Nowakowskismes n°3.7. Ô Temps !

« Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir. »

Pour démarrer cette nouvelle année, nous allons parler du temps. Le temps, familier et intime, la fuite des secondes, des heures, des années qui nous entrainent vers le néant. La mythologie hindoue représente le fleuve cosmique par l’image divine d’un Shiva dansant : sa danse règle la marche de l’univers : elle est l’écoulement du temps. Qu’y-t-il de plus universel et de plus évident et de plus insaisissable que le temps qui passe ? 

Commençons dans le temps par une petite histoire du temps, du temps qui s’est écoulé et qui nous amène là ce soir à pouvoir nous retrouver dans les Nowakowskismes. 
«  Disons que la planète naît à minuit et que sa vie court un jour. 
Au début, il n’y a rien. Deux heures sont gaspillées par la lave et les météores. La vie n’apparaît pas avant quatre heures du matin. Et même alors, c’est seulement d’infimes bribes qui se dupliquent. De l’aube à la fin de la matinée – un milliard de ramification – rien n’existe que de maigres cellules simples.
Et puis, il y a tout. Quelque chose de fou arrive, peu après midi. Une variété de cellule simple en asservit deux ou trois autres. Les noyaux acquièrent des membranes. Les cellules développent des organelles. Un camping solitaire donne naissance à une ville.
Les deux tiers du jour sont passés quand animaux et plantes prennent des chemins séparés. Mais la vie n’est encore que cellules simples. Le crépuscule tombe avant que le vie composée s’impose. Tous les grands organismes vivants sont des retardataires qui n’arrivent qu’à la nuit. À neuf heures du soir apparaissent méduses et vers de terre. L’heure est presqu’écoulée quand survient la percée : épines dorsales, cartilage, une explosion de corps possibles. D’une minute à l’autre, d’innombrables tiges et branches nouvelles éclatent et s’égaillent dans la frondaison qui s’étend. 
Les plantes parviennent à la terre juste avant vingt-deux heures. Puis les insectes, qui aussitôt décollent. Quelques minutes plus tard, les tétrapodes s’arrachent à la boue des marées, en charriant sur leur peau et dans leurs tripes des univers entiers de créatures plus anciennes. Vers onze heures, les dinosaures ont fait leur temps, et laissent la barre aux mammifères et aux oiseaux pour une heure.
Quelque part dans ces soixante minutes, très haut dans la canonnée phylogénétique, la vie se fait consciente. Des créatures commencent à spéculer. Des animaux apprennent à leurs enfants le passé et le futur. Des animaux apprennent à avoir des rituels.
L’homme moderne au sens anatomique se pointe quatre secondes avant minuit. Les premières peintures rupestres apparaissent trois secondes plus tard. 
Et en un millième de clic de la grande aiguille, la vie résout le mystère de l’ADN et se met à cartographier l’arbre de la vie lui-même. 
À Minuit, la plus grande partie du globe est convertie en cultures intensives pour nourrir et protéger une seule espèce. Et c’est alors que l’arbre géant devient encore autre chose. Que le tronc géant commence à vaciller. » 

Voici une matérialisation du temps tel que nous le percevons, c’est-à-dire un ensemble ordonné de traces, traces organisées dans un écoulement venant du passé, pour emplir un présent et ouvrir vers un futur. Mais au delà du terrible constat qu’il énonce, « la plus grande partie du globe est convertie en cultures intensives pour nourrir et protéger une seule espèce », c’est le temps tel que nous le vivons. Mais peut-on en rester là ?  

Parce que le temps ne s’écoule pas de façon uniforme et universelle. Et bon nombre de questions se posent. Certaines inattendues et qui peuvent paraître incongrues comme celle-ci : pourquoi nous souvenons-nous du passé et non du futur ? D’autres comme celle-ci : est-ce que nous existons dans le temps, ou bien le temps existe-t-il en nous ? Et aussi, parce que c’est l’expérience vécue par chacun d’entre nous, qu’entend-on par l’écoulement du temps ? 

Partons d’un fait simple et toujours déconcertant. Le temps s’écoule plus vite à la montagne, et plus lentement en plaine ! La différence est minime mais elle peut être facilement observée avec les horloges de précision dont nous disposons aujourd’hui. Le temps ne s’écoule donc pas de la même façon partout. Pourquoi ? C’est Einstein qui a apporté la réponse bien avant que l’on soit capable de mesurer ces différences. Il s’est posé cette question classique : comment le soleil et la terre font-ils pour s’attirer s’ils ne se touchent pas et s’il n’y a rien entre eux. Il a imaginé que les deux astres ne s’attirent pas directement, mais que chacun d’eux agit graduellement sur ce qui se trouve entre eux. Et comme entre eux, il n’y a que de l’espace et le temps, il a supposé que le soleil et la terre modifient l’espace et le temps autour d’eux, comme un corps qui s’immerge déplace l’eau autour de lui. La modification de la structure du temps et de l’espace modifie le mouvement de tous les corps les faisant tomber les uns vers les autres. 
Que signifie « la modification de la structure du temps » ? Et bien c’est le ralentissement du temps comme tout à l’heure : chaque corps ralentit le temps autour de lui. La terre qui est très massive ralentit le temps dans son voisinage. Et donc davantage en plaine qu’en montagne parce qu’être sur un sommet c’est être un peu plus loin de la terre.
Et si les choses tombent, c’est à cause de ce ralentissement du temps. Là où le temps s’écoule uniformément, dans l’espace interplanétaire par exemple, les choses ne tombent pas, elles ont suspendues. À la surface de notre planète, les corps se meuvent naturellement en direction de l’endroit où le temps passe plus lentement. Les choses tombent vers le bas parce qu’en bas le temps est ralenti par la terre. Ainsi, même si on ne peut pas observer le temps directement, son ralentissement a des effets remarquables, il fait tomber les choses, il nous garde les pieds collés au sol, et ça c’est parce que tout notre corps va naturellement là où le temps s’écoule le plus lentement. Et le temps qui s’écoule plus lentement c’est également plus pour nos pieds que pour notre tête ! 
Revenons au temps. Mais alors si des lieux différents et donc des horloges différentes indiquent des temps différents, c’est le caractère unique de la quantité « temps » qui vole en éclats pour laisser la place à une pluralité de temps. Le bon vieux Shiva n’est donc pas unique ! 
Et l’expérience temporelle de chacun nous le démontre aussi. Il suffit d’un peu de LSD pour que notre expérience du temps se dilate vers le magique. « Combien de temps dure toujours ? » demande Alice. « Parfois seulement une seconde » répond le Lapin Blanc. Il y a des rêves qui ne durent que quelques instants dans lesquels tout semble se figer pour l’éternité. Le temps est élastique. Des heures peuvent filer à toute allure, et des minutes peuvent peser comme des siècles. Voici aussi notre expérience du temps ! « Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours » 
La réalité est que nous ne décrivons pas comment le monde évolue dans le temps, mais nous décrivons l’évolution des choses dans des temps locaux et l’évolution des temps locaux les uns par rapport aux autres.  
La réalité du temps qui est la nôtre n’est qu’une approximation d’une réalité plus complexe. Un présent commun à tout l’univers n’existe pas. Les événements ne sont pas tous ordonnés en passé, présent et futur. Ils ne sont que partiellement ordonnés. Il y a un présent proche de nous, mais pas quelque chose qui serait un « présent sur une galaxie lointaine ». Le présent est une notion locale, et non globale. Le présent de l’univers n’existe pas. Mais alors, si le présent ne signifie rien, qu’est-ce qui existe dans l’univers ? Ce qui existe n’est-ce pas ce qui est dans le présent ? Donc, tout ce qui s’appuie sur l’idée selon laquelle l’univers existe ici et maintenant dans une certaine configuration présente qui change en bloc avec l’écoulement du temps, ne fonctionne plus !
Localement, le temps s’écoule à des vitesses différentes selon l’endroit où on se trouve et la vitesse à laquelle nous nous déplaçons. Plus nous nous trouvons proche d’une masse, ou plus nous nous déplaçons rapidement, plus le temps ralentit. Entre deux événements, il n’y a pas une durée unique, il y en a plusieurs possibles. Les rythmes auxquels s’écoule le temps sont déterminés par ce qu’on appelle le champ gravitationnel qui est une entité réelle et qui possède sa propre dynamique. Le champ gravitationnel est décrit lui par les équations d’Einstein. Et le champ des physiciens est une substance qui constitue la trame de la réalité physique du monde. Par exemple, le champ électromagnétique est la trame dont est faite la lumière est à l’origine des forces qui font tourner les moteurs électriques. Le champ gravitationnel est lui la trame qui tisse l’espace et le temps, la toile sur laquelle est dessiné le monde. Les horloges sont les appareils qui en mesurent l’extension. Les mètres mesurent un autre aspect de son extension. L’espace-temps est le champ gravitationnel et inversement. 
Un autre aspect un peu plus bouleversant. Il n’y a pas de différence entre passé et futur dans les équations élémentaires qui gouvernent les événements du monde. Si une séquence d’événements est permise par ces équations, la séquence renversée dans le temps est permise également. En fait, la flèche du temps n’apparaît que lorsqu’il y a de la chaleur en jeu. Chaque fois qu’il se manifeste une différence entre passé et futur, la chaleur est dans le coup. 
Un exemple – si je regarde un film qui montre une balle qui roule, le film peut être indifféremment projeté dans un sens ou dans l’autre. Par contre, si la balle roule et freine pour s’arrêter, le film ne pourra plus être projeté dans les deux sens. Le ralentissement est dû à des frottements, qui produisent de la chaleur, et là seulement apparaissent les notions de passé et de futur. Ce qui nous permet de mesurer ce mouvement irréversible et unidirectionnel de la chaleur c’est l’Entropie, le mot entropie vient du grec Transformation. L’entropie est une quantité mesurable et calculable qui, pour un système isolé, augmente ou reste constante, mais ne diminue jamais. C’est ce qui décrit le fait que la chaleur va toujours du corps chaud vers le corps froid et jamais l’inverse. 
Et donc pourquoi cela ? Et bien, l’entropie existe parce que nous voyons imparfaitement le monde. Cette différence entre passé et futur se loge alors dans cette vision floue que nous avons du monde. Voici quelque chose de surprenant, l’écoulement du temps s’installe dans le fait que nous sommes incapables à notre niveau de voir avec notre point de vue le monde dans ses détails les plus infimes. 
En fait, il n’y a ni espace, ni temps uniquement des processus qui transforment les quantités physiques les unes dans les autres, et pour lesquelles nous pouvons calculer les probabilités et les relations. 

Pour résumer, il n’y a donc pas grand chose qui corresponde au temps de notre expérience. La physique montre qu’il n’y a pas de variable « temps » spéciale, qu’il n’y a pas de différence entre passé et futur, qu’en fait qu’il n’y a même pas d’espace-temps. Nous savons formuler les équations qui décrivent le monde, et on découvre que ce n’est pas un monde statique, un monde de choses, auquel nous avons à faire mais un monde d’événements. Alors d’où vient notre sensation du temps de ce monde sans temps ? La réponse est déjà dans le fait que nous jouons un rôle non négligeable dans l’émergence des aspects familiers du temps. Depuis notre point de vue, nous, créatures qui ne sont qu’une infime partie de ce monde, nous voyons le temps s’écouler. Nous voyons le temps s’écouler parce que notre interaction avec le monde est partielle et floue. C’est pour cette raison que nous n’en percevons pas tous les aspects. À cela s’ajoute cette indétermination quantique sur laquelle je ne m’étendrai pas ici mais je vous renvoie aux sources que vous trouverez sur mon blog. 
Donc, l’ignorance qui résulte de tout cela, agit sur l’existence d’une variable particulière, ce temps thermique irréversible, thermodynamique donc lié à la chaleur, et de l’entropie qui quantifie toute cette incertitude. De plus, le fait que l’entropie ayant été basse dans les débuts de l’univers, ça a un effet fondamental dans la distinction entre le passé et le futur. À cela quoi s’ajoutent les traces que ce passé laisse dans le présent. Ces traces sont partout. Les cratères de la Lune témoignent des impacts passés. Notre cerveau grouille de souvenirs. Il existe des traces du passé et non du futur uniquement parce que l’entropie était basse dans le passé. Et pour pouvoir laisser de telles traces, il est nécessaire que quelque chose s’arrête, cesse de bouger (comme la bille de tout à l’heure), et bien sûr, cela ne peut se produire qu’au travers d’un processus irréversible, c’est-à-dire un processus qui dégrade de l’énergie en chaleur. 
Nous appartenons peut-être à un sous-ensemble particulier du monde qui interagit avec le reste de telle façon que l’entropie soit basse dans une direction de notre temps thermique. L’orientation du temps est réelle mais due au point de vue qui est le nôtre. Nous voyons les choses se produire de façon ordonnée selon cette variable « temps » et l’augmentation de l’entropie marque pour nous la différence entre passé et futur accompagnant le déploiement du cosmos. Elle détermine ainsi l’existence des traces, de ces restes qui sont les mémoires du passé. Nous, les humains sommes un effet de cette grande histoire de l’augmentation de l’entropie, unis par la mémoire que permettent ces traces. Chacun d’entre nous est unique dans sa relation au monde matérialisée dans ces traces. C’est de là que naît ce que nous appelons « l’écoulement » du temps. 
Alors, pour échapper à l’inquiétude que suscite en nous ce temps, certains comme Parménide ont voulu en nier la réalité, d’autres comme Platon ont imaginé un monde d’idées qui évoluent hors du temps. Hegel parle du moment où l’Esprit dépasse la temporalité et se connaît comme le tout ; puis d’autres encore comme Bergson ont adoré le temps. 
Mais aujourd’hui, nous commençons à entrevoir le mystère du temps. Nous pouvons voir le monde sans temps aussi, mais surtout nous commençons à voir que nous sommes le temps. Nous sommes cet espace, cette déchirure ouverte dans les traces mémoires présentes à l’intérieur des connexions de nos neurones, et cette déchirure est constitutive du temps. Nous sommes cette mémoire, cet écoulement du temps, et nous emplissons le monde de nous, de nos traces, des instants vécus dans le temps, « Combien de temps dure toujours ? » demande Alice. « Parfois seulement une seconde » répond le Lapin Blanc. Tout y est !
Chez les arbres, le temps, la mémoire se marquent par un nouvel anneau tous les ans ; nous humains, nous nous étendons dans d’autres dimensions que celles des trois de l’espace physique standard, nous sommes ceux par qui naît l’écoulement du temps, et inversement, nous sommes l’écoulement du temps qui est nous. Ce qui n’empêche pas l’expérience vécue du temps dans nos vies ici et maintenant. Alors quoi de mieux que Lamartine pour conclure ce temps des Nowakowskismes  : 

« Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

 Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.

 Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons !  »

Voilà, le temps des Nowakowskismes s’est écoulé, nous avons produit cette expérience de quelques minutes qui a été unique pour chacun d’entre vous. Ce temps irréversible, ce temps de dissipation d’énergie en chaleur, d’émissions d’ondes dans l’espace-temps, que nous ne pouvons pas relire en sens inverse, mais la technique nous sauve, vous pouvez réécouter et revivre ce moment en écoutant en podcast.

Sources
Carlo Rovelli. L’ordre du temps
Marcel Proust. Du côté de chez Swann 
Richard Powers. L’arbre-monde 
Alain Connes, D Chéreau et J Dixmier. Le théâtre quantique. 
Lewis Carroll. Alice au pays des merveilles 
Lamartine. Le lac


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.