Nowakowskismes 6.10. La lumière des libertés enfuies

Illustration par Nicolas Hamm

En 2019, le niveau de vie médian est de 1830€ par mois, et les 10% des français les plus pauvres vivent avec moins de 970€. En 2019, toujours, 14,6% des français, soit 9,2 millions d’hommes, femmes et d’enfants, vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 1102€ par mois. Entre 2002 et 2018, le taux de pauvreté des 18 à 29 ans a progressé de plus de 50%. Aujourd’hui, 4,2 millions de français perçoivent les minima sociaux, dont près de 2 millions, le RSA. En 2021, environ 3,6 millions de français sont concernés par le mal-logement. 
Mais, en 2020, 143000 foyers ont payé l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) alors que plus du double étaient assujettis à l’ISF avant sa suppression en 2018. 
En 2020, le patrimoine des 500 premières fortunes de France vaut 730 milliards soit 10 fois plus qu’en 1996. 
Enfin, comme nous vivons dans un monde merveilleux, les dividendes versés aux actionnaires en 2022 devraient dépasser de 18 % leur niveau d’avant-crise pour atteindre plus de 2000 milliards de dollars. 
En Europe cela s’élèvera à 476 milliards, et en France 74 milliards soit une augmentation de plus de 13% !
Mais ce n’est pas tout. Oxfam annonce dans son Rapport sur les inégalités mondiales que la fortune des milliardaires dans le monde a davantage augmenté en 19 mois de pandémie qu’au cours de la dernière décennie. En effet, de mars 2020 à octobre 2021, les richesses des grandes fortunes françaises ont bondi de 86%, soit un gain de 236 milliards d’euros. À titre de comparaison, elles avaient augmenté de 231 milliards d’euros en 10 ans, entre 2009 et 2019. Ce qui veut dire que si on distribuait à tous les français, bébés inclus, ce que les milliardaires français ont gagné pendant la pandémie ce serait l’équivalent de 3500 € chacun. En fait, depuis le début de la crise COVID, la planète compte un nouveau milliardaire toutes les 26 heures, alors que 160 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté. 

Bienvenue en 2022. Mais bienvenue dans une petite histoire qui va nous emmener dans un monde de surveillance de tous et par tous, dans un monde où nous trouverons toujours quelqu’un pour imaginer le dispositif qui viendra asservir encore plus l’humanité. Mais surtout, une petite histoire qui nous mettra face à nous-même, une petite histoire qui montre que la lumière bute toujours sur les contradictions de l’âme humaine. Une petite histoire qui ne tait rien de nos zones d’ombre, de nos labyrinthes intérieurs et des monstres qui sommeillent en nous. Alors interrogeons notre besoin d’être sauvés et le prix que nous sommes prêts à accepter pour sacrifier notre liberté. Bienvenue dans cette histoire intitulée La lumière des libertés enfuies. 

Ce dispositif avait initialement été inventé pour contrôler la circulation automobile qui s’était densifiée avec cette pandémie, et les espoirs de véhicules autonomes, de transports doux avaient été définitivement abandonnés. La voiture, vantée depuis tant d’années, comme le seul moyen de se réaliser pleinement, de se transformer en explorateurs d’un monde qui n’était vierge que dans ces images reconstituées des clips publicitaires, d’être des amants ou des parents extraordinaires, avait envahi l’espace des villes dans des flux ininterrompus, comme un marée submergeant les moindres interstices entre les blocs de béton servant d’habitats aux humains. La voiture était devenue le mode de transport majoritaire. Elle représentait 62,8 % des déplacements en 2019. Suivaient la marche à pied avec 23,7 % des déplacements, les transports en commun avec 9,1 % des déplacements et enfin le vélo avec 2,7 %. La voiture en plus était un moyen de transport des plus riches. 10 % des ménages les plus aisés possédaient en moyenne deux fois plus de voitures que les 10 % les plus pauvres. « Plus on était riche et plus on possédait de voitures », « plus on se déplaçait loin avec », plus on se prenait pour le sur-humain intouchable et tout puissant que la publicité vantait. 
L’idée avait germé dans la tête d’un de ces chercheurs en quête de notoriété, et pour qui les questions de protection des données, d’éthique et de vie privée n’étaient que des freins à sa créativité et à son génie algorithmique. Il avait donc imaginé un système de surveillance de la circulation généralisé. L’idée était simple puisqu’elle reposait sur l’idée d’une surveillance de tous et par tous. Les véhicules, tous les véhicules, furent donc équipés d’un système qui avait la fonction d’analyser le comportement des autres véhicules – un excès de vitesse à proximité, le système enregistrait les caractéristiques du véhicule, et envoyait les informations, et la verbalisation était automatique. Un dépassement dangereux, des comportements irrespectueux, le véhicule voyait tout, et envoyait consciencieusement les informations pour verbalisation. Le système fut plébiscité, les constructeurs l’installèrent en série et les politiques firent voter les adaptations du droit pour que cette société panoptique voie le jour. Malgré de nombreuses manifestations, des recours devant le conseil d’Etat, l’action des associations, … les humains entrèrent définitivement dans une ère de surveillances. Il faut dire que ce n’était pas la première attaque contre les libertés, mais juste l’aboutissement d’un processus qui avait commencé il y a quelques années, dans les conséquences des attentats qui endeuillèrent le pays, et de la pandémie qui s’installa dans le monde. En fait, comme la harde poussée par les chasseurs-cueilleurs jusqu’au bord de la falaise, nous nous sommes mis à nous entre-regarder, pleins de peur et de hargne, mais avec de bien mauvaises mines. Parce qu’en ces temps, nous étions très loin de la splendeur que les bêtes sauvages savent conserver jusqu’à la fin. Nous, les humains, avions des siècles de domestication, d’exploitation et de passions mauvaises imprimés sur nos corps. Nous savions que l’ennemi était là, en nous, dans ce qui avait émergé de nos sociétés. L’ennemi était bien là, et il avait depuis longtemps troqué les lances et les arcs pour le flash ball, les programmes informatiques automatisés, les plateformes numériques et la propagande numérique. Et cet ennemi nous poussait vers le gouffre où nous attendaient les décombres d’une civilisation déjà morte. Certains d’entre nous succombèrent à la tentation, pour tenter désespérément de ne pas sombrer dans l’abîme, d’y pousser les autres, de se battre, de s’entredévorer, de marcher sur les plus faibles, ou les laisser crever. D’autres, peu nombreux crièrent de toutes leurs forces qu’une autre voie était possible, il fallait tourner le dos à l’abîme, foncer ensemble dans le tas, refuser tout cela, mais ils restèrent seuls, et cette voie fut oubliée. 
Et les temps s’assombrirent encore. La pandémie s’installa, et devint le seul horizon. Tous les soirs, diffusée par tous les médias, et commentée à l’envi, chacun était obligé d’écouter la longue litanie de chiffres des contaminations, le nombre de morts, de personnes hospitalisées. Et la recette était bien connue puisque nous sommes toujours davantage impressionnés par les nombres. Au lieu de réfléchir et d’affronter ce qui avait produit le virus, le productivisme et ses zoonoses, et ce qui a empêché de le contenir, l’absence de stratégie de prévention, de politique de santé publique et la destruction de l’hôpital, les gouvernants firent ce pour quoi ils ont été placés au gouvernail. Ils cherchèrent des solutions, et la propagande fit porter la responsabilité de la prolongation de la « crise sanitaire » sur les épaules de tous. Il fallait déployer en matière de santé ce qui avait si bien fonctionné pour la surveillance du trafic automobile. Les chiffres avaient montré à quel point ce système était performant. Alors, les gouvernants se tournèrent vers l’institution qui hébergeait le chercheur qui avait développé le système pour les automobiles. Ils commandèrent aux chercheurs un système équivalent pour contrôler le virus. Certains chercheurs s’élevèrent contre une telle demande, mais on en trouva, comme toujours dans l’histoire, pour faire le boulot. 
Quelques jours plus tard, le président prit la parole :

« Mes chers compatriotes, il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour, interroger les faiblesses de nos démocraties. Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre Etat-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner notre cadre de vie au fond à d’autres est une folie. » 

Ces paroles furent prises à la lettre. « Déléguer notre protection à d’autres est une folie » ! Les chercheurs se mirent au travail. Contrairement à ce qu’on avait pu espérer au vu des histoires passées et présentes, les chercheurs, mais globalement la société, ne s’était à aucun moment interrogée sur ce que signifiait ce « franchissement jamais vu jusque-là du seuil d’acceptabilité des populations à l’égard des contraintes liberticides ». Dans la continuité de ces temps nés de la fin du XXème siècle, dans ce qui fut qualifié comme le triomphe planétaire de l’ultralibéralisme, nous entrâmes dans une ère du toujours plus de technologies pour compenser la fragilité et l’imprédictibilité structurelle de l’humanité. Les gouvernements se dotèrent de techniques de contrôle toujours plus invasives prolongeant un rapport au non-humain construit depuis des siècles sur le modèle de l’invasion, les politiques de la peur et les paniques morales, alliées à la conquête numérique de l’attention et de l’émotion, permettant le franchissement des anciennes garanties imposées par quelques révolutions au despotisme étatique. Et là ce fut encore un nouveau champ des possibles qui s’ouvrit pour la « justice infinie  » et les exactions sécuritaires. Le plus inquiétant dans ce qui se passa là, fut qu’au nom de ces raisons sécuritaires et de contrôle généralisé, l’immense majorité des humains les acceptèrent massivement pour préserver leur petit confort, rendant l’autre, l’inconnu potentiellement dangereux. Il le fut plus possible de partager le même air, vu que l’air partagé pouvait devenir source de contamination, d’exclusion voire de mort. Quel saut dans la « chosification » de l’humain, dans la conception de l’humain traité comme une machine vivante à améliorer venions-nous de faire ? 
Le résultat des travaux de ces chercheurs fut à la hauteur, c’était sûr. D’ailleurs, l’humanité a toujours su proposer des solutions à la hauteur même dans les pires temps de son histoire !  
A grand renfort de communication, de relais sur les chaînes d’information en continue, dans les journaux télévisés, sur les réseaux sociaux, le système fut détaillé. Le principe était simple. Chaque humain allait être équipé d’un afficheur numérique visible de tous, affichant son niveau de contagion potentiel. En effectuant des mesures automatiquement sur le corps, captant l’air expiré, mesurant quelques indices vitaux dont on ne sut pas vraiment lesquels ils étaient, le système connecté en permanence aux énormes bases de données qui avaient été constituées tout au long de la pandémie, délivrait un simple affichage – vert pas contagieux et votre fréquentation était possible ; orange, il fallait se méfier et garder ses distances, on devait s’éloigner des autres et en particulier de ceux qui affichaient le vert ; et rouge, c’était l’isolement, la désactivation de la carte bancaire, des titres de transport, et l’obligation de rester enfermer sous peine de lourdes amendes et d’incarcération dans des centres de rétention fermés et gardés. Et la surveillance n’était pas seulement un système automatisé et connecté, mais l’affaire de tous. Chacun serait contraint de surveiller les afficheurs, et de signaler les éventuels contrevenants, marqués d’un affichage Orange ou pire, rouge !
Les porte-paroles se succédèrent dans les émissions spéciales, les talk-shows, … en criant au génie de cette technologie qui nous libèrerait et qui nous permettrait de revivre normalement en ces temps de pandémie. Certains essayèrent de prendre la parole pour en expliquer les dangers, mais ils furent muselés, on leur coupa la parole, et surtout, on les taxa d’être des irresponsables incapables de comprendre le formidable progrès que permettait ce système. Les médias s’arrangèrent pour ne plus leur donner accès aux plateaux. 
Le gouvernement, arguant de l’urgence sanitaire, de sa responsabilité de la sécurité des français, demanda au parlement de légiférer rapidement afin d’autoriser le déploiement de ce système. Et le parlement vota pour, balayant d’un revers de la main les montagnes d’amendements déposés dans une démarche désespérée de préserver la liberté et de débattre. Ces amendements furent largement utilisés par la presse et le camp des « pour » pour jeter l’opprobre sur leurs rédacteurs. 
Aussi bizarre que cela puisse paraître, la majorité des français accepta sans broncher ce système. Bizarre ? Ou tout simplement une des contradictions de l’âme humaine qui se cache dans ce que la liberté peut avoir d’effrayant. Pour conserver un petit pouvoir, un petit confort, pour garder l’impression d’être protégé, nous découvrions que l’humanité n’avait pas forcément envie d’être sauvée et qu’il y avait toujours un prix acceptable au sacrifice de la liberté. 
La France devint une sorte de remake du film L’âge du cristal. Dans ce monde, ce n’était pas un cristal que les humains avaient au creux de leur main indiquant le moment de mourir, mais un écran posé sur la poitrine indiquant s’il était contagieux, à enfermer, et à sortir du monde des vivants, ou s’il pouvait continuer à y vivre inquiet de risquer d’être contraint d’en sortir s’il ne faisait pas ce qu’il fallait pour se garder des autres. 
Je fis partie de ceux qui n’acceptèrent pas cela. 
Dans ce monde dans lequel la lumière bute sur les contradictions de l’âme humaine, nous ne fûmes que quelques-uns à nous opposer à cela, comme nous ne fûmes que quelques-uns à nous opposer à l’omniprésence des plateformes, de la marchandisation de la culture. Il me revenait quelques vers d’un opéra auquel j’avais assisté à l’Opéra National de Lorraine avant que tout cela ne commence :
« – Oh ! Je vois l’eau qui tremble au-dessus de nos têtes !…
– Non, non, c’est la lumière qui vous cherche !… »
La lumière, c’est loin de tout cela que je tentais alors de la retrouver. Je pris des trains en espérant ne pas être vu au grand jour, je marchais la nuit fuyant la lumière du soleil, je franchis des montagnes, je me réfugiais dans des déserts que j’avais traversés en d’autres temps. Et je fus ermite perdu au coeur de l’indétermination du temps et de l’espace du désert en proie à des événements qui me dépassaient. Le monde devint un ensemble d’images, de sensations et perceptions étranges, j’étais voyageur au coeur de ce labyrinthe sans fin, mes rêves peuplés d’humains affichant sur leur poitrine le statut que ce monde lui avait calculé parce que c’était bon pour eux. 
Virginia Woolf avait écrit dans son journal écrit dans une des guerres du XXème siècle que « le futur est sombre, ce qui est la meilleure chose qu’un futur puisse être ». Pour nous, le fait que le futur soit sombre, nous donnait l’espoir de multiples ouvertures possibles. Il nous revenait, il nous appartenait, d’essayer de privilégier, de faire exister, de faire sentir, de cultiver, de nourrir ces possibles heureux et lumineux plutôt que se faire imposer des futurs tragiques. La responsabilité nous appartenait et surtout, pour commencer, il nous fallait raconter ce qui s’était joué là, raconter ce présent et le passé qui l’avait amené à être pour nourrir quelque chose de possible dans le futur. Et avec Isabelle Stengers dont beaucoup des textes avaient été censurés dans le cortège de lois qui suivirent les premières décisions, nous avions été quelques-uns à défendre le fait que « fabuler, ce n’est pas décoller du réel, ce n’est pas rompre avec la réalité, c’est chercher dans ce qui n’est pas perçu, ce qui est inaperçu, ce qui est peu perceptible, des choses qui peuvent être activées de façon à ce qu’elles deviennent possibles ». 

Juste pour finir. L’année 2022 commence avec un record de chaleur, en Australie. La ville d’Onslow (dans le nord-ouest du pays) a enregistré, jeudi 13 janvier, la température de 50,7 °C. Le mercure n’avait pas atteint ce chiffre depuis janvier 1960. À l’époque, le hameau Oodnadatta, au coeur des terres australiennes à proximité du désert de Simpson, avait connu exactement la même température. Toujours en Australie occidentale, les villes de Mardie et Roebourne ont enregistré une température de 50,5 °C. Habituellement, à cette période et dans cette région, le mercure ne dépasse pas 40 °C. Pendant ce temps-là, plus de 10000 milliards de photos seront stockées en 2023 dont 1400 milliards ont été prises en 2020, dans un rythme moyen de 150 photos prises par mois par les utilisateurs de smartphones. Donc, pendant ce temps, nos usages sans limite, le stockage massif des photos et autres vidéos sur des clouds dont l’impact environnemental est considérable et destructeur, continue et n’est pas près de ralentir. 

Sources, références et inspirations 
Le 1Hebdo, n°379
Discours de Macron du 12 mars 2020
Philosophie Magazine, n°156, février 2022
https://www.franceinter.fr/economie/selon-oxfam-la-fortune-des-milliardaires-a-plus-augmente-depuis-le-debut-de-la-pandemie-qu-en-une-decennie 
https://www.opera-national-lorraine.fr/fr/activity/328-ariane-et-barbe-bleue-dukas 
https://reporterre.net/Avec-50-7-oC-l-Australie-bat-un-nouveau-record-de-temperature 
https://reporterre.net/En-France-l-automobile-regne-sans-partage 
L’âge du Cristal réalisé par Michael Anderson, 1976
Podcast https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.10-18012022-16.19/ 

Nowakowskismes 6.9. Il était une fois en 2021

Illustration par Nicolas Hamm

Notre planète ne s’agrandit pas, ça se saurait. Alors que la masse humaine ne représente qu’environ 0,01 % de toute la biomasse, notre place dans ce monde ne ressemble en rien à celle des autres formes de vies sur Terre. Nous sommes certainement la seule espèces qui dispose d’une telle capacité à altérer durablement l’environnement jusqu’à affecter toute vie. Et, malgré toutes les alertes, la population humaine continue de s’accroître et de consommer de plus en plus de ressources et de matières premières.
En 2020, pour la première fois dans l’histoire de ce monde, la quantité de masse artificielle produite, appelée masse anthropique, a dépassé le poids sec (à l’exception de l’eau et des fluides) de toute vie sur Terre, y compris les humains, les animaux, les plantes, les champignons et même les micro-organismes.
La masse anthropique se définit comme la masse incrustée dans des objets solides inanimés fabriqués par des humains qui n’ont pas été démolis ou mis hors service. Au cours du siècle dernier, la masse d’origine humaine a doublé environ tous les 20 ans. La masse de ces matériaux est passée de 3% de la biomasse du monde en 1900 pour atteindre aujourd’hui le même niveau.
Pour construire des routes, des maisons, des bâtiments, du papier d’imprimante, des tasses à café, des ordinateurs, il faut des milliards de tonnes de combustibles fossiles, de métaux et de minéraux, de bois et de produits agricoles. Pour cela, chaque année, nous extrayons près de 90 milliards de tonnes de matières premières. Ainsi, un smartphone peut contenir jusqu’à 80% des éléments stables de la table de Mendeleev.
A partir des observations faites sur les cinq dernières années, la production de masse anthropique atteint 30 gigatonnes – soit l’équivalent de 30 milliards de M3 – par an. En fait, ce volume est équivalent à une production de chaque humain s’il se mettait à fabriquer par semaine un peu plus que son poids corporel individuel en masse anthropique.
Et devinez qu’est-ce qui est en haut de la liste ? 
Le béton utilisé pour le bâtiment et les infrastructures, le béton que certaines villes comme Nancy utilisent sans retenue, bétonnant de plus en plus les espaces de vie. 
Le Béton est devenue la deuxième substance la plus utilisée au monde, après l’eau.
Mais ce n’est pas tout. 
Une autre de notre production s’installe dans le palmarès. Le plastique ! La masse de plastique est supérieure à la masse globale de tous les animaux terrestres et marins.

Que retenir de 2021 ? Encore une année marquée par le Covid-19 et par le tournant autoritaire des politiques sanitaires ! Encore une année sous le signe du dérèglement climatique et de son cortège de mégafeux, d’inondations, de canicules, de bulles de chaleur, de sécheresses. Encore une année dans laquelle la peste brune du fascisme et de la haine de l’autre s’est installée encore plus profondément dans le paysage politique et médiatique, et surtout dans la tête de nombre d’humains. 
Imaginons que je vous raconte l’année 2021. Nous sommes dans un futur plus ou moins lointain, et je vous raconte ce que fut cette année 2021. 

Commençons par le commencement, janvier 2021. Cette pandémie qui mit le monde à l’arrêt, cette pandémie dont personne n’était en mesure de définir avec certitude l’origine, a continué à organiser la vie de l’humanité. Certains commencèrent à mettre en cause les élevages intensifs. Et la question dérangeante suivante fut de plus en plus posée. Et si la pandémie était née dans des élevages intensifs d’animaux à fourrure en Chine ? Le « chaînon manquant » entre la chauve-souris et l’humain pourrait bien être le vison, ou plus généralement les élevages intensifs de visons. La Chine, premier marché et premier producteur de fourrure, dont l’industrie pèse plus de 20 milliards de dollars annuels, avec plus de 50 millions de têtes s’est mis à verrouiller l’information à ce sujet. Un mois plus tard, en février, l’Organisation mondiale de la santé lançait l’alerte. Les élevages de visons en Europe représentaient un « risque élevé » de propagation du Covid-19 et, au-delà des visons, l’émergence des maladies infectieuses étant largement favorisée par l’élevage intensif. On assista alors à de nombreuses mobilisations citoyennes contre l’agriculture industrielle, intensive et destructrice du vivant. En même temps, Emmanuel Macron lançait en fanfare et, comme à son habitude, le « bla bla » de son One Planet Summit. Et Trump quittait enfin la présidence des USA. 
En février, la mobilisation contre Amazon s’était enfin généralisée. Même si certains maires et décideurs n’en pouvaient toujours plus, jouant les fiers à bras sur les médias pour avoir créé des emplois, de voir s’installer ces hangars gigantesques sur leurs territoires, il y eut des milliers manifestations contre la multinationale, ses entrepôts et sa mainmise sur l’économie. La lutte finit par payer puisque plusieurs projets, dont les projets près de Nantes et du pont du Gard, furent abandonnés.
En février, le Conseil d’État interdit l’usage d’huile de palme dans les biocarburants. Ce fut un coup dur pour Total, greenwashée en TotalEnergies, qui portait depuis plusieurs années un projet de « bioraffinerie » dans les Bouches-du-Rhône. Mais en février, c’était aussi un nombre qui nous fit nous rappeler l’état de ce monde et des multiples « blabla » des gouvernements dans ce monde. Ce nombre, c’était 385 millions. C’était le nombre de cas d’empoisonnements graves aux pesticides dans le monde, chaque année. Ce nombre était en hausse constante, conséquence d’une consommation massive, de la vente de produits pourtant catalogués comme dangereux et de l’échec des politiques de réduction, bla bla toujours ! 
En mars 2021, nous fêtions, si nous pouvons quand même employer ce verbe, les dix ans de l’accident nucléaire de Fukushima. Depuis, la contamination radioactive était toujours très forte autour de l’ancienne centrale, la pollution des eaux du Pacifique était terrible, plusieurs villes demeuraient inhabitables et dans la zone, plus de 200 cancers de la thyroïde avaient été suspectés ou confirmés. Et toujours plus fort dans la bêtise et la cupidité, fidèle à sa stratégie, Elon Musk lança le projet Starlink visant à déployer une constellation de satellites afin de vendre des connexions haut débit à internet partout sur le globe. Starlink, c’était juste une pollution considérable de l’espace proche hors de l’atmosphère. En France, 53 % des mesures prises par le gouvernement étaient nuisibles à la planète et, sur les 149 propositions des citoyens de la Convention citoyenne sur le climat, seules 15 furent retranscrites « sans filtre », dans la loi Climat et Résilience. Ces mesurettes ne permettaient de réduire que de 55 % les émissions de gaz à effet serre d’ici 2030. Du « bla bla » qui nous mettait très loin de l’objectif que s’étaient fixés la France et les autres pays européens. 
En avril, les députés avaient définitivement adopté la loi Sécurité globale malgré de nombreuses dispositions « susceptibles de porter atteinte à des droits fondamentaux ». Le texte visait à renforcer les capacités de surveillance de la population par les forces de l’ordre, tout en diminuant la possibilité d’exercer sur elles un contrôle citoyen. Le Conseil constitutionnel avait alors censuré une partie de la loi, notamment l’article 24, qui visait à pénaliser la diffusion d’images des forces de l’ordre en opération. En avril, on avait pu mesurer des effets positifs des confinements successifs. 2 300 morts furent évitées grâce à la baisse de la pollution de l’air. 
En mai, une triste mémoire puisqu’il y a 150 ans, s’achevait le dernier jour de la Commune de Paris. Beaucoup avait oublié que la Commune de Paris fut la matrice d’une écologie révolutionnaire. Mais en Mai, ce fut le feu. En mai, la Sibérie avait connu ses premiers incendies de l’année, attisés par un temps sec, chaud et venteux. Les mégafeux s’étaient poursuivis tout l’été, détruisant des villages, décimant des forêts et provoquant une pollution inédite. Au total, 18,2 millions d’hectares avaient été ravagés dans tout le pays. 2021 avait ainsi été la pire année en termes d’incendies pour les forêts russes. Ailleurs dans le monde, la sécheresse et les canicules avaient été précoces et intenses, notamment dans l’ouest américain. Au Canada, 1 milliard de mollusques avaient même été « cuits » par la vague de chaleur. La cause était encore et toujours les activités humaines. Pendant ce temps-là, en France, Emmanuel Macron fit tout pour enterrer le projet d’un référendum visant à faire entrer la préservation de la biodiversité et du climat dans la Constitution. 
En juin, on avait assisté à un taux d’abstention record aux élections régionales alors que les régions disposaient de nombreux leviers, des transports à la biodiversité, pour mettre en œuvre une transition écologique. Une situation révélatrice d’un monde où l’égoïsme et l’ignorance devenaient les moteurs des habitants des pays riches. 
En juillet, l’eau ! Des pluies torrentielles s’étaient abattues sur l’Allemagne, la Belgique mais également sur les Pays-Bas, le Luxembourg et l’est de la France. Des inondations meurtrières accentuées, une fois encore, par le changement climatique, causèrent la disparition de dizaines de personnes emportées par les crues ou les glissements de terrain. En Allemagne, des centaines de maisons, tous les réseaux et un grand nombre de routes avaient été très endommagés voire détruits. En Belgique, les maraîchers avaient perdu toutes leurs récoltes. En juillet, il était devenu évident que l’Europe n’était pas prête à faire face au dérèglement du climat.
En aout sortait un rapport important du GIEC. Les constats alarmants exposaient clairement les conséquences du réchauffement climatique. Avec un réchauffement de 2 °C,  la fréquence des vagues de chaleur seraient 5,6 fois plus nombreuses sur les dix ans à venir, avec des vagues plus chaudes de 1,9 °C en moyenne, alors que les vagues de chaleur extrême ne se produisaient sur un territoire donné qu’une fois tous les dix ans en moyenne durant l’ère préindustrielle. En aout, la France fut condamnée par le Conseil d’État à payer une amende de 10 millions d’euros, pour n’avoir pas abaissé les niveaux de pollution sous les normes sanitaires. Cette décision était inédite et justifiée par « la gravité des conséquences en termes de santé publique » et « l’urgence qui en découle ». En France, la pollution de l’air était à l’origine de 48000 à 100000 décès prématurés par an. La justice avait d’ailleurs plusieurs fois sanctionné la France pour son inaction écologique. En février, la France avait déjà été condamnée par le tribunal pour « carences fautives » dans la lutte contre le réchauffement climatique.
En septembre, nous avions estimé que, sur les cinquante dernières années, le nombre de catastrophes naturelles que l’on pouvait attribuer aux phénomènes météorologiques et climatiques était de 11000. La fréquence de ces événements, en forte hausse ces dernières années, avait causé la mort de 2 millions d’humains vivant en très grande majorité dans les pays en développement.
En octobre, le nucléaire revenait en force comme, vous voulez rire, une énergie verte ! Le n’importe quoi et la bêtise n’ayant pas de limite, Emmanuel Macron avait annoncé la construction de nouveaux réacteurs. Il s’était alors engagé pour la construction de six nouveaux EPR2, des EPR « simplifiés » comme il disait. Sauf que le nucléaire qui se vante d’être écolo et sûr pour l’avenir, du fait de ses besoins colossaux en eau, était en fait très vulnérable au changement climatique. Et ça se sentait surtout dans ces étés de plus en plus chauds et secs qui se succédaient depuis plusieurs années. Mais le nucléaire c’était des déchets légués aux générations futures pour des centaines voire des milliers d’années. Et comment informer nos descendants de l’an 2500 que nous avions enterré à tel endroit, sous ce champ, pas loin de leur maison, des déchets nucléaires extrêmement dangereux ? Nous n’avons pas la réponse sauf à, tout simplement, ne pas déployer encore plus de centrales nucléaires ! En parallèle, on avait assisté depuis le début de l’année à une augmentation de 170 % du prix du gaz en Europe. Et par effet d’entraînement, les carburants et l’électricité avaient aussi connu une hausse des prix inédite. 
Novembre vit la COP26, un festival du greenwashing comme l’avait tweeté la jeune Greta Thunberg. Lors de ce Sommet pour le climat, à Glasgow, en Écosse, de nombreuses entreprises en avaient profité pour couvrir de vert leurs activités polluantes. Unilever, Renault, Rolls-Royce,… … mais aussi Amazon, et les entreprises du numérique. Un greenwashing nourri de lâcheté et de politique à la petite semaine qui mena à un accord finalement adopté par les États largement insuffisant pour contenir le réchauffement sous les 1,5 °C.
Finalement, en décembre, et ce depuis des mois, la peste brune continua de s’incruster dans le paysage médiatique et politique français, des humains continuèrent à mourir en tentant de franchir les murs et les mers avec l’espoir d’une vie meilleure. Au Chili, le candidat de gauche, Gabriel Boric fut élu président dans un succès porté par un mouvement populaire puissant, né des révoltes contre les inégalités. Un président de gauche et une Assemblée constituante dirigée par une femme autochtone, le Chili pouvait enfin sortir enfin du néolibéralisme prédateur et de l’autoritarisme hérités de la dictature violente et meurtrière de Pinochet. En ce décembre de 2021, on commençait à s’habituer aux hivers doux voire printaniers. Les records de températures relevés un peu partout en cette fin d’année alimentaient des bulletins météo où s’enchaînaient des anomalies climatiques devenues banales. En ce mois de décembre, les médias diffusaient à l’envi des images de plages bondées, histoire de faire saliver un peu à six mois de l’été qui serait caniculaire. 
Où allions-nous comme cela ? Pour l’instant, dans le mur ! 
Parce que, si nous avions pris la peine de regarder un peu plus loin que notre confort occidental, nous aurions vu que, depuis 1947, en France, près de la moitié des 20 périodes les plus douces étaient arrivées dans les vingt dernières années, avec des pics de chaleur qui s’intensifiaient et parallèlement des épisodes de grand froid qui se raréfiaient, tout cela à une ampleur et une vitesse qui justifiaient amplement l’expression d’« urgence climatique ». Mais, nous nous sommes complu dans l’autosatisfaction ignorante et meurtrière, où les 10 % les plus riches avaient une empreinte carbone 2,7 fois plus élevée que celle des plus pauvres, où les 1 % les plus riches émettaient 66 fois plus de gaz à effet de serre que les 10 % les plus pauvres, où plus de neuf doses sur dix (92%) de vaccins avaient été administrées dans des pays à revenu « élevé » ou « intermédiaire de la tranche supérieure » qui ne concentraient que 53% de la population mondiale, où les pays riches représentant 13% de la population s’étaient accaparés plus de la moitié des doses prévues.
Romain Gary écrivit dans les Racines du ciel qu’il « faut lutter contre la dégradation de la dernière authenticité de la Terre et de l’idée que l’homme se fait des lieux où il vit. Est-ce que nous sommes vraiment capables de respecter la nature, la liberté vivante, [l’humanité] sans aucun rendement, sans utilité, sans autre objet que de se laisser entrevoir de temps en temps ? » Parce qu’il « faut [impérativement] que les hommes parviennent à préserver autre chose que ce qui leur sert à faire des semelles, ou des machines à coudre, [ou des poisons], qu’ils laissent de la marge, une réserve, où il serait possible de se réfugier de temps en temps ». Ce serait seulement là que nous pourrions commencer à parler d’une civilisation.
Je venais de poser mon stylo, et je relevais les yeux. Devant moi, la ville où je vivais. En quelques années, le béton avait envahi tout l’espace qui auparavant s’ouvrait jusqu’aux plaines au-delà d’Essey les Nancy. Où que je tournais mon regard, les blocs de béton avaient envahi les derniers espaces qui auraient pu devenir des sanctuaires de vies au coeur de la ville, dans une atmosphère irrespirable de tous ces gaz d’échappement, et dans un vacarme assourdissant du bruit de tous ces moteurs des voitures qui s’étaient multipliées dans les crises sanitaires. Nous n’étions plus que des Robinson modernes échoués sur une île au paysage hallucinant de béton traversés par des flots toujours plus denses de véhicules impossibles à absorber, à stocker ! Nous étions en 2021 et certains commençaient à envisager l’exploitation minière des fonds marins avec les conséquences catastrophiques sur l’océan et le vivant pour satisfaire ce principe destructeur de la croissance et du profit quel qu’en soit le dégats. Nous étions en 2021, et « ceux qui parlaient de faire naître un nouveau monde se berçaient d’illusions : le nouveau était déjà né. La seule question qui se posait était de savoir ce qu’il fallait faire des ruines ». 

Références, sources et inspirations https://www.visualcapitalist.com/visualizing-the-accumulation-of-human-made-mass-on-earth 
https://reporterre.net/Retour-sur-2021-dereglement-climatique-et-derive-autoritaire
https://leterrien.fr/consternant/douceur-record-en-decembre-circulez/ https://reporterre.net/Pour-sauver-le-climat-taxer-les-riches https://www.wedemain.fr/respirer/creuser-les-oceans-des-degats-irreversibles-dans-les-fonds-marins 
Les racines du ciel, Romain Gary 
Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.9-05012022-16.09/ 

Nowakowskismes 6.8. Honte de Noël

Illustration par Nicolas Hamm

Ce soir, parce que dans Les Nowakowskismes, ce n’est pas un calendrier qui va nous retenir. Ce soir, ce n’est pas un conte de Noël, ce n’est pas un texte heureux, c’est juste un texte extrait de la réalité qui nous entoure, un texte qui parle de la réalité de millions d’humains au-delà de la lumière de nos foyers, au-delà de notre confort. 
Tout d’abord, que faisons-nous contre tous ces actes qui sont perpétrés en notre nom aux frontières de l’Europe ? 
Qu’attendons-nous pour nous questionner sur la part d’humanité que nous avons abandonnée pour dormir tranquille et pour que collectivement nous acceptions l’inacceptable ? George Bernard Shaw écrivait il y a plus de cent ans que « le pire pêché envers nos semblables, ce n’est pas de les haïr, mais de les traiter avec indifférence ; c’est là l’essence de l’inhumanité ». 
Alors que faisons-nous d’autre que d’enfoncer nos têtes dans le sable de nos vies confortables face au non-accueil, au rejet, à la défiance, à la criminalisation de la solidarité, aux refoulements de migrants au risque de leurs vies, à l’hécatombe maritime sans cesse recommencée égrenant le compte morbide et terrible mais surtout consenti ? À quel stade d’inhumanité sommes-nous arrivés ? Sommes-nous plus intéressés par nos fêtes de fin d’année que par ce qui se passe à nos frontières, à quelques kilomètres de nos arbres de Noël ? 
Or, petit-à-petit, les esprits s’accoutument du pire comme si ces hommes, ces femmes et ces enfants n’étaient forcément que des misérables sans capacité autre que celle de mendier leur vie. Dans la peur de l’autre et dans les murs que nous érigeons, nous nous barricadons pour ne pas ouvrir nos portes. Dans les relents des idéologies nauséabondes qui voient en l’autre venu chercher refuge, un terroriste, un envahisseur, un criminel dont il faut se garder. Et c’est avec ces quelques mots prononcer par Fiston, ce jeune adolescent africain que nous commençons ce récit. 
« Nous sommes des humains, nous, les réfugiés, il faut nous traiter comme des humains, pas comme des prisonniers ». 

Il faisait effroyablement froid. Il neigeait, la mer était démontée, mais on leur avait dit que c’était maintenant ou jamais. Le vent soufflait en rafale, le canot avait pris la mer avec 30 autres comme lui, dans cette nuit de Noël, ce 24 décembre d’une année bien lointaine de celle qui l’avait vu quitter son pays. Le frêle canot pneumatique était secoué par les vagues hautes comme des immeubles de plusieurs étages, le vent soufflait en tempête, ils étaient tous glacés jusqu’aux os. 
Il n’avait sur lui que ce qu’il avait pu garder dans son sac après la dernière descente des flics dans le camp. Armé d’une pelleteuse, ils avaient saccagé leurs tentes de fortune. Ils avaient confisqué leurs couvertures et leurs sacs de couchage que des associations leur avaient fournis. 
Ce soir du 24 décembre, il était sorti du bois pour rejoindre la plage, accompagnés d’autres de ses compagnons. Le prix du voyage avait été difficile à réunir. C’était toujours pareil, la misère, la détresse attirent invariablement les pires comportements de l’humain. Il n’avait sur lui qu’un petit blouson, un pantalon de survêtement, et des chaussures de sport un peu trop grandes pour lui. Il mettait tous ses espoirs dans cette dernière traversée qui le mènerait vers ce pays tant rêvé dans lequel il pourrait enfin vivre dignement. En ce mois de décembre, alors que les températures s’approchaient de zéro, ils étaient des centaines de réfugiés s’entassant comme ils le pouvaient dans la crainte des descentes de flics, de la violence. Ils étaient des femmes, enceintes parfois, des hommes, des enfants survivant sans eau potable, sans protection contre le froid, sans nourriture. Chaque jour, ils changeaient de place, effrayés par les patrouilles policières, ils se cachaient dans des buissons, dans des tunnels, sous les ponts, là où ils pouvaient. Il leur était impossible de s’aménager un endroit confortable, sec et chaud, pour se protéger et pour ceux qui en avaient, protéger leurs enfants.
Fiston lui venait de Côte d’Ivoire, comme ses compagnons d’infortune qui venaient d’Afghanistan, d’Irak, de Somalie, d’Érythrée, du Maroc, d’Algérie… Fiston, c’était le prénom que choisirent ses parents, il n’y a pas si longtemps que cela. Ils voulaient tellement un fils, alors il fut Fiston, leur Fiston, c’était une évidence. Il était mineur, il avait quitté son pays à 13 ans. Il était parti parce que ses parents agriculteurs, ruinés par les effets de la désertification, avaient dû l’envoyer travailler à Abidjan. Là, il est devenu le serf d’une famille dans laquelle il connut la trique, les privations, l’esclavage, les journées interminables à travailler pour à peine de quoi se nourrir. 
Après des mois d’enfer, il avait décidé de fuir vers l’Europe. Avec un camarade, ils achetèrent une vieille moto et partirent vers le nord. Roulant tout le jour sur des pistes terribles, dormant la nuit cachés dans le bas-côté, ils arrivèrent aux portes du désert. Là, ils retrouvèrent d’autres réfugiés, venus du Ghana, de Somalie et d’autres pays encore plus lointains. Ils furent chargés dans des camions. Il traversa le désert à l’arrière de ces camions hors d’âge. Il fut vendu et connut les affres de l’esclavage en Libye et après des mois de souffrance, il tenta une première traversée, celle de la Méditerranéenne. 
En échangeant avec les autres malheureux, ils savaient tous que les routes maritimes étaient les routes les plus meurtrières. Entre la Libye et Malte, jusqu’à l’Italie, dans les eaux internationales gardées par les gardes-côtes, au large de la Turquie, entre la France et l’Angleterre ou le long des côtes monténégrines. On y mourait en masse sans que ça émeuve. En fait, les émotions n’étaient que de façade pour ces dirigeants essentiellement obnubilés par leur réélection et se faire bien voir de cette partie de la population qui avait abandonné l’intelligence pour la haine.  En fait, les pays et leurs dirigeants cachaient difficilement leur soulagement quand la mer faisait pour eux le sale boulot, quand elle mettait en joue tous ces malheureux avec ses courants, ses tempêtes et l’étendue du désert d’eau. La Méditerranée est immense. Ce n’est pas une mer de poche, quand on s’y trouve sur un canot pneumatique qui prend l’eau de partout. Trois cents kilomètres entre la Libye et les côtes italiennes, mais aussi 50 kilomètres entre la France et l’Angleterre, tous ces kilomètres d’étendue d’eau étaient des milliers d’occasions de mourir. Avec surtout, cette question que nous avions oubliée de nous poser en nous regardant dans le miroir de nos vies confortables – quel est le niveau de désespoir d’un humain pour préférer mourir libre en mer que prisonnier de la violence, des flammes, de pays à feu et à sang ? Quel niveau de désespoir faut-il pour qu’un humain préfère mourir que de rester chez lui ? 
Arrivé en Libye, Fiston avait subi des tortures, les matraques électriques, les supplices au fer rouge qui laissèrent des marques indélébiles sur son dos. 
Fiston réussit à s’échapper de cet enfer, et sa traversée de la Méditerranée, l’emmena aux portes de l’Europe. Mais cette Europe dont il avait tant rêvé, outrepassait ses pouvoirs de rétention et d’enfermement, au mépris de toutes les conventions internationales des droits de l’homme. Le signal qui s’affichait au fronton de ce continent, était on ne peut plus clair : on ne fait plus entrer personne. Ce message était relayé par toutes ces idéologies nauséabondes qui surgissaient du fumier de ce monde. 
Fiston eut un regain d’espoir quand il entendit les mots du Pape alors qu’il s’était installé à proximité d’un bistrot qui diffusait une chaine d’information en continu. Le Pape avait parlé et, avec ses mots de vieillard usé, avec une force inattendue, il avait reproché à l’Europe son indifférence en dénonçant ce qu’il avait appelé un « naufrage de civilisation ». Il voyait dans la Mare nostrum le reflet sombre et terrible d’une mare mortuum. Il refusait que cette « mer des souvenirs », que cette mer qui avait permis à des civilisations lumineuses de voir le jour, devienne la « mer de l’oubli », la mer devenue tombeau anonyme pour les 23000 humains qui y perdirent leur vie depuis 2014. Ce Pape s’était aussi emporté contre cette abomination qu’est l’« esclavage universel » des migrants en comparant les camps de réfugiés à des lieux « de détention et de torture ». 
Fiston savait bien de quoi ce Pape parlait. Il avait vu se dresser sur son chemin, la haine, les murs érigés par les pays d’Europe s’enfermant dans leurs peurs. Il avait appris comment des dictateurs exploitaient les réfugiés venus du Moyen-Orient comme des armes invasives à l’encontre de l’Europe. Mais arrivé en Europe, ses espoirs furent très vite déçus. Il fut chassé, il fut traqué par des flics armés et impatients de jouer de la matraque. Il fut pris pour cible comme du gibier. Certains flics tiraient sur les rescapés avec des flashballs comme au stand de tir, le tout entre deux parties d’un jeu merdique disponible sur le téléphone, après avoir posté des idioties sur leurs réseaux sociaux favoris, ou avoir échangé des propos haineux et débiles sur leurs messageries privées.  
Fiston réussit à s’échapper, à continuer son chemin vers ceux des siens qui étaient parvenus à franchir les murs, les barrages, les mers pour se construire une nouvelle vie digne, dans ces pays riches, dans ces pays des droits de l’homme. En attendant, avec d’autres de ces malheureux, par milliers, il dormit dans les bois, dans le tunnel séparant Paris du Pré-Saint-Gervais, en attendant de trouver de quoi financer les tests PCR indispensables pour espérer franchir des frontières, après avoir tenté toutes ces démarches percluses de toutes sortes de contraintes administratives, en attendant de trouver de quoi continuer le voyage. Il s’était réfugié dans des camps de fortune avec ceux qui avaient fui les violences, les guerres, les désastres dus aux conséquences du réchauffement climatique, jusqu’au moment où l’occasion s’était présentée ce soir de ce 24 décembre. 
Il faisait nuit. Les vagues se disloquaient autour du canot, la mer aspergeaient les occupants blottis comme ils le pouvaient d’embruns mélangés à de la neige. Ce n’étaient encore pour l’instant que de petites éclaboussures mais il n’en faut pas plus pour tremper jusqu’aux os des êtres portant des vêtements si légers. 
Une averse de neige se rapprocha et réduisit le monde. Ils ne voyaient plus qu’à quelques mètres devant eux, et tout ce qu’ils distinguaient, c’étaient les vagues qui grandissaient, et les creux qui s’approfondissaient. 
Fiston ruisselant, grelottant se blottit dans le fond du canot et tenta d’allumer son portable malgré l’humidité et les vagues qui passaient par dessus bord. La lumière de l’écran fut comme une flamme merveilleuse. Il lui sembla tout à coup qu’il se retrouvait chez lui, avec ses parents dans la douceur d’une nuit étoilée. Les quelques photos gardées dans la mémoire du téléphone lui rapportaient le visage de son père, de sa mère, de ses amis dont beaucoup avaient comme lui pris le chemin du nord. Il tenta de leur envoyer un message mais l’écran s’éteignit brutalement alors que le rêve l’avait emporté, et ne sachant même pas si ses quelques mots avaient été envoyés. Il resta là dans le froid, recroquevillé avec son téléphone éteint dans sa main glacée.
Un de ces camarades de traversée, un peu plus âgé que lui et arrivant d’un autre continent, s’approcha alors de lui. Il se colla contre lui dans le ventre du canot, et il sortit lui aussi son portable. Dans la lumière partagée de ce deuxième écran, des images d’un des camps dans lequel il avait été parqué. Des images que Fiston regarda avec douleur, tant de souvenirs terribles remontèrent en lui. Des images montraient des humains, des hommes, des femmes et des enfants vivant pire que les animaux. Leurs souvenirs se mêlèrent sans avoir à échanger des mots, le souvenir de ces jours et des jours dans le dénuement et la saleté sous un soleil de plomb ou dans le froid et la pluie dans la crainte de la prochaine descente des flics qui détruirait tout et leur prendraient le peu qu’ils avaient. Attendre pour espérer être enregistré c’était leur peine, leur malédiction. Attendre une traversée n’était-ce pas l’enfer ? Et de là naissait comme toujours la violence qui faisait que certains en venaient aux mains et aux couteaux entre malheureux, des combats d’êtres à bout de forces, du sang encore, de la violence toujours. Toute cette traversée, toute cette distance, tout ce temps passé sur les routes pour en arriver à ces bagarres, ces lames rougies du sang du malheur, sous un soleil de plomb ou dans la boue. Et là, dans ce froid, dans ce canot ballotté en tout sens par la mer, dans la nuit, ils se prirent à rêver à une vie dans laquelle tout ceci ne serait que des mauvais souvenirs. Ils se regardèrent, et l’écran, comme le premier s’éteignit, incapable de résister à l’eau salée dans laquelle ils s’enfonçaient. 
Puis, un dernier camarade transi et trempé vint chercher à leurs côtés un peu de réconfort, un restant de chaleur. Il était un peu plus âgé. Lui aussi alluma son portable. Tous les trois virent alors, par cette fenêtre imaginaire, ce qui se préparait dans d’autres parties du monde, des tables mises, couvertes de belles nappes blanches, de la belle vaisselle de porcelaine et au milieu, des lumières, de la nourriture à profusion, une magnifique dinde rôtie, entourée de pommes sautées, des poissons, des coquillages, des bouteilles de champagne –  aucun d’eux n’en avait jamais bu – et de plein d’autres mets. Au delà de cette fenêtre, il y avait aussi de splendides arbres de Noël dont les branches vertes brillaient de mille lumières de couleurs, et de tous les côtés, s’entassait une foule de merveilles, des familles heureuses et réunies, des paquets emplis de rêves vides. 
C’est alors qu’un gros paquet de mer glacée les inonda. L’écran s’éteignit et les images de l’arbre illuminé qui restaient dans leurs yeux semblèrent monter vers le ciel. Les bougies, les guirlandes devinrent les étoiles que les nuages laissèrent apparaître brièvement dans une des déchirures ouvertes dans le ciel par la tempête. 
Chacun gardait en lui ses rêves et les images venus d’au-delà de la peur et de cette détresse. Fiston retourna auprès de ses parents, qui lui avaient raconté que lorsqu’on voit une étoile qui file vers la Terre cela voulait dire qu’une âme montait vers le paradis. Il ferma les yeux, et il sentit les bras de sa mère qui l’emporta bien haut, en un lieu où il n’y aurait plus ni froid, ni faim, ni chagrin, ni violence au moment où une autre masse d’eau plus grosse que les précédentes s’abattit sur le canot déjà mal en point. En quelques secondes, il n’y eut plus que le froid, la peur et le noir dans le désert de la mer, tombeau de tellement d’entre eux. 
Cette nuit de Noël aurait pu offrir un semblant de réconfort à Fiston, surtout dans cette période de tous ces dangers sanitaires, identitaires, fascistes et populistes. Mais, en ce matin de Noël, les secours arrivèrent bien tard. Les discussions et tractations entre les deux pays visant à déterminer dans quelles eaux se noyaient ces humains, qui devait se déplacer pour se porter à leur secours, avaient duré au delà de la honte. Les marins repêchèrent des corps, raidis par le froid. Trois d’entre eux, trois jeunes hommes, se tenaient encore par la main. 

Pour terminer et nous interroger sur l’intérêt d’acheter comme cadeaux des objets connectés à profusion, des montres connectées, des consoles, des écrans, des enceintes connectées, pour « [que] tout le monde ou presque [puisse vivre] confiné dans une bulle domotique connectée à la matrice comme un ersatz de vie […]. » Posons-nous la question. Que se passerait-il si un pylône haute tension facile d’accès venait à tomber par terre ? … 
Depuis des mois les sabotages d’infrastructures numériques se multiplient. Antennes-relais brûlées, câbles coupés… 140 actes ont été comptabilisés en deux ans. Tout cela témoigne, comme dans le roman d’Edward Abbey, Le gang de la clé à molette que je vous recommande, d’un refus d’une société numérisée, du refus de ce monde connecté destructeur du vivant, mais aussi de l’impuissance de toutes les mobilisations citoyennes. En effet, ce mouvement se déploie discrètement, loin des projecteurs, dans une révolte profonde qui se répand petit-à-petit en France. Les actes de sabotage contre les infrastructures de télécommunication et contre le déploiement de la 5G se sont multipliés. Des antennes-relais ont été incendiées, des câbles de fibre optique sectionnés, des pylônes déboulonnés. Dans la nuit, des personnes brûlent des engins de chantier, s’attaquent avec des disqueuses aux relais téléphoniques ou détruisent à coup de masse des armoires électriques.
Le gang de la clef à molette s’est installé en France. Comme lui, portons cette dénonciation cinglante du monde industriel, de cette vacuité consumériste qui détruit le vivant, et rendons hommage à la nature et composons ensemble un hymne à la désobéissance civile et, pour Noël, offrons des clefs à molette.

Références, sources et inspirations 
https://reporterre.net/Des-migrants-crevent-de-froid-aux-portes-de-Paris-et-l-Etat-ne-fait-rien
La petite marchande d’allumettes, Andersen 
https://reporterre.net/Exclusif-la-carte-des-sabotages-des-antennes-5G 
https://reporterre.net/5G-Le-sabotage-a-toujours-fait-partie-des-luttes-sociales-et-ecologiques 
Le Gang de la clef à molette, Edward Abbey. https://gallmeister.fr/livres/58/abbey-edward-le-gang-de-la-clef-a-molette Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.8-23122021-10.14/

Nowakowskismes 6.7. Le Noël des vies qui bifurquent

Illustration par Nicolas Hamm

Ce soir, parce que dans Les Nowakowskismes, ce n’est pas un calendrier qui va nous retenir. Ce soir, quelques semaines avant Noël, et bien je vous emmène pour un conte de Noël. Ce conte pose la question essentielle lorsque nous considérons notre vie. « [L’important] n’est pas ce que nous avons eu ou non, mais ce qu’il en reste. Ce qui reste d’une vie – mais aussi et même avant : ce qui reste de notre monde, ce qui reste de l’homme, de la poésie, de l’art, de la religion, de la politique, aujourd’hui que tout ce que nous avons l’habitude d’associer à la réalité si urgente est en train de disparaître ou de se transformer au point de devenir méconnaissable ».  Se lancer dans une telle entreprise c’est d’abord s’imaginer qu’elle a déjà été réalisée et qu’il faut alors s’imposer un avenir irrévocable comme le passé. Ce soir, cette année, le conte s’intitule Le Noël des vies qui bifurquent. 

C’était lors d’un de ces étés, de plus en plus chaud et sec, de ce premier quart de siècle. Je trainais en ville, et je finis par franchir le seuil d’une des dernières librairies de la ville. Il y faisait un peu moins chaud qu’à l’extérieur. 
J’errai quelques temps dans les rayonnages à la recherche de ceux dédiés aux romans, à la littérature, la plupart étant occupés par des magazines, des guides de bien-être et des compilations de commentaires sur les dernières séries à la mode. En ces temps, les séries avaient envahi le monde transformant le spectateur en consommateur ubérisé, dans un stade ultime de la marchandisation du monde. 
Dans ce labyrinthe, je finis par trouver les étagères que je cherchais au moment un individu s’en éloignait. Je me dis : « Tiens, nous sommes au moins deux dans cette ville à nous intéresser à la littérature ! ». Je commençai à fouiller à la recherche de rien de précis, de juste un texte qui m’appellerait. Tout à cette recherche, j’avançais le long de l’étagère, avec déjà quelques ouvrages dans les bras, je sentis quelque chose par terre entre mes pieds. Encombré, je me baissais tant bien que mal afin de ne rien faire tomber. C’était un portefeuille, je le ramassai, et je le mis dans mon sac afin de pouvoir terminer mes achats et pouvoir m’y intéresser au calme après être passé à la caisse. 
C’était la veille des vacances d’été, après une année difficile et intense. 
Je payai, je fourrai les livres dans mon sac et je rentrai chez moi préparer mon sac de voyage. 
Et ce qui ne devait pas être oublié, fut oublié… comme il fut dit dans une autre histoire. Le portefeuille resta au fond de mon sac, puis le sac fut rangé pour être remplacé par un autre après les vacances et pour attaquer une nouvelle année. Les mois passèrent, l’automne, puis l’hiver et d’autres vacances se profilèrent. Aux chaleurs de l’été succéda le froid de l’hiver et c’est de la chaleur que je trouvai dans la librairie ostensiblement décorée en cette veille de Noël, en plus des livres qui m’accompagneraient pour la fin de cette année. 
Et là, tout à coup, le portefeuille re-traversa la surface de ma mémoire. Je l’avais complètement oublié et c’est presqu’en courant que je rentrai chez moi. Depuis combien de temps ? 4 mois ? 5 mois ? À un rythme se rapprochant plus d’un sprint que d’une marche dans la ville, j’arrivai chez moi. Sans prendre le temps de me débarrasser des multiples couches de pulls, d’écharpe et de bonnet, je me mis en quête de mon vieux sac. Il n’était plus là où je pensais l’avoir rangé. Et c’est après avoir ouvert plusieurs placards, et avoir regardé derrière des plusieurs portes, dans les recoins aussi, que, derrière mon baffle Marshall au milieu des écheveaux de câbles, je le retrouvai. Bizarre ! Je n’avais aucun souvenir de l’avoir mis là et je ne savais plus pourquoi je l’avais mis là. 
Je plongeai une main à l’intérieur. Pas de portefeuille. J’en renversai le contenu sur une table, et, comme s’il répugnait à réapparaître, le portefeuille tomba et s’ouvrit. Je le pris, en examinai le contenu. Il y avait un peu d’argent en quelques pièces, des tickets de caisse, et un vieux permis de conduire à moitié effacé, sur lequel n’était plus lisible qu’une adresse. Sentier des Mensiaux, pas de numéro. Il me semblait savoir où cela se trouvait. En fait, après avoir consulté un service de cartographie en ligne, il s’agissait bien d’un chemin de traverse qui se trouvait à quelques pas du campus où je travaillais. 
Estimant que ce portefeuille avait été oublié suffisamment longtemps, je décidai, même en cette veille de Noël, de le ramener immédiatement à son propriétaire. 
Je parti d’un pas décidé, et surtout pour ne pas perdre de temps, j’étais invité à un réveillon le soir. Je traversai la ville parcourue en tout sens par les habitants se hâtant pour finir les préparatifs de la soirée. J’entrai dans le sentier des Mensiaux. Comme je ne disposais pas d’un numéro, j’avançais en espérant être en mesure d’identifier la bonne entrée. Avançant, dans la nuit qui commençait à tomber, j’arrivai devant la grille d’entrée d’une maison. Cette grille était tressée d’une sorte d’aubépine recouverte de petits fruits rouge orangé. Cet arbuste faisait écran impénétrable à celui qui aurait voulu voir de l’autre côté. 
Bizarrement, j’étais sûr que c’était là. Pas de nom sur la sonnette, je pressai le bouton, la porte s’ouvrit. Le seuil franchi, je me retrouvai dans un jardin arboré et touffu, une végétation surprenante dans cette partie de la ville, et au fond se trouvait une petite maison. Je pensai à un labyrinthe, le vol d’un oiseau raya le ciel. Le morceau de campagne face à moi, la Lune qui se levait, les restes de l’après-midi ainsi que la légère déclivité avaient éliminé toute possibilité de fatigue. Un sentier humide zigzaguait vers la porte d’entrée. 
Je montai les quatre marches du seuil. Il y avait une boite accrochée à l’entrée à hauteur d’yeux. Une étiquette indiquait : « Déposez ici tous les objets connectés en votre possession ami, et entrez. Merci ! » 
Je franchis le seuil et c’est dans une bibliothèque que j’entrai. Des livres partout, je reconnus des livres anciens, des livres reliés de soie, des volumes d’encyclopédies perdues et oubliées dans un monde de connexion et d’accès universel au savoir comme ils disaient. De la musique semblait venir de partout, certainement un vieux 33 tours à entendre les craquements qui accompagnaient le chanteur à la voix sépulcrale, c’était un morceau que je connaissais mais le titre et les interprètes ne me revenaient pas. 

Progressant dans cet autre labyrinthe, en direction du coeur chantant de la maison, je me retrouvai face à une femme souriante. Elle était vieille mais brillait sur son visage une jeunesse d’un autre temps. Elle avait quelque chose d’une aventurière ayant traversé les siècles, on aurait dit une Alexandra David-Néel vivant là cachée pour l’éternité, hors le monde dans cet antre. Elle me fit signe de venir m’asseoir face à elle, sur un grand divan long et bas. Dans un coin de la pièce, clignotaient quelques lumières parant une branche d’arbre sèche. Elle me souhaita la bienvenue. Je ne savais même pas si elle avait parlé avec des mots, où si elle s’était directement adressée à mon âme. 

  • Étonnante rencontre en cette soirée de veille de Noël n’est-ce pas ? En plus, vous avez un cadeau pour moi. 

Surpris, je lui répondis : « Oui j’ai quelque chose pour vous, quelque chose que je n’aurais pas dû oublier, et que je vous ramène ce soir. 

Elle sourit et me demanda : 

  • Acceptez-vous de partager un verre avec moi pour fêter cela ? 

Sans attendre, elle se leva. Pendant quelques instants, elle me tourna le dos. Elle ouvrit une petite porte, sortit quelques instants et revint avec deux verres contenant un liquide grenat. 

  • Une bonne vieille bouteille que j’ai ouverte il y a quelques minutes pour qu’elle s’aère, me dit-elle, ça ne se refuse pas 
  • En effet, mais juste un verre répondis-je, je ne pourrai pas rester trop longtemps

Le vin était délicat, fort et parfumé, vieux mais vibrant de vies, de soleil, et exhalant la terre qui lui avait donné naissance. Il était un nectar, enivrant, c’est sûr, une potion qui semblait abolir le temps, convoquant de multiples réalités. Je ressentis de nouveau comme une pullulation, comme si le jardin entrait dans ces murs, comme si la frontière entre l’intérieur et le jardin n’avait plus lieu, comme si la maison était saturée à l’infini de personnages invisibles. 
Elle me servit à nouveau, j’essayais de lire l’heure à ma montre, mais mes yeux ne pouvaient déchiffrer la géométrie des aiguilles sur le cadran.
Son visage, dans le cercle vif de la lampe, était celui d’une vieille femme, mais avec quelque chose d’inébranlable et même d’immortel. Et elle parla :

« Je me suis cachée pour passer inaperçue. J’ai utilisé du papier, de l’encre, des lettres pour envoyer mes messages privés. J’ai pratiqué le troc pour dissimuler mes transactions. J’ai mis en place des échanges de services pour éviter d’être enregistrée dans des bases de données. J’ai enseigné ces capacités, j’ai enseigné comment écrire, se cacher, marchander, estimer la valeur des choses. J’ai favorisé cela, et j’ai déployé l’ombre autour de moi. »

Elle parlait, le temps n’était plus uniforme et absolu. Elle parlait et se déployaient des séries infinies de temps, un réseau croissant et vertigineux de temps divergents, convergents, parallèles. Ces trames se coupant, bifurquant, embrassaient toutes les possibilités. La trame qui nous réunissait était la litanie de ses mots, et ce vin qui s’écoulait entre nous : 

« J’ai mis au point des moyens de communication analogiques.

J’ai déroulé des fils de fer à travers des rues étroites, et communiquer grâce à deux coupelles. J’ai tenté d’élever des pigeons voyageurs mais, un jour, ils ne sont pas revenus, capturés, abattus, perdus, enfuis… ? 
Et pour entrer dans l’ombre définitivement, j’ai fait de ma maison tout entière une cage de Faraday. J’ai lu, appris et j’y ai installé tous ces fils de fer de mes propres mains. Et je sais qu’ils sont posés correctement. »

Mon verre était encore plein alors que j’étais certain de l’avoir vidé il y a quelques secondes. Borgès vint alors superposer sa voix à sa voix à elle, me rappelant que nous sommes hantés par des futurs qui refusent d’advenir, ou qui sont déjà advenus sans que nous en ayons conscience. Elle parlait toujours. 

« Nous n’existons pas dans la majorité des temps mon cher ami. Dans quelques-uns vous existez, dans d’autres non, dans d’autres encore vous êtes arrivé chez moi, et dans un autre non. Autrefois, mon cher ami, je disposais des outils standard de la modernité. J’avais une voiture se conduisant elle-même, je vivais avec un téléphone incrusté dans chaque moment de ma vie, j’avais un fauteuil de bureau qui me prévenait quand j’adoptais une position non ergonomique. Mais comme je n’étais pas ergonomique, il me gavait. J’ai fini par me débarrasser de tout cela. Je me suis lassée des voix dans ma tête, des yeux qui regardaient en permanence par dessus mon épaule, traçant, enregistrant tout. J’ai oublié la technique. Chez moi, depuis ce temps, il n’y a plus un appareil moderne, plus d’écrans tactiles, plus d’ordinateurs, plus de la musique en fichiers MP3, plus rien. Elle se leva pour déposer un autre 33 tours sur la platine, et la pièce s’emplit de notes. 

Avalant quelques gouttes de vin, elle continua : 

« Savez-vous que les machines à laver étaient à cette époque configurées pour économiser de l’argent, de l’eau, de l’électricité. Elles mesuraient la qualité de l’eau rejetée et cette information était envoyée au système central de gestion. Ces données permettaient de détecter d’éventuelles impuretés dangereuses avant qu’elles ne mettent en danger la santé publique. Les dernières pandémies qu’avait traversées l’humanité avaient précipité le déploiement de ce genre de systèmes de surveillance de la santé. Dans les conduites d’eau, on avait été installé des capteurs qui déclenchaient des alarmes dès que certaines bactéries étaient détectées. Les analyses de l’eau des lessives permettaient de savoir par les vêtements si quelqu’un buvait trop, s’il avait de l’eczéma, s’il se droguait ou si une femme était enceinte. Dans les derniers temps, les ingénieurs au service de votre bien-être conçurent un capteur à partir d’un groin de porc qui permit en reniflant le linge de détecter des cancers au stade précoce. Et bien sûr, toutes ces données étaient automatiquement transmises au centre de sécurité sociale, qui elle-même les revendait à des assureurs privés tout cela agrémenté d’un discours officiel jurant grands dieux que les données étaient anonymisées et sécurisées. Et vous savez quoi cher ami, j’en ai eu marre et j’ai donc éliminé tout cela. Je n’ai plus d’électronique, je n’ai plus aucun appareil qui parle. J’ai des livres, par milliers, entassés jusque dans chaque recoin de ma maison. 
Ma maison est faite d’ombre, elle est un trou dans la toile du monde et nombreux sont ceux qui voudraient bien la voir disparaître. »

Un coucou troubla le silence qui s’était installé alors qu’elle venait de cesser de parler. 12 coups, minuit, elle se leva, s’approcha de moi, me servit encore, et me dit en me regardant droit dans les yeux : 

  • « Joyeux Noël mon ami, et je lui répondis, Joyeux Noël ma chère ».

Elle se déplaça dans la pièce me montrant les piles de livres, je la suivis dans les autres pièces également remplies. Elle me parlait en m’entrainant dans son labyrinthe :

« Vous savez quoi ? Les amis qui passent ont la liberté de les emprunter. La seule règle quand on vient chez moi est de déposer tous les appareils électroniques dans cette petite boite isolée et fermée que vous avez vue sur le seuil. C’est une cage de Faraday dans la cage de Faraday. Et ma bibliothèque grandit pas a-coups, à chaque fois que quelqu’un me ramène un carton de livres ou de disques dénichés dans un grenier ». J’étais perdu, je ne savais plus dans quelle pièce de la maison nous nous trouvions. J’aurais été incapable d’en sortir seul. Ses mots rythmaient l’exploration. Je l’écoutais avec une sorte de vénération, elle continuait : 
« Vous savez, il m’arrive aussi de donner des cours à des enfants. Je leur enseigne comment lire les histoires alors qu’ils ne savent plus que les écouter ou les regarder sur un appareil électronique. Je leur enseigne comment faire des pauses. Je leur explique quand s’allonger quand ils sont fatigués, parce que les livres ne détectent pas leur fatigue, et ne donnent pas, comme leurs inévitables tablettes, l’ordre à la maison d’éteindre la lumière quand il est l’heure de dormir. Petit-à-petit, ils apprennent à veiller, ils apprennent à lire sous leur couette avec une lampe de poche, ils se cachent, et surtout ils réapprennent à vivre libres En réalité, je ne fais que leur enseigner les moyens qui leur permettront de s’opposer à l’autorité, de rejeter l’arbitraire, de comprendre le monde et surtout de balayer tout ce qui vise à les faire entrer dans la norme. » Nous continuâmes cette déambulation, elle disparut, fatigué, étourdi, je profitai d’un canapé pour m’asseoir, et je m’assoupis. 

Et yout à coup, c’est sous les arbres, dans le jardin que je repris conscience. J’étais seul dans le jardin, sur le seuil de cette maison. Je pensais à ses anfractuosités entre le passé et l’avenir et j’étais là comme si tout ce que je vais de vivre n’avait pas eu lieu. Je repris mon téléphone dans la boite sur le seuil. Je refis le chemin jusqu’au portail noyé dans cette aubépine colorée, et … Quelle heure était-il ? Le matin du 25 décembre, le matin de Noël, le matin d’un Noël traversé par tous ces mots, cette litanie venue d’ailleurs, ces souvenirs d’un futur. « Peut-être que tous les dragons de nos vies sont des princesses qui n’attendent qu’une chose : nous voir agir, ne serait-ce qu’une fois, avec beauté et courage. Peut-être que tout ce qui nous effraie n’est autre, dans son essence la plus profonde, qu’une désespérance qui cherche notre amour » murmura Rainer Maria Rilke à mon oreille, ou peut-être était-ce des lignes que je lus cette nuit. 
Arrivé sur le trottoir, mon téléphone se mit à sonner. Tous les messages de la soirée, de la nuit, arrivaient en même temps. Ma réapparition dans le monde réel allait être difficile. Que pourrai-je raconter de cette soirée ? De cette ombre ? Je pris la direction de chez moi. Je racontai mon aventure. Fut-elle crue ? Je ne sais pas mais je fus entendu et cela fut accepté. C’était encore le jour de Noël, et ce fut l’occasion de réjouissances. Mais ces mots, cette histoire, sa voix, cette description qu’elle faisait d’une réalité tellement proche de la mienne, mais tellement différente aussi et avec Kafka, que me restait-il parce que « de trois choses l’une :
Se regarder comme quelque chose d’étranger,
oublier ce qu’on a vu,
retenir le regard.
Ou bien de deux seulement, car le troisième exclut la seconde ».

Aujourd’hui, à la fin de ma vie, je laisse cette voix d’une nuit de Noël me hanter. J’étais repassé devant cette grille d’aubépine à de multiples reprises avant de quitter la ville. J’avais même sonné mais la porte ne s’était pas rouverte. Parfois, la nuit, j’entends vraiment la voix. Entre la nuit et moi, il n’y a plus que le cadavre de ce monde que je profane sans méthode, avec obstination.
Hier, en fouillant dans ma bibliothèque, je suis tombé sur un livre d’architecture contenant des photos de cette grille d’aubépine. La leçon de cette nuit de Noël est qu’il n’y en a pas. Quelques heures volées au temps ont suffi de m’en convaincre parce qu’il n’y a pas de leçons entendues, à peine des jours qui proposent chacun des bifurcations, des inattendus, qui mènent à de nombreux avenirs possibles au coeur desquels nous nous précipitons avec tout ce qu’on aura amassé dans nos mots car « la littérature ne sert pas à mieux voir. Elle sert seulement à mieux mesurer l’épaisseur de l’ombre. »

Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.7-08122021-10.12/

Nowakowskismes 6.6. Le Mur

illustration. par Nicolas Hamm

Imaginez un monde, une Terre, traversée par un Mur, infranchissable, divisant la Terre depuis des temps immémoriaux, et où la vie même des humains s’est organisée par le Mur. Êtes-vous prêts ? Oui ? Alors allons-y ! 
Le Mur était là depuis tant d’années que plus personne ne se rappelait de sa construction. Quand ? C’était dans des remps dépassant la mémoire des humains de ce temps. Plus personne ne pouvait plus également dire pourquoi et par qui il avait été construit. 
Le Mur leur faisait face, il bouchait l’horizon, il coupait tout, la vue, les sons, … rien de ce qui pouvait y avoir de l’autre côté n’entrait dans la réalité des humains qui se trouvaient de ce côté. 
D’ailleurs, leur réalité était le Mur. 
Les humains avaient appris à vivre avec lui. La lumière dépendait de lui, l’ombre tombait rapidement quand le soleil passait derrière, le froid, le chaud qu’il renvoyait après une longue journée d’ensoleillement ou d’intempéries. 
Certains avaient tenté de grimper mais toutes les tentative se soldèrent par de la douleur, des membres fracassés, des morts aussi. Ils avaient pris comme habitude de marquer d’un point de couleur là où l’un d’entre eux avaient échoué dans une tentative d’ascension. Les points pointillaient le Mur quand on marchait en  le longeant. 
Les humains avaient depuis longtemps cessé de s’interroger. Le Mur comme composantes de leur vie, empli de sa simplicité, avait atteint le stade de la banalité, de toile de fond de leurs existence à l’ombre du Mur. 
Certains d’entre eux se souvenaient de vieilles lectures. À l’abri du Mur, dans un refuge accolé au Mur, autour du feu qui projetait leurs ombres sur l’immensité du Mur, certains affirmaient que l’humanité avait toujours vécu avec le Mur. En fait que le Mur avait été toujours là. 
Des textes disparus que certains se racontaient, les passant de génération en génération, en déformant le contenu au passage des mots, parlaient d’une grande muraille élevée il y a des millénaires. Cette Grande muraille longue de milliers de milliers de kilomètres aurait été construite par un empereur voulant protéger son pays des envahisseurs. Cette Grande muraille aurait même été visible du ciel. Oui, il se racontait que dans un lointain passé, l’humanité avait réussi l’incroyable tour de force de créer des machines qui lui auraient permis de s’élever dans le ciel. 
D’autres, la nuit avançant, le feu commençant à s’éteindre, les ombres s’allongeant sur l’infini du mur, racontaient qu’à l’aube des temps, il y a si longtemps qu’on avait abandonné le compte des années, un vieil empire avait élevé un mur symbolique portant l’étrange nom de pomerium. Il était une limite symbolique et sacrée séparant la ville de son territoire alentour, un mur comme une frontière à la fois juridique et religieuse définissant la limite de l’autorité entre la les tribuns de la plèbe et le pouvoir militaire. Le pomerium était un mur symbolique de l’empire lui-même et fut même agrandi lorsque le pouvoir de l’empire se développa. 
Toutes ces histoires circulaient de bouches en bouches, de générations en générations, au gré des déplacements des groupes le long du Mur. 
Parce que l’humanité s’était structurée avec et par le Mur. Elle s’était organisée en groupes nomades qui se déplaçaient le long du Mur. De vieilles légendes affirmaient que, dans un monde de murs, il fallait longer le Mur en gardant la même main contre le Mur, et qu’ainsi, avançant, on en trouvait une sortie, une issue. D’autres vieilles légendes racontaient que les murs n’avaient pas toujours existé, mais que des maladies avaient poussé certains états à enfermer les populations chez elles, ou l’intérieur des frontières des pays. 
L’humanité ainsi dispersée en groupes nomades composés de plusieurs familles longeait alors le Mur, du matin au soir, hiver comme été, que le temps soit clément ou pas. Ces groupes nomades avançaient à la recherche de cette issue dans le Mur qui leur permettrait de passer de l’autre côté. Mais, depuis longtemps, plus personne ne savait ce qu’il y avait de l’autre côté, plus personne n’évoquait ce passage, voire même, les groupes espéraient certainement secrètement que cette issue n’existât pas. La vie de l’humanité s’était organisée comme cela, une stabilité en avait émergé, et tous savaient que cette stabilité apparente était mortelle pour la transgression, l’inconnu et la prise de risques. 
Le groupe composé d’environ trois familles, des jeunes enfants encore accrochés au sein de leur mère, des plus grands gambadant pas loin, et des adolescents trainant avec les adultes, ou poussant sur des chariots à bras les plus vieux trop fatigués d’avoir longé le mur une vie durant, avançait à quelques mètres du mur qui s’allongeait à l’infini sur leur côté droit. On était au printemps, l’hiver avait été rude, froid et humide. Le groupe n’avait perdu personne cette année. Ce n’était pas le cas pour les autres groupes croisés longeant le mur. Le printemps s’annonçait chaud, sec, et marcher dans la chaleur du mur promettait d’être éprouvant. 
La nature se réveillait, les herbes et les plantes grimpantes s’agrippaient au mur. Des coccinelles en ponctuaient bizarrement les anfractuosités et les fissures dues au temps et aux intempéries, des papillons et des oiseaux apportaient aussi quelques touches de couleur sur le fond gris du mur. 
Le groupe faisait partie de tous ces petits groupes d’humains, nomades, familiaux, tribaux qui longeaient le Mur depuis des générations. Ils marchaient tout le jour, s’installaient pour la nuit, et reprenaient leur marche au petit matin. La nuit, la chaleur du jour emmagasinée par le Mur garantissait un refuge aux groupes pelotonnés tout contre le matériau dont il était fait. 
L’humanité s’était ainsi réorganisée en ces groupes nomades cherchant cette ouverture hypothétique dans le Mur, sans même savoir vers quoi une telle ouverture les mènerait. La quête même finit par se dissoudre dans ce nomadisme issu du Mur. Certains groupes, lassés de marcher, avaient un jour décidé de ne plus marcher et avaient construit des villes adossées au Mur. Et pour se protéger, ils construisirent eux-mêmes d’autres murs pour se protéger de l’espace libre qui s’ouvrait face à eux, à l’opposé du Mur. Ils étaient plutôt pacifiques mais demandaient des droits de passage aux nomades passant par le territoire qu’ils s’étaient approprié. Là, dans ces villes accrochées au Mur, il était devenu une sorte de culte. On y racontait que l’humain n’avait cessé d’être un animal que le jour où le premier Mur apparut sur la Terre, qu’il avait apporté sa régularité, sa permanence, qu’il avait structuré la société des humains, qu’il avait permis l’émergence de ces petits espaces enclos de murs fils de grand Mur, et surtout qu’il protégeait ce monde parfait de l’au-delà menaçant, déraisonnable, informe, inconnu et dangereux !

Un soir, ils firent halte, dressèrent leur camp en accrochant une toile au Mur afin de faire un abri, un autre groupe s’approcha. Comme toujours dans ces situations, la peur et la méfiance les pétrifiaient. Qui étaient-il ? Quelles étaient leurs intentions ? Il fallait se tenir sur ses gardes. Ils vérifièrent que leurs quelques armes rudimentaires étaient à portée de mains. L’autre groupe monta son camp de la même manière, alluma un feu. Ils furent rassurer et chauffèrent leur repas. Ils restèrent ainsi à distance, sans autres signes que leurs ombres montant sur le Mur. Le plus ancien leur parla alors d’une histoire qui passait de génération en génération. Il parla d’un temps où l’humanité fut confrontée à une maladie. Elle se mit alors à installer des règles obligeant les humains à rester éloignés des autres humains pour éviter la contagion. Il parla de pays qui construisirent des murs pour se protéger, de la maladie, et aussi des autres humains qui affluaient pour fuir les guerres, les maladies, la pauvreté. Pour le vieux, la question qu’il se posait depuis des décennies, était : « de quel côté du Mur se trouvait-on ? » du côté de ceux qui avaient réussi à se protéger, ou du côté de ceux qui fuyaient, ou tout simplement, tout cela n’avait aucun sens !  
Le groupe continua sa marche sur la piste, toujours à quelques mètres du Mur. 
Le printemps avait passé, chaud et sec, puis l’été caniculaire, l’ombre du Mur avait été bénéfique, l’hiver arriva rapidement. Les petits avaient grandi, le plus vieux était mort après avoir raconté toutes ses histoires aux plus jeunes et avait été enterré au pied du Mur. Le Mur avait un statut divin. Sa base était là où les morts étaient enterrés, comme pour prolonger jusque dans la mort leur espoir de le franchir un jour. 
Ce matin-là, la brume avait envahi l’espace. Le Mur se perdait dans l’invisible qu’ils regardent vers le ciel ou devant eux. Le silence régnait dans le groupe et dans l’espace alentour. Ils avançaient, les autres groupes croisés les jours précédents avaient disparu. Ils avaient certainement marché plus rapidement qu’eux. Dans la pénombre du Mur et du brouillard de cette matinée, ou de cette soirée, ils ne savaient plus, apparut tout à coup un espace plus sombre à la base du Mur. Ils avancèrent encore et s’arrêtèrent devant ce qui semblait être l’entrée d’un tunnel creusé dans le Mur. Etaient-ils enfin arrivés au bout de leur quête ? Etaient-ils enfin arrivés devant le passage tant attendu, le passage vers l’autre côté dont tous les groupes parlaient et que tous cherchaient, le passage tant espéré qui les poussaient à mettre un pied devant l’autre, chaque jour. Le groupe était comme hypnotisé, le seul son qu’ils percevaient était la respiration des autres emplie de l’émotion d’avoir enfin trouvé ce qu’ils cherchaient depuis tant d’années. 
Ils avaient tellement souvent rêvé, imaginé, raconté ce qu’ils feraient lorsqu’ils trouveraient le passage. Dans les échanges au coeur de la nuit avec d’autres groupes, ils avaient répété les gestes à faire avant d’y pénétrer. Ils devaient laisser les chariots,  n’emmener avec eux que ce qu’ils pouvaient porter sans être encombrés, et laisser le reste sur place, ils n’en auraient plus besoin une fois de l’autre côté. 
Tout d’excitation contenue, ils firent un tas des affaires qu’ils choisirent d’abandonner de ce côté du Mur. Ils se regroupèrent et prirent leur respiration comme s’ils avaient à parcourir le passage en apnée. Ils entrèrent comme un seul homme dans un couloir dans lequel régnait un silence encore plus lourd. Il n’y avait aucune lumière, aucun d’eux n’avait pensé emmener une bougie pour s’éclairer alors ils avancèrent dans le nuit complète, blottis les uns contre les autres, les plus âgés tenant fermement la main des plus jeunes, respirations dans respirations, aveugles, avançant pas à pas guidés par la perception qu’ils avaient des parois du tunnel. 
Ils marchèrent longtemps. Combien de temps ? Aucun d’eux n’était capable d’estimer le temps qu’ils passèrent dans la nuit du passage. D’ailleurs aucun d’eux ne parlaient, ils avançaient dans ce qui semblait être droit devant eux. 
Pas question de s’arrêter, pas question de faire un pause, l’autre côté était là devant eux. 
Tout à coup, comme un phosphène s’installant dans leur champ de vision, une lueur leur apparut. D’abord, un point vacillant, puis un tache de lumière, puis une sortie vers la lumière, puis un passage vers la sortie, vers l’autre côté, enfin là. Ils avançaient se retenant de courir, se frottant les yeux pour chasser ce qu’ils espéraient ne pas être une hallucination. Ils voyait au delà de la porte, l’espace qui s’offrait à eux, leur quête de tant d’années, de tant de génération prenant fin. Ils s’approchèrent enfin de la sortie, la lumière les aveugla au moment de franchir, de se retrouver à l’air libre. 
Un après l’autre, ils recouvrèrent la vue, ils virent au loin l’espace, et là ,devant eux, ils virent le tas des affaires qu’ils avaient abandonnées pour entrer dans le passage. 
Même si un mur, n’importe quel mur, peut suggérer la liberté, appeler au départ, à l’aventure, à faire le mur. Ce Mur unilatère, ce mur de Moebius, ne fera lui que nous renvoyez à nous-même parce qu’un Mur construit pour séparer restera éternellement infranchissable, enfermant les enfermeurs dans un même enfer, celui de l’errance éternelle.

Revenons à notre temps.
Le Rideau de fer s’était déchiré il y a un peu plus de trente ans. L’Europe célébra alors partout sa réunification. Des images de liesse de la chute du Mur de Berlin tournaient en boucle sur tous les écrans de télévision. Etait-ce la liberté retrouvée ? Etait-ce la liberté de parler, d’écrire, de débattre, de critiquer, de voter, et surtout par la chute du Mur, le 9 novembre 1989 ? Était-ce une célébration de la liberté retrouvée de se déplacer, de réunir des familles, de voyager, d’émigrer, d’aller et venir comme bon nous semble ? Puis, un peu plus tard, avec l’espace Schengen, l’Union européenne poussa très loin l’abolition des frontières. Elle permit à ses citoyens de passer d’un pays à l’autre sans visa, donc sans contrôle gouvernemental. 
Mais, au fur et à mesure que l’Europe faisait disparaître certains de ses murs intérieurs, elle se mit à en ériger de nouveaux, plus hauts, plus sophistiqués, plus terribles, sur ses contours extérieurs. 
Le mur Est-Ouest fut remplacé par un mur Nord-Sud, plus long et plus haut que le Rideau de fer. Au tournant des années 2000, l’Europe commença à se refermer sur elle-même sujette à la peur, la peur économique, la peur politique, la peur culturelle, la peur sécuritaire, de l’étranger venu de Syrie, du Nigeria, de Chine, de Tunisie, du Bangladesh, d’Afghanistan, d’Erythrée, … En 2015, l’Europe finit par se barricader. Dans les enclaves espagnoles situées au nord du Maroc, la barrière métallique haute de six mètres érigée à la demande de l’Europe il y a dix-huit ans, pour un coût de 30 millions d’euros, fut relevée pour atteindre dix mètres, soit la taille d’un immeuble de trois étages. Malgré les promesses, la barrière resta parée de ce fil de fer barbelé serti de lames de rasoir qui dévorent la chair et les habits de ceux qui tentent de passer à travers. Chaque jour, de jeunes Marocains, Erythréens ou Soudanais se pansaient les mains ou les jambes, là où les barbelés avaient affreusement déchiré leur peau et leurs habits.
En Hongrie, en 2015, les autorités érigèrent un grillage de plus de trois mètres de haut, surmonté de barbelés, sur la quasi-totalité de la frontière. Mais à cette barrière facile à cisailler, les Hongrois ajoutèrent en 2016 un deuxième mur « intelligent », hérissé de barbelés, équipé de caméras infrarouges et de capteurs de chaleur et de mouvement. Cette double clôture longue de 175 km, ne s’interrompait que sur quelques dizaines de mètres du bout de rivière qui sépare du pays frontalier. Entre les deux grillages, distants d’environ sept mètres, une route avait été aménagée pour la circulation des véhicules de police transportant les 3 000 hommes et femmes chargés de surveiller la frontière.
En août 2021, la Pologne annonça la construction d’une barrière métallique de 2,5 mètres de haut sur 150 kilomètres le long de la frontière qui fait au total 400 km, suite à l’augmentation des entrées illégales d’immigrants depuis la Biélorussie. En octobre 2021, le parlement polonais valida le projet d’un coût estimé à 353 millions d’euros, sans apport de l’Union européenne. Le 14 novembre 2021, le ministère de l’intérieur de la Pologne annonça que le gouvernement polonais avait décidé de construire un mur de 180 km à la frontière avec la Biélorussie. En novembre 2021, au moins 11 réfugiés dont des enfants sont morts sur cette frontière. 
Enfin, pour continuer sur la route du pire, les autorités ukrainiennes ont affirmé qu’elles n’hésiteraient pas à tirer à balles réelles sur les exilés qui tenteraient de traverser la frontière la Biélorussie voisine ! 
Mieux que Trump, l’Europe s’était mise à construire des murs par peur de l’autre. L’Europe s’était mise à construire des murs qui divisent, opposent, agressent. L’Europe s’était mise à construire des murs qui lui procuraient cette toute puissance illusoire et mortifère face à ses malheureux fuyant la misère, la guerre, la faim. Cette lâcheté retardait la solution des conflits, annihilait la possibilité de l’échange de paroles et détruisait la plus élémentaire urbanité. L’Europe, comme tout bâtisseur de murs, était devenue un pollueur d’humanité ! 

Des militaires et policiers polonais surveillent la frontière avec le Bélarus, vendredi 12 novembre. (Irek Dorozanski/via REUTERS)

Des murs ! En ce début de siècle, un peu partout, se dressent de nouveaux murs. À Bagdad où des murs séparent des quartiers à majorité chiite et des quartiers peuplés principalement de sunnites ; en Cisjordanie avec la « security fence », une clôture de sécurité, longeant la « ligne verte », la frontière de 1967, construite en béton, haute de 8 à 9 mètres, avec alarme électrique, doublée par des fossés, des barbelés, et prévue sur plus de 700 kilomètres ; à Padoue où fut érigé un mur d’acier de 84 mètres de long sur 3 mètres de haut, sous protection policière, afin de séparer la ville « convenable » de la ville gangrenée par les soi-disant dealers ; au Botswana, comme hier à Cuincy (France) ou à Ustí nad Labem (République tchèque), et bien sûr aux USA, … Il existe même des murs immatériels au coeur monde numérique dont les portes nécessitent des codes et des autorisations pour être franchies… 
Le mur protège moins bien qu’il ne sépare. Le mur, c’est aussi une histoire de  brèches ou d’espoir de brèches. Il existera toujours des réponses plus sophistiquées et astucieuses pour tenter de le franchir et l’humanité en construira de plus hauts, de plus intelligents, de plus terribles, qu’elle cherchera toujours à franchir. Pourtant, on n’empêcha pas leur multiplication comme si les murs s’avéraient plus indestructibles symboliquement qu’ils n’étaient vulnérables matériellement. Le mur relevait de la crainte et du repli, s’enfermer afin de n’être pas exposé à l’Autre, qu’on ne comprenait pas et qu’on ne souhaitait pas rencontrer. Le mur exprimait alors l’incompréhension, la séparation, la ségrégation. Le Mur est une violence, un empêchement à la paix, comme en Irlande du Nord, où les peacelines marquaient cette frontière impossible. 

 

Pour finir, quelques mots de la bêtise mortifère ambiante. 
L’île papoue de Biak est un paradis d’eaux cristallines et de forêts inviolées… Son point faible ? Située à quelques kilomètres de l’équateur, sa position géographique la rend attractive pour y construire des bases de lancement de satellites. Les satellites géostationnaires se plaçant dans le plan de l’équateur, construire une Astro-base à proximité de l’équateur permet de minimiser les corrections de trajectoires et de bénéficier de l’effet de fronde maximal de la rotation de la Terre. 
Evidemment, construire une base spatiale détruira une grande partie de l’immense forêt protégée de l’île. Mais apparemment, ça ce n’est pas un problème. Même si les Papous vénèrent la nature et particulièrement les arbres. 
Mais l’idée du président indonésien est de faire co-développer cette future base de Biak avec une entreprise de lancement de fusées ou d’un Etat. Et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes puisque la Russie semble intéressée mais surtout Elon Musk est aussi très intéressé parce qu’il cherche un endroit à proximité de l’équateur pour installer une base pour SpaceX qu’on entourera de murs. Et ce n’est pas tout ! Elon Musk n’est pas seulement intéressé par Biak. Il vise également les mines de nickel de l’Indonésie. Le nickel est indispensable pour la fabrication des batteries des Tesla et l’Indonésie est le premier producteur mondial de nickel ! 

Ne sortons-nous pas d’une COP ?
N’avons-nous pas encore compris que ce qui va rendre la Terre invivable pour les humains, c’est la capitalisme, la bêtise, la cupidité et l’ignorance !  Apparemment toujours non ! « Avoir conscience du libre arbitre signifie avoir conscience, avant d’avoir choisi, d’avoir pu choisir autrement » a écrit un jour John Stuart Mill. 

 

Références et sources
https://www.liberation.fr/planete/2019/11/08/en-2019-l-europe-compte-ses-murs_1762467/
https://www.monde-diplomatique.fr/2006/10/PAQUOT/14047
https://www.humanite.fr/societe-mur-de-la-honte-270163 https://www.nytimes.com/2021/11/16/business/indonesia-spaceport-elon-musk.html 
https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-d-anthony-bellanger/histoires-du-monde-du-mercredi-17-novembre-2021
https://www.liberation.fr/international/europe/le-corps-dun-jeune-migrant-syrien-retrouve-mort-pres-de-la-frontiere-entre-pologne-et-belarus-20211113_GIUUWFLUG5EMXC2CPSLJJD477I/ https://www.infomigrants.net/fr/post/36619/lukraine-se-dit-prete-a-tirer-sur-des-migrants-qui-tenteraient-de-traverser-sa-frontiere-avec-la-bielorussie
Nous autres, Eugène Zamiatine 
La Terre creuse, François Schuiten et Luc Schuiten 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.6-23112021-11.06/ 

Nowakowskismes 6.5. Wie stoppen wir das?

illustration par Nicolas Hamm

Voici quelques chiffres révélateurs de l’impact du réchauffement climatique sur nos vies. Ces quelques chiffres sont pris parmi plus de 40 indicateurs donnés par The Lancet. Et comme toujours, ça se passe de commentaires… 

295 milliards, c’est le nombre d’heures de travail potentielles perdues dans le monde en 2020 à cause des vagues de chaleur 
345000 personnes âgées de plus de 65 ans sont mortes suite aux vagues de chaleur dans le monde en 2019. Un indicateur en hausse de 80% par rapport à 2000
569,6 millions de personnes habitent dans des zones susceptibles d’être immergées ou d’être frappées par davantage d’inondations ou de raz-de-marée à cause de l’élévation du niveau de la mer
178 milliards de dollars, c’est le coût global des destructions causées par les 242 événements climatiques extrêmes (feux de forêts, ouragans, inondations) enregistrés dans le monde en 2020 
4 millions, c’est le nombre de personnes dans le monde dont le décès, survenu en 2019, peut être imputé à l’exposition à la pollution de l’air ambiant
19% de la surface globale de la Terre a été soumise à une période d’extrême sécheresse en 2020. Jusqu’en 2010, ce pourcentage ne dépassait que rarement les 5%
2 milliards d’individus souffrent d’insécurité alimentaire dans le monde. Le réchauffement climatique y participe en réduisant le rendement des récoltes de maïs (6%), de soja (5,8%) ou de blé d’hiver (3%)par rapport à la période 1981-2010.
1 milliards de dollars c’est le montant médian des subventions publiques aux industries qui exploitent les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) dans 65 des pays le plus pollueurs de la planète 

Bonsoir à tous et à toutes bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises et de nos questions sans réponses. 

En effet, que faire face à l’inaction des pouvoirs publics ? Comment réussir la transition vers les énergies renouvelables ? Quelles incitations pratiques développer pour accompagner de telles mesures ? Comment lutter contre la force attractive du consumérisme capitaliste autrement qu’en invoquant des désastres potentiels ? Comment s’assurer que ces combats ne mobilisent pas que les mieux lotis ?
Tenter d’y répondre c’est aller bien au-delà de la simple décarbonation de l’économie, de la société ou d’une meilleure gestion des ressources naturelles. 
Y répondre c’est penser une transformation radicale des infrastructures de notre société contemporaine (les bâtiments, les transports, les réseaux électriques, le numérique,…). 
Y répondre doit avoir des des effets politiques. 
Y répondre doit conduire les vieilles nations industrialisées à régler leur dette climatique, non seulement en finançant la transition énergétique, mais en permettant aux pays en développement de sortir de la pauvreté avec moins d’impact environnemental. 
Parce que six ans après l’accord de Paris, qui fixe l’objectif de limiter le réchauffement climatique à + 1,5°C, les dirigeants du monde doivent toujours s’accorder sur un plan commun pour atteindre l’ambition de 2015 car, pour l’heure, les non actions et le déni actuels placent la planète sur une trajectoire de 2,7°C de réchauffement. Notons quand même qu’avant 2015, ce chiffre était de 3,7°C.  
En fait, chaque dixième de degré gagné ou perdu compte. Voici quelques conséquences sur la planète et l’humanité du réchauffement climatique si la température moyenne augmente de quelques dixièmes de degrés supplémentaires.
La totalité des récifs coralliens risque de disparaître si le réchauffement atteint les 2°C. En fait, chaque dixième de degré supplémentaire affecte 5 % de coraux en plus.
En Suisse, 90 % glaciers pourraient disparaître avec un réchauffement de 2 °C.
À chaque demi-degré supplémentaire, 10 millions d’habitants de plus sont confrontés à la montée des eaux.
420 millions de personnes supplémentaires sont menacées par des canicules extrêmes avec + 2°C.
Avec un réchauffement de +1,5°C, dans les villes, 350 millions d’habitants supplémentaires seront exposés aux pénuries d’eau. Avec + 2°C, ils seront 400 millions. A Phoenix Arizona, dix huit records ont été battus en 2020 dont celui de cent quarante jours au dessus de 38°C, un chiffre qui devrait plus que doubler d’ici 2060 ! En pleine journée, la température de la rue à Phoenix peut atteindre 80°C !
Nous allons vers une disparition de la banquise l’été en Arctique si la hausse des températures dépasse les 1,5 °C. Ceci aura des conséquences dramatiques pour les animaux vivant en Arctique. Les ours polaires, par exemple, sont incapables de se nourrir en l’absence de banquise. 
En 2020, une étude réalisée par deux chercheurs de l’université de l’Arizona sur 538 espèces dans 581 milieux naturels différents, concluait que la moitié des espèces pourrait s’éteindre dans leur milieu si les températures augmentaient de 2,5°C supplémentaires. Dans le cas d’un réchauffement de 2,9 °C, 95 % d’entre elles s’éteindraient. 
80 % de mammifères seront menacés en Australie si le réchauffement explose à + 4,5°C.
En Amazonie, 69 % des plantes sont menacées si le réchauffement atteint + 4,5°C.
Les projections les plus optimistes d’Action contre la faim prévoient que le taux de sous-alimentation en Afrique augmentera de 25 à 90 % d’ici à 2050.
Face à ces constats, les migrations climatiques seront inévitables. La Banque mondiale estime que jusqu’à 216 millions de personnes pourraient migrer d’ici à 2050 dans le monde : jusqu’à 86 millions en Afrique subsaharienne, 49 millions en Asie de l’Est et Pacifique, 40 millions en Asie du Sud, 19 millions en Afrique du Nord, 17 millions en Amérique latine et 5 millions en Europe de l’Est et Asie centrale.
Mais « si les pays commencent maintenant à réduire les gaz à effet de serre, les écarts en matière de développement, à restaurer les écosystèmes vitaux et aider les gens à s’adapter, la migration climatique pourrait être réduite d’environ 80 %, à 44 millions de personnes d’ici à 2050 ». 
Or, comme le montre le rapport annuel «Production Gap Report» du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), les projets des 15 principaux pays exportateurs de pétrole, de gaz et de charbon sont toujours incompatibles avec les objectifs climatiques fixés dans l’accord de Paris de 2015. Ce qu’on appelle l’écart de production, c’est-à-dire la différence entre les volumes de production de combustibles fossiles fixés avec ces objectifs et les volumes de production réels ou prévus, ne se réduit pas. Au contraire, l’écart de production s’élargira d’ici 2040 si des pays comme l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, l’Indonésie, la Russie, l’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud, les Emirats arabes unis, les États-Unis et la Grande-Bretagne maintiennent leurs niveaux de production. Les gouvernements de ces pays ont fait la preuve qu’ils investissent beaucoup plus dans de nouveaux projets d’extraction de combustibles fossiles que dans des énergies propres (renouvelables) et ce depuis des années. Dans son rapport annuel «World Energy Outlook», l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a confirmé il y a quelques jours, le 13 octobre 2021, que l’exploitation et l’utilisation de nouvelles réserves de pétrole, de gaz et de charbon doivent cesser immédiatement, dès aujourd’hui, si l’on veut atteindre les objectifs climatiques convenus à Paris. 
A l’échelle mondiale, un peu plus de 13000 milliards de dollars ont été mobilisés jusqu’à présent pour compenser les pertes liées à la pandémie. Mais seuls 380 milliards de dollars sont destinés à soutenir la transition vers une énergie propre. De plus, la rémunération moyenne des patrons du CAC-40 est passée de 3,8 millions d’euros en 2020 à 5,3 millions d’euros en 2021. Le salaire d’une star du football bien connue est de 40 millions d’euros par an, soit 110000 euros par jour ou 4500 euros par heure même en dormant ou encore de quoi payer, pendant 1 an, 1500 français au salaire moyen ! En comparaison, le budget annuel global du GIEC est de 6 millions d’euros. Ainsi le salaire de cette footballer correspond aux ressources de presque 7 années d’une institution qui comprend 195 états membres, coordonne le travail de centaines de scientifiques internationaux et assume une fonction essentielle dans la compréhension des causes et conséquences du réchauffement climatique. 
Que dire de plus. Que les priorités ne sont clairement pas là et qu’il existe de très nombreuses raisons non convaincantes pour repousser ou retarder l’abandon des combustibles fossiles. Déjà, un revirement de la politique climatique ne pourrait être obtenu que si les pays industrialisés riches et les «économies émergentes ambitieuses» ne continuaient pas à augmenter comme prévu leurs émissions de pétrole, de gaz et de charbon d’ici à 2030, mais les réduisaient radicalement. 
La réalité est qu’on cherche toujours à être dans un monde tel qu’il était et non tel qu’il devrait être ! 

Continuons notre exploration, et à poser la question comment pourrions-nous arrêter cela ? Dans une petite fausse fiction bien réelle.
Dans leurs bureaux du septième étage de l’Organisation mondiale de la météorologie, les experts du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) avaient curieusement tendance à omettre de mesurer l’empreinte carbone des dix premières entreprises de l’armement dans le monde. Dans les mêmes temps, la fondation Nobel ne se privait pas d’accorder au GIEC le prix Nobel de la Paix en 2007 pour un prix partagé avec Al Gore, celui qui n’a jamais ciblé le Pentagone qui consomme plus d’énergie que l’industrie civile aux Etats-Unis. Vouloir aborder les questions militaires c’était nécessairement avoir à faire à ces « vérités qui dérangent ». Alors comment allait le monde ? Certainement encore plus mal qu’hier ! Dans les bureaux climatisés, loin de la réalité de la vie de la majeure partie de l’humanité, les experts revenus à bord de leurs jets privés d’une COP qu’on avait cessé de compter, réunis en conclave, échangeaient : 

— Mais qu’est-ce qui a amené ce « déclin de la civilisation » ? demanda l’un d’entre eux. Pas seulement l’introduction de ce nouveau type d’armement dont vous avez parlé, […] » ?
— La promotion maximale des ventes d’armes impliquait une augmentation maximale des hostilités interhumaines. Toutes les sources qui sont à l’origine de ce phénomène ont été enregistrées ; parmi les plus fructueuses, je citerai le patriotisme, l’esprit de clocher, la xénophobie, l’ochlophobie, les différences raciales, linguistiques et religieuses, ainsi que le phénomène nommé « fossé des générations ». Il s’avéra possible, et même facile, d’accentuer ces tendances latentes, jusqu’au point où une unité d’armement intégré […] fut considérée si hautement désirable par la partie informée de la population que la perspective de voir un autre individu acquérir cet équipement théoriquement invulnérable devint une raison suffisante pour l’attaquer avant qu’il ne l’achète (…). Dans certaines régions, notamment en Californie et dans l’Etat de New York, l’incidence atteignit 70 %.
— Vous voulez dire que 70 % des riches qui furent assassinés le furent parce que leurs voisins avaient peur de les voir acheter cette arme ?
— Oui.

Ceux qui dirigeaient auraient préféré que cette conversation ne s’ébruite pas. 
Parce qu’il fallait vendre encore et encore. Le prochain contrat s’élevait à 60 milliards d’euros, des sous-marins militaires, pour pouvoir dégainer plus vite, pour pouvoir porter l’estocade avant les autres, quitte à tout cramer. 60 milliards qui faisaient baver un état se revendiquant la patrie des droits de l’homme. Mais peu importait puisque ces machines de mort, c’étaient des emplois, c’étaient de la compétitivité, c’était aussi la promesse de nouveaux marchés de mort. 
Comme si la situation elle-même ne suffisait pas. 
Pandémie, événements climatiques extrêmes, réchauffement galopant… aucun continent n’était à l’abri même si les super riches se faisaient construire des résidences bunkerisées dans des pays qui leur donnaient des chances de survivre plus longtemps, ou même si ces mêmes super riches après avoir contribué à détruire l’environnement envisageaient même de s’échapper vers l’espace, Mars, … 
Mais la réalité de ce monde étaient celle-ci. 
Alors que certains secteurs économiques étaient passés à l’arrêt total du fait des pandémies comme notamment le transport aérien et le tourisme, les industries de défense avaient continué à prospérer. La peur avait grandi, les murs pour se protéger des autres avaient quadrillé de plus en plus les continents, mais il y avait toujours plus des commandes à exécuter en raison de la durée accrue des programmes d’armements.
En effet, ce monde qui se précipitait à grands pas vers l’abime s’enorgueillissait de la bonne santé du marché des armes. En France, ce secteur pesait lourd dans l’économie nationale avec ses 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Il représentait environ 4 % de l’emploi industriel français, un chiffre qui s’élevait, selon le Ministère de la défense, à 7% dans certaines régions.
Nous étions au lendemain de l’une de ces grands messes dans laquelle les représentants de la communauté internationale étaient venus pour tenter de limiter la consommation des énergies fossiles qui n’avait pas baissé. Ces réunions n’étaient que des festivals éhontés de déclarations contradictoires, de green washing, de discours convenus, le tout orchestré dans un ballet de jets privés promenant les super riches prompts à sortir leur carnet de chèque afin de d’acheter une bonne conscience planétaire.  
Tel le MIG 21 de Roger Hiorns, d’abord enterré puis ressuscité pour être exposé au MUDAM il y a de cela quelques années. Le monstre militaire était maintenu en vie, par les moteurs du monde, le gavant artificiellement des fluides lui permettant d’effrayer toujours, mais surtout d’enrichir, quel qu’en soit le coût planétaire, certains de ceux qui étaient réunis là.

 

photo exposition MUDAM – novembre 2021- Post capitalisme

Nombreux étaient ceux qui avaient tenté de s’opposer à cela en exposant la réalité de l’impact de cette industrie. Nous savions depuis longtemps qu’un avion de combat comme le Rafale consommait plus de 110 litres de carburant par minute. Nombreux d’entre ceux qui s’opposèrent à ça, disparurent quand ils diffusèrent les informations révélant que le Département de la Défense des États-Unis avait produit en 2017 des émissions de CO2 supérieures à celles d’un pays tel que la Suède soit 10 millions d’habitants. Et ça n’avait cessé d’augmenter, mais les chiffres avaient été soigneusement cachés par des campagnes de désinformation savamment orchestrées. 
Et ce n’était pas qu’une affaire des États Unis d’Amérique, d’autres pays n’étaient pas en reste. Selon un rapport paru en 2020, le secteur militaro-industriel britannique émettait chaque année plus de gaz à effet de serre que soixante pays individuels, comme l’Ouganda et ses 45 millions d’habitants. Le ministère britannique de la Défense était responsable de 70% de toutes les émissions de dioxyde de carbone émises par l’Etat britannique. Tout était cohérent puisque le « monsieur climat » de sa Gracieuse Majesté d’alors était jusqu’à récemment un amiral. 
En fait l’impact carbone des activités d’origine militaire était si considérable qu’il était alors nécessaire pour le complexe militaro-industrie-politique de ne pas en parler. Ce qui est terrible c’est que cette non prise en compte dans les objectifs de réduction a contribué à minimiser considérablement les effets du combat pour limiter la crise climatique. Mais peu importait, le monstre devait vivre quel qu’en soit le coût ! 
Et ce n’est pas tout ! Depuis de trop nombreuses années, d’incroyables efforts diplomatiques avaient été entrepris pour dispenser les forces armées de toute responsabilité dans le dérèglement climatique. De 1967 à 1972, les forces américaines avait eu recours à la guerre météorologique afin d’inonder la piste Ho Chi Minh dans le cadre de ce qui avait été appelé l’opération Popeye. Ces manipulations avec ensemencement de nuages qui furent officiellement interdites. Elles furent à l’origine de l’adoption en 1978, de la Convention ENMOD qui interdisait de modifier l’environnement à des fins militaires. A l’époque, des associations écologistes s’étaient bien mobilisées, dont l’association internationale d’écologie.
En 1997, lors des négociations du Protocole de Kyoto, et avant son entrée en vigueur en 2005, les autorités étasuniennes de l’époque avaient fait un forcing terrible pour que les émissions d’origine militaire soient explicitement exclues des évaluations globales de l’Organisation des Nations unies. L’Accord de Paris de 2015 lors de la COP21 n’évoquait pas une telle exclusion, mais les émissions d’origine militaire furent maintenues cachées afin de pouvoir demeurer hors de tout décompte. Cet Accord courageux et ambitieux, vous en comprenez l’ironie du désespoir, comme toujours laissait aux gouvernements le soin de décider s’il fallait ou non assigner un objectif de réduction à leurs forces armées. 
En raison de cette posture laxiste, des petits accords entre amis, des intérêts financiers, du mépris de la vie et de la lâcheté des dirigeants, nous savions que nos craintes étaient justifiées. Nous savions que les autorités militaires et les entreprises du secteur militaro-industriels seraient dispensées de tout effort de réduction et qu’elles mettraient tout en oeuvre pour tricher dans la comptabilité carbone de leurs activités, en excluant comme l’ont fait pendant des décennies les autorités françaises en masquant l’empreinte carbone des opérations extérieures.
Or la civilisation est fragile, la Terre non. Comment pourrions-nous arrêter cela ?
Paul Valery écrivait que : « …nous savons que [nos civilisations] sont mortelles. Nous avons entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à-pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins […]. Nous savons bien que toute la Terre est faite de cendres ». 
En fait, pour avoir une chance de survie pour l’humanité, il fallait nous confronter à ce qu’on avait appelé le « dilemme du prisonnier » qui dit que nous tous, enfermés ensemble sur cette seule planète, nous sommes soit unis et nous avons une chance d’en sortir, soit nous sommes divisés, uniquement concernés par des intérêts à court terme, en nous défaussant de nos responsabilités sur les autres, et bien, c’est une évidence, nous perdrons. 
Parce que « l’heure qui sonne est sonnée. Le jour qui
passe est passé. Demain seul reste,
et les après-demain
Et ils ne resteront pas longtemps ».  
Pour finir encore quelques chiffres. 3% de croissance par an conduit à doubler notre production et notre consommation tous les 24 ans. À ce rythme, dans un siècle, nous produirions 18 fois plus qu’actuellement. Le bon sens voudrait que nous sortions de cette quête qui a épuisé les bénéfices d’hier en termes de bien-être social. Car qui peut prétendre que nous sommes globalement 3 fois plus heureux qu’il y a 50 ans ? 
Peut-être serait-il temps de relire Henry David Thoreau qui écrivait que « l’homme est riche des choses dont il peut se passer »!

Références et sources
https://www.france24.com/fr/planète/20211031-cop26-l-impact-du-réchauffement-climatique-en-10-chiffres 
https://reporterre.net/Le-secteur-militaire-toujours-dispense-d-efforts-pour-le-climat 
https://www.ouest-france.fr/environnement/rechauffement-climatique/rechauffement-climatique-dix-exemples-qui-montrent-que-chaque-degre-compte-des-alpes-a-l-amazonie-576d0150-3bed-11ec-8a6d-f0133bb020c0 
John Brunner, L’Orbite déchiquetée, Denoël, Paris, 1971 
https://www.mudam.com/fr/expositions/post-capital 
Paul Eluard. Les mystères des Saints Innocents, 1912
Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.5-08112021-11.16/ 

Nowakowskismes 6.4. Meta-univers, méta-vies

illustration par Nicolas Hamm

Commençons par une information qui n’a rien de Méta ! 
En 1971, Total savait. Cela fait cinquante ans, au moins, que Total est conscient de l’existence du changement climatique, de ses causes et de ses conséquences. Mais Total a volontairement ignoré ces alertes jusqu’à semer le doute sur l’état des connaissances scientifiques afin de continuer à extraire toujours plus de combustibles fossiles. Ceci constitue les conclusions d’une étude menée par des chercheurs en sciences humaines sur le positionnement adopté par Total et par Elf, absorbée par Total en 1999, à l’égard de sa contribution au changement climatique ces cinq dernières décennies.
Publiée le 20 octobre dernier dans la revue Global Environmental Change, cette étude a été réalisée à partir d’archives et d’entretiens avec d’anciens dirigeants de Total et d’Elf. Elle apporte un regard nouveau sur les multinationales françaises et montre les efforts qu’elles ont déployés pour produire de l’ignorance autour du changement climatique et lutter contre la régulation de leurs activités. Ces politiques aux conséquences désastreuses qui ont ainsi permis une extraction annuelle des combustibles fossiles qui ont septuplé au cours des soixante-dix dernières années. On y voit également que vingt entreprises du secteur des énergies fossiles sont responsables de plus d’un tiers des émissions totales de gaz à effet de serre dans le monde depuis 1965.

Bonsoir à tous et à toutes bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. 
Vous qui pensiez que la réalité resterait en deçà des imaginaires des auteurs science fiction, que les rêves de William Gibson, de Neal Stephenson, de Bruce Sterling, ou Cory Doctorow resteraient des imaginaires influençant quelques-uns d’entre nous. Et bien non ! La réalité se retrouve encore une fois à dépasser la fiction. En fait, ces grandes entreprises du numérique après avoir contribué largement à saccager la planète et à la mettre à sac se tournent vers d’autres univers. Musk et Bezos ont fait le choix de quitter la Terre, avec les riches de leur espèce. Zuckerberg met en place une réalité alternative qui enfermera les masses condamnées à survivre sur une Terre de plus en plus meurtrie, dans une réalité alternative, calculée, programmée, …. Le metaverse. Avant d’en explorer ses dimensions, laissons-nous à imaginer un peu par ce court texte ce qu’il pourrait en être. Prêts ? Avez-vous revêtu vos lunettes 3D et installés tous les capteurs aux endroits stratégiques de votre corps ? Alors vous êtes prêts pour l’expérience ! 

La ville attendait, elle était juste là, le temps ne comptait là où elle se trouvait. Tel un joyau, elle resplendissait à la lumière de ce soleil qui réchauffait de ses rayons calculés ce lieu qui resterait toujours froid. 
L’univers dans lequel elle avait pris forme, avait été programmé pour être un endroit parfait pour s’installer. Des fleurs inconnues croissaient et fanaient, des rivières se gonflaient d’une eau qui n’en était pas, débordaient quelque fois, s’asséchaient aussi. Il y avait même des vents qui pouvaient être jeunes et violents par moment, emportant avec eux des colonies de nuages flottant dans une blancheur paresseuse. 
La ville avec ses fenêtres de cristaux, ses murs comme faits d’obsidienne, ses tours, ses rues, ses portes attendait ses premiers occupants. 
Tout à coup, ils furent là, ils parlaient fort, comme excités d’être là, face à cette ville, qu’ils découvraient après en avoir rêvé, après avoir espéré être parmi les premiers à fouler ce territoire vierge. Mais la ville était là avant eux, elle existait en puissance dans les cerveaux artificiels et elle les attendaient. « Ils s’acheminèrent vers [ce] château immense, au frontispice duquel on lisait : « Je n’appartiens à personne et j’appartiens à tout le mode. Vous y étiez avant que d’y entrer, et vous y serez encore quand vous en sortirez » », des mots étrangement empruntés à Diderot dans Jacques le Fataliste et son Maître, un texte de 1769. 
La ville libéra alors les sens dont on l’avait dotée. 
Ceux qui avaient créé ce monde avait besoin de savoir, besoin de connaître, et soif d’apprendre. Alors la ville dégagea des capteurs secrets de ses murs noirs et les premiers renseignements, les premiers détails des comportements des visiteurs commencèrent à emplir les réservoirs de données qui avaient été spécialement fabriqués pour elle. Les mots prononcés activèrent des oreilles automatiques, et elles enregistrèrent le moindre souffle, le moindre battement de coeur venu d’au-delà des appareils connectés avec l’autre monde. 
Les premières adaptations des systèmes d’apprentissage se mirent à organiser les réseaux de neurones chargés des métamorphoses de cet univers calculé. 
Les visiteurs étaient des avatars élaborés par le système à partir de toutes les informations, traces et données collectées depuis l’origine du système lui-même. Ces avatars se voulaient être des copies des êtres habitant le monde extérieur, le monde non calculé de la réalité… mais qu’était devenue la réalité ? 
Ceux-là prirent possession de leurs appartements. Ils étaient chez eux, puisque la cité avait été créée pour eux. La cité était l’alternative à leur réalité extérieure, la réponse que les grandes entreprises qui s’étaient partagées le monde avaient produite pour permettre aux humains de s’échapper de l’enfer de la survie terrestre. 
Ils étaient au milieu d’un siècle qui avait vu disparaître une majorité des espèces vivantes. Les températures avaient augmenté jusqu’à obliger les humains survivants à se terrer dans des appartements sans fenêtres, isolés de l’extérieur. Ce monde en perdition dans lequel la production d’énergie avait été exclusivement dédiée à ce monde calculé, ce métaverse, dans lequel ce qui restait de l’humanité trouvait l’illusion d’un échappatoire. 
Là, dans un des appartements, ils pouvaient vivre, s’évader, ouvrir des fenêtres vers des ailleurs. Depuis maintenant un nombre incalculable d’années, dans d’autres occurrences de cette ville, de pareilles pièces constituaient la maison des humains qui avaient survécu au désastre, connectés grâce à leur smartphone qui était devenu une extension physique de leurs corps. Là, ils n’avaient qu’à y penser et les murs deviendraient des fenêtres qui s’ouvriraient sur un quartier de la ville, un endroit du monde sauvegardé dans les mémoires du système, une nature telle qu’elle était conservées dans les circuits programmés du métaverse. D’ailleurs, de plus en plus d’entre eux ne quittaient plus le metaverse. La vie y était belle puisque dans le métaverse, il suffisait de faire un voeu, de souhaiter, de formuler son besoin, ses désirs et le système les réalisait immédiatement débitant automatiquement les comptes qui se remplissaient de cette monnaie dont la valeur dépendait de la quantité de données partagées dans le métaverse lui-même – un paradoxe qui disait que plus on utilisait le metaverse, plus il était possible de l’utiliser. Un voeu, et l’espace occupé pouvait s’emplir de meubles, d’appareils ménagers, d’oeuvres d’art auto-générées protégées par des blockchains gérées dans les calculateurs centraux, ces gouffres énergétiques dévorant les dernières ressources disponibles dans les replis de la planète. Mais qui s’en souciait puisque l’ humanité avait fait le choix d’émigrer dans le métaverse, et l’alimentation en énergie du métaverse toujours plus importante se faisait sans plus aucune considération pour la planète, sans plus aucune volonté de protéger quoi que ce soit des espaces naturels, et du vivant ! De toute façon, dans le métaverse, on pouvait profiter à l’envi des versions sauvegardées d’un monde qui n’existait plus. On pouvait en un instant se retrouver au milieu d’une savane africaine puis sur une plage déserte d’une ile perdue au milieu d’un océan dont l’original rendait l’âme, empoisonné qu’il était par les conséquences des activités humaines. 
Après la brique et le béton, la ville s’était transformée en une prison algorithmique. Aux flux de vie succédait des flux de données échangées entre les différents niveaux de traitement afin de calculer, de générer, d’extraire de l’information des bases de données afin de maximiser les profits. Sous prétexte de permettre une réalité alternative à ceux qui vivaient terrés dans les caves des ruines de la Terre, la ville, en offrant tous les possibles calculés, en les gavant de séries formatées et prêtes à digérer, avait définitivement oublié ce que signifie habiter, ce que sont l’âme et la conscience des lieux parce qu’il n’y avait plus de lieu. Après l’ère des cités arrogantes qui avaient parsemé le monde, ne restait plus que celle-ci, épuisant inéxorablement les ressources encore accessibles, au coeur du métavers, seule issue à la vie sans issues que les humains s’était créée. 

 

Le métavers vient de l’anglais metaverse qui est la contraction de meta et universe, soit méta-univers. Le métavers est un monde virtuel fictif, un monde numérique où les humains pourraient mener une vie parallèle sans sortir de chez eux. Ce concept a été décrit pour la première fois dans le roman de Neal Stephenson, Le Samouraï virtuel, paru en 1992, un livre culte pour les entrepreneurs de la Silicon Valley.
Le terme métavers est régulièrement utilisé pour décrire une future version d’Internet où des espaces virtuels, persistants et partagés sont accessibles via des interactions 3D. Une définition différente affirmerait qu’il s’agit de l’ensemble des mondes virtuels connectés à Internet, lesquels sont perçus en réalité augmentée. En fait, il y a des chances que soit en fait les deux à la fois. Ainsi, sortir en boîte de nuit avec ses amis sous la forme d’un avatar, gravir le sommet de l’Everest à travers un casque de réalité virtuelle, ou encore faire une réunion entre collègues dans un bureau numériquement reconstitué à l’identique,… le métavers promet de repousser les limites du monde physique jusqu’à ce qu’univers réel et virtuel finissent par se confondre.
Ainsi, progressivement, les écrans, hologrammes, casques de VR et lunettes de réalité augmentée permettront des « déplacements » fluides d’univers virtuels en lieux physiques à la manière de téléportations.
Le métavers s’installera comme un univers virtuel permettant de créer un nouveau monde, une extension de la vie physique, de la vie telle que nous la concevons encore. Il peut se traduire de différentes manières avec un univers utopique fictif dans des jeux vidéo par exemple ou bien il peut reproduire nos sociétés actuelles. C’est ce vers quoi se dirige le métaverse que souhaite développer Facebook. Avec un casque de réalité virtuelle, on pourra ainsi aller à un concert, travailler, faire ses courses… c’est un monde hybride entre nos vies physiques et nos vies digitales. En réalité, c’est la poursuite de la numérisation de nos modes de vie, qui s’est accélérée pendant les confinements. On a notamment vu le rappeur Travis Scott donner un concert sur Fortnite ou l’Organisation mondiale de la santé conseiller de jouer à Animal Crossing pour rester à distance tout en maintenant des relations sociales. Le concert de Travis Scott a été suivis par plus de 12 millions de joueurs. Fort de ce succès, le jeu qui rassemble 350 millions de “gamers” principalement âgés de 14 à 24 ans, a également lancé un festival de cinéma baptisé Short Nite ou encore Party Royale, une fête virtuelle géante animée par des DJs de renom. Rappelons juste ces quelques données. Aux Etats-Unis, les plateformes de jeux en ligne consomment 34TWh par an soit 1/4 de la consommation annuelle en électricité des français, et rejettent autant de CO2 que 5 millions de voitures à essence, que 12 data centers sont nécessaires pour alimenter les consoles, smartphones et ordinateurs des 200 millions de joueurs de Fortnite. 
D’un point de vue sociologique, va se poser la question de l’avenir d’une société dont les interactions sociales se construisent dans une autre réalité, dans une société régie sur la base d’autres règles, voire aucune règle. On a vu sur la plateforme Roblox par exemple, assez proche du métavers, la création des villages virtuels inspirés de l’Allemagne nazie. Aux débuts des métavers, des mondes étaient créés dans lequel les utilisateurs pouvaient tuer « pour le fun ».
Le Métavers est également un lieu paradoxal. En effet, d’un point de vue anthropologique, il n’est pas nécessairement la fin du lien social. Le métaverse pourrait permettre de réduire les distances entre l’individu et les lieux. On pourrait aller se baigner sur une plage du Pacifique le matin et visiter Paris immédiatement après. Est-ce bon ou mauvais ? 
La question est que deviendrait cette société si se généralisent ses réalités alternatives, ces ailleurs programmées par les grands prédateurs numériques. En s’appuyant sur les textes de Félix Guattari, il faut se rappeler que les pires cauchemars ne sont pas derrière nous mais présents en chacun de nous, dans chacune de nos organisations, dans notre ton, dans notre style. Cela ne fait pour autant pas de chacun de nous acteurs de la réalisation de ces cauchemars en tant qu’entité close, mais ceci fait de chacun de nous potentiellement des points de ralliement de possibles sédimentations cauchemardesques de notre société, non pas comme un spectre qui nous hante, mais comme des réalités devenant soudainement possibles. Tout cela sera comme quelque chose dont nous pourrons dire après coup, « oui, cela a été rendu possible » parce que son fait même se sera réalisé.
Nous pourrons toujours nous cacher derrière les traditionnels arguments comme quoi cette évolution est cohérente, que la frontière entre physique et numérique dans nos modes de vie est de plus en plus brouillée, que c’est une évolution inéluctable et une opportunité pour l’humanité. Sauf que le métavers de Facebook obéit aux règlements et aux lois du marché ultralibéral et capitaliste. Que, et comme c’est déjà le cas, si le métavers est la prochaine étape du capitalisme numérique, les règles qui s’y appliqueront seront celles qui bénéficieront aux GAFAM au détriment de nos pauvres démocraties et de nos libertés. Dans ces conditions, le cauchemar d’une société de parodies de démocratie, d’humains vivant en troupeaux dans des espaces formatés et calculés en se pensant libres, de libertés illusoires régies par des CGU, de collectes massives de données et de data centers géants finissant de contribuer à l’épuisement de la planète et du vivant, voici ce qui nous attend. Le Métavers comme dernier refuge des hommes, abritera sur une Terre transformée en désert tout ce qui reste de l’humanité. Dans une réalité calculée et intelligente, organisée par des ordinateurs omnipotents, les humains seront maintenus en vase clos, où même la simple pensée du « dehors », devenu inconnu et hostile, suscitera chez eux une insurmontable terreur. Les avatars tout comme les objets qui constituent la cité seront éternels, générés et reproduits à l’infini et s’épanouiront au gré des jeux tech­no­lo­gi­que­ment assis­tés qui per­mettront à ce qui restera des rêves et des fan­tasmes de se déver­ser sans que quiconque n’ait besoin d’aller voir à l’extérieur du métavers. 

Sylvia Plath écrivait il y a bien longtemps 
« Sortez et faites quelque chose.
Ce n’est pas ta chambre qui est
une prison, c’est toi même. »

Alors sortez, faites quelque chose, allez respirer le monde, veillez à ce qu’il perdure, et ne vous livrez pas aux plateformes qui délivrent leurs contenus standardisés prêts à digérer, gardez-vous de la prison intérieure qui nait des appels pressants et impérieux venus des promoteurs de métavers, et cherchez ailleurs que dans les multiples versions du métavers la réalité de notre monde ! 
Ne soyons pas cette humanité qui a perdu toute sa curiosité, voire tout son courage, et qui se réfugie dans le rejet ou l’illusion. Espérons que même après la disparition de tout instinct de découverte, d’avoir confié nos vies, nos choix, notre liberté aux machines et aux programmes informatiques, il restera toujours quelqu’un pour s’interroger sur ce qu’il pourrait bien y avoir au delà des murs qui nous enferment. 

Avant de finir, une petite annonce. 
Ne manquez pas la soirée FutuRobot qui aura lieu le 10 novembre de 18h30 à 20h30 au centre Prouvé. Une soirée en compagnie de 4 chercheurs, qui parleront de nanorobots, de robots mous, de robots humanoïdes et de robots apprenants. Une soirée pour échanger, discuter, interroger et faire le point sur la question. Vous trouverez sur mon blog le lien pour vous inscrire. 

Références et sources 
https://reporterre.net/Changement-climatique-Total-savait 
FutuRobot le 10 novembre https://www.centre-est.cnrs.fr/fr/evenement/futurobot-percez-les-secrets-de-la-robotique
Le samouraï virtuel et Snow crash, Neal Stephenson
La cité et les astres, Arthur C. Clarke
L’homme illustré, Ray Bradbury 
Philomag, octobre 2021
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.4-23102021-10.48/ 

Nowakowskismes 6.3. Crop circles

Echelle de Jacob, par Nicolas Hamm

Bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. 
Pour ce nouvel épisode de l’exploration qu’ont entamée les Nowakowskismes, nous allons faire un petit tour du côté de ces signes codés qui sont installés dans les moindres recoins de nos vies. Sous formes de quelques barres regroupées dans un rectangle, ou d’un carré bizarrement décoré, ils se retrouvent sur tous les produits achetés emballés, ils se retrouvent sur les pièces d’identité, ils sont l’objet de pratiques ludiques … ils sont des signes qui poseront peut-être quelques difficultés d’interprétation aux archéologues des temps futurs. Que faire de ces signes dont le sens dépend d’informations contenues dans des bases de données disparues depuis longtemps ? De quoi sont-ils révélateurs ? De quelle histoire sont-ils issus ? 
D’où viennent les QR-code, ces symboles mystérieux, qu’aucun d’entre nous ne peut déchiffrer sans l’aide d’un oeil informatique mais qui sont devenus la manifestation de l’omniprésence de ces appareils automatiques qui peuplent notre quotidien, dans la sanctification d’une modernité commerciale, innovante et connectée ? Quelle est l’histoire de ces codes, de ces codes-barres et autres QR-codes, en fait de toutes ces petites inventions de la modernité permettant d’identifier et tracer les marchandises comme les humains. 
Dans cette longue histoire de l’industrialisation, des flux du commerce mondialisés mais surtout de leur contrôle révélateur des mutations du capitalisme, le QR-Code est devenu l’un des symboles du monde connecté, moderne, surveillé, optimisé, tracé, … d’un monde smart. Ainsi, du pass-sanitaire aux panneaux publicitaires, en passant par les cartes de restaurants et les cartels d’exposition, les documents officiels d’identité, son omniprésence et sa banalité d’usage actent l’emprise qu’exercent les technologies numériques sur nos vies. Ce carré de surfaces noires sur fond blanc, encadré de trois carrés noirs, ce qui se nomme en réalité le « code à réponse rapide » soit QR, s’inscrit dans la grande histoire des relations qu’entretiennent l’informatique et l’industrie, lesquelles déterminent le rôle croissant de l’identification informatique dans la circulation des marchandises et des humains. 
Et qu’est-ce qui a fait que nous en soyons là ? 
Et bien, c’est comme toujours la simplicité apparente de cette technologie et le fait qu’elle soit à portée de main de tous, pour tout, ce qui lui permet « de se fondre dans le décor à une vitesse ahurissante ». En fait, un code-barres ou un QR-code fonctionnent à la manière d’une infrastructure c’est-à-dire à la manière de quelque chose d’imperceptible dans la plupart des cas, dont nous dépendons sans avoir à y penser et qui nous met en capacité de faire quelque chose, tout en déterminant la forme des actions et usages qu’elle rend possible. Si aujourd’hui, rien n’est plus anodin que le code-barres qui figure sur presque toutes les marchandises du monde, l’introduction de cette représentation d’une donnée numérique ou alphanumérique, sous la forme d’une alternance de barres et d’espaces dont l’épaisseur varie, a joué un rôle déterminant dans l’accélération de l’informatisation. Le code-barre a été inventé en 1952 par deux ingénieurs, Bernard Silver et Norman Joseph Woodland qui étaient auparavant assistants dans le cadre du projet Manhattan. Ils s’inspirèrent du code Morse pour inventer un code capable d’agir comme médiation entre la matérialité d’un objet et son identité virtuelle localisée dans une base de données numérique. Ils fabriquèrent ainsi un lien entre le numérique et le physique, entre l’informatique et la circulation des marchandises et … des humains.
Le code-barres va accélérer les passages en caisse et l’inventaire des rayonnages, augmentant ainsi la productivité du travail. Il permet l’extraction automatique de l’information sur les marchandises vendues ou non qui viendront nourrir les enquêtes sur les marchés, les goûts et préférences des consommateurs. Les données extraites de la lecture des code-barres vont inaugurer la gestion des stocks à grande échelle. L’analyse ne s’effectuera plus dans chaque magasin mais sera délocalisée dans des bases de données possédées par la direction, détachées de leur emplacement géographique pour être traitées et analysées en comparant les résultats de plusieurs magasins, en fonction des heures, des jours, des emplacements, etc., déployant tout l’arsenal de la fouille de données massives. 
À la différence du QR-code, les données enregistrées par le code-barres ne seront individualisées que progressivement, notamment par le développement de cartes de fidélité. Fidélité, profils et traçabilité appartiennent à la même logique. Avec le numérique et ses caisses automatiques, la personnalisation va nourrir la satisfaction des masses, suivant la même logique que les programmes informatiques des plateformes peuplant notre quotidien.
C’est en 1994, dans une filiale de Toyota, que le QR-Code fut inventé à des fins logistiques. Dans ce modèle, le « toyotisme », la chaîne de montage est transformée en unités de petites équipes aux tâches distinctes, mais flexibles. Le système s’appuie sur une flexibilité (c’est-à-dire adaptable et modifiable) intégrant des contrôles de la qualité effectués sur chaque pièce de la mécanique et en permanence d’un bout à l’autre de la chaîne. Pour cela, les acteurs doivent être intégrés au processus. Ils doivent valider chaque étape tout en étant constamment surveillés afin que toute faute soit localisée, identifiée et sanctionnée. Le système Toyota mettra presque 20 ans à s’appliquer au Japon. Il devra faire face à la résistance ouvrière mais surtout attendre que les moyens informatiques disposent des capacités permettant le déploiement d’un tel système.
En effet, l’ensemble de ce tournant logistique repose essentiellement sur la généralisation du calcul informatique qui permet de suivre en temps réel l’emplacement des marchandises, les délais de livraison, l’ensemble des flux, soit un ensemble d’opérations impossibles à réaliser et à centraliser sans la puissance des ordinateurs. Le QR-Code va être un des moyens mis en oeuvre pour organiser cela. Il peut être lu rapidement et quel que soit l’angle de lecture. Les trois ou quatre carrés noirs dans les coins permettent de reconstituer l’angle de lecture et l’information à extraire du code. L’information y est partiellement répétée de sorte que jusqu’à 15 % voire 30% du code peut parfois être détériorée sans empêcher la lecture. Les avantages principaux du QR-code au regard du code-barres sont la quantité d’informations qu’il peut contenir et à sa capacité à identifier singulièrement chaque produit. Dans l’industrie automobile, cela permet un suivi exact des pièces qui arrivent, et de contrôler leur qualité à l’arrivée ou pendant tout le processus en cas de détérioration ou sabotage. Le QR code est devenu l’outil indispensable pour identifier et mémoriser la trajectoire de chaque marchandise particulière, mais aussi de suivre les activités des salariés, …. 
Le QR-Code révèle la tendance du moment. Il met en évidence le lien fort qui s’est installé entre les technologies de communication mobiles et les technologies dédiées à l’identification. Par exemple, pour les marchandises, mais aussi pour les humains porteurs d’un QR-code, il va servir à les identifier à tel ou tel moment pour ensuite rendre possibles toute action jugée nécessaire en fonction de la situation et du contexte – de la maintenance, de l’optimisation ou… de la surveillance et du traçage. 
Enfin, les QR-codes sont devenus des éléments centraux de l’internet des objets, de la surveillance généralisée, et de l’informatique ambiante. Ces dispositifs ne communiquent pas directement sur le réseau mais par l’intermédiaire du milieu construit qui les entoure, lui-même construit pour les faire fonctionner. De plus, et ce n’est pas négligeable, un tel système permet de confier à des dizaines de milliers de personnes simplement munies d’un smartphone, non-formées et non-payées par l’État la mission de contrôler l’ensemble de la population à l’entrée d’innombrables lieux publics, et ce, pour un coût extrêmement faible pour l’État puisque l’essentiel de l’infrastructure (les téléphones) a déjà été financée de manière privée par les personnes chargées du contrôle. 
Le QR-Code associé toute la batterie de ces technologies qui se déploient dans l’espace de nos vies permet ainsi, subrepticement mais inexorablement, de mettre en place une surveillance de tous par tous, une régulation de l’espace public dans des proportions qu’on n’aurait imaginée que dans les dystopies sorties de l’imagination d’auteurs de science fiction. Nous pensions que ce n’était qu’un mauvais rêve, nous en avons fait un cauchemar bien réel. 

Pour finir et si nous nous mettions à penser autrement le monde, le rêve et les êtres qui peuplent la réalité et nos imaginaires. L’humain et le vivant seraient ainsi deux notions indissociables à la manière des cosmologies nippone ou amérindienne. La nature ne serait pas un concept séparé de la culture. Les arbres, les animaux voire même les extraterrestres ou les robots quand ils ne seraient pas réduits à l’état de mécaniques réflexes, pourraient être des « gens » comme les autres, tourmentés, pouvant ou non être vécus comme « humains ». Nous pourrions retrouver et réinventer de façon multiple et parfois chaotique, le cosmos comme dans le monde des peuples premiers, pour lesquels aux origines tout est humain. L’humanité y serait alors « le principe actif à l’origine de la prolifération de formes vivantes en un monde riche et pluriel », tandis que les espèces animales y seraient conçues « comme autant d’autre​​s types d’« humains » ou de « peuples » c’est-à-dire comme des entités politiques. 
Qu’est-ce qui nous empêcherait de dialoguer avec un « vieil arbre rabougri  » qui parle par ses feuilles qui tombent et s’envolent, par son silence ou le bruissement du vent entre ses branches noueuses ? Nous pourrions ainsi nous opposer ceux qui mettent en nombres leurs vraies fausses vies et nous retrouver parmi les êtres qui la vivent en empathie avec leurs milieux, plantes, animaux ou même machines, nous positionnant du côté des plaisirs de la Terre, de l’air, de l’odeur et de la beauté du printemps, de « la terre fertile, et des bourgeons…  ».
Nous pouvons encore une fois nous tourner vers Philip K. Dick qui écrivait cela de façon drôle et poétique dans le seul roman qu’il a écrit pour la jeunesse (pour avoir expérimenté la lecture de ce livre avec mes enfants petits, la catégorie Roman jeunesse n’est pas adaptée – ce livre a juste réussi à leur faire peur, et à les traumatiser). Ce roman s’intitule Nick et le Glimmung. 
L’histoire a tout de l’histoire pour enfants mais… Au commencement, il y a un chat, prénommé Horace. Et là, ça dérive tout de suite parce que le chat est clairement considéré comme un interlocuteur avec lequel vivre et donc négocier, appartenant à ce vaste collectif de nos « espèces compagnes  » comme le rappelle Donna Haraway. Horace est donc en quelque sorte un « humain » comme les autres, mais privé de ses droits de s’ébattre sur une Terre parce que, en ces temps, il est « illégal de loger dans une maison, tout comme de posséder un animal de compagnie. Si bien qu’à San Francisco comme partout, les habitants s’entassaient dans d’immenses bâtiments qui s’élevaient haut dans le ciel, étage après étage  ; on construisait même des appartements en sous-sol, pour les familles les moins aisées. Plus la population augmentait, plus la nourriture se faisait rare, ce qui expliquait l’adoption récente de la loi Anti-Animaux. Et avec elle, l’apparition du sinistre agent AA. […] l’agent viendrait, tôt ou tard, […] l’agent AA finissait toujours par trouver les animaux – les trouver et les emporter ».
Pour sauver Horace, Nick et sa famille décident d’émigrer sur la planète du Laboureur, territoire sans télé, sans ordinateur ni robots pédagogiques, sur laquelle vivent toutes sortes d’animaux bizarres, « des bêtes pour qui, il existe des nomenclatures très spécifiques témoignant de leur nature contre nature ». Les voilà sur une planète dont la plupart des végétaux « ont un métabolisme à base de silicone et non de carbone  », accueillis par un être sympathique, bizarre et lunaire, le greumz qui dialogue avec les humains grâce à des messages simples inscrits sur des panneaux en carton… 
Dans cette multiplicité extraterrestre, il n’existe pas de hiérarchie entre les êtres, mais des conflits dont le Glimmung s’avère être la cause et le chef d’orchestre. Dans ce monde, cohabitent les Répandeurs, bestioles à plusieurs queues vivant entre les steppes et leurs terriers, les Werjs, sombres oiseaux réceptacles d’autres vivants, des Duplicateurs, des mutants amibiens aux airs d’imprimante 3D , les Trobes aux visages de fines fentes qui semblent « bordés de celluloïd  » avec un « éclat méchant  »  et de Pélicouics, de Glôtrons, de Krakos, de Nynx ou encore de Mange-pères qui simulent les paternels afin de les dévorer, … En fait, derrière ce qui ressemble à une farce se cache la vision d’un univers dont tous les êtres sans exception sont des « gens ». 
Et là, apparaît, ce qui est coeur de toute l’œuvre de K Dick, l’empathie. L’empathie qu’on retrouve comme une des clés du test Voigt-Kampf de Blade Runner dans lequel éprouver de l’empathie pour une simple araignée est une moyen de distinguer l’humain d’un être machine programmée, fabriquée. Pour K. Dick, c’est le rêve qui nous fait passer de machine à être humain, et que nous devons nous garder de ce bouleversement de notre monde qui consiste en un glissement du vivant vers la réification, qui fait que nous ne sommes plus en mesure de séparer le vivant et le non-vivant. 
Mais nous pouvons aller plus loin, dans les pas de Richard Brautigan et de Donna Haraway ? En effet, ne sommes-nous pas à l’aube d’une ère dans laquelle les objets naturels, mais aussi les satellites, les transmetteurs et les stations relais pourraient participer d’une apparence de vie pas si lointaine du vivant. Alors, la « meilleure approche de la vérité  » ne serait-elle pas de dire que « tout est vivant de la même façon, libre de la même façon, sensible de la même façon, car tout n’est pas vivant, à moitié vivant, ou mort, mais plutôt, tout est vécu comme passage ». Alors quelles traces laisserons-nous de notre passage ? Et comment préserver l’empathie pour toute forme de vie, du végétal à jamais immobile jusqu’à l’étrange « extraterrestre télépathe », parce que l’empathie et le savoir sont les seuls remparts dont nous disposons pour lutter contre l’imbécillité et l’ignominie du refus de « l’Autre ». 

5 900 milliards d’euros par an, soit 9,5 millions d’euros par minute c’est le coût planétaire en termes de subventions, mais surtout de coûts environnementaux et sanitaires de la consommation des combustibles fossiles. Six ans après la COP21 et l’Accord de Paris, à quelques jours de la COP26, les États dans le monde entier persistent à soutenir massivement le secteur des énergies fossiles. L’étude réalisée par le Fonds monétaire international (FMI) montrent que les énergies fossiles auraient coûté 5 100 milliards d’euros à la collectivité en 2020, soit environ 6,8 % du PIB mondial. Cette étude s’intéresse à l’ensemble des soutiens directs et indirects aux énergies fossiles. Elle comptabilise autant les subventions aux entreprises que le coût des externalités provoquées par cette industrie à savoir la pollution de l’air, la destruction des écosystèmes ou encore le réchauffement climatique. En fait, les États préfèrent socialiser les coûts de l’industrie fossile plutôt que de financer la transition. Nous aurions dû organiser la décroissance de l’extraction, de la combustion et de la consommation des énergies fossiles, mais nous faisons exactement l’inverse. 

Références et sources 
https://reporterre.net/Les-energies-fossiles-coutent-9-5-millions-d-euros-chaque-minute 
https://lundi.am/Du-code-barres-au-QR-Code 
https://www.laquadrature.net/2021/08/19/passe-sanitaire-quelle-surveillance-redouter/
Donna Haraway, Manifeste des espèces compagnes (2003), Flammarion, collection Climats, 2019.
Philip K. Dick, Nick et le Glimmung. Folio Junior. 1989
Philip K. Dick, Conférence « Hommes, androïdes et machines » (1976), dans Si ce monde vous déplaît et autres écrits. 
Poscast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.3-14102021-10/

Nowakowskismes 6.2. Le meilleur des mondes

En juillet 2019, le système de santé britannique s’est offert les services d’Alexa, l’assistant vocal d’Amazon, dans le cadre d’un partenariat conclu en vue de favoriser les autodiagnostics médicaux pour des maux bénins, comme le rhume, et l’automédication. L’objectif affiché est d’abaisser de 25% le nombre de consultations chez un médecin généraliste pour les « cas bagatelles » et réduire les dépenses en termes de prise en charge. Les conseils médicaux prodigués par Alexa s’appuient notamment sur les informations personnelles fournies par les autorités sanitaires, mais aussi sur l’encyclopédie en ligne, Wikipédia. 

Bonsoir à tous et à toutes bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Aujourd’hui, nous ferons une escapade dans les outils numériques qui se sont installés dans toutes les dimensions de nos vies, qu’elles soient privées ou professionnelles. 
Nous manquons de médecins, les assistants « intelligents » développés par les GAFA sont là ! Nous voulons une société sécuritaire, les drones de la police sont là. 
Il faut donc nous faire une raison dans ce monde qui semble la perdre. 
Et c’est bien le défi lancé à nos démocraties également confrontées aux plateformes numériques, aux réseaux sociaux et à la multiplication des lieux de captation de nos vies. Il est impératif de percer le fonctionnement de tout ce système, et certainement de les soumettre à des dispositifs de contrôle efficaces et démocratiques, sous peine de voir nos démocraties chanceler ? 
Karl Popper disait ceci : « La société qui offre une tolérance sans limite risque d’être détruite par l’intolérant »
Des limites ? Comment les définir ? Où les poser ? Comment les faire respecter ? 
Nos institutions et tous les citoyens doivent déjà se hisser au niveau de compréhension et de compétences qui permettra d’envisager une régulation de ces acteurs, et ainsi forger les outils de contrôle par la maîtrise de ces nouveaux savoirs. 
Alain Damasio, auteur bien connu du roman Les furtifs et militant affirmait qu’il  « essaie de [se] demander pour chaque technologie [qu’il utilise] en quoi elle accroit [sa] puissance personnelle, de pensée, d’émotion, de liberté, et en quoi elle [le] mutile » !    

La réalité est que nous ne nous posons pas assez souvent cette question ! 

Rappelons enfin que Robert Cailliau, co-fondateur du web, voulait donner le nom de Loki au projet mené avec Tim Berners-Lee, projet qui deviendra le World Wide Web. Loki est le génie du feu et dieu de la discorde, messager maléfique du panthéon nordique, menteur trahissant ses contemporains. Drôle de pied de nez anticipateur de l’histoire dans ce qui est devenu le meilleur des mondes. 

Mais voyez plutôt !

« Comment tuer internet ? C’est facile. Il suffit d’inventer le web. » écrivait Van Jacobson en 1996 avant l’avénement des plateformes et bien sûr des GAFAM… avant l’explosion de la bulle internet, conséquence d’une économie/capitalisme n’ayant pas trouvé sa marchandise. Le monde change alors et c’est Eric Schmitt lui même qui en trace la voie en affirmant que les données et au delà le surplus comportemental seront alors la marchandise qui les rendra riches, très riches. Et les dés furent jetés et l’usage de nos données personnelles par les entreprises à des fins commerciales ou politiques devint la norme. Mais la collecte de données est très souvent destinée à autre chose. Elle va servir à la conception et au développement des services eux-mêmes par le recours à des systèmes de statistiques d’utilisation devenus la norme dans l’industrie et appelés la télémétrie. 
Comment et pourquoi mesure-t-on ainsi en permanence les comportements et les réactions des utilisateurs ? A quoi répond cette logique de collecter des données, en grande quantité et en permanence, pour le développement de produits et des services de l’industrie informatique ?
Enfin, qu’est-ce que la télémétrie ? C’est un système implanté au sein d’un logiciel qui permet de mesurer des données relatives à son utilisation et à ses performances. Les mesures effectuées sont transmises à distance à un service en charge de les collecter et de les analyser. Pour les logiciels informatiques, les données sont alors utilisées afin d’informer sur le bon ou mauvais fonctionnement du logiciel, de manière ponctuelle ou continue (crashes de l’application, temps de démarrage, affichage de certaines pages, utilisation de certaines fonctions, …). La télémétrie peut également fournir des renseignements sur les usages des utilisateurs (quelles fonctionnalités sont utilisées ou pas, quels sont les temps d’utilisation) afin d’orienter les concepteurs dans les choix d’évolution du logiciel. Cette collecte d’information à distance inscrite dans le cycle de développement de produits vise à analyser rapidement, quasiment en temps réel et à grande échelle les tendances d’utilisation. Et aujourd’hui, la télémétrie se retrouve à peu près partout, dans les systèmes d’exploitation, les applications, les logiciels et j’en oublie. La télémétrie permet ainsi à un éditeur de logiciel de savoir comment son logiciel se comporte une fois installé, comment est-il pris en main par ses utilisateurs consentant ou pas et ainsi observer comment ils se comportent avec le logiciel. Le développement de l’informatique, des logiciels embarqués et des objets connectés, des Apps et des smartphones a favorisé le déploiement de la télémétrie dans de nombreux usages. Par exemple, la télémétrie d’une application sur un smartphone permet d’avoir accès aux données d’utilisation de l’application logicielle, aux mouvements du téléphone grâce à l’accéléromètre et la localisation GPS mais aussi à l’environnement par la captation sonore et vidéo.
Nous sommes donc entrés dans le monde merveilleux du « data-driven », ou orientation par les données. Le « data-driven » est partout puisqu’aujourd’hui toutes les pratiques de conception et de développement de produit et de management sont impactées.  Et pas seulement, parce que le « data-driven » se diffuse partout à grands coups de néologismes foireux, de « data-driven design », de « data-driven marketing », de « data-driven management », de « data-driven security » et je m’arrête là.
Alors le « data-driven » c’est quoi finalement ? 
Cela consiste à utiliser les données collectées dans les fichiers de « logs », à multiplier les indicateurs de suivi, à généraliser les usages des « analytics », à systématiser les statistiques d’utilisation et les tableaux de bord afin de faciliter les prises de décision en se basant sur des données qui auraient valeur de preuves. Le « data-driven » fait ainsi miroiter le miracle d’une méthode plus rigoureuse et plus scientifique, basée sur des faits observables plutôt que des intuitions et des opinions, afin d’éviter les conséquences dommageables des biais que les personnes en charge de prendre les décisions pourraient transmettre. Il vante ainsi le fait qu’une entreprise ayant recours à de tels outils serait capable de mieux répondre aux besoins de ses clients grâce à une connaissance optimisée des comportements, des aspirations et des frustrations, que cette grande quantité d’informations garantirait à l’entreprise de meilleurs résultats et de plus grands profits. Nous y voila ! Avec la petite phrase qui va bien : « The more you know, the better you grow. » ( « Plus de connaissances, c’est plus de croissance »). 
Mais ce n’est pas tout. On parle maintenant de « data-driven empathy » ou « empathie des données » qui permettrait même, selon les promesses marketing, de « donner vie » aux données collectées afin d’anticiper les besoins et de s’adresser aux utilisateurs de manière plus « pertinente, personnelle, utile, et même enchanteuse ». L’entreprise deviendrait ainsi capable de prédire les attentes et les comportements de chaque personne afin d’adapter automatiquement ses services de manière personnalisée. Comprendre ainsi comment les êtres humains se comportent, quels sont leurs objectifs et leurs aspirations, serait là bien sûr pour améliorer la vie de millions des humains parce que source de progrès et de bien-être pour l’humanité tout entière. Nous retrouvons là nos vieux ennemis, le capitalisme de surveillance, la personnalisation de masse, la surveillance et le surplus comportemental.
Le mirage entretenu par les défendeurs de ces approches est que l’approche « data-driven » promet une plus grande fiabilité et une meilleure efficacité des décisions, que les données sont objectives, qu’elles rendent compte de « faits » en sont des preuves scientifiques. Pourtant, baser ses décisions sur ces données n’est pas forcément gage de cette objectivité tant recherchée.
Déjà, il faut décider quoi mesurer et comment. Or, tout ce qui est mesurable n’est pas forcément utile ou pertinent. De plus, la décision de mesurer tel ou tel aspect de l’usage du produit influence la compréhension que l’on en a. Et si l’ambition est de décrire le monde avec des chiffres, cette mise en nombre en affecte aussi la représentation et la compréhension parce que ce processus s’appuie sur un ensemble de conventions qui sont nécessaires pour traduire de manière numérique quelque chose qui était auparavant exprimé par des mots. 
Par exemple : comment mesurer le bonheur ? Comment évaluer l’état de bonheur sur une échelle de 0 à 10 ? Un seul chiffre pour représenter quelque chose de complexe soumis à toutes sortes de contextes, d’analyses, de représentations…. Or, mettre en nombres, c’est « convenir et mesurer » afin de pouvoir ensuite distinguer, comparer, classer des éléments entre eux. Et le choix de ces indicateurs, la manière de les calculer et de les intégrer pour constituer le score final sont autant d’éléments qui influencent la représentation finale. « Une fois les procédures de quantification codifiées et routinisées, leurs produits sont réifiés. Ils tendent à devenir « la réalité », par un effet de cliquet irréversible. Les conventions initiales sont oubliées, l’objet quantifié est comme naturalisé […]». L’objectivité dans le rendu du réel montrée comme inhérente aux approches data-driven est une illusion au service d’intérêts pas souvent tournés pas les utilisateurs et les citoyens.
Le terrain de collecte des données n’est pas neutre. Ainsi, quand certains vendent la perspective de « voir le monde à travers les yeux des clients », ils ne vendent que la capacité de mesurer ce que les clients effectuent dans l’espace qui leur est imposé par le logiciel ou le service utilisé. Or, tel service programmé par un tiers influe nos comportements par la façon dont les fonctionnalités sont conçues, par le temps de réponse de l’application, par ses limitations et les bugs auxquels nous devons nous adapter.
Les données collectées doivent ensuite être interprétées correctement et être mises en contexte pour leur donner du sens. Face au caractère massif de ces collectes, ces analyses sont désormais de plus en plus automatisées embarquant de nombreux biais. Mesuré, quantifié, réduit à des chiffres et des indicateurs, l’humain data-driven dans son travail, dans sa vie privée n’a plus pour fonction que de maximiser ses performances et la plus-value produite au bénéfice d’une entreprise qui aspire à une omniscience, en fournissant les données utilisées pour maximiser son bonheur ! Le meilleur des mondes enfin possible ! 
Cette logique de contrôle qui se pare des voiles d’une productivité et d’une vie joyeuse et épanouissante, « surveillée par des machines d’amour et de grâce » ouvre par exemple la porte à la surveillance répressive des salariés. Amazon a mis en place une surveillance des conducteurs de camions de livraisons par un logiciel qui suit automatiquement l’activité de chaque personne en mesurant le nombre de colis scannés et qui peut décider de licencier automatiquement les moins productives. En 2018, Amazon a déposé deux brevets pour un bracelet permettant de surveiller les mouvements des mains des employés dans les entrepôts.
Plus récemment, dans le contexte du travail à distance imposé par les mesures contre la pandémie, l’entreprise Teleperformance a fait pression sur ses salariés afin qu’ils acceptent d’être surveillés chez eux.
Bienvenue dans notre meilleur des mondes dans lequel on mesure les comportements des utilisateurs d’un logiciel pour améliorer le produit et maximiser les profits de l’entreprise, dans lequel on mesure les comportements des travailleurs pour contrôler leur productivité, quitte à s’inviter dans la sphère privée lorsque le travail se fait depuis chez soi, dans lequel on mesure les comportements jugés illégaux ou anormaux dans l’espace public afin d’assurer l’ordre public. Dans ce meilleur des mondes, que cela soit pour maximiser les profits ou pour renforcer la dimension sécuritaire, il s’agit à chaque fois de collecter des données, beaucoup de données, d’en automatiser l’analyse, au moyen notamment de logiciels dits d’intelligence artificielle, de les utiliser comme outil de contrôle et de prédiction des comportements humains, selon des critères décidés par les personnes qui détiennent le pouvoir et qui n’hésitent pas à citer en modèle le regard omniscient de Dieu sur l’univers comme l’a affirmé Macron dans son discours de 2018 pour « commencer à créer ce que j’appelle la « vision de Dieu » d’une organisation […] qui s’appuie sur des preuves et des données, […] une vision magnifique [qui] va changer la manière dont les organisations fonctionnent ».
Pour Leibniz, « Dieu calcule pour nous le meilleur monde possible » et aujourd’hui se prennent à croire de jouer à Dieu par la massification de la collecte des données et le déploiement de machines apprenantes programmées pour mettre en place leur volonté d’optimiser le monde à leur service ! Pour notre bonheur !
Mais alors pourquoi ne voulons-nous pas de ce monde quantifié, mesuré « objectivement » qui nous livrerait avec un haut degré de certitude et de précision une représentation de notre réalité, comment nous nous comporterions, comment nous ressentirions et quelles seraient les prochaines actions ou comportements que nous devrions adopter pour faire progresser le bonheur et le bien-être de l’humanité ?
Résister à cela, c’est à contrecourant de la marche du monde, c’est promouvoir un retour…. À la lampe à huile et être réfractaires aux lumières rationnelles que les données nous apportent.
Alors quel est ce modèle politique de société que la télémétrie effrénée participe à façonner ? C’est le cauchemar d’un environnement rassurant, sécurisé, bien calibré, où tout serait anticipable et anticipé. C’est le cauchemar d’un monde qui aurait pour objectif de contraindre ou d’éradiquer ce qui nous constitue en tant qu’humains à savoir la spontanéité, l’imprédictibilité des émotions, l’imagination et l’expérimentation.
Alors commençons par encourager les expériences inattendues, le hasard et l’imprédictibilité dans nos comportements. Par désobéir par ce que ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.
Mais aussi par créer autrement des outils et des technologies véritablement à notre service en nous détournant de ces « données » unitaires et parcellaires pour favoriser la compréhension par la communication directe et l’écoute de ce que les gens ont à partager, et « créer une expérience sûre, libre, inclusive, équilibrée dans laquelle toutes les personnes participent pleinement en étant entendus, compris, et prêts à créer un lien émotionnel durable ». JMG Le Clézio raconte cela avec classe en affirmant que « s’il reste un secret, c’est à l’intérieur de l’âme qu’il se trouve, dans la longue suite de désirs, de légendes, de masques et de chants qui se mêle au temps et resurgit et court sur la peau des peuples à la manière des épars en été ».
Voilà, le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir. Pour finir, une dernière information. L’Assemblée nationale vient d’adopter une nouvelle loi légalisant l’usage de drones de surveillance par la police. Ce texte quasiment identique à celui déjà censuré par le Conseil constitutionnel en début d’année n’a pas empêché les parlementaires de le voter une nouvelle fois. Après s’être vu refuser à quatre reprises le droit de surveiller la population avec des drones, le gouvernement est revenu une cinquième fois à l’attaque. Deux arrêts du Conseil d’État, une décision de la CNIL et une décision du Conseil constitutionnel n’auront pas suffi pour empêcher le déploiement des drones avec caméra dans l’espace public venant ainsi compléter l’arsenal des caméras fixes, des caméras « nomades », des caméras-piétons : surveiller, toujours plus, retransmettre les flux en temps-réel à des centres de supervision et analyser et disséquer les images afin de transformer nos rues et nos déambulations en données exploitables par la police. Le texte ne parle plus seulement des drones mais de tout « aéronef » utilisé par la police (alinéa 2 de l’article 8). Ce qui veut dire que le texte légalise non seulement la surveillance par drones, mais aussi celle faite par hélicoptère ou par avion, une surveillance réalisée depuis longtemps par la police en toute illégalité sans qu’aucune institution (en particulier pas la CNIL) ne soit venue la gêner, et sans qu’aucun responsable ne soit condamné.

Références et sources 
Manière de voir. Vérités et mensonges au nom de la science. Octobre-novembre 2021
Futuribles, n°434, janvier-février 2020, Wired, Juillet 2019 
La loi Drones 2 https://www.laquadrature.net/2021/09/23/la-loi-drones-2-est-docilement-adoptee-par-lassemblee/ 
En toutes choses, il faut de la mesure : de l’usage de la télémétrie https://www.laquadrature.net/2021/09/24/en-toutes-choses-il-faut-de-la-mesure-de-lusage-de-la-telemetrie/ 
Josh Andrus, Making a Real Connection to Users, Nov 17, 2020 https://uxdesign.cc/making-a-real-connection-to-users-75fd64053dea 
Alex « Sandy » Pentland, The New Science of Building Great Teams, Apr 2012 https://hbr.org/2012/04/the-new-science-of-building-great-teams 
J.M.G. Le Clézio, Raga Approche du continent invisible
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.2-27092021-17/

Nowakowskismes 6.1. Atterrissage

Illustration Nicolas Hamm

Une sixième saison, avec une musique de lancement qui porte bien son nom ! Seasons in the abyss de Slayer. Et oui verrons quels seront les abysses de cette année à venir. 
Alors aujourd’hui tentons une réflexion. 
J’aurais pu vous parler du rapport du GIEC, du monde, des questions qui nous traversent. 
Mais avant tout, que répondre à la question : « Pouvons-nous habiter le futur ? » au coeur d’un monde interconnecté qui augmente et enrichit de différentes façons nos capacités et perspectives en faisant aussi surgir de nouveaux territoires d’angoisse, de danger et de violence, avec le sentiment que l’idée d’un avenir prévisible s’évapore de plus en plus vite chaque jour. 
Qu’est-ce que ça fait de vivre au bord d’un vaste changement historique ? 
C’est ce que nous découvrons maintenant. Cela peut sembler exagéré, et peut-être même paniqué, mais il y a de fortes chances que nous y soyons. 
Ce n’est pas dans les Nowakowskismes que nous percevrons mieux l’avenir qu’ailleurs, mais au milieu de la pandémie, du rythme accéléré des événements météorologiques extrêmes et de l’accumulation de données et d’analyses de la communauté scientifique, il est malheureusement plus facile de se projeter.
Mais, bien que l’humanité soit au bord du désastre, une pensée créative et une volonté collective nous permettraient-elles d’éviter la catastrophe ? 
Et comment se mettre dans les mots lancés par les Fremens dans Dune considérant que « la plus haute fonction de l’écologie, c’est la compréhension des conséquences » ? 
Pour cela, revenons quelques semaines en arrière. 
Aux États-Unis, en Europe, en Sibérie, …. des feux de forêts  terribles, incontrôlables, effaçant tout, sur des centaines voire des milliers de kilomètres carrés. Au même moment sort le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental des Nations Unies, le GIEC, sur l’évolution du climat. Il documente en détails la véritable ampleur du problème climatique. Et qu’y voit-on si nous ne l’avions pas encore vu ? Une humanité non seulement au bord du changement, mais du désastre et de l’abime. Mais bien que nous voyons tous les jours se préciser cet abime, aussi clairement que l’orage précédé de ces nuages noirs remplissant l’horizon, nos tentatives pour éviter le désastre et créer une relation durable avec le seul foyer où nous puissions espérer vivre, la Terre, impliqueront d’énormes changements dans nos habitudes, nos lois, nos institutions et notre rapport au développement technologique.
Or, tout cela devrait être une évidence pour nous tous parce que, contrairement aux peuples qui vécurent par exemple avant la Première Guerre mondiale, nous n’arrivons pas en aveugles face à la catastrophe – même si les signes avant-coureurs de cette guerre étaient bien visibles. 
Les années 2020 ne seront plus une affaire de surprises mais de rapidité et d’intensité des changements à venir. Et ce qui nous attend c’est une atmosphère de peur grandissante dans une époque qui peut ressembler aux années d’avant la Seconde Guerre mondiale, lorsque tout le monde vivait avec le sentiment de glisser impuissant sur une pente vertigineuse.
Mais arrêterons là les analogies historiques. Elles ne nous permettent de comprendre notre situation actuelle la situation que sous un seul angle. Ce que nous vivons est inédit puisque nous n’avons encore jamais pu détruire nos propres moyens de notre existence. Le terme d’Anthropocène a d’ailleurs été écrit pour signaler que ce moment de l’histoire est sans précédent. Nous sommes tellement nombreux, nos technologies si puissantes et nos systèmes sociaux si ignorants des conséquences qu’ils entraînent que nos dommages à la biosphère terrestre ont augmenté à un rythme impressionnant.
Que faudra-t’il pour que nous déclarions la paix ? 
Que faudra-t’il pour que nous déposions les armes qui détruisent irrémédiablement le seul endroit de l’univers dans lequel nous pouvons vivre ?
Nous avions fait quelque chose en 2015 ! Cela s’appelait l’Accord de Paris. 
C’était un accord visant à lancer un processus de changement que nous nous devions de respecter afin qu’il devienne réalité. Nous avions convenu de décarboner notre civilisation dans tous les domaines : dans la production d’électricité, les transports, la construction, dans tout. Mais comme tout cela était en grande partie dépendant des énergies fossiles, l’Accord de Paris était un défi gigantesque, un espoir sans précédent, un rendez-vous avec la vie qu’il ne fallait pas manquer. Aujourd’hui, 6 ans plus tard, la question de savoir si nous pouvons mobiliser de la sorte est toujours ouverte. Malheureusement, tout le monde n’est toujours pas convaincu qu’un tel effort est nécessaire, et comme toujours les intérêts particuliers – pas seulement des particuliers ou des entreprises, mais de bon nombre des nations les plus puissantes de la planète – restent profondément déterminés à continuer à brûler des combustibles fossiles jusqu’au bout, profitant de l’aubaine de l’augmentation générale de la température pour s’approprier les gisements de ces territoires débarrassés de leur couche de glace millénaire.
Si nous échouons cette fois à renverser la vapeur, les conséquences pourraient être encore pires que les grandes guerres du 20e siècle, même si tout le monde n’est pas d’accord or tout le monde ne sera jamais d’accord, même si les sécheresses et les incendies, les tempêtes et les inondations se produisent plus rapidement que jamais. Il semble qu’il n’y ait aucune possibilité d’accord général ou de solidarité mondiale. Le mieux que l’on puisse espérer, c’est une majorité politique active, reconstituée pour tenter de faire l’essentiel pour nous-mêmes et pour les générations à venir. C’est un défi difficile et il est si facile de désespérer.
Cependant, chaque moment de l’histoire a sa propre « structure de sensibilité » qui change au fur et à mesure que de nouvelles choses se produisent. Une partie de cette accélération a été causée par le Covid-19. Nous avons découvert qu’il existe un bouton d’arrêt d’urgence dans la machine mondiale. Ce bouton d’arrêt d’urgence, ce n’est pas le gros bouton du feu nucléaire dont on nous rebat les oreilles à chaque élection présidentielle, mais d’un petit bouton bien caché dans un des placards du pouvoir qui permet de stopper ce « train du progrès » et de mettre en stand-by le système économique mondial. C’était une gifle, une démonstration indéniable que nous vivons sur une seule planète dans une seule civilisation, qui peut être fatalement perturbée. Et ce n’était pas seulement des gens qui mouraient partout de la même maladie, mais aussi nos réactions face à cette réalité choquante.
La civilisation est fragile. Paul Valery écrivait que : « …nous savons que [nos civilisations] sont mortelles. Nous avons entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à-pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins […]. Nous savons bien que toute la Terre est faite de cendres ». La seule option envisageable est que les individus doivent se faire confiance pour survivre dans ce qu’on a appelé le « dilemme du prisonnier » qui dit que nous tous, enfermés ensemble sur cette seule planète, nous sommes soit unis et nous avons une chance d’en sortir, soit divisés et nous perdrons. 
Les humains ne peuvent pas survivre à une exposition prolongée à des combinaisons extrêmement élevées de chaleur et d’humidité, n’en déplaise à ceux qui prétendent que les êtres humains peuvent s’adapter à tout. 
Que se passera-t-il si nous provoquons une augmentation de 3°C ou 4°C de la température moyenne mondiale ? 
Nous savons que les humains ne peuvent pas vivre dans des conditions supérieures à l’indice de chaleur, le bulbe humide, de 35 °C. Le bulbe humide est une mesure de la température de l’air et de l’humidité. Les humains n’ont pas évolué sous de telles conditions et lorsqu’elles surviennent, notre corps surchauffe rapidement et nous mourrons d’hyperthermie. Or, en juillet de cette année 2021, 35 bulbes humides ont été brièvement atteints au Pakistan et aux Émirats arabes unis alors que nous continuons à brûler des combustibles fossiles, à envisager l’exploitation toujours massive des gisements de sources d’énergie fossile, sans vraiment agir pour y mettre un terme. 
Tout cela était déjà dans le rapport Meadows au début des années 70. Nous continuons malgré tout sans changer ce qui fait que les températures moyennes mondiales continueront d’augmenter. Cette combinaison mortelle de chaleur et d’humidité se produira plus fréquemment et pas seulement sous les tropiques, où vivent, rappeleons-le, plus de trois milliards de personnes, soit presque la moitié de l’humanité. Cet été, le record de température en Colombie-Britannique a été supérieur à celui de Las Vegas ! 
Atténuer le changement climatique passe nécessairement par une réduction rapide et massive des émissions de gaz à effet de serre. C’est non seulement une bonne idée, mais une nécessité pour notre survie.
Que constate-t’on ? Qu’il y a de moins en moins d’espèces d’oiseaux, de plus en plus de feux de forêt, des rivières asséchées, et des centaines de millions de foyers exposés à des inondations côtières et des événements climatiques extrêmes. Ce sont les grandes lignes du scénario maintenant bien connu dessiné pour les prochaines années. Les risques systémiques associés à un niveau de réchauffement climatique global serait de l’ordre de 3° C par rapport à l’ère pré-industrielle. L’objectif de limitation du réchauffement global à 1,5° C est d’ores et déjà « pratiquement impossible » à atteindre. 
L’heure n’est donc plus au(x) scénario(s), mais au constat. Pour rappel, ce seuil correspond à l’un des objectifs fixés par l’Accord de Paris signé en 2015 par les États du monde entier sous l’égide de l’ONU. Cet accord prévoyait de limiter le réchauffement « à un niveau bien inférieur à 2° C, de préférence à 1,5° C, par rapport au niveau préindustriel ». 
Or, le rapport indique que la quantité de gaz à effet de serre que l’humanité peut encore se permettre d’émettre avant de dépasser 1,5° C de réchauffement est comprise d’environ 40 gigatonnes de Carbone. Si le niveau d’émissions rejetées dans l’atmosphère poursuit sa trajectoire actuelle, cela signifie qu’il « ne nous reste plus que trois ou quatre ans » pour atteindre ce budget carbone avant de le dépasser !
L’accord de Paris devait servir de moyen d’organiser cet effort massif, un moyen de dépasser les intérêts nationaux immédiats, de régler une fois pour toute ce « dilemme du prisonnier » qui nous enferme, mais ce fut encore un rendez-vous comme le furent le rapport Meadows en 1972, puis le sommet de Rio de Janeiro en 1992, la conférence sur le climat de 2012 et encore la conférence citoyenne pour le climat de 2021.  
Or, un aspect non négligeable concerne le monde de la finance. Les plus gros acteurs financiers ont affiché adopter de premières mesures d’exclusion sur l’exploitation des sables bitumineux, les forages en Arctique, et l’extraction du pétrole et du gaz de schiste. C’était déjà il y a plusieurs années mais les bonnes intentions affichées à grand renfort de communication demeurent extrêmement lacunaires et tardent même dans certains cas à se concrétiser. Ainsi, le Crédit Agricole et Natixis ont tous deux déclaré, lors de leur assemblée générale de 2020, qu’ils ne financeraient plus les entreprises spécialisées dans la production de gaz et pétrole de schiste. Non seulement cet engagement n’a pas été traduit en politique, mais il ne couvre pas le développement de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié, issu de la fracturation hydraulique, et derrière lesquels se trouve notamment Total.
Alors, et les réponses sont évidente ! 
Il faut que les banques et les assureurs ne financent plus ou n’assurent plus de nouveaux projets d’énergies fossiles. Il faut que tous les acteurs financiers ne soutiennent plus les entreprises comme Total tant qu’elles n’auront pas renoncé à explorer ou à ouvrir de nouvelles réserves d’énergies fossiles, y compris à travers la construction d’infrastructures de transport. Il faut de plus, et dès maintenant, qu’elles conditionnent leurs soutiens à l’adoption d’un plan de décarbonation des activités aligné avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C. 
Ne pensons pas que cela se fera tout seul. Tout n’a toujours été qu’un des multiples exemples catastrophiques de ce qu’on peut appeler la monocausotaxophilie, ou encore « l’amour des causes uniques qui expliquent tout », néologisme inventé par Ernst Pöppel pour désigner une tendance très commune des humains. Cette faiblesse de notre pensée, l’espoir futile d’un algorithme universel, d’une technologue miracle ou d’un monarque sauveur, doit être combattue sans relâche.
Pourquoi est-il plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme ?
Faisons en sorte en paraphrasant John Holloway de « […] refuser de fabriquer [ce qui nous amène dans le mur] en cessant de produire le système par lequel nous détruisons l’humanité ? »
« […] Lançons une pierre sur la couche de glace qui recouvre le lac des possibilités. La pierre provoque un trou dans la glace mais la glace est épaisse, la journée est froide et, bientôt, le trou disparaît. Nous gardons avec enthousiasme en mémoire quelque chose de beau, nous avons entrevu un autre futur possible. Jetons une nouvelle pierre et, cette fois, elle ne provoque pas seulement un trou, mais des brèches qui jaillissent dans différentes directions, certaines se connectant avec d’autres brèches qui se sont propagées à partir du trou provoqué par la pierre lancée par quelqu’un d’autre. Si la glace doit être brisée complètement, alors cela ne peut se produire que d’une seule façon : par toutes sortes de gens lançant des pierres et par le jaillissement de brèches qui parfois se connectent ». 
Le temps est venu d’admettre que nous devons agir collectivement, pour le bien commun, pour éviter une extinction massive en n’oubliant pas que la main invisible du marché n’honore jamais le chèque et que nous devons donc nous gouverner nous-mêmes.
Mais pour quel futur ? ! 
Parce que 45% des jeunes sondés dans dix pays du monde affirment que l’écoanxiété affecte leur vie quotidienne. L’échec des gouvernements à faire face à la crise renforce cette détresse. Pire, 75% jugent le futur « effrayant », 56% estiment que « l’humanité est condamnée », 55% qu’ils auront moins d’opportunités que leurs parents, 52% que la sécurité de leur famille « sera menacée » et 39% hésitent à avoir des enfants. 
On évoque « une crise de santé publique émergente », parce que « de tels niveaux de souffrance », avec des facteurs de stress « multiples et chroniques », auront des « effets négatifs et durables sur la santé mentale des enfants et des jeunes ». Or, le sentiment d’impuissance et d’injustice est ce qu’il y a de pire pour la santé mentale. 
Ce « fardeau psychologique » du changement climatique s’ajoute à d’autres conséquences plus directes, alors qu’un milliard d’enfants sont « très fortement exposés » aux effets des canicules, des cyclones ou des inondations, selon un rapport de l’Unicef publié fin août. La « blessure morale infligée aux jeunes » n’est rien de moins qu’une « violation des droits humains ». De plus en plus de personnes se tournent vers les tribunaux pour tenter de « sauver les écosystèmes, mais aussi leur futur ».
Cependant, des avenirs s’ouvrent peut-être, par une voie difficile et complexe nécessitant de traverser la zone, les ruines, les turbulences et les rêves. Nous pourrions imaginer essaimer l’essence vitale de cette planète, en proie à des destructions physiques et métaphysiques, pour faire renaître l’humanité, la vie, la flore et la faune dans les étoiles. Nous pourrions, avec d’autres, former le projet de partir à bord d’un vaisseau emportant dans ses flancs, outre des embryons humains et animaux, un chargement de graines, spécimens, outils, matériel scientifique, et de fichiers informatiques contenant toute la mémoire du monde et, plus lourd encore, le « poids considérable des rêves et des espoirs ». 
Ce n’est pas encore la fin du monde. 
Et ce n’est pas non plus le sauvetage de la planète. 
Ce qui nous attend ce sont les histoires de personnes confrontées à des problèmes majeurs qui les obligeront à reconsidérer leur façon de voir le monde et les mettront en difficulté non seulement sur le plan professionnel, mais aussi sur le plan personnel. C’est également un désir croissant d’essayer de réfléchir à ces questions d’une manière plus profonde et personnelle.
Il ne s’agit pas seulement de parler du traité de Paris ou de la convention citoyenne du climat mais il s’agit de réfléchir à comment on fait des enfants dans un tel contexte. Comment choisir l’endroit où nous devrions vivre ? Comment tout cela affecte-t-il notre vie quotidienne ? 
Nous pourrions tout simplement former un projet non pas de « revenir à l’âge de pierre [un projet] pas réactionnaire ni même conservateur, mais simplement subversif parce qu’il semble que l’imagination utopique soit piégée […] dans un futur unique où il n’est question que de croissance ». Ce projet que nous pourrions essayer de mener à bien, « est d’essayer de faire dérailler la machine ». Ces quelques mots d’Ursula Le Guin nous rappellent que nos avenirs nous appartiennent et que nous avons le pouvoir d’imaginer, d’expérimenter de construire à notre guise et de jouer avec nos avenirs communs et individuels afin de commencer à désincarcérer le futur. Et gardons un soupçon d’espoir parce que  « celui qui trouvera en lui-même assez de patience pour scruter toute sa vie les ténèbres » pourra peut-être être « le premier à y apercevoir un éclat de lumière » !

Sources et références
Le Monde « Climat : les trois quarts des jeunes jugent le futur « effrayant » » https://www.lemonde.fr/climat/article/2021/09/14/climat-les-trois-quarts-des-jeunes-jugent-le-futur-effrayant_6094571_1652612.html 
« Le mur de béton de La Nouvelle-Orléans est une manifestation visible de ce qui nous attend avec le réchauffement climatique » Entretien avec  Nathaniel Rich https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/09/14/nathaniel-rich-la-nouvelle-orleans-est-associee-a-l-histoire-mais-d-une-certaine-facon-c-est-une-ville-du-futur_6094540_3232.html 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.1-16092021-20/