Nowakowskismes 4.15. « Confinement semaine 3, jour 17 – Surtout pas ! »

Photo par Sylvain Dessi, Longwy Décembre 1978

Nous sommes le 2 avril 2020, nous sommes en semaine 3, et jour 17 du confinement. Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !
Ce soir, alors que tout est arrêté, les Nowakowskismes posent cette question  : « Peut-on redémarrer le monde sur les mêmes bases que nous l’avons laissé avant le confinement ? »  

Tout est arrêté ! Peut-on alors redémarrer autrement ?
N’avons-nous pas dans le quotidien de nos vie la preuve que c’est possible ! 
En effet, en quelques semaines, il a été possible de suspendre partout dans le monde et au même moment, un système économique dont on nous disait jusqu’ici qu’il était impossible à ralentir ou à rediriger. 
À tous les arguments des écologistes sur la nécessité d’infléchir nos modes de vie, il fallait toujours faire face à l’argument de la force irréversible du « progrès », de la « compétitivité », du « marché » et que rien ne pourrait jamais y faire « à cause de la globalisation ». 
Et que découvrons-nous ? 
Qu’il existe un bouton d’arrêt d’urgence dans la machine mondiale. Ce bouton d’arrêt d’urgence, ce n’est pas le gros bouton du feu nucléaire dont on nous rebat les oreilles à chaque élection présidentielle, mais d’un petit bouton bien caché dans un des placards du pouvoir qui permet de stopper ce « train du progrès » et de mettre en stand-by le système économique mondial.
Et c’est là que nous pouvons agir. 
Si tout est arrêté, alors… tout peut être remis en cause ? 
Tout peut être repensé, on peut faire le tri, on peut revoir toutes les bases de ce monde. L’inventaire annuel, comme l’écrit Bruno Latour, c’est maintenant qu’il faut le faire. À ceux qui ne manqueront pas de s’écrier, « Relançons le plus rapidement possible la production », il faudra répondre unanimement, et avec force : « Surtout pas ! ». 
En fait, et c’est clair, la dernière des choses à faire serait de reprendre comme si de rien n’était, de reprendre les choses là où nous les avons laissées. 
Si chacun d’entre nous commence à mettre en mots et à redéfinir en actes toutes les remises en questions de ce système de productions, de consommation et de tous ses aspects, peut-être se produira-t-il une contagion d’un autre type que celle qui a envahi toute la planète. Une contagion, non pas transmise par les postillons ou les contacts rapprochés, mais une contagion qui se répandra au travers de tous nos gestes, de tous nos mots, de nos besoins, de notre rapport au monde, au vivant.  
D’ailleurs, les effets de ces temps d’arrêt sont bien visibles. 
Les observations de l’Agence Spatiale Européenne sont riches d’enseignements. Les données transmises par  le satellite Sentinel-5P du programme Copernicus, montrent de fortes réductions dans les concentrations de dioxyde d’azote au-dessus de plusieurs grandes villes européennes, dont Paris, Madrid et Rome ! La même chose avait été observé en Chine !
Le moment est là pour que de plus en plus nombreux, nous devenions « d’efficaces interrupteurs de globalisation », qu’une contagion positive et porteuse de vie succède à celle du coronavirus, et qu’elle se manifeste dans chacun de nos petits gestes mis bout à bout afin de faire barrage au retour du monde d’avant, de ses modes production et de communication, de ses modes d’exploitation du vivant, des humains et de la Terre !
C’est donc le moment, frères et soeurs en humanité, d’utiliser ce long temps d’enfermement imposé pour décrire, d’abord chacun pour soi, puis en groupe, ce à quoi nous sommes le plus attachés. 
C’est le moment d’utiliser ce temps de coupure pour identifier de quoi nous sommes prêts à nous libérer, d’utiliser ce temps de réflexion pour formaliser les liens que nous sommes prêts à tisser solidement et surtout d’utiliser ce temps pour regarder en soi et déterminer lesquels de nos comportements devons-nous décider d’interrompre. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais d’être en mesure de ne garder que ce qui est acceptable dans ce système prétendument irréversible, de remettre en cause les connexions soi-disant indispensables, et surtout faire le tri entre ce qui est désirable et ce qui a cessé de l’être.
Il ne s’agira pas d’une révolution. La révolution repasse par les mêmes chemins, mais comme le dit souvent Alain Damasio, d’une volution qui permettra d’inventer des principes nouveaux. Il s’agira certainement  d’accepter l’élimination des « lois » qui font de la production, de la consommation, de la compétitivité acharnées au nom du progrès, notre seul et unique de rapport au monde. Parce que l’injustice, il s’agit bien de cela, est dans la façon même que nous redistribuons toujours vers les plus riches, l’injustice est dans la façon dont nous exploitons sans limites les ressources et toujours au profit des plus riches, l’injustice est bien sûr dans la négation du vivant. 
Parce que les défenseurs de ce système, à n’en pas douter, vont évidemment repartir avec les mêmes choses en pire, consommations, combustibles fossiles, pollution, destructions massives, industries pétrolières et tourisme de masse, bateaux de croisière géants. Regardez les précédentes crises !
Notre rôle, notre devoir même est de proposer une alternative ! 
Parce qu’en quelques semaines, plusieurs milliards d’humains ont compris qu’adopter une nouvelle « distance sociale » s’était s’éloigner pour être plus solidaires, imaginons la puissance de transformation dont nous disposons quand il s’agira de nous élever contre la reprise à l’identique. 
Ré-unis par une même vision d’un autre monde possible
La vigilance sera essentielle parce que la question de la liberté va se poser ! 
Entre états d’urgences qui ont la fâcheuse tendance à s’installer durablement, les pleins pouvoirs que certains s’arrogent, les réductions des libertés et des mobilités, il est une voie qu’il nous faut absolument éviter et qui commence à se dessiner à l’horizon, c’est celle qui, comme l’écrit Olivier Tesquet,  nous entraîne vers « une nouvelle organisation très surveillées des libertés ». 
Agir c’est donc déjà se poser des questions, de faire preuve de réflexivité. 
Essayez donc de faire des listes ! 
Par exemple quelles sont les activités qu’il ne vous est pas possible de faire en ce moment et que vous considérez comme étant malgré tout essentielles à votre vie ? Ou encore, celle-ci : une fois les portes ré-ouvertes, qu’est-ce qui devrait reprendre comme avant ou qu’est-ce qui ne devrait pas reprendre du tout ? Et peut-être qu’avec simplement ces petites questions serons-nous en mesure de construire un projet politique ? 
Quelles sont les activités maintenant suspendues dont vous souhaiteriez qu’elles ne reprennent pas ?
Pourquoi ces activité vous apparaissent-elles nuisibles, superflues, dangereuses, inutiles ? 
Et aussi,  quelles activités suspendues souhaiteriez-vous voir se développer, ou se réinventer ? En quoi sont-elles positives ? Et enfin, quelles transitions partagées et intégratrices, ne laissant personne sur la touche, pouvez-vous proposer ? 
De fil en aiguille, si nous commençons, chacun pour notre compte, à poser de telles questions, à partager nos réponses, à avoir un regard réflexif sur nos vies dans le monde peut-être pourrions-nous  dessiner peu à peu un paysage d’un monde renouvelé ? 
D’ailleurs, un des chantiers qui nous attend est celui de l’urgence climatique. 
Depuis deux ans, les mobilisations pour le climat se sont multipliées, sans pour autant être écoutées. Or, cette crise mondiale du coronavirus démontre que le changement rapide est possible et ne nécessite que deux choses fondamentales, la volonté politique et l’engagement citoyen. Et comme je le disais un plus tôt, revenir à la « normale » n’est pas une option ! Que continuer à détruire le vivant n’est pas une option ! Et surtout qu’il est possible de maintenir une vie digne et heureuse sur Terre pour tout le vivant dans une perspective de justice sociale mondiale ! 
Déjà des chiffres – l’émancipation passe par la réduction de nos émissions à moins de 2 tonnes d’équivalent CO2 par humain et par an dans les 5 années à venir? Ceci revient à diviser par 6 l’empreinte carbone moyenne d’un Français. 
Le Manifeste de résistance climatique identifie cinq phases, cinq phases qui peuvent nous aider dans notre réflexion. Elles nous offrent un cadre de réflexion, ce cadre qui nous permettrait d’identifier ce que nous gardons, et ce que nous abandonnons. Il nous donne l’occasion de repenser notre manière de nous déplacer. De ne plus prendre l’avion et d’abolir l’aviation de masse afin de redécouvrir les transports doux et rouler moins de 2000 km par an en voiture. Il nous amène à repenser notre alimentation afin de privilégier le local et les productions de saison. Enfin, il pose les éléments de discussion qui peuvent nous amener à nous ré-interroger sur l’utilité de nombre de nos besoins matériels. 
Reprendre le monde tel qu’on l’a laissé ? 
Ces contraintes créatives permettent d’inventer de nouvelles solidarités et de modes de vie post-pétrole sans renoncer au bonheur. Cela passe notamment par la construction d’un nouvel imaginaire donnant à voir ce futur frugal et désirable. Ceci est déjà en cours, à l’initiative d’individus ou de collectifs et cela doit gagner en ampleur et continuer à se structurer dans une logique de décroissance énergétique coordonnée, massive et rapide vers une refonte de nos sociétés en accompagnant les plus fragiles.
Enfin, il est important d’envisager le passage à l’échelle mondiale. 
Dans la décennie qui vient, ce mouvement de décroissance énergétique doit réussir à s’amplifier afin d’atteindre la division par deux d’ici 2030 des émissions mondiales de gaz à effet de serre puis la neutralité carbone mondiale d’ici à 2050. Pour le mener dans le temps imparti, l’action de tous, notre capacité à nous mobiliser alliée à l’ensemble des outils de la diplomatie politique et économique devront être mis à contribution pour amener à l’existence de nouvelles sociétés sobres.
Tout ceci peut paraître utopique mais la question, « mais aujourd’hui tout est arrêté, peut-on envisager de redémarrer autrement ? » est elle très concrète. 
Si nous continuons ainsi, et si, après cette situation inédite de contamination mondiale par ce coronavirus, cette vie de confinement pour plus de presque 3 milliards d’humains, la marche du monde reprend de plus belle et sur les mêmes modèles économiques, sociétaux, politiques que ceux qui nous amènent à nous interroger, c’est un monde directement copiés de toutes les dystopies sorties de nos imaginations qui sera notre réalité. 
De plus, si, d’ici dix ans, nous n’arrivons pas à réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, mais surtout si dès maintenant et dès l’après confinement, nous ne nous mettons pas à repenser les principes directeurs de ce monde, nous aurons perdu ! Tout ce qui semble émerger de ces temps inédits n’aura pas permis que nous en tirions des enseignements et n’aura donc servi à rien ! 
Pourra-t-on repartir sur des modes de fonctionnement comme celui-ci ?
Voici juste un petit exemple pour conclure. 
Il y a quelques jours, à la télévision, était interviewé un fleuriste hollandais. L’homme avait les larmes aux yeux parce qu’il était contraint de jeter des tonnes de tulipes prêtes à l’envoi. Pourquoi ? Parce qu’il ne pouvait plus les expédier par avion dans le monde entier faute de clients. On peut le plaindre bien sûr, et certainement est-il normal qu’il soit indemnisé. 
Après l’interview, la caméra a reculé afin de faire un plan large sur les tulipes. 
Or qu’en est-il réellement de ces tulipes ? Et bien elle poussent hors-sol, dans un espace clos baigné de lumière artificielle et vont traverser le monde dans des avions cargos dans une débauche de kérosène. 
Alors, juste par ce petit exemple, au delà de la question première « Mais est-il bien utile de prolonger cette façon de produire et de vendre ce type de fleurs ? », n’y en-a-t’il pas une qui doit nous obséder et nous amener à agir ? 
Et c’est « Est-ce bien avec le monde qui vient de s’arrêter que nous souhaitons repartir une fois que cette crise sera passée ? » en attendant la suivante qui ne saurait nous épargner ? Ou souhaitons-nous voir fleurir une vie où justice sociale, équité, liberté et ce, même dans la difficulté climatique qui s’annonce, seront au rendez-vous pour solidifier nos solidarités ? 
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Juste pour finir avec quelques mots de Lucrèce, dans le livre V de De Natura rerum : « Certes les choses ont pu se passer ainsi : mais j’ai peine à croire que les hommes n’aient pas su prévoir tant de maux avant d’en avoir été victimes. Et je crois plus juste d’attribuer de tels usages à tout l’univers, aux divers mondes créés diversement par la nature, que d’en accuser un seul monde en particulier, quel qu’il soit ».
Je vous laisse méditer cela !
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 
Ayez soin de vous et de vos proches ! Et restez bien chez vous ! 
Bonne soirée, bonne nuit, bonne semaine à tous et toutes et Peace and Love. 

Sources et références
Matt Stoller, « The coronavirus relief bill could turn into a corporate coup if we aren’t careful », The Guardian, 24.03.20, https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/mar/22/coronavirus-relief-bill-corporate-coup http://www.esa.int/Space_in_Member_States/France/Le_confinement_lie_au_coronavirus_entraine_une_chute_de_la_pollution_a_travers_l_Europe 
La résistance climatique c’est le moment. https://reporterre.net/Resistance-climatique-c-est-le-moment 
Imaginer les gestes-barrières contre le retour à la production d’avant-crise. Bruno Latour. https://aoc.media/opinion/2020/03/29/imaginer-les-gestes-barrieres-contre-le-retour-a-la-production-davant-crise/ http://www.bruno-latour.fr/fr/node/841.html 
Procédure des nouveaux cahiers de doléance suggérés par Bruno Latour dans « Où atterrir ? Comment s’orienter en politique ». Paris, La Découverte, 2017 et développés depuis par un groupe d’artistes et de chercheurs.
https://fr.euronews.com/2020/03/16/l-actualite-du-climat-un-mois-de-fevrier-chaud-la-fin-des-hivers-froids-en-arctique 
Céline Minard. Le dernier monde. 2007

Introduction

En ces temps d’enfermement, il est un sujet qu’il ne faut pas oublier, c’est l’actualité du climat ! 
Surtout si, comme nous le verrons tout à l’heure, nous envisageons de redémarrer le monde autrement. 
Le Service Copernicus concernant le changement climatique (C3S) a publié ses données pour le mois de février 2020. 
Encore une fois, et ce ne sera pas la dernière, il nous faut encore remettre à jour les livres des records. 
Non seulement, le mois de février 2020 a été le deuxième mois de février le plus chaud jamais enregistré au niveau mondial, mais, en Europe, la température moyenne de cet hiver sur la période allant de début décembre 2019 à fin février 2020 a été supérieure de 3,4 degrés Celsius par rapport à la période 1981-2010. 
Nous venons de battre encore une fois un record absolu de chaleur.
Dans ce contexte, qu’en est-il de la banquise arctique dont la superficie a encore diminué le mois dernier ? 
Les calculs réalisés par scientifiques ont montré qu’il y a environ 850000 km carrés de banquise en moins par rapport à la norme habituelle pour cette époque de l’année. 
850000 km carrés représentent une superficie égale à la superficie de la France continentale et de l’Italie réunies.

Nowakowskismes 4.14. « Confinement semaine 2, jour 10 – poétique du chaos »

Nous sommes le 26 mars 2020, nous sommes en semaine 2, et jour 10 du confinement. 
Ce soir, les Nowakowskismes se laissent aller à une petite nouvelle consacrée au confinement.  Elle s’intitule « Poétique du chaos  » Accrochez-vous ça va secouer !

Maintenant que les choses avaient repris leur cours normal, il constatait avec surprise l’absence d’un début manifeste, l’impossibilité de détecter ce seuil précis au delà duquel leurs existences avaient pénétré dans une dimension nettement plus inquiétante. 
Là, debout sur cette terrasse, la ville qui revenait petit-à-petit à la vie, à l’activité, à ses pieds, il tentait de revenir sur ces semaines qu’il ne serait pas près d’oublier. Il revoyait tous ces événements insolites, adjectif choisi pour rester modéré, qui s’étaient déroulés à l’intérieur de l’immeuble au cours de ces dernières semaines. 
L’immeuble se situait en lisière du centre de la ville. Des constructions nouvelles, encore très partiellement habitées, lui faisaient face. Il voyait au loin des silhouettes minuscules vivre leurs vies d’insectes. Il lui arrivait de prendre ses jumelles pour regarder ! Toujours cet instinct de voyeurisme de l’humain confiné auquel il ne pouvait pas échapper ! Espace, lumière, et plaisirs futiles dans une espèce subtile de l’anonymat  ! 
Certes, le confinement avait été décidé à partir du 17 mars 2020 midi. Tout le monde s’y attendait et quand on vint leur annoncer « 15 jours au moins », certains avaient dit « ça va, ça ira ! » et d’autres avaient craint le pire… 
Ce 17 mars 2020 à midi, la ville s’arrêta – pas complètement – et les consignes ont circulé – « restez chez vous ! » 
Ça tombait bien pour lui, il avait déployé une énergie assez importante pour rester à l’écart des autres ! À l’écart des ses voisins, à l’écart tout simplement ! 
Alors, aussitôt le confinement annoncé, et comme à son habitude, l’humain cédant à ses réflexes ataviques, s’était mis à faire des stocks ! Faire des stocks de tout, faire des stocks de n’importe quoi mais faire des stocks ! 
Ainsi très rapidement, le hall d’entrée de l’immeuble fut encombré par toute une foule d’habitants qui se pressait devant la porte de l’ascenseur. Leurs bras étaient chargés de paquets venant de chez le traiteur, de sacs de supermarchés, et des cartons de boissons alcoolisées matière première indispensable en ces temps d’enfermement à venir. 
D’autres aux étages inférieurs avaient passé toute la matinée à faire leurs valises. Puis, pris dans des forces contradictoires, à la fois pressés et réticents de partir pour une durée indéterminée, à présent que le moment d’abandonner l’immeuble était venu, ils erraient dans les escaliers et dans le hall retardant cet ultime geste rituel. 
Puis leurs quelques valises préparées furent posées sur le trottoir devant la porte d’entrée, la voiture arriva, et ils disparurent au coin de la rue, emportant avec leur effets, leur capacité à diffuser le virus sur une autre partie du territoire. 
Les consignes étaient claires ou essayaient de l’être. Restez chez vous ! 
Au cours des après-midis, quand le soleil de printemps commençait à distiller une sorte de douce chaleur, la terrasse devenait une sorte de dehors mais soumis au confinement. À ces moments, les voisins venaient à leur fenêtre et lui jetaient des regards d’abord sévères, puis franchement agressifs, face à l’apparente décontraction que sa présence à l’extérieur semblait leur inspirer !
Et comme toujours les querelles futiles et les sautes humeur constituant la seule forme de vie communautaire, ce qui devait arriver arriva ! Et c’est là, à n’en pas douter, que prit place le premier incident significatif ! 

Confinés ! 
Ont alors commencé à se multiplier et s’amplifier, les querelles entre voisins. Les enchainement de futiles chamailleries au sujet de l’ascenseur, de la propreté des communs, des inexplicables pannes d’électricité dans les escaliers ou les surcharges des réseaux de communication alimentant les foyers en flux vitaux venus d’internet ont contribué à faire craquer le vernis. Les antagonismes déjà présents avant le confinement, étaient devenus remarquablement vifs, atténués, encore au début mais plus pour longtemps, par le ton urbain qui était de mise dans l’immeuble. Le bruit provenant des autres appartements, les fêtes alcoolisées dégénérant, les parties de jeux vidéos sur les écrans 4K surdimensionnés et sur-vitaminés jusqu’au coeur de la nuit eurent petit-à-petit raison des échanges et prises de paroles policées. 
Les étudiants confinés dans leurs studios mirent en place des moyens de communiquer entre eux d’un étage à l’autre. On vit pousser le long des façades des câbles passant d’appartement en appartement, cordes de rappel dans une descente sociale qui n’avait rien de vertical, filins maintenant un lien plus efficace pour les jeux en réseau et les contacts de plus en plus espacés avec leurs enseignants. 
Les plus anciens retranchés chez eux autour de leur congélateur bondé, surveillaient les alentours par les judas donnant sur les paliers, se risquant de temps en temps à ouvrir une porte vite refermée dans un claquement qui résonnait dans tout l’immeuble. 
En surface, la vie avait pris une sorte de cours normal. La plupart des habitants avaient semble-t-il mis en place des modes de vie réguliers, pour certains des sorties matinales courtes pour faire quelques courses, s’aérer, se dégourdir les jambes munis du laisser-passer officiel ; pour d’autres le décalage des rythmes s’installant, ils émergeaient à n’importe quel moment de la journée au rythme des séries consommées à hautes doses, et des parties jouées sans limites. 
Toutefois, en y regardant de plus près, on découvrait des camps qui coexistaient plutôt mal. Le jour, on pouvait circuler assez librement dans l’immeuble, mais la chose devenait plus difficile à mesure que l’après-midi s’écoulait, et à la nuit tombée tout mouvement était impossible. Impossible de sortir dans la rue pour cause de couvre-feu ! Mais impossible de sortir dans l’immeuble, chaque groupe ayant déployer des techniques de défense à l’encontre des autres groupes afin de défendre leurs mode de vie. À contrecoeur, mais il devait se l’avouer, il méprisait ses frères habitants de l’immeuble pour leur empressement à se glisser dans la niche qui leur était désignée.
Mais la débâcle de l’immeuble fut bientôt bien réelle et finit par renforcer certaines pratiques. Il commençait à prendre conscience qu’il assistait aussi à la naissance d’un nouvel ordre social. D’ailleurs, l’émergence, encore confuse, mais indiscutable de cet ordre social nouveau – fondé apparemment sur la répartition en petites enclaves tribales – le fascinait. 
Là au sommet où il résidait, les conditions de vie n’avaient pas encore connu une chute brutale. Son nid était comme encore isolé, inaccessible, protégé de ce qui se propageait dans l’immeuble.
De sa terrasse, il voyait les parkings. Nombreuses étaient les voitures qui n’avaient pas roulé depuis des semaines. Leurs pare-brises avaient été pulvérisés par des bouteilles lancées des balcons, leurs habitacles étaient emplis d’ordures ; elles s’affaissaient sur leurs pneus flasques, entourées d’une mer de détritus qui s’élargissait comme une tache autour de l’immeuble. 
Cet indicateur visible de la dégradation dans l’immeuble servait aussi à mesurer le degré de passivité avec lequel les habitants acceptaient le processus d’érosion. 
Peut-être en était-il venu à souhaiter que les choses aillent plus mal encore ? 
Il avait remarqué qu’il n’y avait même plus depuis un temps certain de mails de réclamation au syndic alors qu’en situation normale, ils tombaient dans la boites mail, avec tout le conseil de ‘l’immeuble en copie, pour un oui ou pour un non. Même ses voisins immédiats, naguère si prompts à réclamer et râler à tout propos, n’émettaient plus la moindre critique et se claquemuraient dans un silence en apparence résigné. 
Ce qui était intéressant c’est la manière de plus en plus brutale avec laquelle les habitants réagissaient au climat de l’immeuble confiné. Ils endommageaient délibérément l’ascenseur, les appareils électriques, l’éclairage… Cette négligence de l’endroit de leur propre confort dénotait un phénomène de redistribution des priorités dans leur esprit – peut-être aussi l’apparition de ce nouvel ordre social et psychologique qu’il sentait poindre. 
En dépit du chaos grandissant qui régnait autour d’eux, les habitants semblaient s’intéresser de moins en moins au monde extérieur.
Après plusieurs semaines de ce confinement, les entreprises s’étant arrêtées de fonctionner les unes à la suite des autres, les gens qui devaient sortir pour travailler, n’eurent plus à sortir. La ville était déserte. Le vide de l’extérieur s’emplit alors de bandes d’oiseaux, des corbeaux, des pigeons, … des pies aussi, et d’innombrables passereaux. Ils s’assemblaient sur les toits alentours, sur les balcons. Assez rapidement, une colonie de corbeaux avait élu domicile au sommet de la cage de l’ascenseur, venant ainsi superposer aux bruits des appartements, leurs croassements rauques amplifiés par l’effet de caisse de résonance de la cage d’ascenseur. Quand il allait sur sa terrasse, les regards hostiles de tous ces oiseaux lui plaisaient. La cour intérieure désertée était devenue le terrain de jeu d’une bande grosses pies et parmi les restes de nourriture abandonnés, les chaises de jardin renversées, la présence de ces oiseaux faisait naître comme une espérance d’une barbarie naissante. 
Pourquoi tous ces oiseaux étaient-ils attirés par ce royaume perdu des balcons, et de cette cour ? 
Les oiseaux se nourrissaient des détritus jetés dans la cour, et il aimait à penser que le motif de leur occupation était proche du sien. Venus d’un paysage plus primitif, ils avaient volé jusqu’ici pour répondre à l’appel d’une violence sacrée dont ils pressentaient l’intuition. Et de tous côtés, le béton finissait par se perdre dans les brumes du soir. Perchés sur les conduits d’aération et les toits, les bandes de corbeaux l’observaient de leurs yeux étonnamment vifs. Leurs ailes battaient contre le béton  des façades et certains d’entre eux étaient pris de bonds frénétiques. Il en regardait d’autres tournoyer dans le ciel, il écoutait leurs cris et il songeait inquiet à cette violence toute proche. 
Tout bascula cette nuit-là ! Il fut réveillé par des cris, des explosions, des galopades entre les étages ! Tout l’immeuble semblait trembler de la violence qui se déchainait dans ses entrailles. Réveillé, et confiant derrière la porte qui protégeait son appartement (le précédent occupant, ancien flic, avait équipé l’appartement d’une porte blindée inviolable), il attendit le matin gardant quand même à portée de main le sabre datant de la guerre 1870 qu’il avait hérité de son grand père. Au matin, le calme revint, il tenta une sortie. 
Il entama sa descente dans les profondeurs de l’immeuble. À l’étage du dessous, un groupe d’habitants très agités ne le vit pas passer, un peu plus bas un appartement avait été mis à sac. Partout des détritus s’entassaient, les escaliers étaient encombrés de chaises fracassées, de sections de rampe et de débris de verre. Les portes coupe-feu défoncées pendaient à leurs gonds, il n’y avait plus aucune lampe intacte, un graffiti blafard vaporisé à la peinture fluorescente sur les murs de la cage d’escaliers se déroulait sur plusieurs étages. Des groupes semblaient monter la garde devant un ensemble d’appartements, ils le laissèrent passer quand ils le reconnurent. Arrivé devant la porte donnant sur la rue, il décida de remonter le plus vite possible à son étage, et de s’y enfermer à double tour. 
Les jours passèrent dans un calme apparent, et les nuits furent encore le théâtre d’affrontement dont les échos envahissaient son appartement.
Les coupures régulières de courant commencèrent. Les produits frais qu’il avait dans son réfrigérateur ont commencé à pourrir, les bouteilles de lait caillés formaient un rang de moisissure, le beurre pleurait entre les grilles, et l’odeur de moisi commença même à avoir son charme propre. Il se ressaisit et fourra tout dans un sac poubelle et le balança par la fenêtre. Une sorte de brume graisseuse semblait flotter autour de la façade de l’immeuble depuis que les habitants avaient pris l’habitude d’envoyer cascader les déchets le long des parois sans se préoccuper de savoir si le vent n’irait pas les rabattre à l’intérieur d’un autre appartement. 
Depuis quelques temps, il était sur la mauvaise pente. Le processus d’usure continue de la qualité de l’environnement n’affectait plus seulement l’immeuble, et l’appartement, mais aussi ses habitudes et son hygiène personnelle. Le confinement menait à ce phénomène qui reflétait certainement ce désintérêt croissant à l’égard des règles de vie en société. Mais sa crasse, ses vêtements malpropres, son hygiène en déclin, peut-être que tout cela allait l’aider à découvrir une version plus authentique de lui-même. 
Finalement, il décida de reprendre le dessus. Il ôta son t-shirt et son jean crasseux et se lava sous un filet d’eau de la douche. Puis rhabillé,  il commença à remettre de l’ordre dans l’appartement. Cela lui prit un certain temps. Une fois tout temps en ordre tant bien que mal, il se déshabilla, et se blottit sous sa couette, et s’endormit. Pour une fois, il ne fut pas réveillé par les bruits de la nuit. 
Au matin, le soleil avait fait s’évaporer les nappes de brouillard poisseux qui enveloppaient l’immeuble. Les bandes de corbeaux prenaient le soleil sur les toits, et la rue au bas étaient toujours déserte. Au loin, des sirènes, avec toujours le même frisson qu’elles provoquaient. Elles étaient la manifestation sensible d’une des causes de ce confinement. 
Il passa la journée à se reposer, oubliant pour quelques heures tout ce qui l’entourait. La nuit tomba, et le ciel sans nuages lui révéla un ciel étoilé comme il n’en avait jamais vu de toute sa vie. La ville avait supprimé l’éclairage urbain pour faire des économies et la pollution atmosphérique due à la circulation automobile avait elle aussi disparu. Il passa la nuit la tête dans les étoiles. La nuit était profonde, et l’immeuble tout entier s’était retiré dans l’ombre. Étrangement à cette heure, tout était silencieux. Les habitants semblaient s’être dissouts dans le crépuscule et la nuit. 
L’état de l’immeuble, il le voyait aussi comme une conséquence d’une contagion d’une autre forme. Ils avaient tous été enfermés pour enrayer cette épidémie, mais enfermés, une autre contagion avait surgi. La violence ! La violence par contagion avait gagné l’ensemble des étages de l’immeuble, l’ensemble des habitants. Même l’espace euclidien et rationnel de l’immeuble n’avait pu s’opposer à la désertion progressive mais rapide de la civilité pour le retour à la jungle originelle. Peut-être que l’immeuble lui-même favorisait-il ce retour ? Et finalement, la structure tribale ne serait certainement qu’une étape transitoire, parce que les alliances, les clans finiraient par se désagréger eux-aussi pour un retour au point de départ, l’homme est un animal solitaire. Et toutes nos lois, la société, l’éducation ne seraient que des couches chargées de nous cacher la nature profonde qui est la nôtre. 
La nuit, plusieurs nuits, peut-être des dizaines de nuits se succédèrent. 
Et un matin, des véhicules circulèrent dans les rues, annonçant avec des hauts parleurs la fin du confinement, les fenêtres s’ouvrirent, les gens envahirent la rue, la circulation reprit sur le pont, intense, le traiteur chinois au bas de l’immeuble vidait son camion et remplissait ses rayons… il ouvrit sa porte, son voisin et sa voisine le saluèrent, ils avaient déjà commencer à nettoyer le palier, … 
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Juste pour finir avec quelques mots Jean-Jacques Rousseau, dans Emile : « L’homme est de tous les animaux celui qui peut le moins vivre en troupeaux. Des hommes entassés comme des moutons périraient tous en très peu de temps. L’haleine de l’homme est mortelle à ses semblables : cela n’est pas moins vrai au propre qu’au figuré. »
Je vous laisse méditer cela !
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

Actualité
Les Nations Unies ont averti le 22 mars 2020, dans un rapport publié chaque année à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, que, sur notre « pale blue dot », l’eau douce va prochainement manquer à des milliards de personnes, et ce, jusque dans des régions du monde où les précipitations sont pour l’instant abondantes. En moindre quantité et qualité, les ressources en eaux se dégradent. Parce que le sujet est vital, de son côté aussi, l’Organisation météorologique mondiale consacre sa journée internationale du 23 mars au thème de l’eau et du changement climatique.
Même si en ces temps de pandémie, l’attention et l’énergie sont consacrées ailleurs, le temps presse ! Aujourd’hui, près de 4 milliards d’individus affrontent une pénurie sévère pendant au moins un mois par an. Le réchauffement global n’en est pas la seule cause. En fait, la consommation mondiale en eau explose. Au cours des cent dernières années, elle a augmenté à un rythme deux fois plus rapide que la croissance démographique, elle a été multipliée par six et continue de grossir de près de 1 % par an en raison du développement économique et des nouveaux usages. À cela s’ajoute une pollution massive des nappes souterraines et des rivières ce qui ne fait qu’aggraver la situation.
L’eau est considérée par les auteurs du programme ONU-Eau comme l’élément clé de la plupart des dix-sept Objectifs de développement durable : de la lutte contre la faim dans le monde, la pauvreté, l’inégalité entre les genres, à la dégradation des sols et de l’état de l’océan. Or plus les températures s’élèvent, plus la demande en eau grimpe et plus l’évaporation s’accentue, privant de plus en plus les sols de leur humidité. 
Ce rapport édité par l’Unesco et intitulé L’eau et les changements climatiques détaille les interactions innombrables, notamment sur la production de l’énergie, l’agriculture ou bien les écosystèmes. Il présente également les répercussions profondes sur la santé humaine, et il alerte sur une des conséquences, l’émergence accélérée de pathogènes. 
Cette alerte n’est certainement pas à négliger en ces temps de pandémie.

Sources et références https://www.lemonde.fr/climat/article/2020/03/22/l-eau-a-l-epreuve-des-changements-climatiques_6034029_1652612.html

Nowakowskismes 4.13. « Confinement semaine 1, jour 3 – virus, écologie et internet »

Télétravail, visioconférences, école à distance, jeux vidéo en ligne et streaming vidéo… alors que les loisirs extérieurs sont interdits, que le confinement n’en est qu’à ses premiers jours, le trafic Internet est évidemment voué à exploser, et ce avec le confinement croissant des populations, partout dans le monde, visant à juguler la pandémie de coronavirus. Cette explosion du trafic est déjà bien visible. En effet, l’un des principaux carrefours mondiaux du trafic mondial du net, Deutscher Commercial Internet Exchange (DE-CIX), situé à Francfort, a enregistré un « record mondial » de débit le 10 mars dernier avec un pic à 9,1 térabits (1 Tera c’est 1 suivi de 12 zéros) par seconde.
En France, les mesures de confinement renforcées qui sont entrées en vigueur le 17 mars 2020, pour une durée minimum de 15 jours, vont d’autant plus augmenter nos activités en ligne que de nombreux acteurs de la culture développent des offres numériques spéciales pour pallier la fermeture de leurs activités. 
En Italie et en Espagne, où les mesures de confinement ont été prises plus tôt qu’en France, on peut déjà mesurer les effets de cette ruée vers Internet. En effet, on observe une augmentation de plus de 70 % du trafic Internet sur le réseau fixe de Telecom Italia, dont une part importante provient de jeux en ligne, comme Fortnite. Dans un communiqué de presse publié le 15 mars, les cinq principaux opérateurs de télécommunication espagnols ont appelé à un usage « rationnel et responsable » du réseau. On a, en effet, enregistré dans le pays une hausse du trafic Internet de 40 %, ainsi qu’une hausse pour les téléphones portables de 50 % en appels et de 25 % en données.
On assiste également à une mobilisation générale pour éviter la panne. Ainsi les opérateurs télécoms ont mobilisé 15000 techniciens et ingénieurs pour maintenir des réseaux vitaux à la vie et l’économie du pays. Parce ce qui est à redouter, dans nos sociétés urbaines « fortement dépendantes de systèmes sophistiques pour maintenir les gens et les organisations en vie (système de transports, d’entreposage, de communication, de production “juste à temps”, etc), c’est l’effet en cascade ». 
Ce qui est intéressant à mentionner est que depuis quelques année, Internet et les services qu’il permet a créé en quelque sorte un univers parallèle à l’univers physique dans lequel les êtres humains marchent, se rencontrent, se serrent la main, se parlent, bref, inscrivent corporellement leur existence dans les relations sociales. D’ailleurs, l’intensité des échanges dans cet univers parallèle pourrait expliquer la facilité avec laquelle, dans de plus en plus pays, on accepte d’être physiquement enfermés chez soi. 
Les question sont. 
Accepterions-nous aussi facilement cette réclusion domestique si nous ne disposions pas de l’option de vivre en parallèle sur Internet ? 
Que devient la liberté dans un tel cloisonnement des univers ? 

Nous sommes le 19 mars 2020, nous sommes en semaine 1, et jour 3 du confinement. Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !

Est-ce un pangolin, une chauve-souris ? Ou même un serpent, comme on a pu l’entendre un temps avant que cela ne soit démenti ? C’est à qui sera le premier à incriminer l’animal sauvage à l’origine de ce coronavirus, officiellement appelé Covid-19, dont le piège s’est refermé sur plusieurs centaines de millions de personnes, et qui a mis à l’arrêt une bonne partie des pays du monde. 
On ne sait toujours pas qui est le transmetteur à l’humain de ce virus. Les scientifiques débattent à coup d’analyse de génomes, de récepteurs de protéines, d’acide aminé, et pour l’instant, le mystère reste entier. Mais un point semble quasiment certain : le virus s’est « échappé » d’un marché d’animaux sauvages de Wuhan, en Chine, marché comme il en existe de nombreux en Asie. Ces marchés sont alimentés en partie par le trafic d’animaux, qui est une des causes majeures de la destruction de la biodiversité. 
Ces marchés, où on trouve aussi beaucoup d’animaux vivants élevés, sont l’expression de la pression que l’activité humaine exerce sur les écosystèmes, surtout forestiers. Nous savons que l’érosion globale des espèces est en route et la récurrence des pandémies du type de celle d’aujourd’hui est un effet de cette extinction massive. Et si le Covid-19 suscite une réaction aussi impressionnante, c’est sans doute à cause de la terreur des épidémiologistes de voir surgir des virus encore plus inconnus et destructeurs. Tout ceci doit nous rappeler que la question de la biodiversité est tout aussi importante que celle du changement climatique, sur lequel l’attention écologiste a tendance à se focaliser. En fait, il ne faut pas les traiter indépendamment l’une de l’autre.
S’il est bien sûr primordial d’élucider ce mystère, de telles spéculations nous empêchent de voir que notre vulnérabilité croissante face aux pandémies a une cause plus profonde : la destruction accélérée des habitats et l’empreinte croissante des activités humaines.
L’histoire montre que de très nombreuses maladies infectieuses ont accompagné l’espèce humaine.  Leur impact dans certains cas a été considérable comme les 40 millions de morts liés à la pandémie de grippe espagnole qui sévit en 1918 et 1919 ou  les épidémies de peste noire qui ont décimé au XIVe siècle 20% de la population française. 
À partir de la fin du XIXe siècle on assiste peu à peu à une diminution drastique de ces maladies grâce à l’amélioration générale des conditions d’hygiène, puis grâce à la vaccination et à l’arrivée des antibiotiques. 
Or, depuis 1940, des centaines de microbes pathogènes sont apparus ou réapparus dans des régions où, parfois, ils n’avaient jamais été observés auparavant. C’est le cas du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), d’Ebola en Afrique de l’Ouest, ou encore de Zika sur le continent américain. La majorité d’entre eux (60 %) sont d’origine animale. Certains proviennent d’animaux domestiques ou d’élevage, mais la plupart (plus des deux tiers) sont issus d’animaux sauvages.
Et ces animaux sauvages n’y sont évidemment pour rien. En dépit des articles qui, photographies à l’appui, désignent la faune sauvage comme le point de départ d’épidémies dévastatrices, il est faux de croire que ces animaux sont particulièrement infestés d’agents pathogènes mortels prêts à nous contaminer. En réalité, la plus grande partie de leurs microbes vivent en eux sans leur faire aucun mal. Le problème est ailleurs : avec la déforestation, l’urbanisation et l’industrialisation effrénées, nous avons offert à ces microbes des moyens d’arriver jusqu’au corps humain et de s’adapter. Et aujourd’hui 60% de l’ensemble de ces maladies résultent d’une transmission d’agents infectieux de l’animal à l’homme. 
La destruction des habitats menace d’extinction quantité d’espèces. Celles qui survivent, n’ont d’autre choix que de se rabattre sur les portions d’habitat réduites que leur laissent les implantations humaines. Il en résulte une probabilité accrue de contacts proches et répétés avec l’homme, lesquels permettent aux microbes de passer dans notre corps, où, de bénins, ils deviennent des agents pathogènes meurtriers.
Le cas d’Ebola illustre bien tout cela ! Une étude menée en 2017 a révélé que les apparitions du virus, dont la source a été localisée chez diverses espèces de chauves-souris, sont plus fréquentes dans les zones d’Afrique centrale et de l’Ouest qui ont récemment subi des déforestations. Lorsqu’on abat leurs forêts, on contraint les chauves-souris à aller se percher sur les arbres des jardins et des fermes. Dès lors, la suite est facile à imaginer : un humain ingère de la salive de chauve-souris en mordant dans un fruit qui en est couvert, ou, en tentant de chasser et de tuer cette visiteuse importune, s’expose aux microbes qui ont trouvé refuge dans ses tissus. C’est ainsi qu’une multitude de virus dont les chauves-souris sont porteuses, mais qui restent chez elles inoffensifs, parviennent à pénétrer des populations humaines.  Ce phénomène est qualifié de « passage de la barrière d’espèce ». Pour peu qu’il se produise fréquemment, il peut permettre aux microbes issus des animaux de s’adapter à nos organismes et d’évoluer au point de devenir pathogènes.
Il en va de même des maladies transmises par les moustiques, puisque un lien a été établi entre la survenue d’épidémies et la déforestation. Avec les arbres disparaissent aussi la couche de feuilles mortes et les racines. L’eau et les sédiments ruissellent plus facilement sur ce sol dépouillé et désormais baigné de soleil. Elle forme des flaques favorables à la reproduction des moustiques porteurs du paludisme. Les espèces de moustiques vecteurs d’agents pathogènes humains sont alors deux fois plus nombreuses dans les zones déboisées que dans les forêts restées intactes.
C’est le même phénomène qui est à l’oeuvre pour les maladies véhiculées par les tiques. En grignotant petit-à-petit les forêts du Nord-Est américain et d’Europe, le développement urbain chasse des animaux comme les opossums et les renards, qui contribuent à réguler les populations de tiques et laisse prospérer des espèces bien moins efficaces sur ce plan. Le résultat est que les maladies transmises par les tiques se répandent plus facilement. Parmi elles, la maladie de Lyme, qui a fait sa première apparition aux États-Unis en 1975. Au cours des vingt dernières années, sept nouveaux agents pathogènes portés par les tiques ont été identifiés.
Les risques d’émergence de maladies sont aussi amplifiés par la façon dont on  remplace les écosystèmes naturels. Afin de nourrir et d’élever des bêtes destinées à l’abattage, l’homme a rasé une surface équivalant à celle du continent africain. Des centaines de millions de bêtes sont entassées les unes sur les autres en attendant d’être conduites à l’abattoir ! Voilà des conditions idéales pour que les microbes se muent en agents pathogènes mortels. 
Par exemple, les virus de la grippe aviaire, hébergés par le gibier d’eau, font des ravages dans les fermes remplies de poulets en captivité, où ils mutent et deviennent plus virulents. L’une de leurs souches, le H5N1, est transmissible à l’homme et tue plus de la moitié des individus infectés. 
Enfin, les montagnes de déjections produites par ce bétail offrent aux microbes d’origine animale d’autres occasions d’infecter les populations. Comme il y a infiniment plus de déchets que ne peuvent en absorber les terres agricoles sous forme d’engrais, ils finissent souvent par être stockés dans des fosses non étanches — un havre rêvé pour la bactérie Escherichia coli.  Chez les humains, E. coli provoque des diarrhées sanglantes, de la fièvre, et peut entraîner des insuffisances rénales aiguës. Et comme il n’est pas rare que les déjections animales se déversent dans notre eau potable et nos aliments, de nombreux humains sont contaminés chaque année.
Bien que ce phénomène de mutation des microbes animaux en agents pathogènes humains s’accélère, il n’est pas nouveau. Son apparition date de la révolution néolithique, quand l’être humain a commencé à détruire les habitats sauvages pour étendre les terres cultivées et à domestiquer les animaux pour en faire des bêtes de somme. En échange, les animaux nous ont offert quelques cadeaux empoisonnés : nous devons la rougeole et la tuberculose aux vaches, la coqueluche aux cochons, la grippe aux canards.
L’expansion coloniale européenne, au delà des désastres humains, a joué un rôle aussi dans l’émergence de nouveaux fléaux. 
Au Congo, les voies ferrées et les villes construites par les colons belges ont permis à un lentivirus hébergé par les macaques de la région de parfaire son adaptation au corps humain. Au Bengale, les Britanniques ont empiété sur l’immense zone humide des Sundarbans pour développer la riziculture. En faisant cela, ils ont exposé les habitants aux bactéries aquatiques présentes dans ces eaux saumâtres. Les pandémies causées par ces intrusions coloniales restent d’actualité. 
Le lentivirus du macaque est devenu le VIH. 
La bactérie aquatique des Sundarbans, c’est le choléra. Et le choléra a déjà provoqué sept pandémies à ce jour, l’épidémie la plus récente étant survenue en Haïti.
Enfin, un autre exemple des nouvelles conditions écologiques que nous avons créées et qui sont propices aux épidémie. Cet exemple est celui des vautours en Inde qui pendant longtemps ont joué un rôle majeur d’équarisseurs naturels en débarrassant le pays des carcasses mais aussi des micro-organismes grâce à l’acidité de leur appareil digestif capable de détruire les virus et les bactéries. Malheureusement à partir des années 90, les populations de vautours ont commencé à chuter. Les scientifiques ont découvert que l’augmentation de la mortalité des vautours était liée à un anti-inflammatoire donné au bétail. En mangeant les carcasses contenant cet anti-inflammatoire, les vautours n’ont plus été en capacité de détruire les virus, et donc ont commencé à mourir infectés par les virus ingérés. Les points d’eau ont alors été contaminés par les carcasses en train de pourrir auparavant mangées par les vautours. La place laissée vacante a alors été occupée par les chiens errants et les rats qui sont porteurs de maladies comme la rage.  Aujourd’hui, en Inde, des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année de la rage. 
Nous pouvons aussi faire beaucoup pour réduire les risques d’émergence de ces microbes. Nous pouvons déjà protéger les habitats sauvages pour faire en sorte que les animaux gardent leurs microbes au lieu de nous les transmettre, comme s’y efforce notamment le mouvement One Health.
Nous pouvons aussi mettre en place une surveillance étroite des milieux dans lesquels les microbes des animaux sont le plus susceptibles de se muer en agents pathogènes humains, en tentant d’éliminer ceux qui montrent des velléités d’adaptation à notre organisme avant qu’ils ne déclenchent des épidémies. C’est précisément ce à quoi s’attellent depuis dix ans les chercheurs du programme Predict, financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid). Ce programme a déjà identifié plus de neuf cents nouveaux virus liés à l’extension de l’empreinte humaine sur la planète, parmi lesquels des souches jusqu’alors inconnues de coronavirus comparables à celui du SRAS.
Or, en octobre 2019, l’administration Trump a décidé de mettre un terme au programme Predict. Début février 2020, elle a annoncé sa volonté de réduire de 53 % sa contribution au budget de l’Organisation mondiale de la santé. En France, on a interrompu les programmes de recherche engagés sur le coronavirus. Dans Le Monde, le micro-biologiste Bruno Canard, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des coronavirus, pointait aussi fin février l’effet désastreux d’une recherche sans continuité.
Alors, bien sûr, « les émergences de virus sont inévitables, mais pas les épidémies ». 
Nous ne serons épargnés par ces dernières qu’à condition de mettre au moins autant de détermination à changer de politique que nous en avons mis à détruire la nature et la vie animale.
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Et avec les philosophes, le confinement n’est qu’un conditionnement contingent qui n’entrave pas la pensée. En effet Epictète proclamait « Sur le trône ou dans les fers, je suis libre ! ». Mais serons-nous capables de le supporter avec sérénité ?
Blaise Pascal, quant à lui, se penchant sur notre addiction au divertissement, nous disait que : « tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre ». 
Donc tentons de transformer ces temps de confinement en un temps de réflexion sur nos besoins essentiels.
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 
Ayez soin de vous et de vos proches ! 

Sources et références 
https://reporterre.net/Le-coronavirus-fait-la-greve-generale 
https://lundi.am/Monologue-du-virus 
https://usbeketrica.com/article/confinement-peut-il-faire-exploser-internet
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/03/SHAH/61547 

Nowakowskismes 4.12. « Rage, rage against the dying of the light! »

Nous sommes le 5 mars 2020, aujourd’hui, en à peine plus de deux mois, la France aura émis tous les gaz à effet de serre qu’elle pourrait rejeter en une année si elle respectait l’objectif de neutralité carbone qu’elle s’est fixé pour 2050. Un objectif que le pays n’atteindra au rythme actuel des émissions qu’en… 2085 !
Ce soir les Nowakowskismes la rejoue version « Le jour où la Terre s’arrêta », ou « Premier contact » ou… peut-être « rencontres du 3ème type ». Ce soir, nous avons de la visite. Ce soir, notre invité débarque de son engin interplanétaire, et c’est sur Radio Campus Lorraine, ce jeudi 5 mars 2020, qu’il a choisi de venir délivrer son message à la Terre entière. Je lui passe donc la parole. 

Salutations humains citoyens et citoyennes de la Terre.
Accompagné d’un grand nombre de mes semblables, nous venons de loin, d’au-delà des limites accessibles par vos modestes outils d’observation. Nous avons localisé votre présence par le bruit que votre petite planète encore bleue fait dans les immensités de l’espace. Depuis maintenant presque 100 de vos années, votre petit point bleu s’agite et émet dans toutes les directions de l’espace des flux électromagnétiques véhicules de la vacuité de vos divertissements multimédias. Ces flux ininterrompus et toujours plus intenses et denses sont venus troublés les eaux calmes de nos espaces lointains. 
Alors mes semblables et moi comme nous l’avons déjà fait par le passé, nous avons décidé de passer à l’action. Et c’est pour cela que nous avons fait le voyage jusqu’à vous et vous l’avez compris nous ne venons pas en paix !
Avant d’entrer en contact avec vous, nous avons déjà passé un certain temps à vous observer. Nous avons déjà eu l’occasion de nous rencontrer. Certains humains, nous ont vus, d’autres ont eu quelques ennuis, mais comme nous le faisons à chaque fois, nous avons organisé la désinformation. Il ne nous a pas été difficile de faire passer pour des fous et des illuminés ces pauvres diables. 
Après avoir consulté le Conseil des Planètes Unies à qui nous avons transmis l’étude exhaustive de la Terre que nous avons faite, nous sommes arrivés à la conclusion que, malheureusement, vous ne répondez pas aux normes d’existence planétaire acceptable. De plus, aussi loin que nous pouvons remonter dans votre histoire, vous n’avez jamais cessé de vous entredéchirer en guerres endémiques toujours plus meurtrières, vous n’avez fait qu’accentuer les inégalités socio-économiques, et vous n’avez fait qu’installer la domination et l’appropriation des richesses par une minorité et tout cela au détriment de la vie, de toute la vie sur cette belle planète ! 
Nous avons donc décidé d’éliminer votre civilisation, de rendre cette planète à la vie non humaine et d’en profiter aussi pour prélever quelques ressources qui pourront bénéficier à des civilisations autres qui en ont besoin. Il ne nous restait plus qu’à déterminer la meilleure façon de nous débarrasser de vous. Bien sûr, nous pourrions faire cela rapidement, et radicalement, mais nous préférons oeuvrer différemment. 
Le cas de votre espèce n’est pas nouveau dans l’histoire de cette partie de l’univers. Nous avons donc appris que le processus de destruction d’une espèce doit être une opération de précision. Il ne nous est pas concevable de simplement utiliser nos armes et de viser votre planète et de la détruire. Ce serait incompatible avec nos objectifs de la rendre à la vie et incompatible avec notre projet de redistribution d’une partie des ressources vers les civilisations qui en feront un meilleur usage. Et pour nous, l’usage des armes n’est pas la réponse. Nous avons d’ailleurs mis en place depuis très longtemps une charte galactique de non prolifération des armes de destruction massive. 
Tiens je découvre une part de la culture de votre civilisation que je n’avais pas identifiée dans toutes les observations que j’ai menées.
Alors comment comptions-nous procéder ? 
Une première méthode que nous avons déjà utilisée efficacement à plusieurs reprises sur d’autres planètes afin de faciliter l’extinction d’une espèce est la suivante. L’idée est simple. Il suffit de mettre au pouvoir d’un pays doté d’une technologie militaire de pointe, un imbécile impulsif. 
Sur des planètes comme la vôtre, où l’espèce qui s’est déclarée dominante est naturellement prédisposées à l’autodestruction tribale, placer un crétin déchaîné à proximité d’une grande réserve d’armes plus destructrices les unes que les autres est souvent le meilleur moyen d’assurer une destruction rapide et définitive. Je vous laisse imaginer notre surprise lorsque nous avons découvert le nombre d’individus de ce type que vous avez mis au pouvoir sur cette planète. De grands pays assurant le leadership politique dans une bonne partie de votre monde à des roitelets paranoïaques et sanguinaires jouant avec leurs jouets atomiques, en passant par des leaders se réclamant d’idéologies totalitaires, vous avez réussi à tout mettre en place par vous-même. Alors, en voyant cela, nous avons compris que nous devions adopter une approche bien moins conventionnelle si nous voulons nous débarrasser de votre espèce.
Notre conseil a donc repris les archives, et nous avons envisagé une autre méthode d’anéantissement planétaire qui a également bien fonctionné dans le passé. Cette méthode consiste à accélérer la crise climatique d’une planète. Nous avions tout un plan, nous avons les moyens technologiques qui nous permettent d’agir sur la température moyenne d’une planète et là quelques degrés d’augmentation suffisent pour lancer un processus de destruction irréversible. En effet, la quantité de glace sur Terre a été cruciale dans la création de la civilisation humaine il y a dix mille ans. Je vous rappelle que pendant les cent quatre-vingt-dix mille premières années où vos ancêtres commençaient à fouler en tout sens la planète, les humains se déplaçaient d’un endroit à l’autre pour trouver un climat tempéré, alors que la glace et les déserts changeaient et que les températures se déplaçaient dans des oscillations sauvages. Il y a un peu plus de 10 000 ans, le climat s’est stabilisé. Quand il s’est stabilisé, les beaux endroits sont restés agréables. Un climat stable a aidé les humains à cesser d’être nomades. Et c’est pourquoi les gens se sont installés, laissant du temps et de l’espace pour créer les premières civilisations de l’humanité. C’est un fait qui n’a été découvert par vos paléo-climatologues qu’à la fin du XXème siècle. De plus, vos scientifiques ont démontré que la glace est également la clé de la paix entre les civilisations. En termes physiques, le climat s’est stabilisé sur Terre parce qu’il y avait juste le bon pourcentage de glace sur la planète. La glace se reflète, de sorte que la lumière du soleil rebondit sur elle et ne surchauffe pas la Terre ou ses habitants. 
Pour nous, ce serait un jeu d’enfant que d’agir sur la température moyenne de la planète et de faire fondre vos glaciers et vos calottes polaires, provoquant une élévation du niveau de la mer et des événements météorologiques dévastateurs. Nous savons qu’au moins quatre-vingt pour cent de l’eau douce de votre planète est contenue dans la glace de l’Antarctique. Donc si l’Antarctique fondait complètement, les océans s’élèveraient d’au moins 60 mètres, je vous laisse imaginer les conséquences cataclysmiques d’une telle élévation. 
Or il s’avère que vous avez déjà fait fondre la plupart des glaciers et des calottes polaires par vous-même. Vous avez comme des grands agi de telle façon que la température moyenne de la planète sera telle que, d’ici peu de temps, bon nombre de zones seront inhabitables pour les humains. En fait, vous les humains avez fait seuls plus de dégâts que nous ne pourrions jamais le faire nous-mêmes. Donc, encore une fois, notre plan est, je me permets cette petite plaisanterie, tomber à l’eau.
Où en étais-je ? Oui notre plan de réchauffement climatique a finalement été abandonné, vous faites cela mieux et plus efficacement que nous. 
Toujours après consulté notre conseil, nous avons envisagé un autre plan. Nous avons utilisé une arme redoutable et imparable, que nous n’avons employé que très rarement, et dans un passé lointain. Cette arme consiste à agir sur la santé des populations. Elle consiste tout simplement à intervenir sur les prix des médicaments de l’ordonnance de base, de restreindre à une petite partie de la population l’accès à certains traitements, d’influencer les politiques de santé publique afin de dégrader et de privatiser les services hospitaliers et de faire disparaître la gratuité des soins et des médicaments. Nous savons que de telles mesures entrainera lentement mais sûrement la mort d’une majorité de votre civilisation, entrainera des révoltes et des montées incontrôlable de la violence. Mais là aussi, vous nous avez battus. 
En fait, et plus nous avons appris à vous connaître et plus nous vous conseillons d’envisager d’aller détruire d’autres planètes vu le travail remarquable que vous avez fait en détruisant la vôtre. D’ailleurs aller exploiter des ressources sur d’autres continents, détruire des civilisations, coloniser vous savez ce que c’est, vous l’avez fait, et le faites encore.
Mais nous sommes persévérants et nous sommes persuadés qu’il doit y avoir un moyen à mettre en oeuvre que vous n’avez pas encore utilisé sur Terre. Un de nos contacts sur une autre planète nous a suggéré de perturber votre chaîne alimentaire en éliminant la plupart de votre faune afin de faire s’effondrer votre réseau complexe d’écosystèmes nécessaire à la vie et qui a nécessité plusieurs milliards d’années d’évolution. 
Or vous qu’avez-vous fait ?  Aujourd’hui sur cette planète, plus d’1 million d’espèces vivantes sont menacées d’extinction. Pas moins de 75 % de la surface des terres est sérieusement endommagé. 66% des océans sont de plus en plus affectés par les effets cumulés des dégradations multiples. 85 % des zones humides ont disparu. Entre 2010 et 2015, 32 millions d’hectares de forêts primaires ont été détruits. Pas moins de 40 % de l’environnement marin a  été gravement endommagé, tout comme les trois-quarts des surfaces agricoles et la moitié des cours d’eau terrestres. 80 % des insectes d’Europe avaient disparu en l’espace de 30 ans ce qui mène à l’extinction de 400 millions d’oiseaux mais aussi à l’extinction d’autres prédateurs d’insectes comme les hérissons, les lézards et les amphibiens. Vous les humains êtes la cause de la sixième extinction de masse à cause de la surexploitation des ressources, de la dégradation des habitats, des pollutions diverses, de la prolifération des espèces invasives et du dérèglement climatique. Et tout cela, vous l’avez fait sans notre aide ! 
L’ultime piège diabolique auquel nous avons pensé, piège que nous avons déployé rarement est d’introduire subrepticement les technologies de l’intelligence artificielle à tous les niveaux de la société. 
Ces technologies ont amené les habitants de la planète à dépendre des machines dans chaque instant de leur vie. Elles ont permis le déploiements de drones de surveillance, des systèmes de plus en plus performants de captations des données personnelles et de géolocalisation, des systèmes de recommandation, de surveillances, … et sur ces planètes, poussés par cette quête sans issue de la toute puissance, les civilisations ont développé des machines qui ont gagné en puissance et en autonomie, qui ont consommé de plus en plus d’énergie et d’eau, qui ont demandé de plus en plus de matières premières et qui ont rejeté de plus en plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère jusqu’à empoisonner définitivement toute la planète rendant toute vie impossible. 
Qu’avez-vous en permanence entre vos mains à chaque heure du jour et de la nuit ? Qu’avons-nous trouvé ici ? Rien d’autre que la stratégie que nous avons employée pour enclencher l’autodestruction d’une civilisation. 
Mais que vous arrive-t-il ? Peut-être êtes-vous plus intelligents et plus machiavéliques que nous le supposons et que votre tactique face à nous est d’anticiper ce que nous pourrions faire afin que nous vous laissions tranquilles ? Peut-être êtes-vous tout simplement stupides et irresponsables ? Et que dans ce petit coin de la galaxie, vous avancez vers votre fin prochaine, et que très bientôt, cette partie de l’espace retrouvera son calme. Peut-être vous mettez en situation de frôler la destruction afin de  nous renvoyer chez nous et dès que nous serons partis, réparer rapidement votre planète ? 
Cela dit, ce scénario n’est évidemment pas une option puisque vous ne prenez aucune des mesures qui vous permettraient d’inverser les processus déjà engagés. 
À quel genre de jeu jouez-vous, humains ? 
Citoyens et citoyennes de cette Terre, comment pouvez-vous être à la fois capables de réaliser les rêves plus beaux, d’être artistes et créateurs, et d’être capables de rendre réels les pires cauchemars ? Citoyens et citoyennes de cette Terre, « je pars bientôt, vous m’excuserez si mes paroles sont brutales et retrouve de la gravité. L’univers est plus petit chaque jour, et ce que vous représentez et comment vous agissez n’est plus acceptable. Il ne s’agit pas de renoncer à la liberté mais de renoncer à agir avec irresponsabilité. Vos ancêtres, il y a bien longtemps avaient compris qu’il est nécessaire de vivre en harmonie avec le vivant. Sur les autres planètes, nous avons respecté ce principe depuis longtemps.
Nous avons une organisation qui veille à la protection des planètes et qui vise la disparition totale des agressions envers le vivant. Une autorité aussi haute repose bien sûr sur une vigilance mutuelle de tous les instants. Pour cela, nous parcourons l’univers dans des vaisseaux tels que celui avec lequel je suis arrivé. Nous sommes chargés de veiller sur le vivant dans son ensemble, parce que, dans toutes nos errances dans l’univers, nous n’avons rien trouvé de plus beau que la vie. 
Nous avons les pleins pouvoirs. Si nous détectons ce que nous avons détecté ici sur Terre, nous venons évaluer la situation, nous prenons contact et si rien ne change nous avons le pouvoir d’agir.
Terriens, terriennes, je suis venu vous donner ces informations. La façon dont vous dirigez votre planète ne nous regarde pas. Mais si vous continuez à menacer le vivant, la diversité afin de satisfaire vos petits appétits, votre civilisation sera réduite à un tas de cendres. Votre choix est simple : joignez-vous à nous et vivez en paix ou continuez sur votre voie et exposez-vous à la destruction.
Nous attendrons votre réponse. La décision vous appartient. Dans tous les cas, adieu terriens et terriennes ! »
« Rage, rage against the dying of the light! » peut-être le dernier titre des Nowakowskismes.  Ils sont terminés pour ce soir, et j’espère que dans 2 semaines, nous pourrons encore les diffuser. Tous les enregistrements depuis toutes ces années seront disponibles même si notre civilisation disparaît, et qui sait peut-être qu’un visiteur les retrouvera sur le site web de Radiocampus lorraine ou sur un blog oublié nowakowski.hypotheses.org s’ils résistent au temps. 

Sources et inspirations 
https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-02-mars-2020 
Le Jour où la Terre s’arrêta (The Day the Earth Stood Still), film américain réalisé par Robert Wise, sorti en 1951, la fin du texte est librement inspirée du message que Klaatu adresse aux scientifiques rassemblés devant sa soucoupe volante le message qu’il était venu délivrer et avant de décoller.
Premier contact, film de science-fiction américain réalisé par Denis Villeneuve, sorti en 2016
Rencontres du troisième type (Close Encounters of the Third Kind), film de science-fiction américain écrit et réalisé par Steven Spielberg, sorti en 1977
Les talents de Xanadu, Theodore Sturgeon
Titre de ces Nowakowskismes tiré du poème intitulé « Do not go gentle into that good night » de Dylan Thomas (https://poets.org/poem/do-not-go-gentle-good-night ) et qui est cité dans le film Interstellar de Christopher Nolan sorti en 2014.  
https://www.newyorker.com/news/dispatch/antarcticas-ice-the-one-war-that-the-human-species-cant-lose https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/04/jour-du-dereglement-a-compter-du-jeudi-5-mars-la-france-a-une-dette-climatique_6031769_3244.html 

 

Nowakowskismes 4.11. « Nous étions en 2050 »

les Nowakowskismes s’installent en 2050 Alors imaginons-nous en 2050, nous sommes quelques-uns à écouter les Nowakowskismes, et ils nous parlent du monde dans lequel nous tentons de survivre. Nous sommes réunis, le monde autour de nous n’est plus que chaos. 

Nous sommes en 2050. 
Après les réductions d’émissions de gaz à effet de serre enregistrées en 2015, aucun effort supplémentaire n’a plus jamais été fait pour en contrôler les émissions. En 2050, nous le savons, nous nous dirigeons vers un monde qui, en 2100, sera 3°C plus chaud. 
Nous sommes en 2050. 
La première chose qui nous frappe, c’est l’air que nous respirons de plus en plus péniblement. Dans de plus en plus d’endroits du monde, l’air que nous respirons est chaud, lourd et, selon les jours et la météo, surchargé de pollution aux particules. Nous avons en permanence les yeux qui pleurent. Nous sommes sujet à des problèmes pulmonaires qui font que les toux qui nous affectent tout au long de la journée, semblent ne jamais se calmer. Nous nous souvenons de ces pays d’Asie, où, par considération, les malades portaient des masques blancs pour protéger les autres contre les infections aériennes. Aujourd’hui, dans tous les pays, nous ne quittons pas notre masque qui nous protège partiellement de la pollution de l’air. Nous ne pouvons plus sortir sur le pas de notre porte d’entrée et respirer de l’air frais tout simplement parce qu’il n’y a plus d’air frais et pur. Au lieu de cela, avant d’ouvrir nos portes ou nos fenêtres le matin, nous vérifions notre téléphone pour voir quelle sera la qualité de l’air.
Nous sommes en 2050. 
De moins en moins de personnes travaillent à l’extérieur. Et même à l’intérieur, l’air que nous respirons laisse un goût légèrement acide en bouche, jusqu’à nous donner parfois la nausée. Les dernières centrales à charbon ont fermé il y a 10 ans, mais la qualité de l’air dans le monde ne s’est pas pour autant améliorée ! Nous respirons toujours un air surchargé des gaz d’échappement mortels crachés par les milliards de voitures et d’autobus qui ont continué à envahir la surface de la Terre. 
Nous sommes en 2050. 
Ce que nous avons appelé « Notre monde » va se réchauffer encore plus. Les prévisions pour les deux prochaines décennies nous indiquent que les températures dans certaines régions du globe vont augmenter encore plus vite, dans un emballement irréversible et désormais totalement incontrôlable. Les océans, les forêts, les plantes, les arbres et le sol ont absorbé pendant des milliers d’années la moitié du dioxyde de carbone que nous avons rejeté. 
Nous sommes en 2050, et il ne reste que peu de forêts, la plupart sont sur-exploitées ou ont été ravagées par les méga-feux  de forêt qui se sont multipliés. A cela s’ajoute la fonte du pergélisol qui rejette encore plus de gaz à effet de serre dans une atmosphère déjà saturée. 
La chaleur croissante de la Terre nous étouffe. D’ici 5 à 10 ans, nous savons que de vastes étendues de la planète vont devenir inhospitalières pour les humains. Et le pire est que nous ne savons toujours pas à quel point les régions arides d’Australie, d’Afrique du Sud, d’Inde et de l’ouest des États-Unis seront invivables pour les humains, d’ici 2100. Personne ne sait ce que l’avenir réserve à nos enfants et petits-enfants. Nous avons franchi tous les points de basculement l’un après l’autre, ce qui nous amène à douter sérieusement de la survie de l’humanité et de notre civilisation dans un futur proche. 
Nous sommes en 2050.
Et certains prédisent qu’à court terme les humains vont à nouveau se disperser, se rassembler en petites tribus pour survivre, recroquevillés sur eux-mêmes et vivant sur les dernières parcelles de terre encore capables de les accueillir.  
Nous sommes en 2050. 
L’augmentation du taux d’humidité dans l’air et les températures de plus en plus élevées à la surface des océans ont provoqué une multiplication des phénomènes climatiques extrêmes, comme les ouragans dévastateurs et les tempêtes tropicales. De plus en plus fréquemment, les événements climatiques extrêmes ont provoqué dans des villes côtières du Bangladesh, du Mexique, des États-Unis et d’Europe des destructions massives et irréversibles des infrastructures en particulier à cause des inondations qui ont suivi. Ces événements ont tué et tueront encore des milliers de personnes et font que des millions d’êtres humains doivent être déplacés, accroissant de jour en jour le flux des réfugiés climatiques. 
La fréquence et la puissance de ces événements climatiques augmentant, chaque jour, en raison de la montée des niveaux d’eau, une partie du monde doit évacuer vers des terres situées à niveaux plus élevés. Chaque jour, les informations nous montrent à nous qui sommes encore que partiellement atteints, des images de mères avec leurs bébés attachés sur leur dos, errant et pataugeant dans des eaux en crue, au milieu de  maisons déchirées par les flots combinés des océans déchainés et les flots des rivières gonflées des précipitations diluviennes.  
Nous sommes en 2050.
Les informations qui nous parviennent décrivent la situation catastrophique de personnes qui vivent dans des maisons avec en permanence de l’eau jusqu’aux chevilles parce qu’elles n’ont nulle part où aller, leurs enfants développant des pathologies respiratoires et dermatologiques dues à la moisissure qui envahit leurs lits et chaque recoin de leur habitat insalubre. A cause de la multiplication des événements climatiques extrêmes, la plupart des compagnies d’assurance ont fait faillite, laissant des millions de survivants sans ressources pour reconstruire leur maison ailleurs, un peu plus loin. 
Nous sommes en 2050. 
Comme le montre la théorie des catastrophes, ces événements se multiplient, surviennent simultanément et ont un effet amplificateur des désastres. Aux destructions s’ajoutent les difficultés d’approvisionnement et d’acheminement des secours. Nous sommes en 2050 et ça peut prendre des semaines, voire des mois, pour que la nourriture de base et les secours atteignent les zones dévastées. L’approvisionnement en eau potable n’est plus assuré, les destructions dues au sel de mer et le ruissellement agricole sont à la fois des conséquences et des causes de maux à venir.  Nous sommes en 2050 et des maladies telles que le paludisme, la dengue, le choléra, les maladies respiratoires associées à la malnutrition affectent la plus grande partie de l’humanité.
Lâches, nous essayons d’oublier le fait que 2 milliards d’humains vivent dans les régions les plus chaudes du monde. Que dans ces régions qui s’étendent inexorablement, les températures atteignent, sur des durées dépassant 45 jours par an, les 60 ° C. À cette température, un humain ne peut pas rester plus de 6 heures sous peine de ne plus être en capacité de refroidir son corps, et donc d’être voué à une mort assurée. En conséquence, des régions comme l’Inde centrale deviennent de plus en plus difficiles à habiter. Nous assistons à des migrations massives. Les zones rurales moins chaudes sont assaillies par de plus en plus de réfugiés provoquant des troubles civils graves, des massacres, et le repli sur soi des communautés humaines. Les guerres pour l’accès à l’eau font des ravages ajoutant ainsi aux effets du dérèglement climatiques son lot croissant de victimes. 
Nous sommes en 2050.
Les grandes famines ont à nouveau envahi la Terre. Les zones climatiques ayant changé, ce sont maintenant les régions du nord comme l’Alaska et plus généralement l’Arctique qui sont les nouvelles régions agricoles du Monde. Le Mexique et la Californie se sont enfoncés dans une sécheresse toujours plus destructrice. Pour beaucoup d’autres régions du monde, il faut faire face à des instabilités dues aux chaleurs extrêmes, auxquelles s’ajoutent les effets des inondations, des incendies de forêt et des tornades. La production alimentaire varie énormément d’un mois à l’autre, d’une saison à l’autre, selon l’endroit où nous vivons. Et surtout, l’approvisionnement alimentaire en général est devenu très imprévisible. Le commerce mondial a ralenti, les pays cherchant surtout à conserver leurs propres ressources.
Nous sommes en 2050 et la règle du chacun pour soi est de mise. Les pays disposant de suffisamment de nourriture rationnent. Les émeutes alimentaires, les coups d’État et les guerres civiles jettent les populations plus vulnérables sur les routes. Comme chaque fois, les pays encore épargnés cherchent à fermer leurs frontières afin d’empêcher les migrations massives. La plupart des armées des pays ne sont plus que des patrouilles frontalières hautement militarisées. Des essaims de drones patrouillent 24h sur 24, traquant infatigables ceux qui tenteraient de traverser. Certains pays ont même mis en place un système d’immigration choisie mais qui ressemblent à s’y méprendre à de la mise en esclavage organisée des plus faibles. C’est à prendre ou à laisser ! 
Nous sommes en 2050. 
Les humains qui vivent dans des pays encore stables et relativement épargnés peuvent encore se considérer physiquement en sécurité mais les effets dévastateurs au niveau psychologique se font de plus en plus sentir. Impuissance, désespoir, perte du sens de la vie,…. À chaque fois qu’un nouveau point de basculement a été franchi, l’espoir a diminué. Nous sommes en 2050, et nous savons qu’il n’y a plus aucune chance d’arrêter le réchauffement galopant de la planète et il ne fait presque plus aucun doute que nous nous dirigeons lentement mais sûrement et de plus en plus rapidement vers ce que les années 2020 avaient appelé l’effondrement. 
Effondrement ! Magie des mots qui veulent dire sans dire ! Ou comment exprimer l’inexprimable ! Nommer l’innommable ! Ou simplement comment habiller la réalité pour qu’elle soit digeste, qu’elle fasse polémique, ravage les pensées, et que la bonne conscience se substitue à l’action ! 
Nous sommes en 2050. 
En plus de sa contribution à l’intensification des émissions de gaz à effet de serre, la fonte du pergélisol a également libéré d’anciens microbes auxquels les humains d’aujourd’hui n’ont jamais été exposés et, par conséquent, n’y ont développé aucune résistance. A cela s’ajoutent les maladies propagées par les moustiques et les tiques. Jusqu’il y a 20 ans, ces maladies qu’elles véhiculent ne concernaient que certaines régions de la Terre mais aujourd’hui, en 2050, profitant du changement climatique, les moustiques ont migré et ont envahi les régions auparavant sûres de la planète, condamnant de plus en plus d’humains à la malaria et au paludisme. Il s’agit de survivre face aux déchaînement de la nature et de lutter contre des ennemis presque invisibles. Enfin, et encore une fois les catastrophes n’allant jamais seules, nous vivons un problème majeur de santé publique due à la résistance aux antibiotiques. Nous avons tellement usé de ces produits qu’ils ont fini par ne plus être efficaces. Nous avons tellement densifié les zones habitables qu’elles sont devenues des zones d’émergences d’épidémies meurtrières et difficilement contrôlables ! Souvenons-nous de l’épidémie de coronavirus, le Covid19. 
Nous sommes en 2050. 
La question de la disparition proche de l’espèce humaine est de plus en plus débattue. Pour beaucoup d’entre nous, la seule incertitude qui subsiste est combien de temps nous reste-t-il ? Quelle sera la dernière génération d’humains à fouler cette Terre ? Nous assistons à une augmentation sans précédent du nombre de suicides comme manifestation évidente du désespoir qui s’est emparé de nous. Au désespoir s’ajoutent ce sentiment de perte irrémédiable, cette culpabilité et cette impuissance insupportables et ce ressentiment féroce et stérile envers les générations précédentes qui n’ont pas fait ce qui était nécessaire pour nous détourner de l’abime.
Nous sommes en 2050 et la voix des Nowakowskismes nous rappelle Kafka qui disait il n’y a pas si longtemps : « Là c’était un espoir infini mais pas pour nous ». Ces quelques mots écrits par un écrivain dont les personnages s’efforcent d’atteindre des objectifs apparemment accessibles et qui, de façon tragique ou amusante, ne parviennent jamais à s’en approcher. 

Nous avions tout ce qu’il fallait, et … nous avons tout gâché. 

Nous sommes en 2050 et, en 20 ans, 3 milliards d’êtres humains sont morts. 

Nous sommes en 2050, j’ai éteint mon petit transistor, il faut que je l’économise.  Les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir, j’espère que dans 2 semaines, je pourrai encore les écouter. J’espère que dans deux semaines, cette voix viendra encore me parler. J’ai gardé avec moi tous les enregistrements depuis toutes ces années, ils sont encore disponibles sur le site web de Radiocampus lorraine pour ceux qui peuvent toujours y accéder, ou sur un blog presqu’oublié nowakowski.hypotheses.org. 

Nowakowskismes 4.10. « Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce… »

de https://www.nttdocomo.co.jp/english/binary/pdf/corporate/technology/whitepaper_6g/DOCOMO_6G_White_PaperEN_20200124.pdf

Ce soir les Nowakowskismes tiennent leur titre du poème de Richard Brautigan. Richard Brautigan né en 1935 et mort en 1984 était un écrivain et poète américain, proche de la Beat Génération et de la contre-culture américaine.  

« Il me plait d’imaginer 
(et ça doit arriver)
Une écologie cybernétique
Où libérés de nos labeurs
Et retournés à la nature
Auprès de nos frères et soeurs 
Mammifères 
Nous sommes tous surveillés 
Par des machines d’amour et de grâce ».

Ce soir, « tous surveillés par des machines d’amour et de grâce », les Nowakowskismes vont partir du rêve d’un poème pour explorer le cauchemar d’un monde cybernétique qui s’installe sans que nous ayons vraiment conscience. Je rappelle que la cybernétique est la science des systèmes complexes élaborée au milieu du XXième siècle par un mathématicien génial Norbert Wiener. La cybernétique vise à ordonner la vie entre l’homme et la machine. Enfin et pour information, cybernétique vient du grec « κυβερνητική » qui signifie gouverner et gouvernail. 

Pour commencer notre exploration, j’emprunte un exemple bien réel au dernier livre d’Olivier Tesquet intitulé À la trace, livre que je vous recommande chaudement. 
Prenez un badge… tout ce qu’il y a de plus banal aujourd’hui. Ce badge va évidemment servir à entrer dans un bâtiment, à entrer sur un parking, à accéder à l’ascenseur, … au restaurant de l’entreprise, aux transports, … Un badge, vous allez l’égarer aussi. 
Maintenant passez autour du cou le cordon du badge que la start-up Humanyze va vous proposer. Humanyze a d’abord été fondée sous le nom de Sociometric Solutions en 2010 à Boston. Son nom est un emprunt au psychiatre américain d’origine roumaine Jacob Levy Moreno qui a développé la sociométrie, la discipline qui cherche à étudier les relations interpersonnelles au sein d’un groupe afin de les cartographier en vue de réorganiser le travail. 
Donc Humanyze ainsi appelée depuis 2015 est un fournisseur de logiciels d’analyse des activités des personnes. Humanyze a été fondée par des étudiants en doctorat au MIT (Ben Waber, Daniel Olguin, Taemie Kim, Tuomas Jaanu) et leur professeur Alex Pentland. Sur la base de recherches menées au MIT Media Lab, la plateforme d’analyse des ressources humaines de Humanyze aide les entreprises à comprendre les données de communication de l’entreprise pour en découvrir des modèles décrivant la façon dont le travail est effectué. Cette plateforme d’analyse des ressources humaines de Humanyze porte le nom Humanyze Elements. Les professionnels des ressources humaines, des opérations et de l’immobilier d’entreprise utilisent donc Elements pour étudier en temps réel les données produites au sein d’un lieu de travail afin d’optimiser la prise de décisions en matière de santé organisationnelle, de stratégie du lieu de travail et d’optimisation des processus métier. Pour enrichir les modèles produits, Elements peut également agréger d’autres sources de données dont celles provenant de Microsoft Office Exchange, de Google Suite, de Skype et du Humanyze Badge. 
L’Humanyze Badge. Ce badge ressemble à s’y méprendre à n’importe quel autre moyen moderne d’entrer dans les locaux d’une université, d’un laboratoire, … ou d’une multinationale. Mais ce badge-ci est bien plus fort. Là où les autres se bornent à vous servir de clés, ou de moyen d’accéder à la photocopieuse, lui, en étant connecté va collecter tout un tas de données vous concernant. Le badge Humanyze permet ainsi de localiser les salariés dans l’entreprise, il est doté d’un micro pour enregistrer les intonations de la voix et il dispose d’un capteur de mouvements qui permet d’interpréter les postures sur le poste de travail. Pas question d’être vautré sur son bureau ! Pas question de faire des galipettes au bureau ! Il va ainsi, jour après jour, collecter jusqu’à 4 gigaoctets de données par personne et par jour ! 4 gigaoctets de données par personne et par jour (soit un DVD par personne et par jour, ou encore une bibliothèque complète par personne et par jour) ça en fait des données personnelles accumulées et traitées. Ces données seront alors récupérées sur Elements où elles seront analysées automatiquement afin d’élaborer des modèles de la performances des salariés afin de l’optimiser. 
Evidemment une telle collecte de données laisse craindre la mise en place d’un système de surveillance des faits et gestes de tous. Le patron, Ben Waber,  jure grands dieux que toutes les données sont cryptées, agrégées et anonymisées, qu’aucun contenu de communication n’est enregistré, qu’il n’y a pas d’informations personnelles identifiables ou d’informations confidentielles privées et qu’Humanyze est conforme au RGPD et au Bouclier de protection des données de l’ UE. 
Alors concrètement quelles sont les données collectées par ces badges ? Et bien, le badge saura si Alexandre du service de communication va discuter régulièrement avec Christelle du service informatique, et avec quelle périodicité. Il saura si Julie passe son temps à la cafétéria ou en salle de repos ou si Jules est au bord du burn-out simplement en analysant les intonations de sa voix. « Ce que cache mon langage, mon corps le dit. Mon corps est un enfant entêté, mon langage est un adulte très civilisé… » écrivait Roland Barthes.  
En tout 10000 salariés à travers le monde porteraient autour du cou le Humanyze Badge, de la NASA à Bank of America (allez voir tous les partenaires sur leur site web).
Par exemple, Bank of America a fait appel à Humanyze pour améliorer les performances et la productivité de certains centres d’appels. Ainsi grâce à l’analyse faite par Humanyze,  la banque a revu l’organisation des pauses en les synchronisant pour permettre aux employés d’avoir plus d’interactions. Ces changements auraient permis d’améliorer le rendement de 23%. 
Avec Humanyze tout est possible et surtout le caché devient visible et exploitable au service de la performance !
En fait, dans la Start-up nation, dans l’économie des services, un salarié efficace est un salarié choyé et surtout incité par des gratifications diverses à arriver tôt et à repartir tard. Et derrière cette façade du bien-être au travail, mantra de nos temps troublés, se cache la productivité forcenée ! Voilà le truc ! 

Encore quelques mots sur Humanyze. En fait, cette société est moins intéressée par les bavardages des salariés que par leurs gestes. Les gestes trahissent leur état d’esprit, leur humeur, leur état général, parce que les gestes révèlent les tréfonds. Si vous allez aux toilettes 3 fois par heure, c’est que vous êtes peut-être stressés, que vous avez éventuellement un problème de prostate, ou que vous allez vous cacher pour pleurer et donc il y a une action d’optimisation à proposer. Humanyze c’est le stade suprême de l’open space, parce qu’avec Humanyze, c’est optimiser les pauses et les interactions entre salariés afin de maximiser le rentabilité. Humanyze c’est comme l’écrit Matthew B Crawford dans « L’éloge du carburateur », garantir que la préoccupation principale du management soit toujours le maintien du consensus et la prévention des conflits. 
Pour l’instant, il ne s’agit pas de détecter les signes avant-coureur d’une grève mais d’optimiser les salariés dans leur environnement – des pions bien placés sur l’échiquier de l’entreprise. Une fois tout cela bien mis en place, et entré dans les habitudes, qu’est-ce qui empêchera les administrateurs de traquer le moindres début du commencement de ressentiment, de révolte, de malaise ? 
Mais ce système a quand même un point faible : un badge, peut être égaré, abandonné sur un bureau, ou simplement perdu. 
La réponse suivante est évidente. Si le badge est faillible, il peut être perdu et oublié, implanter une puce de la taille d’un grain de riz entre le pouce et l’index des salariés devient la solution. Une puce implantée dans la main pour fluidifier les opérations quotidiennes – une puce implantée dans la main pour restreindre l’accès à des documents confidentiels- une puce implantée dans la main au lieu de taper un mot de passe – une puce implantée dans la main pour acheter un café au distributeur automatique de l’étage ! 
Toujours plus loin mais pas si loin de nous ! Investir le corps pour mieux organiser le temps, optimiser, performer ! C’est déjà en place dans certaines entreprises.
Nous ne passerons pas en revue ce soir tous les domaines de cette surveillance par ces machines d’amour et de grâce, pour cela je vous renvoie encore une fois au livre d’Olivier Tesquet. Faisons juste quelques pas dans l’univers de la surveillance ordinaire.  
Depuis 2018, certains drones policiers américains peuvent pénétrer à l’intérieur des bâtiments. Depuis 2019, le Pentagone teste des ballons expérimentaux pour surveiller dans six états les faits et gestes des citoyens. De plus en plus d’universités américaines cherchent à surveiller les moindres faits et gestes de leurs étudiants, en accédant à leurs données de géolocalisation. 
D’après des révélations du Kansas City Star, tous les nouveaux étudiants de l’université du Missouri-Columbia n’ont ainsi « plus le choix » : ils doivent désormais installer sur leur smartphone l’application SpotterEDU, qui permet de vérifier leur présence dans une salle de classe grâce aux signaux Bluetooth.
Comme l’expliquait au Washington Post en décembre 2019 le fondateur de l’application, SpotterEDU est en train d’être testé dans près de 40 universités. Au total, 1,5 millions d’étudiants américains se seraient enregistrés au cours de l’année 2019. Dans certaines versions aujourd’hui abandonnées de l’application, le logiciel permettait bel et bien à ses utilisateurs de transmettre leurs coordonnées exactes de géolocalisation, même lorsqu’ils  « étaient de sortie en pleine nuit ».
Et ça fonctionne comment ? Les responsables des établissements transmettent à l’entreprise les horaires complets des cours de leurs étudiants. L’application envoie ensuite des mails automatiques aux professeurs ou aux membres de l’administration si un étudiant arrive avec plus de deux minutes de retard à un cours, ou s’il n’y est pas présent. Les simples « pauses » ou les départs anticipés, quelques minutes avant la fin du cours, sont aussi enregistrés. Une chronologie complète de l’activité de chaque étudiant est finalement reconstituée et mise à disposition des professeurs.
Et certains, comme toujours, sont enchantés par l’efficacité du dispositif. Ils déclarent à l’envi que « [leurs] étudiants veulent ces points [de présence] ». Ils assurent même que leur cours ont désormais 90 % de taux de présence, du jamais-vu. Les étudiants savent qu’ils sont surveillés, ils agissent donc en conséquence. Leur comportement change. 
En septembre 2019, le New York Times racontait aussi l’histoire d’un coach sportif à l’université de l’Alabama à Huntsville. Ce coach a recours à l’application FanMaker pour inciter les étudiants à rester plus longtemps dans les tribunes lors des matchs de football américain organisés sur son campus. Grâce aux données de géolocalisation, les plus assidus sont ainsi récompensés à travers un système de « points de fidélité », qui leur donnent accès à des réductions de prix pour des matchs de compétition. 
Enfin, SpotterEDU est loin d’être la seule application du secteur. Il y a évidemment de la concurrence et elle est rude !  SpotterEDU a notamment pour adversaire la start-up Degree Analytics, qui utilise le wifi pour surveiller les étudiants et qui est déjà en place dans 19 universités. D’ailleurs, une simple recherche sur les répertoires d’applications pour smartphones permet de se rendre compte à quel point les services du même genre se multiplient. 
L’exemple de l’application Alora – Attendance Tracker est significatif. Elle se présente comme une interface permettant de « suivre rapidement la présence et la participation aux cours, les événements, les réunions et les clubs sportifs » des membres de ces institutions et d’en tirer des « rapports complets » en utilisant la « position géographique » de chaque utilisateur.
Pour finir, et ce n’est pas un badge, ni une application. Fin 2018, nous avons assisté au lancement dans certaines écoles d’« uniformes connectés » permettant ainsi de suivre les déplacements et les activités des élèves. A la rentrée 2019, un lycée de Virginie a lancé une phase d’« expérimentation » d’une application traquant le moindre déplacement de ses élèves… y compris leurs pauses pour aller aux toilettes.

Pour finir, revenons pas loin de chez nous. Avec une start-up dont j’ai déjà parlé dans les Nowakowskismes intitulés « Soyez prêts pour un monde meilleur ». 
Dans le rayon, « Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce », c’est la start-up messine Two-I, spécialisée en détection d’émotions, qui décroche le pompon. Two-I a approché la mairie de Nice et a proposé de détecter les émotions des voyageurs dans les tramways de la ville. Two-I prétend détecter les émotions des voyageurs pour repérer des suspects potentiels avant qu’ils ne passent à l’acte (le projet est pour l’instant en suspens). 
Two-I a signé des contrats avec « le ministère du Bonheur » de Dubaï. Est-ce nécessaire de faire des commentaires !?
En France, Two-I a testé son dispositif dans le stade de football de Metz. Il a même été question de le tester dans un « quartier populaire » de Nancy, dans le cadre d’un partenariat avec l’office des HLM, afin d’évaluer le ressenti des habitants. Remarquons que ce sont toujours les stades et les quartiers qui servent de cobayes aux expérimentations sécuritaires avant un futur déploiement « pour tous ». J’ai d’ailleurs appris hier que ça y est, le déploiement de cette surveillance dans le stades allait être généralisée !
« Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce… » dans la safe city, la « ville sûre » bardée de capteurs et confiée à des ordinateurs, parce que, quand on a installé plusieurs milliers de caméras, et comme dans le cas d’Humanyze, la quantité de données générées ne peut être gérée sans les logiciels ad hoc. N’oublions pas que la plupart des caméras piétons des policiers français sont achetées à Hikvision, une entreprise chinoise Hikvision qui a mis au point une caméra capable d’identifier les Ouïghours (rappelons que es Ouïghours sont la cible d’une véritable épuration ethnique).
Qu’est-ce qui pourrait nous sauver ? Et bien l’art comme d’habitude ? 
Il y a en effet des choses intéressantes dans les arts numériques pour contourner la reconnaissance faciale. Adam Harvey, un artiste américain, travaille sur ces questions. Il a conçu des vêtements anti-drones et a lancé des maquillages pour lutter contre la reconnaissance faciale. Il n’y a pas besoin de disparaître mais d’apparaître autrement. Les maquillages servent à déséquilibrer le visage car la reconnaissance faciale a besoin d’une espèce de symétrie parfaite. Il applique finalement les techniques de camouflage du visage bien connues des militaires. 
Ce qui est terrible d’ailleurs, c’est la standardisation par les machines d’une forme de perfection inhumaine. Regardez la tête qu’on vous demande de faire pour que la photo d’identité de votre passeport soit valide et acceptée par les systèmes automatiques de reconnaissance !  Les yeux grands ouverts, pas de grimace (le rire ou le sourire sont des grimaces) parce que les lèvres doivent être parfaitement alignés, pas de cheveux qui dépassent, pas d’imperfection sur la peau, … Une tête de masque mortuaire !
Donc, pour tromper les systèmes de reconnaissance, il faut se grimer, mettre un faux oeil, une fausse mèche de cheveux. À Hongkong, pour échapper à la « surveillance de ces machines d’amour et de grâce », les manifestants ont utilisé leurs cheveux. Lisez ou relisez William Gibson, le père du mouvement cyber punk, qui aborde également ce sujet dans son roman Histoire Zéro. 
Enfin, rappelons qu’il y a une nécessaire convergence des luttes entre les préoccupations environnementales et technologiques. 
Prenons l’exemple de la 5G ! Les précédents Nowakowskismes lui étaient consacrés. La 5G est non seulement un non-sens écologique parce qu’elle va générer une surconsommation terrible d’énergie. Elle est aussi un non sens pour la liberté parce qu’elle va permettre la mise en oeuvre massive de dispositifs de surveillance toujours plus invasifs vers l’automatisation de la vidéosurveillance et les objets connectés qu’on installe dans chaque instant de nos vie, avec le premier d’entre eux, le smartphone. 
En effet, toujours surveillés par des machines d’amour et grâce comme Facebook qui active en permanence notre géolocalisation en permanence. 
Toujours surveillés par des machines d’amour et grâce qui ne nous écoutent pas activement mais dont tout un tas d’applications filment ce qui se passe sur l’écran. 
Toujours surveillés par des machines d’amour et grâce parce qu’au final, reçoit-on une information parce que notre téléphone nous a écoutés ? Ou la reçoit-on parce qu’à force d’être mesuré en permanence et d’être ce cobaye sur lequel on a branché plein de capteurs, la machine finit par nous envoyer exactement ce qu’on attendait ?
Toujours surveillés par des machines d’amour et grâce d’un monde dans lequel on va jusqu’à coller des capteurs sur des vaches dans les exploitations agricoles ?
Comme l’a affirmé à plusieurs reprises Cornélius Castoriadis il y a 30 ans, dans ce monde, dans cette course, à aucun moment nous nous sommes posés et préoccupés de savoir ce qui est souhaitable ou pas pour la liberté, pour la démocratie, et pour le monde qui vient !  
Avant de nous quitter, juste une petite annonce importante. Aujourd’hui les enjeux environnementaux, sociétaux et sociaux liés au dérèglement climatique sont devenus une réelle priorité à aborder au cœur de nos territoires de manière collective. Face à l’urgence de la situation, les associations Banlieus’arts, ARAC (Adaptation & Résilience – Anticipation Citoyenne), Adrastia, en partenariat avec Metz Marche pour le climat, vous propose une grande conférence à l’Hôtel de Ville de Metz ayant pour but d’aborder ces questions à travers un prisme fondamental qui relie experts, citoyens et politiques afin de permettre au plus grand nombre de s’approprier les concepts régissant les mécanismes et le fonctionnement du monde dans lequel nous vivons et faire émerger des axes d’actions et de réflexions futures.
Venez nombreux à la conférence Urgence climatique & espoirs lucides le Samedi 8 février de 17h à 20h à l’Hôtel de ville de Metz

Sources
https://usbeketrica.com/article/les-universites-americaines-cherchent-a-geolocaliser-leurs-etudiants 
https://www.theverge.com/2020/1/28/21112456/spotteredu-degree-analytics-student-location-tracking-app-attendance
https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/07/23/un-lycee-accuse-de-vouloir-suivre-a-la-trace-ses-eleves-a-l-aide-de-porte-clefs-connectes_5335021_4408996.html

A la trace. Enquête sur les nouveaux territoires de la surveillance. Olivier Tesquet. Premier Parallèle. 2020
Eloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail. Matthew B. Crawford. La Découverte. 2009

https://metz.fr/agenda/fiche-26295.php https://www.streetpress.com/sujet/1579625191-reconnaissance-faciale-fichage-generalise-geolocalisation-surveillance-capitalisme-gafa https://www.humanyze.com
https://en.wikipedia.org/wiki/Humanyze 

Nowakowskismes 4.9. « et 1, et 2, et 3, et 4, et … 5G… »

Selon Oxfam, en France sept milliardaires possèdent autant que les 30% les plus pauvres.
Les inégalités ne cessent de se creuser. C’est le constat que fait Oxfam le jour de la réunion royale de « Choose France », et à la veille du 50e Forum économique mondial, à Davos en Suisse (pour information Davos existe depuis 1971). 
L’ONG met à jour les dernières données sur les inégalités dans le monde. Et chaque année, les richesses se concentrent un peu plus. C’est encore le cas en 2019 : les 1% les plus riches de la planète possèdent désormais plus du double du reste de l’humanité, soit 92% de la population mondiale. Ou dit autrement 2153 personnes possèdent plus que 60% de l’humanité ! 
« Une minorité d’hommes blancs se taille la part du lion » résume OXFAM, et le rythme de réduction de la pauvreté est deux fois inférieur à celui de 2013. On assiste à des disparités de revenus en constante augmentation, et pire les gouvernements les favorisent. Le rapport rappelle que les premières victimes des inégalités sont les femmes et encore fois pour être concret : « 22 hommes les plus fortunés possèdent plus de richesses que l’ensemble de la population féminine d’Afrique ».
La France ne fait pas exception à cette tendance générale avec 41 milliardaires, quatre fois plus qu’après la crise financière de 2008. Sept milliardaires possèdent autant que les 30% les plus pauvres. Qui sont-ils ? Plus de la moitié ont hérité de leur fortune et seulement cinq sont des femmes. Quant à leur richesse cumulée, 329,9 milliards de dollars, c’est cinq fois plus qu’après 2008. 
Symbole de la prospérité des milliardaires français, Bernard Arnault, le patron du groupe de luxe LVMH est devenu l’homme le plus riche du monde le 16 décembre 2019, en l’espace de quelques heures, devançant Jeff Bezos, patron d’Amazon, et évinçant Bill Gates. Avec une fortune de 76 milliards de dollars, il est revenu en 4e position dans le dernier classement du magazine Forbes, publié le 27 décembre 2019.
Et parallèlement, les inégalités repartent à la hausse, en 2019. Selon l’INSEE, on compte en France 400 000 pauvres de plus. Des inégalités que la réforme des retraites, qui sera présentée le 24 janvier en conseil des ministres, va encore accentuer.

Ce soir les Nowakowskismes vont s’intéresser à l’arrière boutique du déploiement de la 5G. Compter jusqu’à 5, et entrer dans le détail des enjeux, des conflits et des risques pas toujours affichés de cette course à l’échalote économique et technologiques pour la domination du monde des télécommunications. Alors et 1, et 2 et 3 et 4 et … 

La 5G, on en parle, un peu, mais pas trop, elle est tapie dans l’ombre. Mais au fait qu’est ce la 5G ? Avec la 5G, on nous annonce une nouvelle révolution technologique, encore une qui va rendre plus belles nos vies, qui va permettre le jamais vu avant en matière de connectivité ! Et surtout attention les yeux, la 5G ne fait pas que succéder à la 4G, ce serait trop facile ! 
Tout d’abord, faisons un petit retour dans le temps. En 1980, la première génération de téléphones « mobiles » extrêmement chers, très lourds et encombrants, et finalement très peu mobiles, ne permettaient que de passer un coup de fil. Douze ans pus tard, la 2G va permettre d’envoyer des premiers messages textes. Pour les plus vieux, souvenez-vous, c’étaient des messages de tailles limitées et payants. Un peu à la manière d’un tweet, ils étaient limités à 160 caractères.  Puis arriva la 3G, les premiers smartphones, et l’accès facile et universel au réseau et ses services, web, mail, … Enfin, moyennant un nouveau smartphone plus cher, la 4G a permis de faire la même chose mais en un peu plus rapide. 
Avec la 5G, on change d’échelle. Tout va de 10 à 100 fois plus vite. Le rêve de l’instantanéité est enfin atteint. Avec la 5G, il n’y a plus de temps de latence, on clique et immédiatement, le contenu, quel qu’il soit, vidéo, son, images… est immédiatement disponible ! Le temps de latence désigne le délai de transit d’une donnée entre le moment où elle est envoyée et celui où elle est reçue. Celui-ci sera divisé par 10 par rapport à la 4G, avec un temps de réponse d’à peine une milliseconde. Cette réactivité est cruciale pour l’industrie, car des échanges constants et quasi-immédiats sont requis pour faire émerger des usages comme le transport autonome. La 5G avec 1000 fois plus de connexions possibles permettra d’éviter l’engorgement des réseaux à l’heure où tout devient connectable et que les capteurs connectés pullulent.
La 5G ne doit pas être vue comme une simple évolution de la 4G. C’est en réalité une technologie de rupture. Son employabilité promet d’être très étendue et pourra donc servir dans des secteurs variés.
Le réseau 5G a pour particularité d’être découpé en tranches auxquelles on affecte des priorités et des qualités. Ainsi, quand le réseau devient moins performant, il peut maintenir les tranches prioritaires à un niveau de qualité maximale et dégrade les autres. Et ces tranches prioritaires pourraient notamment être affectées à la police dans le cas d’une intervention d’urgence, ou à des communications de crise. Ce principe, appelé « network slicing », inquiète certains défenseurs de la neutralité du net. En 2016 déjà, la Quadrature du net dénonçait dans le 5G Manifesto, les opérateurs télécoms qui menaçaient de freiner les investissements dans la 5G si les régulateurs ne renonçaient pas aux règlementations européennes sur la neutralité du net ! 
Ainsi les villes, en permettant de renforcer les réseaux mobiles avec cette architecture de réseau facilitant le développement de technologies nécessitant de gérer de grandes quantités de data en temps réel, deviendront des « smart cities », peuplées d’objets connectés et intelligents en tous genres, ou la médecine aura cédé la place à la télémédecine et les opérations chirurgicales à distance, parcourues de voitures autonomes, drones et de robots dont la maintenance sera effectuée à distance, enrichies de réalité augmentée et de mondes immersifs. Et partout, de nouvelles opportunités pour plus de surveillance, d’intrusions dans la vie privée, … On nous promet que d’ici la fin de l’année, une dizaine de grandes villes françaises en seront équipées.  Et dans dix ans la France tout entière ! 
Et dans cette course morbide à la vitesse et à la croissance, il ne faut pas être à la traine. Les Etats unis, la Corée du Sud sont déjà partis, la France aurait un an de retard ! Et selon le PDG d’orange, la 5G est un enjeu majeur de compétitivité ! 
Le gouvernement a mis aux enchères une grande partie des blocs de hautes fréquences nécessaires à la 5G. Bouygues Telecom, Free, Orange, SFR se battent déjà pour en être. Et bien sûr, Huawei est en embuscade. L’état empochera ainsi 2 à 3 milliards d’euros.
Les conséquences visibles de ce déploiement, c’est 10 fois plus d’antennes qu’aujourd’hui. En effet, contrairement à la 4G, la 5G n’émet pas dans toutes les directions et exige des antennes tous les 100 mètres. La 5G va ainsi générer des coûts de réseau 3 fois plus élevés et bien sûr, pour y accéder il va falloir acheter un nouveau portable, plus cher encore ! 
Et bien sûr, parce que déployée partout sans évaluation sanitaire, ni débat démocratique, une des questions centrales tourne autour des impacts sanitaires potentiels d’un tel déploiement, d’une telle intensification des sources d’émissions d’ondes à hautes fréquences. C’est pourquoi plus de 3000 scientifiques, médecins et ONG du monde entier ont sonné l’alarme, et ont diffusé une pétition intitulée « 5Gappeal » et appellent à une journée de mobilisation le 25 janvier 2020. 
Enfin, « last but not least » comme disent les anglo-saxons, en plus des antennes au sol, la 5G s’appuiera sur une flotte de 20000 satellites placés en orbite terrestre basse et moyenne qui seront chargés d’inonder la Terre de faisceaux puissants, focalisés et orientables. Cette architecture aura pour conséquences une pollution accrue des orbites basses de la Terre et entrainera évidemment une surexposition massive, inévitable et involontaire aux rayonnements sans fil.
Bienvenue dans le monde merveilleux de la toute puissance communicationnelle !

Après ces quelques considérations techniques, intéressons-nous maintenant aux impacts énergétiques et économiques de ce déploiement irréfléchi de la 5G. Quelles sont les conséquences sur la consommation énergétique et quels sont les risques économiques ?
D’ailleurs savez-vous que le processus d’attribution des fréquences nécessaires aux réseaux 5G est lancé depuis plusieurs semaines ? Comme toujours, pour ce qui concerne les soi-disant innovations technologiques, leur déploiement doit aller de soi parce qu’il n’est pas concevable de se tenir à l’écart de la marche du progrès technique. Et ce déploiement est décidé, sans débat, presqu’en catimini, sur la seule base des conclusions d’experts affirmant qu’il s’agit là d’un enjeu stratégique et d’un projet industriel majeur. Regardez ce qui s’est passé pour le déploiement de la reconnaissance faciale. Si nous n’avions pas eu la CNIL, des associations et d’autres qui se sont mobilisés, le déploiement se serait fait de la même manière sans trop de bruit, comme une évidence ! Et donc pour la 5G c’est pareil ! 
Depuis presque la nuit des temps, la question que nous n’osons jamais affronter est toujours la même : «  Devons-nous faire tout ce que nous pouvons techniquement faire ? » Ne sommes-nous pas toujours des gamins excités devant leur nouveau jouet confondant ce qui est nouveau avec ce qui est utile, ce qui semble urgent avec ce qui est important, ce qui est destructeur avec ce qui est vital ? Du coup, est-il acceptable que la mise en place de la 5G ne s’accompagne en France d’aucune évaluation mettant en balance le supplément de service rendu avec les inconvénients environnementaux additionnels ?
Le déploiement de la 5G, nous venons de le voir, est synonyme d’une « prolifération numérique » sans égale. A ses effets négatifs sur le bien être personnel, à ses effets excluant dus à une accélération d’une dématérialisation irréfléchie des services publics, à ses effets destructeurs sur le bien vivre en commun, pouvons-nous accepter de laisser y rajouter sans même prendre le temps de savoir dans quoi nous nous lançons, des dégats économiques et écologiques irréversibles ? 
Tout d’abord, parlons d’énergie ; 65 % de la consommation énergétique directe d’un opérateur mobile vient du fonctionnement des équipements fournissant la couverture radio. Or, on sait aujourd’hui qu’un équipement 5G consomme trois fois plus qu’un équipement 4G. De plus, ajouter des équipements 5G aux sites existants dédiés aux 2G, 3G et 4G conduira à doubler la consommation. N’oublions pas qu’avec la 5G, il faudra trois fois plus de sites qu’avec la 4G pour assurer la même couverture comme souhaité par le gouvernement. Ce déploiement aura pour conséquence une consommation d’énergie des opérateurs mobiles qui sera multipliée par 2,5 à 3 dans les cinq ans à venir. En Chine, les résultats du déploiement de 80000 sites 5G en un an confirment cette surconsommation. Cette surconsommation représentera environ 10 TWh supplémentaires, soit une augmentation de 2 % de la consommation d’électricité du pays.
S’il y a un réseau 5G, il y aura des composants réseau, et des objets connectés. Il faudra donc rajouter l’énergie nécessaire à la fabrication de ces éléments constitutifs du réseau, et l’énergie nécessaire à la production des milliards de terminaux et d’objets connectés qui seront reliés via ce réseau, et dont le Consumer Electronics Show 2019 de Las Vegas, qui s’est terminé le 10 janvier, a fait à nouveau étalage indécent. Les calculs montrent que l’énergie nécessaire à la fabrication des terminaux, serveurs, et éléments de réseau représente trois fois l’énergie de fonctionnement des réseaux, hors data centers.
Alors que nous savons tous que l’augmentation de la durée d’utilisation des smartphones est indispensable pour réduire leur empreinte carbone, et la consommation des terres rares et les dégats écologiques qui en découlent, l’utilisation de la 5G accélérera leur remplacement, bien sûr pour le plus grand bonheur des fabricants d’équipements et le plus grand malheur de la planète.
Qu’attendons-nous pour réagir ? Qu’attendons-nous pour stopper cette course permanente qui va de pair avec une explosion de l’empreinte énergétique et de l’empreinte carbone de notre système de communication ? Que nous faut-il pour suspendre cette explosion d’objets connectés ?… Nous savons que  les économies d’énergie sont un défi à relever pour envisager la neutralité carbone.  
Ne sommes-nous pas aussi irresponsables que les climato-sceptiques quand nous ne nous donnons pas les moyens d’agir ? 

Continuons cette exploration dans la cinquième dimension. L’impact économique du déploiement de la 5G est lui aussi à discuter quand on détaille les coûts dus à l’achat des fréquences, à la multiplication d’équipements radio de plus en plus énergivores, au nécessaire redimensionnement de l’environnement électrique des sites, au passage en très haut débit du réseau « backhaul » (c’est le réseau qui relie le réseau principal aux réseaux secondaires). Selon une étude de McKinsey (The road to 5G : The inevitable growth of infrastructure cost de février 2018), complétée par les calculs de l’association d’opérateurs GSMA (5G-era Mobile Network Cost Evolution du 28 août 2019), tous ces investissements vont augmenter les coûts de réseau des opérateurs de 60 % à 300 % ! 
Est-ce que pour autant les prix des abonnements vont-ils augmenter selon le même ration ? Certainement pas, puisque les services offerts par la 5G seront les mêmes qu’avec la 4G. 
Comment faire payer la réduction des temps de chargement des contenus, ou comment facturer la garantie d’une qualité de service égale même dans les zones à forte densité d’accès ? 
Enfin un point non négligeable, avec le déploiement de la 5G, nous allons être confronter à de nouveaux risques ou quand ils ne sont pas nouveaux, une intensification de ces risques. Par exemple, en matière de cybersécurité, par la multiplication des points d’entrée qu’elle va favoriser, la 5G va conduire à une infrastructure à la fois plus décentralisée et plus « logicielle » pour laquelle les mesures de protection actuelles ne seront plus nécessairement adaptées. Un des exemples les plus flagrants concerne le géant chinois des télécommunication Huawei. L’ampleur de l’affaire Huawei traduit les craintes suscitées par la montée en puissance de la Chine en particulier sur le déploiement des composants réseaux de la 5G. Entre guerre commerciale, espionnage, transferts de technologies, pillage industriel,… ces problématiques rebattent les cartes de la géopolitique mondiale et dans la course à la suprématie mondiale en matière de communication. Huawei étend son influence dans 170 pays du monde dans les domaines des téléphones portables, du réseau 5G, des villes du futur, et de la vidéosurveillance intelligente. Mais en Europe comme aux Etats-Unis, ses liens supposés avec le Parti Communiste Chinois inquiètent. Du coup, en seulement un an, Huawei a perdu le droit d’utiliser les applications Google, se retrouve sur la liste noire de Washington, et voit sa directrice financière arrêtée à la demande des Américains. Comment l’entreprise qui a vendu plus de 200 millions de téléphones l’an dernier est-elle devenue la bête noire de Donald Trump et du monde occidental ? 

La réponse ne serait-elle pas dans cette question : comment les USA peuvent-ils accepter qu’un autre leur fasse ce qu’ils ont toujours fait en inondant le monde des logiciels et équipements qui constituent tous nos réseaux informatiques et de communication ? 

Nous n’en avons pas fini avec la 5G. Son impact négatif sur nos activités est lié aux interférences qu’elle va générer avec d’autres usages. Ainsi, la 5G par l’utilisation à trop forte puissance de fréquences dans la bande 26 GHz pourrait perturber gravement les satellites météorologiques, alors même qu’ils deviennent indispensables face à l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des évènements climatiques extrêmes. 
Enfin, pensez-vous que la 5G va permettre une réduction de la fracture numérique ? L’exemple des Pays Bas montre le contraire. En effet, la réalité de ce petit pays est que la couverture des zones les moins denses, regroupant 30 % de la population, représenterait 75 % des coûts du réseau. Et c’est précisément là que la 5G pourrait faire état des ses avantages en termes d’accès aux services dématérialisés, de la eSanté et tous les autres. La question qui se pose est la suivante : qui va payer ce déploiement ? Des entreprises privées ? Mais qui pourrait les obliger à financer des services publics ? 

Encore une fois, « devons-nous faire tout ce que nous pouvons techniquement faire » ? Si non, comment faire le tri ? Comment choisir ? Et au nom de quoi ? Et quand cesserons-nous cette course absurde au toujours plus ?
Avant toute chose, ne devrions-nous pas nous demander avant d’agir si nous avons réellement besoin de la 5G, si la vie sur la Terre a vraiment besoin des objets connectés, si cette surconsommation énergétique est raisonnable, si la voiture autonome va résoudre les problèmes posés les choix irresponsables en matière d’urbanisation, si la télémédecine c’est mieux qu’un médecin, … plutôt que de foncer tête baissée aux motifs que d’autres l’ont fait avant nous, que le choix aujourd’hui ne peut se résumer qu’à la compétitivité ou la mort. 
Alors pour justement réfléchir à tout cela, et en guise de conclusion, voici les mots prononcés par Greta Thunberg mardi 21 janvier 2020 devant les élites économique et politique de la planète rassemblées à Davos.  Elle a rappelé fermement qu’« en pratique, rien n’a été fait » pour le climat, même après plusieurs mois de mobilisation massive des jeunes dans le monde. Et aussi ces quelques chiffres : « Si on veut avoir 67 % de chances de limiter l’augmentation moyenne de la température globale de la Terre sous les 1,5 degrés, il nous restait, au 1er janvier 2018, 420 gigatonnes de CO2 à émettre. Evidemment, ce nombre est bien plus bas aujourd’hui, étant donné que nous émettons quelque 42 gigatonnes de CO2 chaque année. Avec les émissions actuelles, le budget CO2 qu’il nous reste sera épuisé d’ici huit ans ».
N’est-ce pas là une priorité bien plus urgente que la 5G ? 

Sources
Rapport Oxfam 2020, https://www.oxfamfrance.org/wp-content/uploads/2020/01/Rapport-Oxfam-Inegalites-2020-COMPLET.pdf 
https://www.5gspaceappeal.org 
https://jancovici.com/publications-et-co/articles-de-presse/faut-il-faire-la-5g/

https://www.numerama.com/tech/147723-5g-tout-savoir-sur-le-reseau-mobile-du-futur.html 
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/01/09/5g-ne-sommes-nous-pas-en-train-de-confondre-ce-qui-est-nouveau-avec-ce-qui-est-utile-ce-qui-semble-urgent-avec-ce-qui-est-important_6025291_3232.html

5G Telecom Power Target Network Whitepaper, Huawei, septembre 2019
EU coordinated risk assessment of the cybersecurity of 5G networks, NIS Cooperation Group, octobre 2019
Assessing the capacity, coverage and cost of 5G infrastructure strategies : Analysis of the Netherlands, Edward Oughton, Zoraida Frias, Sietse van der Gaast, Rudolf van der Berg, janvier 2019
https://usbeketrica.com/article/avec-la-5g-des-risques-de-cyberattaques-plus-importants 
https://usbeketrica.com/article/securite-sante-vitesse-que-vaut-5g 
https://usbeketrica.com/article/5g-les-etats-unis-ont-peur-de-perdre-leur-preeminence-technologique 
https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-emission-du-mercredi-10-avril-2019 

Nowakowskismes 4.8. « Soleil vert »

Désolation par Samuel Nowakowski

Comme à chaque ouverture de ce nouvel espace-temps, pénétrons plus en profondeur dans notre environnement avec ce soir, quelques mots sur la pollution plastique 
18 tonnes de plastiques sont déversées dans la mer chaque minute !
10 tonnes de plastique sont produites chaque seconde dans le monde !
Seulement 1/4 des plastiques sont recyclés, le reste finit dans les océans !
En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans l’océan !
Nous ingérons chaque semaine l’équivalent d’une carte bleue de plastique !

Ce soir les Nowakowskismes empruntent leur titre au film Soleil vert, Soylent Green en VO. L’industrialisation de la planète amorcée au XIXème siècle et amplifiée durant le XXème siècle et le XXIème siècle, a conduit à la surpopulation et à la pollution mondiale. Les ressources naturelles sont maintenant épuisées. L’action du film se déroule à New York en 2022. La métropole est devenue une mégapole de 44 millions d’habitants. Il règne en permanence une température élevée, soit 33°C. L’eau est rare. La faune et la flore ont quasiment disparu. La nourriture issue de l’agriculture également. La plupart des habitants n’ont pas les moyens d’acheter des aliments naturels vendus à des prix exorbitants et accessibles qu’aux classes dominantes, sont réduits à manger des produits de synthèse, fournis par la multinationale Soylent Industries… 
Passons maintenant à notre présent 

Les êtres humains ont tué 83 % de tous les mammifères sauvages et éradiqué la moitié de toutes les plantes. La population de mammifères marins a diminué de 80 % au cours du dernier siècle.
Or les humains sont loin d’être seuls sur la planète ! En effet, les 7,6 milliards d’êtres humains qu’abrite la terre ne représentent que 0,01 % de la biomasse.
En comparaison, les bactéries comptent pour 13 % de la biomasse, les plantes pour 83 % et toutes les autres formes de vie réunies pour 5 %.
Mais malgré qu’il ne représente qu’une infime partie de la vie sur la planète, l’être humain est à l’origine de la destruction de la vie sur terre.
En plus d’être la cause de la disparition de 83 % de tous les mammifères sauvages et de la moitié de tous les végétaux, l’être humain ne fait pas qu’éliminer certaines espèces, il décide quelles espèces animales et quelles espèces végétales survivront pour satisfaire ses besoins immédiats.
Actuellement, 70 % de tous les oiseaux de la planète sont des poulets et autres volatiles de ferme. Et parmi tous les mammifères restants, 60 % sont constitués de bétail, 36 % de porcs et à peine 4 % sont des animaux sauvages.
Ce déséquilibre important entre les populations d’animaux domestiques et sauvages s’explique par l’agriculture industrielle, l’extraction des ressources et l’expansion de la civilisation humaine, toutes ces activités qui accélèrent la destruction des écosystèmes.
Et ce déclin n’est pas près de ralentir. Une étude publiée la semaine dernière révèle que si, d’ici la fin du siècle, la température s’élève de 3,2 degrés Celsius par rapport à l’ère préindustrielle, l’aire de distribution des espèces animales sera réduite de près de la moitié.
Nous savons ce qu’il faut faire. Nous devons consommer moins de produits d’origine animale, prendre moins fréquemment l’avion, utiliser moins souvent notre voiture et avoir moins d’enfants. Peut-être sommes-nous faits pour ne pas accepter ce que nous savons pourtant vrai ? Chacun d’entre nous doit prendre sa propre décision, la somme de toutes ces décisions individuelles déterminera notre avenir commun. 
Pour cela, nous avons besoin de changements structurels à tous les niveaux ! Dans les axes forts, il faut qu’à l’échelle mondiale, et de toute urgence, les énergies fossiles soient abandonnées au profit d’énergies renouvelables. À cela, il faut exiger  la mise en place de quelque chose qui ressemble à une taxe carbone.
Pour les consommateurs, il faut réclamer des étiquetages indiquant l’impact environnemental sur et par les produits et remplacer le plastique immédiatement par des options viables. 
Pour tout ceux qui y vivent, et en ces périodes pré-électorales, il faut exiger de construire des villes dans lesquelles il est possible de se déplacer à pieds, des villes desquelles sont bannies les espaces bétonnés au profit de la végétation, de la vie ! 
Enfin, pour reconsidérer fondamentalement les modèles économiques dominants, nous avons un besoin urgent et vital d’une révolution politique et économique.

Ces transformations requerront des changements que des individus seuls ne pourront pas réaliser. Mais nous n’avons aucune chance de sauver la planète et le vivant si nous ne prenons pas ma décision hautement individuelle de vivre différemment ensemble ! 
Il est bien sûr bon de recycler, de planter des arbres, de n’acheter que le strict nécessaire dans des circuits courts, d’éviter le gaspillage. Mais il y a certainement deux actions qui importent plus que tout le reste ! Deux actions sans lesquelles nous ne pouvons même pas espérer sauver quoi que ce soit ! C’est :

  • Changer de régime alimentaire et opter pour une alimentation à base de plantes pour réduire notre consommation de produits d’origine animale
  • Eliminer les combustibles fossiles en évitant de voyager en avion et en vivant sans voiture. Nous avons déjà abordé cette dimension dans de précédents Nowakowskismes.
  • Choisir l’origine de nos produits de consommation pour rendre les entreprises productrices responsables et non pilleuses des ressources naturelles comme c’est le cas pour bon nombre. 

Ce soir, nous allons nous intéresser à l’alimentation. Petit rappel, « actuellement, 70 % de tous les oiseaux de la planète sont des poulets et autres volatiles de ferme. Et parmi tous les mammifères restants, 60 % sont constitués de bétail, 36 % de porcs et à peine 4 % sont des animaux sauvages ».
Pourquoi faut-il changer de régime alimentaire et choisir une alimentation à base de plantes et réduire ainsi notre consommation de produits d’origine animale, en particulier le boeuf et le fromage ? Parce qu’ainsi on touche à la source principale de méthane et protoxyde d’azote, les deux plus puissants gaz à effet de serre. En effet, selon le directeur du projet Drawdown, projet qui a pour but d’identifier et de mettre en place les solutions les plus efficaces pour lutter contre le dérèglement climatique, changer de régime alimentaire et choisir une alimentation à base de plantes est « la plus importante contribution que peut faire chaque individu pour renverser le réchauffement de la planète ». 
D’après l’ONU, l’élevage est « l’un des deux ou trois facteurs les plus importants dans les problèmes environnementaux les plus graves, à tous les niveaux, du local au mondial […]. Il devrait être au coeur des réflexions politiques pour qui veut s’attaquer au problème de la dégradation des terres, du dérèglement climatique, de la pollution de l’air, de la diminution des réserves d’eau potable, de la pollution des rivières et de la dégradation de la biodiversité. La contribution du bétail aux problèmes environnementaux est absolument massive ». Aparté fait sur le sort infligé à ces animaux d’élevage et sur le peu de considération politique et encore sociétale, pour le bien-être animal. En effet, malgré la difficulté pour obtenir des calculs précis parce que les systèmes en jeu sont complexes et tous inter-reliés, les estimations les plus récentes et les plus complètes des émissions d’équivalent CO2 suggèrent que l’élevage est responsable de plus grandes quantité de gaz à effet de serre que toutes les autres sources réunies : tous les moyens de transport, le réseau électrique, les secteurs de l’industrie et du bâtiment. 
Cela dit, et il ne faut pas l’oublier, seulement 100 entreprises dans le monde sont responsables de plus de 70% des émissions mondiales de gaz à effet de serre depuis 1988. Les hommes qui dirigent ces entreprises – et ils sont principalement des hommes – se sont enrichis sur le dos de toute vie sur Terre. Leur modèle économique repose sur la destruction du seul foyer que l’humanité ait jamais connu. Ensemble, ils contrôlent la majorité des droits miniers mondiaux – le « droit » d’exploiter le pétrole, le gaz et le charbon non extraits restants. Eliminer les combustibles fossiles c’est maintenant un combat contre la mort ! 
Mais revenons à l’élevage industriel. L’évaluation la plus exhaustive de l’impact de l’élevage industriel a été publiée dans la revue Nature en octobre 2018. Après avoir analysé les différents systèmes de production alimentaire dans tous les pays du monde, les auteurs concluent que, tandis que les populations sous-alimentées vivant sous le seuil de pauvreté dans toutes les parties du globe devraient effectivement manger un peu plus de viande et de produits laitiers. Mais à l’échelle du monde, les citoyens des pays dits riches devraient passer à un régime à base de plantes pour ainsi espérer éviter les dommages environnementaux catastrophiques et irréversibles dus à l’élevage industriel – « 70 % de tous les oiseaux de la planète sont des poulets et autres volatiles de ferme. Et parmi tous les mammifères restants, 60 % sont constitués de bétail, 36 % de porcs et à peine 4 % sont des animaux sauvages ». 
Ainsi, en moyenne, les habitants des USA et du Royaume Uni devraient par exemple baisser leur consommation de boeuf de 90% et de 60% celle des produits laitiers. Ces chiffres s’appliquent également au reste de l’Europe. Stopper ainsi cette surproduction, cette exploitation du vivant, cette industrialisation du vivant  !
Il est évidemment difficile de changer ses habitudes, prises entre plaisir et rites, voire cultures. Mais modifier ses habitudes est un acte infiniment moins lourd et plus rapide que vouloir transformer du jour au lendemain les modes de transport ou vaincre l’influence des lobbys afin d’installer une taxe carbone ou faire ratifier des traités internationaux ambitieux visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les uns ne vont évidemment pas sans les autres mais tout ce qui permettra de prendre les choses en main a du sens !
Nous ne pouvons certainement plus sauver les récifs coralliens. Nous ne pouvons plus sauver l’Amazonie. Il est peu probable que nous soyons capables de sauver les grandes villes de la côte. Des millions de gens vont mourir à cause du réchauffement climatique. Des millions de gens vont devenir des réfugiés climatiques.  Les nombres sont importants parce qu’il est important de savoir combien de jours par an les enfants pourront jouer dehors, combien restera-t’il de nourriture et d’eau potable, de combien d’années va baisser la moyenne de vie ? Ces chiffres sont importants parce que ce ne sont pas seulement des chiffres, il s’agit d’individus, d’êtres vivants, des espaces, des rêves, et des escapades. La planète ne peut supporter qu’un certain degré de réchauffement avant que ce qu’on appelle les rétroactions additives ne créent un « emballement climatique ». Alors même si tout cela est en route, c’est justement pour le vivant, les êtres à venir, que chaque acte est important. Les points de basculement ont déjà été franchis, et nous l’avons déjà évoqué, 6 des 9 limites planétaires ont été dépassées. 

En Australie, ce sont six millions d’hectares de végétation qui ont été brûlés, soit l’équivalent de deux fois la Belgique, un peu plus que la surface cumulée des régions Bretagne et Hauts-de-France. L’Australie est actuellement ravagée par plus de 200 brasiers dus à une conjonction de facteurs (sécheresse exceptionnelle, températures très élevées et vents importants). La Nasa a ainsi comptabilisé près de 65 000 feux de broussailles en Nouvelle-Galles du Sud l’année dernière, contre 13 000 en moyenne, lors des dix-huit années précédentes. Le nombre d’incendies a donc été cinq fois plus élevé en 2019 que lors d’une année ordinaire.
Sydney a enregistré des températures sans précédent, avec 48,9 °C relevés à 15 heures à Penrith. Cette commune de la banlieue ouest est ainsi devenue samedi dernier « l’un des points les plus chauds de la planète ». On a également relevé 44 °C à Canberra, un record historique. 
L’état d’urgence a été décrété dans le sud-est de l’Australie, région la plus peuplée de l’île-continent, face à l’avancée des incendies. Les autorités ont ordonné vendredi à 100 000 personnes d’évacuer, dans trois Etats. Des dizaines de milliers d’Australiens ont quitté leurs domiciles, transformant en villes-fantômes des stations touristiques habituellement animées en cette saison. Les autoroutes reliant les villes du littoral à Sydney et d’autres grandes villes étaient engorgées par de longues files de voitures, vendredi soir. Dans la petite ville balnéaire de Mallacoota, la marine a évacué le même jour un millier d’habitants et de touristes cernés par les flammes. Certains étaient réfugiés sur le front de mer depuis la Saint-Sylvestre.
Certainement plus d’un milliard d’animaux sont morts ! Un tiers des koalas a disparu !
Et pour ne pas oublier ! Six des 30 plus grandes sociétés cotée en bourse en Australie sont des sociétés minières ou liées à l’exploitation des combustibles fossiles. C’est probablement un record mondial. Le charbon représente 15% des revenus d’exportation. La classe dirigeante australienne climato-sceptique est l’une des plus dépendantes à la filière carbone d’une élite mondiale qui a toujours placé le pouvoir et le profit au-dessus de la planète et de la vie.

Et donc…. Nous ?

Nous, notre cerveau, notre corps sommes le résultat d’une évolution qui nous permet de réaliser avec une grande efficacité certaines tâches complexes, mais nous sommes également démunis face à d’autres. Par exemple, nous savons très bien calculer la trajectoire d’un ouragan mais nous sommes démunis quand il s’agit de décider comment s’échapper – un peu comme le renard pris dans les phares de la voiture qui va le tuer. Parce que nous avons connu une évolution de plusieurs centaines de millions d’années dans des cadres très éloignés de ce que nous trouvons dans le monde moderne. Nous sommes ainsi souvent amenés à éprouver des peurs, des indifférences et des désirs inadéquats et qui ne constituent pas une réponse adaptée. Nous sommes irrésistiblement attirés par la satisfaction des besoins immédiats et spécifiques comme une urgence, tout en demeurant indifférents à tout ce qui constitue potentiellement un danger mortel, mais qui sévit loin de nous, là-bas ! Là-bas n’est pas une urgence !
Bien que plusieurs désastres accompagnant le changement climatique – phénomènes météorologiques extrêmes, inondations, méga-feux, … – aient une dimension spectaculaire, qu’ils touchent des gens dans leur chair, et qu’on assiste à une situation en train de s’aggraver, nous ne le percevons pas mieux pour autant ! 
Des chiffres oui 6 millions d’hectares sont partis en fumée ! Astronomique et abstrait ! 
Tant que nous ne serons pas touchés dans notre chair, cela restera abstrait ! 
Ces catastrophes sont lointaines et isolées, et qui, finalement ne nous concernent pas tant que nous pouvons satisfaire nos besoins immédiats. L’Australie brûle, l’océan est envahi par les plastiques, mais tant que notre vie quotidienne, notre confort immédiat est préservé, on peut s’indigner … mais encore ? 
Nous sommes une majorité à accepter l’idée que ces changements sont liés à des facteurs humains. Mais sommes-nous réellement capables de comprendre ce qu’ils nous disent afin d’agir ? Comment ébranler tout cela afin que nous fassions les petits sacrifices du présent pour nous épargner, ceux cataclysmiques auxquels il faudra consentir à l’avenir ? Accepter intellectuellement la vérité n’a pas de valeur en soi. Et cela ne nous sauvera pas. Si nous admettons les faits (notre responsabilité dans la destruction du vivant) mais demeurons incapables d’agir, nous ne valons pas mieux que ceux qui refusent de voir l’implication humaine dans les changements climatiques. 
Enfin, pour couronner le tout et conclure ces Nowakowskismes. Pendant que le Moyen Orient s’embrase sur une ligne stratégique énergétique qui va de la Libye jusqu’en Afghanistan, la fonte des Pôles excite les ambitions gazières, pétrolières et minières des 100 qui détruisent la planète. 
Le dérèglement climatique est une aubaine. 
La réalité géopolitique orchestrée par les États Unis, l’Arabie Saoudite, la Chine et la Russie avec en sous mains la complicité européenne a le potentiel de nous faire perdre tout espoir ou de nous faire agir ?

Sources 
Soylent Green de Richard Fleischer, 1973
Magazine America n°11
France Inter, La Terre au Carré 
Les êtres humains ont tué 83 % de tous les mammifères sauvages et éradiqué la moitié de toutes les plantes : https://www.globalcitizen.org/fr/content/humans-destroyed-83-of-wildlife-report/

Six chiffres qui montrent la gravité des incendies en Australie https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/incendies-en-australie/six-chiffres-qui-montrent-la-gravite-des-incendies-en-australie_3771009.html 

Names and Locations of the Top 100 People Killing the Planet https://www.filmsforaction.org/articles/names-and-locations-of-the-top-100-people-killing-the-planet

Rapport de synthèse et focus thématiques sur l’environnement en France, édition 2019 « Le rapport de synthèse met en avant les messages clés, fournit une vision synthétique de l’état de l’environnement et propose des approches systémiques sur les grands enjeux. Pour la première fois depuis qu’il existe, il introduit notamment le concept scientifique des 9 limites de la planète. » https://ree.developpementdurable.gouv.fr/rapports/article/edition-2019 

Au coeur de la recherché, les « points de bascule » du climat,  Science et avenir https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/au-coeur-de-la-recherche-les-points-de-bascule-du-climat_109877 

143 millions de personnes pourraient bientôt devenir des réfugiés climatiques, National Geographic. https://www.nationalgeographic.fr/environnement/143-millions-de-personnes-pourraient-bientot-devenir-des-refugies-climatiques 

Illustration – SN

Nowakowskismes 4.7. « Combien de temps dure Noël ? Parfois une éternité »

« Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir ». 

L’édifice immense du souvenir, voici ce que ce petit conte va révéler. 
Le récit qui suit, m’a été donné, il y a quelques temps, par le propriétaire d’une modeste boutique de livres d’occasions que je n’avais pas remarquée, pourtant je vis là depuis longtemps, située dans le quartier Mon désert à Nancy. Depuis, j’y suis retourné mais la boutique a fermé, les lieux sont déserts, comme s’ils n’avaient jamais été occupés – juste un mot, « Pas de porte à vendre » ! Le libraire m’avait confié que ce texte s’était présenté sous la forme d’un manuscrit glissé dans un dossier en carton, qui lui avait été légué après le décès d’un ami. Le texte lui-même était une impression sur un papier coloré de mauvaise qualité, mais subsistaient dans les marges, des annotations de plusieurs couleurs, quasi effacées. Le libraire dont j’ai oublié le visage, mais le vis-je seulement dans la pénombre de la boutique, me dit en me remettant l’enveloppe : « vous allez peut-être pouvoir en tirer quelque chose ». Sa remarque me surprit, mais pas plus que cela. Je me retrouvais sur le trottoir, la nuit de décembre était déjà bien avancée, les décorations de Noël allumées, et dans l’humidité et le froid, je m’empressais de rentrer chez moi. Plusieurs jours passèrent et, c’est au matin de Noël, dans un lendemain de fête qui s’étire en silence, que je sortis enfin le texte de son enveloppe afin de le lire après avoir mis sur la platine un enregistrement de Woodstock. Et voici ce que je lus. 

Au matin du jour qui suivit mon retour du passé, je m’éveillai, longtemps après l’aube, du plus profond des sommeils sans rêves. Quel jour ? Quelle année ? 
J’avais la sensation d’avoir quitté à l’instant le réveillon que j’avais passé avec des amis et avec qui j’avais eu de longues discussions comme il arrive qu’il y en ait lors des réveillons de Noël. Une phrase était comme inscrite au fer rouge dans ma mémoire : « Si on avait su à l’époque quand on rêvait de l’an 2000 et d’un monde meilleur, qu’on aurait un monde mille fois pire que celui contre lequel on se battait, nul doute qu’on se serait suicidé… ». Tous d’à peu près la même génération, il y avait plusieurs Philippe, Nathalie, Jean-Marie, Christelle, Emmanuelle, …, nous nous étions lancés dans notre habituelle séance de souvenirs d’un temps qui n’est plus. La question qui revenait régulièrement, et ce soir de Noël là, encore plus, était : « et si nous pouvions remonter le temps, et agir avec la connaissance et l’expérience qui est la nôtre aujourd’hui, que pourrions-nous faire ? » 
Le monde que nous convoquions régulièrement était celui des années 70 ! Mais qu’était-il arrivé au monde depuis la fin des années 70 ? 
Le premier choc pétrolier et toutes ses conséquences, l’assassinat de John Lennon en 1980, la victoire de la gauche en France en 1981, la naissance d’internet en 1984, la chute du Mur de Berlin en 1989, et la fin de l’URSS dans la foulée, la fin de la guerre froide, l’invention du Web en 1992, les horreurs de la guerre en Yougoslavie, mais aussi partout dans le monde, l’essor et le déploiement des services numériques sur internet pendant les années 90. Puis au cours des années qui suivirent, la peur du bug de l’an 2000, les attentats du 11 septembre 2001 et leurs conséquences sur le monde dans son ensemble, la naissance du web participatif et l’arrivée de Wikipedia en 2001, les réseaux sociaux, le premier iPhone en 2007, copié, multiplié, objet augmentant la majorité des humains, et tous ces derniers changements qui se firent à une vitesse de diffusion de la technologie jamais connue dans l’histoire de l’humanité. Nous avons assisté à une prise du pouvoir par le capitalisme numérique, la collecte des données, les entreprises de l’internet qui font des profits considérables dominant le monde par-delà les états, et une planète que nous épuisons. 
Ce soir-là comme lors de nos précédentes soirées, nous nous posions toujours les mêmes questions. Sommes-nous à un tournant ? Continuerons-nous sur ce chemin ? Réussirons-nous à changer de cap pour construire un autre avenir ? Et finalement, peut-être que si nous remontions dans les années 60-70, pourrions-nous corriger nos actions en sachant ce que nous savons ? 
Ce Noël comme de nombreux qui ont précédé ne connaissait plus la neige. Depuis quelques  années, les canicules survenaient de plus en plus tôt, de plus en plus fort et de plus en plus souvent dans les régions tempérées. En été, l’Arctique, le pays du Père Noël, était en feu, il y faisait 20°C là où le thermomètre ne devrait pas dépasser quelques degrés au-dessus de 0°C. 
Ce soir-là, les mots, les discussions prirent une force inhabituelle, et rentrant chez moi, elles ne cessèrent de me hanter. La nuit, un sommeil agité certainement dû aux quelques verres de vin de trop. Au petit matin, parmi les petits cadeaux disséminés, j’en trouvais un non prévu. Un petit paquet rouge, un joli petit paquet de Noël mais que personne d’entre nous n’avait déposé là.
Je défis le Bolduc, un mot s’en échappa contenant ces quelques mots : « Petit cadeau pour que revivent les Noël d’antan ! » ainsi qu’une petite clé et une adresse bizarre dans le quartier Mon désert, au numéro 1,5 de la rue. 
J’avalais un café, m’habillais et filais dans la rue. Bizarrement, entre la boutique du coiffeur et le bar du coin, je trouvais cette entrée presque dérobée. La clé fonctionna parfaitement, j’entrai dans un couloir sombre que je suivis jusqu’à une pièce éclairée par la lumière du jour descendant de la verrière du plafond. 
Au milieu de la pièce, en suspension, une machine ! 
Un siège, accroché à une armature ressemblant à un traineau, sur lequel était posé un carton avec le même texte « Petit cadeau pour que revivent les Noël d’antan ! Joyeux Noël », des manettes, un tableau de bord comportant des cadrans indiquant des années, des dates, … je n’en crus pas mes yeux ! La machine à voyager dans le temps ! Il ne me fallut pas longtemps pour comprendre qu’elle était en état de fonctionnement ! 
Et ce message, « pour que revivent les Noël d’antan ! » commençait à s’éclairer – la machine était là pour me permettre de revivre les Noël d’antan ! Je remontai chez moi, l’appartement encore endormi, je pris mon sac, j’y glissai une bouteille de vin, je laissai un petit mot disant que j’allai chercher du pain pour le petit déjeuner, et je retournai au 1,5 rue Mon désert. 
La machine est prête, elle est étonnamment simple, quelques manettes, un compteur temporel.
J’étais prêt, équipé, habillé comme il faut et j’allais retourner à Villerupt, dans les années 70. 
Installé, le compteur réglé au 24 décembre 1976, le voyage ne fut ni une transition, ni même un voyage, juste un clignement d’œil, instantané, et j’étais en 1976. Un voyage dans le temps ne serait-il qu’un changement de décor ? Les temps cohabitent-ils comme les décors d’un théâtre universel ? Et le temps existe-t-il vraiment ? 
J’avais traversé le temps avec un morceau que je venais d’écouter, Angie des Rolling Stones. Peut-être pourrais-je profiter de ma virée dans les années 70 pour aller à un de leurs concerts, dans cette période où ils ont été les meilleurs. J’étais né un peu trop tard pour pouvoir assister aux concerts de tous ces musiciens et groupes mythiques qui ont fait l’homme que je suis. Et là, voyageur du temps, l’opportunité m’était donnée de revivre ces temps . 
Une sensation, un étourdissement comme dû à un jet lag, je me levai, et pris mon sac. Toujours ce couloir, je refermai la porte derrière moi. Le bar est déjà là, le coiffeur non, mais la rue n’a pas vraiment changé, il a neigé, le froid est vif. Je me rendis à la gare, et j’achetai avec des francs que j’avais conservés un billet de 2nde classe pour Longwy. Un trajet de 2 heures vers le Pays Haut, au travers d’une campagne sibérienne, dans un wagon à peine chauffé, enfin le bus de la compagnie Mousset de la gare routière de Longwy bas jusqu’à Villerupt. 
Villerupt, on peut y arriver de trois façons différentes. Villerupt c’est une petite vallée, un ensemble de rues organisées autour de la place centrale, avec son église. Quand on arrive du sud, comme je le fis ce 24 décembre enneigé, c’est par le haut qu’on découvre d’abord le quartier de Cantebonne, petites maisons d’ouvriers, sur le plateau, à l’orée de la forêt  entaillée de cultures, de champs. Au bord de la vallée, la route se met à serpenter, le chauffeur du bus ralentit, la neige rendit difficile la descente vers la ville nichée dans la vallée. À ma droite, je revis ces drôles de cités, alignées, à flanc de côte, les cités de Butte, alignées en 6 rangées de petites maisons colorées, comme des lignes de niveaux marquant la déclivité de cette partie du relief. 
Le bus descendit lentement vers la rue principale, la rue Carnot, qui, à gauche, s’ouvre par un grand bistrot, le Rex, le repaire de la jeunesse de la ville, notre repaire à l’époque, et semble-t-il bien rempli comme toujours en période de vacances scolaires. La rue est bondée en ce jour de réveillon, la neige a été déblayée en gros tas sur les trottoirs, les étoiles suspendues allumées rythment la descente jusqu’à un carrefour, le bus prit à gauche vers la gare routière devant l’hôtel de ville illuminé.
Je décidai d’y aller au culot. Je savais où trouver un déguisement de Père Noël, au magasin de jouets sur la place centrale. Mes derniers francs dépensés, je me dirigeai en empruntant les escaliers partant du centre de Villerupt vers une des petites maisons de la cité de Butte. Le soir était tombé, les réveillons étaient déjà bien avancés, et allait venir le temps des cadeaux. Je savais que là où j’allais le moment de désigner qui serait le Père Noël allait arriver et que chacun se renverrait la balle en espérant y échapper. 
J’enfilai donc mon costume. Je sonnai à la porte. L’ambiance était aux rires, aux éclats de voix, des enfants en grand nombre courant dans tous les sens. 
La porte s’ouvrit et ce fut un cri : 

  • Les enfants ! Les enfants ! Voilà le Père Noël ! 

Et tout à coup, je fus entouré d’une nuée de petits. Juste un de la bande resta à l’écart et me regarda. 

  • Bonsoir les enfants 
  • Entrez donc Père Noël, m’accueille une voix qui m’émeut.

J’entrai, directement dans la cuisine, une grande table était mise, le sapin tout illuminé était tout au fond. Les adultes que je reconnaissais, s’écartaient, l’un m’offrit un verre de vin, 

  • Tiens Père Noël, tu dois avoir soif !

Les petits s’agglutinèrent autour de moi, et je commençai alors la distribution des cadeaux. Le petit qui me regardait, finit par s’approcher, je lui tendis son paquet pesant son poids de livres. Il me regarda encore et finit par me demander de raconter quelque chose d’où je viens, où ce que je sais du monde. 
J’avais préparé ce moment. 

  • Comme c’est noël et que vous êtes tous réunis, je vous propose un petit jeu. D’accord ?

Tout le monde fut d’accord, j’en profitai pour boire un peu de vin 

  • Voici mon petit jeu. Ce serait de tenter d’imaginer et de partager comment vous voyez le monde dans 40 ans. Que voyez-vous ? Comment vous projetez-vous dans 40 ans ?   
  • … silence et un oui massif jaillit de toutes les bouches !
  • Voici c’est sous la forme de devinettes. Je vais vous proposer plusieurs affirmations et vous réagirez. Ces affirmations commenceront ainsi, En 2019, il y aura…
  • Marrant comme jeu, mais pourquoi 2019 ? Demanda ce petit garçon 
  • Euh… comme ça… alors c’est parti. En 2019, il y aura un réseau regroupant plus de 2 milliards d’humains auquel ils se connecteront avec leur ordinateur dans lequel ils partageront leur vie privée, leurs préférences, leurs photos de vacances, …. et cette entreprise sera une des plus grandes puissances au monde.
  • 2 milliards d’individus !? Avec des ordinateurs ! Père Noël, peut-être que dans ton pays on peut l’envisager mais je ne vois pas comment nous pourrions en arriver là nous ! 
  • Et bien, petit-à-petit, tout le monde aura un ordinateur, et les humains partageront volontairement leur vie privée, des informations personnelles. Ils se feront des amis, partageront leurs vacances, les endroits où ils sont, … et l’entreprise propriétaire du réseau collectera toutes ces données, les recoupera avec d’autres données venant d’autres services, en utilisant des terminaux informatiques portables afin de gagner de l’argent, immensément d’argent et aussi, les partager avec des agences de surveillance.
  • Tu rigoles Père Noël ! Comment peut-on accepter cela ?  
  • Une autre ? En 2019, il y aura 1 millions d’espèces vivantes qui seront menacées d’extinction, plus de 35 millions d’hectares de forêt primaire qui auront été détruits, 80% des insectes d’Europe qui auront disparu, 400 millions d’oiseaux qui seront sur le point de disparaître. Que chaque année, quinze milliards d’arbres seront abattus. La moitié des sons de la nature aura disparu. 

Le silence se fit. Le grand père n’en revenait pas lui qui passait le plus clair de son temps dans de longues marches en forêt. Sur ce, je leur dis que je devais continuer ma tournée, un « bonne nuit Père Noël » général m’accompagna. 
Je franchis la porte, et là m’attendait ce petit garçon. Il me regarda, serra ma main, et me dit « à bientôt Père Noël ». Je lui répondis : « Oui, on se retrouvera peut-être un jour petit, à La porte de Noël, nous avons à faire petit » !

À la lecture de ces mots, je faillis défaillir. Ce petit garçon là c’était moi ! J’avais rangé cette scène dans un coin de ma mémoire, et voici que cette scène surgissait comme si c’était hier. Je me revoyais sur le pas de la porte, et ces mots que je dis alors au Père Noël. Et surtout je ressentais à ce moment-là comme quelque chose qui venait me rassurer. Je me revois entrer dans la cuisine où les conversations avaient repris et où tous les adultes se demandaient lequel d’entre eux avait bien pu prendre le rôle du Père Noël  :

  • C’est toi ? Ben non ce n’est pas moi 

Et ma mère s’écria : « Qui a ramené cette bouteille ? Avez-vous vu l’année de ce vin ?? C’est un vin de 2015 !!! ». 

Je repris la lecture. 

J’abandonnai mon costume de Père Noël, j’allais boire un café dans un bar à proximité de la gare routière, avec les errants, les rejetés de cette soirée. Je pris le premier car pour Longwy, puis un train désert et glacé vers Nancy. Je retrouvai la machine, je réglai la date et l’heure de retour afin de n’être parti que pour le temps d’une course à la boulangerie du quartier, pour un retour le même matin de Noël mais plusieurs dizaines d’années plus tard. 
Je pensais longtemps à ce petit garçon. Que savait-il ? 
Je sus que la réponse à mes doutes, et surtout, à celle de savoir comment agir sur ce que nous vivons, c’est lui qui trouverait la solution avec… la machine. 
La machine me permit de le suivre, de le retrouver dans les méandres du temps. Avec cette machine, j’ai voyagé, j’ai vu l’infini et l’éternel ; j’ai exploré le temps, je suis allé à Woodstock, si vous regardez bien le film, vous m’y verrez. J’ai vu ces univers parallèles plus serrés que les pages d’un livre mais aucune de ces grandioses visions n’a pu rivalisé avec ce fugitif instant de tendresse sur les marches devant cette petite maison de la cité de Butte à Villerupt, le 24 décembre 1976. 
Puis, le moment venu, je décidai d’ouvrir au 1,5 rue Mon désert, ma librairie. Juste une porte et un couloir, les livres sur les rayonnages étaient ceux de ma bibliothèque. Elle s’appelait « Par la porte de Noël » parce « qu’après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir ».

J’arrivais à la fin du texte, en manipulant l’enveloppe, une clé tomba, ainsi qu’un billet de train daté du 24 décembre 1976, avec écrit à la main, « Joyeux Noël petit, c’est à toi de jouer maintenant ». 

« Combien de temps dure toujours ? » demanda Alice. « Parfois seulement une seconde » répondit le Lapin Blanc. 

Nowakowskismes 4.6. « NOZAMA »

Selon l’Organisation météorologique mondiale, « la dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c’était il y a 3 à 5 millions d’années ». Les principaux gaz à effet de serre à l’origine du réchauffement climatique ont franchi de nouveaux records de concentration en 2018, a mis en garde l’Organisation des Nations unies (ONU), lundi 25 novembre. Ce rapport rend compte non pas des quantités de gaz à effet de serre qui sont libérées dans l’atmosphère mais de celles qui y restent, sachant que les océans absorbent environ le quart des émissions totales, tout comme la biosphère, dont font partie les forêts. D’après les scientifiques, le dioxyde de carbone (CO2), qui est associé aux activités humaines et constitue le Gaz à Effet de Serre le plus persistant, a battu un nouveau record de concentration l’an dernier soit 147 % du niveau préindustriel de 1750. Les quatre plus importants émetteurs de gaz à effets, la Chine, les Etats-Unis, l’Union européenne (UE) et l’Inde représentent 56 % des émissions mondiales. 
De plus, neuf points de bascule climatiques sont désormais «actifs», avertissent les scientifiques. Et aujourd’hui plus de la moitié d’entre eux ont été activés. Cela menace la forêt amazonienne et impacte les grandes calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland, qui subissent actuellement des changements mesurables et sans précédent bien plus tôt que prévu. Cette «cascade» de changements provoqués par le réchauffement climatique pourrait menacer l’existence même des civilisations humaines. Ces événements sont plus probables et plus interreliés qu’on ne le pensait auparavant.
Dans un article paru dans la revue Nature, les scientifiques appellent à une action urgente pour réduire les émissions de gaz à effet de serre afin d’éviter les points de bascule clés afin d’éviter le scénario catastrophe d’une planète «étuve». La COP 25 qui se tient actuellement à Madrid engagera-t-elle un virage déterminant pour réduire les gaz à effet de serre ? Rien n’est moins sûr. 

NOZAMA ? Vous avez évidemment compris de qui j’allais vous parler ce soir. 

Parce que dans les Nowakowskismes nous refusons l’hypocrisie, parce que dans les Nowakowskismes, nous défendons la lenteur contre l’illusion de la vitesse, parce que dans les Nowakowskismes, nous refusons de lire en étant quantifié, scruté, branché, un livre qui n’en est pas un, un livre qu’on ne peut pas partager !
Ce soir, les Nowakowskismes la seule émission qui explore notre espace et notre temps, partent en exploration dans l’invisible bien visible, dans l’illusion bien réelle ! Chez Amazon ce bon génie réalisant les souhaits – les désirs sont des ordres ! Jusqu’où ? Comme dans le film Planète interdite, où la satisfaction instantanée des désirs mène à la destruction d’une civilisation. Illusion de puissance, puissance égoïste que le capitalisme numérique, technologique, veut nous imposer jusqu’à une forme d’anéantissement ? 
Aujourd’hui, sur cette planète, avons-nous commencé à bâtir cette machine infernale ? La réponse est oui. Aujourd’hui, sur cette planète, il existe un territoire sans frontières que le monde entier connaît ! Chaque minute, + de 1000 colis sortent de ce territoire ! Dans ce territoire, chaque minute, il est dépensé environ 100000$. Ce territoire sans frontières physiques a pour chef l’homme le plus riche du monde. 
Cet homme s’appelle Jeff Bezos. Son histoire est celle d’une longue expropriation symbolique. Un jour, il n’y a pas si longtemps, il a décidé de vendre des livres. Parce qu’en 1994, il prend conscience que le World Wide Web augmente mensuellement son nombre d’utilisateurs de 2300%. Il abandonne alors son travail à Wall Street, déménage à Seattle et se met à vendre des livres sur le web. 
En fait, il a simplement flairé un potentiel juteux marché de niche. Ce n’est donc pas par amour des belles lettres mais bien parce qu’il perçoit un filon à exploiter à la suite d’un benchmark minutieux d’une vingtaine de produits susceptibles de se prêter, plus que d’autres, au e-commerce. Les livres sont des objets standardisés, faciles à présenter en ligne et à envoyer par la poste. Son choix est vite fait. Dès lors, l’ambitieux Jeff Bezos n’aura de cesse de parfaire un modèle carnivore, mettant la pression sur ses fournisseurs, partenaires et employés, et marchant allègrement sur la concurrence. Et l’on se dit alors que le nom de « Relentless », qui peut se traduire par « sans pitié », aurait finalement été de bon aloi. 
En effet, la plupart des librairies n’avaient pas, contrairement à lui, d’espaces suffisants pour stocker tous les titres disponibles. Dans les années 90, à ses débuts, il n’y avait pas de concurrents de grande taille (aux USA essentiellement Barnes & Noble) et les distributeurs avaient déjà adopté leur catalogue à l’ère numérique, avec les numéros ISBN incorporés. C’est pourquoi il a suivi une formation à l’Association des libraires américains avant de s’approprier en un temps record le prestige que les livres avaient accumulé durant des siècles. 
Mais, aujourd’hui, si on entre sur un moteur de recherche, « Amazon librairie », ce ne sont pas des livres que nous trouverons mais des dizaines de liens renvoyant vers des pages Amazon où sont vendues des étagères. En fait, Amazon est tout sauf un libraire, Amazon est un supermarché. 
D’ailleurs, dans ses entrepôts, les livres côtoient les grille-pains, les pailles en acier, des millions d’items dont une grande partie sera détruite par qu’invendue (en une année, plus de trois millions d’articles ont été jetés). Et en cette période d’avant Noël, tous les jouets en vue de la frénésie de dépenses de fin d’année sont accessibles en ligne pour le plus grand bonheur des consommateurs (petite information, durant le Black Friday, ce sont 56 millions de transactions par carte qui ont été enregistrées dans toute la France). 
Quand Amazon ouvre des librairies, il expose les livres de face, car chez Amazon ne sont exposés que les 5000 titres les plus vendus et demandés par les clients. Pour Amazon, un livre est un produit comme un autre ! 
Mais, alors qu’Amazon produit des séries TV, vend de la musique en streaming ou des pièces détachées de voitures ou de motos, et pourrait même devenir un opérateur de téléphonie mobile, la plupart d’entre nous associent son nom à l’objet et au symbole que nous appelons livre.
Et quel est le livre chez Amazon. C’est le Kindle ! Depuis son lancement en 2007, Kindle a sans cesse été amélioré pour imiter la forme des pages et la teinte de l’encre. Pour l’heure, mais peut-être que cela viendra, le toucher, le grain, et cette belle odeur de livre neuf, ne sont pas transposables sur l’écran. Malgré cela, et malgré toutes les inventions techniques pour rapprocher Kindle du livre, nous ne sommes pas encore capables de nous souvenir avec la même précision de ce que nous lisons sur papier, quand nous lisons sur liseuse. Les transitions techniques sont de plus en plus rapides ; celles du cerveau résistent, les transitions se font dans un temps non régi par une loi de Moore. 

Chez Amazon, il n’y a pas de libraires. 
La prescription, le conseil, la recommandation et la discussion ont été éliminés parce que jugés inefficaces. La prescription sabote la rapidité, seule valeur de l’entreprise. Cette prescription est « entre les mains » d’un programme informatique. Le programme informatique est le comble de la fluidité et de l’optimisation. La machine transforme le client en prescripteur. « Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté »…. Welcome to the machine … my friend !
Amazon élimine les intermédiaires ou les rend invisibles. Machine à classer, Amazon aspire à tant de fluidité qu’elle doit devenir invisible mais est présente partout. En éliminant les coûts d’envoi, en marchandant avec ses clients pour obtenir les prix les plus faible pour le client individuel, Amazon semble bon marché. Très bon marché même ! Mais nous savons que ce qui est bon marché est en réalité très cher ! Et oui, rien ne peut être gratuit dans notre réalité ! Parce que cette invisibilité est un camouflage : tout est si rapide, transparent, fluide qu’il n’y a plus en apparence de médiation. En fait oui il y en a une ! Vous payez avec votre argent et vos données ! 
Comment arriver à un tel degré de perfection ? Par le travail des employés d’Amazon qu’on appelle les Amazonians, ça fait tribu ! Leur travail est un travail de robot avec des robots. Travailler comme des robots c’est la marque de fabrique depuis le début ! En 1994, lorsqu’ils n’étaient encore que cinq à travailler dans le garage de la maison de Jeff Bezos (encore un garage !) à Seattle, ils étaient déjà obsédés par la rapidité. Et cela dure depuis vingt ans ! Par le stress, les harcèlements divers et les traitements inhumains, il faut obtenir coûte-que-coûte cette efficacité extrême qui n’est envisageable que si on est une machine soi-même, automatisé, empêché de penser ! 
Aujourd’hui, les Amazonians sont « aidés » par des robots. Le premier s’appelle Kiva. Il est capable de soulever jusqu’à 340kg et de se déplacer à 1 mètre et demi par seconde. Kiva est synchronisé avec les travailleurs humains grâce à un programme informatique (ou sont-ce les humains qui se synchronisent sur le rythme de Kiva ?). Les Kivas s’occupent de soulever et déplacer les étagères pour faciliter la prise des produits. Une fois les produits achetés réunis, une autre machine nommée Slam, se charge de les scanner et des les empaqueter grâce à son ruban transporteur. 
Kiva et Slam sont le produit de plusieurs années de recherches. Amazon a organisé des concours de robotique dans le cadre de l’International Conference on Robotics and Automation de Seattle afin de trouver des modalités de perfectionnement des processus de commande. Au cours d’une de ces éditions, les machines inventées par le MIT ou l’université technique de Berlin devaient récupérer en un temps record un petit canard en plastique, un paquet d’Oreo, un chien en peluche et un livre. 
En fait, pour Amazon, il n’y a tout simplement pas de différence entre ces quatre objets. Ce sont tous des marchandises. 
D’ailleurs, Amazon a progressivement fait disparaitre le facteur humain. À ses débuts, Amazon comptait dans ses rangs des rédacteurs qui écrivaient des critiques des livres en vente. Aujourd’hui, Amazon a automatisé la chaîne de distribution et attend des consommateurs qu’ils agissent de même. 
Quel que soit leur pays d’implantation, les entrepôts logistiques présentent une architecture et une organisation du travail similaires. Situés à proximité d’échangeurs autoroutiers, dans des zones où le taux de chômage dépasse la moyenne nationale, ils sont placés sous la garde sourcilleuse de sociétés de sécurité. Ces parallélépipèdes de tôle s’étalent sur une surface parfois supérieure à cent mille mètres carrés, soit près de quatorze terrains de football. Ils s’animent au rythme d’un ballet de poids lourds toutes les trois minutes, le groupe Amazon gorge de colis un semi-remorque.
La profusion de produits se matérialise dans les entrepôts abritant des forêts d’étagères métalliques où triment des ouvriers astreints au silence par le règlement intérieur. Tous, considérés comme des chapardeurs potentiels, subissent des fouilles minutieuses assurées par des vigiles : ils passent par des portiques de sécurité lors de leur sortie définitive ou de leur pause, ainsi raccourcie par ce fastidieux contrôle qui génère de longues files d’attente. 
La mutualisation et la gestion des stocks d’Amazon sont informatisées selon la logique du chaotic storage. Les articles sont disposés de manière aléatoire sur les rayonnages. Ce « rangement chaotique » présente l’avantage d’une plus grande flexibilité que le stockage traditionnel : inutile de prévoir des espaces supplémentaires pour chaque type d’article en cas de variations de l’offre ou de la demande, puisque tout s’entasse au hasard. Chaque rangée d’étagères compte plusieurs niveaux, chaque niveau plusieurs cellules de rangement : ce sont les bins (alvéoles), dans lesquelles les écrits de Proust côtoient un paquet de slips pour homme, un ours en peluche, des condiments pour grillades ou Cloud Atlas réalisé par Lana Wachowski et Tom Tykwer. Dès qu’une marchandise est extraite, un compte à rebours s’affiche sur le scanner, ordonnant au travailleur de prélever la suivante. Son choix est déterminé par ordinateur afin d’optimiser la distance de parcours. Le système note également le « TOT », le « time Off task », soit le temps passé à ne pas travailler. Si l’employé a interrompu son travail trop longtemps, il reçoit alors des avertissements qui peuvent mener à un licenciement. Certains employés éviteraient même de faire leur pause pipi pour être certains d’assurer leur taux de productivité. Amazon indique aussi prévoir une nouvelle formation pour les 5% les moins efficaces de l’entrepôt et change les objectifs de productivité dès que 75% des employés atteignent les leurs. Sisyphe revu et mis en process par Amazon. 

Commandes, objets, prix, envois, les processus individuels se désagrègent sous la logique immatérielle de la fluidité. Pour Jeff Bezos, comme les autres compères des GAFA, le monde matériel peut fonctionner sur le même mode que le monde numérique – des bits, des octets, … de portes logiques et de programmes réglant tout ! Ces entreprises partagent une même volonté impérialiste de conquérir la planète, en promouvant l’accès illimité à l’information, à la consommation et aux biens de consommation tout en faisant signer des clauses de confidentialité à leurs employés, en élaborant ds stratégies complexes pour ne pas payer d’impôts dans les pays dans lesquels elles s’implantent. Elles construisent des sortes d’Etats parallèles, transversaux, globaux, comportant leurs propres règles et lois, leurs propres laboratoires de recherche. 
Google X, le centre de recherche et de projet de Google, se trouve dans un lieu inconnu du grand public, plus ou moins à proximité du quartier général de la société. Le prochain projet ? Des ballons stratosphériques qui assureront dans dix l’accès à internet à la partie de la population mondiale qui n’en dispose pas encore. 
Pour Amazon, un des projets c’est Amazon Prime Air, son réseau de distribution à l’aide de drones. Depuis peu, la Federal Aviation Administration a changé la régulation en vigueur afin d’être favorable au vol de drones commerciaux, et a simplifié l’accès au certificat de pilote de drone. 
Bienvenus dans une monde dans lequel on a remplacé les oiseaux disparus par des paquets volants emplis de paquets d’Oreo, de chiens en peluche, de grille-pains, de petits canards en plastique, … et de livres ! 
Et plus proche de nous – En France, l’entreprise semble se préparer à développer le fret aérien pour le secteur de la vente en ligne, comme l’indique le choix de ses futures implantations à côté d’Orly, de Roissy, de l’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine (« Lorraine Airport ») ou de Lyon-Saint-Exupéry. Aux États-Unis, le fret aérien Amazon Air est déjà déployé. 32 avions desservent « la clientèle Prime » pour qu’elle soit livrée le plus rapidement possible. C’est une machine de guerre qui lui permet d’étendre chaque année son emprise sur le marché. En juin 2019, le Wall Street Journal précisait qu’Amazon avait fait ses courses au salon du Bourget et allait acquérir 15 Boeing 737-800 supplémentaires. D’ici 2021, Amazon devrait utiliser une flotte de soixante-dix avions pour assurer ses livraisons aux États-Unis.
Contrairement à Facebook et Google qui doivent faire face au risque que vos noms et données soient faux, et qui sont prêts à tout pour obtenir votre numéro de téléphone, Amazon possède depuis le début toutes vos données vraies – carte de crédit, adresse, téléphone, … et par là sait tout ce que vous lisez, achetez, offrez… Il est très facile de déduire le profil de votre coeur ou celui de votre cerveau en analysant votre rapport aux. objets. Et cet empire est né de ce qui concentrait le plus de prestige culturel : le livre ! Amazon a construit le plus grand supermarché du monde déguisé en bibliothèque !
Mais l’emprise d’Amazon ne s’arrête pas là. Car la véritable vache à lait d’Amazon n’est plus la vente de produits en ligne mais l’hébergement cloud, commercialisé sous le nom d’Amazon Web Services (AWS). Pour l’année 2018, AWS a rapporté 7,3 milliards de dollars de cash et réalisé 25,5 milliards de chiffre d’affaires, plus que les revenus engrangés par McDonald’s la même année. AWS est devenu à ce point incontournable que même ses concurrents directs y ont recours pour assurer leurs services, Google et Apple en tête. Parmi ses autres clients, Netflix, Airbus, Veolia, la Société Générale, Renault, la SNCF, l’Éducation nationale française et… la CIA. Aujourd’hui, en vertu du Cloud Act signé par Donald Trump, le FBI et la CIA peuvent accéder aux serveurs d’Amazon dans le cadre d’enquêtes criminelles ou simplement à des fins de « protection de l’ordre public ».
À la longue liste des projets préoccupants de l’entreprise de Jeff Bezos, il faut ajouter Alexa, son « assistant vocal personnel », désormais présent dans de nombreux foyers et plutôt prompt à espionner ses heureux propriétaires. Et aussi Rekognition, le logiciel de reconnaissance faciale qui sera amené, de manière croissante, à équiper les commerces, les logements via les interphones intelligents Ring ou bien encore les services de police. De quoi donner du grain à moudre au projet hégémonique de l’entreprise qui, au même titre que d’autres géants de la tech et d’Internet, consiste à s’émanciper des règles collectives, quand il ne s’agit pas tout simplement de les réécrire. 
Enfin à toi qui lit sur un Kindle. Lors de la dernière journée mondiale du livre et du droit d’auteur, Amazon a révélé quelles étaient les phrases les plus soulignées sur Kindle. Lire sur Kindle c’est donner à Amazon comment tu lis, à quelles pages tu t’es arrêté, celles qui t’ont fait abandonner la lecture, … Lire sur Kindle c’est lire un livre que tu as payé mais qui ne t’appartient pas puisque tu ne peux pas le prêter ! Amazon a récemment lancé la campagne Kindle Reading Fund pour soi-disant promouvoir la lecture dans les pays pauvres. En réalité, l’objectif est d’habituer une nouvelle génération de consommateurs à lire sur écran, obtenir des données en provenance de tous les continents, et mettre tout cela en nombre en vue d’optimiser encore plus les ventes – Amazon fabrique ses propres séries TV, je suis prêt à parier qu’Amazon écrira bientôt ses propres romans en s’appuyant sur toutes ces données collectées. 
Enfin, chez Amazon puisqu’on se déclare contre la censure, on continue de vendre toutes sortes d’ouvrages négationnistes, commentés, vantés en s’asseyant ostensiblement sur le fait que dans de nombreux pays la négation de la Shoah est un délit. 

Alors humains, pour la planète, pour tout le vivant et pour la liberté… c’est maintenant ou jamais qu’il faut agir !

Avant de nous quitter ces quelques mots de la chanson que nous allons écouter, et qui s’intitule Here’s to you : 
« A vous, Nicola et Bart (Here’s to you, Nicola and Bart) 
Reste toujours ici dans nos cœurs (Rest forever here in our hearts) 
Le dernier et dernier moment est à vous (The last and final moment is yours) 
Cette agonie est votre triomphe (That agony is your triumph) »

Elle est chantée par Joan Baez. C’est la chanson du film Sacco et Vanzetti de Giuliano Montaldo sorti en 1971. Nicolas Sacco et Bartolomeo Vanzetti sont deux anarchistes italiens furent victimes d’un scandale judiciaire et condamnés à mort dans les années 20 aux USA.

Les paroles de la chanson sont inspirées par les mots de Bartolomeo Vanzetti au juge qui le condamna à mort : « Si cette chose n’était pas arrivée, j’aurais passé toute ma vie à parler au coin des rues à des hommes méprisants. J’aurais pu mourir inconnu, ignoré : un raté. Ceci est notre carrière et notre triomphe. Jamais, dans toute notre vie, nous n’aurions pu espérer faire pour la tolérance, pour la justice, pour la compréhension mutuelle des hommes, ce que nous faisons aujourd’hui par hasard. Nos paroles, nos vies, nos souffrances ne sont rien. Mais qu’on nous prenne nos vies, vies d’un bon cordonnier et d’un pauvre vendeur de poissons, c’est cela qui est tout ! Ce dernier moment est le nôtre. Cette agonie est notre triomphe ».

Sources
« Nine climate tipping points now ‘active,’ warn scientists » November 30, 2019. https://phys.org/news/2019-11-climate-scientists.html?fbclid=IwAR1W8FBnOcVmHV4RvZIpfGaIHjnyDIzUb1Af-s8hQVm0Mq74zFEXJ7hSrnU

« COP25 : d’après l’ONU, c’est notre dernière chance », 2 décembre 2019. https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/cop25-cop25-apres-onu-cest-notre-derniere-chance-65109/ 
« Contre Amazon ». Jorge Carrion. Le nouvel Attila 
« Chez Amazon, un algorithme vire les employés « pas productifs » https://usbeketrica.com/article/chez-amazon-un-algorithme-vire-les-employes-pas-productifs 
« Amazon, l’envers de l’écran », novembre 2013.  https://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/MALET/49762 
« Amazon grandit, l’environnement pâtit », 4 juillet 2019. https://reporterre.net/Amazon-grandit-l-environnement-patit 
Robots Kiva : Amazon Robotics automatise tout – encore des hommes mais seulement « à court terme » https://reinformation.tv/robots-kiva-amazon-hommes-jallais-89365-2/ https://usbeketrica.com/article/climat-des-reactions-en-chaine-hors-de-controle-pourraient-deja-etre-enclenchees

« En stockant des milliers d’ouvrages, tablettes et liseuses permettent certes d’alléger les cartables, mais, lus sur un même support, manuels scolaires et romans seront associés à une expérience sensorielle moins spécifique et seront par conséquent moins bien traités et mémorisés ». Mangen, Olivier et Velay (2019) https://www.innovation-pedagogique.fr/article4863.html