Nowakowskismes 7.21.  Vive les vacances

Tableau réalisé par Nathalie ISSENMANN

L’été n’a pas encore commencé que les températures moyennes mondiales relevées sont les plus chaudes jamais enregistrées à cette période. De plus, ces records sont alimentés par le phénomène El Niño, qui vient de démarrer, sur fond de changement climatique provoqué par les activités humaines.
Les relevés indiquent qu’elles ont dépassé d’au moins 2,3°C la température quotidienne moyenne de l’ère pré-industrielle. Pour rappel, l’Accord de Paris promettait de limiter le réchauffement climatique « bien en-dessous de 2 °C » par rapport à l’ère pré-industrielle, et d’essayer de le contenir sous la barre du 1,5 °C.
Ces résultats sont publiés alors que plusieurs régions du monde sont frappées de phénomènes climatiques extrêmes. 
Le 16 juin, le record de température pour une mi-juin a été battu à Pékin en Chine, avec un mercure atteignant 39,4 °C. Il fait 38,3°C en Sibérie. Depuis plusieurs semaines, des feux incontrôlables ont anéanti plus de 4,6 millions d’hectares de forêts canadiennes sur fond de sécheresse. En France, malgré les pluies du mois de mai, plus des trois quarts des nappes phréatiques sont trop basses. Enfin, alors que l’ensemble de la planète s’est réchauffé de près de 1,2 degré à cause des émissions de gaz à effet de serre, le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale a rappelé que « l’Europe est la région du monde qui se réchauffe le plus rapidement », en fait, depuis les années 80, l’Europe se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale. 
Mais tout va bien c’est l’été, vive les vacances ! 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, les Nowakowskismes toujours la seule émission de radio qui explore les couloirs de l’espace-temps à la recherche de la lumière.  
Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. 
Ce soir, dans les Nowakowskismes, un dernier petit texte pour finir cette 7e saison. J’ai désespérément cherché dans notre contexte de quoi faire un texte positif et teinté d’optimisme. 
J’aurais voulu vous emmener sur une route des vacances qui soit autre que triste. 
J’aurais voulu une route des vacances d’été accessibles au plus grand nombre d’entre nous dans le respect de la planète et du vivant. 
J’aurais voulu des Nowakowskismes au seuil de l’été nettoyés de l’actualité violente, de la guerre, des inégalités toujours plus criantes, de la misère, de la mort de centaines de malheureux dans la Méditerranée, des discours nauséabonds du fascismes s’installant un peu partout, la criminalisation croissante des militants écolo luttant pour nos droits, d’un président français qui vend le peu de respectabilité qu’il pouvait encore avoir, en accueillant à bras ouverts un bourreau, chef d’un état obscurantiste, aux mains couvertes de sang achetant sa place dans le monde à coup de milliards de dollars, … j’aurais voulu mais je n’ai pas trouvé alors ce seront ces quelques mots que je vous livre sous le titre Vive les vacances à la manière des écoliers, ou que vivent les vacances pour ceux qui souhaitent qu’elles durent toujours, ou tout simplement vivre les vacances, comme une parenthèse dédiée à la pensée et à l’action. À vous de décider ! 

Juin, encore une année qui se termine, l’été approche, le solstice vient tout juste d’être franchi, et déjà les jours vont commencer à décroître. 
L’été, notre retour dans le monde se fait tout d’abord sous le signe du vide, du vide après tant de sollicitations, de pressions, d’agressions. Notre retour dans le monde s’offre à nous, ouvrant les yeux sur les terrains vagues du possible qui, pour la plupart, ont déjà trouvé des bétonneurs performants et innovants pour s’y tailler de belles parcelles de rentabilité. Notre retour dans le monde n’a, pour s’y immerger à nouveau, que des marges rachitiques, des brèches malingres, autant dire des miettes. Ainsi, dans ce grand bac à sable de la vie qui tente maladroitement de réinventer, nos territoires d’atterrissage sont des interstices de fatuité qui s’effondrent à mesure que nous reprenons conscience, comme à chaque fois, que nous sommes déjà venus, que nous avons vécu chaque année, vécu la même transition, qu’on y était déjà venu, qu’on y a rêvé puis tenté de bâtir des châteaux merveilleux, et que passé le temps des quelques semaines de l’été, on les avaient déjà vus s’effriter sous le poids des douleurs qu’on avait pensé mettre à distance mais que l’été avait aussi amplifié.
A chaque été, la même rengaine. 
Une partie de l’humanité perdue, pour celle qui peut envisager l’été comme une évasion, rencontre et embrasse l’impuissance face à cette tradition des vacances dans lesquelles tant de générations mortes hantent les heures comme un cauchemar sans cesse renouvelé s’insinuant dans les cerveaux des vivants. 
Tous les imaginaires, tous les rêves s’évanouissent dans la soumission aux impératifs qu’impose le désastre de la réalité de ce monde. Pour la plupart, marqués qu’ils sont par les statistiques, les mathématiques des profilages des plateformes béquilles de leurs vies contemplent leurs décombres sur les écrans du non-vécu vendu par les opérateurs qui martèlent à grand renfort de médias, la nécessité d’un giga-cordon médiatique jusqu’aux sables de leurs vides intérieurs, spectateurs, spectres connectés, ne vivant que la lassitude et la fatigue du choix programmé du programme de leurs journées. 
Des mécanismes tellement bien connus, mais toujours tellement efficaces, d’une démocratie, devenue ce totalitarisme plébiscitaire que nous connaissons actuellement, débitant ses fables futiles et creuses, ses fariboles avec un naturel tellement naturel. 
Ainsi tout cela se perpétue comme enfle une catastrophe. Nous sommes cette humanité nucléaire, divertie, ravie, et bientôt anéantie. Les eaux chaudes des océans de l’été dans lesquelles nous pataugeons ont un goût du croupi, d’huiles qui ne sont pas que solaires et de plastique. Nos regards ne percent plus aucun brouillard rivés qu’ils sont aux écrans, et aux images partagées par millions pour nourrir l’hydre de la Tech.
L’été prend alors des airs de longue pénitence. 
Au coeur du désert surchauffé et surpeuplé de cette soi-disant modernité, les uns vont se heurter aux autres, meurtrissant leurs corps, vidant ce qui reste de leurs âmes, annihilant ce qui devrait faire société. Ils erreront entre les Mesas de solitude, de misère, de folie, dans les canyons de la surconsommation avec pour paysage commun la laideur préfabriquée des vols commerciaux ou taillée en béton lourd, en acier et en goudron, la laideur de béton armé jusqu’aux dents, amplifiant la chaleur de l’atmosphère qui a encore pris quelques degrés, mais que, le système et ses serviteurs zélés maquilleront en végétalisant, en street-artisant, en conso-culturant. Ainsi, l’été, comme pour le reste de l’année, c’est dans un paysage équipé de sa grue qui mord le ciel, qui dévore le vivant engagés qu’ils sont dans des processus de valorisation, assortis des équipe d’experts pris dans l’écheveau des lignes de fuite des autoroutes chargés d’acheminer leurs corps au plus vite et au plus près de la jouissance programmée des heures décomptées dès le top départ. 
Tous ces mensonges sont des liqueurs qui privent de l’ivresse mais pas de la gueule de bois des torrents d’informations sans valeur rendant interchangeables et équivalents guerres, famines, catastrophes naturelles et/ou industrielles, complots, affaires criminelles, sondages et leurs exégèses, météorologie, horoscopes, promotions pour la nourriture standardisés des plateformes numériques pris dans une servitude dont nous sommes nous-mêmes, à diverses échelles, les producteurs, et les promoteurs. Partir, s’envoler, partir loin, consommer et pleurer sur le monde et le réchauffement climatique, dans une totale intrication faite d’une absurdité immuable. Rien ni personne n’échappe à la gangue civilisatrice de l’été des loisirs matérialisé dans un fast-food en Amazonie, par ce réseau 5G traversant un massif montagneux ou arrosant la plage afin de garantir la consommation de ces séries standardisées achetées sur les étals des supermarchés des contenus dématérialisés, c’est le ciel griffé jour et nuit du réseau des routes intercontinentales empruntées par les milliers d’avions trimballant les homo-touristus aux quatre coins du mondes enfoncés dans des sommeils peuplés de songes publicitaires impatients de satisfaire leurs désirs décharnés de consommateurs avides de leur droit à consommer pour être heureux. L’été, c’est donc entrer dans ce soi-disant désœuvrement créatif, de l’épanouissement personnel, des bonnes résolutions, de la satisfaction glandulaire. L’été, il fallait être au pas dans un bonheur planifié et administré laissant rien au hasard, ou à l’inertie.  
Ainsi, de l’autre côté des abimes réticulaires et du vide d’un été non vécu mais mis en partage sur ces plateformes d’exposition des vies, certains rêvent de fermer l’accès au monde défendant un modèle le réservant à une élite, se gargarisant de puissance et de pouvoir, d’autres lâchent les fauves d’une pensée sauvage en faisant un espace dont il faut se repaître jusqu’à la dernière goutte, d’autres encore braconnent quelques utopies à la mode vues comme contre-systèmes merveilleux mais avec l’horizon pour mur infranchissable et la réalité comme cauchemar.
Alors l’été, parmi les promotions pour des croisières ou les offres de vols bradés pour quelques euros, nous nous complaisons parmi nos joujoux en autant de symboles ratés d’une puissance dépassée, en enfants gâtés, en terroristes mentaux obsessionnels, complètements hermétiques aux armes de la critique, à la raison, aux alertes lancées par le vivant puisque largement reniées par les injonctions des pouvoirs en place, ou tout simplement évacuées parce que considérées comme utopistes ou trop belles pour être crédibles. Même reformulées, même revisitées, même remises à plat, elles percutent toujours à vide dans le brouhaha des médias de masse, accompagnées par les règles du marché, la compétitivité et le maintien de cet ordre voué au désordre. 
Alors qu’un simple changement de perspective permettrait d’envisager les vacances, l’été, la vie comme un formidable gisement de principes de vie n’attendant non pas son heure mais notre bon vouloir pour s’éparpiller partout. Mais l’absence d’un récit commun émancipateur, le confort individuel érigé comme seul principe de vie, la consommation comme seule raison de vivre font que personne, véritablement, ne semble prêt à relever ses manches, à retrouver les mèches et à frapper le silex de la vie retrouvée. D’autant que cela ne s’accomplit pas seul, ni même avec une communauté choisie et triée sur le volet, mais en des instants foudroyants et explosifs qu’en un mélange de crainte, de lâcheté, d’impuissance et de sagesse confortable nous nous gardons bien d’invoquer. L’été plus qu’en tout moment de l’année, les ruines du monde, les ruines du vivant sont encore plus visibles et s’amoncellent à nos pieds et nous nous contentons de regarder sans voir. 
Dans ses leçons sur la Raison dans l’Histoire, Hegel écrivait à quelques mots près ceci : « Lorsque nous considérons ce spectacle […] et ses conséquences […], lorsque nous voyons la déraison s’associer non seulement aux passions, mais aussi et surtout aux [fausses] bonnes intentions et aux fins [qui se disent] légitimes, lorsque l’histoire nous met devant les yeux le mal, l’iniquité, la ruine des empires les plus florissants qu’ait produit le génie humain, lorsque nous entendons avec pitié les lamentations sans nom des individus, nous ne pouvons qu’être remplis de tristesse à la pensée de la caducité en général. Et étant donné que ces ruines ne sont pas […] l’œuvre de la nature, mais [surtout] de la volonté [et de l’égoïsme de l’humanité], le spectacle de l’histoire risque à la fin de provoquer une affliction morale et une révolte de l’esprit du bien, si tant est qu’un tel esprit existe en nous. On peut transformer ce bilan en un tableau des plus terrifiants, sans aucune exagération oratoire, rien qu’en relatant avec exactitude les malheurs infligés [au vivant], à la vertu, à l’innocence, aux peuples et aux États et à leurs plus beaux échantillons. On en arrive à une douleur profonde, inconsolable que rien ne saurait apaiser. Pour la rendre supportable ou pour nous arracher à son emprise, nous disons : « Il en a été ainsi, c’est le Destin, on n’y peut rien changer » ; et fuyant la tristesse de cette douloureuse réflexion, nous nous retirons dans nos affaires, nos buts et nos intérêts présents, [dans les vacances, dans la consommation des produits préfabriqués diffusés massivement par les plateformes de streaming], bref, dans l’égoïsme qui, sur la rive tranquille jouit en sûreté du spectacle lointain de la masse confuse des ruines ».
Essayons juste de faire que le désastre que nous causons à ce monde ne soit pas notre terminus. 
Tentons d’en faire un point de départ, un point d’appui à l’action, et nous y pouvons quelque chose. 
Qu’importe si cela va déplaire au seuil de l’été vendu pour être la période du repos, de l’oubli des responsabilités et de la vacuité, qu’importe si ça dérange, mais il n’est plus possible de nous reposer et de regarder sans voir. 
N’attendons en aucun cas l’être providentiel qui viendra nous sauver, qui nous déchargera de nos responsabilités, qui n’est qu’un leurre et qui ne viendra pas, comme n’a eu lieu aucun autre messianisme du ressentiment et de l’espoir, de la consommation et de l’illusion de la liberté, du chaos et de la joie. C’est notre affaire en tant que citoyens de relever ce défi et surtout pas de le confier aux experts. Souvenons-nous rien que sur le champ de l’énergie ! La concurrence, répétaient experts et éditorialistes, comprimera les prix du gaz et de l’électricité : depuis quinze ans ils explosent en Europe. La concurrence garantira la continuité du service : en 2022, le gouvernement français programme des délestages et implore les particuliers d’écourter leur douche pour éviter l’effondrement du réseau. La concurrence affaiblira les cartels par la multiplication des contrats de gré à gré basés sur les prix en temps réel : l’Organisation des pays exportateurs de pétrole prospère et table sur l’épuisement prochain des gaz de schiste américains. Cette sainte concurrence brisera enfin la « rente » des opérateurs publics : Électricité de France (EDF) fut obligé de vendre à perte du courant à ses concurrents privés, lesquels empochèrent les bénéfices avant, pour certains, de se déclarer en faillite. Simultanément, TotalEnergies annonçait des profits records payés par le consommateur et subventionnés par le « bouclier énergétique », c’est-à-dire par le contribuable. Les brillants esprits qui ont organisé cela n’ont pourtant pas tiré les leçons. L’urgence climatique aura-t-elle peut-être au moins la vertu de dissiper les faux-semblants ? Dans l’esprit des brillants esprits de ces ingénieurs experts, la transition coule de source puisque au cours des trente prochaines années, le soleil rayonnera à lui seul une quantité d’énergie convertible douze fois supérieure à la consommation humaine prévisible au cours de la période. Mais doit-on réaliser tout ce que la technologie permet ? Plutôt que chercher quelle énergie propulsera la numérisation du monde, la « mobilité » frénétique, l’inondation de biens et de services à l’utilité discutable, c’est à nous citoyens informés et engagés d’explorer et de proposer d’autres modèles plus raisonnables, plus sobres, plus égalitaires. C’est ici et maintenant qu’est le désastre et c’est ici et maintenant qu’il faut penser et agir pour ceux et celles qui viendront après nous. C’est ici et maintenant qu’il nous faut penser et agir pour ceux et celles qui viendront après nous et pas en donnant du crédit à ceux qui voient l’avenir sur une autre planète à saccager. 

Je me souviens, en juin, nous allions avec mon père chercher la caravane qui passait son hivernage à Bettainvillers. Les vacances étaient là quand nous montions dans la voiture, que nous prenions la route de Villerupt vers Audun-le-Roman, puis Tucquenieux et au milieu de la campagne, Bettainvillers et la grange dans laquelle passaient l’été des caravanes de toutes tailles. Je me souviens de ce parfum des vacances dès que nous ouvrions la porte de la caravane. Cette odeur de bois, de tissus, et des parfums restants de l’année passée à vadrouiller en France, allait nous habiter pendant les semaines et les mois qui allaient suivre, dès que nous prendrions la route, invariablement le 1er juillet. Des mois parce qu’il nous est arrivé de revenir à Villerupt début septembre, mon père étant enseignant, nous prenions de longues vacances d ‘été. A partir de ce moment, c’était un décompte intérieur jusqu’au départ, une excitation croissante, jusqu’au moment de prendre la route, dans la R8, puis la R12 et la R16 et, invariablement, arrivés à Cantebonne, mon père demandait « Alors ? On va où ? » 
Si nous prenions vers Bréhain la ville, c’était direction l’océan Atlantique, la Bretagne, la Vendée ou les Landes ; si nous continuions vers Crusnes, c’était direction les Alpes, les randonnées, les camping d’altitude ou la Provence et la Méditerranée. Je me souviens de cette délicieuse incertitude de pouvoir partir sans avoir déterminé à l’avance où nous allions. C’était il y a très longtemps, nous étions encore insouciants. 
Alors vive les vacances camarades connus et inconnus. 

Le temps des Nowakowskismes est terminé pour ce soir et pour cette saison. Mettons à profit les semaines qui viennent pour penser, rêver, et réinvestir l’action pour tenter de changer le monde parce que le temps presse. Avant de nous laisser pour quelques semaines, juste ce poème de l’écrivain, poète et grimpeur, Erri de Luca que je vous invite à lire cet été : 

« J’attache de la valeur à toute forme de vie, à la neige, la fraise, la mouche.
J’attache de la valeur au règne animal et à la République des étoiles.
J’attache de la valeur au vin tant que dure le repas, au sourire involontaire, à la fatigue de celui qui ne s’est pas épargné, à deux vieux qui s’aiment.
J’attache de la valeur à ce qui demain ne vaudra plus rien, à ce qui aujourd’hui vaut encore peu de choses.
J’attache de la valeur à toutes les blessures.
J’attache de la valeur à économiser l’eau, à réparer une paire de souliers, à se taire à temps, à accourir à un cri, à demander la permission avant de s’asseoir, à éprouver de la gratitude sans se souvenir de quoi.
J’attache de la valeur au voyage du vagabond, à la clôture de la moniale, à la patience du condamné, quelle que soit sa faute.
J’attache de la valeur à l’usage du verbe aimer et à l’hypothèse qu’il existe un créateur.
Bien de ces valeurs, je ne les ai pas connues ».

C’était une belle saison que cette saison, riche de jolis textes que vous pouvez relire, réécouter et revivre avec tous les Nowakowskismes depuis la toute première saison sur le site de Radio Campus Lorraine ou en allant sur mon blog. Ces derniers Nowakowskismes sont illustrés par une oeuvre de Nathalie Issenmann. 
Rendez-vous, en septembre pour la prochaine saison, la 8e… Peut-être…  

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.21-21062023-09.32/

Musiques 
King Crimson – In The Wake Of Poseidon – https://youtu.be/J1JjOpXsJ7A 
The black Keys – Little black submarines – https://youtu.be/chSaLtz8lks 
Pat Metheny – The Waves Are Not The Ocean – https://youtu.be/RTdBfiE7OQo 

 

Tableau par Nathalie Issenmann


Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, June 21). Nowakowskismes 7.21.  Vive les vacances. Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfu4

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search