Nowakowskismes 8.4. Personne ne soufflera la parole sur notre poussière

Illustration par Nathalie ISSENMANN 

En cette fin de ce premier quart du XXIè siècle, qu’avons-nous loupé pour que nous assistions à la fois à un tel retour en force des mensonges religieux, toujours plus exclusifs, toujours plus destructeurs, toujours plus intolérants, drainant le pire des comportements des humains, alors que l’humanité avait quand même eu l’impression – après la seconde guerre mondiale, l’holocauste, les immenses progrès des sciences ayant amené à étendre incroyablement le champ de nos connaissances et de compréhension de l’univers – de pouvoir enfin ranger tous les mythes religieux sur les étagères personnelles et privées. 
Au lieu de cela, à quoi assistons-nous ? 
Au retour en force du pire et sous toutes les latitudes ! 
Le retour du pire qui se met en chasse de l’autre, de celui qui est différent, de celui qui refuse de se fondre dans une masse informe, infantilisée et obéissante, de la diversité, de celui qui est libre et libertaire, de celui qui s’exprime sans entraves, et pire, de celui qui rit de ceux dont la pensée totalitaire refuse la différence jusqu’à planifier et organiser l’annihilation de l’autre et de la différence !
C’est donc à nous, à nous seuls, qu’il revient de nous engager, de réfléchir, de continuer à enseigner sans faiblir, de rester debout, d’analyser et de prendre des risques pour rester libres d’être ce que nous voulons être. C’est à nous et à personne d’autre qu’il revient de trouver les mots, de les prononcer, de les défendre, de les écrire pour couvrir le son des couteaux sur les gorges et de la haine !
Qu’est-ce qui nous a fait en arriver à ce monde, à ce présent ? 
Souvenons-nous de Churchill à l’aube de la seconde guerre mondiale, qui se demandait qui a nourri le crocodile en espérant être le dernier à être mangé ? La question est toujours de notre actualité parce que, dans cet éternel recommencement qu’on pensait avoir enfin brisé, quand un grand nombre d’entre nous est confronté à des situations qui leur font peur, un grand nombre d’entre nous va choisir de pactiser avec le pire par intérêt, par lâcheté, par déni aussi, jusqu’à ce que le crocodile devienne si gros, à force d’être nourri de tous ces renoncements, et ce qui aurait pu être arrêté avec un peu de courage devient alors un monstre prêt à nous engloutir ! Et là, le prix de la liberté est autrement plus élevé ! 
Donc, à nous de rire, à nous de créer, à nous d’imaginer, de rêver, à nous d’enseigner la pensée critique, à nous d’écrire, de parler à voix haute, à nous d’être fiers de jouir de nos libertés, à nous d’aller et venir et de vivre la tête haute, à nous de défendre le droit de critiquer les religions face à des fanatiques qui, au nom de leur dieu, voudraient nous imposer leurs névroses et leurs frustrations en résumé leur monde de merde. 
C’est donc à nous de nous battre pour rester libres !

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans une France qui, pour faire gagner 15 à 20 minutes sur un trajet de 53 km, un gouvernement et des élus avides de réélection soutiennent mordicus un projet d’autoroute qui va demander la construction de 200 ponts, qui va demander d’extraire dans l’Ariège 2,6 millions de tonnes de granulats, qui va demander de produire 500000 tonnes d’enrobés, afin qu’environ 8000 véhicules légers et 900 camions par jour soient autorisés à rouler à 130 km/h au lieu de 90. Cette augmentation de la vitesse moyenne fera passer de 5000 à 8000 tonnes les émissions de CO2, tout cela au prix de la coupe de plus de 250 arbres, tout cela au prix de l’artificialisation de centaines d’hectares de terres agricoles et de zones humides dont nous savons qu’il faut les présenter si nous ne voulons pas nous enfoncer encore plus dans la destruction de nos vies. Mais bon, ce n’est pas grave, au moins 7000 morts des canicules sont attribués au changement climatique lors de l’été 2022 ; mais bon, ce n’est pas grave, construire une autoroute qui va augmenter les émissions de CO2, en pleine urgence climatique ; mais bon, ce n’est pas grave, mentir, désinformer et faire du greenwashing cachant l’inaction climatique ; mais bon, ce n’est pas grave, la violence vient évidemment des opposants et des  au projet dénoncé par plus de 2000 scientifiques ; mais bon, ce n’est pas grave, le système sera sauvé, et l’entreprise compensera les dégâts avec le montant des péages (17€ pour l’aller et retour ce qui en fait l’autoroute la plus chère au km de France), et les mensonges iront bon train !
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde
Ce soir, il s’agit de parler un peu de sciences parce que, face à la catastrophe écologique, à la montée de la pensée magique et des fanatismes, des espèces qui disparaissent en masse, des populations et une diversité du vivant qui s’effondrent, la pollution et la chaleur qui tuent et rendent la planète inhospitalière, la science est généralement utilisée pour donner une réponse essentiellement « ingénierique », technologique à tout prix, algorithmique et faite de machines toutes puissantes. Considérées comme de simples outils sans y associer cette indispensable réflexivité, elles ne pourront que contribuer à accélérer l’effondrement. Alors que le vrai rôle des sciences serait de contribuer à un renouveau radical des symboles et des valeurs en réinventant le sens du monde. Alors ce soir, sous un titre emprunté à un vers de Paul Celan – Personne ne soufflera la parole sur notre poussière – les Nowakowskismes suggèrent de réinvestir la science de l’immense force poétique dont elle a été amputée afin de la libérer et de rendre aux humains leur pouvoir bénéfique de raison, de transgression, d’intransigeance et d’humilité. 

N’oublions pas que la crise actuelle ne se réduit pas à la crise du climat et au réchauffement climatique. N’oublions pas que les deux tiers des insectes ont disparu en quelques années, que les deux tiers des mammifères sauvages ont disparu en quelques décennies et que les deux tiers des arbres ont disparu en quelques millénaires et encore plus rapidement ces dernières années. En effet, les conséquences du changement climatique se lisent sur la santé des forêts françaises, avec notamment une très forte augmentation de la mortalité des arbres qui est passée de 7,4 millions de mètres cube par an (Mm3/an) entre 2005 et 2013 à 13,1 Mm3/an entre 2013 et 2021, soit une hausse de près de 80 % en dix ans. Ce flux annuel de la mortalité équivaut à 0,5 % du volume de bois vivant. Et ce n’est pas tout. La crise n’est pas que climatique, elle est pollution massive par l’incroyable production de déchets de ce système fait de prédation et de dévastation. Pour ne parler que des Européens. Ils n’ont jamais produit autant de déchets d’emballage. En 2021, l’UE en a généré 188,7 kg par habitant, soit 32 kg de plus en 10 ans et tout cela soutenu par un lobbying agressif des McDo and co. Et un dernier petit exemple « pour la route » – pour garantir la souveraineté économique de la France, notre président a annoncé vouloir investir 2,9 milliards d’euros pour l’agrandissement d’une usine de puces électroniques à Crolles en Isère, ceci au prix d’une consommation gargantuesque d’eau. En effet, alimentée par d’énormes tuyaux de la régie des eaux de la métropole de Grenoble, cette usine située en amont de la ville a englouti en 2021 pas moins de 4,23 millions de mètres cubes d’eau, soit autant que 100000 habitants en un an – contre 3,46 millions en 2019 et 2,7 millions en 2011. Et les annonces « présidentielles » n’arrangeront rien. Depuis le début d’année, la convention autorisant l’acheminement de l’eau de Grenoble vers le Grésivaudan est déjà passée de 8 millions de m3 par an à 10,5 millions. 
Je m’arrête là ! 
Donc, toutes ces extinctions massives ne sont pas uniquement provoquées par la hausse des températures mais par un problème général dû à la dévastation des espaces naturels et la mise en ressources du vivant. 
Vous me demanderez : ” Mais alors ? Comment réagir ?” 
Il suffit d’allumer une radio et la régler sur une des chaînes du service public pour entendre à longueur de pubs débiles quelle est l’issue proposée par les tenants du système. Aujourd’hui, la réponse à tous nos maux est dans l’énergie. La solution est dans la puissance des énergies propres décarbonées ou ne sera pas. Comme dans l’industrie automobile ! En effet, il faudrait être absent à ce monde pour ne pas voir, ni n’entendre le battage politico-médiatique orchestré par l’état et les grandes entreprises de l’industrie automobile visant à faire entrer dans le crâne de tous et toutes que la voiture électrique, hybride, eTech, …. est la solution, que rien ne changera, sois tranquilles citoyen, tu pourra toujours rouler librement avec ta belle et grosse voiture. Voyez, nous sommes déjà sur la voie, parce qu’en France, nous produisons une électricité propre avec nos centrales nucléaires propres et décarbonées en attendant que la science nous apporte la source d’énergie propre et inépuisable qui permettra de perpétuer éternellement ce système. 
Alors, si la science toute puissante nous amène à disposer d’une énergie propre et limitée, que pensez-vous qu’il adviendra ? 
Evidemment, la prouesse sera saluée par l’immense majorité des médias, des scientifiques et des politiques dans un OUF de soulagement ! Nous allons pouvoir continuer nos activités et nos prédations sans ralentir, puisque les émissions de CO2 vont diminuer drastiquement ! 
Or, ceci ne fera que nous mener au pire des désastres, parce que dans l’état actuel de nos désirs et de nos valeurs, surtout de ceux qui s’approprieront cette technologie, cette source d’énergie sera utilisée pour amplifier le gigantesque chantier de destruction systémique du vivant. Quand il ne coutera plus une goutte d’énergie pour remplacer une forêt par une autoroute, quand il ne coutera plus une goutte d’énergie pour continuer à transformer cette planète en poubelle, et permettre aux plus riches d’aller polluer ailleurs, quelle direction pensez-vous que nous choisirons ?
C’est évident que perdura l’idée délirante et obtuse que la résolution de tous nos problèmes relève d’une solution d’ingénierie, d’une solution technique. Au coeur de la pensée politique et économique de ce temps et de nos systèmes se tapit l’idée qu’un monde idéal est un monde dans lequel nous pouvons continuer à vivre comme nous l’avons toujours fait ! Que la science nous trouvera bien une solution ! Et c’est évidemment insensé ! La courbe des prélèvements ne peut éternellement dépasser celles des ressources ! Considérer qu’on peut entretenir un modèle basé sur une infinité des ressources dans un monde fini, est une aberration ! 
Bien sûr, il n’a jamais été question de revenir à la lampe à huile, mais le malheur de l’ingénierie et de la technique en général est de ne jamais interroger les finalités. Elles inventent ou améliorent des fonctions sans réflexivité, en réfléchissant rarement aux desseins ! Sans jamais se poser les questions, Pourquoi ? Et quelles seront les conséquences de ces choix sur ceux qui viendront après ? En fait, le problème réside dans le constat rarement contredit que la technologie se fonde sur un principe étrange, ancré profondément en nous, qui est qu’aucun frein n’est acceptable, ce qui peut être fait doit être fait ! Et que jamais la question « tout ce qui peut être fait technologiquement, doit-il est fait ? » n’est jamais posée ! Nous ne prenons même pas la peine de discuter sérieusement et collectivement la pertinence de ces choix, et modestement à mon niveau, face à mes étudiants et élèves ingénieurs, c’est justement ce genre de questions que j’essaie de leur permettre de poser. 
Cette tendance générale relève d’un étrange aveuglement mais tellement explicable à la hauteur des idéologies qui ont guidé nos sociétés riches. Cet aveuglement est celui-là même qui nous amène à n’être même pas capables de remettre en cause cet univers normé et programmé, optimisé, bétonné, surveillé ! Cet aveuglement est aussi ce qui nous amène à cantonner la science à la recherche des solutions techniques qui nous permettront de ne rien changer. Cet aveuglement c’est également la marque d’un manque d’ambition terrible et surtout d’une bêtise abyssale mais scientifique ! 
Or, aucun espoir n’est possible si on ne vient pas questionner sur le fond ces implicites, ces valeurs, ces symboles … en fait je partage pleinement cette phrase prononcée par Aurélien Barrau, « le geste le plus révolutionnaire consiste à penser » ! Un tel combat révolutionnaire rejoint les questions que nous devons nous poser en matière d’éducation des citoyens aux enjeux du monde dans lequel ils vivent. Paulo Freire dans son livre, La pédagogie des opprimés, écrit au Chili en 1973, écrivait ceci : « Si l’éducateur est celui qui sait, si les élèves sont ceux qui ignorent, il incombe au premier de transmettre, comme en dépôt, son savoir aux seconds. Dans cette vision « bancaire » de l’éducation, les élèves sont vus comme des êtres d’ajustement. Mais plus ils s’emploient à archiver les dépôts qui leur sont versés, moins ils développent la conscience critique qui leur permettrait de s’insérer en sujets dans le monde. Cette vision de l’éducation réduit le pouvoir créateur des élèves, stimule leur naïveté et non leur esprit critique et satisfait les intérêts des oppresseurs, qui maintiennent les masses aliénées à travers des mythes indispensables au statu quo : le mythe selon lequel tout un chacun, à condition de ne pas être fainéant, peut devenir un entrepreneur ; le mythe de l’héroïsme des classes oppressives comme gardiennes de l’ordre ».
Interroger et former des citoyens et des scientifiques capables de penser, c’est surtout un projet éducatif et social à la fois. C’est le seul moyen de donner à tous la possibilité de construire une conscience claire de leur position en ce monde, et de rechercher avec eux les moyens de changer de système. 
Tant que nous ne nous donnerons pas les moyens de changer, nous serons enfermé dans une perception du monde vue uniquement au travers du prisme d’une science hégémonique parce qu’elle seule dit la vérité ! La science ne constitue en fait qu’une manière de faire un monde. Il n’est pas possible de faire comme si les innombrables sociétés humaines qui ont peuplé cette planète n’ont pas existé – comme les envahisseurs de l’Amérique du Nord l’ont fait des peuples premiers présents là – il est toujours plus facile de considérer un territoire vide pour se l’approprier et y raconter sa propre histoire et tout ce qui vient contrecarrer ce récit sera éliminé ! Et nous continuons ainsi, nous continuons sans faiblir à nous entêter malgré la certitude de l’échec. Notre prédation suicidaire de l’environnement, des vivants autres que nous, et de tout ceux qui n’entrent pas dans le modèle, ne constitue en aucune façon un fondement de l’humanité. Et refuser de reconnaître cette vision n’est pas partagée par un grand nombre d’autres cultures et civilisations c’est un des mensonges dont nous peinons à nous débarrasser ! 
L’histoire des sciences et plus globalement des connaissances est une succession de révolutions ontologiques et nous comprenons à chaque découverte que le monde n’est pas tel que nous le supposions. Et pour y faire face, il est urgent d’habiter poétiquement le monde et nos actions pour refonder le réel. Il est autrement plus sérieux de travailler sur les dimensions symboliques que sur les tours de passe-passe technologiques. Nous nous trouvons face à une catastrophe civilisationnelle se matérialisant par un effondrement de la vie et une perte de sens, et ceci demande de trouver et d’inventer des lignes de fuite, des bifurcations, pour que la sciences et nos modèles permettent de créer de l’ailleurs, de l’altérité et de l’inouï. 
La science a cet avantage sur les religions qu’elle peut se déjuger sans se discréditer et que la raison progresse par ses erreurs quand la foi meurt de ses errements (rappelons là à certains en ce monde, que reconnaitre qu’on s’est trompé c’est être du côté de la raison et non de la foi). La science a cet avantage et ne le gâchons pas. Et n’oublions surtout pas que ce qui souille l’humanité, ce qui insulte des dieux s’ils existent, ce n’est pas la pensée, des caricatures, la liberté, la raison, la liberté, ce qui souille l’humanité, ce sont les meurtres, c’est honorer l’infamie, ce qui souille l’humanité, c’est célébrer l’infamie, ce qui souille l’humanité, c’est d’abandonner par lâcheté le droit de critiquer, de s’ouvrir au monde, au vivant et à l’autre, et de s’interdire de rire, par lâcheté, ce qui souille l’humanité c’est de s’interdire de vivre au nom du pire ! 

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, et prenons le temps de nous laisser traverser par ces quelques mots simples d’Hubert Reeves : « [Auditeur], prends encore une longue respiration ! Sens l’air frais qui monte dans ton nez. Les atomes qui entrent en toi ont été respirés d’innombrables fois dans les derniers milliards d’années. Leur carrière a commencé dans les eaux tièdes où la vie est née sous forme de microscopiques organismes marins. Ils sont passés par les branchies des trilobites ainsi que dans celles des grands poissons aux carapaces rigides. Ils ont été aspirés par les vaisseaux dressés à la verticale des fougères, des prêles géantes et des ginkgos aux feuilles dorées. Ils ont été accueillis dans les premières ébauches de poumons des Léviathans de l’époque jurassique. Ils se sont intégrés dans le parfum subtil des plantes à fleurs pour séduire les insectes transporteur de pollens. Et pense aussi aux innombrables êtres humains, tes ancêtres, qui ont profité de cette manne indispensable lentement apprêtée par la nature avec le concours de microscopiques organismes marins, toujours à l’œuvre dans les océans. Au-dessus de la surface, au-dessus de chaque vague, le lent flux des nouvelles molécules d’oxygène se poursuit continuellement ».

Sources et inspirations 
https://www.ign.fr/espace-presse/les-donnees-de-linventaire-forestier-national-confirment-limpact-du-changement-climatique-sur-la-sante-des-forets-francaises
Aurélien Barrau. L’hypothèse K. La science face à la catastrophe écologique. Grasset, 2023
Richard Malka. Le droit d’emmerder dieu. Points
Paolo Freire. La pédagogie des opprimés. Ogone 2023
https://reporterre.net/L-A69-une-autoroute-ecolo-On-a-verifie
https://bonpote.com/zad-violences-et-mensonges-sur-lautoroute-a69-tout-se-passe-comme-prevu/
Paul Celan dans Psaumes pour le titre (petit lien vers le documentaire de Wim Wenders, Anselm à voir absolument – https://www.cameo-nancy.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=9968&catid=8&Itemid=101) 
https://lesjours.fr/obsessions/eau-guerres/ep8-stmicroelectronics-grenoble/

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.4-24102023-15.09/

Musiques 
Larkin Poe, Bad Spell – https://youtu.be/kLaSCWSJmzo?si=4pPt0s6ZrlxliDlk 
Jackson Browne, The load out – https://youtu.be/rukvfk9a6rY?si=djosPsDzDHgFBBpo 
Gov’t Mule, Shake our way out – https://youtu.be/PWrioTsxgRM?si=bWczoNtlGN-wR6mX 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, October 26). Nowakowskismes 8.4. Personne ne soufflera la parole sur notre poussière. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfu8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search