Nowakowskismes 3.15. Rêve de fer, matin brun

« Je me réveille en sursaut, en nage… depuis toujours, je suis habitué à ne dormir que d’un oeil, de peur d’être surpris. Je suis un fugitif, j’ai réussi jusqu’à présent à échapper aux hordes de Helders, (les « héros » comme ils se nomment), les Helders du pays de Heldon qui se disent menacés d’abâtardissement par les mutants du Borgrave d’où je suis originaire. D’ailleurs, être fugitif quand on est de Borgrave, c’est normal dans ce monde. Les Helders, quant à eux, regardent effrayés et excités vers la puissance du Zind à l’est par-delà l’insignifiant Wolak.
Le Heldon est un pays enclavé qui a eu la volonté de rester pur après la grande guerre nucléaire qui a dévasté la Terre, qui a jeté à bas les anciens états, qui a érigé le chaos en règle. 
La cheffe du Heldon, Férine Jaggar, est une descendante de purhomme. Être un purhomme c’est être un humain au patrimoine génétique absolument pur. Férine Jaggar a vécu son enfance exilée parmi la lie de l’humanité mutante et métissée. Depuis toujours, elle a voulu réintégrer la Grande République de Heldon, où tout n’est que pureté génétique, le vrai pays de ses ancêtres. Elle est revenue avec un désir de purhumanité qu’elle a rendu assez fort pour galvaniser son peuple génétique et conquérir non seulement la Terre mais aussi les étoiles.
Je suis caché dans un bosquet de la forêt d’émeraude, je les entends, ils ne sont pas loin. 
Respirer m’est difficile. Je ne sais plus dormir paisiblement, et quand le sommeil est là, c’est toujours ces cauchemars, cette histoire, ce monde complètement fou qui vient me retrouver par delà le mur du sommeil. 
A la fin de son long exil au cours duquel elle n’eut qu’une seule obsession, revenir, elle reprit le chemin de Heldon. Quand elle arriva à la frontière, où vous devez vous en douter, il faut montrer patte bien blanche pour pouvoir espérer passer, elle ne rencontra aucune difficulté. Evidemment, imaginez-la, haute taille, physique athlétique, regard franc et bleu, cheveux blonds de rigueur et quelques autres indices génétiques attestant de sa pureté ! 
Férine afficha alors clairement qu’elle était « animée d’une juste colère raciale ». Dans la reconquête de sa terre natale, de son identité, de sa souveraineté, elle ne tarda pas à entraîner des buveurs d’auberge et tous les silencieux indignés. Elle les a réunis pour aller massacrer ceux qui osaient franchir la frontière de la république de Heldon sans être des purhommes. Elle voulut aussi en profiter pour faire honte à tous ces purhommes du pays de Heldon qui avaient accepté de vivre dominés. D’ailleurs, dès la frontière, elle avait constaté le relâchement parmi les fonctionnaires chargés des tests de pureté. Elle savait déjà qu’ils étaient sous l’emprise psychique d’un dominateur caché, dont l’unique visée était de souiller le sang pur et par là avilir l’humain, le purhumain. 
Avilir l’humain ! L’identité nationale ! L’histoire humaine les a tellement re-visités dans ce cycle perpétuel de désastres, de prise de conscience, d’oubli et de nouvelles plongées dans le toujours pire ! Et le pire, je peux vous dire qu’il est bien là ! 
Je ne respire plus, ils ne sont pas loin ! 
C’est encore une des bandes de motards chargées d’écumer le pays aux ordres de Férine à la recherche des fuyards de mon espèce. 
Des bandes à sa solde qu’elle avait réussi à s’attacher. Parce qu’afin d’affirmer son autorité, elle avait défié le précédent chef. Elle avait réussi à s’en défaire, et par là s’assurer de l’allégeance de toutes les bandes chargées de faire régner l’ordre. Elle l’avait détrôné pour prouver à tous qu’elle était bien la descendante des anciens purs, qu’elle était la protectrice de la culture ancestrale, qu’elle serait la pourfendeuse du métissage qui guette l’humanité, garante infaillible de la pureté, contrairement au précédent taxé de faiblesse et de couardise. 
Elle prit le trône, elle devint la cheffe, l’unique, détentrice du sceau ancestral de la famille, du travail et de la patrie. 
Alors, « debout, symbolisant dans l’espace et le temps ce tournant de l’Histoire, son âme au centre d’une mer de feu patriotique, [Férine] sentit la puissance de sa destinée cosmique couler dans ses veines et la remplir de la volonté raciale du peuple de Heldon. [Elle] était réellement sur le pinacle de la puissance évolutionniste ; ses paroles guideraient le cours de l’évolution humaine vers de nouveaux sommets de pureté raciale, et ce par la seule force de sa propre volonté »
Dans la foulée, elle organisa la refondation du parti. Elle en changea le nom. Le parti devint alors Les Fils de la svastika ou encore Sons of Svastika, qui, en abrégé donne évidemment SS. S’appuyant sur la désinformation, en criant haut et fort ce que ceux qui se disaient purhommes voulaient entendre, à savoir retrouver leur domination sur les impurs, elle se fit élire au Conseil de l’Etat. Elle sut jouer avec astuce et perversion avec le besoin des lâches d’avoir toujours quelqu’un à mépriser, sur la peur de l’invasion, le rejet de la différence, les théories du grand remplacement de la culture ancestrale et de la religion qui fait identité ! 
Elle prit son temps, mais elle y arriva. Elle finit par prendre définitivement le pouvoir en organisant un coup de force. 
L’armée se rangea alors de son côté et la sélection des meilleurs commença. Des camps d’étude raciale furent charger de trier le bon grain de l’ivraie. Les purs reconnus comme tels purent alors passer les tests d’entrée dans la garde d’élite SS, purent intégrer les meilleures écoles, les bonnes universités, obtenir les meilleures places, ceux qui échouèrent, les impurs, furent expulsés sur le champ ou pire, exterminés. 
Elle lança alors la reconquête du Borgrave afin de le purifier de ses mutants génétiques ignobles, des hommes-crapauds, des peaux-bleues et des autres perroquets, ainsi que les mutants et autres dégénérés de mon acabit.  
Alors j’ai fui ! Je fuis ce monde, je voudrais fuir ce monde, cette terre. 
Je cours, mais la nasse s’est déjà refermée sur moi, il n’y aura pas d’issue ! Je pense avoir perdu espoir, et ça ce n’est pas bon du tout !
Nous sommes des milliers à errer la nuit, à tenter de franchir l’océan vers l’autre côté, à vivre cachés le jour, et marcher la nuit, à dormir dans la peur d’une attaque des hordes de chasseurs, à craindre la délation. Certains d’entre nous sont encore des enfants, il y a des femmes seules avec leurs petits, beaucoup d’entre eux disparaissent sans laisser de traces en voulant traverser une rivière, en tentant le voyage vers l’autre côté, ou en croisant le chemin d’une horde. 
Et Férine, insatiable, elle veut étendre son emprise. Les autres pays succombent un à un à la contagion. Il n’y a pas plus contagieux, dans un monde perdu, que la haine, la défiance, la violence. D’ailleurs « rien ne rend peut-être plus palpable l’énorme régression dans laquelle est entrée l’humanité […] que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et à leurs libertés. Avant, la Terre appartenait à tous ses habitants. Chacun allait où il voulait et y restait aussi longtemps qu’il voulait. Il n’y avait pas de permissions, pas d’autorisations, et cela m’amuse toujours de voir l’étonnement des jeunes lorsque je leur raconte qu’avant, je voyageais en Inde et en Amérique sans avoir de passeport et même n’en avais jamais vu aucun. On montait dans le train et on en descendait sans rien demander, sans qu’on vous demandât rien, on n’avait pas à remplir un seul de ces centaines de papiers qu’on réclame aujourd’hui. Il n’y avait ni permis, ni visas, ni tracasseries ; ces mêmes frontières qui, avec leurs douaniers, leur police, leurs postes de gendarmerie, sont aujourd’hui transformées en réseau de barbelés en raison de la méfiance pathologique de tous envers tous, n’étaient rien d’autre que des lignes symboliques qu’on traversait avec autant d’insouciance qu’un fuseau horaire. [Avec Férine et sa clique], le monde se vit à nouveau bouleversé. On se défendait partout contre l’étranger, le mutant, partout on excluait. Toutes les humiliations qu’autrefois on avait inventées exclusivement contre les criminels, on les infligeait maintenant à tous ceux qu’on considérait comme impurs. [Un impur devait] se faire photographier de droite et de gauche, de profil et de face, les cheveux coupés assez court pour que l’oreille fût visible, donner ses empreintes digitales, d’abord le pouce seul, puis les dix doigts. Il fallait en plus présenter des certificats de santé, de vaccination, de police, de bonne vie et mœurs, des recommandations, il fallait pouvoir présenter des invitations et des adresses de parents, il fallait fournir des garanties morales et financières, remplir des formulaires et les signer en trois, quatre exemplaires, et s’il manquait ne fût-ce qu’une feuille de ce tas de paperasses, on était perdu. » 
De toute façon, nous sommes perdus ! 
Férine et ses Fils du svastika sont fascistes, xénophobes, animés de volonté raciale tendant à la purification et d’aspiration à la supériorité d’une partie de l’humanité sur l’autre. Leur croyance est la manipulation des masses, l’identitaire, les défilés, les drapeaux, les uniformes ajustés ! Elle est passée maître dans l’art de l’utilisation des médias de masse pour manipuler les masses. Elle use comme tous ces gens-là des rassemblements de foules destinés à dissoudre les individus dans une masse sans identité. Elle s’appuie sur l’apathie puis la complicité des autorités qui laissent faire et encouragent toutes les formes de pogroms. Et bien sûr, le complot, tout est bon pour dénoncer, éradiquer, le complot comme projet politique et comme moyen d’élimination rapide de toute idée de révolte ! 
Alors, ceux comme moi, qui ne sont pas des purhommes, nous sommes traqués, éliminés, déportés. J’ai tenté de fuir, j’erre avec tous les autres depuis plusieurs semaines, mais cette course est perdue d’avance ! Quelques instants de vie de proie, mais de vie quand même, de liberté surtout… 
Mais ça y est ! Je les entends, ils se rapprochent, je sens qu’ils m’ont localisé, s’en est fini cette fois…. je me mets à courir, j’entends les chiens ! Is sont sur moi !.. » 

Je me réveille en hurlant de terreur… 
Où suis-je ? Où sont les chiens ? 
Tout à coup, je sais où je suis. Je me détends. Du moins, j’essaie de rattraper mon coeur qui bat à tout rompre !
Je suis dans mon lit à Nancy, nous sommes le 27 mai 2019. Je réalise que j’ai rêvé, que le Heldon, c’est un souvenir des lectures de ce vieux Norman Spinrad. 
Par contre ce matin, et mes souvenirs remontent à la surface. Hier avaient lieu les élections européennes, et dans beaucoup de pays européen, et en France, les partis fascistes sont arrivés en tête. 
Le 27 mai 2019, c’est un matin brun. J’espère que vous avez lu ce petit texte qui met en scène toutes les petites compromissions qui mènent au point de non retour de l’inacceptable ! 
Je comprends mon cauchemar après cette soirée électorale au cours de laquelle les cadres de ce parti fasciste sont venus fanfaronner chacun leur tour à l’antenne. Cette soirée électorale où leur cheffe prononça un discours dans lequel elle se voit déjà présidente de la république française. 
Matin brun quand le RN arrive en tête avec 23,31 % des voix et obtient 22 sièges. Le RN, ce parti fasciste qui n’hésite pas à s’afficher avec les suprêmacistes blancs est sous le coup d’enquêtes pour avoir détourné 7 millions d’euros au Parlement Européen. Le RN est un parti fasciste et qui, comme tous les partis fascistes, a toujours voté contre les mesures écologiques et sociales, contre toutes les propositions de lois sociales, qui considère que laisser se noyer par milliers dans la Méditerranée découragera les autres de venir en Europe. Le RN qui arrive à la première place en France. 
Ferine Le Pen, pardon Marine Le Pen, a même obtenu le soutien de l’ancien leader du  Ku Klux Klan, David Duke. Ce sinistre individu prône la suprématie de la « race » blanche sur les autres. Celui-ci ne tarit pas d’éloges pour la présidente du Rassemblement national. Interrogé, via Twitter, sur le regard qu’il porte sur la candidature RN à la présidentielle, il a répondu : « Son père est un grand homme, un vrai patriote. Il a élevé une femme forte et intelligente qui comprend comment se joue la politique au XXIe siècle ». Ça donne juste envie de vomir.
Au Parlement européen les fascistes occuperont 115 sièges sur 751. Ils sont en troisième position derrière les conservateurs qui ont obtenu 175 sièges et les socio-démocrates qui ont obtenu 148 sièges.
Au Royaume Uni, le parti du Brexit ouvertement d’extrême droite a obtenu 31,69 % soit 29 sièges
En Italie, Salvini, a encore renforcé son emprise sur le gouvernement populiste au pouvoir à Rome. La Ligue a dépassé les 34% et a obtenu 28 sièges. 
En Allemagne, le partie d’extrême droite a obtenu 11 % des voix soit 11 sièges, et en Autriche, 17,2 % des voies, soit 3 sièges. Sans parler des affreux à la Orban, souverainistes dont la frontière avec l’extrême droite est bien ténue. 
Nous avons déjà passé un grand nombre de ces petits pas dont je vous ai parlé en début d’émission. Des petits pas terribles comme cette IA que l’Europe va tester à ses frontières pour détecter les mensonges. J’ai honte des chercheurs et des ingénieurs qui répondent à de tels projets ! Il est encore temps, pour l’écologie, pour un monde qui garantit une vie décente à tous et toutes, pour des frontières qui ne séparent pas mais qui rassemblent, réagir et surtout de ne pas avoir peur de le faire, pour la pensée… comme puissance de fraternité, de solidarité et de résistance !

Sources
Rêve de fer, Norman Spinrad
Matin brun, Franck Pavloff 
Stefan Zweig, Le monde d’hier
Société en Jeu, N°2, Janvier 1996. Revue Lire & Savoir. ISBN 2-07-059289-X


One thought on “Nowakowskismes 3.15. Rêve de fer, matin brun”

  1. Bravo pour ce texte magnifique et pour cette présentation pertinente de notre pays et de tous ceux qui bavent bêtement devant les extrémistes ( sans songer aux dégâts que de telles personnes peuvent causer ) Ouvrons les yeux tant qu’il en est temps et laissons à l’ecart La haine et le rejet des inconnus ! Nous avons tellement à apprendre les uns des autres …Bravo pour ce bel écrit ..

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.