Nowakowskismes 3.14. Mother Earth !

Où est passé le bruissement, ordinaire et familier du monde quand il était en vie? Ce bruissement nous avons appris à nous en passer pour ne pas sombrer dans la folie. Oubliés les chants des oiseaux, oubliés les insectes aussi, oublié le vivant et ce que nous appelions la nature, nature que nous avons condamnée comme l’humanité. En 2019, on avait déjà fait le constat qu’en 50 ans, la moitié des sons de la nature avait disparu ! 
Comment puis-je les oublier ?
Ces mots sont mon témoignage, le dernier témoignage de la bêtise et de la cupidité des hommes qui ont fait de la Terre un astre mort, bien loin de celui que avons connu, il n’y a pas si longtemps que cela. Une planète unique qui suscitait l’émerveillement de ceux qui savaient admirer, hûmer, se fondre dans ces espaces bouillonnants de VIE pour s’y ressourcer !
En 2019, l’alerte mondiale avait bien été lancée ! À maintes reprises !
Après de multiples actions, le lundi 6 mai 2019, je m’en souviens comme si c’était hier, la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques – le « GIEC de la biodiversité » comme on l’appela alors, publia un nouveau rapport qui jeta à la face de tous, un état des lieux d’une gravité sans précédent, une situation terrible, des chiffres terrifiants qui ont fait alors la une de tous les médias. 
S’affichait alors en toutes lettres que le taux de disparition de la vie sauvage était des dizaines, sinon des centaines de fois plus élevé que durant les derniers dix millions d’années ; qu’un million d’espèces animales et végétales, terrestres ou marines – soit une sur huit –, étaient menacées de disparition. Et que le rythme s’accélérait dramatiquement. Les extinctions de masse, la Terre les connaît ! Voilà 65 millions d’années, la cinquième extinction de masse fauchait, en même temps que les dinosaures, les trois quarts des espèces présentes sur Terre. D’autres précédentes crises, des centaines de millions d’années plus tôt, avaient éliminé jusqu’à 95 % du vivant.
Nous n’en étions heureusement pas encore là. Mais nul ne pouvait plus l’ignorer : la planète s’acheminait dans l’indifférence quasi générale vers la sixième extinction de masse. Celle-ci risquait de se produire non plus à l’échelle des temps géologiques, mais en quelques décennies seulement. Avec un unique responsable : l’homme. 
Les chiffres étaient là ! Devant nos yeux ! Seuls quelques-uns luttaient avec l’énergie du désespoir, la jeunesse des états riches reprochant à leurs ainés d’avoir vécu en égoïstes, sans se préoccuper de l’avenir, en satisfaisant leurs besoins de consommation immédiats et destructeurs. Des activistes tentaient des actions coups-de-poing afin de marquer les esprits et les médias – en vain ! 
A Paris, en mars 2019, 50 000 manifestants marchaient pour le climat et c’était un étonnement joyeux, un peu comme une gay pride, avec la techno et des slogans élaborés sous forme de jeux de mots coquins. La grève mondiale pour le climat était lancée, avaient-ils dit.
Puis en quelques mois, l’écologie changea de style. Greta Tumberg la jeune militante suédoise devenue une icône, a cassé le monde en deux : ceux qui défendaient le monde qu’elle proposait et ceux qui lui résistaient. Le Parlement britannique avait alors déclaré l’urgence climatique suite à la demande des activistes du climat d’Extinction Rébellion qui voulaient alerter et ce de façon de plus en plus spectaculaire, toujours en prônant la désobéissance civile. Extinction Rébellion a  réussi à bloquer la capitale britannique pendant 11 jours. Il avait même été décidé de bloquer le pont de Waterloo pour y mettre un jardin et une rampe de skate, pas pour emmerder les gens mais pour créer du trafic, pour faire du bruit – faire du bruit pour que les humains se réveillent !
Et bien sûr, toujours les mêmes réactions,  ça empêchait les honnêtes gens d’aller travailler ! C’était inacceptable parce que ça créait bouchons ! Ce qui se passait là, c’était tirer la sonnette d’alarme pour toute la population, que leurs réactions n’étaient qu’une protection de leur petit confort immédiat et ordinaire. Et puis, 10 jours après, ce fut le tour de l’Irlande. L’irlande déclara aussi l’urgence climatique sous la pression.
Je me souviens très bien de toutes ces actions en parallèle, de toutes ces marches pour les climat, des pétitions, des grèves scolaires, des « profs en transition », des tribunes, des documentaires, des essais, que d’appels au sursaut !
En mai 2019, nous étions en période électorale, les élections européennes. Alors que l’alarme sur l’effondrement du vivant n’avait jamais été aussi forte, la France et son gouvernement, au même moment, ne trouva rien de mieux à dire que trop de biodiversité nuisait à la croissance. Ce gouvernement priva le Conseil National de Protection de la Nature, l’une des plus anciennes et plus vénérables institutions de protection de la nature, de sa capacité à protéger les espèces menacées. Le Conseil national de protection de la nature (CNPN) perdit son droit de regard sur les demandes de dérogation à la protection des espèces protégées. Les procédures anciennes obligeaient les porteurs de projet d’aménagement (autoroute, grande surface, plateforme de forage pétrolier, parc éolien, aéroport…) à obtenir l’autorisation de la puissance publique si leurs travaux impactaient l’habitat ou les conditions vitales de la faune et de la flore sauvages protégées. Le CNPN devait être saisi pour recueillir son avis, consultatif. Un décret fut signé pour confier cet avis auprès d’instances nommées par les préfectures et les collectivités plus vulnérables aux pressions des responsables politiques et économiques locaux ! Le CNPN avait été créé en 1946 et fut une institution fondatrice du droit de l’environnement en France. Ses travaux avaient conduit à la création des parcs nationaux et réserves naturelles, via la loi de protection de la nature de 1976. En 2019, on le torpilla !
Je vois encore les premières pages des journaux, j’entends encore les annonces à la radio et la pseudo-indignation et mobilisation politique. De tout, je me souviens ! 
1 million d’espèces vivantes étaient menacées d’extinction, ce qui représentait un rythme de disparition jamais connu depuis 10 millions d’années de vie sur la Terre. Pas moins de 75 % de la surface des terres était sérieusement endommagée. La productivité de la Terre décroissait sur près d’un quart de la surface du globe. 66 % des océans étaient de plus en plus affectés par des effets cumulés de dégradation. 85 % des zones humides avait disparu. Depuis 1870, la moitié des coraux avaient été détruits et un quart des espèces animales était en voie d’extinction. Entre 2010 et 2015, 32 millions d’hectares de forêts primaires avaient été détruits. Pas moins de 40 % de l’environnement marin avait ainsi été gravement endommagé, tout comme trois-quarts des surfaces agricoles et la moitié des cours d’eau terrestres.La sixième extinction de masse était déjà en route, et les cinq grandes causes étaient toutes liées à l’activité humaine : la surexploitation des ressources, la dégradation des habitats, les pollutions diverses, la prolifération des espèces invasives et le dérèglement climatique. 
Le taux d’extinction des espèces dans le monde était « des dizaines et même des centaines de fois plus élevé » que la moyenne des 10 derniers millions d’années, et il s’accélèrait ! Plus de 500 000 espèces terrestres disposaient « d’un habitat insuffisant pour leur survie à long terme ». On savait très bien que depuis 1900, les espèces terrestres qui peuplaient la planète, menacées ou non, avaient vu leur abondance décliner en moyenne de 20%. 
Et ce n’était pas tout ! 80 % des insectes d’Europe avaient disparu en l’espace de 30 ans. Personne ne s’inquiétait outre mesure quand, après un déplacement en voiture, l’été, il n’y avait plus d’insectes sur leur pare-brise ! Chouette plus besoin de lave-glace démoustiquant ! Ce fut une extinction à « effet domino » qui mena à l’extinction de 400 millions d’oiseaux de la même zone. Les oiseaux mais aussi d’autres prédateurs d’insectes ont suivi, comme les hérissons, les lézards et les amphibiens. 
Mais tout allait bien pour certains, on avait réussi à faire réapparaître des espèces ! Bonne nouvelle ! On peut en discuter ! On peut certes agir mais comme toujours c’est toujours plus sexy de réintroduire le lynx ou le bison d’Europe, … que des insectes ! Confondre communication et action mène au mur ! 
Même des chiffres comme ceux-ci n’ont mené à rien ! 125 milliards de dollars, c’était la valeur estimée des services rendus par la nature : soit une fois et demie le PIB mondial ! Mais bof ! Des chercheurs en quête de célébrité proposèrent de remplacer les pollinisateurs par des petits robots ! En voilà une belle idée ! En effet, nous tirions profit du travail des insectes pollinisateurs dans les cultures, dont dépendaient un milliard et demi d’emplois dans le monde. On pouvait aussi prendre en compte les recettes de la médecine naturelle et les quatre milliards d’individus qui utilisaient plantes et autres espèces vivantes pour se soigner. Mais aussi, les deux milliards de personnes qui dépendaient du bois pour l’énergie… 

La réponse à l’alerte des scientifiques et des citoyens fut mise entre les mains des gouvernements. Déjà, en 2010, lors de la Conférence sur la diversité biologique d’Aichi, au Japon, ils s’étaient fixé des objectifs ambitieux, dont aucun ou presque n’avait été en passe d’être atteint. Ils s’étaient donnés rendez-vous fin 2020 en Chine, pour une nouvelle session de cette conférence pour prendre des engagements précis, déclinés en politiques publiques et associant l’ensemble des acteurs de l’économie et de la société civile. Ce posait évidemment la question d’un mode de développement moins prédateur pour la nature et de financements alloués à la préservation et à la restauration de la biodiversité et de leur juste répartition entre pays riches et pauvres. Ça n’a rien donné ! 
En 2019, quelque 8 milliards d’euros par an étaient affectés au niveau mondial pour la restauration de la biodiversité, les experts estimaient qu’il en aurait fallu entre 200 et 300 milliards chaque année. 
A combien avons-nous évalué le prix du vivant ? Evidemment, pas suffisamment ! Le monde qui est le mien aujourd’hui, détruit et stérile, est la preuve de nos échecs et nos désertions face aux profits immédiats, à la satisfaction immédiate des intérêts et des désirs, et des carrières et des lobbies ! 
Le tissu vivant de la Terre, essentiel et interconnecté, s’est réduit et s’est effiloché de plus en plus vite, les équilibres dont dépendaient les espèces étant détruits. On savait que les conditions étaient en place pour « une évolution biologique rapide – si rapide que ses effets peuvent être vus en à peine quelques années ou encore plus vite ». Et cette extinction menaçait la vie humaine ! Même pour ceux qui accordaient peu d’importance au sort des animaux ou des plantes avaient de quoi s’inquiéter de l’état de la biodiversité parce que « la plupart des contributions de la nature ne sont pas entièrement remplaçables », et certaines ne le sont pas du tout. On savait que 75% des types de cultures utilisés dans le monde reposaient sur la pollinisation par les animaux. 
En bonnes autruches, les têtes enfoncées dans du sable pollué, nous avions complètement occulté le fait que les écosystèmes menacés jouaient un rôle crucial, que les écosystèmes marins et terrestres étaient les seuls puits pouvant absorber nos émissions de carbone, que « les forêts captaient du carbone, empêchaient les inondations », qu’elles étaient des lieux de détente, de retour à nous-mêmes et de contemplation qui manqueraient terriblement aux êtres humains – et ça ! je peux vous le confirmer !
En 2019, un quart de toutes les espèces animales et végétales répertoriées étaient menacées, et nous avons laissé faire. Partout, des variétés locales de plantes et d’animaux disparaissaient, menaçant gravement la sécurité alimentaire du monde et c’est arrivé. Certains bouleversements étaient irréversibles et nous le savions ! Par exemple, nous avions observé le cas des sardines de Namibie : surexploitées, elles avaient disparu des eaux autrefois très poissonneuses du large de ce pays d’Afrique. Les méduses les avaient remplacées qui à leur tour avaient entraîné une prolifération du phytoplancton. La masse microbienne alors engendrée consommait tout l’oxygène présent dans les eaux qui étaient devenus impropres à la vie. Et cet exemple en est un parmi tant d’autres, comme les destructions dues à la fertilisation des sols par les engrais chimiques concentrant de grandes quantités de phosphates et de nitrates dans les cours d’eau qui étaient devenus mortels pour une partie des espèces qui y habitaient.
Voilà ce que nous avons fait ! 
En toute conscience, en continuant notre chemin mortel en refusant d’en voir les signes avant-coureurs. Le président des USA, le dernier avant la catastrophe n’a fait qu’amplifier le mouvement pour se garantir une ré-élection, les dirigeants européens n’ont vu que leurs intérêts à court terme, la croissance et la préservation des intérêts des lobbies pétroliers, de l’automobiles, de l’agro-alimentaire ! C’était un temps où 20% des plus riches possédaient 94% de la richesse mondiale, 2% les plus riches possédaient plus que 50% de la population mondiale !
Et, dans les plus riches, il y avait les géant du numérique, du web, du eCommerce, … l’intelligence artificielle ! Je me souviens que vers 2019, 45 000 contenus concernant l’intelligence artificielle étaient postés chaque semaine sur le web ! 
Optimiser un service, installez une plateformes ! Faire des économies, dématérialisez le service ! Une éducation moderne, vive le lycée 4.0 ! Une application pour tous les problèmes de la vie professionnelle et quotidienne ! 80 milliards d’objets connectés ! Nous étions peu nombreux à rappeler que chaque consultation d’une page web se soldait par l’émission de 2 g de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et la consommation de 3 centilitres d’eau. A l’échelle mondiale, internet était un 6e continent qui « pèsait » chaque année 1037 TWh d’énergie, 608 millions de tonnes de gaz à effet de serre et 8,7 milliards de m3 d’eau douce. Soit environ 2 fois l’empreinte de la France de 2019 ! 
En plus d’être colossaux, les impacts environnementaux du numérique étaient multiples. Il était responsable de l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables, de la pollution de l’air, de l’eau et des sols induisant des impacts sanitaires contribuant à la destruction des écosystèmes et de la biodiversité, des émissions de gaz à effet de serre contribuant au changement climatique, … sans parler des conditions d’extraction des terres rares et des métaux indispensables à leur fonctionnement ! La purification d’une tonne de terres rares indispensables aux tablettes qui s’installaient partout, contaminait au moins deux cents mètres cubes d’eau avec toutes les conséquences liées au manque d’eau potable sur l’agriculture et les habitants. Au Chili, premier producteur mondial de cuivre, le déficit d’eau était tel qu’il a conduit les groupes miniers à utiliser 50 % d’eau de mer dessalée, et dessaler l’eau est un processus extrêmement énergivore. Internet, le numérique, une nouvelle frontière, une utopie que les pionniers revendiquaient en ces termes « Gouvernements du monde industriel, vous, géants fatigués de chair et d’acier, je viens du cyberespace, La nouvelle demeure de l’esprit. Au nom du futur, je vous demande à vous, du passé, de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez pas de souveraineté là où nous nous rassemblons. » Et bien ces pionniers qu’ont-il fait d’autre que d’accélérer le processus infernal qui nous a conduits à ces temps funestes. 
Je me souviens très bien de ce Mai 2019, à la veille des élections européennes où les listes affichaient l’écologie comme décoration dans leurs programmes toujours aussi vides ; le 10 mai 2019 le jour du dépassement ; en Mai 2019, tout était parfait, Total avait atteint ses objectifs, produire 3 millions de barils par jour dans sa logique de mise à sac des ressources de la planète ! Mai 2019, où on apprit qu’une fièvre hémorragique porcine foudroyante commença à décimer les cheptels de porcs ! 
Puis, le permafrost a fondu et a libéré dans l’atmosphère du dioxyde de carbone et du mercure en très grandes quantités, mais aussi des virus et des bactéries qui nous ont infectés.
Inondations violentes, typhons meurtriers toujours plus fréquents, assèchement de points d’eau, montée du niveau de la mer… Ces événements, dont la fréquence et l’ampleur étaient renforcées par le changement climatique, avaient contraint des millions de personnes à migrer. L’ONU prévoyait 250 millions de réfugiés climatiques dans le monde en 2050. 
En 2019, la question de la qualité de l’air intéressait peu alors que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) montraient que 9 personnes sur 10 respiraient un air contenant des niveaux élevés de polluants et donnaient des estimations révélant que 7 millions de personnes mouraient chaque année à cause de la pollution de l’air ambiant (extérieur) et à cause de la pollution de l’air à l’intérieur des habitations. 
D’ailleurs, 30 ans plus tôt, en 1989, les principales puissances mondiales étaient à deux doigts de signer le premier traité international juridiquement contraignant pour imposer une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais, au tout dernier moment, les Etats-Unis firent capoter l’accord… tout était déjà là ! 
Voilà, dans ce monde, les oiseaux ont disparu. 
On racontait qu’en enfer, il n’y avait pas d’oiseaux pour que les damnés ne puissent lever les yeux vers le ciel. 
La Terre est devenue un enfer de pollution, de sécheresse et de dérèglements climatiques, la sixième extinction de masse est advenue. Tout est allé très vite, l’effet domino des dérèglements cumulés a fait s’accélérer la chute, avec ses conséquences sur les activités humaines, mais surtout sur les conditions de la vie sur la Terre. Les pôles ont fondu, le niveau des océans a atteint un niveau jamais atteint auparavant, toutes les infrastructures lourdes ont été détruites. Avec ceux qui ont survécu, nous tentons de donner sens à notre survie, en tentant un nouveau départ.  
Certaines parties du réseau internet ont survécu, nous sommes retournés aux bases qui ont permis son émergence, à savoir un réseau symétrique permettant l’interconnexion des humains sans avoir à passer des plateformes centralisatrices et prédatrices ! On a repris l’ancienne expérience du MBones, du ipmulticast, d’un modèle qui n’inclut pas en lui la prédation des données. Nous tentons de reconstruire une informatique basée sur un modèle de soutenabilité, dimensionnée à nos besoins, et surtout à nos ressources et nos moyens ! Pas à pas comme les explorateurs du Nouveau monde, nous avons réussi à localiser des lieux de préservation du vivant et de sa mémoire vive : des réserves de graines, des banques de semences de différentes espèces, des bibliothèques.
Nous avons réussi à réactiver le réseau IRIDIUM et sa constellation de satellites circulant sur une orbite terrestre basse et ainsi nous avons créé des liens entre les petits groupes de survivants. Cette constellation de satellites avait été lancée dans les années 90 par Motorola pour couvrir l’ensemble du globe et notamment les zones les plus reculées (ils visaient par exemple le personnel des plates-formes pétrolières). Elle devait compter 77 satellites (le numéro atomique de l’iridium) et finalement seuls 66 furent envoyés en orbite car la société a fait faillite avant.
Nous reprenons l’expérience d’Auroville que sa créatrice Mirra Alfassa défendait en affirmant qu’« il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire « il est à moi » ; où tout homme de bonne volonté ayant une aspiration sincère pourrait vivre librement comme un citoyen du monde et n’obéir qu’à une seule autorité, celle de la suprême vérité ; (…) dans ce lieu idéal, l’argent ne serait plus le souverain seigneur ; la valeur individuelle aurait une importance très supérieure à celle des richesses matérielles et de la position sociale. (…) En résumé, ce serait un endroit où les relations entre êtres humains, qui sont d’ordinaire presque exclusivement fondées sur la concurrence et la lutte, seraient remplacées par des relations d’émulation pour bien faire, de collaboration et de réelle fraternité. » Nous écrivons un nouveau récit planétaire où l’humain n’est plus au sommet de la hiérarchie. Recyclage, parcimonie, énergie propre, éducation, proximité, … Nous redécouvrons le concept de « l’Ephemeralization » inventé par Buckminster Fuller. L’ephemeralization c’est : « Faire de plus en plus avec de moins en moins, jusqu’à tout faire avec rien. »
Alors, nous essayons de re-vivre, …. mais il n’y a plus d’arbres et plus d’oiseaux et si peu d’eau ! Qu’est-ce que vivre sans leurs chants ? Qu’est-ce que vivre sans nos frères-arbres ? 
Voilà !
Et pour finir juste les quelques mots qui ont traversé le temps sur la page d’accueil du site qui était dédié à l’expérimentation MBones, 
« From human minds comes creation of what will be… 
De l’esprit humain vient la création de ce qui sera … »
Espérons !

Sources
Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial « Terre » R. Buckminster Fuller
Anoptikon, Olivier Auber
Siècle bleu, Jean-Pierre Goux
Livre blanc Numérique et environnement, 2018. http://www.transitions2.net/catalogue/view/2032/livre-blanc-numerique-et-environnement-2018 

https://www.ipbes.net/news/Media-Release-Global-Assessment-Fr?fbclid=IwAR33SR81h52N-eMts-S5U77V1PYgm9VFxMvUy0vwjm2GE69QqoJw3GzfVkw

« L’Irlande déclare à son tour « l’urgence climatique », dix jours après le Parlement britannique » 

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/10/apres-le-royaume-uni-le-parlement-irlandais-declare-a-son-tour-l-urgence-climatique_5460459_3210.html

« Pour le gouvernement trop de biodiversité nuit à la croissance » in Mediapart. 05.05.2019 https://www.mediapart.fr/journal/france/050519/pour-le-gouvernement-trop-de-biodiversite-nuit-la-croissance  
Pourquoi n’y a-t-il plus d’insectes sur vos pare-brise ? France culture du 13.02.2019. https://www.franceculture.fr/ecologie-et-environnement/pourquoi-ny-a-t-il-plus-dinsectes-sur-vos-pare-brises 
Bientôt une banque européenne pour le climat ? in Libération, 07.05.2019. https://www.liberation.fr/planete/2019/05/07/bientot-une-banque-europeenne-pour-le-climat_1725116 
Acoustique : quand la science écoute le chant du monde

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/acoustique-quand-la-science-ecoute-le-chant-du-monde

Ambiances
Several Species of Small Furry Animals Gathered Together in a Cave and Grooving With a Pict, Pink Floyd, Ummagumma
ITAIPU The Canyon, Mato Grosso, Philip Glass & Atlanta Symphony Orchestra and Chorus



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.