Nowakowskismes n°3.5. Ils sont parmi nous !

« Deux routes divergeaient dans un bois jaune ;
Triste de ne pouvoir les prendre toutes les deux,
Et de n’être qu’un seul voyageur, j’en suivis
L’une aussi loin que je pus du regard
Jusqu’à sa courbe du sous-bois.

Puis je pris l’autre, qui me parut aussi belle,
Offrant peut-être l’avantage
D’une herbe qu’on pouvait fouler,
Bien qu’en ce lieu, vraiment, l’état fût le même,
Et que ce matin-là elles fussent pareilles.


Toutes deux sous des feuilles qu’aucun pas
N’avaient noircies. Oh, je gardais
Pour une autre fois la première !
Mais comme je savais qu’à la route s’ajoutent
Les routes, je doutais de jamais revenir.

Je conterai ceci en soupirant,
D’ici des siècles et des siècles, quelque part : 
Deux routes divergeaient dans un bois ; quant à moi,
J’ai suivi la moins fréquentée
Et c’est cela qui changea tout. »

Avec le poème « La route que je n’ai pas prise » de Robert Frost en introduction de ces premiers Nowakowskismes de décembre.  Dans Les Nowakowskismes, on suit les routes les moins fréquentées et c’est cela qui change tout ! 

Ce soir, les Nowakowskismes vont faire un pas de côté, carrément un pas dans l’espace qui nous entoure, nous allons parler extraterrestres et plus exactement, du rêve de l’humanité d’entrer en contact avec d’autres mondes, d’autres êtres, un autre nous-même. 

Donc, un constat que nous partageons tous. Depuis des siècles, l’humanité rêve d’établir un contact avec d’autres mondes. Des plus loufoques aux plus sérieuses, ces tentatives se sont appuyées sur une représentation commune : cet Autre serait une intelligence pure, froide et logique qui mènera sur un chemin d’inattendus et de surprises. 

Tout d’abord, je vous propose un petit jeu !
Imaginer ! Une tempête s’est déchaînée avec plus de force que prévu. L’équipage de votre bateau était mal préparé, le navire a sombré. Vous avez réussi à vous accrocher aux débris. Après quelques jours à dériver en haute mer, vous échouez sur une plage inconnue. Les secours sont certainement en train de survoler la zone à la recherche de survivants. Et donc, comment allez-vous faire pour leur signaler votre présence ?
Le défi consiste à utiliser les matériaux fournis par l’environnement pour produire un signal suffisamment organisé pour que votre action se distingue au premier coup d’œil de celle de la nature. Il s’agit de lancer un message dont l’origine humaine ne fait aucun doute et qui soit compréhensible par tous, indépendamment des langues et des cultures, puisque vous ignorez où vous vous trouvez.
La réponse la plus évidente est bien connue des campeurs, des marins et des aviateurs du monde entier : des motifs et de la lumière. On peut ramasser des pierres et les disposer selon un schéma géométrique évident, triangle ou cercles par exemple, ou tout simplement écrire « SOS ». 
On peut aussi se mettre en quête d’une surface réfléchissante et envoyer des signaux lumineux suivant un certain rythme, ou encore allumer un feu. 
Si l’objectif est de laisser une indication que d’autres pourraient suivre, on peut ériger un tumulus de cailloux, composer des figures avec des branchages et des bouts d’écorce ou utiliser des objets de toutes les couleurs, Robinson ou Petit Poucet que nous sommes !
Mais que faire si on souhaite envoyer une information plus sophistiquée — par exemple, signaler qu’on a besoin de toute urgence d’un parachutage de médicaments, ou qu’il n’y a pas de lieu adéquat pour un atterrissage dans les environs, ou que vous avez été obligés de vous déplacer dans une direction donnée pour vous mettre à l’abri ou dénicher de la nourriture ?
Et comme nous sommes en train de jouer, on peut rendre le problème plus intéressant en lui ajoutant une difficulté supplémentaire. Imaginons que vous n’avez pas la moindre idée de la façon dont les sauveteurs vont vous rechercher : par avion, à pieds, en bateau ou grâce à des images satellitaires. En fait, vous ne savez même pas si quelqu’un va venir. Des mois ou des années peut-être même des décennies ou des siècles pourraient s’écouler avant que les traces de votre passage soient découvertes. Non seulement vous ignorez dans quelle langue s’expriment vos éventuels sauveteurs, mais rien ne vous garantit qu’ils soient humains. Vous ne savez rien ni de leur anatomie, ni de leur technologie, ni de ce qu’ils cherchent, ni de la manière dont ils s’y prennent. Comment alors leur faire signe ? L’immensité océanique qui entoure votre petite île paraît mesurer des années-lumière. Cette ile n’est rien d’autre qu’une métaphore de notre condition d’humains isolés sur notre ile-Terre avec les yeux tournés vers le ciel, vers l’immensité de l’univers.
En clair, dès que nous eûmes compris l’échelle et la structure de notre Système solaire, nous avons quitté notre place au coeur de la mécanique céleste pour rejoindre l’humble condition de ce qu’Herman Melville (l’auteur de Moby Dick) appelait les isolatoes, des insulaires condamnés à l’inconcevable solitude sur leur ile-planète. Nous avons alors pris conscience que d’autres mondes et d’autres étoiles pouvaient être similaires aux nôtres. Nous avons commencé à spéculer au sujet de leurs possibles habitants et des diverses façons d’entrer en communication avec eux.  Nos yeux tournés vers le ciel, vers d’autres mondes-iles, Mars et ses lunes par exemple, nous avons cru y voir des canaux et même des villes, rien d’autre en fait que le mirage d’une plage lointaine semblable à celle sur laquelle nous sommes nous-mêmes échoués.N


Donc nous avons tourné nos yeux vers Mars puis plus loin encore vers Vénus ! Plus mystérieuse encore ! Et notre imagination l’a peuplée de jungles et d’archipels, on y a vu des Brésil et des Congo sous les nuages de Vénus ! Spéculations ! Et projection sur un autre monde de notre propre monde ! Les épais nuages cendrés qui recouvrent la planète pouvaient être le fruit des « feux d’artifice donnés par les Vénusiens », écrivait un astronome bavarois dans les années 1830. Pour lui, les quarante-sept années écoulées entre deux observations correspondaient au « règne d’un monarque absolu ». Ces festivités indiquaient à coup sûr qu’« un Napoléon ou un Alexandre s’emparait du pouvoir suprême sur Vénus ». Et surtout, on en vint vite à se poser la question suivante : les Martiens du désert ou les Vénusiens amateurs de feux d’artifice nous voient-ils comme nous les voyons ? Mais alors comment engager la conversation ? Comment combler le désir lancinant de briser notre solitude cosmique ? Et, tout naturellement, les premières réponses à ces questions se sont s’inspirées de la métaphore du marin naufragé. Le mathématicien Carl Friedrich Gauss préconisait l’utilisation d’un gigantesque système de miroirs de son invention destiné à réfléchir la lumière du Soleil pour saluer nos voisins extraterrestres : une centaine de glaces d’un mètre carré et demi chacune agencées de manière à émettre un rayon à travers l’espace. Dans ce registre, l’humain n’a pas lésiné et a émis des idées les unes plus loufoques que les autres. Pour n’en citer que quelques-unes ! On a proposé de creuser d’immenses canaux géométriques dans le désert du Sahara et de les remplir de kérosène pour y mettre le feu, évidemment de nuit et sous l’œil de Mars ; on a voulu cultiver des espaces agricoles en Sibérie dont les surfaces représenteraient des triangles rectangles, à une échelle suffisamment vaste pour qu’ils soient visibles par télescope depuis la planète de nos voisins les plus proches.
L’invention de la lumière électrique à la fin du XIXe siècle a donné un nouveau coup de fouet à l’imagination des astronomes, on s’est vu installer dans le Sahara des rangées de lampadaires géants qui éclaireraient le ciel quand Mars serait en vue, ou encore on a proposé d’ériger une énorme lampe électrique équipée de miroirs réfléchissants en plein cœur de Paris sur le Champ-de-Mars bien sûr, ou d’installer deux miroirs sur une montagne, en les disposant de telle manière que le soleil couchant se reflète sur le versant plongé dans l’ombre, afin que le rayon renvoyé vers Mars bénéficie d’un contraste optimal. Un petit dernier ! Un physicien américain proposa même d’aligner en plein désert des kilomètres de panneaux en tissu noir capables de s’ouvrir et de se refermer à l’unisson, dans « une série de clins d’œil » aux observateurs martiens. 
En gros, si cette « Martiensmania » qui faisait des ravages à l’aube du XXe siècle avait pu trouver les capitaux adéquats, de nombreux déserts seraient à présent jonchés de miroirs brisés, poussiéreux et abandonnés, dans lesquels se réfléchirait sous un ciel vide des ruines de monuments dédiés au néant et à la bêtise !
Alors, que dire de toutes ces propositions ? En fait, elles se caractérisent toutes par une certaine créativité, quand même, mais surtout on y remarque leur paresse sur le plan intellectuel. Elles sont essentiellement des sculptures minimalistes élevées à des dimensions astronomiques ou des formes de land art, à destination d’un public d’un autre monde.
Intellectuellement, leur faiblesse saute aux yeux : elles postulent un univers habité de gens qui nous ressemblent plus ou moins et qui, informés par nos soins de notre existence, nous rendraient la pareille afin d’amorcer un aimable échange de vues. Chacun faisant aimablement Coucou à l’autre ! 
Pour Gauss, notre conversation « commencerait grâce aux moyens de contemplation mathématique et de réflexion que nous avons en commun ». Tous ces kilomètres de miroirs dans les montagnes et les déserts s’adresseraient donc à des esprits cousins, mais plus vieux et plus sages, les extraterrestres nous étant supposément « très supérieurs », des Kant ou des Einstein améliorés méditant sur le sens de la vie martienne au coeur de l’infini. Pour s’en convaincre, il suffit de se plonger dans la filmographie des films d’extraterrestres, ils sont toujours plus intelligents, plus avancés technologiquement, et nous sommes souvent des fourmis, ou des êtres attardés dont la disparition ne manquerait pas à l’univers, ou dont la disparition sauverait l’univers de la destruction – regardez la première version du film, Le jour où la terre s’arrêta !
Donc, quand bien même cette description s’avérerait exacte, comment faire pour partager des choses un peu plus sophistiquées qu’ un « Coucou, je suis là ! » ? Il faut donc penser un peu, et une piste va émerger qui sera la Formalisation totale de la vie humaine. 
Et ça va commencer avec un poète, un certain Charles Cros, un marginal de la poésie française du XIXe siècle. C’est aussi un Inventeur à qui on  doit l’une des premières versions du phonographe, qu’il a joliment baptisée le paléophone (« la voix du passé »), d’ailleurs un prototype oublié  fort similaire à celui que Thomas Edison conçoit au même moment de l’autre côté de l’Atlantique. 
Charles Cros, dans son « Étude sur les moyens de communication avec les planètes », publiée en 1869, reprend le concept de l’énorme miroir qui envoie des signaux de lumière à une intelligence extraterrestre. Mais il va pousser plus loin, en s’interrogeant sur la manière de transmettre des informations à nos interlocuteurs d’un autre monde une fois la connexion établie. Il part de l’idée que des séquences rythmées de flashs lumineux pourraient coder des chiffres, lesquels pourraient eux-mêmes coder des images. Pour cela, il suffit de transformer une succession de chiffres en pixels binaires (par exemple, des espaces blancs ou noirs) et d’ordonner leur succession sur une grille. Mais, plutôt que de flasher laborieusement un par un tous ces chiffres, Cros a l’idée de résumer ou encore coder le message. 
Ainsi il parvient à représenter douze pixels avec une séquence de seulement huit caractères. 
Dans notre mode moderne baigné dans l’informatique, la trouvaille de Cros évoque irrésistiblement une méthode de compression et de transmission de fichiers utilisée notamment pour les fax, les premières images numériques en « bitmap » et certaines des toutes premières technologies de télévision.
Cros a mis au point des méthodes d’encodage permettant de transformer des images et, potentiellement, d’autres contenus en signes transmissibles par son système. Ces idées, il va les trouver dans les ateliers d’usine, dans les métiers de tisser à cartes perforées mis au point en 1801 par Joseph-Marie Jacquard, métiers à tisser qui ont d’ailleurs servi de source d’inspiration pour imaginer les premiers ordinateurs. Ainsi par la résolution des problèmes d’abstraction, d’encodage et de compression, le projet un peu fou consistant à inventer une communication non humaine pour s’entretenir avec les Martiens va s’avérer fondamentalement identique à celui qui consiste à développer un moyen de communiquer avec des outils informatiques en clair « ce que nous appelons aujourd’hui la programmation. »

L’étape suivante, c’est avec l’arrivée des ondes radio – finis les lampes électriques ou les tracés euclidiens dans les champs de blé sibériens. On va alors s’orienter vers le projet qui ne vise pas tant à créer une langue en tant que telle, mais plutôt à analyser toutes les implications d’un projet de communication avec un interlocuteur non humain et non connu. À l’aide de pulsations, de temps et d’opérations, on peut poser des questions, ou en tout cas émettre un signal interrogatif. Il ne s’agit plus de produire un « monologue de simples assertions », mais de créer les conditions d’un échange.Le but ultime consiste à établir une « communication réciproque » avec l’inconnu à la manière dont nous « transmettons des ordres aux machines électroniques ». L’idée d’établir un système partagé de symboles binaires et une logique d’opérations basée sur l’ordre, le temps et l’itération n’est pas sans rappeler le travail d’Alan Turing pour fabriquer les premiers calculateurs électroniques contemporains, et aussi les écrits de la naissance du structuralisme et de la sémiotique.
Ces principes servent toujours aujourd’hui aux tentatives de communication avec les extraterrestres : pulsations, chaînes d’énergie binaires encodant différentes sortes de messages ou de schémas de représentation, recherches en informatique et en télécommunications pour minimiser les erreurs de transmission et émettre un signal clair. 
Mais pour quel contenu ? Quelle peut être la substance d’une communication avec des interlocuteurs inconnus et impossibles à connaître ? On pense d’abord à transmettre un éventail minimal de faits : un système numérique, des coordonnées stellaires, quelques bases de chimie et une silhouette humaine par exemple la plaque embarquée par la sonde Voyager. 
Un autre exemple, le message d’Arecibo de Frank Drake, envoyé en 1974 depuis le radiotélescope du même nom à Porto Rico. Il était composé d’un faisceau de 1 679 bits d’impulsions on/off. Ce nombre est le produit de deux nombres premiers, 23 et 73, et si vous classez les signaux on/off dans une grille de vingt-trois colonnes et de soixante-treize lignes, vous obtenez une image. Lisez-la de haut en bas, et elle vous fournira le poids nucléaire des principaux éléments de notre biologie et la composition chimique de notre ADN, des données sur la population humaine et sur ses attributs (la longueur d’onde du message lui-même fournit déjà des indications), la disposition de notre Système solaire et la localisation de l’antenne elle- même. La plupart des messages adressés à un autre monde ressemblent à celui-là, humblement et prioritairement préoccupés par la structure de leur propre décodage, seule digue opposée à l’ampleur écrasante de notre ignorance. On part alors du principe qu’une intelligence quelle qu’elle soit s’appuiera sur trois principes :

  • Comprendre qu’il y a un message à décoder,
  • Etre en capacité de construire un décodeur,
  • Comprendre le message. 

Je vous invite à lire Les brins d’une guirlande éternelle de Douglas Hofstader. 
Dans ce défi de l’envoi de signaux minimaux à des étoiles éloignées et silencieuses, on peut citer le projet du mathématicien Hans Freudenthal qui a visé à « traduire la totalité de notre savoir » en un matériau communicable à toute forme de vie intelligente. Son ouvrage mérite d’occuper une place de choix sur l’étagère des documents les plus bizarres et visionnaires de l’histoire humaine. Marvin Minsky, pionnier de l’intelligence artificielle, conseiller d’Arthur C. Clarke et de Stanley Kubrick sur la production de 2001 : l’Odyssée de l’espace, l’a résumé en ces termes : « Il commence par des mathématiques élémentaires et montre ensuite comment toutes sortes d’autres idées, y compris des idées sociales, pourraient se baser sur la même fondation. » Tout cela avec un langage qui commence avec des bips de pulsations radio. 
Le frein a tout cela ? Parce qu’il y a un frein évident ! La distance ! La vie extraterrestre potentiellement la plus proche de notre planète en est si éloignée qu’il faudrait attendre des décennies entre l’envoi d’un message et la réception d’une réponse ; le début du commencement d’un dialogue prendrait des siècles. 
En réalité, ce qu’on remarque et qui est le plus intéressant, c’est que le système, en tant que langage mis au point s’avère s’appliquer bien plus proche de nous et être bien plus approprié pour expliquer les caractéristiques humaines non pas à des extraterrestres, mais aux machines informatiques que nous créons.
Ainsi, ces échanges de signaux codés visent moins à être diffusés en direction d’Alpha du Centaure qu’à enseigner ce que veut dire « être une personne » à un récepteur dépourvu de tout, sauf d’une mémoire capable d’enregistrer un éventail limité de symboles électromagnétiques, l’ordinateur. Rien d’étonnant à ce que Marvin Minsky s’en soit inspiré pour élaborer le premier simulateur de réseau neuronal. Qu’a-t’on obtenu alors ? On souhaitait parler aux étoiles, et nous avons créé  des ordinateurs, des programmes et des laboratoires d’intelligence artificielle.
Nous avons bel et bien noué un rapport avec une planète étrangère : nous l’avons construite et la conservons pour nous-mêmes, enseignant à sa population comment tirer un sens spatial du monde, garder des secrets, reconnaître des visages, écouter, compresser et filtrer des voix, faire la conversation tout cela par des pulsations binaires, des opérations logiques et des schémas d’encodage et de décodage. 
Du point de vue matériel, le commerce informationnel de notre monde, la Terre, s’inscrit dans un réseau de canaux tels les canaux martiens, que nous avons creusé, liés avec des câbles sous-marins, organisés en fermes de serveurs, connectant des ordinateurs de poche, de table, et tout object connecté possible et imaginable.
L’interlocuteur non humain extraterrestre que nous cherchions est à présent la plus ordinaire des créatures de notre petite île : c’est également nous. Nous aussi qui réagissons à des alertes automatiques, qui discutons avec assistants vocaux, qui remontrons notre humanité en déchiffrant des « captcha » pour nous connecter sur Facebook et consulter notre page classée par des algorithmes, alors que tout autour de nous s’étend toujours l’océan infini et silencieux de l’espace. Voilà, en tournant nos regards vers le ciel, nous avons jeté les bases de l’informatique qui s’est installée dans chaque recoin de nos vie. L’extraterrestre, le non humain que nous recherchions est là blotti au coeur de nos machines omniprésentes. 
Alors, Humains, il est peut-être temps de tourner à nouveau nos yeux vers le ciel ! Afin de construire le monde de demain !

« N’entre pas docilement dans cette douce nuit…
Le vieil âge doit gronder, tempêter au déclin du jour…
Hurler, hurler à l’agonie de la lumière…
Si le sage sentant, la fin sait que les ténèbres sont justes…
Car ces mots n’ont point forgé la foudre…
Il n’entre pas docilement dans cette douce nuit…
Hurle, hurle à l’agonie de la lumière… » 

Vous avez reconnu ? « Do not go gentle into that good night » de Dylan Thomas, les mots du Professeur Brand dans Interstellar. Les Nowakowskismes, comme un tesseract ? Peut-être !

Sources 
Contact. Carl Sagan
Contact. Le film
Rencontres du 3ème type. Le film
Planète interdite. Le film
Premier contact. Le film 
Le jour où la Terre s’arrêta. Le film v1
Interstellar. Le film
Les brins d’une guirlande éternelle. Douglas Hofstader
Le monde diplomatique. Aout 2016

Quelques mots sur Premier Contact 

Pourquoi sont-ils ici ? D’où viennent-ils ? Qui sont-ils ? Extra-terrestres amis ou ennemis ? En clair établir un premier contact, et de comprendre les intentions des extraterrestres au sujet de leur venue sur Terre. Une équipe composée de Louise Banks (Amy Adams), experte en traductions et en linguistique, un physicien théoricien, Ian Donnelly (Jeremy Renner), et dirigée par le colonel Weber (Forest Whitaker). 
Tout d’abord, l’esthétique – « Premier contact » est un film lent, onirique, dont la narration contribue à l’élaboration de la démonstration visée. Les vaisseaux spatiaux sont comme extraits d’un tableau de Magritte voire de Dali, épurés, des demi-oeufs suspendus. Presqu’organiques, on est loin des vaisseaux multicolores et insaisissable de Rencontres de 3ème type. Mais « Premier contact » pose la même question de la communication avec l’inconnu, avec l’autre qui ne nous ressemble pas, qui n’est pas humain.
« Premier contact » a donc pour sujets principaux la communication, le langage, l’écriture et qui nous donne aussi l’occasion de redécouvrir l’hypothèse Sapir-Whorf qui soutient que les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques, ou autrement dit, que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage – en d’autres termes que l’accès au réel, jusque dans nos perceptions, ne se fait que par l’intermédiaire de sa représentation et de son interprétation. Et de cette analyse du langage, le film ouvre sur cette autre perception, et en particulier la perception du temps – c’est là que la narration dans le film entre en scène, non-linéaire elle-aussi.
« Premier contact » est donc un bon film, et qui me ravit d’autant plus que ça faisait longtemps que nous n’avions pas eu un film d’extraterrestres qui tienne la route depuis belle lurette. 
Enfin, une histoire d’humains, j’en connais qui ont versé leur petite larme.
D’ailleurs, si vous pouviez voir aujourd’hui toute votre vie d’un seul regard, du début à la fin, changeriez-vous quelque chose ?


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.