Nowakowskismes 8.6. Le passé raturé, la rature oubliée, le mensonge devenait vérité 

Il était une fois, un petit pays se pensant grand, qui, pour s’assurer de sa grandeur, autorisa l’usage de la reconnaissance faciale par les forces de l’ordre en dehors de tout cadre légal. La police de ce petit pays avait acquis en secret un logiciel d’analyse d’images de vidéosurveillance de la société israélienne Briefcam.
Tout avait commencé en 2015 sous une présidence de gauche, avec un gouvernement de gauche qui lança une expérimentation en Seine-et-Marne. En 2017, l’expérimentation fut étendue au Rhône, au Nord, aux Alpes-Maritimes et la Haute-Garonne, ainsi qu’au service interministériel d’assistance technique (SIAT), une unité de police en charge des infiltrations, de la mise sur écoute et de la surveillance de la grande criminalité. Le pli était pris, ce petit pays qui se pense grand, étendit l’expérimentation qui n’en était plus une, aux services de la police judiciaire, aux préfectures de police de Paris et Marseille, à la sûreté publique et à la gendarmerie nationale. En fait, dans ce petit pays, beaucoup de monde fut concerné, le tout en dehors de tout cadre légal, sans étude d’impact, ni d’information auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés. 
En 2022, le ministre de l’intérieur affirmait être « opposé à la reconnaissance faciale », tout en dissimulant depuis huit ans le recours à ce logiciel de reconnaissance faciale. En novembre 2023, ce même ministre de ce petit pays inaugurait le salon Milipol consacré à la sécurité intérieure des États et vitrine mondiale d’entreprises souvent inconnues du grand public, développant tout un arsenal de nouveaux outils chargés d’assurer les dirigeants de nombreux pays, des démocraties aux régimes totalitaires, que la société se tiendra bien sage. Dans ces entreprises, on y retrouve évidemment Briefcam, société israélienne spécialisée dans le développement de logiciels destinés à la vidéosurveillance algorithmique (VSA). Briefcam, exploite les techniques d’apprentissage machine, donc de captation massive d’images sur la voie publique par des caméras ou des drones, afin d’analyser les images captées  et de détecter les situations considérées comme « anormales ». Qu’entend-on par situations anormales ? Par exemple, simplement rester statique trop longtemps (quelques secondes) sur une place par exemple ! 
En fait, dans ce petit pays, jusqu’en mai 2023, cette vidéosurveillance algorithmique de la population ne devait pouvoir être utilisée par la police nationale que dans de très rares cas. Mais, voilà, à l’approche des Jeux olympiques et paralympiques de Paris, le gouvernement de ce petit pays qui se pensait grand, vantant la nécessaire réussite de cet événement planétaire aberrant et destructeur, était parvenu à faire adopter par le parlement une loi autorisant son « expérimentation », je mets des guillemets, par la police nationale à une large échelle et ce, jusqu’au 31 mars 2025. Il y eut quand même des réactions face aux risques d’atteinte à la vie privée et des députés interdirent le recours à la reconnaissance faciale que certains logiciels commercialisés par Briefcam permettent d’activer en quelques clics. Et vous vous doutez bien que les services du ministère de l’intérieur de ce petit pays savaient très bien comment l’activer. 
« Transformer la vidéosurveillance en intelligence active » voilà le slogan de Briefcam qui a été racheté en 2018 par le géant de la photo, Canon. Dans la panoplie des logiciels vendus à ce petit pays, il y eut par exemple, le logiciel « Vidéo Synopsis » qui permet de traquer une personne sur un réseau de caméras grâce, par exemple, à la couleur de son pull, qui peut également suivre un véhicule à l’aide de sa plaque d’immatriculation ou examiner plusieurs heures de vidéos en quelques minutes, qui peut aussi analyser des visages, et ainsi « de détecter, de suivre, d’extraire, de classer, de cataloguer » une personne en fonction de son visage. Et pour faire cela, rien de plus simple. Il suffit de sélectionner « un ou plusieurs visages » avant de cliquer sur « le bouton reconnaissance faciale affiché à droite de la zone de lecture ». D’ailleurs toutes ces fonctionnalités du logiciel sont vues comme de véritables « plus » par les service en charge des outils technologiques au sein de la DGPN de ce petit pays. Les gradés bavent devant des fonctionnalités comme le suivi de plaques d’immatriculation, de visages, mais aussi « des fonctionnalités plus « sensibles » » comme la « distinction de genre, d’âge, adulte ou enfant, taille » jusqu’à « détecter et d’extraire des personnes et objets d’intérêts a posteriori », et aussi de faire de l’analyse vidéo en « temps réel ».
Or, avant d’utiliser une technologie aussi intrusive que celle de Briefcam, le ministère de l’intérieur aurait dû mener une « analyse d’impact relative à la protection des données » et s’en remettre à une administration indépendante, la CNIL. Or, dans ce petit pays se pensant grand, la Direction générale de la police nationale (DGPN), placée sous l’autorité directe du ministre de l’intérieur, n’avait toujours pas réalisé cette analyse d’impact en mai 2023, pas plus qu’elle n’avait averti la CNIL. En 2020, certains cadres de la police de ce petit pays invitaient même à la discrétion puisque, que « sur le plan juridique (…) l’application Briefcam n’a jamais été déclarée par la DGPN » et, je cite, « certains services ont l’outil Briefcam, mais celui-ci n’étant pas déclaré à la CNIL, il semble préférable de ne pas en parler ». 
En fait, Briefcam équipe la police municipale dans près de 200 communes, comme Nice, Roanne, Aulnay-sous-Bois, Perpignan ou Roubaix, au parc du Puy du Fou et, bientôt, à l’Assemblée nationale, alors que dans ce petit pays qui se pense grand, la reconnaissance faciale n’est autorisée qu’à de rares exceptions. Elle peut s’inscrire dans le cadre d’enquêtes judiciaires ou administratives « sanctionnant un trouble à l’ordre public ou une atteinte aux biens, aux personnes ou à l’autorité de l’État », our pour la reconnaissance faciale du système de passage rapide aux frontières extérieures (Parafe)qui compare le visage des voyageurs à leur passeport biométrique. Toutes ces implantations font de cette société créée en 2008 par trois enseignants de l’école d’informatique et d’ingénierie de l’Université hébraïque de Jérusalem, l’un des leaders sur le marché hexagonal mais également dans d’autres pays comme Israël, les États-Unis, le Brésil mais aussi Taïwan ou Singapour. 
Malgré tout cela, le ministère de l’intérieur de ce petit pays ne semble pas disposé à se passer de ce logiciel, les licences ont été renouvelées pour les services de sûreté départementale du Rhône, du Nord et de Seine-et-Marne et pour renouveler globalement les licences de logiciel installé illégalement qui arrivent à terme fin 2023, la hiérarchie policière de ce petit pays va utiliser le « fonds concours drogue » alimenté par les saisies liées au trafic de stupéfiants et qui doit normalement servir la lutte contre le trafic de drogue et la prévention contre les addictions. 
Enfin, le gouvernement de ce petit pays qui se pense grand décidera peut-être de légaliser a posteriori Briefcam, comme il l’a fait pour l’usage des drones pour surveiller les manifestations. Et, dans ce gouvernement qui manque singulièrement d’intelligence mais pas de cynisme, il est envisagé de « tester » ce logiciel pendant deux ou trois ans afin, je cite, de l’« évaluer avec des écoles de sciences sociales, (de) mesurer l’impact sur les libertés, les mouvements de foule, l’insécurité ». 
Bienvenue dans ce petit pays qui se pense grand et dont le gouvernement n’aurait pas dû sécher les cours d’histoire au collège et au lycée. 
Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans ce petit pays pour lequel l’histoire retiendra qu’après la promesse faite en 2017 d’interdire le glyphosate en 3 ans, son président décide en 2023 de l’abstention de la France sur la prolongation de ce poison jusqu’en 2033…
Bienvenue dans ce petit pays qui a ratifié un amendement à sa loi de finance 2024, imposée à coup de 49.3, et déposée par un député de sa majorité et président de la commission Défense. En effet, dans ce petit pays, dès l’an prochain, les livrets A et les livrets de développement durable et solidaire (LDDS) seront ponctionnés pour faire tourner le complexe militaro-industriel. Sur les champs de batailles, dans des pays écrasés par la violence, les hommes, les femmes et les enfants pris sous le feu apprécieront l’étiquetage « développement durable et solidaire » des bombes qui détruiront leurs maisons et remercieront à coup sûr les petits épargnants français pour leur générosité. Mais tout va bien puisque l’épargne familiale sera bien placée, l’armement étant une industrie florissante dans ce monde merveilleux et dans ce petit pays. D’ailleurs, l’industrie de ce petit pays qui se pense grand est une fierté tant sa haute technicité au service de chefs de guerre dans le monde entier est en pointe. 
Dans ce petit pays, mais ailleurs également, les concepteurs et réalisateurs d’armes létales, et parfois de masse, se posent-ils des questions sur leur utilisation et sur leur propre utilité sociale ? 
On peut également se poser la question pour d’autres industries comme celle du tabac, des pesticides, des gadgets électroniques ou de certaines émissions de télé mais elles ne bénéficieront pas du magot colossal que sont les placements sur un livret A des petits épargnants parfois au prix de sacrifices et essentiellement pour se prémunir d’accidents de la vie.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde

Ce soir, les Nowakowskismes empruntent leur titre à des mots d’Orwell et font sien les mots d’Angela Davis, qui écrit que « nous menons encore et toujours les mêmes batailles, elles ne sont jamais gagnées une fois pour toutes, mais en luttant ensemble, en communauté, nous apprenons à entrevoir de nouvelles possibilités qui, autrement, n’auraient jamais été visibles à nos yeux. En même temps nous étendons et élargissons notre conception de la liberté ». Ainsi rappeler la stratégie de mise en surveillance généralisée de tous les citoyens de ce pays organisée en loucedé par le gouvernement de ce petit pays, rappeler, rappeler un nouveau 49.3 parmi la longue liste des 49.3 qui permet de détourner l’épargne des petits épargnants au profit du complexe militaro-industriel et remettre un coup de projecteur sur les comportements des banques françaises dans le financement des complexes industriels de l’énergie fossile, les Nowakowskismes sont toujours cette machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour explorer les couches sales de ce monde, les montrer et contribuer à l’émergence d’un autre monde.  

À votre avis ? Qui a aidé les grandes entreprises de l’industrie fossile à lever des milliards d’euros en 2023 grâce à l’émission d’obligations ? 
Tout d’abord qu’est-ce que les obligations ? 
Les obligations sont essentiellement des prêts ou des titres de créance émis sur les marchés des capitaux par des organismes, notamment des sociétés énergétiques, pour lever des capitaux. Les banques jouent alors un rôle important en souscrivant et en facilitant les émissions d’obligations, en mettant en relation les émetteurs avec les investisseurs et en structurant le processus de transaction. Elles sont également essentielles pour donner aux investisseurs l’assurance qu’une obligation donnée est une transaction sûre, la signature d’une banque sur une obligation ayant une valeur pour les investisseurs. Les obligations sont donc un moyen pour les banques de soutenir les entreprises sans accorder de prêts et sans prendre de risques importants.
Les investisseurs, tels que les gestionnaires d’actifs, achètent alors ces obligations, prêtant ainsi de l’argent à l’émetteur. En échange, l’émetteur s’engage à rembourser le montant emprunté avec intérêts à une date ultérieure déterminée. Contrairement aux actions, l’achat d’obligations par les investisseurs ne fait pas d’eux des propriétaires partiels de la société qui a émis les obligations. Les investisseurs prêtent simplement de l’argent à l’entreprise, reçoivent ensuite des paiements d’intérêts réguliers et peuvent vendre l’obligation à tout moment.
Reclaim Finance révèle dans un nouveau briefing les banques et les investisseurs derrière les 5 pires transactions de l’année.  Ainsi, des obligations d’une valeur totale de $12 milliards de dollars ont été permises notamment grâce au soutien de BNP Paribas, du Crédit Agricole, de la Société Générale ou encore de BPCE/Natixis. Apparaît ainsi en pleine lumière, le paradis financier que constitue le marché obligataire pour les entreprises développant de nouveaux projets fossiles.  
Les cinq obligations les plus importantes de 2023 ont été émises par des entreprises à l’avant-garde de l’expansion fossile comme BP, Conoco Phillips, Duke Energy, Eni et Greensaif Pipelines Bidco. De plus, y apparaît clairement que les grandes banques et les investisseurs américains, européens et asiatiques participent toujours au financement de nouveaux projets d’énergies fossiles en profitant d’un marché obligataire opaque parce que les banques rendent rarement compte de leur participation à l’émission d’obligations, se cachant derrière un rôle d’intermédiaire. Mais dans ce briefing, on voit que BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole se retrouvent chacune derrière deux de ces cinq transactions massives et BCPE/Natixis derrière l’une d’entre elles. 2016 et 2022. BNP Paribas est également le quatrième banquier d’Aramco. À court terme, BNP Paribas va continuer à structurer de nouvelles obligations et ainsi continuer à fournir d’autres services financiers à ces sociétés et à de nombreux autres projets pétroliers et gaziers, loin de s’aligner sur les engagements pour ralentir le réchauffement climatique et la prédation du vivant. 
Ainsi, ces banques, qui arrosent les antennes du service public en vantant leur engagement pour l climat, ont notamment facilité l’émission en février d’une obligation d’une valeur de 3 milliards de dollars pour GreenSaif Pipelines, structure liée au géant pétro-gazier saoudien Aramco, évidemment, vous vous en doutez, une entreprise respectueuse de l’environnement et engagée dans la lutte contre le changement climatique !
BNP Paribas, BPCE/Natixis, et Crédit Agricole ont également des activités de gestion d’actifs. BNP Paribas et le Crédit Agricole ont aussi investi dans l’obligation d’une valeur de 2,12 milliards de dollars émise par l’entreprise italienne Eni, dont la stratégie climat est loin d’être alignée avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C. Plus préoccupant encore, toujours dans cette stratégie basée sur l’hypocrisie greenwashée, cette obligation est catégorisée en partie comme une obligation «sustainability-linked» c’est-à-dire une obligation liée à des objectifs de développement durable, alors même qu’Eni est l’un des plus gros pollueurs européens.  
Donc, en paraphrasant, JG Ballard, disons simplement que le capitalisme financier et pétrolier, les dirigeants de la plupart des pays de ce monde n’ont pas changé, ils ne se cachent même plus. Ils ont même tâté du fascisme, mais ce n’était pas assez primitif. Il ne leur reste donc que la folie pure et simple…

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, et prenons le temps de nous laisser traverser par ces quelques mots de Georges Didi-Huberman cités par Jean-Luc Godard : « […] Le passé mal passé, le passé mal vu, [est] la condition désolante de notre cécité face au présent, cet état toujours problématique où nous nous débattons entre l’énigme des tenants et le mystère des aboutissants. Le passé mal dit offre aussi la meilleure façon de se tenir dans un état de mutisme ou de cécité quant à notre futur : cécité quant à nos désirs mêmes. Nos désirs n’exigent-ils pas de prendre forme ? Et la forme, parce qu’elle en transforme toujours une autre, n’est-elle pas indissociable de toute la mémoire des formes ? Il y a des poètes, des historiens, des philosophes, des artistes, qui tentent de faire acte de regard et de parole pour que le passé passe vraiment, pour qu’à la fois il puisse nous atteindre et nous quitter. Pour que la cécité du présent cesse un peu. Ils inventent des formes pour résister à l’indifférence et à la fausse normalité du temps qui ne fait que passer. Ils travaillent pour contester, tout aussi bien, les faux événements dont notre société fait parade et s’enivre pour oublier.
Il faudrait donc, à chaque fois, réengager l’histoire de nos désirs.
Que faire pour cela, si ce n’est commencer par cet acte modeste, citer le passé ? Ou, plus exactement, citer les passés – hétérogènes, proches et distants à la fois, anachroniques mais coexistants – qui s’enchevêtrent ou s’entrechoquent dans chaque moment de nos consciences politiques face au présent ? ». À méditer. 

Sources et inspiration
https://blogs.mediapart.fr/yves-guillerault/blog/171123/aux-armes-petits-epargnants 
https://disclose.ngo/fr/article/la-police-nationale-utilise-illegalement-un-logiciel-israelien-de-reconnaissance-faciale 
https://www.publicsenat.fr/actualites/societe/recours-a-la-reconnaissance-faciale-par-la-police-une-affaire-tres-grave-selon-la-socialiste-sylvie-robert
https://reclaimfinance.org/site/2023/11/16/les-acteurs-financiers-derriere-les-pires-transactions-pour-le-climat-de-2023/
Georges Didi-Huberman. Passés cités par JLG. L’Œil de l’histoire, 5 (éd. de Minuit, 2015) et le pièce tirée du roman de Thierry Froger, Sauve qui peut (la révolution). 

Musiques 
Iggy Pop, Personal Jesus – https://youtu.be/DLXh6IY9bCw?si=GGDqCOY0C0gFjxbW 
Lou Reed, Perfect day – https://youtu.be/9wxI4KK9ZYo?si=HsKQpQH_nL7y8Bhq 
Cowboys fringuants, Plus rien – https://youtu.be/ZMxAdn7w0fY?si=zH-R1h7vwER4AJrK 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.6-20112023-11.45/ 

Illustration par Nathalie ISSENMANN 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, November 24). Nowakowskismes 8.6. Le passé raturé, la rature oubliée, le mensonge devenait vérité . Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfua

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search