Nowakowskismes 8.16. Temps dérangés

Jusqu’en 1955, les horloges du monde étaient réglées en fonction du temps qu’il fallait à la Terre pour faire un tour complet sur elle-même. Ensuite, pour répondre aux besoins des technologies modernes tels que les GPS ou les nouveaux réseaux de communication, l’humanité a dû revoir ses moyens de mesurer le temps. Ces systèmes demandaient une précision accrue qui a fait que nous nous sommes mis à utiliser les horloges atomiques, qui sont plus stables et plus précises, incroyablement plus précises. Comme toujours, l’humanité avait oublié une donnée importante. La Terre n’est pas une horloge suisse, un coucou de la forêt noire, la Terre est une planète bien vivante, pas une sphère inerte tournant dans l’espace sous l’action de forces immuables. 
Et donc, parfois, même souvent, sa vitesse de rotation peut changer.
Ces changements peuvent être dus à différents phénomènes naturels. L’attraction de la Lune sur les océans peut ralentir la rotation de la Terre, alors que des mécanismes dans le noyau liquide peuvent l’accélérer. Il y a donc toujours des petits ajustements à faire pour garder les horloges atomiques en phase avec la rotation réelle de la Terre. Ces changements sont imperceptibles à l’échelle des humains que nous sommes mais, sur les dernières décennies, on a mesuré un très léger ralentissement de la rotation la planète qu’il a fallu compenser. Ainsi, des maîtres de ces horloges ajoutèrent régulièrement des secondes supplémentaires. Ces secondes supplémentaires ont été appelées les secondes intercalaires. Depuis les années 1970, 27 secondes intercalaires ont dû être rajoutées aux horloges atomiques.
Mais, l’histoire ne s’arrête pas là. 
En effet, récemment, on a détecté des changements dans le noyau liquide qui semblent renverser la tendance. La rotation de la Terre serait maintenant en train de s’accélérer. Cette accélération va demander de faire une nouvelle correction des horloges atomiques, mais qui, cette fois-ci, se fera dans l’autre sens. En 2026, il faudra donc enlever une seconde aux horloges atomiques. Comme ce changement n’a jamais été fait, on ne sait pas trop quelles seront les conséquences, et cela inquiète les métrologues gardiens du temps. Cela dit, nous n’avons pas le choix parce que la rotation de la Terre semble bien s’accélérer. 
Il a donc été décidé qu’en 2026, il faudra enlever une seconde au temps des horloges atomiques. 
Il aurait été intéressant de tenter l’expérience qui nous permettrait de disposer d’un temps non comptabilisé, de ne pas toucher aux horloges atomiques afin de pouvoir disposer d’un temps hors le temps mesuré, de disposer d’un temps qui ne soit qu’à soi seul, 1 seconde ce n’est pas grand chose, mais imaginez ce que ça donnerait de disposer de plusieurs minutes par jours hors les horloges. 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire !
Bienvenue sur cette pauvre planète qui, en plus du réchauffement climatique d’origine humaine, doit faire face à ce phénomène naturel, El Nino, qui vient gonfler la température globale  moyennée sur l’ensemble de la planète. Qu’est-ce El Niño ? Cela désigne l’alternance à grande échelle entre des périodes de  réchauffement (El Nino) et de  refroidissement anormaux (La Nina) des températures de surface de la mer du Pacifique équatorial central et oriental qui coïncident avec des changements dans les régimes de vents (alizés) et de pluie sur l’ensemble des tropiques. Le phénomène El Niño est épisodique et apparaît de façon irrégulière, entre  2 et 7 ans, et dure en général de 6 à 18 mois. Contrairement aux émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, ce phénomène est entièrement naturel. Il s’agit d’une redistribution de la chaleur à l’intérieur du système climatique (entre océans et atmosphère principalement), et non d’un apport de chaleur nouvelle au système comme le fait l’usage toujours croissant des énergies fossiles. El Niño est connu et documenté depuis plusieurs siècles par les scientifiques qui connaissent bien les processus physiques du phénomène et ses impacts. Il existe cependant quelques points d’interrogation, notamment pour expliquer sa diversité car chaque événement El Nino est unique, il est donc difficile de prévoir sa temporalité exacte et son intensité.
El Niño se produit principalement dans le Pacifique tropical mais il influence à distance de nombreuses autres parties du monde. Il provoque un transfert de quantité très importante d’énergie de l’océan vers l’atmosphère et est capable d’avoir des conséquences mondiales via des changements de circulation atmosphérique globale due à la source de chaleur Pacifique. En moyenne, il entraîne une augmentation des températures mondiales d’environ +0,2°C sur une ou deux années particulières.
Bienvenue sur cette Terre sur laquelle, comme l’humanité a continué d’émettre des gigatonnes de gaz à effet de serre depuis le dernier El Niño en 2016, il n’est pas surprenant d’observer que les 10 derniers mois aient battu tous les records de chauds. Plus exactement, ce sont 26 mois d’affilée au-dessus des normes en France (10 à l’échelle de la planète) ce qui semble confirmer une accélération du réchauffement climatique, globalement conforme aux scénarios les plus pessimistes des derniers modèles climatiques.
Bienvenue sur ce « Little blue dot » sur lequel ces premiers mois de 2024 n’ont cessé de battre des records de température, et qui sont les mois les plus chauds jamais mesurés depuis que nous faisons des mesures de températures. 
Bienvenue dans ce monde où les effets combinés d’El Niño et de la production interrompues de gaz à effet de serre provoquant des évènements météorologiques importants sur l’ensemble de la planète, peut également exacerber les tensions sociales et politiques existantes.
Bienvenue dans ces temps où les rapports du GIEC se succèdent, qu’on y voit les liens entre le changement climatique et les différents conflits, et que l’adaptation au changement climatique et aux phénomènes naturels comme El Niño qui viennent l’amplifier serait fondamentale pour réduire les risques de conflits et construire une société soutenable. Le climat n’est pas le principal facteur directement à l’origine des conflits, mais il a des répercussions économiques et sociales indéniables, allant de l’insécurité alimentaire et hydrique à la perte des moyens de subsistance, en passant par l’aggravation des inégalités et la concurrence pour les ressources naturelles, qui peuvent être des facteurs d’insécurité et de conflit.
Bienvenue dans ce tout petit pays qui se pense grand et dont le gouvernement est à l’heure du rétropédalage général sur les engagements écologiques pour coller à la roue d’une extrême droite annoncée triomphante aux élections européennes. À vomir !

Ce soir, les Nowakowskismes après cette escapade dans la mesure du temps et les phénomènes climatiques va vous raconter une histoire. L’histoire d’un petit pays soucieux de sa sécurité et qui, pour sa sécurité, s’est mis à jeter aux ordures tous les principes qu’il n’a cessé d’agiter à la face du monde, ce petit pays qui s’était érigé en parangon de démocratie, ce petit pays qui s’est accaparé la question des droits de l’humain, la citoyenneté, la liberté… et qui, incapable de penser plus loin que des intérêts vils et immédiats a sacrifié la liberté sur l’autel des intérêts économiques, financiers et sécuritaires d’un événement sportif anachronique et inutile… 

« Si vous ne vous êtes pas inscrits, vous ne pourrez pas rentrer ». Cette phrase, ces mots étaient sur toutes les antennes, sur tous les médias, le ministre de ce petit pays venait d’annoncer au monde, les règles qu’il comptait faire respecter pour que l’événement qu’ils voulaient, lui, le gouvernement auquel il appartient, et ce président bonimenteur, planétaire et inoubliable. 
Tout ceci avait commencé il y a des mois, des mois de matraquage médiatique, des mois, des années fonctionnant à grands coups d’exploitation des travailleurs sans-papiers trimant sans relâche à la marche forcée vers la gentrification des quartiers populaires, des mois, des années consacrées à la systématisation de la chasse aux SDF et aux migrants jusqu’à l’expulsion des étudiants de leur logement CROUS et les déplacements des milliers de personnes précaires des lieux dans lesquels ils avaient trouvé refuge. 
Pour cela, et que la fête soit belle, et tout particulièrement cette cérémonie d’ouverture que le monde envierait, et qu’aucun pays avant lui n’avait osé faire, toute cette sinistre équipe avait instauré un dispositif inédit, et qui certainement donnerait des idées à tous les régimes totalitaires qui se pressaient au portillon de l’organisation de ces événements planétaires. Ce dispositif inédit déterminait un « périmètre antiterroriste » au coeur même de la capitale de ce petit pays. Cette zone, il fallait bien sûr la surveiller pour en garantir la sécurité, et ce fut la liberté de circuler dans l’espace public qui fut sacrifiée par le déploiement d’une armée de 45000 policiers et gendarmes renforcés par 2500 effectifs étrangers. Dans cette zone, les ponts enjambant le fleuve resteraient ouverts à la circulation mais, des « cordons policiers » empêcheraient qu’on s’y arrête. Interdit de s’arrêter pour rêver, regarder l’eau couler, admirer la vue !
Le « périmètre antiterroriste » concernerait aussi la circulation en métro et pas qu’un peu, une quinzaine de stations avaient été fermées, laissant uniquement la possibilité de circuler sans pouvoir s’y arrêter.
Les 20000 habitants, les 200000 travailleurs concernés par cette zone le long du fleuve, entre le pont de Bercy et le Trocadéro en passant par le secteur du Louvre, du jardin des Tuileries ou de l’île de la Cité, furent, sans parler de la surveillance permanente, contraints de subir un harcèlement policier constant et une multiplication des contrôles aux faciès. Concrètement, piéton ou non, il fut décidé qu’il faudrait présenter un QR code, envoyé après inscription sur une plateforme numérique, ainsi qu’une pièce d’identité pour pouvoir entrer dans la zone. Dans ce petit pays qui avait largement expérimenté les dispositifs de contrôle pendant la pandémie de Covid, ce sinistre gouvernement avait choisi de continuer sur ce chemin, comme tant de fois dans l’histoire du monde, et de déployer un arsenal toujours plus répressif. Ce système de QR code était également prévu pour les résidents, commerçants, touristes et personnes travaillant dans ce périmètre longeant le fleuve. 
Ce code blanc et noir, ce pictogramme répondant au doux acronymes de Silt, pour Sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme, fut donc déclaré obligatoire pour toutes les personnes désirant circuler à l’intérieur de ce périmètre de sécurité mis en place pour cette cérémonie planétaire. 
Des écrivains, des philosophes avaient alerté depuis longtemps. Malheureusement, des attentats terroristes à la crise sanitaire, de l’idéologie de l’optimisation à la surveillance généralisée déployée pour notre bien, le caractère exceptionnel des circonstances avait justifié l’extension continue des mesures liberticides. Ce vertige naissait de ce constat d’impuissance que nous faisions quand les restrictions présentées comme temporaires furent pérennisées. Ainsi toutes les libertés, libertés d’association, d’expression, de manifestation, … avaient déjà subi une érosion terrible dans cette logique du sempiternel « c’est pour votre bien » outillé, notamment pour la sécurité, par les technologies développées pour surveiller, encadrer, normaliser et ficher des millions d’humains dans ce petit pays et dans le monde. La doctrine faisant de la sécurité la « première des libertés pour ce monde » avait beau démontrer chaque jour le degré d’imbécilité de cette société, de son ignorance surtout d’avoir oublié qu’« à cette aune, pas de pays plus libre que le royaume de Staline ou de Mussolini… [ou de Poutine] », ce petit pays s’était engagé dans une voie qui mènerait au pire, les sondages concernant les élections à venir annonçant la victoire de ce parti fasciste, xénophobe et populiste créé avec l’aide d’anciens nazis. 
Donc, résidents, restaurateurs, touristes, propriétaires de péniches, commerçants, travailleurs situés dans le secteur, les personnes invitées le jour de la cérémonie d’ouverture chez un résident de la zone pour observer la parade nautique depuis un balcon ou une fenêtre… tous furent concernés par le QR code. Le QR code devait être présenté même par les touristes et les clients qui désiraient se rendre dans l’un des bars et restaurants situés dans le périmètre Silt. Le QR code, c’était encore une autre manifestation de la technocage qui avait encore perfectionné son emprise sur les existences. La ville était ainsi devenue une plateforme comportant des zones standard, premium et privilège selon le forfait Silt auquel les humains avaient droit ou pas. Un QR Code obtenu en donnant obligatoirement son nom, son prénom, sa date de naissance et plein d’autres informations justifiées par ce ministre pour réaliser « des criblages de sécurité (…) assurant qu’aucune personne dangereuse ne puisse accéder aux périmètres de sécurité ». Petite question qu’est-ce qu’une personne dangereuse ? 
Et ce qui devait arriver arriva ! QR code bien en évidence, les humains furent « tout à fait libres » et parfaitement tracés, soumis au régime d’auto-aliénation consentant propre au raffinement du capitalisme de surveillance.
Pour cet événement planétaire, il fut décidé que les restrictions de circulation seraient actives dans ce périmètre une semaine avant la cérémonie d’ouverture, et le jour même, ce serait le « moment où le périmètre de sécurité deviendra étanche ». Dès lors, il fut rendu obligatoire de présenter un QR code depuis son téléphone ou en format physique pour se déplacer librement dans ce secteur, seuls quelques points de passage précis, des check points, devraient rendre possible de traverser ce secteur. 
La surveillance n’attendit pas le début de l’événement pour se déployer. Lors des mois précédents, 195000 enquêtes administratives et 285000 criblages de sécurité furent effectués à l’encontre des volontaires et des agents de sécurité qui prendront part à l’événement, cherchant à identifier d’éventuels « fichés S ». Alors que ces dernières années, plusieurs événements sportifs et culturels avaient servi de tribunes pour dénoncer la politique écocide de ce sinistre gouvernement, cet événement anachronique venait, en plus de tout le reste, accélérer la bétonisation et l’artificialisation des sols, et cette sinistre équipe voulait en profiter pour s’attaquer aux militants écologistes dans une stratégie de criminalisation du mouvement écolo, déployant régulièrement contre lui l’arsenal antiterroriste. Déjà en 2015, la COP21 avait été l’occasion de mettre en place des « assignations à résidence » de militants.
À ces atteintes aux libertés vinrent bien sûr s’ajouter le cortège de couacs divers, l’exploitation éhontée des bénévoles, la communication à la hauteur de la bêtise de ces organisateurs obnubilés par leur carrière, les « dérives » discriminatoires pour recruter des agents, l’augmentation des tarifs des déplacements et des logements, la multiplication des exploiteurs de la misère et de ceux obsédés par l’argent, les peurs générés par les annonces d’infiltration de l’équipe bénévole par des militants anti-JO… dans ce petit pays se pensant grand, il y avait aussi cette colère sociale terrible qui ne cessait d’enfler suite à cette politique de démantèlement de tout ce modèle social né du conseil national de la résistance, le gouvernement choisit alors de garder la main coûte-que-coûte en déployant un arsenal répressif sans précédent et ainsi museler toutes les formes de contestations.
Dans ces pays de tradition démocratique, dont ce petit pays se pensant grand, la tentation de renoncer à des droits chèrement acquis au profit de la sécurité risquait de se payer au prix fort, celui qui nous laisserait sans protection face à des gouvernants sans scrupule. Parce que nul ne connaît l’avenir… mais certains signes avant-coureurs étaient bien connus. Déjà, perdre raison et le risque était bien réel, puisque à la peur provoquée par la menace terroriste succèdait la défiance envers une liberté mise sous surveillance. Or, la liberté, c’est un ensemble de libertés qui conditionnent la participation à la vie publique, libertés et droits individuels et collectifs garantis par l’État. De façon plus fondamentale, la liberté est un idéal politique, « bienfait suprême consistant pour un individu ou un peuple à vivre hors de tout esclavage, servitude, oppression ou domination intérieure ou étrangère », selon notre droit. La liberté n’est pas qu’un grand mot, c’est aussi une grande idée, une croyance foncièrement humaine d’accession à un état de civilisation supérieure, par la responsabilité. La liberté n’est pas un luxe, comme un certain populisme tente de nous le faire accroire.
Se polariser sur cette obsession sécuritaire, quelle qu’en soit la raison, c’était insidieusement et irrémédiablement céder à une tentation, c’était engager une régression difficilement réversible vers la servitude volontaire. 
Renoncer à la liberté, c’était renoncer à la politique. D’ailleurs, Chateaubriand nous racontait cela il n’y a pas si longtemps : « La mode est aujourd’hui d’accueillir la liberté d’un rire sardonique, de la regarder comme une vieillerie tombée en désuétude avec l’honneur. Je ne suis point à la mode, je pense que sans la liberté il n’y a rien dans le monde ».

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec ces quelques mots d’espoir de Nick Cave extraits du livre entretien intitulé Foi, espérance et carnage paru il y a quelques mois, que nous nous quittons :  
« Je crois que si on parvient à dépasser l’angoisse, la terreur, le désespoir, [la bêtise],on découvrira la promesse d’une mutation non seulement culturelle mais spirituelle. Je sens cette possibilité dans l’air, ou peut-être plutôt un courant souterrain de sollicitude et de solidarité, un élan collectif radical vers une existence plus riche et plus empathique. Je suis peut-être à côté de la plaque, mais ça me paraît possible – malgré l’incompétence criminelle de nos gouvernements, la planète malade, les clivages omniprésents, le manque choquant de tolérance et de générosité, l’incurable animosité que tant de gens semblent nourrir envers le monde et envers les autres… Malgré tout cela, je garde espoir. Le deuil collectif peut engendrer des changements extraordinaires, une sorte de conversion spirituelle. C’est une occasion unique. Nous pouvons la saisir, ou bien la gâcher et la laisser filer entre nos doigts. J’espère que nous la saisirons ». 
À méditer et à développer, bien sûr. 

Sources et inspirations 
https://bonpote.com/le-phenomene-el-nino-responsable-dun-conflit-arme-sur-cinq/
https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-biais-d-heidi-sevestre/le-biais-d-heidi-sevestre-chronique-du-jeudi-04-avril-2024-3319361 
https://leterrien.fr/consternant/en-avril-ne-te-couvre-plus-dun-fil/ 
https://www.revolutionpermanente.fr/Perimetre-antiterroriste-QR-code-surveillance-generalisee-Darmanin-devoile-son-plan-pour-les-JO
https://www.francetvinfo.fr/les-jeux-olympiques/paris-2024-comment-fonctionnera-le-systeme-de-qr-code-mis-en-place-pour-assurer-la-securite-de-la-ceremonie-d-ouverture_6476324.html 
Nick Cave et Sean O’Hagan, Foi, espérance et carnage – Editions de la table ronde. 2023
Alain Damasio, Les furtifs. La volte
Kim Stanley Robinson, Mars la Rouge
https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/exposition/26866-metal

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.16-15042024-17.50/

Musiques
Slayer, Overt Enemy – https://youtu.be/4tPiNXRflQA?si=_49d9alLHEs-syT4 
Pantera, 10’s – https://youtu.be/XV_D1Y_YHlA?si=V-Vs_aXQIALgnVmo 
Metallica, Battery – https://youtu.be/uzlOcupu5UE?si=3NHwlPD4K–mVCgi 

 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2024, April 19). Nowakowskismes 8.16. Temps dérangés. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/w8sc

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search