Nowakowskismes 2.9 – Frankenstein, le pédagogue et le neuroscientifique

Aldous Huxley écrivait dans la préface de son roman Le meilleur des Mondes. « Le thème du Meilleur des mondes n’est pas le progrès de la science en tant que tel ; c’est le progrès de la science en tant qu’elle affecte les individus humains. Les triomphes de la physique, de la chimie et de l’art de l’ingénieur sont pris tacitement comme allant de soi. Les seuls progrès scientifiques qui y soient spécifiquement décrits sont ceux qui intéressent l’application aux êtres humains des recherches futures en biologie, en physiologie et en psychologie. C’est uniquement au moyen des sciences de la vie que la qualité de la vie pourra être modifiée radicalement. […] La révolution véritablement révolutionnaire se réalisera, non pas dans le monde extérieur, mais dans l’âme et la chair des êtres humains. […] Les gens qui gouvernent le meilleur des mondes peuvent bien ne pas être sains d’esprit mais ce ne sont pas des fous, et leur but n’est pas l’anarchie, mais la stabilité sociale. C’est afin d’assurer la stabilité qu’ils effectuent, par des moyens scientifiques, la révolution ultime, personnelle, véritablement révolutionnaire. »

Ce soir une fable ? Peut-être une exploration très certainement, mais surtout encore et comme toujours dans les Nowakowskismes se questionner sur l’humain, les défis qu’il a à relever et aussi des pièges qu’il pourra éviter. Ce soir, les Nowakowskismes sont la fable moderne, Frankenstein, le pédagogue et le neuroscientifique, parce que les débats du moment entre la pédagogie et la question de l’optimisation des processus d’apprentissage nous questionnent, et pour une part nous inquiètent par l’idée de réaction de l’humain à un ensemble de processus à contrôler. Ce n’est pas pour rien que nous avons commencé avec le Meilleur des mondes et que nous ferons quelques pas du côté de Frankenstein tout en interrogeant les pédagogues et les neuroscientifiques.  Alors prêts ? C’est parti … 

Vous connaissez tous l’histoire de Frankenstein du docteur Frankenstein. Le docteur Frankenstein « fait » un homme, il le « fabrique ». Cet acte est tellement effrayant et contre naturel qu’il en tombe en prostration et qu’il abandonne cette créature qui n’a pas de nom, à elle-même. La créature n’est pas pour autant fondamentalement mauvaise, elle peut être vue comme proche de « l’état de nature » tel que Rousseau peut le décrire. Le monstre comme nous allons l’appeler, monstre parce qu’il est semblable à nous mais si différent, le monstre est donc une créature qui va faire son éducation seule mais qui sombrera dans la violence quand l’abandon de son créateur se conjuguera à la bêtise des hommes.
Fabriquer un homme voilà une entreprise insensée, nous le savons bien. Et pourtant, c’est aussi une entreprise que certains d’entre nous entreprennent tous les jours, chaque fois que nous voulons « construire un sujet en additionnant des connaissances », ou « faire un élève en empilant des savoirs ». Et donc, comme Frankenstein, l’éducateur « qui ne sait pas ce qu’il fait », parvenant à donner vie à un être qui lui ressemble suffisamment pour qu’il soit réussi et qui, au nom même de cette ressemblance, et parce que la liberté lui a été donnée, échappe inéluctablement au contrôle de son « fabricateur ». Pour le meilleur, et surtout, pour le pire.
Le mythe de Frankenstein nous met en face de ce que l’on pourrait considérer comme le « noyau dur » de l’aventure éducative.
Le face-à-face avec un « autre » à qui je dois transmettre ce que je crois nécessaire à sa survie ou à son développement et qui résiste au pouvoir que je veux exercer sur lui, le face-à-face que « quelqu’un » qui est à mon égard dans un rapport premier de dépendance inévitable, quelqu’un « qui me doit tout » et dont je veux « faire quelque chose » mais dont la liberté se dérobe toujours à ma volonté. Car nous voulons tous, plus ou moins, « faire quelque chose de quelqu’un » après avoir « fait quelqu’un de quelque chose ». Mais comme le docteur Frankenstein, nous ne comprenons pas toujours très bien en quoi « quelque chose » et « quelqu’un », ce n’est pas tout à fait pareil et nous ignorons bien souvent que cette confusion nous condamne, en dépit de toute la bonne volonté que nous pouvons déployer, à l’échec, au conflit, à la souffrance et, parfois même, au malheur.
Et c’est là que les pédagogues interviennent pour éviter que le face-à-face tourne au cauchemar. Et alors se poser la question, peut-on être éducateur sans être Frankenstein ?
Vous allez vous demander mais pourquoi nous parle-t’il de cela ? Et bien tout simplement parce que certaines voix s’élèvent, relayées par les hautes instances du pouvoir pour dire que les apprentissages peuvent s’expliquer uniquement grâce à des mécanismes mesurables et optimisables, par une décomposition procédurale optimisable et modélisable, par une approche visant un contrôle optimal des apprentissages et surtout en oubliant l’enfant comme humain en devenir et en évacuant la dimension politique des choix en termes d’éducation.
L’éducation ne se résume pas à un processus à optimiser. L’éducation s’inscrit dans un milieu social, l’éducation est partie prenante d’un projet politique d’élaboration de la société, projet dans lequel les moyens donnés, le niveau et la qualité de la formation des enseignants sont aussi des facteurs décisifs pour expliquer la réussite ou l’échec des enfants.
Alors réduire l’éducation à un processus nous ramène à Frankenstein, et des Frankenstein, pour qui « la révolution véritablement révolutionnaire se réalisera, non pas dans le monde extérieur, mais dans l’âme et la chair des êtres humains », nous en trouvons quelques-uns du côté des neurosciences. Et les questions sont autour du pourquoi cette passion actuelle pour les neurosciences au risque de nous abîmer dans un scientisme illusoire. Et d’ailleurs… enseigner est-ce une science ?
Et maintenant de retour auprès de nos docteurs Frankenstein modernes, mais pas que ! Frankenstein ou meilleur des mondes ? Essayons de creuser le sujet.
Commençons par quelque chose du Meilleur des mondes en revenant à l’éducation.
Donc, pour certains, s’appuyer les sciences pour justifier une politique éducative est une bonne idée. Nous sommes bien sûr tous d’accord pour dire que le savoir, c’est toujours mieux que l’ignorance. L’ennui, c’est que certains sont persuadés que l’étude du cerveau par l’IRM fonctionnelle permet enfin son optimisation, qu’on enfin accède par là aux rouages de ce merveilleux mécanisme, et bien sûr que le savoir n’est que l’affaire du cerveau. On marche alors dans les pas de Descartes et sa dichotomie passion-raison, ou comme le dit Antonio Damasio, dans l’erreur de Descartes. Le cerveau disque dur, optimisable entre software et hardware est ainsi envisagé à la manière de Frankenstein. Ou comme dans le Meilleur des mondes, il deviendra alors possible de fabriquer ou d’optimiser un humain.
Comment cela ? En partant du principe qu’enseigner est une science. À l’opposé du pédagogue, pour le neuroscientifique, un bon enseignant est un enseignant qui a un bon modèle mental du cerveau des enfants. Pour cela, il est indispensable de réfléchir aux connaissances nécessaires pour qu’un enseignant puisse concevoir le programme éducatif dans un contexte qui va optimiser les modifications mentales et cérébrales, et surtout maximiser la vitesse et la quantité d’apprentissage qu’un enfant peut avoir. Ça ne vous rappelle rien ?
Et ce n’est pas tout !
Pour le neuroscientifique, l’apprentissage devient une affaire d’algorithme. Apprendre se résume donc à exploiter le logiciel d’apprentissage du cerveau, de l’optimiser et ainsi de fabriquer de bons humains, avec un cerveau formé et conforme. Je le cite, dans l’émission “Les Chemins de la philosophie” : « S’il fallait créer une nouvelle école, ce serait une école dans laquelle on prendrait plus au sérieux le point de départ des enfants, c’est-à-dire les compétences qu’ils ont dans le domaine des nombres ou du langage. On serait capable d’enrichir la stimulation qui est fournie à l’enfant. On sait que l’algorithme d’apprentissage qui est présent dans nos cerveaux dans les petites années, dans les jeunes années, est extraordinairement puissant. Malheureusement, on sait aussi, alors que les années passent, en particulier les années de la puberté, que cet algorithme va baisser en capacité, surtout pour les langues. Il y a matière, là, à réfléchir à ce que notre école pourrait être si elle était mieux adaptée au cerveau de l’enfant. »  Eduquer, c’est programmer ? Eduquer c’est s’adresser à un cerveau … ou à un humain en devenir ?
Et comprendre l’humain qu’est-ce alors ? Pour le neuroscientifique, comprendre l’humain c’est encore une fois entrer dans le cerveau, grâce aux nouvelles techniques d’imagerie (l’I.R.M. ou la magnétoencéphalographie par exemple), et ainsi « observer les fonctions cognitives du cerveau et ouvrir de nouvelles perspectives à la croisée de la biologie, de la génétique et des innovations technologiques » … ça ne vous rappelle pas l’introduction du Meilleur des mondes ?
Comprendre l’humain par ce qu’il appelle la « science de la conscience », c’est résumer la conscience à des phénomènes observables, à la nouvelle religion de la soi-disant approche objective du scientifique.  Je ne suis pas en train de rejeter la science, loin de moi cette idée, mais encore une fois, au nom de la science, et à chaque fois qu’elle a voulu résumer l’humain à des enzymes, des processus, … , des algorithmes ça n’a rien donné de bon. Etudier les phénomènes, comprendre l’homme oui, mais résumer l’humain à un cerveau, non.
Alors faut-il nécessairement chercher une réponse scientiste à la question « Comment je peux savoir de quoi vous êtes conscient ? » ?
Mais il se cache encore quelque chose derrière tout cela. Le neuroscientifique se disant maîtriser le fonctionnement du cerveau humain et rassemblant des connaissances et recherches sur le système nerveux, se voit les appliquer à l’éducation en vue d’optimiser les résultats des écoliers français dans les classements internationaux et, pourquoi pas, permettre d’enfin résorber les inégalités scolaires. Pour lui, les mauvais résultats de la France tiennent en grande partie de l’apprentissage de la langue. Les élèves non plus n’ont pas grande importance dans ces dispositifs, alors que ce sont des « êtres de désir », qu’il faut leur donner l’envie d’apprendre et ce sont les professeurs qui doivent faire émerger ce désir. La pédagogie et la psychologie travaillent sur ces sujets, et selon Philippe Meirieu, « Avec les neurosciences, on oublie que les élèves ne sont pas des clés USB sur lesquelles on charge des savoirs. Blanquer, [le ministre], va devoir prouver qu’il ne veut pas se livrer à un dressage des élèves. » Bienvenue dans le Meilleur des mondes !
Les tenants du Meilleur des mondes oublient que l’apprentissage de la lecture est nécessairement plus difficile pour un enfant issu des milieux populaires qui part à l’assaut de la lecture avec un boulet au pied quand un enfant de milieux culturels aisé est poussé dans le dos depuis sa première année.
Le problème prioritaire de l’apprentissage de la lecture consiste donc à s’attaquer à son échec massif dans des milieux sociaux concentrés dans les quartiers les plus populaires. La méthode utilisée par l’enseignant et ses qualités pédagogiques personnelles jouent un rôle. Et la réponse n’est certainement pas à l’intérieur du cerveau mais dans la classe, dans le rapport à l’autre, dans la richesse des émotions partagées, dans la culture. Selon Antonio Damasio, les émotions sont à l’origine de la culture que nous sommes capables de fabriquer… Les arts, les sciences et les technologies viennent d’une nécessité de réponse qui vient des émotions.
Et donc, comment utilisons-nous nos émotions pour être ou devenir ce que l’on est ?
« La question de savoir ce que signifie être humain face aux machines n’est plus si triviale. Nous ne devrions pas tant avoir peur des robots, que d’avoir peur de devenir nous-mêmes des robots. Il nous faut introduire des valeurs humaines dans la technologie plutôt que la technologie n’introduise ses valeurs dans notre humanité. Pour cela, il faut être capable de mesurer quand une technologie est déshumanisante ou quand les humains ne pensent pas ou ne se comportement pas en humains. »
Qu’êtes-vous ? Un cerveau uniquement, ou un ensemble complexe dont les apprentissages sont une part d’un processus complexe dans lequel «Les humains voulaient trouver le remède aux tourments de leur cœur ; réconcilier les contradictions générées par la souffrance, la peur, la colère et la poursuite du bien-être. Ils se sont donc mis en quête de source d’émerveillement et de sensations fortes. Ils ont découvert la musique, la danse, la peinture et la littérature. Ils ont poursuivi leurs efforts en élaborant les tumultueuses épopées que sont les croyances religieuses, les questionnements philosophiques, la gouvernance politique –et bien d’autres inventions encore. C’est ainsi que notre esprit créateur de culture s’est perpétuellement adapté à la dramaturgie humaine, de la naissance jusqu’à la mort.»
Le cerveau seul ne fait pas l’esprit humain. Éduquer n’est donc pas fabriquer !
Et pour le plaisir, terminons sur un petit poème paraphrasant Richard Brautigan, intitulé « Tous heureux dans un monde de machines et de grâce. »

Il me plait d’imaginer (et
Le plus tard sera le mieux !)
Une école cybernétique
Où enfants et ordinateurs
Vivent ensemble dans une harmonie
Mutuellement programmée
Comme des données pures
Décrivant un ciel serein.

Il me plaît d’imaginer
(Le plus tard possible)
Une éducation cybernétique
Calculée et organisée en paix
Pour fabriquer des humains
Comme s’ils étaient des fleurs
À boutons rotatifs

Il me plait d’imaginer
(Et ça peut arriver)
Une humanité cybernétique
Où, libérée de la pensée
Et programmée dès la naissance
Auprès de nos frères et soeurs
Également programmés
Nous sommes tous heureux
Dans un monde de machines et de grâce.

Voilà, les Nowakowskismes sont terminés pour ce soir, j’espère que vous allez bien, que vous reviendrez. « Ce sont nos rêves qui nous transforment de machine en être humain à part entière » écrit Philip K. Dick, dans Hommes, androïdes et machines, et il aura fallu qu’à chaque génération reviennent quelques hommes qui rêvent pour redonner vigueur à l’humain.

Bibliographie
L’Ordre étrange des choses, Antonio Damasio
Frankenstein pédagogue, Philippe Meirieu
Stanislas Dehaene, Le code de la conscience
Le meilleur des mondes, Aldous Huxley
Philip K. Dick, Si ce monde vous déplait … et autres essais.

 

 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.