Nowakowskismes 4.23. « Poétique du chaos, part 4 – 400 ans… »

Nous sommes le 28 mai 2020 et êtes-vous prêts pour écouter la partie 4 de la Poétique du chaos ? 400 ans seront notre unité de mesure ce soir, notre point de repère, notre rappel à la vie déclinés dans une poétique du chaos inédite. 
Peut-être la dernière de cette saison. Alors prêts pour l’immortalité ? 

Après plusieurs siècles, 400 ans exactement, mon cerveau est presque plein. J’y ai accumulé tant de souvenirs qui finissent par me peser, et qui neutralisent toute forme de réflexion, annihilent ma volonté. Il faudrait que je subisse cette opération qui remettra un peu d’ordre dans tout cela. Tous les autres cherchent par tous les moyens à me convaincre de faire cette opération ! 
D’ailleurs, bien avant, peu de temps avant la rupture, je m’étais résigné à subir cette intervention. Je ne me souviens d’aucun détail, pas même de cette plage de néant que j’aurais traversée. Juste cette sensation effrayante de ne plus savoir qui on est ! Être celui qui écrit ces quelques lignes, ou quelqu’un d’autre, un étranger ? 
Bien sûr, j’ai pu reconstruire mon identité à partir d’un moulage mental. Les ingénieurs du laboratoire de similitude m’ont assuré de la conformité de ce moulage avec ma personnalité originale authentique. 
A partir de cette dernière renaissance, comme ils l’appellent, j’ai vécu comme avec une impression que l’artefact mémoriel qu’on m’avait implanté était artificiel. Bien sûr, nul n’a jamais pu prouver de telles manipulations. Cependant, nous savions pertinemment que ceux qui étaient à l’origine de ce dispositif  s’étaient arrangés pour que la mémoire du passé avec laquelle nous renaissions était arrangée afin d’être édulcorée. En fait, et c’était une avancée significative, notre civilisation avait réussi à traverser les siècles en s’arrangeant pour que l’histoire soit sans cesse ré-écrite et ré-adaptée dans les esprits. C’était maintenant acquis, cette organisation était le prix de la paix civile et de l’immortalité. 
En fait, les quelques dizaines de milliers d’habitants de la Terre étaient les mêmes qu’il y a quelques siècles, tous immortels et heureux ! Etait-ce une preuve concrète de la réussite de l’humanité ? Ou était-ce une utopie douteuse créée par nos ancêtres dans des temps autres, et dont nous perpétuions les rites ?
Depuis ces temps, nous vivons immortels sur une Terre dont les océans ont fait leur temps, réduite à un désert qui avait recouvert le globe tout entier. Les dernières montagnes ne sont plus que des tas de cailloux stériles et surchauffés. Malheureusement, la vie était maintenant trop lasse pour en enfanter d’autres. 
Immortels, nous nous sommes adaptés à notre milieu. La ville est devenue notre seul horizon, et ce qui existe au-delà des murs ne nous intéressa plus.  
Certains d’entre nous fouillèrent les archives, interrogèrent des banques de données, réussirent à collecter des versions différentes de notre histoire. Mais, tout concordait. Aucune version ne contredisait vraiment les autres. Il n’y avait rien d’étonnant à cela, puisqu’ils cherchaient dans un puzzle dont ils connaissaient parfaitement chacune des pièces à force de le démonter et le remonter. De temps en temps, certains mythes anciens remontaient parfois à la surface d’une mémoire au moment de l’intervention par les ingénieurs du laboratoire de similitude. Ces mythes étaient ceux de la vitalité, des miettes de mélodies étranges, … mais revivre les jours d’avant la rupture n’était pas une option. Ce qui était clair c’est que globalement, nous nous sentions satisfaits de cet éternel automne fait d’implants bioniques se substituant aux fragiles organes, et de crèmes anti-âge enduisant nos visages d’un masque uniforme, lisse et inexpressif. 
Nous étions des immortels sans futur. 
Depuis 400 ans, nous n’avons plus d’appartements personnels, ni de maisons individuelles, ni de jardins, ni de meubles et objets de décoration. Nous pouvons les créer autant que nous le voulons grâce à des systèmes imaginés dans les temps qui précédèrent la rupture. Les moyens de transport n’existent plus puisque nous ne voyageons plus. C’est grâce aux VidéoG que nous parcourons des mondes fabriqués par des artistes oubliés. Dans les VidéoG, nous disposons d’une sorte de libre arbitre qui nous permet d’expérimenter les innombrables variantes d’univers possibles. Les événements et les lieux auxquels nous avons accès, constituent des aventures qui ont été programmées dans des systèmes informatiques dont bon nombre d’entre nous ont oublié l’existence. Grâce à ce catalogue de VidéoG, nous avons accès à des mondes fantomatiques en présence d’autres usagers que nous appelons Amis. Aussi longtemps qu’on y évolue, le rêve calculé prend la place de la réalité et chaque événement vécu est un élément constitutif de notre expérience. 
Mais au fait qu’est-ce que notre réalité ? 
Des drames faits d’aventures et de découvertes, des explorations d’états psychologiques, les VidéoG variant à l’infini nous permettent de jouer avec toutes sortes d’émotions. Les VidéoG, avec leurs couleurs et l’excitation qu’elle dispensent et la diversité des thèmes qu’elles proposent, ont l’air de satisfaire la majorité d’entre nous. Mais, et je ne peux en parler, rien ne peut m’enlever de l’idée qu’il leur manque quelque chose. 
En dehors des VidéoG, l’unique tâche de notre civilisation d’immortels consiste à conserver, à recenser, à étudier toutes les choses qui ont franchi les siècles, témoins d’un avant, objets funéraires en polypropylène peuplant une ruine immense, notre planète. 
Parfois, pour moi, ce vide pèse. 
Alors malgré moi, je vais faire un tour dans des VidéoG sans but précis. Le programme que je visite m’amène face à un décor de plaine sans fin, avec le disque rouge du Soleil dilaté par la loupe de l’atmosphère disparaissant à l’horizon. Là, dans cet espace rêvé, mes obsessions me ramènent toujours aux mêmes questions. Quelles sont les véritables limites à l’univers, à la vie, à nos origines, alors que pour nous, les frontières sont bien présentes et infranchissables dans cette immortalité qui a toujours été vue comme stade ultime de la liberté ? Guéris de la maladie d’être né disaient-ils ! 
Ainsi, l’immortalité tant célébrée, tant décrite chez les divinités de civilisations oubliées, nous a enfermés en nous-mêmes. Contrairement au Zeus immortel sur son Olympe, l’immortalité a émoussé notre sexualité puisqu’immortels nous reproduire n’est plus une nécessité. Elle a surtout réduit à néant les plus excessifs raffinements de la pornographie, nous faisant perdre complètement le goût de baiser. Ma mémoire de 400 ans me permet de continuer à décrire des gestes romanesques et sensuels que très peu d’entre nous apprécient. Mes contemporains ne souhaitent plus qu’on puisse garder vivants, même dans la mémoire, des modes d’être de ce monde d’avant. Ils explorent leur cimetière et ne s’intéressent qu’aux objets faits de polymère thermoplastique semi-cristallin privés de sens, fantasmant une culture oubliée, une culture qui s’était éteinte dans la construction de barrières et dans la consommation. 
Dans ce vide qui me pèse, face au globe rougeoyant du Soleil, l’âme lourde, remonte souvent en moi un chemin de terre ouvrant sur une tranchée orange au coeur d’une végétation luxuriante et ciselée par le vent. Le chemin se situe sur les pentes calcaires de petites montagnes, conduisant vers quelques grottes où se réfugiaient nos ancêtres. Sur les parois subsistent des empreintes de mains, des dessins, des textes gravés dans un alphabet oublié. Là, surgit à chaque fois ce qu’il m’est impossible de partager avec les autres. Là surgissent ce que nous nommions des mélodies, et avec le mot que je suis le dernier à connaître, la musique. 
400 ans et une intervention par les ingénieurs du laboratoire de similitude n’avaient rien changé. Face à la solitude, les mots, le chemin me ramenait toujours à cet espace caché au plus profond de moi. Les signes dans la roche, le soleil rougeoyant faisait émerger une forme de mémoire de la vitalité. Mon corps même absent se rappelait, et je me rappelais que la musique n’avait jamais changé le monde, mais quelque chose me disait qu’on ne l’avait rarement bousculé sans chanter ou taper sur un tambour. Dans ce présent immortel, j’étais certainement le seul à savoir qu’une foule qui chante n’est pas une addition d’individus, mais une force, un collectif, la vie. Que la musique incarnait une des dimensions les plus précieuses de l’humanité à savoir la capacité de faire résonner les rêves et les silences, pour le plaisir et le partage. Les vieilles histoires gravées se mettaient à me parler. Que l’histoire de cet équipage pris par les glaces d’un océan oublié, avait choisi pour sa survie des fusils pour chasser et se nourrir, de l’huile pour s’éclairer, des couvertures pour résister au froid polaire et un banjo parce qu’il leur permettrait de continuer à chanter ensemble, dans la fraternité du chant commun contre la solitude et le désespoir, et ainsi conserver l’envie de vivre.
Brusquement, le panorama s’obscurcit ! 
La grotte, le chemin, le ciel, le soleil rouge disparurent. Le firmament vira au bleu électrique. Une tristesse infinie m’étreignit, les mélodies, la musique, tout fut balayé dans cet éclair brulant de lumière chirurgicale. 
Après ce qui ressemble à un long voyage en somnambule, je franchis le porche abstrait du laboratoire de similitude. Les locaux ressemblaient à une salle capitulaire comportant des stalles disposées sur le pourtour à intervalles réguliers. Muet, je me laissais conduire dans une stalle où je m’installais dans un siège truffé d’écrans, de câbles et de tuyaux. Peu à peu, je sombrais dans une sorte de catalepsie opératoire. 
En reprenant conscience, combien de temps s’était écoulé ? Je n’en avais aucune idée. 
La première sensation qui me vint à l’esprit fut celle d’un dédoublement. Je m’observais de l’intérieur sachant qu’il y avait quelqu’un de trop dans ce corps unique. Il fallait chasser l’intrus, et l’autre occupant voulait en faire autant. Le moi fut plus rapide et plus efficace, puisque je sentis cet autre se dissoudre dans un flux nerveux qui investissait tous les organes. Bientôt je fus seul. En évacuant l’autre, j’avais aussi exclu mon plus proche moi, celui qui avait été moi ces derniers 400 ans de mon existence. Je me retrouvais seul, j’avais froid. 
Je voulus me débattre, m’arracher de ce siège. Je fus alors submergé par un flux intense d’accumulation de lieux communs absurdes censés représenter ma vie d’immortel de retour dans le rang. Des souvenirs d’une intensité inouïe se substituèrent à ce que fut ma mémoire. Les ingénieurs de la similitude vérifièrent la conformité de moulage de mon identité, et je franchis seul la porte du laboratoire.
Réintégrant le cours de la vie d’immortel, je me mis à collectionner les objets en polypropylène et à fréquenter assidument les VideoG. Après une éternité, au détour d’une aventure, je suivis un chemin rouge au coeur de ce qui ressemblait à de la végétation, et j’arrivai à une grotte. 
Sur les murs de la grotte, des mains dessinées, il y avait aussi ces quelques lettres formant les mots : « 400 ans ! » et je me mis à fredonner un air de musique oublié. 

Musiques choisies
Les Clash, la chanson Guns of Brixton écrite par le bassiste Paul Simonon en 1979. « Quand ils défonceront la porte de chez toi à coups de pieds, Comment est-ce que tu leur feras face ? Les mains sur la tête ou un flingue en pogne ? »
Eminem, 
« Tu as touché le fond
Quand ta vie te rend si triste que / 
Tu pourrais tuer
Tu as touché le fond / Quand pour enfin avoir quelque chose / Tu pourrais voler
Tu as touché le fond / Quand tu n’en peux plus / Parce que tu en as tellement plein le cul / Que tu pourrais hurler
Mais que tu es tellement triste 
que tu pourrais pleurer » 
le morceau Rock Bottom

400 ans…. C’est le temps qu’il faut pour qu’un masque se dégrade. Et oui, ce masque est en plastique parce que le plastique « protège ». Plus exactement, ce masque est en polypropylène, un polymère thermoplastique semi-cristallin de grande consommation. Et que voit-on depuis plusieurs jours ? Des images de masques laissés à l’abandon dans les rues, sur les parkings ou sur les plages lors des promenades et des sorties en nature ou en ville !
En France, alors que la loi contre le gaspillage pour sortir du plastique jetable avait même été votée, l’épidémie de coronavirus étant passée par là, c’est comme si tout était revenu à son point de départ. 
Masques, gants, commandes à emporter et emballées dans du plastique, recours au drive, avec la Covid-19, le plastique à usage unique revient en force dans la vie des consommateurs. Par crainte de se faire contaminer, nombreux sont ceux qui ont même recommencé à acheter de l’eau en bouteille et à privilégier les aliments emballés. 
Dans les bureaux qui ont rouvert, finie la fontaine à eau qui a été remplacée par des bouteilles en plastique comme dans le monde d’avant !
Et donc, depuis le début de l’épidémie, les industriels français du plastique font état d’une hausse de leur activité. Selon, l’association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques en France, la demande a augmenté de 20 à 30% depuis le début du confinement. 
Aux Etats-Unis, les lobbies du plastique se sont jetés sur l’argument de l’impératif sanitaire en affirmant que les emballages en plastique étaient nécessaires pour « sauver des vies ». En Europe, le 8 avril dernier, la présidente de toujours cette association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques affirmait que « l’emballage garantissait un effet barrière et qu’il s’agissait de la première protection des produits pour préserver des conditions sanitaires ». Quelle aubaine ! Il devient alors évident que les lobbies du plastique se sont mis à chercher à tirer un maximum parti de la situation. Si vous en doutez, allez juste jeter un oeil à la chaine dédiée aux lobbyistes du plastique sur https://plas.tv
Et ce n’est pas tout, ces mêmes lobbyistes essaient d’obtenir le report de l’interdiction de certains plastiques à usage unique comme les pailles, les cotons-tiges ou les « touillettes » à café pourtant votée par le parlement européen pour 2021. Dans une lettre adressée à la Commission européenne, l’European Plastics Converters écrit que « tous les matériaux ne sont pas les mêmes face au coronavirus et que le plastique à usage unique était un matériau de choix pour assurer l’hygiène et la sécurité des consommateurs ».  Vous m’en direz tant !
Or cette affirmation est contredite par une étude publiée le 2 avril dans le Lancet par des chercheurs de l’Université de Hong-Kong. Ils ont mesuré la stabilité du SARS-CoV-2 selon les surfaces sur lesquelles il pouvait se trouver. Donc, sur un matériau comme le papier, 3 heures ont suffi pour que le virus ne soit plus infectieux ; sur du verre, il faut quatre jours ; et, dans certains cas, il faut 7 jours sur du plastique. 
400 ans n’oublions pas ! 
Masques et gants jetables polluent déjà les fonds marins… et viennent alimenter ce continent plastique qui n’est rien d’autre que le cimetière de la mondialisation où reposent les restes de notre folie de consommation. Rappelons aussi que sur les dix tonnes de plastique produites chaque seconde dans le monde, seules 9% sont recyclées, le reste est incinéré ou finit au fond de l’océan. 
Tous ces déchets représentent non seulement un danger pour la biodiversité mais remettent aussi en cause notre mode de production et de consommation, il faut juste espérer que nous serons capables d’une réaction collective pour susciter un nouvel élan dans la lutte contre le plastique !

N’oubliez pas que dans un rapport publié le 18 mai, le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA) a montré que la pollution en Chine a remonté, quelque temps après le déconfinement et en pleine reprise des activités économiques, à des niveaux plus élevés qu’avant le confinement. 

Sources et références
https://reporterre.net/En-Chine-la-pollution-est-plus-forte-qu-avant-le-confinement 
https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-26-mai-2020 
Manière de voir. Musique et politique. Juin-juillet 2020. 

 

Nowakowskismes 4.22. « Après vous »

Pendant plus de 50 jours, en pleine période de reproduction, la faune et la flore sauvage ont bénéficié d’un répit salvateur. Comme une respiration. Un temps suspendu rompant l’éternelle prédation de l’humain sur la nature. En son absence, elles ont pu s’épanouir, se développer là où on ne les attendait pas, gagnant les rues des villes, nichant dans les interstices libérés de notre emprise. Nous l’avons tous vu, les animaux ont occupé des espaces qui leur étaient auparavant interdits et les observations partout sur le territoire et dans le monde le confirment. 
L’arrêt des activités humaines a stoppé un carnage rendu invisible tellement il était devenu quotidien. Quelques milliers de chouettes et de putois, des dizaines de milliers de salamandres et de hérissons et des millions d’insectes ont eu la vie sauve du fait d’un trafic routier réduit.
La pandémie actuelle ne serait-elle pas une occasion unique pour réfléchir à une nouvelle relation avec le vivant ? Le virus du Covid-19 est, lui-même, issu d’un rapport destructeur à l’environnement, directement lié au saccage des forêts et des écosystèmes (https://nowakowski.hypotheses.org/1110). 
Ne pourrait-on pas profiter de cette période pour réfléchir à une autre manière d’habiter l’espace, de façon moins brutale et moins mortifère pour les non-humains ? « La Terre ne s’occupe pas comme un champ de bataille, nous devons apprendre à la partager. »
D’ailleurs, plusieurs naturalistes et organisations appellent à ce qu’ils appellent un « déconfinement pédagogique » pour éviter un afflux trop massif dans les espaces naturels. Le mois de mai est habituellement le temps où l’affluence est la plus forte et les frustrations engendrées par le confinement ne risquent pas d’arranger les choses surtout qu’une part du vivant s’est habituée à vivre sans les humains. De plus, en pleine période de reproduction, les espaces naturels se sont transformés en nurseries et les forêts regorgent de petits qui n’ont encore jamais rencontré les humains. 
Avec Levinas, faire de la formule de politesse « Après vous » qui devrait être la plus belle définition de notre civilisation au lieu du « moi d’abord »!

Nous sommes le 21 mai 2020 et n’est-ce pas le moment de prendre conscience du caractère toxique de nos interactions avec la nature, du caractère toxique de nos modes de vie ? N’est-il pas temps de tenter d’imaginer une grande substitution, de la vie comme quantité par la vie comme qualité, de tous les joujoux technologiques par la tranquillité matérielle pour tous, de vastes services collectifs gratuits, une nature restaurée et, « peut-être par-dessus tout, du temps ». 

Screen New Deal ! Bienvenue dans le monde selon Microsoft Teams, Zoom, Netflix, Google, Amazon, … 
Il n’a fallu que quelques semaines pour que ça se matérialise. Voici quelques chiffres ! En avril 2020, le nombre d’usagers de Microsoft Teams a augmenté de 70%. Netflix a gagné 15,8 millions d’abonnés pendant le confinement et compte désormais 182,9 millions d’abonnés. Sur les trois premières semaines du mois, Zoom a enregistré en moyenne 300 millions de participants par jour, contre 200 millions en mars. En décembre 2019, ce chiffre s’élevait à 10 millions. Sur les quatre derniers mois, Zoom peut ainsi afficher une hausse de 3000% du nombre de participants !
Donc, il n’a fallu que quelques semaines pour que quelque chose ressemblant à une doctrine « tech » issue du choc pandémique, commence à émerger. 
Ce qui a émergé c’est ce que Naomi Klein a appelé le Screen New Deal. 
En effet, bien plus high-tech que tout ce que nous avons pu voir lors de précédentes catastrophes planétaires, l’idéologie qui s’installe, alors que les libertés sont sérieusement amputées, considère que nos dernières semaines d’isolement physique ne sont pas une douloureuse nécessité pour enrayer la propagation de l’épidémie, mais sont un laboratoire grandeur nature pour l’installation d’un futur sans contacts permanents entre humains, un futur de dématérialisation, un futur à distance, un futur évidemment très rentable pour certains.
Un exemple qui confirme cela, sont les propos tenus par Anuja Sonalker, PDG de la société Steer Tech, une entreprise du Maryland commercialisant des technologies de stationnement en libre-service. Elle a résumé en quelques mots le nouveau terrain des opérations. Il faut construire un avenir peuplé de « technologies sans contact et sans humains [parce que] les humains sont des risques biologiques, alors que les machines ne le sont pas ».
De plus, cet avenir se profile comme un avenir dans lequel nos lieux d’habitation ne seront plus des espaces exclusivement personnels, mais aussi, via une connectivité numérique à haut débit, des écoles, des cabinets médicaux, des bureaux, des gymnases et, voire si l’État le décrète, des prisons. 
Avant la pandémie, nous savions et nombre d’entre nous avions déjà alerté que ces mêmes habitations étaient déjà en train de devenir des lieux de travail mêlant indifféremment temps de travail et temps personnel et familial, que ces mêmes habitations devenaient nos principaux lieux de divertissement, mais aussi les lieux de nos enfermements sous la surveillance permanente « de la communauté » environnante. Mais, et c’est là que les choses s’aggravent, dans cet avenir qui se construit à la hâte, toutes ces tendances sont en train de subir une accélération sans précédent.
Et comme toujours, dans cet avenir, pour ceux qui seront les privilégiés, presque tout sera livré à domicile, soit « virtuellement » via le streaming et les technologies du cloud, soit physiquement via des véhicules sans conducteur ou des drones, par l’intermédiaire d’un écran « partagé » connecté à une plateforme numérique. 
Ainsi, dans cet avenir, on emploiera beaucoup moins d’enseignants, de médecins et de chauffeurs. 
Dans cet avenir, on n’acceptera ni argent en espèces, ni cartes de crédit parce que ces moyens de paiement sont potentiellement porteurs de virus. 
Dans cet avenir, les transports en commun disparaitront et tout ce qui relève de l’art vivant et des manifestations culturelles seront définitivement bannis du paysage et de la vie. 
Enfin, cet avenir sera prétendument géré par ces fameuses « intelligences artificielles » portées aux nues par leurs promoteurs, les fabricants et les institutions. Mais la réalité est qu’elles doivent leur existence aux dizaines de millions de travailleurs anonymes cachés dans des entrepôts, des centres de données, des usines de modération de contenu, des ateliers clandestins électroniques, des mines de lithium, des fermes industrielles et des prisons. Des dizaines de millions de travailleurs invisibles hyper-exploités et à la merci de la contagion. Bienvenue dans le Metropolis de Fritz Lang !
Dans cet avenir, en s’appuyant sur ces « intelligences artificielles », chacun de nos mouvements, chaque mot, chaque relation sera traçable, stockée, modélisée et sera exploitable grâce à des collaborations sans précédent entre les gouvernements et les géants de la technologie.
Et si tout cela vous semble familier, c’est parce que dans un passé ancien, en février 2020, l’époque d’avant COVID, cet avenir nous était vendu au nom de la commodité, de l’individualisation et de la personnalisation pour notre liberté et notre confort.
Nous étions quelques-uns à avoir de grandes inquiétudes face aux atteintes répétés contre la liberté, au renforcement des inégalités en particulier en matière de santé et dans l’accès à l’enseignement en ligne. Mais aussi au sujet des voitures autonomes et des flottes drones reposant sur le déploiement massif de la 5G. 
Mais plus insidieusement, nous étions quelques-uns à être inquiets face à la généralisation du commerce sans argent amplifiant la localisation automatisée en effaçant petit-à-petit la confidentialité et en enracinant les discriminations.
Enfin, nous étions quelques-uns à nous inquiéter de la promotion faite pour ces «villes intelligentes» truffées de capteurs visant à éliminer la gouvernance locale. 
Nous étions quelques-uns à être préoccupés par la puissance financière et le pouvoir sans opposition d’une poignée d’entreprises technologiques menaçant la démocratie et dominant tout, des médias aux transports, de la santé à l’éducation… 
Et là, aujourd’hui, dans ce contexte mondial, il nous est vendu la promesse dystopiques douteuse que ces technologies sont les seuls moyens capables de protéger nos vies contre les pandémies, les clés indispensables pour assurer notre avenir serein et notre sécurité et celle de nos proches.
Et nombreux sont ceux, décideurs, politiques, qui déclarent vouloir réinventer la réalité post-Covid en tablant sur l’intégration permanente de la technologie dans tous les secteurs de la vie servant ainsi le projet de société promu par Google, Microsoft, Amazon et tous les autres issus de la start-up nation. 
Ils ont un projet pour l’humanité. 
Pour eux, bientôt, nous serons plus contraints de vivre dans le monde physique, que nous habiterons dans un monde façonné par les nouvelles technologies. Quand on est dans la Silicon Valley, leur berceau, il n’est pas rare d’entendre les gens dire : « ne tombe pas malade, tiens encore le coup quelques années, parce que bientôt la technologie guérira des maladies et même de la mort ! ». Là, dans cette « Valley », la technologie est la solution et produit une vision du monde guidée par trois maîtres-mots, la régulation, la gestion et la sécurité (relisez les Nowakowskismes 3.13 intitulés Retour à San Francisco https://nowakowski.hypotheses.org/643).  
Chargés de ce triangle, ils sont là, faisant le sièges des bureaux des décideurs, pourvoyeurs de solutions miracles pour la télé-santé, l’apprentissage à distance et bien d’autres, s’engageant à n’utiliser la technologie que pour rendre le monde meilleur (don’t be evil! Disait l’autre !). Et on s’incline nombreux et bien bas devant cette capacité de « grand visionnaire » de la Fondation Bill et Melinda Gates et sa vision d’« un système éducatif plus intelligent », se débarrassant de tous ces bâtiments, de toutes ces salles de classe et de tous ces enseignants pour les remplacer par de la technologie. 
Or, cette technologie sera-t-elle soumise aux règles de la démocratie et de la surveillance publique ? Sera-t-elle déployée accompagnée d’une frénésie d’exceptions, sans que soient posées les questions cruciales qui façonneront notre vie pour les décennies à venir ? Est-il normal que les réseaux et nos données soient entre les mains d’acteurs privés tels que Google, Amazon et Apple ? N’oublions pas que le réseau Internet est essentiellement constitué de câbles. Et donc qu’en est-il ? Amazon, Facebook et Softbank ont annoncé le projet un nouveau câble trans-pacifique nommé « Jupiter » pour 2020. Jupiter c’est une longueur du câble de 14 000 kilomètres et une capacité de 60 térabits par seconde. Google lui a investi dans les câbles « Unity » en 2008, « SJC » en 2011 puis « Faster » en 2016. Facebook, Microsoft et un opérateur télécom espagnol ont annoncé, en septembre dernier, avoir déroulé Marea, entre l’Espagne et les Etats-Unis, soit 6 600 kilomètres de câble avec la capacité record de 160 térabits par seconde. Alors que Facebook, Google et Amazon se sont « accaparé » le Web, avec une mainmise particulièrement flagrante depuis 2014 jusqu’à ce que certains parlent même de « Trinet », doit-on pour autant accepter que l’Internet physique suive le même chemin et tombe aux mains des mêmes acteurs ? 
Or si Internet est essentiel pour tant de choses dans nos vies, comme c’est clairement de plus en plus le cas, ne devrait-il pas être traité comme un service public à but non lucratif ?
Le problème, comme toujours dans ces moments de choc collectif, est l’absence flagrante de débat public sur ce à quoi ces changements devraient ressembler et à qui devraient-ils bénéficier, les entreprises technologiques privées ou les citoyens ?
Notre monde est ainsi confronté au choix bien réel et certainement difficile entre investir dans l’homme ou investir dans la technologie. Parce que la vérité brutale est que, dans l’état actuel des choses, il est très peu probable que nous fassions les deux. Si les entreprises technologiques remportent leur féroce campagne de lobbying pour l’apprentissage à distance, la télé-santé, la 5G, les véhicules autonomes, … – leur Screen New Deal – il n’y aura tout simplement plus d’argent pour les priorités publiques urgentes, sans parler de la planète et de ses besoins urgents. Les écoles publiques, les universités, les hôpitaux et les transports en commun seront encore plus confrontés à des questions existentielles sur leur avenir malgré tous les beaux discours.
La technologie fournit des outils puissants, mais toutes les solutions ne sont évidemment pas technologiques. Or, le problème avec l’externalisation des décisions clés sur la façon de «ré-imaginer» nos États et nos villes à des hommes tels que Bill Gates et Schmidt est que ces gens ont passé leur vie à défendre le fait qu’il n’y a aucun problème que leur technologie ne peut résoudre, et que grâce à eux, le monde ira mieux. Certains et ils sont nombreux, en sont persuadés. 
Prenez l’exemple du gouverneur de New York. Regardez le sourire qu’il affichait quand il a annoncé que l’ancien PDG de Google, Eric Schmidt, en sauveur, dirigera le groupe qui sera chargé de réinventer l’Etat de New York post-Covid grâce à la technologie dans la sécurité, la gestion et la régulation garanties. Pour eux, et pour beaucoup d’autres dans la Silicon Valley, mais aussi pour tous les apprentis sorciers de la technologie et technocrétins, la pandémie est une occasion en or de recevoir non seulement la gratitude du monde, mais surtout la déférence et le pouvoir qui leur est dû et qu’ils appellent de leurs voeux depuis si longtemps. En confiant à l’ancien président de Google le pilotage de l’équipe qui façonnera la réouverture de l’État, le gouverneur de l’Etat de New York lui signe un chèque en blanc, il ne reste plus qu’attendre pour voir quels seront les suivants.
Et en France alors ? L’Assemblée nationale vote en urgence une loi obligeant les plateformes (Facebook, YouTube, Google, Twitter) de retirer des «  contenus manifestement illicites » sous 24 heures. Cette loi repose sur une idée simpliste. Il suffirait de rendre les intermédiaires techniques responsables des contenus publiés par des tiers, de les contraindre à retirer tout ce qui leur est signalé comme étant « manifestement illicite » sous peine d’amendes démesurées, pour que nous soyons tous protégés des méchants, car c’est très urgent. La sanction encourue fixée dans la loi pourrait atteindre 4 % du chiffre d’affaires. Et ce n’est pas tout, cette loi qui confie aux plateformes privées bien connues et à tous les sites web leur confie le « soin » de censurer en 1h (pas en 24h) les contenus signalés par la police comme relevant du « terrorisme », sans que cette qualification ne soit donnée par un juge. Si le site ou la plateforme ne censure par le contenu (par exemple car le signalement est envoyé un week-end ou pendant la nuit) la police peut exiger son blocage partout en France par les fournisseurs d’accès à Internet (Orange, SFR…). La séparation des pouvoirs est entièrement écartée : c’est la police qui décide des critères pour censurer un site. En droit, la notion de « terrorisme » est suffisamment large pour lui donner un large pouvoir discrétionnaire, par exemple contre des manifestants ou des militants écologistes. Par cette loi votée dans l’urgence, c’est donc la police qui décide des critères pour censurer un site. C’est la police qui juge si un site doit être censuré. C’est la police qui exécute la sanction contre le site. Le juge est entièrement absent de toute la chaîne qui mène à la censure du site. Ceci est pour le moins étonnant dans un État qui, bien qu’en état d’urgence sanitaire, se dit encore « de Droit »…
Dans ce contexte, il y a fort à parier que les plateformes risquent d’appliquer un principe de précaution. Dans le doute, retirer tout contenu, quitte à porter atteinte à la liberté d’expression, pour ne pas risquer les sanctions. En effet, quand on délègue à des entreprises privées le droit de juger de ce qui est légal ou illégal, on s’expose à une censure de très grande ampleur – parce que c’est plus simple et moins cher de censurer que de se poser des questions, surtout quand on risque des amendes de très grande ampleur, et que le profit est le seul guide des entreprises privées.
Encore mieux, en France, pour la période allant de juillet à décembre 2019, le gouvernement français n’a jamais réclamé autant de données à Facebook. En effet, depuis 2013, Facebook publie un rapport bi-annuel pour faire un état des lieux des données réclamées par les gouvernements. Le dernier rapport de transparence vient d’être publié. Entre janvier et juin 2013, la France avait effectué 1 547 demandes. Entre juillet et décembre 2019, ce sont 7 001 demandes qui ont été formulées pour obtenir des informations personnelles. Facebook a répondu positivement à 83% de ces demandes. Ailleurs qu’en est-il ? Et bien, sur la même période, le Japon a effectué 43 demandes, l’Italie 2 466, la Russie 8, la Finlande 81, les Émirats Arabes Unis 13, l’Argentine 2 149 et les États-Unis 51 121. 
En France, contrairement à l’avis de la CNIL, du Conseil national des médecins, du Conseil national des avocats et des hôpitaux, le gouvernement français a décidé de confier à Microsoft le stockage de toutes les données de santé. En effet, une ordonnance publiée le 21 avril 2020 oblige les hôpitaux à intensifier l’envoi des données de santé à Microsoft. Pourquoi ? Parce que le HealthDataHub (HDH), en français dans le texte, est en cours de déploiement. Le HDH en tant que guichet unique d’accès à toutes les données de santé vise à permettre le développement de systèmes d’intelligence artificielle appliqués à la santé. Toutes ces données produites par tous les citoyens français viendront des systèmes information des hôpitaux, des pharmacies, des dossiers médicaux partagés et des données de la recherche,… Le volume de données hébergées devrait augmenter de façon exponentielle, notamment avec l’émergence de la génomique, de l’imagerie et de la multiplication des objets connectés. Et donc, toutes ces données seront stockées sur Microsoft Azure, la plateforme de cloud computing de Microsoft. Prétextant un projet de recherche « d’intérêt public », un concept juridiquement vague, les GAFAM mais aussi les start-ups et les assurances pourront désormais accéder aux données de santé et au pouvoir financier qu’elles représentent !
En France, toujours, la commission départementale des mines de Guyane a donné un avis largement favorable aux prémices d’un nouveau projet de mine d’or de taille industrielle nommé « Espérance ». il est porté par la compagnie minière américaine Newmont associée à un opérateur local, la compagnie minière Espérance (CME). Envisagée en pleine forêt, elle nécessiterait une usine à cyanuration et l’extraction de « 20 millions de m3 de roches » pour creuser une fosse de 300 mètres de profondeur sur 1,5 km de longueur. Cela déboucherait sur un premier gisement de « 65 tonnes » d’or selon les documents de l’opérateur ! 
Tout cela alors que nous savons que la déforestation massive altère gravement la biodiversité, accélère les changements climatiques et favorise l’émergence d’espèces vectrices d’épidémies. 
Alors et après ? Nous ne pourrons plus sortir cette excuse magnifique : «Je ne pouvais pas faire autrement ! » Le temps n’est-il pas venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : «Au fond, ce n’est pas moi», «On m’a demandé de le faire», «De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place !». Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. Ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.
Souvenez-vous « Après-vous » au lieu de « moi d’abord » !

Sources et références
https://usbeketrica.com/article/les-cables-d-internet-qui-sont-ils-quels-sont-leurs-reseaux
https://www.theguardian.com/news/2020/may/13/naomi-klein-how-big-tech-plans-to-profit-from-coronavirus-pandemic
Entretien avec Richard Powers dans America Mag n°13
https://siecledigital.fr/2020/05/13/le-gouvernement-francais-reclame-de-plus-en-plus-de-donnees-personnelles-a-facebook/
https://reporterre.net/Retour-dans-la-nature-la-vie-sauvage-s-est-epanouie-respectons-la 
Problèmes de la transition par Frédéric Lordon, https://blog.mondediplo.net/problemes-de-la-transition 
«C’est confortable d’obéir», https://www.liberation.fr/debats/2017/08/30/c-est-confortable-d-obeir_1593054 
https://interhop.org/le-gouvernement-contraint-les-hopitaux-a-abandonner-vos-donnees-chez-microsoft_en/ 

Nowakowskismes 4.21. « Poétique du chaos, Part 3 – Anges gardiens  »

Nous sommes le 14 mai 2020. Nous avons passé la date du 11 mais et pour cela, pouvons-nous considérer que nous sommes dans le monde d’après ? 
Avant cela, n’est-il pas important de se poser la question, pourquoi lutte-t-on ? Et pas seulement, contre quoi ou contre qui lutte-t-on ? Le cycle de la poétique du chaos n’apporte pas de réponses, mais met en scène quelques situations qui peuvent faire émerger des questions. Alors ce soir, la partie 3 s’intitule Anges gardiens. Vous êtes prêts ? 

Se dissoudre dans ce silence, celui de la ville aux portes de la nuit d’une soirée encore fraiche de fin printemps. Fouler l’asphalte fissuré des rues désertées pour les programmes multidiffusés par les plateformes de streaming, marcher sur l’herbe qui avait poussé dans les fissures des trottoirs et, les mains dans les poches, s’ouvrir un chemin à travers les silences environnants, c’était sa plus grande joie. Il aimait s’arrêter à un croisement, scruter dans les directions ouvertes par les longues avenues éclairées par le clair de lune, décider du chemin à prendre, ce qui à vrai dire n’avait que peu d’importance dans ce monde qui avait suivi l’épidémie. 
C’était un homme seul qui, une fois sa direction choisie, se mettait en marche à grands pas. Il marchait parfois pendant des heures, pendant des kilomètres et ne revenait chez lui qu’autour de minuit. Chemin faisant, il regardait les villas, les maisons, les immeubles avec leurs fenêtres obscures ou illuminées des irisations en provenance des écrans branchés sur le réseau. Cela ressemblait assez à la traversée d’un cimetière où seuls les feux follets numériques éclairaient les derrières des fenêtres. Parfois, il lui semblait que des fantômes grisâtres se mouvaient sur les murs intérieurs des pièces dont on avait oublié de tirer les rideaux. Ou bien il entendait des chuchotements et des murmures lorsqu’était restée ouverte la fenêtre d’un de ces édifices qu’il voyait semblables à des monuments funéraires. Alors il s’arrêtait, redressait la tête, écoutait, regardait, puis reprenait sa marche à pas silencieux sur la route partiellement éclairée. Depuis longtemps déjà, il avait décidé de chausser, pour ses promenades nocturnes, des souliers à semelles souples. Plus confortables certes, mais surtout le bruit que faisaient les semelles dures éveillait les chiens qui accompagnaient alors sa marche d’aboiements intermittents qui faisaient que des lumières éclataient, que des visages apparaissaient aux fenêtres et que toute une rue se réveillait sur son passage alors qu’il voulait rester invisible. 
Il n’y avait que lui dehors la nuit depuis que le monde était devenu celui-ci.
Ce soir-là, il avait commencé sa promenade en allant vers l’est, dans la direction de la rivière. L’air était tiède. Les dernières voitures ayant regagné leurs garages, il était à nouveau respirable. Il faisait bon inspirer à pleins poumons, sentir ce flux emplissant les bronches. Il écoutait le léger crissement de ses semelles foulant l’herbe qui avait poussé sur les bas-côté. Il marchait en sifflant entre ses dents, d’un sifflement calme et léger. De temps à autre, il cueillait une feuille dont il examinait, à la lumière des rares lampadaires, le réseau de nervures et il respirait son parfum frais tout en continuant de marcher.
Par moment, en passant sous les fenêtres, il murmurait, « Hey ! Là-haut ! Quoi de neuf ce soir sur Netflix ? Quelle est cette série qui illumine votre plafond d’éclairages psychédéliques ? »
La rue était silencieuse, vide à perte de vue, seule son ombre l’accompagnait en épousant les façades. S’il fermait les yeux et restait immobile, il pouvait presque s’imaginer au milieu du désert de Simpson qu’il avait traversé il y a bien longtemps. La tiédeur, pas un souffle de vent, pas une habitation à des kilomètres à la ronde, avec pour seule compagnie les rues comme des lits asséchés d’anciennes rivières.
« Quelle heure est-il ? se demanda-t-il. L’heure des prescriptions automatiques de programmes de nuit sur les plateformes ? » Était-ce l’écho de cris qui fusait à présent d’une des fenêtres en altitude ?  Il hésita un moment. Puis, comme rien n’arrivait, il continua son chemin. Il trébucha sur un coin de trottoir particulièrement abîmé. Le bitume disparaissait sous des fleurs et de l’herbe qu’on avait perdu l’habitude de voir pousser librement. Depuis tout ce temps qu’il se promenait ainsi, de nuit, accumulant les kilomètres, il n’avait jamais rencontré un autre marcheur, jamais un seul.
À proximité de la rivière et du canal, il arriva à un grand rond point, silencieux, point de convergence de deux voies express qui traversaient la ville. Le jour, c’était le métal hurlant des voitures, les stations d’essence ouvertes et nauséabondes, le bruit de fond permanent généré par ces insectes brillants qui ne laissaient aucune place aux marcheurs. Tous ces véhicules en lutte continue se ruaient vers des destinations lointaines, cherchant à se dépasser, à se faufiler pour obtenir une meilleure position, dans une atmosphère polluée par les exhalaisons empoisonnées s’échappant des tuyaux d’échappement. Mais, dans la nuit, ces grandes artères pareilles à ces rivières asséchées des déserts africains n’étaient que des lits de pierre que la froide lumière de la Lune montante éclairait.
Il se dit qu’il était temps de prendre le chemin du retour. 
Pour cela, il prit une rue latérale qui petit-à-petit le remit dans la direction de son appartement. Baudelaire écrivait dans Les Fleurs du mal, que « le crépuscule excite les fous ». La nuit, elle, réveille les poètes, et les monstres aussi. Elle dévoile paradoxalement tout ce que la lumière du jour cache. Remontant vers un des points cardinaux repérés par les pâles constellations, les rues lui révèlent des à-côtés, le noir des recoins, et lui dévoilent les chemins de traverse par leur noirceur plus sombre encore que l’obscurité. Comme à chaque fois, la nuit fait remonter ses souvenirs, ses lectures, il pense à l’Hadès des anciens grecs, situé aux marges du monde, l’Hadès étymologiquement le lieu où on n’y voit rien, l’Hadès, le lieu où il n’y a pas d’images.
Il n’avait plus que quelques pas à faire pour arriver chez lui, quand ce qu’il redoutait lors de chacune de ses sorties le glaça. Une voiture solitaire surgit brusquement au coin de la rue. Elle pointa aussitôt sur lui son faisceau de lumière aveuglante. Il s’immobilisa ébloui, hypnotisé comme un renard pris dans les phares. Il attendit. Il savait qu’il ne pourrait pas s’échapper.
La voix métallique de l’ange gardien le héla :
« Halte ! Restez où vous êtes ! Ne bougez pas ! »
Il ne bougea pas.
« Levez les mains ! »
Les brigades d’anges gardiens avaient été créées après la grande épidémie. Après avoir été enfermés pour enrayer la propagation de la contagion, il était arrivé le moment où les humains eurent la possibilité de sortir mais au prix de contrôles accrus. Des brigades d’anges gardiens furent alors créées et chargées d’encadrer le passage de l’enfermement au contrôle, de l’isolement à la surveillance, en garantissant que tout serait vu, visible, traçable, traqué, justifiable, justifié. A leur création, ces brigades d’anges gardiens étaient constituées d’adjoints de sécurité, de gendarmes adjoints volontaires, de réservistes de la police et de la gendarmerie nationale, d’agents de sécurité assermentés dans les transports et d’agents des services de l’autorité de la concurrence pour les commerces. 
Petit-à-petit, les citoyens prirent l’habitude de vivre cette vie de contrôles, réguliers, répétés. Pour éviter cela, les citoyens restèrent chez eux sous les effets combinés de la montée en puissance des principaux producteurs de programmes en lignes, et des injonctions de plus en plus fortes pour qu’ils restent chez eux, qu’ils se forment de chez eux, qu’ils se divertissent et consomment de leur canapé, qu’ils travaillent de chez eux et ainsi profiter de la puissance inépuisable du réseau. Le monde néolibéral qu’on espérait voir disparaître, était de retour en force, favorisant encore plus ceux qui avaient les moyens dans un marché définitivement dérégulé ayant acquis le statut d’institution autonome. 
Les brigades d’anges gardiens sillonnèrent les villes, mais les humains sortant de moins en moins, il y eu de moins en moins de contrôles à effectuer. Au fur et à mesure, le nombre de patrouilles diminua, et il ne resta plus que quelques voitures qui erraient sans fin nuit après nuit dans les rues vides.
« Votre nom ? » lui demanda sèchement la même voix métallique. Il ne pouvait voir qui parlait à cause du projecteur puissant dirigé sur lui.
Paralysé, il eut du mal à prononcer son nom. Les mots qui franchirent ses lèvres incompréhensibles fit que la voix métallique insista en crachant un « Plus fort ! Ou alors sortez votre smartphone et montrez votre écran ! 
Il déglutit.
– Je n’ai pas de smartphone
– Vous n’avez pas de smartphone ? Quel est votre emploi ou votre profession ?
Il murmura :
– Disons enseignant.
La voix métallique sortant de la voiture, comme si elle parlait pour elle-même répliqua :
– Sans profession donc ! »
L’intense faisceau lumineux le clouait sur place comme un insecte dans une vitrine de musée, le corps transpercé d’une épingle.
Il ne put qu’acquiescer silencieusement. Il n’enseignait plus depuis longtemps. Dans ce monde d’injonction au télé-travail, à la connexion, au « restez chez vous », les livres ne se vendaient plus, et les enseignants avaient été petit-à-petit éliminés au profit des cours en ligne, des programmes éducatifs générés automatiquement par des programmes comparables à ceux gérant les plateformes de streaming. Tout se passait alors dans des appartements pareils à des caveaux. Ces caveaux vaguement éclairés par la lumière des écrans étaient habités par des humains qui y reposaient comme des cadavres, où la lumière multicolore des programmes formatés baignait leurs visages blafards.  
Il y eut comme une petite pause, et la voix métallique reprit plus fort :
« Sans profession alors que faites-vous dehors ?
– Une promenade, répondit-il.
La voiture produit quelque chose comme une exclamation métallique :
– Une promenade !
Il sentit perler des gouttes de sueur sur son front et répondit malgré tout calmement :
– Une simple promenade. 
La voiture manifesta comme une forme métallique de l’exaspération 
– Promenade, simple promenade ? Une promenade ? Une promenade pour aller où ? Pour faire quoi ? Donner votre adresse !
Les jambes se ramollissant, il expliqua qu’il sortait pour prendre l’air, respirer et qu’il habitait à deux pas dans la rue de mon désert. La voiture répondit quasi-immédiatement :
– Mais il y a de l’air dans votre maison, de l’air climatisé non ? Et vous avez un écran de télévision à votre disposition ?
– Non.
– Non ? » Il entendit un léger crépitement qui était comme une mise en accusation. La Lune était maintenant haute et brillante parmi les étoiles et les maisons grises et silencieuses.
Il attendit dans la nuit qui se rafraichissait.
« Un simple promenade, mais vous n’avez pas dit dans quel but.
– Je l’ai dit ; prendre l’air, voir, me promener simplement.
– Et vous faites ça souvent ?
– Chaque soir, depuis des années ».
La voiture de la police restait immobile au milieu de la rue, il y avait comme un bourdonnement léger qui venait de l’intérieur. 
– C’est bien finit-elle par dire.
Il entendit comme un soupir, un déclic. La porte arrière de la voiture s’ouvrit brusquement. 
« Montez.
– Attendez un peu, je n’ai rien fait ! Protesta-t-il 
– Montez !
Il avança semblable, tout à coup, à un homme ivre. En dépassant la cabine du chauffeur, il regarda à l’intérieur. Ses cheveux se hérissèrent quand il vit que la place du chauffeur était vide. Il n’y avait personne dans la voiture. Il comprit qu’avec le temps, les anges gardiens avaient été remplacés par des machines bien plus efficaces et bien plus dociles. 
« Montez ! »
Il s’appuya contre la porte et regarda la banquette arrière. Elle formait une cellule en miniature, une petite prison grillagée obscure. L’air sentait l’acier et l’antiseptique, la voiture sentait la propreté dure du métal. Il n’y avait pas de place pour la vie là-dedans !
« Eh bien, si vous aviez un smartphone, ou quelqu’un qui pourrait attester du bien-fondé de cette sortie, vous n’en seriez pas là  reprit la voix métallique. Mais…
– Où m’emmenez-vous ? »
La voiture hésita, ou plutôt il entendit à l’intérieur une suite de déclics. C’était comme si le programme faisait dérouler une série de tests et de combinaisons d’informations le concernant disponibles dans les multiples bases de données et fichiers mis en place depuis toutes ces années. Après l’épidémie, on avait assisté impuissants à la mise en place de fichiers de tout ordre, de fichiers de contacts, de destinations, de température, de modes de vie…. 
« Je vous emmène à l’AR2S, l’Agence de Recherche et de Surveillance de la Santé »
Il monta. La porte se referma et se verrouilla avec un léger bruit sourd. La voiture de police se mit en route et se fraya tous phares allumés un chemin dans l’obscurité de la ville endormie .
Quelques minutes plus tard, il ne savait plus évaluer le temps écoulé, dans une des rues de cette ville obscure, ils passèrent devant un immeuble. Un parmi tant d’autres, mais celui-ci avait ceci de particulier que le dernier étage était éclatant de lumière, qu’une végétation luxuriante envahissait la terrasse, et que chacune de ses fenêtres en carrés de couleurs découpés étaient autant de sources de clarté et de chaleur dans la nuit froide.
« C’est chez moi » dit-il mais il n’y eut pas de réponse.
L’ange gardien roula le long des trottoirs déserts et disparut dans le labyrinthe des rues désertes de la ville.
Nul bruit, nul mouvement ne troubla plus la tranquillité des nuits de cette année-là.  
Pour conclure, c’est avec ces quelques mots d’Ivan Illich repris par André Gorz. 
Vaut-il la peine de survivre dans « un monde transformé en hôpital planétaire, en école planétaire, en prison planétaire où la tâche principale des ingénieurs de l’âme sera de fabriquer des hommes adaptés à cette condition ? »
Je vous laisse méditer 

Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et j’espère que nous allons nous revoir très bientôt ! 

L’association d’intérêt général The Shift Project vient de publier un plan de transformation des activités essentielles que sont se nourrir, se loger, se déplacer, se soigner, travailler, comprendre, échanger afin de les rendre plus saines et plus robustes dans les temps de crise économique et écologique à venir. La méthode proposée s’intéresse à l’économie concrète, non pas aux « euros », à la « croissance » et à la « dette », mais aux « métiers », aux « tonnes », aux « joules ». La méthode proposée ne s’intéresse surtout pas à « Combien ça coûte ? », mais à « Que fait-on ? »
Ce document parle de ce que les gens font aujourd’hui et de ce qu’ils pourront faire demain, et des moyens matériels nécessaires pour opérer le passage d’un monde à l’autre. Parce que le changement visera à aboutir à ce que chacun des organes de la société fonctionne en recherchant une sobriété optimale de matière et d’énergie. Cette transformation doit aboutir à une économie économe.
Jusqu’à présent, la majeures partie des débats autour de la transition écologique ne se sont focalisés que sur des questions de montants d’investissements et de tuyaux de financement, très peu sur l’objectif, quasiment jamais sur la méthode. 
Nous savons tous que la nécessaire transformation réclamera dans bien des cas de simplifier ou de ralentir. Souvent aussi, elle aura besoin de mobiliser davantage de têtes et de bras sachant qu’il n’est pas acceptable qu’un système économique plus sobre soit un système demandant aux plus pauvres de se serrer plus encore la ceinture. Au contraire, il faut donner de l’air aux budgets les plus modestes, en organisant des économies d’énergie et de matière, et par là ouvrir d’importantes possibilités nouvelles de travail.
Pour cela, afin d’envisager la mise en place d’un cercle vertueux, il faut penser, discuter, organiser, planifier.
Donc, en partant de la situation de ceux qui vivent et travaillent aujourd’hui en France, The Shift Project pose les jalons d’un plan de transformation de l’agriculture, du bâtiment, de l’énergie, de l’industrie, des transports, de la santé, des services, de la culture et des médias.
Pourquoi ? Parce qu’il est urgent de lancer un débat sur les actions que la République devra mener à bien pour tenir ses engagements devant l’Histoire, et offrir à tous et toutes une place dans une société durable.
Avec André Gorz, il faut une alternative à la devise de cette société qui est : « Ce qui est bon pour tous ne vaut rien. Tu ne seras respectable que si tu as « mieux » que les autres ». Il est alors indispensable de rompre avec l’idéologie de la croissance en affirmant avec force que « seul est digne de toi ce qui est bon pour tous. Seul mérite d’être produit ce qui ne privilégie ni n’abaisse personne. Nous pouvons être plus heureux avec moins d’opulence, car dans une société sans privilège, il n’y a pas de pauvres ».

Références et sources 
https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2020/05/Crises-climat_chantier-du-Plan_Shift-Project.pdf
André Gorz « Ne plus se hisser au-dessus des autres » https://www.monde-diplomatique.fr/2010/04/GORZ/19027 
Philip Mirowski : «L’après ne sera pas favorable à une société de gauche, mais à une accélération des mesures néolibérales». Libération 28 avril 2020. https://www.liberation.fr/debats/2020/04/28/l-apres-ne-sera-pas-favorable-a-une-societe-de-gauche-mais-a-une-acceleration-des-mesures-neoliberal_1786730 
Philip K. Dick, Si ce monde vous déplait… et autres écrits 

Nowakowskismes 4.20. « Confinement semaine 8, jour 52 – désobéir… »

Télé-vivre, télé-travailler, télé-consommer, télé-discuter, télé-asservir, se télé-divertir !…  
Pour la grande majorité des humains, c’est le quotidien qui s’est confirmé en ces temps inédits d’enfermement forcé. C’est faire ses courses en ligne 24 heures sur 24 sans bouger de son canapé, c’est s’équiper d’outils et de logiciels pour travailler à distance, c’est charger tous les services pour se divertir, c’est ne pas écouter autre chose que de la musique en ligne, c’est aussi s’informer ! … Encore faut-il détecter les médias libres et indépendants ! 
Lorsque le monde extérieur physique n’est plus accessible, c’est un monde dématérialisé qui prospère et surtout qui profite au bien connus GAFA. Incontournables, ils sont encore plus les rois du monde numérique. Seuls ou ensemble, ils détiennent souvent plus de la moitié des marchés qu’ils occupent. C’est le cas dans la publicité en ligne, dans les moteurs de recherche, dans les réseaux sociaux, dans les services de cloud, dans l’hébergement et la gestion de données. Aux Etats-Unis, Amazon a conquis 50% du e-commerce américain.
Quand d’autres (Airbus par exemple …) annoncent des pertes et ne prédisent rien de bon pour leur avenir, les géants américains du numérique affichent des hausses de leur chiffre d’affaires spectaculaires, + 15% pour Google, + 20% pour Facebook, et même + 25% pour Amazon. Bravo à tous ceux et toutes celles qui se sont jetés sur les catalogues en ligne de ces compagnies ! Ce qui fait que les GAFA traversent la crise sans encombre ! Apple, et Microsoft valent toujours largement plus que 1000 milliards de dollars en Bourse. La valeur d’Amazon a elle augmenté de 25% depuis le début de l’année ce qui représente pas moins de 300 milliards de dollars de plus ! Sans parler, nous l’avons déjà évoqué, des conditions de travail de ses salariés, toujours plus désastreuses en ces temps de pandémie.…
Instinct grégaire ou panurgisme ? Vivre en troupeau en se pensant libres ! Voici ce qui résume notre attitude ! Dans ces temps de confinement, mais déjà bien avant, c’est avec quelques gadgets en guise de cadeaux, ces fameux goodies, c’est avec des outils et des plateformes, que ces compagnies font mine d’apporter la liberté individuelle, l’accès illimité à la série que tout le monde veut voir, alors que le seul objectif n’est que de faire entrer le plus de monde possible dans le grand troupeau des consommateurs. 
300 milliards de plus pour Amazon, voilà ce que le confinement, l’occupationnel en troupeau a pour effet ! 
Nous dépensons 50000$ en 20 secondes sur Amazon. Et tout cela n’est rien d’autre qu’un grand nombre d’individus se pensant libres qui se dirigent librement en troupeau vers les marchandises que le bon système capitaliste numérique fabrique pour lui, saupoudré d’un discours de liberté ! 
Une mise en pâture savamment orchestrée… 

Nous sommes le 7 mai 2020, nous sommes en semaine 8 et jour 52 d’enfermement. 
Le mot ce soir dans les Nowakowskismes est désobéir ! 
Désobéir face à l’installation d’un monde de surveillance, désobéir en ces temps de privation de liberté sous couvert d’état d’urgence sanitaire. Savez-vous que l’état d’urgence sanitaire, d’ailleurs prolongé jusqu’au 24 juillet, permet de casser les règles du droit du travail, de porter la durée quotidienne maximale de travail à 12 heures au lieu de 10 heures, de réduire le temps de repos entre 2 journées de travail à 9 heures à la place de 11 heures, d’augmenter la durée maximale de travail hebdomadaire à 60 heures contre 48 heures et d’étendre le travail du dimanche.  
Donc désobéir quand confinés, infantilisés, sidérés autant que terrorisés par les informations COVID imposées en continu, nous sommes devenus spectateurs impuissants, et anéantis de ce qui se joue sans nous, ou « pour notre bien ». Par la force des choses, les rues se sont vidées, et tels des enfants rendus peureux, nous attendons de connaître le sort que le pouvoir nous réserve. 
Désobéir et redevenir adultes, désobéir parce que capables de comprendre et d’imposer d’autres choix, y compris économiques et sociaux. Désobéir, parce qu’en ce moment, nous prenons des coups sans pouvoir les rendre, nous parlons dans le vide et nous le savons, dans un climat poisseux de colère inemployée. 
Désobéir face à ce qui s’installe parce que voyez plutôt..! 

Dans les universités, et nombreux ont alerté sur ce qui s’annonce au sein même des universités mais aussi à la Quadrature du net, pour les examens qui arrivent, le gouvernement recommande officiellement aux établissements d’enseignement supérieur la télésurveillance des examens à l’aide de dispositifs invasifs, discriminants et manifestement illégaux : reconnaissance faciale, vidéosurveillance par webcam et smartphone, détection de bruits suspects…  En mars, le ministère de l’Enseignement supérieur a publié un « plan de continuité pédagogique » composé de plusieurs fiches visant à accompagner les établissements dans le contexte de la pandémie. Par exemple, la fiche n°6 « Évaluer et surveiller à distance » indique que « les examens écrits nécessitent une télé-surveillance particulière qui permet de vérifier l’identité de l’étudiant et d’éviter les fraudes. Ils nécessitent donc un recours à des services de télésurveillance ». Dans cette fiche, on y trouve une une liste de fournisseurs de services recommandés parce « qu’ils ont l’habitude de travailler avec des établissements d’enseignement supérieur ».
Cette liste fait donc la promotion d’outils de surveillance extrêmement invasifs, dangereux et profondément discriminants avec au programme tout ce qu’on adorons dans les Nowakowskismes à savoir, la reconnaissance faciale, la vidéosurveillance continue avec analyse comportementale, l’utilisation simultanée des webcams de l’ordinateur et du smartphone, jusqu’à la détection de bruits suspects dans l’environnement proche de l’étudiant. Ainsi Managexam propose des solutions de surveillance audio et vidéo, avec « prise de photos fréquentes, régulières ou aléatoires » ou « vidéo captée en continu » afin de repérer « automatiquement les anomalies pouvant survenir dans la session d’évaluation grâce à une recherche et une classification visuelle de l’environnement des candidats ». Proctorexam propose une « technologie avec deux prises de vues simultanées sur l’étudiant (webcam+appli smartphone) » et Evalbox, qui propose « des algorithmes d’analyse comportementale pour détecter les comportements suspicieux ». TestWe, la solution qui revient souvent dans les média, offre un système de photographie de la carte d’étudiant ou d’identité par webcam « pour vérifier que la bonne personne est en face de l’écran ». Son PDG, Benoît Sillard, qui a été sous-directeur aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement scolaire et supérieur (SDTICE) au Ministère de l’Éducation nationale puis Délégué interministériel aux usages de l’internet auprès du ministre de la Recherche, se vante également de mettre « en place actuellement un système à double caméras, celle de l’ordinateur qui filme par l’avant, et celle de votre smartphone qui filme l’ensemble de la pièce, pour vérifier qu’il n’y a pas un deuxième ordinateur ou quelqu’un en train de vous souffler ». Enfin, Smowl « utilise un algorithme de reconnaissance automatique des visages pour vérifier l’identité de l’utilisateur en ligne et un système qui détecte les comportements incorrects ».
Malheureusement pas nouveaux, ces outils sont déjà utilisés par plusieurs établissements et plus de 50 universités et écoles seraient en train d’envisager ce type de procédés ! 
Désobéir est urgent quand des universités effacent la liberté pour des raisons d’efficacité ! 

Désobéir face à la surveillance généralisée qui s’installe, parce qu’il existera bien un système de traçage officiel permettant l’accès à un maximum d’informations sur l’état de l’épidémie en France. L’application StopCovid est elle annoncée pour le 2 juin ! 
Le projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire soumis au Parlement à partir de lundi 4 mai doit organiser le suivi des personnes susceptibles d’être contaminées par le Covid-19. Pour cela, le gouvernement prévoit de se doter de deux fichiers avec des données partagées médicales ou non. Ainsi lorsqu’une personne sera testée positive au Covid-19 , elle apparaitra dans un premier fichier, appelé « Sidep » recensant toutes les personnes testées positives par les laboratoires de biologie médicale. Les personnes qu’elles auraient côtoyées, seront fichées dans un deuxième fichier nommé « Contact Covid », inspiré du site de l’Assurance-maladie. Il permettra d’avoir les coordonnées des personnes à contacter afin d’être testées et si besoin isolées pour empêcher la propagation du virus. 
Pour effectuer ce travail d’identification des malades à partir du 11 mai, des « brigades sanitaires » qui ont été gentiment rebaptisées « brigades d’anges gardiens » par le ministre de la santé seront déployées. D’ailleurs, ces brigades d’anges gardiens inspireront certainement un prochain épisode de la Poétique du chaos. Ainsi 3 à 4 000 personnes médecins ou non médecins seront affectées à cette mission.
En clair, pour l’instant, le traçage des contacts ne reposera pas sur une application installée sur les téléphones des Français, mais sur les personnels autorisés à le faire par le gouvernement. 
Un nouveau mot de la novlange apparaît alors c’est le « contact tracing » qui va se décliner en trois niveaux de surveillance. 
Le tracing de niveau 1 sera exercé par les médecins, les professionnels de santé de premier recours en ville comme à l’hôpital, pour définir le premier cercle des cas, contacts potentiels de malades. Le tracing de niveau 2 sera organisé par l’Assurance-maladie. Il visera à enrichir la liste des contacts potentiels au-delà de ce premier cercle, de vérifier qu’aucune personne potentiellement malade n’a pu échapper aux premier tracing et donner des consignes aux intéressés. Le tracing de niveau 3 est organisé, comme c’est le cas depuis le début de l’épidémie, par les Agences régionales de santé. Il s’agit d’identifier des chaînes de contamination des chaînes de transmission, en d’autres termes, les clusters. 
Et donc le 11 mai, nous allons sortir de l’enfermement, pour une vie en liberté surveillée. Afin de faire respecter les règles, le port des masques, …, le projet de loi prévoit d’étendre les pouvoirs de verbalisation à plusieurs catégories d’agents qui pourront, dès le 11 mai, « constater le non-respect des règles de l’urgence sanitaire et le sanctionner ». Ces agents qui verbaliseront sont les adjoints de sécurité, les gendarmes adjoints volontaires, les réservistes de la police et de la gendarmerie nationale, les agents de sécurité assermentés dans les transports et les agents des services de l’autorité de la concurrence pour les commerces. 
Nous serons déconfinés mais au prix de contrôles accrus. Nous passerons de l’enfermement à l’examen, de l’isolement à la surveillance, par la massification des tests, l’identification des cas-contacts, la mises en place de brigades d’anges gardiens, le plan de mise à l’abri, le quadrillage géographique départemental, le kilométrage limité. Nous allons troquer une restriction de liberté physique contre une restriction de liberté psychologique. Tout sera vu, visible, traçable, traqué, justifiable, justifié. Nos comportements seront moins limités mais davantage conditionnés parce que hautement contrôlés. Devenir moins libres tout en l’étant plus, voilà le tour de passe-passe.
De plus, tout ce dispositif est une mise en parenthèse du secret médical alors qu’on constate déjà les attitudes hostiles de certains voisins à l’égard de soignants. On peut craindre avec ce signalement des personnes malades, des risques de stigmatisation et de discrimination y compris dans l’environnement professionnel.
Donc, à une époque où la complexité est sans borne, il nous faut déceler, dans ce qui se met en place, le travestissement de la domination en protection et, de la permission en liberté. Et je ne peux résister à Tocqueville qui écrivait il y a plusieurs siècles dans « De la démocratie en Amérique » : «Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. (…) le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger ». 
Méditons cela ! 

Et donc désobéir c’est déjà faire une liste pour mettre en mots ce que nous pouvons faire. 
Désobéir est un des métadroits décrits par Antoinette Rouvroy. 
Désobéir c’est être responsable, et être responsable c’est donner du sens à sa et à la vie, dans l’action et dans l’engagement. 
On peut désobéir quand on supprime l’adoration du ou des chefs.
On peut désobéir en cessant de surestimer le coût, les conséquences négatives de la désobéissance.
On peut désobéir en cessant de se détourner des questions importantes.
On peut désobéir en refusant de s’habituer, de s’accommoder à l’obéissance.
On peut désobéir en cessant d’avoir peur du chaos, du jugement des autres, de l’ostracisation, des conséquences.
On peut désobéir en cessant d’être zélé, de surobéir, de servir les autorités aliénantes.
On peut désobéir en refusant le confort de la soumission et de la déresponsabilisation.
On peut désobéir en refusant de se couper de la réalité, aussi moche et atroce soit-elle.
On peut désobéir en refusant d’agir de façon automatique.
On peut désobéir en étant guidé par sa propre conscience et non celle d’idéologues, de dogmatiques, d’autorités aliénantes…
On peut désobéir en ne laissant pas un autre penser à notre place.
On peut désobéir en se découvrant irremplaçable pour aider autrui à être plus libre et non lui être soumis ou vouloir le soumettre.
On peut désobéir en découvrant l’impossibilité de se dérober à la tâche.
On peut désobéir en refusant la « neutralité » car la neutralité a pour effet de masquer sa responsabilité.
On peut désobéir en se libérant des illusions de la liberté.
Désobéir ne consiste pas à opposer raison et émotion, en privilégiant l’un ou l’autre, mais bien à réconcilier l’un et l’autre, l’un offrant un cadre à l’autre, et réciproquement.
Donc désobéir, c’est agir chacun à son niveau, et ça peut se faire : 
en hackant les contrôles, les « verrous », les symboles de pouvoir et tout ce qui représente ou bloque la liberté, l’autonomie, l’autodétermination ;
en occupant et en défendant des zones pour les soustraire au contrôle ou à une domination nuisible, insensée, destructive et contraire à la dignité humaine ;
en sabotant ;
en infiltrant les milieux problématiques puis en détournant de l’intérieur les mécanismes de destruction ;
en décidant de vivre selon le modèle de vie qu’on veut vivre ;
en détournant son travail pour en faire autre chose ; 
en libérant l’information ;
en donnant gratuitement ce qui est censé apporter du profit à des dominants ;
en aidant et en soutenant l’autre
Tout cela et plus encore peut se faire furtivement, publiquement, l’un n’est pas meilleur que l’autre, tout dépend des situations, et de l’efficacité possible de l’action. Les terrains d’actions peuvent être très divers, allant de la place publique à la rue, en passant par l’entreprise ou l’école, jusque sur le web.
Hacker, gripper, détourner c’est faire acte de non-violence, puisqu’il s’agit de condamner ou d’enlever de la violence. 
Enfin désobéir pour s’opposer à ceux qui perpétuent des dominations, les injustices et les oppressions. Désobéir,  c’est s’élever contre l’esprit de cour, c’est sortir du troupeau pour enfin être libre. Et revenons pour terminer à Tocqueville, désobéir pour éviter que la « nation [ne devienne] un troupeau d’animaux timides et industrieux » délivrés du « trouble de penser ».

Références et sources 
https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-eco/la-chronique-eco-02-mai-2020 
https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-04-mai-2020 
https://www.laquadrature.net/2020/04/30/crise-sanitaire-la-technopolice-envahit-luniversite/
Projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire et complétant ses dispositions https://fr.scribd.com/document/459488341/Projet-de-loi-prorogeant-l-etat-d-urgence-sanitaire-et-completant-ses-dispositions#from_embed%20 
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/05/HALIMI/61785 
https://lejournal.cnrs.fr/articles/des-applis-numeriques-pour-lutter-contre-la-pandemie-quels-problemes-ethiques 
https://www.hacking-social.com/2019/12/03/comment-desobeir-quelques-listes/
Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique. Œuvres II, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1992 
La désobéissance civile. Henry David Thoreau https://nowakowski.hypotheses.org/177 

Nowakowskismes 4.19. « Confinement semaine 7, jour 45 – Poétique du chaos, part 2, la loterie… »

Nous sommes le 30 avril 2020, nous sommes en semaine 7 et jour 45 du confinement. 
Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !
Ce soir, les Nowakowskismes continue leur exploration de la « Poétique du chaos  » et l’épisode 2 s’intitule « La loterie ». Accrochez-vous ça va faire mal !

Ce matin de juin était clair et ensoleillé, et déjà une chaleur accablante pesait sur cette journée d’été. Le silence régnait dans la rue privée de voitures et du chant des oiseaux. Seuls l’herbe et de maigres adventices avait envahi les trottoirs. Les gens du quartier commencèrent à se rassembler sur la place vers dix heures pour participer à La loterie. Dans les autres quartiers, on faisait de même, et dans les autres villes aussi. Dans certaines grandes villes, là où la concentration d’humains étaient plus forte, la loterie devait durer plusieurs jours, elle avait même certainement déjà commencé. 
Dans ce quartier de cette ville moyenne des régions de l’est, dans lequel ne vivaient que quelques centaines de personnes, la loterie ne durerait qu’une partie de la journée. C’est pour cela qu’elle pouvait sans problème démarrer à 10 heures du matin afin de permettre aux habitants de rentrer le soir pour prendre leur « apéro ». A midi, les habitants se contenteraient d’un repas tiré du sac. 
Une fois dehors, les enfants se réunirent les premiers tandis que les adultes étaient disséminés de-ci de-là. L’école étant fermée ou en accès limité depuis des mois, ce sentiment de liberté réduite avait du mal à passer malgré tout chez la plupart d’entre eux. Naturellement, ils avaient tendance à se rassembler tranquillement, à se rapprocher les uns des autres parfois timidement pendant un certain temps, avant de se mettre à jouer bruyamment et à évacuer le trop plein d’énergie accumulée. Leurs conversations portaient sur la classe qui n’avait pas vraiment repris, les programmes qu’ils regardaient sur les réseaux, les devoirs et les réprimandes et brimades qu’ils avaient dû endurer. 
Certains, comme conditionnés, avaient déjà rempli leurs poches de pierres, et tous les autres en firent autant, sélectionnant les pierres les plus lisses et les plus rondes. Les filles quant à elles s’étaient mises de côté, discutant entre elles, regardant par dessus leurs épaules, les garçons.
Les hommes commencèrent à se rassembler, à surveiller leurs propres enfants, à parler de la pluie et du beau temps, de la chaleur qui s’installait plus forte encore, des derniers discours politiques diffusés sur les réseau câblés, ou de rien. Certains se taisaient. Et se silence était lourd de sens. Ils se tenaient néanmoins ensemble, loin du tas de pierres qui grossissait dans un coin de la place inondée par les rayons du soleil. Quelques blagues fusaient, il semblait régner quelque chose d’une sorte de bonne humeur. Les femmes, certaines en tenues de sport, d’autres sur leur 31 arrivèrent peu après leurs hommes. Elles se saluaient et échangeaient quelques petits mots gentils et courtois avant de rejoindre leurs maris. 
Puis, femmes et hommes réunis, ils commencèrent à appeler leurs enfants afin qu’ils viennent les retrouver… à contrecœur, à pas lents, abandonnant les autres, et ces instants de liberté.
La loterie était supervisée depuis aussi loin que les habitants s’en souvenaient par un représentant de la métropole, évidemment pas toujours le même, chargé des activités civiques. Pour cette Loterie-ci, c’était un homme rond et jovial qui s’avançait. Quand il arriva sur la place, il portait la boîte en bois noir. Aussitôt, un murmure parcourut l’assemblée. Il fit signe de la main et on lui apporta une table assez large qui fut installée au centre de la place. La boite noire fut placée dessus bien en évidence, et il prit place à côté ouvrant un grand registre relié comportant l’année de la Loterie en chiffres argentés comme patinés par les années. Les habitants gardèrent leurs distances, laissant un large espace entre eux et la table, et surtout, entre eux et la boite. 
L’équipement original de La loterie avait été distribué il y a bien des années. Depuis, il avait été perdu. La boîte noire, en monolithe miniature qui trônait sur la table, semblait absorber la lumière qui se faisait de plus en plus intense. Elle avait été mise en service bien avant que le plus âgé des enfants présents naisse. Elle présentait de multiples éraflures, fissures et irrégularités d’origines inconnues, cicatrices du temps certainement, mémoires de débordements publics oubliés aussi. Souvent, il avait été envisagé la fabrication d’une nouvelle boîte, mais jamais personne n’avait osé bouleverser la tradition représentée par cette boîte noire. De plus, cette boite portait en elle sa propre histoire. Elle avait été fabriquée en récupérant quelques morceaux de la boîte qui l’avait précédée, celle qui avait été fabriquée quand le monde était devenu celui qui était le leur. Chaque année, après la loterie, les discussions revenaient invariablement sur le sujet de la fabrication d’une nouvelle boîte, mais chaque année, le sujet était oublié et rien n’était fait. Comme si une amnésie soudaine s’abattait sur l’instant passé. La boîte noire se détériorait au rythme des années, et de la succession des Loteries. 
Le fonctionnaire déverrouilla la boite et en vérifia le contenu. Des feuilles de papier pliées en deux étaient savamment ordonnées. Il entreprit de les éventer soigneusement. La nuit avant La loterie, les papiers étaient remplis au siège central, sur la base de directives reçues du pouvoir central, et mis dans la boite. Elle était ensuite enfermée dans le coffre fort gardé jusqu’à ce que l’heure soit venue, et que le fonctionnaire vienne la chercher le matin même de La loterie. Le reste de l’année, la boîte était rangée dans le local où étaient auparavant entreposées les urnes qui servaient pour les élections démocratiques. C’était il y a de cela bien longtemps.
Il y eu un peu d’agitation dans les instants précédant le moment où le fonctionnaire allait déclarer la session ouverte.
La loterie démarrait quand le fonctionnaire avait prêté serment s’engageant à veiller au bon déroulement de La loterie. Traditionnellement, et quand c’était possible, une petite formation de musiciens membres de l’ancien orchestre de la ville donnait un petit concert, concert joué sans trop d’entrain, ni de conviction. À l’origine, Il y avait aussi un salut rituel, que le fonctionnaire de la loterie devait adresser à chaque personne qui viendrait puiser dans la boîte, mais cela avait également changé avec le temps. Depuis quelques années, ce protocole avait été raccourci à son plus simple élément. Aussi, avait-il été jugé indispensable que le fonctionnaire ne parle qu’à la personne qui s’approchait de la boite au moment de cocher son passage sur le registre d’état civil.
Au moment, où le fonctionnaire cessa finalement de parler, et se tourna vers les gens assemblés, arriva en courant un des habitants, s’excusant platement de son retard et dans un souffle dit : « J’avais oublié que nous étions ce jour du mois de juin… ». Il tendit le cou pour voir à travers la foule et y retrouver des visages connus pour se rassurer. Les gens s’écartèrent, avec comme une bouffée de bonne humeur inattendue, pour le laisser passer à travers leurs rangs. 
«Eh bien, maintenant», dit sobrement le fonctionnaire, « je suppose que nous ferions mieux de commencer, d’en finir, afin que nous puissions retourner chez nous et prendre notre « apéro » tranquillement ? » 
Un silence soudain tomba sur la foule alors que le fonctionnaire se raclait vulgairement la gorge pour éclaircir sa voix. Il regarda la liste. 
« Tout est prêt ? » 
«Je vais commencer d’abord par les noms des chefs de famille ! »
Les hommes arrivèrent un à un à l’appel de leur nom et prirent un papier de la boîte. 
Le fonctionnaire reprit alors la parole : « Gardez le papier plié dans votre main sans le regarder jusqu’à ce que tout le monde ait eu son tour. C’est clair ? »
Les gens présents l’avaient fait tellement de fois qu’ils n’écoutaient qu’à moitié les instructions. La plupart d’entre eux étaient silencieux, ne regardant pas autour d’eux. Le premier homme se dégagea de la foule, et s’avança. Lui et le fonctionnaire se sourirent nerveusement. Il fouilla dans la boîte noire et en sortit un papier plié. Il le tint fermement par un coin alors qu’il faisait demi-tour et retournait rapidement à sa place dans la foule, sans regarder sa main.
La litanie de la lecture de la liste débuta et les hommes commencèrent à défiler chacun à leur tour devant la boite. 
Dans les rangs, quelques chuchotements, « Il semble que les loteries sont de plus en plus rapprochées ! » , une autre voix au dernier rang reprenant : « On dirait que nous avons fini avec la dernière, il n’y a que quelques jours ! » 
Les femmes retenaient leur souffle quand leur homme s’avançait devant la boite. 
Dans la foule, de plus en plus d’hommes tenaient les petits papiers pliés dans leurs grandes mains, les retournant encore et encore nerveusement. Les froissements de feuilles se faisaient entendre et ajoutaient à l’anxiété ambiante.
« Il paraît que dans d’autres villes, ils auraient renoncé à la loterie » dit une voix jeune. 
D’autres voix répondirent : « Si on écoutait les jeunes, il faudrait revenir aux temps anciens, enfermés, et personne qui ne travaille ! » 
« De toute façon, la loterie est là depuis toujours, et elle est nécessaire ! » 
Après cela, il y a eu une longue pause. Certains en profitèrent pour casser la croute. Les hommes gardaient le papier bien plié dans leurs mains. Puis ce fut le tour des femmes et des adolescents. 
« N’oubliez pas », a rappelé le fonctionnaire, « prenez les feuillets et gardez-les bien pliés jusqu’à ce que chaque personne en ait pris un ! » 
Les gens commencèrent à regarder autour d’ eux pour voir les têtes et les familles qui se regroupaient. 
« Eh bien, tout le monde, nous avons bien avancé, mais il faut nous dépêcher un peu plus pour rester dans les temps » a déclaré le fonctionnaire en consultant la liste et le nombre de personnes qu’il restait à appeler.
Des groupes se formaient, et on distinguait très bien les différences. Ceux qui ne voulaient pas faire de vague, ceux qui faisaient partie de l’élite locale, ceux et celles qui se fondaient dans la masse, et un peu à l’écart, les artistes, les marginaux, ceux que la communauté tolérait. 
Les adolescents s’approchèrent. 
Le fonctionnaire demanda à ce qu’on aide le petit Christophe, c’est la première fois qu’il était appelé devant la boite.  
« Prends le papier dans la boîte, Christophe », déclara le fonctionnaire. Christophe mit sa main dans la boîte en souriant timidement. Il s’éloigna en gardant précieusement le papier plié dans son poing serré. Puis ce fut le tour d’une jeune fille, Christelle. Elle avait environ quinze ans, elle avança en respirant profondément, elle hésita, signa le registre et, regardant autour d’elle, elle arracha un papier et le tint derrière elle en retournant dans les rangs. 
Et ce fut le tour du dernier de la liste. 
« Très bien chers amis » dit le fonctionnaire. 
Pendant une minute, personne ne bougea, puis toutes les feuilles de papier furent ouvertes.
Les gens commencèrent à regarder autour d’eux pour voir les expressions sur les visages. Certains se tenaient silencieusement, d’autres regardaient le papier dans leur main. Il y eu des soupirs de soulagement, certains ouvrirent leur papier en même temps, et pouffèrent de rire en se tournant vers la foule tenant leurs papiers au-dessus de leurs têtes.
Soudain, un murmure s’éleva et gonfla, les femmes commencèrent à parler en même temps, les voix s’élevèrent et une question commença à envahir l’espace sonore de la place : « Qui est-ce ? Qui est désigné ? »
Tous les regards commencèrent à se tourner vers quelques-uns. 
Le vide se fit autour d’eux. Ils regardaient leurs papiers, et on distinguait très bien dessus une tache à l’encre rouge. Telle un sceau. Tous les autres avaient dans leur main, une tache à l’encre verte. 
Leurs lèvres formaient les mots : «  ce n’est pas juste ! »
Bien que les habitants aient oublié les origines réelles du rituel, perdu la boîte noire d’origine, ils n’avaient jamais contesté la loterie. Ils n’avaient pas non plus oublié d’utiliser des pierres sans même se demander d’où venait cela. C’était comme ça et, ce qui se passait de génération en génération, c’est que la loterie était indispensable à la survie de la communauté humaine. 
Le tas de pierres tel que les garçons l’avaient fait en début de journée était prêt. 
« Ce n’est pas juste ! » 
Les habitants, ils étaient au nombre de 7, dont le papier était marqué de rouge s’agitaient. Et la foule commençait à les encercler. 
Les enfants avaient déjà des pierres en main. Et on s’était arrangé pour donner quelques petits cailloux aux plus petits.
« Ce n’est pas juste ! » s’élevait mais les mots commençaient à se noyer dans le brouhaha de la foule s’agitant. 
Chacun avait choisi sa pierre. Pour certains, plus grosses, d’autres l’avaient choisi plus affutée, … il y avait des pierres sur le sol et aussi les papiers marqués de vert qui avaient été sortis de la boîte. 
Le groupe des 7 était maintenant au centre d’un espace dégagé, et certains d’entre eux tendaient désespérément les mains alors que les habitants se dirigeaient vers eux. 
« Ce n’est pas juste », fut-il dit. 
Une première pierre fut lancée et frappa sur le côté de la tête celui qui venait de parler. 
« Ce n’est pas juste, ce n’est pas juste »…. 
Puis la foule fut sur eux. 
Quand tout fut terminé, le fonctionnaire prit une dernière fois la parole. 
« Chers et chères compatriotes, avant de vous laisser rentrer chez vous pour prendre votre apéritif de fin de journée bien mérité, souvenons-nous que la Loterie est là pour nous protéger. Elle a été mise en place par nos ancêtres dans des temps de douleur, nos ancêtres qui, par leurs sages décisions, ont réussi à préserver l’humanité. À cette époque, ceux qui étaient marqués de rouge étaient des dangers pour les autres et devaient être sortis de la société. 
Génération après génération, La loterie, la boite noire sont devenues les justes continuations des décisions qui ont permis aux hommes d’être toujours là. Être marqué du rouge, c’est n’avoir pas été jugés dignes de perpétuer l’histoire. 
Chers et chères compatriotes, la Loterie c’est la vie, la Loterie est notre héritage. Elle est ce que nous devons aux sacrifices des générations qui nous ont précédés. 
Chers et chères compatriotes, rendez-vous à notre prochaine loterie ».

Je vous laisse méditer cela. 
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. 
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

À Hongkong, on impose un capteur au poignet des personnes en quarantaine. Cette option fait l’objet de tests et de propositions en Italie, en Corée du Sud et au Liechtenstein pour certaines catégories de citoyens à risque. En Belgique, il est envisagé de tester un bracelet « intelligent » permettant de vérifier la distance physique entre les individus. En France, c’est StopCovid. Cette application a vocation à être installée sur tous les smartphones, mais elle vise tous les citoyens, malades ou non. Ainsi chaque jour, toutes nos interactions humaines seraient enregistrées par un outil de surveillance étatique, sur lequel pèse l’ombre d’intérêts privés d’entreprises technologiques.
Le consortium universitaire européen Pan-European Privacy Preserving Proximity Tracing (PEPP-PT) a vu le jour à la suite de la pandémie. Des « scientifiques de bonne volonté », des géants de la « tech », évidemment les « start-up » et des intérêts politiques se sont attelés dans l’urgence et sans réfléchir à la conception du capteur de contacts le plus puissant possible, et ce « dans le respect des lois ». Ce projet combine les intérêts économiques d’acteurs privés, tels les grands groupes industriels nationaux, le secteur automobile et les banques en Italie, les télécoms et les professionnels de l’hébergement informatique en France, mais surtout les GAFA. Ce ne sont pas Facebook et Amazon, mais Google et Apple qui ont tout de suite proposé d’héberger les applications de suivi de contacts sur leurs plateformes. Au-delà des aspects technologiques, la menace vient aussi des ambitions de certains milieux politiques européens de pouvoir s’enorgueillir de leur volonté de lutter contre l’épidémie, détermination matérialisée par le déploiement à grande échelle de cette solution technique utilisant les données personnelles. Parce que StopCovid n’offre aucune garantie sur les finalités exactes de la collecte de ces données et à aucun moment tous ces apprentis sorciers n’ont pas réfléchi à la phase qui suit la collecte, au traitement qui sera fait de ces informations sensibles, quels algorithmes les analyseront, avec quelles autres données seront-elles croisées ? Que se passerait-il, par exemple, si une plateforme de livraison à domicile décidait (cela s’est passé récemment en Chine) de donner des informations en temps réel sur la santé de ses coursiers ? Comment pourrait-on empêcher un employeur ou un donneur d’ordres de profiter dans le futur des données sur l’état de santé et les habitudes sociales des travailleurs ? Regardez les petits scénarios qui ont été imaginés par un groupe de chercheurs dans ce petit article très pédagogique intitulé « Le traçage anonyme, dangereux oxymore ». 
Face à ces enjeux, c’est l’implication à parts égales des citoyens, des institutions, des organisations et des territoires qui nous permettra de repenser notre rapport à la technologie et à ce modèle imposé de gouvernance StopCovid centré aux mains d’une poignée d’acteurs étatiques et marchands et n’offrant aucune garantie contre l’évolution rapide de l’application en un outil coercitif, imposé à tout le monde. Un tel dispositif entraînerait un recul fondamental en matière de libertés tant sur la liberté de déplacement, notamment entre les pays qui refuseraient d’avoir des systèmes de traçage ou qui prendront ce prétexte pour renforcer leur forteresse, que sur la liberté de travailler, de se réunir ou sur la vie privée. Les pouvoirs publics, les entreprises et les chercheurs qui, dans le courant des dernières semaines, sont allés de l’avant avec cette proposition désastreuse, ressemblent à des apprentis sorciers qui manient des outils dont la puissance destructrice leur échappe. 

Références et sources 
Le traçage anonyme, dangereux oxymore. https://risques-tracage.fr
https://www.laquadrature.net/2020/04/14/nos-arguments-pour-rejeter-stopcovid/
« StopCovid est un projet désastreux piloté par des apprentis sorciers » https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/25/stopcovid-est-un-projet-desastreux-pilote-par-des-apprentis-sorciers_6037721_3232.html 

Nowakowskismes 4.18. « Confinement semaine 6, jour 38 – Écoumène… »

Nous sommes le 23 avril 2020, nous sommes en semaine 6 et jour 38 du confinement. Pour ce soir, de nombreux thèmes se pressaient pour faire Nowakowskismes. J’ai failli vous parler encore de ce monde, de ces temps, des dérives et des questions que soulève cet enfermement, de la planète, et puis, non, j’ai changé d’avis. J’ai décidé de vous parler lectures, évasions, une parenthèse pour observer notre situation autrement. Ce soir, c’est avec des camarades magiciens que nous serons. Camarade, vient de l’italien a camerata (« chambrée ») désigne celui ou celle qui, en partageant les occupations, la vie d’une ou de plusieurs personnes, contracte avec elles une sorte d’amitié et une communauté d’intérêts. Alors avec les camarades Alan Moore et Ursula Le Guin, nous serons des magiciens parce que « la magie est la mère de l’art. Rien à voir avec Harry Potter ou Dr Strange ! Il s’agit de créer quelque chose à partir de rien, d’insuffler une étincelle dans une matière inerte. » 

Et cette matière inerte dans laquelle l’étincelle été insufflée, c’est 10 ans de travail, 1266 pages, plus d’un million de mots pour 3,6 millions de signes ! La magie est un roman, un grimoire, une évasion pour les semaines qu’il nous faudra encore vivre enfermés, un univers, intitulé dans sa version française, Jerusalem ! Et son auteur c’est Alan Moore. 
Né le 18 novembre 1953 à Northampton en Grande-Bretagne, Alan Moore est une star de la contre-culture anglaise, scénariste adulé de bandes dessinées cultes telles que Watchmen, V for Vendetta et From Hell. Alan Moore est d’autant plus respecté que, parce que, mécontent de les voir adaptées au cinéma, il a refusé d’en toucher les royalties et d’avoir son nom inscrit aux génériques. Alan Moore est un être rare complètement raccord avec ce qu’il est profondément, à savoir anarchiste et libertaire ! Alan Moore se présente aussi comme un magicien et un adorateur de Glycon, une divinité-serpent romaine, il suffit de jeter un oeil à ses photos pour s’en persuader.
D’abord les Boroughs et Northampton ! Ils sont un lieu mais également tous les lieux présents, passés et à venir, un point singulier de l’espace-temps, un lieu où tout individu y ayant vécu, y vit, y vivra et y est présent indéfiniment, d’ailleurs le temps n’a pas d’importance ici. On y croise « des choses datant d’un passé enfoui et qui dépassent malencontreusement dans le présent, des compromis dont les portails ne mènent nulle part, sinon dans un néant suggestif. » Le passé déborde dans le présent qui construit le passé vers un avenir comme un ailleurs à explorer et à découvrir, ailleurs déjà écrit, tout en étant « libre de faire les choses les plus scandaleuses uniquement parce que [les] actes étaient déjà décidés dans ce que les autres appellent le futur, et parce qu’il n’y pas le choix. » Un espace qui libère du mirage confortable du libre arbitre. 
Les Boroughs servent alors de cartes et d’univers aux diverses trajectoires des personnages qui tissent ce grimoire, ce « livre des merveilles ». En effet, Jérusalem est imprégné de cette « science » qui tente d’excaver et d’expliciter par le surnaturel, la magie ou la divination, les mystères de la nature. En interrogeant sans cesse par ce prisme ésotérique les origines de Northampton, Moore concentre les grandes questions métaphysiques dans ce pré carré géographique et y répond. D’ailleurs, ce pré carré est défini par ses marges et certains, une famille, « Les Vernall étaient des personnes responsables de l’entretien des limites et des coins, des bords et des gouttières. […] Un Vernall s’occupait des limites, des marges du monde et des bas-côtés en friche de la raison séculaire. Voilà pourquoi, [ils] finissaient souvent fous et fauchés ».
Les drames personnels des nombreux personnages lui donnent l’occasion d’observer en divinité bienveillante les rouages de l’âme humaine, comme si l’univers était tout entier contenu dans ces êtres tourmentés de Northampton, comme si nous étions à la fois dans et en dessus de la vie qui s’y déroule. Tout comme Snowy Vernall la décrit vers la fin du XIXème siècle perché sur un toit alors que sa femme Louisa est en train d’accoucher de leur fille May à même la rue. « Son élévation avait proportionnellement rétréci et réduit le paysage, écrasant les immeubles de sorte que s’il venait à s’élever encore plus, il savait que les maisons, les églises et les hôtels finiraient par être comprimés en seulement deux dimensions, aplatis en un plan de ville ou en carte, une mosaïque étouffante où les routes et les rues étaient des lignes argentées et pavées cernant des tessons d’un noir industriel pour former un tableau digne de Milton. Depuis le faîte du toit, […] il pouvait voir [La Tamise], pas seulement un liquide en mouvement […]. De là, il pouvait voir l’histoire du cours d’eau figé sous sa forme, son chemin sinueux de moindre résistance à travers une vallée créée par l’effondrement d’une grande faille crayeuse quelque part au sud derrière lui, des blocs blancs s’écrasant dans de blanches volutes quelques dizaines de mètres plus bas et quelques millions d’années plus tôt. »
Moore écrit les Boroughs et ses habitants dans l’intégralité de leur chemin sinueux entre les effondrements et les blocs définissant la géographie des lieux, depuis l’aube des temps jusqu’à aujourd’hui, jusqu’à faire du lecteur un habitant à part entière de ce paysage.
Jerusalem est à la fois mystique et politique. 
Mystique parce que les âmes de Northampton sont un précipité de l’humanité, une histoire au-delà de l’histoire officielle, balisée par des lieux où « un passé enfoui […] dépasse malencontreusement dans le présent ».
Politique parce que le creuset ouvrier et pauvre des Boroughs symbolise depuis l’aube des temps, la lutte toujours inaboutie pour survivre dans un envinonnement difficile où « ce qui maintient en vie, […], ce n’est pas le destin [qu’on poursuit] mais le sort [qu’on fuit], pas une ascension mais rien d’autre qu’une tentative pour freiner sa chute ». Jerusalem est un monde, un réseau, un ensemble de rhizomes, des « touffes d’herbe émeraude, saillant obstinément entre les fêlures et les fissures », comme « la seule autre forme de vie », mots unissant les hommes, à la ville et au temps unissant les mots. Jerusalem c’est aussi des questions, comme Qu’est-ce que le temps ? Dieu existe-t-il ? L’âme est-elle immortelle ? Dans Jerusalem, « personne ne peut rien laisser derrière soi, tirer un trait et feindre que c’était du passé. Qu’il s’agisse d’actes, de paroles, de pensées. Ça restait là, quelque part en deçà, ça s’attardait éternellement ».
Jérusalem déroule donc un récit captivant duquel on n’en sort pas indemne. Il obsède, il colle à l’âme, il est philosophique, poétique, métaphysique, ésotérique, mystique et bien plus encore ! Parce que c’est en filigrane que Jerusalem agit, bouscule et oblige à porter un regard neuf sur ce qui taraude l’homme depuis la nuit des temps, dans cette quête du sens de l’existence, « ce sens […comme] la lueur de bougie [tanguant et changeant] dans les brises hasardeuses de l’instant, jamais le même ; le sens [comme] phénomène du Maintenant qui ne peut être contenu dans une rune ou un monolithe ; le sens [comme] un ouragan composé entièrement de présent, un tourbillon incessant de changement bouillonnant […]. »
Comme on peut s’y attendre, la folie rôde, les fantômes apparaissent, les anges parlent, des êtres surréels vivent dans les plafonds, « La boule, la boussole, le nord, les pédales : ils étaient plus d’un dans la famille d’Alma à les avoir perdus, a avoir eu « l’esprit tourné », […] par [cette] chose comme un angle abrupt dans le cours des pensées qu’on ne voyait pas venir comme on voit s’approcher le coin d’une rue. Il était invisible, ce coin, ou quasi, sans doute transparent à la façon d’une serre ou d’un fantôme. Cet angle n’obéissait pas aux mêmes lois que les autres, car une fois franchi, au lieu d’aller de l’avant, de descendre ou de partir sur le côté, il donnait ailleurs, dans une direction qu’on ne pouvait dessiner ni même concevoir, et une fois qu’on avait tourné à ce coin de rue mental on était à jamais perdu. On se retrouvait dans un labyrinthe qu’on ne voyait pas et dont on ignorait même l’existence, et tout le monde vous plaignait en vous voyant vous cogner partout, mais pas au point de vouloir rester votre ami comme c’était le cas avant. »
Alors démiurge, Moore échafaude une structure littéraire complexe, où chaque étape du récit se déroule comme un jeu de pistes, un labyrinthe « dont on ignorait même l’existence » et d’une terrible ingéniosité, superposant les personnages, chacun lié à une époque mais tous connectés entre eux et à Northampton, à des rues, des noms, des familles. On assiste à l’émergence d’un monde, qui contient tout le monde, et tout l’univers. Odyssée dans le temps, il y a quelque chose de l’Ulysse de James Joyce, ou encore quelque chose de Jim Harrison dans sa façon de démultiplier le temps et les personnages, dans une fresque humaine qui ne se révèle complètement qu’au dernier mot.
Alors soyez prêts à croiser les chemins contemporains d’Alma, une artiste peintre sujette aux visions, et de son frère Michael par deux fois mort et ressuscité, ceux d’un peintre de cathédrale, Ern Vernall, en 1865, qui perd la raison alors que, perché sur son échafaudage, il voit les fresques s’animer et lui délivrer un puissant message mathématique et philosophique, celui d’une jeune prostituée métisse, Marla, défoncée au crack qui parle à la braise de sa cigarette comme à un démon, glissant dans les rues enténébrées à la recherche d’une dose ou de quoi s’en payer une. Un saut dans le temps mène en 810, dans les pas du moine Peter chargé d’apporter, après avoir rencontré un ange à Jerusalem, une objet mystérieux, une relique, au « centre du monde ». Puis, ce sont les errances d’un sans-abri, Freddy, fantôme ou vivant errant dans les limbes de la ville, dans les limbes du temps dans un entre-temps marqué par la topologie de la ville et les histoires entremêlées qui font la ville, dont les rencontres sont de tous les temps. En 1889, c’est sur le faîte du toit d’une maison avec Snowy Vernall qu’on assiste à l’accouchement de sa femme en pleine rue, dans une élévation de la pensée vers les quatre dimensions de l’espace.
Tous sentent que sous la fine et fragile pellicule des choses, qui déjà se fissure, tremblent et se lèvent une foule d’entités. Et pour tous, « c’est comme s’ils étaient parvenus à la fin prédestinée de leur rencontre et devaient maintenant s’en aller, qu’ils aient fini ou non de parler. Ils devaient se dépêcher s’ils voulaient ne pas se mettre en retard, en occupant tous les espaces vides dans leurs futurs qu’il leur fallait remplir, tous les moments prédéterminés. »
Lambeth Walk, Castle Hill, l’hôpital St Andrews, le cimetière de Kingsthorpe, le Crown & Cushion, Abington square, Marefair, Bath street, le bureau de Georgie Bumble,… on vit dans ces rues, dans les histoires passées, présentes et à venir. Singularité dans l’espace-temps, « centre du monde », Northampton contient l’univers, dans un perpétuel entrelacement des histoires et des vies, et on ne s’échappe pas d’une singularité de l’espace-temps. De chapitre en chapitre, on franchit « un angle n’obéissait pas aux mêmes lois que les autres, car une fois franchi, au lieu d’aller de l’avant, de descendre ou de partir sur le côté, il donne ailleurs, dans une direction qu’on ne [peut] dessiner ni même concevoir, et une fois qu’on [a] tourné à ce coin de rue, on [est] à jamais perdu. »
D’époque en époque, on passe dans les mêmes quartiers, les mêmes rues, les mêmes pubs érodés par le temps, on explore l’urbanisme en devenir ou en ruines où errent les fantômes des temps passés, et surtout on s’immerge dans l’humain, l’humain fragile, l’humain en « strates fossiles de fantômes, accumulées les unes sur les autres et comprimées jusqu’à former […] un pétrole affectif », l’humain à travers les époques, où des hommes et des femmes se heurtent et se débattent, trinquent et s’étreignent ou sombrent brutalement dans la folie. Dans Jerusalem, chaque vie est immortelle, chaque instant humain, aussi humble soit-il, est une partie vitale de l’existence, où le moindre geste, la moindre pensée, laissent une trace éternellement vivante, une empreinte indélébile dans le fleuve sinueux du temps.
Jerusalem est donc ce patchwork de destins éclatés d’êtres de papier qui peuplent le Northampton et qui déambulent tels des fantômes condamnés à errer à l’infini selon un schéma préétabli. Jerusalem fait bien sûr écho au centre originel et mythologique des religions, dans ses aspects spirituels, ésotériques et mystiques, pour le moine Peter c’est d’ailleurs l’alpha et l’omega, là où tout commence et tout finit.
Jérusalem condense l’espace et le temps, convoque les fantômes du passé dans un ballet littéraire virevoltant, navigue en terre ésotérique, voisine avec le fantastique avant d’accoster sur les rives du réalisme. De Northampton à Northampton, de Jérusalem à Jérusalem, ce voyage dans les quatre dimensions de l’espace fait de Jerusalem un roman dont on ne sort pas indemne, et Jerusalem est la porte qui s’ouvre vers l’ailleurs et l’au-delà des murs de notre enfermement !
Moore est un poète, un magicien, un tisseur de mots qui sont la toile de l’univers, un colosse, un titan, mieux un Hephaïstos descendu de l’Olympe, installé à Northampton, qui, du marteau de sa forge et de la boue, réalise les objets merveilleux les plus fins, et magiques essentiels à l’élaboration de ce quelque chose qu’on appelle l’Humain.

Une autre camarade d’enfermement, c’est Ursula Le Guin. 
Avec elle, on se met à penser, dans notre coin à nous, notre coin d’avoine sauvage ou de maïs extraterrestre, que, plutôt que de renoncer à raconter des histoires, nous ferions mieux de commencer à en raconter d’autres, des histoires que les gens pourraient ensuite poursuivre lorsque l’ancienne sera achevée. Ursula Le Guin nous raconte merveilleusement que « lorsqu’elle a commencé à écrire des romans de science-fiction, [elle est] arrivée en trainant ce sac merveilleux lourd et rempli de trucs – [son] panier tout plein de mauviettes, de maladroits, de petites graines de choses plus petites qu’une graine de moutarde, de filets aux tissages emmêlés qui, lorsqu’on prend le temps de les dénouer, révèlent un galet bleu, un chronomètre qui donne imperturbablement l’heure d’un autre monde […] ».
Ursula Kroeber Le Guin — plus généralement appelée Ursula K. Le Guin — est une auteur américaine incontournable de la science-fiction née le 21 octobre 1929 à Berkeley et morte le 22 janvier 2018 à Portland en Oregon. Ses écrits qui accordent une grande importance aux sciences sociales comme la sociologie ou l’anthropologie délivrent souvent un message sur nous-même via l’invention de cultures extra-terrestres inhabituelles. Dans son oeuvre, il y a le Cycle de l’Ekumen. L’Ekumen est dérivé du terme « écoumène », un terme de géographie dérivé du grec qui signifie « j’habite » / « la maison ».
Le Cycle de l’Ekumen traite principalement des phénomènes induits par la rencontre entre deux mondes. 
Que se passe-t-il lorsqu’un peuple venu de l’espace souhaite entrer en contact avec les résidents d’une planète ?
Pour cela, l’Ekumen impose une éthique du transfert de la connaissance. En effet, si une civilisation est parvenue à vaincre le vide spatial, celle-ci dispose évidemment d’une avancée technologique sur le monde visité, et toute précipitation serait risquée. Les voyages interstellaires s’effectuent à vitesse infra-luminique (respect de la théorie de la relativité oblige) ce qui fait que les envoyés de l’Ekumen sont nécessairement des gens patients, et que l’Ekumen est une entreprise à très long terme. Cependant, la communication instantanée entre les membres de la « Ligue de Tous les Mondes » existe, par le truchement d’un dispositif appelé ansible. Ceci permet ainsi la mise en place d’une politique galactique.
L’Ekumen, c’est le partage libre de la connaissance, sans imposer quoi que ce soit à personne, sauf un minimum de droits de l’Homme et de restrictions de sécurité concernant les armes autorisées en temps de guerre, entre autres. Cependant, l’apport de la connaissance doit être mûrement réfléchi car il n’est pas sans conséquence sur l’équilibre socio-économique des populations visitées : toutes les vérités sont bonnes à dire, mais pas dans n’importe quel ordre ni à n’importe quelle vitesse !
L’Ekumen, c’est la combinaison de la sagesse et de la patience.
Presque chaque œuvre de ce cycle, que l’on peut lire dans un ordre quelconque, traite de situations que l’on pourrait rencontrer en dehors de la science-fiction. Je vous recommande deux titres particulièrement remarquables de ce cycle, La Main gauche de la nuit et Les dépossédés.
La main gauche de la nuit pose la question de l’identité sexuelle. Il dépeint une société très étrange dans laquelle les humains ont connu une évolution génétique différente. Ils ne sont ni homme ni femme d’ailleurs ils sont asexués la majorité du temps (la période de soma), jusqu’à ce qu’une « poussée hormonale » (le kemma) qui se produit une fois par mois leur fasse prendre de manière aléatoire l’un ou l’autre sexe. Les organes sexuels deviennent alors apparents. Toute la société prend évidemment en compte cette absence de différence sexuelle. L’absence de genre n’est pas le seul élément de cette société, c’est un monde complexe : le décompte du temps, le système politique, les relations familiales sont différents ; les conceptions des choses elles-mêmes le sont. 
Les Dépossédés est considéré comme une bonne description des mécanismes qui seraient développés par une société anarchiste, mais aussi des dangers de la centralisation et de la bureaucratie qui reprendraient facilement place dans une telle société. Dans Les dépossédés, on découvre un monde dans lequel une personne est jugée non pas par ce qu’il ou elle possède, mais par ce qu’il ou elle peut faire, et comment il ou elle entre en relation avec les autres êtres humains. Malgré cela, un monde décrit dès les premières lignes du livre par un mur, et la question est de savoir quel est l’espace qu’il enclot. Enfin, Les dépossédés s’appuie sur l’hypothèse Sapir-Whorf. L’hypothèse Sapir-Whorf soutient que les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques, ou autrement dit, que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage – en d’autres termes que l’accès au réel, jusque dans nos perceptions, ne se fait que par l’intermédiaire de sa représentation et de son interprétation. Les dépossédés est un roman sur tout ce qui nous maintient humain et qui pose la question du savoir, de la technologie, de l’humain, du travail.
Avant de nous quitter, juste une petite citation extraite des Dépossédés.
« Aucun homme ne possède le droit de punir, ou celui de récompenser. Libérez votre esprit de l’idée de mériter, de l’idée de gagner, d’obtenir, et vous pourrez alors commencer à penser. »
Je vous laisse méditer cela !

Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

Références et sources
Jerusalem, Alan Moore
« Dans la tête d’Alan Moore » https://www.arte.tv/fr/videos/075082-001-A/dans-la-tete-d-alan-moore-1-8-les-anonymous/ 
La main gauche de la nuit, Ursula Le Guin
Les dépossédés, Ursula Le Guin
« La théorie de la fiction-panier », Ursula Le Guin dans Socialter, Hors série, Le réveil des imaginaires

Nowakowskismes 4.17. « Confinement semaine 5, jour 31 – C’est la lutte finale… »

Au Japon lorsqu’on reconstruit un temple, et ils sont reconstruits tous les trente ans parce qu’ils sont en bois, il y a toujours trois générations impliquées. La plus vielle génération a déjà reconstruit le temple à deux reprises ; celle du milieu une fois ; et la dernière, jamais encore. Ainsi, la plus ancienne génération enseigne à celle du milieu, qui enseigne à la plus jeune. Les plans primitifs sont donc conservés même s’ils sont enrichis de matériaux différents et s’inscrivent, dans ces architectures ancestrales, les empreintes des bâtisseurs successifs. Et ce processus se répète depuis des centaines d’années. Aux motifs qui se répètent, s’ajoute ainsi la variété des contributions de toutes les générations impliquées. Et parce que le futur n’est pas sans les liens qui le relient au vivant, à la matière et à tout ce qui précède, il garde les mémoires des expériences des vies passées. 
Et nous alors ? 
Et bien nous, nous avons coupé un à un tous les fils qui nous relient au vivant, qu’il soit végétal ou animal. Nous avons aussi coupé un à un les liens qui nous connectent au vivant en nous, inscrit dans une histoire, dans un rapport au monde, dans un équilibre stable et souvent instable. 
Nous sommes la Terre. Hubert Reeves, par exemple, a écrit que nous sommes poussières d’étoiles, et même plus que cela, puisque nous, tout nous, devons tout à des algues, à des coraux des premiers océans de la Terre. Nous sommes le vivant. Nous sommes la Terre. La majorité de l’humanité l’a oublié, caché, évacué et a pu aisément occulter et participer à sa destruction. Avec l’émergence de la modernité, des Lumières, nous nous sommes considérés comme détachés du vivant. Il est devenu ce décor qu’on a baptisé la « nature » !
Ne sentez-vous pas qu’il est urgent de renouer avec le vivant pour mieux le préserver, le protéger et nous donner la chance d’exister ?  
Ne sentez-vous pas qu’il est temps de sortir le vivant de sa position d’arrière-plan, de sa place de fond d’écran sur nos ordinateurs ? 
Ne pensez-vous pas qu’il est maintenant temps de donner au vivant qui est en nous et avec nous une plus grande intensité, la plus belle ampleur possible ?
Ne pensez-vous pas qu’il nous faut balayer ce qui nous a amenés à accepter que nous sommes plus grands, plus brillants grâce à la technologie, à l’intelligence artificielle, à la connexion au réseau, que sans cela notre liberté ne peut se concevoir ? et qu’il est temps de faire plus de place à nos émotions, nos sensations ?…  
Ne pensez-vous pas que si la vie a un but et un sens, cela consiste à tâcher d’être vivants et à apprécier le chemin qui nous mène à l’acceptation de notre fin ?  
Nous sommes le 16 avril 2020, nous sommes en semaine 5 et jour 31 du confinement. 
Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !
Ce soir, alors que tout est arrêté, les Nowakowskismes s’intéressent à l’après. Après des émissions qui se sont intéressées aux faces sombres de ce temps, ce soir, nous essaierons de réveiller nos imaginaires, de faire émerger un récit qui ne soit plus celui qui a fait de la domination du monde et du vivant, le seul horizon. Ce soir les Nowakowskismes sont là pour que, en paraphrasant TS Eliot, « ceux qui s’en furent, vers l’autre royaume de la mort, ne gardent pas mémoire de nous comme des hommes creux, des hommes empaillés ! »

Le vrai défi imaginaire est d’affronter le monde qui s’impose à nous en ces temps, temps où la pensée reste libre de vagabonder, de s’arrêter pour se ressourcer, de plonger dans des contrées rêvées non pas pour fuir le réel mais pour le refaçonner.
Comment imaginer les renaissances à construire, les évitements fertiles, les combats féroces nécessaires à mener contre le techno-capitalisme ? Comment en finir avec les mythes « technocrétins » en créant nos propres mythes empreints d’un imaginaire collectif ?
Imaginer le monde d’après. 
Une explosion des imaginaires, si ce n’est pas déjà le cas, doit donc être initiée. Pour un monde plus résilient, plus sobre, plus solidaire, et ainsi se ré-approprier les imaginaires anxiogènes qui rampent un peu partout aujourd’hui ! 
Rien de plus « volutionnaire » que la joie ! La qualité d’une lutte et d’un imaginaire ne se mesure pas à ce qui est obtenu mais à ce qu’ils font de nos vies et dans nos vies, par la fierté, la noblesse de se (re)dresser et d’avancer, le tissage de et avec tous les modes du vivant ! 
Le défi est d’imaginer un monde autre, capable de résister aux chocs sanitaires, respectant et accueillant la diversité du vivant, capable de résister et d’offrir des réponses aux chocs climatiques, qui sont amenés à se multiplier encore, pour s’y adapter et espérons-le, éviter des guerres supplémentaires. 
Des initiatives, et c’est important, commencent à se multiplier au coeur de cette épidémie de Covid-19 encore loin d’être endiguée. Des propositions émergent visant à intégrer dans la logique économique et politique la transition écologique et la lutte contre le changement climatique.
Dans une étude publiée le 1er avril, des chercheurs de l’Institut pour l’économie du climat (I4CE) et de l’université Paris-Dauphine proposent une trentaine de mesures dans sept secteurs-clefs de la stratégie nationale bas-carbone (SNBC), l’outil de pilotage qui indique comment la France entend réduire ses émissions de gaz à effet de serre. 
Ils suggèrent d’accélérer la rénovation des logements, de favoriser la production d’électricité renouvelable, de développer les transports en commun, les infrastructures ferroviaires, les réseaux cyclables et les voitures bas carbone, par exemple en restreignant la circulation des véhicules les plus polluants puis en interdisant leur vente, ou en développant les infrastructures de recharge pour véhicules électriques.
Ainsi, associées à un plan de financement public de 7 milliards d’euros par an, ces mesures permettraient de déclencher 19 milliards d’euros d’investissements publics et privés supplémentaires chaque année jusqu’en 2023. Cette approche permettrait de remettre globalement la France sur les rails de la stratégie nationale bas-carbone mais aussi de contribuer à soutenir l’activité économique en sortie de crise, tout en renforçant notre société face à des chocs futurs. Ceci contrairement au plan de relance qui a suivi la crise financière de 2008-2009 qui avait été conçu sans ambition climatique, et qui explique en partie le retard accumulé en France en 2020.
Un autre exemple est celui du Fonds mondial pour la nature (le WWF), qui recommande de conditionner les aides aux grandes entreprises à leur engagement à s’investir dans la transition écologique, propose de s’appuyer sur la « taxonomie verte » de l’Union européenne. Il s’agit d’une classification des activités économiques en fonction de leur empreinte écologique adoptée en décembre 2019. L’idée est d’aider les entreprises à se relever mais pas à n’importe quelles conditions ! En ne subventionnant plus les énergies fossiles, on peut espérer décourager leur utilisation et on encourage ainsi le renouvelable. Aux secteurs des transports et de l’énergie, il y a également nécessité de réformer l’agriculture, en réduisant notamment les importations de protéines végétales pour l’alimentation animale, en changeant notre alimentation et en luttant contre la déforestation importée.
D’autres avancent d’autres options ! 
On ne parle plus de plans de relance, mais de « plans de transformations » de l’économie et de la société plus radicaux pour « ne pas reproduire les erreurs du passé ». Le député Matthieu Orphelin (du groupe Libertés et territoires) a conçu 39 propositions qui ont été soumises au président de la République et au premier ministre. Ses propositions vont d’une revalorisation des métiers de la santé au triplement du rythme de rénovation énergétique des logements, en passant par un grand plan sur la sobriété numérique. Pour financer ces mesures, il propose une hausse des droits de succession et de mutation pour les plus gros patrimoines ou une extension de la taxe sur les transactions financières vers un investissement public beaucoup plus fort dans les domaines du climat, de la biodiversité ou de la santé.
D’autres idées prennent le parti inverse. C’est ce que fait The Shift Project qui travaille à des solutions en faveur d’une économie décarbonée. Il devrait d’ailleurs présenter dans les prochaines semaines une série de propositions. Il faudra juste que tous nous ayons conscience de la nécessité et l’urgence de ne pas repartir sur les mêmes bases ! 
Qu’est-ce qui nous garantit qu’une fois sortis de cette crise, on adopte des politiques économiques vertueuses ? Rien à ce jour, si ce n’est l’espoir que l’humain soit capable d’apprendre des leçons que la vie lui met sur son chemin. À tous les niveaux de la société, la majorité, une fois la crise derrière nous et la « liberté » retrouvée, ne va-t-elle pas se lancer de plus belle dans la course à la croissance, au pouvoir d’achat, à la consommation oubliant une fois de plus l’écologie et l’environnement. Ne risquent-ils pas une fois de plus, une fois de trop, de passer à la trappe ?
C’est là que nos imaginaires doivent agir, que la joie, l’attention au monde doivent être toujours là ! 
Malheureusement, d’autres exemples commencent à se multiplier. Le 28 mars dernier, Matthieu Orphelin et 44 députés de tous bords ont déposé un amendement à la loi d’urgence face au Covid-19 pour proposer un « grand plan de transformation de notre société en faveur du climat, de la biodiversité, de la solidarité et de la justice sociale ». Il a été rejeté sans même être débattu, après l’avis défavorable du gouvernement. 
Que restera-t-il dans quelques semaines du discours d’Emmanuel Macron appelant à nous réinventer, lui y compris ? 
Que restera-t-il des bonnes intentions de la population ? Il semble qu’en Chine, le « jour du déconfinement », les chinois se soient précipités dans les magasins ! 
L’imaginaire de l’après se doit donc d’être partagé, discuté. Le même Matthieu Orphelin a lancé le 4 avril, avec 60 autres députés, une consultation en ligne pour « construire le jour et le monde d’après », dont la synthèse est prévue mi-mai. La Convention citoyenne pour le climat qui travaille depuis six mois sur des réponses à la crise climatique, a aussi débattu d’une stratégie de sortie de la crise du Covid-19 lors d’une session en visioconférence les 3 et 4 avril. Des dizaines d’initiatives de la société civile appellent à la mise en place d’un chantier participatif permettant à tous les citoyens de proposer des solutions et de délibérer. 
Ces pistes, ces jaillissements d’idées sont autant de sources d’imaginaires dans lesquelles puiser pour nous aider à élaborer un horizon anthropologique clair et désirable pour l’être humain. Il nous faut méditer et réagir et ne pas oublier à quel point cet humain est exploiteur, destructeur, pilleur de toutes les ressources naturelles, réduisant à l’esclavage l’ensemble du vivant ! Construire et partager de nouveaux imaginaires doivent nous permettre de nous rendre compte que nous sommes dans un cul-de-sac ! Et des questions doivent nous guider. Que voulons-nous devenir ? Quels équilibres viser dans le vivant ? Comment renouer avec nos biotopes ? Jusqu’où peut-on aller afin de composer avec la multiplicité du vivant et s’articuler harmonieusement avec lui ? Comment cohabiter avec toutes les autres formes de vie, sans naïveté ni prédation ? 
Arrêtons avec les imaginaires de la chute. Renouons avec le vivant, élevons-nous à nouveau. S’élever dans nos compétences du vivant et dans cet univers c’est favoriser les renaissances, les renouveaux, les bourgeonnements. C’est faire fleurir des imaginaires de vies en donnant une place à nos corps, résultats de milliards d’années d’évolution et que nous avons en commun avec toutes les autres espèces. 
Alors frères et soeurs en humanité, il nous faut construire ces nouveaux imaginaires, et faire tout pour que ces mondes intérieurs invisibles se déploient dans l’inconscient collectif de nos sociétés pour faire rayonner notre devenir commun. 
Multiplier les imaginaires est un acte politique. Multiplier les imaginaires c’est entrer en lutte contre l’uniformité, le conformisme et bâtir une société vivante, et qui se garderait de flétrir de n’être capable de se régénérer. 
Revoyez le documentaire « Ni dieu, ni maître » de Tancrède Ramonet et la place de l’imaginaire dans la vision politique. Revoyez la violence avec laquelle les pouvoirs en place ont écrasé tous ces imaginaires afin d’interdire tout changement profond dans une société. 
Cette violence est l’indicatrice de l’intensité de la peur des sociétés en place face à ces nouveaux imaginaires.
Revenons à l’anecdote introductive de ces Nowakowskismes. Ces temples japonais reconstruits siècle après siècle, dans une continuité et une forme d’uniformité garanties par le passage entre les générations. Le passage entre les générations bien sûr, mais jamais au détriment d’imaginaires nouveaux. Cette machine nous impose encore aujourd’hui sa réponse qui dit que la manière dont nous vivons aujourd’hui est la seule souhaitable, et la seule possible, à moins que vous n’ayez des envies de revenir au moyen âge. Qu’il faudra travailler plus ! Même si en ces temps de crise, d’autres voix s’élèvent, qu’est-ce qui nous garantit que nous pourrons refuser, une fois la normale revenue, cet état de fait ? Mais il nous faut être forts et fiers, pour que face à la crise qui s’approfondira, notre sensibilité, notre présence au monde, notre liberté, notre égalité, nos imaginaires soient de plus en plus forts et surtout impossibles à étouffer !
Ces temps nous mettent certainement en situation de voir émerger de nouveaux imaginaires collectifs qui exprimeront comment nous voulons vivre autrement. 
Les imaginaires sont là, prêts éclore au grand dam de tout ceux qui se préparent à repartir comme avant ! Et ces gens-là ont toujours soutenu et entretenu ce système qui n’existe que pour broyer et pulvériser l’imagination humaine, pour détruire toute possibilité d’envisager d’autres futurs !
Réjouissons-nous ! Les bourgeons sont déjà là prêts à jaillir, c’est le printemps de nos vies. Il faut maintenant que la puissance venue de la multitude que nous sommes les amènent à émerger, que la multiplicité des visions s’agrège et les fasse tendre vers des objectifs communs pour sortir de la civilisation du tout-fossile, pour rendre notre système sobre et durable, pour renouer avec le vivant d’une manière inédite, pour nous ré-approprier notre identité de vivant et de genre, pour ré-articuler nos communautés de vie avec les écosystèmes de manière résiliente et respectueuse, pour réaffirmer l’égalité de tous les êtres et tendre vers sa réalisation concrète, pour éliminer l’argent, pour renforcer la souveraineté populaire dans un cadre démocratique novateur, pour proposer de nouvelles conceptions de la Liberté, de l’État, du Temps en s’inspirant d’expériences qui ont fonctionné… 
Mais attention nos imaginaires voudraient aussi des coupures bien propres, des ruptures bien nettes ! Or les recommencements n’ont jamais cette netteté, ils sont peuplés de rebonds, de rechutes, de piétinements. Il va falloir nous armer de patience aussi. Il va falloir résister contre l’amnésie qui viendra et surtout, il va falloir nous battre pour produire des transformations à la hauteur de l’événement et de nos imaginaires.
N’oublions pas ceci frères et soeurs en humanité que  « la révolution commence lorsqu’on se demande quel genre de promesses se font les hommes et les femmes libres entre eux, et dans quelle mesure, en les faisant, commençons nous à créer un monde meilleur ». 
Wallace Stevens, un des poètes précurseur majeur de la poésie moderne américaine a écrit ceci : « Il faut voir le monde avec un oeil neuf, et sentir qu’on peut le réinventer ». 
Je vous laisse méditer ! Et écouter cela ! Les Béruriers noirs, et la Makhnovtchina, en hommage à cette armée insurrectionnelle d’inspiration anarchiste qui combattit de 1918 à 1921 durant la guerre civile russe.

Voilà, les Nowakowskismes sont terminés. 

Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

Références et sources
America n°12. L’Amérique aime-t-elle la guerre ? Interview de Margaret Atwood.
Socialter. Hors série. Le réveil des imaginaires. 
Le Monde le 6 Avril 2020 : https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/04/06/en-france-les-pistes-pour-imaginer-le-monde-d-apres_6035721_3234.html 
« Taxonomie verte » de l’Union européenne – https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/12/19/les-etats-europeens-trouvent-un-accord-sur-la-classification-des-activites-economiques-vertes_6023445_3244.html 
Les Hommes creux (The Hollow Men), T. S. Eliot, 1925
Ni dieu, ni maître. Tancrède Ramonet
Livre 1 – https://youtu.be/xV4GfHjJAtE 
Livre 2 – https://youtu.be/yxre_Cd5TAI  

 

Nowakowskismes 4.16. « Confinement semaine 4, jour 24 – Sorry children »

« Nous autres » est le journal intime – et littéraire – d’un homme nommé « D-503 » qui nous écrit à nous, Hommes du passé, car il sait que dans le futur jamais personne ne pourra le lire. L’État Unique décrit dans le roman est un État totalitaire qui prétend régir mathématiquement toutes les activités humaines et faire ainsi le bonheur des hommes au détriment de leurs libertés individuelles.
Ce livre contre le totalitarisme qui fut interdit par Staline, est la matrice de livres bien plus connus comme le 1984 d’Orwell ou Le Meilleur des mondes d‘Huxley. 
D-503, personnage central du roman, est un homme du quatrième millénaire, habitant type d’une société planétaire urbaine, vidée des campagnes et des paysans, qui impose le devoir d’Harmonie entre tous les individus-numéros sous la direction du Bienfaiteur, numéro entre les numéros, après avoir décrété que le seul moyen de délivrer l’homme du crime, c’est de le « délivrer de la liberté ». 
Dans cette ville enclose du « mur vert », le « Mien » est impossible,  il n’y a que le « Nous ». C’est une société-fourmilière faisant un seul corps aux millions de mains régie par les « Tables des Heures ». Tous les humains se lèvent et s’abandonnent au sommeil au même moment comme un seul numéro, tous mastiquent au même rythme la « nourriture naphtée », tous se rendent au même instant à la « salle d’exercice de Taylor », et ainsi de suite. Dans cette société, le plus grand des « monuments littéraires » parvenus jusqu’à cette société qui vénère la ligne droite et la « beauté du mécanisme » est l’ « Indicateur des Chemins de fer ». L’autre ouvrage vénéré est la Bible de Frederick Winslow Taylor, l’inventeur du management scientifique, le « prophète qui a su regarder dix siècles en avant ».
Pour guérir de la véritable maladie, celle de l’ « imagination », les « ennemis du bonheur » doivent subir la « Grande opération » qui fait de l’homme une machine parfaite et ouvre ainsi le chemin du bonheur. Lobotomisé, le cerveau devient un mécanisme réglé comme un chronomètre, brillant, sans une poussière, parce qu’un mécanisme n’a pas d’imagination et ça c’est la perfection !
« Nous autres » une une lecture que je recommande ! 

Nous sommes le 9 avril 2020, nous sommes en semaine 4 et jour 24 du confinement. 
Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !
Ce soir, alors que tout est arrêté, les Nowakowskismes creusent les dérives dont il faut se méfier au risque de voir arriver un avenir terrifiant et surtout un présent terrifiant pour nos enfants  : « Chaque époque rêve la suivante, mais il nous faudra veiller à ce que le rêve de l’une ne devienne pas le cauchemar quotidien de l’autre ». 

Près de 4 milliards de personnes confinées ! 
Travail, interactions humaines, apprentissages, consommation… confinés ! Lockdown !
Tout à coup, en quelques jours, la plupart d’entre nous a été projeté dans une réalité complètement différente, une réalité dans laquelle la quasi-totalité de nos relations, de nos actions, de nos rapports au monde ne se fait plus qu’à travers le réseau, … la matrice comme certains l’ont nommée. 
Elle est enfin là ! Prophétisée, décrite, mise en scène… 
Cette situation qu’on se racontait dans nos histoires à faire peur est notre quotidien depuis des semaines, et encore, semble-t-il, pour des semaines. 
Mais la peur est mauvaise conseillère ! 
Déjà pensez-vous que transformer tout un pays en un pays pestiféré, où chacun regarde l’autre comme une occasion de contagion, soit vraiment la bonne solution ? 
Quand vous sortez une fois par semaine pour acheter votre pain, avez-vous remarqué que les autres croisés ne vous regardent plus, qu’ils fuient jusqu’à votre regard, comme si un regard devenait dangereusement contagieux. L’autre est un danger pour soi ! Et semble-t-il, nous sommes un ennemi pour lui ! N’a-t-on pas entendu évoquer que  « nous sommes en guerre », « nous sommes en état de guerre » ? Instaurer la peur et la défiance ne va-t-il pas à l’encontre des valeurs républicaines qui nous rassemblent ?
Et donc pour éviter la contagion des uns par les autres, et contraindre les récalcitrants à rester chez eux, et comme l’explique Giorgio Agamben, la fausse logique est toujours la même. C’est-à-dire que  comme face au terrorisme avec l’instauration de l’état d’urgence, dispositif d’exception entré dans le droit commun, on nous a fait accepter qu’il fallait « supprimer la liberté pour la défendre », nous devons accepter de « suspendre la vie pour la protéger » !
Et là, nous avons eu beau le voir et le revoir dans des dizaines de films et de séries, le lire et le relire dans des dizaines de livres, nous n’y sommes pas allés de main morte ! 
Des drones équipés de haut-parleur survolent les rues d’un grand nombre de métropoles françaises, ordonnant aux passants de rentrer chez eux. Le gouvernement ayant décrété l’état d’urgence sanitaire, des couvre-feux ont été instaurés dans une centaine de villes, ce qui concerne au total plus de 2 millions d’habitants. À Perpignan, la sirène retentit tous les soirs pendant cinq longues minutes à 19 h 50. À 20 h, plus rien ne bouge, seuls les véhicules de police patrouillent, les gyrophares allumés. La nuit, à Nantes et à Rennes, un hélicoptère de la gendarmerie, muni de caméras infrarouges, guette « les récalcitrants » et les« indisciplinés ». Dans les Vosges, un hélicoptère patrouille au dessus des crêtes afin de débusquer les randonneurs. En Isère, le préfet a interdit l’accès aux montagnes et aux forêts. À Sanary sur Mer, une ville de 16.000 habitants, le maire a pris un arrêté interdisant de se déplacer pour acheter des produits à l’unité, puis un autre interdisant les sorties à plus de 10 mètres de son domicile. Dans les Alpes-Maritimes, un arrêté interdit de se baigner…
Tous les jours, 100.000 membres des forces de l’ordre quadrillent le territoire national. 
Jeudi 9 avril, après quatre semaines de confinement, on dénombrait plus de 9 millions de contrôles et presque 600000 amendes pour non-respect du confinement. 
Mais ce qui est important à mentionner c’est que toutes les dérives possibles sont déjà en germe. 
En effet, en face du législateur affaibli par les contraintes de confinement et n’étant pas en capacité de siéger, l’état d’urgence permet à l’exécutif de gouverner par ordonnance. La loi du 23 mars que vous mentionnez quand vous rédigez l’attestation de sortie et qui régit tout cela, inscrit l’état d’urgence sanitaire dans le code de santé publique, c’est-à-dire dans la durée. La loi a été votée en un week-end, et promulguée dix jours après les premières mesures de confinement, afin de leur donner un cadre légal solide. D’ailleurs, le décret du 16 mars qui limitait déjà la liberté d’aller et venir, pris par le premier ministre, posait problème : le Conseil d’Etat s’est alors appuyé sur la « théorie des circonstances exceptionnelles », qui remonte à la première guerre mondiale, pour valider la mesure. La loi du 23 mars s’inspire, elle, de la loi de 1955 prise au début de la guerre d’Algérie, et accorde au premier ministre des pouvoirs importants, sans autorisation judiciaire, qui lui permettent de limiter la liberté d’aller et venir, de se réunir, d’entreprendre et lui donnent la possibilité d’ordonner toute réquisition de biens ou de services ! Un sérieux coup d’épaule dans les règles fondamentales d’un Etat de droit !
À cela donc vient se superposer une rhétorique guerrière qui se banalise de plus en plus, associée au culte du héros. 
Nous sommes entrés dans une époque qui consacre également les militaires. 
Des conseils de défense sont organisés chaque semaine, les armées sont mobilisées et le général Richard Lizurey, ancien directeur de la gendarmerie nationale, vient d’être nommé auprès d’Édouard Philippe pour évaluer la gestion interministérielle de la crise du Covid-19. Pour rappel, ce personnage s’est fait remarquer en menant l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et dans la répression du mouvement des Gilets jaunes ! 
Et bien sûr, il n’y a pas que les militaires. 
L’un n’allant pas sans l’autre, et parce que, pour que tout cela fonctionne, il faut une bureaucratie tatillonne. Et elle est bien là ! 
La bureaucratie a fait ce qu’elle s’est très bien faire, elle a donc développé tout « un art de l’attestation de déplacement dérogatoire ». D’ailleurs, il est à redouter de voir s’installer durablement « la toute-puissance de l’administration, c’est-à-dire la toute-puissance du contrôle, du formulaire, du fichage, de la sanction, et l’absurdité de toutes les joyeusetés dont l’administration est friande qui la justifient, qui la légitiment ». En effet, rien qu’en quelques semaines, le format de l’attestation dérogatoire a été modifié à plusieurs reprises. Et à chaque changement, il s’est complexifié jusqu’à obliger les citoyens à y inscrire leur date et lieu de naissance. Et toujours dans cette logique, de nombreuses personnes ont été verbalisées pour avoir simplement « mal rempli » leur attestation, avoir omis des informations ou l’avoir écrite simplement au crayon de papier.
Et maintenant, c’est un QRcode qui est généré une fois que vous avez saisi en ligne toutes les informations, nom, prénom, adresse, lieu et date de naissance… et, bien sûr, aucune information n’est stockée… c’est ce qui est dit sur la page… 
Et donc aux contrôles physiques viennent s’ajouter maintenant toute une panoplie de gadgets high-tech et de surveillance. Le solutionnisme technologique est la réponse vers laquelle cette organisation se tourne pour gérer la crise. Il est toujours le moyen idéal qui permet de masquer les failles des politiques publiques en matière de santé et de prévention mais ne masque en aucun cas, leur inadaptation face à la situation, aussi inédite soit-elle.. 
Alors qu’en est-il ? 
Il n’y a pas si longtemps que cela, on ne déployait qu’occasionnellement des drones dans le cadre des missions de maintien de l’ordre. Dans ces dernières semaines, leur emploi se généralise. Aujourd’hui, on en compte une vingtaine en fonctionnement, rien qu’à Paris. Les drones deviennent les agents indispensables du confinement. D’ailleurs la gendarmerie rêve de pouvoir développer ce qu’elle appelle innocemment « le drone du quotidien ». Elle espère en fait que, dans un futur très proche, chaque compagnie en dispose d’au moins un. Et comme il y a de la demande, les affaires vont bon train dans le petit monde de la « High tech ». 
Ainsi, en l’espace d’une semaine, la société Flying Eye, installée à Sophia-Antipolis a vendu une trentaine de drones de la marque chinoise DJI. Équipés d’un haut-parleur intégré, ils ont été vendus aux organismes chargés d’appliquer les consignes de confinement. 
À Metz, l’entreprise Two-i qui s’est déjà fait remarquée en testant dans la stade de Metz son système de reconnaissance faciale (voir les Nowakowskismes 4.10. « Tous surveillés par des machines d’amour et de grâce… » https://nowakowski.hypotheses.org/1020), fait même des offres promotionnelles ! Elle a donné un accès gratuit aux forces de l’ordre à sa technologie permettant de détecter les attroupements. Bien sûr, les dirigeants de cette entreprise se targuent de mettre au service des centres de sûreté urbaine un outil qui « pourrait permettre de sortir plus rapidement du confinement, en s’assurant qu’il est respecté » ! 
On assiste à un emballement généralisé en matière de surenchères technologiques à des fins de surveillance. Il y a quelques semaines, quand on voyait des images des drones chinois dans les airs diffusant des messages à la population, ça semblait de la science-fiction. Jamais ça chez nous !
Mais la réalité c’est que ça se passe chez nous. La pandémie, le confinement, donnent ainsi au pouvoir une occasion rêvée de légitimer tout un tas de solutions inacceptables il y a encore quelques semaines mais indiscutables au vu de l’organisation qui a été mise en place !
Comme toujours, quand une technologie est disponible, elle finit toujours par être utilisée !
Le corollaire de l’emploi de ces technologies c’est bien sûr toutes les données captées et stockées par les smartphones. Plusieurs applications smartphones fonctionnent déjà. Par exemple, CoronApp est une application qui a été créée en 78 h. Son slogan parle de lui-même : « Mieux qu’un vaccin une application. » Elle s’enveloppe de tout ce qu’il faut pour être perçue comme « une démarche citoyenne ». L’application suit les mouvements des utilisateurs pendant 14 jours. Si un porteur du virus se déclare comme infecté par le Covid-19, le programme va retracer son parcours pour vérifier les personnes croisées et les informera via une notification sur smartphone de l’heure et de la date à laquelle ils ont été en contact avec cette personne. C’est la technique dite du « back tracking ». 
Dans un monde déjà hyper-connecté, mis encore plus sous tension, comment seront accueillies les personnes qui refuseront d’utiliser de telles applications ? Qu’adviendra-t-il des personnes qui, pour des raisons économiques, politiques ou autres, n’ont tout simplement pas de smartphone ? Pourra-t-on aller travailler ou faire nos courses sans pouvoir attester de la bonne santé de nos fréquentations ? Lorsque le temps du déconfinement viendra, nous laissera-t-on entrer dans tous les restaurants, centres d’accueil, bars, hôtels, boites de nuit, cinémas,… librement et non augmentés ?
Dans ces conditions, nous ne pouvons que redouter ce basculement culturel en faveur d’une surveillance massive de nos comportements hors-ligne, nous ne pouvons que redouter l’exclusion sociale de celles et ceux qui refuseront de céder leur sociabilité et leur corps au contrôle et à l’efficacité biologique. Qu’adviendra-t-il de celles et ceux qui refuseront « de devenir semblables à des machines, traçables et auditables en tout lieu ».
Tout ceci nous entraine sur la pente dangereuse d’une forme de servitude volontaire qui pourrait se transformer plus tard en contrainte avec l’injonction d’être, « un citoyen responsable ». 
En fait, est-ce que nous serions en train de transformer l’espace public en un espace quasi militarisé ? N’y aurions-nous accès que sous des conditions très strictes ? En fait, le coronavirus n’est-il pas en train d’agir en accélérateur de dynamiques qu’on observe déjà dans les safe cities, les «villes sûres» bardées de capteurs, à l’intérieur desquelles la vidéosurveillance devient «intelligente» et où les élus rêvent de reconnaissance faciale omnisciente.
En fait, ne serions-nous pas en train de laisser s’installer un Etat d’exception permanent ? Ce que cette épidémie montre clairement, c’est que l’Etat d’exception, auquel on nous a familiarisés depuis plusieurs années, est en plus devenu « normal ». « Nous autres », les humains avons tellement été habitués à vivre dans cet état de crise permanente que nous nous rendons même plus compte à quel point notre vie a été réduite ! Parler d’« efficacité » en échange d’une perte qui peut sembler somme toute minime de libertés publiques, c’est oublier que brider nos libertés n’est efficace que pour les producteurs de technologies de surveillance. 
Il y a eu, il y aura des moments où nous pouvons accepter d’adopter volontairement des comportements qui peuvent limiter notre liberté de circulation, mais il faut toujours demander pour combien de temps et en quoi cette limitation relève d’un choix responsabilisant pour les citoyens. Dans la situation présente, la date-limite à laquelle ces mesures vont s’arrêter reste très vague. De plus, la responsabilité des citoyens n’est même pas prise en compte. Il faut que les citoyens obéissent à toute sorte d’injonctions contradictoires qui les exposent à l’arbitraire de la répression. Et nous pouvons dire avec Antonio Casilli que « c’est la surveillance de masse, et non pas la vie privée, [qui est] la plus grande menace qui pèse sur notre santé et notre bien-être ». 
Aujourd’hui, il nous faut refuser définitivement et sans délais le système de surveillance de masse numérique qui se met en place. 
Sortir de la pandémie doit passer par l’humain, l’attention à l’autre et le rejet des systèmes de reconnaissance faciale. 
Sortir de la pandémie ne peut se faire qu’en responsabilisant les citoyens et en les incitant à mettre en place des formes d’entraide locale, et surtout pas en les menaçant avec des drones ou d’autres joujous dystopiques. 
Sortir de la pandémie c’est aussi garantir le secret médical strict, pour que les personnes malades ou contaminées puissent déclarer en toute confiance leur état à leur employeur, à leur assureur,… 
Juste comme cela et avant de conclure, ça ne vous rappelle en rien un monde dans lequel on ferme les universités et tous les cours se font en ligne, un monde dans lequel on empêche les citoyens de se réunit pour parler des questions politiques ou culturelles, un monde qui n’autorise que des échanges de messages numériques et qui favorise la consommation massives de produits divertissants préfabriqués par les entreprises du numérique, un monde dans lequel les machines remplacent tout contact, toute contagion, entre les humains ? Que toutes ces mesures acceptées nous servent à apprécier la fragilité de notre liberté future retrouvée et à inventer dès à présent le « jour d’après »….
Pour conclure avec Giorgio Agamben, « tout comme les guerres ont laissé en héritage à la paix une série de technologies néfastes, il est bien probable que l’on cherchera à continuer après la fin de l’urgence sanitaire les expériences que les gouvernements n’avaient pas encore réussi à réaliser ».
Je vous laisse méditer cela.
Et pour finir, un appel pour préparer ce « jour d’après » et la nécessité de mesures de rupture comme :
L’arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l’épidémie.
Les réquisitions des établissements médicaux privés et des entreprises afin de produire dans l’urgence masques, respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies.
La suspension immédiate du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.
La décision de ne pas utiliser les 750 milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais uniquement pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations.
Parce qu’il ne s’agit pas ensuite de relancer une économie profondément insoutenable écologiquement et socialement ! Et pour cela les politiques publiques à long terme doivent garantir :
Un plan de développement de tous les services publics
Une fiscalité bien plus juste et redistributive, un impôt sur les grandes fortunes, une taxe sur les transactions financières et une véritable lutte contre l’évasion fiscale.
Un plan de réorientation et de relocalisation solidaire de l’agriculture, de l’industrie et des services, pour les rendre plus justes socialement, en mesure de satisfaire les besoins essentiels des populations, de répondre à la crise écologique.
A vos plumes … non, à vos claviers, il est l’heure de signer !

Références et sources
https://www.laquadrature.net/2020/04/06/devenir-des-robots-pour-echapper-au-virus/ 
https://reporterre.net/Au-nom-du-coronavirus-l-Etat-met-en-place-la-societe-de-controle 
https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/03/30/en-france-l-etat-d-urgence-bouscule-l-etat-de-droit_6034889_1653578.html
https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/noam-chomsky-un-moment-critique-de-l-histoire-humaine
Pétition https://france.attac.org/se-mobiliser/que-faire-face-au-coronavirus/article/petition-plus-jamais-ca-signons-pour-le-jour-d-apres 
Nous autres, Eugène Zamiatine
Antonio Casilli : « Cette épidémie s’avère aussi un signal d’alarme à propos du numérique » Par Raphael Bourgois, https://aoc.media/entretien/2020/03/27/antonio-casilli-cette-epidemie-savere-aussi-un-signal-dalarme-a-propos-du-numerique/ 

Nowakowskismes 4.15. « Confinement semaine 3, jour 17 – Surtout pas ! »

Photo par Sylvain Dessi, Longwy Décembre 1978

Nous sommes le 2 avril 2020, nous sommes en semaine 3, et jour 17 du confinement. Je ne suis pas en direct, ni même dans les locaux de la radio. J’ai enregistré cette émission de chez moi. Dans ces temps de confinement, les Nowakowskismes ne pouvaient fermer leur voix !
Ce soir, alors que tout est arrêté, les Nowakowskismes posent cette question  : « Peut-on redémarrer le monde sur les mêmes bases que nous l’avons laissé avant le confinement ? »  

Tout est arrêté ! Peut-on alors redémarrer autrement ?
N’avons-nous pas dans le quotidien de nos vie la preuve que c’est possible ! 
En effet, en quelques semaines, il a été possible de suspendre partout dans le monde et au même moment, un système économique dont on nous disait jusqu’ici qu’il était impossible à ralentir ou à rediriger. 
À tous les arguments des écologistes sur la nécessité d’infléchir nos modes de vie, il fallait toujours faire face à l’argument de la force irréversible du « progrès », de la « compétitivité », du « marché » et que rien ne pourrait jamais y faire « à cause de la globalisation ». 
Et que découvrons-nous ? 
Qu’il existe un bouton d’arrêt d’urgence dans la machine mondiale. Ce bouton d’arrêt d’urgence, ce n’est pas le gros bouton du feu nucléaire dont on nous rebat les oreilles à chaque élection présidentielle, mais d’un petit bouton bien caché dans un des placards du pouvoir qui permet de stopper ce « train du progrès » et de mettre en stand-by le système économique mondial.
Et c’est là que nous pouvons agir. 
Si tout est arrêté, alors… tout peut être remis en cause ? 
Tout peut être repensé, on peut faire le tri, on peut revoir toutes les bases de ce monde. L’inventaire annuel, comme l’écrit Bruno Latour, c’est maintenant qu’il faut le faire. À ceux qui ne manqueront pas de s’écrier, « Relançons le plus rapidement possible la production », il faudra répondre unanimement, et avec force : « Surtout pas ! ». 
En fait, et c’est clair, la dernière des choses à faire serait de reprendre comme si de rien n’était, de reprendre les choses là où nous les avons laissées. 
Si chacun d’entre nous commence à mettre en mots et à redéfinir en actes toutes les remises en questions de ce système de productions, de consommation et de tous ses aspects, peut-être se produira-t-il une contagion d’un autre type que celle qui a envahi toute la planète. Une contagion, non pas transmise par les postillons ou les contacts rapprochés, mais une contagion qui se répandra au travers de tous nos gestes, de tous nos mots, de nos besoins, de notre rapport au monde, au vivant.  
D’ailleurs, les effets de ces temps d’arrêt sont bien visibles. 
Les observations de l’Agence Spatiale Européenne sont riches d’enseignements. Les données transmises par  le satellite Sentinel-5P du programme Copernicus, montrent de fortes réductions dans les concentrations de dioxyde d’azote au-dessus de plusieurs grandes villes européennes, dont Paris, Madrid et Rome ! La même chose avait été observé en Chine !
Le moment est là pour que de plus en plus nombreux, nous devenions « d’efficaces interrupteurs de globalisation », qu’une contagion positive et porteuse de vie succède à celle du coronavirus, et qu’elle se manifeste dans chacun de nos petits gestes mis bout à bout afin de faire barrage au retour du monde d’avant, de ses modes production et de communication, de ses modes d’exploitation du vivant, des humains et de la Terre !
C’est donc le moment, frères et soeurs en humanité, d’utiliser ce long temps d’enfermement imposé pour décrire, d’abord chacun pour soi, puis en groupe, ce à quoi nous sommes le plus attachés. 
C’est le moment d’utiliser ce temps de coupure pour identifier de quoi nous sommes prêts à nous libérer, d’utiliser ce temps de réflexion pour formaliser les liens que nous sommes prêts à tisser solidement et surtout d’utiliser ce temps pour regarder en soi et déterminer lesquels de nos comportements devons-nous décider d’interrompre. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais d’être en mesure de ne garder que ce qui est acceptable dans ce système prétendument irréversible, de remettre en cause les connexions soi-disant indispensables, et surtout faire le tri entre ce qui est désirable et ce qui a cessé de l’être.
Il ne s’agira pas d’une révolution. La révolution repasse par les mêmes chemins, mais comme le dit souvent Alain Damasio, d’une volution qui permettra d’inventer des principes nouveaux. Il s’agira certainement  d’accepter l’élimination des « lois » qui font de la production, de la consommation, de la compétitivité acharnées au nom du progrès, notre seul et unique de rapport au monde. Parce que l’injustice, il s’agit bien de cela, est dans la façon même que nous redistribuons toujours vers les plus riches, l’injustice est dans la façon dont nous exploitons sans limites les ressources et toujours au profit des plus riches, l’injustice est bien sûr dans la négation du vivant. 
Parce que les défenseurs de ce système, à n’en pas douter, vont évidemment repartir avec les mêmes choses en pire, consommations, combustibles fossiles, pollution, destructions massives, industries pétrolières et tourisme de masse, bateaux de croisière géants. Regardez les précédentes crises !
Notre rôle, notre devoir même est de proposer une alternative ! 
Parce qu’en quelques semaines, plusieurs milliards d’humains ont compris qu’adopter une nouvelle « distance sociale » s’était s’éloigner pour être plus solidaires, imaginons la puissance de transformation dont nous disposons quand il s’agira de nous élever contre la reprise à l’identique. 
Ré-unis par une même vision d’un autre monde possible
La vigilance sera essentielle parce que la question de la liberté va se poser ! 
Entre états d’urgences qui ont la fâcheuse tendance à s’installer durablement, les pleins pouvoirs que certains s’arrogent, les réductions des libertés et des mobilités, il est une voie qu’il nous faut absolument éviter et qui commence à se dessiner à l’horizon, c’est celle qui, comme l’écrit Olivier Tesquet,  nous entraîne vers « une nouvelle organisation très surveillées des libertés ». 
Agir c’est donc déjà se poser des questions, de faire preuve de réflexivité. 
Essayez donc de faire des listes ! 
Par exemple quelles sont les activités qu’il ne vous est pas possible de faire en ce moment et que vous considérez comme étant malgré tout essentielles à votre vie ? Ou encore, celle-ci : une fois les portes ré-ouvertes, qu’est-ce qui devrait reprendre comme avant ou qu’est-ce qui ne devrait pas reprendre du tout ? Et peut-être qu’avec simplement ces petites questions serons-nous en mesure de construire un projet politique ? 
Quelles sont les activités maintenant suspendues dont vous souhaiteriez qu’elles ne reprennent pas ?
Pourquoi ces activité vous apparaissent-elles nuisibles, superflues, dangereuses, inutiles ? 
Et aussi,  quelles activités suspendues souhaiteriez-vous voir se développer, ou se réinventer ? En quoi sont-elles positives ? Et enfin, quelles transitions partagées et intégratrices, ne laissant personne sur la touche, pouvez-vous proposer ? 
De fil en aiguille, si nous commençons, chacun pour notre compte, à poser de telles questions, à partager nos réponses, à avoir un regard réflexif sur nos vies dans le monde peut-être pourrions-nous  dessiner peu à peu un paysage d’un monde renouvelé ? 
D’ailleurs, un des chantiers qui nous attend est celui de l’urgence climatique. 
Depuis deux ans, les mobilisations pour le climat se sont multipliées, sans pour autant être écoutées. Or, cette crise mondiale du coronavirus démontre que le changement rapide est possible et ne nécessite que deux choses fondamentales, la volonté politique et l’engagement citoyen. Et comme je le disais un plus tôt, revenir à la « normale » n’est pas une option ! Que continuer à détruire le vivant n’est pas une option ! Et surtout qu’il est possible de maintenir une vie digne et heureuse sur Terre pour tout le vivant dans une perspective de justice sociale mondiale ! 
Déjà des chiffres – l’émancipation passe par la réduction de nos émissions à moins de 2 tonnes d’équivalent CO2 par humain et par an dans les 5 années à venir? Ceci revient à diviser par 6 l’empreinte carbone moyenne d’un Français. 
Le Manifeste de résistance climatique identifie cinq phases, cinq phases qui peuvent nous aider dans notre réflexion. Elles nous offrent un cadre de réflexion, ce cadre qui nous permettrait d’identifier ce que nous gardons, et ce que nous abandonnons. Il nous donne l’occasion de repenser notre manière de nous déplacer. De ne plus prendre l’avion et d’abolir l’aviation de masse afin de redécouvrir les transports doux et rouler moins de 2000 km par an en voiture. Il nous amène à repenser notre alimentation afin de privilégier le local et les productions de saison. Enfin, il pose les éléments de discussion qui peuvent nous amener à nous ré-interroger sur l’utilité de nombre de nos besoins matériels. 
Reprendre le monde tel qu’on l’a laissé ? 
Ces contraintes créatives permettent d’inventer de nouvelles solidarités et de modes de vie post-pétrole sans renoncer au bonheur. Cela passe notamment par la construction d’un nouvel imaginaire donnant à voir ce futur frugal et désirable. Ceci est déjà en cours, à l’initiative d’individus ou de collectifs et cela doit gagner en ampleur et continuer à se structurer dans une logique de décroissance énergétique coordonnée, massive et rapide vers une refonte de nos sociétés en accompagnant les plus fragiles.
Enfin, il est important d’envisager le passage à l’échelle mondiale. 
Dans la décennie qui vient, ce mouvement de décroissance énergétique doit réussir à s’amplifier afin d’atteindre la division par deux d’ici 2030 des émissions mondiales de gaz à effet de serre puis la neutralité carbone mondiale d’ici à 2050. Pour le mener dans le temps imparti, l’action de tous, notre capacité à nous mobiliser alliée à l’ensemble des outils de la diplomatie politique et économique devront être mis à contribution pour amener à l’existence de nouvelles sociétés sobres.
Tout ceci peut paraître utopique mais la question, « mais aujourd’hui tout est arrêté, peut-on envisager de redémarrer autrement ? » est elle très concrète. 
Si nous continuons ainsi, et si, après cette situation inédite de contamination mondiale par ce coronavirus, cette vie de confinement pour plus de presque 3 milliards d’humains, la marche du monde reprend de plus belle et sur les mêmes modèles économiques, sociétaux, politiques que ceux qui nous amènent à nous interroger, c’est un monde directement copiés de toutes les dystopies sorties de nos imaginations qui sera notre réalité. 
De plus, si, d’ici dix ans, nous n’arrivons pas à réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, mais surtout si dès maintenant et dès l’après confinement, nous ne nous mettons pas à repenser les principes directeurs de ce monde, nous aurons perdu ! Tout ce qui semble émerger de ces temps inédits n’aura pas permis que nous en tirions des enseignements et n’aura donc servi à rien ! 
Pourra-t-on repartir sur des modes de fonctionnement comme celui-ci ?
Voici juste un petit exemple pour conclure. 
Il y a quelques jours, à la télévision, était interviewé un fleuriste hollandais. L’homme avait les larmes aux yeux parce qu’il était contraint de jeter des tonnes de tulipes prêtes à l’envoi. Pourquoi ? Parce qu’il ne pouvait plus les expédier par avion dans le monde entier faute de clients. On peut le plaindre bien sûr, et certainement est-il normal qu’il soit indemnisé. 
Après l’interview, la caméra a reculé afin de faire un plan large sur les tulipes. 
Or qu’en est-il réellement de ces tulipes ? Et bien elle poussent hors-sol, dans un espace clos baigné de lumière artificielle et vont traverser le monde dans des avions cargos dans une débauche de kérosène. 
Alors, juste par ce petit exemple, au delà de la question première « Mais est-il bien utile de prolonger cette façon de produire et de vendre ce type de fleurs ? », n’y en-a-t’il pas une qui doit nous obséder et nous amener à agir ? 
Et c’est « Est-ce bien avec le monde qui vient de s’arrêter que nous souhaitons repartir une fois que cette crise sera passée ? » en attendant la suivante qui ne saurait nous épargner ? Ou souhaitons-nous voir fleurir une vie où justice sociale, équité, liberté et ce, même dans la difficulté climatique qui s’annonce, seront au rendez-vous pour solidifier nos solidarités ? 
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Juste pour finir avec quelques mots de Lucrèce, dans le livre V de De Natura rerum : « Certes les choses ont pu se passer ainsi : mais j’ai peine à croire que les hommes n’aient pas su prévoir tant de maux avant d’en avoir été victimes. Et je crois plus juste d’attribuer de tels usages à tout l’univers, aux divers mondes créés diversement par la nature, que d’en accuser un seul monde en particulier, quel qu’il soit ».
Je vous laisse méditer cela !
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 
Ayez soin de vous et de vos proches ! Et restez bien chez vous ! 
Bonne soirée, bonne nuit, bonne semaine à tous et toutes et Peace and Love. 

Sources et références
Matt Stoller, « The coronavirus relief bill could turn into a corporate coup if we aren’t careful », The Guardian, 24.03.20, https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/mar/22/coronavirus-relief-bill-corporate-coup http://www.esa.int/Space_in_Member_States/France/Le_confinement_lie_au_coronavirus_entraine_une_chute_de_la_pollution_a_travers_l_Europe 
La résistance climatique c’est le moment. https://reporterre.net/Resistance-climatique-c-est-le-moment 
Imaginer les gestes-barrières contre le retour à la production d’avant-crise. Bruno Latour. https://aoc.media/opinion/2020/03/29/imaginer-les-gestes-barrieres-contre-le-retour-a-la-production-davant-crise/ http://www.bruno-latour.fr/fr/node/841.html 
Procédure des nouveaux cahiers de doléance suggérés par Bruno Latour dans « Où atterrir ? Comment s’orienter en politique ». Paris, La Découverte, 2017 et développés depuis par un groupe d’artistes et de chercheurs.
https://fr.euronews.com/2020/03/16/l-actualite-du-climat-un-mois-de-fevrier-chaud-la-fin-des-hivers-froids-en-arctique 
Céline Minard. Le dernier monde. 2007

Introduction

En ces temps d’enfermement, il est un sujet qu’il ne faut pas oublier, c’est l’actualité du climat ! 
Surtout si, comme nous le verrons tout à l’heure, nous envisageons de redémarrer le monde autrement. 
Le Service Copernicus concernant le changement climatique (C3S) a publié ses données pour le mois de février 2020. 
Encore une fois, et ce ne sera pas la dernière, il nous faut encore remettre à jour les livres des records. 
Non seulement, le mois de février 2020 a été le deuxième mois de février le plus chaud jamais enregistré au niveau mondial, mais, en Europe, la température moyenne de cet hiver sur la période allant de début décembre 2019 à fin février 2020 a été supérieure de 3,4 degrés Celsius par rapport à la période 1981-2010. 
Nous venons de battre encore une fois un record absolu de chaleur.
Dans ce contexte, qu’en est-il de la banquise arctique dont la superficie a encore diminué le mois dernier ? 
Les calculs réalisés par scientifiques ont montré qu’il y a environ 850000 km carrés de banquise en moins par rapport à la norme habituelle pour cette époque de l’année. 
850000 km carrés représentent une superficie égale à la superficie de la France continentale et de l’Italie réunies.

Nowakowskismes 4.14. « Confinement semaine 2, jour 10 – poétique du chaos »

Nous sommes le 26 mars 2020, nous sommes en semaine 2, et jour 10 du confinement. 
Ce soir, les Nowakowskismes se laissent aller à une petite nouvelle consacrée au confinement.  Elle s’intitule « Poétique du chaos  » Accrochez-vous ça va secouer !

Maintenant que les choses avaient repris leur cours normal, il constatait avec surprise l’absence d’un début manifeste, l’impossibilité de détecter ce seuil précis au delà duquel leurs existences avaient pénétré dans une dimension nettement plus inquiétante. 
Là, debout sur cette terrasse, la ville qui revenait petit-à-petit à la vie, à l’activité, à ses pieds, il tentait de revenir sur ces semaines qu’il ne serait pas près d’oublier. Il revoyait tous ces événements insolites, adjectif choisi pour rester modéré, qui s’étaient déroulés à l’intérieur de l’immeuble au cours de ces dernières semaines. 
L’immeuble se situait en lisière du centre de la ville. Des constructions nouvelles, encore très partiellement habitées, lui faisaient face. Il voyait au loin des silhouettes minuscules vivre leurs vies d’insectes. Il lui arrivait de prendre ses jumelles pour regarder ! Toujours cet instinct de voyeurisme de l’humain confiné auquel il ne pouvait pas échapper ! Espace, lumière, et plaisirs futiles dans une espèce subtile de l’anonymat  ! 
Certes, le confinement avait été décidé à partir du 17 mars 2020 midi. Tout le monde s’y attendait et quand on vint leur annoncer « 15 jours au moins », certains avaient dit « ça va, ça ira ! » et d’autres avaient craint le pire… 
Ce 17 mars 2020 à midi, la ville s’arrêta – pas complètement – et les consignes ont circulé – « restez chez vous ! » 
Ça tombait bien pour lui, il avait déployé une énergie assez importante pour rester à l’écart des autres ! À l’écart des ses voisins, à l’écart tout simplement ! 
Alors, aussitôt le confinement annoncé, et comme à son habitude, l’humain cédant à ses réflexes ataviques, s’était mis à faire des stocks ! Faire des stocks de tout, faire des stocks de n’importe quoi mais faire des stocks ! 
Ainsi très rapidement, le hall d’entrée de l’immeuble fut encombré par toute une foule d’habitants qui se pressait devant la porte de l’ascenseur. Leurs bras étaient chargés de paquets venant de chez le traiteur, de sacs de supermarchés, et des cartons de boissons alcoolisées matière première indispensable en ces temps d’enfermement à venir. 
D’autres aux étages inférieurs avaient passé toute la matinée à faire leurs valises. Puis, pris dans des forces contradictoires, à la fois pressés et réticents de partir pour une durée indéterminée, à présent que le moment d’abandonner l’immeuble était venu, ils erraient dans les escaliers et dans le hall retardant cet ultime geste rituel. 
Puis leurs quelques valises préparées furent posées sur le trottoir devant la porte d’entrée, la voiture arriva, et ils disparurent au coin de la rue, emportant avec leur effets, leur capacité à diffuser le virus sur une autre partie du territoire. 
Les consignes étaient claires ou essayaient de l’être. Restez chez vous ! 
Au cours des après-midis, quand le soleil de printemps commençait à distiller une sorte de douce chaleur, la terrasse devenait une sorte de dehors mais soumis au confinement. À ces moments, les voisins venaient à leur fenêtre et lui jetaient des regards d’abord sévères, puis franchement agressifs, face à l’apparente décontraction que sa présence à l’extérieur semblait leur inspirer !
Et comme toujours les querelles futiles et les sautes humeur constituant la seule forme de vie communautaire, ce qui devait arriver arriva ! Et c’est là, à n’en pas douter, que prit place le premier incident significatif ! 

Confinés ! 
Ont alors commencé à se multiplier et s’amplifier, les querelles entre voisins. Les enchainement de futiles chamailleries au sujet de l’ascenseur, de la propreté des communs, des inexplicables pannes d’électricité dans les escaliers ou les surcharges des réseaux de communication alimentant les foyers en flux vitaux venus d’internet ont contribué à faire craquer le vernis. Les antagonismes déjà présents avant le confinement, étaient devenus remarquablement vifs, atténués, encore au début mais plus pour longtemps, par le ton urbain qui était de mise dans l’immeuble. Le bruit provenant des autres appartements, les fêtes alcoolisées dégénérant, les parties de jeux vidéos sur les écrans 4K surdimensionnés et sur-vitaminés jusqu’au coeur de la nuit eurent petit-à-petit raison des échanges et prises de paroles policées. 
Les étudiants confinés dans leurs studios mirent en place des moyens de communiquer entre eux d’un étage à l’autre. On vit pousser le long des façades des câbles passant d’appartement en appartement, cordes de rappel dans une descente sociale qui n’avait rien de vertical, filins maintenant un lien plus efficace pour les jeux en réseau et les contacts de plus en plus espacés avec leurs enseignants. 
Les plus anciens retranchés chez eux autour de leur congélateur bondé, surveillaient les alentours par les judas donnant sur les paliers, se risquant de temps en temps à ouvrir une porte vite refermée dans un claquement qui résonnait dans tout l’immeuble. 
En surface, la vie avait pris une sorte de cours normal. La plupart des habitants avaient semble-t-il mis en place des modes de vie réguliers, pour certains des sorties matinales courtes pour faire quelques courses, s’aérer, se dégourdir les jambes munis du laisser-passer officiel ; pour d’autres le décalage des rythmes s’installant, ils émergeaient à n’importe quel moment de la journée au rythme des séries consommées à hautes doses, et des parties jouées sans limites. 
Toutefois, en y regardant de plus près, on découvrait des camps qui coexistaient plutôt mal. Le jour, on pouvait circuler assez librement dans l’immeuble, mais la chose devenait plus difficile à mesure que l’après-midi s’écoulait, et à la nuit tombée tout mouvement était impossible. Impossible de sortir dans la rue pour cause de couvre-feu ! Mais impossible de sortir dans l’immeuble, chaque groupe ayant déployer des techniques de défense à l’encontre des autres groupes afin de défendre leurs mode de vie. À contrecoeur, mais il devait se l’avouer, il méprisait ses frères habitants de l’immeuble pour leur empressement à se glisser dans la niche qui leur était désignée.
Mais la débâcle de l’immeuble fut bientôt bien réelle et finit par renforcer certaines pratiques. Il commençait à prendre conscience qu’il assistait aussi à la naissance d’un nouvel ordre social. D’ailleurs, l’émergence, encore confuse, mais indiscutable de cet ordre social nouveau – fondé apparemment sur la répartition en petites enclaves tribales – le fascinait. 
Là au sommet où il résidait, les conditions de vie n’avaient pas encore connu une chute brutale. Son nid était comme encore isolé, inaccessible, protégé de ce qui se propageait dans l’immeuble.
De sa terrasse, il voyait les parkings. Nombreuses étaient les voitures qui n’avaient pas roulé depuis des semaines. Leurs pare-brises avaient été pulvérisés par des bouteilles lancées des balcons, leurs habitacles étaient emplis d’ordures ; elles s’affaissaient sur leurs pneus flasques, entourées d’une mer de détritus qui s’élargissait comme une tache autour de l’immeuble. 
Cet indicateur visible de la dégradation dans l’immeuble servait aussi à mesurer le degré de passivité avec lequel les habitants acceptaient le processus d’érosion. 
Peut-être en était-il venu à souhaiter que les choses aillent plus mal encore ? 
Il avait remarqué qu’il n’y avait même plus depuis un temps certain de mails de réclamation au syndic alors qu’en situation normale, ils tombaient dans la boites mail, avec tout le conseil de ‘l’immeuble en copie, pour un oui ou pour un non. Même ses voisins immédiats, naguère si prompts à réclamer et râler à tout propos, n’émettaient plus la moindre critique et se claquemuraient dans un silence en apparence résigné. 
Ce qui était intéressant c’est la manière de plus en plus brutale avec laquelle les habitants réagissaient au climat de l’immeuble confiné. Ils endommageaient délibérément l’ascenseur, les appareils électriques, l’éclairage… Cette négligence de l’endroit de leur propre confort dénotait un phénomène de redistribution des priorités dans leur esprit – peut-être aussi l’apparition de ce nouvel ordre social et psychologique qu’il sentait poindre. 
En dépit du chaos grandissant qui régnait autour d’eux, les habitants semblaient s’intéresser de moins en moins au monde extérieur.
Après plusieurs semaines de ce confinement, les entreprises s’étant arrêtées de fonctionner les unes à la suite des autres, les gens qui devaient sortir pour travailler, n’eurent plus à sortir. La ville était déserte. Le vide de l’extérieur s’emplit alors de bandes d’oiseaux, des corbeaux, des pigeons, … des pies aussi, et d’innombrables passereaux. Ils s’assemblaient sur les toits alentours, sur les balcons. Assez rapidement, une colonie de corbeaux avait élu domicile au sommet de la cage de l’ascenseur, venant ainsi superposer aux bruits des appartements, leurs croassements rauques amplifiés par l’effet de caisse de résonance de la cage d’ascenseur. Quand il allait sur sa terrasse, les regards hostiles de tous ces oiseaux lui plaisaient. La cour intérieure désertée était devenue le terrain de jeu d’une bande grosses pies et parmi les restes de nourriture abandonnés, les chaises de jardin renversées, la présence de ces oiseaux faisait naître comme une espérance d’une barbarie naissante. 
Pourquoi tous ces oiseaux étaient-ils attirés par ce royaume perdu des balcons, et de cette cour ? 
Les oiseaux se nourrissaient des détritus jetés dans la cour, et il aimait à penser que le motif de leur occupation était proche du sien. Venus d’un paysage plus primitif, ils avaient volé jusqu’ici pour répondre à l’appel d’une violence sacrée dont ils pressentaient l’intuition. Et de tous côtés, le béton finissait par se perdre dans les brumes du soir. Perchés sur les conduits d’aération et les toits, les bandes de corbeaux l’observaient de leurs yeux étonnamment vifs. Leurs ailes battaient contre le béton  des façades et certains d’entre eux étaient pris de bonds frénétiques. Il en regardait d’autres tournoyer dans le ciel, il écoutait leurs cris et il songeait inquiet à cette violence toute proche. 
Tout bascula cette nuit-là ! Il fut réveillé par des cris, des explosions, des galopades entre les étages ! Tout l’immeuble semblait trembler de la violence qui se déchainait dans ses entrailles. Réveillé, et confiant derrière la porte qui protégeait son appartement (le précédent occupant, ancien flic, avait équipé l’appartement d’une porte blindée inviolable), il attendit le matin gardant quand même à portée de main le sabre datant de la guerre 1870 qu’il avait hérité de son grand père. Au matin, le calme revint, il tenta une sortie. 
Il entama sa descente dans les profondeurs de l’immeuble. À l’étage du dessous, un groupe d’habitants très agités ne le vit pas passer, un peu plus bas un appartement avait été mis à sac. Partout des détritus s’entassaient, les escaliers étaient encombrés de chaises fracassées, de sections de rampe et de débris de verre. Les portes coupe-feu défoncées pendaient à leurs gonds, il n’y avait plus aucune lampe intacte, un graffiti blafard vaporisé à la peinture fluorescente sur les murs de la cage d’escaliers se déroulait sur plusieurs étages. Des groupes semblaient monter la garde devant un ensemble d’appartements, ils le laissèrent passer quand ils le reconnurent. Arrivé devant la porte donnant sur la rue, il décida de remonter le plus vite possible à son étage, et de s’y enfermer à double tour. 
Les jours passèrent dans un calme apparent, et les nuits furent encore le théâtre d’affrontement dont les échos envahissaient son appartement.
Les coupures régulières de courant commencèrent. Les produits frais qu’il avait dans son réfrigérateur ont commencé à pourrir, les bouteilles de lait caillés formaient un rang de moisissure, le beurre pleurait entre les grilles, et l’odeur de moisi commença même à avoir son charme propre. Il se ressaisit et fourra tout dans un sac poubelle et le balança par la fenêtre. Une sorte de brume graisseuse semblait flotter autour de la façade de l’immeuble depuis que les habitants avaient pris l’habitude d’envoyer cascader les déchets le long des parois sans se préoccuper de savoir si le vent n’irait pas les rabattre à l’intérieur d’un autre appartement. 
Depuis quelques temps, il était sur la mauvaise pente. Le processus d’usure continue de la qualité de l’environnement n’affectait plus seulement l’immeuble, et l’appartement, mais aussi ses habitudes et son hygiène personnelle. Le confinement menait à ce phénomène qui reflétait certainement ce désintérêt croissant à l’égard des règles de vie en société. Mais sa crasse, ses vêtements malpropres, son hygiène en déclin, peut-être que tout cela allait l’aider à découvrir une version plus authentique de lui-même. 
Finalement, il décida de reprendre le dessus. Il ôta son t-shirt et son jean crasseux et se lava sous un filet d’eau de la douche. Puis rhabillé,  il commença à remettre de l’ordre dans l’appartement. Cela lui prit un certain temps. Une fois tout temps en ordre tant bien que mal, il se déshabilla, et se blottit sous sa couette, et s’endormit. Pour une fois, il ne fut pas réveillé par les bruits de la nuit. 
Au matin, le soleil avait fait s’évaporer les nappes de brouillard poisseux qui enveloppaient l’immeuble. Les bandes de corbeaux prenaient le soleil sur les toits, et la rue au bas étaient toujours déserte. Au loin, des sirènes, avec toujours le même frisson qu’elles provoquaient. Elles étaient la manifestation sensible d’une des causes de ce confinement. 
Il passa la journée à se reposer, oubliant pour quelques heures tout ce qui l’entourait. La nuit tomba, et le ciel sans nuages lui révéla un ciel étoilé comme il n’en avait jamais vu de toute sa vie. La ville avait supprimé l’éclairage urbain pour faire des économies et la pollution atmosphérique due à la circulation automobile avait elle aussi disparu. Il passa la nuit la tête dans les étoiles. La nuit était profonde, et l’immeuble tout entier s’était retiré dans l’ombre. Étrangement à cette heure, tout était silencieux. Les habitants semblaient s’être dissouts dans le crépuscule et la nuit. 
L’état de l’immeuble, il le voyait aussi comme une conséquence d’une contagion d’une autre forme. Ils avaient tous été enfermés pour enrayer cette épidémie, mais enfermés, une autre contagion avait surgi. La violence ! La violence par contagion avait gagné l’ensemble des étages de l’immeuble, l’ensemble des habitants. Même l’espace euclidien et rationnel de l’immeuble n’avait pu s’opposer à la désertion progressive mais rapide de la civilité pour le retour à la jungle originelle. Peut-être que l’immeuble lui-même favorisait-il ce retour ? Et finalement, la structure tribale ne serait certainement qu’une étape transitoire, parce que les alliances, les clans finiraient par se désagréger eux-aussi pour un retour au point de départ, l’homme est un animal solitaire. Et toutes nos lois, la société, l’éducation ne seraient que des couches chargées de nous cacher la nature profonde qui est la nôtre. 
La nuit, plusieurs nuits, peut-être des dizaines de nuits se succédèrent. 
Et un matin, des véhicules circulèrent dans les rues, annonçant avec des hauts parleurs la fin du confinement, les fenêtres s’ouvrirent, les gens envahirent la rue, la circulation reprit sur le pont, intense, le traiteur chinois au bas de l’immeuble vidait son camion et remplissait ses rayons… il ouvrit sa porte, son voisin et sa voisine le saluèrent, ils avaient déjà commencer à nettoyer le palier, … 
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Juste pour finir avec quelques mots Jean-Jacques Rousseau, dans Emile : « L’homme est de tous les animaux celui qui peut le moins vivre en troupeaux. Des hommes entassés comme des moutons périraient tous en très peu de temps. L’haleine de l’homme est mortelle à ses semblables : cela n’est pas moins vrai au propre qu’au figuré. »
Je vous laisse méditer cela !
Je vous salue mes frères et soeurs en humanité et nous sommes bien sûr appelés à nous revoir ! 

Actualité
Les Nations Unies ont averti le 22 mars 2020, dans un rapport publié chaque année à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, que, sur notre « pale blue dot », l’eau douce va prochainement manquer à des milliards de personnes, et ce, jusque dans des régions du monde où les précipitations sont pour l’instant abondantes. En moindre quantité et qualité, les ressources en eaux se dégradent. Parce que le sujet est vital, de son côté aussi, l’Organisation météorologique mondiale consacre sa journée internationale du 23 mars au thème de l’eau et du changement climatique.
Même si en ces temps de pandémie, l’attention et l’énergie sont consacrées ailleurs, le temps presse ! Aujourd’hui, près de 4 milliards d’individus affrontent une pénurie sévère pendant au moins un mois par an. Le réchauffement global n’en est pas la seule cause. En fait, la consommation mondiale en eau explose. Au cours des cent dernières années, elle a augmenté à un rythme deux fois plus rapide que la croissance démographique, elle a été multipliée par six et continue de grossir de près de 1 % par an en raison du développement économique et des nouveaux usages. À cela s’ajoute une pollution massive des nappes souterraines et des rivières ce qui ne fait qu’aggraver la situation.
L’eau est considérée par les auteurs du programme ONU-Eau comme l’élément clé de la plupart des dix-sept Objectifs de développement durable : de la lutte contre la faim dans le monde, la pauvreté, l’inégalité entre les genres, à la dégradation des sols et de l’état de l’océan. Or plus les températures s’élèvent, plus la demande en eau grimpe et plus l’évaporation s’accentue, privant de plus en plus les sols de leur humidité. 
Ce rapport édité par l’Unesco et intitulé L’eau et les changements climatiques détaille les interactions innombrables, notamment sur la production de l’énergie, l’agriculture ou bien les écosystèmes. Il présente également les répercussions profondes sur la santé humaine, et il alerte sur une des conséquences, l’émergence accélérée de pathogènes. 
Cette alerte n’est certainement pas à négliger en ces temps de pandémie.

Sources et références https://www.lemonde.fr/climat/article/2020/03/22/l-eau-a-l-epreuve-des-changements-climatiques_6034029_1652612.html