Nowakowskismes 4.4. « Sorry we fucked you ! »

Selon GreenIT, l’empreinte environnementale (dont l’empreinte énergétique) du secteur numérique – provenant historiquement des ordinateurs et dispositifs d’affichage associés – sera beaucoup plus forte d’ici à 2025 en raison de :

  • la très forte croissance du nombre d’objets connectés (estimé à 48 milliards au niveau mondial en 2025 contre 1 milliard en 2010) ;
  • le doublement de la taille des écrans, notamment de télévision (entre 2010 et 2025) ;
  • un « tassement des gains en matière d’efficience énergétique » (alors que ceux-ci progressaient « sans interruption » jusqu’ici) ;
  • une empreinte plus importante de la consommation d’électricité, celle-ci augmentant fortement dans les pays émergents dont les mix électriques sont généralement plus carbonés que ceux des pays occidentaux.

Au total, GreenIT estime que la consommation d’électricité du secteur numérique pourrait être multipliée par 2,7 entre 2010 et 2025 « parce que le nombre d’équipements augmente, mais aussi parce que certains équipements consomment de plus en plus d’énergie ».

Ce soir les Nowakowskismes nous emmènent dans un monde meilleur, dans un monde où on n’embauche pas, mais on embarque, un monde qui laisse s’installer un esclavage moderne. Ce soir, les Nowakowskismes détournent le titre du film de Ken Loach, « Sorry we missed you » pour aller creuser du côté du ce qui n’est pas une vie et pour aussi vous dire, allez voir ce film. 

En transformant des particuliers possédant un smartphone et un véhicule en chauffeurs occasionnels, ceux possédant un smartphone et un vélo en livreurs de nourriture, ceux possédant un smartphone et une camionnette en chauffeur-livreur, tous sous le statut d’auto-entrepreneurs, Uber s’est inscrit dans le vocabulaire courant, et a donné au néolibéralisme un moyen infaillible pour amplifier par la technologie, la précarisation. 

Commençons par quelques éléments de contexte. 

En effet pour les entreprises contemporaines, l’adoption massive de technologies de l’information et de la communication sont la cause de confusions. La terminologie employée est vague parce qu’à la fois focalisée sur des concepts à la mode comme la « disruption », et l’« uberisation », et sur ce qu’on a appelé à savoir la « transition numérique ». On peut aussi y voir les prémices d’une nouvelle phase industrielle, et on a alors parlé de « révolution numérique », voire d’« industrie 4.0 ». Derrière ces définitions et approches uniquement technologiques, on a mis de côté les dimensions sociales des usages numériques.
Tout ceci s’accompagne d’un récit qui inscrit les processus technologiques dans une dynamique de progrès nécessaires et vitaux pour satisfaire des logiques d’efficacité et de moindre effort. L’objectif étant de préparer fatalement le remplacement des humains faillibles et fragiles par des solutions automatiques bien plus performantes et économiques. 
Et c’est là qu’intervient la notion de « plateformisation » ou encore l’ « uberisation ». Ceci ne signifie pas nécessairement la disparition du travail, mais une modification du « ratio travail implicitement productif/emploi formellement reconnaissable ».
Ainsi, avec les plateformes, le marché et l’entreprise ont tendance à converger. Un exemple parmi d’autres est représenté par les géants du commerce électronique comme Amazon et Alibaba, qui sont à la fois des entreprises aux hiérarchies marquées, et des marketplaces où plusieurs acteurs gèrent l’incertitude et où chaque transaction a un prix affiché et non nul.
Les plateformes se caractérisent alors par leur capacité à coordonner au travers de dispositifs d’appariement algorithmique toutes les catégories d’utilisateurs : consommateurs, producteurs, opérateurs logistiques, gestionnaires de systèmes de paiement, modérateurs. 
De plus, les plateformes convergent vers une forme particulière de marchés, joliment nommés multifaces. En effet, pour certains acteurs sociaux (fournisseurs, annonceurs, etc.), les transactions se réalisent à un prix positif ; d’autres comme par exemple les consommateurs d’informations sur certains médias sociaux bénéficient eux d’un prix nul, voire même d’un prix négatif, puisqu’ils sont rétribués pour leur usage. Ainsi, par exemple, le modèle économique de Google se fonde sur le marché de la publicité : les annonceurs paient pour acheter les données, alors que les utilisateurs profitent de la soi-disant « gratuité » du service rendu.
Tout ceci s’est définitivement mis en place il y a 10 ans avec la crise financière de 2008. D’un côté les banques, les états, Wall Street, le FMI prônant une austérité terrible et de l’autre la Silicon Valley et ses entreprises du numérique exaltant l’abondance et l’innovation et des bouleversements consécutifs.
La crise financière mondiale s’est soldée par un sauvetage du système bancaire et a transformé l’Etat social en un champ de ruines. Le secteur public, ultime rempart contre les avancées de l’idéologie néolibérale, en est sorti mutilé, voire dans certains cas totalement anéanti. Les services publics ayant survécu aux coupes budgétaires se sont vus contraints de mettre en place une logique de rentabilité. 
Le second bouleversement a été de mettre en place une logique du tout numérisé et de tout connecté à Internet. Ce phénomène est bien sûr parfaitement normal si nous écoutons les investisseurs capitalistes. Pourquoi ? Parce que bien évidemment, les institutions doivent choisir entre innover ou mourir !
La magie de la technologie va alors tout naturellement se glisser dans les moindres recoins de nos vie. Et donc s’opposer à l’innovation reviendrait à renoncer aux grands idéaux des Lumières, de l’humanité blanche conquérante. Les dirigeants de Google, d’Amazon et de Facebook seraient des réincarnations des grands esprits des Lumières dans les corps d’entrepreneurs technophiles, mégalomanes et asociaux.

Revenons avec un petit exemple significatif des changements que nous sommes en train de vivre, sous cet évangile de l’innovation. 
Partons faire un tour à Barcelone. Voici le tableau. 
Comme beaucoup d’institutions culturelles espagnoles, un club de stand-up, le Teatreneu, connaissait une baisse de fréquentation depuis que le gouvernement, cherchant désespérément à couvrir ses besoins de financement, avait décidé d’augmenter la taxe sur les ventes de billets de 8 % à 21 %. 
Les administrateurs ont alors trouvé une solution ingénieuse. En passant un partenariat une agence de publicité, ils ont équipé le dos de chaque fauteuil de tablettes dernier cri capables d’analyser les expressions faciales des spectateurs. 
Dans ce nouveau modèle, les spectateurs peuvent entrer gratuitement dans le théâtre mais doivent payer 30 centimes à chaque rire reconnu par la tablette — le tarif maximum étant fixé à 24 euros (soit 80 rires) par spectacle. 
Du même coup, le prix moyen du billet a augmenté de 6 euros. 
Et bien sûr, une application mobile facilite le paiement. Vous pouvez paussi artager avec vos amis des selfies de vous riant aux éclats.
En voilà un modèle parfait, vous payez plus cher, vous alimentez un système avec une quantité invraisemblable de données personnelles, mais vous ne payez que si vous riez, et en plus, vous pouvez partager ! Votre partie de rigolade dans un club de stand-up est alors rapprochée des livres que vous avez achetés, des sites que vous avez fréquentés, des voyages que vous avez effectués, des calories que vous avez brûlées. En fait, volontairement, tous vos faits et gestes s’intègrent dans un profil unique monétisable et optimisable.
En voilà de l’innovation et de la bonne n’est-ce pas ?! 
La conséquence est la prolifération des capteurs intelligents connectés et par là la création de nouveaux modèles d’entreprise et de nouvelles sources de revenu pour certains, et le début de l’esclavage pour d’autres, les plus nombreux.
Le progrès technologique a permis cela mais il y a des origines ailleurs. Dans ce contexte de crises politiques et économiques, tout ceci aura une profonde incidence sur notre mode de vie et nos relations sociales. En effet, il va être difficile de préserver des valeurs comme la solidarité dans un environnement technologique fondé sur des expériences personnalisées, individuelles et uniques. Qu’on le veuille ou non notre vie quotidienne se trouve bel et bien bouleversée par des forces bien plus sournoises que la numérisation ou la connectivité qu’il nous faut étaler au grand jour et les Nowakowskismes sont là pour cela. 
Parce que le fétiche de l’innovation ne doit pas être le joujou qui nous fera avaler la pilule amère de ce monde néolibéral. 
Un joujou contre notre docilité ! Un joujou pour afficher au combien nous sommes des acteurs de la modernité ! Venez investisseurs ! Croissez Start-up ! 
Revenons dans notre bonne vieille ville de Nancy. 
Nancy – 2 Starbucks, je ne sais combien de Mc Do, 1 Burger King, Google, … et pour bientôt …. Uber ! Vous l’avez rêvé ? Nancy l’a fait ! 
Quelques informations qui peuvent être utiles. 
Aux Etats Unis, un chauffeur Uber gagne l’équivalent du salaire minimum américain, une fois ses charges déduites. Le succès de Uber de ces dernières années ne les a pas aidés, au contraire. En effet, pour gagner cette somme, les chauffeurs sont passés en quelques années de 8 à 9 heures de travail par jour à 12 ou 14 heures ! Uber défend l’idée de l’autonomie des chauffeurs, de leur liberté de travailler quand ils le souhaitent, de la flexibilité;… bla bla bla. Vous y croyez vous ? 
En fait, les chauffeurs d’Uber ne reçoivent ni les informations nécessaires pour agir dans leur intérêt et n’ont pas l’autonomie pour le faire. En fait, avec ce travail gamifié selon Uber, les chauffeurs sont rendus compulsifs à l’application et aux ordres qu’elle délivre. De plus, cette gestion algorithmique de la force de travail suppose une surveillance totale (jusqu’aux tremblements du téléphone pour s’assurer que le conducteur conduit en toute sécurité !). 
Faire ami-ami avec Uber c’est aussi développer une dépendance excessive à ses flux de données. Au lieu de laisser Uber aspirer une grande partie des informations relatives aux déplacements, les villes devraient chercher à obtenir ces données par leurs propres moyens. Elles pourraient alors autoriser les entreprises à les utiliser pour implanter leur service. En fait, si Uber se montre si efficace, c’est parce qu’elle contrôle la source de production des données : nos téléphones lui disent tout ce qu’il a besoin de savoir pour planifier un itinéraire. 
Et donc si les villes prenaient le contrôle de ces données, l’entreprise, qui ne possède quasiment aucun actif, n’atteindrait pas les quelques 90 milliards de dollars de valorisation. On peut évidemment douter qu’il soit si coûteux de concevoir un algorithme capable de mettre en relation l’offre et la demande…
Enfin, Uber a provoqué « un changement culturel fondamental sur ce que signifie avoir un emploi ». Uber a tiré un maximum de valeur des conducteurs en surfant sur les limites et ambiguïtés des normes culturelles et juridiques. Uber a simplement mis en place une logique d’optimisation de la sous-traitance hyper-efficace pour ceux qui sont aux commandes et évidemment sur le dos de tous ceux qui triment dans l’ombre de leur voiture ou de leur camionnette blanche. 

Puisque nous parlons d’uberisation, et que le titre de ces Nowakowskismes est « Sorry we fucked you » vous avez compris que j’avais aussi envie de vous parler du dernier film de Ken Loach qui lui s’intitule « Sorry we missed you ». 
Dans son dernier film, et avec son efficacité bien connue, Ken Loach expose lumineusement la mécanique diabolique de la nouvelle organisation technologique du travail. 
Dans cette nouvelle organisation, c’est le travailleur lui-même qui entre dans un système qui lui fait subir une pression terrible, tout en lui faisant miroiter l’illusion de l’indépendance, de la maîtrise de son destin. 
Ce monde est celui de ces camionnettes blanches que nous voyons tous partout sur les routes, dans nos villes, garées au plus près d’un numéro de portes expulsant un conducteur livreur coureur. 
Ces camionnettes blanches sont les symboles d’un capitalisme dévorant. Circulant à vive allure, au mépris de la sécurité, de la fatigue, les chauffeurs entrent dans un asservissement indissociable du boitier ultra-moderne surnommé le « gun » qu’ils doivent toujours avoir avec eux. Ce boitier sert à scanner les codes-barres, à enregistrer toutes les opérations, il effectue une surveillance permanente des faits et gestes du chauffeurs, il impose la cadence des livraisons obligeant les chauffeurs à pisser dans une bouteille en roulant pour pouvoir suivre la feuille de route et ne pas être sanctionnés. 
L’histoire de « Sorry we missed you » est celle-ci. Après avoir fait mille petits boulots, le père se met à son compte comme chauffeur-livreur pour une plateforme de vente en ligne. Le chef du dépôt lui explique le travail, les cadences à respecter, tout en vantant la prétendue liberté dont il va bénéficier comme auto-entrepreneur. Un nouveau type d’emploi où il n’est pas embauché mais où il « embarque ». 
En réalité, il embarque pour une forme d’esclavage moderne d’autant plus infernal qu’accepté. 
Il doit investir dans une camionnette qui l’amène à convaincre sa femme de vendre leur seul bien, la voiture qui lui permet de faire ses tournées aux quatre coins de la région, elle est auxiliaire de vie auprès de personnes handicapées, de personnes âgées et fait des journées de 13h, elle aussi sans contrat. 
Elle n’est pas souvent à la maison non plus. Et quand ils s’y retrouvent cela se passe de moins en moins bien.
Dans « Sorry we missed you », on voit la fureur grandissante, l’impuissance face au système, et les disputes de plus en plus nombreuses au sein d’un foyer où la douceur cède la place aux cris, mais en soulignant, toujours comme une lointaine lueur dans l’obscurité, une forme de tendresse, de complicité, de solidarité, d’amour comme derniers remparts humains. 
« Sorry We Missed You » ne propose pas d’alternative possible au mode de vie libéral, ni même d’utopies. Ricky et Abby veulent d’abord de l’argent pour avoir leur propre maison. Ils sont déjà endettés mais leur plus grande joie serait que toute la famille puisse vivre heureuse sans manquer de rien. « Sorry We Missed You » dresse ainsi le portrait d’une famille en difficulté qui rêve de s’en sortir par le biais d’un système économique qui n’est plus discutable. 
Et, non seulement, Ricky s’autodétruit à vue d’œil, mais son rêve de propriétaire s’éloigne, ses dettes augmentent, et ce qu’il a de plus précieux, sa famille, est en train de se décomposer.
Lors d’une tournée qu’il effectue avec sa fille, elle s’intéresse à cet objet, ce boitier, ce « gun » en posant La question : mais qui a vraiment la contrôle de cette boite ? La vraie bonne question ! Et peut-être là, Ken Loach garde encore confiance en la génération qui arrive, capable d’être critique à l’égard de tous ces terminaux. 
« Sorry we missed you » c’est la description d’un engrenage vers l’enfer. C’est le doigt sur les ravages du néolibéralisme jusque dans les services à la personne, jusqu’à l’oubli de l’autre. Abbie aide à domicile fait des heures en n’en plus finir, non payées, mais toujours pleine d’attention, mais sans reconnaissance, ni aide, rien pour l’accompagner. Quand elle a besoin d’aide c’est un interlocuteur dématérialisé « joignable » uniquement par téléphone, et complètement désintéressé.  
Dans « Sorry we missed you », Ken Loach a plus que jamais le cœur à se battre pour les damnés de la terre, mais il n’a pas du tout le coeur à rire (nous ne sommes pas dans La part des anges). D’ailleurs, comment pourrait-il être léger alors qu’il voit le travailleur du XXIe se transformer en esclave volontaire, définitivement isolé car la solidarité s’est évanouie, et le combat syndical égaré. Ce film est tellement désespéré que Ken Loach se refuse même à le mener  jusqu’à sa fin inéluctable.
Je vous invite donc à ne pas manquer ce film qui peut nous amener à nous questionner sur la responsabilité que nous avons collectivement dans ce désastre. Et pour conclure ces Nowakowskismes, ces quelques vers de Charles Bukowski :

« Ta vie est ta vie
Ne te laisse pas abattre par une soumission moite
Sois à l’affût 
Il y a des issues 
Il y a de la lumière quelque part 
Il y en a peut-être peu
Mais elle bat les ténèbres 
Sois à l’affût 
Les dieux t’offriront des chances 
Reconnais-les
Saisis-les
Tu ne peux pas battre la mort
Mais tu peux l’abattre dans la vie
Et le plus souvent tu sauras le faire
Le plus il y aura de lumière 
Ta vie, c’est ta vie 
Sache-le tant qu’il est temps
Tu es merveilleux
Les dieux attendent cette lumière en toi. » 

Ce poème s’intitule Le coeur riant pour reprendre un peu de courage dans ce monde. 

Sources
– Empreinte environnementale du numérique mondial
https://www.greenit.fr/wp-content/uploads/2019/10/2019-10-GREENIT-etude_EENM-rapport-

Extrait Bastamag 11 septembre 2019: Uber et Deliveroo à l’offensive pour affaiblir encore plus les droits des travailleurs  
“… Dans les registres officiels du lobbying européen, Uber déclare moins de 900 000 euros de dépenses en 2017, ce qui est relativement peu pour une entreprise de cette taille. « Mais il suffit de creuser un peu plus et il devient évident que l’influence d’Uber à Bruxelles est beaucoup plus importante que cela », observe le rapport de CEO. Ainsi, l’entreprise de chauffeurs a obtenu plus de 50 rendez-vous avec des membres de la précédente Commission européenne entre 2014 et 2018. L’entreprise est aussi membre de plusieurs groupes de lobbyistes bruxellois : BusinessEurope (le plus important lobby patronal européen), AmCham (la chambre de commerce des États-Unis), l’association de l’industrie du numérique Computer and Communications Industry Association et l’European Internet Forum. Autant de lieux où Uber peut faire valoir sa vision du travail et du statut que devrait avoir ses chauffeurs. “

https://www.bastamag.net/Uber-Deliveroo-lobbying-Bruxelles-directive-loi-orientation-des-mobilites-travailleurs-independants

et aussi Antonio Casilli et Evgeny Morozov


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.