Nowakowskismes 8.1.  2570

Bonsoir à tous et à toutes – c’est évidemment avec un immense plaisir que je vous retrouve pour la huitième saison des Nowakowskismes sur Radiocampus Lorraine. Nous nous sommes quittés en juin dernier après une longue saison 7, bien remplie. Nous nous retrouvons donc en ce 15 septembre, toujours dans des temps incertains et fortement bousculés, dans un monde meurtri comme jamais, mais nous sommes toujours déterminés. 

Une huitième saison, avec une nouvelle musique de lancement que nous devons à un groupe indispensable à la vie bonne, Tool, le morceau s’intitule « 10000 days ». Avec ses 2570 jours, les Nowakowskismes emplissent petit à petit leur compte de jours … un jour 10000 jours ? Peut-être ? Alors que s’empilent les jours de nos vies en ce début d’année universitaire 2023-2024, quelles sont les expériences qui nous attendent ou qui surgiront de l’incertain de ces temps ? Ce qui sûr c’est que ce sont les questions auxquelles nous tenterons d’éclairer et de répondre tout au long de cette huitième saison. 

Cette année, les Nowakowskismes seront encore toujours au rendez-vous toutes les deux semaines, mais, cette année, comme l’année dernière, avec trois diffusions, le vendredi à 17h et le dimanche à 18h30, et bien sûr toujours disponible en podcast sur le site de radio campus lorraine et sur mon blog.
Alors êtes-vous prêts pour un premier épisode mosaïque, fruit de mes errances  et réflexions estivales, de ce que j’ai glané durant ces mois d’été ? 
Serez-vous encore plus nombreux cette année à me suivre sur ces chemins de ce monde ? 

C’est donc parti pour les premiers Nowakowskismes de l’année 2023-2024. Commençons par quelques réflexions, quelques idées, quelques pistes qui détermineront les orientations des Nowakowskismes tout au long de cette nouvelle année.

La réalité, plus on cherche à la définir et moins on y parvient. Elle est à la fois unique et multiple, objective et relative, physique et métaphysique, matérielle et virtuelle… Philosopher ne nous empêche pas, avec un bon sens très terrestre, de constater l’évidente présence du monde, d’en témoigner, de raconter son histoire et a fortiori dans un monde traversé, hybridé par des technologiques de plus en plus performantes dans leur capacité à fabriquer des réalités alternatives. Mais, les choses, les événements se produisent et, ce faisant, ils laissent des traces de leur passage dans l’espace et le temps.
Les dinosaures ont vécu, un être humain (ou une lA ?) pourra écrire un texte qui sera lu, commenté, partagé, pris pour ce qu’il n’est pas. Mais là, ce que vous avez dans vos oreilles, ce que vous avez sous les yeux quand vous le lirez, c’est le papier des pages d’un livre qui se froisse légèrement sous vos doigts et qui dégage cette délicieuse odeur d’encre. 
Peut-on en dire autant de tout ce qui se produit aujourd’hui, de tout ce qui produit, vu, partagé et commenté, que ce soit dans une exposition, un magazine, une publicité ou sur un de ces réseaux sociaux ? 
Peut-on avec certitude distinguer les évènements qui ont eu lieu dans la réalité de ceux qui sont nés d’un amalgame statistique de pixels et d’événements discrets générés par un programme informatique ? 
Au vu des capacités actuelles des outils informatiques (matériels et logiciels), et malgré toute l’acuité dont nos yeux et cerveaux humains sont dotés, la réponse est probablement négative. Tout dépendra de la confiance qu’on peut accorder à l’émetteur. Or, aujourd’hui, la confiance et la connaissance de ce qui a fait et fait ce monde fait défaut.
Ces questions sur la nature de la réalité et de la vérité sont essentielles, mais l’urgence des problèmes éthiques que tout cela soulève nous oblige à élaborer un cheminement que chacun d’entre nous pourra emprunter, afin de pouvoir contribuer et faire émerger des débats citoyens sur toutes ces questions.
De plus, l’émergence et la prolifération d’images, de contenus, de faits alternatifs, d’informations, … racontant des évènements qui n’ont souvent jamais eu lieu, et faisant appel à des personnes qui n’ont jamais existé, s’appuyant sur des technologies que la majorité de l’humanité ne comprend pas, efface la frontière entre fiction et réalité, et jette l’Humanité dans un brouillard malsain et dangereux. Dès lors qu’on ne peut plus distinguer entre le réel et l’illusion, que tout passe au crible de programmes informatiques s’appuyant sur des algorithmes aux mains de compagnies cherchant à accroître toujours plus leur pouvoir sur le monde, tout se vaut : la preuve et le mensonge, le document et la manipulation, les faits et l’intoxication. La pensée critique est effacée, et la raison n’est plus. Dans ce contexte où la facilité, l’immédiateté, la consommation, la satisfaction des désirs immédiats, dans une atonie et une indifférence rageantes, les fausses informations, les « faits alternatifs », la bêtise et la propagande s’installent dans les consciences où ils commencent leur travail viral de conquête, de formatage et de domination des esprits dans une réalité calculée et optimisée.
Le but des Nowakowskismes n’est pas de définir de manière exacte la réalité à laquelle nous devons faire face, mais il s’agit plutôt de la replacer comme un enjeu, comme l’objet d’une lutte par le savoir et la capacité critique mais aussi comme une zone à défendre par tous et toutes. Mise à mal par les intérêts avides de pouvoirs politiques et économiques destructeurs, instrumentalisée, manipulée et désormais forgée de toutes pièces grâce à la puissance algorithmique des machines, sa fragilité et son ambiguïté même doivent nous pousser à choisir son camp dans la guerre qui lui est menée. Par les Nowakowskismes, nous le faisons en réaffirmant la force de la pensée, du questionnement, de la présence et malgré tout de la rencontre et du partage.
Le cheminement qui sera le nôtre tout au long de cette saison 8 sera fait de témoignages, de faits, de remises en sens, d’expériences partagées, de chemins buissonniers et de récits. 
Or, partout, les glaciers fondent, les sols dépérissent, la biodiversité s’effondre. Partout, des femmes et des hommes sont broyés par la logique des puissances marchandes, politiques et militaires… alors les Nowakowskismes visent à redonner du concret dans un monde qui a tendance à tout ne considérer que comme virtuel ou évanescent ou pire comme une marchandise. Ils visent aussi à montrer que la pensée, que la compréhension du monde sont des luttes dures, âpres et complexes mais aussi qu’elles sont faites de joies, de créations, de rêves et d’imaginaires mobilisés. 
Alors, aller à la rencontre de ce qui a fait que nous en sommes là aujourd’hui, s’engager à être de ce monde et à se battre pour ce qui en vaut le prix alors qu’une vague sans précédent d’images, d’informations de synthèse déferle sur nous, servant à détourner notre attention, à brouiller les pistes, à semer le trouble, au service d’idéologies variées, afin d’imposer une opinion, mener une guerre, flatter nos désirs et emporter notre adhésion, les Nowakowskismes viseront modestement à redonner le pouvoir de dénoncer, de dévoiler la vacuité et la nocivité mais surtout à redonner la place indispensable à la beauté, aux rêves et aux imaginaires des origines oubliés, à ceux et celles qui le souhaiteront. En s’appuyant sur la littérature, le cinéma, la SF, … les sciences et les questions éthiques que les récents progrès posent, les Nowakowskismes de cette saison inviteront à un voyage, afin d’aller et venir sur la terre ferme, polluée et réticulée, faire entendre des voix des êtres vivants qui sèment des futurs plus justes et par là, disséminer des histoires aux quatre vents pour informer et faire résonner l’écho de leurs rêves et ainsi les prolonger.

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, le rendez-vous de la liberté, de la pensée, de la vie digne. Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Bienvenue en Chthulucène ! Dans le « présent épais » de ce temps « qui a été, qui est toujours, et qui pourrait encore être », afin de peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde

Ne perdons pas les habitudes nées de la situation toujours plus alarmante du climat, des conséquences de l’action de l’homme sur la planète. Faisons quelques petits rappels et profitons-en pour faire le point sur les rendez-vous mondiaux qui nous attendent dans les prochains mois. 
Les trois derniers mois de l’été ont été les plus chauds jamais connus par l’humanité. Le secrétaire général des Nations Unies affirme que « notre climat implose plus vite que nous ne pouvons y faire face » et que « l’effondrement climatique a commencé ». Il réagissait à un rapport de l’observatoire européen Copernicus montrant que juin, juillet et août 2023 ont été les plus chauds jamais connus par l’humanité. La température moyenne mondiale a atteint 16,77 °C, soit 0,66 °C au-dessus des moyennes de la période 1991-2020. Elle dépasse d’environ deux dixièmes le précédent record, qui date à peine de 2019. Chaque incrément de réchauffement supplémentaire bouleverse le système climatique dans son ensemble, et augmente de manière nette la fréquence, la durée et l’intensité des évènements extrêmes, tels que les canicules, les mégafeux, les tempêtes et les inondations. Le nord-est de la Grèce a été ravagé par des incendies, qui ont dévoré au moins 150000 hectares au fil de l’été. Aux flammes ont succédé des pluies torrentielles. En septembre, des pluies torrentielles ont emporté une partie des habitants, des arbres, des maisons, des immeubles, des rues, des places, et tout ce qui constituait un pan de cette ville de 100000 habitants dans l’est de la Libye, la ville de Derna. L’océan surchauffe également depuis avril. Du 31 juillet au 31 août, la température moyenne de surface des mers du globe a « dépassé chaque jour le précédent record de mars 2016 ». Le 23 et le 24 août, elle a dépassé le seuil de 21,02 °C. C’est du jamais vu dans notre histoire, et les effets sont dramatiques sur la biodiversité : blanchiment des coraux, diminution de la quantité d’oxygène et de nutriments, anéantissement des herbiers et des forêts d’algues, mortalités massives de poissons, d’éponges, d’algues et de mollusques… En Atlantique, le réchauffement de l’eau a contribué à une saison des tempêtes « active », avec six cyclones pour le seul mois d’août. 
Un autre phénomène très inquiétant a marqué les trois derniers mois. Il s’agit du déficit historique de banquise autour de l’Antarctique. Fin juillet, en plein hiver austral, il manquait une surface de glace équivalent à 4,5 fois la taille de la France. D’ici 2030, selon une nouvelle analyse climatique, quatre milliards de personnes seront exposées à au moins un mois de chaleur extrême.
Une seule solution : couper immédiatement le robinet des énergies fossiles et cesser d’émettre des gaz à effet de serre dans l’atmosphère et peut-être pourrons-nous encore éviter le pire du chaos climatique et voici les échéances de cette fin d’année. 
La Semaine africaine du climat du 4 au 8 septembre. C’est à Nairobi au Kenya, pays qui s’est engagé à fournir 100% d’énergie propre d’ici 2030, qu’est organisé le premier Sommet africain pour le climat. En Afrique, le potentiel de développement des énergies renouvelables est 50 fois plus important que la demande en électricité prévue à l’horizon 2040. L’Afrique possède également plus de 40% des réserves mondiales de minéraux clés pour la transition énergétique. Tout cela nécessite des financements et pour l’instant seuls 3% des investissements mondiaux de la transition énergétique arrivent en Afrique.
Le G20 de Delhi vient de se terminer et … rien ! Le G20, qui émet 80% des émissions de gaz à effet de serre mondiales, s’est contenté d’appeler à « accélérer les efforts vers la réduction de la production d’électricité à partir de charbon », sans évoquer ni le pétrole et le gaz. Nous assistons impuissants à un recul dangereux malgré les récents impacts climatiques dévastateurs subis à travers le monde et la dernière évaluation de l’ONU montrant une lacune flagrante dans la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris. 
La Climate Week de New York aura lieu du 17 au 24 septembre. Dans ce cadre, deux événements sont à retenir. Le Sommet des Objectifs de développement durable (ODD), les 18 et 19 septembre, permettra de faire le point sur l’avancée de leur mise en place à mi-parcours. Le 20 septembre, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, tiendra son désormais traditionnel Sommet pour l’ambition climatique. 
Puis viendra, le 2 octobre, le Sommet international sur le climat et l’énergie. L’Espagne et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) accueilleront, à Madrid, un sommet international sur le climat et l’énergie visant à former une grande coalition pour maintenir les 1,5°C à portée de main. Quelques jours plus tôt, les 28 et 29 septembre, la France et l’Agence pour l’énergie nucléaire (AEN) de l’OCDE organiseront à Paris une conférence internationale réunissant les ministres de plus de 30 pays et des industriels sur le développement de nouvelles capacités nucléaires afin d’atteindre les objectifs de neutralité carbone.
Puis, du 30 novembre au 12 décembre, ce sera la COP28 de Dubaï. Elle devra dresser le premier bilan mondial de l’action climatique (“Global Stocktake” en anglais). Trois domaines y seront abordés : l’atténuation, l’adaptation et les moyens de mise en œuvre, y compris le financement, le transfert de technologie et le renforcement des capacités. Sans surprise, le bilan devrait révéler à quel point le monde est loin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris… 

« Le ciel est bleu
Se sont désajustés différents flux thermiques
Il fait chaud
Structure basée sur la croissance économique
Le ciel est bleu
S’intéresse à la transition énergétique
Il fait chaud
Dans l’espace envoyer des particules chimiques
Le ciel est bleu
Réponse technologique esprit démocratique
Il fait chaud
Et le sel de la terre lacère de ses cristaux
Les peaux
 »

Voilà le temps des Nowakowskismes et leur premier voyage de cette saison 8 est terminé pour ce soir, et, c’est avec le camarade Elisée Reclus les derniers mots tirés de son texte intitulé « L’anarchie » : « Entre égaux, l’oeuvre est plus difficile, mais elle est plus haute: il faut chercher âprement la vérité, trouver le devoir personnel, apprendre à se connaître soi-même, faire continuellement sa propre éducation, se conduire en respectant les droits et les intérêts des camarades. Alors seulement on devient un être réellement moral, on naît au sentiment de sa responsabilité. La morale n’est pas un ordre auquel on se soumet, une parole que l’on répète, une chose purement extérieure à l’individu ; elle devient une partie de l’être, un produit même de la vie ». 

Sources et inspirations 
https://lundi.am/Luceluci-Rechauffement-climatique
https://www.newyorker.com/science/elements/life-and-death-in-americas-hottest-city
Donna Haraway
Et aussi Reporterre, Bon pote, Lundi matin, basta media, ….

Illustration par Nathalie Issenmann

Musiques 
Tool, 10000 days – https://youtu.be/qJq9y9xPKWs?si=lX11eW4jVLZ8v5AI
Slayer, South of heaven – https://youtu.be/XtLvlaGJJEU?si=L2NDW6REc9fDJVUD 
Dominique A, Le courage des oiseaux – https://www.youtube.com/watch?v=SgeI6G4CLMk
Selene Saint-Aimé, Ezili – https://youtu.be/GSK0FuF8WHg?si=3sX6O97drwmXS-UL 

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-8.1-13092023-11.38/



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, September 15). Nowakowskismes 8.1.  2570. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfu5

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search