Nowakowskismes 8.5. Les cigales ont aussi l’oeil sur nous

Connaissez-vous l’hypothèse du trombone ?  
Il constitue un des scénarios des futurs possibles dont voici le principe. 
Imaginez un logiciel intelligent, prenons une IA générative, qui a été conçu pour optimiser la fabrication de trombones et à qui certains humains ont délégué tout le processus de fabrication des trombones. Ce logiciel a été conçu en vue de satisfaire un objectif commercial en apparence simple et inoffensif. 
Mais, le logiciel, guidé par une fonction visant à optimiser cet objectif, pourrait commencer par fabriquer une seule usine, pour laquelle il s’attacherait à automatiser la chaine de production, à négocier de meilleurs accords avec les fournisseurs et à trouver davantage de débouchés pour les produits. Une fois atteintes les limites de ce seul établissement, il pourrait acheter d’autres entreprises, ou ses fournisseurs, en ajoutant des compagnies minières et des raffineries à son portefeuille, afin de se procurer ses matières premières à de meilleures conditions. En intervenant dans le système financier, déjà entièrement automatisé et mûr pour être exploité par des algorithmes, il pourrait influencer et même contrôler le prix et la valeur des matériaux, faisant évoluer les marchés en sa faveur et générant par calcul des contrats à terme diaboliques qui rendraient sa position inattaquable. 
Les accords commerciaux et les dispositions légales font qu’il ne dépend d’aucun pays et n’a de comptes à rendre devant aucun tribunal. La fabrication de trombones prospère. 
Mais, sans véritables contraintes dont la complexité dépasserait de loin celle des contrats ou des traités de philosophie les plus ardus, étant donné celle du monde dans lequel opère ce système programmé, rien ne l’empêche d’aller beaucoup plus loin. Après avoir pris le contrôle des systèmes juridiques et financiers, et soumis les gouvernements nationaux et les forces armées à sa seule volonté, toutes les ressources de la Terre sont accessibles à l’IA dans sa quête d’une fabrication plus efficace de trombones : des chaînes de montagnes sont arasées, des villes rayées de la carte, et au bout du compte, c’est toute la vie humaine et animale qui alimente des machines géantes pour être transformée en éléments minéraux. 
Pour finir, des vaisseaux-fusées géants en forme de trombone finissent par quitter la Terre en ruine pour s’approvisionner en énergie directement auprès du Soleil et entamer l’exploitation des autres planètes… fin de l’histoire mais je vous invite à remplacer trombone par pétrole, voitures, acier, …. Et rejoindre ces quelques mots de l’auteur de science-fiction Charles Stross qui compare notre ère de contrôle par les grandes entreprises aux conséquences d’une invasion extraterrestre : « Les entreprises n’ont pas les mêmes priorités que nous. Ce sont des organismes structurés en ruches, constitués d’une foule de travailleurs qui rejoignent ou quittent le collectif : ceux qui participent subordonnent leurs objectifs à ceux du groupe, qui poursuit les trois objectifs de l’entreprise, à savoir la croissance, la rentabilité et le souci d’éviter la douleur. Nous vivons aujourd’hui dans un État global qui a été structuré au profit d’entités non humaines ayant des objectifs non humains ». Et tout cela est toute l’histoire du système capitaliste moderne qui s’installe dès les débuts du XXè siècle. 

Bienvenue dans notre vaisseau trombone 
Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans une France qui, chaque automne, met en scène le même spectacle. Dès que les alizés deviennent favorables, soufflant assidûment de la pointe de l’Afrique de l’Ouest vers les Caraïbes, l’océan Atlantique se mue en piste de course. Durant le dernier week-end d’octobre, sauf quand une tempête les fait se planquer dans les ports afin de pouvoir partir sans scandaliser leurs assureurs, 185 navires et leurs marins d’eau douce qui les pilotent s’élanceront vers les Antilles pour participer à la Transat Jacques Vabre et à la Mini Transat, deux des courses transatlantiques qui rythment, tous les ans, le calendrier des amateurs de voile. Elles sont suivies par des millions de personnes, submergeant les médias d’images idylliques. Mais quid du trajet de retour ? Il est moins médiatisé et aussi bien moins reluisant. En fait, à la fin de la course, une large partie des voiliers sont chargés sur des cargos polluants pour reprendre le chemin de l’Europe ! Ainsi, en 2022, dix-huit voiliers (sur 138 concurrents) sont rentrés en cargo une fois la course terminée. Selon les résultats fournis par Carbone 4 qui a pris en compte le poids des autres marchandises chargées au côté des voiliers, environ 1200 tonnes d’équivalent CO2 ont été émises dans l’atmosphère via ce biais, soit 48 tonnes de CO2 pour un Class40, 92 tonnes pour un Imoca, et 235 tonnes pour un Rhum Multi. À titre de comparaison, un Français émet autour de 9 tonnes d’équivalent CO2 par an, alors que le budget « idéal » devrait être autour de 2 tonnes. Et puis beaucoup de navigateurs rentrent en cargo par crainte de fatiguer leurs coûteux voiliers, parce que le ramener par la mer, ça use le bateau, ça use les voiles ! Ben voyons ! 

Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde

Ce soir, il s’agit modestement d’essayer de dénoncer, de décrypter les signes de la contagion incroyable de cette terre par les prédateurs du capitalisme technologique, d’en comprendre les relations et les intérêts, que la course au pétrole n’est pas qu’une affaire de mobilité, mais aussi une dimension stratégique du capitalisme numérique, dans un éternel recommencement des fondamentaux du capitalisme. Ce soir, il s’agit surtout de trouver des idées, de la force pour alimenter notre imaginaire d’un peu d’espoir et de positif, de réactiver ce qui peut-être nous sauvera, et de nous consacrer à cette tâche, exercice pas facile dans ce monde qui semble concentrer à nouveau le pire de ce que l’humanité peut produire. 

Le soleil d’une fin d’été vient réchauffer les eaux calmes d’un lac et les flancs des montagnes alentours. L’air est chaud mais pas trop, le ciel est d’un bleu profond, des cigales et au loin on entend les cloches d’un troupeau de chèvres invisible. Comme hors du temps, la scène est d’une grande tranquillité. Ces magnifiques paysages de montagnes escarpées et de gorges profondes, parsemée de villages, de refuges perdus, de troupeaux abritent, outre ses habitants humains, des ours, des loups, des renards, des aigles royaux et des arbres plus vieux que l’histoire des hommes. Cette terre est l’une des plus belles et des plus intactes. Or, en se promenant dans ces bois, on découvre de minces piquets de bois enfoncés dans le sol, ainsi que des bandes de plastique fixées aux branches de jeunes arbres. Les piquets portent des inscriptions écrites au feutre épais. Des séries de lettres et de chiffres qui ne signifient rien pour celui qui les découvrent. On peut marcher à travers bois en suivant les piquets qui forment des sortes de lignes irrégulières, un réseau bizarre. En sortant du sous-bois, au niveau d’un chemin de terre récemment ouvert, les lignes continuent à travers la prairie et au-delà, dans d’autres bois. Les lignes se ramifient, d’autres bandes de plastique attachées à angle droit aux arbres et aux branches déploient une immense grille maillée projetée sur le sol depuis le ciel. Puis, lors d’autres marches, on pourra suivre ces lignes qui traversent champs et vignobles, jardins, villages, tous balisés par d’autres cordons attachés à des clôtures et à des barbelés, à des portails et à des panneaux de signalisation. Ces lignes s’étendent sur des centaines voire des milliers de kilomètres en un gigantesque système de coordonnées projeté sur la terre par une lointaine forme d’intelligence venue d’un autre monde pour cartographier la Terre. 
En avançant, en explorant, on peut associer à cette grille certains signes d’une activité cachée, comme une nouvelle route qui vient d’être percée au bulldozer à travers champs, des tas de déblais, des traces de pneus, de profonds trous entourés de débris. On se croirait dans la Zone du roman et du film du même nom, Stalker. Si on interroge les gens, ils parlent de camionnettes banalisées, d’hélicoptères, et de types vêtus de gilets de signalisation qui vont et viennent et dont les allées et venues s’accompagnent de fortes explosions qui font vibrer les oiseaux et fuir les oiseaux. Rien d’extraterrestre. Sur un réseau social bien connu, on y trouve des partages inquiétants de vidéos tremblantes de détonations, de terre projetée à des centaines de mètres dans les airs, de sirènes et de sifflets. 
Pour comprendre ce qu’il se passe là, il faut commencer une autre prospection dans les publications éparpillées sur le web, articles de presse, et rapports plus ou moins hermétiques d’entreprises. 
Et qu’est-ce qu’on y trouve ? C’est que dans cette merveilleuse région, il y a du pétrole, du pétrole dont on connait l’existence depuis l’antiquité. Et plus, on va parcourir plus on va sentir la singulière odeur du pétrole, découvrir des flaques de pétrole noir et collant, suintant par ci et par là, remontant parmi les roseaux et les herbes. Et ce pays, endetté, corrompu, en recherche dy moindre dollar, signa un contrat d’exploration avec une des plus grandes compagnies dans le domaine de l’énergie, pionnière dans l’utilisation des technologies numériques de pointe pour la découverte et l’exploitation du pétrole par notamment une collaboration avec IBM et son programme d’intelligence artificielle, Watson, « pour tirer partie des technologies intelligentes qui transformeront l’industrie pétrolière et gazière » ou autrement dit, « des prototypes d’applications intelligentes spécialement conçues pour améliorer la prise de décision stratégique de la compagnie dans l’optimisation de la production des gisements de pétrole et dans la prospection de champs pétrolifères » ! 
Voilà le truc ! Où forer dans la terre et comment en retirer le plus de pétrole ? 
Alors que les réserves s’épuisent, que les gisements les plus accessibles sont exploités, la valeur financière de ce qui reste augmente malgré les désastres écologiques qui s’en suivront. Les réserves jusque là inexploitées, ignorées parce que trop difficiles à pomper sont dans la ligne de mire des géants du pétrole. Réaliser des forages demande des investissements considérables. C’est pourquoi les méthodes de calculs les plus sophistiquées sont mobilisées, pour des prises de décision demandant des outils intelligents pour extraire du sous-sol jusqu’à la dernière goutte de pétrole ! Tout en étant parfaitement conscient des dommages irréparables causés à la planète, au vivant et à nos sociétés ! C’est ces techniques d’optimisation de l’exploitation par des outils issus de l’intelligence artificielle qui transforment les champs, les forêts, les espaces naturels en un damier à quadriller et forer. 
IBM, mais aussi Google avec ses outils de Machine Learning, Microsoft avec ses fermes de serveurs et Amazon et toutes ses capacités de cloud computing collaborent avec les compagnies pétrolières pour améliorer le réseau mondial des raffineries de pétrole afin d’en améliorer l’efficacité et les rendements. C’est là que cette histoire rejoint celle de la fabrique de trombones qui a ouvert ces Nowakowskismes. 
Alors pourquoi de telles alliances ? 
Parce que poussés par la logique du capitalisme contemporain et les formidables besoins énergétiques de l’informatique, tout cela nécessite de l’énergie, énormément d’énergie, toujours plus d’énergie. Pour satisfaire cet appétit insatiable de leur propre expansion, il faut du carburant et ce carburant c’est le pétrole, et ces entreprises ont mis tous les moyens nécessaires pour en trouver. Pour information, selon les estimations de Greenly, la version GPT-3 émettrait 240 tonnes de CO2, soit l’équivalent de 136 allers-retours entre Paris et New York. 
Nous rejoignons là Charles Stross cité tout à l’heure, pour qui toutes ces dégradations, toutes ces prédations sont le résultats d’une force nichée au coeur « [d’un] État global qui a été structuré au profit d’entités non humaines ayant des objectifs non humains », qui, depuis le début du XXe siècle, ont favorisé la concentration des richesses entre les mains de quelques-uns et la mise en place d’une gouvernance des riches pour les riches, cachés derrière l’illusion du ruissellement de leurs richesses sur les pauvres humains, eux se considérant hors cette pauvre humanité ! Je vous invite à regarder la série documentaire disponible sur le site d’ARTE intitulée Le capitalisme américain. 
Pour conclure ces Nowakowskismes, j’ai voulu des pistes d’espoir, des pistes ayant pour ambition d’interroger le rôle que pourrait jouer une vision agissante du territoire et de ses habitants dans l’élaboration de stratégie de sauvegarde du milieu ambiant autorisant la survie de l’espèce humaine. Quels rôles jouer dans un milieu anthropique construit par les sociétés humains en relation co-évolutive avec le vivant dans son ensemble avec le retour au soin sage, créatif, choral par des habitants organisés sous des formes d’autonomie gouvernementales communautaires, à la recherche d’une nouvelle civilisation capable d’affronter et de résoudre les crises environnementales, sociales, urbaines, culturelles produites à l’échelle planétaire, avec le divorce d’avec la nature mis en oeuvre par la civilisation industrielle, par la mondialisation économique et les empires du capitalisme financier et technologique ? 
Pour cela, je vais m’arrêter cette démarche initiée par le Club des Bons ancêtres. Ainsi, de la tradition judéo-chrétienne aux accords toltèques en passant par le code Civil, l’humanité a cherché à se doter de règles, avec l’ambition de définir plus ou moins précisément les contours de le « bien vivre ». Indispensables à la marche de la cité humaine, ces lois se heurtent néanmoins à une limite : elles considèrent « le prochain » et laissent de côté « le lointain ». Elles ne considèrent pas – du moins pas directement – ce qui nous relie au continuum des générations. Or, dans un monde où l’urgence prime, alors que se sédimentent les crises systémiques, ce manque de considération pour le temps long fait cruellement défaut. 
Le Club des Bons Ancêtres imaginé par Usbek & Rica a formalisé  « 7 horizons des Bons Ancêtres » inspirés par les « Six moteurs de la pensée du long terme » identifiés par le philosophe australien Roman Krznaric dans son livre The Good Ancestor: How to Think Long-Term in a Short-Term World. Il s’agit alors de faire preuve d’humilité et de proposer des pistes pour organiser une vie tournée vers les générations futures en relation co-évolutive avec le vivant dans son ensemble. Ainsi faire preuve d’humilité face au temps profond en privilégiant une approche plus humble en gardant conscience que nous ne sommes qu’un clignement de paupières à l’échelle du temps cosmique. Une approche similaire a été imaginée autour du projet de l’horloge du long maintenant. Cette humilité permet alors de nous préparer à l’idée que nos projets doivent être vus au-delà du temps d’une vie humains et d’avancer en dépassant les enjeux individuels et les vicissitudes de l’égo pour se concentrer sur le collectif dans une collaboration intergénérationnelle et en prenant la défense de ceux qui n’ont pas voix au chapitre, les générations futures. Ainsi, le « bon ancêtre » porte sur ses épaules la responsabilité d’envisager les multiples chemins que pourrait emprunter le monde et par là, se projette avec courage au-delà des habitudes, au-delà des clichés, au-delà du correct, et bien sûr au-delà de son propre intérêt. « Nous devons écouter nos grands-parents, nos ancêtres, mais nous devons aussi écouter les grands-parents à venir », explique l’intellectuel mohawk Gerald Taiaiake Alfred. Mais aussi comme il est écrit dans la constitution italienne : « La République protège l’environnement, la biodiversité et les écosystèmes, également dans l’intérêt des générations futures ». L’objectif visé qui pourrait paraître trivial, c’est d’aspirer à un bonheur sur notre seule planète. Tourner nos regards vers l’espace, les étoiles et rêver l’humanité ailleurs n’est pas une grossièreté, ce ne doit pas être un rêve de milliardaires cherchant à fuir la Terre qu’ils ont contribué à dévaster, c’est ne pas oublier que c’est aussi une aspiration millénaire de l’humanité. Alors mener l’exploration de ce rêve oui, mais de manière intégrée, sur le temps long, en respectant le seul endroit capable d’accueillir la vie, viser le cosmos sans tomber dans le « cosmisme » et la compétition mortifère de celui qui posera le pied le premier poussé par une technologie ravageuse de la planète, et surtout de s’ouvrir aux rêves, aux mystères de ce qui nous échappe encore. Se penser en tant qu’espèce, et pas seulement en termes de  nations, de civilisations, de classes dominantes, dominées parce qu’à l’heure où les crises sont globales, et les interdépendances manifestes, il est peut être temps de repenser l’humanité tout entière pour produire une nouvelle croûte de l’Anthropocène qui soit meilleure, en « recosmisant notre existence » et en travaillant à établir une « néganthropocène ».  Cette voie se bâtit sur l’augmentation de la conscience du lieu des habitants/producteurs qui, à partir d’une myriade de litiges environnementaux, urbains, territoriaux et paysagers, petits et grands, conduira un nombre croissant de citoyens agissant pour se réapproprier les savoirs et sagesses environnementales locales et en renforçant le rôle fondateur de formes neuves de communauté, à travers des relations co-évolutives renouvelées entre l’établissement humain et l’environnement. 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, et prenons le temps de nous laisser traverser par ces quelques mots de Walter Benjamin dans Expérience et pauvreté : « Pauvres, voilà bien ce que nous sommes devenus. Pièce par pièce, nous avons dispersé l’héritage de l’humanité, nous avons dû laisser ce trésor au mont de piété, souvent pour un centième de sa valeur, en échange de la piécette de l’« actuel ». À la porte se tient la crise économique, derrière elle une ombre, la guerre qui s’apprête. Tenir bon, c’est devenu aujourd’hui l’affaire d’une poignée de puissants qui, Dieu le sait, ne sont pas plus humains que le grand nombre souvent plus barbares, mais pas au bon sens du terme. Les autres doivent s’arranger comme ils peuvent, repartir sur un autre pied et avec peu de chose. Ceux-ci font cause commune avec les hommes qui ont pris à tâche d’explorer des possibilités radicalement nouvelles, fondées sur le discernement et le renoncement. Dans leurs bâtiments, leurs tableaux et leurs récits, l’humanité s’apprête à survivre, s’il le faut, à la disparition de la culture. Et, surtout, elle le fait en riant. Ce rire peut parfois sembler barbare. Admettons. Il n’empêche que l’individu peut de temps à autre donner un peu d’humanité à cette masse qui la lui rendra un jour avec usure ».
À méditer. 

Sources et inspirations 
Trois « classes » de bateaux concernées : les Class40 (des monocoques de 12 mètres), les Figaro Beneteau (qui mesurent 10 mètres de la proue à la poupe), et les Mini, les petits voiliers de 6,50 mètres de long.
https://reporterre.net/C-est-la-honte-quand-les-voiliers-de-course-rentrent-en-cargo
https://usbeketrica.com/fr/article/les-7-horizons-des-bons-ancetres
Roman Krznaric, The Good Ancestor: How to Think Long-Term in a Short-Term World. WH Allen, 2020
Stalker par Andreï Tarkovski, sorti en 1979. Le scénario du film a été écrit par Arcadi et Boris Strougatski. Le film est une libre adaptation de leur roman Stalker : Pique-nique au bord du chemin.
Toutes les intelligences du monde. James Bridle. Seuil. 2023
https://www.arte.tv/fr/videos/RC-024313/capitalisme-americain/
Alberto Magnaghi. Le principe territoire. Eterotopia 2020
https://www.arnaudmaisetti.net/spip/anthologie-personnelle-pages/article/walter-benjamin-experience-et-pauvrete 

Pour le titre de cet épisode, c’est venu de Phèdre de Platon. «  En tout cas, le temps ne nous presse pas, me semble-t-il. Qui plus est, je crois que les cigales qui, comme c’est naturel au fort de la chaleur, chantent au-dessus de nos têtes et conversent entre elles ont aussi l’oeil sur nous »

Musiques 
AC/DC. Hell ain’t a bad place to be. https://youtu.be/tVjZ0g_v8vE?si=_vTkUmgGMGHoYB_8 
The Beatles. Revolution. https://youtu.be/JZpKhjQh6rw?si=psr7gvKXzCHjz68J 
Rita Mitsouko. Evasion https://youtu.be/V0WUw_Jj-BQ?si=iSfsV_QX9X-FcCGu 

Podcasthttps://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.5-06112023-11.53/

Illustré par une oeuvre de Nathalie Issenmann 

 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, November 9). Nowakowskismes 8.5. Les cigales ont aussi l’oeil sur nous. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfu9

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search