Nowakowskismes n°2.15 – Yet another internet

Retour dans les années 60 !  L’histoire est aujourd’hui bien connue… La contreculture des années 1960 en particulier les Hippies et les communautés rurales ! Contrairement à beaucoup de militants de gauche des années 60, les hippies et certaines figures marquantes de ce mouvement (dont un certain Steward Brand) ne considèrent pas la technique comme intrinsèquement mauvaise : au contraire, si on se l’approprie, elle peut devenir émancipatrice, un moyen d’explorer d’autres subjectivités, et d’imaginer d’autres interactions homme-machine. La jeunesse qui fait cette contreculture, est aussi celle qui travaille dans les laboratoires universitaires. Ces chercheurs habitués à collaborer, inscrivent dans le réseau les valeurs de leur communauté : coopération, réputation entre pairs, autonomie, gratuité, consensus et liberté de parole… Ils créent ainsi une architecture ouverte, capable de fonctionner sur plusieurs réseaux et sur des machines variées. Celle-ci promeut l’échange entre égaux : tous les paquets qui transitent sur le réseau sont traités de la même manière. Dépourvue de centre, cette architecture rend difficile le contrôle et vise à favoriser la connectivité et l’expansion du réseau.
Malheureusement, le rêve communal utopique s’effrite au tournant des années 70, avec ça l’échec des communautés, et de cette quête d’un idéal de société. Mais cette quête va se transposer dans un autre espace – le réseau – et le réseau va vite devenir une nouvelle frontière, un espace vierge à inventer et surtout un espace qui abolit les contingences du monde physique, aux marges même du monde.
Ils mettront alors en pratique ce qui a été la base de leur révolte, à savoir, la remise en cause du fordisme, de la hiérarchie, des conventions pour une libération de l’individu et de sa créativité dans l’horizontalité.
Toujours sous ces influences contradictoires d’ouverture et de contrôle, de liberté et de domination, de gratuité et de profit, c’est dans cet espace que s’installe l’économie de la donnée, l’économie numérique qui mènera directement aux profits astronomiques que génèrent les entreprises de l’internet en particulier avec ce qui est devenu le Big Data.
Dès le début, ce qu’on appelle aussi le « réseau des réseaux » fut chargé de valeurs conflictuelles, qui tiennent aux différentes communautés dans lesquelles il s’est élaboré, et qui orientent encore aujourd’hui son imaginaire… mais au fait, est-ce la seule histoire ? 

Bonsoir à tous et à toutes – bienvenue dans les Nowakowskismes n°15, intitulés « Yet another internet ». Vous venez d’entendre un extrait des Nowakowskismes intitulés Punk’s not dead, les nowakowskimes n°12 de la saison 1, en avril 2017. Pourquoi ? Parce que l’histoire que je vais vous raconter ce soir est l’histoire de l’internet mais de l’autre côté du rideau de fer. Il ne faut pas oublier que tout cela s’est joué en pleine guerre froide. Et donc, il y a une histoire de l’internet, tout autre, emplie d’autres valeurs, d’autres contraintes, d’un autre contexte… passionnant vous allez voir ! 

« Yet another internet » ! Pourquoi ? Parce que toutes les histoires que nous avons racontées, n’ont considéré qu’une partie du monde, la nôtre. Mais il y a une histoire de l’internet russe, avec ses contraintes, ses logiques, sa culture et qui va nous permettre aussi de regarder autrement, la Russie, mais nous aussi. Reprenons l’histoire là où nous venons de la laisser, … dans les années 70, 1970 !
Contrairement aux idées reçues, le pouvoir soviétique n’a pas toujours empêché la mise en réseau d’une partie de ses capacités informatiques. Mais, l’infrastructure libre, ouverte et décentralisée qui se développe à l’Ouest à partir des années 1970 ne pouvait pas s’épanouir dans les mêmes conditions au pays des samizdats (publications circulant sous le manteau). Pour ceux qui ont connu cette époque d’avant 1989, il y avait effectivement de nombreux universitaires, ingénieurs ou architectes qui étaient autorisés à partir à l’étranger pour rencontrer leurs homologues occidentaux dans le cadre de voyages d’études, mais le rideau de fer demeurait étanche dans certains domaines stratégiques, comme l’informatique.
Ceci n’a pas empêché la Russie d’être, très tôt, et même plus tôt qu’à l’ouest, à l’origine d’ambitieux projets informatiques et de belles prouesses techniques. Par exemple, c’est en 1968, que fut programmée sur un ordinateur soviétique la première animation numérique de l’histoire. Sept ans plus tard, il ne fallut que quelques minutes aux calculateurs soviétiques pour déterminer les trajectoires orbitales des vaisseaux de la mission spatiale conjointe Apollo-Soyouz, quand les ordinateurs de la NASA eurent besoin d’une demi-heure. Et toujours aussi remarquable, à la fin des années 1980, l’URSS disposait déjà de sa propre extension de domaine de premier niveau (.su), et quelques centaines de personnes avaient le privilège d’accéder au réseau Unix, ancêtre du Web contemporain (souvenez-vous à l’ouest internet c’est 1984 et le web c’est 1992).
Comment ? Et bien, tout est affaire de « régimes spéciaux », des structures administratives, voire ces territoires, qui, par leur fonction stratégique, se voyaient octroyer divers privilèges ! La kibernetika (informatique) s’est presque exclusivement développée à l’ombre de ces « régimes spéciaux ». Sous Joseph Staline, déjà, alors que la presse soviétique moquait l’informatique naissante à l’Ouest en la qualifiant de « pseudoscience bourgeoise », des laboratoires entiers se consacraient, dans le plus grand secret, à l’élaboration des premiers calculateurs de fabrication nationale. Derrière les barbelés de laboratoires-pénitenciers, des équipes d’ingénieurs, pour la plupart prisonniers politiques, s’affairaient au développement de machines, telles que ce dispositif évoqué dans Le Premier Cercle, d’Alexandre Soljenitsyne, qui devait surveiller automatiquement le réseau téléphonique national.
Après la mort de Staline, en mars 1953, l’informatique connaît un âge d’or. Le remplacement progressif des vieux cadres de l’Académie des sciences par des figures plus jeunes et plus « libérales » fait passer la kibernetika du statut de fantaisie bourgeoise à celui d’atout dans la course technologique avec l’Ouest. À la fin des années 1950, les premiers ordinateurs soviétiques, « machines rapides de traitement électronique » (BESM), conçues par le pionnier de l’informatique Sergueï Lebedev,  fabriqués en série répondent aux besoins de domaines tels que l’aérospatiale ou le nucléaire, qui réclament des puissances de calcul toujours croissantes.
Avec l’arrivée au pouvoir de Leonid Brejnev, en 1964, on assiste à la résurgence du discours « stalinien » sur l’informatique, ce qui donne un nouveau coup d’arrêt à la recherche numérique. Une décision lourde de conséquences, non seulement pour l’informatique, mais pour l’économie dans son ensemble est prise : privilégier le vol de technologies occidentales plutôt que le développement d’ordinateurs dans les laboratoires du pays.
Les BESM sont progressivement remplacées par de nouveaux modèles développés à partir des plans des IBM 360. Impopulaires chez les informaticiens soviétiques, ces clones d’ordinateurs américains présentent cependant l’avantage d’être totalement compatibles les uns avec les autres. Leur mise en réseau s’avère aisée, et cette pratique devient courante dans les laboratoires et industries soviétiques au cours des années 1970.
Ces réseaux n’avaient rien à voir avec le projet développé au même moment par les Américains, Arpanet, considéré comme l’ancêtre d’Internet. Ils se présentaient plutôt comme des infrastructures automatisées d’échange de données permettant de contrôler des lignes de production et de collecter les données d’instruments de laboratoire. Mis à part le projet avorté de « système automatique d’État de transmission d’information », qui entendait dans les années 1960 créer un réseau scientifique d’échange analogue à Arpanet, il faut attendre 1983 pour voir le premier citoyen soviétique se connecter, presque malgré lui, au réseau mondial qui ne s’appelait pas encore Internet.
L’heureux élu est un biologiste de 35 ans nommé Anatoli Kliossov. Nous sommes en 1983. En pleine crispation Est-Ouest sur la question des euromissiles, un ordre venu d’en haut intime à l’Académie des sciences d’URSS de trouver un chercheur capable de participer à une téléconférence par ordinateur. Déjà courante dans certains milieux scientifiques occidentaux, cette pratique est alors inédite en URSS. Familier de la manipulation des données informatiques depuis un récent séjour aux États-Unis, Kliossov est alors désigné. Il est conduit dans les locaux ultrasécurisés de l’Institut de recherches informatiques d’URSS (Vniipas), où se trouve l’un des seuls modems de toute l’Union soviétique. Comprenant l’intérêt d’avoir sous la main quelqu’un qui sait utiliser la machine, le directeur du Vniipas « a le nez et le courage » de l’autoriser à y accéder pour une durée indéterminée. Au fil des rencontres dans les téléconférences, le biologiste lie connaissance avec de nombreux « proto-internautes » que sidère la présence d’un Soviétique sur le réseau.
Ainsi, derrière les sas de sécurité et les bataillons de troupes spéciales qui le contrôlent à tout moment, Kliossov dialogue en toute liberté avec des Occidentaux. Informé des événements que la presse soviétique passe sous silence, il parvient à publier des articles dans des revues américaines en correspondant par messagerie électronique, sans passer par le Glavlit, l’organisme de censure et étape obligée pour tous les chercheurs. Ironie de l’histoire, au moment même où le physicien et militant des libertés civiles Andreï Sakharov vit relégué à Gorki, où certains prennent des risques pour faire passer à l’Ouest des manuscrits de dissidents, Kliossov perce malgré lui, et au nez et à la barbe des services de sécurité, un tunnel numérique sous le rideau de fer jusqu’en 1987. 1987, ça fait deux ans qu’ont débuté la perestroïka (restructuration du système) et la glasnost (transparence), et que le premier réseau libre et ouvert d’Union soviétique, ancêtre du Runet, va bientôt à voir le jour.
Entre secret d’État et régime spécial, Demos, le premier réseau permettant de connecter l’URSS au reste du monde voit le jour en 1989 à l’Institut Kourtchatov de recherches nucléaires (KIAE), à Moscou, une forteresse surprotégée qui abrite une part importante des recherches atomiques du pays. Demos, initialement conçu comme un réseau interne à l’Institut, s’étend au delà des murs bien gardés du KIAE en établissant des connexions avec Novossibirsk (Sibérie), Doubna et Serpoukhov — trois centres de la recherche nucléaire et cybernétique. Profitant de la perestroïka et d’une loi de 1987 qui autorise la création de petites entreprises privées, une partie de l’équipe de Demos choisit de quitter le KIAE pour fonder le premier — et unique — fournisseur d’accès à Internet (FAI) d’Union soviétique. Ce FAI porte le nom de Relkom (pour reliable communication, « communication fiable ») et obtient, en septembre 1990, la gestion de l’extension de noms de domaine de l’URSS (.su) et, à la fin de l’année 1991, il compte déjà plus de huit cents clients dans tout le pays.
Au même moment en France, il y a six millions d’utilisateurs du MINITEL, MINITEL qui a ralenti le déploiement d’internet en France. Relkom fonctionne sur un mode largement artisanal. En effet, l’ensemble des abonnés ne peuvent accéder aux contenus situés hors d’URSS qu’en se connectant à un ordinateur unique, lui-même branché sur un seul modem. Cette machine baptisée Kremvax, est reliée à un serveur de l’université d’Helsinki à travers la ligne téléphonique personnelle du fondateur de Demos, Alexeï Soldatov. Soldatov dispose d’un privilège accordé par la direction de l’Institut Kourtchatov : il dispose d’une ligne internationale automatique (ne passant pas par un central d’appels avec opérateur humain) sur laquelle il peut brancher son système, surnommé par certains « la fenêtre sur l’Europe », en référence à la formule de Pierre le Grand au sujet de Saint-Pétersbourg.
Vous vous doutez que le dispositif était d’une lenteur extrême. Les utilisateurs de Relkom se connectaient tous au monde extérieur via un seul et unique ordinateur branché à un modem ayant une capacité de 9 600 bits/seconde (9,6 K) soit cinquante-six fois moins rapide que la connexion ADSL contemporaine individuelle la plus rudimentaire (512 K). Malgré cela, Relkom a permis l’émergence de la toute première communauté d’internautes du pays.
La communauté originelle du Web russophone était presque exclusivement composée de jeunes ingénieurs accédant au réseau sur leurs lieux de travail (tiens tiens une ressemblance avec les premières communautés côté ouest), des instituts de recherche ou des laboratoires dont l’intérêt stratégique justifiait l’installation d’un terminal connecté. De plus, c’est paradoxalement au sein d’enclaves contrôlées par les organes de sécurité que cette poignée d’informaticiens dialoguent en toute liberté sur des forums aux adresses évocatrices : talk.politics.soviet, soc. culture.soviet… Les utilisateurs de Relkom se livrent alors à des débats passionnés et en temps réel sur la désagrégation de l’Union soviétique. On peut retrouver leurs échanges dans un recoin du réseau Usenet, un protocole tombé en désuétude et dorénavant considéré comme faisant partie du Deep Web (« Web profond »).
La petite communauté de Relkom ne se contente pas de discuter des événements, elle y prend part activement notamment lors du putsch raté d’août 1991, lorsque des communistes orthodoxes, civils et militaires, tentent de s’emparer du pouvoir et de mettre un terme aux réformes de M. Mikhaïl Gorbatchev. En voyage en Crimée, le premier secrétaire se trouve assigné à résidence. Boris Eltsine, alors président de la République soviétique de Russie, se barricade dans la « Maison blanche », où siège la Chambre haute de la République soviétique de Russie. Avec l’appui d’une partie du KGB, les putschistes musellent l’information, ils coupent les lignes téléphoniques internationales et remplacent les émissions télévisées et radiophoniques par des opéras qui tournent en boucle, tout juste interrompus par de laconiques bulletins d’information émis par les auteurs du coup d’État. Cependant, les agents du KGB ont oublié la ligne automatique de Soldatov de l’Institut de recherches nucléaires.
Encore une fois, à partir du coeur d’un établissement ultrasécurisé, Relkom devient l’un des seuls canaux de discussion et d’information en temps réel sur la situation. Les forums soviétiques voient affluer journalistes et universitaires occidentaux inquiets. Les utilisateurs leur racontent ce qu’ils observent de leur fenêtre, voire diffusent vers l’étranger et les provinces les communiqués rédigés par Eltsine, alors encerclé par des troupes spéciales prêtes à donner l’assaut. Pendant les trois jours que dure le putsch, le réseau devient le théâtre de la première rébellion numérique de l’histoire. Les utilisateurs soviétiques de Relkom ont évidemment conscience des risques qu’ils encourent. L’un d’eux écrit à un journaliste occidental qu’ils transmettent « assez d’informations pour nous envoyer en prison pour le restant de nos jours ».
Relkom va alors conditionner l’organisation de l’infrastructure du Runet, l’internet russe. Tout part du bâtiment historique de l’Institut de recherches nucléaires connu sous le nom de M9, dans lequel se trouve le dispositif Kremvax. Après la fin de l’Union soviétique, tandis que le nombre d’utilisateurs augmente, les serveurs emplissent bientôt toute la pièce où se trouve Kremvax, puis tout l’étage, et finalement tout le bâtiment. Aujourd’hui, le M9 constitue le centre nerveux du Web russophone et la quasi-totalité des connexions émises de Russie ou d’Asie centrale transitent par ce bâtiment ultrasécurisé. Relkom a également permis l’émergence de la toute première génération d’entrepreneurs du Web. Futur fondateur et dirigeant de Yandex, le moteur de recherche russe, Arkadi Voloj découvre le réseau en août 1991, quand, désireux de prendre des nouvelles de ses proches, il utilise alors pour la première fois le système de communication par ordinateur sur lequel il bâtira son empire.
En 1993, alors que le volume d’informations transitant par Internet commence à augmenter, Voloj crée Yandex (yet another index), service d’indexation des contenus qui s’impose au détriment des solutions occidentales. L’espace postsoviétique, et la Russie en particulier, conserve les stigmates de décennies de cloisonnement et de contrôle de l’information. Les câbles le reliant à l’Europe et aux États- Unis demeurent peu nombreux et de mauvaise qualité, ce qui limite le développement des services hébergés en Occident. Dans beaucoup de domaines, les Russes se voient donc contraints de développer leurs propres services, d’où Yandex, et bien d’autres initiatives moins connus. Dans les années 1990, les géants de la Silicon Valley se détournent de la Russie et laissent ainsi le champ libre aux initiatives locales. Le marché de l’accès à Internet va se partager-entre quelques géants nationaux des télécoms et une kyrielle de structures régionales, voire municipales. Aujourd’hui encore, on compte plus de treize mille fournisseurs d’accès à Internet, de nombreuses villes disposent non seulement de leurs propres compagnies locales, mais également de sortes d’intranets municipaux, avec des sites et des contenus exclusivement consultables dans l’agglomération.
Malgré la crise et la vétusté de ses installations, la Russie n’échappe pas au boom d’Internet de la fin des années 1990. Mais celui-ci se déroule en marge de la Toile « mondialisée » ce qui aura pour effet d’accentuer certaines particularités nationales relatives à la pratique culturelle et technique du réseau. Ainsi, la réputation sulfureuse des Russes dans le monde des jeux en ligne date de cette époque. En effet, contraints de jouer sur leurs propres serveurs en raison des limitations de bande passante, ils développent des codes de conduite et d’expression spécifiques qui les différencient encore aujourd’hui des autres joueurs.
L’autre aspect concerne la culture scientifique. Tout au long de la guerre froide, la mise en valeur des formations technologiques ont prédisposé une part significative de la population à s’approprier rapidement l’informatique. À l’époque soviétique, les instituts techniques de province dispensant des formations courtes jouissaient d’une grande popularité et un grand nombre de citoyens possédaient les pré-requis nécessaires à l’utilisation experte de systèmes d’exploitation alors complexes.
À la fin des années 1990, la société russe, globalement mieux formée à l’informatique que les populations occidentales, endure une précarité de masse qui formera le terreau d’une autre spécialité numérique nationale : la cybercriminalité. Des mafias s’organisent et se développent autour de ces activités. Soixante pour cent des cybercrimes commis dans le monde au début des années 2000 ont ainsi été imputés au Russian Business Network.
Au début des années 2000, s’ouvre une longue période de croissance, et le Runet entame une nouvelle phase et entre dans le Web 2.0, l’explosion des réseaux sociaux et l’émergence des moteurs de recherche algorithmiques, tels que Google. Le problème du manque de câbles reliant la Russie au reste du monde est définitivement réglé en 2005, avec l’inauguration d’un câble de fibre optique baptisé TEA (Trans-Europe-Asie) qui relie Londres à Hongkong en suivant le tracé du Transsibérien, puis du Transmandchourien. La Russie passe alors d’un statut de périphérie numérique à celui de pièce centrale dans le dispositif d’échange de données entre l’Europe et l’Asie.
Cependant, la concurrence occidentale n’a pas pour autant emporté les services nés dans les années 1990 et au début des années 2000. Bien au contraire, le développement mondial de Facebook va de pair avec celui de VKontakte. Yandex conserve même en Russie une longueur d’avance sur Google pour une raison toute bête : les algorithmes Yandex sont dès l’origine calibrés pour le russe, tant que ceux de Google ont longtemps été incapables de distinguer différents cas de déclinaison de cette langue.
Après une période d’ouverture et de coopération intense avec les entreprises occidentales sous la présidence de M. Dmitri Medvedev (2008-2012), le pays a connu un raidissement de ses relations avec l’Ouest. Les spécificités du Runet sont alors devenues un instrument au service de la politique internationale du Kremlin, qui a fait de l’espace numérique un lieu de projection de ses ambitions de puissance.
Donc et ça vaut le coût de le mentionner dans notre monde standardisé, la Russie est l’un des seuls pays à disposer d’un écosystème presque complet de plateformes et de services indépendants de ceux de la Silicon Valley, fondés par des Russes et régis par le droit russe. Tandis qu’une part significative de la population mondiale utilise quotidiennement Google, Amazon, Facebook et Apple (GAFA), sans recours possible à des équivalents locaux crédibles, les Russes et leurs voisins ont le choix entre les géants californiens et ce qu’il est convenu d’appeler le Runet. Le moteur de recherche Yandex (Yet another index) jouit d’une popularité deux fois supérieure à celle de son concurrent Google, tandis que le réseau social VKontakte, équivalent de Facebook, est, de très loin, le premier site consulté dans le pays.
Cette situation unique dans le monde, même en incluant le cas de la Chine, constitue un sérieux atout pour Moscou, dont la position en matière de gouvernance du Web s’est considérablement renforcée depuis les révélations de M. Edward Snowden sur les écoutes pratiquées par l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine. Dans le cyberespace comme ailleurs, la diplomatie russe considère la souveraineté comme la valeur ultime des relations internationales ; elle s’affiche comme une puissance prête à tout mettre en œuvre pour limiter les tentatives d’ingérence et d’espionnage, en particulier américaines. Disposer de ses propres infrastructures permet à Moscou d’adopter des lois fortes, comme celle qui, depuis 2015, oblige les plateformes numériques étrangères à héberger sur le sol russe les données des citoyens russes.
Ainsi Facebook ou Twitter doivent désormais installer des serveurs près de Moscou, officiellement pour échapper aux « grandes oreilles » américaines. Malheur aux contrevenants ! Bloqué pour non-respect de la législation, LinkedIn reste à ce jour inaccessible dans le pays. On peut remarquer  que ce statut de puissance souveraine du cyberespace contraste avec celui de l’Union européenne, qualifiée de « colonie du monde numérique » dominée par les États-Unis.
Largement utilisés dans l’espace postsoviétique, les services du Runet fournissent ainsi à la Russie un puissant levier d’influence sur l’« étranger proche », à savoir les anciennes républiques d’URSS. Non seulement le Kremlin peut accéder aux données des utilisateurs de plateformes progressivement tombées dans l’escarcelle d’oligarques proches du pouvoir, mais ces plateformes jouissent aussi d’une audience importante auprès des minorités russophones de l’étranger — en particulier dans les pays baltes et en Ukraine.
Exception numérique oui ! Parce que le Runet ne découle pas d’un blocage de services étrangers auxquels il se serait substitué par défaut, l’Internet russophone est bien le résultat d’une histoire méconnue qui débute bien avant la fin de l’Union soviétique. Par l’émergence dans les interstices du régime, là où on s’y attendait le moins, entre surveillance et ingéniosité, permettre à l’herbe de s’installer là où on ne l’attend pas comme le disait Deleuze, « l’herbe pousse au milieu des choses », l’URSS fut la matrice de structures techniques, de pratiques sociales et de modèles économiques qui fondent la spécificité du Runet contemporain et qui alimentent entre autres l’appétence russe pour le bidouillage informatique (hacking) et la cybercriminalité mais surtout une autre forme de citoyenneté en numérique. L’intelligence humaine qui a su trouver une voie dans un système verrouillé et liberticide. 

 Juste pour revenir à Soljenitsyne, les mots en exergue du roman, Le premier cercle : « De nos jours, les livres russes ne surnagent qu’en perdant leurs plumes. Tel est leur destin. On l’a vu il n’y a pas si longtemps avec le Maître et Marguerite de Boulgakov : les plumes sont revenues après coup, au fil de l’eau. Il en est de même du roman que voici. Pour lui donner une vague apparence de vie, pour le présenter à un éditeur, je l’ai rogné, mutilé de mes propres mains, ou plutôt je l’ai démonté puis rebâti, et c’est sous cette forme qu’on l’a connu. Bien qu’il soit trop tard pour tout rattraper et redresser, le voici dans sa vérité. Je dois dire qu’en le restituant je l’ai ça ou là corrigé : j’avais alors quarante ans, j’en ai maintenant cinquante. Écrit de 1955 à 1957. Défiguré en 1964. Récrit en 1968»

 

Sources
Catherine Morin-Desailly, « L’Union européenne, colonie du monde numérique ? », rapport d’information no 443, Sénat, Paris, 20 mars 2013.
Le monde diplomatique. Internet russe, l’exception qui vient de loin. Aout 2017
Le premier cercle. Alexandre Soljenitsyne.
Peter Warren, « Hunt for Russia’s Web criminals [https://www.theguardian.com/technology/2007/nov/15/news.crime] », The Guardian, Londres, 15 novembre 2007.
Kremvax (« Krem » désigne le Kremlin et « vax » un suffixe couramment utilisé pour désigner des serveurs).

Nowakowskismes 2.14 “Vos papiers !!”

« Nous fréquentons les frontières, non pas comme signes et facteurs de l’impossible, mais comme lieux du passage et de la transformation. Dans la Relation, l’influence mutuelle des identités, individuelles et collectives, requiert une autonomie réelle de chacune de ces identités. La Relation n’est pas confusion ou dilution. Je peux changer en échangeant avec l’autre, sans me perdre pourtant ni me dénaturer. C’est pourquoi nous avons besoin des frontières, non plus pour nous arrêter, mais pour exercer ce libre passage du même à l’autre, pour souligner la merveille de l’ici-là. […] la frontière est cette invitation à goûter les différences, et tout un plaisir de varier. Mais revenons ensuite à tous ceux qui ne disposent pas d’un tel loisir, les immigrants interdits, et concevons le poids terrible de cet interdit. Franchir la frontière est un privilège dont nul ne devrait être privé, sous quelque raison que ce soit. Il n’y a de frontière que pour cette plénitude enfin de l’outrepasser, et à travers elle de partager à plein souffle les différences. L’obligation d’avoir à forcer quelque frontière que ce pourra être, sous la poussée de la misère, est aussi scandaleuse que les fondements de cette misère.»

Quelques mots extraits d’un article écrit par Edouard Glissant, paru dans le monde diplomatique et intitulé « Il n’est frontière qu’on n’outrepasse », vous êtes dans les Nowakowskismes, la seule émission de radio qui traverse et explore l’espace-temps et surtout qui questionne notre espace et notre temps ! 

« Vos papiers ! » en clair, on vous ordonne de fournir vos nom, prénom, date et lieu de naissance, sexe, filiation, couleur des yeux, taille, adresse, mais aussi une image numérisée de votre visage, vos empreintes digitales et enfin votre signature ! Vos papiers, ce document équipé d’une puce électronique est censé être le garant de votre identité, et de compléter le processus en oeuvre pour faire des moutons, vivre en troupeau en se croyant libres, réduits à une masse anonyme.
Prenons un exemple assez courant – voyager en avion – et notamment pour se rendre à l’étranger, au moins en dehors de l’espace Schengen ; pour cela, il faut d’abord devenir à la manière de Deleuze, un « dividu », en clair, abandonner toute identité propre. Juste pour rire, essayez de vous singulariser, de vous présenter en clamant quelque chose comme : « Mais enfin, vous me reconnaissez ! », et il est à peu près certain que vous n’embarquerez pas, que vous ne franchirez pas les premiers barrages.
Et donc pour transformer un « individu » en un « dividu », comment s’y prennent-ils ? Il suffit de quelques procédés et d’un passeport…
Tout d’abord, il faut créer une situation concrète bien connue – ceux et celles qui ont atterris à Charles de Gaulle doivent s’en souvenir. Pour cela, il s’agit d’organiser les processus pour qu’un petit nombre de fonctionnaires gèrent des flux importants d’êtres animés, en faisant en sorte que le processus ne soit interrompu par aucun accroc, aucune singularité. La méthode, est bien connue depuis l’antiquité, c’est celle des bergers ou des éleveurs chargés de la transhumance de bêtes en grand nombre (tiens, je vous raconterai un jour l’histoire du berger et de son assistant qui doivent faire prendre le train à 28 moutons, le train comportant 7 wagons…).
Cette méthode a d’ailleurs été fortement améliorée dans les mondes concentrationnaires que l’humanité perfectionne sans cesse, mais les fondamentaux restent. En effet, qu’il s’agisse de têtes de bétail, de détenus des camps ou de voyageurs à l’aéroport, les procédures sont toujours les mêmes : on met place de longues files jalonnées de balises, signalées par des écriteaux, délimitées de barrières, de cordons, de chaînes… On y ajoute des fonctionnaires en uniforme placés aux points d’hésitation, aux carrefours, aux failles prévisibles, partout où le dispositif pourrait se révéler défaillant. Enfin, on fait planer des menaces plus ou moins explicites pour qui dérogerait aux règles implicites de cet espace, en exhibant à chaque issue des gardes armés prêts à intervenir au premier mouvement de foule…
Mais comment faire pour convaincre ces êtres animés, bêtes, détenus, ou voyageurs, de s’inscrire dans d’interminables colonnes, et cela sans se rebeller ? La réponse est de les amener à renoncer à l’exercice de leur volonté et c’est là qu’entre en scène le dernier instrument, particulièrement subtil, qui permet la transformation d’un « individu » en un « dividu », j’ai nommé : le passeport biométrique.
A l’origine, le passeport était un sauf-conduit, une lettre d’un puissant assurant le porteur du document d’une protection particulière, individuelle, personnelle. Mais petit-à-petit, la prééminence de l’approche sécuritaire a fait tendre vers des dispositifs non respectueux des autonomies individuelles. Le passeport désigne toujours une personne, mais ce n’est plus pour la distinguer, l’individualiser, mais pour la réduire à un certain nombre de composantes communes : nom, date et lieu de naissance, taille, couleur des yeux… Et avec le passeport biométrique, on a franchi un pas supplémentaire avec sa puce électronique où sont stockés les identifiants d’état civil, une photographie numérique ainsi que les empreintes digitales. Le passeport ne distingue plus, c’est un document qui définit l’humain par ce qu’il a en commun avec n’importe qui et qui ne l’en distingue que par des degrés. De plus, ce passeport « objectif » rend inutile toute parole du titulaire bien sûr peut même être traité par une machine. À l’arrivée à l’aéroport Trudeau à Montréal, avec son passeport biométrique, on n’a affaire qu’à des machines, juste quelques gardes en uniformes qui veillent à ce qu’on reste bien dans les files, sans avoir à prononcer un mot, juste avancer au signal, parfait troupeau qui marche en lignes en se croyant libre !
Et bien voilà, nous avons même réussi à faire disparaître le « Vos papiers ! » L’autorité ne demande plus, l’ordre est immanent ! Le passeport biométrique et tout l’appareil qui lui donne réalité, en nous faisant passer d’individu, à « dividu », d’une société de la reconnaissance à une société du contrôle, est le résultat d’une longue histoire que nous allons parcourir.
Tout d’abord, la biométrie. Elle sert deux finalités distinctes : l’authentification et l’identification. L’authentification vise à déterminer si une personne est bien celle qu’elle prétend être. Pour cela, on compare ses données biométriques avec celles préalablement collectées (lors d’une demande de papiers). Si les informations ne correspondent pas, l’individu a une autre identité, mais on ne peut pas savoir laquelle.
L’identification vise à retrouver l’identité associée à une trace biométrique collectée sur une scène de crime par exemple, ou par un système de surveillance. On compare la trace avec l’ensemble des données biométriques contenues dans une base de référence et, si une correspondance apparaît, l’identité de la personne est révélée.
Et donc, aux origines, l’identification se fondait sur l’oralité et les relations interpersonnelles. Par exemple, l’affaire Martin Guerre (voir le film avec Depardieu). Il fut victime d’une usurpation d’identité jugée en appel à Toulouse en 1560, et pour cela, on consulta 300 personnes et 280 déclarèrent que l’usurpateur n’était pas Martin Guerre. Au XIXème siècle, avec la mobilité accrue des populations et l’affirmation des pouvoirs étatiques, on voit s’installer les identités de papier consignant le nom patronymique. Enfin, à la fin du XXème siècle, la généralisation de l’informatisation aboutit à la différenciation de deux modalités principales d’identification : la numérotation et la biométrie.
Initialement, les pratiques d’identification numérotée s’est développée au sein d’institutions fondées sur l’obéissance, comme la prison ou l’armée. L’exemple extrême est celui des camps de concentration nazis, où le numéro tatoué sur le bras servait une politique de déshumanisation. Ainsi, à côté du nom patronymique, les États mettent en place une numérotation de la population afin de certifier l’identité. En France, la création du numéro national d’identité remonte aux années 1940-1941 en réponse à des objectifs patriotiques et militaires et sera utilisé ensuite par l’État-providence et la Sécurité sociale.
Dans le dernier tiers du XIXe siècle, l’identification judiciaire sert de laboratoire pour expérimenter des techniques de reconnaissance par mesures du corps et prise des empreintes digitales. En 1912,  un carnet anthropométrique est instauré pour les populations nomades. On assigne alors à des familles entières un document d’identification réservé jusqu’alors aux prisonniers et aux criminels. Dans la foulée, les administrations coloniales l’imposeront aux sociétés indigènes. Enfin, par le biais d’une carte d’identité, l’identification administrative se généralise et concerne aussi rapidement les « honnêtes gens ». En 1917, ce sont les étrangers, puis en 1921, les habitants du département de la Seine. En 1940, le gouvernement de Vichy crée une carte d’identité obligatoire qui sera supprimée à la fin de la guerre, puis rétablie en 1955, au début des « événements d’Algérie ». Elle demeure facultative et donne seulement lieu à l’élaboration de fichiers papier gérés à l’échelle départementale. En 1969, 75 % de la population possède une carte d’identité.
Avec les années 1970 arrive l’informatisation du répertoire des numéros tenu par l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques). Une polémique nait parce qu’à partir de ce numéro unique à la disposition de tous les « ficheurs », il devient possible d’interconnecter divers fichiers informatisés concernant un individu. De cette polémique, en 1978, viendra le vote de la loi qui donna naissance à la CNIL.
Le premier projet d’informatisation de la carte d’identité date de 1980. Il est remis en question l’année suivante par le nouveau gouvernement socialiste mais revient sur la table en 1986 avec la proposition d’une « carte nationale sécurisée » centralisée et, surtout, avec la mise en place d’un fichier national de gestion, consultable en temps réel par la police et la gendarmerie en tous points du territoire. L’informatisation des données biométriques de la population, repoussée à maintes reprises, est remise à l’ordre du jour dans le contexte sécuritaire de l’après-11 septembre 2001. Dans ce contexte, avec les États-Unis qui imposent pour l’entrée sur leur territoire un passeport biométrique sécurisé lisible par une machine, et les gouvernements français successifs qui multiplient les lois qui convertissent les techniques d’information et de communication en technologies de contrôle, le nombre des fichiers de police passe de 35 en 2006 à 80 en 2015.
Les finalités se transforment. Le système de traitement des infractions constatées (STIC) créé en 2001 à des fins d’enquêtes judiciaires, est progressivement utilisé dès 2003 pour des enquêtes administratives de moralité pour l’instruction des demandes de nationalité française, et en 2005, pour des enquêtes visant des personnes candidates à un emploi public.Le fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), créé en 1998 pour les criminels sexuels récidivistes, est étendu en 2003 aux auteurs des infractions les plus banales, puis transformé en 2016 en une forme de « fichier génétique des gens honnêtes ».
Jusqu’au 28 octobre 2016, le risque qu’un fichier administratif constitué dans un but d’authentification soit utilisé comme base de données policière à des fins d’identification a toujours retenu la main des gouvernements. C’est en plein état d’urgence, et par simple décret, que la création de la base de données des titres électroniques sécurisés (TES) concrétise un projet maintes fois repoussés au nom des libertés individuelles, à savoir, l’informatisation des données biométriques de toute la population. On fusionne alors le fichier des dossiers de demande de passeport biométrique (vingt-neuf millions en janvier 2017) et le fichier national de gestion des cartes d’identité (cinquante-neuf millions de cartes délivrées depuis 2004). Tout y est, nom, prénom, date et lieu de naissance, sexe, filiation, couleur des yeux, taille, adresse, mais aussi image numérisée du visage, empreintes digitales et signature de chaque individu se trouvent ainsi centralisés et stockés pendant deux décennies (quinze ans pour les mineurs). Dans l’état actuel, le fichier TES ne permet pas d’identifier une personne à partir de ses empreintes, mais cette fonctionnalité pourrait être développée sans difficulté !
Encore une fois, on a oublié l’histoire. Au cours de la seconde guerre mondiale, des dizaines de milliers de personnes n’ont échappé aux nazis qu’en changeant d’identité grâce à de faux papiers. Leur sort aurait été scellé si certains gouvernants des années 1930 avaient adopté le cadre de pensée des dirigeants actuels. Posez-vous la question comment feriez-vous aujourd’hui s’il vous fallait disposer de faux papiers pour échapper à un régime totalitaire ?
Dans un rapport officiel publié en 1975, un haut fonctionnaire relatait cet épisode qui rappelle encore une fois la nécessité de l’humain : « Une équipe à laquelle je participais avait mis au point en 1938 un projet de carte d’identité obligatoire des Français à partir de l’âge de 16 ou de 18 ans qui, à l’époque, aurait constitué un incontestable progrès en raison des moyens limités dont disposait la police pour lutter contre la criminalité. Au moment de présenter le décret à la signature du ministre, le secrétaire général du ministère de l’intérieur y renonça finalement, nous déclarant que, décidément, « il ne sentait pas la chose ». Si ce haut fonctionnaire s’était comporté à la mode d’aujourd’hui, s’il avait appliqué sans « sentir la chose », qu’en aurait-il été deux ans plus tard de la Résistance, les Allemands n’ayant naturellement rien de plus pressé, dès leur entrée dans Paris, que de faire main basse sur le fichier central de la carte d’identité des Français ? »
Quelles pistes ? Déjà penser en humains, penser à l’humain, et ne surtout pas construire une société de cauchemar, mathématisée, telle que la décrit Zamiatine dans « Nous autres », qui affirme que « la liberté et le crime sont aussi intimement liés que le mouvement d’un avion et sa vitesse. [Donc] si la vitesse de l’avion est nulle, il reste immobile, et si la liberté de l’homme est nulle, il ne commet pas de crime. C’est clair. Le seul moyen de délivrer l’homme du crime, c’est de le délivrer de la liberté. »
Il faut donc restreindre la capacité de régimes autoritaires, qui pourraient s’installer, à mettre en œuvre des « rafles assistées par ordinateur », en mettant en place les systèmes qui garantiront que les éléments d’identification propres aux personnes soient inaccessibles aux autorités et surtout qui ne centraliseront pas ces données. Ainsi, un principe de base serait la conservation des données biométriques par les usagers eux-mêmes.
On peut nous rétorquer que c’est déjà le cas puisque les données biométriques sont stockées sur la puce insérée dans le document et « signées » au moyen d’une clé de chiffrement que seul l’État possède. Sauf que ces informations se trouvent également répliquées dans la base centralisée TES ; il est urgent de les en supprimer ! Et pourquoi ? Parce qu’il faut que nul ne puisse construire de tels fichiers par recoupements, donc, aucun service public ne devrait conserver des données biométriques d’authentification, telles que les photographies des personnes, au sein de ses systèmes d’information.
Les technologies numériques et leur omniprésence doivent nous inciter à reconsidérer l’équilibre entre libertés et sécurité. Comme l’histoire l’a montré à multiples reprises, toutes les barrières juridiques s’avèrent d’autant plus fragiles que le pouvoir qui interdit une action peut demain être remplacé par un autre qui l’autorisera. Il est indispensable de repenser en profondeur l’ensemble des processus administratifs conçus à une époque où les moyens numériques n’existaient pas alors qu’aujourd’hui les capacités de traitement toujours croissantes et la collecte massive de données permettent un contrôle accru des personnes.
De nouvelles architectures, former et informer, sortir de la mise en nombre du monde, bannir les bureaucraties qui réduisent l’humain à des procédures, des chiffres, des nombres, à un troupeau à gérer, surtout penser les garde-fous face à toutes les perspective de convulsions historiques telles que les sociétés modernes en ont déjà connues.
« Alors, pourquoi parles-tu de la dernière révolution ? Il n’y a pas de dernière révolution, le nombre des révolutions est infini. La dernière, c’est pour les enfants : l’infini les effraie et il faut qu’ils dorment tranquillement la nuit… » Les enfants, qui sait ? Mais les bureaucrates, c’est certain. L’infini de la la révolution les effraie. Ils veulent dormir tranquillement la nuit ! Alors surgissons et réveillons le monde en sursaut !
Aujourd’hui, nous sommes le 7 mai 2018, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Juste pour franchir les frontières, quelques mots de la Déclaration des poètes qui conclut le Frères Migrants de Patrick Chamoiseau : « Les poètes déclarent qu’aller-venir et dériver de par les rives du monde sont un Droit poétique, c’est-à-dire : une décence qui s’élève de tous les Droits connus visant à protéger le plus précieux de nos humanités ; qu’aller-venir et dériver sont un hommage offert à ceux vers qui l’on va, à ceux chez qui l’on passe, et que c’est une célébration de l’histoire humaine que d’honorer la terre entière de ses élans et de ses rêves. Chacun peut décider de vivre cette célébration. Chacun peut se voir un jour acculé à la vivre ou bien à la revivre. Et chacun, dans sa force d’agir, sa puissance d’exister, se doit d’en prendre le plus grand soin. »

Sources
Le monde diplomatique. Octobre 2006, Identités et rencontres. « Il n’est frontière qu’on n’outrepasse » Edouard Glissant
Identités biométrisées et contrôle social. François Pellegrini, André Vitalis https://hal.inria.fr/hal-01492431
Le monde d’hier. Stefan Zweig
Nous autres. Eugène Zamiatine

 

Nowakowskismes n°2.13 – Compte à rebours vers l’avenir

8 novembre 2016. Donald Trump gagne l’élection présidentielle contre Hillary Clinton.
19 décembre 2016. Malgré une campagne de militants démocrates appelant les républicains à changer d’avis, le collège électoral confirme l’élection de Trump
11 janvier 2017. Fuite d’un rapport non vérifié des renseignements américains : la Russie est soupçonnée de pouvoir exercer un chantage sur Trump avec une vidéo compromettante. Contrairement à Reagan ou Bush, Trump ne cède pas les parts de ses entreprises à des personnes indépendantes mais à ses fils ainés.

Nous sommes le 16 avril 2018, et vous venez d’entendre le début d’une terrible chronologie, des dates, Trump dans sa présidence depuis 1 an et demie, chronologie que nous allons poursuivre dans la seule émission de radio qui traverse et explore l’espace-temps et surtout qui questionne notre espace et notre temps ! 

20 janvier 2017. Investiture de Trump. Il affirme sa politique protectionniste et signe son premier décret présidentiel visant à affaiblir l’Obamacare
21 janvier 2017. Des millions de personnes participent à la Women’s March contre le sexisme de Trump, pour les droits des femmes et l’égalité des sexes.
22 janvier 2017. Kellyane Conway, conseillère de Trump, invente l’expression « faits alternatifs » pour désigner des allégations discutables, voire fausses.
23 janvier 2017. Trump gèle les embauches de fonctionnaires fédéraux, retire le pays de l’Accord de partenariat trans-pacifique et ré-instaure l’interdiction de financer les ONG internationales soutenant l’avortement.
24 janvier 2017. Trump relance la construction de deux oléoducs interrompues pour causes environnementales.
25 janvier 2017. Trump ordonne l’érection d’un mur à la frontière du Mexique. L’indice Dow Jones franchit le cap historique de 20000 points attestant de la confiance des investisseurs.
27 Janvier 2017. Trump prend le décret dit « Muslim ban » qui interdit pendant 90 jours k’entrée aux USA aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane. Décret bloqué le 3 février 2017 par un juge fédéral et le 4 février la diplomatie américaine ré-instaure les 60000 visas révoqués par le décret.
7 février 2017. Le sénat confirme de justesse Betsy DeVos comme ministre de l’éducation. Elle encourage le développement de l’école privée, religieuse, à la maison et en ligne.
9 février 2017. Bien que plusieurs fois accusé de racisme, le sénateur Jeff Sessions prête serment comme ministre de la justice.
14 février 2017. Après de nouvelles révélations dans la presse, le Sénat demande l’ouverture d’une enquête sur les liens entre le renseignement russe et l’équipe de campagne de Trump.
17 février 2017. Trump accuse la presse d’être « l’ennemi du peuple américain ».
20 février 2017. En un mois de présidence, Trump a signé 24 décrets et notes présidentiels, dont l’un est bloqué, et posté environ 6 tweets par jour.
6 mars 2017. Publication d’une nouvelle version du décret anti-immigration : l’Irak ne fait plus partie de la liste,  les réfugiés syriens ne sont plus bannis d’office.
7 mars 2017. Wikileaks révèle que la CIA sait comment pirater les objets connectés pour mettre les Américains sur écoute à leur insu.
9 mars 2017. L’entreprise franco-suisse LafargeHolcim se dit prête à vendre du ciment pour construire le mur de séparation avec le Mexique.
15 mars 2017. Suspension de la dernière version du décret anti-immigration par un juge fédéral de Hawaï.

Pause, avec Country Joe Mac Donald. Et son « Gimme an F, gomme a U, gomme a C, gimme a K ».

16 mars 2017. La Maison Blanche veut couper l’aide publique aux élèves les plus démunis.
20 mars 2017. James Comey (FBI) confirme qu’une enquête sur les liens entre l’équipe de campagne de Trump et le Kremlin est en cours.
23 mars 2017. Le Sénat approuve la collecte des données personnelles des utilisateurs par les fournisseurs d’accès internet pour les vendre.
28 mars 2018. Contre le Clean Power Plant instauré par Obama, Trump signe le décret sur l’indépendance énergétique pour « mettre fin à la guerre contre le charbon ».
7 avril 2017. Confirmation de la nomination du juge conservateur Neil Gorsuch à la Cour Suprême. Changement historique des règles : désormais les juges ont seulement de la majorité simple pour être investis.
14 avril 2017. Trump coupe les fonds fédéraux aux établissements nationaux pratiquant l’avortement.
26 avril 2917. Trump prévoit une baisse d’impôts massive pour les entreprises et les particuliers. Il confirme qu’il ne présentera pas ses déclarations de revenus comme l’ont fait ses prédécesseurs.
28 avril 2017. Trump soutient le lobby des armes, la NRA.
29 avril 2017. Trump boycotte le dîner des correspondants de la Maison Blanche censé célébrer la liberté d’expression de la presse.
3 mai 2017. Le ministre de la justice, Jeff Sessions ordonne un non-lieu après l’homicide d’un noir par la police en Louisianne en 2016.
9 mai 2017. En pleine enquête du FBI sur l’ingérence russe dans la campagne, Trump renvoie son directeur James Comey pour « sa mauvaise gestion de l’enquête sur les emails de Clinton »
12 mai 2017. Dans un tweet, Trump met en garde Comey contre la révélation du contenu de leurs conversations à la presse.
15 mai 2017. Le Washington Post affirme que Trump aurait divulgué des informations secrètes confiées par un pays allié au ministre des affaires étrangères russe lors de leur rencontre à la Maison Blanche.
17 mai 2017. Un ancien directeur du FBI, Robert Mueller est nommé procureur spécial chargé de l’enquête sur l’ingérence russe.
21 mai 2017. Lors de son premier voyage diplomatique, Trump dénonce en Arabie Saoudite « une bataille entre le bien et le mal. »
1er juin 2017. Les États-unis se retirent de l’accord de Paris, adopté par 195 états lors de la COP21.
4 juin 2017. Trump fustige dans un tweet le « politiquement correct » du maire de Londres qui appelle à l’union après l’attentat.
7 juin 2017. La veille de l’audience exceptionnelle de James Comey, ex-directeur du FBI, devant le Sénat, Trump nomme son successeur, Christopher Wray.
8 juin 2017. Lors de son audience, Comey révèle avoir rédigé des comptes rendus de ses entretiens avec Trump, de peur que le président « puisse mentir sur la nature de [leurs] rencontres » et admet les avoir fait fuiter.
21 juin 2017. Trump propose que le mur à la frontière avec le Mexique soit constitué de panneaux solaires afin que l’énergie produite finance sa construction.
2 juillet 2017. Trump tweete un GIF le montrant en train de rouer de coups un homme représentant la chaine CNN et ses « fake news ».
14 juillet 2017. Trump, invité par Macron, assiste au défilé du 14 juillet à Paris.

Pause nécessaire avec Rage against the machine et Killing in the name. 

19 juillet 2017. La Maison Blanche prévoit un projet d’abrogation partielle de l’Obamacare qui permettrait d’instaurer une nouvelle législation en deux ans.
21 juillet 2017. Nomination du nouveau directeur de la communication de la Maison Blanche, le financier Anthony Scaramucci, Sean Spicer le porte-parole démissionne.
28 juillet 2017. Le sénat rejette à une voix près l’abrogartion partielle de l’Obamacare.
31 juillet 2017. Scaramucci est limogé dix jours après son entrée en fonction.
8 août 2017. Trump menace la Corée du Nord en promettant « du feu et de la colère » comme « le monde ne l’a jamais vu auparavant ».
10 août 2017. Le général nord-coréen Kim Rak Gyom déclare que Trump « a perdu la raison » et que « seule la force absolue peut marcher sur lui ».
12 août 2017. A Charlottesville, un sympathisant néonazi fonce dans la foule de manifestants antiracistes provoquant un mort et une vingtaine de blessés.
13 août 2017. Trump n’a toujours pas fait de déclaration au sujet de Charlottesville. Obama publie un tweet qui sera le tweet le plus relayé de l’histoire du réseau, tweet citant Mandela qui encourage à « apprendre l’amour aux gens ».
14 août 2017. Des grands patrons cessent de conseiller Trump en raison de son silence. Il finit pas déclarer que le « racisme c’est le mal » et que les suprémacistes blancs sont « répugnants ».
15 août 2017. À propos de Charlottesville, Trump estime qu’il y a des torts « des deux côtés » et assure que les manifestants n’étaient pas tous néonazis s’attirant les remerciements du directeur du Ku Klux Klan ».
18 août 2017. Trump congédie son conseiller Steve Bannon.
5 septembre 2017. La Maison Blanche supprime le programme qui accordait un statut légal aux mineurs arrivés illégalement aux USA, surnommés les « dreamers ».
14 septembre 2017. Trump propose de régulariser les « dreamers » en échange du soutien des démocrates au renforcement des technologies de surveillance à la frontière avec le Mexique.
19 septembre 2017. À la tribune de l’ONU, Trump menace de « détruire » la Corée du Nord et qu’il ne respectera pas l’accord nucléaire iraniens, et envisage de nouvelles sanctions contre « la dictature socialiste » au Venezuela.
28 septembre 2017. Trump n’assiste pas au serment du huitième chef du FBI.
10 octobre 2017. L’administrateur de l’Agence de protection de l’environnement, Scott Pruitt annonce qu’il va supprimer le Clean Power Plant (plan pour une énergie propre) instauré par Obama. Scott Pruitt celui qui dit : « Dieu nous a fait la grâce de ces ressources naturelles. Utilisons-les pour nourrir le monde, faire avancer le monde, et protéger le monde » !
12 octobre 2017. Washington quitte l’UNESCO accusée d’être « anti-israélienne ».
30 septembre 2017. Paul Manafort, ex-directeur de campagne de Trump, est inculpé dans l’affaire des ingérences russes dans la campagne présidentielle.
3 novembre 2017. Un employé de Twitter désactive le compte de Trump pendant 11 minutes.
6 novembre 2017. Après la fusillade dans une église au Texas, Trump déclare qu’elle résulte « d’un problème de santé mentale » plutôt que d’un problème d’accès aux armes dans le pays.
8 novembre 2017. Trump célèbre le premier anniversaire de son élection en twittant « Félicitations à tous les PITOYABLES. » en référence au qualificatif utilisé par Clinton lors de la campagne pour désigner ses soutiens.
13 novembre 2017. Le FBI publie un rapport montrant l’augmentation de 26% des infractions racistes au quatrième trimestre 2016 au moment de l’élection de Trump.
16 novembre 2017. La réforme de fiscalité accordant des baisses d’impôts massives pour les sociétés est adoptée.
6 décembre 2017. Trump reconnaît Jerusalem comme capitale d’Israel et ordonne d’y transférer l’ambassade actuelle à Tel-Aviv suscitant l’indignation des organisations représentant les intérêts palestiniens.
7 décembre 2017. Faute d’entente, le Congrès repousse la date de vote du budget.
14 décembre 2017. Fin de la neutralité du net : la qualité du service proposé par les opérateurs peut désormais dépendre du prix payé par les clients.
29 décembre 2017. Alors que la température est extrêmement basse, Trump raille sur Twitter « ce bon vieux réchauffement climatique ».
2 janvier 2018. Trump tweete avoir « un bouton nucléaire plus gros » que celui de Kim Jong-Un.
3 janvier 2018. Trump s’attribue la reprise du dialogue entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.
8 janvier 2018. La Maison Blanche annonce que les citoyens du Salvador qui bénéficient du statut temporaire de protection depuis plus de dix ans, doivent quitter le territoire avant 2019.
11 janvier 2018. Lors d’une réunion sur l’immigration à la Maison Blanche, Trump aurait qualifié des pays d’Amérique centrale et d’Afrique de « pays de merde ».
12 janvier 2018. Trump dément avoir acheté le silence d’une actrice porno avec laquelle il aurait eu une relation avant d’être candidat à la présidentielle.
16 janvier 2018. Le médecin de la Maison Blanche affirme n’avoir « aucune inquiétude » quant aux aptitudes cognitives de Trump.
17 janvier 2018. Sur Twitter, Trump décerne ses Fake News awards à CNN, au New York Times, à ABC, au Washington Post, à Time et à Newsweek.
19 janvier 2018. S’adressant aux manifestants de March for Life, Trump estime que le mouvement anti-avortement « est né de l’amour ».
26 janvier 2018. « America first, not America alone » à Davos Trump assure que la prospérité de son pays stimulera celle des autres.
30 janvier 2018. Premier discours sur l’état de l’union. Trump demande le soutien des démocrates, rappelle selon lui le danger des frontières ouvertes et annonce un plan d’investissements de 1500 milliards de dollars.
14 février 2018. Fusillade au lycée de Parkland. Emma Gonzalès rescapée de la tuerie dénonce le financement de la NRA par les partis politiques.
20 février 2018. Trump souhaite interdire les mécanismes qui permettent de transformer des armes légales en fusils automatiques.
22 février 2018. Trump déclare sur Twitter que 20% des professeurs devraient pouvoir porter des armes pour défendre les élèves en cas de fusillade et réaffirme son soutien à la NRA.
27 février 2018. Trump désigne Brad Parscale comme directeur de campagne pour l’élection présidentielle de 2020.
13 mars 2018. Trump signe le Cloud Act pour saisir emails et données localisés dans les serveurs de sociétés américaines à l’étranger.
11 avril 2018. Trump tweete « La Russie promet d’abattre tous les missiles tirés sur la Syrie. Préparez-vous la Russie, parce qu’ils viendront, gentils et nouveaux et « intelligents ! » Vous ne devriez pas être des partenaires avec un animal qui tue son peuple et aime ça ! »

Aujourd’hui, nous sommes le 19 avril 2019, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Lisez la revue America, 16 numéros, 4 ans, autant que la durée du mandat de Trump, parce qu’« il y a quelque chose de pire que d’avoir une mauvaise pensée, c’est d’avoir une pensée toute faite. » Juste pour terminer, quelques mots de l’interview de Jonathan Franzen dans America n°5 : « Le philosophe Kierkegaard, dans Ou bien… ou bien…, se moque de « l’homme occupé » pour qui l’affairement est une façon d’éviter de se remettre en question. Vous vous réveillez une nuit et vous vous rendez compte que vous êtes sel dans votre couple, ou que votre consommation d’essence fait un mal considérable à la planète, mais le lendemain vous avez un millier de petites choses à faire, et le jour suivant aussi… Tant qu’il n’y a pas de fin à ces petites choses, aucune raison que vous vous arrêtiez et que vous confrontiez à ces questions. »

 

Sources

Revue America n°1 à 5 

Nowakowskismes n°2.12 – Résistances

«  Il fut épouvanté par le système des examens, quand on le lui expliqua ; il ne pouvait pas imaginer de plus grand obstacle au désir naturel d’apprendre que cette façon de se gaver d’informations pour les dégorger à la demande. Au début, il refusa de faire passer des tests et des examens, mais cela ennuya tellement les administrateurs de l’université qu’il finit par accepter, ne voulant pas se montrer discourtois envers ses hôtes. Il demanda à ses étudiants d’écrire un essai sur la question de physique qui les intéressait le plus et leur dit qu’il leur donnerait à tous la plus haute note, afin que les bureaucrates aient quelque chose à mettre sur leurs formulaires et sur leurs listes. À sa grande surprise, un bon nombre d’étudiants vint le voir pour se plaindre de cette méthode. Ils voulaient qu’il leur donne des problèmes, qu’il les interroge ; ils ne voulaient pas penser eux-mêmes à des questions, mais écrire les réponses qu’ils avaient apprises. Et certains d’entre eux s’élevaient vivement contre le fait d‘attribuer la même note à tous. Comment les bons étudiants pourraient-ils être distingués des paresseux ? À quoi bon travailler avec application ? Si aucune distinction compétitive n’était faite, autant se tourner les puces. »
Bonsoir à tous et à toutes – bienvenue dans les Nowakowskismes n°12 en résistances sur Radiocampus Lorraine, nous sommes lundi de Pâques, et vous venez d’entendre quelques mots extraits du roman Les dépossédés de Ursula Le Guin.

En ces temps d’occupation de campus, de manifestations au sein des universités, dans l’école, il m’a semblé important de consacrer un temps de Nowakowskismes à l’université et plus particulièrement, pour tenter de répondre à la question : « que font les écoles si elle n’instruisent pas la nouvelle génération ? » En espérant y trouver une autre réponse que celle-ci : « Eh bien, il suffit de regarder ce qui reste : les écoles sont des endroits où les enfants doivent être chaque jour à 8 heures, pendant des années et des années, s’asseoir à des tables inconfortables sous des éclairages fluorescents avec un groupe de quasi étrangers, et obéir aux instructions arbitraires de leurs supérieurs sur la façon appropriée d’effectuer des tâches intellectuelles répétitives. »
Alors à quoi sert l’université ? Selon la réponse qu’on apportera à cette question, quand nous oserons la poser, les tâtonnements des étudiants, les actions menées, les projets collectifs et individuels pour élaborer l’université de notre temps paraîtront riches de promesses ou… insupportables.
Hélas, nous avons de plus en plus de mal à être en capacité d’être imaginatifs, inventifs tant l’idée de « crise » partout dans la société mais également de l’université, a réussi à se constituer comme le cadre indépassable de toute réflexion, occultant ainsi tout autre manière plus pertinente de penser et d’interroger. Alors, nous assistons, souvent impuissant, à « une vaste entreprise de disqualification et de déconstruction du rôle originel de l’université, [c’est-à-dire] celui d’un service public de formation supérieure, outil de la démocratisation sociale et de la diffusion du savoir scientifique. » L’université a aussi pour vocation de s’adresser au plus grand nombre et de proposer à tous une expérience de mixité sociale, et former ainsi des citoyens et professionnels dont les traits doivent en tout être opposés à ce pour quoi le système actuel est conçu et apprécié, à savoir « fabriquer » des individus fidèles au poste, fiables, disposés au renoncement et faisant preuve d’attitudes pro-sociales.
Alors, dans ce contexte, peut-on reprocher à des jeunes gens qui entrent à l’université de ne pas avoir trouvé leur voie et de tâtonner en première année ? Comment comprendre ce « taux de 60 % des étudiants qui échouent à l’issue de la première année universitaire » qui désole la ministre de l’Enseignement supérieur, soixante ! Asséné comme une coup de massue par les avocats des réformes de l’université et du baccalauréat. 60 % : ce n’est plus un échec, c’est un accident industriel ! Une hécatombe ! Qu’ils disent !
Mais penser l’université est-ce en rester là ? Est-ce aligner des chiffres, rationnaliser, optimiser, rentabiliser ? Et d’autres questions suivent – qu’est-ce que réussir ? Quel rôle doit avoir l’université dans la cité ? Réussir à l’université est-ce en sortir avec un ou plusieurs diplômes, réussir aux examens, au tri ? Eh bien non ! « Les étudiants qui ne vont pas jusqu’au bout de leurs études sont beaucoup moins nombreux que les autres. Il y a ceux qui se découvrent une passion pour une autre discipline, ceux qui attendent de passer un concours de la fonction publique ou ont tout simplement besoin de souffler. On peut trouver cela inacceptable, aussi bien pour la collectivité que pour la jeunesse, qui perdrait son temps. Mais on ne peut pas résumer cela à des situations d’échec. »
« Rendre l’accès au supérieur plus transparent » est certainement indispensable. Mais il ne faudrait pas que cette volonté gouvernementale d’optimiser l’orientation des élèves dès l’entrée au lycée se transforme en orientation précoce, indiscutable. On n’est pas fini quand on a 15 ans ! On se cherche, on s’égare, on se trompe, … et on sait aussi que les étudiants qui sont les premiers à décrocher sont issus des couches défavorisées. En introduisant une sélection fondée sur « les aptitudes attendues » pour chaque cursus, la nouvelle réforme est-elle en train d’accroître les injustices…
Quelques données – les enfants d’ouvriers, près de 30 % des jeunes Français de 18 à 23 ans, représentent 12,7 % des étudiants en licence, 7,8 % en master et 5,2 % en doctorat. L’enseignement supérieur est un redoutable entonnoir pour les fils et filles d’ouvriers, d’employés et d’agriculteurs, l’ultime filtre d’un système éducatif qui reproduit les inégalités sociales comme nul autre en Europe.
Alors que nous savons bien que l’orientation est un processus complexe, lent, tortueux, il ne faudrait pas que, sous prétexte de mieux orienter les jeunes, ces réformes écartent les parcours atypiques et, ce faisant, réintroduisent des discriminations sociales. » Par exemple ? Les étudiants qui postuleront en licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) devront « manifester de l’intérêt pour l’exercice de responsabilité collective, associative ou citoyenne » . Autrement dit, avoir animé des colonies de vacances, avoir été pompier volontaire… « Mais les plus fauchés triment plutôt dans les fast-foods pour gagner un salaire. Ils n’ont pas les moyens de s’engager dans le bénévolat humanitaire. » Pas sûr, donc, que la réforme de l’entrée à l’université réduise les inégalités qui plombent le système éducatif français. Et la fameuse question du hiatus entre les objectifs de l’université et les moyens dont elle dispose pour les atteindre reste, une fois de plus, en suspens. Et surtout, les dés sont pipés. L’enseignement supérieur est un monde obscur et lointain qui, faute d’un accompagnement approprié, sourit d’abord aux affranchis, ceux dont les parents sont passés par là. L’information y est le nerf de la guerre, et les plus démunis sont aussi les plus mal informés.
Et revenons aux universités. Et le malheureux constat que nous faisons est que les universités sont obnubilées par la rentabilité et les étudiants, condamnés à s’endetter pour décrocher leurs diplômes. Prenons l’exemple bien connu des Etats-Unis où, comme chacun sait, étudier coûte une vie : en 2015, les frais moyens d’inscription à l’université s’y élevaient au moins à… 17 385 dollars par an ! Oui, 17 385 dollars, soit l’équivalent de quatorze smics français. A moins d’être bien né, ou de décrocher une bourse formidablement généreuse, le futur diplômé n’a donc d’autre choix que de s’endetter jusqu’au cou, et sans doute à vie. Quarante millions d’Américains remboursent actuellement leur emprunt. Huit millions se trouvent en défaut de paiement. La dette étudiante du pays atteint la somme abyssale de 1 300 milliards de dollars. Une bombe à retardement à capacité de destruction mondiale ! .
Mais sommes-nous à l’abri de ceci ? De ce côté-ci de l’Atlantique, comme chacun sait, on ne badine pas avec la gratuité de l’enseignement supérieur et l’égalité des chances. Aucun risque que la France s’aventure franchement sur ce chemin cauchemardesque du payant, n’est-ce pas ? Et bien non, le pli est déjà pris, et « la transformation est si insidieuse que personne ne la voit vraiment ».
Nous ne pouvons pas ne pas remarquer la multiplication des fusions de grandes écoles, l’importance « ahurissante » prise par les palmarès universitaires, la détermination de ces cohortes d’étudiants désireux d’intégrer les établissements les plus cotés… Et surtout ce discours récurrent et de plus en plus insistant évoquant le « marché global de l’étudiant ».
Le « marché global de l’étudiant » ? De treize millions dans les années 1960, le nombre d’étudiants dans le monde est passé à deux cents millions en 2015 — et devrait atteindre quatre cents millions d’ici à 2030. Soit un bassin gigantesque de « clients », disposés à « investir » des sommes folles pour décrocher le diplôme qui, espèrent-ils, leur assurera un avenir radieux.
Dans le même temps, la dégradation des recettes publiques, du fait de la crise, a ouvert les vannes à l’opinion selon laquelle il ­serait plus juste de faire porter le poids des études aux familles plutôt qu’aux Etats. Et voici comment s’installe l’idée que, puisque les études permettent de faire carrière, il revient à chaque étudiant de les financer.
La Grande-Bretagne a franchi le pas dès 1998, permettant à ses universités de fixer leurs frais d’inscription à 1 000 livres. Puis à près de 3 300 livres en 2010 et 9 000 livres en 2012. Ce faisant, de nouvelles valeurs influencent l’enseignement supérieur, fortement imprégnées de culture d’entreprise, tout acquises au principe de l’offre et de la demande. Même en France, il faut « mieux faire connaître notre marque » afin de recruter les étudiants les plus fortunés, mais aussi les plus doués, aptes à faire briller l’établissement à coups de publications et à le faire grimper dans les ­classements, pour majorer encore le ticket d’entrée.
Il y a quand même des résistances. Attachés à la gratuité, l’Allemagne, la Suède, le Danemark continuent mordicus de promouvoir une université au service de l’étudiant, et non de l’économie. Qui forme des hommes et des femmes ­capables de (re)penser notre monde pour l’améliorer, et non d’en être les rouages. La France, elle, n’a pas encore franchement basculé du côté anglo-saxon, mais ça ne saurait tarder et dans cette logique, et surtout, et c’est là le plus grave, « force est de constater [qu’un] modèle [de type] américain [vise à] produire des individus dont l’objectif principal n’est pas de réviser le système, mais de l’intégrer tel qu’il est pour le faire fonctionner. Parce que leur première préoccupation, c’est quand même de rembourser leur emprunt. »
La doctrine ­libérale imprègne si profondément notre époque qu’elle finit par tout transformer et que pour les libéraux purs et durs, il est fondamental de dominer l’enseignement supérieur, ce lieu où se pense la critique. « Parvenir à soumettre les étudiants par le biais de la dette, ne serait-ce point parachever l’œuvre néolibérale ? »
Et donc les réponses ? Les pistes ? Les voies alternatives ? Où sont-elles ? Parce qu’il y en a, c’est aller vers une société conviviale. « Une société conviviale est une société qui donne à l’homme la possibilité d’exercer l’action la plus autonome et la plus créative, à l’aide d’outils moins contrôlables par autrui. La productivité se conjugue en termes d’avoir, la convivialité en termes d’être. » Avec Ivan Illich, il nous faut faire univer(s)-cité, en imaginant une société universitaire conviviale, un monde dans lequel on considère avec Deleuze, que « […] fabriquer vos questions, [ce doit être] avec des éléments venus de partout, de n’importe où. »
C’est alors penser les actions qui créeront les conditions de l’inclusion de l’université dans la cité, d’une université connectée, qui permet de « penser, dans les choses, parmi les choses, [qui permet de] faire rhizome, et pas racine. » Une université qui « pousse entre et parmi les autres choses », l’herbe entre et parmi la cité.
Ainsi, faire univer(s)-cité, ce sera travailler « à partir » et non « à-côté », ce sera travailler à partir de la société, de ces enjeux, des besoins et attentes des étudiants, et non « à côté » des enjeux de ce début de XXIème siècle. C’est veiller à ne pas « substituer le réveil de l’éducation à l’éveil du savoir » afin de ne pas « étouffer dans l’homme le poète , [et] geler son pouvoir de donner du sens au monde. » C’est alors penser l’université comme une part active de la cité. C’est accueillir, donner une place, orienter, accompagner l’étudiant, c’est penser l’université ouverte sur la cité, c’est donner un rôle à l’étudiant en s’adaptant et accompagnant le projet de tous vers la cité.
Faire univer(s)-cité, c’est considérer que l’apprentissage et la construction du projet personnel et professionnel ne s’opère pas uniquement dans des enseignements formel mais, dans une université impliquée dans la cité, dans laquelle une véritable citoyenneté universitaire s’applique.
Faire univer(s)-cité c’est être libre, et non pas vivre en troupeau en se pensant libre ! Faire univer(s)-cité c’est donner les conditions pour l’émancipation de l’individu !
En ces nowakowkismes en résistances, nous terminerons par les saluts fraternels à tous les frères et sœurs de la côte, le Salut de pirates parce qu’à la différence des corsaires, trafiquants esclavagistes et mercantilistes des mers, les pirates étaient communistes et créaient des communes libres sur les côtes où ils s’arrêtaient. En donc, en ces temps de luttes, d’AG, de discussions, voici ce que résister signifie en quelques principes venus du Manifeste de résistance alternatif, rédigé à Buenos Aires en 1999.
Résister c’est créer. En effet, contrairement à la position défensive qu’adoptent le plus souvent les mouvements et groupes contestataires ou alternatifs, il faut poser que la véritable résistance passe par la création, ici et maintenant, de liens et de formes alternatives par des collectifs, groupes et personnes qui, au travers de pratiques concrètes et d’une militance pour la vie, dépassent le capitalisme et la réaction. Dès lors, résister, c’est créer les nouvelles formes, les nouvelles hypothèses théoriques et pratiques qui soient à la hauteur du défi actuel.
Résister, c’est résister à la tristesse et surtout à la tristesse de l’impuissance.  La tristesse sociale et individuelle nous convainc que nous n’avons plus les moyens de vivre une véritable vie et dès lors, nous nous soumettons à l’ordre et à la discipline de la survie. Un tyran a besoin de la tristesse parce qu’alors chacun de nous s’isole dans son petit monde, virtuel et inquiétant, tout comme les hommes tristes ont besoin du tyran pour justifier leur tristesse. Le premier pas contre la tristesse c’est la création, sous de multiples formes, de liens de solidarité concrets. Rompre l’isolement, créer des solidarités est le début d’un engagement, d’une militance qui ne fonctionne plus « contre » mais « pour  » la vie, la joie, à travers la libération de la puissance.
La résistance c’est la multiplicité et doit partir de et développer les multiplicités, mais en aucun cas selon une direction ou une structure qui globalise, qui centralise les luttes. Un réseau de résistance qui respecte la multiplicité est un cercle qui possède, paradoxalement, son centre dans toutes les parties. Nous rejoignons la définition du rhizome de Gilles Deleuze  qui dit que « dans un rhizome on entre par n’importe quel côté, chaque point se connecte avec n’importe quel autre, il est composé de directions mobiles, sans dehors ni fin, seulement un milieu, par où il croît et déborde, sans jamais relever d’une unité ou en dériver ; sans sujet ni objet.  »
Résister, c’est ne pas désirer le pouvoir, parce que nous savons que le lieu du pouvoir, les centres de pouvoir, sont en même temps des lieux de peu de puissance, voire d’impuissance. Le pouvoir s’occupe de la gestion et n’a pas la possibilité de modifier d’en haut la structure sociale si la puissance des liens réels à la base ne le rend pas possible. La puissance est ainsi toujours séparée du pouvoir. La résistance alternative sera puissante dans la mesure où elle abandonnera le piège de l’attente, c’est-à-dire le dispositif politique classique qui reporte invariablement à un « demain », à un plus tard, le moment de la libération.
Résister sans maîtres et pour cela, il s’agit ainsi d’inventer et de créer concrètement de nouvelles pratiques et images de bonheur. Si on désire  « être comme le maître » ou « avoir ce que le maître possède » on reste dans la position de l’esclave. Les chemins de la liberté sont incompatibles avec le désir du maître. Désirer le pouvoir du maître est l’opposé de désirer la liberté. Et la liberté c’est devenir libre, c’est une lutte. De la résistance surgissent précisément d’autres images de bonheur et de liberté, des images alternatives liées à la création et au communisme (dans le sens de liberté et de partage que ce terme recouvre, dans le sens d’une exigence permanente et non pas en tant que modèle de société). Ce qu’il faut c’est créer un communisme libertaire, non de la nécessité, mais de la jouissance que donne la solidarité. Il ne s’agit pas de partager à la manière triste, parce que nous sommes obligés, mais de découvrir la jouissance d’une vie plus pleine, plus libre.
Résistance et politique de la liberté en poursuivant à chaque instant la liberté non pas en tant qu’associée essentiellement aux hommes ou aux institutions, mais comme devenir permanent qui refuse de s’attacher, de se fondre, de  « s’incarner » ou de s’institutionnaliser. La recherche de la liberté est liée à la constitution du mouvement réel, de la critique pratique, du questionnement permanent et du développement illimité de la vie.
Résister c’est alors créer et développer des contre-pouvoirs et des contre-cultures. Et par là, résister à la normalisation ce qui implique un monde où chacun assume la fragilité propre au phénomène de la vie et où chacun développe ce qu’il peut avec les autres et pour la vie. Nous retrouvons cette même chose, évoquée tout à l’heure, qui se  produit avec les formes de disciplinarisation propres aux systèmes éducatifs. Et donc résister à l’ignorance qui malgré des sociétés qui prétendent être des cultures scientifiques, sont en réalité, d’un point de vue historique et anthropologique, le type de société qui a produit le plus grand degré d’ignorance que l’épopée humaine ait connu. Si dans toute culture les hommes ont possédé des techniques, notre société est la première qui soit proprement possédée par la technique. 90% d’entre nous sommes incapables de savoir ce qui se passe entre le moment où l’on appuie sur le bouton et le moment où l’effet désiré se produit. 90% d’entre nous ignorons la quasi-totalité des mécanismes et ressorts du monde dans lequel nous vivons. Il est donc urgent de créer des groupes, des noyaux, forums de socialisation du savoir pour que les hommes puissent à nouveau prendre pied dans le monde réel.
Résister c’est affirmer que, contrairement à ce que l’on a pu croire, la liberté ne sera jamais un point d’arrivée. Et donc résister, c’est créer des liens, c’est réfléchir sur nos pratiques, les penser, les rendre visibles, intelligibles, compréhensibles et être nous-mêmes lecteurs, penseurs et théoriciens de nos pratiques, être capables d’apprécier la valeur de notre travail pour éviter qu’on nous appauvrisse par des lectures normalisatrices. Il est nécessaire de s’entraider, de créer des  « arrière-gardes solidaires » pour que chaque personne qui en quelque point du monde lutte à sa manière, dans sa situation, pour la vie et contre l’oppression puisse compter sur tous comme tous pourra compter sur elle.
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir, j’espère que vous allez bien, que vous reviendrez. Juste pour terminer, quelques mots de Deleuze : « Professeur, je voudrais arriver à faire un cours comme Dylan organise une chanson, étonnant producteur plutôt qu’auteur. Et que ça commence comme lui, tout d’un coup, avec son masque de clown, avec un art de chaque détail concerté, pourtant improvisé. Le contraire d’un plagiaire, mais aussi contraire d’un maitre ou d’un modèle. Une très longue préparation, mais pas de méthode ni de règles ou de recettes. Des noces, et pas des couples ni de conjugalité. Avoir un sac où je mets tout ce que je rencontre, à condition qu’on me mette aussi dans un sac. Trouver, rencontrer, voler, au lieu de régler, reconnaître et juger. »

Références
Aaron Swartz. Celui qui pourrait changer le monde
Ursula Le Guin. Les dépossédés
Deleuze et Parnet. Dialogues
Donna Haraway. Staying with the trouble.
http://1libertaire.free.fr/manifest.html

Nowakowskismes 2.11. Diffractions

« Alors que nous nous installions pour dormir sous l’apprenti de chaume de notre campement de chasse, sur les contreforts du volcan Sumaco, Juanicu m’avertit : « Dors sur le dos ! Si un jaguar vient, il verra que tu peux le regarder en retour et il ne te dérangera pas. Si tu dors sur le ventre, il pensera que tu es aicha, soit une proie ou littéralement de la viande en Quichua et il t’attaquera. » Il disait que si un jaguar te voit comme un être capable de le regarder en retour – un soi comme lui, un toi – il te laissera tranquille. Mais s’il venait à te voir comme une proie – un cela – tu pourrais bien finir en viande morte.
La manière dont les autres êtres nous voient importe. Le fait même que d’autres sortes d’êtres puissent nous voir change tout. Si les jaguars aussi se représentent ce que nous sommes – et si la manière dont ils le font est pour nous d’une importance vitale – alors l’anthropologie ne peut simplement se contenter de rendre compte des représentations que les membres de telle ou telle société forment à ce propos. Ces rencontres avec d’autres sortes d’êtres nous forcent à admettre que voir, se représenter, et peut-être savoir, ou même penser, ne sont pas des affaires exclusivement humaines. Que se passerait-il si nous prenions la pleine mesure de cette idée ? Comment cela affecterait-il notre compréhension de la société, de la culture, et le monde que nous habitons ? Comment cela affecterait-il notre compréhension de l’humain, puisque dans ce monde au-delà de l’humain, nous trouvons parfois des choses que nous préférons n’attribuer qu’à nous-mêmes ? »

Ce soir dans les Nowakowskismes, nous allons tenter de dire ce qu’il est possible de mieux apprendre à partir du marginal et du multiple ou de l’hétérogène. Si le regard est multiple, si on opère une « diffraction », le monde qui se dessine est différent parce que comme l’écrit celle qui va nous inspirer pendant ces Nowakowskismes, la philosophe historienne, et militante féministe, Donna Haraway,« la « diffraction » ne produit pas « le même », comme le font la réflexion et la réfraction. » Par la réfraction, avec elle, nous allons faire voler en éclats les frontières bien établies de la science et de la fiction, de la connaissance et de l’engagement, de la nature et de la culture, du féminin et du masculin. 

Nous allons visiter des mondes, et surtout visiter « nos mondes » et tenter d’opérer avec elle la traduction de ce qui s’y joue. Avec Donna Haraway, nous allons d’un hall de musée d’histoire naturelle, à l’animalerie d’un laboratoire en passant par l’espace sidéral d’un roman de science fiction. Et surtout, on découvre combien les sociétés occidentales ont changé au XXème siècle et pris le parti de changer le monde en privilégiant un rapport technoscientifique qui reconfigure sans cesse les limites de l’intérieur et de l’extérieur, de la nature et de la culture, du vivant et de l’artefact. Un des objets principaux de ce qui va nous intéresser, c’est le vivant mais le vivant c’est plus largement s’inscrire dans une ontologie peuplée de « chimères », hybrides, machines et définir « des possibilités et des limites différentes » de celles proposées par les fictions de la nature, de l’Homme et de la Femme.
Philosophe, anthropologue, historienne et professeur émérite au département des sciences humaines de l’université de Santa Cruz en Californie, Donna HAraway ne cesse de faire le procès de l’anthropocentrisme, du patriarcat, de cette pensée universalisante qui, depuis les Lumières, régit nos réflexes intellectuels. A savoir que l’homme serait si exceptionnel, si intelligent, qu’il serait tout à fait naturel que la planète, sa propriété, soit l’instrument de sa domination et qu’il en épuise les ressources jusqu’à la moelle.
Ce modèle de pensée douteux fléchit chaque jour un peu plus. Car on commence à en avoir bel et bien conscience, la Terre est aujourd’hui abîmée, malade, la place de l’humain est à re-questionner, et c’est pour cela qu’elle « élabore [son] mythe du cyborg pour parler des frontières transgressées, des puissantes fusions et des dangereuses éventualités, des sujets, parmi d’autres d’une réflexion politique. » On s’installe alors dans le plaisir de la « confusion des frontières et pour la responsabilité à assumer quant à leur construction. ».
Alors, pourquoi, malgré l’urgence, l’humanité ne parvient-elle pas à mener de profondes réformes structurelles ? Pourquoi s’accommode-t-elle volontiers des innovations technologiques mais s’assoupit à l’instant même où il s’agit de modifier ses modes de vies ?  Avec Bruno Latour, Donna Haraway appartient à cette génération d’intellectuels qui se demandent bien pourquoi l’humanité s’adapte à lenteur d’escargot (et en rechignant), chacun forgeant de nouveaux concepts à même d’envisager le désastre écologique.
Une première réponse loge dans cette assertion : nos réflexes intellectuels sont datés. Les hommes pensent à court terme. Auto-centrés et endoloris, ils peinent à considérer les autres espèces qui partagent pourtant leur lieu de vie. C’est une impasse qu’il faut surmonter et Donna Haraway le répète à plusieurs reprises : « Nous devons penser ! ». Elle explique aussi qu’il faut être un « Autre inapproprié/e », c’est-à-dire n’être ni moderne, ni postmoderne, mais se revendiquer d’être amoderne. La configuration d’une histoire amoderne aura une géométrie différente, pas celle d’une progression, mais celle d’une interaction permanente et multi-schèmes, à travers quoi les vies et les mondes se constituent, humains et non-humains. « Nous sommes de l’humus, pas des Homo, pas des anthropos ; nous sommes du compost, pas des post-humains .»
Donna Haraway propose alors une alternative, plus optimiste et pro-active : le Chthulucène. Il n’encapsule pas l’histoire d’une espèce dominante, à savoir l’homme, et les dégâts qu’elle a causés et ne cesse de perpétuer mais raconte plutôt l’histoire – à venir on l’espère – d’une récupération partielle de la biodiversité et d’une alliance renouvelée entre toutes les « espèces compagnes » qui la peuplent.
Chthulucène désigne « le présent, le commencement, le Kainos », des « chtonics » à savoir « les monstres venus de la terre, les monstres au meilleur sens du terme, monstres qui démontrent et montrent à la fois, créatures et processus terrestres. Ces monstres ne sont pas en sécurité, n’appartiennent à personne, se torpillent, se luxent sous des formes multiples dans les airs, des eaux, tous les lieux de la terre ». Ces espèces tentaculaires, fictionnelles tracent la marge des orientations futures de l’humanité. Capables de s’attacher, de se détacher sans encombre, elles cultivent une « capacité de réagir » (de l’anglais response-ability), clé de l’accomplissement d’un apprentissage, d’une collaboration et d’une action collective inter-espèces.
Le Chthulucène esquisse des façons de survivre sur une planète endommagée. Une troisième voie salutaire qui s’oppose aux prévisions apocalyptiques de certains, cette idée qu’il est trop tard, et à ceux qui soutiennent mordicus que les développements technologiques vont nous sauver. Avec Chthulucène, on respire, mais rien n’est perdu ni gagné. Nous devons apprendre à « vivre avec le trouble », donner un bon coup de pied dans la fourmilière de l’orthodoxie intellectuelle occidentale. « Notre tâche est de créer des problèmes, [le trouble], de susciter une réponse puissante aux événements dévastateurs », affirme Donna Haraway.

Revenons sur le trouble. Trouble est un mot intéressant. Son étymologie remonte au treizième siècle d’un verbe qui signifie «remuer», «rendre nuageux», «déranger». Nous tous aujourd’hui vivons dans des temps troublants, des temps mélangés, des temps troublants et troubles. La tâche est de devenir capables, les uns avec les autres, de trouver une réponse. Notre tâche est de créer des problèmes, de susciter une réponse puissante aux événements dévastateurs, ainsi que d’installer des eaux troubles et de reconstruire des endroits calmes. En temps d’urgence, beaucoup d’entre nous sont tentés de s’attaquer à des problèmes de sécurité pour un avenir imaginé, d’empêcher que quelque chose ne se produise à l’avenir, de vider le présent et le passé pour fabriquer le futur des générations à venir. En fait, il faut apprendre à être vraiment dans le présent, non pas dans un évanouissement perpétuel entre des passés affreux ou édéniques et des lendemains apocalyptiques ou merveilleux, mais comme des créatures mortelles entrelacées dans une myriade de configurations inachevées de lieux, de temps, de choses, de significations.
« Evidemment une telle phase transformatrice ne doit être nommée l’Anthropocène. Les humains ne sont pas les seuls acteurs d’importance dans le Chthulucène ».
Le Chthulucène innove, stimule, teste, créé du lien. Comme des jeux de ficelle. Cadre de pensée ouvert, il propose de nouvelles façons d’agir, de penser. Donna Haraway le définit comme une carte de navigation qui améliore la pensée collective et le mouvement dans la complexité. Abstraits, spéculatifs, les exercices de réflexions proposés par Donna Haraway le sont certainement. Mais corroborés par pléthore d’exemples concrets à la confluence des arts, de la politique et de sciences, ils sont pour le moins solides. Pour Donna Haraway , « l’art n’est pas seulement une illustration de la science, la science qui se contente d’être séduite pas l’esthétique pour utiliser le langage, ils/elles se rendent mutuellement plus capables. »
Ces initiatives sont un espoir, des “modèles prometteurs pour améliorer notre capacité de réagir”, elle propose ainsi une grammaire et un champ lexical nouveaux pour appréhender l’ère du Chthulucène. Insistant sur l’interdépendance et l’interpénétration des espèces, on remplace le terme d’individu par holoents, un terme nous décrivant comme des compositions hybrides, interdépendantes et insérées dans un devenir multi-espèce. Pourquoi ? Parce que les mots sont des armes qui façonnent notre système de représentation. « Il importe quelles idées nous utilisons pour penser d’autres idées », « Il importe quelles histoires nous utilisons pour penser d’autres histoires. »
Car Donna Haraway est une théoricienne de la spéculation et de la fabulation. Elle invente de nouveaux récits « désanthropocentrés », absous de la trame du récit millénaire dominant. Cette trame ? Vous la connaissez sans doute très bien.  C’est une histoire qui a pour sujet un héros, un homme, un créateur et de sa quête pour tuer et ramener son trophée. Chasseur, artiste, bourgeois ou paysan, il surmonte des obstacles. Toutes ces entités – objets, personnages ou lieux – rythmant son périple n’ont finalement pas d’importance. Car cet homme aspire tout sur son passage. Voilà l’histoire à tuer. Donna Haraway en propose une alternative, un récit décentré, complexe et mouvant, sans sur-homme dominateur, un récit de contamination, de collaboration. Une histoire inter-espèce.

Penser « à partir » plutôt « qu’à côté », pour que la potentialité demeure, pour que l’expérience ne soit pas réductible à un déjà-toujours-étant, parce que l’impasse est connue et qu’il faut justement la penser. Travailler sur les primates, c’est ne pas cesser de tenir des discours sur les sociétés humaines (travailler sur la nature, c’est travailler sur la culture), expérimenter sur les primates, c’est exercer une certaine forme de légitimité qui s’exprime au delà de la relation homme/animaux, à partir de la relation de race ou de genre. Produire des faits scientifiques, c’est ne pas cesser de mobiliser des ressources non-scientifiques et réitérer un rapport complexe à la nature (et en particulier au monde vivant) comme origine, ressource, matériau, objet, médium, c’est transformer les frontières de la nature. C’est dire qu’il est possible de (mieux) apprendre à partir du marginal et du multiple ou de l’hétérogène. Si le regard est multiple, si on opère une diffraction, le monde qui se dessine est différent : il y a un déplacement conjoint des objets de l’investigation, de ce qui est regardé, et de la façon de produire de la connaissance.
J’ai commencé ces Nowakowskismes sur l’idée que les « rencontres avec d’autres sortes d’êtres nous forcent à admettre que voir, se représenter, et peut-être savoir, ou même penser, ne sont pas des affaires exclusivement humaines. » Et que ce regard nous amène à regarder au delà de l’humain. Alors pourquoi regarder les animaux pour le faire ? Regarder les animaux, qui nous regardent en retour, qui regardent avec nous, qui font aussi finalement partie de nous, même si leurs vies s’étendent bien au delà de nous, nous dit quelque chose. Cela nous dit comment ce qui se tient « au delà » de l’humain nourrit, fait de nous les êtres que nous sommes et ceux qui nous pourrions devenir.
Et dans les débats du moment, alors que le mot « intelligence » est sur toutes les bouches, comme l’écrit l’anthropologue Pascal Picq, il nous faut « sortir des ornières de la métaphysique pour entrer dans le monde encore si mal connu de toutes les intelligences, »  à l’opposé de ce que nous avons fait avec les intelligences animales, en sortant d’une pensée anthropocentrique, dualiste et hiérarchique, occidentale, dans laquelle l’ingénieur est au pinacle de l’évolution, ébloui par ses propres créations.
Enfin, juste pour finir. Quel est le phénomène de diffraction que vous connaissez tous ?.. Facile ! Le phénomène de diffraction que vous connaissez tous, c’est l’arc-en-ciel, diffraction qui à partir de la lumière blanche dessine un monde différent, fait de fréquences révélées, de couleurs mêlées, d’un mlultiple qui fait un et se multiplie. Lire Donna Haraway c’est regarder le monde dans le prisme qui va diffracter le monde et leur émerger dans sa richesse, sa complexité, sa multiplicité. Alors quelques couleurs de l’arc-en-ciel de ses textes, Manifeste Cyborg, science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXème siècle, Le patriarcat de Teddy Bear, taxidermie dans le jardin d’Eden, Ecce homo, « Ne suis pas une femme ? » et Autre inapproprié/es de l’humain dans un paysage post-humaniste…
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir, j’espère que vous allez bien, que vous reviendrez. Juste pour terminer, encore quelques mots de Donna Haraway « Prendre la parole, écrire, c’est résister, s’émanciper, « fabuler ». » Finalement, ce que nous faisons ici et maintenant dans les Nowakowskismes.

Références
Manifeste cyborg et autres essais. Donna Haraway
Staying with the trouble. Making kin in the Chthulucene. Donna Haraway
Comment pensent les forêts. Eduardo Kohn
Intelligence artificielle, robots, transhumanisme… du bonheur ou la planète des singes ? Pascal Picq.

Nowakowskismes 2.10. L’arrière-pays

« Au cours de la nuit les étoiles se levèrent ; l’immense spectre du Machhapuchare s’irradia de lumière bien que la lune fut cachée. Des moustiques hantaient la grange où nous campions derrière une espèce d’auberge. Mon ami cria en rêve. Comme je ne pouvais pas dormir, je sortis à l’aube et je vis les trois pics de l’Annapurna dressés au dessus d’une zone de nuages bas et peu denses. Aujourd’hui nous pensons prendre la direction du nord-ouest. »

Bonsoir à tous et à toutes – bienvenue dans les Nowakowskismes n°10 sur Radiocampus Lorraine, vous venez d’entendre quelques mots extraits du Léopard des neiges de Peter Matthiessen. Ce soir dans les Nowakowskismes, nous partons en exploration dans ce que j’ai appelé,  L’arrière-pays. Qu’est-ce que cet Arrière-Pays, le poète Yves Bonnefoy, l’a écrit, et comme lui, ces Nowakowskismes, « [vont nous faire éprouver le] sentiment inquiétant […] des carrefours. Il me semble dans ces moments qu’en ce lieu ou presque : là, à deux pas sur la voie que je n’ai pas prise et dont déjà je m’éloigne, ici, c’est là que s’ouvrait un pays d’essence plus haute, où j’aurais pu aller vivre et que désormais j’ai perdu. » Voyages, mouvements, quêtes, errances, transition, vers cet arrière-pays, arrière-pays au croisement d’un chemin, mais aussi arrière-pays de nos errances numériques, en quête de quoi ?
Je ne peux parler de voyages, de pays, sans questionner au préalable la réalité, ou les réalités. Quelles réalités, quels imaginaires ? Pour quelle humanité ? Et si humanité vers quelle humanité dans quel espace ? Qu’est-ce que cette réalité ? Pour comprendre la réalité, il est nécessaire d’avoir à l’esprit ce à quoi nous nous référons, quand nous parlons de réalité, c’est être étroitement lié à ce réseau de relations, d’information réciproque qui tisse le monde.
Par exemple, lorsque nous morcelons la réalité qui nous entoure en objets. Alors que la réalité n’est pas faite d’objets. Elle est un flux continuel et continuellement variable, une transition ou des transitions perpétuelles. Ainsi, dans cette variabilité, nous établissons des frontières qui nous permettent de parler de la réalité, et de créer les états permanents qui nous permettront de ranger le monde, la réalité, ce qui nous entoure dans des états permanents, stables et rassurants !
Songez à une vague dans la mer. Où une vague finit-elle ? Où commence-t-elle ? Qui peut le dire ? Et pourtant les vagues sont réelles. Une vague n’est pas un objet en soi, c’est une habitude que nous avons de découper le monde pour pouvoir en parler plus facilement. Les frontières sont arbitraires, conventionnelles, commodes. Ce sont des façons d’organiser l’information dont nous disposons, au mieux, des formes de l’informations dont nous disposons, et ainsi pouvoir donner du sens aux transitions, aux changements d’états ou de phases. Les transitions pourraient être l’ensemble des flux, des connexions, des flots, des dynamiques de l’être en ce monde.
Les anciens hindouistes en avaient l’intuition, le saṃsāra (संसार terme sanskrit signifiant « ensemble de ce qui circule », d’où « transmigration » ; en tibétain khor ba, ou Khorwa འཁོར་བ།) signifie pour eux « transition » mais aussi « transmigration », soit « courant des renaissances successives ».
La nature d’un homme n’est pas définie par sa conformation physique interne, mais par le réseau d’interactions personnelles, familiales, sociales dons lequel il s’inscrit. En tant qu’homme, nous sommes ce que les autres connaissent de nous, et ce que nous connaissons. Nous sommes des noeuds complexes dans un réseau très riche d’informations réciproques. Pour revenir à la tradition bouddhiste de l’anatman selon laquelle “rien n’aurait une existence indépendante et réelle en soi”, le monde n’est qu’une simple agrégation de phénomènes conditionnés, le monde n’est que transitions, voyages en arrières-pays, sujets en devenir, arrières-pays. Afin d’illustrer cette thèse, et faire lien avec les questions liées au numérique, faisons un petit détour par un autre livre, écrit par Mark DANIELEWSKI, intitulé « La maison des feuilles ».
Pourquoi ? Parce qu’il constitue une belle métaphore de tout ce que nous aborderons ce soir. L’histoire… Les personnages, la famille Navidson, qui, en revenant d’un voyage, découvrent un changement dans leur maison. Un espace de la taille d’un cabinet clos derrière une porte indifférenciée apparaît inexplicablement là où il n’y avait auparavant qu’un mur blanc. Une seconde porte apparaît proche de celle-ci, menant à la chambre des enfants. Navidson découvre que les mesures internes de la maison excèdent ses mesures externes. À mesure que le temps passe, l’intérieur de la maison se trouve visiblement en expansion, tout en maintenant les mêmes proportions à l’extérieur. Puis, un couloir sombre et froid dans le mur de leur salon qui, d’après les lois de la physique, devrait s’étendre dans leur jardin, apparaît. Ce couloir mène à un complexe labyrinthique, commençant avec une large pièce (« l’antichambre »), qui mène à un espace aux proportions gigantesques (le « grand hall »), une pièce qui se distingue en premier lieu par un énorme escalier en spirale qui semble, lorsqu’on se trouve à son pied, descendre sans fin. Il y a également une multitude de corridors et de pièces partant de chaque passage. Toutes ces pièces et couloirs étant complètement unis et sans signes distinctifs : murs, sols et plafonds se fondant en une douce surface gris cendre. Et tout cela est raconté par un narrateur qui s’appelle Johnny Errand.
Livre OVNI, livre polymorphe par sa forme et son fond, cette histoire de maison qui grandit sans que le périmètre extérieur ne change, cette histoire d’exploration et de découverte dans un espace toujours en pleine évolution, d’une réalité infinie dans une enceinte finie, n’est-ce pas une belle métaphore de l’internet, des réseaux dans lesquels nous sommes appelés à errer, réseaux à explorer ? La maison de l’internet ne pourra n’être jamais plus « grande » que l’espace sur lequel il repose, mais ne devient-il pas malgré tout plus grand, toujours plus complexe, toujours plus riche ? Avec ses culs-de-sac, ses espaces qui se referment et d’autres qui s’ouvrent, … ces espaces à explorer, ces bifurcations qui demanderont de choisir, ces carrefours inquiétants décrits par Yves Bonnefoy.
Navidson et Errand !  Une histoire entre navigation, exploration et errance ! Vers des subjectivités devenues « computationnelles », un devenir qui obéit à un schéma pré-établi agencé selon des règles non nécessairement connues, programmées. Il faut cependant s’y résoudre mais sans pour autant se considérer comme impuissants face à des objets produits et imaginés par des êtres humains. Gardons toujours à l’esprit « ce qu’une technique nouvelle emporte de singulier est toujours à revendiquer, à conquérir, à cultiver ».
Revenons à ces subjectivités computationnelles. Mais alors si le sujet n’existe qu’à l’intérieur de mondes techniques sans extériorité, à quels types de subjectivités avons-nous à faire ? De « quelles subjectivités computationnelles » pouvons-nous revendiquer ? Que devenons-nous lorsque nous installons l’externalisation du calcul dans des machines « rationnelles » dans une volonté de se débarrasser des incertitudes de la « raison » humaine qui est faillible, imprévisible, soumise, soumise aux sentiments. Cette réduction des contingences humaines à des protocoles séquentiels permet d’associer la rationalité économique à la rationalité algorithmique. Philip K. Dick l’exprime très bien : « Devenir […], faute d’un terme plus convenable, […] un androïde, [ce qui] veut dire, […] se laisser transformer en instrument, se laisser écraser, manipuler, devenir un instrument à son insu ou sans son consentement – c’est du pareil au même. Mais on ne peut pas transformer un humain en androïde si cet humain a tendance à enfreindre la loi dès qu’il en a l’occasion. L’androïdisation exige l’obéissance. Et, par dessus tout, la prévisibilité. C’est justement lorsque la réaction d’une personne donnée à une situation donnée peut être prévue avec une précision scientifique que l’on ouvre grand les portes au cheval de Troie. Car à quoi servirait une lampe torche si, lorsqu’on appuie sur le bouton l’ampoule ne s’allumait qu’une fois de temps en temps ? Toute machine doit marcher sans coup férir pour être fiable. L’androïde, comme toute autre machine, doit marcher au doigt et à l’oeil. » Et donc ces « subjectivités computationnelles », ce serait alors « comme dans cette histoire de Ray Bradbury dans laquelle un habitant de Los Angeles découvre avec horreur que la voiture de police qui le poursuit n’a pas de conducteur – et qu’elle le poursuit de son propre gré ! » Ce qui est franchement horrible, ce n’est pas que la voiture possède son propre tropisme en poursuivant le protagoniste, mais c’est le fait qu’à l’intérieur de la voiture, il y a un vide. Une place vide. L’absence de quelque chose de vital – c’est ça qui est horrible ! « La personne, une fois disparue, ne peut plus être remplacée d’aucune manière. Quels que soient nos sentiments vis-à-vis d’elle, on ne peut pas s’en passer. Et une fois disparue, rien ne peut la faire revenir. Qui plus est, si cette personne est transformée en androïde, elle ne reviendra jamais à l’état humain non plus. »
Alors que nous réservent nos subjectivités computationnelles, ce qui nous ramène toujours à ces deux questions Qu’est-ce que la réalité ? Qu’est-ce que l’humain dans un univers de plus en plus machinisé ? Quels carrefours où décider seul du chemin à emprunter au détriment de la promesse de rêve de l’autre voie ? Et surtout à la manière de Nietzsche réaffirmer l’Humain, le jamais trop Humain dans un monde de multitudes déshumanisées. Alors à la manière de Rilke dans Notes sur la mélodie des choses, j’affirme :

« Nous sommes au tout début, vois-tu.
Comme avant toute chose. Avec
Mille et un rêves derrière nous et
sans acte.

Je ne peux penser plus heureux savoir
que cet unique-ci :
qu’il faut devenir un initiateur.
Un qui écrit le premier mot derrière un
séculaire
tiret. »

Vous êtes toujours dans les Nowakowskismes et donc plaçons-nous après ce séculaire tiret. Deleuze écrivait dans un entretien à propos de Michel Foucault, que « la subjectivation, c’est la production de modes d’existence » et que pour Foucault, elle est « un art de soi-même qui serait tout le contraire de soi-même. » Il s’agit alors de créer de nouvelles possibilités de vies. La subjectivation comme processus créatif, comme ouvertures de possibles, comme carrefour à emprunter, pour résister aux forces qui ne veulent en faire que quelque chose de valorisante, de quantifiable, de discrétisable.
Expliquer les errances en numérique, c’est s’en remettre aux errances du marcheur, de l’humain dans le monde qu’il habite. Navidson dans sa maison des feuilles, lui aussi « a été tenté par le vent qui entraîne les nuages, penétré d’un immense désir d’errance. » Et donc, cette « production de modes d’existence » c’est après ce carrefour, c’est, comme le dit Basho, l’un des maîtres classiques du haïku japonais né en 1644 et mort en 1694 à Ōsaka, « marcher à travers brumes et nuées, respirer l’air raréfié des hautes altitudes, glisser sur la neige et la glace […] jusqu’aux chemins mêmes du soleil et de la Lune. »
Faisons ce chemin avec Peter Matthiessen dans son roman, Le Léopard des neiges, ce chemin en quête de ces modes d’existence, à ces carrefours sur les chemins arpentés ou au plus profond de nous-mêmes, en réponse à ses subjectivités computationnelles, ces « pensées opératoires » qui si, elles prennent « en charge l’homme et l’histoire, [nous condamne] à un sommeil ou un cauchemar dont rien ne saurait nous réveiller. »
Et donc sur les traces, les errances et les bifurcations de Peter Matthiessen, pour qui la raison du voyage reste floue : « …mais moi, qu’espérais-je trouver au cours de cette expédition ? Gêné, je haussai les épaules. Dire que je m’intéressais aux bharals, aux léopards des neiges ou même aux lamaseries reculées n’était pas répondre…, bien que tout cela fût vrai ; parler de pèlerinage semblait prétentieux et vague et cependant, en un sens, c’était également vrai… je voulais pénétrer les secrets des montagnes… ». L’expédition au Tibet, entrecoupée de digressions et de retours en arrière, nous amène à faire le voyage dans les pas de l’auteur. On n’avance plus dans la longueur du récit mais dans sa profondeur, on explore cet Arrière-Pays, si lointain, mais si proche par les mythes qu’il a inspiré, la pensée qu’il a contribué à faire émerger. Les modes d’existences sont alors fait des chuchotements de mort, de la peur du vide domptée, de la force de l’illumination, d’une intuition d’une conscience supérieure, le tout en un, les pleurs versés face à la beauté d’un paysage, la vacuité des entreprises humaines, l’inaudible, l’inexprimable… On vit au pas du voyageur. On reste suspendu à son souffle, vivant, intemporel.
En quatre chapitres cardinaux intitulés « Vers l’ouest », « Vers le nord », « La Montagne de Cristal » et « Retour », Matthiessen en humaniste, poète et mystique vient apporter quelques réponses à cette quête de l’Arrière-Pays, et finalement au détour d’un haïku comme celui-ci « Soleil sur les ailes des libellules, au-dessus d’une prairie encore dans l’ombre » on en sort transformé, densifié et aérien avec Soen Roshi « Ne pèse rien. Sois léger, léger, léger… lumineux ! »
Où est la réalité ? Dans la veille ou dans le rêve ? Le dernier idéogramme japonais écrit et le dernier mot prononcé dans cette vie par le vénérable maître de Soen Roshi voulait dire : « Rêve ».  N’avons-nous pas prononcé à maintes reprises la phrase du sculpteur JeanTinguely, « le rêve c’est tout, la technique ça s’apprend. »
Alors entre le Léopard des Neiges, les errances numériques, et l’humain, c’est dans le carrefour, dans les choix, et les errances et sur les chemins que nous empruntons que l’Arrière-Pays prendra sens, que nous produiront des modes d’existences. Quel que soit le chemin, qu’il soit sur les hauts plateaux de l’Himalaya, ou dans les labyrinthes d’une des multiples maisons des feuilles, c’est un chemin qui mène à des modes d’existences, à des subjectivités qu’il faut revendiquer et affirmer en actes, en choix et « C’est [dans tous les cas] un chemin de la terre, un chemin qui serait la terre-même. Qui en assurerait – revenant sur soi, se faisant en cela esprit – la révélation, l’avenir. » L’arrière-pays c’est l’au-delà de tous les dispositifs qu’il nous faut trouver, en « s’abandonnant au souffle de la vie […] vers un but déjà présent en [soi] mais encore caché à sa vue », pour exister.
Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir, j’espère que vous allez bien, que vous reviendrez. Terminons comme nous avons commencé, avec quelques lignes du Léopard des neiges. « J’abaisse mon regard des pics immaculés aux épines luisantes, aux nappes de neige, aux lichens. Bien que je ne la voie pas, la Vérité est proche dans la réalité de ce roc sur lequel je suis assis. Ces pierres dures font percevoir à mes os ce que mon esprit n’a jamais pu comprendre dans la Sutra du Coeur, que « la forme est vacuité et la vacuité forme », que le Vide de l’espace bleu-noir est contenu dans tout. Parfois, lorsque je médite, les énormes rochers dansent. »

Références
Le léopard des neiges. Peter Matthiessen
L’arrière-Pays. Yves Bonnefoy
Design et humanités numériques. Anthony Masure
Aux sources de l’utopie numérique. Fred Turner
La maison des feuilles. Mark Danielewski
Si ce monde vous déplaît… et autres essais. Philip K. Dick
L’oeil et l’esprit. Merleau-Ponty

Nowakowskismes 2.9 – Frankenstein, le pédagogue et le neuroscientifique

Aldous Huxley écrivait dans la préface de son roman Le meilleur des Mondes. « Le thème du Meilleur des mondes n’est pas le progrès de la science en tant que tel ; c’est le progrès de la science en tant qu’elle affecte les individus humains. Les triomphes de la physique, de la chimie et de l’art de l’ingénieur sont pris tacitement comme allant de soi. Les seuls progrès scientifiques qui y soient spécifiquement décrits sont ceux qui intéressent l’application aux êtres humains des recherches futures en biologie, en physiologie et en psychologie. C’est uniquement au moyen des sciences de la vie que la qualité de la vie pourra être modifiée radicalement. […] La révolution véritablement révolutionnaire se réalisera, non pas dans le monde extérieur, mais dans l’âme et la chair des êtres humains. […] Les gens qui gouvernent le meilleur des mondes peuvent bien ne pas être sains d’esprit mais ce ne sont pas des fous, et leur but n’est pas l’anarchie, mais la stabilité sociale. C’est afin d’assurer la stabilité qu’ils effectuent, par des moyens scientifiques, la révolution ultime, personnelle, véritablement révolutionnaire. »

Ce soir une fable ? Peut-être une exploration très certainement, mais surtout encore et comme toujours dans les Nowakowskismes se questionner sur l’humain, les défis qu’il a à relever et aussi des pièges qu’il pourra éviter. Ce soir, les Nowakowskismes sont la fable moderne, Frankenstein, le pédagogue et le neuroscientifique, parce que les débats du moment entre la pédagogie et la question de l’optimisation des processus d’apprentissage nous questionnent, et pour une part nous inquiètent par l’idée de réaction de l’humain à un ensemble de processus à contrôler. Ce n’est pas pour rien que nous avons commencé avec le Meilleur des mondes et que nous ferons quelques pas du côté de Frankenstein tout en interrogeant les pédagogues et les neuroscientifiques.  Alors prêts ? C’est parti … 

Vous connaissez tous l’histoire de Frankenstein du docteur Frankenstein. Le docteur Frankenstein « fait » un homme, il le « fabrique ». Cet acte est tellement effrayant et contre naturel qu’il en tombe en prostration et qu’il abandonne cette créature qui n’a pas de nom, à elle-même. La créature n’est pas pour autant fondamentalement mauvaise, elle peut être vue comme proche de « l’état de nature » tel que Rousseau peut le décrire. Le monstre comme nous allons l’appeler, monstre parce qu’il est semblable à nous mais si différent, le monstre est donc une créature qui va faire son éducation seule mais qui sombrera dans la violence quand l’abandon de son créateur se conjuguera à la bêtise des hommes.
Fabriquer un homme voilà une entreprise insensée, nous le savons bien. Et pourtant, c’est aussi une entreprise que certains d’entre nous entreprennent tous les jours, chaque fois que nous voulons « construire un sujet en additionnant des connaissances », ou « faire un élève en empilant des savoirs ». Et donc, comme Frankenstein, l’éducateur « qui ne sait pas ce qu’il fait », parvenant à donner vie à un être qui lui ressemble suffisamment pour qu’il soit réussi et qui, au nom même de cette ressemblance, et parce que la liberté lui a été donnée, échappe inéluctablement au contrôle de son « fabricateur ». Pour le meilleur, et surtout, pour le pire.
Le mythe de Frankenstein nous met en face de ce que l’on pourrait considérer comme le « noyau dur » de l’aventure éducative.
Le face-à-face avec un « autre » à qui je dois transmettre ce que je crois nécessaire à sa survie ou à son développement et qui résiste au pouvoir que je veux exercer sur lui, le face-à-face que « quelqu’un » qui est à mon égard dans un rapport premier de dépendance inévitable, quelqu’un « qui me doit tout » et dont je veux « faire quelque chose » mais dont la liberté se dérobe toujours à ma volonté. Car nous voulons tous, plus ou moins, « faire quelque chose de quelqu’un » après avoir « fait quelqu’un de quelque chose ». Mais comme le docteur Frankenstein, nous ne comprenons pas toujours très bien en quoi « quelque chose » et « quelqu’un », ce n’est pas tout à fait pareil et nous ignorons bien souvent que cette confusion nous condamne, en dépit de toute la bonne volonté que nous pouvons déployer, à l’échec, au conflit, à la souffrance et, parfois même, au malheur.
Et c’est là que les pédagogues interviennent pour éviter que le face-à-face tourne au cauchemar. Et alors se poser la question, peut-on être éducateur sans être Frankenstein ?
Vous allez vous demander mais pourquoi nous parle-t’il de cela ? Et bien tout simplement parce que certaines voix s’élèvent, relayées par les hautes instances du pouvoir pour dire que les apprentissages peuvent s’expliquer uniquement grâce à des mécanismes mesurables et optimisables, par une décomposition procédurale optimisable et modélisable, par une approche visant un contrôle optimal des apprentissages et surtout en oubliant l’enfant comme humain en devenir et en évacuant la dimension politique des choix en termes d’éducation.
L’éducation ne se résume pas à un processus à optimiser. L’éducation s’inscrit dans un milieu social, l’éducation est partie prenante d’un projet politique d’élaboration de la société, projet dans lequel les moyens donnés, le niveau et la qualité de la formation des enseignants sont aussi des facteurs décisifs pour expliquer la réussite ou l’échec des enfants.
Alors réduire l’éducation à un processus nous ramène à Frankenstein, et des Frankenstein, pour qui « la révolution véritablement révolutionnaire se réalisera, non pas dans le monde extérieur, mais dans l’âme et la chair des êtres humains », nous en trouvons quelques-uns du côté des neurosciences. Et les questions sont autour du pourquoi cette passion actuelle pour les neurosciences au risque de nous abîmer dans un scientisme illusoire. Et d’ailleurs… enseigner est-ce une science ?
Et maintenant de retour auprès de nos docteurs Frankenstein modernes, mais pas que ! Frankenstein ou meilleur des mondes ? Essayons de creuser le sujet.
Commençons par quelque chose du Meilleur des mondes en revenant à l’éducation.
Donc, pour certains, s’appuyer les sciences pour justifier une politique éducative est une bonne idée. Nous sommes bien sûr tous d’accord pour dire que le savoir, c’est toujours mieux que l’ignorance. L’ennui, c’est que certains sont persuadés que l’étude du cerveau par l’IRM fonctionnelle permet enfin son optimisation, qu’on enfin accède par là aux rouages de ce merveilleux mécanisme, et bien sûr que le savoir n’est que l’affaire du cerveau. On marche alors dans les pas de Descartes et sa dichotomie passion-raison, ou comme le dit Antonio Damasio, dans l’erreur de Descartes. Le cerveau disque dur, optimisable entre software et hardware est ainsi envisagé à la manière de Frankenstein. Ou comme dans le Meilleur des mondes, il deviendra alors possible de fabriquer ou d’optimiser un humain.
Comment cela ? En partant du principe qu’enseigner est une science. À l’opposé du pédagogue, pour le neuroscientifique, un bon enseignant est un enseignant qui a un bon modèle mental du cerveau des enfants. Pour cela, il est indispensable de réfléchir aux connaissances nécessaires pour qu’un enseignant puisse concevoir le programme éducatif dans un contexte qui va optimiser les modifications mentales et cérébrales, et surtout maximiser la vitesse et la quantité d’apprentissage qu’un enfant peut avoir. Ça ne vous rappelle rien ?
Et ce n’est pas tout !
Pour le neuroscientifique, l’apprentissage devient une affaire d’algorithme. Apprendre se résume donc à exploiter le logiciel d’apprentissage du cerveau, de l’optimiser et ainsi de fabriquer de bons humains, avec un cerveau formé et conforme. Je le cite, dans l’émission “Les Chemins de la philosophie” : « S’il fallait créer une nouvelle école, ce serait une école dans laquelle on prendrait plus au sérieux le point de départ des enfants, c’est-à-dire les compétences qu’ils ont dans le domaine des nombres ou du langage. On serait capable d’enrichir la stimulation qui est fournie à l’enfant. On sait que l’algorithme d’apprentissage qui est présent dans nos cerveaux dans les petites années, dans les jeunes années, est extraordinairement puissant. Malheureusement, on sait aussi, alors que les années passent, en particulier les années de la puberté, que cet algorithme va baisser en capacité, surtout pour les langues. Il y a matière, là, à réfléchir à ce que notre école pourrait être si elle était mieux adaptée au cerveau de l’enfant. »  Eduquer, c’est programmer ? Eduquer c’est s’adresser à un cerveau … ou à un humain en devenir ?
Et comprendre l’humain qu’est-ce alors ? Pour le neuroscientifique, comprendre l’humain c’est encore une fois entrer dans le cerveau, grâce aux nouvelles techniques d’imagerie (l’I.R.M. ou la magnétoencéphalographie par exemple), et ainsi « observer les fonctions cognitives du cerveau et ouvrir de nouvelles perspectives à la croisée de la biologie, de la génétique et des innovations technologiques » … ça ne vous rappelle pas l’introduction du Meilleur des mondes ?
Comprendre l’humain par ce qu’il appelle la « science de la conscience », c’est résumer la conscience à des phénomènes observables, à la nouvelle religion de la soi-disant approche objective du scientifique.  Je ne suis pas en train de rejeter la science, loin de moi cette idée, mais encore une fois, au nom de la science, et à chaque fois qu’elle a voulu résumer l’humain à des enzymes, des processus, … , des algorithmes ça n’a rien donné de bon. Etudier les phénomènes, comprendre l’homme oui, mais résumer l’humain à un cerveau, non.
Alors faut-il nécessairement chercher une réponse scientiste à la question « Comment je peux savoir de quoi vous êtes conscient ? » ?
Mais il se cache encore quelque chose derrière tout cela. Le neuroscientifique se disant maîtriser le fonctionnement du cerveau humain et rassemblant des connaissances et recherches sur le système nerveux, se voit les appliquer à l’éducation en vue d’optimiser les résultats des écoliers français dans les classements internationaux et, pourquoi pas, permettre d’enfin résorber les inégalités scolaires. Pour lui, les mauvais résultats de la France tiennent en grande partie de l’apprentissage de la langue. Les élèves non plus n’ont pas grande importance dans ces dispositifs, alors que ce sont des « êtres de désir », qu’il faut leur donner l’envie d’apprendre et ce sont les professeurs qui doivent faire émerger ce désir. La pédagogie et la psychologie travaillent sur ces sujets, et selon Philippe Meirieu, « Avec les neurosciences, on oublie que les élèves ne sont pas des clés USB sur lesquelles on charge des savoirs. Blanquer, [le ministre], va devoir prouver qu’il ne veut pas se livrer à un dressage des élèves. » Bienvenue dans le Meilleur des mondes !
Les tenants du Meilleur des mondes oublient que l’apprentissage de la lecture est nécessairement plus difficile pour un enfant issu des milieux populaires qui part à l’assaut de la lecture avec un boulet au pied quand un enfant de milieux culturels aisé est poussé dans le dos depuis sa première année.
Le problème prioritaire de l’apprentissage de la lecture consiste donc à s’attaquer à son échec massif dans des milieux sociaux concentrés dans les quartiers les plus populaires. La méthode utilisée par l’enseignant et ses qualités pédagogiques personnelles jouent un rôle. Et la réponse n’est certainement pas à l’intérieur du cerveau mais dans la classe, dans le rapport à l’autre, dans la richesse des émotions partagées, dans la culture. Selon Antonio Damasio, les émotions sont à l’origine de la culture que nous sommes capables de fabriquer… Les arts, les sciences et les technologies viennent d’une nécessité de réponse qui vient des émotions.
Et donc, comment utilisons-nous nos émotions pour être ou devenir ce que l’on est ?
« La question de savoir ce que signifie être humain face aux machines n’est plus si triviale. Nous ne devrions pas tant avoir peur des robots, que d’avoir peur de devenir nous-mêmes des robots. Il nous faut introduire des valeurs humaines dans la technologie plutôt que la technologie n’introduise ses valeurs dans notre humanité. Pour cela, il faut être capable de mesurer quand une technologie est déshumanisante ou quand les humains ne pensent pas ou ne se comportement pas en humains. »
Qu’êtes-vous ? Un cerveau uniquement, ou un ensemble complexe dont les apprentissages sont une part d’un processus complexe dans lequel «Les humains voulaient trouver le remède aux tourments de leur cœur ; réconcilier les contradictions générées par la souffrance, la peur, la colère et la poursuite du bien-être. Ils se sont donc mis en quête de source d’émerveillement et de sensations fortes. Ils ont découvert la musique, la danse, la peinture et la littérature. Ils ont poursuivi leurs efforts en élaborant les tumultueuses épopées que sont les croyances religieuses, les questionnements philosophiques, la gouvernance politique –et bien d’autres inventions encore. C’est ainsi que notre esprit créateur de culture s’est perpétuellement adapté à la dramaturgie humaine, de la naissance jusqu’à la mort.»
Le cerveau seul ne fait pas l’esprit humain. Éduquer n’est donc pas fabriquer !
Et pour le plaisir, terminons sur un petit poème paraphrasant Richard Brautigan, intitulé « Tous heureux dans un monde de machines et de grâce. »

Il me plait d’imaginer (et
Le plus tard sera le mieux !)
Une école cybernétique
Où enfants et ordinateurs
Vivent ensemble dans une harmonie
Mutuellement programmée
Comme des données pures
Décrivant un ciel serein.

Il me plaît d’imaginer
(Le plus tard possible)
Une éducation cybernétique
Calculée et organisée en paix
Pour fabriquer des humains
Comme s’ils étaient des fleurs
À boutons rotatifs

Il me plait d’imaginer
(Et ça peut arriver)
Une humanité cybernétique
Où, libérée de la pensée
Et programmée dès la naissance
Auprès de nos frères et soeurs
Également programmés
Nous sommes tous heureux
Dans un monde de machines et de grâce.

Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir, j’espère que vous allez bien, que vous reviendrez. « Ce sont nos rêves qui nous transforment de machine en être humain à part entière » écrit Philip K. Dick, dans Hommes, androïdes et machines, et il aura fallu qu’à chaque génération reviennent quelques hommes qui rêvent pour redonner vigueur à l’humain.

Bibliographie
L’Ordre étrange des choses, Antonio Damasio
Frankenstein pédagogue, Philippe Meirieu
Stanislas Dehaene, Le code de la conscience
Le meilleur des mondes, Aldous Huxley
Philip K. Dick, Si ce monde vous déplait … et autres essais.

 

 

 

Nowakowskismes n°2.8 – Les étoiles ont disparu

« Les trottoirs de chaque côté étaient bourrés de monde. La plupart des curieux étaient des enfants aux yeux reflétant des rêves impossibles. Le coeur de la cité mourait avant sa carcasse, et c’étaient là les pauvres, pris au piège de leurs hardes et de leurs taudis infestés par les rats. S’ils voulaient s’échapper,  ils n’avaient pas d’autre ressource que de voler une voiture, car le systèmes d’échappement non polluant maintenant obligatoires coûtaient trop chers. […] Malgré le nombre réduit de voitures, il flottait dans l’air une véritable puanteur. [Peg] avait enlevé son masque parce qu’elle ne voulait pas attirer tous les regards. Dans ce quartier, personne n’en portait. Les gens semblaient immunisés contre l’odeur. Les cages thoraciques des enfants étaient plates, comme pour se préserver des inspirations trop profondes. », extrait du Troupeau aveugle de John Brunner

Ce soir, les étoiles ont disparu, ce soir, si vous levez les yeux vers le ciel, vous ne verrez plus les étoiles. Parce que le nouvel atlas de la pollution lumineuse montre que 80 % de la population mondiale ne connait plus de nuit noire peuplée d’étoiles. 

Donc 80 % de la population mondiale ne connait plus de nuit noire peuplée d’étoiles. 80% de la population ne voit plus la voie lactée, n’a plus la possibilité de s’évader en parcourant la galaxie, en cherchant les constellations les plus connues, 80% de l’humanité n’a plus accès au rêve en levant les yeux vers les étoiles, elles ne sont plus là !
Nombreux sont les spécialistes qui s’inquiètent de l’impact de cette clarté nocturne, semblable à un « crépuscule permanent », sur la faune, la flore et aussi sur la santé humaine. Et malheureusement, les projections indiquent que cela ne devrait pas s’arranger surtout  si l’on continue de remplacer les lampes au sodium par des LED.
Le premier atlas mondial de la luminosité nocturne du ciel artificiel, publié en 2001 par Pierantonio Cinzano, Fabio Falchi et Christopher D. Edvige, se distingue dans l’histoire du «mouvement du ciel étoilé». Encore aujourd’hui, c’est un ouvrage de référence de la recherche collective et l’une des études les plus citées sur la pollution lumineuse.
Plus de quinze ans plus tard, la publication du nouvel Atlas mondial de la luminosité artificielle du ciel nocturne marque une nouvelle phase. Ainsi, selon le New World Atlas of Artificial Night Sky Brightness, en Europe et aussi à travers les États-Unis, quelque 99 % de la population vit sous un ciel nocturne orangé, où les étoiles s’éteignent… À l’échelle mondiale, cela représenterait 83 % de la population. L’augmentation est d’environ 6 % par an, et cela ne devrait pas s’arranger !
Ce nouvel atlas de l’éclairage artificiel offre l’occasion d’explorer comment l’éclairage urbain s’est transformé en un problème environnemental d’impact global et de mettre en lumière les solutions actuellement proposées, notamment en France. Cette étude montre également que, lorsqu’on tente de quantifier la pollution lumineuse, il est difficile d’aller au-delà de l’indicateur artificiel de «voir la Voie Lactée à l’œil nu». Cette norme a été héritée de l’histoire des luttes contre la pollution lumineuse par des astronomes amateurs.
De plus, considérer la pollution lumineuse comme un problème environnemental et l’aborder dans les politiques publiques ne va pas de soi : défier la doxa de l’éclairage public à travers les politiques régionales résulte du changement long des mentalité pour voir enfin l’éclairage artificiel comme objet nuisible. Ce mouvement a commencé à la fin des années 1950 aux États-Unis sous la pression des astronomes professionnels. En 1958, la ville de Flagstaff en Arizona, à proximité de l’Observatoire Lowell, a décidé de réglementer l’éclairage public pour protéger le ciel nocturne. Puis, en 1972, Tucson, également situé en Arizona près de l’observatoire de Kitt Peak, a emboîté le pas.
Pourquoi ? Au delà de la recherche scientifique, c’était d’aller à l’encontre des modèle des années 1970 qui virent le développement massif de l’automobile, l’étalement urbain et les faibles coûts de production d’électricité et qui ont conduit à une vision fonctionnaliste de l’éclairage public de plus en plus puissant, ce qui a eu pour résultat d’augmenter considérablement la taille et l’intensité du halo lumineux. Cette période était également marquée par une prise de conscience mondiale croissante de l’environnement, accompagnée de l’idée que la technologie pouvait présenter des risques.
En mai 1976, dans l’éditorial du Bulletin de la Société Astronomique de France intitulé “Pollution et Astronomie”, on pouvait lire : « Nous connaissons les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, avec la pollution des villes, de l’eau, de l’air … une pollution qui, si nous ne faisons pas attention, vient du développement des techniques industrielles, de la croissance démographique et des nouvelles technologies dont nous ne prévoyons parfois pas les conséquences ».
L’idée de la pollution lumineuse a donc pris forme autour d’un bien environnemental, le ciel étoilé, avec ses retombées socioculturelles et scientifiques. En réaction à la perte d’accès à ce ciel, différents réseaux et groupes d’astronomie et d’éclairage ont pris des mesures. Lors d’un congrès à Grenoble en 1976, l’Union astronomique internationale a adopté une résolution visant à protéger les sites astronomiques. Sa collaboration avec la Commission Internationale de l’Illumination a conduit à des recommandations pratiques en 1980 visant à réduire le halo brillant à proximité des observatoires. Les astronomes amateurs sont entrés dans le jeu et ont transmis ces préoccupations professionnelles dans leurs communautés locales. En 1993, ils se sont réunis pour signer une charte afin de préserver l’environnement nocturne. En France, cet activisme a conduit à la création d’un Centre pour la protection du ciel nocturne, qui deviendra en 1998 l’Association nationale pour la protection du ciel nocturne.
Donc en été, si vous avez envie d’admirer l’arche de la Voie lactée à travers un ciel constellé de milliers d’étoiles, il faudra pour cela rejoindre les derniers et rares territoires en France métropolitaine où la nuit peut encore être d’un noir d’encre : le parc des Causses du Quercy, entre Cahors et Figeac, la partie Est du parc des Landes de Gascogne (au sud-est de Bordeaux), ou certains endroits du parc d’Armorique, en Bretagne. Réduits à des portions congrues, ces espaces dénués de pollution lumineuse (celle-ci est principalement créée par l’éclairage public des grandes villes et de leurs banlieues) sont en voie de disparition.
Les étoiles ont disparu, ne plus avoir de nuit nous rend malades, les oiseaux migratoires se perdent, nous avons perdu une de sources de nos rêves !

Les étoile ont disparu… les rêves ont disparu, « L’obscurité a commencé, il n’y aura pas d’aube. » quelques mots extraits du Seigneur des anneaux, dans le volume Le retour du Roi. Essayons-nous au cauchemar ! 

J’écris ces mots sur des feuilles de papier récupérées. Je n’ai plus d’ordinateur, je n’ai plus internet, il n’y a plus d’électricité. Les mots apparaissent dans le pâle halo de lumière de la petite flamme d’une bougie. J’écris ces mots pour témoigner de ce qui nous est arrivé, de ce qui m’amène là, après avoir connu une humanité (mais peut-être faudra-t-il même abandonner ce terme) qui a cru pouvoir jouer avec ce qu’elle a produit.
Je suis assis dans la pièce principale d’une petite maison dans laquelle nous nous sommes réfugiés avant que les choses n’aillent vraiment mal. Elle est cachée dans un repli d’une petite et vieille montagne qui fut très fréquentée par skieurs et touristes, il n’y a pas si longtemps que cela, les Vosges. Suffisamment éloignée de ce qui reste des principaux axes de communication, et bien cachée dans un fond de vallée où plus personne ne vient guère, d’ailleurs reste-t-il quelqu’un ? Je dis nous parce que nous ne sommes plus que quelques-uns ! Tous les autres sont soit morts, soit en train de chercher à survivre dans ce qui reste du monde.
Qui suis-je ? Je m’appelle Samuel, j’ai 70 ans, j’ai de la chance, beaucoup d’entre nous n’ont pas atteint cet âge. Je n’ai connu qu’un monde, je sais je l’ai parcouru ce monde, j’ai cru un temps en un réveil de l’humanité, je me souviens j’étais au sommet du partenariat mondial pour l’éducation, des millards de dollars pour l’éducation, mais j’ai assisté impuissant au rapide effondrement de ce qui aurait pu devenir un chouette avenir.
Combien de temps survivrons-nous ? Je n’en sais rien. D’ailleurs survivrons-nous ?
Alors pourquoi écrire ? Peut-être trouverai-je une réponse dans ces quelques pages, mais comme personne ne les lira, cela a-t’il encore de l’importance ?
Tout ce que je vais raconter n’est que le fruit de ma mémoire, certains faits ou événements ou citations manqueront certainement de précision.
Aujourd’hui, comme depuis des mois, nous vivons enfermés toute la journée. L’air est devenu irrespirable en pleine journée, seul le petit matin nous offre la possibilité de nous risquer dehors, récupérer du bois pour nous chauffer, et, quelquefois, apercevoir un pâle soleil vite englouti dans le nuage qui remonte avec le jour, irrespirable, dense de particules en suspension, nauséabond, conséquence souvent annoncée mais jamais prise au sérieux de nos actes ou plutôt de nos non-actes ! La nuit, les étoiles ont disparu, la Lune aussi ! Ce nuage qui nous condamne à mourir enfermés, ce nuage résultat de toutes nos désertions, ce nuage qui nous fait crever au profond des trous où nous nous sommes terrés – loin du ciel et de la lumière – loin de la vie – déjà morts ! Mais voilà que dans ce triste moment remontent à la surface les souvenirs anciens !
Je suis né dans un monde pollué, miné par les conflits, gangréné par la course aux profits d’une minorité, égoïste et destructeur ! Gouverné par l’ignorance, les sondages et les intérêts privés. 1% des personnes détiennent 70% des richesses, les états s’épuisent dans une course échevelée à la croissance, l’Internet, pensé comme un espace de liberté se retrouve muselé et surveillé ; nous épuisons la planète par la pollution, les destruction.
J’ai vu des gens espérer, se battre, créer des mouvements alternatifs pour des usages raisonnés des ressources, des espaces, et des techniques vers d’autres socialisations des individus, d’autres proximités, des espoirs dans l’intelligence collective.
La situation de la planète a empiré. 3 enfants sur 4 souffrent d’asthme et d’allergies chroniques, l’air des villes est pollué, le réchauffement climatique a multiplié les jours où l’air est irrespirable à cause des concentrations élevées de particules fines et de rejets industriels venus des pays comme la Chine, ou l’Inde (ils ont revendiqué le droit à polluer comme les autres). Le gouvernement a mis en place des mesures qui permettent aux enfants de moins de 10 ans de ne pas sortir pour aller à l’école, c’est l’école qui vient à eux grâce à des programmes éducatifs dont la construction est réalisée par des robots qui ont appris ce que nous sommes (profils cognitifs, personnels, …) et ainsi recommander les programmes qui conviendront le mieux. Les tensions nées de la fin des années 1990 et du but des années 2000 sont toujours là et toujours plus fortes, les terrorismes sont présents, l’armée patrouille en permanence dans les rues, les écoles sont fermées et gardées, aller a l’école c’est prendre un bus gardé par des hommes en armes, …. La violence appelant la violence, les états se sont repliés sur eux-mêmes, ont érigé l’autre en ennemi ou en envahisseur, les programmes “adaptés” des cours ont fait de la majorité d’entre nous, des peureux, des ignorants, des moutons maintenus chez eux, élevés en batterie. Les oiseaux ont disparu, ils ont été remplacé par des drones, drones chargés de notre sécurité, drones livreurs, drone d’observation, drones pirates, …
La transition énergétique, personne n’a eu le courage de la faire, nous avons continué à promouvoir la voiture individuelle, et comme la fonte des glaces des pôles a découvert d’autres territoires de prospection, le pétrole est restée la principale source d’énergie !
Les plus riches vivaient dans des propriétés hyper-securisees, des territoires fermés, inaccessibles pour se protéger des autres, de la masse mais aussi des maladies dues à la pollution, aux épidémies saisonnières. Sortir c’est prendre le risque d’aggraver votre état de santé, sortir c’est se couvrir des pieds à la tête, porter un masque, et des lunettes pour éviter les inflammations des tissus conjonctifs. Les antibiotiques ont depuis longtemps perdu face aux bactéries qui ont muté, nos systèmes immunitaires sont affaiblis, nous vivons reclus, nous nous faisons livrer de la nourriture synthétique par des drones. Les rues ne sont de toute façon plus sûres. Des bandes se partagent les rues, les affrontements avec l’armée sont fréquents.
Puis l’Internet n’a plus été, la fin de la neutralité du net a fait qu’il s’est éclaté en une infinité de petits réseaux
J’ai finalement réussi à prendre la route, j’ai réussi à m’échapper de la ville, j’ai réussi à partir avec celle qui avait trouvé refuge chez moi, elle est apparue un soir, elle a frappé à ma porte, elle est restée avec moi, elle venait du quartier pas trop loin, ces parents étaient morts du même virus que les miens, nous nous sommes tenus chauds, nous avons appris l’un de l’autre. Nous avons décidé de partir de là, et d’essayer de trouver un endroit un peu épargné, s’il en existe encore. L’énergie a fini par manquer, le pétrole pour qui nous avons saccagé la terre jusque dans ses endroits les plus inaccessibles, s’est tari. Plus d’énergie, juste des déchets, plus d’énergie sauf ces centrales nucléaires que des gouvernements successifs ont cautionné, de l’électricité certes, mais des accidents nucléaires de plus en plus nombreux dus à l’abandon des maintenances faute de moyens, des centrales construites à l’économie dans des zones sensibles, …. A l’atmosphère viciée se sont ajoutés des déserts nucléaires, des Tchernobyl à répétition, … Mêmes les nantis retranchés dans leurs territoires bunker ont perdu ! Leurs bunkers gourmands d’énergie n’ont pas résisté, ils ont cédé,… L’histoire ne dit pas ce qu’ils sont devenus, je vous laisse juste imaginer au regard de l’histoire de l’humanité, … Nous avons donc marché vers le sud, plutôt la nuit, nous avons fini par atteindre les Vosges, mes parents m’avaient parlé d’un coin qui peut-être pourrait devenir un refuge, un lieu où leurs parents avaient vécu il y a bien longtemps. J’ai trouvé le chemin, j’ai trouvé les restes de la maison, …
J’ai aidé ma compagne à mettre nos enfants au monde, pourquoi finissons-nous toujours par nous reproduire ?
J’ai commencé à écrire sur les murs d’une caverne à proximité, à dessiner comme nos ancêtres il y a 30000 ans l’ont fait – j’y ai décrit les sciences, j’y grave l’histoire de l’homme et nous y reproduisons les parties de livres que nous avons gardés en mémoire …
J’écris sur les dernières feuilles qu’il me reste. Nous sommes tous très fatigués, nous ne résisterons pas à l’hiver qui arrive, peut-être que quelqu’un trouvera ces pages, qu’un groupe d’humains aura survécu quelque part sur Terre, et que dans quelques centaines ou milliers d’années, ils trouveront ma grotte, … Ces pages quant à elles ne résisteront pas au temps … comme les disques durs et quelques cartes mémoire que j’ai conservés, … ?

Les étoiles ont disparu !

« Toute cette journée fut sombre et morne. De l’aube sans soleil jusqu’au soir, l’ombre pesante ne cessa de se faite plus dense, et tous les coeurs de la Cité étaient oppressés. Loin en haut, un grand nuage venu du Pays Noir s’étendait vers l’ouest, dévorant la lumière, […] »
Avant de nous quitter, les étoiles ont disparu, et un des facteurs est la qualité de l’air, et je vous invite à vous rendre sur le site web d’ATMO Grand EST, association à but non lucratif agréée par le Ministère chargé de l’environnement, est en charge de la surveillance de la qualité de l’air dans la région Grand Est, conformément à la Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie (Loi LAURE) du 30 décembre 1996 intégrée au code de l’environnement.
Cette Loi donne le droit à chacun de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé.

http://www.atmo-grandest.eu

Nowakowskismes n°2.7 – « Se demander si un ordinateur peut penser est aussi intéressant que de se demander si un sous-marin peut nager »

Ce soir, nous allons nous intéresser à l’intelligence artificielle, et essayer de tordre un peu le cou aux idées reçues, et aux techno-prophètes de tout bord annonciateurs de fin du monde, de singularités technologiques, et de fin des temps ! Ces Nowakowskismes s’inscrivent dans les mots de Edsger Wibe Dijkstra, mathématicien néerlandais pionnier de l’informatique, et nous posons donc la question : « se demander si un ordinateur peut penser est-il aussi intéressant que de se demander si un sous-marin peut nager » ?  Alors prêts ? On y va …

Musique de démarrage …
Le 1er mai 2014, Stephen Hawking publie une tribune dans The Independent dans laquelle il nous met en garde contre les conséquences irréversibles de l’intelligence artificielle. D’après lui, les technologies se développent à un tel rythme qu’elles deviendront vite incontrôlables ou point de mettre l’humanité en péril. Il est accompagné de Max Tegmark, physicien également, père de la théorie de la poussière, et de Stuart Russell professeur d’intelligence artificielle à Berkeley et de Frank Wilcek, prix Nobel de physique, qui co-signent cette tribune.
En effet, il n’est pas possible d’ignorer les progrès extraordinaires de l’intelligence artificielle, dans la voiture autonome de Google, ou dans SIRI d’Apple, ou dans l’ordinateur WATSON d’IBM qui l’emporte sur les humains dans le jeu télévisé Jeopardy. Et surtout, ces progrès qui reposent sur les facultés d’apprentissage automatique des machines alimentées par des quantités colossales d’information, les Big Data ou « données massives » risquent de devenir imprévisibles puisque leur comportement ne résultera plus du programme que les hommes ont écrit, mais des connaissances qu’elles construiront elles-mêmes, par induction automatique à partir des informations glanées sur les réseaux. A ceci, s’ajoutera leur autonomie croissante qui fait qu’elles risquent de nous échapper pour atteindre un point de non retour au delà duquel les humains courent à leur perte !
Pour d’autres, en particulier pour les techno-prophètes, ces perspectives sont une étapes vers une nouvelle humanité. Hans Moravec, roboticien, affirme dans ses livres que les évolutions de la robotique conduiront à une transformation majeure de l’humanité. Un autre, le cybernéticien Kevin Warwick prétend que, pour survivre, l’homme va devenir un « cyborg », il est même allé jusqu’à vouloir interfacer des actionneurs avec son cerveau … mais bon ça ne s’est pas fait ! Allez savoir pourquoi ! Certains ont imaginé le futur et les guerres entre les « cosmist » partisans des « artilects », êtres prodigieusement intelligents ey détenteurs d’une spiritualité neuve réalisée au moyen de l’intelligence artificielle, et les « terrans »qui veulent conserver l’homme. Un autre, Billy Joy, le co-fondateur de Sun Microsystems qui publia en 2000 un article intitulé « Why the future doesn’t need us » dans lequel il imagine des nanotechnologies proliférant jusqu’à détruire toute forme de vie.
Et bien sûr le plus célèbre de tous, Raymond, Ray pour les intimes, Kurzweil, petit génie de l’informatique, qui, après avoir fondé plusieurs sociétés et avoir été au MIT, est maintenant chef de projets chez Google. Je vous invite à vous reporter aux titres des ouvrages qu’il a écrits, How to create a Mind, The age of spiritual machines, … The singularity is near, … ou encore Fantastic voyage : live enough to live forever ! Et bien sûr vous avez compris, l’hybridation de l’homme et la machine est l’issue et qu’à l’horizon 2050, l’humanité sera condamnée, pour survivre, à s’hybrider à la technologie pour parvenir à une sorte de passage du corps biologique à un corps techniques, l’ordinateur – on parle de « métensomatose », le passage, « méta », d’un corps, « soma » dans un autre. Et la conséquence de cette hybridation, est que la conscience une fois numérisée sera immortelle !
Et il n’est pas le seul, ceux qu’on nomme les Transhumanistes, ou les extropianistes, affirment qu’une autre forme d’humanité, la transhumanité, adviendra très bientôt et qu’elle se présentera comme une humanité supérieure dotée de pouvoirs nouveaux qui lui permettront de transcender les limitations actuelles !
Afin de remettre du sens dans cette folie médiatique, afin d’étouffer les discours hallucinés de certains sur cette Intelligence artificielle qui va venir menacer l’homme jusqu’à cette singularité technologique prophétisée par certains, les Nowakowkismes vont s’y coller ! Donc qu’entendons-nous par intelligence artificielle ? Où en sommes-nous ? Qu’est-ce que cette singularité technologique ?.. C’est ce que nous allons voir !

Être fort en calcul signifie-t-il être intelligent ?
L’intelligence n’est en rien liée à la fréquence d’exécution d’opérations élémentaires, ni à la quantité d’informations stockées dans une mémoire. Ni la puissance de calcul, ni la capacité de stockage ne produisent de l’intelligence. Ça se saurait ! Votre téléphone gentillement posé à côté de vous possède une énorme capacité de stockage et très forte puissance de calcul (supérieure aux ordinateurs qui ont emmené les hommes sur la Lune) mais il n’est en rien intelligent ! Et donc le terme Intelligence artificielle prête évidemment à confusion.
Alors l’intelligence artificielle dans tout cela ? Cette discipline a été créée en 1955 par John McCarthy, professeur de mathématiques spécialiste des machines de Turing, et trois autres collègues, Marvin Minsky, futur cofondateur du laboratoire d’Intelligence artificielle du Massachussetts Institute of Technology (MIT), Nathan Rochester, créateur de l’IBM 701 – le premier ordinateur commercial généraliste , et Claude Shannon, inventeur de la théorie de l’information. Ceci s’est passé lors d’un projet d’école d’été portant sur une nouvelle façon d’approcher les facultés cognitives humaines avec des machines. L’intelligence artificielle vise à simuler sur des ordinateurs les différentes facultés cognitives humaines et animales. Ses créateurs partaient du principe qu’il serait possible de décomposer l’intelligence en fonction élémentaires qu’on pourrait reproduire par un programme sur ordinateur. Ce projet s’inscrit alors dans la continuité des travaux de la physique moderne qui, depuis Galilée, part du principe que la nature s’écrit en langage mathématique, ou depuis l’avènement de la biologie moléculaire avec la découverte de la structure en double hélice de la molécule d’ADN par Watson et Crick, ramène l’étude du vivant à celle de mécanismes chimiques. Or dans ces deux cas, aucune des approches ne donnent des réponses uniques, et encouragent à appréhender les phénomènes dans leur diversité à l’aide de théories potentielles qu’il convient d’explorer, de confronter et de valider expérimentalement. Et il doit en aller de même pour l’intelligence artificielle. Tout le travail de décomposition et de simulation de l’intelligence par des algorithmes reste à faire. Et tout cela s’appuie plus sur le formalisme de représentation des connaissances, la modélisation du raisonnement et la logique que sur l’accroissement des performances des ordinateurs même si elles autorisent aujourd’hui des mises en oeuvre informatiques qui paraissaient impensables il n’y a pas si longtemps que cela. Tout cela pour dire que la puissance de calcul ne permet en aucun cas d’atteindre ne serait-ce l’horizon de l’intelligence artificielle.

Alors l’intelligence artificielle ne cacherait-elle pas du côté de l’apprentissage ?
En effet, avant même que le terme Intelligence artificielle n’ait été inventé, Alan Turing (souvenez-vous le film « The imitation game ») évoque dans deux articles de 1948 et 1950 le rôle central que devrait prendre l’apprentissage automatique dans l’intelligence des machines. Selon lui, il serait préférable de doter les machines de capacités à apprendre, c’est-à-dire acquérir par elles-mêmes des compétences à partir d’observations sur le monde extérieur, sur leur place dans ce monde et sur leur propre comportement. Et depuis la naissance officielle de l’IA en 1955, les efforts ont porté en grande partie sur les techniques d’apprentissage automatique. On s’est alors inspiré de la psychologie humaine pour tenter de reproduire nos facultés d’apprentissage sur des machines, d’autres miment la plasticité synaptique et les connexions entre les neurones du cerveau, d’autres encore font un parallèle avec l’évolution des espèces, la maturation des idées dans la société, ou l’auto-organisation des insectes sociaux tels qu’abeilles, fourmis, termites, … On parle entre autres alors de réseaux de neurones formels, d’algorithmes génétiques, d’arbres de décision, d’apprentissage bayésien, d’apprentissage profond ou deep Learning pour employer le mot à la mode ! Et bien sûr, il faut ajouter à cela les quantités de données considérables recueillies soit automatiquement par toutes sortes de capteurs, caméras, radiotélescopes, objets connectés en tout genre, soit manuellement, de façon distribuée ou pas. Et cette masse de données, c’est le big data ! Et donc aujourd’hui, la puissance de calcul des ordinateurs nous permet d’exploiter ces immenses masses de données en utilisant les techniques d’apprentissage machine de façon à en extraire des connaissances. Et là, les performances sont plutôt épatantes, dans Siri pour la reconnaissance vocale, dans FaceBook avec la reconnaissance des visages, mais aussi dans AlphaGo le logiciel qui l’a emporté sur le maître du Jeu de Go, Lee Sedol. AlphaGo a alors fait appel à des techniques d’apprentissage machine lié à de l’apprentissage profond et à de l’apprentissage par renforcement. Mais alors, faut-il pour autant crier au loup ?
Donc l’apprentissage automatique dote les machines d’une capacité à construire par elles-mêmes des connaissances et à les utiliser pour se reconfigurer en réécrivant leurs propres programmes. Il en résulte un accroissement formidable des performances, et comme les ordinateurs se re-programment eux-mêmes, sans qu’aucun être humain ne vérifie, ni ne relise les programmes, ce qui les amènent à avoir un comportement de plus en plus difficiles à anticiper. Mais les machines ne sont en rien autonomes, elles n’ont en aucun cas la capacité de se donner leurs propres règles (sens philosophique d’autonomie) mais elles peuvent agir, se reprogrammer dans un cadre qui a défini et instruit par l’homme. Ça n’empêche pas qu’elles puissent être nuisibles, ou destructrices, il y a là à s’intéresser à la robustesse de ces algorithmes, mais rien, dans l’état actuel des techniques, même si toutes activités humaines ont été transformées, le travail, la robotisation, la finance, l’économie, la vie quotidienne, la recherche, la guerre, …, rien n’autorise à affirmer que les ordinateurs seront bientôt en mesure de se perfectionner indéfiniment sans le concours des hommes, jusqu’à nous dépasser et acquérir leur autonomie.

Autopsie de l’IA
Dès le début, le projet de l’intelligence artificielle a fait l’objet de spéculations, en particulier chez les philosophes qui y virent une prolongation de l’entreprise de rationnalisation de l’esprit inaugurée au XVIIème et XVIIIème siècles par les Lumières. L’IA s’inscrivait alors dans une approche cognitiviste visant à faire le parallèle entre le fonctionnement de notre esprit et celui des ordinateurs. Cette approche ne fit pas l’unanimité chez les philosophes, et il s’en suivit de nombreuses critiques ne visant pas la discipline scientifique à proprement parler mais le fondement philosophique sur lequel elle était censée reposer. Certains allant jusqu’à mettre en cause les ambitions excessives de l’IA, en particulier la prétention qu’elle aurait eu de reproduire une conscience sur un ordinateur sans se référer aux structures matérielles qui l’a produisent, et pour cela, je vous invite à vous rendre chez Frank Herbert, oui l’auteur de Dune, mais dans son cycle de la conscience, et le roman Destination Vide. On caractérisa alors cette visée philosophique d’ « intelligence artificielle forte » par opposition à l’ « intelligence artificielle faibles » des chercheurs et des ingénieurs. L’ « intelligence artificielle forte » eut tant de succès qu’on lui assimila parfois l’intelligence artificielle dans son ensemble.
Au début du XXIème siècle, se fit jour un courant qualifié d’intelligence artificielle générale qu’il ne faut pas confondre avec l’IA née il y a 60 ans. Le projet de ses promoteurs, des physiciens théoriciens reconvertis, est de refonder l’IA sur des bases mathématiques soit disant solides, en s’appuyant en particulier sur des notions comme la complexité de Kolmogorov, afin de jeter les bases d’une science générale de l’intelligence. Et du coup, comme pour eux, tous les théorèmes mathématiques servant de base à cette science générale de l’intelligence ont été démontrés, il s’ensuit que la réalisation d’une intelligence artificielle totale ne souffre d’aucune limitation si n’est la capacité de stockage et de calcul des ordinateurs. Et donc ces physiciens théoriciens partisans de l’intelligence artificielle générale, comme les partisans de l’intelligence artificielle forte ont maille à partir avec les prophètes annonciateurs de ce qu’on appelle la Singularité technologique.

Et donc la singularité technologique
Selon tous ces prophètes, le cataclysme ne sera pas causé par la collision de la terre avec un astéroïde, ni par un bouleversement climatique, ni par une guerre totale déclenchée par des dirigeants paranoïaques et demeurés, mais cela arrivera presque naturellement, par une sorte de contamination irrépressible des machines qui s’auto-engendreront, croitront, se multiplieront et finiront par nous éliminer ! Nous ne nous en rendrons pas immédiatement compte, évidemment sauf les prophètes qui l’annoncent, puis cela s’emballera, et tout changera, l’homme changera, et plus rien ne sera plus comme avant, ni la nature, ni la vie, ni la conscience, ni même le temps ! Ceci est la singularité technologique !
Le premier a en avoir parlé, c’est un auteur de science fiction, Vernor Ringe, dans un roman intitulé La captive du temps perdu, dans lequel l’humanité disparaît de n’avoir pu s’adapter au changement de plus en rapide des technologies. Le roman est pas mal, mais le concept de singularité technologique, il l’a développé dans un essai écrit en 1993 intitulé « The coming technological singularity » dans lequel il montre que par les progrès des technologues de l’information, le statut de l’homme dans la nature sera changé, et ses connexions avec les machines l’aideront à augmenter considérablement son intelligence, ses facultés cognitives te sa vie, il deviendra un hybride, un organisme cybernétique, quasi immortel ! Dans l’essai, il place cet événement radical en 2023 ! Il n’est pas le seul à avoir imaginé cela d’ailleurs.
Pour préciser un peu le concept de la singularité, il faut aller faire un tour dans l’univers (petit tour du côté d’Interstellar) où on appelle Singularité gravitationnelle des zones de l’espace, par exemple les trous noirs, où l’intensité de la gravitation est telle que les formules exprimant la structure de l’espace-temps montrent des singularités mathématiques, en clair, la théorie n’est plus valable en ces points ! Ainsi un navigateur extragalactique qui passerait au voisinage de l’horizon d’un trou noir et y pénétrerait, ne percevrait rien d’anormal au début mais se retrouverait irrémédiablement aspiré vers le point critique, le centre, et serait irrévocablement condamné !
La singularité technologique sera donc par nature inobservable sauf à franchir l’horizon, et affecte également le temps.
Bien qu’obscure, la singularité technologique est devenue de plus en plus populaire. IL existe même l’université de la Singularité qui a été financée par entre autres, Google, la NASA, Linkedin, … et Google a embauché Ray Kurzweil comme directeur scientifique en 2012.
Revenons quand même un peu sur cette question, et en quoi cette singularité technologique se trouve inscrite dans une autre « loi », la loi de Moore. La loi de Moore dit qu’on a un doublement du nombre de transistors sur un circuit électronique à prix constant tous les dix huit mois ou tous les deux ans, et doublement des performances, de la rapidité ou de la capacité de stockage d’information à un rythme équivalent, diminution des coûts dans les mêmes proportions, et supposons que cela continue ainsi, qu’adviendra-t-il des ordinateurs aussi puissants ? Et ça a excité l’imagination d’auteurs de Science fiction mais aussi celle de Ray Kurzweil, selon le principe que la loi de Moore ne se restreint au champ technologique mais relève d’un principe plus général qui régit l’évolution de la culture humaine, de l’homme, de la nature et de la vie depuis les origines ! Kurzweil identifie 6 périodes dans la grande épopée de l’univers, et bien sûr, tout l’art consiste à s’accommoder des faits pour les présenter à sa sauce !
L’intelligence artificielle est devenue le grand mythe de notre temps, et va de la destruction en masse de nos emplois à l’émergence apocalyptique d’une conscience numérique hostile.
Certains y rêve d’un monde sur mesure, un nouvel Âge d’or technologique d’où toute tâche ingrate ou répétitive serait bannie et déléguée à des machines ; un Eden où des outils infaillibles auraient éradiqué la maladie et le crime, voire le conflit politique, en un mot aboli le mal jusqu’à des rêves d’immortalité.
Tour à tour fascinante ou inquiétante, émancipatrice ou destructrice, l’intelligence artificielle et les mythes qu’elle suscite ne sont certainement que la matérialisation de nos phantasmes et de nos angoisses de ce que sera notre monde demain.
Il est important de se débarrasser des présentations sensationnalistes des nouvelles technologies sans pour autant ignorer que l’irruption dans nos vies quotidiennes de ces assistants ou outils d’un nouveau type, génère des bouleversements multiples et des défis nouveaux à relever. Il s’agira de préserver l’autonomie de la décision humaine face à des machines parfois perçues comme infaillibles, se garder des discriminations générées involontairement par des systèmes mouvants, et préserver les logiques collectives et humaines  face à la puissance de personnalisation du numérique, pour ne citer qu’eux. Alors face aux gourous technologiques et médiatiques qui voient l’émergence imminente d’une conscience artificielle, voire d’une intelligence super-humaine faite de machines qui inventeront et créeront d’elles-mêmes, pour nous… et éventuellement contre nous, et tous ces petits malins qui jouent du sensationnel pour produire livres à sensations rappelons avec Sébastien Konieczny que « Ces « prédictions » sont faites par des personnes éloignées de la recherche ou qui ont quelque chose à vendre. Les chercheurs en IA n’ont jamais prétendu recréer l’intelligence – dont il faudrait déjà qu’on donne une définition opérationnelle –, notre but est que des machines réalisent mieux que nous des tâches considérées comme intelligentes car nous seuls étions jusqu’alors capables de les réaliser, comme le classement de milliers de photos ou de morceaux de musique. Les seules choses que l’on maîtrise aujourd’hui, ce sont des tâches avec un but pré-défini ; une machine qui est capable de définir ses propres buts, ça on ne sait pas faire. Alors la conscience… »
Je vous laisse méditer …

Références
Comment permettre à l’homme de garder la main ? Les enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence artificielle. Synthèse du débat public animé par la CNIL dans le cadre de la mission de réflexion éthique confié par la loi pour une république numérique. Décembre 2017
Le mythe de la singularité. Faut-il craindre l’intelligence artificielle ? JG Ganascia. Science ouverte. Le Seuil. 2017
Techniques du chaos. Timothy Leary. L’esprit frappeur. 1994

Nowakowskismes 2.6 – Dans le grimoire d’Alan Moore

Pour ce soir, de nombreux thèmes se pressaient pour faire Nowakowkismes, j’ai failli vous parler d’intelligence artificielle, de la question de l’air, de la planète, et puis, non, j’ai passé ces trois dernières semaines dans un grimoire, un livre des merveilles, un livre de magie, et, envouté, je n’ai pas pu faire autrement que de venir vous en dire quelques mots. Ce soir les Nowakowskismes seront « dans le grimoire d’Alan Moore » !

« La magie est la mère de l’art. Rien à voir avec Harry Potter ou Dr Strange ! Il s’agit de créer quelque chose à partir de rien, d’insuffler une étincelle dans une matière inerte. »

10 ans de travail, 1266 pages, plus d’un million de mots pour 3,6 millions de signes ! Voilà dans quoi nous allons nous plonger !
Mais avant d’y aller, il faut déjà connaître l’auteur, Alan Moore !
Né le 18 novembre 1953 à Northampton en Grande-Bretagne, Alan Moore est une star de la contre-culture anglaise, scénariste adulé de bandes dessinées majeures telles que Watchmen, V for Vendetta et From Hell. Alan Moore est d’autant plus respecté que, parce que, mécontent de les voir adaptées au cinéma, il a refusé d’en toucher les royalties et d’avoir son nom inscrit aux génériques. Alan Moore est un être rare complètement raccord avec ce qu’il est profondément, à savoir anarchiste et libertaire ! Et ce n’est pas qu’une affaire d’œuvres ou de discours, Alan Moore a longtemps vécu avec deux femmes qui ont fini par se barrer ensemble avec les enfants.
Marqué par une enfance pauvre dans les Boroughs, quartiers ouvriers de Northampton, petite ville à cinquante minutes de Londres qu’il n’a jamais quittée, ses influences très diverses comptent des auteurs comme William S. Burroughs, Thomas Pynchon, Iain Sinclair, Michael Moorcock et H.P. Lovecraft. Alan Moore se présente aussi comme un magicien et un adorateur de Glycon, une divinité-serpent romaine, il suffit de jeter un oeil à ses photos pour s’en persuader.
Donc, Alan Moore s’est toujours refusé à quitter sa ville. Ses origines, ses racines sont dans les Boroughs, quartiers très populaires qui servent de cartes et d’univers aux diverses trajectoires des personnages qui tissent ce grimoire, ce « livre des merveilles », son deuxième roman, dont le titre, Jerusalem, est déjà tout un monde.
Les Boroughs et Northampton sont un lieu mais également tous les lieux présents, passés et à venir, un point singulier de l’espace-temps, un lieu où tout individu y ayant vécu, y vit, y vivra et y est présent indéfiniment, d’ailleurs le temps n’a pas d’importance ici. Moore écrit que « Des choses datant d’un passé enfoui et qui dépassaient malencontreusement dans le présent, des compromis dont les portails ne menaient nulle part, sinon dans un néant suggestif. » Le passé déborde dans le présent qui construit le passé vers un avenir comme un ailleurs à explorer et à découvrir, ailleurs déjà écrit, tout en étant « libre de faire les choses les plus scandaleuses uniquement parce que [les] actes étaient déjà décidés dans ce que les autres appellent le futur, et parce qu’il n’y pas le choix. » Un espace qui libère du mirage confortable du libre arbitre.
Pour revenir à cet attachement à ce passé ouvrier, Alan Moore l’inscrit aussi bien dans l’histoire familiale que dans celle de Northampton, grande cité industrielle aux XVIII et XIXe siècle. Ce passé ouvrier a façonné tant sa pensée politique que son écriture. Mais Moore transcende ceci et s’intéresse aussi à l’occultisme. En effet, Jérusalem est imprégné de cette « science » qui tente d’excaver et d’expliciter par le surnaturel, la magie ou la divination, les mystères de la nature. En interrogeant sans cesse par ce prisme ésotérique les origines de Northampton, Moore concentre les grandes questions métaphysiques dans ce pré carré géographique et y répond et ce pré carré existe par les marges qui le constituent, et certains, une famille, « Les Vernall étaient des personnes responsables de l’entretien des limites et des coins, des bords et des gouttières. […] Un Vernall s’occupait des limites, des marges du monde et des bas-côtés en friche de la raison séculaire. Voilà pourquoi, [ils] finissaient souvent fous et fauchés. »
Les drames personnels des nombreux personnages sont ainsi l’occasion d’observer tel un entomologiste les rouages de l’âme humaine, comme si l’univers était tout entier contenu dans ces êtres tourmentés de Northampton, comme si nous étions à la fois dans et en dessus de la vie qui s’y déroule, telle que Snowy Vernall la décrit vers la fin du XIXème siècle perché sur un toit alors que sa femme Louisa est en train d’accoucher de leur fille May à même la rue .
« Son élévation avait proportionnellement rétréci et réduit le paysage, écrasant les immeubles de sorte que s’il venait à s’élever encore plus, il savait que les maisons, les églises et les hôtels finiraient par être comprimés en seulement deux dimensions, aplatis en un plan de ville ou en carte, une mosaïque étouffante où les routes et les rues étaient des lignes argentées et pavées cernant des tessons d’un noir industriel pour former un tableau digne de Milton. Depuis le faîte du toit, […] il pouvait voir [La Tamise], pas seulement un liquide en mouvement […]. De là, il pouvait voir l’histoire du cours d’eau figé sous sa forme, son chemin sinueux de moindre résistance à travers une vallée créée par l’effondrement d’une grande faille crayeuse quelque part au sud derrière lui, des blocs blancs s’écrasant dans de blanches volutes quelques dizaines de mètres plus bas et quelques millions d’années plus tôt. »
Moore écrit les Boroughs et ses habitants dans l’intégralité de leur chemin sinueux entre les effondrements et les blocs définissant la géographie des lieux, depuis l’aube des temps jusqu’à aujourd’hui, jusqu’à faire du lecteur un habitant à part entière de ce paysage.

 

Revenons donc à ce livre des merveilles, 10 ans de travail, 1266 pages, plus d’un million de mots pour 3,6 millions de signes ! Jerusalem !
Jerusalem est à la fois mystique et politique. Mystique parce que les âmes de Northampton sont un précipité universaliste de l’humanité, une histoire au delà de l’histoire officielle, balisée par des lieux où « un passé enfoui […] dépasse malencontreusement dans le présent ».
Politique parce que le creuset ouvrier et pauvre des Boroughs symbolise depuis l’aube des temps, la lutte sempiternelle pour survivre dans un environnement difficile, un des personnages du début du XXème siècle, acteur, exprime que « ce qui le maintenait en vie, il le savait, ce n’était pas le destin qu’il poursuivait mais le sort qu’il fuyait. Ce que les gens considéraient comme une ascension n’était rien d’autre chez lui qu’une tentative pour freiner sa chute. »  Ces deux dimensions irriguent le roman ce qui permet à Moore de dépasser le simple cadre narratif, de l’histoire, et de s’aventurer sur un terrain nettement plus philosophique tant dans la forme que dans le fond. Jerusalem est un monde, un réseau, un ensemble de rhizomes, des « touffes d’herbe émeraude, saillant obstinément entre les fêlures et les fissures », comme « la seule autre forme de vie », mots unissant les hommes, à la ville et au temps unissant les mots. Jerusalem c’est aussi des questions, comme Qu’est-ce que le temps ? Dieu existe-t-il ? L’âme est-elle immortelle ? Dans Jerusalem, « personne ne pouvait rien laisser derrière soi, tirer un trait et feindre que c’était du passé. Qu’il s’agisse d’actes, de paroles, de pensées. Ça restait là, quelque part en deçà, ça s’attardait éternellement. »
Ainsi, Jérusalem déroule un récit des plus captivant, on n’en sort pas indemne, il obsède, on n’en sort pas, il est philosophique, poétique, métaphysique, ésotérique, mystique et bien plus encore ! Parce que c’est en filigrane que Jerusalem agit, bouscule le lecteur et l’oblige à porter un regard neuf sur ce qui taraude l’homme depuis la nuit des temps, dans cette quête du sens de l’existence, « Le sens […comme] la lueur de bougie partout ça tanguait et changeait dans les brises hasardeuses de l’instant, jamais le même ; le sens [comme] phénomène du Maintenant qui ne pouvait être contenu dans une rune ou un monolithe ; le sens [comme] un ouragan composé entièrement de présent, un tourbillon incessant de changement bouillonnant […]. »
Et dans tout cela, vous vous en doutez, la folie rôde, les fantômes apparaissent, les anges parlent, le lecteur devient errant, des êtres surréels vivent dans les plafonds, « La boule, la boussole, le nord, les pédales : ils étaient plus d’un dans la famille d’Alma à les avoir perdus. A avoir eu « l’esprit tourné ». […] la chose comme un angle abrupt dans le cours des pensées qu’on ne voyait pas venir comme on voit s’approcher le coin d’une rue. Il était invisible, ce coin, ou quasi, sans doute transparent à la façon d’une serre ou d’un fantôme. Cet angle n’obéissait pas aux mêmes lois que les autres, car une fois franchi, au lieu d’aller de l’avant, de descendre ou de partir sur le côté, il donnait ailleurs, dans une direction qu’on ne pouvait dessiner ni même concevoir, et une fois qu’on avait tourné à ce coin de rue mental on était à jamais perdu. On se retrouvait dans un labyrinthe qu’on ne voyait pas et dont on ignorait même l’existence, et tout le monde vous plaignait en vous voyant vous cogner partout, mais pas au point de vouloir rester votre ami comme c’était le cas avant. »
Alors démiurge, Moore échafaude une structure littéraire complexe, où chaque étape du récit se déroule comme un jeu de pistes d’une terrible ingéniosité, superposant les personnages, chacun lié à une époque mais tous connectés entre eux et à Northampton, à des rues, des noms, des familles, on assiste à l’émergence d’un monde, qui contient tout le monde, et tout l’univers. Une sorte d’odyssée dans le temps, quelque chose d’Ulysse de James Joyce (on croise d’ailleurs la fille de l’auteur irlandais, internée à Northampton), ou encore quelque chose de Jim Harrison dans sa façon de démultiplier le temps et les personnages, dans une fresque humaine qui ne se révèle complètement qu’au dernier mot.
Alors vous êtes prêts ? Vous allez croiser les chemins contemporains d’Alma, une artiste peintre sujette aux visions, et de son frère Michael par deux fois mort et ressuscité. Mais aussi d’un peintre de cathédrale, Ern Vernall, en 1865, qui perd la raison alors que, perché sur son échafaudage, il voit les fresques s’animer et lui délivrer un puissant message mathématique et philosophique. Vous rencontrerez une jeune prostituée métisse, Marla, défoncée au crack qui parle à la braise de sa cigarette comme à un démon, glissant dans les rues enténébrées à la recherche d’une dose ou de quoi s’en payer une. Un saut dans le temps vous mènera au IXe siècle, en 810, dans les pas du moine Peter, chargé d’apporter, après avoir rencontré un ange à Jerusalem, une objet mystérieux, une relique, au « centre du monde ». Vous suivrez les errances d’un sans-abri, Freddy, fantôme ou vivant errant dans les limbes de la ville, dans les limbes du temps dans un entre-temps marqué par la topologie de la ville et les histoires entremêlées qui font la ville, dont les rencontres sont de tous les temps. Vous suivrez les traces des roues du vélo d’un esclave affranchi, Henry, en quête de la sainteté, et qui en reviendra perdu. Et aussi, vous errerez avec Ben, poète tari et buveur compulsif, errant entre son enfance et son présent, aux portes d’un avenir qui se refuse à lui. En 1889, vous serez sur le faîte du toit d’une maison avec Snowy Vernall et vous assisterez à l’accouchement de sa femme en pleine rue, dans une élévation de la pensée dans les quatre dimensions de l’espace.
Tous sentent que sous la fine et fragile pellicule des choses, qui déjà se fissure, tremblent et se lèvent des foules d’entités. Et pour tous, « c’était comme s’ils étaient parvenus à la fin prédestinée de leur rencontre et devaient maintenant s’en aller, qu’ils aient fini ou non de parler. Ils devaient se dépêcher s’ils voulaient ne pas se mettre en retard, en occupant tous les espaces vides dans leurs futurs qu’il leur fallait remplir, tous les moments prédéterminés. »
Lambeth Walk, Castle Hill, l’hôpital St Andrews, le cimetière de Kingsthorpe, le Crown & Cushion, Abington square, Marefair, Bath street, le bureau de Georgie Bumble,… Northampton, le point commun à tous ces êtres et au lecteur aussi, parce qu’on se met à vivre dans ces rues, dans leur histoires passées, présentes et à venir. Northampton, singularité dans l’espace-temps, « centre du monde » pour le moine Peter quand elle s’appelait encore Hamtun, Northampton contient l’univers, dans un perpétuel entrelacement des histoires et des vies, on ne s’échappe pas d’une singularité de l’espace-temps.
Jerusalem, Northampton, est un labyrinthe, c’est franchir « un angle n’obéissait pas aux mêmes lois que les autres, car une fois franchi, au lieu d’aller de l’avant, de descendre ou de partir sur le côté, il donne ailleurs, dans une direction qu’on ne [peut] dessiner ni même concevoir, et une fois qu’on [a] tourné à ce coin de rue, on [est] à jamais perdu. » De chapitre en chapitre, d’époque en époque, on passe dans les mêmes quartiers, les mêmes rues, les mêmes pubs érodés par le temps, on explore l’urbanisme en devenir ou en ruines où errent les fantômes des temps passés, et surtout on s’immerge dans l’humain, l’humain fragile, l’humain en « strates fossiles de fantômes, accumulées les unes sur les autres et comprimées jusqu’à former […] un pétrole affectif », l’humain à travers les époques, où des hommes et des femmes se heurtent et se débattent, trinquent et s’étreignent ou sombrent brutalement dans la folie. Dans Jerusalem, chaque vie est immortelle, chaque instant humain, aussi humble soit-il, une partie vitale de l’existence, et où le moindre geste, la moindre pensée, laissent une trace éternellement vivante, une empreinte indélébile dans le fleuve sinueux du temps.
Jerusalem est donc ce patchwork de destins éclatés d’êtres de papier qui peuplent le Northampton et qui déambulent tels des fantômes condamnés à errer à l’infini selon un schéma préétabli. Jerusalem fait bien sûr écho au centre originel et mythologique des religions, dans ses aspects spirituel, ésotérique et mystique, pour le moine Peter c’est d’ailleurs l’alpha et l’omega, là où tout commence et tout finit, Peter démarre sa quête à Jérusalem et la termine à Hamtun, dans un mot unique, Jerusalem.

Jérusalem condense l’espace et le temps, convoque les fantômes du passé dans un ballet littéraire virevoltant, navigue en terre ésotérique, voisine avec le fantastique avant d’accoster sur les rives du réalisme. De Northampton à Northampton, de Jérusalem à Jérusalem, ce voyage dans les quatre dimensions de l’espace auquel nous convie Alan Moore fait de Jerusalem un roman dont on ne sort pas indemne, et si je ne devais garder que quelques livres, assurément, il en sera !
Voilà j’espère que j’ai réussi à vous donner envie de vous plonger dans Jerusalem. Moore est un poète, un magicien, un tisseur de mots qui tissent la toile de l’univers, un colosse, un titan, mieux un Hephaïstos descendu de l’Olympe, installé à Northampton, qui, du marteau de sa forge et de la boue, réalise les objets merveilleux les plus fins, et magiques essentiels à l’élaboration de ce quelque chose qu’on appelle l’Humain.