Nowakowskismes n°3.6. Le rêve de la fille aux cheveux rouges, un conte de Noël post-humain !

Il était une fois… C’était il y a presque deux siècles, le premier esprit humain a été transféré avec succès sur un support numérique, devenant ainsi le premier post-humain officiel. Le rêve des techno-prophètes du début du XXIème siècle était enfin atteint. Plus de corps, donc pas de vieillesse, et bien sûr avec en prime toutes les possibilités de sauvegarde numérique… vers la tant attendue immortalité potentielle !
Puis de nombreux autres de la race des humains emboitèrent le pas de ce premier post-humain. Avec le nombre croissant, leur réalité au sein du cyberespace s’agrandit pour s’étendre sur des supports matériels disséminés partout dans le système solaire. 
Mais pour en arriver là, il fallut en passer par le même processus que celui qui se réalise lorsqu’un artiste envisage de copier un pièce unique. Accepter que la copie puisse être différente de l’original. En dépit de tous ces formidables progrès technologiques, le décodage analogique d’un cerveau et d’un être humain était un art exigeant que seuls quelques esprits brillants maîtrisaient. Décoder le cerveau humain ne se résumait pas à suivre tranquillement un fil directeur, et d’en démêler les noeuds. Décoder le cerveau humain demandait de s’infiltrer, dans quelque chose de glissant, d’incertain, dans un monde fait de particules quantiques pouvant être à plusieurs endroits à la fois. Bien sûr, et ceci était connu depuis les balbutiements du numérique, le passage de l’analogique au numérique, la discrétisation du monde continu, impliquait une perte. 
Mais pour Snow aucun regret ! Son propre esprit avait été transféré avec un taux proche de 99% de réussite. Il ne lui manquait qu’un tout petit pour-cent. Pour lui, ce qui manquait n’était qu’un peu de bruit dont il pouvait se passer ! Il existait bien sans cela depuis plusieurs centaines d’années au sein du cyberespace, pur esprit, débarrassé de la matière et de sa fragilité.
C’est là qu’on l’appela pour cette fille. 
C’était bien une fille ! Pour lui qui n’avait plus de corps depuis tant d’années, d’ailleurs même la notion d’année avait perdu son sens, ça lui fit tout bizarre. Vraiment quelque chose de bizarre ! 
La fille, elle, possédait encore un corps, un cerveau, mais il lui était arrivé quelque chose. Aucun médecin n’avait été capable de résoudre ce qui avait semé un tel le désordre dans l’esprit de la fille. C’était, il y a trois ans, alors qu’elle avait quinze ans. Elle avait subi un traumatisme qui avait endommagé la zone entourant le thalamus de son cerveau. Ce traumatisme avait provoqué quelque chose comme un suicide massif de neurones créant un trou de bonne taille dans son cerveau, mettant ainsi hors circuit tout ce qui permettait l’émergence de la conscience de soi.
Que devait-il faire ? N’ayant plus de cerveau lui-même, la réponse fut évidente pour Snow, il déménagea à l’intérieur du cerveau de la fille. Snow était celui qu’on appelait quand tout avait été tenté en matière de chirurgie du cerveau !
Il synthétisa des milliards de nanorobots, établit des connexions au cerveau de la fille et les expédia dans son cerveau pour former quelque chose comme un réseau local, une extension numérique, un logement temporaire pour que son esprit électronique à lui s’y installe. Et là installé confortablement dans son thalamus, il se mit à écouter les ondes cérébrales de la fille. 
Chaque partie spécifique de thalamus parle à la partie correspondante du néocortex, ce qui concerne la vision s’adresse à la partie qui s’occupe de la vision ; l’audio à l’audio et ainsi de suite, jusqu’aux aspects moteurs qui se connectent à chaque groupe musculaire. Dans le cas de la fille, le dialogue entre le néocortex et le thalamus n’avait pas été interrompu. Il s’était poursuivi sous forme d’oscillations neuronales au sein de l’espace restant et dans le temps. Mais pour que tout cela fonctionne, il faut que quelque chose se charge de synchroniser ces circuits oscillants. Quelque chose devait assurer le lien entre des perceptions séparées afin de créer un tout cohérent afin de permettre une existence autonome dans un « ici et maintenant ». 
C’était le travail que devait assurer la partie détruite de son thalamus. Sinon, voir, entendre, sentir, expérimenter le monde en temps réel, n’était plus possible. Plus rien ne traitait ces signaux qui arrivaient à des moments différents et à des vitesses différentes dans des lieux différents du cerveau – une explosion informationnelle génératrice de chaos.
Donc le diagnostic fut évident pour Snow ! Sans rien pour synchroniser toutes ces oscillations, il ne pouvait y avoir l’émergence de cette conscience de soi. En fait, la fille était comme un groupe de personnes, dont l’une ne pouvait que voir, une autre ne pouvait qu’entendre, et une autre ne pouvait que bouger un doigt ou un orteil, mais incapables de communiquer les unes avec les autres.
En effet, sans retour sensoriel de l’action, aucune action n’est possible, pas même un léger déplacement des yeux. Le cerveau était alors incapable de comprendre l’environnement. D’ailleurs, même un cerveau intact ne peut percevoir la réalité, il doit toujours la simplifier afin de pouvoir la traiter dans un délai raisonnable. 
En résumé, pour cette fille, le monde extérieur avait simplement disparu, réduit à zéro. Aucune conscience de soi, aucun mouvement non plus, seulement les battements réguliers de son cœur végétatif. Et ces battements réguliers redonnaient à Snow le sens du temps linéaire, il était tel un foetus qui développe sa perception du monde par les battements réguliers de la vie par sa mère ! 
Snow fit donc fait la chose à laquelle il ne cessait de penser depuis qu’il était là. Il attendait juste le bon moment. Grâce à son réseau de nano-robots, il connecta son propre esprit électronique au cerveau de la jeune fille. L’objectif était de tenter de remplacer son moi détruit et de reconstruire le circuit d’intégration manquant, ce circuit tel l’anneau unique pour tous les lier et dans la lumière la ramener.
Cela prit des mois pour que cela fonctionne. Mais finalement, il la fit rêver ! Et il était aux premières loges !
« Les ténèbres de la nuit froide sont découpées par des panaches de lueurs venant du ciel. Lumières naturelles ? Ou des milliards d’aiguilles électriques traversant l’ionosphère, dévoilant les banderoles d’une aurore violette et verte. Des merveilles naturelles au coeur de l’obscurité, et personne pour les voir sauf une fille, seule dans une sorte de bulle d’observation, un espace chaud et parfumé nichée dans un coin d’un mur de la maison. Elle n’a pas peur, elle est bien. Elle sait qu’il y a tout un monde derrière le vide apparent, le froid et le silence de la nuit toujours illuminée de ce qu’on appelait les lumières du nord. 
Elle voit des fils qui traversent l’espace, ces fils sont parsemés de scintillements, elle pense à des drapeaux de prières accrochés à des fils qui traversent la forêt, produisant des ombres flottantes dans la nuit. Au loin les grands troncs sont recouverts d’une gaze de poussière blanche qui poussée par un souffle invisible tourbillonne sans jamais s’arrêter.
Elle a perdu la notion du temps, a oublié son propre nom, depuis combien de temps est-elle là ? Où est-elle ? Mais elle se souvient aussi… une autre image passe par un morceau de sa mémoire brisée. Elle voit un jardin avec un arbre dressé qui porte des baies bleues, rouges, vertes, l’instant est serein sous un ciel doucement luisant – le soleil couchant s’attarde sur la couverture de poussière blanche en suspension. De gros rochers, chacun plus grand qu’elle-même, organisent un jeu d’ombres mouvantes et diffuses.
Se pourrait-il qu’elle ait un tel jardin chez elle ?
Puis vint le silence et la nuit ! »


Snow était chez lui dans ce cerveau humain même s’il ne comprenait pas ce qui se présentait à lui. Il avait des sensations bizarres, comme des souvenirs de quelque chose remontant à la surface de sa conscience à lui. Il était enfermé dans cet espace fait de circuits fragiles et vivants. Son esprit électronique se glissa comme un liquide de nettoyage au milieu des synapses en s’appuyant sur les ailes magnétiques de son armée de nanorobots, les nœuds microscopiques de son réseau privé au coeur du cerveau de la fille. Il pouvait alors commuter les circuits internes du cerveau à sa guise, mais avec précaution, avec le toucher le plus léger qui soit et en suivant une musique qui avait surgi inattendue. Cette musique semblait parvenir de lointains recoins de sa mémoire numérique, une mélodie qu’il avait connue, mais dont il ne pouvait pas retrouver l’origine. Il avançait dans le cerveau de la fille sur la pointe des pieds, comme s’il marchait le long d’un sentier vallonné, traversant le pays des ombres. Ce sentier croisait un autre sentier, la musique s’articulait autour de trois accords principaux, il hésitait et tout à coup, un nouveau rêve de la fille surgit de l’obscurité ! 
« De la lumière, des points multicolores qui montent vers le ciel, du rouge aussi, beaucoup de rouge, quelque chose comme un tension qui sourd. La fille est debout, elle avance dans un dédale de pièces, quelque chose lui dit qu’elle n’est pas seule. Mais elle a peur, peur mais elle avance quand même passant de pièces en pièces… Un éclair de lumière jaillit soudain autour de sa bulle d’observation, une sorte de signal comme balayant les murs de la maison, activant des alarmes en elle, tout cela en quelques nanosecondes. 
Sont-ils attaqués ? Un ennemi ? Quel ennemi est entré ? Comment serait-il entré ? Par effraction ? Ou était-il entré secrètement ? Que veut-il ? 
Et tout à coup, sa mère est derrière elle. Elle la prend dans ses bras. Puis après un temps long comme une éternité, elle passe dans les bras de quelqu’un en uniforme rouge. Puis allant de bras en bras, elle a oublié comment respirer. Elle n’en a pas encore besoin. Puis plus rien ! » 
Snow réussit enfin à se déconnecter ; le coeur végétatif battait à pleine vitesse ! Les battements de ce coeur semblaient résonner dans ce corps qu’il n’a plus. Ces battements de vie, il les ressentait par le cerveau de cette fille. La conscience de la fille s’est à nouveau effondrée comme un château de cartes, la mélodie partagée de leurs deux entités retomba dans le chaos. Snow prit cette rupture comme un poignard enfoncé violemment dans le ventre qu’il n’avait plus.
C’est là qu’il remarqua que quelqu’un avait dû faire en sorte que ses cheveux soient bouclés, ni longs, ni courts, mais juste la longueur appropriée pour qu’ils retombent sur ses épaules. Le rouge flamboyant de ses cheveux contrastait nettement avec le blanc clinique des draps, une flamme capturée et immobile endormie sous les yeux vigilants du matériel médical qui tournait autour de son lit dans une sorte de cylindre de vigilance.
« Au moins, elle ne ressent aucune douleur », lui avait dit son médecin des mois auparavant. « Et de toute façon, il n’y a plus de « elle » à qui parler. Il n’y a plus personne ! » 
Normalement, le cerveau génère en continu son propre contexte sensoriel et moteur dans une sorte de rêve éveillé permanent. Le cerveau est comme une machine à réalité virtuelle, un générateur de mondes possibles. Le cerveau ayant évolué comme une machine prédictive, tous ses rêves rêveries ou hallucinations n’ont été que des moyens de planifier les avenirs possibles. Des mondes de possibilité. 
Pour Snow, la question était centrale la suivante : « Est-ce qu’une partie du « soi » de la fille avait survécu ailleurs ? Ses nanorobots n’étaient semble-t-il pas seuls dans son cerveau. La fille semblait être autre chose. Il s’était installé en elle, et là, il avait l’impression que quelque chose prenait possession de lui et de son réseau. Le corps de la fille, la vie qui subsistait en elle, quelque chose bien au delà de la conscience réagissait et reprenait le pouvoir. Snow se retrouvait mêlé à elle, et elle semblait être une sorte de parahumain, un être mi-analogique, mi-numérique, qui existait simultanément dans les deux mondes, le monde physique et le cyberespace. C’est la première fois qu’il voyait cela ! Des rumeurs du cyber espace en avait fait état. Et là, il était uni à un être de chair et de sang capable de se connecter directement au réseau, tout comme lui, mais les parahumains, eux, avaient toujours un corps et ils étaient mortels. 
Et là, la fille rêva à nouveau, un rêve puissant et bizarre. Un rêve qu’elle partagea délibérément ! Elle le lui dit !  Le rêve enveloppa Snow. Il ouvrit les yeux, étrange pour un être dont le corps s’était décomposé depuis si longtemps. Un arbre scintillant multicolore lui faisait face. Puis ce fut une sensation nouvelle qu’il dut décoder, une main qui prenait sa main qu’il n’avait plus depuis des centaines d’années. 
Son rêve devint une possibilité partagée, un monde qui se révélait pour Snow. Elle lui parla : « Vois-tu cet arbre ? Sais-tu quel jour nous sommes ?
Snow n’en savait rien, les jours, les nuits étaient des contingences oubliées depuis bien longtemps pour lui.

  • Nous sommes le jour Noël, c’est ainsi que nous l’appelions il y a bien longtemps, quand nous étions encore humains. 

Snow ne comprenait pas. Noël, certainement une donnée qui avait disparu avec les 1% de bruit qui avaient été perdus lors de son passage vers la post-humanité

  • Nous nous réunissions, en famille, avec des amis, des humains de chair et d’os, de joies et de peines, autour d’un arbre décoré, un sapin toujours vert qui symbolisait le retour de la vie, et nous nous échangions des cadeaux.

La post-humanité lui avait permis d’accéder à l’immortalité, aux sauvegardes de lui-même, et finalement, quoi d’autre, la solitude ? Elle continua :

  • Noël, c’était au solstice d’hiver, les humains fêtaient alors la nuit qui recommençait à rétrécir pour laisser au jour et au printemps, le renouveau après la mort de l’hiver 

Elle sera fort sa main, il ressentit cette force qui réveilla en lui un flot d’images et de sensations oubliées. 

  • Tu es prêt, lui demanda-t’elle 

Il n’eut pas le temps de répondre, et il se retrouva là avec elle, sous un ciel d’hiver illuminé d’aurores violettes et vertes dans une bulle d’espace chaud et parfumé nichée dans un coin d’un mur d’une maison bois. Il sait alors qu’il y a tout un monde derrière le vide apparent, le froid et le silence de la nuit toujours illuminée de ce qu’on appelait les lumières du nord. 
Elle, para humaine, lien entre l’analogique et le numérique, venait de rêver le voyage retour vers la vie, le voyage impossible de la post-humanité à l’humanité. Un vieil écrivain de Science-fiction avait écrit « Ce sont nos rêves qui nous transforment de machines en êtres humains à part entière. » Le rêve de la fille aux cheveux rouges avait ramené la vie là où elle en avait été chassée. L’histoire ne dit malheureusement pas s’ils vécurent heureux dans ce rêve à la lisière du monde. 

Ambiance musicale 
Canned Heat – Christmas Blues – https://youtu.be/lj5HaStGMFM
Queensrÿche – Scarborough Fair – https://youtu.be/lcwQlGjNqrs
Sakamoto – Merry Christmas Mr Lawrence – https://youtu.be/T1cQBP0Vzx8


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.