Nowakowskismes 8.20. Le soir du 9 juin 2024

Une belle journée au soleil, du jardinage, des séances de ciné, des bons films et vint le soir…. 20h !
Près de 37 % de voix pour les fascistes du Rassemblement national et de Reconquête !
Et en prime une dissolution de l’Assemblée nationale par ce président incapable qui joue la France au poker. 
Dimanche 9 juin 2024, jour d’obscurité nauséabonde au soit-disant pays des lumières où le RN sort grand vainqueur des élections européennes avec 31,5 % des voix, laissant loin derrière le parti de la majorité présidentielle Renaissance avec 14,6 % des voix, le Parti socialiste-Place publique à 13,8 %, La France insoumise à 9,9 %, les Républicains à 7,2 %, Reconquête à 5,5 % et les Écologistes 5,5 %.
Voilà le résultat d’années de politique ultra-libérale et de matraquage orchestré par des médias aux mains des milliardaires et du pouvoir en place ! 
Une oligarchie recroquevillée sur son égoïsme et ses privilèges place l’extrême droite au seuil du pouvoir, l’extrême droite avec tout qu’elle a de plus fasciste, un fascisme accommodé à la sauce du XXIᵉ siècle, des réseaux sociaux et de l’intelligence artificielle, le fascisme plutôt que le partage des richesses. 
Et voici, les descendants de Pétain et des collaborateurs de Hitler, tous les marcheurs au pas de l’oie, les successeurs des colons et de l’Algérie française, les promoteurs de la xénophobie institutionnalisée, les bâtisseurs de murs viennent pavoiser sur toutes les antennes et se revendiquer dignes d’assurer le pouvoir.
Est-il besoin d’évoquer ce que signifiera en France l’arrivée de ces fascistes du rassemblement national à la tête de l’État ? Du macronisme taille XXL ! 
Encore plus de chasse aux étrangers, de répression des écologistes et des mouvements sociaux, une liberté totale à une police raciste et brutale, le déni climatique, l’atteinte aux droits LGBT et des femmes, les régressions de tous ordres, l’ignorance cultivée en détruisant l’école et les services publics et la confortation d’un ordre social aux mains et au service des milliardaires.
Que reste-t-il vu que les listes pour les élections législatives qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet prochains doivent être déposées avant dimanche 16 juin 18h ? quelques jours ! 
Il reste de l’espoir, beaucoup d’espoir parce que la gauche a su se réunir dans un front populaire, le seul moyen d’être à la hauteur de ce défi et recréer une dynamique conquérante et joyeuse, pour au minimum constituer un bloc puissant à l’Assemblée nationale et rouvrir les portes d’un avenir désirable. ! 
S’unir, se regrouper, s’allier, faire front, faire face, se rassembler, arrêter de barguigner, de tergiverser, de palabrer, de s’invectiver, de se quereller : cette injonction que des millions de personnes disent depuis des semestres à des partis divisés et fragmentés, face au danger, Les Écologistes, la France insoumise, le Parti socialiste, le Parti communiste se sont entendus, se sont réunis et agissent.
Ils partiront à la bataille ensemble pour préserver la liberté, et projeter enfin la vision forte d’une société juste et populaire, d’un avenir qui ne serait pas voué au désastre écologique, mais qui s’éclaire au contraire de nouveaux modes de vie digne inspirés par le respect, la sobriété et la coopération. 
Une gauche unie sur des mots d’ordre clairs : combattre le fascisme, taxer les riches, poser la justice comme condition de la paix sociale, et replacer entre autres la santé, l’éducation, les transports au cœur de la politique.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire !
Bienvenue sur la 3e planète du système solaire qui, le 3 mai 2024, dans l’indifférence générale, la France a connu son « jour du dépassement » ce qui veut dire qu’entre le premier janvier dernier et cette date, les Français ont consommé autant de ressources par habitant que la Terre n’est capable d’en générer en une année.
Bienvenue dans ce petit pays dans laquelle la peste brune prospère sur le lit de l’ignorance et de la bêtise d’une part de plus en plus grande de la population. 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand dans lequel la défaite signe l’échec du premier ministre à revitaliser un macronisme en crise profonde. 
Bienvenue dans ce petit pays fasciste qui, face à la crise politique, voit le président jouer le pays au poker en cédant à l’appel à dissoudre l’Assemblée nationale lancé par cette baudruche de Bardella pour provoquer un électrochoc et instrumentaliser la peur de l’extrême-droite et la division de la gauche. 
Bienvenue dans ce petit pays traversé par une brutalisation spectaculaire des mentalités, dans ce petit pays qui a organisé l’abolition du droit par le droit du plus fort, dans ce petit pays qui a favorisé l’ensauvagement policier et l’apparition de moins en moins sporadique de milices « civiles » abruties, dans ce petit pays empuanti de dé-civilisation identitaire ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se dit pays des droits de l’homme dans lequel le président avait déjà commencé à mettre en œuvre le programme du RN en accentuant les dimensions racistes et autoritaires du régime de la Ve République, en renforçant le colonialisme latent de l’Etat tout en détruisant à petit feu son modèle social, héritage historique de la gauche et du mouvement ouvrier. 
Bienvenue dans ce petit pays dans lequel la grande bourgeoisie orchestre à son bénéfice une partie de ce jeu politique, comme le montre une longue enquête du Monde au sujet des projets de Vincent Bolloré qui rachète un grand nombre de médias avec pour projet explicite de promouvoir un fascisme bourgeois !
Bienvenue dans ce petit pays, le troisième pays d’Europe où l’extrême-droite est la plus forte, juste derrière la Hongrie et la Pologne, devant l’Italie.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, cette zone de haute densité de lutte à la manière des soulèvements de la Terre.
Bienvenue dans les avant-derniers Nowakowskismes de la saison 8.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Ce soir, pour certainement l’un des derniers épisodes de l’année, dans l’envie de vomir née de cette semaine, dans la tristesse produite par ces temps et ce régime qui brutalise et réprime les formes contemporaines de la gauche, les Nowakowskismes, comme toujours, veulent informer, ou rappeler ce qui doit réunir pour construire une société digne, ouverte à toutes les diversités, tous les horizons. 
Les Nowakowskismes ne donnent pas d’ordre et n’en reçoivent pas mais ils s’apposent et signalent tout ce qui est contraire à la dignité, à la décence, contraire à tout ce qui est contraire aux beautés relationnelles du vivant. 
Aujourd’hui, « On ne peut pas laisser passer cela ! » comme le disait Edouard Glissant. Les Nowakowskismes ne disposent d’aucun pouvoir, ne sont reliés à aucune puissance. Ils n’ont que la ferveur de nos indignations. Mais, c’est pourtant sur cette fragilité, pour le moins tremblante, qu’ils fondent leur droit et leur devoir d’intervention. 
Enfin, les Nowakowskismes ne sauraient agir directement sur la barbarie des frontières, sur la peste brune qui surgit partout en Europe et sur les crimes qui sont commis partout dans le monde. Ils ne servent qu’à esquisser en nous la voie d’un autre imaginaire du monde, ce n’est pas grand-chose mais c’est une lueur précieuse destinée aux hygiènes de l’esprit.

« Le temps viendra où le désir de dominer, de dicter sa loi, de bâtir son empire, la fierté d’être le plus fort, l’orgueil de détenir la vérité, seront considérés comme un des signes les plus sûrs de la barbarie », ces quelques mots sont extraits de l’adresse à Macron écrite par Patrick Chamoiseau. Parce que le cauchemar peut malheureusement devenir réalité. L’extrême droite n’ayant jamais été aussi forte à la veille d’une élection présidentielle, quelles seraient les conséquences de l’arrivée au pouvoir de ce parti fasciste ? 
Déjà, c’est l’instauration d’un État policier, où la police déterminera ce qu’elle peut faire avec la « présomption de légitime défense des policiers ». La loi prévoit déjà de nombreux cas de légitime défense lorsque les policiers font usage de leur arme mais pour le Front National ce n’est pas suffisant, il faut une présomption indiscutable. Les policiers pourront alors s’affranchir des conditions qui encadrent l’usage de leur arme ou de la force en général. De plus, si l’extrême droite passe, la famille de la victime de ces violences ne pourra pas porter plainte contre les policiers. 
À cela s’ajoutera une autre mesure effrayante, renforçant encore le pouvoir discrétionnaire des forces de l’ordre par la possibilité qui leur serait donnée de porter plainte pour des attaques dont ils seraient victimes, tout en préservant leur anonymat dans les procédures, ne laissant aucune possibilité pour la personne mise en cause de vérifier la véracité des faits qui lui sont reprochés.
L’extrême droite c’est une vision « fantasmée et dangereuse », fondée sur l’idée qu’il serait possible d’éliminer les migrations. Ses programmes visent une « limitation à l’extrême » de l’immigration en signant la fin de l’automaticité du regroupement familial et de l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage, la réduction du nombre de naturalisations, l’impossibilité de régulariser les personnes en situation irrégulière… tout pour rendre l’accès au séjour le plus restrictif possible, dans une logique de « machine à expulser ». Une des conséquences sera que le droit d’asile sera vidé de sa substance et le droit du sol remis en question, le tout ayant pour entre autres conséquences la libération des paroles racistes et xénophobes et les actes de discrimination envers les personnes étrangères.
Et ce n’est pas tout. L’extrême droite veut réduire les droits fondamentaux des étrangers qui permettent aux plus vulnérables d’avoir une vie à égale dignité des autres, veut leur interdire l’accès aux prestations sociales, aux soins, à l’emploi, à un logement digne et durable, à l’éducation pour les enfants. Ces fascistes fera le tri entre les « bons » et les « mauvais » pauvres, puisque ne seront aidés que ceux qui possèdent une carte d’identité française. Dans cette dynamique nauséabonde de tri des humains dans la société, comme dans la Hongrie de Viktor Orbán, il s’agira de s’attaquer aux droits des personnes LGBTQI+. Déjà dans les conseils municipaux ou régionaux, les élus RN s’opposent systématiquement aux demandes de financements sur des thématiques LGBTQI+. 
Depuis 150 ans, l’éducation et l’école publique sont les obsessions de l’extrême droite. Elle a toujours fait de l’école et de l’éducation un des terrains d’intervention, pour faire avancer ses idées contre l’égalité et contre l’émancipation. L’extrême droite veut évidemment mettre au pas l’éducation, en faire l’un des outils de diffusion massive de leur idéologie. Voyez ce qu’il se passe en Russie. Cela se voit déjà dans la vision fasciste de l’enseignement de l’histoire qui n’est pas là pour la  transmission d’une histoire vérifiée, scientifique, mais pour la construction d’un roman factice national. En clair, la victoire de l’extrême droite sera l’arrêt de mort de la liberté pédagogique, les fascistes voulant depuis toujours remplacer la pédagogie par du dressage (relisez quelques-unes des dystopies d’Orwell, Atwood ou Huxley). 
L’extrême droite a la nostalgie d’une école de la ségrégation sociale basée sur un enseignement autoritaire, vertical, uniforme contrôlé par des régiments d’inspecteurs aux ordres.
La victoire de l’extrême droite signifiera un recul très net en termes d’avancées des droits des femmes et de lutte contre les violences sexuelles. Bien sûr, il n’y aura pas de mesure concrète pour lutter contre les violences sexuelles. Dans la logique fasciste, les droits des femmes ne sont abordés qu’à travers le prisme de la famille, bien sûr avec des mesures en faveur de la natalité, l’opposition à la PMA et la GPA, qui remet en cause leur modèle étriqué de la famille, et surtout de la sécurité. Bien sûr, rien sur les inégalités femmes-hommes, ni sur les discriminations salariales, et aucun texte sur ce sujet n’a été voté par les députés d’extrême droite à l’assemblée nationale et au parlement européen.  
Dans le domaine de la santé publique, les programmes brutaux que l’extrême droite fasciste promeut, réduisent les possibilités pour les exilés, réfugiés de déposer une demande l’asile ce qui leur retirera de facto la protection maladie universelle avec toutes les conséquences terribles sur la santé et plus globalement la santé publique alors qu’on sait que plus on retarde les soins des malades, plus ils y ont recours en urgence, et plus cela coûte cher et plus on fragilise la santé de la population dans son ensemble.
Enfin, l’extrême droite porte une haine tenace et structurelle envers les syndicats. D’ailleurs, et l’histoire de ces deux derniers siècles le montrent, l’extrême droite a toujours été du côté des exploiteurs des travailleurs. Son projet est donc de chercher à cantonner les syndicats à l’entreprise, pour qu’ils ne s’impliquent surtout pas dans la vie de la cité et entend par là les moraliser, ce qui fait bien sûr craindre le pire. 
« Là où il n’y a pas d’espoir, nous devons l’inventer » disait Camus. 
L’enjeu démocratique n’a jamais été aussi urgent. 
Les difficultés ne doivent pas servir à attiser les vents mauvais des haines, de l’ignorance, le fascisme parce que l’extrême droite est fasciste, il ne faut pas l’oublier, le fascisme n’est que déclinisme, le retour vers un passé fantasmé et mythifié, la peur et le rejet de l’autre, des autres, le fascisme n’est que bêtise, violence et mensonges ! 
Comprendre cela c’est s’opposer à la lente putréfaction identitaire du monde social ! C’est au cœur de la pensée de l’extrême droite que l’antisémitisme est structurellement présent, quel qu’en soit son camouflage, il est le support de toute l’orientation de la préférence nationale, il est au cœur de l’idéologie identitaire.
Voilà les dommages, et la liste n’est pas exhaustive, pour certains irréversibles, qu’une présidence Le Pen causera au corps social et à nos libertés. 
Je vous invite pour savoir plus à vous plonger dans les articles de Mediapart ou les interventions de Julia Cagé que vous retrouverez sur mon blog.
N’oublions juste pas que ce monde dans lequel se sont concrétisées bien des dystopies n’est pas le seul possible. 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec ce poème de Louise Glück que nous nous quittons :  
« Il est vrai qu’il n’y a pas assez de beauté dans le monde.
Il est vrai aussi qu’il n’est pas de ma compétence de lui en redonner.
Il n’y a pas non plus de sincérité et ici je peux être d’une certaine utilité.
Je suis au travail, bien que silencieuse.
La fade misère du monde
nous serre de chaque côté, comme une allée
bordée d’arbres ; nous sommes
ensemble ici, sans parler,
chacun dans ses pensées ;
derrière les arbres, le fer forgé
des portails de maisons privées,
pièces aux volets fermés,
l’air désert, abandonné,
comme si l’artiste avait
le devoir de créer
de l’espoir, mais avec quoi ? avec quoi ?
le mot lui-même,
faux, un artifice pour réfuter
la perception – À l’intersection,
les lumières ornementales de la saison.
J’étais jeune alors. Voyageant
en métro avec mon petit livre
comme pour me défendre
contre ce même monde :
tu n’es pas seule,
disait le poème,
dans le sombre tunnel ». 
À méditer . 

Vous pouvez réécouter et revivre ce moment en écoutant le podcast sur le site de Radio Campus Lorraine, ou sur la page FaceBook des Nowakowskismes, ou encore sur mon blog Http://nowakowski.hypotheses.org sur lequel vous retrouverez également toutes les sources, inspirations et références.
Les Nowakowskismes ne seraient pas ce qu’ils sont sans toutes mes lectures, mais aussi sans tous ces médias indépendants et critiques comme Reporterre, NovEthic, Lundimatin, Mediapart, Révolution permanente, Usbek & Rica, Bon pote, L’autre Quotidien, Le monde diplomatique,… j’en oublie bien sûr mais vous les retrouverez dans les inspirations de tous les Nowakowskismes explicitement cités dans les pages de mon blog. 

Sources, références et inspirations
https://www.frustrationmagazine.fr/dissolution-piege/
https://lundi.am/Devenir-furtif-ves-agir-a-couvert-par-dela-l-hexagone
https://mrmondialisation.org/jour-depassement/
https://lejournal.cnrs.fr/articles/sanctuary-une-sauvegarde-pour-lhumanite
https://www.mediapart.fr/journal/france/090422/le-peril-le-pen-inventaire-de-ce-qu-elle-infligerait-la-societe
Frères migrants, Patrick Chamoiseau 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.20-12062024-15.38/

Musiques 
Wovenhand, Tempel Timber – https://youtu.be/iBG6Gfu6sPE?si=tZYCPmfaHIY2naqb
The Beatles, Come together – https://youtu.be/oolpPmuK2I8?si=3cTfDsFjRVW-pWMD 
Dave Matthews Band, Cortes the Killer – https://youtu.be/6QjIHnb5Ivs?si=txJdqcg_h0W5sqTm 

 


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
Samuel Nowakowski (June 14, 2024). Nowakowskismes 8.20. Le soir du 9 juin 2024. Humanités numériques . Retrieved July 21, 2024 from https://doi.org/10.58079/11tki


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search