Nowakowskismes 8.11. Février, februus, februarius « mois des purifications »

« Les deux tiers des entreprises agricoles n’ont pas, en termes économiques, de raison d’être. Nous sommes d’accord pour réduire le nombre d’agriculteurs », c’est ce que disait Michel Debatisse, secrétaire général de la FNSEA en 1968. 
Ce syndicat a été fondé après la seconde guerre mondiale. Il a accompagné le développement du système agro-industriel depuis des décennies, et tout cela, en co-gestion avec l’État. C’est d’ailleurs tout ce système qui a mis la corde au cou des paysans, tout ce système qui les exploite pour nourrir ses profits et qui finalement les pousse à s’endetter pour s’agrandir afin de rester compétitifs ou disparaître. Cette mission est, on ne peut plus que réussie. Le nombre de paysans et de salariés agricoles est passé de 6,3 millions en 1946, à 750 000 au dernier recensement de 2020. Alors que le nombre de tracteurs dans les campagnes augmentait d’environ 1000%, le nombre de fermes chutait de 70% et celui des actifs agricoles de 82%. Autrement dit, ce sont plus de 4 actifs sur 5 qui ont quitté le travail agricole en seulement quatre décennies, entre 1954 et 1997. Et la lente hémorragie se poursuit aujourd’hui…
Parlons de son dirigeant actuel, un certain Arnaud Rousseau, ancien courtier et négociant, tout droit sorti d’une business school, pur produit de cette idéologie capitaliste. 
Alors que la taille moyenne d’une exploitation en France en 2020 est de 69 hectares, la sienne a une taille qui s’élève à 700 hectares. Et ce n’est pas tout ! Il est à la tête d’une quinzaine d’entreprises, de holdings et de fermes, président du conseil d’administration du groupe industriel et financier Avril dont sont issus des produits bien connus, les huiles Isio4, Lesieur, Matines, Puget. Il est le directeur général de Biogaz de Multien, une entreprise de méthanisation, il est administrateur de Saipol, leader français de la transformation de graines en huile, il est président du conseil d’administration de Sofiprotéol. Il ne faudra alors pas s’étonner que les cadres de la FNSEA, tout comme les dirigeants des plus grosses coopératives agricoles, aient des salaires qui n’ont rien à voir avec  ceux de la majorité des agriculteurs. Pour information, le revenu moyen mensuel des dix personnes les mieux payées en 2020 au sein de la coopérative Eureden est de 11500 €. 
Voici la réalité vécue par la majorité des agriculteurs ! 
Selon l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), dans le monde, le pourcentage du prix de vente qui revient aux agriculteurs est passé de 40 % en 1910 à 7 % en 1997. Alors que, de 2001 à 2022, les distributeurs et les entreprises agroalimentaires de la filière lait ont vu leur marge brute s’envoler de respectivement 188% et 64%, quand celle des producteurs stagne, quand elle n’est pas simplement négative. 
A votre avis, qu’est-ce qui pousse le monde agricole à bloquer les autoroutes, à ouvrir des bouteilles de lait à Carrefour ou à bloquer les usines Lactalis, à labourer un parking, à bloquer le port de la Rochelle, à vider des camions venus de l’étranger, à asperger de lisier une préfecture, à retourner un Macdo, c’est que les industriels  intermédiaires de l’amont, fournisseurs, vendeurs d’agro-équipements, semenciers industriels, vendeurs d’intrants et d’aliments, et de l’aval des filières, les coopératives de collecte-distribution comme Lactalis, les industriels de la grande distribution et de l’agroalimentaire comme Leclerc qui verrouillent le complexe agro-industriel, les dépossèdent impunément des produits de leur travail.
Ce pillage organisé s’explique parce que les subventions qui jouent le rôle pervers de béquilles du système, profitent essentiellement aux plus gros. 
À cela s’ajoutent les accords de libre échange internationaux qui mettent en concurrence les paysanneries du monde entier et ont accéléré ces déprédations économiques. Il est su de tous et toutes aujourd’hui que lorsqu’on parle de « libéralisation », de « gains de compétitivité », de « modernisation » des structures, c’est que des fermes vont disparaître, que la polyculture élevage va régresser – elle ne représente plus que 11% des exploitations actuellement – ne laissant plus qu’un désert vert de monocultures industrielles menées par des exploitants à la tête de structures toujours plus endettées, de moins en moins maîtres d’un outil de travail et d’un compte en banque aux mains des créanciers.
Un système qui a amplifié la dynamique menant à moins de paysans, un système organisé pour qu’ils gagnent de moins en moins bien leur vie, sauf à agrandir toujours et encore leur surface d’exploitation, en dévorant au passage les voisins et les espaces du vivant. Ainsi le « devenir chef d’entreprise » promu par la FNSEA, c’est mettre les agriculteurs dans la même situation que les chauffeurs Uber qui se sont endettés jusqu’au cou pour acheter un véhicule alors qu’ils dépendent d’un donneur d’ordres unique pour réaliser leur activité… 
Et bien sûr, tout cela dans un monde où le système capitaliste prédateur est un des principaux moteurs de la brutalité du changement climatique et des dérèglements écologiques entraînant dans leur sillage la multiplication de maladies émergentes et autres épizooties.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce petit pays bas de plafond qui vient de mettre en « pause » le plan EcoPhyto qui visait à réduire l’usage des pesticides, un plan pourtant indispensable pour la santé des agriculteurs et des écosystèmes. 
Bienvenue dans ce petit pays dont le ministre de l’agriculture a annoncé que le gouvernement ferait appel de la décision contre les « chartes de voisinage », permettent d’assouplir les conditions d’épandage des pesticides !
Bienvenue dans ce petit pays dirigé par des incapables et des vendus à l’agro-industrie et à ce système prédateur, où ce 1er ministre a déclaré qu’aucun pesticide ne pourrait être interdit en France avant que la substance active qu’il contient ne soit interdite dans le cadre européen. Encore « un recul majeur » de ce petit pays dans un mandat d’un président qui avait clamé haut et fort que ce mandat serait écologique ou ne serait pas ! 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand dans lequel pour le comité d’organisation de cette aberration que sont les JO a décidé de confier la gestion d’une partie de l’hébergement des données de la compétition à la société chinoise Alibaba Cloud malgré les craintes pour la sécurité nationale ! Vraiment n’importe quoi sur toute la ligne !
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde, et pourquoi pas avec l’installation d’un ministère du futur. 
Bienvenue dans des Nowakowskismes, les premiers de Février, ce mot février venant du latin februarius (mensis), le « mois des purifications », en référence à un rituel de l’Antiquité romaine qui se déroulait mi-février. Février est dérivé de februus qui signifie « purificateur » alors, dans ces Nowakowskismes, c’est du système agro-industriel que nous parlons ainsi que d’un imaginaire qui pourrait offrir des alternatives à tout cela. 

Imaginez un Ministère du futur, installé dans une ville quelque part dans le monde,  regroupant des agents climatiques mondiaux qui ont à la fois un rôle d’influenceurs, de diplomates et de précurseurs pour faire bifurquer les États et les entreprises vers des des modèles économiques soutenables et, in fine, réduire la production de carbone dans l’atmosphère. Ces agents seraient dotés d’une conscience politique et écologique, et seraient prompts à multiplier les leviers d’action pour arriver à leurs fins, qui peuvent aussi être amenés à la désobéissance civile. 
Une telle équipe du Ministère serait multi-compétente et militante. Elle pourrait ainsi plaider auprès des acteurs mondialisés de la finance, proposer des crypto-monnaies écologiques, lutter pour soutenir et diffuser les initiatives et les modèles locaux déjà fonctionnels. Pour aider les États à bifurquer, les agents seraient des modèles d’engagement, de conscience et de compétence climatique. Ils ne seraient évidemment pas neutres, même si on a longtemps fait semblant, au cœur des machines d’État, que les idées néo-libérales représentaient la neutralité et le bon sens, laissant se dérégler les processus de compromis et d’élaboration des politiques publiques. En France, par exemple, depuis quelques années, il existe quelques initiatives qui pourraient préfigurer cela, en proposant de mettre en réseau – et donc, aussi, de protéger – les agents publics engagés et compétents en faveur de la transition écologique (par exemple : Le Lierre et Fonction Publique pour la Transition Écologique). 
Comment seraient-ils recrutés ? 
On pourrait imaginer que, du monde entier, les meilleurs de chaque discipline se retrouveraient à travailler ensemble, d’ailleurs sans grande difficulté de coopération ou de collaboration. Construire une équipe de cette trempe, interrogerait aussi sur la capacité des acteurs publics à identifier, embaucher et maintenir en capacité d’action des profils aussi compétents pour réaliser une transition environnementale.
L’autonomie de cette équipe lui permettrait de considérer une grande variété de leviers et de solutions. Pourquoi ne pas envisager intelligemment des technologies de captation du carbone ou de limitation de la fonte des glaces arctiques, susciter des réformes agraires mettant en commun les terres et socialisant les efforts de développement de l’agro-écologie, favoriser la création de l’Internationale des initiatives permacultrices, contribuer à l’établissement de couloirs naturels sur la moitié des surfaces terrestres, accompagner le déplacement des populations fragilisées par le changement climatique, systématiser la prise en compte des activités bénévoles dans les échanges internationaux, travailler à la création d’un commun numérique pour la protection des données… Ce foisonnement d’initiatives et d’exploration serait le lit de nouveaux paradigmes de l’action publique qui permettraient une sorte de planification par la multitude. Même si parmi les nombreuses solutions possibles et explorées, beaucoup auraient vocation à rater, d’autres pourraient passer à l’échelle et dessiner un futur possible.
Cette équipe du Ministère du futur disposerait d’une grande autonomie d’action en tant qu’agence onusienne. Elle serait dotée d’une feuille de route presque illimitée pour travailler pour les générations futures, et elle n’aurait à rendre de comptes à aucune autorité politique. Il pourrait avoir les classiques problèmes de financements, et elle devrait négocier des moyens supplémentaires auprès de sa tutelle. Les agents parviendraient à s’extraire des contingences de l’actualité, pour trouver de réelles marges d’invention, de proposition et de création. Les objectifs et les échéances de l’équipe seraient clairs, les agents auraient carte blanche pour explorer et tester des idées, avec une grande confiance de leur encadrement.
Le Ministère du futur pourrait inscrire son action dans la durée et donnerait aux agents les moyens de l’incarner. Les agents du Ministère seraient là et resteraient là, ce qui leur permettraient d’articuler la tension entre l’urgence d’agir et l’importance de penser l’action dans le temps long. La direction du « Ministère » serait une figure de « décideur dans la tourmente » qui soutiendrait l’action de l’équipe en négociant hors des murs du ministère avec des acteurs politiques et économiques rétifs. 
La lutte contre le terrorisme écologique des hyper-riches serait au cœur de l’action du Ministère. L’une des évolutions dans les moyens d’action du Ministère le conduirait à entamer un travail de sûreté, d’espionnage et d’action discrète, pour limiter l’influence et le pouvoir de nuisance des plus gros pollueurs planétaires. Ce sont eux qui mériteraient de faire l’objet de politiques publiques sécuritaires. Le Ministère du Futur proposerait un renversement radical de la définition de l’éco-terrorisme. Le danger ne vient pas des militants radicaux, des militants écologiste pour le climat, l’agro-écologie, mais de tous ces acteurs industriels, agro-industriels et financiers qui refusent de renoncer à leurs privilèges et qui continuent impunément à détruire le seul endroit où nous pouvons vivre en œuvrant activement contre toutes les tentatives de bifurcation de l’économie pour y intégrer les limites planétaires. 
En réalité, nous n’aurions aucun problème pour penser et agir dans un monde incertain face aux dérèglements climatiques. Déjà, des actions et des postures sont en germe, au sein de certaines collectivités locales ou organisations publiques, dans les réflexions informelles d’agents publics ou dans les mouvements militants. L’enjeu serait de mettre en narration des utopies réelles et des alternatives portées ou favorisées par des actions publiques peu empêchées visant à faire prospérer des initiatives locales. L’enjeu serait avant tout de créer des cadres politico-administratifs et des outils permettant de dépasser les biais et les certitudes de ceux qui refusent d’agir alors qu’ils en ont les moyens. L’enjeu serait avant tout de nous mobiliser pour porter des traités de transformation publique pour des administrations qui s’appuieraient sur la société civile en mettant en réseau les initiatives locales sans perdre de vue les nécessaires rapports de force. 
Et surtout, lisez Kim Stanley Robinson. 
Or, nous sommes bien loin des rêves d’un Ministère du futur ! Aujourd’hui, reconnaître la souffrance et le désarroi du monde agricole n’empêche pas d’examiner les faits et de tenter de démêler les responsabilités dans la situation actuelle. La majeure partie du traitement médiatique tend à faire croire que les agriculteurs et agricultrices parleraient d’une seule voix, celle du président agro-businessman de la FNSEA Arnaud Rousseau. Ce directeur de multinationale, administrateur de holding, partage-t-il vraiment la vie de celles et ceux qui ne parviennent plus à gagner la leur par le travail de la terre ? 
Les agriculteurs formeraient-ils un corps uniforme, qui valoriserait le productivisme au mépris des enjeux environnementaux qu’ils et elles ne comprendraient soi-disant pas ? Difficile à croire et bien sûr faux.
La science a montré que ce modèle agricole industriel et productiviste conduit à une catastrophe sociale et environnementale, que ce modèle concurrence dangereusement les alternatives écologiquement et socialement viables, que cette agriculture ne s’adaptera pas indéfiniment à un environnement profondément dégradé. La science a montré que cette agriculture ne s’adaptera pas à un réchauffement climatique de +4°C pour la France et une ressource en eau fortement diminuée, pas plus qu’à une disparition des insectes pollinisateurs.
Le Haut Conseil pour le Climat (HCC) rappelle que l’agriculture représente le deuxième secteur d’émissions de gaz à effet de serre, avec 18% du total français, derrière les transports. La moitié de ces émissions agricoles provient de l’élevage bovin à cause du méthane produit par leur digestion, 14% des engrais minéraux qui libèrent du protoxyde d’azote et 13% de l’ensemble des moteurs, engins et chaudières agricoles. Ce même Haut Conseil pour le Climat rappelle aussi que la France s’est engagée lors de la COP26 à baisser de 30% ses émissions de méthane d’ici à 2030, pour limiter le réchauffement climatique. L’agriculture doit aussi revoir son modèle dominant pour répondre aux enjeux climatiques. 
Côté biodiversité, la littérature scientifique montre que l’usage des pesticides est la deuxième cause de l’effondrement des populations d’insectes, qui atteint 80% dans certaines régions françaises. Les oiseaux sont en déclin global de 25% en quarante ans, mais ce chiffre bondit à 60% en milieux agricoles intensifs : le printemps est devenu particulièrement silencieux dans certains champs…
Le paradoxe est que ce système cherche à perdurer, contribuant à amplifier toujours plus ces bouleversements environnementaux et menace particulièrement les agriculteurs, tant sur le plan environnemental, à cause du manque d’eau, de la dégradation des sols, des événements météorologiques extrêmes, ou du déclin des insectes pollinisateurs qui induit une baisse de production, que sur le plan sanitaire par l’exposition destructrice aux produits phytosanitaires et les risques de développer des cancers et des maladies dégénératives, et aussi sur le plan financier avec cette spirale destructrice de la compétition intra-européenne et du surendettement provoqué par la nécessité d’actualiser un équipement toujours plus performant et d’acheter des intrants pour pallier les baisses de production engendrées par la dégradation environnementale. 
Et qu’a fait ce gouvernement, pour faire plaisir à la FNSEA et ses satellites, c’est « suspendre » le plan Ecophyto au détriment de toutes les considérations écologiques ! 
Pourtant, il existe des pratiques et des modèles alternatifs réduisant significativement les émissions de gaz à effet de serre et préservant la biodiversité. Ces pratiques sont déjà mises en œuvre par des agriculteurs qui prouvent chaque jour que d’autres voies sont possibles en particulier vers l’agro-écologie. Mais, comme toujours, ces alternatives ont besoin d’un changement de modèle, d’une réorientation des politiques publiques qui contribuent aujourd’hui pour 80 % au revenu agricole. Des propositions, à l’opposé de celles de ce gouvernement, qui soutiennent la baisse de l’élevage industriel et du cheptel notamment bovin avec un soutien à l’élevage extensif à l’herbe, la généralisation des pratiques agro-écologiques et biologiques basées sur la valorisation de la biodiversité et l’arrêt des pesticides chimiques de synthèse. Ces changements de pratiques doivent être accompagnés de mesures économiques et politiques permettant d’assurer le revenu des agriculteurs, leur accès à la terre et leur formation.
Le basculement peut venir de la rencontre entre toutes les branches du mouvement social et écologique qui se sont élevées ces dernières années contre les politiques économiques prédatrices du gouvernement. Le « corporatisme », le « les uns contre les autres » comme les politiques qui maintiennent le modèle agro-industriel sous perfusion ont toujours fait le lit de l’impuissance des luttes et qu’une réorientation complète est indispensable pour la survie, la dignité, la santé et l’emploi de tous et toutes.

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, ces quelques mots extraits des mémoires de Louise Michel « Voyez les grains de sable et les tas de blé mûr et, dans les cieux profonds, les astres entassés ; tout n’est-il pas semblable ? Où tout cela s’en va, c’est là que nous allons ; et voici venir la grande moisson, poussée dans le sang de nos cœurs ; les épis en seront plus lourds, elle en sera plus haute ». 
À méditer bien sûr. 

Sources et inspirations 
https://lessoulevementsdelaterre.org/fr-fr/blog/mouvement-agricole-communique-soulevements
https://reporterre.net/Arret-d-Ecophyto-aides-les-mesures-du-gouvernement-pour-apaiser-les-agriculteurs
https://mrmondialisation.org/agriculture-capitalisme-ecologie-revolte/
https://www.linforme.com/tech-telecom/article/missionne-pour-les-jo-alibaba-cloud-debarque-en-france-et-recrute-son-equipe_1405.html
https://scientifiquesenrebellion.fr/raison-d-etre/
https://www.bragelonne.fr/catalogue/9791028120863-le-ministere-du-futur/ 

Musiques 
Fantastic Negrito, Working Poor. https://youtu.be/W66D31klLCk?si=gsgaU4QmfPlSXy8e
Steve Gunn & Bridget St. John – Rabbit Hills (from Light in the Attic & Friends). https://youtu.be/aLg-uB72YWY?si=ueO8vKpj-066OFKG 
Peter Gabriel, Playing for time – https://youtu.be/tB7zDQ0AAf4?si=aBxrkCMmzAaVvsoY 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.11-07022024-10.06/



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2024, February 9). Nowakowskismes 8.11. Février, februus, februarius « mois des purifications ». Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/vsnm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search