Nowakowskismes 8.18. Le fumier des siècles

Bouteilles d’oxygènes rouillées, restes de tentes et excréments, vieilles tentes abandonnées, gants troués, casque d’escalade et du plastique, beaucoup de plastique. Nous ne sommes pas dans une décharge à ciel ouvert mais sur les pentes de l’Everest, la plus haute montagne du monde, là où les riches touristes qui cherchent à gravir ces 8849 mètres de neige et de glace et laissent derrière eux des tonnes de déchets afin de faciliter leur descente, très difficile, chargés uniquement des photos qu’ils partageront sur leurs réseaux.
Ces riches occidentaux et asiatiques, ils étaient 478 l’année dernière, se paient le toit du monde pour une prix allant de 60000 à 120000 euros. Tout cela pour faire un selfie, puis redescendre, en abandonnant au passage matériel, déjections et cadavres de leurs compagnons qui n’ont pas résisté à cette épreuve physique extrême.
Ces riches clients, ces gens importants, bien sûr attendent toujours plus de confort, même dans ces régions isolées du globe accessibles seulement à pied ou en hélicoptère. Pour cela, il leur faut une grosse logistique, des kilomètres de cordes, des piolets, des crampons, des duvets, des tentes et de quoi cuisiner pour des centaines d’individus. Et ce n’est pas tout, pour ces gens-là, les installations du camp de base, situé à 5364 mètres d’altitude, doivent ressembler à de luxueux lodges. Pour ces alpinistes d’opérette, il ne faut surtout pas envisager de loger pendant des semaines dans les tentes rustiques des alpinistes d’antan. Ils leur faut la climatisation, des écrans plats, des toilettes privées, des lits king size, des couvertures chauffantes, des spa, la 4G indispensable pour pouvoir partager leur aventure, et des repas équilibrés comprenant des légumes frais livrés quotidiennement, bien sûr servis jusqu’à 8000 mètres d’altitude. Et pour ces gens-là, peu importe de savoir comment cette nourriture est arrivée jusque-là et ce qu’il advient de leurs restes. Ces gens-là achètent une prestation de service et les soucis de logistique, ce n’est pas leur problème !… 
Tout cela sera acheminé à dos d’hommes invisibles et de yacks le long des sentiers escarpés et dangereux mais par un ballet incessant d’hélicoptères.
Pour que tout soit en place avant le début de la saison, des équipes de sherpas, appelés « icefall doctors » font une première ascension pour poser des échelles permettant de franchir les dangereuses crevasses du glacier du Khumbu, ainsi que des cordes fixes utilisées pour tracter les clients le long de ces pentes abruptes. Ils installent également les quatre camps d’altitude, plus sommaires que le camp de base, avec des tentes, duvets, réchauds et provisions. Une fois l’équipement en place, les clients attendent la bonne fenêtre météo au camp de base.
Parfois, et ça arrive à ces altitudes, la montagne n’étant pas un parc d’attraction, les conditions sont défavorables à l’ascension finale, les conditions sont telles qu’une descente rapide est indispensable et on abandonne là toutes les affaires, … la plupart de ces prétendants au sommet ne sont pas des montagnards aguerris, ils ont acheté leur équipement sur le web, ils ont réservé leur voyage, payé les divers laisser-passer, mais ils n’ont jamais pris le temps de s’acclimater à l’altitude et à la rigueur d’une telle ascension. Pour compenser, ils utilisent massivement de l’oxygène contenu dans des bouteilles pesant entre 3 et 5 kilos qui finiront leur vie dans la neige. En fait, certains repartiront sans atteindre le sommet ni même l’un des quatre camps sur le chemin, et tous les équipements seront abandonnés là, grossissant encore le tas de déchets laissés sur le toit du monde. 
Toute cette logistique au service de ces riches consommateurs de la montagne ne peut bien sûr s’envisager, comme toujours, sans le travail harassant et dangereux d’une armée de sherpas, travailleurs invisibles de ce commerce. 
Enfin, et nous le savons, sous l’action du réchauffement climatique, la couche de glace s’est amincie ces dernières années. Et que pensez-vous qu’il se passe ? La fonte des glaces fait remonter à la surface des décennies de merdes humaines. Et, à un point tel qu’à certains endroits, c’est tellement immonde et puant qu’il n’est pas de cm2 propres pour poser ses pieds. En fait, pour faire leurs besoins durant leur ascension, les alpinistes cherchent les endroits plats, assez rares. Tout le monde utilise alors le même petit coin. Et en altitude, la merde ne se décompose pas. 
Cette année, pour la première fois, les alpinistes devront emporter un sac à excréments. Une obligation, déjà mise en place sur d’autres sommets, qui devenait indispensable.
À votre avis qui portera la merde de ces riches clients ? 
Une dernière règle devra être aussi appliquée. Chaque expédition devra redescendre les corps des personnes décédées durant l’ascension. Actuellement, près de 200 cadavres gisent sur l’Everest. Abandonner des cadavres humains et plus globalement ses poubelles sur les neiges éternelles de l’Himalaya est une pratique ancienne. À croire que l’humanité ne s’est pas s’installer quelque part sans y laisser ces monceaux de déchets, de cadavres et de merde. 
Les dernières neiges éternelles puent, envahies des déchets, des déjections et des cadavres de ces touristes fortunés qui viennent là en mal de sensations fortes et d’images partageables sur les réseaux sociaux. Peut-être qu’avant qu’il ne soit trop tard, il sera décidé d’enclencher les actions nécessaires à la réduction des déchets et donc le confort de certaines expéditions relevant d’une activité industrielle de service, bien loin des valeurs traditionnelles de l’alpinisme. Comme toujours dans ce monde, ces gens-là ne voient que leur rêve égoiste, le sommet et leur projet personnel et se contrefiche de la logistique et au vu de ce système marchand qui n’est pas près de s’arrêter, on devrait continuer encore longtemps à dégueulasser les pentes du toit du monde.
« Nos montagnes ont commencé à puer »

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire !
Bienvenue dans ce monde dans lequel les ultra riches pourront se faire construire un yacht sous-marin de luxe.
Bienvenue dans un système qui permet qu’une entreprise envisage de fabriquer ce yacht de luxe submersible pouvant mesurer 165 mètres de long qui pourrait naviguer à 240 mètres de profondeur et rester immergé pendant un mois en embarquant jusqu’à 20 invités et environ 40 employés.
Bienvenue dans ce monde dans lequel ses ultra-riches prédateurs du monde trouveront dans ce projet une « solution de repli » pour se préparer aux pires catastrophes abriter dans cette véritable « forteresse  » invulnérable aux menaces aussi variées que les impulsions électromagnétiques, les cyber-attaques ou les désastres climatiques.
Bienvenue dans ce monde obscène où on peut faire la promotion de ce genre de projets visant à fabriquer des modèles sur-mesure pour ces ultra-riches « en quête d’intimité, de sécurité et de protection pour eux-mêmes, leurs convives et leurs biens de valeur  » ! 
Les autres crèveront dans leur merde. 

Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 

Ce soir, des Nowakowskismes qui ne peuvent rester silencieux face cette autre odeur, certainement encore plus tenace que celle qui envahit les sommets de l’Himalaya, cette odeur qui flotte dans l’air en France et ailleurs, ces relents conservateurs, durs et bornés saupoudrés de ce bon vieux fascime ! Nous baignons dans son langage et ses discours, et de la parole aux actes, il n’y a souvent qu’un petit pas ! Dans cet espace public saturé, dans ce brouhaha médiatique bollorisé, la droitisation politique et culturelle a passé un cap et de palier en palier, l’air de rien, un point, que je n’espère pas de non retour, a été franchi, vers une société traversée, envahie par une pensée fascistoïde commune emplie de ses rengaines sécuritaires et autoritaires, ses fantasmes identitaires et ses discours moisis inégalitaires et écocidaires.  
Cette odeur nauséabonde gagne les faveurs d’une part de plus grande de la société, rendant acceptable toutes les atteintes aux libertés, permettant les interventions violentes sur des campus, martelant dans les assemblées nationales des slogans publicitaires imposant une société de moutons frileux et sages vivant dans l’air sale d’une sale époque. 
Ce soir les Nowakowskimes tente d’apporter de quoi résister à cette pente vers l’abime, toujours plus glissante et toujours envisager un renversement de cette funeste dérive et ainsi faire mentir le désespoir qui nous envahit ! 

Gaza est devenue un laboratoire à ciel ouvert du recours à l’IA dans la définition des cibles de l’armée israélienne. Une coalition d’ONG animée, entre autres, par Human Rights Watch et Amnesty International, est en première ligne de la lutte contre le recours à l’intelligence artificielle dans les opérations de ciblage militaire, dont Gaza est devenue un laboratoire à ciel ouvert. On ne cesse de parler IA, de communiquer IA, de s’émerveiller IA mais se pose-t-on la question de l’emploi de l’intelligence artificielle par l’armée israélienne en particulier, et pas qu’elle, appliquée pour la première fois à grande échelle sur un théâtre d’opération.
L’incorporation des techniques d’intelligence artificielle aux systèmes militaires israéliens n’est pas une affaire nouvelle. Ces techniques sont  utilisées depuis plusieurs années dans le célèbre système de défense aérienne « Dôme de fer », afin de calculer les trajectoires des missiles interceptant les roquettes qui s’apprêtent à s’abattre sur le territoire israélien. Mais, l’opération « Glaive de fer » jette à bas les dernières réticences à l’utilisation offensive de l’IA en temps de guerre, principalement à des fins de ciblage. Et, dans ce cas précis, trois logiciels sont utilisés à une échelle sans précédent. 
Le programme Habsora identifie des sites potentiellement utilisés par le Hamas dans la bande de Gaza, en les divisant en quatre catégories. Il y a les « cibles tactiques » regroupant les caches d’armes, les sites de lancement de roquettes ou des postes d’observation. Il y a les « cibles souterraines », c’est-à-dire les tunnels construits par le Hamas. Il y a les « cibles de puissance » incluant des tours résidentielles et des bâtiments publics tels que des universités, des banques, des bâtiments gouvernementaux détruites afin de mettre une pression accrue sur la population. Enfin, il y la catégorie des « résidences familiales » correspondant aux résidences des familles de membres du Hamas.
Le programme Lavender lui est conçu pour proposer des cibles humaines afin de permettre des assassinats ciblés. Cette pratique a vu le jour lors de la seconde Intifada.
Une fois identifiées, ces cibles humaines sont entrées dans le logiciel « Where’s Daddy ? » qui se charge de les localiser.
Ainsi, l’armée israélienne dispose de plusieurs programmes de surveillance très avancés, s’appuyant sur des techniques de l’IA qui permettent de traquer simultanément des milliers d’humains. Une fois localisés chez eux, une alerte automatique – un SMS – est envoyée à l’officier de ciblage, qui désigne ensuite sans réfléchir l’habitation pour une frappe aérienne.

À ce stade, juste une petite parenthèse. 
Ayant participé à un jury de doctorat cette semaine, je vous partage cette nouvelle formalité, le serment doctoral : « En présence de mes pairs. Parvenu(e) à l’issue de mon doctorat en [xxx], et ayant ainsi pratiqué, dans ma quête du savoir, l’exercice d’une recherche scientifique exigeante, en cultivant la rigueur intellectuelle, la réflexivité éthique et dans le respect des principes de l’intégrité scientifique, je m’engage, pour ce qui dépendra de moi, dans la suite de ma carrière professionnelle quel qu’en soit le secteur ou le domaine d’activité, à maintenir une conduite intègre dans mon rapport au savoir, mes méthodes et mes résultats ». 

Je me demande bien quelle lecture de ce texte feront des doctorants qui seront embauchés par ces entreprises développant de tels logiciels !  

Nous savons que ces systèmes d’apprentissage sont soumis à des erreurs de paramètrage, de sur-confiance, liées aux biais de données qui causent alors les milliers de victimes civiles ciblées sur les recommandations erronées de ces différents algorithmes. Par exemple, le programme Lavender fonctionne grâce à un système de recommandation par IA qui s’appuie sur un apprentissage des conduites supposées caractéristiques de membres du Hamas, apprentissage réalisé sur des données collectées sur les 2,3 millions de Gazaouis grâce à des techniques de surveillance de masse basés sur l’écoute des communications et l’accès aux contenus des téléphones et aux métadonnées associées. Comment être sûr de pouvoir discriminer par apprentissage automatique du comportement un membre du Hamas et un habitant, un membre d’une ONG, un homonyme sur un groupe WhatsApp ! 
Malgré cela, les recommandations de ciblage de Lavender ont majoritairement été appliquées sans une vérification humaine attentive. Les soldats chargés de la correction du système ont systématiquement approuvé les frappes ciblant des hommes, allouant seulement une vingtaine de secondes à chaque individu ciblé. Ces biais sont d’autant plus inquiétants et qu’en plus, comme pour tous ces systèmes d’apprentissage, il est quasi impossible de savoir exactement comment la recommandation de tuer est produite. 
Cette atmosphère irrespirable là n’est pas due aux merdes humaines mais à cette pourriture qui envahit l’humanité quand elle confie à la machine des décisions qui ne doivent relever que de l’humain. Ceci rappelle le concept de « tampon moral » développé par Mary Cummings, une professeure américaine qui avance que le fait d’appréhender la réalité par le biais d’une machine rend la mort moins concrète et donc plus probable car moins « coûteuse » sur le plan moral, entraînant une « virtualisation de la conscience de l’homicide » chez l’opérateur alors plus enclin à avoir un recours excessif à la force. À Gaza, mais ailleurs dans le monde, ces systèmes transforment les humains en chiffres, ces systèmes visent à déshumaniser, à ne pas s’interroger, à ne surtout pas penser au fait que ce sont des humains qui seront détruits, pour garder sa conscience au chaud et justifier la mise à mort sur la base d’une statistique. 
Voilà, ce monde pue, ce monde dans lequel l’humain peut être mis à mort par algorithme, ce monde dans lequel les humains sont traités comme des cibles accompagnées d’une probabilité qui déterminera leur destruction ou la vie… ce monde pue de nos désertions de nos silences, de nos têtes enfouies dans le bac à sable réceptacle de nos déjections. 
En France, le Comité d’éthique de la défense s’est penché sur les applications militaires de l’IA. Il recommande de toujours garder une décision humaine dans la « boucle de décision ». 
En France, il y a le serment doctoral. 
Est-ce pour autant que le monde empeste moins …. J’en doute ! 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec ces quelques mots de Paul Auster, de son dernier roman intitulé Baumgartner, que nous nous quittons :  
« Un événement doit-il être vrai pour être accepté comme tel, ou la foi en la vérité d’un événement suffit-elle à le rendre vair, même si les faits censés s’être produits ne se sont pas produits ? Et si, malgré vos efforts pour découvrir si l’événement a eu lieu ou pas, vous arrivez à une impasse et, plongé dans l’incertitude, ne pouvez être sûr que l’histoire qu’on vous a racontée à la terrasse d’un café […], est une version dérivée d’un événement historique peu connu mais vérifiable, ou que c’est au contraire une légende, une histoire inventée pour se faire remarquer, ou encore une rumeur infondée transmise par un père à un fils ? Plus précisément encore : si l’histoire se révèle être d’une puissance de stupéfaction telle que vous restez bouchée bée et sentez qu’elle a changé ou étendu ou approfondi votre vision du monde, est-il important que l’histoire soit vraie ou pas ? ». 
À méditer et à développer, bien sûr. 

Sources et inspirations 
https://reporterre.net/Everest-comment-le-toit-du-monde-est-devenu-la-poubelle-de-riches-touristes
https://usbeketrica.com/fr/observations/des-ultra-riches-veulent-construire-un-superyacht-sous-marin-de-luxe
https://www-mediapart-fr.bases-doc.univ-lorraine.fr/journal/international/070524/bombardements-israeliens-gaza-comment-l-intelligence-artificielle-annihile-les-preventions-ethiques
https://www.hceres.fr/sites/default/files/media/files/fiche-serment-doctoral-integrite-scientifique-pdf1.pdf
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/very-good-trip/very-good-trip-du-lundi-13-mai-2024-1967762

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.18-15052024-10.13/

Musiques 
St Vincent, Reckless – https://youtu.be/fIxfVno3wmI?si=as_gvEwwzZ2L1lUX 
Sly and the family stone, Thank you for talking to me Africa – https://youtu.be/_ppAPO-DIHo?si=CAT9YJ7l0BNPaDQl 
Mass hysteria, le fumier des siècles –  


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
Samuel Nowakowski (May 17, 2024). Nowakowskismes 8.18. Le fumier des siècles. Humanités numériques . Retrieved July 21, 2024 from https://doi.org/10.58079/11omi


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search