Nowakowskismes 8.3. La réalité ne peut être franchie que soulevée

Un moment historique et important pour la lutte pour la liberté en Iran : le prestigieux prix Nobel de la paix 2023 est décerné à Narges Mohammadi, infatigable militante iranienne des droits humains et des droits des femmes des trois dernières décennies emprisonnée en Iran. 
Cet honneur revient à chacun d’entre vous, honorable, courageux et résilient peuple d’Iran, qui avez lutté inlassablement et pacifiquement pour la liberté. Rassemblons-nous, humains, pour célébrer ce moment précieux  en saluant tout particulièrement le courage des femmes et des filles d’Iran qui ont captivé l’attention du monde entier par leur bravoure au cours de l’année écoulée à travers leur implication dans ce mouvement « Femme, Vie, Liberté ».

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans une France qui voit l’Élysée terminer son année 2023 dans le rouge avec un trou de… 12 millions d’euros, soit dit autrement, un budget qui passe de 115 à 127,4 millions d’euros. Se serrer la ceinture ou ouvrir un bouton pour mieux digérer ? La présidence de la République a choisi.
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde.
Ce soir, il s’agit encore une fois de nous armer pour faire face au déni, à l’inertie, et résister à cette pente de la fatalité, du « à-quoi-bon-isme » et nommer les ennemis ! Dirigeants, entreprises, la bien pensance, et très souvent nous-même. 
Alors, commençons ainsi… 

Imaginez !
Des milliards de personnes cloitrées chez elles pour échapper au désert extérieur, aux dômes de chaleur, aux événements climatiques extrêmes, à la violence, formant ainsi des milliards de micro-mondes habitables, de cellules de survie, d’alvéoles hermétiques dispersées sur une vaste terre dévastée, surchauffée, desséchée et aride. L’humanité a façonné la Terre comme une ruche, composée de ces alvéoles climatisées et connectées, dans lesquels les humains survivront quand le reste brulera. La clim mais aussi les plateformes numériques, le réseau, tout cela incarne le vice du confort moderne, à savoir la rupture entre l’humain et ce qui l’entoure, autorisant ainsi l’indifférence, le déni et plus généralement le mépris de l’autre et de ce qui reste du vivant. Tout comme tout ceux qui parcourent les pays en camping-cars, contribuant massivement à la production de gaz à effet de serre incitant par là les TotalEnergies à multiplier les nouvelles exploitations des sols au mépris du vivant, pour passer les soirées devant la télé ou sur leur téléphone portable à regarder la quintessence du capitalisme culturel, les séries – des pratiques ouvrant grand la voie à des projets comme Starlink d’Elon Musk et la Constellation Kuiper d’Amazon qui prévoient d’envoyer en orbite basse de la Terre, pour multiplier encore et encore les possibilités de connexion au réseau, des dizaines de milliers de satellites contribuant incroyablement à la pollution de l’espace proche – pour vous en convaincre regardez les cartes en temps réel sur le site https://satmap.space/. 
Tout ceci, clim, réseau, plateformes et séries sont les dimensions d’un égoïsme érigé en éthique. Ainsi, être bien dans son chez soi connecté et climatisé, peu importent le fracas et les misères qui entourent, dans un égoïsme de la clim et du réseau, qui nous réfrigère en réchauffant les autres, et qui nous connecte au réseau en mettant une partie de l’humanité en esclavage pour arracher à la terre les matériaux nécessaires à leur fonctionnement et leur renouvellement permanent. Rappelons aussi que l’empreinte carbone mondiale du numérique est supérieure à l’empreinte carbone de l’aviation civile. Ce qu’on peut appeler la « zoomification » des relations sociales porte ainsi à un niveau inédit la disparition de l’autre dans nos vies, dans une numérisation qui écrase toute altérité, seuls dans nos alvéoles traversées par une avalanche sans fin d’informations numériques standardisées. 
Ainsi, le réchauffement, les pollutions et les destructions s’enracinent dans une même matrice sociale, économique et civilisationnelle. Surextraction, surproduction, surconsommation et donc surdéjection ne sont pas quatre problèmes différents, mais un seul. En s’attaquant au problème dans son ensemble, on pourra peut-être éviter de rendre la Terre invivable pour ceux vivant déjà dans un monde invivable, à savoir neuf millions d’espèces, parmi lesquelles nous ne sommes qu’une ; les trois millions d’animaux tués dans les abattoirs français ; les maldiviens dont le mètre qui les sépare de la submersion indiffère le reste du monde ; les chèvres dans l’Ethiopie asséchée donc affamée qui finissent par manger leurs excréments ; le bétail américain mort de chaud empilé sur des kilomètres comme dans des poubelles ; ces femmes, ces hommes et ces enfants qui vivent dans la décharge d’Agbogbloshie dans la banlieue d’Accra, la capitale du Ghana, errant dans cette poubelle géante qui est celle de nos vieux ordinateurs et de tous ces objets connectés qu’on achète à prix d’or et qu’on jette pour en acheter de nouveaux ; les villages du cancer en Chine où meurent les ouvriers qui extraient les terres rares nécessaires à nos smartphones et nos modes de vie qui ne peuvent plus s’en passer, imposé par la multitude de campagnes de publicité des opérateurs pour le dernier smartphone 5G et des gigas ; les assembleurs de l’entreprise Foxconn, spécialisée dans la fabrication de produits électroniques, que des filets aux fenêtres empêchent de se suicider ! Et oui la misère indispose alors quoi de mieux, quoi de plus confortable que de s’enfermer dans son alvéole climatisée, connectée, abrutie par des contenus diffusés par toutes ces plateformes, alimentée de l’extérieur par des malheureux à vélo ! 
« La réalité ne peut être franchie que soulevée » écrivait René Char dans les années 60, alors que sortait au même moment le texte de Rachel Carson, Printemps silencieux annonçant un monde sans oiseaux. Parce que la vérité est ce réchauffement, causé par des modes de vie fondés sur l’utilisation à grande échelle, par une petite partie de l’humanité, des énergies fossiles, n’est qu’une partie du problème. Le problème, c’est aussi la fonte des glaces et du pergélisol, l’élévation du niveau des océans, la désertification de régions entières, des super-canicules et des méga-feux, et donc des destructions de lieux de vie et des migrations qui s’en suivent – selon l’UNICEF, en six ans, 43 millions d’enfants ont été déplacés à cause de catastrophes météorologiques, des épidémies et aussi des guerres.
D’autres séries de ruptures viennent amplifier tout cela. L’artificialisation des sols à grande échelle détruit les forêts, bouleverse les paysages ; la surexploitation du monde détruit la diversité du vivant sur Terre comme dans les océans ; la prédation des ressources naturelles et tous ces projets qu’il faudrait stopper tels que l’EACOP ou le dernier en date, Papua LNG, visant à extraire d’énormes quantités de gaz dans une zone forestière et montagneuse en Papouasie-Nouvelle Guinée et à transporter ce gaz via un pipeline construit à travers la jungle, pour l’acheminer jusqu’à une usine qui le transformera en gaz naturel liquéfié, avant de l’exporter par bateau vers le marché asiatique avec tous les impacts terribles et irréversibles au niveau local sur les humains, leurs modes de vie et la biodiversité tout en générant au total 220 millions de tonnes de CO2, soit autant que les émissions annuelles d’un pays comme le Bangladesh ; et, conséquences de ce système, production de plastiques, les déchets nucléaires dont on ne sait que faire, les pesticides qu’on ne cesse d’utiliser pour maintenir la surproduction agricole, la captation de l’eau par un petit nombre de sur-exploitants, les polluants éternels qui envahissent les espaces de vie, …. fomentent un empoisonnement généralisé du seul endroit dans l’univers dans lequel nous pouvons vivre – La Terre ! 
La preuve … un exemple de la bêtise abyssale dans laquelle nous nous enfonçons ! 
À Las Vegas vient d’être inaugurée une nouvelle salle de spectacles : The Sphere. Comme son nom l’indique, c’est un bâtiment sphérique chargé d’attirer les foules de moutons pour des expériences aussi immersives qu’inutiles ! Bien sûr sans prêter le début d’une attention à la consommation d’énergie. Son écran extérieur fait 53000 m2 (soit environ la surface de 7,5 terrains de football). Il s’agit du plus grand écran LED du monde, entièrement programmable, comportant pas moins d’1,2 million de petits palets de LED, espacés de 20 centimètres les uns des autres. Chaque palet contient 48 diodes LED, capables d’afficher 256 millions de couleurs chacune pour en faire le plus grand écran 16K. A l’intérieur, les spectateurs sont installés dans des fauteuils à retours haptiques au coeur d’un écran de 15000 mètres carrés le tout sonorisé par 170000 haut-parleurs invisibles. Pour fonctionner, The Sphère a besoin d’une puissance maximale de 20 MW, et le tout devrait consommer environ 95779 MWh par an ce qui représente approximativement la consommation annuelle de 20500 foyers français, soit l’équivalent d’une ville comme Valenciennes. 
Et tout cela pour 2,3 milliards de dollars soit environ 2,2 milliards d’euros ! Des milliards qui auraient été bien mieux employés au service des plus démunis, d’infrastructures permettant à tous et toutes de vivre dignement ! 
Voilà une ville en plein désert qui n’existerait pas si les climatiseurs n’existaient pas, pompant au delà des limites l’eau du Colorado, au profit du capitalisme le plus obscène. Juste pour tenter de rappeler, parce qu’il y aura toujours des humains pour y aller, des groupes pour y jouer – U2 y était et des milliers de gens ont déboursé plus de 370 euros pour assister au concert de ceux qui s’érigent en défenseurs de la planète et des droits humains !  
Ceci dit quelque chose du déni de l’humanité face à ce désastre qui est écologique mais aussi éthique et politique. Tout ceci raconte quelque chose d’un futur possible qui se réplique massivement dans les pays du golfe, dans ces villes construites à coup de pétro-dollars au milieu du désert et de leurs centres commerciaux dans lesquels on entretient, dans des hangars gigantesques, le froid nécessaire aux pistes de ski sur lesquels s’élancent ceux et celles qui s’en fichent de recracher du chaud au dehors pour obtenir l’air frais de leurs plaisirs ! 
Ces plaisirs, ce confort, cette vie en alvéoles, ces clim, ce réseau, ces plateformes, ces batteries, ces Las Vegas intérieurs … c’est parce que des chercheurs, des ingénieurs y ont travaillé, c’est parce que des chercheurs, des ingénieurs ne se sont pas intéressés à autre chose qu’au problème technique posé, parce que ces chercheurs et ingénieurs n’ont pas lu autre chose que les textes techniques produits par leurs collègues du même domaine qu’eux. Ainsi, par exemple, ceux qui travaillent à l’amélioration des batteries des voitures électriques  ne retiennent des travaux du GIEC qu’ils participent activement à la nécessaire transition énergétique, au service d’un modèle de mobilité qu’il ne s’agit surtout pas de remettre en question. Ce monde c’est celui d’Elon Musk ! « C’est un monde où l’on commercialise des lance-flammes pour s’amuser. C’est un monde où l’on tente de faire croire qu’une voiture de plus de deux tonnes qui emmène 500 kg de batterie, deux moteurs, un thermique et un électrique, est un objet écologique et indispensable à l’expérience du monde ». Reconnaissons que la couleuvre est grosse, mais que voulez-vous, certains et ils sont nombreux sont prêts à l’avaler ! 
Ces chercheurs et ingénieurs qui travaillent sur tout cela auraient très certainement dû lire un texte comme celui de Jean-Baptiste Fressoz qui dit « qu’il n’y a jamais eu de transition énergétique. Qu’on ne passe pas du bois au charbon, puis du charbon au pétrole, puis du pétrole au nucléaire. Que l’histoire de l’énergie n’est pas celle des transitions, mais celle des additions successives de nouvelles sources d’énergie primaire. Que l’erreur de perspective tient à la confusion entre relatif et absolu, entre local et global ». Qu’en fait, les ingénieurs ne s’en tiennent qu’au fait scientifique nu – il faut diminuer les émissions de CO2 – et ne s’intéressent pas du tout au rôle que joue « la fée électricité » dans les berceuses qui nous parlent de transitions. Et qu’ils ne se demandent pas pourquoi leurs travaux n’ont pas pour contrepoint des mesures impliquant un avenir de sobriété en matière de mobilité. 
Pourquoi sommes-nous tellement impuissants à modifier notre trajectoire socio-écologique suicidaire quand bien même nous savons pertinemment que nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis, si vitalement dépendants que nous sommes devenus de ce système qui détruit les conditions de vie de la plupart des êtres vivants ? 
Pourquoi ne voyons-nous pas que cette conception de la liberté reposant sur l’exploitation des humains et de la planète constitue une impasse mortelle ?
Pour tenter de desserrer l’étau de ce système, et d’apporter des réponses viables aux questions qui se posent à nous, il s’agirait déjà de reconstruire des interdépendances sur un tout autre modèle que celles qui définissent ce monde de prédations. Il s’agirait de refaire société en réinventant la subsistance en dehors des rapports traditionnels de domination, en prenant également conscience qu’il est bien sûr impossible de subvenir à nos besoins s’ils sont infinis. Il s’agirait aussi de remettre en question la séparation de la consommation et de la production au coeur de notre mode de vie de salariés-consommateurs-électeurs qui, comme le disait André Gorz, « ne produisent rien de ce qu’ils consomment et ne consomment rien de ce qu’ils produisent » ! Cela signifie de faire le tri entre les outils qui soulagent les efforts et renforcent l’autonomie et les technologies qui prétendent nous en délivrer, tout en nous rendant dépendants des industries qui les produisent. Cela signifie aussi de disposer d’outils que les usagers peuvent contrôler eux-mêmes, des techniques à échelle humaine relativement simples à produire, à utiliser et réparer. Cela signifie donc de choisir une voie qui nous émancipe de cette fascination mortifère pour la technologie, une voie qui nous sorte de la course à l’échalote dans laquelle les industries nous entraine, enfin une voie qui nous permette de nous affranchir du mythe ancien qu’une vie pleinement vécue ne peut s’envisager sans une technologie indispensable à notre pleine réalisation.  
Changer ? 
Ce serait déjà de connaître et reconnaître le territoire où l’on vit et les êtres avec qui on le partage. Ce qui se traduirait par le déploiement de manière de vivre différentes, dépendantes de ce que permet ce territoire. Tout ceci ne pourrait s’envisager que si, sur le plan de l’imaginaire, nous rompions définitivement avec le schéma d’un universalisme imposé par l’occident. La modernité reposait alors sur l’aspiration à être délivré de la terre et des activités de subsistance qui y sont liées, ce qui a conduit à identifier la liberté avec la vie urbaine, l’argent, l’industrie et la technologie, un modèle qui menace juste de faire de la Terre un désert, et qui ne sait qu’envisager d’aller coloniser Mars pour y reproduire ailleurs le même modèle et les mêmes errements !
Or le monde de la liberté et de l’autonomie est un monde dans lequel divers mondes sont possibles. Pour cela, il s’agirait de renouer avec l’autre conception de la liberté, celle de l’autonomie portée autrefois par les couches populaires et désormais portée par l’écologie politique, l’écoféminisme, et s’inscrit dans le sillage de tous les mouvements qui ont pris pour devise : « Terre et liberté ». Il s’agirait également de remettre les mains dans la terre et dans tous nos outils, afin de nous réapproprier les conditions et les modalités de nos vies. 
Comment imaginer renverser ce système prédateur et destructeur sans adopter des formes de vies qui s’en échappent ? Tout cela ne se fera pas sans luttes sociales d’envergure contre ce système capitaliste dont la dynamique destructrice menace toutes les formes de vie sur Terre. 
Et ça c’est tout de suite !

Voilà le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir, et, dans un monde où la tendance est que l’autre est privé de la présence de l’autre, que la communication est ravalée au stade de l’échange d’informations où les informations se posent devant les choses et l’autre, c’est sur ces quelques mots que nous conclurons : « Un étudiant a demandé un jour à l’anthropologue Margaret Mead ce qu’elle considérait comme le premier signe de civilisation dans une culture. L’étudiant s’attendait à ce que l’anthropologue parle de crochets, de bols en argile ou de pierres à aiguiser, mais non. Mead a dit que le premier signe de civilisation dans une culture ancienne est la preuve d’une personne avec un fémur cassé et guéri. Mead a expliqué que dans le reste du règne animal, si vous vous cassez la jambe, vous mourez. Vous ne pouvez pas fuir le danger, aller à la rivière pour boire de l’eau ou chasser pour vous nourrir. Vous devenez de la viande fraîche pour les prédateurs. Aucun animal ne survit à une patte cassée assez longtemps pour que l’os guérisse. Un fémur cassé qui a guéri est la preuve que quelqu’un a pris le temps de rester avec celui qui est tombé, a guéri la blessure, a mis la personne en sécurité et a pris soin d’elle jusqu’à ce qu’elle se rétablisse. « Aider quelqu’un à traverser des difficultés est le point de départ de la civilisation », a expliqué Mead. La civilisation est une aide communautaire ». 

Sources et inspirations 
https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/ecrans-demesures-sonorisation-massive-et-facture-d-electricite-xxl-cinq-chiffres-sur-the-sphere-l-etonnante-nouvelle-salle-de-spectacle-de-las-vegas_6095196.html
https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/crise-climatique/en-six-ans-plus-de-43-millions-d-enfants-ont-ete-deplaces-a-cause-de-catastrophes-meteorologiques-alerte-l-unicef_6103797.html
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/hugo-clement-en-toute-subjectivite/hugo-clement-en-toute-subjectivite-du-mercredi-04-octobre-2023-4623337
https://www.huffingtonpost.fr/politique/article/l-elysee-affiche-un-budget-dans-le-rouge-et-se-justifie-en-evoquant-l-inflation-et-l-activite-presidentielle_224029.html
Pour un tournant radical. Socialter. Collection Bascules
https://reporterre.net/Amazon-et-ses-milliers-de-satellites-vont-polluer-le-ciel
https://www.liberation.fr/politique/derapage-inedit-des-depenses-de-lelysee-en-2023-selon-lobservatoire-de-lethique-publique-20231006_X2IHP2F5VBASXFPHMIQLXX2XOE/
René Char « Les dentelles de Montmirail », La parole en archipel, 1962

Musiques 
Le forestier, chante Brassens – Les oiseaux de passage – https://youtu.be/Y5URn2bggjY?si=IlJop-VZrdoKU1On 
Alan Vega – Nothing left – https://youtu.be/ziuFO9bK5_c?si=QU7tsT2394cg3eyM
PJ Harvey – In the dark places – https://youtu.be/VaLuvTMdFQ4?si=-LPBy1j74Jb-5iel 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.3-09102023-10.08/

Illustration – par Nathalie ISSENMANN 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, October 12). Nowakowskismes 8.3. La réalité ne peut être franchie que soulevée. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfu7

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search