Quelques lignes sur “Ex Libris, New York Public Library”

 

Vous avez certainement vu Le jour d’après ? Et bien la New York Public Library c’est là que tout se passe … bon arrêtons-là les références foireuses. Vous n’avez pas vu Ex libris, New York Public Library, et bien ne manquez pas ce film, ce documentaire, ce condensé de vie et d’humanité exploré par Fredrick Wisemann (87 ans le monsieur, qui a également fait un autre monument intitulé At Berkeley).

Tout de suite, on est dans cette institution, ces vieux murs, mais aussi tous ses 92 sites dans tous les quartiers de New-York – lieux d’apprentissage, d’accueil, d’échange. La New-York Public Library est la 3ème plus grande bibliothèque du monde, elle rayonne sur trois arrondissements de la ville, et a pour ligne directrice la cohésion sociale, l’accueil de tous et toutes, dans cette cité monde qu’est New-York.

Tout de suite, nous y sommes, on entre dans les réunions du comité directeur, remarquable dans son professionnalisme, dans sa vision de ce que doit être une politique d’éducation de qualité par tous, avec tous et pour tous.

La New-York Public Library, c’est des livres par millions, des photos classées pour inspirer la créativité accessibles « sans gants », des manuscrits, des rencontres avec des écrivains, des musiciens (Elvis Costello, Patty Smith, ..),  des récitals de musique classique ou contemporaine, des prestations qui nous laissent, là dans le noir de la salle de projection, émerveillés par la qualité, la force et l’attention accordée à tous et toutes. La New-York Public Library, c’est aussi des cours de braille ou de danse pour seniors, et un système de prêts gratuit de routeurs 4G en faveur des « des laissés-pour-compte du numérique et d’Internet » pour sortir du « Digital dark ». Le thème « des laissés-pour-compte du numérique et d’Internet » est un thème récurrent des réunions de l’équipe dirigeante, et au delà, quelle stratégie, pour que la bibliothèque soit le lieu de la pensée, de l’éducation, de l’accueil de tous, et surtout pas un lieu d’exclusion – prenons-en pour démonstration la discussion autour de l’accueil des sans-abris, où après référence au règlement, le directeur rappelle qu’il y a le règlement, mais qu’il est new-yorkais et qu’il ne peut accepter qu’on relègue la misère là où on ne la voit pas ! Administrateur et surtout humanisme dans toute son action !

Ex Libris, nous amène de réunions, en formations, de concerts en conférences, de réunions en discussions entre professionnels de site en site de la Bibliothèque centrale (sur la Cinquième Avenue), mais aussi celles d’autres quartiers (Manhattan, le Bronx, Staten Island). Et on retiendra ce discours de pure pensée humaniste du directeur du Schomburg (https://www.neh.gov/divisions/research/fellowship/schomburg-center-research-in-black-culture-new-york-public-library).

La New York Public Library incite à la lecture, à l’approfondissement des connaissances et est fortement impliquée auprès de ses lecteurs. Comment cet incomparable lieu de vie demeure-t-il l’emblème d’une culture ouverte, accessible et qui s’adresse à tous ? Par une vision, une action, la mobilisation de tous, un engagement, une intelligence du contexte politique et économique, une stratégie pensée et réfléchie. Une institution publique qui défend l’investissement public pour soutenir et permettre les apports de fonds privés ! Loin très loin de la vision étriquée qui défend l’idée que les fonds publics sont de l’argent gâché.

Loin d’être une utopie, c’est un monde bien réel d’accès au savoir qui se veut ouvert à tous (y compris aux sans-abris, qui viennent s’y réchauffer).

Ex Libris fait un bien fou, on ne voit pas passer les 3 heures 17, on est épaté par cette oasis au coeur de l’Amérique de Trump. Un intervenant cite d’ailleurs Toni Morrison qui dit : « Les bibliothèques sont des piliers de notre démocratie. »

On en a là, la démonstration. Ex Libris rappelle que l’Amérique possède encore les valeurs de la solidarité, de l’éducation et du partage malgré tout ce qu’un Trump saccage de sa bêtise. Mais au delà, Ex Libris New York Public Library est la démonstration de ce qu’il est possible de faire avec de l’intelligence, un projet politique humaniste et ce, quel que soit le pays !

Bibliothèques de tous les pays unissez-vous !


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.