Nowakowskismes n°2.3 – Drones de Nowakowskismes

Ce soir, avec ce drone de titre d’émission, nous serons drones et pas forcément drôles. Nous irons dans un drone de monde, le nôtre, pour après nous échapper dans un drone d’univers, pour une bouffée d’espoir et enfin nous irons du côté de l’univers d’un drone d’écrivain Roger Zelazny.
Un drone est un faux bourdon et c’est le mâle de l’abeille. Il est le produit d’un oeuf non fécondé. Ça veut dire qu’il a une mère, la reine de la ruche, et pas de père. Puisque le drone n’a pas de père et qu’un mère, son arbre généalogique est particulier.
La première génération compte un membre, le mâle. La génération précédente compte également un seul membre, la mère. La génération grand-parente compte deux membres (le père de la mère, et la mère de la mère). Celle qui précède compte trois membres. Celle encore avant a cinq membres, et lorsqu’on recense les effectifs, on obtient la séquence 1, 1, 2, 3, 5, 8 … qui n’est rien d’autre que la suite de Fibonacci. Je ferai une interro écrite la prochaine fois sur la suite de Fibonacci 🙂
Donc le drone ne possède pas de dard et ne récolte ni nectar, ni pollen. Son rôle consiste à s’accoupler avec une rein fertile lors du vol nuptial auquel il ne survit habituellement pas.
Bien sûr, quand je vous parle de drone, peu d’entre nous pensent à ce faux bourdon et sa généalogie en suite de Fibonacci. Évidemment, le drone c’est cet appareil plus ou moins autonome, du jouet à à joujou militaire létal, et vous vous doutez bien que ce n’est pas le jouet qui va m’intéresser !
En fait, un drone est un « Objet Violent Non Identifié ». Le drone est l’avatar le plus contemporain, le plus technologique de l’homme et la guerre. C’est aujourd’hui, l’emblème de ce que les Etats-Unis appellent, dans leurs propres documents stratégiques, la “guerre comme chasse à l’homme”. Elle a ses méthodes et son personnel : des contracteurs militaires recrutent des analystes “chasseurs d’homme” par petites annonces. Le drone est l’instrument de la politique officieuse de la Maison Blanche : tuer plutôt que capturer !

« Faites-nous confiance mais ne vérifiez rien ! » 

Petit rappel. Dès les premiers jours à la tête des USA, l’arme de choix du président Obama a été le drone. Le drone est alors utilisé par la CIA et l’armée pour traquer et éliminer les personnes que le gouvernement a donné l’ordre d’exécuter, par des procédures secrètes, sans mise en examen, ni procès. Le drone est un instrument, et pas une mesure politique. La politique en l’occurrence dans ce cas, c’est l’assassinat que les Etats-Unis exploitent à coups de drones en Afghanistan, au Pakistan, en Somalie ou au Yémen depuis leur base du Nevada et ce, sans discernement, sous couvert de frappes prétendument ciblées – frappes « chirurgicales » qu’ils disent à l’envi sur les chaînes de télé, et qui sont loin d’être chirurgicales ! Et surtout la même stratégie que celle de la surveillance de masse et cette foi aveugle dans le renseignement technique et la divination.  Et La France, « c’est notre projet ! » est en passe d’armer ses propres drones (achetés aux Etats-Unis).

Drone de monde 

Le 15 octobre 2015, le site d’information The intercept a publié des documents secrets qui laissent entrevoir les rouages des opérations de capture-élimination de l’armée américaine sur une période clé de l’évolution de la guerre des drones, à savoir de 2011 à 2013. Ces documents ont été diffusés parce que le citoyen a le droit de connaître le processus par lequel un individu est ajouté à la liste des cibles à éliminer, puis assassiné, sur les ordres des plus hauts échelons du gouvernement américain. Je cite : « Cette explosion monstrueuse du nombre de personnes surveillées, mises sur écoute, inscrites sur des listes compilées dans des bases de données, réduites à un numéro et à une « carte de baseball » (dans le jargon militaire, la « carte de baseball » est la méthode de visualisation de l’information par les militaires : elle est utilisée pour afficher les données, cartographier les relations entre les gens et identifier ce qu’on appelle des schémas de vie de certains individus), condamnées à mort sans avertissement dans un champ de bataille mondial a été dès le départ une erreur. C’est nous qui rendons cela possible. Et par nous, j’entends tous les citoyens américains qui sont au courant, mais font comme si de rien n’était ». Souvenez-vous « pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles ! ».
Depuis 2012, les « kill lists » de l’administration Obama ont été disséquées, des bataillons de juristes ont contesté la légalité du dispositifs, de ces drones « chasseurs-tueurs » qui modifient radicalement les règles de la guerre ! Frapper les terroristes avant qu’ils ne frappent et bien sûr tous les dommages collatéraux qui vont avec : selon les chiffres du Bureau of Investigative Journalism, sous les deux mandats d’Obama, entre 384 et 807 civils aurait été tués par des frappes en Afghanistan, au Pakistan, en Somalie ou au Yémen.
Le documentaire Dirty Wars paru en 2014 montre cette mort vue du ciel, qui traumatise les populations locales. Je cite : « Au Yémen, les parents s’en servent pour effrayer les enfants, c’est l’équivalent du croque-mitaine : « Si tu n’es pas sage, un drone américain viendra te tuer ! » » N’importe qui peut être touché, qu’il s’agisse d’un fermier ou d’un couple qui se marie.
Pour ceux et celles qui auraient oublié, en septembre dernier, Florence Parly, la ministre des Armées, a annoncé l’armement des drones Reaper (ça veut juste dire « la faucheuse ») achetés… aux Etats-Unis.
La guerre elle-même change. Avec les drones, les pilotes n’encourent plus aucun risque, ils pilotent un drone comme avoir nouveau jeu vidéo, sauf que le drone est à 12000 km de son manipulateur, et que l’assassinat bien réel est réduit à toucher une cible ! Quand les opérateurs de drones éliminent une cible, ils appellent ça un « touchdown » ; les informations relatives à cette cible sont rassemblées sur une « carte de baseball » et quand ils ont touché la bonne cible, c’est un « jackpot ». Ce vocabulaire montre bien que pour les Etats-Unis, il ne s’agit que d’un jeu grandeur nature où la vie humaine n’a aucune valeur.
Dans le programme semi-clandestin américain, chaque individu tué par une frappe de drone est un combattant ennemi, jusqu’à preuve du contraire. C’est un renversement incroyable de la charge de la preuve et des règles d’engagement militaire ! A-t-on une seule preuve qu’une cible exécutée constituait une menace imminente pour la sécurité des citoyens américains.
Et plus encore « Nous ne traquons pas des individus, nous suivons des cartes SIM. », en 2014, Michael Hayden, l’ancien patron de la NSA et de la CIA, a déclaré que les Etats-Unis « tuaient des gens sur la foi de métadonnées ».
Il existe deux types de frappes. La première, celle qu’on appelle « personality strike », vise un individu en particulier : vous voulez éliminer un chef taliban dans les zones tribales du Pakistan, vous le ciblez en sachant qu’il y aura peut-être des dommages collatéraux. La deuxième, nommée « signature strike » est plus problématique : vous tuez quelqu’un sur la base d’informations incomplètes recoupées entre elles. Comme ce ne sont pas les individus qui sont traqués, mais des cartes SIM, les indicateurs de fréquence ou de mouvement suffisent à déclencher une frappe. Un drone pourra alors tuer des individus qui se réunissaient pour planifier une attaque, mais il peut tout aussi bien tuer un enfant, membre de leur famille, sur un marché, parce qu’il a eu le malheur d’être en possession du téléphone identifié par le renseignement. En clair, drones et surveillance de masse marchent main dans la main. Dans les deux cas, une fois dans le radar, on ne peut plus en sortir et on vous retire de force vos libertés fondamentales.
Pour conclure ! Trump a tué davantage de civils en 10 mois qu’Obama en 8 ans. Obama ne voulait pas être un tueur de masse, Trump s’en fiche. Avec Trump, nous sommes revenus au point Hiroshima de l’Histoire à savoir intimider par l’irresponsabilité, quel qu’en soit le coût.
Et une petite dernière pour la route. C’est la base de Ramstein en Allemagne (pas très loin de Nancy) qui sert de relais européen pour les raids de drones américains.  La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont complices des agissements américains en étant de gros pourvoyeurs en renseignements, notamment en Afrique et en Afghanistan. Et toutes ces informations fournies aux Etats-Unis servent à assassiner des individus en dehors de toute juridiction.
Voilà, « Parce que c’est notre projet ! » c’est d’être un important fabricant d’armes, c’est d’être inspirateur de la CIA en matière de surveillance et c’est bien sûr l’avalanche de lois sécuritaires qui au nom de la sauvegarde de la démocratie donne un terrible virage conservateur, assumé encore plus publiquement qu’aux Etats-Unis. Drone de monde !

Référence. La Machine à tuer, La Guerre des drones, Jeremy Scahill et l’équipe de The Intercept (Lux éditeur, 180 pages, 18 €)

Drone d’univers

Dans l’univers de Iain M. Banks, la Culture, dont nous avons déjà parler dans les Nowakowskismes, les IA et les drones sont membres de cette société à part entière. Selon une hiérarchie.
Tout au bas de la hiérarchie des IA, il y a les drones. Les drones tiennent une place importante dans les récits de Iain M. Banks parce qu’ils entretiennent des relations directes avec les humains. Ils servent de gardes du corps, de secrétaires, de documentalistes, de valets de chambre, de chauffeurs, de cuisiniers, de confidents, de vieux amis de la famille. Si vous avez besoin d’une autre compétence, il suffit de demander, le drone la possède probablement ou la chargera en mémoire. Ils ne sont pas nécessairement plus gros qu’une boite d’allumettes (ça dépend des modèles) mais ils peuvent agir très fort, très vite et en pouvant faire très mal. Ne jamais essayer de jouer au plus fin avec un drone, cela peut être lourd de conséquences, même si le drone ne fait qu’obéir scrupuleusement aux instructions et respecter intégralement vos droits (les trois lois de la robotique n’existent pas dans la Culture).
On peut se demander pourquoi les drones acceptent apparemment sans réserve ni rancoeur un rôle qu’on pourrait qualifier de subalterne, à savoir celui de domestique à tout faire. C’est que, du point de vue des drones, les choses ne présentent pas exactement comme cela. Comme la plupart des intelligences, les drones éprouvent le besoin de donner du sens à leur vie. Ils sont donc satisfaits de guider et de protéger ces petits êtres fragiles, faibles, curieux, imprévisibles, esthétiquement improbables, intellectuellement limités mais si stimulants parce que tellement imprévisibles, les humains et autres créatures biologiques.
Bien qu’ils s’en défendent, les drones sont aussi très sentimentaux. Ils finissent par s’attacher à leur humain au point que son inéluctable disparition, trop souvent prématurée du fait des défauts de conception de classe d’organismes, les émeut profondément. Un drone est pratiquement immortel, presque toujours réparable, et toujours améliorable. Le service d’un humain peut faire partie de l’éducation convenable d’une jeune IA qui sera ultérieurement augmentée et éventuellement vouée à des tâches plus complexes. En fait même métaphoriquement la tête sur le billot, les drones considèrent leurs humains comme ceux-ci font de leurs animaux familiers. Pour regardez vos chats si vous en avez ! Qui est au service de qui ?  Enfin, un drone ne restera pas une nanoseconde au service d’un humain s’il ne s’entend pas avec lui. Comme toute intelligence, il a son autonomie.
Mais alors finalement, pour proposer une alternative aux discours de prophètes de l’apocalypse et de la fin de l’homme par l’IA, et avec ce que nous montre Iain M. Banks, l’homme pourrait être sauvé de lui-même par les IA, intelligences étrangères seules à même de prendre soin de nous. Pied de nez à tous les prophètes des ondes, ou des marchands de transhumanisme, où ce sont les IA et autres drones intelligents, produits de notre intelligence, ce qui prendront soin de l’humain, ce petit être fragile et imprévisible.

Un drone d’auteur, Roger Zelazny

Roger Zelazny est un des plus grands auteurs de SF américains. Né en 1937, il commence à écrire dans les années cinquante. Il a donc été un écrivain de la génération de Philip K. Dick, avec qui il écrivit Deus Irae, Alfred Bester (ils réalisèrent ensemble Le Troqueur d’âmes) ou Robert Sheckley (Le Démon de la farce, À Faust, Faust et demie). L’œuvre de Zelazny est marqué par une réécriture des mythologies de toutes les civilisations et l’affrontement entre des forces supérieures et manichéennes. Roger Zelazny est décédé en 1995.
Ce soir, je vais vous parler de deux romans de Zelazny, “Seigneurs de lumière” et “Toi, l’immortel”.
“Seigneurs de la lumière” publié en 1967 et Prix Hugo 1968, est très certainement le grand roman de Roger Zelazny. Il place l’action loin dans le futur, ou pourquoi pas loin dans le passé, sur une planète où des immortels qui détiennent la technologie, et donc le pouvoir, se font passer pour des dieux. Mais Sam, un des premiers hommes à être arrivé sur la planète, il y a des siècles, lui-même impliqué dans de nombreuses légendes populaires et doté de grands pouvoirs, va s’opposer à l’hégémonie des Maîtres et compte bien mettre fin à leur règne… Ainsi, Seigneurs de lumière peut être vu comme une réécriture de la quête de Siddharta – Bouddha – et décrit sa lutte contre une partie du panthéon hindou.
Mais Seigneurs de lumière va bien plus loin et comportent de multiples niveaux de lecture au delà de l’histoire. Seigneurs de lumière dans sa narration remet en cause le temps et son écoulement, la causalité des événements. Il bouscule la logique traditionnelle de l’identité, et met en scène la colonisation et le transfert d’identité. Qui sont-ils ? Quand sont-ils ? Dieux, démons, usurpateurs, humains jouant à être des dieux, nous en sommes même à nous questionner sur notre identité de lecteur. Et pour aller aller encore plus loin, dans un contexte façonné par l’Inde ancienne, Seigneurs de lumière est aussi une allégorie de la subjugation et de la liberté, de l’exploitation et du libre arbitre. Faut-il y voir un récit qui ne fait que reprendre la trame des Dieux et des Hommes ? Ou d’une vision qui inscrit le religieux au centre des débats concernant la technique, l’évolution et un éternel retour des conflits habités par la volonté et la ruse ? Je vous invite vraiment à vous y plonger.
Toujours dans les drones d’univers, vient « Toi l’immortel ». Dans un monde post-apocalyptique, Conrad Nomikos, haut commissaire aux Arts, Monuments et Archives de la planète Terre, doit diriger une mission d’exploration historique pour le compte d’un riche Végan nommé Cort Myshtigo. Au cours de son périple, Conrad Nomikos aura deux missions distinctes : percer à jour les intentions réelles de l’extraterrestre et empêcher son assassinat. Roger Zelazny mêle ici le genre post-apocalyptique à un travail sur la mythologie grecque antique.
Le héros de l’histoire, Conrad Nomikos, et on le découvre très vite, est l’incarnation même du dieu Pan, divinité tutélaire des bergers, abandonné par sa mère sur une colline. Et c’est sur une Terre comme aux origines de la mythologie où se côtoient monstres et humains, dieux et mortels, que ce dieu de la mythologie grecque vient proposer à l’humanité la reconquête et la réappropriation de son propre patrimoine culturel. Ce récit d’une mythologie qui se reconstruit en une forme d’auto-référence, une fugue sur le thème des mythes fondateurs qui nous construisent et viennent alimenter les luttes du présent, propose ainsi une réflexion sur l’action politique, la résistance et la violence armée, posant la question de la immaturité de la race humaine, capable de détruire sa propre planète. Pas mal en ce moment non ? De s’inspirer de tout cela ? Qu’en pensez-vous ?


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *