Anoptikon, uchronie numérique ?

« Comment tuer internet ? C’est facile, il suffit d’inventer le web. » Ces mots de Van Jacobson datent de 1995. On les croise au détour des pages d’Anoptikon d’Olivier Auber, paru il y a quelques semaines. Quand on parle d’Olivier Auber, il y a forcément là, tout près, le Générateur Poiétique, et ce Générateur Poiétique c’est le fil directeur d’une exploration dans l’univers du numérique, une exploration de ce que le numérique aurait pu être avec un réseau tout autre que celui que nous vivons aujourd’hui. 

Anoptikon est une anticipation à rebours, une sorte d’uchronie peut-être ? Il nous raconte l’histoire qui ne s’est pas passée. C’est une histoire que certains, dont Olivier, à la manière du Maître du Haut Château de K. Dick, dotés de cette capacité d’accéder à d’autres réalités, connaissent et racontent. Et cette histoire du réseau aurait pu être tout autre ! Anoptikon c’est ce voyage dans cette histoire.

Anoptikon commence ainsi : « Il semble que nous ne puissions voir que les choses que nous connaissons déjà. » Saviez-vous que la couleur bleu a été longtemps ignorée par les anciens japonais, chinois, hébreux, grecs. Que les Himbas de Namibie n’ont pas de mot pour bleu, et qu’ils ont du mal à le distinguer… quelle belle image pour venir décrire notre incapacité à voir, et nommer ce que nous sommes incapables de voir ! Pour cela, il faut des ouvreurs, ou des passeurs. Le monde numérique a eu de nombreux passeurs, et Olivier Auber en est un. Et ce passage, il l’a fait avec une sonde qu’il a inventée, et qu’il a appelée le Générateur Poiétique. Cette sonde, ce voyage, cette expérience d’une vie a commencé par une simple question : «  Que se passerait-il si chacun d’entre nous pouvait être, à la fois, dans la foule et au-dessus d’elle ? » Si on entre dans les détails de la signification, l’appellation Générateur Poïétique dérive du concept d’autopoïèse venu des sciences du vivant, et de celui de poïétique en philosophie de l’art. Cela traduit alors le processus d’auto-organisation à l’œuvre dans l’émergence continue de l’image globale. La première version du Générateur poiétique est née en 1986, quelques années après la naissance officielle d’internet (en 1984) et en 1987, il est devenu œuvre d’art libre. 

Le Générateur Poïétique qu’est-ce alors ? C’est un jeu en réseau, social et contemplatif qui peut être vu comme une sorte de « jeu de la vie » mais 100% humain. C’est un “non-automate” cellulaire dans lequel chaque cellule est manipulée par un seul être humain. Il permet ainsi à cette foule, d’humains, tous ensemble, quelles que soient leur langue, leur culture et leur formation, de contribuer en temps réel à l’émergence continue d’une image globale. Le Jeu se déroule à l’intérieur d’une matrice bi-dimensionnelle support à cette sorte de jeu à la fois, jeu de la vie et cadavre exquis. Le Générateur Poïétique n’est cependant pas un « jeu de la vie » basé sur un algorithme de type Conway, mais bien un jeu où ce sont des humains qui contrôlent en temps réel les éléments graphiques de la matrice globale, à raison d’une unité par personne. Le Générateur Poiétique n’est pas non plus un cadavre exquis (le cadavre exquis des surréalistes) parce que toutes les actions des joueurs sont visibles en permanence par chacun d’eux. Le but du jeu consiste simplement à faire apparaître collectivement des formes reconnaissables et interprétées par tous et d’observer ensemble comment elles se créent.
«  Que se passerait-il si chacun d’entre nous pouvait être, à la fois, dans la foule et au-dessus d’elle ? »
On assiste alors grâce à cette émergence et à cette création collective, à une meilleure compréhension des phénomènes de réseaux que sont l’auto-organisation, les comportements temporels, … et au-delà, une révélation de ce qui qui se produit au coeur des réseaux sociaux, des communautés en ligne, jusque dans les conversations quotidiennes.
Plonger dans Anoptikon, c’est voyager dans une autre histoire, avec un autre point de vue, celui que révèle le Générateur Poïétique. Dans le Maître du Haut Château, le Yi-King est une sonde vers l’autre réalité. Et donc comme dans le Maître du Haut château, Anoptikon, c’est alors le roman du roman, comme « Le poids de la sauterelle » de Hawthorne Abendsen est le roman dans le roman. Il est la matérialisation d’autres perspectives, vers la perspective anoptique où se trouve l’inconnaissable de l’être en réseau. 
L’anoptikon, c’est alors l’histoire qui aurait pu être. Lire Anoptikon c’est découvrir qu’autre chose aurait pu être à la place de cette réalité faite « d’asymétries cognitives, » dans laquelle les technologies du numérique industrialisent nos comportements naturels, accroissent les inégalités, accentuent la tendance naturelle des personnes à se classer les unes par rapport aux autres. Anoptikon comme « Le poids de la sauterelle » nous donne accès à un monde et un internet, qui auraient pu être radicalement différents : un réseau qui aurait mis les humains en relation sans intermédiaire et sans vampiriser leurs données personnelles ; un réseau qui n’aurait pas fabriqué les empires que l’on connaît ; un réseau à l’opposé de celui que nous vivons et qui s’est enfermé dans un plateforme-centrisme totalitaire ; une autre réalité que les intérêts économiques et politiques ont rejetée !
Alors, comme Galilée en son temps, certains pionniers de l’internet ont dû se renier et renoncer à la promesse originelle d’émancipation, d’ouverture et de partage, et d’autres ont fait allégeance à un modèle de société dans laquelle « le gagnant rafle toute la mise » !
Mais savoir qu’une autre réalité est possible, c’est justement ce qui redonne dans nos temps troublés une autre perspective, par le Générateur Poïétique, vers une Cité idéale, dans des « perspectives anoptiques ». Lire Anoptikon c’est progressivement prendre un recul cognitif, faire ce pas de côté que permet l’uchronie… et le « si c’était vrai » devient la source des questionnements qui revigorent ! Y-a-t’il un autre « numérique » possible ? Alors plutôt que l’anéantissement, choisissons le passage vers une autre réalité ! Anoptikon en est une des portes !
J’ai terminé la lecture d’Anoptikon dans un hôtel à Palo Alto, à quelques miles de là où tout a commencé, et à quelques miles de là où tout a fini ! 

Coincidence ?