Nowakowskismes 4.1. 7 degrés

Pourquoi 7° ? Parce que si rien n’est fait pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique pourrait atteindre 7 °C d’ici à la fin du siècle, entraînant des conséquences désastreuses pour les espèces et les écosystèmes. 

« Tout ce qui travaille à la culture, travaille aussi contre la guerre » disait Sigmund Freud.  La guerre ou la bêtise ? Finalement, ne serait-ce pas la même chose ? 
Ce soir, deux exemples de l’actualité me font douter de notre capacité à travailler pour la culture. Le premier, et ce n’est pas par ordre d’importance, c’est un rapport de Greenpeace  intitulé « “Droit dans le mur : l’industrie automobile, moteur du dérèglement climatique » paru cette semaine.
L’ONG y montre qu’en 2018, l’ensemble des voitures vendues dans le monde par les grands constructeurs vont émettre autant de gaz à effet de serre que tous les habitants de l’Union européenne pendant un an. En chiffres, ça donne que les émissions des voitures vendues en 2018 représentent 4,8 gigatonnes d’équivalent CO2, alors que celles annuelles de l’Union européenne s’élèvent à 4,1 gigatonnes d’équivalent CO2. De plus, selon l’ONG, l’ensemble des véhicules vendues par exemple, par Renault-Nissan émettront plus que l’Australie en un an. Et dans ce rapport, sont en particulier pointés les SUV, ces véhicules de gros gabarit, souvent 4×4, dont les ventes ont quadruplé en 10 ans en Europe. Et bien sûr, plus la voiture est une grosse cylindrée, plus elle consomme et plus elle émet de gaz à effet de serre. Le rapport montre que dans l’Union européenne, la part de marché des SUV est passée de 8% en 2008, à 32% en 2018. Aux États-Unis, cette part de marché est de 69%. Du coup, le peu de progrès faits par les constructeurs sur les émissions sont annulés tout simplement en mettant sur la route des véhicules plus polluants.
Mais oui un SUV ! Il suffit d’écouter la radio sur le service public pour s’entendre raconter dès les premières heures du matin que pour être un humain accompli, dans le vent, fier de son identité, viril aussi, … et j’en passe, il faut posséder un SUV !! C’est sûr, si on a une grosse voiture, c’est qu’on en a une grosse !! 
En Allemagne, au moment du salon de l’auto de Francfort, symbolique « d’un système de transports d’un autre temps », et pour « en finir avec ces chars d’assaut urbains et les moteurs à combustion », 15.000 manifestants selon la police et 25.000 manifestants selon les organisateurs, ont défilé sur leur vélo pour réclamer une « révolution des transports ». 
Alors à la veille de la journée du 20 septembre 2019, Youth for climate, et des rassemblements pour le climat de samedi 21, c’est le moment de ne pas oublier que « Tout ce qui travaille à la culture, travaille aussi contre la guerre ». 
Déjà, ce serait bien que nous arrêtions de faire la promotion des SUV. Les réductions d’émissions affichées par les constructeurs automobiles restent très limitées, ce qui nous place sur une trajectoire toujours incompatible avec les objectifs climat de l’accord de Paris.
Et surtout, j’ai peur que nous ayons oublié la culture parce que nous ne nous soucions pas de la planète, des gens et des animaux qui y vivent. Nous nous soucions du nouvel SUV que nous allons acheter pour être dans le vent ! Rappelons juste que nous avons émis autant de carbone atmosphérique au cours des trente dernières années que nous l’avions fait au cours des deux siècles précédents d’industrialisation. 
En fait, tout ceci n’est rien d’autre que du déni. 
En effet, malgré le fait que je nous finirons tous par mourir, l’humain vit dans le présent et non dans le futur. Il a le choix entre une abstraction alarmante, la mort, et la preuve rassurante de ses sens, un bon petit verre de vin, ou la caresse d’une peau aimée. Evidemment, l’humain préfère se concentrer sur cette deuxième option. Et puis, finalement, à y regarder comme cela, la planète est merveilleusement intacte, fondamentalement normale – l’alternance des saisons, une nouvelle année électorale à venir, de nouvelles séries sur Netflix, la sortie automnale de nouveaux iPhones … tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. 
Ce qui fait que l’effondrement imminent est encore plus difficile à comprendre que la mort. Pourtant, il existe tellement d’autres types d’apocalypse qui ont fourni bon nombre de scenari de films catastrophes. Les apocalypses religieux, thermonucléaires ou dus à la chute d’astéroïdes ont au moins la netteté binaire de la mort – un instant, le monde est là, l’instant suivant, il est parti pour toujours. On peut même y trouver un héros, qui empêchera cet apocalypse. L’apocalypse climatique, en revanche, est désordonné. Il prendra la forme de crises de plus en plus graves se mêlant de manière chaotique jusqu’à ce que la civilisation commence à s’effriter. Les choses vont aller très mal, mais peut-être pas trop tôt, et peut-être pas pour tout le monde. Et surtout peut-être pas pour moi. Alors pourquoi s’embarrasser, nous n’avons même pas pris la peine de fabriquer un super héros qui s’occupera de cela. 
Alors, soit on peut continuer à espérer que la catastrophe peut être évitée et on s’en fiche et on continue comme si de rien n’était, ou alors on peut se sentir de plus en plus frustré ou enragé par l’inaction du monde. On peut aussi accepter le désastre imminent et peut-être commencer à penser, et là « travailler à la culture, c’est travailler aussi contre la guerre ».

Aurions avons-nous oublié la culture ? Ça se pourrait bien. Voulez-vous un autre exemple ? Si je vous dis que nous avons oublié ce qui fait de nous des humains. Nous avons confié à des plateformes de plus en plus uniformisantes et aliénantes, nos vies, nos pensées, ce qui reste de nos rêves ! Me croirez-vous ?

Alors si je vous dis 10000. Qu’est-ce cela peut-être ? Vous donnez votre langue au chat ? 
10000 c’est le nombre de publications sur Instagram qui portent le hashtag #Nature et ce depuis le début de la lecture de ce texte ! 
En effet, aujourd’hui, plus que jamais, les sites naturels sont assaillis par des touristes en quête de la photo parfaite pour la partager sur les réseaux sociaux. Les conséquences sont loin d’être banales : faune et flore fragilisées, personnel dépassé, expérience en plein air gâchée. 
Voyez la scène !
À la main, un smartphone, un homme ou une femme se tient face à un paysage en France, au Canada, en Nouvelle Zélande, aux USA – attention ! Cette vue doit être la vue parfaite qui viendra enrichir un profil Facebook ou Instagram. Et les lieux ne manquent pas, le Grand Canyon en Arizona, Milford Sand en Nouvelle Zélande, … 
Alors, en équilibre entre le fond et l’écran du téléphone, cette femme ou cet homme, seul au monde, mais précédant une vingtaine de personnes qui font la queue pour reproduire la même scène, dans le bourdonnement des discussions, les exclamations, et aussi la musique crachée par un de ces téléphones prêt à photographier, dans un soi-disant tête-à-tête avec la nature sauvage et silencieuse, contemple au travers de son écran le paysage  qui l’enveloppe de sa pureté, sourit, et… .c’est la photo parfaite. 
David Foster Wallace avait décrit ce phénomène bien avant la mode des selfies pour Instagram, quand il parlait de « La grange la plus photographiée d’Amérique », et les cohortes de touristes qui venaient là pour prendre en photo « La grange la plus photographiée d’Amérique ». « Personne ne voit la grange » disait-il, et mieux encore, selon lui « accepter [ceci] est d’une certaine façon une capitulation spirituelle. Nous ne voyons que ce que les autres voient. Les milliers de personnes qui sont déjà venues ici et les milliers qui viendront dans l’avenir. Nous acceptons de percevoir les choses d’une manière [formatée]. » Le texte de David Foster Wallace date de 1997, pas d’Instagram, ni Facebook, ni Pinterest, le web en était encore à ses balbutiements, alors qu’aujourd’hui on parle d’« instalog ». On n’hésite pas à conduire des heures, à franchir le monde pour un « instalog ». Se prendre en photo est un passage obligé et si on ne le fait pas, c’est comme si on n’était juste pas venu ! Une photo unique identique à toutes les autres, partagée et très vite oubliée dans la mémoire d’un téléphone portable. Un peu partout sur le globe, des lieux naturels sont assaillis par des touristes en quête de la parfaite photo à diffuser sur leurs réseaux sociaux. Et évidemment, ces photos récoltent des « j’aime » à la pelle pour le grand bonheur des bases de données personnelles des maîtres de ces réseaux sociaux. 
Mais il y a autre chose derrière tout cela. On est passés des excursionnistes d’avant qui arrivaient avec une bonne préparation, à un nouveau type de touristes qui ne se soucient guère du plein-air. Ils ont vu la photo sur Instagram ou dans un magazine. Ils veulent la même. Ils ne font qu’entrer et sortir. Expérimenter la nature ne les intéresse pas du tout. Ils arrivent un café à la main en écoutant de la musique à fond sur leur téléphone, et cherchent avant tout le Starbucks le plus proche. 
Et bien sûr, on assiste à l’invasion par des voitures et des autobus pleins comme des oeufs, les parkings sont bondés, les touristes prenant leurs photos au milieu de la route au mépris de la circulation. Le non respect, le manque d’éducation, l’individualisme font que les visiteurs endommagent la végétation, nourrissent les animaux malgré tous les panneaux d’information. On subit la congestion des sentiers, il faut faire la queue pour franchir un passage un peu plus escarpé ou avoir accès à un point de vue est monnaie courante (souvenez-vous de la photo de l’arête sommitale de l’Everest). A cela s’ajoute le nombre insuffisant de toilettes et la dangerosité des stationnements le long de petites routes. Le manque de préparation des visiteurs a aussi entraîné une hausse du nombre d’opérations de secours auprès de personnes mal préparées pour des randonnées en montagnes assez longues. Contamination, pollutions, dégradations pour un égo-portrait ! Les piscines naturelles Mermaid Pools de Matapouri, en Nouvelle-Zélande, ont été polluées avec des serviettes hygiéniques, de la crème solaire, de l’urine, des excréments et toutes sortes d’autres déchets. L’endroit à l’écosystème fragile a été fermé au public l’hiver dernier pour une durée indéterminée.
Les animaux sont aussi terriblement impactés. Le magazine National Geographic a publié un dossier complet sur la souffrance des animaux exotiques due au « tourisme d’égoportraits ». En Thaïlande, pour que les touristes puissent se prendre en photo avec de gros mammifères, on enchaîne les bêtes mises au pas à coups de bullhook, un bâton métallique muni d’un crochet. Ce scénario se répète aux quatre coins du monde, où nombre d’animaux exotiques sont gardés dans des conditions pitoyables, drogués et malmenés. Réfléchissez à tout cela si l’envie vous prenait de prendre la pose aux côtés d’un éléphant, d’un tigre ou d’un dauphin ou si vous envisagez d’aller grossir les files d’attente sur les sites #instalog. 
Alors « Tout ce qui travaille à la culture, travaille aussi contre la guerre » disait donc Sigmund Freud. Mais n’avons-nous pas dénaturé le sens même du mot culture, pour en faire un ensemble de comportements, une ensemble uniforme de médias, de mythes et de représentations collectives au profit d’un ensemble de médias standardisants et aliénants. 
Aurions-nous oublié la culture parce que nous avons oublié ce qui fait de nous des humains ? « Ce sont nos rêves qui nous transforment de machines en êtres humains à part entière » écrivait Philip K. Dick. dans une de ses dernières conférences. Nous avons oublié que nous sommes des êtres situés, dotés d’un corps, qui évoluent dans un espace et au travers de qui s’élabore le temps. 
La culture est un élaboré, un construit, un tout et une individualité. La culture aujourd’hui est devenue plateformes, calculs, résultats, ensemble de nombres présentés pour être digérés, course aux posts les plus « likés ». La culture est devenue une offre, parce qu’on présuppose qu’il y a une demande. La culture est devenue un processus qui s’adapte à cette demande, à un marché, à une structure, à des contraintes, à une rentabilité calculée. 
La culture n’est pas un web. Il existe certes une culture du numérique. Mais elle est le résultat d’une construction, d’un vécu, de sciences combinées. Et cette culture du numérique est devenue un produit standardisé et standardisant qui s’oppose structurellement à la culture, parce qu’elle ne possède pas une dimension essentielle et inaliénable, qui est la LIBERTÉ. 
La définition de 1862 dans le Bescherelle nous dit que, construction personnelle, la culture est l’ensemble des connaissances générales d’un individu.
Alors que signifie « ensemble général de connaissances d’un individu » quand ces connaissances sont, soit stockées ailleurs, soit prises ailleurs sur des sites web, dans les opinions, échanges et commentaires au travers des réseaux sociaux ! Que devient cette construction personnelle quand elle est le résultat de programmes de captation de l’attention, de programmes dédiés à la recommandation et d’une standardisation des comportements. 
Nous avons oublié la culture parce qu’elle s’élabore aussi et surtout dans le rapport à l’autre et que l’autre est repoussé le plus loin possible. La culture est ce qui permet de voir en l’autre un autre soi-même. Une manifestation ce qui pourrait être l’intelligence. Que devient-elle quand la relation est dédiée, a-humaine, programmée par d’autres ? Que devient-elle  quand on convoque de plus en plus des soi-disantes intelligences artificielles évidemment incapables d’altérité, de construction, d’autonomie… de capacité critique. 
La culture est hors les murs, des herbes folles et dès qu’elle est emmurée, elle n’est plus culture. Et quand les murs sont numériques, mouvants, plateformisés, la culture est oubliée, enfermée, boite_de_conservisée ! Alors, qu’aujourd’hui, pour ne pas être exclu, marginalisé, il est « obligatoire » d’être un humain connecté, mais peut-on encore parler de culture ? 
Un bon humain est un humain connecté ! 
Alors pourquoi tout cela ? Parce que nous avons laissé crever l’endroit dans lequel nous vivons. Parce que dans une époque de chaos croissant, les peuples cherchent la protection dans le tribalisme et la force armée, plutôt que dans l’état de droit. Alors que notre meilleure défense contre ce type de dystopie est de maintenir des démocraties, des systèmes juridiques et des communautés qui fonctionnent. À cet égard, tout mouvement en faveur d’une société plus juste et plus civile, et pour la culture, peut aussi être aussi considéré comme une action climatique significative, et inversement. 
Assurer des élections justes est une action pour la culture. Combattre les inégalités de richesse extrêmes est une action pour la culture. Arrêter les machines haineuses sur les médias sociaux est une action pour la culture. Instituer une politique d’immigration humaine, plaider en faveur de l’égalité des sexes, promouvoir le respect des lois et leur mise en application, soutenir une presse libre et indépendante,… sont autant d’actions significatives pour pour la culture. 
Pour survivre à la hausse des températures, chaque système, qu’il soit naturel ou humain, devra être aussi fort et sain que possible. Alors, nous avons oublié la culture parce que nous n’avons pas commencé la lutte pour réduire les émissions mondiales de carbone et empêcher la planète de fondre comme dans une fiction à la Kafka. Ça fait presque cinquante ans qu’on le sait, et malgré de nombreux efforts, nous n’avons pratiquement pas progressé dans la réalisation de cet objectif. Nous avons oublié la culture qui nous permet de voir que les preuves scientifiques sont irréfutables. 
Si vous avez moins de soixante ans, vous avez de bonnes chances d’assister à la déstabilisation radicale de la vie sur terre : récoltes catastrophiques, incendies apocalyptiques, économies implosives, inondations catastrophiques, des centaines de millions de réfugiés fuyant des régions rendues inhabitables par la chaleur extrême ou permanente. sécheresse généralisée. Si vous avez moins de trente ans, vous êtes presque assuré d’en être témoin.
Alors culture en boites, cultures achetées, cultures identitaires, cultures produit de grande consommation, culture saisonnière, cultures marchandises, cultures occupationnelles, culture en conserve, culture lyophilisée et digérante, culture fantasmée, culture de communication ! Voilà ce qui nous amène là, à devoir envisager les conséquences de notre impuissance à agir face au chaos qui vient. 
« Là c’était un espoir infini », nous disait Kafka,« mais pas pour nous ». Ces quelques mots sont écrits par un écrivain dont les personnages s’efforcent d’atteindre des objectifs apparemment accessibles et qui, de façon tragique ou amusante, ne parviennent jamais à s’en approcher. 
Nous avions tout ce qu’il fallait, et … peut-être avons-nous tout gâché. 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.