Nowakowskismes 8.15. entourLoop

« TotalÉnergies, pionniers depuis cent ans » ! Ben tiens ! Pionniers de quoi ? Pionniers de la destruction de la planète, pionniers du changement climatique en entretenant la production d’hydrocarbures, pétrole et gaz, qu’elle vend autour du monde, pionniers de la destruction des habitats naturels, du vivant, pionniers des collusions politiques pour arriver à ses fins, TotalÉnergies et ses 19 milliards d’euros de bénéfices record en 2022. TotalÉnergies, un siècle de paradis fiscaux et de tricheries. 
Petits rappels
En 1971, TotalÉnergies c’est toute une logique de désinformation climato-sceptique. En 2021, des chercheurs ont montré comment l’entreprise avait connaissance, a minima dès 1971, du lien entre ses activités, la hausse des émissions de gaz à effet de serre, et le réchauffement en cours de la planète, aux « conséquences catastrophiques ». 
En 1992, TotalÉnergies torpille la taxe carbone. En effet, un projet de taxe carbone, portée par l’Europe et dont la France était l’élément moteur, devait être déployé à l’échelle mondiale après l’échéance du Sommet de la Terre de Rio de 1992. De quoi « assécher la demande mondiale en pétrole » et sortir le plus rapidement possible des énergies fossiles. En pleine effervescence diplomatique autour de cette future taxe carbone, les industriels des hydrocarbures, et notamment Total, ont mené ce qui sera qualifié par The Economist de « lobbying le plus féroce jamais vu à Bruxelles » faisant « perdre trente ans à l’action climatique ».
En 1998, ce sont tous ces profits sulfureux en Birmanie et ailleurs… Dès le début des années 1990, Total a collaboré au projet d’exploitation gazière Yadana, en Birmanie, pays alors dirigé par une junte militaire. Une brève parenthèse démocratique dans les années 2010 a été interrompue par un coup d’État militaire en 2021. La répression a alors fait des centaines de morts mais Total a maintenu ses activités dans le pays avant de se retirer, en 2022, sous la pression internationale face aux dégradations des droits humains. Un an après le début de la guerre en Ukraine, TotalÉnergies continuait malgré les sanctions de fournir du gaz russe à l’Europe. Début 2024, TotalÉnergies n’avait toujours pas renoncé à sa présence indirecte dans le pays.
En 1999, c’est la catastrophe de l’Erika, pétrolier affrété par Total, plus de 20000 tonnes de fioul lourd, plus de 400 km de côtes souillées, du Finistère à la Charente-Maritime, une catastrophe écologique qui a décimé entre 100000 et 300000 oiseaux. En 2008, le groupe Total a été condamné à l’amende maximale ridicule de 375000 euros mais n’a pas assumé sa responsabilité et décidé de faire appel. Petit éclairage contemporain. En 2023, une enquête a montré comment un bassin pétrolier exploité pendant vingt ans par Total au Yémen a provoqué une série de pollutions, affectant l’environnement et la santé de milliers de Yéménites.
En 2023, voici les nouvelles bombes climatiques de Total, avec son bilan carbone s’élevant à environ 400 millions de tonnes de CO2, l’équivalent, en ordre de grandeur, des émissions de la France, TotalÉnergies continue d’investir dans de nouveaux projets d’exploitation d’énergies fossiles. L’un des plus récents, le projet gazier Papua LNG, est en attente d’une décision imminente d’investissement. Le plus emblématique et contesté est aussi Eacop, son projet pétrolier en Ouganda et Tanzanie. 
Je vous invite à aller sur le site Reporterre pour consulter la carte du monde qu’ils ont réalisée et localisant les 23 bombes climatiques, tous ces projets destructeurs, prédateurs et méprisants pour tout le vivant, les humains et la Terre de TotalÉnergies.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire !
Bienvenue dans une planète qui n’aura plus de bleue que le nom.
Bienvenue dans ce monde dans lequel, depuis l’accord final de la COP28 à Dubaï en décembre dernier, TotalÉnergies a annoncé une dizaine de projets ou de contrats ayant trait au pétrole et au gaz, malgré une charte de décarbonation qu’il a signée durant ces négociations internationales sur le climat.
Bienvenue dans ce monde dans lequel il ne se passe pas un jour sans que soit enregistrée, quelque part dans le monde, une température hors norme, inhabituelle, inédite – 42° à Rio de Janeiro, 62,3°C ressentis, 37,2°C à Kinshasa, 45°C au Soudan – et au même moment, alors que des millions d’humains suffoquent, dans une salle climatisée du Hilton de Houston, lors du CERAWeek, l’une des principales conférences mondiales sur l’énergie, Amin Nasser PDG de Saudi Aramco, premier producteur mondial de pétrole pérorait en affirmant que « nous devrions abandonner le fantasme de l’élimination progressive du pétrole et du gaz »! 
Bienvenue dans ce monde dans lequel nous vivons le massacre de la population de Gaza à guichet fermé. 
Bienvenue dans ce monde dans lequel on entend les présidents Biden, Macron et d’autres demander timidement à modérer son intervention tout en continuant à livrer des armes. 
Bienvenue dans ce monde où ce n’est pas grâce à des parachutages de quelques tonnes de vivres et de médicaments qu’on apportera à ces hommes, femmes et enfants, de quoi survivre. Il faut des centaines de tonnes de vivres et médicaments, il faut laisser passer les camions qui seuls peuvent transporter les quantités indispensables. 
Bienvenue dans ce monde de régression, ce monde dans lequel tous les progrès réalisés après la seconde guerre mondiale avec la signature des conventions internationales sont comme effacés !
Bienvenue dans ce monde qui, au lieu de se réunir pour être écologique, respectueux, ne sait que céder au pire, aux nationalismes, aux populismes mortifères. 
Bienvenue dans ce monde dans lequel plus de 360 millions d’humains subsistent grâce à l’aide humanitaire, la moitié sont des enfants. 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Ce soir, les Nowakowskismes, après avoir encore fois regardé le monde, ce monde mis en coupe réglée par l’avidité de ces grandes entreprises alliées à tous ces états scélérats, vont resserrer la focale et revenir sur notre petit territoire de l’est, de ce petit pays qui se pense grand. 
Ce soir, les Nowakowskismes vont s’intéresser à un projet qui s’est transformé en une coûteuse opération de communication très « start up Nation », un projet tape-à-l’œil qui n’avait d’autre objectif que de faire parler dans les papiers nationaux ainsi que dans les cénacles des écoles d’ingénieurs en recherche de notoriété internationale et de places dans des ministères. D’ailleurs, dès le début, ce projet ne cachait pas son ambition de se faire racheter par l’idiot planétaire qui lança l’idée de l’« Hyperloop » en 2013. Pour étudier cela, prenons d’abord un peu de recul en retournant dans le temps, il y a 50 ans, en France, sous l’ère Giscard. 

Avant d’entrer dans le vif du sujet, faisons un petit tour dans le temps, un petit tour dans les années 70, sous la présidence Giscard, polytechnicien, un homme très intelligent disait-on, et avec comme 1er ministre, Raymond Barre, qualifié alors de « meilleur économiste de France ». 
Dans ces temps où la barre de l’état était tenue par ces être exceptionnels, deux charlatans, inconnus au bataillon mais accrédités par une élite issue de l’École polytechnique et de l’École des mines, ont, pendant trois ans (1976-1978), fait danser les plus hauts personnages de l’État (et cracher, au passage, des centaines de millions de francs).
Que s’est-il passé ? 
En quelques mots, un réparateur de télévisions italien allié avec un comte belge un peu fantaisiste font savoir à nos deux éminents personnages à la tête de ce petit pays qui se pense grand, qu’ils ont fait « la découverte du siècle », à savoir un procédé de détection à distance des couches pétrolifères encore non localisées, dont l’appropriation par Elf Aquitaine (qui deviendra TotalEnergies) donnerait à la France une formidable avance sur les puissances concurrentes, en même temps qu’une sortie assurée de la crise pétrolière. Bien sûr, ces deux individus exigent des autorités contactées le secret le plus absolu d’autant qu’un tel procédé, ultra secret et de très haute technologie aurait aussi un usage stratégique, en pleine guerre froide, il permettrait de repérer par un simple survol des océans les sous-marins nucléaires soviétiques en maraude. La totale ! Ce projet super innovant reçut l’appui déclaré du président de l’Union de banques suisses. Mais le facteur décisif, voire déclencheur, de l’engrenage, fut l’enthousiasme manifesté par le très compétent et respecté président d’Elf de l’époque, et avec lui, aux échelons du dessous, tout un staff choisi d’experts issus des meilleures écoles scientifiques de ce petit pays. Les acheteurs de cette pierre philosophale technologique se lancèrent en confiance, rassurés qu’ils étaient par leurs pairs, ingénieurs et scientifiques venus de la crème des écoles de ce petit pays, dans une aventure des plus coûteuses faites d’expérimentations aériennes sous toutes les latitudes, de création de sociétés, de rémunération des protagonistes et tout cela sans tests préalables sur les supposés instruments de détection, les machines truquées « Delta » et « Oméga », sans enquête de précaution sur le passé exact du tandem exotique, la nature de ses montages financiers, la réalité de ses titres et diplômes. Le réparateur de télévisions se faisait passer pour un professeur de physique nucléaire. Il faudra trois années d’intenses allées et venues, dont la visite en grand secret du président de la République en personne sur un terrain d’expériences bidon, pour qu’un jeune physicien du Commissariat à l’énergie atomique au moyen d’un test d’une simplicité enfantine, démontre la supercherie.
L’arrivée tardive du bon sens n’est pas vraiment surprenante quand on regarde les trois procédés mis en œuvre à savoir, le moment favorable, la crise pétrolière, la concurrence entre les pays pour s’accaparer les ressources pétrolière ; l’effet de groupe, entre polytechniciens et ingénieurs des écoles prestigieuses, on se comprend, et si un polytechnicien ou un ingénieur issu d’une école prestigieuse parle c’est nécessairement vrai ; et aussi la plus-value de l’occulte. Ces trois moteurs comportent les habituelles caractéristiques des grands mouvements de croyance collective. Souvenons-nous en pour l’histoire que je vais vous raconter après. 
Ainsi, de prestigieux experts en sciences de la terre, archidiplômés, les meilleurs parmi les meilleurs alliés au « meilleur économiste de France », Barre, ont ainsi donné foi à une chimère et permis à des charlatans d’entrer dans le saint des saints des pouvoirs publics pour y capter des millions de francs (oui c’étaient des francs à l’époque). Un événement certes lointain, oublié par beaucoup, 50 ans c’’était il y a longtemps, mais qui rappelle que la frontière séparant l’expert du zozo, la raison de la croyance, fondement de notre tranquillité d’esprit, font que la raison ressort, dans ce genre de situation, plutôt mal en point.

Nous voilà de retour en 2024, et c’est à un autre projet que nous allons nous intéresser, un projet qui, par bien des aspects, rejoint cette histoire d’avions renifleurs, ce projet a pour nom Urban Loop, un projet cherchant à se mettre dans le sillage de l’hyperloop, projet lancé par Elon Musk, un fiasco planétaire qui a coûté plus de 5,5 millions d’euros à la métropole de Toulouse. Rappelons quand même qu’Elon Musk n’a jamais réellement eu l’intention de construire l’Hyperloop. Mais à Nancy, on a soutenu et financé l’Urban Loop. 
Donc, tout ceci a commencé en septembre 2017 sur le campus nancéien de l’ENSEM, une des écoles d’ingénieurs réunies au sein de Lorraine INP. Un enseignant proposa ceci comme projet à ses étudiants : « Imaginez qu’il n’existe ni voiture, ni bateau, ni avion. Réinventez un nouveau mode de transport en commun en partant des besoins contemporains ». La réponse ne se fera pas attendre. Le système Urbanloop se composera donc de petites capsules mues par de petits moteurs électriques et stationnées dans des stations disséminées au long d’une boucle. Pour pouvoir attirer les médias, faire briller l’oeil des politiques locaux, espérer lever des fonds, il fallait un sésame, et le sésame de ces temps, c’est l’intelligence artificielle. La fameuse intelligence artificielle qui viendra, en deus ex machina, résoudre tous les problèmes d’humains. Dans UrbanLoop, c’est donc l’intelligence artificielle, qui permettra de répartir les véhicules dans les stations en fonction des besoins calculés selon le jour, l’heure, la météo et l’historique des moyennes. 
En 2018, Urbanloop n’est pas encore sorti de son cadre universitaire, mais la stratégie de communication des porteurs relayée par des acteurs du territoire font que les médias sont déjà sur le coup avec le discours bien rôdé du transport du futur, de l’intelligence artificielle et de l’innovation. Puis, très vite, trois autres grandes écoles nancéiennes, les Mines, Télécom Nancy et l’Ecole nationale supérieure de géologie (ENSG), rejoignent le projet. Et bingo ! Des écoles d’ingénieurs sur le coup c’est du sérieux ! On a dans notre région, des cerveaux qui vont apporter une réponse qu’on s’arrachera sur la question des mobilités urbaines, tout cela en étant les champions de ce qui se fait de mieux aujourd’hui, l’IA ! Rappelez-vous des avions renifleurs ! Le Conseil régional du Grand Est débloque alors 500000 euros pour poursuivre les recherches. Les étudiants et les écoles dopés par l’argent qui afflue passent de la maquette au circuit d’essai, 1,5 kilomètre aménagé à Tomblaine. 
De démonstrations largement médiatisées, en passant par le concours du moyen de transport le moins gourmand en énergie, la fébrilité s’accroit, ça y est nous l’avons le « truc » innovant, qu’on s’arrachera. Campagne médiatique après campagne médiatique, sans jamais interrogé le bien-fondé de ce système, Urbanloop a été retenu pour équiper le site olympique de Saint-Quentin-en-Yvelines lors des JO de 2024, le Grand Nancy l’a intégré dans son plan métropolitain des mobilités et, dès 2026, Urbanloop devrait être implanté sur le site de l’ancien chemin de fer du quartier des Rives de Meurthe pour relier un futur parking relais au nord à Maxéville à l’arrêt Saint-Georges de la ligne 1 du réseau Stan, loin du principe de la boucle, en passant par la future citée judiciaire sur l’ancien site Alstom, le tout pour un coût évalué entre 14 et 20 millions d’euros. 
Ce système présente quelques avantages théoriques, mais à mille lieues de la promesse, aucune intelligence artificielle, l’innovation loin d’être révolutionnaire, à savoir effectuer sans attente significative un trajet de 3 km en 3 minutes, plus probablement 5 minutes du fait du passage imposé par la zone piétonne devant la cité judiciaire, au lieu de 10 minutes à vélo ou en voiture. Pour voir évoluer à cette vitesse, 60km/h, il nécessite impérativement un site propre et dégagé en tous points, y compris aux intersections. Aucun piéton, ni cycliste ne peut y accéder. Il faut donc construire une barrière parfaitement étanche sur tout le tracé. La moindre perturbation, le moindre obstacle, le moindre trucs qui finirait sur les voies, …  peuvent alors bloquer tout le système. De plus, déployer ce système nécessite de construire de coûteuses passerelles pour permettre aux piétons de franchir la plateforme et des ouvrages d’arts aux croisements avec la voirie automobile. À tout cela s’ajoutent un confort plus discutable dans l’exigüité des cabines conçues pour 2 personnes assises et une forte sensibilité aux pannes puisque si une capsule tombe en panne ou se retrouve à l’arrêt pour une raison ou une autre, elle bloquera soit une station, soit le trajet complet. 
Je vous invite à lire l’étude détaillée par l’association Eden pour en savoir plus.
Donc pour conclure, entre 14 et 20 millions d’euros d’argent public pour un projet qui ne répondra en rien aux problématiques de transport dans la métropole, un système qui demandera des investissements lourds et impactants, une efficacité qui laisse à désirer, tout cela vendu à grands coups de campagnes de communication à la sauce IA produite par la crème des ingénieurs, on assiste ainsi aux mêmes comportements que ceux que je vous ai décrits pour l’affaire des avions renifleurs, à savoir que nos dirigeants sont toujours des gogos en disponibilité.
Pourquoi tout cela ? 
Parce que pas plus qu’il n’y a de langue d’un seul il n’y a de croyance solitaire. J’y crois parce qu’un autre y croit, auquel je fais crédit en vertu de ses titres et qualités. Je crois dans le bien-fondé d’Urbanloop parce que des ingénieurs, des chercheurs issus d’écoles prestigieuses y croient ! À qui, sinon, faire confiance ? Et, les instances territoriales sortent le carnet de chèques. À cela s’ajoute comme toujours l’appât que constitue l’enjeu de l’innovation technologique de l’IA et qui a fait saliver les acteurs du territoire voyant là l’occasion de préparer leur réélection, l’occasion de se placer en bonne place dans la course de la région la plus innovante, dans la course à l’échalote initiée par la « start-up nation ». 
Plus impérieux, plus pressant sont le manque à combler, le manque de réponse, le besoin d’être le meilleur et là, ce qui devient le plus crédible, c’est l’offre alléchante qui apporte enfin les solutions tape-à-l’oeil. Or, comme il y a tellement de problèmes pour lesquels les décideurs n’ont tout bonnement pas le niveau pour apporter des réponses, que tous ces gens ont estimé acceptable de se dispenser de tout examen sérieux du projet avant de dépenser des millions d’euros d’argent public et ainsi prendre une stratégie de communication opportuniste et intéressée affublée des mots-clés magiques de ce monde pour une proposition réfléchie, intelligente et réellement ingénieuse. 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, c’est avec ces quelques vers d’Emily Dickinson :  
« Si je peux empêcher une seul Coeur de se briser
Je ne vivrai pas en vain
Și je peux adoucir la Douleur d’une vie 
Ou atténuer une souffrance
Ou aider une grive affaiblie
À retrouver son nid
Je ne vivrai pas en vain ». 

À méditer et à développer, bien sûr. 

Musiques 
Soundgarden, The day I tried to live – https://youtu.be/jwDlcx3HWAU?si=1CM0qDom5Uj7q50L
Queens of the Stone Age, Lost Art of keeping a secret – https://youtu.be/mgV0_IRokqU?si=QcPEVb6XkrKdgDxS 
Peter Gabriel, And Still – https://youtu.be/-Jhim9gz5gY?si=oUE6eSCVsK7vUMWz 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.15-01042024-11.26/

Sources et inspirations 
https://reporterre.net/Total-fete-ses-100-ans-retour-sur-ses-mefaits-en-5-dates-cles
https://bonpote.com/totalenergies-est-elle-une-entreprise-criminelle/
https://as-eden.org/eden-fait-lanalyse-critique-durban-loop/
https://www.monde-diplomatique.fr/2018/09/DEBRAY/59017
https://www.mediapart.fr/journal/ecologie/280324/cent-ans-apres-sa-naissance-totalenergies-s-enferre-dans-les-energies-fossiles
https://www.lesechos.fr/pme-regions/grand-est/a-nancy-la-capsule-urbanloop-reinvente-les-transports-urbains-1780267
Le 1 Hebdo n°489. Que peut faire l’humanitaire ? 
Télérama n°3872
Emily Dickinson. Poésies complètes Flammarion 2009 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2024, April 3). Nowakowskismes 8.15. entourLoop. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/w5ma

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search