Nowakowskismes 4.2 “How dare you?”

« Son visage nous est familier. Elle est sérieuse comme on l’est quand on n’a pas encore 17 ans, elle regarde l’objectif sans ciller, elle lit ses discours d’une voix posée, dans un anglais parfait, ses nattes sages encadrent ses joues rondes, ses yeux nous fixent […]. » 
Greta est une combattante.
Greta en a du courage pour affronter les sourires ironiques de ceux qui se disent « adultes ». Greta en a du courage pour encaisser toute cette violence, toutes ces agressions, ce mépris, et même ces menaces de mort ! Pour tout ceux-là, Greta ne reste pas à la place que doivent occuper les ados. Pour tout ceux-là, une ado en tant qu’être non encore terminé et imparfait, se doit d’écouter les grandes personnes. 
Et le comble, pour tout ceux-là, la voilà qui se met à engueuler les dirigeants des plus grandes puissances mondiales ! Mais où va-t-on ? 
Il n’y a pas si longtemps, certains l’auraient tout simplement ligotée sur un bûcher. Certains d’entre ceux-là sont même convaincus qu’elle est possédée. Evidemment, qu’elle est manipulée parce qu’à 16 ans, il est impensable d’avoir fait tout cela toute seule ! 
Greta, elle, occupe nos écrans. Son doux visage grave, de colère et de rage contenues, de larmes et de tristesse, mais de force surtout, et de ses mots, sont capables de mobiliser des millions de personnes de par le monde. Son action est simple, comme cela devrait toujours l’être quand il s’agit de choses justes. 
Comptez les millions d’hommes, de femmes et d’enfants, au Canada, au Pakistan, à Londres, à New-York, en Australie, … et Greta n’oublie jamais de remercier tous ceux et toutes celles qui se mobilisent. 
Greta ne faiblit pas. De sa voix de jeune colère contenue, elle répète sans relâche qu’il est urgent de paniquer, qu’il est urgent de réagir, de commencer la lutte, de changer nos façons d’être et de vivre, qu’il n’est pas trop tard pour reconfigurer notre rapport au monde et aux animaux qui l’habitent avec nous. 
Même si tout semble encore normal pour la plupart d’entre nous, des pays riches, Greta nous enjoint de nous inquiéter de la disparition des saisons, de la disparition des insectes et des oiseaux, du dépeuplement et du réchauffement des océans et du blanchissement des coraux.
Greta, de sa voix calme et douce, réveille nos sens au silence assourdissant qui s’étend de plus en plus rapidement sur la planète vivante au profit des vacarmes mortels de nos villes, de l’agitation éperdue des hommes et de l’exploitation à outrance des sols et des forêts. 
Alors, comment pouvons-nous ne pas entendre ? 
Comment ne pas être envahi par cette douleur de ce que nous n’avons pas fait ?  
Comment avons-nous pu déserté nos responsabilités envers les générations à venir ? 
Comment avons-nous été suffisamment lâches pour fermer les yeux devant cette évidence ? 
Comment pouvons-nous fermer les yeux devant nos enfants qui mourront de faim par notre confort égoïste ?
Et tout ceci n’est pas une crise passagère. 
Greta Thunberg, elle, ne renonce pas. 
Greta parcourt le monde. 
Petite, c’est une géante quand elle monte à la tribune, en brandissant ses panneaux à la face des « puissants » de ce monde. 
Greta dit ce que nous ne voulons pas lire dans les rapports, ni dire, ni entendre. 
Greta est la voix de sa génération, de celles qui viennent, du vivant dans son ensemble, de la Terre. 
Ecoutons-la ! 
Entendons-la !
Soutenons-la !
Ne renonçons-pas !
Il n’est peut-être pas trop tard.

Quelques mots pour Greta Thunberg. 

Lançons-nous dans l’enfer de la ville moderne, la ville qui s’étend là sous nos yeux, sous mes yeux alors que j’écris ces mots, la ville qui bétonne un monde standardisé fait de déjà-vu issu de la même recette, sans aucune imagination. 

Faite de blocs de béton emplis de bureaux, d’appartements plus ou moins luxueux et de galeries commerciales identiques partout, la ville est devenue un espace où le béton et le goudron règnent en maîtres, imperméabilisant le sol urbain, où l’alignement de rigueur des immeubles est parsemé de quelques arbres solitaires condamnés à mourir.
Alors ? Prêts pour ce voyage ? 

Comment osez-vous ? Dubaï construit ses buildings avec du sable importé d’Australie, le sable de Dubaï étant impropre au béton. 
En Egypte, le dictateur Abdel Fattah al-Sissi lance le chantier de quinze villes nouvelles dont celui d’une nouvelle capitale à 45 km du Caire, en plein désert, pour y “stocker” six à sept millions d’Égyptiens. 
L’Arabie Saoudite va créer une ville de 334 km2 dédiée au divertissement au sud-ouest de Ryad ; une autre nommée Neom sera, dit-on, entièrement robotisée, sans humains versatiles et râleurs pour servir les citadins de luxe ! 
Et une autre encore, Kaec (King Abdullah Economic City), de 180 km2 dans laquelle on attend deux millions d’habitants en 2035. Kaec sera une ville privée. On n’y paiera pas d’impôts mais des frais pour l’eau, l’éclairage, la sécurité, l’entretien des espaces verts et de la voirie, etc., pas de maire élu, mais un PDG embauché et révocable si le job n’est pas bien fait… Le citadin d n’est plus qu’un consommateur : « Je paie, j’ai donc droit à ceci et à cela ! » 
En Corée du Sud, Songdo, la nouvelle ville soi-disant « intelligente » est financée par plusieurs investisseurs, le promoteur immobilier Gale International, le producteur d’acier Posco et la banque Morgan Stanley. À Songdo, les habitants sont exclus de toute discussion car tout est prévu pour eux ! 
À Hong Kong, il n’y a pas assez de logements (le prix du m² atteint dans les quartiers chics 50 000 euros), les autorités ont alors décidé de créer deux îles artificielles de 1 000 hectares pour l’une et 700 hectares pour l’autre. Ces travaux gigantesques coûteront 70 milliards d’euros rien que pour la première île ! 
À Londres, Ikea a acquis en 2010 une friche de dix hectares dans le quartier de Stratford et y édifie un îlot clés en main, Strand East. 
À San Francisco, Mark Zuckerberg veut créer, Zee Town, une ville privée destinée à loger les dix mille salariés de Facebook : il y investit deux cents milliards de dollars et a engagé Frank Gehry comme architecte en chef…  
À Paris, la tour Triangle, propriété d’Unibail, située dans l’enceinte du parc des expositions à la porte de Versailles, a obtenu le label « Jeux olympiques » (parce que des pongistes y dormiront), afin d’échapper aux recours juridiques déposés par les associations de riverains. 
Je m’arrête là mais la liste pourrait continuer indéfiniment ! 
La liste des horreurs urbanistiques est effrayante, aucune partie du monde n’y échappe, même localement.
L’Inde lance un vaste programme autoroutier, le Maroc rêve de gratte-ciel et de centres commerciaux, allez voir à Rabat, tout comme la plupart des pays d’Afrique. L’Asie se transforme en centres commerciaux, l’Amérique du Sud, veut détruire toute biodiversité, la Chine annonce fièrement cent cinquante agglomérations multimillionnaires pour 2030 (soit en moyenne 6,5 millions d’habitants chacune !). 
Le monde entier s’en-bétonne !

Comment osez-vous ? Alors que de plus en plus d’architectes sauraient se passer de tout dispositif énergivore pour réaliser des bâtiments bioclimatisés, “construits de matériaux biosourcés produits à proximité d’un chantier qui affiche zéro déchet”. Mais, à une architecture low tech, « on » préfère une architecture « high tech » coûteuse en tout, s’appuyant sur une solide communication « verte » afin de faire avaler la pilule aux plus réticents… En effet, aucune firme du BTP ne se présente comme elle est. Non, une firme du BTP prend soin de se s’associer aux mots-clés qui font bien, « Développement durable », « smart ceci ou cela », « écosystémique », « fabLab », « participation », « coproduction », « économie circulaire », « agriculture urbaine », « façade végétalisée », « toit cultivé », « big data », « IAa », et bla et bla et bla !
« L’innovation c’est celle qu’on partage ! » martèle le bétonneur Vinci tous les matins sur France Inter !
C’est ainsi que les immeubles en verre, acier et blocs de béton prolifèrent, que les gigantesques centres commerciaux se donnent des airs d’espaces dédiés à la culture afin de se faire passer pour des centres de loisirs, que le tourisme massifié impose ses architectures standardisées (musées, hôtels, aéroports…), ses horaires mondialisés et l’énorme empreinte carbone de ses avions, sans oublier tout ce qui transforme les habitants en consommateur d’une ville désincarnée.

Comment osez-vous ? À cause de leurs façades vitrées, les gratte-ciel, mais aussi les immeubles moins prétentieux présents dans toutes les villes, sont de véritables pièges pour les oiseaux migrateurs qui viennent s’y fracasser. Nous allons finir par vivre sur une planète sans oiseaux. 
En effet, selon la New York City Audubon, ce sont entre 90 000 et 200 000 oiseaux qui sont tués chaque année à New York. Les estimations, difficiles, pour l’ensemble des États-Unis oscillent entre 100 millions et un milliard ! 
Rien qu’à Chicago, ce sont plus de 5 millions d’oiseaux de 250 espèces différentes qui sont victimes des vitrages des gratte-ciel et de leurs lumières, la nuit. Ce sont les villes survolées durant les migrations, comme Houston, Dallas, Chicago, New York, Los Angeles, Saint-Louis, Atlanta, etc., qui, selon les sociétés d’ornithologues, sont responsables de ce carnage. 
La nidification aussi s’avère impossible à proximité de ces tours à cause de leur ombre et des tourbillons qu’elles entretiennent. 
Des villes comme Toronto et San Francisco se proclament « amie des oiseaux » et cherchent des solutions, en protégeant les itinéraires des oiseaux migrateurs et en améliorant les vitrages pour qu’ils soient moins mortels. En fait, la spéculation immobilière, dans n’importe quelle ville du monde, demeure insensible au monde vivant tout comme aux humains !

Comment osez-vous ? Ces villes sont responsables de 60 à 80 % des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation de 75 % des ressources naturelles. La croissance démographique que les villes connaissent en ce moment et continueront à connaître d’ici la fin du siècle ne fera qu’aggraver la situation… 
Le chauffage (le charbon est à l’origine de 43 % des émissions du secteur des énergies fossiles), les transports et le bâti sont à l’origine de cette hausse des émissions de gaz à effet de serre, auxquelles il convient d’ajouter les polluants toxiques, les particules fines, l’ozone, etc. 
Les métropoles verront leur température augmenter de 6° à 8° de plus, en moyenne, d’ici 2100, non seulement à cause du dérèglement climatique en cours mais aussi par le bétonnage qui provoque des « îlots de chaleur ». Ces « bulles d’air chaud » se forment quand les plans d’eau et les bois, terrains vacants et champs disparaissent au profit du béton, du goudron et des autres matériaux qui concentrent la chaleur. Une étude de la NASA montre que, durant l’été, la température à Atlanta avoisine les 50° sur l’asphalte, 28° sur une pelouse et 21° sous les frondaisons des arbres d’un parc. 
Pire encore, selon l’Agence internationale de l’énergie, il y aura 5 milliards de climatiseurs installés dans le monde en 2050. Actuellement, seuls 8 % des 2,8 milliards d’habitants des zones les plus chaudes en sont équipés. Quant au 1,6 milliard de climatiseurs en action, dont la moitié se trouvent aux États-Unis et en Chine, ils consomment par an quatre fois la consommation annuelle française ! Une telle consommation produit annuellement 1 130 millions de tonnes de CO2, soit autant que le Japon. Les climatiseurs sont inégaux dans leurs performances : ainsi, un climatiseur indien exige quatre fois plus d’électricité qu’un japonais, et il en est de même pour son espérance de vie. Quant à sa dépouille, elle vient grossir les montagnes de déchets d’appareils électriques… La législation n’étant ni internationale ni stricte, les climatiseurs pourris continuent à se vendre dans tous les supermarchés de la planète.
Les villes devraient multiplier les « îlots de fraîcheur », les rues à arcades, les trottoirs sans goudron. Les idées ne manquent pas ! Allez faire un tour à Nantes où ont été créées des zones éphémères protégeant des lieux de vie, des bancs, des guinguettes avec les arbres des pépinières municipales. 
Lutter contre la canicule exige de planter des arbres choisis selon la latitude des villes concernées. Pour la France, les bouleaux, cyprès, robiniers, peupliers noirs, hêtres, conifères sont conseillés, car ils n’émettent pas de composés organiques volatils (isoprènes et terpènes, par exemple), comme les peupliers, platanes et chênes. 
Comment osez-vous ?  Une équipe américaine a dénombré plus de trois mille milliards d’arbres sur la Terre, soit théoriquement 422 par habitant, la Russie possédant un cinquième des arbres de la planète, suivie par le Canada, le Brésil, les États-Unis, la Chine… Or, chaque année, ce sont quinze milliards d’arbres qui sont abattus (dix-huit milliards en 2014, soit une forêt de deux fois la superficie du Portugal). 
Planter des arbres demande de s’en occuper. Une ancienne enquête européenne dans un rapport présenté le 5 septembre 1996 à Bruxelles, fait état d’un « endommagement général des forêts », avec un accroissement inquiétant de la défoliation et de la décoloration. 
L’espérance de vie des arbres en ville est deux à trois fois moins longue qu’il y a une cinquantaine d’années. 
L’arbre appartient à tout un écosystème fragile qui réclame beaucoup d’attention. 
La réverbération des façades vitrées accroît la température ce que n’apprécie pas l’écorce d’un arbre. L’éclairage public retarde la chute des feuilles, et augmente sa sensibilité à la pollution et au froid. L’ombre portée des immeubles diminue la photosynthèse, ce qui réduit les systèmes racinaire et aérien, et entrave la nidification. Les polluants (dioxyde de soufre, oxyde d’azote, monoxyde de carbone, aérosols…) perturbent leur bonne santé, de même que l’imperméabilité croissante du sol, les sels de déneigement, les coups et blessures portés par les voitures. 
L’arbre urbain est un ami dont il faut avoir soin. À Sacramento, Baltimore, Seattle, New York et dans bien d’autres villes, les municipalités avec des collectifs d’habitants se donnent l’objectif de planter chacune un million d’arbres d’ici une quinzaine d’années. Mais, il faudra surtout supprimer les zones goudronnées afin de rendre à nouveau perméable le sol urbain, rompre avec l’alignement des immeubles afin de favoriser les recoins et autres respirations désordonnées, et enfin s’affranchir de la tyrannie de l’angle droit afin d’accueillir des bosquets préférables à l’arbre solitaire condamné à mourir.
Comment osez-vous ? Les centres commerciaux géants prolifèrent ! À Pékin, le Golden Resources New Yansha Mall, inauguré en 2004, accueille dix millions de clients chaque année, dans ses 550 000 m2, ses 500 boutiques et 1 600 marques, avec ses 10 000 employé·e·s. À Kuala Lumpur se trouvent trois des vingt plus grands centres commerciaux du monde, entremêlés à d’autres plus petits, au point où la ville semble n’être constituée que de malls ! À Dubaï, le Majid al-Futtaim fabrique de la neige et du froid indispensables à la piste de ski, qui réclame une température constante de – 2° et vingt-cinq tonnes de neige chaque jour. L’Afrique a vu ses shopping malls passer de 225 en 2010 à 579 en 2018, la majorité se trouve en Égypte, au Kenya et au Nigeria. On annonce l’ouverture prochaine du Douala Grand Mall qui s’étendra sur 18 000 m2… Et bien sûr, la France n’est pas à la traine ! Malgré une couverture déjà dense d’hypermarchés et autres supermarchés, responsables de la désertification des centres-villes, s’annoncent des agrandissements (Carrefour Athis-Mons, Cap Costières à Nîmes, Auchan de Noyelles-Godault…), des ouvertures en 2019 (Strasbourg, Saint-Étienne, Claye-Souilly, Arles, Le Mans…), en 2020 (Saint-Martin-d’Hères, Bezons, Valbonne…) ou encore en 2021 (gare d’Austerlitz, Marseille, Montpellier…). 
Encore des kilomètres carrés goudronnés pour garer des milliers de voitures, des kilomètres d’allées de boutiques à air conditionné, des restaurants aux plats prêts à être réchauffés au micro-ondes, des cafés aux terrasses artificielles et chauffées, et j’en passe. Sans parler de l’imperméabilisation galopante des sols qui s’avère une tragédie : non seulement elle contrarie l’alimentation naturelle des nappes phréatiques, mais elle facilite les inondations. 
Ces ersatz de villes, qui tuent les villes et bétonnent les champs, semblent indestructibles. Rompre cette dépendance n’est pas une mince affaire, désintoxiquer l’humanité du shopping nécessite une réelle volonté personnelle appuyée par une réelle prise de conscience environnementale et des mesures politiques et fiscales que les pouvoirs publics se refusent à promulguer.
Ceci va de pair avec la prolifération des tours. Un rapport rappelle que le monde entier comptait 1478 gratte-ciel de plus de 200 m en 2018 contre 614 en 2010, avec 109 livrés en 2018 en Asie, dont 88 rien que pour la Chine qui s’enorgueillit de la tour China Zun haute de 528 m à Pékin. 
Partout toujours la même recette, sans aucune imagination. Un monde Mc Donald, Starbucks, d’ateliers numériques Google, dans lequel nul visiteur n’est déconcerté, toujours en territoire connu, avec les mêmes enseignes exposant les mêmes produits. 
À l’ailleurs, le dissemblable, l’hétérogène, l’hybride, on substitue le standard. « Tout se ressemble pour mieux s’assembler sous la houlette du capitalisme financiarisé ». 
Comme le disait Ivan Illich dans sa conférence de 1984 sur « L’art d’habiter » : « Les grands ensembles ont le même aspect à Taïwan ou dans l’Ohio, à Lima ou à Pékin. Partout vous trouvez le même garage d’humains – des casiers où entreposer la force de travail pendant la nuit, toute prête à être convoyée vers son emploi. Les habitants occupant l’espace qu’ils modèlent ont été remplacés par des résidants abrités dans des constructions produites à leur intention, dûment enregistrés en tant que consommateur de logement protégé par la législation sur les contrats de location ou sur les prêts hypothécaires. » 
Comment osez-vous ? Le grand ensemble, le centre commercial, le gratte-ciel et le « grand ceci ou cela » continuent à faire du globe une surface bétonnée, augmentant honteusement la facture carbone et dégradant de manière irréversible la « nature », déjà sérieusement endommagée par une agriculture productiviste et des infrastructures invasives. 
Pourtant des solutions existent et sont connues ! Des architectes, des paysagistes, des designers, des écologues, des mouvements associatifs, des coopératives, des élu·es et surtout d’innombrables citoyens et des citoyennes inventent des alternatives que, bien souvent, ils expérimentent localement avec succès ! On ne compte plus toutes ces volutions reposant sur la ténacité et la créativité de petits groupes qui explorent des voies alternatives. 
Or les « décideurs » au pouvoir à tous les niveaux, les firmes multinationales et leurs lobbies, les institutions internationales, la majorité des médias et les experts et professionnels rémunérés, poursuivent obstinément le saccage de notre “pale blue dot”. 
Pourtant les causes de cet écocide en cours sont connues et qu’ils en font partie. Nous savons bien très ce qu’il faudrait faire pour éviter l’effondrement annoncé.
Greta Thunberg, elle, ne renonce pas. 
Greta parcourt le monde. 
Petite, c’est une géante quand elle monte à la tribune, en brandissant ses panneaux à la face des « puissants » de ce monde. 
Greta dit ce que nous ne voulons pas lire dans les rapports, ni dire, ni entendre. 
Greta est la voix de sa génération, de celles qui viennent, du vivant dans son ensemble, de la Terre. 
Ecoutons-la ! 
Entendons-la !
Soutenons-la !
Ne renonçons-pas !
J’espère juste qu’il n’est pas trop tard.

Sources
Lauren Aratani, « Skyscrapers are killing up to 1bn birds a year in US, scientists estimate » The Guardian, 7 avril 2019
Désastres urbains. Thierry Paquot
Perdre la Terre. Nathaniel Rich


One thought on “Nowakowskismes 4.2 “How dare you?””

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.