Nowakowskismes n°3.10. Dans quel Etat j’erre ?

Ce soir ces quelques mots de Claude Levi-Strauss tirés de Tristes tropiques, ces quelques mots qui donnent le La. L’Etat avec un E majuscule, avec tout son appareil, érigé comme modèle, alors que  l’homo sapiens n’a jamais été aussi fort aussi longtemps que lorsque les états n’existaient pas, et qu’il menait une vie de chasseur-cueilleur. Alors qu’est-ce qui a foiré ? Ce soir, c’est une petite escapade visant à faire le pas de côté nécessaire pour bien appréhender notre monde moderne. 

Les enquêtes ethnologiques traditionnelles, notamment dans une perspective structuraliste, c’est-à-dire celle qui étudie une société à un moment donné du temps, le temps de l’observateur, s’attachent à décrire les sociétés telles qu’elles fonctionnent apparemment, avec leurs institutions, leurs mythes, leurs rites, leurs pratiques quotidiennes. Mais d’autres anthropologues, ceux qui font de l’anthropologie dite anarchiste, c’est-à-dire, an-archê, littéralement basée sur l’opposition au pouvoir, se sont intéressés à ce qui pourrait aller contre ces institutions, en tant qu’elles présenteraient un caractère oppressif. Et surtout observer ce qui, dans certaines sociétés, pourrait la prémunir des oppressions à venir. Et dans ces études, il apparaît que ce qui est la norme de nos vies (vivre regrouper dans des villes, …) ne constitue pas la société la plus épounouissante que l’humain a fabriqué. 
En effet, on découvre qu’il existe un paradoxe à savoir que le temps de travail des chasseurs-cueilleurs, préhistoriques ou récents, pour acquérir leur nourriture est bien moindre que celui des agriculteurs. Les sociétés des chasseurs-cueilleurs furent en réalité les premières et les seules sociétés d’abondance, si l’on définit l’abondance, non de manière absolue, mais comme le rapport coût/profit entre efforts fournis et résultats. Les chasseurs-cueilleurs ne travaillaient en moyenne que trois ou quatre heures par jour, à opposer au temps de travail des sociétés agricoles traditionnelles, mais aussi de nos sociétés industrielles contemporaines. 
De plus, ces sociétés dites simples se sont organisées de telle manière que l’émergence de « chefs » soit systématiquement contrée par le reste de la société grâce à toute une série de mécanismes (la dérision, l’obligation de la redistribution des biens accumulés, l’obligation de remettre sans cesse en jeu son titre de « grand guerrier », …). Ce serait même à l’origine une règle générale dans les sociétés humaines. En fait, on peut dire que les sociétés qui ont permis l’apparition des états seraient au contraire des anomalies, dans lesquelles ces mécanismes de contrôle se seraient enrayés. Ces sociétés traditionnelles pourraient même être qualifiées d’anarchistes, ou du moins à pouvoir restreint et contrôlé. Les états modernes eux derrière le prétention d’oeuvrer scientifiquement pour le bien commun, ont surtout agi de façon à contrôler la population par toute une série de techniques : recensement, cadastre, noms de famille permanents, langue nationale standard, poids et mesures unifiés. 
Que se passe-t-il alors ? Le Néolithique ne va pas se résumer à la domestication de quelques espèces animales et végétales. On va assister au regroupement d’humains, de végétaux et d’animaux en un même lieu, avec bien sûr tous les parasites qui vont avec, rats souris, puces, tiques, moustiques, … ON remarque alors que ces regroupements forcés présentent un certain nombre d’inconvénients, dont en particulier la propagation des maladies chez les humains, maladies pour certaines issues des animaux. Les maladies se communiquent bien plus facilement en être humains rassemblés en nombre au lieu de vivre en petits groupes, nomades et dispersés. 
En clair, les humains eux-mêmes qui se sont auto-domestiqués et rendus esclaves de leurs animaux et de leurs plantes. L’agriculture entraine un certain nombre de troubles musculaires constatés chez les défunts, mais aussi des lésions articulaires, tout comme une diminution de la stature liée à un stress nutritionnel. 
Les chasseurs-cueilleurs ont une connaissance très variée de leur milieu naturel alors que les agriculteurs, avec leurs contraintes routinières et méticuleuses, concentrées sur un nombre restreint d’animaux et de plantes, offrent un cas de déqualification massive des savoirs ! « La révolution néolithique a entrainé un appauvrissement de la sensibilité et savoir pratique de notre espèce face au monde naturel, un appauvrissement de son régime alimentaire, une contraction de son espace vital et de la richesse de son existence rituelle. » 
Ainsi, du XVIIIème siècle au troisième quart du XXème siècle, un optimise triomphal aura présidé au décryptage de l’histoire humaine et de l’invention révolutionnaire de l’agriculture. Mais avec la fin du XXème siècle, la montée des angoisses écologiques, le réchauffement climatique, les nouvelles maladies, les soucis énergétiques, une autre vision s’est peu à peu imposée. Et si l’humanité allait dans le mur ? Et dans ce cas, rétrospectivement, avait-elle pris le bon chemin ? Et finalement, la domestication des animaux et des plantes fut-elle une bonne idée ? Et si nous remettions en question nos certitudes et notre vision du monde ?

La seconde énigme est l’émergence de l’état ! La réponse à cette énigme, c’est le grain ! En fait, « L’histoire n’a pas enregistré l’existence d’Etats du manioc, du sagou ou de la patate douce. Seules les céréales sont vraiment adaptées à la concentration de la production, au prélèvement fiscal, à l’appropriation, aux registres cadastraux, au stockage et au rationnement. » Pour qu’il y ait Etat, il doit y avoir contrôle des populations soumises, et pour qu’il y ait contrôle, on a les céréales comme le riz, le blé, l’orge, le maïs, le sorgho, le millet. Juste pour information, les quatre premières, le riz, le blé, l’orge, et le maïs, représentent aujourd’hui plus de la moitié de la consommation mondiale en calories. 
Enfin, dans ce contexte, il faut être gouverné, et être gouverné « c’est, en citant Proudhon, être à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, lancé, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé. » Ce qui suppose… l’écriture ! 
Et si on continue sur ce chemin, avec l’Etat vient aussi l’esclavage ! Les guerres antiques ont eu pour objet principal la prise de prisonniers de guerre, c’est-à-dire d’esclaves pour la main d’oeuvre afin  d’éviter aux sujets dit « libres » les travaux les plus pénibles. 
Mais, quand on regarde sur un long temps, on peut remarquer que ces moments de fortes hiérarchisation sociale ont été invariablement suivis d’un retour à des formes sociales beaucoup plus simples et moins inégalitaires. Ces moments d’effondrement, qu’historiens et archéologues ont souvent qualifiés « d’âges sombres » parce qu’ils n’y trouvent plus autant de palais et d’objets de luxe qu’auparavant, et généralement plus d’écriture, peuvent au contraire être interprétés comme des moments de résistance. Ils font place à des retours à des économies villageoises classiques, plus à même de mieux composer avec l’environnement. Ces âges sombres n’ont pas été « sombres » pour tout le monde. Pensons-y chers auditeurs et auditrices… nous sommes peut-être à l’aube de ces âges soit-disants sombres !
On a d’excellentes raisons de penser que, du point de vue matériel, l’existence en dehors de l’état – certains parlent de l’existence « barbare » – a sans doute été souvent plus facile, plus libre et plus saine que celles des sociétés dites civilisées – du moins pour ceux qui ne faisaient pas partie de l’élite ! 
Comment expliquer qu’à une époque aussi récente de l’histoire de son espèce, homo sapiens sapiens, en soit arrivé à vivre dans des communautés sédentaires densément peuplées exploitant une poignée d’espèces de céréales et un cheptel domestiqué, le tout sous l’égide de la version ancestrale de ce que nous appelons aujourd’hui l’Etat ? Et comment ce complexe écologique et social a-t-il pu servir de modèle à la quasi-totalité de l’histoire connue de l’espèce humaine ? Un modèle considérablement renforcé par la croissance démographique, l’exploitation de l’énergie hydraulique et des animaux de trait, la navigation à voile et le commerce longue distance, et qui a prévalu pendant plus de 6000 ans jusqu’à l’avènement des combustibles fossiles. 
Ce processus a généralement été interprété comme le grand récit du progrès, de la civilisation et de l’ordre public et comme la source d’avancées majeures en matière de santé et de temps libre. Et vous savez quoi c’est très certainement faux !

Faisons un petit retour dans le temps !
La formation des premiers états et sociétés agraires de Mésopotamie s’est produite pendant une période qui représente les derniers 5% de l’histoire de l’humanité. L’ère des combustibles fossiles qui débute à la fin du XVIIIème siècle n’occupe que 0,25% de notre histoire. 0,25% de notre histoire en viennent à mettre en péril la planète entière, la vie dans son ensemble ! On parle d’anthropocène, je choisirais plutôt anthropo-désastre. 200000 d’existence de notre espèce balayés ! 
Aux alentours de 10000 ans avant notre ère, il n’y avait que deux à quatre millions de nos congénères sur Terre, soit moins d’un millième de la population actuelle. Et voilà qu’il y a environ 6000 ans survient cette invention décisive qu’est l’Etat. Ce sont les premiers états de la plaine alluviale mésopotamienne. Et, là, aucune autre institution n’a autant contribué à mobiliser les technologies d’aménagement du territoire au service des ses intérêts, à savoir concentrer au maximum les humains, les plantes et les animaux domestiqués. L’émergence d’Homo Sapiens en tant que sous espèce date d’il y a environ 200000 ans et sa présence hors d’Afrique et du Levant d’à peu près 60000 ans. Les premiers exemples de plantes cultivées et de communautés sédentaires remontent à environ 12000 ans. Tout cela pour dire que pendant 90% de la durée de la présence humaine sur Terre, nous avons été de petites bandes chasseurs-cueilleurs mobiles, dispersées et relativement égalitaires. 
Les premiers états stratifiés, collecteurs d’impôts et constructeurs de fortifications n’apparaissent dans la vallée du Tigre et de l’Euphrate vers 3100 ans avant notre ère, soit plus de 4000 ans après les premiers cas répertoriés de domestication d’espèces végétales et et de sédentarité. 
Et là, les questions arrivent ! Parce que la pensée commune a produit un récit de « l’essor de l’humanité », dans lequel l’agriculture vient se substituer au monde barbare, sauvage, primitif, brutal et sans loi des chasseurs-cueilleurs et des nomades. Dans lequel les cultures sédentaires sont à l’origine et les garantes d’une existence stable, de cultes religieux formalisés, du lien social et du règne du devoir. Dans lequel il est dit que les populations qui refusent de se convertir à l’agriculture le font par ignorance ou par refus de s’adapter, par refus du progrès ! On présuppose donc que l’homo sapiens fatigués de ses errances ne désire qu’une seule chose : se fixer définitivement et en finir avec des milliers de millénaires de nomadisme et de mouvements saisonniers.  
Or les populations de chasseurs-cueilleurs ont opposé une résistance farouche à la sédentarisation permanente. Elles se sont longtemps battues contre la sédentarité, l’associant à juste titre, aux maladies et au contrôle étatique. Ce n’est que contraints et défaits que nombre de peuples amérindiens ont été confinés dans des réserves. 
Les chasseurs-cueilleurs n’avaient rien de ces populations désemparées, mal nourries, toujours au bord de la famine. En réalité, les chasseurs-cueilleurs n’ont jamais eu aussi bonne mine, si l’on en juge par leur régime alimentaire, leur santé et le temps libre dont ils disposaient.
Pour Guillermo Algaze : « Les premiers villages du Proche-Orient ont domestiqué les plantes et les animaux, tandis que les institutions urbaines d’Uruk ont domestiqué les humains. » 
Et donc l’Etat ! Avec un E majuscule… Il n’est pas étonnant que l’Etat ait fini par dominer les grands récits historiques. Pour nous, homo sapiens, habitués à penser en unités d’à peine quelques générations, la permanence de l’état et de l’espace qu’il administre semble être une constante incontournable de notre condition. L’état s’auto-entretient aussi dans la lecture du passé. Concentrés sur les grandes ruines historiques, en pierre, concentrées, nous mettons de côté tout le reste, les constructions en bois, en bambous, en roseaux, et les fines couches de déchets biodégradables. D’où un récit de l’état, des villes comme récit dominant. 
Et avec l’écriture c’est pareil voire pire. Les écritures cunéiformes et hiéroglyphiques sont invariablement produites par et pour l’état, afin de garder traces des taxes, inventaires de main d’oeuvre, listes de tributs, généalogies royales, mythes fondateurs et lois. 
Cependant, bon nombre de peuples nomades connaissaient l’écriture mais ils écrivaient généralement sur des matériaux périssables (écorce, bambou, feuilles, roseaux) et pour des raisons différentes des préoccupations d’un état – pour eux, écrire c’était mémoriser des sortilèges et des poèmes d’amour. 
L’Etat, la concentration des humains, les villes, vers les désastres écologiques… l’enfermement et le dressage des humains, l’école, vers l’asservissement, … et l’urgence d’alternatives !

« Teacher tells you stop your play and get on with your work
[…]
They tell you not to hang around and learn what life’s about
And grow up just like them »

Grandir comme eux ! Grandir et accepter ces systèmes éducatifs qui sont de formidables outils de conditionnement qui produisent en série une main d’oeuvre spécialisée, des consommateurs dociles, des usagers résignés. J’ai lu, il y a quelques temps cette histoire, malheureusement, je me souviens plus où. L’histoire d’ouvrières qui se sont auto-organisées pour apprendre à lire. Apprendre à lire entre elles, les a amenées à ne plus accepter leur condition terrible. Que fit ‘entreprise ? Il mit en place une école, une école ! Pourquoi une école ? Parce que l’école est là pour préserver l’Etat, pour conserver en lui les individus qui seuls en viendraient à le contester voire à s’en échapper !  
Face à l’état et pour reprendre Proudhon, dans lequel être gouverné, « c’est, être à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, lancé, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé. », l’école occupe sa place. « Elle enseigne de confondre enseigner et apprendre, à croire que l’éducation consiste à s’élever de classe en classe, que le diplôme est synonyme de compétences, que savoir utiliser le langage permet de dire quelques chose de neuf… » A quoi peut bien servir la formation d’un diplômé d’université si ce n’est le mettre au service de l’Etat ! 
Alors qu’il faut revendiquer le fait d’être libres de contester l’ordre établi, libres de penser hors la pensée de des ainés, libres de s’émanciper, de se tromper, mais libres de réessayer encore et encore ! Et ne donner aucune justification, aucune confiance à une note, à une évaluation chiffrée uniquement là pour faire de vous de bons consommateurs ! 
Certains d’entre nous cherchent à ouvrir d’autres portes, certains d’entre nous cherchent à éclairer le monde autrement pour se l’approprier, l’envahir, le modeler, l’inventer ! 

Alors il faut OSER ! 

Oser, parce que sinon ce sera trop tard ! Et, dans cet avenir proche, si vous en aurez encore la lucidité, vous vivrez dans un monde que vous haïrez ; et pour ceux qui s’en satisferont, la majorité j’imagine, ce sera le constat d’un un gâchis terrible d’évolution, de combats, de richesse, d’invention commencés il y a plusieurs millions d’années ! Et là ce serait vraiment dommage ! Et pour finir, laissons la parole à Walt Whitman et le poème, Feuilles d’herbe :

« Message à chacun de nos Etats, chaque cité de nos Etats : 
Résistance maximale, obéissance minimale,
Obéissance sans discussion signifie esclavage total,
Esclavage total c’est certitude pour les nations et les villes, 
De la Terre de ne plus jamais retrouver la liberté. » 

Voilà, le temps des Nowakowskismes s’est écoulé, nous avons produit cette expérience de quelques minutes qui a été unique pour chacun d’entre vous. Rire ou pleurer ? Surtout penser et construire un avenir qui aura du sens ! 

Sources
Homo Domesticus. Une histoire profonde des premiers Etats. James C. Scott
Pour une anthropologie anarchiste. David Graeber 
Revue America n°3 
La convivialité. Ivan Illich 
Une société sans école. Ivan Illich
Walden ou la vie dans les bois. Henry David Thoreau. 
Tristes tropiques. Claude Levi-Strauss


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.