Nowakowskismes 8.12. Le mur, part 2 

L’avion représente 2,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais 5% du réchauffement climatique.
1% de la population mondiale représente 50% des émissions du secteur aérien.
80% de la population mondiale n’a jamais pris l’avion
Seulement 29% des Français prennent l’avion au moins une fois par an
Tout cela représente une empreinte carbone extravagante de 22 tonnes pour les 1% des ménages les plus fortunés en UE pour le transport aérien uniquement !
Un seul vol long courrier fait exploser le budget carbone annuel cible, de 2 tonnes de CO2 par personne.
Les armées sont responsables de 8% des émissions de l’aviation.
Un vol en jet privé est en moyenne 10 fois plus émetteur de gaz à effet de serre qu’un vol normal.
L’avion est de 20 à 50 fois plus émetteur de CO2 que le train.
L’aviation avec 2% d’efficacité énergétique est responsable de 4% de hausse annuelle du trafic.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde où nous venons d’apprendre par l’Union internationale pour la conservation de la nature, l’extinction officielle d’une espèce hors du commun, la raie pastenague javanaise, peuplant autrefois les côtes indonésiennes, une disparition due aux activités humaines responsables de l’effondrement de la population.
Bienvenue dans ce monde dans lequel les chercheurs passent leur temps à alerter sur l’importance dramatique de l’extinction de la biodiversité, qu’une nouvelle disparition est un avertissement pour le monde entier… et qu’on s’en fiche royalement !
Bienvenue dans ce petit pays bas de plafond où EDF a passé un contrat avec Amazon Web Services pour gérer la planification de la maintenance des centrales nucléaires. 
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des ignares qui confient à Jeff Bezos la « maintenance prédictive » des pièces détachées des centrales ouvrant ainsi grand les portes du nucléaire français aux USA.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 
Ce soir, le Nowakowskismes vont à nouveau parler de mur. Lors de la saison 6, les Nowakowskismes 6.6 (https://nowakowski.hypotheses.org/1320), on avait imaginé un monde, une Terre, traversée par un Mur, infranchissable, divisant la Terre depuis des temps immémoriaux, et où la vie même des humains s’est organisée par le Mur. Aujourd’hui, dans ces Nowakowskismes, c’est d’un autre mur, d’autres murs que nous allons parler, des murs qui ont occulté les horreurs de l’histoire, mais aussi des murs de la honte établis pour garantir l’espoir illusoire du confort de quelques-uns face à la réalité de la misère et la mort de tant d’autres. Et aussi ces mots d’Ursula Le Guin dans le roman Les dépossédés. 
« Il y avait un mur. Il ne semblait pas important. Il était formé de pierres non taillées cimentées avec soin. Un adulte pouvait regarder par dessus, et même un enfant pouvait l’escalader. Là où il croisait la route, il n’y avait pas de porte, il s’estompait en une simple figure géométrique, une ligne, une idée de frontière. Mais cette idée était réelle. Elle était importante. Durant sept générations, il n’y avait rien eu de plus important au monde que ce mur. 
Comme tous les murs, il était ambigu, avec ses deux côtés. Ce qui se trouvait à l’intérieur et de ce qui était à l’extérieur dépendait du côté du mur d’où l’on regardait ».

Il y a ce mur qui bouche la vue. 
Il y a ce mur, et tout un monde vit dans son ombre.
Il y a ce mur, son ombre qui change selon les saisons, selon l’heure du jour, selon que la nuit est claire ou sombre. 
Il y a ce mur et tout un monde qui vit là, inchangé. 
Là, contre ce mur, des plantes grimpantes s’y accrochent, y meurent pour renaître au gré des saisons.
Là, contre ce mur, il y a des massifs de fleurs qui profitent de sa fraicheur, il y a ces jardins qui verdissent, et bien sûr, là, face à ce mur, il y a tous ces gens. 
Tous ces gens s’occupent avec soin des fleurs, des carrés d’herbe, du potager. Tous veillent à ce que ce jardin reste bien coloré et bien protégé de toutes les formes d’envahisseurs. Parce qu’en plus, il ne faudrait surtout pas que des importuns viennent piétiner ou dévorer ces belles plates-bandes entretenues avec tant de soin et d’énergie. Le mur n’est pas toujours un rempart infranchissable. Là, dans des recoins du mur, il y a bien sûr des lopins de ce jardin moins colorés mais on ne les voit pas trop. 
De ce côté du mur, le soleil brille, c’est l’été. 
De ce côté du mur, c’est un monde dans lequel on n’entend plus d’oiseaux mais, de ce côté du mur, c’est un monde, qui, baigne dans un bourdonnement incessant venu d’au-delà du mur, le bourdonnement d’une machinerie gigantesque et étrange. Mais, de ce côté du mur, personne ne semble être gêné, ni même y prêter attention, habitués que ce sont ces braves gens de ce côté du mur de vivre avec ce mur et ce qui est au-delà. 
De ce côté du mur, ce beau jardin bien entretenu, bien protégé, est là, séparé d’autres groupes d’humains, d’animaux, de paysages dont la présence ne se manifeste que par des sons, des cris, des bruits, un ronronnement permanent et quelques signes qui se laissent apercevoir par dessus le faite du mur. 
Parfois – souvent en réalité – venus de l’autre côté du mur, des cris, des sons bizarres, des informations aussi, et par moment, plus rien. Si on s’éloignait un peu de ce mur, de ce jardin et la maison, dans un plan large comme au cinéma, au loin, on verrait des cheminées d’usines fument, des cheminées vomissant les exhalaisons d’effroyables industries. 
De ce côté du mur, dans ce quartier dans lequel on cultive ce joli jardin, on y trouve aussi de charmantes maisons et, à quelques dizaines de mètres du mur, dans cette maison y vivent des femmes, des enfants, l’un fait partie d’une jeunesse qui rêve déjà de faire le métier de papa, ingénieur, et d’avoir la même voiture que papa, un SUV dernier cri ; l’autre passe son temps à regarder seul, si seul, sans même la présence d’un adulte, des jeux, des programmes vidéo déversés 24h sur 24 par les centaines de canaux disponibles sur la box familiale. 
De ce côté du mur, une famille formidable habite en bordure du dernier cercle de l’enfer que se sont construits les hommes et où des millions d’autres sont abandonnés à la misère, aux conséquences de la dégradation de l’environnement et du climat par le système déployé par les pays riches, abandonnés à la violence de la guerre et des morts égrenées par milliers dans les médias, jour après jour. 
Et, ce mur, omniprésent, n’est qu’un petit morceau des 25000 kilomètres de murs qui découpent ce monde. Ces 25000km représentent 10% des frontières mondiales, 25000km ce sont ce que l’hypocrisie et la lâcheté de ce monde ont nommé barrières frontalières. Ces 25000km de mur dont les 4/5e ont été construits depuis 2001 par 48 entités dont 45 États, soit un quart des 193 États membres des Nations unies. Et c’est de ce côté de ce mur, que ces petits mondes rendus sourds et aveugles à la réalité du monde se sont développés, cultivent leurs petits jardins confortables, engraissés de la misère d’autres invisibles, insensibles à ce bourdonnement permanent, à ces signes qui réussissent à passer par-dessus.
En fait, hors champ, au-delà de ce mur, et surtout de tous ses matérialisations symboliques, mentales, psychologiques, nées des lâchetés et des désertions quotidiennes, on ne verra rien, juste un confort quotidien faits de ces lâchetés ! 
Tous ces braves gens se garderont bien de regarder au-dessus, tous ces braves gens trouveront bien sûr confortable de ne rien voir, … mais ils entendront tout, en étant sourds aux bruits d’au-delà du mur, au vacarme de la machine de mort de ce monde perceptible dans la permanence de ce bruit de fond venu des usines ou des unités au service d’un système innommable qui fonctionnent de jour comme de nuit. Là, de ce côté du mur, le bruit de ce monde comme ce bruit médiatique baignant tout, c’est ce grondement de Baal-Moloch, ce magma informe et terrifiant auquel s’ajoutent les cris, les suppliques, le bruit des armes, des sonorités d’abord ténues, informes, puis émergeant avec violence dans toute leur horrible clarté. 
Le mur, malgré sa permanence, n’est pas étanche aux cris des combats, à la douleur, à la peur, à la mort ; par delà le mur, le bruit c’est les cris de femmes, d’enfants implorant pitié, le claquement des armes, les explosions, les destructions, les pleurs, le malheur, les rafales d’armes automatiques, le silence… le mur c’est cette machinerie à l’oeuvre de ce qui se joue au-delà du mur.  
Là, de ce côté du mur, dans la vie colorée de ce petit jardin, dans lequel chacun, plongé dans le flux des réseaux, déversant sans interruption, plus rien n’est important, la mort par noyade dans une mer, la pauvreté, le fracas des armes décimant des civils, suppliques, cris, pleurs, tout cela perçu avec l’indifférence de l’habitude. 
De ce côté du mur, de toute façon, ce qui se relaie, ce qui s’amplifie, c’est que, de l’autre côté, ce ne sont que des « parasites que l’on élimine », des « envahisseurs qu’on chasse, et qu’on renvoie vers la violence des pays qu’ils ont fui dans l’espoir d’une vie meilleure. 
Au son infernal, aux flux permanents s’ajoute l’indolence d’un monde qui y trouvera même son inspiration pour ses jeux macabres. 
Apathie ? 
Volonté de se protéger des autres considérés comme une source de contamination !? 
Le contraste est bien là et pourrait bouleverser un observateur, mais il y a bel et bien contamination… mais la contamination du pire. 
Là, de ce côté du mur, c’est le monde idéal que ces gens-là se sont créés. Ce mur est sensé les protéger, les tenir à l’écart de la réalité du monde. Ce mur est alors l’écran sur lequel se projette la réalité qu’ils se sont fabriquée. 
Là, de ce côté mur, ce beau jardin coloré est malgré tout imbibé de la souillure du mal. 
Derrière ce mur, on y retrouve quelque chose qui rejoue la scène de Lady MacBeth et la tâche de sang lorsqu’elle l’imagine sur ses mains et qu’elle ne parvient pas à effacer. 
À l’abri de ce côté-là de leur mur, ces gens-là ne pourront et n’arriveront jamais à faire disparaître les traces de l’horreur, quand bien même, ils n’éprouveraient aucune culpabilité. Et pourquoi culpabiliser d’ailleurs ? Quand, là tapis derrière ce mur, inondés de marketing et médias complaisants, la réalité du monde n’est qu’un remake de films comme Barbie, un film qui, pour information, a fait l’objet de 273279 articles en ligne à l’échelle planétaire en 2023 alors que la la cause des 7,3 millions de personnes qui ont besoin d’aide humanitaire en Angola n’a bénéficié que de 1049 articles à travers le monde.
Là, à l’abri du mur, pourquoi culpabiliser ? Quand, inondés de marketing et médias complaisants, leur réalité se fiche éperdument qu’une grande partie des désastres qu’ils ne veulent pas voir, ou tout simplement qu’ils ne souhaitent voir venir remettre en question leur petit jardin coloré, sont directement liés au changement climatique résultat de ce système prédateur, qui, par les conditions météorologiques extrêmes qui en découlent, exacerbe l’insécurité alimentaire, la pauvreté et les déplacements forcés de population.
Là, à l’abri du mur, pourquoi culpabiliser ? Quand, inondés de marketing et grâce aux médias complaisants, les nombreuses crises touchant des millions de personnes sur le continent africain sont oubliées, alors qu’elles demanderaient un changement de narratif impératif pour espérer sortir de la fausse impression que ces crises sont sans espoir. 
De ce côté-là du mur, même convaincu du bien-fondé de ce système, de la raison d’être de ce mur, la réalité qu’il occulte mais qu’il révèle criante, certains ne s’en remettent pas et fuient dans une folie sans retour. 
De côté-là du mur, c’est Amityville, une maison du diable où il n’est pas possible de faire semblant, un jardin fait de murs dans lequel les enfants souffrent d’insomnie chronique conscients qu’ils sont de la réalité au-delà. Bienvenue dans ce monde dans lequel la richesse, l’illusion de beauté, d’opulence, de luxuriance, de fleurs épanouies ne croissent que grâce à l’engrais, le compost, innommable produit des cendres de ceux qui meurent de l’autre côté du mur. Bienvenue dans l’univers du mur qui incite à d’étranges cérémonials quasi religieux et obsessionnels de protection, qui, chaque soir demande à parcourir la maison-mur, pièce après pièce, couloir après couloir, pour fermer et vérifier chaque porte, dans une liturgie faite de cette paranoïa qui refuse de laisser entrer l’au-delà du mur et permet de ne pas affronter sa responsabilité à défaut de son humanité. 
Là, de ce côté du mur, dans la luxuriance des jardins nés des morts d’êtres invisibles, partagés à l’envi, l’aveuglement volontaire et banal n’est que la matérialisation du triomphe de la propagande et de la rigueur, de ce mur qui délimite, militaire et indispensable à l’industrie de mort qu’il cache, industrie où les humains sont des « unités », pour laquelle il faut des réunions, des moyens, de la logistique, pour entretenir  et augmenter la productivité, qui ne connait pas de victimes puisque tout n’est qu’un processus qui traite, qui optimise, qui produit. 
Mais tout ira bien de ce côté-là du mur, le jardin restera luxuriant, la maison réunira ces gens-là autour d’une table, les portes et volets clos, le mur sera là pour réduire les conversations au périmètre de ce joli jardin, là patiemment entretenu de ce côté du mur. Et si les enfants ont des angoisses avant de dormir, une petite histoire les rassurera, un bon vieux conte de Grimm, Hansel et Gretel, où la méchante sorcière finira dans un four, « juste châtiment » pour tous les monstres venus d’au-delà du mur pour menacer les petits enfants vivants de ce côté-là du mur.

Ce petit texte est venu lorsque les lumières se sont rallumées, que l’étrange musique de fin envahissait la pénombre de la salle, entre musique funèbre et cacophonie, alors que se déroulaient le générique de fin, et qu’il a fallu un certain temps pour retrouver la réalité, remonter lentement les cercles de l’enfer et mesurer combien une séance de cinéma peut être effroyable et magnifique et qu’elle nous habite encore des semaines après. Les images se laissent facilement « reconnaître », ce sont les images du monde « normal », de notre monde, celui dont nous éprouvons chaque jour les évidences sensibles, qui nous enveloppent de leur familiarité rassurante. Le film donne à voir, la coexistence de ce monde avec celui de la terreur et nous demande de penser le sens de cette coexistence. Le film s’installe, et nous installe, dans cet entre-deux, qui relie, dans ce qui voudrait les séparer, le « normal » et « l’anormal », le familier et le l’effrayant, le banal et le terrible. 
Vous l’avez compris, je vous invite à voir La Zone d’intérêt de Jonathan Glazer, ou comment toucher du doigt la banalité du mal en un hors-champ de 1h45. « La Zone d’intérêt », c’est un film sublime et monstrueux qui contredit une fois de plus ceux qui estiment qu’il est impossible de filmer l’indescriptible. « C’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal » écrivait Hannah Arendt. En effet, ne plus écrire, ne plus raconter, ne plus filmer, c’est laisser place à l’oubli et forcément préparer la répétition de l’horreur. Si certains peuvent encore douter que l’art change quoi que ce soit à la vie, il permet au moins d’entretenir la mémoire ou tout simplement de nous tendre un miroir, parce qu’il faut sans cesse nous rappeler qu’il n’y a pas de crime de masse qui n’implique l’ensemble d’une société, qu’il n’y a pas d’innocence possible dans un régime comme celui du IIIe Reich et de tous les régimes tentés par le totalitarisme, qu’il en va de notre responsabilité à tous de ne pas détourner les yeux face à l’insoutenable afin de ne pas laisser s’installer le pire, en étant tapis dans le confort de nos murs. 
Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots d’Imre Kertesz, « Auschwitz ne constitue pas un cas d’exception, tel un corps étranger qui se trouverait à l’extérieur de l’Histoire normale du monde occidental, mais bien l’illustration de l’ultime vérité sur la dégradation de l’Homme dans la vie moderne ». 
À méditer bien sûr. 

Musiques 
Yes, Soon – https://youtu.be/fzz1ZeTbHvs?si=c9cupuxbiUK13zUV
Moger Orchestra, Subjected to electricity – https://youtu.be/UkHjYtjezRQ?si=E_N5EuujWkV6Cd8A
Beth Gibbons, Floating On A Moment – https://youtu.be/ldrx0eSqV-E?si=XWR8plCwKsvXh4My 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.12-19022024-09.57/

Sources et inspirations
https://www.francetvinfo.fr/economie/edf-a-passe-un-contrat-avec-amazon-pour-gerer-la-planification-de-la-maintenance-des-centrales-nucleaires_6364024.html
https://bonpote.com/10-chiffres-a-connaitre-sur-lavion-et-le-climat/
https://mrmondialisation.org/ces-10-crises-humanitaires-passees-sous-silence/
https://mrmondialisation.org/une-nouvelle-espece-marine-disparait-dans-lindifference/
https://diacritik.com/2024/02/12/la-zone-dinteret-jonathan-glazer-dans-le-jardin-du-mal/
https://lundi.am/Le-visible-et-l-invisible
https://nowakowski.hypotheses.org/1320
https://fr.wikipedia.org/wiki/Amityville_:_La_Maison_du_diable
https://www.cameo-nancy.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=10421&catid=8&Itemid=120
Ursula Le Guin. Les dépossédés



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2024, February 23). Nowakowskismes 8.12. Le mur, part 2 . Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/vw63

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search