment de toutes les considérations écologiques ! 
Pourtant, il existe des pratiques et des modèles alternatifs réduisant significativement les émissions de gaz à effet de serre et préservant la biodiversité. Ces pratiques sont déjà mises en œuvre par des agriculteurs qui prouvent chaque jour que d’autres voies sont possibles en particulier vers l’agro-écologie. Mais, comme toujours, ces alternatives ont besoin d’un changement de modèle, d’une réorientation des politiques publiques qui contribuent aujourd’hui pour 80 % au revenu agricole. Des propositions, à l’opposé de celles de ce gouvernement, qui soutiennent la baisse de l’élevage industriel et du cheptel notamment bovin avec un soutien à l’élevage extensif à l’herbe, la généralisation des pratiques agro-écologiques et biologiques basées sur la valorisation de la biodiversité et l’arrêt des pesticides chimiques de synthèse. Ces changements de pratiques doivent être accompagnés de mesures économiques et politiques permettant d’assurer le revenu des agriculteurs, leur accès à la terre et leur formation.
Le basculement peut venir de la rencontre entre toutes les branches du mouvement social et écologique qui se sont élevées ces dernières années contre les politiques économiques prédatrices du gouvernement. Le « corporatisme », le « les uns contre les autres » comme les politiques qui maintiennent le modèle agro-industriel sous perfusion ont toujours fait le lit de l’impuissance des luttes et qu’une réorientation complète est indispensable pour la survie, la dignité, la santé et l’emploi de tous et toutes.

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots extraits des mémoires de Louise Michel « Voyez les grains de sable et les tas de blé mûr et, dans les cieux profonds, les astres entassés ; tout n’est-il pas semblable ? Où tout cela s’en va, c’est là que nous allons ; et voici venir la grande moisson, poussée dans le sang de nos cœurs ; les épis en seront plus lourds, elle en sera plus haute ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations 
https://lessoulevementsdelaterre.org/fr-fr/blog/mouvement-agricole-communique-soulevements
https://reporterre.net/Arret-d-Ecophyto-aides-les-mesures-du-gouvernement-pour-apaiser-les-agriculteurs
https://mrmondialisation.org/agriculture-capitalisme-ecologie-revolte/
https://www.linforme.com/tech-telecom/article/missionne-pour-les-jo-alibaba-cloud-debarque-en-france-et-recrute-son-equipe_1405.html
https://scientifiquesenrebellion.fr/raison-d-etre/
https://www.bragelonne.fr/catalogue/9791028120863-le-ministere-du-futur/ 

Musiques 
Fantastic Negrito, Working Poor. https://youtu.be/W66D31klLCk?si=gsgaU4QmfPlSXy8e
Steve Gunn & Bridget St. John – Rabbit Hills (from Light in the Attic & Friends). https://youtu.be/aLg-uB72YWY?si=ueO8vKpj-066OFKG 
Peter Gabriel, Playing for time – https://youtu.be/tB7zDQ0AAf4?si=aBxrkCMmzAaVvsoY 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.11-07022024-10.06/

Nowakowskismes 8.10. Ces gens-là !

Ré-ar-me-ment ! 
Un gros plan de réarmement, une grosse opération de communication à la Poutine, encore et toujours plus de ce vocabulaire guerrier, de ce virilisme idiot d’impuissant, de cette fascination lamentable pour l’uniforme et l’ordre qui relève de la psychanalyse. 
Déjà, au début de la crise sanitaire, ce président de ce petit pays, s’écoutant parlé, avait déjà convoqué tout un champ lexical martial. En dramatisant à l’excès, avec des ficelles usées depuis des générations, ce sinistre personnage espérait comme aujourd’hui mobiliser et créer l’union nationale autour de lui. 
Ben voyons ! 
Or, cette semaine, ces mots viennent non seulement déployer une stratégie de communication et un projet politique mais surtout il réactive toute l’idéologie ultra droitière, et, comme pour la loi immigration, il va chercher les voix de tous les nostalgiques du pétainisme, de l’ordre, des marcheurs au pas de l’oie, en virilisant le pouvoir, quitte à prendre le risque au passage de réveiller le pire, comme dans tellement d’autres pays dans ce monde.
De plus, en servant cette rhétorique belliqueuse et viriliste avec une telle légèreté, cet individu entouré de sa cour servile vise à nous accoutumer à l’idée de la guerre. La peur, comme outil de mise au pas de la société, la peur pour que cette société se tienne sage, parce que, certes, la guerre gronde à nos portes, mais que lui est le seul rempart face à ce message lancinant mais bien présent que la guerre fait partie des possibilités pour nos générations et que bientôt elle sera certainement inévitable. Petit rappel pour ceux et celles qui l’auraient oublié, la dernière fois que l’on parlait de réarmement moral c’était en 1938. A l’époque, les créateurs de cette expression et de ce mouvement qui disaient se battre pour la paix, s’inquiétaient de la remilitarisation de l’Allemagne.
Aujourd’hui, derrière les discours et les postures guerrières, il y a aussi des actes politiques. Depuis novembre, le livret A, épargne préférée des français pourra permettre de soutenir « l’économie de guerre ». Ainsi, les banques pourront faire bénéficier à l’industrie de la défense et de l’armement les fonds du livret A et du livret de développement durable et solidaire ! 
La guerre… je suis né en Lorraine. Que ne n’avons nous pas entendu ? Boches ? Sales boches ? Un truc que les boches n’auront pas ? Nous jouions à la guerre ! Aux cow-boys contre les indiens, ou contre ceux qu’on avait désigné comme les ennemis, les allemands contre les français ! Ça se passait dans les friches industrielles ou dans les bois, dans lesquels nous trouvions les vestiges des forts de la ligne Maginot, ou pire, des obus, des grenades, des balles de fusils de guerre, tant d’objets de mort qui mutilèrent ou tuèrent nombre d’enfants tant d’années après cette guerre ! Les sorties scolaires étaient à Verdun, au fort de Fermont, devant des tas d’ossements, des villages rasés ou des terrains encore marqués par les bombardements de la première guerre mondiale, au camp de concentration de Thil. Mon grand-père nous racontait, non sans humour afin de désamorcer la douleur et le tragique de la situation, l’exode avec sa jeune épouse enceinte et leurs 3 marmots en bas âge. Il nous racontait la fin de la guerre, les rencontres avec les derniers allemands sur les dents, les chiens que les patrouilles allemandes lui lâchaient dessus, et après la libération, les chars détruits, les cadavres, les armes… 
La guerre n’est pas un jeu de mot, la guerre laisse des traces indélébiles sur des générations d’humains. La guerre est surtout l’expression la plus brutale de la violence virile, dans laquelle meurent des enfants, des générations fauchées, la guerre imposée à des enfants partout dans le monde, nés et élevés ni pour tuer ou ni pour être tués.
Or, la guerre est toujours une impasse, un désastre. La paix est toujours la seule solution à prendre en compte et à choisir. Dans ce monde, ceci est loin d’être une évidence, mais la paix doit être une bataille culturelle de chaque instant, et, surtout, la seule que tout dirigeant intelligent devrait raisonnablement mener. Parce la beauté d’un nouveau né, de la vie est toujours désarmante. Parce que l’idée même du réarmement même démographique est une honte, une honte d’envisager les utérus comme des outils au service d’un réarmement quel qu’il soit. Une honte de banaliser ce vocabulaire guerrier. Alors, moi je choisis depuis toujours tous les désarmements, même démographiques, et surtout, pour faire des enfants, c’est l’amour qu’il faut faire, pas la guerre, et faire des enfants c’est aussi la responsabilité que nous prenons d’amener au monde un être humain, et les conditions le monde que nous lui offrons et dans lequel il vivra ou survivra, déterminera certainement si nous ferons ou pas des enfants ! 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce monde où, depuis 2020, les cinq hommes les plus riches du monde ont doublé leur fortune tandis que, dans le même temps, la richesse cumulée de 5 milliards de personnes a baissé. Ces informations ont été révélées par le nouveau rapport d’Oxfam sur les inégalités mondiales.
Bienvenue dans ce monde merveilleux où si cette tendance se poursuit, nous pourrions voir dans près de 10 ans la fortune d’un multimilliardaire franchir pour la première fois le cap de 1000 milliards de dollars alors qu’il faudra encore 230 ans pour éradiquer la pauvreté.
Bienvenue dans ce monde où, la fortune des 5 hommes les plus riches a grimpé de 114 % depuis 2020, dans ce monde où la fortune des milliardaires a augmenté de 3300 milliards de dollars depuis 2020, à une vitesse 3 fois plus rapide que celle de l’inflation, dans ce monde où les 1 % les plus riches possèdent 48 % de tous les actifs financiers mondiaux, dans ce monde où les pays riches du Nord détiennent 69 % des richesses mondiales et accueillent 74 % des richesses des milliardaires alors qu’ils n’abritent que 21 % de la population mondiale.
Bienvenue dans ce monde où, comme toutes les ans à cette époque, l’élite économique se réunit à Davos, où on apprend que sept des dix plus grandes entreprises mondiales ont un·e PDG milliardaire ou un·e milliardaire comme actionnaire principal·e.
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand dans lequel l’égalité a été balayée de sa devise, ce petit pays où les quatre milliardaires français les plus riches et leurs familles Arnault, Bettencourt Meyers, Wertheimer ont vu leur fortune augmenter de 87 % depuis 2020. 
Bienvenue dans ce petit pays où, dans le même temps, la richesse cumulée de 90% des Français a baissé alors que les 42 milliardaires français ont gagné 230 milliards d’euros, autant que pour faire un chèque de 3400 euros pour chaque Français.
Bienvenue dans ce petit pays qui soigne bien les plus riches dans lequel les 1 % les plus riches détiennent 36 % du patrimoine financier total alors que plus de 80% des Français ne déclarent posséder ni assurance-vie, ni actions directement.
Bienvenue dans ce petit pays où 11 des plus grandes entreprises françaises ont réalisé 101 milliards de dollars de bénéfices entre juin 2022 et juin 2023, soit une augmentation de 57% par rapport à la période 2018-2021.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde parce que des pistes existent pour espérer un avenir meilleur, comme augmenter les impôts sur les ultra-riches, car on estime qu’un impôt sur la fortune pour les multimillionnaires et les milliardaires du monde entier pourrait rapporter 1800 milliards de dollars par an, que cet impôt sur la fortune climatique pour les multimillionnaires et les milliardaires taxerait, d’une part, le niveau de patrimoine (la taille de la fortune), et d’autre part, la quantité de CO2 qu’il contient (son impact sur le climat). On pourrait aussi encadrer la part des bénéfices versés aux actionnaires, conditionner les aides publiques aux entreprises aux investissements dans la transition et imposer un écart de rémunération de 1 à 20 entre le salaire du dirigeant et le salaire médian de l’entreprise.
Ce sont des pistes mais, pour cela, il faut du courage, de la volonté, une vision du monde autre que celle qui promeut les puissants, la compétition, la prédation, et surtout autre chose que ces discours martiaux de revirilisation du pouvoir aux relents nauséabonds. 

Bienvenue dans des Nowakowskismes qui, cette semaine, se permettent une petite plongée parmi ces gens-là qui, tenant les rênes de l’économie, formés dans ce qui sont considérées comme les meilleures écoles, installés aux commandes de tous les rouages de l’état et des grandes entreprises installent petit-à-petit et sans honte un état autoritaire, inégalitaire et répressif au service de leurs intérêts !

Pour finir ces Nowakowskismes, promenons-nous un petit peu dans les bois de ce monde du pouvoir bourgeois, et prenons un peu de temps pour observer les moeurs de la nouvelle ministre de l’Éducation nationale et des sports, dont je ne rappellerai pas le nom, digne représentante de cette classe classe dominante sûre d’elle, persuadée d’être dans son bon droit et dont les idéaux et les façons de penser sont forcément très différents du commun des mortels. Ex-directrice générale de la Fédération Française de Tennis percevant un salaire de 500000€ par an, ex-directrice e-commerce, data et transformation digitale du groupe Carrefour percevant un salaire de 1,4 millions d’euros par an, elle est l’épouse d’un ex-PDG de la Société Générale et actuel PDG de Sanofi, elle est la nièce d’éditorialistes et ex-directeur de France télévision, elle est multimillionnaire, et nommée ministre, on peut dire qu’elle se trouve au point de convergence d’un nombre significatif de conflits d’intérêts. Un autre spécimen représentatif de ce monde son mari. Il a longtemps dirigé la Société Générale. Il a été mêlé à l’affaire des Panama Papers, ce scandale qui a révélé les pratiques fiscales de grandes fortunes et de banques françaises, parmi lesquelles la Société Générale. De plus, en 2016, la presse s’est rendu compte que la Société Générale avait créé de nombreuses sociétés offshore avec l’aide d’un cabinet panaméen, alors que ce monsieur avait affirmé, 4 ans plus tôt, devant une Commission d’enquête sénatoriale, que sa banque n’avait plus de lien avec le Panama. Un mensonge sous serment donc. Mais dans sa grande générosité, les sénateurs ont décidé de ne pas le poursuivre, solidarité de classe oblige certainement. Une participation active à la dissimulation des mécanismes d’évasion fiscale de grande ampleur alors que ce monsieur est inspecteur des finances, donc titulaire d’un poste prestigieux dans la Haute fonction publique, formé par des grandes écoles publiques, Polytechnique et l’ENA, pour servir l’Etat, conseiller ministériel du ministre du budget, un certain Nicolas Sarkozy, dans les années 90… 
Toujours le même parcours de la bourgeoisie française (école, collège et lycée des beaux quartiers parisiens, Sciences Po, ENA) et des aller-retours entre public et privé, haut fonctionnaire à la Cour des comptes, puis partir travailler dans le privé, puis revenir dans le public comme ministre par exemple. Il est facile de comprendre l’intérêt pour le secteur privé de recruter ces gens-là, connaisseurs et connaisseuses qu’ils sont des arcanes de l’Etat, capables d’utiliser voire d’instrumentaliser la législation et l’argent du contribuable au profit des actionnaires. À cela, il nous faut pas oublier et sous estimer l’importance des familles nombreuses, par les liens qu’elles créent, dans les médias entre autres, et ne rechignent pas à se faire interviewer, commenter et encenser par les membres de leurs oncles, cousins, cousines, neveux, nièces. Tout est bon pour accroître son pouvoir, blanchir son image et s’enrichir.
Pour entretenir ce système, il faut bien former les rejetons. Stanislas, notre bon vieux Stanislas, ça faisait longtemps qu’il n’avait pas été à ce point dans les médias ! ou encore l’Ecole alsacienne… Ce sont des établissements privés et sélectifs qui permettent d’abord à ces gens-là de s’assurer que leurs enfants ne rencontrent que des gens de leur classe sociale et, qu’ensemble, ils nouent des relations utiles pour l’avenir. Ces établissements n’ont de privé que le nom parce qu’en réalité, ils sont très bien financés par le contribuable, au hauteur de 12 milliards d’euros par an et, dans le cas des lycées parisiens, de façon bien plus large que les établissements publics équivalents. Encore une belle entourloupe, puisque ces gens-là, spécificité bien française, font payer à l’ensemble des contribuables ses établissements privés d’exception dans le secondaire et ses grandes écoles dans le supérieur.  Enfin, ces établissements sont très souvent religieux et conservateurs, dans un projet politique acceptant entre autres l’obscurantisme religieux, l’homophobie et le sexisme.  Alors, de tout cela au pétainisme qui rêve de politique nataliste, en passant par l’ordre comme mantra ou la mise au travail forcé de la population et des lois iniques, il n’y a pas un long chemin, et l’histoire a montré que ce chemin mène au pire !
Ne pas s’étonner que ce président de ce pays qui se pense grand refuse de voter pour une directive qui instaure une définition du viol fondée sur l’absence de consentement. 
Ne pas non plus s’étonner que ce président de ce pays qui se pense grand affirme lors de ce qu’il a appelé le rendez-vous avec la nation que « les jeunes, ce sont des fainéants abrutis par les écrans, qu’il faut mettre au pas par l’autorité, l’ordre, l’armée ou le travail, que les femmes ne font pas assez de gosses et se plaignent trop contre le sexisme, qu’on acceptera peut-être en France des médecins étrangers mais pas les autres étrangers, que l’extrême-droite, rien à faire, l’écologie pareil, et que les flics ont raison de tabasser les citoyens ». 
Pour en finir, rappelons juste que, dans son dernier rapport, le Forum économique mondial de Davos, vous savez ce rendez-vous annuel des maîtres de la planète, s’inquiète des risques environnementaux et sociaux qui pèsent sur le monde et s’amplifient, année après année. 
Ils écrivent entre autres que les risques environnementaux et la polarisation sociale s’ancrent parmi les principales menaces pesant sur les économies et sur les sociétés mondiales, que ce soit à court terme (dans les deux prochaines années) ou à plus long terme (dans la prochaine décennie). Le rapport affirme ainsi que « les risques environnementaux pourraient atteindre un point de non retour ». Or, la crise n’est pas qu’environnementale, elle est aussi sociale. Sans déconner ! 
En troisième position des risques les plus sévères, juste derrière les risques environnementaux et la crise de la désinformation, il pointe la crise de la cohésion sociale en constatant que le fossé se creuse de plus en plus entre des pans entiers des sociétés mondiales, fracturées par les inégalités, la crise du pouvoir d’achat et la persistance de la pauvreté, provoquant une amplification des conflits sociaux et des conflits de valeurs, et la hausse des populismes et des extrémismes politiques. 
Pour finir, ce quelques mots de raison de Kim Stanley Robinson, « Chaque milliardaire est un échec politique. Les milliardaires ne devraient pas exister. Ils devraient être taxés jusqu’à ce qu’ils disparaissent ».

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots de Franz Fanon dans Peau noire, masques blancs publié 1952 « L’aliénation intellectuelle est une création de la société bourgeoise. Et j’appelle société bourgeoise toute société qui se sclérose dans des formes déterminées, interdisant toute évolution, toute marche, tout progrès, toute découverte. J’appelle société bourgeoise une société close où il ne fait pas bon vivre, où l’air est pourri, les idées et les gens en putréfaction. Et je crois qu’un homme qui prend position contre cette mort est en un sens un révolutionnaire ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations
https://www.oxfamfrance.org/rapports/multinationales-et-inegalites-multiples/
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/anne-cecile-mailfert-en-toute-subjectivite/anne-cecile-mailfert-en-toute-subjectivite-du-vendredi-19-janvier-2024-8892888
https://www.frustrationmagazine.fr/oudea-castera-bourgeoisie/
https://www.novethic.fr/actualite/economie/isr-rse/le-forum-de-davos-alerte-sur-la-crise-environnementale-et-la-polarisation-sociale-152032.html
https://reporterre.net/Kim-Stanley-Robinson-Chaque-milliardaire-est-un-echec-politique

Musiques
Trust, l’élite – https://youtu.be/p9YKdHvtTG8?si=M4PKiNHEUz3JgBWx 
The kinks, Sunny afternoon – https://youtu.be/TYIl6n_SRCI?si=yD5P6CmsufCHizGY 
Creedence Clairwater Revival, Fortunate son – https://youtu.be/ZWijx_AgPiA?si=Vsx1CfHkvJ7fVbFv 
Yes, the south side of the sky – https://youtu.be/hBAauFYod80?si=4jRB93_MsdhMy8gP

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.10-22012024-17.01/

Nowakowskismes 8.9. L’humanité ce n’est pas un état à subir. C’est une dignité à conquérir

Vous aimez votre travail ? C’est celui dont vous rêviez ? C’est bien cela que vous souhaitiez faire ? Votre maison, vous l’aimez ? Votre famille, comment va-t-elle ? Et les enfants ? L’avenir des enfants vous préoccupe-t-il ? Ah bon ? C’est difficile ? Vous ne leur voyez pas un bel avenir ? Et l’individualisme ? Et l’agressivité ? Et la violence ? Et la bêtise ? Vous en souffrez ? Avec vos chefs ? Vos sous-chefs ? Les petits chefs ? Comment ça se passe ? Et les gens qui ont de l’argent ? Beaucoup d’argent ? Les gens qui ont du pouvoir ? Vous en pensez quoi ? Et la démocratie ? Est-on en démocratie ? Il y a trop de différences ? C’est uniquement cela ? Quels genres de différences ? De salaire ? D’accès à la culture ? Non ? Alors de quoi ? On n’a pas les mêmes valeurs ? Vous êtes sûr ? Ça veut dire quoi valeurs ? C’est quoi pour vous les valeurs ? C’est compliqué ? Compliqué à expliquer ? Pourquoi c’est compliqué ? Ça se sent ? Ça se voit ? Dans la façon de vivre, de s’habiller ? Vous vous habillez comment ? Normal ? Simple ? Normal, simple, c’est vos valeurs ? Vous êtes heureux ? Vous n’êtes pas heureux ? En France ? C’est mieux ailleurs ? Où ça ? Accueillir ? Y en a pas pour tout le monde ? Il faut protéger ce qu’on a ? On a quoi ? Au juste ? Votre pays, vous l’avez ? Vous l’avez comment ? Vous le tenez comment ? Vous n’aimez pas les questions ? Vous en avez assez des questions ? Les questions ça vous fatigue ? Qu’est-ce que vous aimez ? Le bon système français ? Français qu’est-ce que c’est ? Vous aimez rester planté devant une série ? Vous aimez vous faire livrer votre manger par un livreur à vélo ? Vous ne perdez pas un peu la mémoire ? Et là où vous vivez, vous vous rappelez ? Votre immeuble, de quand date-t-il ? Vous ne vous rappelez pas non plus ? Et toutes ces tâches invisibles, c’est qui ? Pas croyable, vous ne pensez pas ? Où ça nous mène tout ça ? Vous n’avez aucune idée ? Vraiment aucune ? Tout cela, c’est des images, vous ne croyez pas ? Vous aviez compris ? Eh bien c’est déjà ça, vous ne pensez pas ? Ou tout cela ne sont que des images ? C’est tout ? Ah bon ?  Mais vous pensez quoi, au fait ? Ils ne sont pas comme nous ? Et vous, est-ce que vous êtes comme vous ? Est-ce que vous vivez votre vie ? Vraiment ? Est-ce que vous vivez vraiment votre vie ? Votre vie unique ? Celle qu’on n’en a qu’une ? C’est vraiment celle-là que vous voulez vivre ? Vous n’avez pas le choix ? Vraiment ?

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand dans lequel le slogan du patron de la boite qui a remporté l’appel d’offres de l’Education nationale sur l’IA désespère avec ces mots : « La machine aide l’élève et l’élève aide la machine ». 
Bienvenue dans ce petit pays où la bêtise est reine, dès le mois prochain, le logiciel « MIA seconde » sera proposé dans certaines académies, avant une généralisation pour les 800000 élèves de Seconde en septembre. « MIA seconde » c’est une application qui commence par un quizz en français et mathématiques. Elle détecte les lacunes, et propose ensuite une série d’exercices, à l’infini. Ça c’est la partie : « la machine aide l’élève ». Et, dans ce petit pays où la bêtise est reine, on fanfaronne en affirmant « qu’elle capte plus de signaux qu’un enseignant ». Et puis « l’élève aide la machine » parce que, selon le temps qu’il a fallu, la manière dont on a répondu, les scores, les exercices s’affinent. Et tout ça, ça se passe à la maison. 
Bienvenue dans ce petit pays dans lequel la bêtise est reine et dans lequel le ministre de l’éducation affirme que « concernant l’usage des écrans à la maison, nous sommes proches d’une catastrophe sanitaire et éducative chez les enfants et les ados » et qui, en même temps, dans son dossier de presse « choc des savoirs », valide cette phrase : « Les outils numériques permettent d’augmenter l’attention et l’engagement de chaque élève par le biais de contenus ludiques ». Et celle-ci aussi : « La France sera le premier pays au monde à généraliser à titre gratuit l’usage d’une IA à tous les élèves d’une classe d’âge pour accompagner leur progression scolaire ». 
Bienvenue pour un avenir radieux dans ce petit pays qui se pense grand ! Bienvenue dans ce petit pays qui n’a pas compris qu’un logiciel n’a jamais tendu la main à personne. Un logiciel peut réaliser un accompagnement individuel, en aucun cas personnel. Pour un accompagnement personnel, il faut des personnes, des individus, des semblables, des vivants dotés d’une vraie intelligence, capables d’émotions, porteurs d’un regard, capables d’une écoute. Ce qui permet de reprendre confiance, de se sentir soutenu, d’être reconnu, d’être vu comme un semblable et non isolé et seul face à l’écran. 
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des ignares qui déploient ce qu’il faut pour que s’installe peu à peu l’idée que la machine est meilleure, que la transmission peut passer par des algorithmes, et que la notion d’efforts appartient au passé : tout est ludique, c’est magique. 
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des ignares, gavés de l’idéologie de la start-up nation, qui oeuvrent pour que, peu à peu, l’humain s’efface car il est moins performant, parce que le plus efficace est forcément le meilleur, dans l’effacement du politique par une politique guidée par les chiffres ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand, et dont le président veut, c’est dans ses voeux, qu’en 2027, la France ait « 10 ans d’avance » sur l’intelligence artificielle. Bêtise ! 
Pour Hannah ARENDT, « le totalitarisme ne tend pas vers un règne despotique sur les hommes, mais vers un système dans lequel les hommes sont superflus, un monde de réflexes conditionnés, de marionnettes ne présentant pas la moindre trace de spontanéité ». Or, en externalisant de nombreuses facultés et activités humaines, l’informatique – faussement appelé numérique – tend précisément à rendre l’être humain et sa subjectivité superflus.
Alors il faudrait, face à des jeunes gavés d’écrans dès 3 ans, démystifier le tout-numérique, proposer le plus de concret, de réel, de naturel possible. Alors il faudrait, former, d’abord, les profs à ces outils, aux médias, à l’IA, comment ça marche, quoi en faire et pourquoi dans ce monde où ils doivent faire face à tant de défis, et de violences. 
Peut-être, dans ses voeux, promouvoir, au lieu de la compétition, des usages et des techniques soutenables, une informatique durable et respectueuse des humains et du vivants, des usages respectant la dignité… 
Et aussi, peut-être s’inspirer, faire comme en Suède, que nous avons toujours prise pour modèle, renoncer aux écrans omniprésents et ressortir les cahiers, mais surtout remettre à la place que ces outils n’auraient jamais du quitter, au service de l’humain et non l’inverse ? 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Bienvenue, ce soir dans les premiers Nowakowskismes de 2024, ils empruntent leur titre à des mots de Jean Bruller dit Vercors, et qui sont l’occasion, à la charnière de deux années, de regarder un peu en arrière et de tourner nos yeux vers les mois à venir. 

L’année 2024 a débuté en Palestine comme 2023 s’était terminée, par l’étalage terrible du déchaînement de violences, de bombardements d’hôpitaux, de chiffres glaçants concernant les victimes et de promesses d’une poursuite du massacre. En ce début d’année 2024, n’assistons-nous pas en direct à ce qu’on peut nommer un véritable génocide, de la part d’un État et d’individus d’extrême droite qui ne cachent pas leur volonté d’en finir avec la question palestinienne en en finissant avec le peuple palestinien. D’après l’UNICEF plus de 5000 enfants auraient été tués et des milliers d’autres blessés, des dizaines de milliers d’humains ont été tués, 1,7 million de personnes, dont la moitié sont des enfants, ont été déplacées, l’accès à l’eau, à la nourriture, au carburant et aux médicaments est insuffisant ! … Gaza, une enclave inhabitable, un lieu de mort selon l’ONU ! 
En ce début 2024, la guerre en Ukraine se poursuit, interminable, sans fin et s’intensifie. Une année 2024 qui débute dans la honte de nous, parler de lassitude, de remettre en cause l’aide à ce pays, de l’oubli de ces humains livrés à la violence et la folie de ce salopard de Poutine et de ses sbires, et des tractations des USA. Une année 2024 avec le déclenchement de la « campagne d’hiver » qui annonce dans un silence assourdissant un nouveau cortège de morts, de blessés, d’horreurs banalisées.
Ainsi, à Gaza, avec une situation pas seulement due à la continuation d’une guerre coloniale vieille de plus de 75 ans, en Ukraine, encore une histoire qui plonge dans des passés fantasmés, mais partout dans le monde, on assiste à des tendances lourdes aux crises et aux guerres toujours plus meurtrières qui n’ont cessé de s’accentuer depuis 2008. La dynamique de réarmement des puissances européennes et l’accroissement des tensions entre la Chine et les Etats-Unis témoignent de cet état de fait et de la surenchère militariste et belliciste partout dans le monde. Par exemple, l’escalade en cours dans la région de l’Esequibo, attribuée au Guyana à la fin du XIXème siècle par les puissances coloniales réunies à Paris, et revendiquée par le Venezuela sur fond de concurrence avec l’Angleterre et les États-Unis et de très gros intérêts pétroliers, est une autre illustration des dérives actuelles et des réactivations nauséabondes de conflits parfois gelés voire enterrés depuis des décennies.
Tout ce contexte met à feu et à sang de nombreuses régions du monde, du Haut-Karabakh au continent africain en passant par le Proche-Orient, où lorsqu’on ne meurt pas de la guerre, on meurt de la faim, où de l’exploitation dans les mines de matériaux indispensables au confort informatique des plus riches. Au Soudan, la guerre fait peser le risque d’un nouveau génocide dans le Darfour. Dans la corne de l’Afrique, en Éthiopie, la famine menace la vie de centaine de milliers de personnes, pendant qu’on compte déjà les morts par millions en République démocratique du Congo ou encore au Yémen. A chaque fois, derrière les milices locales, les interventions étatiques, les conflits fratricides et les opérations extérieures, on retrouve les puissances impérialistes et capitalistes qui cherchent à défendre les intérêts de leurs multinationales aux quatre coins du globe.
Et dans le même temps que pensez-vous qu’il se passe pour le capitalisme ? Et bien, les bourses mondiales ont atteint de nouveaux records pour clôturer 2023. Les marchands d’armes ont enregistré des bénéfices historiques, augmentant les actions du secteur de 23% au cours de l’année écoulée. Dans ce contexte, et sur fond de crise inflationniste, dans une éternelle répétition de l’histoire, ces dynamiques se cristallisent politiquement par le durcissement des régimes partout sur la planète et par l’avènement de nouvelles forces politiques d’extrême-droite qui se veulent les championnes de l’application de grandes offensives anti-sociales et xénophobes contre les plus faibles, mais aussi les travailleurs, la jeunesse, les malheureux fuyant le pire et l’ensemble des classes populaires.
Tout cela contribue à l’amplification de cette dynamique d’autant plus mortifère que les effets d’une planète qui se réchauffe dangereusement, d’une atteinte sans précédent à la biodiversité, et d’une prédation toujours plus grande du vivant, aggravent la situation et contraignent toujours plus d’hommes, de femmes et d’enfants à l’exil, et bien souvent à la mort dans la mer Méditerranée, dans la Manche ou aux frontières de pays qui dépensent des sommes astronomiques pour construire des murs, poser des centaines de kilomètres de barbelés, et réunir des armées de vigiles. Rappelons aussi que l’année 2024 pourrait être la première à connaître une température moyenne globale de surface supérieure au seuil de 1,5 degrés au-dessus de l’ère préindustrielle selon  l’Organisation météorologique Mondiale (OMM), que la température mondiale de la surface des océans a dépassé le record mondial de chaleur de 2016, alors qu’on est censé être proche du plus froid de l’année, et que… la COP28 a été une nouvelle mascarade cynique, avec une présence incroyable de lobbyistes du pétrole. N’oublions pas que les multinationales pétrolières distribuent en ce moment des dividendes records de 100 milliards de dollars à leurs actionnaires pour la nouvelle année. De belles étrennes que voilà !
Ces dernières années, les tendances à la crise économique et aux crises organiques qui ont continué de s’approfondir, ont aussi ouvert une nouvelle période intense de luttes et de révoltes populaires sur l’ensemble du globe. En effet, les dynamiques réactionnaires et prédatrices ne sont pas les seules possibilités et options contenues dans cette période. L’histoire montre aussi que les grands moments de déstabilisation du capitalisme ouvrent la voie aux crises, aux guerres, mais aussi aux perspectives de grands changements de modèles, économiques, écologiques, éducationnels et politiques. Depuis 2008, les luttes contre ce système ont connu un regain puissant à l’échelle de la planète, de l’Europe à l’Amérique latine en passant par l’Asie du Sud-Est. En 2023, aux Etats-Unis, les travailleurs de l’automobile ont mené pendant plusieurs mois un combat historique contre les trois géants de l’industrie. En France, le cycle de lutte de classes qui s’est ouvert en 2016 a donné lieu à près d’une lutte d’ampleur par an, avec des pics inédits depuis des décennies de radicalité, comme le mouvement des Gilets jaunes ou le soulèvement des quartiers populaires de l’été 2023, et de massivité, comme la bataille contre la réforme des retraites. 
Dans ce monde en pleine tourmente, les mobilisations contre ce système prédateur, ces violences d’état, cette violence quotidienne promue par des régimes qui exhalent du nauséabond pourraient être une bonne nouvelle pour l’année à venir. 
En France, face à ce président, ce gouvernement et à l’extrême-droite, 2024, face au durcissement autoritaire du régime dont la promulgation d’une loi Immigration qui tire son esprit du programme historique de l’extrême droite, l’union des forces d’humanité doit permettre de commencer à bâtir une riposte d’ensemble, contre une politique indigne, contre ce système qui soutient tous ces génocides, pour les salaires et contre la misère, pour la vie digne. 
Ceci se réalisera-t-il, jusqu’à permettre de véritables changements et de véritables rejets de la peste brune, de la violence, de la prédation, de l’appropriation du monde par un petit nombre d’individus ? C’est en tout cas le défi, l’enjeu et le souhait qui pourrait être formulé en ce début de 2024.

Alimentation, transports, consommation… tout doit changer dans nos modes de vie jusqu’à notre rapport au temps. Nous ne cessons d’accélérer. Dans notre consommation d’énergie, de matières premières, d’eau et de nombreux autres indicateurs, tous les compteurs explosent dans une « grande accélération » depuis les années 1950. En attendant et pour espérer voir bouger les lignes, qu’est-ce qui nous attend en 2024 sur le champ de l’écologie, du climat et des défis à relever ? 
Je vous invite à aller voir au cinéma le documentaire intitulé Jeunesse (Printemps) du réalisateur chinois Wang Bing, qui a filmé pendant 5 ans la jeunesse chinoise exploitée dans les ateliers d’habillement, vivant dans la crasse, travaillant 13 heures par jour, 6 jours par semaine, 18000 ateliers dans une seule ville pour 300000 travailleurs exploités et sous-payés… un désastre humain et environnemental, une jeunesse épuisée, le tout entretenu par ce système de consommation effrénée ! 
En France, la loi de souveraineté énergétique sera présentée en début d’année avec plus de six mois de retard. Elle ne porterait que sur la production énergétique et devrait être rebaptisée « Loi de souveraineté énergétique ». Elle fixera des objectifs en matière de production énergétique, de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de rénovation énergétique, de sobriété énergétique ou encore de sources d’énergie bas carbone. 
Du 6 au 9 juin 2024 auront lieu les élections européennes pour désigner les députés qui siègeront au Parlement européen pendant cinq ans. D’ici là, l’objectif pour la Commission européenne est de faire aboutir un maximum de textes dans le cadre du Green Deal. La Belgique, qui succède à l’Espagne à la présidence tournante du Conseil de l’UE le 1er janvier 2024, devra notamment tenter de décrocher un accord important sur l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre à 2040. Il devrait se situer entre 85 et 90%. Alors que la droite et l’extrême-droite se sont alliées pour faire de l’écologie l’ennemi numéro un, le sujet devrait cristalliser les débats électoraux. Le risque est que le Green Deal ne soit définitivement enterré selon l’issue du scrutin.
Les 22 et 23 septembre 2024, sous l’égide des Nations-Unies, se tiendra à New-York le Sommet de l’avenir. Il s’inscrit dans le cadre de la réforme de l’architecture financière internationale et dans la continuité du Sommet pour un nouveau pacte financier mondial, qui s’est tenu en juin 2023 à Paris. Le Sommet devrait être « une occasion unique de renforcer la coopération sur les défis critiques et de combler les lacunes de la gouvernance mondiale, de réaffirmer les engagements existants, notamment envers les objectifs de développement durable et la Charte des Nations Unies, et de progresser vers un système multilatéral revigoré qui est mieux placé pour avoir un impact positif sur la vie des gens ».
La COP16 Biodiversité se tiendra en Colombie, du 21 octobre au 1er novembre 2024. Deux ans après l’accord de Kunming-Montréal conclu en 2022, qui vise à préserver 30% des terres et des mers de la planète d’ici 2030, cette COP sera l’occasion pour les pays de présenter leurs stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité (SPANB). La COP16 Désertification se tiendra quant à elle à Riyad, en Arabie saoudite, du 2 au 13 décembre 2024.
La COP29 Climat se tiendra à Bakou du 11 au 22 novembre 2024 et portera sur la question des financements. Les États devront y adopter un nouvel objectif financier quantifié qui viendra remplacer la promesse de 100 milliards de dollars fournis chaque année par les pays développés aux pays en développement d’ici 2025 pour les aider à faire face au changement climatique. Cet objectif atteint avec trois ans de retard, a crispé les relations Nord-Sud. 
Bien sûr, le choix de l’Azerbaïdjan comme pays hôte qui dépend à 80% des énergies fossiles, interroge ! 
2024, une année qui s’ajoute aux précédentes sur le chemin à parcourir pour préserver nos libertés, tendre vers l’égalité, redécouvrir la fraternité et instaurer enfin le respect et la dignité aux humains et non-humains.

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots de Deleuze dans Nietzsche et la Philosophie : « La bêtise est une structure de la pensée comme telle : elle n’est pas une manière de se tromper, elle exprime en droit le non-sens dans la pensée. La bêtise n’est pas une erreur, mais un tissu d’erreurs. On connaît des pensées imbéciles, des discours imbéciles qui sont faits tout entiers de vérités ; mais ces vérités sont basses, sont celles d’une âme basse, lourde et de plomb. La bêtise et, plus profondément, ce dont elle est le symptôme : une manière basse de penser. […] Lorsque quelqu’un demande à quoi sert la philosophie, [les Nowakowskismes], la réponse doit être agressive, puisque la question se veut ironique et mordante. […] [Ils servent] à nuire à la bêtise, [ils font] de la bêtise quelque chose de honteux ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/les-cinq-grands-rendez-vous-climat-de-l-annee-2024-151987.html
https://www.revolutionpermanente.fr/2024-vers-une-annee-de-crises-de-guerres-et-de-revoltes-ouvrieres-et-populaires
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-edito-politique/l-edito-politique-du-jeudi-04-janvier-2024-7238366 
https://lundi.am/Questions-questions-pour-en-finir-avec-2023 

Musiques 
Hubert-Félix Thiéfaine, Les dingues et les paumés – https://youtu.be/tpc2eaoeq1I?si=4NGCGVOBI2opFftc
Damien Jurado, Silver Joy – https://youtu.be/1LjNarVhcLU?si=1ioOor2sohRTNLcC 
Harmonium, Les 5 saisons – https://youtu.be/NkNzlf2MczE?si=n2FOLlCz9IlBbwKY 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.9-08012024-11.11/

 

Nowakowskismes 8.8. Aubes

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce soit-disant grand pays où 700 bébés sans abris se réveillent tous les jours après avoir dormi sous une tente, un pont, ou un porche.
Bienvenue dans ce « grand pays » où 2200 enfants, ces enfants qui sont les amis de vos enfants, ces enfants qui sont les amis de vos frères et soeurs, ces enfants qui sont les camarades de classe de vos enfants, ces enfants qui sont les camarades de classe de vos frères et soeurs, n’ont pas de toit sur la tête lorsque vient la nuit. 
Bienvenue dans ce petit pays qui se veut grand, dans lequel ces chiffres sont sans précédents car le nombre d’enfants sans abri a augmenté de 41% en un an. 
Alors, comment dans ce petit pays qui se pense grand, peut-on sereinement dormir chez soi, en sachant qu’en bas, dans la nuit, une mère serre son bébé sous un drap ? Que s’est-il passé pour que nous soyons tombés si bas ? Avons-nous toutes et tous perdu la raison ? Et surtout qu’attendons nous au juste ? Que ces enfants, ces femmes, ces hommes meurent de froid ?
Alors, si nous sommes encore un grand pays, c’est le moment de le montrer ! Partout où nous le pouvons, ouvrons les portes et prêtons un toit. Des écoles hébergent déjà des élèves la nuit. Partons à la chasse aux locaux inoccupés, dans chaque ville, et que ce multiplie les panneaux « Ici, on vous accueille » ! 
Ici en Lorraine, notre université qui va fermer ses portes pendant deux semaines, laissant des milliers de mètres carrées inoccupés, ne pourrait-elle pas en faire autant ?
Bienvenue dans ce pays dans lequel l’air est de plus en plus nauséabond, bienvenue dans ce petit pays qui fait honte, bienvenue dans ce petit pays, « des droits de l’homme » dont la représentation nationale vient de voter la préférence nationale, la fin du droit du sol, le rétablissement du délit de séjour irrégulier, la déchéance de nationalité, le durcissement du regroupement familial, les prestations sociales conditionnées à la durée de présence en France, le titre de séjour « étudiant » remis en cause, la « caution » pour le droit d’étudier en France, les quotas migratoires, les restrictions d’accès au titre de séjour « étranger malade » et la réforme de l’AME dès 2024 !
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 

Ce soir, l’humeur n’est pas vraiment au conte de Noël. Mais quand même, la tradition étant la tradition, je vous invite à ce petit voyage qui j’espère apaisera en partie et ponctuellement  les douleurs d’être de ce temps. Prêts pour cette petite promenade ? Prêts pour cette course vers l’aube ? 
Né ans le coeur d’un réacteur nucléaire, dans le gigantesque chaudron d’une étoile modeste par la taille, le Soleil, il va ricocher et errer pendant un million d’années dans ses entrailles avant d’en crever la surface et de s’échapper dans l’espace. Du coeur de ce petit système perdu dans un coin de la Voie lactée, il lui faudra huit minutes pour rejoindre la 3e planète, celle qu’on appelle Terre, durant son trajet, jamais il ne sera ralenti dans sa course. Dans le vide de l’espace, il suit un chemin dessiné sur une étrange géométrie étrange à une vitesse définie par son existence même, la vitesse de la lumière.
Traversant les différentes couches de l’atmosphère de la Terre, à la fois onde et particule, comme il le fut montré par de nombreux physiciens humains, il est aussi de quatre dimensions faisant de lui un sablier cosmique mêlant les trois dimensions du temps, de l’espace et de l’esprit humain. Dès les premières couches de l’atmosphère rencontrées, les premiers chocs, les premières rencontres avec des formes de matières plus denses, chocs qui ont pour effet de libérer des frères et soeurs captifs de l’inerte, tous pareils, tous sans masse, tous de spin 1, ils portent le nom de bosons, et comme eux, trois cent soixante degrés plus tard, il est de retour à un point de départ. Les bosons cohabitent avec les fermions, plus étranges, qui eux ont besoin de tourner sur sept cent vingt degrés pour faire la même chose. L’univers qu’il traverse est fait de tous ces êtres exotiques et singuliers, aux propriétés étranges, qui demandent aux humains des installations gigantesques pour les comprendre et les révéler.
Lui, par contre est d’une simplicité ultime. À taper sur des atomes, à les entraîner dans sa danse, respectant des lois universelles, tous ces chocs agitent le bain atmosphérique et nait alors la chaleur. De choc en choc, sa course peut s’arrêter, suspendre définitivement son mouvement, ou lui permettre de rebondir et repartir dans l’espace, devenant la lumière dans l’oeil d’un habitant de « cette boule à couleur de safran », levant la tête vers la grosse boule bleue et le recevant droit dans la rétine, en une sorte de pixel bleu d’une extrême finesse, au point que l’onde produite est alors plus facile à détecter, peut-être plus facile encore à imaginer et à comprendre. Cette fameuse dualité onde-particule, qui travailla des générations de physiciens, bien réelle mais tellement difficile à concevoir, difficile à voir parce que, comment faire entrer quatre dimensions dans un esprit à trois dimensions, quatre dimensions pour un être mystérieux mais incroyablement commun, sans masse et innombrable, bien plus nombreux que tous les autres constituants y compris, comme cette « matière invisible », incroyablement présente, mais si insaisissable, univers parallèle chevauchant légèrement le nôtre, peut-être rien de plus que des ondes, en tout cas sensibles à la gravitation puisque l’existence de cette matière nous est révélée par des effets gravitationnels. Ce voyage nous mène alors à la croisée des chemins entre la cosmologie, l’astrophysique et la physique des particules, parce que la matière visible ne suffit pas à rendre compte des mouvements des étoiles dans les galaxies et des galaxies dans les amas galactiques et qu’il faut ajouter une matière « noire », invisible, interagissant très peu avec la matière ordinaire.
Il est l’incarnation même de la lumière, visible, mais infinitésimal jumeau d’une matière noire pas noire, invisible, qui représenterait 84 % de la densité totale de matière de l’Univers, ombre sur la trame de l’univers. Un mystère parmi une foule de mystères.
Alors, rebondissant à nouveau de la Terre bleue, à l’œil d’Hécate, il reprend sa course immortel, immuable, le photon sera ce qui restera de nous quand toute trace de nous aura disparu. 
Mais tout ça c’est vieux, très vieux. Tout ça s’est mis à flotter partout autour de nous depuis des milliers, des millions, des millards d’années. Disons que la planète naît à minuit et que sa vie court sur un jour. La vie n’apparaît pas avant 3 ou 4 heures du matin. Et puis, il y a tout. Quelque chose de fou arrive un peu après-midi. Les cellules se développent. Puis, au deux tiers du jour, les animaux et les plantes prennent des chemins séparés. Mais la vie n’est encore que des cellules simples. Le crépuscule tombe avant que la vie composé s’impose. Tous les grands organismes vivants n’arrivent qu’à la nuit. Les plantes parviennent à la terre juste avant vingt-deux heures. Vers onze heures, les dinosaures ont fait leur temps et laissent la place aux mammifères. Partout, c’est là. Partout dans l’eau, partout parce que cette planète est planète océan, avant d’être planète terre, partout parce que cette planète océan, illumine la trame de l’univers de ce bleu qui la rend unique. Partout l’eau, la vie, partout où on a vu de l’eau, dans les lacs, les étages, les rivières, l’océan, même dans la glace, même dans l’air, la vie en formes, tellement de formes, parfois rondes comme le soleil, parfois allongées comme les branches d’un arbre, ou semblables à un flocon de neige, invisibles à l’oeil nu, mais innombrables, comme le photon. Imaginez un champ au printemps. 
Des bourgeons qui se mettent à éclore, les fleurs qui s’ouvrent, grandissent, se divisent, se multiplient, fanent car les flux de photons descendus de notre étoile sont au rendez-vous, et tous ces chocs, toutes ces interactions qui font monter la température créent le cercle vertueux indispensables à l’émergence de la vie. Les abeilles butinent de gauche à droite sans relâche, transportant de gauche à droite des pollens en autant de semailles pour de nouvelles générations. Les myriades d’insectes s’en donnent à coeur joie, puis les petits herbivores viennent y trouvent leur bonheur car la nourriture est au rendez-vous, toujours plus abondante. Comme dans l’océan où dès les origines, de tous petits organismes invisibles à l’oeil nu se sont multipliés très rapidement, des proliférations massives, si étendues que l’oeil d’un observateur en orbite pourrait les voir, voir ces étendues de vert qui se déploient sur le bleu des océans, là où tout a commencé. L’humain moderne fait ses premiers pas quatre secondes avant minuit.
La sensation de revenir à la vie, mais pas complètement, une semi-vie peut-être. Une obscurité encore totale, à moins qu’un soupçon de lumière, quelques photons errants, ne se pointent à l’horizon. Un tourbillon de souvenirs et de fantasmes, une frise brossant le passé, réel ou imaginaire, badigeonnée sur la paroi de son crâne. Déjà, les ténèbres se piquaient de tâches lumineuses, des paquets plus massifs de photons, des ondes plus intenses, mais rien de très net encore, rien ne pouvait se distinguer encore du sol. Un grattement, des doigts douloureux, la faim, la chaleur, des sensations et impressions efficacement simulées, presque comme s’il vivait vraiment, presque comme s’il avait … un corps ! 
Rêvait-il toujours ? 
Il était quelque part à présent, un toit, un espace flou, rond, comme s’il était au centre d’une sphère. Reprenait-il conscience ? Peut-être, peut-être pas. Il essaya de se redresser. Puis une sensation de chaleur, une lumière vive, l’odeur de la poussière, il toussa. Au prix de gros efforts, il parvint à ouvrir les yeux, n’aperçut qu’un terrible flux de photons, brulant l’intérieur de son crâne. Une sensation étrange, un étourdissement, il força ses paupières à s’ouvrir, il vit autour de lui, il se leva. Qu’avait-il été ? 
L’astre chaud qu’il sut appeler Soleil avait amorcé sa descente. Il marcha droit devant lui, il traversa des restes de jardins, progressant lentement vers une direction qui s’imposait à lui. Il rencontra une rivière, son eau était bizarrement colorée, comme si elle était envahie par une nouvelle espèce de vie végétale, longue et filamenteuse, qui se recourbait au toucher, comme plus proche de l’animal que du végétal. La route était simple, mais il aperçut au loin vers le sud, la tour qui rayait le ciel, il s’approcha et traversa les premières habitations, jusqu’à arriver à proximité de la tour, et là, il se rappela pourquoi il était là. 
Il n’était pas seul. Ils étaient nombreux à marcher, venant de tous les coins de ce pays, convergeant vers ce point, convergeant tous, mus par cette force incontrôlable, irrepressible. Ils avaient en eux, ces mots grecs.  Les grecs avait ce mot, Xenia, signifiant l’amitié envers l’hôte, le devoir de prendre soin des étrangers de passage, d’ouvrir sa porte à quiconque s’y présente, car tous ceux qui passent ainsi, loin de chez eux, peuvent être des dieux. Ovide raconte d’ailleurs l’histoire de deux immortels descendus sur terre incognito pour purifier le monde infecté. Nul ne les accueillit excepté un vieux couple, Philémon et Baucis. Leur récompense pour avoir ouvert leur porte à des étrangers fut de continuer de vivre après leur mort sous la forme d’arbres, un chêne et un tilleul, puissants, gracieux et entremêlés. En fait, à l’objet de nos soins, nous finirons par ressembler, et ce semblable nous préservera quand nous ne serons plus… Ils étaient là, pousser par cette force irrépressible pour rappeler, manifester, reprendre ce qui avait été pris par ces gens qui avaient érigés l’autre en ennemis, qui avaient laissé errer dans les rues les plus faibles qui avaient livré à la violence les plus faibles, qui avaient rejeté ceux qui préféraient affronter le danger, la mort que de rester dans des régimes assassins. Ils étaient là parce qu’ils étaient ceux qui étaient là pour empêcher le monde de s’effondrer. C’était la veille de Noël, ils venaient juste offrir comme cadeau à tous les malheureux mourant de misère et de froid, leurs forces, l’énergie qui leur avait été confiée et surtout jeter à bas tous ces salauds faisant carrière sur la misère et la peur. 
Il y a une tradition hébraïque qui remonte aux premiers temps de cette civilisation. Cette tradition évoque des personnes qui, en secret, empêchent le monde de s’effondrer. Ces personnes portent le nom de Tradikim Nistarim, c’est-à-dire « les Justes cachés ». Ces personnes sont des personnes ordinaires qui ne sortent du rang et n’agissent que lorsque l’humanité est en danger, puis rejoignent la masse une fois leur tâche accomplie. Certaines versions de la tradition fixent leur nombre à trente-six, ils sont répartis sur la planète et ignorent leurs identités respectives. Ces personnes vivent une vie normale puis, dès que la situation l’exige, passent à l’action. 
Or ils n’étaient pas trente six ! Nous étions des millions. Et cette énergie, ce devoir-là nous incombent à tous alors, ce mot de mobilisation était sur toutes les bouches ! Levons-nous ! 
S’il est un cadeau que nous puissions mettre sous les sapins de Noël, c’est cette force, c’est cette force de nous lever pour nous opposer à cette banalisation des idées nauséabondes de l’extrême droite, des fascistes, c’est de nous lever pour mettre un point d’arrêt à tout ce qui perpétue et amplifie le désastre humain qui se déroule dans nos rues, c’est de nous lever pour mettre un point d’arrêt au désastre politique entretenu par eux, les plus vils des êtres ! 
Et ce photon toujours, s’extrayant du noir de ce monde terrestre, qu’il dépose encore sur la trame sombre de l’univers cette boule bleue unique et merveilleuse de cette planète, cette boule emplie de tous les espoirs de tant de générations, cette boule accrochée à l’arbre des causes qui nous mènent en ce jour de solstice d’hiver, d’une année finissante avec dans le bleu des océans l’espoir et les souhaits d’un meilleur, de vies meilleures et dignes, d’avenirs réjouissants et d’aubes radieuses ! 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, et prenons le temps de nous laisser traverser par ces quelques mots de l’écrivain et activiste italien Erri de Luca, peut-être comme une prière aux jours présents pour les temps à venir : 
« J’attache de la valeur à toute forme de vie, à la neige, la fraise, la mouche.
J’attache de la valeur au règne animal et à la République des étoiles.
J’attache de la valeur au vin tant que dure le repas, au sourire involontaire, à la fatigue de celui qui ne s’est pas épargné, à deux vieux qui s’aiment.
J’attache de la valeur à ce qui demain ne vaudra plus rien, à ce qui aujourd’hui vaut encore peu de choses.
J’attache de la valeur à toutes les blessures.
J’attache de la valeur à économiser l’eau, à réparer une paire de souliers, à se taire à temps, à accourir à un cri, à demander la permission avant de s’asseoir, à éprouver de la gratitude sans se souvenir de quoi.
J’attache de la valeur au voyage du vagabond, à la clôture de la moniale, à la patience du condamné, quelle que soit sa faute.
J’attache de la valeur à l’usage du verbe aimer et à l’hypothèse qu’il existe un créateur.
Bien de ces valeurs, je ne les ai pas connues ». 
À méditer bien sûr. 

Illustration de cet épisode par Nathalie ISSENMANN 

Sources et inspirations
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/anne-cecile-mailfert-en-toute-subjectivite/anne-cecile-mailfert-en-toute-subjectivite-du-vendredi-15-decembre-2023-3272882

Musiques
Déjà vu, CSNL – https://youtu.be/mup1xIAwyKo?si=LM-m5k0CqDTlQLZL 
Antony and the Johnson, Knockin’ at the heaven’s door – https://youtu.be/PFiSHiTyzlA?si=rbJt67rFNQu30MUj 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.8-21122023-09.44/

Nowakowskismes 8.7. Escapade à Samarobriva

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde dans lequel la COP28 se tient en ce moment à Dubaï, aux Émirats arabes unis, dans le monde de l’industrie pétrolière, de la bagnole triomphante et de la débauche énergétique. 
Bienvenue dans ce monde dans lequel, ces deux dernières années, les secteurs du pétrole et du gaz ont enregistré des bénéfices records, tant au niveau global qu’au niveau des entreprises, estimés à 4000 milliards de dollars. Auparavant, les estimations annuelles habituelles s’élèvent plutôt à 1500 milliards de dollars. 
Bienvenue dans ce monde dans lequel les cinq plus grandes compagnies pétrolières internationales ont déclaré à elles seules 199 milliards de dollars de bénéfices nets en 2022 avec 161 milliards de dollars rien que pour Saudi Aramco, la tristement célèbre compagnie saoudienne.  
Bienvenue dans ce monde où les humains auraient besoin de 1,7 planète Terre pour maintenir le rythme de consommation actuel. 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 

Ce soir, je vous invite dans des Nowakowskismes inhabituels. Ce sont des Nowakowskismes qui trouvent leur inspiration dans le déplacement professionnel que j’ai fait cette semaine à Samarobriva. Samarobriva… ça existe cela ? Ben oui ! Ce voyage fut également l’occasion d’un retour aux sources, accompagné d’une énigme, d’un petit tour où furent écrites les histoires qui ont accompagné toute ma vie, chez Jules Verne qui me donna mes premières lectures, qui fit naître en moi toutes sortes d’imaginaires, qui me fit voyager partout sur la planète et qui contribua à faire l’adulte que je suis devenu. Une histoire qui commença, il y a bien longtemps et qui vient irriguer les Nowakowskismes en ces débuts de décembre 2023. 
C’était en ce début de décembre 2023. Un courriel étrange, alors qu’il se préparait à partir, arriva dans sa boite aux lettres, pas d’expéditeur, et un message unique et étrange, incomplet :
«  Un format … plions en deux, … longueur … largeur est la moitié … des rectangles … En pliant ensuite … A0… algèbre … de notre A… »
Bizarrement, le contenu de ce courriel était un texte à trous, voulu ou des problèmes de transmission, d’affichage, de codage du courriel venu de je ne savais où, … » signé E. 
C’était exactement, le 4 décembre de cette année 2023. Il devait prendre la route pour se rendre à Amiens, pour une réunion de travail à l’université Jules Verne, une réunion dite de créativité comme les universités françaises ne cessaient d’en produire depuis quelques années, une réunion en lien avec un des nombreux projets universitaires nationaux qui distribuaient à leurs meilleurs petits soldats des euros par millions. L’université française était entrée soumise dans ce monde merveilleux fait de classements, de projets, d’une excellence basée sur l’obéissance aveugle aux critères et indices de performance produits et imposés par le système capitaliste. 
Il ferma son ordinateur, emmena dans son sac de quoi lire, parce qu’il avait toujours un ou deux livres dans son sac, mais aussi pour s’évader des ateliers s’ils s’avéraient être inutiles et sans intérêt. Il emmenait aussi de quoi écrire et dessiner, ça aussi c’était une habitude prise, il y a si longtemps, c’était avant même d’entrer pour la première fois à l’école.  
Il chargea la voiture de service, le météo n’était pas fameuse, entre les dépressions et tempêtes qui se succédaient depuis plusieurs semaines. Après un mois de juillet qui avait été le plus chaud de l’histoire et, très probablement, le plus chaud des 120000 dernières années. Quatre « dômes de chaleur » répartis dans l’hémisphère nord, en Asie occidentale, en Amérique du Nord, en Afrique du Nord et en Europe méridionale, avaient contribué à la montée en flèche des températures, battant des records de plusieurs degrés. Plus loin, dans les Andes, l’hiver s’était transformé en un été brûlant. À la chaleur meurtrière s ‘étaient ajoutées des pluies et des inondations sans précédent, dans un cycle de l’eau lui même perturbé sur cette planète appelée Terre mais qui est d’abord océanique. Or cette année, les océans qui ne furent jamais aussi chauds, n’absorbèrent plus les surplus de chaleur, augmentant ainsi les quantités de vapeur d’eau, qui est elle-même un puissant gaz à effet de serre. Les humains et leurs activités avaient mis la pression sur le vaste moteur thermique de l’atmosphère, provoquant toujours plus de conditions météorologiques plus extrêmes qui avaient donné les désastres de ces derniers mois. 
Il prit donc la route comme il prenait la mer, dans cette époque de l’année allant de novembre à mars, où, dans cet hémisphère, la météo est la plus dure. Il devait traverser ces régions vers le nord, où rien n’arrête ni ne calme les immenses houles venant de l’océan, plongé dans une atmosphère troublée et assombrie par les tourmentes descendant des hautes zones de la planète océan.

Depuis son départ de Nancy, la pluie tombait sans trop de violence. Les larges gouttes se pulvérisaient sur le pare-brise de la petite voiture de service de l’université, le blues de Robert Finley emplissait l’habitacle d’une chaleur venue des bayous de Louisiane. Les rafales humides qui couraient dans l’air bousculaient la voiture et il devait sans cesse redresser le cap pour rester dans l’axe de la route. Il avait longé des forêts, des villes restées au lointain, et il suivait depuis, au son de quelques morceaux de musique, une route qui s’enfonçait dans les terres sous de grands arbres ruisselants. De vastes pâturages se développaient d’un côté et de l’autre de la route, autour de fermes isolées. Quelques troupeaux paissaient encore dans l’herbe qui était encore verte et affrontaient le mauvais temps pour se nourrir. La chaleur et la sécheresse du printemps et de l’été n’avait pas permis de refaire les stocks de fourrage pour les troupeaux. C’était, pour eux, manger en affrontant les pluies et les tempêtes ou finir à l’abattoir. Terrible constat dans une région qui avait vu, il y a plusieurs dizaines d’années, l’extraction de la dernière tonne de charbon, et qui avait tenté un retour des activités agricoles. Autrefois, dans ces régions, en toute saison, la population des mineurs, au-dessus comme au-dessous, animait ce territoire. Les rails de ces industries étaient maintenant enterrés, disparus sous les routes chargées d’acheminer les flots de voitures entre les les villes où les humains se regroupaient toujours plus nombreux. 
Il fit une petite pause pour boire une tasse de thé versé d’une gourde qu’il avait préparé avant de partir. Le message lui revint. Il rouvrit son ordinateur. Que voulait bien dire cette succession de mots, de blancs ?… Qui s’amusait à lui envoyer cette énigme ? Certainement une farce d’un de ces collègues, et il espéra juste qu’il ne s’agissait pas d’un SOS comme dans le roman de Jules Verne, Les enfants du capitaine Grant. 

« Un format … plions en deux, … longueur … largeur est la moitié … des rectangles, .. A0… » 

À ce propos, pourquoi avait-il accepté cette mission ? 
En réalité, la raison principale était que ça se passait à Amiens, et qu’Amiens était la ville de Jules Verne, qu’il lisait Jules Verne depuis qu’il savait lire, et que les histoires racontées par Jules Verne avaient accompagné toute son existence. Alors, à ce moments-là, en route vers Amiens, qu’il pensât aux enfants du capitaine Grant, ou qu’en traversant ce nord de la France, il se rappelât Les Indes noires, même si l’histoire se passe en Ecosse, n’étaient pas des surprises. 

« largeur est la moitié … des rectangles, .. A0… » qu’est-ce que cela voulait bien dire ?

La nuit était tombée. Il s’approchait de sa destination et il se concentra sur la route, laissant dans un coin de son cerveau, l’énigmatique suite de mots. Dans le noir du ciel, posé sur le noir de la terre, le pinceau de ses phares ouvrait le chemin, et au loin, il vit le phare. Un phare indiquant la route, un phare au coeur de la ville de Jules Verne, quelle situation incroyable ! Comme le fameux Phare du bout du Monde, il possédait un feu fixe. Comme le phare du bout du monde, il n’était pas à craindre qu’il puisse être confondu avec un autre feu, puisqu’il n’en existait aucun sur ces parages. Il n’avait donc point paru nécessaire de le différencier, soit par des éclipses, soit par des éclats, ce qui permettait de supprimer un mécanisme toujours délicat, et dont les réparations eussent été malaisées dans une ville qui n’avait rien d’une ile stratégique sur le chemin du Cap Horn. Guidé tel un de ces capitaines cherchant leur chemin dans les basses latitudes de la terre, il entra dans les faubourgs, trouva son chemin au milieu des récifs de la civilisation urbaine, et finit par garer son véhicule dans un parking souterrain non loin de la gare SNCF, au pied de ce qu’il apprit être, non par le phare du bout du monde, mais la tour Perret. Il sortit ses bagages, et c’est à pied qu’il se rendit à son hôtel, l’hôtel de l’univers, au pied du phare du bout du monde, dans la ville de Jules Verne, la scène était plutôt excitante, et avec en plus un étrange message à décoder, ce qui ne gâchait rien.
Il prit sa chambre, une grande chambre donnant sur le coeur de la ville, et de sa fenêtre, il pouvait voir la tour surplomber la ville. Il prit un diner rapide dans un restaurant à quelques pas de l’hôtel et il se coucha et s’endormit rapidement d’un sommeil sans rêves, son âme ayant décidé d’aller planer du côté du Mont analogue. 

Il se réveilla dans la nuit du matin… « Où suis-je ? Noir, un si long noir, une nuit sans fin … Pas d’images, juste des rectangles, des lettres, des chiffres, comment me suis-je retrouvé ici ? » 
Il bougea une main, puis l’autre, … ses pieds engourdis, … comme morts… et il revint à lui, l’hôtel de l’univers, Amiens, le phare, le message, la réunion et les ateliers qui débutaient dans quelques heures, tout se remit en place, mais quelle étrange sensation, inhabituelle surtout ! 
Douché, habillé, petit déjeuner pris, il se rendit au campus Citadelle de l’université, traversant les quartiers de la ville, découvrant les petites maisons du quartier Saint-Leu blotties les unes contre les autres, traversant la place de la cathédrale battue par les bourrasques froides et humides venues de l’océan, passant le petit canal. Là, sur le campus, tout était fléché, un café était servi avant la conférence introductive, les discours d’usage et le début des travaux. Il n’écouta que d’une oreille les discours, concentré sur le message : « plions en deux, … longueur … largeur est la moitié », « A0 » … la réponse ne devait pas être très loin, il le sentait mais là, dans cet amphi, parmi ses collègues venus de toute la France, tous occupés à répondre à leurs mails, il ne voyait pas. Il fallait se rendre aux ateliers, comme tous les autres, il dût se plier aux banals exercices de remue-méninges, de post-it, de feuilles découpées, d’idées qui ne seraient jamais retenues, … une séance de travail manuel qui occuperait la journée, mais qui donnerait quoi ? Un rapport pour le ministère. 
Il plia des feuilles, écrivit des mots, des idées, il reprit des feuilles sur la pile de feuilles A4 mise à disposition pour permettre à chacun de noter ses idées, susciter la créativité par le partage … le rituel de l’université contemporaine repris lors de toutes ces réunions, de ces journées organisées, journées qui seraient citées dans les rapports qui serviront à justifier le versement d’euros par millions. Il s’exécutait mais ce pliage répété de A4, en A5, de A3 donnant du A4, … ainsi de suite, toujours répétés, faisait émerger en lui comme une lumière, un quelque chose qu’il n’arrivait pas relier à ce qui le préoccupait. 
La journée se termina par une cocktail dinatoire, et après avoir discuté avec des collègues de La Rochelle, il rentra dans sa chambre de l’hôtel de l’univers, il lut quelques pages du dernier roman de Kim Stanley Robinson, et s’endormît. Un sommeil d’une traite jusqu’au réveil avec la sonnerie de l’alerte qu’il avait programmée. 
Il se réveilla, fonça sous la douche, et il revoyait toutes ces feuilles pliées, découpées, 21 cm par 29,7 cm, 29,7 divisé en 2, soit 14,85 cm, puis la feuille découpée pour donner deux feuilles de forme identique mais réduite. Il appela sa vieille mère pour lui souhaiter un bon anniversaire, il reprit le chemin du campus, retrouva son groupe pour un autre atelier, qui devait se terminer en début d’après-midi. Les organisateurs avaient décidé de libérer l’après-midi pour leur permettre de faire un peu de tourisme. 
Il abandonna les groupes qui se formaient, tout était organisé, et décida d’aller faire un tour porté par le hasard. Il passa devant un bâtiment qu’il semblait se rappeler, bizarre c’était la première fois qu’il venait à Amiens, il lut que c’était le cirque d’Amiens, ou aujourd’hui le Cirque Jules Verne. Puis il longea le boulevard qui traversait la ville et il aperçut alors la tour, avec la sphère armillaire à son sommet. Il n’y avait pas de doute, son errance l’avait mené au 2 rue Charles-Dubois, la demeure de Jules Verne. Le portail était ouvert, il entra et acheta un ticket de visite. Le jardin d’hiver était magnifique dans la lumière de fin d’après-midi, puis les pièces, le mobilier, l’ombre de l’éditeur Hetzel, le portait d’Honorine, l’escalier en colimaçon, la bibliothèque et sa table de travail. C’est là qu’il écrivit 34 de ses romans, qu’il donna un bal mémorable et reçut des journalistes du monde entier. 
Marchant là, bizarrement le seul visiteur en cet après-midi, il était habité par cette suite de nombres, 21 cm par 29,7 cm, 29,7 divisé en 2, soit 14,85. J
Il avait devant lui des piles de prospectus, il sortit sa calculatrice, 29,7 divisé par 21, ça fait 1,414, … 21 divisé par 14,85 donne 1,414 …  La réponse était simple, évidente et là devant ses yeux, dans ce prospectus, là sur une table de la maison de Jules Verne. Plier une feuille A4 en deux donne une feuille au format A5. La longueur du format A5 est de 21 cm (la largeur du A4), tandis que la largeur du A5 est la moitié de la longueur du A4, soit 29,7/2 = 14,85 cm. Et la division donne  1,414…, c’est-à-dire √2 (environ), tout comme pour le A4. En pliant ensuite le A5 en deux, on obtient le format A6, lui aussi un rectangle de même forme que les deux précédents, et ainsi de suite. Inversement, le A4 peut être vu comme le résultat du pliage d’un rectangle deux fois plus grand mais encore et toujours de même forme, le A3. En continuant ainsi, on obtient successivement le A2, le A1 et enfin le A0, qui est l’unique rectangle de 1 mètre carré dont le rapport de la longueur à la largeur est égal à √2. 
√2 ! Il avait sa réponse, l’énigme, là chez Jules Verne. Il fit une petite recherche et il apprit que cette propriété spécifique à ce type de format offre quantité d’avantages pratiques. Ceux-ci sont repérés en France à la fin du XVIIIe siècle, où la frénésie de normalisation des poids et mesures atteint la question des feuilles de papier. C’est au travers d’une « loi sur le timbre » qu’un format fondé sur √2 est officialisé pour la première fois, son principe fondateur étant que le prix à payer pour faire établir un acte officiel pourrait ainsi être fixé de façon équitable à partir de la surface matérielle occupée par son support papier. Pourquoi ? Parce que chaque format s’obtient par simple découpe du format immédiatement supérieur, il n’y a pas de bande de papier à jeter lors de la fabrication des différents formats à partir du plus grand.
Il avait plié des feuilles durant un jour et demi, il avait généré des rectangles fondés sur le rapport donnant √2, un nombre irrationnel – c’est-à-dire qui ne peut pas s’obtenir en divisant un nombre entier par un autre – déjà étudié par les pythagoriciens, évoqué par Platon dans le « Théétète », nombre fascinant qui permet de jeter un pont entre la géométrie et l’algèbre, entre l’infini et les objets les plus concrets. Là, il avait résolu cette énigme dans cette maison d’un auteur qui avait bercé toute sa vie, Jules Verne qui avait dressé des ponts entre la science et l’imaginaire, entre le rêve et le génie humain, souvent destructeur il est vrai mais tellement inspirant. La racine carrée de 2, comme nombre de notre quotidien ne veut pas dire que nous savons tout sur elle et ça aurait pu intéresser Jules Verne. La question étonnamment difficile, posée il y a un siècle par Émile Borel, est celle de trouver une règle simple et explicite qui permette de comprendre la structure de la suite des décimales de √2. Un beau problème qui résiste encore aux mathématiciens. 
Est-ce que toutes les suites de chiffres apparaissent à un moment donné dans la liste infinie des décimales ? Est-ce qu’il y a un moment après lequel le chiffre 7 n’apparaît plus jamais ? Le chiffre 2 apparaît-il plus souvent ou moins souvent que le chiffre 3 ? Ce sont toutes ces questions qu’il laissa là dans les murs de la maison rue Charles Dubois, pour occuper l’esprit des lieux et qui sait ? Un nouveau roman dans une dimension alternative de cet univers ? 
Il sortit de la maison, jeta un dernier coup d’oeil à cette tour qui commençait à disparaître dans la nuit. Il reprit sa marche et trouva un restaurant accueillant dans le quartier de Saint-Leu. Un menu végétarien délicieux, du bon vin, la joie d’avoir résolu son énigme, et la perspective du retour chez lui le lendemain, il rentra à son hôtel heureux. 
Ce fut en fin d’après-midi du 7 décembre qu’il remonta dans sa petite voiture. Le soleil se couchait comme il sortait de la ligne d’horizon dessinée par les toits d’Amiens-Samarobriva – Samarobriva, c’est le nom gallo-romain d’Amiens qu’utilisent Peeters et Schuiten dans leur dernière BD, Le retour du Capitaine Nemo. Après avoir franchi les récifs entourant l’ile d’Amiens, derrière lui, une lumière jaillit, dont le reflet dansa dans les couches basses et froides de ce ciel d’hiver. La petite voiture, s’éloignant sur une terre déjà assombrie, semblait emporter avec elle quelques-uns des rayons innombrables que projetait ce Phare du bout du Monde ainsi que tous les rêves et toutes les histoires fantastiques nées rue Charles Dubois. Il pensait à ces quelques jours hors du rythme habituel. En rentrant chez lui, il allait raconter l’histoire de cette énigme qui, finalement, était peut-être le jeu que lui avait proposé un ou une inconnue, E, comme cette partie de morpion jouée par Hirayama dans Perfect Days de Wim Wenders. 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, et prenons le temps de nous laisser traverser par ces quelques mots de Gilles Deleuze dans Proust et les signes : « La création, c’est la genèse de l’acte de penser dans la pensée elle-même. Or cette genèse implique quelque chose qui fait violence à la pensée, qui l’arrache à sa stupeur naturelle, à ses possibilités seulement abstraites. Penser, c’est toujours interpréter, expliquer, développer, déchiffrer, traduire un signe. Traduire, déchiffrer, développer sont la forme de la création pure. Il n’y a pas plus de significations explicites que d’idées claires. ». À méditer bien sûr. 

Livres de voyage 
Les Indes noires, Jules Verne 
Les enfants du capitaine Grant, Jules Verne 
Le phare du bout du monde, Jules Verne 
Le retour du capitaine Nemo, Peeters et Schuiten
Le ministère du futur, Kim Stanley Robinson
Le Théétète, Platon
Tout et plus encore. Une histoire compacte de l’infini. David Foster Wallace
Le Mont Analogue, René Daumal

https://www.monde-diplomatique.fr/2023/03/RITTAUD/65574

Film
Perfect days, Wim Wenders 

Musiques
Arno, Comme à Ostende – https://youtu.be/_PqXE-PUpyQ?si=7feyUBElzS2-I3ri 
Harp, Seven long suns – https://www.youtube.com/watch?v=Jqyj2BR8cfk&list=OLAK5uy_l3XAj5tdgUqee4nI6I9cmKwjwrvIZxpFg 
Robert Finley, Alligator Bait – https://youtu.be/OzZQUlUPFLg?si=ckiqX2cpJPKtlzsL 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.7-04122023-09.45/ 

 

Nowakowskismes 8.6. Le passé raturé, la rature oubliée, le mensonge devenait vérité 

Il était une fois, un petit pays se pensant grand, qui, pour s’assurer de sa grandeur, autorisa l’usage de la reconnaissance faciale par les forces de l’ordre en dehors de tout cadre légal. La police de ce petit pays avait acquis en secret un logiciel d’analyse d’images de vidéosurveillance de la société israélienne Briefcam.
Tout avait commencé en 2015 sous une présidence de gauche, avec un gouvernement de gauche qui lança une expérimentation en Seine-et-Marne. En 2017, l’expérimentation fut étendue au Rhône, au Nord, aux Alpes-Maritimes et la Haute-Garonne, ainsi qu’au service interministériel d’assistance technique (SIAT), une unité de police en charge des infiltrations, de la mise sur écoute et de la surveillance de la grande criminalité. Le pli était pris, ce petit pays qui se pense grand, étendit l’expérimentation qui n’en était plus une, aux services de la police judiciaire, aux préfectures de police de Paris et Marseille, à la sûreté publique et à la gendarmerie nationale. En fait, dans ce petit pays, beaucoup de monde fut concerné, le tout en dehors de tout cadre légal, sans étude d’impact, ni d’information auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés. 
En 2022, le ministre de l’intérieur affirmait être « opposé à la reconnaissance faciale », tout en dissimulant depuis huit ans le recours à ce logiciel de reconnaissance faciale. En novembre 2023, ce même ministre de ce petit pays inaugurait le salon Milipol consacré à la sécurité intérieure des États et vitrine mondiale d’entreprises souvent inconnues du grand public, développant tout un arsenal de nouveaux outils chargés d’assurer les dirigeants de nombreux pays, des démocraties aux régimes totalitaires, que la société se tiendra bien sage. Dans ces entreprises, on y retrouve évidemment Briefcam, société israélienne spécialisée dans le développement de logiciels destinés à la vidéosurveillance algorithmique (VSA). Briefcam, exploite les techniques d’apprentissage machine, donc de captation massive d’images sur la voie publique par des caméras ou des drones, afin d’analyser les images captées  et de détecter les situations considérées comme « anormales ». Qu’entend-on par situations anormales ? Par exemple, simplement rester statique trop longtemps (quelques secondes) sur une place par exemple ! 
En fait, dans ce petit pays, jusqu’en mai 2023, cette vidéosurveillance algorithmique de la population ne devait pouvoir être utilisée par la police nationale que dans de très rares cas. Mais, voilà, à l’approche des Jeux olympiques et paralympiques de Paris, le gouvernement de ce petit pays qui se pensait grand, vantant la nécessaire réussite de cet événement planétaire aberrant et destructeur, était parvenu à faire adopter par le parlement une loi autorisant son « expérimentation », je mets des guillemets, par la police nationale à une large échelle et ce, jusqu’au 31 mars 2025. Il y eut quand même des réactions face aux risques d’atteinte à la vie privée et des députés interdirent le recours à la reconnaissance faciale que certains logiciels commercialisés par Briefcam permettent d’activer en quelques clics. Et vous vous doutez bien que les services du ministère de l’intérieur de ce petit pays savaient très bien comment l’activer. 
« Transformer la vidéosurveillance en intelligence active » voilà le slogan de Briefcam qui a été racheté en 2018 par le géant de la photo, Canon. Dans la panoplie des logiciels vendus à ce petit pays, il y eut par exemple, le logiciel « Vidéo Synopsis » qui permet de traquer une personne sur un réseau de caméras grâce, par exemple, à la couleur de son pull, qui peut également suivre un véhicule à l’aide de sa plaque d’immatriculation ou examiner plusieurs heures de vidéos en quelques minutes, qui peut aussi analyser des visages, et ainsi « de détecter, de suivre, d’extraire, de classer, de cataloguer » une personne en fonction de son visage. Et pour faire cela, rien de plus simple. Il suffit de sélectionner « un ou plusieurs visages » avant de cliquer sur « le bouton reconnaissance faciale affiché à droite de la zone de lecture ». D’ailleurs toutes ces fonctionnalités du logiciel sont vues comme de véritables « plus » par les service en charge des outils technologiques au sein de la DGPN de ce petit pays. Les gradés bavent devant des fonctionnalités comme le suivi de plaques d’immatriculation, de visages, mais aussi « des fonctionnalités plus « sensibles » » comme la « distinction de genre, d’âge, adulte ou enfant, taille » jusqu’à « détecter et d’extraire des personnes et objets d’intérêts a posteriori », et aussi de faire de l’analyse vidéo en « temps réel ».
Or, avant d’utiliser une technologie aussi intrusive que celle de Briefcam, le ministère de l’intérieur aurait dû mener une « analyse d’impact relative à la protection des données » et s’en remettre à une administration indépendante, la CNIL. Or, dans ce petit pays se pensant grand, la Direction générale de la police nationale (DGPN), placée sous l’autorité directe du ministre de l’intérieur, n’avait toujours pas réalisé cette analyse d’impact en mai 2023, pas plus qu’elle n’avait averti la CNIL. En 2020, certains cadres de la police de ce petit pays invitaient même à la discrétion puisque, que « sur le plan juridique (…) l’application Briefcam n’a jamais été déclarée par la DGPN » et, je cite, « certains services ont l’outil Briefcam, mais celui-ci n’étant pas déclaré à la CNIL, il semble préférable de ne pas en parler ». 
En fait, Briefcam équipe la police municipale dans près de 200 communes, comme Nice, Roanne, Aulnay-sous-Bois, Perpignan ou Roubaix, au parc du Puy du Fou et, bientôt, à l’Assemblée nationale, alors que dans ce petit pays qui se pense grand, la reconnaissance faciale n’est autorisée qu’à de rares exceptions. Elle peut s’inscrire dans le cadre d’enquêtes judiciaires ou administratives « sanctionnant un trouble à l’ordre public ou une atteinte aux biens, aux personnes ou à l’autorité de l’État », our pour la reconnaissance faciale du système de passage rapide aux frontières extérieures (Parafe)qui compare le visage des voyageurs à leur passeport biométrique. Toutes ces implantations font de cette société créée en 2008 par trois enseignants de l’école d’informatique et d’ingénierie de l’Université hébraïque de Jérusalem, l’un des leaders sur le marché hexagonal mais également dans d’autres pays comme Israël, les États-Unis, le Brésil mais aussi Taïwan ou Singapour. 
Malgré tout cela, le ministère de l’intérieur de ce petit pays ne semble pas disposé à se passer de ce logiciel, les licences ont été renouvelées pour les services de sûreté départementale du Rhône, du Nord et de Seine-et-Marne et pour renouveler globalement les licences de logiciel installé illégalement qui arrivent à terme fin 2023, la hiérarchie policière de ce petit pays va utiliser le « fonds concours drogue » alimenté par les saisies liées au trafic de stupéfiants et qui doit normalement servir la lutte contre le trafic de drogue et la prévention contre les addictions. 
Enfin, le gouvernement de ce petit pays qui se pense grand décidera peut-être de légaliser a posteriori Briefcam, comme il l’a fait pour l’usage des drones pour surveiller les manifestations. Et, dans ce gouvernement qui manque singulièrement d’intelligence mais pas de cynisme, il est envisagé de « tester » ce logiciel pendant deux ou trois ans afin, je cite, de l’« évaluer avec des écoles de sciences sociales, (de) mesurer l’impact sur les libertés, les mouvements de foule, l’insécurité ». 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand et dont le gouvernement n’aurait pas dû sécher les cours d’histoire au collège et au lycée. 
Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce petit pays pour lequel l’histoire retiendra qu’après la promesse faite en 2017 d’interdire le glyphosate en 3 ans, son président décide en 2023 de l’abstention de la France sur la prolongation de ce poison jusqu’en 2033…
Bienvenue dans ce petit pays qui a ratifié un amendement à sa loi de finance 2024, imposée à coup de 49.3, et déposée par un député de sa majorité et président de la commission Défense. En effet, dans ce petit pays, dès l’an prochain, les livrets A et les livrets de développement durable et solidaire (LDDS) seront ponctionnés pour faire tourner le complexe militaro-industriel. Sur les champs de batailles, dans des pays écrasés par la violence, les hommes, les femmes et les enfants pris sous le feu apprécieront l’étiquetage « développement durable et solidaire » des bombes qui détruiront leurs maisons et remercieront à coup sûr les petits épargnants français pour leur générosité. Mais tout va bien puisque l’épargne familiale sera bien placée, l’armement étant une industrie florissante dans ce monde merveilleux et dans ce petit pays. D’ailleurs, l’industrie de ce petit pays qui se pense grand est une fierté tant sa haute technicité au service de chefs de guerre dans le monde entier est en pointe. 
Dans ce petit pays, mais ailleurs également, les concepteurs et réalisateurs d’armes létales, et parfois de masse, se posent-ils des questions sur leur utilisation et sur leur propre utilité sociale ? 
On peut également se poser la question pour d’autres industries comme celle du tabac, des pesticides, des gadgets électroniques ou de certaines émissions de télé mais elles ne bénéficieront pas du magot colossal que sont les placements sur un livret A des petits épargnants parfois au prix de sacrifices et essentiellement pour se prémunir d’accidents de la vie.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde

Ce soir, les Nowakowskismes empruntent leur titre à des mots d’Orwell et font sien les mots d’Angela Davis, qui écrit que « nous menons encore et toujours les mêmes batailles, elles ne sont jamais gagnées une fois pour toutes, mais en luttant ensemble, en communauté, nous apprenons à entrevoir de nouvelles possibilités qui, autrement, n’auraient jamais été visibles à nos yeux. En même temps nous étendons et élargissons notre conception de la liberté ». Ainsi rappeler la stratégie de mise en surveillance généralisée de tous les citoyens de ce pays organisée en loucedé par le gouvernement de ce petit pays, rappeler, rappeler un nouveau 49.3 parmi la longue liste des 49.3 qui permet de détourner l’épargne des petits épargnants au profit du complexe militaro-industriel et remettre un coup de projecteur sur les comportements des banques françaises dans le financement des complexes industriels de l’énergie fossile, les Nowakowskismes sont toujours cette machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour explorer les couches sales de ce monde, les montrer et contribuer à l’émergence d’un autre monde.  

À votre avis ? Qui a aidé les grandes entreprises de l’industrie fossile à lever des milliards d’euros en 2023 grâce à l’émission d’obligations ? 
Tout d’abord qu’est-ce que les obligations ? 
Les obligations sont essentiellement des prêts ou des titres de créance émis sur les marchés des capitaux par des organismes, notamment des sociétés énergétiques, pour lever des capitaux. Les banques jouent alors un rôle important en souscrivant et en facilitant les émissions d’obligations, en mettant en relation les émetteurs avec les investisseurs et en structurant le processus de transaction. Elles sont également essentielles pour donner aux investisseurs l’assurance qu’une obligation donnée est une transaction sûre, la signature d’une banque sur une obligation ayant une valeur pour les investisseurs. Les obligations sont donc un moyen pour les banques de soutenir les entreprises sans accorder de prêts et sans prendre de risques importants.
Les investisseurs, tels que les gestionnaires d’actifs, achètent alors ces obligations, prêtant ainsi de l’argent à l’émetteur. En échange, l’émetteur s’engage à rembourser le montant emprunté avec intérêts à une date ultérieure déterminée. Contrairement aux actions, l’achat d’obligations par les investisseurs ne fait pas d’eux des propriétaires partiels de la société qui a émis les obligations. Les investisseurs prêtent simplement de l’argent à l’entreprise, reçoivent ensuite des paiements d’intérêts réguliers et peuvent vendre l’obligation à tout moment.
Reclaim Finance révèle dans un nouveau briefing les banques et les investisseurs derrière les 5 pires transactions de l’année.  Ainsi, des obligations d’une valeur totale de $12 milliards de dollars ont été permises notamment grâce au soutien de BNP Paribas, du Crédit Agricole, de la Société Générale ou encore de BPCE/Natixis. Apparaît ainsi en pleine lumière, le paradis financier que constitue le marché obligataire pour les entreprises développant de nouveaux projets fossiles.  
Les cinq obligations les plus importantes de 2023 ont été émises par des entreprises à l’avant-garde de l’expansion fossile comme BP, Conoco Phillips, Duke Energy, Eni et Greensaif Pipelines Bidco. De plus, y apparaît clairement que les grandes banques et les investisseurs américains, européens et asiatiques participent toujours au financement de nouveaux projets d’énergies fossiles en profitant d’un marché obligataire opaque parce que les banques rendent rarement compte de leur participation à l’émission d’obligations, se cachant derrière un rôle d’intermédiaire. Mais dans ce briefing, on voit que BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole se retrouvent chacune derrière deux de ces cinq transactions massives et BCPE/Natixis derrière l’une d’entre elles. 2016 et 2022. BNP Paribas est également le quatrième banquier d’Aramco. À court terme, BNP Paribas va continuer à structurer de nouvelles obligations et ainsi continuer à fournir d’autres services financiers à ces sociétés et à de nombreux autres projets pétroliers et gaziers, loin de s’aligner sur les engagements pour ralentir le réchauffement climatique et la prédation du vivant. 
Ainsi, ces banques, qui arrosent les antennes du service public en vantant leur engagement pour l climat, ont notamment facilité l’émission en février d’une obligation d’une valeur de 3 milliards de dollars pour GreenSaif Pipelines, structure liée au géant pétro-gazier saoudien Aramco, évidemment, vous vous en doutez, une entreprise respectueuse de l’environnement et engagée dans la lutte contre le changement climatique !
BNP Paribas, BPCE/Natixis, et Crédit Agricole ont également des activités de gestion d’actifs. BNP Paribas et le Crédit Agricole ont aussi investi dans l’obligation d’une valeur de 2,12 milliards de dollars émise par l’entreprise italienne Eni, dont la stratégie climat est loin d’être alignée avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C. Plus préoccupant encore, toujours dans cette stratégie basée sur l’hypocrisie greenwashée, cette obligation est catégorisée en partie comme une obligation «sustainability-linked» c’est-à-dire une obligation liée à des objectifs de développement durable, alors même qu’Eni est l’un des plus gros pollueurs européens.  
Donc, en paraphrasant, JG Ballard, disons simplement que le capitalisme financier et pétrolier, les dirigeants de la plupart des pays de ce monde n’ont pas changé, ils ne se cachent même plus. Ils ont même tâté du fascisme, mais ce n’était pas assez primitif. Il ne leur reste donc que la folie pure et simple…

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, et prenons le temps de nous laisser traverser par ces quelques mots de Georges Didi-Huberman cités par Jean-Luc Godard : « […] Le passé mal passé, le passé mal vu, [est] la condition désolante de notre cécité face au présent, cet état toujours problématique où nous nous débattons entre l’énigme des tenants et le mystère des aboutissants. Le passé mal dit offre aussi la meilleure façon de se tenir dans un état de mutisme ou de cécité quant à notre futur : cécité quant à nos désirs mêmes. Nos désirs n’exigent-ils pas de prendre forme ? Et la forme, parce qu’elle en transforme toujours une autre, n’est-elle pas indissociable de toute la mémoire des formes ? Il y a des poètes, des historiens, des philosophes, des artistes, qui tentent de faire acte de regard et de parole pour que le passé passe vraiment, pour qu’à la fois il puisse nous atteindre et nous quitter. Pour que la cécité du présent cesse un peu. Ils inventent des formes pour résister à l’indifférence et à la fausse normalité du temps qui ne fait que passer. Ils travaillent pour contester, tout aussi bien, les faux événements dont notre société fait parade et s’enivre pour oublier.
Il faudrait donc, à chaque fois, réengager l’histoire de nos désirs.
Que faire pour cela, si ce n’est commencer par cet acte modeste, citer le passé ? Ou, plus exactement, citer les passés – hétérogènes, proches et distants à la fois, anachroniques mais coexistants – qui s’enchevêtrent ou s’entrechoquent dans chaque moment de nos consciences politiques face au présent ? ». À méditer. 

Sources et inspiration
https://blogs.mediapart.fr/yves-guillerault/blog/171123/aux-armes-petits-epargnants 
https://disclose.ngo/fr/article/la-police-nationale-utilise-illegalement-un-logiciel-israelien-de-reconnaissance-faciale 
https://www.publicsenat.fr/actualites/societe/recours-a-la-reconnaissance-faciale-par-la-police-une-affaire-tres-grave-selon-la-socialiste-sylvie-robert
https://reclaimfinance.org/site/2023/11/16/les-acteurs-financiers-derriere-les-pires-transactions-pour-le-climat-de-2023/
Georges Didi-Huberman. Passés cités par JLG. L’Œil de l’histoire, 5 (éd. de Minuit, 2015) et le pièce tirée du roman de Thierry Froger, Sauve qui peut (la révolution). 

Musiques 
Iggy Pop, Personal Jesus – https://youtu.be/DLXh6IY9bCw?si=GGDqCOY0C0gFjxbW 
Lou Reed, Perfect day – https://youtu.be/9wxI4KK9ZYo?si=HsKQpQH_nL7y8Bhq 
Cowboys fringuants, Plus rien – https://youtu.be/ZMxAdn7w0fY?si=zH-R1h7vwER4AJrK 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.6-20112023-11.45/ 

Illustration par Nathalie ISSENMANN 

Nowakowskismes 8.5. Les cigales ont aussi l’oeil sur nous

Connaissez-vous l’hypothèse du trombone ?  
Il constitue un des scénarios des futurs possibles dont voici le principe. 
Imaginez un logiciel intelligent, prenons une IA générative, qui a été conçu pour optimiser la fabrication de trombones et à qui certains humains ont délégué tout le processus de fabrication des trombones. Ce logiciel a été conçu en vue de satisfaire un objectif commercial en apparence simple et inoffensif. 
Mais, le logiciel, guidé par une fonction visant à optimiser cet objectif, pourrait commencer par fabriquer une seule usine, pour laquelle il s’attacherait à automatiser la chaine de production, à négocier de meilleurs accords avec les fournisseurs et à trouver davantage de débouchés pour les produits. Une fois atteintes les limites de ce seul établissement, il pourrait acheter d’autres entreprises, ou ses fournisseurs, en ajoutant des compagnies minières et des raffineries à son portefeuille, afin de se procurer ses matières premières à de meilleures conditions. En intervenant dans le système financier, déjà entièrement automatisé et mûr pour être exploité par des algorithmes, il pourrait influencer et même contrôler le prix et la valeur des matériaux, faisant évoluer les marchés en sa faveur et générant par calcul des contrats à terme diaboliques qui rendraient sa position inattaquable. 
Les accords commerciaux et les dispositions légales font qu’il ne dépend d’aucun pays et n’a de comptes à rendre devant aucun tribunal. La fabrication de trombones prospère. 
Mais, sans véritables contraintes dont la complexité dépasserait de loin celle des contrats ou des traités de philosophie les plus ardus, étant donné celle du monde dans lequel opère ce système programmé, rien ne l’empêche d’aller beaucoup plus loin. Après avoir pris le contrôle des systèmes juridiques et financiers, et soumis les gouvernements nationaux et les forces armées à sa seule volonté, toutes les ressources de la Terre sont accessibles à l’IA dans sa quête d’une fabrication plus efficace de trombones : des chaînes de montagnes sont arasées, des villes rayées de la carte, et au bout du compte, c’est toute la vie humaine et animale qui alimente des machines géantes pour être transformée en éléments minéraux. 
Pour finir, des vaisseaux-fusées géants en forme de trombone finissent par quitter la Terre en ruine pour s’approvisionner en énergie directement auprès du Soleil et entamer l’exploitation des autres planètes… fin de l’histoire mais je vous invite à remplacer trombone par pétrole, voitures, acier, …. Et rejoindre ces quelques mots de l’auteur de science-fiction Charles Stross qui compare notre ère de contrôle par les grandes entreprises aux conséquences d’une invasion extraterrestre : « Les entreprises n’ont pas les mêmes priorités que nous. Ce sont des organismes structurés en ruches, constitués d’une foule de travailleurs qui rejoignent ou quittent le collectif : ceux qui participent subordonnent leurs objectifs à ceux du groupe, qui poursuit les trois objectifs de l’entreprise, à savoir la croissance, la rentabilité et le souci d’éviter la douleur. Nous vivons aujourd’hui dans un État global qui a été structuré au profit d’entités non humaines ayant des objectifs non humains ». Et tout cela est toute l’histoire du système capitaliste moderne qui s’installe dès les débuts du XXè siècle. 

Bienvenue dans notre vaisseau trombone 
Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans une France qui, chaque automne, met en scène le même spectacle. Dès que les alizés deviennent favorables, soufflant assidûment de la pointe de l’Afrique de l’Ouest vers les Caraïbes, l’océan Atlantique se mue en piste de course. Durant le dernier week-end d’octobre, sauf quand une tempête les fait se planquer dans les ports afin de pouvoir partir sans scandaliser leurs assureurs, 185 navires et leurs marins d’eau douce qui les pilotent s’élanceront vers les Antilles pour participer à la Transat Jacques Vabre et à la Mini Transat, deux des courses transatlantiques qui rythment, tous les ans, le calendrier des amateurs de voile. Elles sont suivies par des millions de personnes, submergeant les médias d’images idylliques. Mais quid du trajet de retour ? Il est moins médiatisé et aussi bien moins reluisant. En fait, à la fin de la course, une large partie des voiliers sont chargés sur des cargos polluants pour reprendre le chemin de l’Europe ! Ainsi, en 2022, dix-huit voiliers (sur 138 concurrents) sont rentrés en cargo une fois la course terminée. Selon les résultats fournis par Carbone 4 qui a pris en compte le poids des autres marchandises chargées au côté des voiliers, environ 1200 tonnes d’équivalent CO2 ont été émises dans l’atmosphère via ce biais, soit 48 tonnes de CO2 pour un Class40, 92 tonnes pour un Imoca, et 235 tonnes pour un Rhum Multi. À titre de comparaison, un Français émet autour de 9 tonnes d’équivalent CO2 par an, alors que le budget « idéal » devrait être autour de 2 tonnes. Et puis beaucoup de navigateurs rentrent en cargo par crainte de fatiguer leurs coûteux voiliers, parce que le ramener par la mer, ça use le bateau, ça use les voiles ! Ben voyons ! 

Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde

Ce soir, il s’agit modestement d’essayer de dénoncer, de décrypter les signes de la contagion incroyable de cette terre par les prédateurs du capitalisme technologique, d’en comprendre les relations et les intérêts, que la course au pétrole n’est pas qu’une affaire de mobilité, mais aussi une dimension stratégique du capitalisme numérique, dans un éternel recommencement des fondamentaux du capitalisme. Ce soir, il s’agit surtout de trouver des idées, de la force pour alimenter notre imaginaire d’un peu d’espoir et de positif, de réactiver ce qui peut-être nous sauvera, et de nous consacrer à cette tâche, exercice pas facile dans ce monde qui semble concentrer à nouveau le pire de ce que l’humanité peut produire. 

Le soleil d’une fin d’été vient réchauffer les eaux calmes d’un lac et les flancs des montagnes alentours. L’air est chaud mais pas trop, le ciel est d’un bleu profond, des cigales et au loin on entend les cloches d’un troupeau de chèvres invisible. Comme hors du temps, la scène est d’une grande tranquillité. Ces magnifiques paysages de montagnes escarpées et de gorges profondes, parsemée de villages, de refuges perdus, de troupeaux abritent, outre ses habitants humains, des ours, des loups, des renards, des aigles royaux et des arbres plus vieux que l’histoire des hommes. Cette terre est l’une des plus belles et des plus intactes. Or, en se promenant dans ces bois, on découvre de minces piquets de bois enfoncés dans le sol, ainsi que des bandes de plastique fixées aux branches de jeunes arbres. Les piquets portent des inscriptions écrites au feutre épais. Des séries de lettres et de chiffres qui ne signifient rien pour celui qui les découvrent. On peut marcher à travers bois en suivant les piquets qui forment des sortes de lignes irrégulières, un réseau bizarre. En sortant du sous-bois, au niveau d’un chemin de terre récemment ouvert, les lignes continuent à travers la prairie et au-delà, dans d’autres bois. Les lignes se ramifient, d’autres bandes de plastique attachées à angle droit aux arbres et aux branches déploient une immense grille maillée projetée sur le sol depuis le ciel. Puis, lors d’autres marches, on pourra suivre ces lignes qui traversent champs et vignobles, jardins, villages, tous balisés par d’autres cordons attachés à des clôtures et à des barbelés, à des portails et à des panneaux de signalisation. Ces lignes s’étendent sur des centaines voire des milliers de kilomètres en un gigantesque système de coordonnées projeté sur la terre par une lointaine forme d’intelligence venue d’un autre monde pour cartographier la Terre. 
En avançant, en explorant, on peut associer à cette grille certains signes d’une activité cachée, comme une nouvelle route qui vient d’être percée au bulldozer à travers champs, des tas de déblais, des traces de pneus, de profonds trous entourés de débris. On se croirait dans la Zone du roman et du film du même nom, Stalker. Si on interroge les gens, ils parlent de camionnettes banalisées, d’hélicoptères, et de types vêtus de gilets de signalisation qui vont et viennent et dont les allées et venues s’accompagnent de fortes explosions qui font vibrer les oiseaux et fuir les oiseaux. Rien d’extraterrestre. Sur un réseau social bien connu, on y trouve des partages inquiétants de vidéos tremblantes de détonations, de terre projetée à des centaines de mètres dans les airs, de sirènes et de sifflets. 
Pour comprendre ce qu’il se passe là, il faut commencer une autre prospection dans les publications éparpillées sur le web, articles de presse, et rapports plus ou moins hermétiques d’entreprises. 
Et qu’est-ce qu’on y trouve ? C’est que dans cette merveilleuse région, il y a du pétrole, du pétrole dont on connait l’existence depuis l’antiquité. Et plus, on va parcourir plus on va sentir la singulière odeur du pétrole, découvrir des flaques de pétrole noir et collant, suintant par ci et par là, remontant parmi les roseaux et les herbes. Et ce pays, endetté, corrompu, en recherche dy moindre dollar, signa un contrat d’exploration avec une des plus grandes compagnies dans le domaine de l’énergie, pionnière dans l’utilisation des technologies numériques de pointe pour la découverte et l’exploitation du pétrole par notamment une collaboration avec IBM et son programme d’intelligence artificielle, Watson, « pour tirer partie des technologies intelligentes qui transformeront l’industrie pétrolière et gazière » ou autrement dit, « des prototypes d’applications intelligentes spécialement conçues pour améliorer la prise de décision stratégique de la compagnie dans l’optimisation de la production des gisements de pétrole et dans la prospection de champs pétrolifères » ! 
Voilà le truc ! Où forer dans la terre et comment en retirer le plus de pétrole ? 
Alors que les réserves s’épuisent, que les gisements les plus accessibles sont exploités, la valeur financière de ce qui reste augmente malgré les désastres écologiques qui s’en suivront. Les réserves jusque là inexploitées, ignorées parce que trop difficiles à pomper sont dans la ligne de mire des géants du pétrole. Réaliser des forages demande des investissements considérables. C’est pourquoi les méthodes de calculs les plus sophistiquées sont mobilisées, pour des prises de décision demandant des outils intelligents pour extraire du sous-sol jusqu’à la dernière goutte de pétrole ! Tout en étant parfaitement conscient des dommages irréparables causés à la planète, au vivant et à nos sociétés ! C’est ces techniques d’optimisation de l’exploitation par des outils issus de l’intelligence artificielle qui transforment les champs, les forêts, les espaces naturels en un damier à quadriller et forer. 
IBM, mais aussi Google avec ses outils de Machine Learning, Microsoft avec ses fermes de serveurs et Amazon et toutes ses capacités de cloud computing collaborent avec les compagnies pétrolières pour améliorer le réseau mondial des raffineries de pétrole afin d’en améliorer l’efficacité et les rendements. C’est là que cette histoire rejoint celle de la fabrique de trombones qui a ouvert ces Nowakowskismes. 
Alors pourquoi de telles alliances ? 
Parce que poussés par la logique du capitalisme contemporain et les formidables besoins énergétiques de l’informatique, tout cela nécessite de l’énergie, énormément d’énergie, toujours plus d’énergie. Pour satisfaire cet appétit insatiable de leur propre expansion, il faut du carburant et ce carburant c’est le pétrole, et ces entreprises ont mis tous les moyens nécessaires pour en trouver. Pour information, selon les estimations de Greenly, la version GPT-3 émettrait 240 tonnes de CO2, soit l’équivalent de 136 allers-retours entre Paris et New York. 
Nous rejoignons là Charles Stross cité tout à l’heure, pour qui toutes ces dégradations, toutes ces prédations sont le résultats d’une force nichée au coeur « [d’un] État global qui a été structuré au profit d’entités non humaines ayant des objectifs non humains », qui, depuis le début du XXe siècle, ont favorisé la concentration des richesses entre les mains de quelques-uns et la mise en place d’une gouvernance des riches pour les riches, cachés derrière l’illusion du ruissellement de leurs richesses sur les pauvres humains, eux se considérant hors cette pauvre humanité ! Je vous invite à regarder la série documentaire disponible sur le site d’ARTE intitulée Le capitalisme américain. 
Pour conclure ces Nowakowskismes, j’ai voulu des pistes d’espoir, des pistes ayant pour ambition d’interroger le rôle que pourrait jouer une vision agissante du territoire et de ses habitants dans l’élaboration de stratégie de sauvegarde du milieu ambiant autorisant la survie de l’espèce humaine. Quels rôles jouer dans un milieu anthropique construit par les sociétés humains en relation co-évolutive avec le vivant dans son ensemble avec le retour au soin sage, créatif, choral par des habitants organisés sous des formes d’autonomie gouvernementales communautaires, à la recherche d’une nouvelle civilisation capable d’affronter et de résoudre les crises environnementales, sociales, urbaines, culturelles produites à l’échelle planétaire, avec le divorce d’avec la nature mis en oeuvre par la civilisation industrielle, par la mondialisation économique et les empires du capitalisme financier et technologique ? 
Pour cela, je vais m’arrêter cette démarche initiée par le Club des Bons ancêtres. Ainsi, de la tradition judéo-chrétienne aux accords toltèques en passant par le code Civil, l’humanité a cherché à se doter de règles, avec l’ambition de définir plus ou moins précisément les contours de le « bien vivre ». Indispensables à la marche de la cité humaine, ces lois se heurtent néanmoins à une limite : elles considèrent « le prochain » et laissent de côté « le lointain ». Elles ne considèrent pas – du moins pas directement – ce qui nous relie au continuum des générations. Or, dans un monde où l’urgence prime, alors que se sédimentent les crises systémiques, ce manque de considération pour le temps long fait cruellement défaut. 
Le Club des Bons Ancêtres imaginé par Usbek & Rica a formalisé  « 7 horizons des Bons Ancêtres » inspirés par les « Six moteurs de la pensée du long terme » identifiés par le philosophe australien Roman Krznaric dans son livre The Good Ancestor: How to Think Long-Term in a Short-Term World. Il s’agit alors de faire preuve d’humilité et de proposer des pistes pour organiser une vie tournée vers les générations futures en relation co-évolutive avec le vivant dans son ensemble. Ainsi faire preuve d’humilité face au temps profond en privilégiant une approche plus humble en gardant conscience que nous ne sommes qu’un clignement de paupières à l’échelle du temps cosmique. Une approche similaire a été imaginée autour du projet de l’horloge du long maintenant. Cette humilité permet alors de nous préparer à l’idée que nos projets doivent être vus au-delà du temps d’une vie humains et d’avancer en dépassant les enjeux individuels et les vicissitudes de l’égo pour se concentrer sur le collectif dans une collaboration intergénérationnelle et en prenant la défense de ceux qui n’ont pas voix au chapitre, les générations futures. Ainsi, le « bon ancêtre » porte sur ses épaules la responsabilité d’envisager les multiples chemins que pourrait emprunter le monde et par là, se projette avec courage au-delà des habitudes, au-delà des clichés, au-delà du correct, et bien sûr au-delà de son propre intérêt. « Nous devons écouter nos grands-parents, nos ancêtres, mais nous devons aussi écouter les grands-parents à venir », explique l’intellectuel mohawk Gerald Taiaiake Alfred. Mais aussi comme il est écrit dans la constitution italienne : « La République protège l’environnement, la biodiversité et les écosystèmes, également dans l’intérêt des générations futures ». L’objectif visé qui pourrait paraître trivial, c’est d’aspirer à un bonheur sur notre seule planète. Tourner nos regards vers l’espace, les étoiles et rêver l’humanité ailleurs n’est pas une grossièreté, ce ne doit pas être un rêve de milliardaires cherchant à fuir la Terre qu’ils ont contribué à dévaster, c’est ne pas oublier que c’est aussi une aspiration millénaire de l’humanité. Alors mener l’exploration de ce rêve oui, mais de manière intégrée, sur le temps long, en respectant le seul endroit capable d’accueillir la vie, viser le cosmos sans tomber dans le « cosmisme » et la compétition mortifère de celui qui posera le pied le premier poussé par une technologie ravageuse de la planète, et surtout de s’ouvrir aux rêves, aux mystères de ce qui nous échappe encore. Se penser en tant qu’espèce, et pas seulement en termes de  nations, de civilisations, de classes dominantes, dominées parce qu’à l’heure où les crises sont globales, et les interdépendances manifestes, il est peut être temps de repenser l’humanité tout entière pour produire une nouvelle croûte de l’Anthropocène qui soit meilleure, en « recosmisant notre existence » et en travaillant à établir une « néganthropocène ».  Cette voie se bâtit sur l’augmentation de la conscience du lieu des habitants/producteurs qui, à partir d’une myriade de litiges environnementaux, urbains, territoriaux et paysagers, petits et grands, conduira un nombre croissant de citoyens agissant pour se réapproprier les savoirs et sagesses environnementales locales et en renforçant le rôle fondateur de formes neuves de communauté, à travers des relations co-évolutives renouvelées entre l’établissement humain et l’environnement. 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, et prenons le temps de nous laisser traverser par ces quelques mots de Walter Benjamin dans Expérience et pauvreté : « Pauvres, voilà bien ce que nous sommes devenus. Pièce par pièce, nous avons dispersé l’héritage de l’humanité, nous avons dû laisser ce trésor au mont de piété, souvent pour un centième de sa valeur, en échange de la piécette de l’« actuel ». À la porte se tient la crise économique, derrière elle une ombre, la guerre qui s’apprête. Tenir bon, c’est devenu aujourd’hui l’affaire d’une poignée de puissants qui, Dieu le sait, ne sont pas plus humains que le grand nombre souvent plus barbares, mais pas au bon sens du terme. Les autres doivent s’arranger comme ils peuvent, repartir sur un autre pied et avec peu de chose. Ceux-ci font cause commune avec les hommes qui ont pris à tâche d’explorer des possibilités radicalement nouvelles, fondées sur le discernement et le renoncement. Dans leurs bâtiments, leurs tableaux et leurs récits, l’humanité s’apprête à survivre, s’il le faut, à la disparition de la culture. Et, surtout, elle le fait en riant. Ce rire peut parfois sembler barbare. Admettons. Il n’empêche que l’individu peut de temps à autre donner un peu d’humanité à cette masse qui la lui rendra un jour avec usure ».
À méditer. 

Sources et inspirations 
Trois « classes » de bateaux concernées : les Class40 (des monocoques de 12 mètres), les Figaro Beneteau (qui mesurent 10 mètres de la proue à la poupe), et les Mini, les petits voiliers de 6,50 mètres de long.
https://reporterre.net/C-est-la-honte-quand-les-voiliers-de-course-rentrent-en-cargo
https://usbeketrica.com/fr/article/les-7-horizons-des-bons-ancetres
Roman Krznaric, The Good Ancestor: How to Think Long-Term in a Short-Term World. WH Allen, 2020
Stalker par Andreï Tarkovski, sorti en 1979. Le scénario du film a été écrit par Arcadi et Boris Strougatski. Le film est une libre adaptation de leur roman Stalker : Pique-nique au bord du chemin.
Toutes les intelligences du monde. James Bridle. Seuil. 2023
https://www.arte.tv/fr/videos/RC-024313/capitalisme-americain/
Alberto Magnaghi. Le principe territoire. Eterotopia 2020
https://www.arnaudmaisetti.net/spip/anthologie-personnelle-pages/article/walter-benjamin-experience-et-pauvrete 

Pour le titre de cet épisode, c’est venu de Phèdre de Platon. «  En tout cas, le temps ne nous presse pas, me semble-t-il. Qui plus est, je crois que les cigales qui, comme c’est naturel au fort de la chaleur, chantent au-dessus de nos têtes et conversent entre elles ont aussi l’oeil sur nous »

Musiques 
AC/DC. Hell ain’t a bad place to be. https://youtu.be/tVjZ0g_v8vE?si=_vTkUmgGMGHoYB_8 
The Beatles. Revolution. https://youtu.be/JZpKhjQh6rw?si=psr7gvKXzCHjz68J 
Rita Mitsouko. Evasion https://youtu.be/V0WUw_Jj-BQ?si=iSfsV_QX9X-FcCGu 

Podcasthttps://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.5-06112023-11.53/

Illustré par une oeuvre de Nathalie Issenmann 

 

Nowakowskismes 8.4. Personne ne soufflera la parole sur notre poussière

Illustration par Nathalie ISSENMANN 

En cette fin de ce premier quart du XXIè siècle, qu’avons-nous loupé pour que nous assistions à la fois à un tel retour en force des mensonges religieux, toujours plus exclusifs, toujours plus destructeurs, toujours plus intolérants, drainant le pire des comportements des humains, alors que l’humanité avait quand même eu l’impression – après la seconde guerre mondiale, l’holocauste, les immenses progrès des sciences ayant amené à étendre incroyablement le champ de nos connaissances et de compréhension de l’univers – de pouvoir enfin ranger tous les mythes religieux sur les étagères personnelles et privées. 
Au lieu de cela, à quoi assistons-nous ? 
Au retour en force du pire et sous toutes les latitudes ! 
Le retour du pire qui se met en chasse de l’autre, de celui qui est différent, de celui qui refuse de se fondre dans une masse informe, infantilisée et obéissante, de la diversité, de celui qui est libre et libertaire, de celui qui s’exprime sans entraves, et pire, de celui qui rit de ceux dont la pensée totalitaire refuse la différence jusqu’à planifier et organiser l’annihilation de l’autre et de la différence !
C’est donc à nous, à nous seuls, qu’il revient de nous engager, de réfléchir, de continuer à enseigner sans faiblir, de rester debout, d’analyser et de prendre des risques pour rester libres d’être ce que nous voulons être. C’est à nous et à personne d’autre qu’il revient de trouver les mots, de les prononcer, de les défendre, de les écrire pour couvrir le son des couteaux sur les gorges et de la haine !
Qu’est-ce qui nous a fait en arriver à ce monde, à ce présent ? 
Souvenons-nous de Churchill à l’aube de la seconde guerre mondiale, qui se demandait qui a nourri le crocodile en espérant être le dernier à être mangé ? La question est toujours de notre actualité parce que, dans cet éternel recommencement qu’on pensait avoir enfin brisé, quand un grand nombre d’entre nous est confronté à des situations qui leur font peur, un grand nombre d’entre nous va choisir de pactiser avec le pire par intérêt, par lâcheté, par déni aussi, jusqu’à ce que le crocodile devienne si gros, à force d’être nourri de tous ces renoncements, et ce qui aurait pu être arrêté avec un peu de courage devient alors un monstre prêt à nous engloutir ! Et là, le prix de la liberté est autrement plus élevé ! 
Donc, à nous de rire, à nous de créer, à nous d’imaginer, de rêver, à nous d’enseigner la pensée critique, à nous d’écrire, de parler à voix haute, à nous d’être fiers de jouir de nos libertés, à nous d’aller et venir et de vivre la tête haute, à nous de défendre le droit de critiquer les religions face à des fanatiques qui, au nom de leur dieu, voudraient nous imposer leurs névroses et leurs frustrations en résumé leur monde de merde. 
C’est donc à nous de nous battre pour rester libres !

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans une France qui, pour faire gagner 15 à 20 minutes sur un trajet de 53 km, un gouvernement et des élus avides de réélection soutiennent mordicus un projet d’autoroute qui va demander la construction de 200 ponts, qui va demander d’extraire dans l’Ariège 2,6 millions de tonnes de granulats, qui va demander de produire 500000 tonnes d’enrobés, afin qu’environ 8000 véhicules légers et 900 camions par jour soient autorisés à rouler à 130 km/h au lieu de 90. Cette augmentation de la vitesse moyenne fera passer de 5000 à 8000 tonnes les émissions de CO2, tout cela au prix de la coupe de plus de 250 arbres, tout cela au prix de l’artificialisation de centaines d’hectares de terres agricoles et de zones humides dont nous savons qu’il faut les présenter si nous ne voulons pas nous enfoncer encore plus dans la destruction de nos vies. Mais bon, ce n’est pas grave, au moins 7000 morts des canicules sont attribués au changement climatique lors de l’été 2022 ; mais bon, ce n’est pas grave, construire une autoroute qui va augmenter les émissions de CO2, en pleine urgence climatique ; mais bon, ce n’est pas grave, mentir, désinformer et faire du greenwashing cachant l’inaction climatique ; mais bon, ce n’est pas grave, la violence vient évidemment des opposants et des  au projet dénoncé par plus de 2000 scientifiques ; mais bon, ce n’est pas grave, le système sera sauvé, et l’entreprise compensera les dégâts avec le montant des péages (17€ pour l’aller et retour ce qui en fait l’autoroute la plus chère au km de France), et les mensonges iront bon train !
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde
Ce soir, il s’agit de parler un peu de sciences parce que, face à la catastrophe écologique, à la montée de la pensée magique et des fanatismes, des espèces qui disparaissent en masse, des populations et une diversité du vivant qui s’effondrent, la pollution et la chaleur qui tuent et rendent la planète inhospitalière, la science est généralement utilisée pour donner une réponse essentiellement « ingénierique », technologique à tout prix, algorithmique et faite de machines toutes puissantes. Considérées comme de simples outils sans y associer cette indispensable réflexivité, elles ne pourront que contribuer à accélérer l’effondrement. Alors que le vrai rôle des sciences serait de contribuer à un renouveau radical des symboles et des valeurs en réinventant le sens du monde. Alors ce soir, sous un titre emprunté à un vers de Paul Celan – Personne ne soufflera la parole sur notre poussière – les Nowakowskismes suggèrent de réinvestir la science de l’immense force poétique dont elle a été amputée afin de la libérer et de rendre aux humains leur pouvoir bénéfique de raison, de transgression, d’intransigeance et d’humilité. 

N’oublions pas que la crise actuelle ne se réduit pas à la crise du climat et au réchauffement climatique. N’oublions pas que les deux tiers des insectes ont disparu en quelques années, que les deux tiers des mammifères sauvages ont disparu en quelques décennies et que les deux tiers des arbres ont disparu en quelques millénaires et encore plus rapidement ces dernières années. En effet, les conséquences du changement climatique se lisent sur la santé des forêts françaises, avec notamment une très forte augmentation de la mortalité des arbres qui est passée de 7,4 millions de mètres cube par an (Mm3/an) entre 2005 et 2013 à 13,1 Mm3/an entre 2013 et 2021, soit une hausse de près de 80 % en dix ans. Ce flux annuel de la mortalité équivaut à 0,5 % du volume de bois vivant. Et ce n’est pas tout. La crise n’est pas que climatique, elle est pollution massive par l’incroyable production de déchets de ce système fait de prédation et de dévastation. Pour ne parler que des Européens. Ils n’ont jamais produit autant de déchets d’emballage. En 2021, l’UE en a généré 188,7 kg par habitant, soit 32 kg de plus en 10 ans et tout cela soutenu par un lobbying agressif des McDo and co. Et un dernier petit exemple « pour la route » – pour garantir la souveraineté économique de la France, notre président a annoncé vouloir investir 2,9 milliards d’euros pour l’agrandissement d’une usine de puces électroniques à Crolles en Isère, ceci au prix d’une consommation gargantuesque d’eau. En effet, alimentée par d’énormes tuyaux de la régie des eaux de la métropole de Grenoble, cette usine située en amont de la ville a englouti en 2021 pas moins de 4,23 millions de mètres cubes d’eau, soit autant que 100000 habitants en un an – contre 3,46 millions en 2019 et 2,7 millions en 2011. Et les annonces « présidentielles » n’arrangeront rien. Depuis le début d’année, la convention autorisant l’acheminement de l’eau de Grenoble vers le Grésivaudan est déjà passée de 8 millions de m3 par an à 10,5 millions. 
Je m’arrête là ! 
Donc, toutes ces extinctions massives ne sont pas uniquement provoquées par la hausse des températures mais par un problème général dû à la dévastation des espaces naturels et la mise en ressources du vivant. 
Vous me demanderez : ” Mais alors ? Comment réagir ?” 
Il suffit d’allumer une radio et la régler sur une des chaînes du service public pour entendre à longueur de pubs débiles quelle est l’issue proposée par les tenants du système. Aujourd’hui, la réponse à tous nos maux est dans l’énergie. La solution est dans la puissance des énergies propres décarbonées ou ne sera pas. Comme dans l’industrie automobile ! En effet, il faudrait être absent à ce monde pour ne pas voir, ni n’entendre le battage politico-médiatique orchestré par l’état et les grandes entreprises de l’industrie automobile visant à faire entrer dans le crâne de tous et toutes que la voiture électrique, hybride, eTech, …. est la solution, que rien ne changera, sois tranquilles citoyen, tu pourra toujours rouler librement avec ta belle et grosse voiture. Voyez, nous sommes déjà sur la voie, parce qu’en France, nous produisons une électricité propre avec nos centrales nucléaires propres et décarbonées en attendant que la science nous apporte la source d’énergie propre et inépuisable qui permettra de perpétuer éternellement ce système. 
Alors, si la science toute puissante nous amène à disposer d’une énergie propre et limitée, que pensez-vous qu’il adviendra ? 
Evidemment, la prouesse sera saluée par l’immense majorité des médias, des scientifiques et des politiques dans un OUF de soulagement ! Nous allons pouvoir continuer nos activités et nos prédations sans ralentir, puisque les émissions de CO2 vont diminuer drastiquement ! 
Or, ceci ne fera que nous mener au pire des désastres, parce que dans l’état actuel de nos désirs et de nos valeurs, surtout de ceux qui s’approprieront cette technologie, cette source d’énergie sera utilisée pour amplifier le gigantesque chantier de destruction systémique du vivant. Quand il ne coutera plus une goutte d’énergie pour remplacer une forêt par une autoroute, quand il ne coutera plus une goutte d’énergie pour continuer à transformer cette planète en poubelle, et permettre aux plus riches d’aller polluer ailleurs, quelle direction pensez-vous que nous choisirons ?
C’est évident que perdura l’idée délirante et obtuse que la résolution de tous nos problèmes relève d’une solution d’ingénierie, d’une solution technique. Au coeur de la pensée politique et économique de ce temps et de nos systèmes se tapit l’idée qu’un monde idéal est un monde dans lequel nous pouvons continuer à vivre comme nous l’avons toujours fait ! Que la science nous trouvera bien une solution ! Et c’est évidemment insensé ! La courbe des prélèvements ne peut éternellement dépasser celles des ressources ! Considérer qu’on peut entretenir un modèle basé sur une infinité des ressources dans un monde fini, est une aberration ! 
Bien sûr, il n’a jamais été question de revenir à la lampe à huile, mais le malheur de l’ingénierie et de la technique en général est de ne jamais interroger les finalités. Elles inventent ou améliorent des fonctions sans réflexivité, en réfléchissant rarement aux desseins ! Sans jamais se poser les questions, Pourquoi ? Et quelles seront les conséquences de ces choix sur ceux qui viendront après ? En fait, le problème réside dans le constat rarement contredit que la technologie se fonde sur un principe étrange, ancré profondément en nous, qui est qu’aucun frein n’est acceptable, ce qui peut être fait doit être fait ! Et que jamais la question « tout ce qui peut être fait technologiquement, doit-il est fait ? » n’est jamais posée ! Nous ne prenons même pas la peine de discuter sérieusement et collectivement la pertinence de ces choix, et modestement à mon niveau, face à mes étudiants et élèves ingénieurs, c’est justement ce genre de questions que j’essaie de leur permettre de poser. 
Cette tendance générale relève d’un étrange aveuglement mais tellement explicable à la hauteur des idéologies qui ont guidé nos sociétés riches. Cet aveuglement est celui-là même qui nous amène à n’être même pas capables de remettre en cause cet univers normé et programmé, optimisé, bétonné, surveillé ! Cet aveuglement est aussi ce qui nous amène à cantonner la science à la recherche des solutions techniques qui nous permettront de ne rien changer. Cet aveuglement c’est également la marque d’un manque d’ambition terrible et surtout d’une bêtise abyssale mais scientifique ! 
Or, aucun espoir n’est possible si on ne vient pas questionner sur le fond ces implicites, ces valeurs, ces symboles … en fait je partage pleinement cette phrase prononcée par Aurélien Barrau, « le geste le plus révolutionnaire consiste à penser » ! Un tel combat révolutionnaire rejoint les questions que nous devons nous poser en matière d’éducation des citoyens aux enjeux du monde dans lequel ils vivent. Paulo Freire dans son livre, La pédagogie des opprimés, écrit au Chili en 1973, écrivait ceci : « Si l’éducateur est celui qui sait, si les élèves sont ceux qui ignorent, il incombe au premier de transmettre, comme en dépôt, son savoir aux seconds. Dans cette vision « bancaire » de l’éducation, les élèves sont vus comme des êtres d’ajustement. Mais plus ils s’emploient à archiver les dépôts qui leur sont versés, moins ils développent la conscience critique qui leur permettrait de s’insérer en sujets dans le monde. Cette vision de l’éducation réduit le pouvoir créateur des élèves, stimule leur naïveté et non leur esprit critique et satisfait les intérêts des oppresseurs, qui maintiennent les masses aliénées à travers des mythes indispensables au statu quo : le mythe selon lequel tout un chacun, à condition de ne pas être fainéant, peut devenir un entrepreneur ; le mythe de l’héroïsme des classes oppressives comme gardiennes de l’ordre ».
Interroger et former des citoyens et des scientifiques capables de penser, c’est surtout un projet éducatif et social à la fois. C’est le seul moyen de donner à tous la possibilité de construire une conscience claire de leur position en ce monde, et de rechercher avec eux les moyens de changer de système. 
Tant que nous ne nous donnerons pas les moyens de changer, nous serons enfermé dans une perception du monde vue uniquement au travers du prisme d’une science hégémonique parce qu’elle seule dit la vérité ! La science ne constitue en fait qu’une manière de faire un monde. Il n’est pas possible de faire comme si les innombrables sociétés humaines qui ont peuplé cette planète n’ont pas existé – comme les envahisseurs de l’Amérique du Nord l’ont fait des peuples premiers présents là – il est toujours plus facile de considérer un territoire vide pour se l’approprier et y raconter sa propre histoire et tout ce qui vient contrecarrer ce récit sera éliminé ! Et nous continuons ainsi, nous continuons sans faiblir à nous entêter malgré la certitude de l’échec. Notre prédation suicidaire de l’environnement, des vivants autres que nous, et de tout ceux qui n’entrent pas dans le modèle, ne constitue en aucune façon un fondement de l’humanité. Et refuser de reconnaître cette vision n’est pas partagée par un grand nombre d’autres cultures et civilisations c’est un des mensonges dont nous peinons à nous débarrasser ! 
L’histoire des sciences et plus globalement des connaissances est une succession de révolutions ontologiques et nous comprenons à chaque découverte que le monde n’est pas tel que nous le supposions. Et pour y faire face, il est urgent d’habiter poétiquement le monde et nos actions pour refonder le réel. Il est autrement plus sérieux de travailler sur les dimensions symboliques que sur les tours de passe-passe technologiques. Nous nous trouvons face à une catastrophe civilisationnelle se matérialisant par un effondrement de la vie et une perte de sens, et ceci demande de trouver et d’inventer des lignes de fuite, des bifurcations, pour que la sciences et nos modèles permettent de créer de l’ailleurs, de l’altérité et de l’inouï. 
La science a cet avantage sur les religions qu’elle peut se déjuger sans se discréditer et que la raison progresse par ses erreurs quand la foi meurt de ses errements (rappelons là à certains en ce monde, que reconnaitre qu’on s’est trompé c’est être du côté de la raison et non de la foi). La science a cet avantage et ne le gâchons pas. Et n’oublions surtout pas que ce qui souille l’humanité, ce qui insulte des dieux s’ils existent, ce n’est pas la pensée, des caricatures, la liberté, la raison, la liberté, ce qui souille l’humanité, ce sont les meurtres, c’est honorer l’infamie, ce qui souille l’humanité, c’est célébrer l’infamie, ce qui souille l’humanité, c’est d’abandonner par lâcheté le droit de critiquer, de s’ouvrir au monde, au vivant et à l’autre, et de s’interdire de rire, par lâcheté, ce qui souille l’humanité c’est de s’interdire de vivre au nom du pire ! 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, et prenons le temps de nous laisser traverser par ces quelques mots simples d’Hubert Reeves : « [Auditeur], prends encore une longue respiration ! Sens l’air frais qui monte dans ton nez. Les atomes qui entrent en toi ont été respirés d’innombrables fois dans les derniers milliards d’années. Leur carrière a commencé dans les eaux tièdes où la vie est née sous forme de microscopiques organismes marins. Ils sont passés par les branchies des trilobites ainsi que dans celles des grands poissons aux carapaces rigides. Ils ont été aspirés par les vaisseaux dressés à la verticale des fougères, des prêles géantes et des ginkgos aux feuilles dorées. Ils ont été accueillis dans les premières ébauches de poumons des Léviathans de l’époque jurassique. Ils se sont intégrés dans le parfum subtil des plantes à fleurs pour séduire les insectes transporteur de pollens. Et pense aussi aux innombrables êtres humains, tes ancêtres, qui ont profité de cette manne indispensable lentement apprêtée par la nature avec le concours de microscopiques organismes marins, toujours à l’œuvre dans les océans. Au-dessus de la surface, au-dessus de chaque vague, le lent flux des nouvelles molécules d’oxygène se poursuit continuellement ».

Sources et inspirations 
https://www.ign.fr/espace-presse/les-donnees-de-linventaire-forestier-national-confirment-limpact-du-changement-climatique-sur-la-sante-des-forets-francaises
Aurélien Barrau. L’hypothèse K. La science face à la catastrophe écologique. Grasset, 2023
Richard Malka. Le droit d’emmerder dieu. Points
Paolo Freire. La pédagogie des opprimés. Ogone 2023
https://reporterre.net/L-A69-une-autoroute-ecolo-On-a-verifie
https://bonpote.com/zad-violences-et-mensonges-sur-lautoroute-a69-tout-se-passe-comme-prevu/
Paul Celan dans Psaumes pour le titre (petit lien vers le documentaire de Wim Wenders, Anselm à voir absolument – https://www.cameo-nancy.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=9968&catid=8&Itemid=101) 
https://lesjours.fr/obsessions/eau-guerres/ep8-stmicroelectronics-grenoble/

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.4-24102023-15.09/

Musiques 
Larkin Poe, Bad Spell – https://youtu.be/kLaSCWSJmzo?si=4pPt0s6ZrlxliDlk 
Jackson Browne, The load out – https://youtu.be/rukvfk9a6rY?si=djosPsDzDHgFBBpo 
Gov’t Mule, Shake our way out – https://youtu.be/PWrioTsxgRM?si=bWczoNtlGN-wR6mX 

Nowakowskismes 8.3. La réalité ne peut être franchie que soulevée

Un moment historique et important pour la lutte pour la liberté en Iran : le prestigieux prix Nobel de la paix 2023 est décerné à Narges Mohammadi, infatigable militante iranienne des droits humains et des droits des femmes des trois dernières décennies emprisonnée en Iran. 
Cet honneur revient à chacun d’entre vous, honorable, courageux et résilient peuple d’Iran, qui avez lutté inlassablement et pacifiquement pour la liberté. Rassemblons-nous, humains, pour célébrer ce moment précieux  en saluant tout particulièrement le courage des femmes et des filles d’Iran qui ont captivé l’attention du monde entier par leur bravoure au cours de l’année écoulée à travers leur implication dans ce mouvement « Femme, Vie, Liberté ».

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans une France qui voit l’Élysée terminer son année 2023 dans le rouge avec un trou de… 12 millions d’euros, soit dit autrement, un budget qui passe de 115 à 127,4 millions d’euros. Se serrer la ceinture ou ouvrir un bouton pour mieux digérer ? La présidence de la République a choisi.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde.
Ce soir, il s’agit encore une fois de nous armer pour faire face au déni, à l’inertie, et résister à cette pente de la fatalité, du « à-quoi-bon-isme » et nommer les ennemis ! Dirigeants, entreprises, la bien pensance, et très souvent nous-même. 
Alors, commençons ainsi… 

Imaginez !
Des milliards de personnes cloitrées chez elles pour échapper au désert extérieur, aux dômes de chaleur, aux événements climatiques extrêmes, à la violence, formant ainsi des milliards de micro-mondes habitables, de cellules de survie, d’alvéoles hermétiques dispersées sur une vaste terre dévastée, surchauffée, desséchée et aride. L’humanité a façonné la Terre comme une ruche, composée de ces alvéoles climatisées et connectées, dans lesquels les humains survivront quand le reste brulera. La clim mais aussi les plateformes numériques, le réseau, tout cela incarne le vice du confort moderne, à savoir la rupture entre l’humain et ce qui l’entoure, autorisant ainsi l’indifférence, le déni et plus généralement le mépris de l’autre et de ce qui reste du vivant. Tout comme tout ceux qui parcourent les pays en camping-cars, contribuant massivement à la production de gaz à effet de serre incitant par là les TotalEnergies à multiplier les nouvelles exploitations des sols au mépris du vivant, pour passer les soirées devant la télé ou sur leur téléphone portable à regarder la quintessence du capitalisme culturel, les séries – des pratiques ouvrant grand la voie à des projets comme Starlink d’Elon Musk et la Constellation Kuiper d’Amazon qui prévoient d’envoyer en orbite basse de la Terre, pour multiplier encore et encore les possibilités de connexion au réseau, des dizaines de milliers de satellites contribuant incroyablement à la pollution de l’espace proche – pour vous en convaincre regardez les cartes en temps réel sur le site https://satmap.space/. 
Tout ceci, clim, réseau, plateformes et séries sont les dimensions d’un égoïsme érigé en éthique. Ainsi, être bien dans son chez soi connecté et climatisé, peu importent le fracas et les misères qui entourent, dans un égoïsme de la clim et du réseau, qui nous réfrigère en réchauffant les autres, et qui nous connecte au réseau en mettant une partie de l’humanité en esclavage pour arracher à la terre les matériaux nécessaires à leur fonctionnement et leur renouvellement permanent. Rappelons aussi que l’empreinte carbone mondiale du numérique est supérieure à l’empreinte carbone de l’aviation civile. Ce qu’on peut appeler la « zoomification » des relations sociales porte ainsi à un niveau inédit la disparition de l’autre dans nos vies, dans une numérisation qui écrase toute altérité, seuls dans nos alvéoles traversées par une avalanche sans fin d’informations numériques standardisées. 
Ainsi, le réchauffement, les pollutions et les destructions s’enracinent dans une même matrice sociale, économique et civilisationnelle. Surextraction, surproduction, surconsommation et donc surdéjection ne sont pas quatre problèmes différents, mais un seul. En s’attaquant au problème dans son ensemble, on pourra peut-être éviter de rendre la Terre invivable pour ceux vivant déjà dans un monde invivable, à savoir neuf millions d’espèces, parmi lesquelles nous ne sommes qu’une ; les trois millions d’animaux tués dans les abattoirs français ; les maldiviens dont le mètre qui les sépare de la submersion indiffère le reste du monde ; les chèvres dans l’Ethiopie asséchée donc affamée qui finissent par manger leurs excréments ; le bétail américain mort de chaud empilé sur des kilomètres comme dans des poubelles ; ces femmes, ces hommes et ces enfants qui vivent dans la décharge d’Agbogbloshie dans la banlieue d’Accra, la capitale du Ghana, errant dans cette poubelle géante qui est celle de nos vieux ordinateurs et de tous ces objets connectés qu’on achète à prix d’or et qu’on jette pour en acheter de nouveaux ; les villages du cancer en Chine où meurent les ouvriers qui extraient les terres rares nécessaires à nos smartphones et nos modes de vie qui ne peuvent plus s’en passer, imposé par la multitude de campagnes de publicité des opérateurs pour le dernier smartphone 5G et des gigas ; les assembleurs de l’entreprise Foxconn, spécialisée dans la fabrication de produits électroniques, que des filets aux fenêtres empêchent de se suicider ! Et oui la misère indispose alors quoi de mieux, quoi de plus confortable que de s’enfermer dans son alvéole climatisée, connectée, abrutie par des contenus diffusés par toutes ces plateformes, alimentée de l’extérieur par des malheureux à vélo ! 
« La réalité ne peut être franchie que soulevée » écrivait René Char dans les années 60, alors que sortait au même moment le texte de Rachel Carson, Printemps silencieux annonçant un monde sans oiseaux. Parce que la vérité est ce réchauffement, causé par des modes de vie fondés sur l’utilisation à grande échelle, par une petite partie de l’humanité, des énergies fossiles, n’est qu’une partie du problème. Le problème, c’est aussi la fonte des glaces et du pergélisol, l’élévation du niveau des océans, la désertification de régions entières, des super-canicules et des méga-feux, et donc des destructions de lieux de vie et des migrations qui s’en suivent – selon l’UNICEF, en six ans, 43 millions d’enfants ont été déplacés à cause de catastrophes météorologiques, des épidémies et aussi des guerres.
D’autres séries de ruptures viennent amplifier tout cela. L’artificialisation des sols à grande échelle détruit les forêts, bouleverse les paysages ; la surexploitation du monde détruit la diversité du vivant sur Terre comme dans les océans ; la prédation des ressources naturelles et tous ces projets qu’il faudrait stopper tels que l’EACOP ou le dernier en date, Papua LNG, visant à extraire d’énormes quantités de gaz dans une zone forestière et montagneuse en Papouasie-Nouvelle Guinée et à transporter ce gaz via un pipeline construit à travers la jungle, pour l’acheminer jusqu’à une usine qui le transformera en gaz naturel liquéfié, avant de l’exporter par bateau vers le marché asiatique avec tous les impacts terribles et irréversibles au niveau local sur les humains, leurs modes de vie et la biodiversité tout en générant au total 220 millions de tonnes de CO2, soit autant que les émissions annuelles d’un pays comme le Bangladesh ; et, conséquences de ce système, production de plastiques, les déchets nucléaires dont on ne sait que faire, les pesticides qu’on ne cesse d’utiliser pour maintenir la surproduction agricole, la captation de l’eau par un petit nombre de sur-exploitants, les polluants éternels qui envahissent les espaces de vie, …. fomentent un empoisonnement généralisé du seul endroit dans l’univers dans lequel nous pouvons vivre – La Terre ! 
La preuve … un exemple de la bêtise abyssale dans laquelle nous nous enfonçons ! 
À Las Vegas vient d’être inaugurée une nouvelle salle de spectacles : The Sphere. Comme son nom l’indique, c’est un bâtiment sphérique chargé d’attirer les foules de moutons pour des expériences aussi immersives qu’inutiles ! Bien sûr sans prêter le début d’une attention à la consommation d’énergie. Son écran extérieur fait 53000 m2 (soit environ la surface de 7,5 terrains de football). Il s’agit du plus grand écran LED du monde, entièrement programmable, comportant pas moins d’1,2 million de petits palets de LED, espacés de 20 centimètres les uns des autres. Chaque palet contient 48 diodes LED, capables d’afficher 256 millions de couleurs chacune pour en faire le plus grand écran 16K. A l’intérieur, les spectateurs sont installés dans des fauteuils à retours haptiques au coeur d’un écran de 15000 mètres carrés le tout sonorisé par 170000 haut-parleurs invisibles. Pour fonctionner, The Sphère a besoin d’une puissance maximale de 20 MW, et le tout devrait consommer environ 95779 MWh par an ce qui représente approximativement la consommation annuelle de 20500 foyers français, soit l’équivalent d’une ville comme Valenciennes. 
Et tout cela pour 2,3 milliards de dollars soit environ 2,2 milliards d’euros ! Des milliards qui auraient été bien mieux employés au service des plus démunis, d’infrastructures permettant à tous et toutes de vivre dignement ! 
Voilà une ville en plein désert qui n’existerait pas si les climatiseurs n’existaient pas, pompant au delà des limites l’eau du Colorado, au profit du capitalisme le plus obscène. Juste pour tenter de rappeler, parce qu’il y aura toujours des humains pour y aller, des groupes pour y jouer – U2 y était et des milliers de gens ont déboursé plus de 370 euros pour assister au concert de ceux qui s’érigent en défenseurs de la planète et des droits humains !  
Ceci dit quelque chose du déni de l’humanité face à ce désastre qui est écologique mais aussi éthique et politique. Tout ceci raconte quelque chose d’un futur possible qui se réplique massivement dans les pays du golfe, dans ces villes construites à coup de pétro-dollars au milieu du désert et de leurs centres commerciaux dans lesquels on entretient, dans des hangars gigantesques, le froid nécessaire aux pistes de ski sur lesquels s’élancent ceux et celles qui s’en fichent de recracher du chaud au dehors pour obtenir l’air frais de leurs plaisirs ! 
Ces plaisirs, ce confort, cette vie en alvéoles, ces clim, ce réseau, ces plateformes, ces batteries, ces Las Vegas intérieurs … c’est parce que des chercheurs, des ingénieurs y ont travaillé, c’est parce que des chercheurs, des ingénieurs ne se sont pas intéressés à autre chose qu’au problème technique posé, parce que ces chercheurs et ingénieurs n’ont pas lu autre chose que les textes techniques produits par leurs collègues du même domaine qu’eux. Ainsi, par exemple, ceux qui travaillent à l’amélioration des batteries des voitures électriques  ne retiennent des travaux du GIEC qu’ils participent activement à la nécessaire transition énergétique, au service d’un modèle de mobilité qu’il ne s’agit surtout pas de remettre en question. Ce monde c’est celui d’Elon Musk ! « C’est un monde où l’on commercialise des lance-flammes pour s’amuser. C’est un monde où l’on tente de faire croire qu’une voiture de plus de deux tonnes qui emmène 500 kg de batterie, deux moteurs, un thermique et un électrique, est un objet écologique et indispensable à l’expérience du monde ». Reconnaissons que la couleuvre est grosse, mais que voulez-vous, certains et ils sont nombreux sont prêts à l’avaler ! 
Ces chercheurs et ingénieurs qui travaillent sur tout cela auraient très certainement dû lire un texte comme celui de Jean-Baptiste Fressoz qui dit « qu’il n’y a jamais eu de transition énergétique. Qu’on ne passe pas du bois au charbon, puis du charbon au pétrole, puis du pétrole au nucléaire. Que l’histoire de l’énergie n’est pas celle des transitions, mais celle des additions successives de nouvelles sources d’énergie primaire. Que l’erreur de perspective tient à la confusion entre relatif et absolu, entre local et global ». Qu’en fait, les ingénieurs ne s’en tiennent qu’au fait scientifique nu – il faut diminuer les émissions de CO2 – et ne s’intéressent pas du tout au rôle que joue « la fée électricité » dans les berceuses qui nous parlent de transitions. Et qu’ils ne se demandent pas pourquoi leurs travaux n’ont pas pour contrepoint des mesures impliquant un avenir de sobriété en matière de mobilité. 
Pourquoi sommes-nous tellement impuissants à modifier notre trajectoire socio-écologique suicidaire quand bien même nous savons pertinemment que nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis, si vitalement dépendants que nous sommes devenus de ce système qui détruit les conditions de vie de la plupart des êtres vivants ? 
Pourquoi ne voyons-nous pas que cette conception de la liberté reposant sur l’exploitation des humains et de la planète constitue une impasse mortelle ?
Pour tenter de desserrer l’étau de ce système, et d’apporter des réponses viables aux questions qui se posent à nous, il s’agirait déjà de reconstruire des interdépendances sur un tout autre modèle que celles qui définissent ce monde de prédations. Il s’agirait de refaire société en réinventant la subsistance en dehors des rapports traditionnels de domination, en prenant également conscience qu’il est bien sûr impossible de subvenir à nos besoins s’ils sont infinis. Il s’agirait aussi de remettre en question la séparation de la consommation et de la production au coeur de notre mode de vie de salariés-consommateurs-électeurs qui, comme le disait André Gorz, « ne produisent rien de ce qu’ils consomment et ne consomment rien de ce qu’ils produisent » ! Cela signifie de faire le tri entre les outils qui soulagent les efforts et renforcent l’autonomie et les technologies qui prétendent nous en délivrer, tout en nous rendant dépendants des industries qui les produisent. Cela signifie aussi de disposer d’outils que les usagers peuvent contrôler eux-mêmes, des techniques à échelle humaine relativement simples à produire, à utiliser et réparer. Cela signifie donc de choisir une voie qui nous émancipe de cette fascination mortifère pour la technologie, une voie qui nous sorte de la course à l’échalote dans laquelle les industries nous entraine, enfin une voie qui nous permette de nous affranchir du mythe ancien qu’une vie pleinement vécue ne peut s’envisager sans une technologie indispensable à notre pleine réalisation.  
Changer ? 
Ce serait déjà de connaître et reconnaître le territoire où l’on vit et les êtres avec qui on le partage. Ce qui se traduirait par le déploiement de manière de vivre différentes, dépendantes de ce que permet ce territoire. Tout ceci ne pourrait s’envisager que si, sur le plan de l’imaginaire, nous rompions définitivement avec le schéma d’un universalisme imposé par l’occident. La modernité reposait alors sur l’aspiration à être délivré de la terre et des activités de subsistance qui y sont liées, ce qui a conduit à identifier la liberté avec la vie urbaine, l’argent, l’industrie et la technologie, un modèle qui menace juste de faire de la Terre un désert, et qui ne sait qu’envisager d’aller coloniser Mars pour y reproduire ailleurs le même modèle et les mêmes errements !
Or le monde de la liberté et de l’autonomie est un monde dans lequel divers mondes sont possibles. Pour cela, il s’agirait de renouer avec l’autre conception de la liberté, celle de l’autonomie portée autrefois par les couches populaires et désormais portée par l’écologie politique, l’écoféminisme, et s’inscrit dans le sillage de tous les mouvements qui ont pris pour devise : « Terre et liberté ». Il s’agirait également de remettre les mains dans la terre et dans tous nos outils, afin de nous réapproprier les conditions et les modalités de nos vies. 
Comment imaginer renverser ce système prédateur et destructeur sans adopter des formes de vies qui s’en échappent ? Tout cela ne se fera pas sans luttes sociales d’envergure contre ce système capitaliste dont la dynamique destructrice menace toutes les formes de vie sur Terre. 
Et ça c’est tout de suite !

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, dans un monde où la tendance est que l’autre est privé de la présence de l’autre, que la communication est ravalée au stade de l’échange d’informations où les informations se posent devant les choses et l’autre, c’est sur ces quelques mots que nous conclurons : « Un étudiant a demandé un jour à l’anthropologue Margaret Mead ce qu’elle considérait comme le premier signe de civilisation dans une culture. L’étudiant s’attendait à ce que l’anthropologue parle de crochets, de bols en argile ou de pierres à aiguiser, mais non. Mead a dit que le premier signe de civilisation dans une culture ancienne est la preuve d’une personne avec un fémur cassé et guéri. Mead a expliqué que dans le reste du règne animal, si vous vous cassez la jambe, vous mourez. Vous ne pouvez pas fuir le danger, aller à la rivière pour boire de l’eau ou chasser pour vous nourrir. Vous devenez de la viande fraîche pour les prédateurs. Aucun animal ne survit à une patte cassée assez longtemps pour que l’os guérisse. Un fémur cassé qui a guéri est la preuve que quelqu’un a pris le temps de rester avec celui qui est tombé, a guéri la blessure, a mis la personne en sécurité et a pris soin d’elle jusqu’à ce qu’elle se rétablisse. « Aider quelqu’un à traverser des difficultés est le point de départ de la civilisation », a expliqué Mead. La civilisation est une aide communautaire ». 

Sources et inspirations 
https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/ecrans-demesures-sonorisation-massive-et-facture-d-electricite-xxl-cinq-chiffres-sur-the-sphere-l-etonnante-nouvelle-salle-de-spectacle-de-las-vegas_6095196.html
https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/crise-climatique/en-six-ans-plus-de-43-millions-d-enfants-ont-ete-deplaces-a-cause-de-catastrophes-meteorologiques-alerte-l-unicef_6103797.html
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/hugo-clement-en-toute-subjectivite/hugo-clement-en-toute-subjectivite-du-mercredi-04-octobre-2023-4623337
https://www.huffingtonpost.fr/politique/article/l-elysee-affiche-un-budget-dans-le-rouge-et-se-justifie-en-evoquant-l-inflation-et-l-activite-presidentielle_224029.html
Pour un tournant radical. Socialter. Collection Bascules
https://reporterre.net/Amazon-et-ses-milliers-de-satellites-vont-polluer-le-ciel
https://www.liberation.fr/politique/derapage-inedit-des-depenses-de-lelysee-en-2023-selon-lobservatoire-de-lethique-publique-20231006_X2IHP2F5VBASXFPHMIQLXX2XOE/
René Char « Les dentelles de Montmirail », La parole en archipel, 1962

Musiques 
Le forestier, chante Brassens – Les oiseaux de passage – https://youtu.be/Y5URn2bggjY?si=IlJop-VZrdoKU1On 
Alan Vega – Nothing left – https://youtu.be/ziuFO9bK5_c?si=QU7tsT2394cg3eyM
PJ Harvey – In the dark places – https://youtu.be/VaLuvTMdFQ4?si=-LPBy1j74Jb-5iel 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.3-09102023-10.08/

Illustration – par Nathalie ISSENMANN 

Nowakowskismes 8.2. Basta !

Elle est étudiante à Pretoria, la capitale administrative de l’Afrique du Sud, habitante de bidonvilles au Pakistan, au Nigeria ou à Madagascar, ou travailleuse précaire dans nos pays qui se disent riches. Un geste malencontreux a eu pour conséquence de rendre inutilisable son ordinateur, son outil indispensable à sa formation. Il lui faut impérativement en acheter un nouveau, mais elle n’a pas l’argent. Alors, avec son téléphone, elle lance une recherche d’« un emploi en ligne qui ne lui prendra pas trop de temps » afin de pouvoir continuer ses études sans trop de perturbations. Sur la page de résultats générée par son moteur de recherche favori apparaît le signe  UHRS. UHRS c’est pour « Universal Human Relevance System » ou en « bon » français, Système universel de pertinence humaine. UHRS est la plateforme créée par Microsoft visant à entraîner des intelligences artificielles. L’étudiante choisit cette plateforme parmi un ensemble d’autres, et entre dans ce qu’on appelle l’univers du « micro-travail ». On parle de micro-travail parce qu’il est constitué par « des activités courtes, standardisées et simples, qui peuvent être réalisées en ligne et que des plateformes numériques spécialisées externalisent à des prestataires tiers, dénommés microtravailleurs ». Le microtravail consiste donc en des activités répétitives, payées quelques dollars ou centimes de dollars, allant de l’annotation d’images, à la transcription de sons ou à l’évaluation de contenus. Il s’agit par exemple de classer des captures d’écran de vidéos « et décider si elles sont acceptables, gores ou nuisibles ». Le microtravail peut aussi consister à prêter sa voix pour lire un texte, ou à prendre des photos de soi ou de son entourage pour contribuer à l’apprentissage machine de systèmes robotisés. Ces microtâches sont déterminées par les demandes des clients de ces plateformes. Certaines plateformes de travail du clic sont spécialisées dans l’IA, d’autres le proposent comme une activité parmi d’autres. Souvent, leur rôle est de fournir aux entreprises des « bras virtuels » pour entraîner leur IA. On parle aussi de « crowdsourcing », dans le « greenwashing » opéré par ces plateformes, crowdsourcing qui cache des tâches réalisées par une masse de travailleurs anonymes et interchangeables.
Cette étudiante aurait pu aussi choisir la plus connue de ces plateformes spécialisées, celle d’Amazon qui porte le joli nom de Mechanical Turk. Pourquoi Mechanical Turk me demanderez-vous ? Elle est ainsi nommée parce qu’elle fait référence à ce faux automate du 18e siècle, présenté comme un automate joueur d’échecs, alors qu’un homme de petite taille était caché dans le socle sous l’automate, et qui jouait la partie donnant l’illusion que l’automate pouvait jouer. Ainsi, derrière l’image d’une machine à la puissance de calcul phénoménal et autonome, l’intelligence artificielle dépend en grande partie de « petites mains » bien humaines, lesquelles classent, génèrent et fournissent des milliers d’informations essentielles au bon fonctionnement de l’IA. À se demander qui est devenu le robot de qui…
Revenons à notre étudiante. L’opportunité d’un job lui permettant de travailler lorsqu’elle le souhaite l’a évidemment séduite mais surtout la perspective de pouvoir gagner jusqu’à 400 dollars US par mois, comme cela se dit les forums et les réseaux sociaux.
Elle téléchargea donc l’application de microtravail sur son téléphone et la voici embarquée dans le monde merveilleux du microtravail et sa réalité bien moins idyllique que celle promue par les propriétaires de ces plateformes. Avant toute chose, et pouvoir espérer réaliser des clics rémunérés quelques centimes, elle va devoir s’entrainer et passer des tests. Chaque évaluation des tests va varier selon la nature du travail demandé. Le test étant similaire à la tâche à effectuer ensuite mais il ne sera pas payé. Et, très vite, elle comprend que les mécanismes de validation sont opaques, faut-il faire au plus vite, ou attendre quelques secondes avant de cliquer ? Pourquoi, malgré une grande précision des réponses, le travail a-t-il été invalidé ? En fait, il est impossible de répondre à ces questions puisque, dans l’opacité la plus grande, ce sont les clients de la plateforme de microtravail qui décident de ses critères. Alors complètement perdue dans cette jungle, elle passa des heures non rémunérées sur une batterie de tests afin de pouvoir se « qualifier » et ainsi accéder aux tâches rémunérées. Un jour, deux jours, puis  trois, … elle n’arrive toujours pas à gagner d’argent, certaines tâches sur lesquelles elle avait réussi à se qualifier, ont été supprimées sans qu’elle soit informée au préalable. Elle constate très rapidement que, malgré l’apparente facilité des tâches, ce sont des tâches terriblement « fastidieuses ». Elles sont répétitives, avec des « consignes très souvent succinctes » ce qui entraîne une « perte de temps » et une « charge cognitive » importante, puisque le respect des consignes conditionne leur paiement. Chaque clic est évalué, chronométré, et les raisons du refus d’une rémunération sont parfois opaques. Pour quelques dollars, on peut aussi vendre des photos de son visage ou de ses documents d’identité !
Être assez rapide, passer les qualifications, pour espérer participer à des tâches rémunérées quelques centimes de dollars avec en plus la mise en concurrence entre les travailleurs du clic puisque la répartition se joue « au clic le plus rapide ». En fait, des études ont montré que le revenu moyen des travailleurs du clic est d’une vingtaine d’euros par mois et que 22 % des personnes françaises interrogées vivent sous le seuil de pauvreté, et que la majorité sont des femmes.
Dans le secteur de l’IA et du « machine learning » qui permet à ces systèmes d’intelligences artificielles d’être entrainés et ainsi de se perfectionner, le travail invisible réalisés par des millions de petites mains des travailleurs très et peu qualifiés permet aux géants de la Silicon Valley de s’enrichir et de s’afficher comme les gourous d’un nouvel âge. Ainsi, seuls, sans statut ni lieu de travail, répartis sur les cinq continents et parmi les plus précaires, ces travailleurs ne parviennent pas à faire valoir leurs droits face à des multinationales lointaines. Les seuls lieux où ces travailleurs et travailleuses du clic se retrouvent sont des groupes Facebook ou Telegram. Ils sont Nigérians, Pakistanais, Sud-Africains, Malgaches… la richesse et le confort numérique des habitants des pays les plus riches n’existent que parce l’exploitation du travail des plus pauvres et plus fragiles de l’humanité ! 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans une république a dépensé 6 270 000 euros pour un diner avec un monarque 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde

C’est en compagnie de Jacques Ellul que nous reprenons notre exploration. « Nous disposons d’énormes moyens et nous mettons en marche de prodigieuses machines pour n’arriver nulle part »! Pour cela, je voulais me faire le relais d’un coup de gueule partagés sur une des multiples listes de diffusion qui se déversent dans nos boites mail. 
Directeur d’une composante de formation d’une université française, il apprend que l’assemblée générale annuelle des directeurs de ces composantes a été fixée à Nouméa, en Nouvelle Calédonie, à l’unanimité !
Choqué que, dans une telle situation d’urgence climatique dans laquelle nous sommes plongés, une telle décision irresponsable ait été prise, il a pris sa plume pour dire qu’il n’irait pas sans abandonner la volonté d’essayer de convaincre collectivement de renoncer à ce projet.
En effet, si certain·e·s d’entre vous n’ont pas encore lu les résumés des rapports du GIEC, il est urgent de le faire. Ces rapports présentent un état des connaissances très pointu sur l’évolution du climat et son dérèglement actuel (au sein des travaux du groupe 1), sur ses conséquences pour les sociétés humaines et les écosystèmes (dans le groupe 2) et sur les manières dont il est encore possible d’en atténuer les effets et de se préparer à en affronter les conséquences inévitables (dans le groupe 3).
Un résumé de synthèse du travail de ces trois groupes est disponible en ligne et, c’est une évidence, devrait être lu par tout individu ayant une responsabilité dans la société.
La plupart d’entre vous le savent sans aucun doute déjà, les conclusions des rapports du cycle 6 des travaux du GIEC, parus entre 2021 et 2023, sont les suivantes. La survie des écosystèmes de la planète est menacée, et l’une des causes majeures de cette menace est le dérèglement climatique provoqué par l’accumulation dans l’atmosphère de gaz à effet de serre produits par les activités humaines — dont le transport aérien. Ni nous, ni nos enfants, ni nos petits-enfants, ni aucun être humain sur Terre ne pourra avoir une vie normale après 2050 si ce dérèglement climatique global n’est pas contenu. Les événements climatiques extrêmes et dévastateurs (qui, dans un état stable du système climatique, ne devraient intervenir que deux fois par siècle) seront entre 4 et 40 fois plus fréquents, selon le niveau de réchauffement. Nous en a vu des exemples partout autour du monde cet été, jusqu’aux derniers jours de l’été, avec des incendies touchant des continents entiers et des inondations cataclysmiques rayant des villes de la carte.
La limitation des effets du dérèglement climatique ciblant un maximum de 1,5°C de réchauffement global en 2050 est encore techniquement possible, mais elle demande des efforts importants et immédiats dans tous les secteurs. À moins d’assumer de souhaiter la pire catastrophe dans l’histoire de la vie sur Terre depuis 60 millions d’année, des changements radicaux à nos habitudes de société doivent être mises en oeuvre rapidement et à tous les échelons. Ces conclusions ne sont pas exagérées. Elles ne sont pas extrapolées. Elles ont même plutôt tendance à être d’une prudence excessive, et de nombreux experts de l’écologie scientifique craignent que ne soient en train de se déclencher des boucles de rétroaction positive, et qu’au-delà de certains « points de bascule » (fonte des glaces polaires, aridification des forêts tropicales …) les modèles ne soient eux-mêmes dépassés. 
Les conclusions du GIEC ne sont pas celles d’un groupe d’activistes gauchistes échevelés et excessivement alarmistes. Elles résultent de la synthèse de plusieurs milliers de publications scientifiques d’experts de tous les continents, et qui reflètent un consensus unanime sur l’ampleur du dérèglement de la Terre, ses causes, et ses conséquences. Les rapports du GIEC sont en outre relus, amendés et approuvés par des représentants des gouvernements des 175 pays signataires de l’accord de Paris sur le climat de 2015. Elles sont régulièrement reprises dans les argumentaires de nombreuses autorités politiques et morales, du Pape au Secrétaire Général des Nations Unies.
Pour arriver à la situation à laquelle l’humanité doit s’engager à arriver en 2050 pour limiter les effets du chaos climatique, celle d’un monde « neutre en carbone », chaque être humain en moyenne doit émettre au maximum 2 tonnes d’équivalent CO2 par an. Il s’agit d’une moyenne, obtenue en divisant la quantité totale de gaz à effet de serre que le système terrestre — atmosphère, océans, et biomasse confondus — est capable d’absorber, par le nombre d’êtres humains sur la planète. De nombreux pays y contribuent fort peu, et sont mêmes en-dessous du seuil. 
En France, en revanche, la moyenne est aujourd’hui encore largement au-dessus avec 9 tonnes eq. CO2 par habitant et par an, ce qui signifie que notre pays doit faire des efforts collectifs considérables pour arriver à la cible des 2 tonnes par an et par habitant dans le faible temps qui lui est imparti. Un effort de tous, dans tous les secteurs, est littéralement vital.
Dans ce contexte, comment justifier la décision d’organiser une assemblée générale annuelle à Nouméa, alors que sur les 108 participants français, un seul se trouve en Nouvelle-Calédonie, et tous les autres à des milliers de kilomètres ?
Cette décision (dans l’hypothèse où tous se déplaceraient, ce qui ne se fera sans doute pas, car certains finiront de refuser de contribuer à cela, mais l’intention est là …), revient à assumer le fait de demander à 107 individus de se déplacer en avion de Paris à Nouméa au lieu de déplacer une seule personne de Nouméa à Paris. Un aller-retour de Paris à Nouméa représente l’émission de 6 tonnes d’équivalent CO2, soit trois fois le budget carbone annuel que devrait viser chaque Français.
Alors quels motifs peuvent justifier une telle gabegie écologique pour un seul événement ?
Est-ce l’argument selon lequel « les avions voleront de toute façon sans nous, alors autant les remplir » ? 
N’avons-nous pas, en tant que responsables, en plus d’être des citoyens et citoyennes, le devoir de prendre un peu de distance par rapport à ce type d’arguments « à quoi-bon-istes » ? 
Il est évident que le constat que « tout le monde doit faire des efforts » n’est pas compatible avec le raisonnement selon lequel « nous ne sommes qu’une toute petite partie de tout le monde, donc nous ne comptons pas beaucoup ». En effet, ce raisonnement pourrait être généralisé à toutes les autres « petites parties de tout le monde ». Une règle de comportement qui conduirait à une société invivable si tout le monde l’appliquait ne peut pas être une règle de comportement acceptable. Nous avons en outre un devoir d’exemplarité. 
Comment garder notre crédibilité en tant qu’organisation, si nous organisons des AG où nous débattons de thèmes comme « Technologie et développement durable » et « Quelles formations pour réussir la transition écologique », et où nous décidons le même jour de faire faire 33000 km en avion à 107 personnes pour aller y retrouver une 108ème ? 
Comment parler à des étudiants de transition écologique et de sobriété, si nous partons juste après à l’autre bout de la Terre sans nécessité valable ?
Que vont penser ces étudiants ?
Comment ne pas voir par ailleurs qu’en tant qu’acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous sommes concernés en première ligne par les questions liées au dérèglement du monde, à la fois dans nos activités et nos pratiques scientifiques et dans notre responsabilité d’enseignants, et de responsables d’établissements d’enseignement ? 
Nous accueillons dans nos établissements des jeunes que nous avons la charge de préparer à passer les quatre décennies de leur vie active dans un monde en voie d’effondrement. Nous devons leur montrer que nous en sommes conscients et que nous avons une responsabilité toute particulière envers eux.
Le leur montrons-nous bien en allant passer une semaine à Nouméa pour notre assemblée générale annuelle ?
En dernier lieu, comment ne pas s’inquiéter de l’image que donne cette décision, au-delà même de ses implications écologiques, en termes de bon usage de l’argent public ? Lorsqu’on va passer trois jours de séminaire à Nouméa entre un mardi et un jeudi, cela veut dire que l’on y passe la semaine. Donc on part le dimanche et on revient le lundi suivant (lundi de Pentecôte en l’occurrence). On dépense donc 2500 € de billet d’avion, 500 € au minimum de frais d’hôtel, on fait perdre 2 jours de travail au minimum à l’institution qui nous emploie … le tout multiplié (potentiellement) par 107. Alors qu’une réunion à Paris ou à Clermont-Ferrand n’aurait occasionné ces frais que pour la collègue de Nouvelle-Calédonie, et des frais un peu moindre pour les collègues de Guadeloupe, de Guyane et de la Réunion.
Pensons-nous pouvoir, en 2023, avoir une attitude désinvolte en termes de responsabilité écologique et économique sans que personne ne le remarque et ne nous mette face à nos contradictions ?
Donc il faut renoncer à ce projet très néfaste en termes d’image et de crédibilité collective. Et pour finir : « Si je n’y arrivais pas, comme je vous le disais au début de ce message, je tiendrais à maintenir pour ma part ma crédibilité individuelle en refusant de participer à cette assemblée ».
Il est clair que les actions d’adaptation et de transition vers des modes de vie et de production plus durables sont insuffisants voire inexistants afin d’envisager de protéger les populations, le vivant et les écosystèmes. Au contraire, et on le voit, la dégradation des conditions essentielles pour vie digne (santé, logement, alimentation, …) rend l’adaptation encore plus difficile et aggrave la vulnérabilité face aux changements climatiques de la même façon que la destruction des habitats et des sols dégrade le potentiel des écosystèmes à survivre. 
Nous sommes à l’amorce du virage à ne pas manquer. Parce que s’il y a une urgence évidente à agir à la fois sur les causes et sur les conséquences du changement climatique, il est essentiel que les réponses soient construites intelligemment, dans chaque contexte, avec des enjeux majeurs sur la qualité et la légitimité démocratique des processus et des décisions. Or, parce qu’elles reposent le plus souvent sur un solutionnisme technologique qui aggrave toujours plus notre dépendance à un système écologiquement insoutenable, les réponses actuelles face au changement climatique peuvent elles-mêmes être sources de nouveaux risques. Construire des transitions justes et éviter la maladaptation sont donc essentiels, pour ne pas aggraver les dommages aux écosystèmes et les inégalités, tant dans la participation à la prise de décision que dans l’accès aux ressources. Il faut lutter contre les effets de verrous dans les pratiques actuelles qui bloquent les transformations indispensables. 
Aujourd’hui, l’inaction n’est plus un défaut de prise de conscience ou d’information, c’est un choix politique. Alors il est vital de répondre à cette question.
Qu’est-ce qui est le plus grave ? Est-ce  la mise en chantier d’infrastructures qui aggravent les impacts du changement climatique, ou la dégradation des écosystèmes, ou encore la perte de biodiversité, et leurs conséquences pour le bien-vivre, les droits des êtres vivants des générations actuelles et à venir ou le réveil des mobilisations écologiques et climatiques ? 
Pour finir, je ne pouvais pas passer à côté de ça. Dimanche soir, le chef de l’état de la France qui n’hésite pas à prendre un avion pour aller à Lille voir un match de rugby, qui monopolise les caméras pour expliquer sa vision d’une « écologie à la française ». Alors, on passe à l’électrique et on construit des filières industrielles notamment pour des batteries de bagnole, parce que « la bagnole, on aime ça ». En face, en l’occurrence les deux journalistes, aucune question sur le fond, le comment, le pourquoi, … sur l’extraction minière que cela demande (rappelons que dans 100 kg de matière extraite sur un gisement de lithium indispensable aux batterie, il y un peu lus de 50 grammes de lithium, pour le gallium pour les semi-conducteurs… on est à quelques dizaines de grammes par tonne, …) et donc aucune question sur la destruction de la biodiversité que cela engendre, la responsabilité à l’égard du vivant et des générations futures, et le charbon et le pétrole que cela suppose de consommer ? On s’en fout parce qu’on aime la bagnole (un discours connu depuis un siècle) ! Rappelons aussi que la Chine, le plus gros producteur mondial de bagnoles électriques, n’a fait qu’augmenter sa consommation de charbon pour nourrir son industrie électrique, malgré l’augmentation de son parc nucléaire. 
Donc tout va bien. 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec Antonio Gramsci et un extrait de ses indispensables carnets de prison que nous conclurons : « Le point de départ de l’élaboration critique est la conscience de ce qui est réellement, c’est-à-dire un « connais-toi toi-même » en tant que produit du processus historique qui s’est déroulé jusqu’ici et qui a laissé en toi-même une infinité de traces, reçues sans bénéfice d’inventaire. C’est un tel inventaire qu’il faut faire pour commencer ». 

Sources et inspirations 
https://basta.media/ces-petites-mains-humaines-precaires-et-exploitees-qui-rendent-ia-et-robots-plus-intelligens-intelligence-artificielle 
On ne dissout pas un soulèvement. 40 voix pour les soulèvements de la Terre. Seuil ⏚
Lettre d’un directeur d’IUT à l’ADIUT 

Musiques
Elvis Costello, For other eyes – https://youtu.be/GCDy7sKKLy0?si=4l4VAVq9qsXXUi_b 
Gojira, Silvera – https://youtu.be/slfICxJTe7Q?si=5D41GIISu1LhcZqY 
Led Zeppelin, Black dog – https://youtu.be/XIiu0JI3I5g?si=jHjuUcVvhH4F6voo 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.2-26092023-11.10/

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search