Nowakowskismes 6.18. Printemps silencieux

Illustration par Nicolas Hamm

Il nous faudrait inscrire notre époque, comme le propose Donna Haraway, sous le signe de la « phonocène ». L’inscrire sous ce signe, ce serait ne pas oublier que si la terre tremble, gronde et grince, elle chante également. L’inscrire sous ce signe, c’est surtout ne pas oublier que ces chants sont en train de disparaître, mais qu’ils disparaitront d’autant plus s’ils disparaissent dans l’indifférence du monde de l’information. Et qu’avec ces chants disparaitront irrémédiablement les multiples manières d’habiter la terre, les inventions de la vie, les compositions d’inattendus et d’émerveillements, les partitions mélodiques, les appropriations délicates, les manières d’être et les importances. Tout ce qui fait des territoires, des lieux où vivre, tout ce que font des territoires animés, rythmés, vécus, aimés. Habités. Vivre notre époque en la nommant « phonocène », c’est apprendre à prêter attention au silence qu’un chant d’oiseau peut faire exister, c’est vivre dans des territoires chantés, mais c’est surtout ne pas oublier que le silence de la mort pourrait finir par s’imposer. Et par ce lent conditionnement résultat de l’action combinée de l’indifférence et de l’égoïsme, à considérer comme une référence ou importants les milliards du capitalisme dépensés pour un oiseau chantant l’épandage du spectaculaire torrent médiatique domestique stérilisé à la javel des lieux communs et de l’insignifiance et que le ultralibéralisme destructeur écoule à grande eau dans le vide toujours plus profond du monde contemporain, nous risquons de produire l’effacement irrémédiable de la vie pleinement humaine dans cette infime et unique goutte bleue perdue dans ce coin de l’univers. 

Bienvenue en anthropocène ! 
« Il était une fois une petite ville au cœur du monde où toute vie semblait vivre en harmonie avec ce qui l’entourait. (…)Et puis un mal étrange s’insinua dans le pays, et tout commença à changer. Un mauvais sort s’était installé dans la communauté, de mystérieuses maladies décimèrent les basses-cours ; le gros bétail et les moutons dépérirent et moururent. Partout s’étendit l’ombre de la mort. Il y avait un étrange silence dans l’air. (…) Qu’est-ce qui a réduit au silence les voix du printemps dans d’innombrables villes de ce monde ? » 
Nous voici à la croisée des chemins. Deux routes s’offrent à nous. Celle qui prolonge la voie que nous avons déjà trop longtemps suivie est facile, c’est une autoroute, où toutes les vitesses sont permises, mais qui mène droit au désastre. L’autre, le chemin le moins battu, nous offre notre unique chance d’atteindre une destination qui garantit la préservation de notre terre.
Vouloir « contrôler la nature » est une arrogante prétention, née des insuffisances d’une biologie et d’une philosophie qui en sont encore à l’âge de Neandertal, où l’on pouvait encore croire la nature destinée à satisfaire le bon plaisir de l’homme. Le malheur est qu’une si primitive pensée dispose actuellement des moyens d’action les plus puissants, et que, en orientant ses armes contre les insectes, elle les pointe aussi contre la terre. Ce soir, les Nowakowskismes interrogent, dans les pas de Rachel Carson, et de tous les autres, ce monde que nous avons détruit et poussé dans le silence d’un monde déserté par la vie.
Elle nous avait prévenu. Elle, c’était Rachel Carson, elle avait écrit ce livre Printemps silencieux, qui avait été lu, réédité à maintes reprises. Elle nous avait prévenus mais c’était arrivé, pas vraiment progressivement. Comme toujours, on avait refusé de voir l’évidence, repoussant toujours au lendemain les décisions, l’action. Puis, d’autres avaient pris le relai et s’étaient épuisés, et avaient même laissés leurs vies dans les combats pour tenter de préserver ce qui restait de vivant dans ce monde. Alors, en quelques années, ils s’étaient mis à disparaître, à mourir, le ciel se vida, le ciel perdit ses habitats, le monde perdit ses oiseaux. Ils avaient inspirés tant d’écrivains, de poètes, ils avaient été messagers et annonciateurs, ils avaient déposé sur le monde la musique de leurs chants, ils avaient tout simplement mis de la beauté, de la joie dans nos vies. Certains les enfermaient même espérant s’attribuer un morceau de ce bonheur chantant. 
Les rapports avaient succédé aux études puis aux rapports encore. Ils avaient souligné la réalité de la contamination de l’environnement par les pesticides, et l’impact négatif sur la biodiversité et les écosystèmes, dans une une contamination touchant tous les milieux, et concernant non seulement une variété de substances actives mais aussi les produits de transformation, les adjuvants et les co-formulants.
On savait depuis longtemps que, parmi les espèces affectées, on retrouvait des invertébrés terrestres, dont des insectes pollinisateurs comme les abeilles, ainsi que des oiseaux. Mais, nous n’étions devenus, et ce depuis déjà des dizaines d’années, que les simples véhicules obéissants des formes et forces du Capital. En fait, nous nous étions réduits à n’être que des supports destinés à la réalisation, à la circulation et à la consommation des marchandises sous toutes leurs configurations possibles et imaginables et, tant pis, si tout cela contribuaient irrémédiablement à accroître les risques d’extinctions massives. La marche forcée du néant réduisait tout sur son passage. Nous prenions des leçons d’abime que nous oubliions aussitôt. Nous écoutions les annonces de catastrophes à venir, comme à écouter la musique d’un ascenseur en proie aux flammes et en chute libre. 
« Le capitalisme ? Qu’il crève ! .. disait Baudrillard. Mais comment le faire crever ? Alors qu’il nous manipule jusqu’au trognon : tout ce que nous voulons, c’est lui qui le veut, tout ce que nous faisons c’est lui qui nous le fait faire…. Jusqu’à rendre toute subversion impossible ». 
Et comme les chiens qui tirent sur leurs chaines et s’étranglent, et plus ils s’étranglent plus ils tirent, plus les études l’avaient montré, moins nous avons cherché à changer le cours des choses, à renverser le système qui menait au désastre. En effet, depuis le début des années 1980, un oiseau sur six avait disparu en Europe. Les chiffres étaient terrifiants, certains s’indignèrent, mais nous regagnâmes nos niches confortables, insonorisées aux bruits du monde, à la misère, à la mort, aux êtres désespérés qui se noyaient par milliers dans les mers fuyant l’horreur et les destructions. En quatre décennies, les effectifs des oiseaux peuplant la Terre avaient chuté globalement de 14 à 19 %. Ce déclin était particulièrement colossal parmi les espèces dites communes, celles qui partageaient nos espaces, qui égayaient nos âmes de leurs chants, qui simplement apportaient de la joie à nos vies. En très peu de temps, près de 600 millions d’oiseaux nicheurs avaient disparu. 

« Ô les gens bien heureux tout à coup dans l’espace
Si haut qu’ils semblent aller lentement en grand vol
En forme de triangle arrivent planent, et passent
Où vont ils, qui sont-ils, comme ils sont loin du sol
Regardez-les passer, eux ce sont les sauvages
Ils vont où leur désir le veut par dessus monts
Et bois, et mers, et vents, et loin des esclavages
L’air qu’ils boivent ferait éclater vos poumons »

Souvenez vous ! Les bergeronnettes printanières, avec leur longue queue caractéristique, qui vivaient dans des espaces ouverts, souvent à proximité des habitations et des points d’eau, qui nichaient dans les interstices des murs de pierre, sous les toits, dans les ponts ou dans des trous d’arbres, leur nombre avait chuté de 97 millions. Les étourneaux, les sansonnets, ces oiseaux sociables jusqu’à se regrouper en bancs de millions d’individus pour former ce qu’on avait appelé des murmures perdirent 75 millions d’entre eux. Les alouettes des champs, ces gentilles alouettes, qui se souvient encore aujourd’hui de leur décollage vertical au milieu d’un pré, au moins 68 millions d’entre elles disparurent. Le cas le plus emblématique restait le moineau domestique qui avait perdu la moitié de sa population, soit 247 millions d’individus. 
Ainsi tout un cortège d’espèces avait disparu du ciel, et ce soir, alors que j’écris ces lignes, les martinets n’ont toujours pas reparu, leurs vols ne rayent plus le ciel, et leurs petits cris ne traversent plus l’air de la fin de la journée. Alors que j’écris ces lignes, après quelques semaines de cette année, la France a déjà consommé tout ce que la nature est en capacité de régénérer en une année. Et le ciel est désespérément vide et silencieux. Les martinets, on les appelaient les oiseaux des 100 jours, arrivaient fin avril, et repartaient invariablement fin juillet. Ces oiseaux passaient la majeure partie de leur vie en vol et ne se posaient que pour nicher et couver leurs oeufs. Dans les airs, ils dormait, ils mangeaient, ils s’accouplaient et, lors des soirées d’été, leurs petits cris emplissaient le ciel qui s’assombrissait, nous apportant la poésie de la vie au seuil de la nuit. 
Nous avions eu beau le dire, nous avions eu beau nous opposer, tenter de faire voter des lois, des directives, chaque année, entre 55000 et 70000 tonnes de substances actives phytopharmaceutiques avaient été vendues sur le territoire français. Ces substances répandues industriellement se sont retrouvées et accumulées dans l’environnement dans une pollution qui a touché tous les milieux, le sol, l’air, l’eau. Nous retrouvions non seulement les substances actives des pesticides, mais également tous leurs produits de transformation et tous leurs adjuvants. Ainsi, le glyphosate, cet herbicide massivement vendu alors qu’interdit, était utilisé avec des additifs permettant de renforcer son efficacité. Quand il se dégradait, il créait une nouvelle molécule également toxique appelée l’Ampa. De plus en plus, nous avons retrouvé tous ces produits phytopharmaceutiques jusque dans les mers, le long des côtes, jusque dans les fonds marins. On avait même trouvé du DDT, cet insecticide interdit en France depuis 1972, à des centaines de kilomètres, dans les zones proches des pôles.
Comment espérer conserver la planète en bon état alors que cette imprégnation massive de poisons avait fragilisé l’ensemble du vivant ? Les premiers à être menacés et exterminés furent celles et ceux qui vivaient non loin des champs, les abeilles, les bourdons, les coccinelles, les papillons, les oiseaux… Les études disponibles avaient beau affirmer que les produits phytos étaient une des causes majeures du déclin des populations d’insectes, d’oiseaux, d’invertébrés aquatiques jusqu’à induire, à l’échelle européenne, des pertes allant jusqu’à 40 % au sein des macro-invertébrés aquatiques, nous donnions juste raison à George Bataille qui écrivait déjà il y a bien longtemps que « les avantages de la civilisation étaient compensés par la façon dont les hommes en profitaient, or, les hommes actuels en profitaient pour devenir les plus dégradants de tous les êtres qui ont existé ». Nous étions simplement irresponsables et assassins, pour « vivre notre propre destruction comme une jouissance esthétique de tout premier ordre ». Et les sciences, la technologie, le progrès au service de cette esthétique mortifère avaient produit ces substances chimiques qui ne faisaient pas que tuer les êtres vivants mais avaient de « de nombreux effets sub-létaux chez les êtres vivants, perturbant l’organisme, sans être mortelles, des pertes d’orientation, des déficiences immunitaires, des modifications de la reproduction… » Peut-être la combinaison de tout cela avaient conduit à ce que les martinets ne revinrent pas sur les lieux de nidification, se perdirent et moururent de maladies auxquelles ils étaient auparavant immunisés. Et les oiseaux, les martinets ne furent pas les seuls à être atteints de la sorte. Les amphibiens et les dauphins se mirent à tomber plus facilement malades. De plus en plus d’effets non attendus et sans relation claire avec le mode d’action connu avaient pourtant été mis en évidence dans les systèmes nerveux, immunitaire, endocrinien, ou encore les interactions avec les microbiotes. 
La désintégration des valeurs que nous espérions constitutives de sociétés respectables et respectueuses du vivant avaient activé un effet papillon. En supprimant des insectes ou en détruisant une partie de la végétation, insecticides et herbicides diminuaient les ressources alimentaires et les habitats de nombreux animaux, dont certains oiseaux. Les pesticides et la pollution chimique ont agi comme un facteur aggravant de l’état de santé des écosystèmes menant au déclin des insectes et à la disparition de millions d’espèces. 
Les espaces dont dépendaient les oiseaux furent anéantis par les humains, puis les oiseaux communs devinrent de moins en moins communs, et aujourd’hui, c’est notre propre espèce qui étaient en danger d’extinction. Au sein de cette désolation que fardent masques et rôles à la mesure des mensonges de ces époques, peu à peu nous était devenue familière cette posture inconséquente où fureur et torpeur s’entrelaçaient dans notre lent conditionnement résultat de l’action combinée de l’indifférence et de l’égoïsme. 
A l’heure où j’écris ces lignes, l’Inde et son milliard d’habitants fait face à des sécheresses jamais vues, avec des températures incompatibles avec la vie humaines, plus de 62°C au sol et plus de 45°C dans l’air, l’Antarctique n’a jamais connu de telles températures, en Afrique de l’Est, la fréquence des sécheresses a doublé, passant de tous les six à tous les trois ans, tuant par centaines de milliers le têtes de bétail, le Kenya faisant face à des sécheresses sans précédent qui voient le sol des villages jonché de cadavres desséchés de vaches, des sécheresses qui font qu’un animal emblématique, qui ne connait pas de prédateur, a commencé à s’éteindre en silence, jusqu’à ce qu’un cliché montrant un enchevêtrement de longs cous et de pelages tachetés, cette image d’une tristesse infinie de ces six girafes mortes de déshydratation sur le sable du désert, fasse le tour du monde. 
À l’heure où j’écris ces lignes, sur à peu près tous les continents, l’eau verte, celle qui est inclue dans nos sols, et qui est utilisée par les micro-organismes, s’évapore parce que nous avons tellement dégradés les sols par l’agriculture intensive qui rend les sols arides, les salinifie et en modifie les conditions chimiques, qu’ils n’ont plus la capacité de conserver cette eau. Cette dégradation massive des terres a ainsi des conséquences sur le cycle de l’eau parce que les sols ne sont plus capables de la retenir et ne permettent plus le déroulement de ce cycle. Les continents ont perdu la capacité à conserver cette eau qui finit dans l’atmosphère et les océans, une eau perdue, associée aux ravages du réchauffement climatique, des régions, des continents, une Terre qui est en train de mourir de nous.
A l’heure où j’écris ces lignes, les martinets ne sont pas venus. A l’heure où j’écris ces lignes, les printemps silencieux qui nous attendent, sont traversés des cris de terreur de tous ces oiseaux qu’on abat par millions, par peur de la grippe aviaire qui s’installe irrémédiablement dans les avatars de ce monde de surconsommation que sont ces élevages intensifs. A l’heure où j’écris ces lignes, les printemps sont de plus en plus silencieux, nous avions observé un répit quand les confinements firent revenir la nature, la vie, les insectes, le silence de la vie bruissante, mais passé ces temps, nous nous étions jetés à nouveau, et sans retenue pour retrouver le monde d’avant. Et ça a marché ! Nous avons détruit, pollué, épuisé la planète. Rachel Carson écrivait déjà en 1962 ceci : « Les futurs historiens pourraient être fort étonnés par notre absence de sens des proportions. Comment des êtres intelligents pouvaient-ils chercher à contrôler quelques espèces indésirables avec une méthode qui contaminait l’environnement tout entier et menaçait même leur propre espèce? Et pourtant, c’est exactement ce que nous avons fait ». Cette année, les martinets ne sont pas venus, c’étaient les sauvages, ils allaient où leur désir le voulait par dessus monts et bois, et mers, et vents, et loin des esclavages, et l’air qu’ils buvaient aurait fait éclater nos poumons. 
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène et en « phonocène » est terminé pour ce soir et, avec Antonio Gramsci, ces quelques derniers mots : « Les destinées d’une époque sont manipulées au gré des visions limitées, des objectifs immédiats, des ambitions et des passions personnelles de petits groupes agissants, et la masse des hommes l’ignore, ne s’en préoccupe pas. Mais les événements qui ont mûri finissent par éclater et il semble alors que ce soit la fatalité qui emporte tout et tous qu’on l’ait voulu ou non. Certains pleurnichent pitoyablement, d’autre jurent grossièrement, mais personne ne se demande: si j’avais fait mon devoir, est-ce que cela ce serait passé ainsi ? » 

Sources, références et inspirations 
https://reporterre.net/600-millions-d-oiseaux-ont-disparu-en-Europe
https://reporterre.net/Mort-des-abeilles-et-dauphins-malades-les-pesticides-ravagent-la-biodiversite 
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/jour-du-depassement-la-france-a-consomme-en-quatre-mois-son-budget-nature-de-l-annee-150763.html 
https://www.geo.fr/environnement/a-la-decouverte-du-martinet-noir-cet-extraordinaire-oiseau-citoyen-de-nos-territoires-195949
https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/environnement-africain/video-rechauffement-climatique-on-n-avait-jamais-vu-de-girafes-mourir-a-cause-de-la-secheresse-l-image-qui-a-choque-le-monde_5114950.html 
Habiter en oiseau, Vinciane Despret 
Printemps silencieux, Rachel Carson
https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-du-vendredi-06-mai-2022 Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.18-09052022-11.45/

 

 

Nowakowskismes 6.17. Cris

Illustration par Nicolas Hamm

Le gouffre : on y tombe en criant, on y sombre peut-être en silence, on y meurt seul dans le froid de l’espace infini. 
Tout un programme que, depuis Pascal, nous avons l’habitude d’appréhender. Baudelaire lui-même nous mettait aussi en garde : 
« J’ai peur du sommeil comme on a peur d’un grand trou
Tout plein de vague horreur, menant on ne sait où
Je ne vois qu’infini par toutes les fenêtres,
Et mon esprit, toujours du vertige hanté,
Jalouse du néant l’insensibilité ».
Régulièrement, nous plongeons dans les territoires des abysses, les trouées de l’espace, les percées du rêve et seul quelques vieux maîtres des profondeurs sont à même de décrypter notre fascination pour l’obscur et sont capables de venir nous y retrouver.
Et là, sans doute, nous devenons fous sans que cette folie puisse se faire entendre. Combien de témoignages d’hommes au bord du gouffre de la raison, furent-ils écrits comme des bouées de sauvetage lancées pour ne pas sombrer ? Or ces cris d’effroi véritable se sont perdus dans les marécages du doute, de l’incompréhension, de la peur. C’est pourquoi ces témoignages, au-delà de l’expérience horrifique, ces cris hurlés, inintelligibles à la plupart, reproduisent en souterrain la difficulté à se faire lire et comprendre. 
Ce cri est un cri de solitude. 
On parle mais on ne sait pour qui on parle, on écrit sans savoir si le témoignage sera reçu par le rire, le mépris ou l’oubli. Il reproduit aussi les conditions d’une écriture toujours en lutte pour imposer sa vision et son art. Heureusement, plongée dans les ombres secrètes que ménage l’art, la pensée, les mots, la vie résistent à l’indifférence des vivants eux-mêmes, à l’usure du temps, à la sclérose des siècles car :
« N’est pas mort ce qui à jamais dort
Ainsi, au cours des siècles, on peut voir mourir même la mort ».

Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! 
Romain Gary nous disait il n’y a pas si longtemps que « ceux qui parlaient de faire naître un nouveau monde se berçaient d’illusions : le nouveau était déjà né. La seule question qui se posait était de savoir ce qu’il fallait faire des ruines  ».  Pour les Nowakowskismes, le silence est impossible, et les ruines sont leur univers. Notre posture s’oppose en tout point à celle du suspect chez Kafka pour qui, « s’il s’agissait d’une comédie, il allait la jouer lui aussi ». Et ainsi la rendre valable. Nous n’acceptons rien. Nous pensons, parlons, écrivons contre, en un constant ressassement, comme on se cogne aux murs, comme on se heurte aux encoignures des portes closes.
Il faut que leur discours enfle comme un mauvais coup, qu’ils agacent comme une plaie qui saigne, ou qu’ils se taisent. Les Nowakowskismes ont ceci de commun avec l’architecture en ce cela qu’ils consistent autant à édifier qu’à démolir. Mais contrairement à l’architecte, qui est hanté par tous les spectres du pouvoir, qui ne démolit et ne construit qu’afin de leur plaire et tente ainsi de s’en approprier un peu de prestige, les Nowakowskismes ne sont habités que par leur lutte sans fin contre leur impuissance, et leur lutte permanente contre la désertion, et pour cela font, sans faiblir, retentir leurs cris de combat écologique et numérique.

Cri. Le service européen Copernicus rappelle dans son rapport annuel sur l’état du climat de l’Europe, publié le 22 avril, que « 2021 a été une année d’extrêmes, avec l’été le plus chaud d’Europe, des vagues de chaleur en Méditerranée, des inondations et des sécheresses dues au vent en Europe occidentale ». Après un printemps frais, marqué par des épisodes de gels tardifs, l’Europe a connu l’été le plus chaud jamais enregistré. Les températures annuelles à la surface des mers Baltique et Méditerranée ont été les plus élevées depuis au moins 1993. Dans certaines parties de la Baltique, l’eau a été 5 °C plus chaude que la moyenne. À l’intérieur des terres, « de nombreux records de température ont été battus », dont un record européen de 48,8 °C en Italie. Dans certaines régions d’Italie, de Grèce et de Turquie, la canicule a duré deux à trois semaines. Ces conditions extrêmes ont favorisé des feux de forêt dévastateurs, notamment sur le pourtour méditerranéen. « La superficie brûlée totale en juillet et août dans la région méditerranéenne a dépassé 800 000 hectares » soit la superficie du département du Puy-de-Dôme. Plus au Nord, « d’intenses feux de forêt en Sibérie subarctique ont entraîné une propagation de fumée en Arctique », doc de gaz à effet de serre soit « la quatrième plus grande quantité d’émission de carbone due aux incendies » depuis le début des relevés. Ce qui est sûr c’est que les années à venir seront semblables à 2021. Tant que les concentrations de CO2 et de méthane ne redescendront pas, nous vivrons dans un climat de plus en plus perturbé. L’an dernier, les concentrations de gaz à effet de serre ont continué à augmenter dans notre atmosphère or il n’y a pas d’autre choix, il faut réduire ou annuler nos émissions, comme le recommande le GIEC.

Cri encore. « Nous sommes le canari dans la mine de charbon » alerte un habitant de Lytton, au Canada. Au fond des mines, quand le canari mourait, les hommes disposaient de quelques minutes pour sauver leur peau. Ces petits oiseaux trimballés en cage donnaient l’alerte, au prix de leur vie, sur l’imminence d’un coup de grisou, une explosion soudaine causée par l’accumulation d’imperceptibles, inodores et invisibles gaz toxiques. 
Le village de Lytton a disparu à 90%, ravagé par les flammes après que le thermomètre a atteint 49,6 °C, un record dans cette zone du globe. Le réchauffement climatique est en marche, et il avance vite, si vite que personne ni  échappe. Madagascar, où deux années consécutives d’une terrible sécheresse menacent plus d’un million de personnes. L’Europe, tiraillée entre vagues de chaleur au sud et pluies diluviennes au nord.
+44°C en Inde, +50°C au Pakistan… l’Asie du Sud connait aussi une vague de chaleur extrême alors que l’Inde a enregistré son mois de mars le plus chaud depuis 122 ans. Selon la NASA, cette zone pourrait devenir inhabitable dès 2050 en raison de la chaleur mêlée à l’humidité qui empêche au corps de suer et donc de se refroidir.
Les catastrophes météorologiques sont une traduction tangible du réchauffement climatique qui, lui reste abstrait, dès lors qu’il est traduit en chiffres et en projections plutôt qu’en expérience. En journalisme, on appelle cela la « loi de proximité » ou plus cyniquement « loi du mort-kilomètre ». Plus un événement se produit loin de nous, moins il nous intéresse ; plus les victimes semblent éloignées, moins elles suscitent d’empathie. Inondation au Bangladesh, sécheresse au Sahel… c’est loin, ce n’est pas nous, … Longtemps, les pays du Sud ont été seuls frappés par les catastrophes liées à la hausse des températures. Aujourd’hui encore, les ravages de la famine qui frappe Madagascar, menaçant plus d’un million de personnes, n’ont pas l’écho médiatique du « dôme de chaleur ». En fait, pour les pays riches, le réchauffement climatique n’est toujours pas une menace immédiate et la relative tranquillité des Occidentaux nuit au passage à l’action, cantonnant à demain la survenue de la catastrophe dans le quotidien. Ceci a pour effet d’écarter et de repousser la gestion de la crise climatique au profit d’autres tâches importantes. D’autres problèmes tels que la santé, la pandémie, l’emploi, les inégalités, l’insécurité, le terrorisme… Or légitimer l’inaction, repousser l’action climatique revient à nier le réchauffement climatique.
Dès les années 1980, la communauté scientifique avait prédit le monde de 2020, alors écoutons les inquiétudes des scientifiques quant à 2050. Il faut changer de mentalité et abandonner cette idée « qui veut que l’on sera capable d’ici là de réparer les problèmes que l’on a créés parce que c’est faux, l’inertie est telle que ce qui a été enclenché ne s’arrêtera pas ». 2050, ce n’est déjà plus les générations futures. Et il est grand temps que les mineurs s’empressent d’évacuer la galerie, il en grand temps que nous abandonnions les énergies fossiles.

Cri toujours. « Je ne m’attendais pas à ce que des signes de déstabilisation soient déjà visibles, et je trouve cela effrayant parce que cela pourrait présager d’un effondrement de l’Amoc et nous ne pouvons pas laisser cela arriver ». On appelle “circulation méridienne de retournement atlantique” (Amoc) ce courant marin, qui joue un rôle de thermostat au niveau du climat mondial. Or, il est en train de se détraquer. Ces dérèglements seraient dû au réchauffement climatique causé par l’activité humaine, et l’écroulement de ce système viendrait encore accélérer la hausse des températures, plongeant notre planète dans un terrible et imprévisible cercle vicieux. L’effondrement de l’Amoc constitue ce que les experts du climat appellent un « seuil de rupture » (“tipping point” en anglais), à savoir un moment où le climat basculerait soudainement et de manière irréversible dans un état complètement différent de celui que nous connaissons. Les températures deviendraient beaucoup plus fraîches dans l’hémisphère nord, avec une augmentation du nombre de tempêtes, tandis que le niveau de l’océan Atlantique connaîtrait une forte hausse. Les moussons en Afrique et en Amérique du Sud se déplaceraient, exposant encore davantage de populations à d’importantes sécheresses. Parce qu’il absorbe et stocke la chaleur beaucoup plus efficacement que les terres et l’atmosphère, l’océan s’est considérablement réchauffé au cours des 50 dernières années en raison des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique. Cette hausse de la température des océans combinée à l’arrivée massive d’eau douce issue de la fonte des glaces, là aussi causée par le changement climatique, imposent là encore une seule réponse la réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre, et donc l’abandon des énergies fossiles.

Cris enfin. « On estime qu’une personne reçoit entre 1 200 et 2 200 messages publicitaires par jour ». La grande majorité des dépenses publicitaires qui s’élèvent, en France, à 31 milliards d’euros par an, sont réalisées par des multinationales spécialisées dans la vente de produits et de services énergivores. Achetez le SUV dernier modèle, partez en voyage en avion, jetez-vous sur la restauration rapide et les équipements numériques, … la liste est très longue. Selon un rapport paru en 2020, elles parviennent à provoquer « des phénomènes de consommation de masse qui n’auraient pas eu lieu sans stimulation publicitaire ». Dans cette culture de la publicité de masse poussant les consommateurs à renouveler sans cesse leurs appareils, à acheter du neuf pour avoir une meilleure image vis-à-vis de leurs pairs, un individu est exposé 15, 20 ou 50 fois à une marque jusqu’à finir par avoir un biais positif pour elle. Faire advenir une société sobre nécessiterait alors de déconstruire notre « imaginaire de la toute-puissance », glorifiant la vitesse et associant les usages énergivores au bonheur et à la réussite sociale. En fait, l’impératif de sobriété se heurte également à nos normes sociales. Tout, dans notre socialisation, valorise le principe de la compétition par l’accumulation. On grandit avec l’idée que « plus, c’est mieux ». On le voit déjà avec l’éducation où ce n’est pas la note qui compte, c’est la meilleure note. Le travail, la sociabilité personnelle et familiale renforcent cela. Il ne s’agit pas de savoir si l’on voyage, mais de voyager loin, souvent, et de démultiplier les activités pendant ce voyage. Faire advenir une société sobre nécessiterait de déconstruire notre « imaginaire de la toute-puissance », glorifiant la vitesse et associant les usages énergivores au bonheur et à la réussite sociale. Parce que mutualiser les équipements implique de remettre en question notre attachement à la propriété privée ; parce que développer l’habitat partagé pourrait nous amener à réévaluer l’importance que nous accordons à l’intimité ; parce que mettre en place des politiques de réduction des déplacements aériens pourrait être perçu par certains comme une atteinte à la liberté de circulation, et la liste pourrait être prolongée. 
Fabriquer efficacement les choses que les gens voulaient n’est plus suffisant. Les désirs des gens sont eux-mêmes un produit nécessitant une fabrication habile. Cette fabrication habile s’est déployée dès lors que nous avons pu développer des programmes informatiques s’appuyant sur des algorithmes capables d’évaluer leurs propres performances en temps réel. Ces programmes ont commencé à se comporter comme des agents, surveillant et réagissant aux résultats de leurs propres actions. Créés pour optimiser la tâche d’instiller des désirs dans notre coeur, ils ont été affectés par la façon dont ils ont affecté les gens. Au fur et à mesure qu’ils ont appris à nous connaître, ils ont développé d’étranges capacités à nous surprendre avec de bonnes recommandations et des idées qui nous intriguent. Avant que nous nous en soyons rendus compte, le système avait acquis des pouvoirs substantiels pour guider nos choix, en fait pour nous commander. Avec des appareils ou des applications peuplant notre quotidien, nos téléphones, les réseaux sociaux, nous nous sommes retrouvés dans la plus dialectique des régressions infinies. Nous entraînons le programme qui nous entraîne à servir les intérêts de ses propriétaires. Et plus nous faisons cela, plus vite ce programme va apprendre à nous aider à nous entraîner à nous commander. Et tout cela, ne l’oublions pas, nous le faisons chaque fois que nous publions des photos sur Instagram, écrivons des tweets, proposons des critiques sur des livres Amazon ou nous déplaçons simplement en ville afin que nos téléphones fournissent des données de l’état du trafic à Google Maps. Au moment où un Elon Musk s’achète Twitter pour 44 milliards de dollars, qu’il a manifestement un projet politique derrière la tête parce qu’avec Twitter, Elon Musk s’achète en réalité « un instrument d’influence » qui lui permettra certainement d’« avoir l’oreille des politiques et peut-être trouver les amitiés » nécessaires pour le développement de ses activités et par là asseoir sa conception impérialiste du progrès. Souvenez-vous que le projet d’Hyperloop s’appuyait sur une collecte massive des données personnelles pour optimiser l’expérience du voyage, encore et toujours en entraînant le programme qui nous entraîne à servir les intérêts de son propriétaire. 
Or n’oublions jamais que « la liberté est un processus par lequel vous développez l’habitude d’être inaccessible à l’esclavage ». Ces mot sont ceux d’Alla Gutnikova, une des anciennes rédactrices en chef du journal étudiant « DOXA » de l’École supérieure d’économie de Moscou, condamnée avec d’autres à deux ans de travaux forcés pour leur rôle dans une vidéo dans laquelle ils s’interrogeaient sur le bien-fondé pour les enseignants russes de décourager leurs élèves de participer aux rassemblements de protestation contre l’incarcération du leader de l’opposition Alexei Navalny. 
« Conscience, honneur et dignité,
Voilà notre armée spirituelle. 
Tendez-lui votre paume. 
Pour cela, on ne craint pas le feu. 
Son visage est noble et merveilleux. 
Consacrez-lui votre petit siècle. 
Peut-être que tu ne seras jamais victorieux, mais tu mourras en tant qu’humain ». 
À crier sur tous les toits.
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Olga Tokarczuk, ces quelques derniers mots : « On ne se sent jamais mieux que dans un nouvel endroit, parce qu’alors le monde commence à nouveau. Être un étranger, c’est être libre. Avoir derrière soi un grand espace, une steppe, un désert. Avoir derrière soi la forme de la Lune pareille à un berceau, le chant assourdissant des cigales, l’air qui sent bon la peau de melon, le bruissement du scarabée qui, le soir, quand le ciel devient complètement rouge, sort chasser dans le sable. Posséder sa propre histoire, non destinée à tous, son propre récit avec les traces laissées derrière soi. Se sentir partout invité, s’installer dans une maison pour un temps, ne pas s’inquiéter du verger, se réjouir du vin plutôt que s’attacher au vignoble. Ne pas comprendre la langue, à la faveur de quoi mieux voir les gestes et les mimiques, l’expression des yeux, les émotions qui apparaissent sur les visages telle l’ombre des nuages. Apprendre une langue étrangère par le début, à chaque endroit un peu, comparer les mots et découvrir l’ordre des ressemblances. Il faut protéger cet état, car il procure une puissance énorme ».

Sources, références et inspirations 
https://reporterre.net/Tous-les-indicateurs-sont-au-rouge-le-climat-se-deregle-en-Europe
https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/inondations-en-europe-comment-le-rechauffement-climatique-est-passe-de-menace-pour-les-generations-futures-a-danger-imminent_4690937.html
https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/climat-un-courant-oceanique-majeur-de-l-atlantique-menace-de-se-detraquer-et-c-est-inquietant_4729247.html https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/l-inde-brule-l-asie-du-sud-subit-une-vague-de-chaleur-extreme-signe-du-changement-climatique-150738.html
Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.17-26042022-16.39/

 

Nowakowskismes 6.16. Gangrène

par Nicolas Hamm – “Epouvanter qui….pour protéger de quoi exactement ? “

L’histoire des sociétés humaines a été profondément foisonnante, avec de multiples expériences, bifurcations et hésitations où le choix délibéré et l’imagination politique ont, même si on a cherché à l’oublier, joué un rôle central. Le modèle de société actuel, présenté comme l’accomplissement d’un modèle unique et duquel il n’est pas possible de s’extraire, n’est que contingence, choix et surtout n’a rien d’inéluctable.
Déjà, ce qu’on appelait « la critique indigène », à savoir la parole des peuples autochtones que notre modèle a chercher à éradiquer, regardant nos sociétés, pointait la soumission à l’autorité de ceux qui s’érigeaient en modèles, leur manque de liberté, d’entraide, et plus généralement l’absurdité des institutions et ce rapport purement utilitariste et destructeur aux vivants non-humains. La morale qui a depuis envahi la pensée occidentale, est en substance la suivante. Les autres sociétés comme les sociétés amérindiennes sont peut-être plus libres que nous, mais c’est parce qu’elles en sont encore à un stade inférieur de développement. En fait, les critiques qu’elles formulent sont certes pertinentes, mais elles se font à la manière dont peut l’être le regard d’un enfant sur le monde des adultes – à traiter avec condescendance. Parce qu’il faut, et c’est bien triste, grandir, et devenir adultes ! Et sur ce chemin « normal », les sociétés seraient donc contraintes elles aussi de se développer, de grandir, et, ce faisant, elles doivent nécessairement faire apparaître les inégalités. Les inégalités comme marqueurs indiscutables de l’âge adulte des sociétés ! Terrifiant ! 
« Ne trouvez pas naturel ce qui se produit sans cesse!
Qu’en une telle époque de confusion sanglante
De désordre institué, d’arbitraire planifié
D’humanité déshumanisée,
Rien ne soit dit naturel, afin que rien
Ne passe pour immuable ».
Quel bon début que ces mots de Bertolt Brecht extraits du texte intitulé « L’exception et la règle » écrit en 1930, cette décennie terrible qui vit se déployer comme jamais en Europe la peste du fascisme, de l’antisémitisme, de la violence. Alors, à quelques jours d’un deuxième tour, qui voit encore une fois une candidate fasciste se retrouver au second tour de la présidentielle, cette candidate dont les amis sont dans les régimes autoritaires, chez les franquistes en Espagne, et avec tous les autres qui s’affichent sans vergogne avec leurs programmes et discours haineux et nauséabonds, soutenus par des populations ignorantes et préoccupées par leur petit monde. 
Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! 
Alors « Quand, comment réagir lorsque chaque action, chaque occasion n’est pire que la précédente seulement d’un petit peu. Attendre la suivante ou plutôt attendre une occasion énorme, choquante, en pensant que, devant un tel choc, les autres se réuniront dans une sorte de résistance. Parce qu’agir ou parler tout seul, sortir du rang pour semer le trouble, ce n’est pas ce à quoi vous avez été habitués… En réalité, cette occasion énorme que des dizaines voire des centaines de milliers rejoindront, n’arrivera jamais. Parce que ce sont des centaines de petites marches, certaines imperceptibles que nous franchissons sans réfléchir, chacune nous préparant à ne pas être choqué par la suivante ! » En 1996, en 2002, nous étions dans la rue pour opposer une vraie réaction au Front National ! Aujourd’hui, en 2022, combien de marches avons-nous franchi en 25 ans ? Les mêmes personnes et les mêmes discours occupent aujourd’hui l’espace médiatique, l’ignorance, la pensée facile et confortable et l’égoïsme généralisés ont permis à ce même discours fasciste d’être aujourd’hui autorisé, relayé, considéré au même titre qu’un autre discours, parce que c’est tellement plus facile d’avoir peur, d’avoir quelqu’un à mépriser afin de se penser supérieur, et de se croire libre dans le mensonge en troupeau. 
En 1996, en 2002, nous étions des milliers dans la rue contre le Front National, et je le suis toujours. Aujourd’hui, quelques jours après cette campagne de premier tour où les pires discours fascistes ont trouvé leur place « naturelles » dans les médias, où le premier tour de l’élection présidentielle nous ramène encore une fois à devoir faire barrage à la peste brune et à l’ignorance. Mais, en 2022, il n’y a personne dans la rue pour crier sa colère et son rejet de cela voire, on s’en fiche. 
Alors, ce soir, les Nowakowskismes tente à nouveau le détournement d’un texte de Norman Spinrad parce que ce soir encore, parce que cette lutte est loin d’être terminée, les Nowakowskimes décortiquent le cauchemar du fascisme qui s’installe à nouveau en Europe en mode dystopie. Prêts pour ce voyage ? 

Je me réveille en sursaut, je suis en nage… depuis toujours, je me suis habitué à ne dormir que d’un oeil, de peur d’être surpris. Je suis un fugitif, j’ai réussi jusqu’à présent à échapper aux hordes de ces Helders, les « héros » comme ils se nomment. Les Helders du pays de Heldon se disent menacés d’abâtardissement par les mutants du Borsud d’où je suis originaire. D’ailleurs, être fugitif quand on est de Borsud, c’est un état normal dans ce monde. Les Helders, quant à eux, regardent effrayés et excités vers la puissance du Ruzind à l’est par-delà l’insignifiant Hongrak.
Le Heldon est un pays au bord du monde qui n’a eu de cesse que de rester pur ou du moins de retrouver sa pureté après la grande guerre nucléaire qui avait dévasté la Terre, jeté à bas les anciens états, et érigé le chaos en règle. 
La cheffe du Heldon, Eniram Nepel, était une descendante de purhomme. Être un purhomme, c’est être un humain au patrimoine génétique absolument pur. Eniram Nepel avait vécu son enfance exilée parmi la lie de l’humanité mutante et métissée et, depuis toujours, elle avait voulu réintégrer la Grande République de Heldon, le vrai pays de ses ancêtres. Elle était revenue avec un désir de purhumanité qu’elle voulait rendre assez fort pour galvaniser son peuple génétique et conquérir non seulement la Terre mais aussi les étoiles.
Respirer m’est difficile et l’évocation de tout cela ne fait qu’aggraver les choses. Je ne sais plus dormir paisiblement, et quand le sommeil est là, c’est toujours pour y retrouver ces cauchemars, cette histoire, ce monde complètement fou qui vient même me retrouver par delà le mur du sommeil. Et ce sommeil agité me trouve caché dans un bosquet de la forêt d’émeraude, et je sais immédiatement qu’ils ne sont pas loin, je les entends. 
A la fin de son long exil au cours duquel Eniram Nepel n’eut qu’une seule obsession, revenir, elle reprit le chemin de Heldon. Quand elle arriva à la frontière, où vous devez vous en douter, il fallait montrer patte bien blanche pour pouvoir espérer passer, elle ne rencontra aucune difficulté. Evidemment, imaginez-la, sa haute taille, son physique athlétique, son regard franc et bleu, ses cheveux blonds de rigueur et tous ces quelques autres indices génétiques attestant de sa pureté ! 
Eniram Nepel afficha alors clairement qu’elle était « animée d’une juste colère raciale et populaire ». Dans la reconquête de sa terre natale, de son identité, de sa souveraineté, elle ne tarda pas à entraîner des buveurs d’auberge, des ignorants effrayés et tous les silencieux indignés et uniquement préoccupés par la préservation de leurs petits privilèges. Elle les réunit pour aller massacrer ceux qui osaient franchir la frontière de la république de Heldon sans être des purhommes. Elle voulut aussi en profiter pour faire honte à tous ces purhommes du pays de Heldon qui avaient accepté de vivre dominés. D’ailleurs, dès la frontière, elle avait constaté le relâchement parmi les fonctionnaires chargés des tests de pureté. Elle savait déjà qu’ils étaient sous l’emprise psychique d’un dominateur caché, dont l’unique visée était de souiller le sang pur et par là avilir l’humain, le purhumain. Elle saurait remettre de l’ordre dans tout cela, elle l’avait promis. 
Avilir l’humain ! L’identité nationale ! Le rejet de l’autre ! L’histoire humaine les avait tellement re-visités dans ce cycle perpétuel de désastres, de prise de conscience, d’oubli et de nouvelles plongées dans le toujours pire ! Et le pire, je peux vous dire qu’il était bien là ! 

Je ne respire plus, ils ne sont pas loin ! C’est encore une des bandes de motards chargées d’écumer le pays aux ordres d’Eniram Nepel à la recherche des fuyards de mon espèce. 

Ces bandes à sa solde et qu’elle avait réussi à s’attacher avaient été constituées afin d’affirmer son autorité à elle qui avait défié le précédent chef. Et à force de mensonges, de violences, mais aussi de polissage de son image, elle avait réussi à s’en défaire, et par là, s’assurer de l’allégeance de toutes les bandes chargées de faire régner l’ordre. Elle l’avait détrôné et prouvé à tous qu’elle était bien la descendante des anciens purs, qu’elle était la protectrice de la culture ancestrale, qu’elle serait la pourfendeuse du métissage qui guette l’humanité, garante infaillible de la pureté, contrairement au précédent taxé de faiblesse, de couardise et de collusion avec les anciennes forces. 
Elle prit le trône, elle devint la cheffe, l’unique, détentrice du sceau ancestral de la famille, du travail et de la patrie. 
Alors, « debout, symbolisant dans l’espace et le temps ce tournant de l’Histoire, son âme au centre d’une mer de feu patriotique, Eniram Nepel sentit la puissance de sa destinée cosmique couler dans ses veines et la remplir de la volonté raciale du peuple de Heldon. Elle était réellement au pinacle de la puissance évolutionniste ; ses paroles guideraient le cours de l’évolution humaine vers de nouveaux sommets de pureté raciale, et ce par la seule force de sa propre volonté ».
Dans la foulée, elle organisa la refondation du parti. Elle en changea à nouveau le nom. S’appuyant sur la désinformation, en criant haut et fort ce que ceux qui se disaient purhommes voulaient entendre, à savoir retrouver leur domination sur les impurs, elle fit élire ses sbires dans les assemblées locales et nationales. Elle sut jouer avec astuce et perversion avec le besoin des lâches d’avoir toujours quelqu’un à mépriser, sur la peur de l’invasion, le rejet de la différence, les théories du grand remplacement de la culture ancestrale et de la religion qui fait identité ! 
Elle avait pris son temps, mais elle y était arrivée. Elle avait fini par prendre définitivement le pouvoir, elle avait attendu ce moment de l’histoire où l’indigence intellectuelle ne serait plus un rempart, où tous nous avions accepté « cette espèce de nullité de la politique, ce devenir nul de la politique et cette insignifiance dans les autres domaines, dans les arts, dans la philosophie ou dans la littérature ». 
L’armée aussi se rangea de son côté et la sélection des meilleurs commença. Des camps d’étude raciale furent charger de trier le bon grain de l’ivraie. Les purs reconnus comme tels purent alors passer les tests d’entrée dans le parti, purent intégrer les meilleures écoles, les bonnes universités, obtenir les meilleures places. Ceux qui échouèrent, les impurs, furent expulsés sur le champ ou pire, exterminés. 
Elle lança alors la reconquête du Borsud afin de le purifier de ses mutants génétiques ignobles, les hommes-crapauds, les peaux-bleues et les autres perroquets, ainsi que les mutants et autres dégénérés de mon acabit.  
Alors j’ai fui ! Fuir ce monde, fuir cette terre mais pour aller où ? 
J’ai couru, je me suis caché, j’ai erré sans but mais la nasse s’était déjà refermée sur moi, il n’y avait pas d’issue ! J’avais perdu espoir, et ça ce n’était pas bon du tout !
Nous étions des milliers à errer la nuit, à tenter de franchir l’océan vers l’autre côté, à vivre cachés le jour, et marcher la nuit, à dormir dans la peur d’une attaque des hordes de chasseurs, à craindre la délation. Certains d’entre nous étaient encore des enfants, il y avaient des femmes seules avec leurs petits, beaucoup d’entre eux disparaissaient sans laisser de traces en voulant traverser une rivière, en tentant le voyage vers l’autre côté, ou en croisant le chemin d’une horde. 
Et Eniram Nepel, insatiable, voulait étendre son emprise. Les autres pays succombaient un à un à la contagion. Il n’y avait pas plus contagieux, dans un monde perdu, que la haine, la défiance, la violence. D’ailleurs « rien ne rend peut-être plus palpable l’énorme régression dans laquelle était entrée l’humanité […] que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et à leurs libertés. Avant, la Terre appartenait à tous ses habitants. Chacun allait où il voulait et y restait aussi longtemps qu’il voulait. Il n’y avait pas de permissions, pas d’autorisations, et cela m’amusait toujours de voir l’étonnement des jeunes lorsque je leur racontais qu’avant, je voyageais en Inde et en Amérique sans avoir de passeport et même n’en avais jamais vu aucun. On montait dans le train et on en descendait sans rien demander, sans qu’on vous demandât rien, on n’avait pas à remplir un seul de ces centaines de papiers qu’on réclame aujourd’hui. Il n’y avait ni permis, ni visas, ni tracasseries ; ces mêmes frontières qui, avec leurs douaniers, leur police, leurs postes de gendarmerie, étaient aujourd’hui transformées en réseau de barbelés en raison de la méfiance pathologique de tous envers tous, n’étaient rien d’autre que des lignes symboliques qu’on traversait avec autant d’insouciance qu’un fuseau horaire ». 
Avec Eniram Nepel et sa clique, le monde se vit à nouveau bouleversé. On se défendait partout contre l’étranger, le mutant, partout on excluait. Toutes les humiliations qu’autrefois on avait inventées exclusivement contre les criminels, on les infligeait maintenant à tous ceux qu’on considérait comme impurs. Un impur devait se faire photographier de droite et de gauche, de profil et de face, les cheveux coupés assez court pour que l’oreille fût visible, donner ses empreintes digitales, d’abord le pouce seul, puis les dix doigts. Il fallait en plus présenter des certificats de santé, de vaccination, de police, de bonne vie et mœurs, des recommandations, il fallait pouvoir présenter des invitations et des adresses de parents, il fallait fournir des garanties morales et financières, remplir des formulaires et les signer en trois, quatre exemplaires, et s’il manquait ne fût-ce qu’une feuille de ce tas de paperasses, on était perdu. 
De toute façon, nous sommes perdus ! 
Eniram Nepel et tout ceux qui la soutenaient étaient fascistes, xénophobes, animés de volonté raciale tendant à la purification et d’aspiration à la supériorité d’une partie de l’humanité sur l’autre. Leur croyance était la manipulation des masses, l’identitaire, les défilés, les drapeaux, les uniformes ajustés ! Elle était passée maître dans l’art de l’utilisation des médias de masse pour manipuler les masses. Elle usait comme tous ces gens-là des rassemblements de foules destinés à dissoudre les individus dans une masse sans identité. Elle s’appuyait sur l’apathie puis la complicité des autorités qui laissaient faire et encourageaient toutes les formes de pogroms. Et bien sûr, le complot, tout était bon pour dénoncer, éradiquer, le complot et la fausse vérité comme projet politique et comme moyen d’élimination rapide de toute idée de révolte ! 
Alors, ceux comme moi, qui n’étaient pas des purhommes, nous étions traqués, éliminés, déportés. J’avais tenté de fuir, j’errais avec tous les autres depuis plusieurs semaines, mais cette course était perdue d’avance ! Quelques instants de vie de proie, mais de vie quand même, de liberté surtout… 
Mais ça y était ! Je les entendais, ils se rapprochaient, je sentais qu’ils m’avaient localisé, s’en était fini cette fois…. je me mis à courir, j’entendais les chiens ! Ils étaient sur moi !.. » 
Je me réveille en hurlant de terreur… 
Où suis-je ? Où sont les chiens ? 
Tout à coup, je sais où je suis. Je me détends. Du moins, j’essaie de rattraper mon coeur qui bat à tout rompre !
Je suis dans mon lit à Nancy, nous sommes en avril 2022. Je réalise que j’ai rêvé, que le Heldon, c’est un souvenir des lectures de ce vieux Norman Spinrad. 
Par contre ce matin, la réalité fait surface. Hier, c’était le premier tour de la présidentielle, et comme la dernière fois, les fascistes sont qualifiés pour le second tour.
Je comprends mon cauchemar après cette soirée électorale au cours de laquelle les cadres de ce parti fasciste sont venus fanfaronner chacun leur tour à l’antenne, déballant leurs fausses vérités, attendant le retour des franquistes, d’une Europe qu’on n’espérait plus possible. Et elle, leur cheffe, se voyant déjà présidente de la république française à la tête d’un parti fasciste qui n’hésitait pas à s’afficher avec les suprêmacistes blancs, à faire allégeance aux Poutine et Trump, à soutenir des dictateurs et n’a d’ailleurs jamais caché son admiration pour l’occupant du Kremlin, qu’elle a rencontré en 2017. Sa nièce multipliait à l’époque les allers-retours en Russie. Les copains de la famille s’appellent Matteo Salvini, Heinz-Christian Strache et Geert Wilders mais aussi Steve Bannon et Philip Claeys, Vlaams Belang et bien d’autres venus des partis et organisations d’extrême droite européens. Leur cheffe, se voyant déjà présidente de la république française à la tête d’un parti fasciste qui, comme tous les partis fascistes, et quoiqu’ils clament sur les plateaux télé, a toujours voté contre les mesures écologiques et sociales, contre toutes les propositions de lois sociales, contre la condamnation des violences faites aux femmes, qui considère que laisser se noyer par milliers dans la Méditerranée découragera les autres de venir en Europe. 
Eniram Nepel, pardon Marine Le Pen, avait même obtenu il y a quelques temps le soutien de l’ancien leader du  Ku Klux Klan, David Duke, cette ordure qui prône ouvertement la suprématie de la « race » blanche sur les autres. Ça donne juste envie de vomir. 
Voilà le cauchemar, voilà le monde tel qu’il se présente. Nous voilà, encore une fois, dans la situation de devoir faire rempart à cette peste brune, pour la liberté parce que le fascisme n’est pas une idéologie acceptable, le fascisme n’est pas discutable. Et si vous voulons que tout ceux qui se sont battus pour les droits, les libertés, l’égalité entre les humains, le respect du vivant ne se retournent pas dans leur tombe, nous n’avons pas le choix. Votons contre ça ! Et surtout « nous ne pouvons pas nous reposer. Nous ne pouvons pas vous asseoir devant la télé. Nous croyons être libres en zappant, en surfant, en réseautant comme des imbéciles, mais nous ne sommes pas libres, c’est une fausse liberté. La liberté, c’est l’activité. Et la liberté, c’est une activité qui en même temps s’autolimite, c’est-à-dire sait qu’elle peut tout faire mais qu’elle ne doit pas tout faire. C’est cela le grand problème de la démocratie et de l’individualisme ».
Ici avec ces mots, nous tentons une forme de réparation du monde, un tikkoun, un ravaudage des trous dans la toile, tout en tracés, boucles, noeuds et pistes qui s’enchevêtrent. 
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Rainer Maria Rilke, ces quelques derniers mots : « Peut-être que tous les dragons de nos vies sont des princesses qui n’attendent qu’une chose : nous voir agir, ne serait-ce qu’une fois, avec beauté et courage. Peut-être que tout ce qui nous effraie n’est autre, dans son essence la plus profonde, qu’une désespérance qui cherche notre amour  ». 

Sources, inspirations et références
Rêve de fer, Norman Spinrad
Matin brun, Franck Pavloff 
Stefan Zweig, Le monde d’hier
Société en Jeu, N°2, Janvier 1996. Revue Lire & Savoir. ISBN 2-07-059289-
https://www.terrestres.org/2022/03/07/imaginer-experimenter-bifurquer-les-enseignements-du-passe/ 
https://www.monde-diplomatique.fr/1998/08/CASTORIADIS/3964 
Les livres de Jakob, Olga Tokarczuk 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.16-14042022-11.03/ 

 

Nowakowskismes 6.15. Furtifs

Illustration Nicolas Hamm

« […] Humain, Seule la Terre est éternelle ! 
Détruite par toi, elle renaitra sans toi 
Que disparaisse l’humanité, 
Rien ne sera changé à la marche du cosmos. 
Que disparaisse l’humanité 
Il n’en sera qu’un gachis de potentialité. 
Humain, Seule la Terre est éternelle ! »

Vers où vont tous ceux d’entre nous qui se sentent trahis ou perdus par l’idéal de la globalisation, de la sécurité ? Certains prônent de se réfugier derrière des frontières les protégeant des autres, ce rêve impossible de vivre seul, de vivre en ignorant toutes et tous ceux, qu’ils soient humains ou non humains, dont chacun dépend. D’autres voient un monde à épuiser jusqu’à la dernière goutte, d’autres encore s’interrogent, inventent et ré-habitent la planète autrement. Il faut donc apprendre à regarder le monde de manière différente, se situer à l’intérieur de cette bulle bleue, sur cette peau si fragile loin de cette boule inerte, infinie, inépuisable promue par l’ultralibéralisme et le consumérisme forcené. Dans les décombres du développementisme, les mutants, être mutant consiste à oeuvrer pour la ré-aappropriation des savoirs et la création de tout savoir utile au dépassement des fondements triangulaires du pouvoir. Cette tâche est inséparable d’une résistance continue à la « boite de conservisation » de la connaissance. Les ruines sont alors les seuls espaces garants des possibilités futures parce que l’état de ruine protège du processus de mémorisation phallique propre à l’élitisme, au capitalisme et au personnel politique. Être de la communauté mutante c’est entretenir un faisceau de relations imperceptibles. L’esprit mutant relève d’une ouverture à la relation, d’un comportement, d’un signal. Alors muter, c’est abolir les frontières et transformer les vestiges de l’ordre économique bâti sur les cadavres de l’accaparement et de l’extraction, c’est élaborer une écologie mutante qui s’apparente à une spiritualité sans objet. Cette mutation qui sera sans précédent élargira l’humanité à un ensemble évolutif d’agents se reconnaissant autour d’une imagination radicale, et de déterminants qui ne sont pas d’ordre ethnique, économique, oppresseur mais juste syncrétique, ouvert et accueillant. Ces mots ont pour vocation de devenir inutiles et à alors disparaître, quand les temps seront venus. Mais pour l’instant, ces mots sont indispensables pour déchirer le voile de la réalité et le rendre visible tel qu’il est. 

Ce soir, les Nowakowskismes sont pris de vertige. En effet, comment ne pas être saisi d’effroi quand on voit que seulement en quelques années, l’incroyable accumulation des atteintes portées aux libertés publiques. Des attentats terroristes à la crise sanitaire, de l’idéologie de l’optimisation à la surveillance généralisée déployée pour notre bien, le caractère exceptionnel des circonstances a justifié l’extension continue des injonctions administratives et l’affaiblissement de l’autorité du juge. Et ce vertige nait de ce constat d’impuissance que nous faisons quand les restrictions présentées comme temporaires ont été pérennisées. Ainsi toutes les libertés, libertés d’association, d’expression, de manifestation, … et j’en passe… ont subi une érosion terrible dans cette logique du sempiternel « c’est pour votre bien » outillé, notamment pour la sécurité et la santé, par les technologies développées pour surveiller, encadrer, normaliser et ficher des millions d’humains en France et dans le monde. La doctrine faisant de la sécurité la « première des libertés pour ce monde » nous montre le degré d’imbécilité de cette société, de son ignorance surtout d’avoir oublié qu’« à cette aune, pas de pays plus libre que le royaume de Staline ou de Mussolini… [ou de Poutine] ». Muter, devenir furtifs comme le décrit Alain Damasio, s’interroger et surtout donner à voir, voilà ce que les furtifs dans ce monde et des Nowakowskismes toujours auront à faire. Et pour cela, regardons le monde. 

À Toulouse en 2016 avec IBM mais le projet fut abandonné en 2019, à Nîmes depuis 2015 avec Briefcam, à Marseille dès 2018 avec la SNEF et d’autres pour mettre en place l’observatoire de la tranquillité publique – rien que cela – alimenté par des sources d’origines diverses comme celles des services publics municipaux, du ministère de l’intérieur ou des opérateurs de télécom, à Paris avec la RATP qui autorise des entreprises à tester leurs algorithmes sur les usagers des métros, ou encore avec la municipalité de Suresnes qui met à disposition sa population pour servir de cobaye pour la start-up parisienne XXII, la vidéosurveillance algorithmique se déploie subrepticement mais sûrement un peu partout en France. 
Mais qu’est-ce que la vidéosurveillance algorithmique ? 
La CNIL la définit comme « des dispositifs vidéo auxquels sont associés des traitements algorithmiques mis en œuvre par des logiciels, permettant une analyse automatique, en temps réel et en continu, des images captées par la caméra ».
Ceci est donc bien de la Vidéosurveillance, non non que dis-je, de la vidéoprotection « augmentée » ou « intelligente », comme l’écrivent les institutions et les industriels. On parle aussi de vidéosurveillance « algorithmique » ou « automatisée ». En fait, tous ces termes recouvrent une même réalité aux contours plus ou moins flous, aux promesses plus ou moins concrétisées de l’avènement du meilleur des mondes. Pour notre protection parce que nous avons besoin d’être protégés, c’est bien connu, il s’agit d’ajouter une couche algorithmique aux caméras de vidéosurveillance « classiques » dans le but de rendre automatique l’analyse des images captées par ces caméras, cette analyse étant jusqu’à présent réalisée par des humains, des opérateurs vidéo au sein de centres de supervision urbains. Cette surcouche algorithmique vise à faire de l’analyse vidéo, qu’elle soit réalisée en temps réel ou en temps différé, un moyen « infaillible » pour repérer… ce que la police a envie de repérer. Cela va de la « détection automatique de comportement suspect », au « maraudage » c’est-à-dire le fait d’être statique dans l’espace public, en passant par le « franchissement d’une ligne », le suivi des personnes, la détection d’objets abandonnés, de bagarres, de vols, … je vous laisse compléter la liste. 
Bienvenue comme toujours le monde merveilleux de l’anthropocène, dans ce monde d’automatisation, un monde évacuant l’hypothèse d’une intelligence apportée par la technologie, un monde d’automatisation dans lequel sont programmés les multiples biais et standards des sociétés et des entreprises qui fabriquent ces dispositifs. 
Nîmes, Marseille, Paris, Suresnes, et tellement d’autres ! Ne vous inquiétez pas on s’occupe de vous ! 
Il est très difficile de connaître le nombre exact de villes qui utilisent la vidéosurveillance algorithmique. L’opacité en la matière est de règle, et toutes les municipalités ne sont pas aussi fières que celle de Nice d’en parler. 
Il est malgré tout possible d’en repérer au moins une cinquantaine, mais le vrai nombre devrait malheureusement dépasser la centaine, rien qu’en France. Et, en ce deuxième décennie du XXIème siècle, dans une amnésie totale de toutes les alertes, la vidéosurveillance algorithmique est en passe d’inonder le marché de la sécurité urbaine numérique dans cette compétitivité mortifère érigée en loi naturelle. Dans ce paysage, une société comme l’entreprise israélienne Briefcam, faisant partie de la nébuleuse du groupe Canon, prétend dominer le marché en France. Ceci n’empêche pas les villes de signer des partenariats avec des start-up ou d’autres firmes françaises, soutenues par les décideurs politiques dans cette logique de compétitivité généralisée afin de rendre les industries françaises concurrentielles sur le marché international de la sécurité urbaine numérique.
J’imagine que vous ne connaissez pas Briefcam. C’est une entreprise très bien implantée en France, aux États-Unis et dans une quarantaine de pays, qui produit des logiciels de vidéosurveillance algorithmique. En 2020, plus de 35 villes françaises utilisaient ce logiciel que l’entreprise affirme être capable de condenser des heures de vidéos en quelques minutes, de pouvoir faire du suivi de personnes en fonction d’attributs (femme, homme, sac, chapeaux, couleurs d’habits…) et qui dispose d’une option de reconnaissance faciale, que les élus à la sécurité piaffent d’impatience à l’idée de l’enclencher.
Côté français et surtout côté lorrain, c’est Two-I qui fait la fierté des élus locaux ! Two-I a d’abord tenté, profitant du climat de tension né des attentats qui ont endeuillé le pays, de se faire une place dans la détection d’émotions dans les transports en commun promettant de détecter sur le visage des usagers leurs « mauvaises » intentions, ceci notamment l’expérimentation avortée à Nice de détection d’émotions dans les tramways. Two-I a après cela contractualisé avec le ministère du bonheur au Qatar. Two-I s’est finalement lancée dans la vidéosurveillance algorithmique et la conception de ce que les industriels appellent une « plateforme d’hypervision ». 
Oouahh ! Ça ça le fait et ça doit en exciter plus d’un ou d’une. 
Une « plateforme d’hypervision » met en carte et traduit les nombreuses sources de données collectées par les caméras augmentées, dans le but « d’optimiser la gestion de la ville ». Et les dystopies devinrent réalité, bienvenue dans un monde de surveillance, de calculs, d’optimisation, …. un monde parfait !
Briefcam, Two-I, ces deux exemples parmi une dizaine d’autres entreprises sécuritaires du même acabit sont révélatrices de ce nouveau marché de la sécurité mais aussi du basculement de notre société dans le concept de sécurité. 
Ce sont maintenant des entreprises privées, payées à coups de millions d’euros publics, qui, concevant les algorithmes vendus aux collectivités territoriales, décident de ce qui fait une alerte, de ce qui relève d’un « comportement anormal ou suspect ». Ainsi l’automatisation programmées par ces entreprises privées leur confèrent un pouvoir de police incroyable et d’imposition des normes et des comportements acceptables et acceptés dans l’espace public. Ce processus que nous laissons faire, ne fait alors qu’installer et favoriser l’expansion des politiques sécuritaires.
De plus, vidéosurveillance automatisée et Smart City nourrissent la même fiction,  à savoir celle d’une ville dont les capteurs mettent en données, où les algorithmes trient, optimisent et détectent et où une plateforme centrale permet à la police de gérer la ville à distance. On assiste ainsi à un changement d’échelle dans la surveillance par les caméras qui, jusqu’à présent, était un « travail de surveillance […] jugé ennuyeux et monotone » et inefficace.
Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet de décupler les yeux derrière l’écran des caméras. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance se traduit par la criminalisation de comportements jusqu’alors anodins ou presque comme le dépôt d’ordures sauvage, le non port du masque ou encore les déjections canines. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet à la police d’étendre sa capacité d’action à de nouveaux champs sur lesquels elle a maintenant un pouvoir de répression. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet à la police de décupler sa capacité à normaliser l’espace public. Ainsi, dans la smart cité, si le maraudage, c’est-à-dire le fait de rester statique plus de 300 secondes, alerte les forces de l’ordre, on peut évidemment craindre pour les personnes pour qui la rue n’est pas un « simple endroit de passage », car ils y vivent ou en font un repère social nécessaire. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance augmentent ainsi la répression policière sur les populations déjà particulièrement ciblée par les forces de l’ordre.
Enfin, dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance accentue la collecte massive des données. Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance met en place un marché économique juteux de la data s’appuyant sur la vie dans les espaces publics et considérant les humains qui les traversent ou y vivent comme des « réservoirs de données sur pattes ». Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet ainsi aux industries de la sécurité de se faire beaucoup d’argent sur notre dos, tout en perfectionnant leurs algorithmes de répression et en les vendant sur le marché international. 
Dans la smart cité, l’automatisation de la surveillance permet ainsi aux industries de la sécurité de se faire beaucoup d’argent sur notre dos, tout en perfectionnant leurs algorithmes de répression et en les vendant sur le marché international. Qui pensez-vous se cache derrière PARAFE ou MONA ? C’est une multinationale française portant le nom d’Idémia. Cette société perfectionne ses dispositifs de reconnaissance faciale avec les millions de visages des usagers des aéroports français pour ensuite vendre des équipements de reconnaissance faciale à la Chine et ainsi contribuer activement à la surveillance de masse et au génocide des Ouïghours, ou pour remporter les appels d’offres de l’Union Européenne en vue de réaliser de la biométrie aux frontières de l’UE et contribuer activement à l’érection de murs électroniques sélectionnant automatiquement les réfugiés à accueillir !
Et ce n’est pas tout ! Dans cette course aux marchés, à l’innovation, à la compétitivité, il y a les grands événements sportifs comme les Jeux Olympiques de Paris en 2024 ou encore la coupe du monde de Rugby en 2023 qui sont une aubaine pour accélérer le développement de technologies sécuritaires, offrir une vitrine aux industriels français et normaliser l’usage de ces dispositifs.
Ainsi, la smart cité et l’automatisation de la surveillance représentent la possibilité de justifier et d’accélérer le déploiement de centaines de milliers de caméras en France et de les utiliser à leur plein potentiel afin de rapporter beaucoup d’argent aux entreprises du secteur.
En plus de constituer une justification à la multiplication des caméras de vidéosurveillance, la smart cité et l’automatisation de la surveillance constituent une aubaine politique dans les communes et les métropoles quand on voit la contamination des élus locaux par cet appétit immodéré pour la surveillance et l’installation de caméras. Comme toujours installer des caméras partout constitue cette mesure de court terme que les élus locaux peuvent mobiliser pour montrer qu’ils agissent. 
Pire encore, la smart cité et l’automatisation de la surveillance sont également une source d’attractivité et de distinction dans la concurrence territoriale, dans la recherche de capital symbolique pour attirer tourisme et classe créative.
La smart cité et l’automatisation de la surveillance, c’est donc le retour ou l’amplification de la croyance en la « prophétie technologique » dont elles sont issues. 
Rappelons qu’il est urgent de rester vigilant. Pour exemple, en juin 2021, impressionnés par la mobilisation numérique générale dans plusieurs pays, lors de la pandémie de covid-19, trois sénateurs de droite et du centre ont préconisé dans un rapport vouloir « recourir bien plus fortement aux outils numériques » pour affronter les crises sanitaires « ou des crises comparables ». Parmi leurs recommandations, nous trouvons le « contrôle des déplacements » au moyen de bracelets électroniques, de portiques de sécurité et de caméras thermiques, le « contrôle automatique de l’état de santé » par les objets connectés et le « contrôle des fréquentations ». Bien sûr des voix se sont élevées face à ces mesures liberticides, ils expliquèrent que « si une « dictature » sauve des vies pendant qu’une « démocratie » pleure ses morts, la bonne attitude n’est pas de se réfugier dans des positions de principes » ! 
Je vous laisse avec cela, dans cette smart cité et l’automatisation de la surveillance qui réduisent encore les espaces de liberté dans nos vies, les rues, les places des villes, augmentant toujours la répression sur les populations les plus visées déjà par la police. Demandons-nous sur quelle planète nous vivons. Demandons quel sens à cette vie quand les plus riches, bardés de tout l’arsenal d’automatisation, de contrôle et d’optimisation de la société, utilisent les ressources de six planètes, entre ceux qui veulent continuer à moderniser à tout prix, sans tenir compte des limites, ceux qui ont besoin de se cacher derrière des murs pour se protéger, et ceux qui pensent avoir les moyens de s’évader sur Mars. Alors, il est vraiment temps de réfléchir à la planète sur laquelle on veut habiter.
Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Haruki Murakami dans le Livre 1 de 1Q84, ces quelques derniers mots : « Ce qui est devenu fou, ce n’est pas moi, c’est le monde. Voilà. Bien. A un point donné, le monde que je connaissais a disparu, ou bien s’est retiré, remplacé par un autre. Comme s’il avait été aiguillé ailleurs. En somme, la conscience qui est la mienne en ce moment appartient à celle du monde originel, lequel, cependant, a déjà cédé sa place à un autre ». 

Références sources et inspirations 
Tous fichés ! https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/fichage 
Discours d’entrée à l’Académie française de François Sureau, le 3 mars 2022
« Rapport d’information sur les crises sanitaires et outils numériques » par les sénateurs Véronique Guillotin, Christine Lagarde et René-Paul Savary,  n°673, Sénat, 3 juin 2021
Florent Castagnino, Rendre « intelligentes » les caméras : déplacement du travail des opérateurs de vidéosurveillance et redéfinition du soupçon, Sciences Po, 2019.
Tanguy Le Goff, « Dans les « coulisses » du métier d’opérateur de vidéosurveillance », Criminologie, vol. 46, n°2, 2013, p. 91-108.
Myrtille Picaud, Peur sur la ville. La sécurité numérique pour l’espace urbain en France. Rapport de recherche. 01/2021, Chaire « Villes et numérique », École urbaine de Sciences Po, 2021.
Manière de Voir. N°182, Avril-mai 2022, Feu sur les libertés 
Seule la Terre est éternelle, https://nowakowski.hypotheses.org/701 
La charte des mutants. https://www.infinitecreativityfiniteworld.com/fr/works/l-ecole-des-mutants/ et https://www.centrepompidou-metz.fr/toi-et-moi-ne-vit-pas-sur-la-m-me-plan-te 
Podcast. https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.15-29032022-15.11/ 

Nowakowskismes 6.14. Tous à Kiev !

Illustration par Nicolas Hamm

Ce soir, les Nowakowskismes lancent un appel, un appel aux citoyens de l’Europe et d’ailleurs pour imaginer des actions afin de s’opposer à la barbarie. Rien ne s’est jamais fait sur cette terre sans action directe.  Alors notre tâche consiste à changer notre faiblesse en force, en promouvant des actions directes, efficaces et non-violentes. Ce soir les Nowakowskismes proposent d’agir sur les pas de Gandhi, de Martin Luther King, du dalaï-lama ou de Lech Wałęsa et Václav Havel et tant d’autres. S’opposer à la violence et la barbarie, montrer que construire un monde digne pour tous et toutes est l’affaire de tous et toutes, par la mobilisation dans la négation de la violence, alors ce soir, chiche, faisons-le, prenons la route et allons tous à Kiev opposer la non violence à l’armée russe. 

Tout commença de façon surprenante. Tout à coup des yachts bien en vue ne furent plus à quai. Ces yachts appareillèrent discrètement pendant la nuit dans ce qu’on a pu appeler un sauve-qui-peut est général. En fait, ce fut la panique chez ces ultrariches, tous ces oligarques friands de déballer au mieux le clinquant de leur luxe tapageur. En fait, en quelques heures, partout dans le monde, comme synchronisés par la peur, le désir de se mettre à l’abri, les milliardaires russes se barrèrent. Aux Maldives, dans les ports, ce fut l’embouteillage. Le Titan, le yacht de quatre-vingts mètres de Roman Abramovitch, propriétaire du club de football anglais Chelsea, y fut vu il y a quelques jours. Il rejoignit là ses amis « d’exil », le My Sky, propriété d’Igor Kesaev, le Clio de l’oligarque Oleg Deripaska et le Nirvana, l’impressionnant yacht de quatre-vingt-huit mètres appartenant à l’homme le plus riche de Russie, Vladimir Potanine. D’autres comme le Galactica Super Nova de Vaguit Alekperov parti de Barcelone fila s’abriter au Monténégro. Le navire Nord,140 mètres de long pour 500 millions de dollars d’Alexei Mordashov se cacha lui aux Seychelles comme le Sea Rapsody d’Andrey Kostin. La fuite ne concerna pas que les bateaux. Prévoyant, Roman Abramovitch fit décoller son Boeing 787 de l’aéroport de Nice le matin même de l’offensive russe. Et pour couronner le tout, le yacht de Poutine, estimé à 100 millions de dollars, tiens tiens Poutine est milliardaire, a mystérieusement disparu du port de Hambourg à la mi-février alors que ses réparations n’étaient pas encore terminées.
On assista tout à coup à la débandade des fleurons de l’ordre ultra-capitaliste vanté et soutenu partout sur la planète. Tous ses oligarques russes apeurés et uniquement préoccupés n’étaient simplement qu’une des manifestations visibles de ce système ultra-libéral et les intérêts politiques qu’il servait. Indécent, et pas qu’un peu, on voyait tout à coup apparaître au grand jour les délires de ces parvenus. Ainsi un de ces milliardaires russes s’était obstiné à vouloir installer dans son yacht une douche capable de faire jaillir à volonté du champagne, avec un débit de 45 litres par minute. On vit se dérouler dans des enquêtes cette course au gigantisme, les yachts toujours plus énormes, les sommes colossales allouées aux biens de luxe et tous les caprices de ces auto-proclamés maîtres du monde avec leurs piscines en verre, leurs bars en cristal et leurs pied-à-terre sur la Côte d’Azur achetés plusieurs centaines de millions d’euros.
Même si nous le savions, ce fut le moment où les chiffres commencèrent à circuler. Le capitalisme ultra-libéral n’était évidemment pas soutenable ! Les navires de luxe consommaient par exemple jusqu’à 2000 litres de carburant à l’heure. Ainsi, trois cents yachts émettaient autant de CO2 que les dix millions d’habitants du Burundi. Des études montrèrent que l’oligarque Roman Abramovitch détenait la pire empreinte carbone sur Terre. Chaque année, il émettait 33859 tonnes de CO2 alors qu’en moyenne un citoyen russe n’émettait que 11 tonnes. 
Des fortunes construites par le pétrole, les minerais, le gaz… dans la dislocation de l’URSS, et l’accaparement des richesses, dans une une dérive kleptocratique sans limites qui en a découlé, avaient permis de super-rentes grâce aux exportations d’hydrocarbures, à la surexploitation du secteur extractiviste d’ailleurs ultrapolluant pour arriver au constat que les cinq cents plus grosses fortunes russes contrôlaient 40 % de la richesse nationale. 
La Russie avait abandonné toute ambition de redistribution. L’argent accumulé était dilapidé en dehors du pays pour atteindre la situation où 60 % de la fortune des résidents russes les plus riches était détenue dans des paradis fiscaux offshore. 
Et on estime à 1000 milliards de dollars le montant global détenu par des Russes, particuliers ou entreprises, à l’étranger. Soit plus de la moitié du produit intérieur brut national.
Mais nous n’avions pas oublié que les pays occidentaux partageaient avec la Russie une idéologie hypercapitaliste débridée et un système légal, fiscal et politique de plus en plus favorable aux grandes fortunes. 
Ils pouvaient fuir, se cacher dans les iles, planquer leur yachts ou leur jets, la Terre était un espace fini, et nous les retrouverons. 
En attendant, nous avions entrepris de reprendre les choses en main. Après les mesures prises par les états, pour bloquer les avoirs de ces super riches, de leur couper les vivres et les accès à leurs trésors, afin de nous opposer à la guerre.  

« Un jour tu auras droit à la parole. 
Que feras-tu de l’énorme cadavre du silence ? »

Oui que ferions nous de l’énorme cadavre du silence, du confort dans lequel nous cachions nos yeux et nous bouchions nos oreilles ? Que ferions-nous de notre conscience quand l’oubli, le déni ne seraient plus suffisants pour que nos nuits soient tranquilles. 
Alors que l’invasion de l’Ukraine et ses morts sont en partie financés par l’argent de compagnies comme Gazprom, responsable de l’émission de 35 milliards de tonnes de CO2 entre 1988 et 2015, seulement dépassée par la compagnie pétrolière saoudienne Aramco, que près du tiers du PIB Russe, et 60 % de ses exportations, proviennent des énergies fossiles vendues majoritairement en Europe. Cette dépendance à ces énergies qui permet à la Russie de financer la barbarie, cette invasion, d’acheter les bombes qui tuent les Ukrainiens et dévastent leurs vies, leurs familles, leurs lieux de vie et leurs écosystèmes. L’invasion russe est une catastrophe humanitaire, démocratique, sociale, mais c’est aussi une catastrophe écologique. Que ferons-nous de cet énorme cadavre du silence ?
Alors tout avait commencé par un coup de téléphone. 
Tout avait commencé par une discussion entre deux copains, une discussion emplie de colère et d’impuissance mêlées.
Et comme Gandhi l’avait affirmé dans un autre siècle,  rien ne s’était jamais fait sur cette terre sans action directe. Il nous fallait donc rejeter le mot de résistance passive pour son insuffisance et surtout parce qu’on y voyait l’arme des faibles. C’était l’action directe qui avait permis le changement à de nombreuses occasions, en Inde, en Afrique du Sud et ailleurs. Et dans cette conversation, il nous était apparu l’évidence qu’il nous fallait changer la faiblesse des européens en force, que la seule issue était dans une action directe, efficace et non-violente à opposer à la violence terrible et criminelle déchaînée par ce dictateur. Et ce sinistre personnage était capable du pire, capable de faire à Kiev ce qu’il avait fait à Grozny ou à Alep, capable d’engager son artillerie lourde, ses avions bombardiers et de raser une grande partie de la ville pour vaincre la résistance ukrainienne. 
Il nous fallait nous engager fermement dans la non-coopération avec ce qui relevait de l’inaceptable. C’était tout autant un devoir que la coopération avec ce qui relevait du bien. 
Il nous fallait surtout trouver un moyen de montrer aux européens que la non-coopération violente ne faisait qu’augmenter le mal. Le mal ne se maintenant que par la violence, il fallait, si nous ne voulions pas l’encourager, nous abstenir de toute violence. Convaincre passait également par la prise de conscience que la non-violence demandait aussi que nous nous soumettions volontairement aux peines possiblement encourues pour avoir refusé de coopérer avec le mal. 
Aussi, il nous fallait ne pas tomber dans le piège classique de l’indignation, parce que, comme l’avait constaté Nietzsche, « nul ne ment plus que l’homme indigné ». L’homme indigné ment sur son étrangeté à ce dont il s’indigne. L’homme indigné feint de n’être pour rien dans ce dont il s’émeut. L’homme indigné affirme son impuissance afin de mieux se laver de toute responsabilité quant au cours des choses, puis il la convertit en un affect de supériorité morale. Enfin, si on a déjà vu des foules en colère faire des révolutions, on n’avait jamais vu des masses indignées faire autre chose que protester impuissamment. Il nous fallait donc balayer cette logique petite-bourgeoise dans laquelle nous baignions depuis trop longtemps, cette logique de ceux qui s’indignent et puis rentrent confortablement dans leur niche bien chauffée.
C’est ainsi qu’une idée se fit évidence. Elle nous traversa au même moment. Rien de nouveau, mais ça avait fonctionné avec Gandhi et d’autres, ça avait inspiré V pour Vendetta. C’était la foule, la foule d’humains réunis qui peut s’opposer aux armées. 
Imagine, nous prendrons nos voitures, nos vélos, nos trottinettes, et nous nous dirigerons tous vers Kiev. Venus des quatre coins de l’Europe, par millions, nous nous dirigerons vers Kiev pour opposer la masse de nos millions de corps réunis à l’avancée de l’armée de Poutine. Pas des brigades internationales, pas d’armes, juste la puissance d’êtres des humains faisant face à l’horreur, à la destruction et à la bêtise. Ce fut une évidence. Ils s’organisèrent, appelèrent leurs amis, et les réseaux furent le moyen de lancer l’appel au monde. 
Le message était simple. Il fut déposé sur toutes les plateformes de réseaux sociaux, dans toutes les messageries privées, envoyé au animateurs de blogs, diffusés par les associations et les médias amis, et bien d’autres… tous relayèrent le message : « Rejoignez-nous pour marcher vers Kiev. Marchons, roulons, des quatre coins de l’Europe, vers Kiev afin de nous opposer par la non-violence à la violence des armées de Poutine. Prenez votre voiture, votre vélo, votre trottinette, remplissez les bus, vous camionneurs, dirigez-vous vers Kiev. Nous nous retrouverons en chemin, et constituerons une foule d’humains qui se dressent contre la violence, la dictature et la barbarie. Rendez-vous dans 3 jours à Kiev ! »
Ils prirent des vivres, des sacs de couchage, et accompagnés de leurs conjointes qui se joignirent à eux, hors de question pour elles de les laisser partir seuls, ils prirent la route. Déjà dans le quartier, comme eux, certains chargeaient leur voiture et s’organisaient pour partir. Ils traversèrent la ville et d’autres voitures s’engageaient comme eux vers l’est, drapeaux ukrainiens, flottants dans leur sillage. Des piétons faisaient de l’autostop à l’entrée de l’autoroute agitant ce drapeau, des voitures s’arrêtaient et les emmenaient grossissant le flot des humains en route pour défendre la liberté. 
Les véhicules avaient constitué des convois s’allongeant d’heure en heure. 
C’est à la frontière ouest de l’Ukraine que tous les convois venus de toute l’Europe s’étaient rejoints afin de faire jonction avant d’entrer dans le pays. Les messageries cryptées comme Signal permettaient de synchroniser et d’échanger les informations logistiques entre les convois. 
Le temps pressait, et il n’était plus possible d’attendre, et le signal de départ fut lancé. Les moteurs furent mis en route, les piétons remontèrent dans le bus, la fatigue et la peur se lisaient sur les visages, mais la joie d’être là, d’aller s’opposer à la barbarie au nom de la vie irradiant de tous les regards, des plus jeunes jusqu’aux vieillards engagés. 
La foule leva le camp. Et le convoi commença à se reformer, les véhicules se rangèrent et s’insérèrent dans la file. Les premiers franchirent la frontière. Le spectacle était un peu chaotique, le vacarme fait du tumulte des éclats de voix, des moteurs, des musiques et des chants était extraordinaire. Le spectacle de cette file de véhicules s’allongeant jusqu’à l’horizon donnait la chair de poule, certains pleuraient d’émotion, oui de peur, d’autres riaient et tous n’avaient qu’un seul but, Kiev. 
La progression était difficile. La route avait été bombardée par l’aviation de Poutine, il fallait donc emprunter des chemins parallèles dans les champs, il fallait contourner les plaies faites dans le sol par les cratères des bombes. Nombre de véhicules s’étaient embourbés, on descendait, on poussait, et on repartait. Ils croisèrent peu de monde, mais ceux qu’ils croisaient prenaient leur place dans le flux. Ils traversèrent des vallées bordées à l’est par des montagnes bleues. La terre noire collait aux roues, et la nuit ne les arrêtait pas. Tous avaient la sensation de participer à une sorte de croisade bien qu’on ait usé et abusé de ce mot, qu’il en avait perdu son véritable sens. Malgré la peur, les angoisses face à l’inconnu qui les attendait, quelque chose qui ressemblait au sentiment qu’on éprouve en écoutant du Bach, ou en contemplant la lumière tombant des vitraux de la cathédrale de Chartres ou tout simplement devant le vivant, la Terre, l’univers. Ils participaient tous à quelque chose en quoi on pouvait croire entièrement, unis par une fraternité absolue. Et ce sentiment, inconnu jusque là, avait pris une telle importance que ce qui pouvait leur arriver devenait négligeable, face à l’accomplissement de leur mission.  
Le convoi s’étirait sur des kilomètres dans cette plaine s’étendant jusqu’à l’horizon. Il était une véritable chaine de souffrances et de joies, d’espérance et de peur laissant dans son sillage quelques traces du passage, le sillon de lignes parallèles. Il n’était pas question de semer sur le chemin des déchets produits et de rajouter de la saleté à la détresse, tous les emportaient avec eux, escortés par les yeux de l’armée de Poutine embarqués dans les drones militaires qu’on voyait rayer le ciel à bonne distance. On ne comptait plus les doigts d’honneur que la foule adressaient à ceux qui se trouvaient aux commandes et qui relayaient les images à leur commandement. 
Les derniers kilomètres se firent sans trop d’encombres, le ciel était agité, les avions passaient en rase-motte cherchant à impressionner, les drones s’approchaient mais rien n’entamait la volonté d’avancer, et rien ne pouvait plus les retenir. Ils arrivèrent en vue de Kiev, la plaine commença à céder la place à des lotissements, des zones d’habitations plus dense. Le signal de l’arrêt fut diffusé. Tous les véhicules se réunirent pour s’arrêter, et constituer une masse incroyable face à la ville. Aux voitures de tous ces citoyens venus de toute l’Europe s’étaient agrégées des colonnes de camions, les routiers croisés en chemin s’étaient eux aussi joints à cette armée de la non-violence. 
Des milliers de voitures arrêtées, des silhouettes qui s’agitaient, des jets de lumière, de lointains flamboiements, une forme de confusion joyeuse, c’était là l’humanité rassemblée pour aller au devant de la barbarie. Ils avaient parqué comme tous les autres leur voiture, là devant les portes de la ville. Ils étaient sortis des véhicules et la foule qu’ils formaient était tantôt immobile, tantôt traversée de remous. Elle était surtout pleine de velléités dont chacune prenait naissance comme une boule de neige descendant la montagne pour finir par déclencher une avalanche. Il y avait des râles, mais c’était la joie qui dominait, des rires, de l’énergie positive qui réunissait tous ces humains. 
Une multitude de drones planaient au loin, les yeux de Poutine et de son armée observaient cette masse prête à agir. 
Une vibration les parcourut, tous les téléphones reçurent la demande. « Prêts ? » 
La réponse fut criée et tous se précipitèrent dans leurs véhicules et c’est une vague qui se dirigea vers les faubourgs de Kiev, un fleuve qui envahit toutes les rues, toutes les avenues, une vague submersive qui avança vers le centre à la rencontre de lignes de l’armée russe, envahissant chaque rue, déblayant les gravas, ouvrant des rues encombrées, contournant les obstacles, l’eau de la liberté. Les camions ouvraient certaines voies en repoussant les carcasses qui obstruaient le passage. Agitant ce drapeau jaune et bleu en étendard, ils traversèrent et inondèrent de leurs milliers de véhicules toutes les rues de Kiev jusqu’à se retrouver face au barrage des chars de l’armée russe. 
Tous les véhicules s’arrêtèrent, et tous sortirent pour faire face. Ils regardaient autour d’eux, et dans toutes les directions, la ville était méconnaissable. On s’était battu partout, les habitants de Kiev avaient défendu avec courage la moindre rue, le moindre bâtiment. Mais la ville était en ruine, et là devant eux ces soldats masqués, armés, ces chars formant une muraille se voulant infranchissable. Le temps était comme suspendu, le silence était solide, les corbeaux vinrent eux-aussi se percher à proximité curieux de cette suspension qui pouvait être fatale. Chacun était à ses pensées, cherchant à refouler la peur. Nous étions dans un de ces moments de bascule, réduits à des chats de Schrödinger, nous interrogeant sur les milliards d’humains qui avaient vécu, qui étaient morts sans jamais se douter que leurs certitudes avaient contribué à créer le cerveau dérangé par l’intermédiaire duquel nous nous trouvions là, en face de la réalité de ce monde, de cette armée en équilibre entre la vie et la mort. 
L’armée fut parcourue comme un frisson, des messages devaient circuler de casques en casques, les yeux électroniques des drones étaient certainement relayés au coeur des salles de commandement, et les ordres devaient commencer à se formaliser. 
L’une d’entre nous, une jeune femme, sortit du rang et s’avança vers l’armée russe. Elle traversa l’espace désert, sa marche était lente, le temps s’écoulait difficilement, elle s’approcha du premier rang des soldats les mains tendues et ouvertes, montrant qu’elle était sans armes. 
D’abord comme fossilisée, l’armée resta immobile, puis tout à coup, l’armée tout entière tressaillit et se mit en mouvement. Les soldats firent demi-tour, les chars reculèrent, les téléphones du monde entier se mirent à sonner relayant l’information. Les images filmées par des centaines de téléphones envahirent les réseaux annonçant la nouvelle. 
Que s’était-il passé là-haut, dans les tours de Kremlin, nul ne le sut, mais en quelques heures, l’armée russe reflua, comme le ressac d’un raz-de-marée, reculant en laissant derrière elle les dévastations de son passage, ouvrant ainsi une voie à la liberté, à la reconstruction et à un espoir de paix durable, et surtout une fois de plus, inscrit dans la chair du monde, que la paix, la démocratie, la liberté et la vie devaient être entretenues, ne devaient jamais être abandonnées et que c’était l’affaire de tous les instants, et de tous et toutes. 
Ce sont ces quelques mots en exergue des pages d’un roman d’Hemingway qui tout à coup remontèrent à la mémoire de ceux qui se trouvaient là dans ce moment d’histoire des humains : « Nul homme n’est une Isle complète en soy-mesme ; tout homme est un morceau de Continent, une part du tout ; si une parcelle de terrain est emportée par la Mer, l’Europe en est lésée, tout de même que s’il s’agissait d’un promontoire, tout de mêle que s’il s’agissait du Manoir de tes amis ou du tien propre ; la mort de tout homme me diminue parce que je suis solidaire du genre humain. Ainsi donc, n’envoie jamais demander : pour qui sonne le glas ; il sonne pour toi. » 

Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec Louise Michel ces quelques derniers mots : « Dominer, c’est être tyran, être dominés, c’est être lâches!… Et le lendemain? dit-on. Eh bien, le lendemain, il est l’humanité nouvelle, elle s’arrangera dans ce monde nouveau : est-ce que nous pouvons comprendre ce lendemain-là ?… En révolution, l’époque qui copie est perdue, il faut aller en avant ». 

Références, sources et inspirations 
Chawki Abdelamir (Irak, 1949; poète et traducteur en français de Adonis)
Pour qui sonne le glas, E. Hemingway
Méditations sur des occasions qui se présentent, John Donne (1623-1624)
Le monde des nonA, AE Van Vogt
L’odyssée du temps-1, AC Clarke, S Baxter 
V pour Vendetta 
https://reporterre.net/Des-ecologistes-ciblent-Gazprom-complice-de-l-invasion-en-Ukraine-et-du-rechauffement 
https://reporterre.net/Comment-les-oligarques-russes-detruisent-la-planete https://bibliobs.nouvelobs.com/documents/20081202.BIB2573/sur-la-non-violence-par-le-mahatma-gandhi.html 
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.14-14032022-11.57/ 

Nowakowskismes 6.13. Il est minuit moins …

Illustration par Nicolas Hamm

Dans un rapport publié la semaine dernière par Greenpeace et Oxfam, les 63 milliardaires français – saviez-vous qu’en France, il y a 63 milliardaires – ont à eux seuls une empreinte carbone équivalente à celle de la moitié de la population française. 
Dans ce rapport, Greenpeace France et Oxfam France ont analysé l’empreinte carbone des milliardaires français, en calculant non pas les émissions issues de leur mode de vie, ce qui est également très intéressant, mais celles des actifs financiers qu’ils possèdent dans leur « principale entreprise ». Autrement dit, ils ont attribué à chaque milliardaire une partie de l’empreinte carbone de l’entreprise dans laquelle il détient le plus de parts. Cette approche est nouvelle. Auparavant, les émissions des ultra-riches étaient évaluées en se basant uniquement sur leur mode de vie et leurs choix de consommation. Par exemple, en octobre 2021, une étude scientifique sur une vingtaine de milliardaires à travers le monde avait démontré que le Français Bernard Arnault, patron du groupe LVMH, avait en 2018 émis 10421 tonnes équivalent CO2, alors que l’empreinte carbone moyenne de consommation d’un Français est d’environ 8 tonnes équivalent CO2.
Et donc le résultat est sans appel. L’empreinte carbone de ces 63 milliardaires est vertigineuse et sans commune mesure avec celle du reste de la population, notamment des plus modestes. En effet, avec au moins 152 millions de tonnes de CO2 émis en une année, le patrimoine financier de 63 milliardaires français émet autant que celui de 49,4 % des ménages français. C’est également plus que les émissions du Danemark, de la Finlande et de la Suède réunis. La première marche du podium est occupée par le patron du groupe Auchan dont l’empreinte carbone de son patrimoine financier est trois millions de fois plus élevée que celle d’un foyer français moyen.
Et ce n’est pas tout. C’est souligné dans le rapport, les milliardaires français sont les grands gagnants des politiques de relance industrielle décidées depuis le début de la pandémie. En effet, dès avril 2020, 20 milliards d’euros ont été injectés par l’État dans les grandes compagnies françaises. En juin de la même année, l’industrie automobile et le secteur aéronautique ont respectivement bénéficié de 8 et 15 milliards d’euros chacun. Enfin, le plan de relance de septembre 2020 a octroyé 100 milliards d’euros aux entreprises sans les conditionner au respect de l’objectif fixé par l’Accord de Paris de limiter le réchauffement global à + 1,5 °C. En clair, selon le Haut Conseil pour le climat, les deux tiers de l’argent public dégagé par ce dernier plan pourraient avoir « un effet significatif à la hausse sur les émissions de gaz à effet de serre ».
Grâce entre autres à cette manne captée en partie par les groupes dont les ultra-riches sont actionnaires, la fortune des milliardaires français a augmenté plus rapidement en un an et demi de pandémie qu’au cours des dix dernières années. Depuis le début de la crise sanitaire, les cinq premières fortunes du pays ont doublé leur richesse. Elles possèdent désormais à elles seules autant que les 40 % les plus pauvres en France.
L’ampleur de ces inégalités climatiques pose la question du partage de l’effort dans la transition écologique à accomplir. Surtout dans un pays où la fiscalité carbone pèse proportionnellement plus sur les ménages les plus modestes que sur les ménages les plus aisés, ce qui pose des problèmes évidents d’acceptabilité sociale. 
Ces disparités climatiques énormes entre ultra-riches et ménages modestes montrent que toute transition écologique sans justice sociale est impossible.
Le poids de la transition écologique doit être transféré des consommateurs les plus précaires, qui polluent le moins, aux producteurs les plus riches, qui polluent le plus et ont les moyens de transformer ces outils de production.
Face à ces inégalités climatiques démesurées, Greenpeace et d’autres reclament l’instauration d’un impôt sur la fortune climatique – qui, selon leurs calculs théoriques, pourrait rapporter au moins 6,8 milliards d’euros en 2022 – ou encore une taxation voire une interdiction des dividendes climaticides.
Rappelons qu’à l’heure actuelle, d’après le ministère de l’économie, la fiscalité carbone pèse proportionnellement quatre fois plus sur les 20 % de foyers les plus précaires que sur les 20 % de ménages les plus riches.

Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans ce monde de 2022 dans lequel un autocrate paranoïaque décide d’envoyer ses armées envahir l’Ukraine dans une violation caractérisée du droit international et de la Charte des Nations unies prétextant des allégations fallacieuses et mensongères. Un peu comme l’invasion illégale de l’Irak par les États-Unis en 2003, elle aussi sur fond de propagande mensongère largement relayée par les médias et le merdier mondial qui en a découlé, 2022 ouvre un chapitre particulièrement dangereux et meurtrier des relations internationales, un chapitre annonciateur de destructions et de malheurs terribles à tous les niveaux, pour les ukrainiens bien sûr et pour le monde dans son ensemble. Et ce n’est pas tout, les urgences écologiques et sociales risquent également d’être reléguées à l’arrière-plan pendant que cette guerre en Europe va précipiter une escalade des budgets militaires enclenchée depuis déjà quelques années. Face à la paralysie et l’impuissance de l’Organisation des Nations unies, face à l’absence flagrante d’une instance internationale capable de résoudre les désaccords et les conflits, malgré tous ces G9, G12, G20, GTruc, dans un monde dans lequel menaces, faits accomplis, ultralibéralisme et agressions armées caractérisent plus que jamais l’ordre mondial où que nous tournions notre regard, le tout appuyé par les bourgeoisies, et leurs Etats, il ne reste que le choix d’une révolution sociale et de civilisation, socialisant les grands moyens de production et d’échange, visant la juste répartition des richesses et de la vie, pour peut-être éviter l a barbarie.
Ce soir les Nowakowskismes s’installent sous les bombes, avec ceux et celles qui vivent dans la peur, dans la douleur, qui doivent tout abandonner pour se réfugier dans les couloirs du métro, fuir leur maison. Ce soir les Nowakowskismes sont dans ce monde écrasé de la folie meurtrière de cet autocrate bouffi, peureux et paranoïaque qui cherche à précipiter le monde dans sa folie. Ce soir, les Nowakowskismes se penchent sur l’expérience des populations dans la guerre qui, en un rien de temps, peuvent voir des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants passer du statut d’habitants à celui de réfugiés, et connaître alors de nouvelles identités, de nouvelles communautés et emprunter des chemins pavés de dangers, de souffrances et de mort. 

« Nous n’avons plus de passé ». Les bombes, les rafales de missiles sol-sol venues des batteries postées à plusieurs kilomètres de là avaient rasé l’immeuble, et par là tout ce qui non pas entourait mais faisait la vie, parce que la vie est faite d’infime et surtout d’une somme de presque rien. 
« Nous n’avons plus de passé » parce que sous les bombes, tout ce qui relève de l’accessoire, les choses dites accessoires, prennent une importance qu’elles avaient déjà sans qu’on le sût – cette photo accrochée au mur, cette chaise sur laquelle je me cognais la nuit en me levant – Tout cela se révélait à nous dans leur absence, dans leur disparition. 
« Nous n’avons plus de passé », non pas parce que les objets rappelleraient le passé selon une nostalgie matérialiste. « Nous n’avons plus de passé » parce que, comme les êtres qui ne sont plus là, les objets, les traces collectées au cours d’une vie racontent en même temps le monde détruit sous les bombes et le peu qui en reste dans la mémoire.
Je revoyais, mon immeuble, du haut des cinq étages, et ce pan de mur et de terrasse se désintégrant dans un nuage de fléchettes explosives et de balles antiblindage. Des roquettes s’écrasaient sur le béton aux alentours, les devantures des magasins vomissaient sur nous un milliard d’échardes de verre. 
Des hommes pouvait-on encore parler d’humains, équipés d’armures de combat dernier cri descendaient en rappel d’hélicoptères placés en vol stationnaire au dessus du quartier. Ils n’étaient pas les seuls, et arrivés au sol, ils mitraillaient dans toutes les directions. Les troupes chargées de prendre la ville, obéissant aveuglement aux ordres de cet autocrate bouffi et gâteux pensaient pouvoir s’approprier tout ce quartier sans difficulté mais la résistance était encore présente. Abrité derrière des blocs de béton tombés des barres d’immeubles construites bien avant la guerre, je vis un de ces hélicoptères être frappé d’un missile sol-air exploser en des milliers de fragments épars de ferraille et de chairs déchirées. 
Des sirènes retentissaient en hurlements de mort. Le feu, les flammes, le bruit occupaient tous les sens. Impossible de penser juste essayer de fuir et de ne pas être touché par les schrapnels qui criblaient les façades de cicatrices qui mettraient des années à disparaître, et qui hachaient menus les imprudents qui ne restaient pas à couvert. Les marques de la guerre perdureraient sur les murs et dans les âmes bien longtemps après le cessez-le-feu. Le ciel était rayé des traits de mort des missiles envoyés d’au-delà des limites de la ville et qui venaient réduire en miettes les principaux bâtiments de la ville. Il n’y avait pas si longtemps de cela, quand nous avions encore accès aux canaux d’information, avant que la cyber guerre précédant l’avancée des armées, ne soit lancée afin de neutraliser le réseau, les services et les médias, j’avais vu un de ce soldats imbéciles se prenant en selfie, paradant devant les crachats de mort des batteries de missiles en train de faire feu. Il m’était revenu alors ces vers de Rudyard Kipling que j’avais lus il y a bien longtemps dans ma bibliothèque aujourd’hui partie en flammes. Il écrivait cela au XIXème siècle, nous étions au XXIème et nous étions toujours aussi cons voire plus cons puisque nous n’avions pas su tirer les leçons des horreurs du XXème siècle. 
« Le jeun’ soldat est idiot
Il ne pense qu’à la mort
Il n’a rien du héros
Il a renié son honneur […] »
Ce moment d’inattention et de mémoire faillit m’être fatal. Des missiles explosèrent en même temps à quelques mètres de mon refuge, plusieurs dans l’air, d’autres qui s’étaient fichés dans le sol. Je fus soulevé et projeté dans les airs à une quinzaine de mètres de l’endroit où j’étais. Ce fut malgré tout une bonne chose parce les restes de l’immeuble s’affaissa à l’endroit où je me trouvais quelques secondes auparavant. Ma jambe était douloureuse, et j’avais la sensation d’une brûlure sérieuse dans le dos. 
Je n’avais pas le temps de m’apitoyer, il fallait que je me relève rapidement afin d’aller me mettre à couvert. Des soldats progressaient entre les bâtiments, arrosant les rues de leurs lance-flammes. Les bâtiments avaient l’air d’être en bois tant étant grande la vitesse à laquelle ils s’embrasaient. La ville allait tomber d’ici quelques heures, c’était une évidence aujourd’hui. Ils étaient supérieurs en nombre, mieux équipés, et fanatisés. 
Je réussis à me glisser dans une cave de ce qui restait de la rue Mon Désert. Elle était déjà occupée par un groupe fuyant comme moi l’invasion. Les ténèbres étaient traversées par les éclairs de lumière venant des explosions dans la rue, révélant les visages apeurés, épuisés d’hommes, de femmes et d’enfants. 
Je trouvai un coin non occupé, et je m’y assis. Je revoyais les files de voitures des habitants fuyant la ville devant l’avancée de l’armée, je revoyais les familles entassant tant bien que mal les objets, les enfants, des réserves de nourriture et prendre la route vers l’ouest, et mettre le plus de distance possible entre eux et les bombardements et les soldats qui suivraient immanquablement. Je n’avais pas voulu quitter la ville, je n’avais pas eu l’envie et la force de m’éloigner de ces lieux dans lesquels j’avais été si heureux. Je me rappelais aussi de cette histoire que racontaient ma grand-mère et mon grand-père quand ils avaient dû quitter leur maison lors de l’exode en 40. Ils partaient avec 3 enfants en bas âge, ma grand-mère enceinte de ma mère, et ils laissaient leur maison et un canapé neuf qu’ils venaient de s’acheter. C’étaient des ouvriers dans les usines sidérurgiques, et l’achat d’un canapé était un investissement important. Quand ils revinrent chez eux plusieurs années après, le canapé avait disparu, volé. Ma grande-mère parla toute sa vie de ce canapé. Alors, je ne voulais pas partir quitte à affronter la violence brute de la guerre. 
La violence qu’est-ce que la violence ? Il ne suffisait pas que la mort empeste et pue dans le monde, désormais, là autour de ce trou dans lequel nous étions réfugiés, elle prenait aussi ces formes humaines hostiles, poussant les survivants qui tentaient de se défendre, à frapper et à haïr aussi. Je m’assoupis brièvement mais je me réveillais au bruit des balles gazouillantes et des obus qui pleuvaient sur le quartier. Les snipers avaient dû s’installer comme à chaque guérilla urbaine. Ils pointaient leurs armes par plaisir haineux rendant les assiégés dont nous étions, tout aussi haineux. Ils tuaient les gens de la ville, la ruinant de toutes les manières physiques et psychiques possibles, de façon à ce qu’elle puisse être dévastée, la fracassant, assassinant gratuitement, terrifiant et écrasant. La mort était sur ma peau, et de l’autre côté du mur, peut-être la mienne m’attendait au coin de la rue, tout à l’heure quand je tenterai de sortir, peut-être pas. Nous étions une dizaine là cachés, combien d’autres que nous étaient ainsi terrés en attendant. Attendre quoi, la fin des bombardements, la prise de la ville, et après ? Après, nous ferions l’expérience de l’irremplaçable. L’irremplaçable, c’était tout ce que nous aurions perdu, pas en comptant, mais en mesurant le vide que ceux qui n’étaient plus là laissait dans les ruines de nos vie. L’irremplaçable, c’était l’impossibilité de quantifier parce que tout ce qui peut s’exprimer en chiffres est remplaçable. Et ce que nous avions perdu était  irremplaçable, incalculable, une situation difficilement compréhensible et acceptable pour notre génération qui s’était habituée à tout calculer, tout compter. Le canapé de ma grand-mère et le vide laissé par sa disparition était devenu un irremplaçable. Nous dérivions vers quelque chose d’énigmatique défiant le sens et la raison. Dans cette expérience des sinistrés, nous nous retrouvions à ne plus avoir de temps, à être en dehors du temps parce que tout ce que nous allions faire devenait, à l’instant même où nous l’envisagions, absurde.
Le temps passa, des heures, des jours, nous étions incapables de le dire. Puis, les bruits cessèrent, les bombardements cessèrent. Après quelques minutes, nous regardant incrédules, nous nous risquâmes à l’extérieur, dans les ruines de la ville. Les immeubles n’étaient plus que des chicots criblés des impacts des obus et des balles, les rues n’étaient plus que gravats. Et tout à coup, bizarrement, les sirènes se mirent à hurler, et nous n’eurent pas le temps de nous mettre à couvert.
La dissuasion ne marche tant qu’elle marche mais si l’ennemi passe outre, le système de croyances sur lequel elle repose s’effondre. Lancer des représailles conduit à la destruction mutuelle assurée. Or, tous les états dotés de l’arme nucléaire s’étaient équipés des systèmes dits de « launch on warning » ou « lancement sur alerte ». Ainsi, si un système défensif détectait le lancement de missiles nucléaires ennemis, il déclenchait immédiatement et automatiquement ses propres missiles sans attendre que les premiers atteignent leurs cibles. Les états s’assuraient ainsi contre le risque de se retrouver sans force défensive une fois celle-ci détruite par les missiles ennemis. Le problème était que les systèmes d’alerte étaient connus pour fonctionner de manière très approximative. Depuis longtemps, on ne comptait plus les erreurs d’interprétation, les mauvais calculs et les fausses alertes. Et là, dans le contexte de cette guerre en Europe, après les menaces de ce dictateur paranoïaque, mégalomane, impuissant et malade de déclencher le feu nucléaire, une erreur de programmation fut cette fois fatale à l’humanité. 

Pour finir, voici quelques nouvelles de la France. Deux ONG se sont intéressées à l’artificialisation des sols. Pour la Ligue de Protection des Oiseaux, l’artificialisation actuelle est de l’ordre de 50000 hectares par an. Terre de Liens, une association qui aide les agriculteurs à s’installer, évoque le chiffre de 57600 hectares supplémentaires consommés en moyenne chaque année. 57600 hectares correspondent à l’artificialisation de l’équivalent d’un terrain de foot toutes les 7 minutes ! 
Le phénomène n’est pas nouveau. Entre 1982 et 2018, les espaces grignotés par l’artificialisation ont augmenté de 72% en France métropolitaine. La France fait partie des mauvais élèves, se situant au-dessus de la moyenne européenne d’artificialisation des sols, entretenant en la matière « un rythme soutenu » et « une dynamique constante ». 68 % des espaces artificialisés ont été transformés pour de l’habitat et 25 % pour de l’activité. Le modèle toujours promu du pavillon individuel, jardin, accessible en voiture est toujours plus construit chaque année et grignote toujours plus les espaces naturels. Il serait temps, pour préserver le climat et la biodiversité, tant que c’est encore possible, de se tourner vers des alternatives aux pavillons neufs avec jardin et garage pour commencer à utiliser les logements vacants, promouvoir les habitats collectifs… et protéger la nature est indispensable pour l’avenir de nos sociétés comme le rappelle le dernier rapport du GIEC sorti le 28 février 2022 que je vous invite à lire. C’est un recueil de la souffrance humaine et une accusation accablante envers l’échec des dirigeants dans la lutte contre les changements climatiques dont les effets qui affectent déjà les vies de milliards d’humains, vont s’accélérer quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ils frapperont les sociétés de manière intolérable, multipliant les menaces sur la production alimentaire, l’approvisionnement en eau, la santé humaine, les infrastructures côtières, les économies nationales et la survie d’une grande partie du monde naturel et de l’humanité.

Voilà le temps des Nowakowskismes et leur voyage en anthropocène est terminé pour ce soir et avec John Steinbeck ces quelques derniers mots : « Si vous qui possédez les choses dont les autres manquent, si vous pouviez comprendre cela, vous pourriez peut-être échapper à votre destin. Si vous pouviez séparer les causes des effets, si vous pouviez savoir que Paine, Marx, Jefferson, Lénine furent des effets, non des causes, vous pourriez survivre. Mais cela vous ne pouvez pas le savoir. Car le fait de posséder vous congèle pour toujours en « Je » et vous sépare toujours du « Nous » ». 

On se laisse aller à la nuit avec l’émouvant quatuor n°8 de Chostakovitch interprété par le quatuor Danel. Chostakovitch l’a écrit en 1960 à la vue des ruines de Dresde détruite par les bombardements de la seconde guerre mondiale et le dédicaça « À la mémoire des victimes du fascisme et de la guerre ».  Ecoutez-le bien même si cela dépasse le temps d’antenne prévu pour l’émission. Ecoutez ce motif  DSCH qui parcourt toute l’œuvre. Dans la notation allemande, la suite de notes D-Es(S)-C-H (les initiales de Chostakovitch, D. Sch.) correspondent aux notes ré – mib – do – si.

Sources et références 
https://pad.philharmoniedeparis.fr/0827145-quatuor-a-cordes-n8-de-chostakovitch.aspx# 
https://basta.media/Artificialisation-des-sols-betonisation-terres-agricoles-espaces-naturels-habitat-voitures
https://reporterre.net/Le-reve-francais-de-la-maison-avec-jardin-detruit-les-terres-agricoles https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/crise-climatique/un-terrible-avertissement-ce-qu-il-faut-retenir-du-nouveau-rapport-du-giec-sur-les-effets-du-rechauffement-climatique_4977336.html 
Les raisins de la colère. John Steinbeck
Central Europe. William T. Vollmann
Le livre des violences. William T. Vollmann
https://www-mediapart-fr/journal/economie/230222/les-milliardaires-francais-brulent-la-planete 
https://aoc.media/opinion/2022/02/27/la-guerre-nucleaire-qui-vient-2/
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.13-28022022-14.50/ 

Nowakowskismes 6.12. Atom heart mother

Thallium, cobalt, manganèse, nickel, or… les abysses regorgent de minerais indispensables au fonctionnement de tous ces objets qui partagent nos vies. Alors que les gisements terrestres s’épuisent, les États et les industriels ne cachent plus leur appétit insatiable. Ils rongent déjà leur frein à l’idée de pouvoir commencer l’exploitation des fonds des océans. 
Les fonds marins situés entre 1 et 6 km de profondeur, sont constitués de plaines abyssales, mais également de monts, de failles, des kilomètres carrés vierges de toute exploitation. À ces profondeurs, on y trouve des nodules polymétalliques, des sortes de patates concentrées de minerais, et des cheminées hydrothermales, qui recèlent du cobalt et de terres rares. Tous ces métaux intéressent évidemment beaucoup l’industrie des batteries pour les véhicules électriques, mais également l’industrie des éoliennes. Les deux et d’autres sont extrêmement friands de ces minerais et terres rares. Il faudrait d’ailleurs quadrupler les approvisionnements en minéraux pour pouvoir atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.
Sans surprise, dans son plan France 2030, Macron s’est dit prêt à y aller. Se cachant derrière le prétexte des explorations visant à accéder à une meilleure « compréhension du vivant, du fonctionnement de nouveaux écosystèmes, d’innovation en termes de santé, en termes de biomimétisme », il vise surtout à accéder, « dans nos zones économiques exclusives », à ces immenses gisements de métaux rares !   
Bien que l’exploitation commerciale en eaux profondes n’ait pas encore commencé, vingt-neuf permis d’exploration ont d’ores et déjà été accordés à des pays tels que la Chine, la Corée, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et la Russie pour des contrats d’exploration couvrant une surface de 1,3 million de km2 de fonds marins profonds. En fait, si ces contrats étaient convertis en licences d’exploitation, nous aurions affaire à la plus grande opération minière jamais entreprise dans l’histoire de la Terre. 
Mais tout cela n’était surtout pas au menu du One Ocean Summit !

Bienvenue en 2022. 
Bienvenue en anthropocène ! Ce soir les Nowakowskismes ont commencé par cet aperçu de ce qui attend les fonds des océans dans cette course mortifère à la surproduction, à la surconsommation entretenue par ce système ultra-libéral et les dirigeants de ce monde à son service. A cela, rappelons juste que, dans les conséquences de ce système de production, des plastiques sont déversés à hauteur de 19 à 23 millions de tonnes chaque année dans les eaux de la planète et se retrouvent ensuite, pour une bonne partie, dans la mer. Au total, 88 % des espèces marines seraient affectées par cette pollution sévère au plastique. 
Ce soir, les Nowakowskismes font une escapade dans ce pays magique qui se voulait porteur des Lumières, mais toujours préoccupé de construire des autoroutes, d’agrandir les aéroports, d’exploiter toujours plus les ressources de la planète et surtout de démultiplier encore et encore les dispositifs surconsommateurs d’énergie.  
Ce soir, les Nowakowskismes explorent un royaume dans lequel ceux qui sont au pouvoir, considèrent que la solution miracle à ce défi irritant et empêcheur de tourner en rond du capitalisme, j’ai nommé la préservation d’une planète compatible avec la vie humaine, est de construire massivement des machines nées dans les cerveaux gorgés d’hubris de brillants magiciens issus des grandes écoles de magie du royaume, l’industrie nucléaire. 

Il était un fois un pays magique. Ce pays était situé au coeur d’un vieux continent. Ce pays qui revendiquait une place clé dans le cours des affaires de ce monde, était aux mains d’une classes dirigeante, décidant seule, persuadée de vivre dans un royaume magique dans lequel la science, la technique raisonnée, l’écologie, la pensée critique et l’économie solidaire n’existaient pas. Dans ce monde, et ce pays qui se voulait porteur des Lumières, cela faisait des décennies que ceux qui avaient été élus au plus hautes fonctions ne faisaient rien pour apporter des réponses intelligentes au défi du changement climatique. En fait, en tant que détenteurs de la Lumière, ils n’avait pas à écouter, ni voir ce qui se déroulait sous leurs yeux, ils voulaient juste continuer à pouvoir, comme ils le faisaient depuis toujours, construire des autoroutes, agrandir les aéroports, et surtout démultiplier encore et encore les dispositifs surconsommateurs d’énergie.  
Dans ce monde, ceux qui étaient au pouvoir, semblables au roi d’un ancien royaume de légendes, le roi Theoden , étaient sous l’emprise des magiciens vendus à des lobbys mordorés appuyés par des officines de communication habiles en manipulations occultes, qui murmuraient en permanence à leurs oreilles que « Le nucléaire n’émet pas de CO2 », et que la solution miracle à ce défi irritant et empêcheur de tourner en rond du capitalisme, à savoir comment éviter l’aggravation du changement climatique, c’était de construire massivement ces formidables machines nées dans les cerveaux des brillants ingénieurs issus des grades écoles du royaume, les EPR. 
En ces temps troublés, où des mouvements de troupes belliqueuses voyaient le jour dans les territoires de l’est, où des individus commençaient à déchirer le voile de l’ignorance dans lequel ils avaient été enfermés, ils se sentirent dans l’urgence de devoir agir surtout que des périodes d’élections générales se préparaient. Ils commencèrent à entendre des revendications visant à réfréner cet enthousiasme mortifère pour ces technologies miracles. Ils sentirent gronder le rejet né de l’évidence de leur incapacité à penser le monde en devenir, enfermés qu’ils étaient dans les rets des grands corps de singes savants sortis des grandes écoles du royaume. Même le déni régnait en maître, ils avaient conscience de cette incapacité responsable de bon nombre de dérives et de régressions sur de nombreux plans, celui des libertés n’était pas le moindre et celui de l’intelligence en était le plus flagrant.
Ce déficit d’intelligence et de clairvoyance, l’aveuglement de leurs conseillers leur avaient fait oublier que l’énergie nucléaire utilisée dans les miraculeux EPR était dangereuse. En effet, il n’aurait pas dû être nécessaire de rappeler les conséquences des anciennes catastrophes qui détruisirent les royaumes de l’est à Tchernobyl en l’an 1986 et à Fukushima en l’an 2011. Il ne devrait plus être nécessaire de rappeler que ces régions de Biélorussie et du Japon affectées par les retombées radioactives restèrent empoisonnées par une radioactivité rampante, qui rendait la vie de centaines de milliers de gens sur des milliers de kilomètres carrés encore pénible, dangereuse et vecteur de maladies diverses. Il ne devrait plus être nécessaire de rappeler que le coût pour les pays concernés s’était compté en centaine de milliards d’euros. Il ne devrait plus être nécessaire de rappeler que l’hypothèse qu’un tel accident se produise en ce royaume était aussi crédible que celle qu’une pandémie puisse se déclencher, comme l’avaient prédit depuis des années sans être entendus naturalistes et écologistes, jusqu’à l’irruption de ce qu’on avait appelé la Covid-19. D’ailleurs, il restait dans les archives un texte rédigé par le  président de l’Autorité de sûreté nucléaire qui rappelait le 19 janvier de l’an 2022 qu’« un accident nucléaire était toujours possible, et que ceux qui prétendraient le contraire prenaient une grande responsabilité ». Les conseillers occultes des cabinets avaient tout simplement balayé ces remarques. 
Et ce n’était pas tout ! 
Dans ce monde, la magie résolvait bon nombre de problème. En effet, la question des déchets radioactifs s’était posée. Et ce ne fut bien sûr pas un problème !  Déchets dites-vous !? Balivernes et défaitisme anti-progrès et hérésie de la part de ceux et celles qui voulaient en revenir à la lampe à huile ! D’ailleurs, nos archivistes avaient gardé précieusement le discours de notre Prince quand il avait tancé ceux et celles qui s’opposaient à la magie salvatrice du progrès ! Alors, quand le volume de déchets correspond à peu de choses près à l’équivalent du volume d’une piscine olympique, il suffisait, les alchimistes l’avaient bien expliqué, de creuser un trou et de mettre tout cela dedans. C’était magique ! Et le problème n’était plus un problème ! 
La vérité était, qu’en ces temps, aucun pays n’avait trouvé de solution satisfaisante pour le traitement et l’élimination de ces déchets radioactifs et dangereux pendant des milliers d’années. On avait beau se dire que le problème des générations à venir n’était pas notre problème, la population commençait à sérieusement se remuer à ce sujet, et les cabinets des ministres, et les conseillers s’en inquiétaient un peu. Les premières réponses furent de demander aux ingénieurs de la filière française de multiplier les catégories, les classifications, les règles afin de compliquer encore plus le problème et ainsi le noyer. Ces mêmes conseillers avaient trouvé un lieu perdu dans les territoires de l’est pour enfouir les déchets sans que ça ne fasse trop de remous. Ce projet de Bure techniquement biaisé qui devait se mettre en place discrètement fut imposé aux habitants et aux autres par la répression et l’achat des consciences. Il existait une usine de traitement des déchets construite au bord d’une des mers bordant le royaume, à La Hague. Mais ces installations étaient saturées et dangereuses. Alors les grands familles de l’atome, EDF et Orano, s’arrangèrent, et accumulèrent aux quatre coins du royaume les déchets sans s’interroger outre mesure sur qu’en faire. Elles léguaient ainsi aux générations futures des déchets dégueulasses et empoisonnés. Mais, elles léguaient également aux générations futures des centrales nucléaires qui resteraient pendant des décennies ces sites pollués et dangereux, dont le démantèlement inévitable couterait forcément des milliards d’euros. 
Mais qu’à cela ne tienne, les irresponsables spéculaient sur l’engagement de nouveaux réacteurs alors qu’après plus de dix ans de travaux, et un budget qui avait explosé, les grandes familles avaient été incapables d’achever le modèle fétiche, le numéro 1, la rolls-royce des réacteurs, le bien nommé EPR de Flamanville. D’ailleurs, les mêmes évitaient de parler des EPR construits dans l’Empire du Milieu, à Taishan, mais mis d’urgence à l’arrêt pour un défaut encore inexpliqué, encore une malédiction disait-elles qui pourrait se répercuter sur celui de Flamanville… Les magiciens de ce royaume étaient débordés par la magie qu’ils avaient eux-mêmes invoquée. 
Alors tous ces futurs EPR, ces miracles de la technologie sortis des athanors de ces alchimistes diplômés que le maître du royaume et sa brillante élite d’irresponsables envisageaient de construire, qu’en était-il ? L’idée géniale était qu’il s’agissait d’EPR2 aux caractéristiques de sûreté allégées par rapport à l’EPR. Malheureusement, leur magie étant encore très approximative dans ce domaine. Malgré leurs belles études, leur dossier de réalisation technique était loin d’être prêt. Une étude récente de l’administration avait d’ailleurs estimé qu’ils ne pourraient pas être mis en service avant plusieurs dizaines d’année et enfin, que leur coût serait de l’ordre de 9 milliards d’euros sans compter la dépendance aux approvisionnements en combustible puisque le royaume ne produisait pas lui-même ce carburant, le faisant venir d’autres royaumes pas toujours enclins à lui en vendre. 
Ces milliards d’euros, cette énergie, il eut fallu les investir autrement, intelligemment. Malheureusement, en ce royaume dont les règles d’organisation étaient rendues immuables par cette oligarchie dirigeante et les différents ordres et sous-ordres de magiciens, il fallait que la consommation énergétique ne change pas, que le même niveau de vie moyen et les mêmes inégalités soient maintenus et entretenus indéfiniment, et que, comme les mages et devins officiels l’avaient affirmé après de multiples sacrifices, la magie blanche de l’électricité allait enfin remplacer la noire malédiction du pétrole sans que l’on ait à se poser d’autres questions. 
Ce médiocre tour de magie et cette martingale communicationnelle visaient ainsi à biaiser le débat, à empêcher que l’on discutât vraiment de l’avenir. Mais entre changement climatique largement considéré comme une menace lointaine, le pic de pétrole et cette industrie nucléaire de plus en plus sénile et à rebours du principe de responsabilité, nous pouvions sérieusement douter de la durabilité de ce royaume construit sur la magie, les ordres magiciens et l’illusion de la consommation sans limites et les inégalités. Petit-à-petit remontait des couches inférieures de la société un chant lancinant et de plus en plus insistant demandant que soit posée sur la table la question cruciale que ces strates de cette aristocraties dirigeantes n’avaient l’intention d’aborder. Comment se débarrasser des mirages et des mensonges, des tours de passe-passe et des alliances juteuses entres les grandes familles se partageant le pouvoir pour enfin s’interroger sur les moyens de réduire fortement les consommations matérielles et énergétiques pour empêcher le délitement du monde ? On ne bâtit rien sur une chimère et la pensée magique. Si nous n’avions pas abandonné l’étude des sciences, de l’histoire, des technologies et des humanités, nous n’en serions pas encore là à nous battre pour pouvoir « vivre dans un monde où les êtres seront seulement humains, sans autres titres que celui-ci, sans être obsédés par une règle, par un mot, par une étiquette… [pour] que l’immense majorité, la seule majorité, tout le monde puisse parler, lire, écouter, s’épanouir ». La lutte comme moyen d’en finir enfin avec la lutte. Le combat comme un moyen d’en finir définitivement avec la nécessité de combattre. 
Un cliquetis me fit relever la tête de mon cahier. C’était mon tardibot qui revenait dans la pièce dans laquelle je m’étais installé pour écrire. Il me ramena à la réalité de l’appartement et me signala l’heure. Il me rappela que si je souhaitais sortir c’était maintenant. En effet, après les derniers accidents, et surtout après celui survenu dans la vieille centrale de Cattenom, les sorties étaient limitées à certains moments de la journée et surtout limitées pour réduire au maximum l’exposition aux radiations. Je descendis les cinq étages, les murs de ma rue servaient à la fois de musée en plein air et d’urinoirs occasionnels pour ceux toujours plus nombreux qui erraient sans but dans la ville. L’air était respirable mais il se racontait qu’il était chargé de mercure et de divers trucs dégueulasses déposés là par le vent quand il soufflait du nord. Je fis quelques achats auprès d’un vendeur de légumes qui venait régulièrement des Vosges vendre ses récoltes qu’on savait pertinemment contaminées. Je remontai chez moi là-haut, et je me remis à mon texte. 

Pour finir un petit aperçu d’anthropocène. Des rivières atmosphériques, ces couloirs de vapeur d’eau provoquant des précipitations intenses en octobre 2021, des chutes de neige record en décembre, pas une goutte d’eau depuis janvier voici la Californie de ce début de XXIème siècle. En février, les températures y sont caniculaires jusqu’à  parler de « canicule hivernale » et sur les réseaux sociaux, c’est le « cauchemar délicieux » (« delightmare ») d’enfiler un maillot de bain pour une virée à la plage en février. A Los Angeles, les températures attendues sont de 30°C à 32°C. Février n’est pas habituellement le mois où les habitants sont forcés d’évacuer leur maison sous la menace des flammes mais c’est pourtant ce qui s’est passé à Laguna Beach dans le comté d’Orange. La Californie n’est pas la seule dans ce cas, des régions d’Espagne vivent exactement le même scénario. 
Alors profiter du beau temps ou sérieusement s’inquiéter de ce que l’avenir réserve ? 
Allons-nous assister au retour des méga-incendies comme en 2020 et en 2021, ces deux années qui ont vu les six des sept plus grands feux de l’histoire de l’Etat. Verrons-nous San Francisco connaître sa plus longue période de sécheresse enregistrée pendant les mois d’hiver depuis la saison 1876-1877, qui avait vu soixante jours sans pluie ? Laisserons-nous les émissions de gaz à effet de serre continuer au rythme actuel qui, si on en croit les modélisations réalisées récemment,  feront que la Californie pourrait connaître des saisons sans neige ou de très faible enneigement dans moins d’une vingtaine d’années, et pratiquement ne plus voir la neige dans les années 2060 ? 

Sources, références et inspirations https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/02/12/la-californie-touchee-par-une-canicule-en-plein-hiver_6113400_3244.html https://reporterre.net/Les-oceans-a-la-derive 
EPR – Réacteurs à eau pressurisée
Philip Roth. La tache 
Pablo Neruda
Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.12-15022022-11.30/ 

Nowakowskismes 6.11. Planète d’errances

illustration par Nicolas Hamm

Il existerait neuf limites planétaires à ne pas franchir avant que l’humanité n’assiste à un changement d’état irréversible de l’écosystème planétaire. Or le rapport du Stockholm Resilience Center paru le 18 janvier 2022 annonce que la cinquième limite planétaire vient d’être franchie. Qu’est-ce que ça signifie ? C’est que l’humanité et plus généralement le vivant meurent étouffés dans les produits chimiques, microparticules et plastiques que nous produisons massivement.
La production de ces éléments n’existant pas à l’état naturel est en constante augmentation, au point de mettre en danger le fonctionnement global de la planète. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. La « production de produits chimiques a été multipliée par 50 depuis 1950. Elle devrait encore tripler d’ici 2050 ». La production de plastique à elle seule a augmenté de 79 % entre 2000 et 2015. Les plastiques sont constitués de différents polymères et peuvent contenir jusqu’à 10000 substances chimiques. On ignore les propriétés de certaines d’entre elles, mais on sait qu’elles ont un impact réel et dévastateur sur l’environnement.
Sonner l’alarme avant qu’il ne soit trop tard ! Mais est-ce vraiment avant, qu’il ne soit trop tard ? Aujourd’hui, la pollution chimique a très largement dépassé les seuils de précaution qui avaient été établis dès 2009. Le concept de « limite planétaire » s’appuie sur l’idée que, depuis plus de 10000 ans, tout au long de l’holocène, la Terre était restée dans un état stable. Si certaines limites venaient à être franchies, nous pourrions assister à un changement d’état catastrophique de l’écosystème planétaire. 
Sur les neuf limites planétaires établies, quatre d’entre elles ont d’ores et déjà été franchies en 2015. Il s’agit du changement climatique, de l’érosion de la biodiversité, des perturbations globales du cycle de l’azote et du phosphore et des changements d’utilisation des sols. 
Dans l’étude parue la semaine dernière, il apparaît que la quantité de produits chimiques d’ores et déjà présents dans notre environnement a dépassé les seuils de tolérance. Certains polluants peuvent être trouvés dans le monde entier, de l’Arctique à l’Antarctique, avec des preuves accablantes des impacts négatifs sur les systèmes terrestres, y compris la biodiversité et les cycles biogéochimiques. 
En fait, le volume de substances chimiques disséminées dans la nature est devenu si important que nous ne sommes même plus en mesure de les surveiller efficacement et donc de mesurer leur impact… 

Bienvenue en 2022. Bienvenue dans un monde dans lequel certains ont tout perdu, et choisissent de prendre la route, dans une tentative de retrouver cette liberté perdue. Devenir un migrant dans son propre pays, et au-delà devenir un nomade partant à la rencontre des autres, redécouvrant le sens des mots commun, solidarité, compréhension mutuelle, face à l’immensité de la nature, face à la solitude aussi, et surtout en résistance à ce qui nous dépossède de ce qui fait de nous des êtres dans le monde. Êtes-vous prêts pour ce voyage dans les confins, loin des métropoles bétonnées, dans des espaces qu’on a cru vides, à la rencontre de soi, des autres et du monde ? Êtes-vous prêts pour embarquer sur la planète errante des Nowakowskismes ?

On pensait jusqu’à récemment que la partie d’univers comprise entre deux étoiles et leurs systèmes planétaires était vide. Parce qu’on pensait qu’entre deux soleils, il n’y avait rien. 
Ça c’était jusqu’en 1998. 
Parce qu’en 1998, on fit la découverte de la première planète errante. Et même, que dans la galaxie, il y aurait des milliards de ces planètes errantes, ces planètes sans attache dérivant entre les étoiles.
La route est très souvent solitaire. 
De grandes distances séparent des villages, des points de parking. Pour une raison ou une autre, il peut arriver de devoir s’arrêter et passer la nuit en rase campagne. Au chaud dans un gros gilet de laine, un bonnet enfoncé sur les oreilles, on écoute alors l’eau bouillir sur le réchaud. Adossé contre une colline, on regarde les étoiles, les mouvements vagues de la Terre qui s’en va au travers de la galaxie, sous le regard des yeux phosphorescents des animaux de la nuit. Le temps passe en thés brulants, puis l’aube se lève, s’étend et les oiseaux prennent leur tour de chants. Et, on s’empresse de couler cet instant souverain au fond de sa mémoire, où on ira le chercher un jour. On s’étire, on fait quelques pas et le mot « bonheur » paraît bien maigre pour décrire ce qui arrive. 
Il y avait toujours eu des itinérants, des vagabonds, des trimardeurs, des âmes errantes incapables de rester en place. Or, aujourd’hui, dans ce siècle déjà bien entamé, on avait assisté à l’émergence de nouvelles tribus de voyageurs. Des gens qui n’auraient jamais pensé devenir nomades, un jour se retrouvèrent malgré eux sur les routes, quittant leur maison, leur appartement, leur vie. Pourtant personne n’aimait se contenter de survivre. Ce qui n’était au départ qu’une pulsion désespérée, s’était transformé en un cri de ralliement, un cri qui réunissait ceux qui aspiraient à autre chose. Et sur la route, il y avait de l’espoir. Car l’espoir naissait du mouvement, de l’espace et de la nature parce que, « finalement, ce qui constituait l’ossature de l’existence, ce n’était ni la famille, ni la carrière, ni ce que d’autres diraient ou penseraient de vous, mais quelques instants de cette nature, soulevés par une lévitation plus sereine encore que celle de l’amour, et que la vie distribuait avec une parcimonie à la mesure de notre faible coeur ». Quand l’espoir était aussi vaste et illimité que le territoire, avec cette force chevillée au corps qui rappelait que le meilleur est toujours à venir. Un vieux quatrain d’un poète né il y a des siècles dans les espaces infinis du centre de l’Asie, rappelait que : 
« Même si l’abri de ta nuit est peu sûr
Et ton but encore lointain
Sache qu’il n’existe pas 
De chemin sans terme
Ne sois pas triste »
Il y avait toujours un peu plus loin, dans la prochaine ville, dans le prochain boulot, dans la prochaine rencontre avec de parfaits inconnus, cette force vitale qui poussait toujours vers l’avant. Et là, se formait alors une nouvelle tribu nouée de liens de compréhension mutuelle, de solidarité dans un sentiment contagieux d’humanité enfin retrouvée. 
On pensait que les espaces entre les mégapoles s’étaient vidés, qu’ils n’étaient plus que des déserts hostiles à la vie or des planètes errantes avaient bien été découvertes dans les espaces intergalactiques alors qu’on les avaient crus vides. Pour ceux qui avaient décidé de prendre la route, de partir au volant d’un vieux van, de tout quitter, l’espace qui s’ouvrait était vide et étonnamment peuplé. Il suffisait qu’un gué d’une rivière soit submergé par les pluies diluviennes nées des orages toujours plus violents à cause du dérèglement climatique, qu’il n’y avait rien à faire pour traverser qu’attendre, pour que se retrouvent là des bus recyclés, des caravanes hors d’âge, des vans déglingués, venus de nulle part. On se regroupait, et certains se mettaient à bricoler pour en aider d’autres, réparer un moteur, un essieu, une roue… On mettait en place du troc, et des échanges d’outils contre de la nourriture, ou des livres. Au bout de quelques jours, il y avait une ville sur roues, des enfants couraient entre les véhicules, des vieillards prenaient le soleil en discutant au milieu des toiles de tentes sous lesquelles se jouaient des parties de backgammon ou d’échecs au son des guitares, … un chahut magnifique, les arbres, le ciel, les levers et couchers de soleil, les discussions, les partages autour d’un feu de camp laissant s’échapper vers les étoiles des escarbilles incandescentes, encore une zone autonome temporaire… la vie !
Quand l’eau baissait, que le gué redevenait praticable, tous reprenaient leur route vers leur horizon. Ils savaient qu’ils se croiseraient certainement à nouveau un jour prochain quelque part, qu’un au-revoir était toujours un « à se revoir ». Et chacun savait que tout cela était le merveilleux ! Alors que dans leur vie d’avant, le merveilleux n’était vu que comme l’exceptionnel qui arrangeait, comme le dernier produit à la mode acheté au supermarché. Là, sur la route, dans l’errance, le merveilleux pouvait naître d’un oubli, d’un pêché, d’une catastrophe qui, en rompant le train des habitudes, offrait un inattendu déployant ses fastes sous des yeux toujours prêts à s’en réjouir. 
La route s’étirait alors, crevée par endroits de nids de poule abyssaux. À d’autres endroits, faute d’entretien, elle était de terre battue et ressemblait à de la tôle ondulée qui obligeait à avancer très très lentement. De temps en temps, un lapin traversait la route, des scorpions s’approchaient avant de disparaître entre les pierres du bas-côté, des rapaces perchés sur les arbres bordant la route surveillaient le passage partageant des signaux invisibles aux humains, avec d’autres guetteurs cachés dans l’immensité. En hiver, vers cinq heures, le soleil rougissait révélant tous les détails de ce plateau s’étendant à l’infini vers la nuit. Des montagnes se dressaient au loin, des milliers de kilomètres au travers de paysages comme modelés par un souffle presqu’éteint, comme si une expérience immémoriale de dieux oubliés avait disposé là les aspérités, les accidents, les mirages, les tourbillons de poussière dans une perfection qui décourageait par moments, et qui transportait aussi « parce que là, on avait droit à ces élargissements, et, une fois les frontières franchies, on savait que nous ne serions plus tout à fait les misérables pédants que nous étions ». 
Certains d’entre nous étaient partis sur la route parce que la ville, leur quartier avaient été emportés par la montée des eaux. D’autres, dans un monde de plus en plus terrible, où vivre revenait à tenter de survivre, certains se trouvèrent confronter aux éternels dilemmes, rembourser le crédit immobilier ou régler la facture d’électricité ? Prendre un crédit auto ou acheter des médicaments ou de la nourriture saine ? S’acheter des vêtements chauds ou faire un plein d’essence pour aller travailler ? En fait pour beaucoup, la solution fut radicale. Si on ne pouvait pas augmenter son salaire pourquoi ne pas supprimer ce qui était la plus grosse dépense ? Certains troquèrent leurs quatre murs contre une maison roulante et quittèrent les villes, et partirent sur les routes. Dans cette ère de désastres climatiques et économiques, de salaires de misère, d’explosion des prix du logement, ils s’affranchirent des loyers et des crédits immobiliers afin de s’en sortir. Et je fus l’un d’eux. A quoi étais-je prêt à renoncer, dans ce monde, pour continuer à vivre ?
Je ne gardai que quelques livres – je m’étais souvent poser la question, quels sont ceux que je garderais si je ne devais en emporter que quelques-uns – quelques objets comme connecteurs de ma mémoire vers des temps heureux, je m’achetai un van hors d’âge partiellement aménagé que j’avais vu en vente à deux pas du campus où je travaillai il y a maintenant pas mal d’années. Pour un van vieux de plusieurs décennies, il était en bon état et n’avait que 90000 km au compteur. Il avait été entretenu et surtout l’intérieur était déjà aménagé. Je payais en liquide, j’y rangeai mes affaires, le décorait avec un pot dans lequel poussait un petit arbre de jade, de quelques photos qui ornaient un mur de l’appartement, de statuettes africaines et indonésiennes, je cachai dans un des tiroirs une petite poupée venue d’un lointain voyage en Ecosse. Il fallait que je baptise mon van. Alors, dans une réminiscence d’un film que je citais à mes étudiants quand j’étais encore enseignant, dans un petit jeu de mots, je lui donnais le nom de Van-ishing Point, point de fuite, disparaître, quitter le monde. Vanishing point comme métaphore de la sortie du monde, de l’ailleurs hors le monde choisi et investi par les pionniers d’internet. Je tournai le dos à la ville et je pris la route. 
Les premiers temps furent compliqués. Il fallut quitter la ville, et m’habituer à la vie à bord du van même s’il y avait bien longtemps, pour des virées aux antipodes, j’avais pu expérimenter et apprécier cette vie nomade avec notre maison sur notre dos. Au milieu de nulle part, cherchant un endroit isolé pour passer la nuit loin des descentes de flics, je m’enlisai. C’est un agriculteur qui passait par là qui me sortit du sable. Franchissant les montagnes, je fus pris dans une tempête de neige, et tout gela, même mes toilettes. Dans la descente, tout s’est éteint sur mon tableau de bord, la batterie avait été trop sollicitée dans le froid de cette nuit polaire. Je me laissais aller en roue libre jusqu’une station service qui se trouvait fort heureusement à proximité. J’ai dormi sur des parkings, dans des zones industrielles désaffectées. J’ai aussi connu les pires endroits où les curieux devenaient agressifs m’obligeant à des démarrages en trombe pour prendre la fuite dans la nuit et leur échapper. Et de tant d’autres moments et rencontres, heureux ou malheureux. Pendant des années, saisons après saisons, je roulais ainsi à travers le monde, franchissant les grands espaces en laissant à distance les métropoles surgissant sur l’horizon, dressant vers le ciel les pics de leurs immeubles de béton, dont il était impossible de savoir s’ils étaient encore habités ou n’étaient que des ruines vidées et désertées, restes de la bêtise et de la vanité de l’humanité. 
Un soir, après avoir roulé sur 450 km sur une route en assez bon état, fatigué, je cherchais un endroit pour passer la nuit. Arrivé à un croisement, je pris une piste de terre qui s’enfonçait vers des montagnes dont je ne connaissais pas le nom, le vent hurlait, des nuages noirs filaient devant les étoiles, je ne voyais que des touffes de buissons ça et là au bord de la route. Je franchis une sorte de gué à sec et j’entrai dans un paysage où émergeaient de l’obscurité, des étranges blocs de roche pâle, formant un bestiaire pétrifié d’éléphants, de dinosaures et de trolls. De temps à autre, quelque chose de vivant traversait la route, un lièvre, un écureuil peut-être. Un couple de cerfs s’égaya dans la nuit fuyant le faisceau lumineux de mes phares. La route étroite et rocailleuse serpentait en virages serrés, plongeait dans des ravines, puis remontait pour plonger à nouveau, tout en grimpant progressivement vers un sommet qui serait dans tous les cas mon étape pour la nuit. J’étais fatigué et l’âge avançant, j’encaissais de moins en moins les longues journées de route. Mon dos me faisait souffrir, j’avais besoin de me redresser, et de m’allonger. Des bourrasques de neige m’accueillirent au sommet et je garai Van-ishing Point sous un bouquet de bouleaux. La nuit fut froide, traversée par un vent glacial parsemé de flocons de neige. Je m’endormis emmitouflé dans mon sac de couchage dans le berceau de mon van oscillant au rythme des bourrasques. 
Je me réveillai à l’aube. Relevant les rideaux, je jetai un coup d’oeil à l’extérieur. C’était une scène floue et vague faite de langues de brume emmaillotant des formes sombres et fantastiques fuyant l’arrivée du soleil. Je me chauffai un café, m’habillai et je sortis avec mon bol de café fumant. Le soleil n’était pas encore visible mais les signes avant-coureurs étaient là, les nuages teintés de lavande et de rose –  Rododactylos eos, aurore aux doigts de rose – et dans l’air froid et sec, la vue s’est dégagée dans toutes les directions, ouvrant sur des montagnes s’élançant vers le bleu du ciel, avec à leurs pieds la vallée occupée par le miroir d’une rivière encadrée par des falaises rocheuses baignant dans les ondulations d’une forêt assemblage d’une multitude de touches de verts. 
Debout devant mon vieux Van-ishing Point, j’admirai ce spectacle inhumain de rocs, de nuages, de végétation, et de ciel et d’immensité. C’était comme si tout à coup j’avais enfin trouvé le but à mes errances, un endroit là sous cette étoile, ce globe flamboyant illuminant ce bout de terre rien que pour moi. Nous nous sommes salués malgré les 150 millions de km qui nous séparaient. A ma droite, trois corbeaux faisaient des acrobaties aériennes en croassant, j’étais sûr qu’ils étaient aussi heureux que moi du retour du Soleil. 
Je fis quelques pas et je finis mon bol de café. Pendant ce temps, j’avais ouvert en grand Van-ishing Point pour qu’il s’emplisse et respire à fond l’air frais et vivifiant de ce morceau de Terre. Puis, je refermai tout, je me mis au volant, je tournai la clé du démarreur, et je repris la route qui s’enfonçait dans le paysage. 
Je sais juste que quand je sentirai la fin proche, je conduirai Van-ishing Point jusqu’au bout d’une piste comme celle-ci. Je le garerai, je prendrai mon sac à dos avec quelques affaires dont cette petite poupée de chiffons, et je partirai à pied dans une ultime marche au coeur d’un de ces endroits encore inviolés. 
En 1998, on avait découvert qu’il y aurait des milliards de planètes errantes, de planètes sans attache dérivant entre les étoiles.

Pour finir avec ces quelques mots. Sur les 7000 langues parlées sur notre planète, 50% pourraient cesser d’exister d’ici la fin du siècle et avec elles disparaitront toute une palette d’autres visions du monde. En réalité, chaque année des dizaines de langues cessent d’être parlées. Pour la plupart, il ne restera rien d’elles quand le dernier locuteur de la langue disparaîtra. Or, 4 % de la population mondiale parle 97% des langues et, à l’inverse, la moitié des êtres humains parle seulement une vingtaine de langues qui sont les plus fragiles et les plus menacées d’extinction, surtout celles de tradition orale, parlées dans des régions restreintes, isolées et menacées par toutes sortes de catastrophes. Ainsi, La Papouasie, berceau de centaines de langues, est principalement constituée d’îles qui sont plus riches linguistiquement que des continents entiers. Directement menacées par la montée des eaux due au réchauffement climatique, certaines populations ont commencé à migrer entrainant une dilution de leurs langues dans celle de leur nouvel environnement.
Les diversités linguistiques de l’Amazonie, ou du Nigéria avec ses 500 langues, vont aussi être durement impactées par le changement climatique.
Avec la colonisation, les massacres, les génocides, les déplacements forcés,… des peuples entiers ont disparu et leur langue avec eux. En Tasmanie, au début du XIXe siècle, la quasi totalité des aborigènes ont été tués en une trentaine d’années. On ne sait presque plus rien de leurs langues.  
Pour garder une trace de ces langues tant qu’il est encore temps, des chercheurs du CNRS ont lancé un projet ambitieux, le projet Pangloss. Pangloss a pour objectif de collecter et d’enregistrer ces langues afin de constituer une arche de Noé des langues menacées, comme un legs aux générations futures.

Sources, références et inspirations 
https://www.franceculture.fr/sciences-du-langage/pourquoi-les-langues-disparaissent
https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/planetes-errantes-perdues-dans-l-espace
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/pollution/isr-rse/pollution-chimique-une-cinquieme-limite-planetaire-vient-d-etre-franchie-150502.html
L’usage du monde, Nicolas Bouvier.
Nomadland, le film et Nomadland, le livre 
Désert solitaire, Edward Abbey
Podcast. https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.11-27012022-12.24/

Nowakowskismes 6.10. La lumière des libertés enfuies

Illustration par Nicolas Hamm

En 2019, le niveau de vie médian est de 1830€ par mois, et les 10% des français les plus pauvres vivent avec moins de 970€. En 2019, toujours, 14,6% des français, soit 9,2 millions d’hommes, femmes et d’enfants, vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 1102€ par mois. Entre 2002 et 2018, le taux de pauvreté des 18 à 29 ans a progressé de plus de 50%. Aujourd’hui, 4,2 millions de français perçoivent les minima sociaux, dont près de 2 millions, le RSA. En 2021, environ 3,6 millions de français sont concernés par le mal-logement. 
Mais, en 2020, 143000 foyers ont payé l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) alors que plus du double étaient assujettis à l’ISF avant sa suppression en 2018. 
En 2020, le patrimoine des 500 premières fortunes de France vaut 730 milliards soit 10 fois plus qu’en 1996. 
Enfin, comme nous vivons dans un monde merveilleux, les dividendes versés aux actionnaires en 2022 devraient dépasser de 18 % leur niveau d’avant-crise pour atteindre plus de 2000 milliards de dollars. 
En Europe cela s’élèvera à 476 milliards, et en France 74 milliards soit une augmentation de plus de 13% !
Mais ce n’est pas tout. Oxfam annonce dans son Rapport sur les inégalités mondiales que la fortune des milliardaires dans le monde a davantage augmenté en 19 mois de pandémie qu’au cours de la dernière décennie. En effet, de mars 2020 à octobre 2021, les richesses des grandes fortunes françaises ont bondi de 86%, soit un gain de 236 milliards d’euros. À titre de comparaison, elles avaient augmenté de 231 milliards d’euros en 10 ans, entre 2009 et 2019. Ce qui veut dire que si on distribuait à tous les français, bébés inclus, ce que les milliardaires français ont gagné pendant la pandémie ce serait l’équivalent de 3500 € chacun. En fait, depuis le début de la crise COVID, la planète compte un nouveau milliardaire toutes les 26 heures, alors que 160 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté. 

Bienvenue en 2022. Mais bienvenue dans une petite histoire qui va nous emmener dans un monde de surveillance de tous et par tous, dans un monde où nous trouverons toujours quelqu’un pour imaginer le dispositif qui viendra asservir encore plus l’humanité. Mais surtout, une petite histoire qui nous mettra face à nous-même, une petite histoire qui montre que la lumière bute toujours sur les contradictions de l’âme humaine. Une petite histoire qui ne tait rien de nos zones d’ombre, de nos labyrinthes intérieurs et des monstres qui sommeillent en nous. Alors interrogeons notre besoin d’être sauvés et le prix que nous sommes prêts à accepter pour sacrifier notre liberté. Bienvenue dans cette histoire intitulée La lumière des libertés enfuies. 

Ce dispositif avait initialement été inventé pour contrôler la circulation automobile qui s’était densifiée avec cette pandémie, et les espoirs de véhicules autonomes, de transports doux avaient été définitivement abandonnés. La voiture, vantée depuis tant d’années, comme le seul moyen de se réaliser pleinement, de se transformer en explorateurs d’un monde qui n’était vierge que dans ces images reconstituées des clips publicitaires, d’être des amants ou des parents extraordinaires, avait envahi l’espace des villes dans des flux ininterrompus, comme un marée submergeant les moindres interstices entre les blocs de béton servant d’habitats aux humains. La voiture était devenue le mode de transport majoritaire. Elle représentait 62,8 % des déplacements en 2019. Suivaient la marche à pied avec 23,7 % des déplacements, les transports en commun avec 9,1 % des déplacements et enfin le vélo avec 2,7 %. La voiture en plus était un moyen de transport des plus riches. 10 % des ménages les plus aisés possédaient en moyenne deux fois plus de voitures que les 10 % les plus pauvres. « Plus on était riche et plus on possédait de voitures », « plus on se déplaçait loin avec », plus on se prenait pour le sur-humain intouchable et tout puissant que la publicité vantait. 
L’idée avait germé dans la tête d’un de ces chercheurs en quête de notoriété, et pour qui les questions de protection des données, d’éthique et de vie privée n’étaient que des freins à sa créativité et à son génie algorithmique. Il avait donc imaginé un système de surveillance de la circulation généralisé. L’idée était simple puisqu’elle reposait sur l’idée d’une surveillance de tous et par tous. Les véhicules, tous les véhicules, furent donc équipés d’un système qui avait la fonction d’analyser le comportement des autres véhicules – un excès de vitesse à proximité, le système enregistrait les caractéristiques du véhicule, et envoyait les informations, et la verbalisation était automatique. Un dépassement dangereux, des comportements irrespectueux, le véhicule voyait tout, et envoyait consciencieusement les informations pour verbalisation. Le système fut plébiscité, les constructeurs l’installèrent en série et les politiques firent voter les adaptations du droit pour que cette société panoptique voie le jour. Malgré de nombreuses manifestations, des recours devant le conseil d’Etat, l’action des associations, … les humains entrèrent définitivement dans une ère de surveillances. Il faut dire que ce n’était pas la première attaque contre les libertés, mais juste l’aboutissement d’un processus qui avait commencé il y a quelques années, dans les conséquences des attentats qui endeuillèrent le pays, et de la pandémie qui s’installa dans le monde. En fait, comme la harde poussée par les chasseurs-cueilleurs jusqu’au bord de la falaise, nous nous sommes mis à nous entre-regarder, pleins de peur et de hargne, mais avec de bien mauvaises mines. Parce qu’en ces temps, nous étions très loin de la splendeur que les bêtes sauvages savent conserver jusqu’à la fin. Nous, les humains, avions des siècles de domestication, d’exploitation et de passions mauvaises imprimés sur nos corps. Nous savions que l’ennemi était là, en nous, dans ce qui avait émergé de nos sociétés. L’ennemi était bien là, et il avait depuis longtemps troqué les lances et les arcs pour le flash ball, les programmes informatiques automatisés, les plateformes numériques et la propagande numérique. Et cet ennemi nous poussait vers le gouffre où nous attendaient les décombres d’une civilisation déjà morte. Certains d’entre nous succombèrent à la tentation, pour tenter désespérément de ne pas sombrer dans l’abîme, d’y pousser les autres, de se battre, de s’entredévorer, de marcher sur les plus faibles, ou les laisser crever. D’autres, peu nombreux crièrent de toutes leurs forces qu’une autre voie était possible, il fallait tourner le dos à l’abîme, foncer ensemble dans le tas, refuser tout cela, mais ils restèrent seuls, et cette voie fut oubliée. 
Et les temps s’assombrirent encore. La pandémie s’installa, et devint le seul horizon. Tous les soirs, diffusée par tous les médias, et commentée à l’envi, chacun était obligé d’écouter la longue litanie de chiffres des contaminations, le nombre de morts, de personnes hospitalisées. Et la recette était bien connue puisque nous sommes toujours davantage impressionnés par les nombres. Au lieu de réfléchir et d’affronter ce qui avait produit le virus, le productivisme et ses zoonoses, et ce qui a empêché de le contenir, l’absence de stratégie de prévention, de politique de santé publique et la destruction de l’hôpital, les gouvernants firent ce pour quoi ils ont été placés au gouvernail. Ils cherchèrent des solutions, et la propagande fit porter la responsabilité de la prolongation de la « crise sanitaire » sur les épaules de tous. Il fallait déployer en matière de santé ce qui avait si bien fonctionné pour la surveillance du trafic automobile. Les chiffres avaient montré à quel point ce système était performant. Alors, les gouvernants se tournèrent vers l’institution qui hébergeait le chercheur qui avait développé le système pour les automobiles. Ils commandèrent aux chercheurs un système équivalent pour contrôler le virus. Certains chercheurs s’élevèrent contre une telle demande, mais on en trouva, comme toujours dans l’histoire, pour faire le boulot. 
Quelques jours plus tard, le président prit la parole :

« Mes chers compatriotes, il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour, interroger les faiblesses de nos démocraties. Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre Etat-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner notre cadre de vie au fond à d’autres est une folie. » 

Ces paroles furent prises à la lettre. « Déléguer notre protection à d’autres est une folie » ! Les chercheurs se mirent au travail. Contrairement à ce qu’on avait pu espérer au vu des histoires passées et présentes, les chercheurs, mais globalement la société, ne s’était à aucun moment interrogée sur ce que signifiait ce « franchissement jamais vu jusque-là du seuil d’acceptabilité des populations à l’égard des contraintes liberticides ». Dans la continuité de ces temps nés de la fin du XXème siècle, dans ce qui fut qualifié comme le triomphe planétaire de l’ultralibéralisme, nous entrâmes dans une ère du toujours plus de technologies pour compenser la fragilité et l’imprédictibilité structurelle de l’humanité. Les gouvernements se dotèrent de techniques de contrôle toujours plus invasives prolongeant un rapport au non-humain construit depuis des siècles sur le modèle de l’invasion, les politiques de la peur et les paniques morales, alliées à la conquête numérique de l’attention et de l’émotion, permettant le franchissement des anciennes garanties imposées par quelques révolutions au despotisme étatique. Et là ce fut encore un nouveau champ des possibles qui s’ouvrit pour la « justice infinie  » et les exactions sécuritaires. Le plus inquiétant dans ce qui se passa là, fut qu’au nom de ces raisons sécuritaires et de contrôle généralisé, l’immense majorité des humains les acceptèrent massivement pour préserver leur petit confort, rendant l’autre, l’inconnu potentiellement dangereux. Il le fut plus possible de partager le même air, vu que l’air partagé pouvait devenir source de contamination, d’exclusion voire de mort. Quel saut dans la « chosification » de l’humain, dans la conception de l’humain traité comme une machine vivante à améliorer venions-nous de faire ? 
Le résultat des travaux de ces chercheurs fut à la hauteur, c’était sûr. D’ailleurs, l’humanité a toujours su proposer des solutions à la hauteur même dans les pires temps de son histoire !  
A grand renfort de communication, de relais sur les chaînes d’information en continue, dans les journaux télévisés, sur les réseaux sociaux, le système fut détaillé. Le principe était simple. Chaque humain allait être équipé d’un afficheur numérique visible de tous, affichant son niveau de contagion potentiel. En effectuant des mesures automatiquement sur le corps, captant l’air expiré, mesurant quelques indices vitaux dont on ne sut pas vraiment lesquels ils étaient, le système connecté en permanence aux énormes bases de données qui avaient été constituées tout au long de la pandémie, délivrait un simple affichage – vert pas contagieux et votre fréquentation était possible ; orange, il fallait se méfier et garder ses distances, on devait s’éloigner des autres et en particulier de ceux qui affichaient le vert ; et rouge, c’était l’isolement, la désactivation de la carte bancaire, des titres de transport, et l’obligation de rester enfermer sous peine de lourdes amendes et d’incarcération dans des centres de rétention fermés et gardés. Et la surveillance n’était pas seulement un système automatisé et connecté, mais l’affaire de tous. Chacun serait contraint de surveiller les afficheurs, et de signaler les éventuels contrevenants, marqués d’un affichage Orange ou pire, rouge !
Les porte-paroles se succédèrent dans les émissions spéciales, les talk-shows, … en criant au génie de cette technologie qui nous libèrerait et qui nous permettrait de revivre normalement en ces temps de pandémie. Certains essayèrent de prendre la parole pour en expliquer les dangers, mais ils furent muselés, on leur coupa la parole, et surtout, on les taxa d’être des irresponsables incapables de comprendre le formidable progrès que permettait ce système. Les médias s’arrangèrent pour ne plus leur donner accès aux plateaux. 
Le gouvernement, arguant de l’urgence sanitaire, de sa responsabilité de la sécurité des français, demanda au parlement de légiférer rapidement afin d’autoriser le déploiement de ce système. Et le parlement vota pour, balayant d’un revers de la main les montagnes d’amendements déposés dans une démarche désespérée de préserver la liberté et de débattre. Ces amendements furent largement utilisés par la presse et le camp des « pour » pour jeter l’opprobre sur leurs rédacteurs. 
Aussi bizarre que cela puisse paraître, la majorité des français accepta sans broncher ce système. Bizarre ? Ou tout simplement une des contradictions de l’âme humaine qui se cache dans ce que la liberté peut avoir d’effrayant. Pour conserver un petit pouvoir, un petit confort, pour garder l’impression d’être protégé, nous découvrions que l’humanité n’avait pas forcément envie d’être sauvée et qu’il y avait toujours un prix acceptable au sacrifice de la liberté. 
La France devint une sorte de remake du film L’âge du cristal. Dans ce monde, ce n’était pas un cristal que les humains avaient au creux de leur main indiquant le moment de mourir, mais un écran posé sur la poitrine indiquant s’il était contagieux, à enfermer, et à sortir du monde des vivants, ou s’il pouvait continuer à y vivre inquiet de risquer d’être contraint d’en sortir s’il ne faisait pas ce qu’il fallait pour se garder des autres. 
Je fis partie de ceux qui n’acceptèrent pas cela. 
Dans ce monde dans lequel la lumière bute sur les contradictions de l’âme humaine, nous ne fûmes que quelques-uns à nous opposer à cela, comme nous ne fûmes que quelques-uns à nous opposer à l’omniprésence des plateformes, de la marchandisation de la culture. Il me revenait quelques vers d’un opéra auquel j’avais assisté à l’Opéra National de Lorraine avant que tout cela ne commence :
« – Oh ! Je vois l’eau qui tremble au-dessus de nos têtes !…
– Non, non, c’est la lumière qui vous cherche !… »
La lumière, c’est loin de tout cela que je tentais alors de la retrouver. Je pris des trains en espérant ne pas être vu au grand jour, je marchais la nuit fuyant la lumière du soleil, je franchis des montagnes, je me réfugiais dans des déserts que j’avais traversés en d’autres temps. Et je fus ermite perdu au coeur de l’indétermination du temps et de l’espace du désert en proie à des événements qui me dépassaient. Le monde devint un ensemble d’images, de sensations et perceptions étranges, j’étais voyageur au coeur de ce labyrinthe sans fin, mes rêves peuplés d’humains affichant sur leur poitrine le statut que ce monde lui avait calculé parce que c’était bon pour eux. 
Virginia Woolf avait écrit dans son journal écrit dans une des guerres du XXème siècle que « le futur est sombre, ce qui est la meilleure chose qu’un futur puisse être ». Pour nous, le fait que le futur soit sombre, nous donnait l’espoir de multiples ouvertures possibles. Il nous revenait, il nous appartenait, d’essayer de privilégier, de faire exister, de faire sentir, de cultiver, de nourrir ces possibles heureux et lumineux plutôt que se faire imposer des futurs tragiques. La responsabilité nous appartenait et surtout, pour commencer, il nous fallait raconter ce qui s’était joué là, raconter ce présent et le passé qui l’avait amené à être pour nourrir quelque chose de possible dans le futur. Et avec Isabelle Stengers dont beaucoup des textes avaient été censurés dans le cortège de lois qui suivirent les premières décisions, nous avions été quelques-uns à défendre le fait que « fabuler, ce n’est pas décoller du réel, ce n’est pas rompre avec la réalité, c’est chercher dans ce qui n’est pas perçu, ce qui est inaperçu, ce qui est peu perceptible, des choses qui peuvent être activées de façon à ce qu’elles deviennent possibles ». 

Juste pour finir. L’année 2022 commence avec un record de chaleur, en Australie. La ville d’Onslow (dans le nord-ouest du pays) a enregistré, jeudi 13 janvier, la température de 50,7 °C. Le mercure n’avait pas atteint ce chiffre depuis janvier 1960. À l’époque, le hameau Oodnadatta, au coeur des terres australiennes à proximité du désert de Simpson, avait connu exactement la même température. Toujours en Australie occidentale, les villes de Mardie et Roebourne ont enregistré une température de 50,5 °C. Habituellement, à cette période et dans cette région, le mercure ne dépasse pas 40 °C. Pendant ce temps-là, plus de 10000 milliards de photos seront stockées en 2023 dont 1400 milliards ont été prises en 2020, dans un rythme moyen de 150 photos prises par mois par les utilisateurs de smartphones. Donc, pendant ce temps, nos usages sans limite, le stockage massif des photos et autres vidéos sur des clouds dont l’impact environnemental est considérable et destructeur, continue et n’est pas près de ralentir. 

Sources, références et inspirations 
Le 1Hebdo, n°379
Discours de Macron du 12 mars 2020
Philosophie Magazine, n°156, février 2022
https://www.franceinter.fr/economie/selon-oxfam-la-fortune-des-milliardaires-a-plus-augmente-depuis-le-debut-de-la-pandemie-qu-en-une-decennie 
https://www.opera-national-lorraine.fr/fr/activity/328-ariane-et-barbe-bleue-dukas 
https://reporterre.net/Avec-50-7-oC-l-Australie-bat-un-nouveau-record-de-temperature 
https://reporterre.net/En-France-l-automobile-regne-sans-partage 
L’âge du Cristal réalisé par Michael Anderson, 1976
Podcast https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.10-18012022-16.19/ 

Nowakowskismes 6.9. Il était une fois en 2021

Illustration par Nicolas Hamm

Notre planète ne s’agrandit pas, ça se saurait. Alors que la masse humaine ne représente qu’environ 0,01 % de toute la biomasse, notre place dans ce monde ne ressemble en rien à celle des autres formes de vies sur Terre. Nous sommes certainement la seule espèces qui dispose d’une telle capacité à altérer durablement l’environnement jusqu’à affecter toute vie. Et, malgré toutes les alertes, la population humaine continue de s’accroître et de consommer de plus en plus de ressources et de matières premières.
En 2020, pour la première fois dans l’histoire de ce monde, la quantité de masse artificielle produite, appelée masse anthropique, a dépassé le poids sec (à l’exception de l’eau et des fluides) de toute vie sur Terre, y compris les humains, les animaux, les plantes, les champignons et même les micro-organismes.
La masse anthropique se définit comme la masse incrustée dans des objets solides inanimés fabriqués par des humains qui n’ont pas été démolis ou mis hors service. Au cours du siècle dernier, la masse d’origine humaine a doublé environ tous les 20 ans. La masse de ces matériaux est passée de 3% de la biomasse du monde en 1900 pour atteindre aujourd’hui le même niveau.
Pour construire des routes, des maisons, des bâtiments, du papier d’imprimante, des tasses à café, des ordinateurs, il faut des milliards de tonnes de combustibles fossiles, de métaux et de minéraux, de bois et de produits agricoles. Pour cela, chaque année, nous extrayons près de 90 milliards de tonnes de matières premières. Ainsi, un smartphone peut contenir jusqu’à 80% des éléments stables de la table de Mendeleev.
A partir des observations faites sur les cinq dernières années, la production de masse anthropique atteint 30 gigatonnes – soit l’équivalent de 30 milliards de M3 – par an. En fait, ce volume est équivalent à une production de chaque humain s’il se mettait à fabriquer par semaine un peu plus que son poids corporel individuel en masse anthropique.
Et devinez qu’est-ce qui est en haut de la liste ? 
Le béton utilisé pour le bâtiment et les infrastructures, le béton que certaines villes comme Nancy utilisent sans retenue, bétonnant de plus en plus les espaces de vie. 
Le Béton est devenue la deuxième substance la plus utilisée au monde, après l’eau.
Mais ce n’est pas tout. 
Une autre de notre production s’installe dans le palmarès. Le plastique ! La masse de plastique est supérieure à la masse globale de tous les animaux terrestres et marins.

Que retenir de 2021 ? Encore une année marquée par le Covid-19 et par le tournant autoritaire des politiques sanitaires ! Encore une année sous le signe du dérèglement climatique et de son cortège de mégafeux, d’inondations, de canicules, de bulles de chaleur, de sécheresses. Encore une année dans laquelle la peste brune du fascisme et de la haine de l’autre s’est installée encore plus profondément dans le paysage politique et médiatique, et surtout dans la tête de nombre d’humains. 
Imaginons que je vous raconte l’année 2021. Nous sommes dans un futur plus ou moins lointain, et je vous raconte ce que fut cette année 2021. 

Commençons par le commencement, janvier 2021. Cette pandémie qui mit le monde à l’arrêt, cette pandémie dont personne n’était en mesure de définir avec certitude l’origine, a continué à organiser la vie de l’humanité. Certains commencèrent à mettre en cause les élevages intensifs. Et la question dérangeante suivante fut de plus en plus posée. Et si la pandémie était née dans des élevages intensifs d’animaux à fourrure en Chine ? Le « chaînon manquant » entre la chauve-souris et l’humain pourrait bien être le vison, ou plus généralement les élevages intensifs de visons. La Chine, premier marché et premier producteur de fourrure, dont l’industrie pèse plus de 20 milliards de dollars annuels, avec plus de 50 millions de têtes s’est mis à verrouiller l’information à ce sujet. Un mois plus tard, en février, l’Organisation mondiale de la santé lançait l’alerte. Les élevages de visons en Europe représentaient un « risque élevé » de propagation du Covid-19 et, au-delà des visons, l’émergence des maladies infectieuses étant largement favorisée par l’élevage intensif. On assista alors à de nombreuses mobilisations citoyennes contre l’agriculture industrielle, intensive et destructrice du vivant. En même temps, Emmanuel Macron lançait en fanfare et, comme à son habitude, le « bla bla » de son One Planet Summit. Et Trump quittait enfin la présidence des USA. 
En février, la mobilisation contre Amazon s’était enfin généralisée. Même si certains maires et décideurs n’en pouvaient toujours plus, jouant les fiers à bras sur les médias pour avoir créé des emplois, de voir s’installer ces hangars gigantesques sur leurs territoires, il y eut des milliers manifestations contre la multinationale, ses entrepôts et sa mainmise sur l’économie. La lutte finit par payer puisque plusieurs projets, dont les projets près de Nantes et du pont du Gard, furent abandonnés.
En février, le Conseil d’État interdit l’usage d’huile de palme dans les biocarburants. Ce fut un coup dur pour Total, greenwashée en TotalEnergies, qui portait depuis plusieurs années un projet de « bioraffinerie » dans les Bouches-du-Rhône. Mais en février, c’était aussi un nombre qui nous fit nous rappeler l’état de ce monde et des multiples « blabla » des gouvernements dans ce monde. Ce nombre, c’était 385 millions. C’était le nombre de cas d’empoisonnements graves aux pesticides dans le monde, chaque année. Ce nombre était en hausse constante, conséquence d’une consommation massive, de la vente de produits pourtant catalogués comme dangereux et de l’échec des politiques de réduction, bla bla toujours ! 
En mars 2021, nous fêtions, si nous pouvons quand même employer ce verbe, les dix ans de l’accident nucléaire de Fukushima. Depuis, la contamination radioactive était toujours très forte autour de l’ancienne centrale, la pollution des eaux du Pacifique était terrible, plusieurs villes demeuraient inhabitables et dans la zone, plus de 200 cancers de la thyroïde avaient été suspectés ou confirmés. Et toujours plus fort dans la bêtise et la cupidité, fidèle à sa stratégie, Elon Musk lança le projet Starlink visant à déployer une constellation de satellites afin de vendre des connexions haut débit à internet partout sur le globe. Starlink, c’était juste une pollution considérable de l’espace proche hors de l’atmosphère. En France, 53 % des mesures prises par le gouvernement étaient nuisibles à la planète et, sur les 149 propositions des citoyens de la Convention citoyenne sur le climat, seules 15 furent retranscrites « sans filtre », dans la loi Climat et Résilience. Ces mesurettes ne permettaient de réduire que de 55 % les émissions de gaz à effet serre d’ici 2030. Du « bla bla » qui nous mettait très loin de l’objectif que s’étaient fixés la France et les autres pays européens. 
En avril, les députés avaient définitivement adopté la loi Sécurité globale malgré de nombreuses dispositions « susceptibles de porter atteinte à des droits fondamentaux ». Le texte visait à renforcer les capacités de surveillance de la population par les forces de l’ordre, tout en diminuant la possibilité d’exercer sur elles un contrôle citoyen. Le Conseil constitutionnel avait alors censuré une partie de la loi, notamment l’article 24, qui visait à pénaliser la diffusion d’images des forces de l’ordre en opération. En avril, on avait pu mesurer des effets positifs des confinements successifs. 2 300 morts furent évitées grâce à la baisse de la pollution de l’air. 
En mai, une triste mémoire puisqu’il y a 150 ans, s’achevait le dernier jour de la Commune de Paris. Beaucoup avait oublié que la Commune de Paris fut la matrice d’une écologie révolutionnaire. Mais en Mai, ce fut le feu. En mai, la Sibérie avait connu ses premiers incendies de l’année, attisés par un temps sec, chaud et venteux. Les mégafeux s’étaient poursuivis tout l’été, détruisant des villages, décimant des forêts et provoquant une pollution inédite. Au total, 18,2 millions d’hectares avaient été ravagés dans tout le pays. 2021 avait ainsi été la pire année en termes d’incendies pour les forêts russes. Ailleurs dans le monde, la sécheresse et les canicules avaient été précoces et intenses, notamment dans l’ouest américain. Au Canada, 1 milliard de mollusques avaient même été « cuits » par la vague de chaleur. La cause était encore et toujours les activités humaines. Pendant ce temps-là, en France, Emmanuel Macron fit tout pour enterrer le projet d’un référendum visant à faire entrer la préservation de la biodiversité et du climat dans la Constitution. 
En juin, on avait assisté à un taux d’abstention record aux élections régionales alors que les régions disposaient de nombreux leviers, des transports à la biodiversité, pour mettre en œuvre une transition écologique. Une situation révélatrice d’un monde où l’égoïsme et l’ignorance devenaient les moteurs des habitants des pays riches. 
En juillet, l’eau ! Des pluies torrentielles s’étaient abattues sur l’Allemagne, la Belgique mais également sur les Pays-Bas, le Luxembourg et l’est de la France. Des inondations meurtrières accentuées, une fois encore, par le changement climatique, causèrent la disparition de dizaines de personnes emportées par les crues ou les glissements de terrain. En Allemagne, des centaines de maisons, tous les réseaux et un grand nombre de routes avaient été très endommagés voire détruits. En Belgique, les maraîchers avaient perdu toutes leurs récoltes. En juillet, il était devenu évident que l’Europe n’était pas prête à faire face au dérèglement du climat.
En aout sortait un rapport important du GIEC. Les constats alarmants exposaient clairement les conséquences du réchauffement climatique. Avec un réchauffement de 2 °C,  la fréquence des vagues de chaleur seraient 5,6 fois plus nombreuses sur les dix ans à venir, avec des vagues plus chaudes de 1,9 °C en moyenne, alors que les vagues de chaleur extrême ne se produisaient sur un territoire donné qu’une fois tous les dix ans en moyenne durant l’ère préindustrielle. En aout, la France fut condamnée par le Conseil d’État à payer une amende de 10 millions d’euros, pour n’avoir pas abaissé les niveaux de pollution sous les normes sanitaires. Cette décision était inédite et justifiée par « la gravité des conséquences en termes de santé publique » et « l’urgence qui en découle ». En France, la pollution de l’air était à l’origine de 48000 à 100000 décès prématurés par an. La justice avait d’ailleurs plusieurs fois sanctionné la France pour son inaction écologique. En février, la France avait déjà été condamnée par le tribunal pour « carences fautives » dans la lutte contre le réchauffement climatique.
En septembre, nous avions estimé que, sur les cinquante dernières années, le nombre de catastrophes naturelles que l’on pouvait attribuer aux phénomènes météorologiques et climatiques était de 11000. La fréquence de ces événements, en forte hausse ces dernières années, avait causé la mort de 2 millions d’humains vivant en très grande majorité dans les pays en développement.
En octobre, le nucléaire revenait en force comme, vous voulez rire, une énergie verte ! Le n’importe quoi et la bêtise n’ayant pas de limite, Emmanuel Macron avait annoncé la construction de nouveaux réacteurs. Il s’était alors engagé pour la construction de six nouveaux EPR2, des EPR « simplifiés » comme il disait. Sauf que le nucléaire qui se vante d’être écolo et sûr pour l’avenir, du fait de ses besoins colossaux en eau, était en fait très vulnérable au changement climatique. Et ça se sentait surtout dans ces étés de plus en plus chauds et secs qui se succédaient depuis plusieurs années. Mais le nucléaire c’était des déchets légués aux générations futures pour des centaines voire des milliers d’années. Et comment informer nos descendants de l’an 2500 que nous avions enterré à tel endroit, sous ce champ, pas loin de leur maison, des déchets nucléaires extrêmement dangereux ? Nous n’avons pas la réponse sauf à, tout simplement, ne pas déployer encore plus de centrales nucléaires ! En parallèle, on avait assisté depuis le début de l’année à une augmentation de 170 % du prix du gaz en Europe. Et par effet d’entraînement, les carburants et l’électricité avaient aussi connu une hausse des prix inédite. 
Novembre vit la COP26, un festival du greenwashing comme l’avait tweeté la jeune Greta Thunberg. Lors de ce Sommet pour le climat, à Glasgow, en Écosse, de nombreuses entreprises en avaient profité pour couvrir de vert leurs activités polluantes. Unilever, Renault, Rolls-Royce,… … mais aussi Amazon, et les entreprises du numérique. Un greenwashing nourri de lâcheté et de politique à la petite semaine qui mena à un accord finalement adopté par les États largement insuffisant pour contenir le réchauffement sous les 1,5 °C.
Finalement, en décembre, et ce depuis des mois, la peste brune continua de s’incruster dans le paysage médiatique et politique français, des humains continuèrent à mourir en tentant de franchir les murs et les mers avec l’espoir d’une vie meilleure. Au Chili, le candidat de gauche, Gabriel Boric fut élu président dans un succès porté par un mouvement populaire puissant, né des révoltes contre les inégalités. Un président de gauche et une Assemblée constituante dirigée par une femme autochtone, le Chili pouvait enfin sortir enfin du néolibéralisme prédateur et de l’autoritarisme hérités de la dictature violente et meurtrière de Pinochet. En ce décembre de 2021, on commençait à s’habituer aux hivers doux voire printaniers. Les records de températures relevés un peu partout en cette fin d’année alimentaient des bulletins météo où s’enchaînaient des anomalies climatiques devenues banales. En ce mois de décembre, les médias diffusaient à l’envi des images de plages bondées, histoire de faire saliver un peu à six mois de l’été qui serait caniculaire. 
Où allions-nous comme cela ? Pour l’instant, dans le mur ! 
Parce que, si nous avions pris la peine de regarder un peu plus loin que notre confort occidental, nous aurions vu que, depuis 1947, en France, près de la moitié des 20 périodes les plus douces étaient arrivées dans les vingt dernières années, avec des pics de chaleur qui s’intensifiaient et parallèlement des épisodes de grand froid qui se raréfiaient, tout cela à une ampleur et une vitesse qui justifiaient amplement l’expression d’« urgence climatique ». Mais, nous nous sommes complu dans l’autosatisfaction ignorante et meurtrière, où les 10 % les plus riches avaient une empreinte carbone 2,7 fois plus élevée que celle des plus pauvres, où les 1 % les plus riches émettaient 66 fois plus de gaz à effet de serre que les 10 % les plus pauvres, où plus de neuf doses sur dix (92%) de vaccins avaient été administrées dans des pays à revenu « élevé » ou « intermédiaire de la tranche supérieure » qui ne concentraient que 53% de la population mondiale, où les pays riches représentant 13% de la population s’étaient accaparés plus de la moitié des doses prévues.
Romain Gary écrivit dans les Racines du ciel qu’il « faut lutter contre la dégradation de la dernière authenticité de la Terre et de l’idée que l’homme se fait des lieux où il vit. Est-ce que nous sommes vraiment capables de respecter la nature, la liberté vivante, [l’humanité] sans aucun rendement, sans utilité, sans autre objet que de se laisser entrevoir de temps en temps ? » Parce qu’il « faut [impérativement] que les hommes parviennent à préserver autre chose que ce qui leur sert à faire des semelles, ou des machines à coudre, [ou des poisons], qu’ils laissent de la marge, une réserve, où il serait possible de se réfugier de temps en temps ». Ce serait seulement là que nous pourrions commencer à parler d’une civilisation.
Je venais de poser mon stylo, et je relevais les yeux. Devant moi, la ville où je vivais. En quelques années, le béton avait envahi tout l’espace qui auparavant s’ouvrait jusqu’aux plaines au-delà d’Essey les Nancy. Où que je tournais mon regard, les blocs de béton avaient envahi les derniers espaces qui auraient pu devenir des sanctuaires de vies au coeur de la ville, dans une atmosphère irrespirable de tous ces gaz d’échappement, et dans un vacarme assourdissant du bruit de tous ces moteurs des voitures qui s’étaient multipliées dans les crises sanitaires. Nous n’étions plus que des Robinson modernes échoués sur une île au paysage hallucinant de béton traversés par des flots toujours plus denses de véhicules impossibles à absorber, à stocker ! Nous étions en 2021 et certains commençaient à envisager l’exploitation minière des fonds marins avec les conséquences catastrophiques sur l’océan et le vivant pour satisfaire ce principe destructeur de la croissance et du profit quel qu’en soit le dégats. Nous étions en 2021, et « ceux qui parlaient de faire naître un nouveau monde se berçaient d’illusions : le nouveau était déjà né. La seule question qui se posait était de savoir ce qu’il fallait faire des ruines ». 

Références, sources et inspirations https://www.visualcapitalist.com/visualizing-the-accumulation-of-human-made-mass-on-earth 
https://reporterre.net/Retour-sur-2021-dereglement-climatique-et-derive-autoritaire
https://leterrien.fr/consternant/douceur-record-en-decembre-circulez/ https://reporterre.net/Pour-sauver-le-climat-taxer-les-riches https://www.wedemain.fr/respirer/creuser-les-oceans-des-degats-irreversibles-dans-les-fonds-marins 
Les racines du ciel, Romain Gary 
Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.9-05012022-16.09/