Nowakowskismes 8.7. Escapade à Samarobriva

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce monde dans lequel la COP28 se tient en ce moment à Dubaï, aux Émirats arabes unis, dans le monde de l’industrie pétrolière, de la bagnole triomphante et de la débauche énergétique. 
Bienvenue dans ce monde dans lequel, ces deux dernières années, les secteurs du pétrole et du gaz ont enregistré des bénéfices records, tant au niveau global qu’au niveau des entreprises, estimés à 4000 milliards de dollars. Auparavant, les estimations annuelles habituelles s’élèvent plutôt à 1500 milliards de dollars. 
Bienvenue dans ce monde dans lequel les cinq plus grandes compagnies pétrolières internationales ont déclaré à elles seules 199 milliards de dollars de bénéfices nets en 2022 avec 161 milliards de dollars rien que pour Saudi Aramco, la tristement célèbre compagnie saoudienne.  
Bienvenue dans ce monde où les humains auraient besoin de 1,7 planète Terre pour maintenir le rythme de consommation actuel. 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. 

Ce soir, je vous invite dans des Nowakowskismes inhabituels. Ce sont des Nowakowskismes qui trouvent leur inspiration dans le déplacement professionnel que j’ai fait cette semaine à Samarobriva. Samarobriva… ça existe cela ? Ben oui ! Ce voyage fut également l’occasion d’un retour aux sources, accompagné d’une énigme, d’un petit tour où furent écrites les histoires qui ont accompagné toute ma vie, chez Jules Verne qui me donna mes premières lectures, qui fit naître en moi toutes sortes d’imaginaires, qui me fit voyager partout sur la planète et qui contribua à faire l’adulte que je suis devenu. Une histoire qui commença, il y a bien longtemps et qui vient irriguer les Nowakowskismes en ces débuts de décembre 2023. 
C’était en ce début de décembre 2023. Un courriel étrange, alors qu’il se préparait à partir, arriva dans sa boite aux lettres, pas d’expéditeur, et un message unique et étrange, incomplet :
«  Un format … plions en deux, … longueur … largeur est la moitié … des rectangles … En pliant ensuite … A0… algèbre … de notre A… »
Bizarrement, le contenu de ce courriel était un texte à trous, voulu ou des problèmes de transmission, d’affichage, de codage du courriel venu de je ne savais où, … » signé E. 
C’était exactement, le 4 décembre de cette année 2023. Il devait prendre la route pour se rendre à Amiens, pour une réunion de travail à l’université Jules Verne, une réunion dite de créativité comme les universités françaises ne cessaient d’en produire depuis quelques années, une réunion en lien avec un des nombreux projets universitaires nationaux qui distribuaient à leurs meilleurs petits soldats des euros par millions. L’université française était entrée soumise dans ce monde merveilleux fait de classements, de projets, d’une excellence basée sur l’obéissance aveugle aux critères et indices de performance produits et imposés par le système capitaliste. 
Il ferma son ordinateur, emmena dans son sac de quoi lire, parce qu’il avait toujours un ou deux livres dans son sac, mais aussi pour s’évader des ateliers s’ils s’avéraient être inutiles et sans intérêt. Il emmenait aussi de quoi écrire et dessiner, ça aussi c’était une habitude prise, il y a si longtemps, c’était avant même d’entrer pour la première fois à l’école.  
Il chargea la voiture de service, le météo n’était pas fameuse, entre les dépressions et tempêtes qui se succédaient depuis plusieurs semaines. Après un mois de juillet qui avait été le plus chaud de l’histoire et, très probablement, le plus chaud des 120000 dernières années. Quatre « dômes de chaleur » répartis dans l’hémisphère nord, en Asie occidentale, en Amérique du Nord, en Afrique du Nord et en Europe méridionale, avaient contribué à la montée en flèche des températures, battant des records de plusieurs degrés. Plus loin, dans les Andes, l’hiver s’était transformé en un été brûlant. À la chaleur meurtrière s ‘étaient ajoutées des pluies et des inondations sans précédent, dans un cycle de l’eau lui même perturbé sur cette planète appelée Terre mais qui est d’abord océanique. Or cette année, les océans qui ne furent jamais aussi chauds, n’absorbèrent plus les surplus de chaleur, augmentant ainsi les quantités de vapeur d’eau, qui est elle-même un puissant gaz à effet de serre. Les humains et leurs activités avaient mis la pression sur le vaste moteur thermique de l’atmosphère, provoquant toujours plus de conditions météorologiques plus extrêmes qui avaient donné les désastres de ces derniers mois. 
Il prit donc la route comme il prenait la mer, dans cette époque de l’année allant de novembre à mars, où, dans cet hémisphère, la météo est la plus dure. Il devait traverser ces régions vers le nord, où rien n’arrête ni ne calme les immenses houles venant de l’océan, plongé dans une atmosphère troublée et assombrie par les tourmentes descendant des hautes zones de la planète océan.

Depuis son départ de Nancy, la pluie tombait sans trop de violence. Les larges gouttes se pulvérisaient sur le pare-brise de la petite voiture de service de l’université, le blues de Robert Finley emplissait l’habitacle d’une chaleur venue des bayous de Louisiane. Les rafales humides qui couraient dans l’air bousculaient la voiture et il devait sans cesse redresser le cap pour rester dans l’axe de la route. Il avait longé des forêts, des villes restées au lointain, et il suivait depuis, au son de quelques morceaux de musique, une route qui s’enfonçait dans les terres sous de grands arbres ruisselants. De vastes pâturages se développaient d’un côté et de l’autre de la route, autour de fermes isolées. Quelques troupeaux paissaient encore dans l’herbe qui était encore verte et affrontaient le mauvais temps pour se nourrir. La chaleur et la sécheresse du printemps et de l’été n’avait pas permis de refaire les stocks de fourrage pour les troupeaux. C’était, pour eux, manger en affrontant les pluies et les tempêtes ou finir à l’abattoir. Terrible constat dans une région qui avait vu, il y a plusieurs dizaines d’années, l’extraction de la dernière tonne de charbon, et qui avait tenté un retour des activités agricoles. Autrefois, dans ces régions, en toute saison, la population des mineurs, au-dessus comme au-dessous, animait ce territoire. Les rails de ces industries étaient maintenant enterrés, disparus sous les routes chargées d’acheminer les flots de voitures entre les les villes où les humains se regroupaient toujours plus nombreux. 
Il fit une petite pause pour boire une tasse de thé versé d’une gourde qu’il avait préparé avant de partir. Le message lui revint. Il rouvrit son ordinateur. Que voulait bien dire cette succession de mots, de blancs ?… Qui s’amusait à lui envoyer cette énigme ? Certainement une farce d’un de ces collègues, et il espéra juste qu’il ne s’agissait pas d’un SOS comme dans le roman de Jules Verne, Les enfants du capitaine Grant. 

« Un format … plions en deux, … longueur … largeur est la moitié … des rectangles, .. A0… » 

À ce propos, pourquoi avait-il accepté cette mission ? 
En réalité, la raison principale était que ça se passait à Amiens, et qu’Amiens était la ville de Jules Verne, qu’il lisait Jules Verne depuis qu’il savait lire, et que les histoires racontées par Jules Verne avaient accompagné toute son existence. Alors, à ce moments-là, en route vers Amiens, qu’il pensât aux enfants du capitaine Grant, ou qu’en traversant ce nord de la France, il se rappelât Les Indes noires, même si l’histoire se passe en Ecosse, n’étaient pas des surprises. 

« largeur est la moitié … des rectangles, .. A0… » qu’est-ce que cela voulait bien dire ?

La nuit était tombée. Il s’approchait de sa destination et il se concentra sur la route, laissant dans un coin de son cerveau, l’énigmatique suite de mots. Dans le noir du ciel, posé sur le noir de la terre, le pinceau de ses phares ouvrait le chemin, et au loin, il vit le phare. Un phare indiquant la route, un phare au coeur de la ville de Jules Verne, quelle situation incroyable ! Comme le fameux Phare du bout du Monde, il possédait un feu fixe. Comme le phare du bout du monde, il n’était pas à craindre qu’il puisse être confondu avec un autre feu, puisqu’il n’en existait aucun sur ces parages. Il n’avait donc point paru nécessaire de le différencier, soit par des éclipses, soit par des éclats, ce qui permettait de supprimer un mécanisme toujours délicat, et dont les réparations eussent été malaisées dans une ville qui n’avait rien d’une ile stratégique sur le chemin du Cap Horn. Guidé tel un de ces capitaines cherchant leur chemin dans les basses latitudes de la terre, il entra dans les faubourgs, trouva son chemin au milieu des récifs de la civilisation urbaine, et finit par garer son véhicule dans un parking souterrain non loin de la gare SNCF, au pied de ce qu’il apprit être, non par le phare du bout du monde, mais la tour Perret. Il sortit ses bagages, et c’est à pied qu’il se rendit à son hôtel, l’hôtel de l’univers, au pied du phare du bout du monde, dans la ville de Jules Verne, la scène était plutôt excitante, et avec en plus un étrange message à décoder, ce qui ne gâchait rien.
Il prit sa chambre, une grande chambre donnant sur le coeur de la ville, et de sa fenêtre, il pouvait voir la tour surplomber la ville. Il prit un diner rapide dans un restaurant à quelques pas de l’hôtel et il se coucha et s’endormit rapidement d’un sommeil sans rêves, son âme ayant décidé d’aller planer du côté du Mont analogue. 

Il se réveilla dans la nuit du matin… « Où suis-je ? Noir, un si long noir, une nuit sans fin … Pas d’images, juste des rectangles, des lettres, des chiffres, comment me suis-je retrouvé ici ? » 
Il bougea une main, puis l’autre, … ses pieds engourdis, … comme morts… et il revint à lui, l’hôtel de l’univers, Amiens, le phare, le message, la réunion et les ateliers qui débutaient dans quelques heures, tout se remit en place, mais quelle étrange sensation, inhabituelle surtout ! 
Douché, habillé, petit déjeuner pris, il se rendit au campus Citadelle de l’université, traversant les quartiers de la ville, découvrant les petites maisons du quartier Saint-Leu blotties les unes contre les autres, traversant la place de la cathédrale battue par les bourrasques froides et humides venues de l’océan, passant le petit canal. Là, sur le campus, tout était fléché, un café était servi avant la conférence introductive, les discours d’usage et le début des travaux. Il n’écouta que d’une oreille les discours, concentré sur le message : « plions en deux, … longueur … largeur est la moitié », « A0 » … la réponse ne devait pas être très loin, il le sentait mais là, dans cet amphi, parmi ses collègues venus de toute la France, tous occupés à répondre à leurs mails, il ne voyait pas. Il fallait se rendre aux ateliers, comme tous les autres, il dût se plier aux banals exercices de remue-méninges, de post-it, de feuilles découpées, d’idées qui ne seraient jamais retenues, … une séance de travail manuel qui occuperait la journée, mais qui donnerait quoi ? Un rapport pour le ministère. 
Il plia des feuilles, écrivit des mots, des idées, il reprit des feuilles sur la pile de feuilles A4 mise à disposition pour permettre à chacun de noter ses idées, susciter la créativité par le partage … le rituel de l’université contemporaine repris lors de toutes ces réunions, de ces journées organisées, journées qui seraient citées dans les rapports qui serviront à justifier le versement d’euros par millions. Il s’exécutait mais ce pliage répété de A4, en A5, de A3 donnant du A4, … ainsi de suite, toujours répétés, faisait émerger en lui comme une lumière, un quelque chose qu’il n’arrivait pas relier à ce qui le préoccupait. 
La journée se termina par une cocktail dinatoire, et après avoir discuté avec des collègues de La Rochelle, il rentra dans sa chambre de l’hôtel de l’univers, il lut quelques pages du dernier roman de Kim Stanley Robinson, et s’endormît. Un sommeil d’une traite jusqu’au réveil avec la sonnerie de l’alerte qu’il avait programmée. 
Il se réveilla, fonça sous la douche, et il revoyait toutes ces feuilles pliées, découpées, 21 cm par 29,7 cm, 29,7 divisé en 2, soit 14,85 cm, puis la feuille découpée pour donner deux feuilles de forme identique mais réduite. Il appela sa vieille mère pour lui souhaiter un bon anniversaire, il reprit le chemin du campus, retrouva son groupe pour un autre atelier, qui devait se terminer en début d’après-midi. Les organisateurs avaient décidé de libérer l’après-midi pour leur permettre de faire un peu de tourisme. 
Il abandonna les groupes qui se formaient, tout était organisé, et décida d’aller faire un tour porté par le hasard. Il passa devant un bâtiment qu’il semblait se rappeler, bizarre c’était la première fois qu’il venait à Amiens, il lut que c’était le cirque d’Amiens, ou aujourd’hui le Cirque Jules Verne. Puis il longea le boulevard qui traversait la ville et il aperçut alors la tour, avec la sphère armillaire à son sommet. Il n’y avait pas de doute, son errance l’avait mené au 2 rue Charles-Dubois, la demeure de Jules Verne. Le portail était ouvert, il entra et acheta un ticket de visite. Le jardin d’hiver était magnifique dans la lumière de fin d’après-midi, puis les pièces, le mobilier, l’ombre de l’éditeur Hetzel, le portait d’Honorine, l’escalier en colimaçon, la bibliothèque et sa table de travail. C’est là qu’il écrivit 34 de ses romans, qu’il donna un bal mémorable et reçut des journalistes du monde entier. 
Marchant là, bizarrement le seul visiteur en cet après-midi, il était habité par cette suite de nombres, 21 cm par 29,7 cm, 29,7 divisé en 2, soit 14,85. J
Il avait devant lui des piles de prospectus, il sortit sa calculatrice, 29,7 divisé par 21, ça fait 1,414, … 21 divisé par 14,85 donne 1,414 …  La réponse était simple, évidente et là devant ses yeux, dans ce prospectus, là sur une table de la maison de Jules Verne. Plier une feuille A4 en deux donne une feuille au format A5. La longueur du format A5 est de 21 cm (la largeur du A4), tandis que la largeur du A5 est la moitié de la longueur du A4, soit 29,7/2 = 14,85 cm. Et la division donne  1,414…, c’est-à-dire √2 (environ), tout comme pour le A4. En pliant ensuite le A5 en deux, on obtient le format A6, lui aussi un rectangle de même forme que les deux précédents, et ainsi de suite. Inversement, le A4 peut être vu comme le résultat du pliage d’un rectangle deux fois plus grand mais encore et toujours de même forme, le A3. En continuant ainsi, on obtient successivement le A2, le A1 et enfin le A0, qui est l’unique rectangle de 1 mètre carré dont le rapport de la longueur à la largeur est égal à √2. 
√2 ! Il avait sa réponse, l’énigme, là chez Jules Verne. Il fit une petite recherche et il apprit que cette propriété spécifique à ce type de format offre quantité d’avantages pratiques. Ceux-ci sont repérés en France à la fin du XVIIIe siècle, où la frénésie de normalisation des poids et mesures atteint la question des feuilles de papier. C’est au travers d’une « loi sur le timbre » qu’un format fondé sur √2 est officialisé pour la première fois, son principe fondateur étant que le prix à payer pour faire établir un acte officiel pourrait ainsi être fixé de façon équitable à partir de la surface matérielle occupée par son support papier. Pourquoi ? Parce que chaque format s’obtient par simple découpe du format immédiatement supérieur, il n’y a pas de bande de papier à jeter lors de la fabrication des différents formats à partir du plus grand.
Il avait plié des feuilles durant un jour et demi, il avait généré des rectangles fondés sur le rapport donnant √2, un nombre irrationnel – c’est-à-dire qui ne peut pas s’obtenir en divisant un nombre entier par un autre – déjà étudié par les pythagoriciens, évoqué par Platon dans le « Théétète », nombre fascinant qui permet de jeter un pont entre la géométrie et l’algèbre, entre l’infini et les objets les plus concrets. Là, il avait résolu cette énigme dans cette maison d’un auteur qui avait bercé toute sa vie, Jules Verne qui avait dressé des ponts entre la science et l’imaginaire, entre le rêve et le génie humain, souvent destructeur il est vrai mais tellement inspirant. La racine carrée de 2, comme nombre de notre quotidien ne veut pas dire que nous savons tout sur elle et ça aurait pu intéresser Jules Verne. La question étonnamment difficile, posée il y a un siècle par Émile Borel, est celle de trouver une règle simple et explicite qui permette de comprendre la structure de la suite des décimales de √2. Un beau problème qui résiste encore aux mathématiciens. 
Est-ce que toutes les suites de chiffres apparaissent à un moment donné dans la liste infinie des décimales ? Est-ce qu’il y a un moment après lequel le chiffre 7 n’apparaît plus jamais ? Le chiffre 2 apparaît-il plus souvent ou moins souvent que le chiffre 3 ? Ce sont toutes ces questions qu’il laissa là dans les murs de la maison rue Charles Dubois, pour occuper l’esprit des lieux et qui sait ? Un nouveau roman dans une dimension alternative de cet univers ? 
Il sortit de la maison, jeta un dernier coup d’oeil à cette tour qui commençait à disparaître dans la nuit. Il reprit sa marche et trouva un restaurant accueillant dans le quartier de Saint-Leu. Un menu végétarien délicieux, du bon vin, la joie d’avoir résolu son énigme, et la perspective du retour chez lui le lendemain, il rentra à son hôtel heureux. 
Ce fut en fin d’après-midi du 7 décembre qu’il remonta dans sa petite voiture. Le soleil se couchait comme il sortait de la ligne d’horizon dessinée par les toits d’Amiens-Samarobriva – Samarobriva, c’est le nom gallo-romain d’Amiens qu’utilisent Peeters et Schuiten dans leur dernière BD, Le retour du Capitaine Nemo. Après avoir franchi les récifs entourant l’ile d’Amiens, derrière lui, une lumière jaillit, dont le reflet dansa dans les couches basses et froides de ce ciel d’hiver. La petite voiture, s’éloignant sur une terre déjà assombrie, semblait emporter avec elle quelques-uns des rayons innombrables que projetait ce Phare du bout du Monde ainsi que tous les rêves et toutes les histoires fantastiques nées rue Charles Dubois. Il pensait à ces quelques jours hors du rythme habituel. En rentrant chez lui, il allait raconter l’histoire de cette énigme qui, finalement, était peut-être le jeu que lui avait proposé un ou une inconnue, E, comme cette partie de morpion jouée par Hirayama dans Perfect Days de Wim Wenders. 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, et prenons le temps de nous laisser traverser par ces quelques mots de Gilles Deleuze dans Proust et les signes : « La création, c’est la genèse de l’acte de penser dans la pensée elle-même. Or cette genèse implique quelque chose qui fait violence à la pensée, qui l’arrache à sa stupeur naturelle, à ses possibilités seulement abstraites. Penser, c’est toujours interpréter, expliquer, développer, déchiffrer, traduire un signe. Traduire, déchiffrer, développer sont la forme de la création pure. Il n’y a pas plus de significations explicites que d’idées claires. ». À méditer bien sûr. 

Livres de voyage 
Les Indes noires, Jules Verne 
Les enfants du capitaine Grant, Jules Verne 
Le phare du bout du monde, Jules Verne 
Le retour du capitaine Nemo, Peeters et Schuiten
Le ministère du futur, Kim Stanley Robinson
Le Théétète, Platon
Tout et plus encore. Une histoire compacte de l’infini. David Foster Wallace
Le Mont Analogue, René Daumal

https://www.monde-diplomatique.fr/2023/03/RITTAUD/65574

Film
Perfect days, Wim Wenders 

Musiques
Arno, Comme à Ostende – https://youtu.be/_PqXE-PUpyQ?si=7feyUBElzS2-I3ri 
Harp, Seven long suns – https://www.youtube.com/watch?v=Jqyj2BR8cfk&list=OLAK5uy_l3XAj5tdgUqee4nI6I9cmKwjwrvIZxpFg 
Robert Finley, Alligator Bait – https://youtu.be/OzZQUlUPFLg?si=ckiqX2cpJPKtlzsL 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.7-04122023-09.45/ 

 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, December 8). Nowakowskismes 8.7. Escapade à Samarobriva. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfub

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search