Nowakowskismes 8.8. Aubes

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde 
Bienvenue dans ce soit-disant grand pays où 700 bébés sans abris se réveillent tous les jours après avoir dormi sous une tente, un pont, ou un porche.
Bienvenue dans ce « grand pays » où 2200 enfants, ces enfants qui sont les amis de vos enfants, ces enfants qui sont les amis de vos frères et soeurs, ces enfants qui sont les camarades de classe de vos enfants, ces enfants qui sont les camarades de classe de vos frères et soeurs, n’ont pas de toit sur la tête lorsque vient la nuit. 
Bienvenue dans ce petit pays qui se veut grand, dans lequel ces chiffres sont sans précédents car le nombre d’enfants sans abri a augmenté de 41% en un an. 
Alors, comment dans ce petit pays qui se pense grand, peut-on sereinement dormir chez soi, en sachant qu’en bas, dans la nuit, une mère serre son bébé sous un drap ? Que s’est-il passé pour que nous soyons tombés si bas ? Avons-nous toutes et tous perdu la raison ? Et surtout qu’attendons nous au juste ? Que ces enfants, ces femmes, ces hommes meurent de froid ?
Alors, si nous sommes encore un grand pays, c’est le moment de le montrer ! Partout où nous le pouvons, ouvrons les portes et prêtons un toit. Des écoles hébergent déjà des élèves la nuit. Partons à la chasse aux locaux inoccupés, dans chaque ville, et que ce multiplie les panneaux « Ici, on vous accueille » ! 
Ici en Lorraine, notre université qui va fermer ses portes pendant deux semaines, laissant des milliers de mètres carrées inoccupés, ne pourrait-elle pas en faire autant ?
Bienvenue dans ce pays dans lequel l’air est de plus en plus nauséabond, bienvenue dans ce petit pays qui fait honte, bienvenue dans ce petit pays, « des droits de l’homme » dont la représentation nationale vient de voter la préférence nationale, la fin du droit du sol, le rétablissement du délit de séjour irrégulier, la déchéance de nationalité, le durcissement du regroupement familial, les prestations sociales conditionnées à la durée de présence en France, le titre de séjour « étudiant » remis en cause, la « caution » pour le droit d’étudier en France, les quotas migratoires, les restrictions d’accès au titre de séjour « étranger malade » et la réforme de l’AME dès 2024 !
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne, les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse qu’il faut mobiliser ce qui nous lie, ce qui nous tient ; les Nowakowskismes qui rappellent sans cesse que c’est notre humanité retrouvée qui nous sauvera tout entier.. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 

Ce soir, l’humeur n’est pas vraiment au conte de Noël. Mais quand même, la tradition étant la tradition, je vous invite à ce petit voyage qui j’espère apaisera en partie et ponctuellement  les douleurs d’être de ce temps. Prêts pour cette petite promenade ? Prêts pour cette course vers l’aube ? 
Né ans le coeur d’un réacteur nucléaire, dans le gigantesque chaudron d’une étoile modeste par la taille, le Soleil, il va ricocher et errer pendant un million d’années dans ses entrailles avant d’en crever la surface et de s’échapper dans l’espace. Du coeur de ce petit système perdu dans un coin de la Voie lactée, il lui faudra huit minutes pour rejoindre la 3e planète, celle qu’on appelle Terre, durant son trajet, jamais il ne sera ralenti dans sa course. Dans le vide de l’espace, il suit un chemin dessiné sur une étrange géométrie étrange à une vitesse définie par son existence même, la vitesse de la lumière.
Traversant les différentes couches de l’atmosphère de la Terre, à la fois onde et particule, comme il le fut montré par de nombreux physiciens humains, il est aussi de quatre dimensions faisant de lui un sablier cosmique mêlant les trois dimensions du temps, de l’espace et de l’esprit humain. Dès les premières couches de l’atmosphère rencontrées, les premiers chocs, les premières rencontres avec des formes de matières plus denses, chocs qui ont pour effet de libérer des frères et soeurs captifs de l’inerte, tous pareils, tous sans masse, tous de spin 1, ils portent le nom de bosons, et comme eux, trois cent soixante degrés plus tard, il est de retour à un point de départ. Les bosons cohabitent avec les fermions, plus étranges, qui eux ont besoin de tourner sur sept cent vingt degrés pour faire la même chose. L’univers qu’il traverse est fait de tous ces êtres exotiques et singuliers, aux propriétés étranges, qui demandent aux humains des installations gigantesques pour les comprendre et les révéler.
Lui, par contre est d’une simplicité ultime. À taper sur des atomes, à les entraîner dans sa danse, respectant des lois universelles, tous ces chocs agitent le bain atmosphérique et nait alors la chaleur. De choc en choc, sa course peut s’arrêter, suspendre définitivement son mouvement, ou lui permettre de rebondir et repartir dans l’espace, devenant la lumière dans l’oeil d’un habitant de « cette boule à couleur de safran », levant la tête vers la grosse boule bleue et le recevant droit dans la rétine, en une sorte de pixel bleu d’une extrême finesse, au point que l’onde produite est alors plus facile à détecter, peut-être plus facile encore à imaginer et à comprendre. Cette fameuse dualité onde-particule, qui travailla des générations de physiciens, bien réelle mais tellement difficile à concevoir, difficile à voir parce que, comment faire entrer quatre dimensions dans un esprit à trois dimensions, quatre dimensions pour un être mystérieux mais incroyablement commun, sans masse et innombrable, bien plus nombreux que tous les autres constituants y compris, comme cette « matière invisible », incroyablement présente, mais si insaisissable, univers parallèle chevauchant légèrement le nôtre, peut-être rien de plus que des ondes, en tout cas sensibles à la gravitation puisque l’existence de cette matière nous est révélée par des effets gravitationnels. Ce voyage nous mène alors à la croisée des chemins entre la cosmologie, l’astrophysique et la physique des particules, parce que la matière visible ne suffit pas à rendre compte des mouvements des étoiles dans les galaxies et des galaxies dans les amas galactiques et qu’il faut ajouter une matière « noire », invisible, interagissant très peu avec la matière ordinaire.
Il est l’incarnation même de la lumière, visible, mais infinitésimal jumeau d’une matière noire pas noire, invisible, qui représenterait 84 % de la densité totale de matière de l’Univers, ombre sur la trame de l’univers. Un mystère parmi une foule de mystères.
Alors, rebondissant à nouveau de la Terre bleue, à l’œil d’Hécate, il reprend sa course immortel, immuable, le photon sera ce qui restera de nous quand toute trace de nous aura disparu. 
Mais tout ça c’est vieux, très vieux. Tout ça s’est mis à flotter partout autour de nous depuis des milliers, des millions, des millards d’années. Disons que la planète naît à minuit et que sa vie court sur un jour. La vie n’apparaît pas avant 3 ou 4 heures du matin. Et puis, il y a tout. Quelque chose de fou arrive un peu après-midi. Les cellules se développent. Puis, au deux tiers du jour, les animaux et les plantes prennent des chemins séparés. Mais la vie n’est encore que des cellules simples. Le crépuscule tombe avant que la vie composé s’impose. Tous les grands organismes vivants n’arrivent qu’à la nuit. Les plantes parviennent à la terre juste avant vingt-deux heures. Vers onze heures, les dinosaures ont fait leur temps et laissent la place aux mammifères. Partout, c’est là. Partout dans l’eau, partout parce que cette planète est planète océan, avant d’être planète terre, partout parce que cette planète océan, illumine la trame de l’univers de ce bleu qui la rend unique. Partout l’eau, la vie, partout où on a vu de l’eau, dans les lacs, les étages, les rivières, l’océan, même dans la glace, même dans l’air, la vie en formes, tellement de formes, parfois rondes comme le soleil, parfois allongées comme les branches d’un arbre, ou semblables à un flocon de neige, invisibles à l’oeil nu, mais innombrables, comme le photon. Imaginez un champ au printemps. 
Des bourgeons qui se mettent à éclore, les fleurs qui s’ouvrent, grandissent, se divisent, se multiplient, fanent car les flux de photons descendus de notre étoile sont au rendez-vous, et tous ces chocs, toutes ces interactions qui font monter la température créent le cercle vertueux indispensables à l’émergence de la vie. Les abeilles butinent de gauche à droite sans relâche, transportant de gauche à droite des pollens en autant de semailles pour de nouvelles générations. Les myriades d’insectes s’en donnent à coeur joie, puis les petits herbivores viennent y trouvent leur bonheur car la nourriture est au rendez-vous, toujours plus abondante. Comme dans l’océan où dès les origines, de tous petits organismes invisibles à l’oeil nu se sont multipliés très rapidement, des proliférations massives, si étendues que l’oeil d’un observateur en orbite pourrait les voir, voir ces étendues de vert qui se déploient sur le bleu des océans, là où tout a commencé. L’humain moderne fait ses premiers pas quatre secondes avant minuit.
La sensation de revenir à la vie, mais pas complètement, une semi-vie peut-être. Une obscurité encore totale, à moins qu’un soupçon de lumière, quelques photons errants, ne se pointent à l’horizon. Un tourbillon de souvenirs et de fantasmes, une frise brossant le passé, réel ou imaginaire, badigeonnée sur la paroi de son crâne. Déjà, les ténèbres se piquaient de tâches lumineuses, des paquets plus massifs de photons, des ondes plus intenses, mais rien de très net encore, rien ne pouvait se distinguer encore du sol. Un grattement, des doigts douloureux, la faim, la chaleur, des sensations et impressions efficacement simulées, presque comme s’il vivait vraiment, presque comme s’il avait … un corps ! 
Rêvait-il toujours ? 
Il était quelque part à présent, un toit, un espace flou, rond, comme s’il était au centre d’une sphère. Reprenait-il conscience ? Peut-être, peut-être pas. Il essaya de se redresser. Puis une sensation de chaleur, une lumière vive, l’odeur de la poussière, il toussa. Au prix de gros efforts, il parvint à ouvrir les yeux, n’aperçut qu’un terrible flux de photons, brulant l’intérieur de son crâne. Une sensation étrange, un étourdissement, il força ses paupières à s’ouvrir, il vit autour de lui, il se leva. Qu’avait-il été ? 
L’astre chaud qu’il sut appeler Soleil avait amorcé sa descente. Il marcha droit devant lui, il traversa des restes de jardins, progressant lentement vers une direction qui s’imposait à lui. Il rencontra une rivière, son eau était bizarrement colorée, comme si elle était envahie par une nouvelle espèce de vie végétale, longue et filamenteuse, qui se recourbait au toucher, comme plus proche de l’animal que du végétal. La route était simple, mais il aperçut au loin vers le sud, la tour qui rayait le ciel, il s’approcha et traversa les premières habitations, jusqu’à arriver à proximité de la tour, et là, il se rappela pourquoi il était là. 
Il n’était pas seul. Ils étaient nombreux à marcher, venant de tous les coins de ce pays, convergeant vers ce point, convergeant tous, mus par cette force incontrôlable, irrepressible. Ils avaient en eux, ces mots grecs.  Les grecs avait ce mot, Xenia, signifiant l’amitié envers l’hôte, le devoir de prendre soin des étrangers de passage, d’ouvrir sa porte à quiconque s’y présente, car tous ceux qui passent ainsi, loin de chez eux, peuvent être des dieux. Ovide raconte d’ailleurs l’histoire de deux immortels descendus sur terre incognito pour purifier le monde infecté. Nul ne les accueillit excepté un vieux couple, Philémon et Baucis. Leur récompense pour avoir ouvert leur porte à des étrangers fut de continuer de vivre après leur mort sous la forme d’arbres, un chêne et un tilleul, puissants, gracieux et entremêlés. En fait, à l’objet de nos soins, nous finirons par ressembler, et ce semblable nous préservera quand nous ne serons plus… Ils étaient là, pousser par cette force irrépressible pour rappeler, manifester, reprendre ce qui avait été pris par ces gens qui avaient érigés l’autre en ennemis, qui avaient laissé errer dans les rues les plus faibles qui avaient livré à la violence les plus faibles, qui avaient rejeté ceux qui préféraient affronter le danger, la mort que de rester dans des régimes assassins. Ils étaient là parce qu’ils étaient ceux qui étaient là pour empêcher le monde de s’effondrer. C’était la veille de Noël, ils venaient juste offrir comme cadeau à tous les malheureux mourant de misère et de froid, leurs forces, l’énergie qui leur avait été confiée et surtout jeter à bas tous ces salauds faisant carrière sur la misère et la peur. 
Il y a une tradition hébraïque qui remonte aux premiers temps de cette civilisation. Cette tradition évoque des personnes qui, en secret, empêchent le monde de s’effondrer. Ces personnes portent le nom de Tradikim Nistarim, c’est-à-dire « les Justes cachés ». Ces personnes sont des personnes ordinaires qui ne sortent du rang et n’agissent que lorsque l’humanité est en danger, puis rejoignent la masse une fois leur tâche accomplie. Certaines versions de la tradition fixent leur nombre à trente-six, ils sont répartis sur la planète et ignorent leurs identités respectives. Ces personnes vivent une vie normale puis, dès que la situation l’exige, passent à l’action. 
Or ils n’étaient pas trente six ! Nous étions des millions. Et cette énergie, ce devoir-là nous incombent à tous alors, ce mot de mobilisation était sur toutes les bouches ! Levons-nous ! 
S’il est un cadeau que nous puissions mettre sous les sapins de Noël, c’est cette force, c’est cette force de nous lever pour nous opposer à cette banalisation des idées nauséabondes de l’extrême droite, des fascistes, c’est de nous lever pour mettre un point d’arrêt à tout ce qui perpétue et amplifie le désastre humain qui se déroule dans nos rues, c’est de nous lever pour mettre un point d’arrêt au désastre politique entretenu par eux, les plus vils des êtres ! 
Et ce photon toujours, s’extrayant du noir de ce monde terrestre, qu’il dépose encore sur la trame sombre de l’univers cette boule bleue unique et merveilleuse de cette planète, cette boule emplie de tous les espoirs de tant de générations, cette boule accrochée à l’arbre des causes qui nous mènent en ce jour de solstice d’hiver, d’une année finissante avec dans le bleu des océans l’espoir et les souhaits d’un meilleur, de vies meilleures et dignes, d’avenirs réjouissants et d’aubes radieuses ! 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, et prenons le temps de nous laisser traverser par ces quelques mots de l’écrivain et activiste italien Erri de Luca, peut-être comme une prière aux jours présents pour les temps à venir : 
« J’attache de la valeur à toute forme de vie, à la neige, la fraise, la mouche.
J’attache de la valeur au règne animal et à la République des étoiles.
J’attache de la valeur au vin tant que dure le repas, au sourire involontaire, à la fatigue de celui qui ne s’est pas épargné, à deux vieux qui s’aiment.
J’attache de la valeur à ce qui demain ne vaudra plus rien, à ce qui aujourd’hui vaut encore peu de choses.
J’attache de la valeur à toutes les blessures.
J’attache de la valeur à économiser l’eau, à réparer une paire de souliers, à se taire à temps, à accourir à un cri, à demander la permission avant de s’asseoir, à éprouver de la gratitude sans se souvenir de quoi.
J’attache de la valeur au voyage du vagabond, à la clôture de la moniale, à la patience du condamné, quelle que soit sa faute.
J’attache de la valeur à l’usage du verbe aimer et à l’hypothèse qu’il existe un créateur.
Bien de ces valeurs, je ne les ai pas connues ». 
À méditer bien sûr. 

Illustration de cet épisode par Nathalie ISSENMANN 

Sources et inspirations
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/anne-cecile-mailfert-en-toute-subjectivite/anne-cecile-mailfert-en-toute-subjectivite-du-vendredi-15-decembre-2023-3272882

Musiques
Déjà vu, CSNL – https://youtu.be/mup1xIAwyKo?si=LM-m5k0CqDTlQLZL 
Antony and the Johnson, Knockin’ at the heaven’s door – https://youtu.be/PFiSHiTyzlA?si=rbJt67rFNQu30MUj 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.8-21122023-09.44/



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, December 22). Nowakowskismes 8.8. Aubes. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/vehm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search