Nowakowskismes n°14 – Je suis d’ailleurs

Les théories de la physique découvrent des dimensions cachées de l’univers alors ce soir, Les Nowakowskismes seront un passage pour l’envers du décor, vers d’autres dimensions qui n’ont rien à voir avec le monde quantique. Les Nowakowskismes vont explorer l’envers du monde dans lequel nous vivons, envers de nous-même également, vers le Ctulluh, l’indicible aussi avec HP Lovecraft.
Alors commençons ! Dans l’ailleurs, connaissez-vous les Altistes et les solistes ? Et aussi, connaissez-vous les anarchitectes, les terraristes ou encore les Zadacenters et le Rednet ? Allons donc à la rencontre de cet envers du monde, l’ailleurs sous certaines de ses formes. Evidemment, l’ailleurs ne se trouve pas que là.

Je suis d’ailleurs, c’est sur les toits et sous les sols, et dans les interstices du monde

Les ailleurs de nos villes soumises à la prédation privée se trouvent sur les toits et sous les sols. Ces occupants de cet ailleurs, ce sont les Altistes et Solistes. Ils s’en emparent pour les mettre en commun, ils y tissent leurs toiles qui n’ont rien du W3.
Les Altistes, comme leur nom l’indique, sont sur les toits des cités, des tours, des immeubles. Ils ouvrent de nouveaux camps éphémères et durables, posés contre le ciel, ailleurs de la ville. Ils s’abreuvent de l’eau de la pluie, circulent de toits en toits par des chemins aériens et des tyroliennes, grimpent et descendent en rappel. Ils ont leurs entrées dans les immeubles. Les toits sont les lieux de spectacles, de concerts, de barbeuques vers une ailleurs de la convivialité. L’ailleurs, les toits deviennent potagers, les légumes produits rejoignent le sol de la cité, la permaculture redessine les toits, l’énergie c’est avec des panneaux solaires mobiles – l’ailleurs devient moyen d’une nouvelle socialisation.
En échange du squat toléré, l’ailleurs est là. Les Altistes aident alors les habitants, donnent des cours, gardent des gosses, filent des coups de main aux vieux, rendent service et progressivement se lient aux habitants. L’ailleurs rapproche alors les humains. Les Altistes envahissent progressivement les tours de bureaux, squattent la Défense et les Centres d’affaires, ouvrent vers l’ailleurs de la ville.
Le mouvement devient une philosophie, un rapport au risque, au vide, à l’espace, à son corps, au ciel. Investir l’ailleurs de la ville pour une nouvelle manière de la regarder et de l’aimer, de l’embellir par des airchitectures posées et agiles, fixées parfois aux parois. Les « Aircamps » accueillent aussi bien jeunes, migrants, étudiants, sans abris, militants, curieux…
Les Solistes, quant à eux, sont cataphiles. L’ailleurs du dessous est leur territoire, les souterrains, les parkings, les tunnels, là où la propriété privée n’a plus cours. Ils sont l’underground, le caché précieux, là où se créent les actions, où se stockent les ressources, où s’abritent ceux qu’on traque. Ces deux ailleurs communiquent d’ailleurs, un lien secret unit Solistes aux Altistes, des occupateurs d’espaces inhabités (clin d’oeil à Ursula Le Guin), juste derrière la porte ou dans les souterrains
Les interstices, aussi, sont des ailleurs. Les zones intersticielles peuvent être, par exemple, les îlots de la rivière ou le fleuve qui traversent le territoire, mais aussi les îlots artificiels de palettes, des cabanes perchées, les rond-points immenses d’entrée de villes, les nœuds d’échangeurs, les hippodrome, les friches, les usines fermées…
Alors imaginons des bandes d’anarchitectes capables de (co-)monter des cabanes et des abris solides en une seule nuit, seuls ou avec des migrants et des sans abris. Imaginons aussi que s’y installent aussitôt ces populations qu’on traque et qu’on chasse, tout autant que des étudiants ou des sympathisants, des groupes et des grappes militantes. Rien n’interdit alors de construire des hameaux en une nuit, des quasi-villages, dans ces ailleurs.
Les anarchitectes sont des assemblages polymorphes. Ils sont métissés de faiseurs, d’ouvriers, d’artisans et d’artistes mêlés, d’architectes des petites surfaces et de l’habitat léger, de tacticiens de la lutte urbaine et de diplomates de terrain, de logisticiens malins et d’athlètes de la poutre portée. Certains cherchent et trouvent le site, d’autres pensent le transport des matériaux, d’autres encore conçoivent les plans, assurent la construction concrète du hameau, les grappes de cabanes, d’autres affinent l’insertion urbaine, les derniers se préparent à négocier avec la Police.
L’anarchitecture est obstination et réseau et ailleurs qui investit. Ce qui est démonté doit être remonté ailleurs le lendemain. Ce qui est attaqué doit être défendu, en luttes non violentes menées par des groupe nombreux, de membres enchaînées, ailleurs. Parier sur la beauté, être là sans gêner le quotidien des gens, dans l’ailleurs. Café éphémère, artisanat d’appoint, aire de jeux improvisée pour les mômes qui passent, exposition sauvage, théâtre de rue, sans jamais oublier l’échange et le partage. Être là pour être avec, pas pour être contre, être ailleurs et de l’ailleurs.
L’ailleurs du monde, ce sont les harmoniques qui lui donnent sa force et sa beauté.
Alors continuons notre exploration de l’ailleurs, vous avez compris, l’ailleurs c’est là que, dans chaque instant, se réinvente le monde, c’est de là que surgit l’énergie du monde. Alors plongeons-nous dans les

Les Zones d’un Ailleurs Désirable

L’acronyme ZAD mute secrètement. De « zone à défendre », il devient « zone à déployer », à dupliquer, à démultiplier ou encore mieux, nous les appellerons Zones d’un Ailleurs Désirable.
Encore un ailleurs, un autre dans le rural, investi par le mouvement « terrariste » qui consiste à acheter spontanément des terres délaissées, méconnues, sans valeur, à coup de financement participatif, parfois simplement sur un don d’un agriculteur, d’une commune amie, d’un riche complice. Des terres pour en faire des ZAD.
Ailleurs dans lequel on peut y expérimenter des Communes, des modes de vie qui échappent au capitalisme, au calcul-roi, à la mesure, l’ailleurs devient ouverture et autonomie, interstices, communes poreuses, aérées, lieux de passage, de voyage et de migrations, ailleurs pour l’accueil et autres dimensions d’expérimentations.

Quelles formes pour cet ailleurs ?

Des hectares de forêt dans le Vercors où pousse un archipel de cabanes, faites intégralement à la main (chacune unique, singulière) et issues des ressources locales : terre, pierre, bois. Un opéra arboré dont les sièges sont fixés aux troncs et où la clairière forme scène, des chemins qui sont des arterres rythmés par le land art, des phares érigés en plein océan végétal. Des écoles où l’on fait, bricole et fabrique, chaque après-midi, en plein air, cerveau et corps actifs, où faire construire les mômes est partie intégrante de l’éducation. Des bâtiments fondus dans l’environnement, modèles d’une écologie sobre et rayonnante, qu’on habite ou qu’on offre ensuite aux migrants, aux sans abris, aux sans-terre, à ceux qui n’ont pas encore la force ou les ressources pour les faire eux-mêmes. Ailleurs d’où émergent d’autres militances.
Ou encore des champs réinvestis dans les Cévennes, des corps de ferme remontés ou créés en Bretagne, des phalanstères à Ouessant et des écoles de la terre en Corrèze, ailleurs où on se forme, se transforme, désapprend et prouve que la vie est plus intense dans l’ailleurs de la société.
L’ailleurs se révèle en touffes, adventices qui surgissent d’entre les pavés. L’ailleurs crée les liens qui libèrent : liens à la nature, aux animaux, au végétal, aux arbres qui se parlent ; liens aux autres qu’on écoute et accueille, avec qui l’on co-construit, co-fabrique, discute, s’engueule, s’affirme, grandit ; liens aussi retrouvés avec soi. L’ailleurs où s’expérimentent les libertés.
Alors le mouvement terrariste invente, dans l’ailleurs, ses propres pratiques et sa propre énergie. Il contamine aussi. Les Terras, comme on les appelle désormais, ouvrent les portes vers un ailleurs tout en couleurs.
Mais l’ailleurs est aussi dans le numérique, pour faire face aux GAFA.
Souvenez-vous ! Les logiciels libres, les matériels libres ! Les technologies physiques développées selon les principes des « ressources libres » (ou encore open source) — machines, dispositifs, pièces dont les plans ont été rendus publics de façon que quiconque, s’il le souhaite, puisse les fabriquer, les modifier, les distribuer et les utiliser.
L’ailleurs du numérique impliquera de se réapproprier toute cette chaîne logistique aujourd’hui intégralement privatisée et aliénée : aussi bien les câbles et la fibre que les nœuds du réseau, les antennes, les VPN, les routeurs, tout autant que les centres de données (datacenters) qui sont les forteresses en réseaux qui quadrillent le monde, et dans les interstices desquelles l’ailleurs existe. L’ailleurs se trouve alors dans des pratiques en matériel libre, comme en logiciel libre, dans tout un écosystème technique qu’on peut se fabriquer, se bricoler, partager, mettre en commun et qui échappe à l’empire du traçage.
Imaginer un ailleurs c’est imaginer des centres de données autonomes, des zadacenters autogérés, nichés dans les ZAD, et alimentés en énergie renouvelable. Imaginer un ailleurs numérique ce n’est pas déboucher sur un darknet, mais créer un rednet ou un greenet — lieu instersticiel d’expression et d’échange indépendant. Jusqu’à imaginer des projets de satellite libre pour un internet libre, allez plus haut encore que les altistes, investir l’ailleurs des hauteurs de la Terre.

L’ailleurs est notre quête de ces Nowakowskismes, ailleurs qui libère, qui invente, qui émancipe mais l’ailleurs c’est aussi ce qui est là, qui hante nos jours, qui est tapi dans le noir avant qu’on allume la lumière, qui attend dans les marges de notre perception, l’indicible constitutif de nous-mêmes. S’émanciper c’est aussi affronter l’ailleurs. Il est un auteur qui en a fait sa quête, qui l’a exploré sous ses formes multiples. Alors avant la nuit, avec Howard Phillips Lovecraft,

Je suis d’ailleurs.

Sur la colline de la petite ville de Providence, le 15 mars 1937, disparaît un homme de moins de cinquante ans, un solitaire qui a toujours habité ces quelques mêmes rues, sauf deux ans à New York et, chaque printemps, d’étonnantes équipées au Québec jusqu’en Floride par trains et par autobus.
Cet homme, c’est Howard Phillips Lovecraft né en 1890 et mort en 1937 à Providence. Il est un romancier célèbre pour son oeuvre fantastique et horrifique, touchant à l’ésotérisme et au mysticisme.
Lovecraft n’a jamais cessé d’écrire : passionné de sciences et d’astronomie dès son adolescence, il s’engouffre dans le monde du journalisme amateur. Passionné de poésie et de prose lyrique, avec une vénération pour Edgar Poe, il construit dès ses vingt ans, émergeant d’une longue période de claustration volontaire, tout un hors du monde.
Le premier mystère Lovecraft c’est d’abord lui-même. Dormant le jour, écrivant la nuit, marcheur invétéré, se nourrissant trop souvent d’une boite de haricots et de glaces à la vanille puisque ses moyens ne lui permettent guère plus, il ne verra jamais ses écrits imprimés dans un livre.
Une vie usante, entre le bref mariage raté, les deux vieilles tantes rêvant encore à l’ancienne prospérité familiale, et un travail de réviseur-correcteur pour quelques sous-écrivains avides de réputation littéraire..
Lovecraft c’est des dizaines de milliers de lettres et cartes postales, qui permettent de presque tout savoir de ses lectures, ses voyages. Et, à intervalles décousus, une poignée de récits, longs de vingt à ou cent vingt pages qu’il soumet à ces magazines dits pulps, avant l’âge de la science-fiction.
Lovecraft écrit des récits qui décrivent un monde où toutes les peurs peuvent surgir du contexte le plus ordinaire et qui nous livre en même temps le plus étrange quotidien de l’Amérique du début du XXème siècle. Il fait apparaître Ctulluh, Dagon, et tout ce qui rôde aux marges. Il invente des monstres dans les replis de la mer ou les fonds reculés de la terre, il imagine la possibilité de traversées du temps. Il crée l’étonnement et l’angoisse venus de mondes précédant le nôtre, ou coexistant dans le cosmos. Mais aussi, et surtout, il libère ce qui est là depuis toujours en nous, la peur surtout, la peur de l’inconnu, la peur des abysses intérieurs et extérieurs à nous-même, la peur de l’autre. Cette peur qui fait de nous ce que nous sommes, aux portes de la folie –  folie qui n’est jamais loin et dans laquelle nombre de ceux qui ouvrent les portes vers cet ailleurs sombrent sans possibilité de retour.
Lovecraft c’est une vraie littérature, c’est une littérature qui en appelle au langage, au récit, à l’histoire qu’on raconte, pour nous permettre de tenir dans le désarroi du monde.
Les récits de Lovecraft sont alors comme des échappées du temps, comme des trous dans l’abîme du présent.
La terreur, l’horreur, l’informe figure qui se montre dans le rêve, Lovecraft ne les éveille pas pour jouer. Il sait seulement que tout cela est déjà là, en nous depuis l’enfance, dans l’inquiétude du quotidien.
Lovecraft appelle alors l’indicible, ce qui n’est autre que le plus vieux nom, toujours vivant, de la terreur, l’envers d’un décor.
Alors, n’attendez plus, allez visiter la cité sans nom et ses milliers de cercueils où gisent des créatures monstrueuses en habit de fête, retrouvez les visions du trappeur de Cashill dont les visions d’une extrême précision et d’une beauté telle, qu’il faut bien croire qu’une âme exceptionnelle est prisonnière ce corps grossier, prenez rendez-vous avec le Ctulluh et penchez-vous dans les abysses, ceux qui nous attirent qu’on s’y penche, et aussi ceux qui nous habitent.
Et pour finir avec un texte écrit sur Werner Heisenberg, le physicien qui a énoncé le principe d’indétermination, c’est écrit par Jérôme Ferrai et ça s’appelle « Le principe » et il dit : «  Le vertige de l’horreur ressemble parfois à celui de la beauté. On fait partie d’un tout bien plus grand que ce qu’on peut imaginer, plus grand que la médiocrité des rêves de confort et de paix, plus grand que les nations en guerre, mais si démesurément grand que la tension dans laquelle il tient les hommes ne peut se maintenir qu’en les brisant. »

Références à Alain Damasio – https://lundi.am/Contribution-Damasio-a-l-appel-de-Lundi-matin-8-mai


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *