Nowakowskismes n°2.16 – Why think when you can click

Les êtres humains ont du génie pour concevoir, fabriquer et utiliser des outils. Notre talent inné pour l’invention technologique est l’une des principales qualités qui distinguent notre espèce des autres et l’une des principales raisons pour lesquelles nous avons pris une telle emprise sur la planète et son destin. Mais si notre capacité à voir le monde comme une matière première, comme quelque chose que nous pouvons altérer et manipuler selon notre bon vouloir, nous donne un pouvoir énorme, cela comporte également de grands risques. Le premier risque est que nous devenions nous-mêmes instrument technique, optimisé et programmé, une technologie parmi les autres.
L’inquiétude de voir les machines s’attaquer à notre humanité est aussi vieille que les machines elles-mêmes. Max Weber et Martin Heidegger ont décrit, souvent avec beaucoup de subtilité, comment une vision étroite et instrumentaliste de l’existence influence notre compréhension de nous-mêmes et façonne le genre de sociétés que nous créons.
Grâce à nos smartphones et autres appareils numériques omniprésents, la plupart d’entre nous sont connectés en permanence à un puissant réseau informatique. Les entreprises qui contrôlent le réseau sont impatientes de connaître pour maîtriser nos sens et nos pensées au travers des applications, sites et services. Dans un même temps, la prolifération des objets connectés, des machines et appareils en réseau dans nos maisons et nos lieux de travail nous immerge toujours dans des environnements informatiques conçus pour anticiper nos besoins.
Bien sûr, il y a de nombreux avantages à une existence de plus en plus médiatisée. De nombreuses activités, autrefois difficiles ou longues, sont devenues plus faciles, nécessitant moins d’effort et de réflexion au risque de perdre, si nous n’y prenons pas garde, notre capacité à agir par nous-mêmes dans le monde.
En transférant l’initiative vers les ordinateurs et les logiciels, nous cédons la maîtrise de nos désirs et de nos décisions aux programmeurs et aux entreprises qui les emploient. Déjà, beaucoup de gens s’en remettent aux algorithmes pour choisir quel film regarder, quel repas cuisiner, quelles nouvelles suivre, même quelle personne draguer !
Why think when you can click ? Pourquoi penser quand vous pouvez cliquer ?
En cédant de tels choix à des étrangers, nous nous ouvrons inévitablement à la manipulation. Étant donné que la conception et le fonctionnement des algorithmes nous sont presque toujours cachés, il peut être difficile, voire impossible, de savoir si le choix effectué en notre nom reflète nos propres intérêts ou ceux des sociétés, des gouvernements ou d’autres tiers. Nous voulons croire que la technologie renforce notre contrôle sur nos vies et nos circonstances, mais si elle est utilisée sans considération, la technologie est tout aussi susceptible de nous transformer en marionnettes de ceux qui maîtrisent et déploient ces technologies.
« L’élan technologique », comme l’a appelé l’historien Thomas Hughes, est une force puissante. Il peut nous entraîner inconsidérément dans son sillage. Contrer cette force est possible à condition d’avoir une conscience aigue de la responsabilité de la façon dont les technologies sont conçues et utilisées. Si nous n’acceptons pas cette responsabilité, nous risquons de passer du statut de créateurs à celui de créatures. 

Voici quelques réflexions suite à la lecture du livre Re-engineering humanity de Brett Frischmann et Evan Selinger. Ce livre vient de sortir, il décortique les pistes de l’avenir, apporte des perspectives pragmatiques mais aussi dystopiques, au phénomène technologique de notre époque qui est la relation entre l’humain et les techniques ! Vous avez dit transhumanisme ? Par forcément, mais on y met les doigts certainement  !

Livrons-nous à la dystopie, c’est l’avant-derniere des Nowakowskismes de la saison, alors on a le droit ! Maman a dit oui !

L’homme s’appelle Ulysse. C’est un lundi estival torride et il se tient sur l’esplanade au centre de la Pépinière à Nancy, les mirettes allumées, éclats de soleil jonglant sur le bassin, des flots de moto-trottinettes et de cyclistes kamikazes, des hordes de touristes. Il lève les yeux et intercepte un pigeon, le shoote en plein vol et balance sur son weblog comme preuve qu’il est bien arrivé. Le débit est parfait dans le coin.
Ulysse se dirige vers la brasserie de la Pépinière, et commande un demi. Ses canaux clapotent à l’angle de son affichage tête haute, lui balançant en salves compressées une sélection de communiqués de presse. Les brèves rivalisent pour attirer son attention, se chamaillent et s’agitant au premier plan. Au second plan, un couple de punks discutent en rigolant, le petit train touristique pétarade, l’ombre fraiche du sequoia s’allonge en travers de la chaussée. Une éolienne convertit de l’air en mouvement, en énergie.
Il ignore les boites de réception de messageries instantanées, apprécie alors le répit d’une parenthèse de bas débit pour déguster sa bière en compagnie des pigeons quand une femme l’aborde et le hèle par son nom : « Ulysse ? »
Il lève la tête. C’est une coursière de WorldFetchNewGeneration, la peau tannée par le vent, les muscles affinés moulés dans du Lycra bleu électrique et carbone, gilet orange légèrement saupoudrée de LEDs anticollision et d’airbags hermétiquement scellés.
« Oui, c’est moi, confirme-t-il tout en passant le dessous de son poignet gauche sous son lecteur de code-barres. Ça vient d’où ? FeDEx ! »
Elle lui tend une boite. Elle lâche le colis sur ses genoux puis enjambe le muret pour enfourcher son vélo.
Ulysse retourne le carton entre ses mains : c’est un téléphone jetable de supermarché. Réglé en espèces, non traçable, efficace. Il dispose même d’un mode téléconférence, ce qui en fait l’outil indispensable pour tout espion ou pirate qui se respectent. Le carton sonne, il déchire l’emballage et sort l’appareil : « Allo ? »
La voix à l’autre bout du fil a un fort accent russe, ça frise la parodie des services de traduction en ligne de la décennie écoulée.
« Ulysse. Moi être ravi de faire connaissance vous. Vous désirer personnaliser interface ?

  • Suis organisation anciennement connu sous nom KGB point RU
  • Ok, mais votre traducteur est nul !
  • Niet, désolé. Excuses moi devoir faire pour ne pas utiliser logiciels traduction du commerce. Interprètes être idéologiquement suspects, la plupart utilisent sémiotique capitaliste et applications hors forfait. 

Ulysse écluse son verre de bière, le repose, se lève et se met à descendre l’avenue, cette fois le combiné vissé à l’oreille. Il plaque son laryngophone sur le boitier en plastique bon marché, dévie l’entrée vers un processeur d’écoute tout bête. 

  • Êtes-vous en train de me dire que vous avez appris tout seul la langue, juste pour pouvoir me parler ? 
  • Da ! Facile c’était ! Balayer réseau neuronal puis télécharger 1 Rue Sésame et les Télétubbies. 
  • Mais qui êtes-vous ? 
  • Moi appeler de la part d’Olga, elle inviter vous à conférence à Krasnoyarsk septembre prochain – toi d’accord 
  • Oui moi d’accord ! » Et ça raccroche !

Ulysse s’arrête brusquement, évite de justesse de se faire happer par une tondeuse à gazon à guidage GPS. Ce truc est limite de surcharger son bizarromètre. Sacrée Olga qui se met à expérimenter des IA post-soviétiques. Ulysse a passé toute sa vie à l’extrême lisière de l’étrangeté, toujours un quart d’heure d’avance vers l’avenir, sur le reste du monde. En temps normal, il ressent un frisson de peur, l’impression d’avoir loupé de justesse la bonne trajectoire sur la courbe d’approche vers la piste du réel.
Un pub envahissante se faufile à travers le proxy de son tueur de spams et zèbre d’une réclame kitsch années 50 sa fenêtre de navigation qui clignote momentanément avant qu’un processus de nettoyage la phagocyte, puis génère un nouveau filtre. Il se penche vers une devanture de magasin, se masse le front et lorgne un étalage de pâtes de verre !
Ulysse est descendu à l’hôtel de la Reine dans une suite payée par la gratitude d’un groupe multinational de protection des consommateurs, et bénéficie d’une passe illimité de transports en commun. Son gilet de baroudeur est doté de soixante-quatre blocs de supercalculateurs compacts, quatre par poche, cadeau d’une fac invisible qui veut devenir le prochain Media Lab. Ses vêtements non connectés ont été confectionnés sur mesure par un eTailleur philippin qu’il n’a jamais rencontré. Des cabinets juridiques gèrent ses dépôts de brevets à titre bénévole même s’il concède des droits à la Free Intellect Foundation, sa contribution personnelle à leur projet d’infrastructure libre de toute contrainte.
Dans les cercles des Geeks du web, Ulysse est une légende ; c’est le gars qui a déposé la pratique commerciale de transférer son eBusiness là où le régime de propriété intellectuelle est le plus souple, pour s’éviter les difficultés d’octroi de licences. C’est le gars qui a déposé l’utilisation d’algorithmes génétiques pour breveter tout ce que l’on pourra obtenir par simple permutation de la description initiale d’un problème dans un domaine donné – ainsi, non seulement le brevet d’une meilleure tapette à souris, mais l’ensemble de toutes les meilleures tapettes à souris imaginables !
À Reno, des avocats spécialistes en brevets vous jureront qu’Ulysse est un pseudo, un alias numérique masquant une bande de hackers anonymes cinglés armés de l’Algorithme Génétique qui a dévoré Calcutta : Ulysse un nouveau groupe Bourbaki réincarné sous la forme d’une cyborg mathématique. D’autres avocats de San Diego sont convaincus qu’Ulysse est un saboteur économique porté sur la destruction du capitalisme, et il y a des communistes praguois qui voient en lui le rejeton bâtard de Bill Gates et du Pape.
Ulysse est en pointe dans sa profession, qui se résume à pondre des idées saugrenues mais exploitables puis à les refiler à des gens qui, grâce à elles, feront fortune et s’en mettront plein les poches. En retour, il s’offre une immunité virtuelle contre la tyrannie du liquide ; après tout, l’argent est le symptôme de la pauvreté et Ulysse n’a jamais payé pour quoi que ce soit ! Pour lui, l’avenir sera agalmique, fini le mode de pensée pré-singularité qui ne raisonnait qu’en termes de rareté !
Il y a toutefois des inconvénients. Traficoter dans les mèmes sur le mode paranoïaque, c’est se prendre en continu le décalage temporel du choc du futur – il lui faut assimiler quotidiennement plus d’un mega-octet de texte et plusieurs gigas de contenu audiovisuel rien que pour se tenir au courant !
Ulysse retourne se poser dans sa suite, déballe son petit robot-chat de compagnie, met en charge un pack de cellules neuves et planque dans le coffre l’essentiel de ses clés privées. Puis il file illico vers la soirée qui se déroule en ce moment au Barami. C’est à vingt minutes à pieds et le seul risque en route est d’esquiver les trams qui se ruent sur lui derrière la couverture de son affichage GPS temps réel. En chemin, ses lunettes le tiennent au fait des dernières nouvelles. Pour la première fois de son histoire, l’Europe est parvenue à une union politique paisible : des circonstances sans précédent qui vont lui permettre d’harmoniser la courbure des bananes. Le Moyen-Orient va tout aussi mal que d’habitude. Infos business : le ministère américain de la Justice se montre scandalisé par les Baby bills. Les divisions de Microsoft, désormais diversifiées, ont automatisé les procédures légales et essaiment leurs filiales, multipliant les OPA, échangeant les titres en une parodie bizarre des échanges de plasmide dans le monde biologique, si vite que le temps qu’arrivent les avis de taxation de ces aubaines, leurs cibles n’existent déjà plus, même si c’est toujours le même personnel qui bosse sur les mêmes logiciels dans les mêmes open-spaces à Bombay. Bienvenue au XXIème siècle !
La partie qui se poursuit en permanence dans le carnespace (par opposition au cyberespace) et à laquelle assiste Ulysse, est un attracteur étrange pour certains de ces exilés américains qui s’accumulent dans les villes d’Europe de cette décennie. C’est le genre d’endroit où s’établissent des connexions étranges et où les croisements de lignes introduisent de nouveaux courts-circuits vers l’avenir comme ces cafés helvétiques où se réunissaient les exilés russes avant la Grande Guerre. Aujourd’hui, ça se passe dans l’arrière salle du Barami, un établissement vieux de quelques décennies avec une carte des bières qui s’étale sur seize pages et des murs qui ont pris la couleur du houblon éventé. L’air est dense des odeurs de tabac, de levure, de mélanine en atomiseur : la moitié des clients sirote d’énormes cocktails anti-décalage horaire, et l’autre moitié devise en créole eurotrash tout en soignant sa cuite.
Ulysse s’est installé la main posée sur le tube de cuivre lisse par lequel transite la bière-pression la plus demandée pompée aux fûts situés à l’arrière ; un des touche-à-tout les plus branchés de la place y a implanté une puce de contact et les cartes de visite virtuelles de tous les possesseurs de réseau personnel passés au bar au cours des trois dernières heures viennent s’afficher en bon ordre. L’air est gorgé de dialogues en ultra-haut débit, WiMAX comme Bluetooth alors qu’il parcourt la vertigineuse liste de clés cachées à la recherche d’un nom bien précis. 

« Votre commande »

Le barman lui tend un gobelet à la forme improbable empli d’un liquide bleu, couronné d’une couche de mousse d’où jaillit un chalumeau sous un angle bizarre. Ulysse prend le verre et se dirige vers le fond de la salle sur deux niveaux, grimpant les marches pour gagner une table où un type aux nattes rasta grasses bavasse avec un cadre en costard venu de Paris, le type en costard, cravate discrète, coupe en brosse est une fille.
Ulysse tend la main, l’autre la serre. Son assistant personnel balaie discrètement les empreintes digitales et lui confirme que ladite main appartient à Bob Strange, un gérant de start-up du Triangle de la recherche, avec un passé d’aventurier du capital-risque qui s’intéresse depuis peu à la nano-machinerie et à la technologie spatiale. Aujourd’hui, il est également spécialiste des domaines d’investissement extropiens. Madame Costard-cravate glisse discrètement une carte de visite sur la table ; un petit diable rouge brandit vers lui un tridents, les pieds baignés de flammes. Il prend la carte.
« Florence Dos Santos ? Enchanté ! J’avoue que c’est la première fois que je rencontre une représentante du marketing d’Arianespace. »
À cet instant précis, une charge demande passante lourde comme une éléphantesque dégringole sur la tête d’Ulysse et lui balance d’énormes grumeaux pixelisés qui vient zébrer son sensorium. Sur toute la planète, quelque cinq millions de geeks se ruent sur son site perso, une flash mob numérique alertée par un post envoyé de l’autre bout du bar. Ulysse grimace !
« À vrai dire je venais ici pour discuter de l’exploitation économique du voyage spatial et je viens de me faire slashdotter. Ça ne vous dérange pas que je reste assis à siroter jusqu’à ce que ça passe ?
« sans problème, mec ! »

De retour dans la conversation, qui tournait autour de la NASA, de sa stratégie, du voyage vers Mars, Ulysse balance un pavé dans la mare :

« Mars n’est qu’une masse obtuse au fond d’un puit de gravité ; même pas de biosphère. Ils feraient mieux de bosser sur le problème du téléchargement et de la conformation du nano-assemblage. On pourrait alors convertir toute la matière inerte disponible en computronium et l’utiliser au traitement informatique de nos pensées. Sur le long terme, c’est la seule piste envisageable. Pour l’instant, le système solaire n’est qu’un poids mort ! Si la matière ne pense pas, elle ne sert à rien. Il faut qu’on commence par les corps de faible masse, qu’on les reconfigure pour notre usage personne. Qu’on démantèle la Lune ! Qu’on démantèle Mars ! Qu’on construise en vaste quantité dans les vides des noeuds de nano-processeurs capables d’échanger des données par liaison laser, chaque couche évacuant la chaleur résiduelle de la suivante. Des cerveaux en poupées russes, des sphères de Dyson imbriquées en peau d’oignon, de la taille du système solaire. Apprendre à la matière obtuse à danser avec Turing ! »

C’est la nuit à Nancy, le matin sur la Silicon Valley. Aujourd’hui cinquante mille bébés d’hommes vont naître de par le monde. Dans le même temps, en Indonésie et au Mexique, des usines automatiques ont produit encore un quart de million de cartes mères, encore quatorze mois et l’essentiel de la puissance de calcul conscient cumulée de l’espèce humaine sera atteint par le silicium.
Ulysse regagne en titubant son hôtel, épuisé jusqu’aux os par le décalage horaire ; ses lunettes continuent de crépiter, saturées à mort par les hordes de geeks qui ont embrayé au vol sur son appel à démanteler la Lune. Leurs suggestions tranquilles bégaient en périphérie de son champ visuel. Les spectres de sorcières en nuages fractals dérivent devant la Lune tandis que les derniers Airbus géants de la soirée passent en grondant au dessus de sa tête. Ulysse a des frissons, la peu irritée par les strates de crasse enkystée dans ses fringues qu’il porte sans interruption depuis trois jours.
Sitôt de retour dans sa chambre, il entend son chat-robot miauler pour attirer son attention. Elle vient frotter sa tête contre sa cheville. C’est un des premiers modèles Sony, cent pour cent upgradable : Ulysse y travaille à ses heures perdues, utilisant un kit de développement open-source pour développer sa suite de réseaux neuronaux. Il se penche et la caresse, puis se déshabille et file vers la salle de bain attenante à la chambre. Quand il n’a plus sur lui que ses lunettes, il entre dans la cabine de douche et programme un jet d’eau brûlant. La douche essaie d’engager une conversation amicale sur le football mais il n’est pas assez réveillé pour interagir avec son crétin de petit réseau de personnalisation associative. Un truc survenu un peu plus tôt dans la journée continue de le titiller, mqis impossible de mettre le doigt dessus.
Il s’éponge en baillant. Le décalage horaire a fini par prendre le dessus. Il saisit à tâtons le flacon sur la table de nuit, avale à sec deux cachets de mélanine, une capsule d’antioxydants et une gélule bourrée de vitamines. Puis il s’allonge sur le dos. Les lumières de la suite se tamisent en réaction aux commandes des milliers de petaflops de puissance de calcul distribué qui gère les réseaux neuronaux interfacés avec son cortex via ses lunettes.
Ulysse s’enfonce dans les profondeurs d’un océan d’inconscience habité de voix douces. Il n’en est pas conscient mais il parle en dormant – des marmonnements sans suite, sans signification amis hautement signifiants pour le métacortex aux aguets derrière ses lunettes. La jeune intelligence post-humaine, sur le théâtre cartésien de laquelle il préside, le berce avec insistance.
Ulysse se réveille dans le bonheur médiatique de la troisième décennie du XXIème siècle, décennie où l’intelligence de l’environnement montre des signes de vouloir rivaliser avec les exigences humaines. Il apprend qu’un virus de messagerie vocale (à l’intelligence toute relative) se faisant passer pour un inspecteur du fisc a semé la pagaille dans tous les pays, raflant pour quelque quatre-vingts milliards de dollars de redressements pour dissimilation fiscale avant de les transférer en Suisse sur un compte numéroté. Un virus d’un autre genre s’emploie dans le même temps à détourner les comptes bancaires des gens, transférant 10% des sommes détournées à sa victime précédente avant de se transmettre à tout le carnet d’adresses de la victime en cours : une arnaque pyramidale autoréplicatrice. Curieusement personne ne se plaint vraiment ! En attendant que la pagaille soit résolue, tous les services de compensation bancaire se sont mis en pause et n’acceptent désormais que les transactions dûment réalisées avec de l’encre apposée sur des arbres morts. Ulysse va prendre son petit déjeuner et se plonge dans l’un de ces inévitables accès d’interaction en profondeur, les doigts s’agitant sur des commandes invisibles, les yeux tressautant au rythme de l’affichage de ses lunettes qui abreuvent directement son cerveaux de médias via le plus haut débit disponible.
Ulysse sort se promener … et là
En arrière plan, un gars court comme dératé, dans sa main il tient les souvenirs volés d’un passant …
Nemo, assis par terre, se masse les tempes douloureuses. Que s’est-il passé ? L’univers est un brouillard de formes kaléidoscopiques aux couleurs criardes additionné de bruits assourdissants ! Les caméras fixées à ses oreilles redémarrent boucle, toutes les huit cents millisecondes, elles paniquent quand elles se rendent compte qu’elles sont toutes seules sur son réseau local personnel, sans le soutien réconfortant d’un hub pour leur dire où envoyer le flux sensoriel ! Et sa mémoire … envolée ! Où sont mes lunettes ?


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *