Frères arbres du CLSH

Frères Arbres du campus LSH, nous avons le même âge. 

Vous avez grandi au milieu du campus, et les dizaines de générations d’étudiants passées là, vous avez vues.

Plantés là tout jeunes, au bout de quelques années, vous avez pu vous hisser à la hauteur des fenêtres des salles de cours. Au premier étage, puis au second, plus haut encore, combien de cours, combien de voix, et quels savoirs avez-vous mémorisés dans les anneaux de vos troncs, dans les nouvelles branches, dans les feuilles et épines à chaque printemps. 

Frères Arbres, vous avez été là pour protéger des générations de jeunes pousses, des intempéries, du soleil d’été, de votre ombre. Vous avez été protecteurs d’une jeunesse d’un siècle, puis d’un autre. 

Frères Arbres, vous êtes plus anciens que le plus anciens des étudiants ayant passé sous vos branches. Frères Arbres, vous avez vécu et inscrit dans votre mémoire les changements du campus, les nouveaux bâtiments, les changements du monde extérieur aussi. Vous avez vu ces groupes d’étudiants se blottir sous vos ramures toujours plus étendues, vous les avez vus dormir, rêver, parler chanter, se révolter souvent aussi. De toujours plus haut, vous avez accompagné et imprimé la mémoire de tant de jeunes venus chercher le passeport pour un vie à continuer ailleurs. Combien sont-ils ? Combien de mémoires impressionnées ? 

Frères Arbres, quelles complicités, quels liens avez-vous tissés sous la surface ? Quels messages avez-vous partagés dans l’en deçà de cet espace rythmé par les saisons universitaires ? Quel Pando formez-vous partageant dans vos racines mêlées les vies de générations d’êtres humains ?  

Frères Arbres vous êtes nés là il y a plus d’un demi-siècle, mais vous êtes ce qui est, là dans ce carré de terre, les sentinelles de tout ce qui était. 

Frères Arbres, le soir, le matin, dans les moments de récupération, dans les temps de travail et de réflexion, jour après jour, vous êtes là, compagnie indéfectible. 

Frères Arbres du campus LSH, nous qui sommes nés en même temps, nous partageons là un temps, et vous serez encore là quand je ne serai plus. Combien de fois, je me suis adressé à vous, combien de fois mon regard à chercher votre présence, immuable mais pas statique, inspirante et rassurante ? 

Frères Arbres, nous avons traversé la même tranche de temps, mais vos mémoires si différentes inscrites dans la trame du réel, garderont les traces de ce rectangle de verdure au coeur du campus LSH.

Frères Arbres, vous êtes ce petit morceau de terrain beaucoup plus ancien que le réseau de béton qui le cerne, vous êtes ce qui reste du monde d’avant et vous continuerez d’être là, même lorsque les murs retomberont en poussière.

Frères Arbres, dans longtemps, vous serez les seuls à savoir que tout cela a été un jour. 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.