Nowakowskismes 2.14 “Vos papiers !!”

« Nous fréquentons les frontières, non pas comme signes et facteurs de l’impossible, mais comme lieux du passage et de la transformation. Dans la Relation, l’influence mutuelle des identités, individuelles et collectives, requiert une autonomie réelle de chacune de ces identités. La Relation n’est pas confusion ou dilution. Je peux changer en échangeant avec l’autre, sans me perdre pourtant ni me dénaturer. C’est pourquoi nous avons besoin des frontières, non plus pour nous arrêter, mais pour exercer ce libre passage du même à l’autre, pour souligner la merveille de l’ici-là. […] la frontière est cette invitation à goûter les différences, et tout un plaisir de varier. Mais revenons ensuite à tous ceux qui ne disposent pas d’un tel loisir, les immigrants interdits, et concevons le poids terrible de cet interdit. Franchir la frontière est un privilège dont nul ne devrait être privé, sous quelque raison que ce soit. Il n’y a de frontière que pour cette plénitude enfin de l’outrepasser, et à travers elle de partager à plein souffle les différences. L’obligation d’avoir à forcer quelque frontière que ce pourra être, sous la poussée de la misère, est aussi scandaleuse que les fondements de cette misère.»

Quelques mots extraits d’un article écrit par Edouard Glissant, paru dans le monde diplomatique et intitulé « Il n’est frontière qu’on n’outrepasse », vous êtes dans les Nowakowskismes, la seule émission de radio qui traverse et explore l’espace-temps et surtout qui questionne notre espace et notre temps ! 

« Vos papiers ! » en clair, on vous ordonne de fournir vos nom, prénom, date et lieu de naissance, sexe, filiation, couleur des yeux, taille, adresse, mais aussi une image numérisée de votre visage, vos empreintes digitales et enfin votre signature ! Vos papiers, ce document équipé d’une puce électronique est censé être le garant de votre identité, et de compléter le processus en oeuvre pour faire des moutons, vivre en troupeau en se croyant libres, réduits à une masse anonyme.
Prenons un exemple assez courant – voyager en avion – et notamment pour se rendre à l’étranger, au moins en dehors de l’espace Schengen ; pour cela, il faut d’abord devenir à la manière de Deleuze, un « dividu », en clair, abandonner toute identité propre. Juste pour rire, essayez de vous singulariser, de vous présenter en clamant quelque chose comme : « Mais enfin, vous me reconnaissez ! », et il est à peu près certain que vous n’embarquerez pas, que vous ne franchirez pas les premiers barrages.
Et donc pour transformer un « individu » en un « dividu », comment s’y prennent-ils ? Il suffit de quelques procédés et d’un passeport…
Tout d’abord, il faut créer une situation concrète bien connue – ceux et celles qui ont atterris à Charles de Gaulle doivent s’en souvenir. Pour cela, il s’agit d’organiser les processus pour qu’un petit nombre de fonctionnaires gèrent des flux importants d’êtres animés, en faisant en sorte que le processus ne soit interrompu par aucun accroc, aucune singularité. La méthode, est bien connue depuis l’antiquité, c’est celle des bergers ou des éleveurs chargés de la transhumance de bêtes en grand nombre (tiens, je vous raconterai un jour l’histoire du berger et de son assistant qui doivent faire prendre le train à 28 moutons, le train comportant 7 wagons…).
Cette méthode a d’ailleurs été fortement améliorée dans les mondes concentrationnaires que l’humanité perfectionne sans cesse, mais les fondamentaux restent. En effet, qu’il s’agisse de têtes de bétail, de détenus des camps ou de voyageurs à l’aéroport, les procédures sont toujours les mêmes : on met place de longues files jalonnées de balises, signalées par des écriteaux, délimitées de barrières, de cordons, de chaînes… On y ajoute des fonctionnaires en uniforme placés aux points d’hésitation, aux carrefours, aux failles prévisibles, partout où le dispositif pourrait se révéler défaillant. Enfin, on fait planer des menaces plus ou moins explicites pour qui dérogerait aux règles implicites de cet espace, en exhibant à chaque issue des gardes armés prêts à intervenir au premier mouvement de foule…
Mais comment faire pour convaincre ces êtres animés, bêtes, détenus, ou voyageurs, de s’inscrire dans d’interminables colonnes, et cela sans se rebeller ? La réponse est de les amener à renoncer à l’exercice de leur volonté et c’est là qu’entre en scène le dernier instrument, particulièrement subtil, qui permet la transformation d’un « individu » en un « dividu », j’ai nommé : le passeport biométrique.
A l’origine, le passeport était un sauf-conduit, une lettre d’un puissant assurant le porteur du document d’une protection particulière, individuelle, personnelle. Mais petit-à-petit, la prééminence de l’approche sécuritaire a fait tendre vers des dispositifs non respectueux des autonomies individuelles. Le passeport désigne toujours une personne, mais ce n’est plus pour la distinguer, l’individualiser, mais pour la réduire à un certain nombre de composantes communes : nom, date et lieu de naissance, taille, couleur des yeux… Et avec le passeport biométrique, on a franchi un pas supplémentaire avec sa puce électronique où sont stockés les identifiants d’état civil, une photographie numérique ainsi que les empreintes digitales. Le passeport ne distingue plus, c’est un document qui définit l’humain par ce qu’il a en commun avec n’importe qui et qui ne l’en distingue que par des degrés. De plus, ce passeport « objectif » rend inutile toute parole du titulaire bien sûr peut même être traité par une machine. À l’arrivée à l’aéroport Trudeau à Montréal, avec son passeport biométrique, on n’a affaire qu’à des machines, juste quelques gardes en uniformes qui veillent à ce qu’on reste bien dans les files, sans avoir à prononcer un mot, juste avancer au signal, parfait troupeau qui marche en lignes en se croyant libre !
Et bien voilà, nous avons même réussi à faire disparaître le « Vos papiers ! » L’autorité ne demande plus, l’ordre est immanent ! Le passeport biométrique et tout l’appareil qui lui donne réalité, en nous faisant passer d’individu, à « dividu », d’une société de la reconnaissance à une société du contrôle, est le résultat d’une longue histoire que nous allons parcourir.
Tout d’abord, la biométrie. Elle sert deux finalités distinctes : l’authentification et l’identification. L’authentification vise à déterminer si une personne est bien celle qu’elle prétend être. Pour cela, on compare ses données biométriques avec celles préalablement collectées (lors d’une demande de papiers). Si les informations ne correspondent pas, l’individu a une autre identité, mais on ne peut pas savoir laquelle.
L’identification vise à retrouver l’identité associée à une trace biométrique collectée sur une scène de crime par exemple, ou par un système de surveillance. On compare la trace avec l’ensemble des données biométriques contenues dans une base de référence et, si une correspondance apparaît, l’identité de la personne est révélée.
Et donc, aux origines, l’identification se fondait sur l’oralité et les relations interpersonnelles. Par exemple, l’affaire Martin Guerre (voir le film avec Depardieu). Il fut victime d’une usurpation d’identité jugée en appel à Toulouse en 1560, et pour cela, on consulta 300 personnes et 280 déclarèrent que l’usurpateur n’était pas Martin Guerre. Au XIXème siècle, avec la mobilité accrue des populations et l’affirmation des pouvoirs étatiques, on voit s’installer les identités de papier consignant le nom patronymique. Enfin, à la fin du XXème siècle, la généralisation de l’informatisation aboutit à la différenciation de deux modalités principales d’identification : la numérotation et la biométrie.
Initialement, les pratiques d’identification numérotée s’est développée au sein d’institutions fondées sur l’obéissance, comme la prison ou l’armée. L’exemple extrême est celui des camps de concentration nazis, où le numéro tatoué sur le bras servait une politique de déshumanisation. Ainsi, à côté du nom patronymique, les États mettent en place une numérotation de la population afin de certifier l’identité. En France, la création du numéro national d’identité remonte aux années 1940-1941 en réponse à des objectifs patriotiques et militaires et sera utilisé ensuite par l’État-providence et la Sécurité sociale.
Dans le dernier tiers du XIXe siècle, l’identification judiciaire sert de laboratoire pour expérimenter des techniques de reconnaissance par mesures du corps et prise des empreintes digitales. En 1912,  un carnet anthropométrique est instauré pour les populations nomades. On assigne alors à des familles entières un document d’identification réservé jusqu’alors aux prisonniers et aux criminels. Dans la foulée, les administrations coloniales l’imposeront aux sociétés indigènes. Enfin, par le biais d’une carte d’identité, l’identification administrative se généralise et concerne aussi rapidement les « honnêtes gens ». En 1917, ce sont les étrangers, puis en 1921, les habitants du département de la Seine. En 1940, le gouvernement de Vichy crée une carte d’identité obligatoire qui sera supprimée à la fin de la guerre, puis rétablie en 1955, au début des « événements d’Algérie ». Elle demeure facultative et donne seulement lieu à l’élaboration de fichiers papier gérés à l’échelle départementale. En 1969, 75 % de la population possède une carte d’identité.
Avec les années 1970 arrive l’informatisation du répertoire des numéros tenu par l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques). Une polémique nait parce qu’à partir de ce numéro unique à la disposition de tous les « ficheurs », il devient possible d’interconnecter divers fichiers informatisés concernant un individu. De cette polémique, en 1978, viendra le vote de la loi qui donna naissance à la CNIL.
Le premier projet d’informatisation de la carte d’identité date de 1980. Il est remis en question l’année suivante par le nouveau gouvernement socialiste mais revient sur la table en 1986 avec la proposition d’une « carte nationale sécurisée » centralisée et, surtout, avec la mise en place d’un fichier national de gestion, consultable en temps réel par la police et la gendarmerie en tous points du territoire. L’informatisation des données biométriques de la population, repoussée à maintes reprises, est remise à l’ordre du jour dans le contexte sécuritaire de l’après-11 septembre 2001. Dans ce contexte, avec les États-Unis qui imposent pour l’entrée sur leur territoire un passeport biométrique sécurisé lisible par une machine, et les gouvernements français successifs qui multiplient les lois qui convertissent les techniques d’information et de communication en technologies de contrôle, le nombre des fichiers de police passe de 35 en 2006 à 80 en 2015.
Les finalités se transforment. Le système de traitement des infractions constatées (STIC) créé en 2001 à des fins d’enquêtes judiciaires, est progressivement utilisé dès 2003 pour des enquêtes administratives de moralité pour l’instruction des demandes de nationalité française, et en 2005, pour des enquêtes visant des personnes candidates à un emploi public.Le fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), créé en 1998 pour les criminels sexuels récidivistes, est étendu en 2003 aux auteurs des infractions les plus banales, puis transformé en 2016 en une forme de « fichier génétique des gens honnêtes ».
Jusqu’au 28 octobre 2016, le risque qu’un fichier administratif constitué dans un but d’authentification soit utilisé comme base de données policière à des fins d’identification a toujours retenu la main des gouvernements. C’est en plein état d’urgence, et par simple décret, que la création de la base de données des titres électroniques sécurisés (TES) concrétise un projet maintes fois repoussés au nom des libertés individuelles, à savoir, l’informatisation des données biométriques de toute la population. On fusionne alors le fichier des dossiers de demande de passeport biométrique (vingt-neuf millions en janvier 2017) et le fichier national de gestion des cartes d’identité (cinquante-neuf millions de cartes délivrées depuis 2004). Tout y est, nom, prénom, date et lieu de naissance, sexe, filiation, couleur des yeux, taille, adresse, mais aussi image numérisée du visage, empreintes digitales et signature de chaque individu se trouvent ainsi centralisés et stockés pendant deux décennies (quinze ans pour les mineurs). Dans l’état actuel, le fichier TES ne permet pas d’identifier une personne à partir de ses empreintes, mais cette fonctionnalité pourrait être développée sans difficulté !
Encore une fois, on a oublié l’histoire. Au cours de la seconde guerre mondiale, des dizaines de milliers de personnes n’ont échappé aux nazis qu’en changeant d’identité grâce à de faux papiers. Leur sort aurait été scellé si certains gouvernants des années 1930 avaient adopté le cadre de pensée des dirigeants actuels. Posez-vous la question comment feriez-vous aujourd’hui s’il vous fallait disposer de faux papiers pour échapper à un régime totalitaire ?
Dans un rapport officiel publié en 1975, un haut fonctionnaire relatait cet épisode qui rappelle encore une fois la nécessité de l’humain : « Une équipe à laquelle je participais avait mis au point en 1938 un projet de carte d’identité obligatoire des Français à partir de l’âge de 16 ou de 18 ans qui, à l’époque, aurait constitué un incontestable progrès en raison des moyens limités dont disposait la police pour lutter contre la criminalité. Au moment de présenter le décret à la signature du ministre, le secrétaire général du ministère de l’intérieur y renonça finalement, nous déclarant que, décidément, « il ne sentait pas la chose ». Si ce haut fonctionnaire s’était comporté à la mode d’aujourd’hui, s’il avait appliqué sans « sentir la chose », qu’en aurait-il été deux ans plus tard de la Résistance, les Allemands n’ayant naturellement rien de plus pressé, dès leur entrée dans Paris, que de faire main basse sur le fichier central de la carte d’identité des Français ? »
Quelles pistes ? Déjà penser en humains, penser à l’humain, et ne surtout pas construire une société de cauchemar, mathématisée, telle que la décrit Zamiatine dans « Nous autres », qui affirme que « la liberté et le crime sont aussi intimement liés que le mouvement d’un avion et sa vitesse. [Donc] si la vitesse de l’avion est nulle, il reste immobile, et si la liberté de l’homme est nulle, il ne commet pas de crime. C’est clair. Le seul moyen de délivrer l’homme du crime, c’est de le délivrer de la liberté. »
Il faut donc restreindre la capacité de régimes autoritaires, qui pourraient s’installer, à mettre en œuvre des « rafles assistées par ordinateur », en mettant en place les systèmes qui garantiront que les éléments d’identification propres aux personnes soient inaccessibles aux autorités et surtout qui ne centraliseront pas ces données. Ainsi, un principe de base serait la conservation des données biométriques par les usagers eux-mêmes.
On peut nous rétorquer que c’est déjà le cas puisque les données biométriques sont stockées sur la puce insérée dans le document et « signées » au moyen d’une clé de chiffrement que seul l’État possède. Sauf que ces informations se trouvent également répliquées dans la base centralisée TES ; il est urgent de les en supprimer ! Et pourquoi ? Parce qu’il faut que nul ne puisse construire de tels fichiers par recoupements, donc, aucun service public ne devrait conserver des données biométriques d’authentification, telles que les photographies des personnes, au sein de ses systèmes d’information.
Les technologies numériques et leur omniprésence doivent nous inciter à reconsidérer l’équilibre entre libertés et sécurité. Comme l’histoire l’a montré à multiples reprises, toutes les barrières juridiques s’avèrent d’autant plus fragiles que le pouvoir qui interdit une action peut demain être remplacé par un autre qui l’autorisera. Il est indispensable de repenser en profondeur l’ensemble des processus administratifs conçus à une époque où les moyens numériques n’existaient pas alors qu’aujourd’hui les capacités de traitement toujours croissantes et la collecte massive de données permettent un contrôle accru des personnes.
De nouvelles architectures, former et informer, sortir de la mise en nombre du monde, bannir les bureaucraties qui réduisent l’humain à des procédures, des chiffres, des nombres, à un troupeau à gérer, surtout penser les garde-fous face à toutes les perspective de convulsions historiques telles que les sociétés modernes en ont déjà connues.
« Alors, pourquoi parles-tu de la dernière révolution ? Il n’y a pas de dernière révolution, le nombre des révolutions est infini. La dernière, c’est pour les enfants : l’infini les effraie et il faut qu’ils dorment tranquillement la nuit… » Les enfants, qui sait ? Mais les bureaucrates, c’est certain. L’infini de la la révolution les effraie. Ils veulent dormir tranquillement la nuit ! Alors surgissons et réveillons le monde en sursaut !
Aujourd’hui, nous sommes le 7 mai 2018, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir. Juste pour franchir les frontières, quelques mots de la Déclaration des poètes qui conclut le Frères Migrants de Patrick Chamoiseau : « Les poètes déclarent qu’aller-venir et dériver de par les rives du monde sont un Droit poétique, c’est-à-dire : une décence qui s’élève de tous les Droits connus visant à protéger le plus précieux de nos humanités ; qu’aller-venir et dériver sont un hommage offert à ceux vers qui l’on va, à ceux chez qui l’on passe, et que c’est une célébration de l’histoire humaine que d’honorer la terre entière de ses élans et de ses rêves. Chacun peut décider de vivre cette célébration. Chacun peut se voir un jour acculé à la vivre ou bien à la revivre. Et chacun, dans sa force d’agir, sa puissance d’exister, se doit d’en prendre le plus grand soin. »

Sources
Le monde diplomatique. Octobre 2006, Identités et rencontres. « Il n’est frontière qu’on n’outrepasse » Edouard Glissant
Identités biométrisées et contrôle social. François Pellegrini, André Vitalis https://hal.inria.fr/hal-01492431
Le monde d’hier. Stefan Zweig
Nous autres. Eugène Zamiatine

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.