Nowakowskismes 7.19. Flûte ! 13 milliards… 

Bienvenue sur la 3e planète du système solaire ! 
Bienvenue en anthropocène ! 
Bienvenue dans les Nowakowskismes, les Nowakowskismes toujours la seule émission de radio qui explore les couloirs de l’espace-temps à la recherche de la lumière.  
Les Nowakowskismes sont une machine conçue pour voyager à la vitesse de la pensée, une sonde façonnée pour forer de nouvelles strates dans l’espace des possibles. Ce soir, parce que je suis submergé par les centaines de copies que j’ai à évaluer, et depuis des années, je m’interroge sur l’incapacité de l’université à changer. Je n’ai donc pas pu vous proposer des Nowakowskismes pleins et explorateurs par manque de temps, 800 copies, à raison de 10 minutes par copie ce qui n’est pas terrible, c’est 135 heures d’évaluation à réaliser sur moins de deux semaines… puisque les jurys doivent se tenir le avant le 31 mai, dans un calendrier ubuesque faits d’urgences, d’injonctions et d’usages anti-pédagogiques et anachroniques. 
Ce soir, je vous donc invite dans un voyage dans le temps et l’espace, dans l’imaginaire revisité aussi, un texte ancien remanié pour l’occasion. 
Alors ? Prêts pour le voyage ? 

Il y a 13 milliards d’années, un big bang ou un big bounce donne le top départ de cette version de notre histoire.
Puis survient très tôt une phase d’inflation, environ 10 à 35 secondes après le Big Bang, juste à l’issue de l’ère de Planck – l’ère de Planck, c’est la période de l’histoire de l’Univers au cours de laquelle les quatre interactions fondamentales (électromagnétisme, interaction faible, interaction forte et gravitation) étaient unifiées. Passée cette période, l’univers connaît alors un taux d’expansion beaucoup plus modeste, assez semblable à celui qui prévaut dans les milliards d’années suivants. Le milieu se refroidit donc, mais tant que sa température dépasse les mille milliards de degrés, la matière est dans un état que les physiciens dénomment maintenant un « plasma de quarks et de gluons ». Un joli bestiaire parce que les humains n’ont jamais manqué de poésie. 
Et le temps passe.
Plus de 9 milliards d’années se sont écoulées depuis le Big Bang. L’univers a franchi depuis quelque temps déjà le dernier jalon de son évolution : l’énergie sombre est devenue son constituant principal. A la périphérie d’un superamas qui sera nommé bien plus tard, le superamas de la Vierge, un modeste groupe, qui sera baptisé le Groupe local, fort d’une trentaine de galaxies, contient une galaxie qui éclairera les nuits de tous les humains depuis l’aube des temps jusqu’à ce que les pollutions diverses, résultats de leurs activités, ne leur cachent, la Voie lactée.
Le gaz se concentre çà et là en volutes beaucoup plus denses. Soudain, peut-être sous l’effet d’une explosion de supernova proche, un fragment de cette nébuleuse s’effondre sur lui-même. En se contractant sous son propre poids, ce globule devient proto-étoile et transforme son énergie gravitationnelle en rayonnement. Sa contraction s’arrête quand la température au centre s’élève au point que s’amorcent les réactions thermonucléaires qui permettent la fusion de l’hydrogène. Une étoile est née…
C’est un épisode certes anodin dans la chronologie de l’univers où il s’en forme des milliers par seconde, mais c’est un tournant crucial pour nous humains puisque cette étoile sera un jour connue sous le nom de Soleil. Avant sa contraction finale, notre future étoile s’est nimbée d’un disque de gaz et de poussières, qui se fragmente ensuite en myriade de petits corps. Ceux-ci s’agglomèrent parfois en plus grosses structures. Ainsi, il y a 4,5 milliards d’années, nous assistons à la formation de notre Terre. 
Plusieurs processus vont se conjuguer pour que la Terre se dote d’une couche océanique. Un volcanisme important, faisant remonter à la surface sous forme de vapeur l’eau contenue dans les couches plus profondes, contribue à envelopper la Terre d’un épais manteau nuageux. Les pluies torrentielles provoquées par la condensation de toute cette vapeur d’eau qui sature l’atmosphère terrestre, emplissent nos premiers océans. Une très grande quantité d’eau provient également de l’espace par ce qui a été appelé le Grand Bombardement par une multitude de petits corps de glace tombant sur Terre.
Le décor est alors en place pour qu’apparaissent les premières cellules et que les océans se peuplent de bactéries. Et c’est il y a plus de 3,5 milliards d’années que la vie apparaît sur Terre. Des communautés de cyanobactéries plus connues sous le nom d’algues bleues pullulent dans les zones littorales où elles s’établissent entre les limites extrêmes des marées. Ces colonies bactériennes fixent le dioxyde de carbone (CO2) qui abonde dans l’atmosphère en construisant des stromatolithes. 
L’atmosphère de la planète est alors composée d’un peu d’azote et de beaucoup de dioxyde de carbone. En brisant cette molécule CO2 avec le concours de la lumière solaire, les cyanobactéries relâchent des quantités croissantes d’oxygène tout en fixant le carbone. Cependant, pendant un bon milliard d’années, la composition de l’atmosphère reste toujours la même parce que l’oxygène, à peine produit, se combine à de nombreux minéraux de la croûte terrestre comme le fer.
Cependant, arrive le moment où tous les minéraux étant oxydés, l’oxygène relâché par les organismes vivants commence alors à se répandre dans l’atmosphère. Il y a 2,4 milliards d’années survient la Grande Oxygénation. Ceci entraine une première glaciation qui va durer quelques centaines de millions d’années. Elle va être fatale à la plupart des espèces vivantes sur la Terre.
Les organismes qui survivent à cette catastrophe se sont adaptés à leur nouvel environnement. La grande disponibilité de l’oxygène augmente considérablement les performances énergétiques de ceux capables de le métaboliser ce qui prélude les futures explosions de la diversité biologique.
Le temps égrène les ères géologiques, les premiers “animaux”, des mollusques sans coquille, des diatomées ou des coraux, apparaissent 500 millions d’années après les premiers organismes multicellulaires. 100 millions d’années plus tard, les coquillages se développent, tandis que des algues s’adaptent à la vie hors de l’eau pour créer les premières plantes. Des capteurs photosensibles se développent sur certains organismes, l’œil qui s’ouvrira sur le monde se prépare. Encore 200 millions d’années et les premières créatures terrestres voient le jour, des insectes, des amphibiens, ou des reptiles. Pendant que les forêts d’arbres prospèrent sous un climat tropical, des reptiles deviennent des dinosaures. Nous sommes il y a 300 millions d’années. Pendant un instant de 240 millions d’années, ils règnent en maître sur la planète, pour s’éteindre, il y a 60 millions d’années. La place est alors libre pour permettre l’expansion des mammifères, nous sommes il y a 50 millions d’années.
Vers 3,5 millions d’années, les premiers bipèdes laissent leurs premières traces dans le sable. Il y a un million d’années, ils se réunissent autour d’un feu de camp. On les laisse quelques temps, et certains d’entre eux, les aborigènes d’Australie il y a plus de 40000 ans, ou des européens, il y a 35000 ans, exécutent les premières œuvres d’art sur les murs des cavernes qui les abritent depuis des millénaires. Dans l’abri de Gabarnmung sur la terre d’Arnhen en Australie, des hommes ont vécu pendant 48 000 ans dans un même abri. 48 000 ans c’est un temps plus long que la mémoire même de l’humanité. 48000 ans dans un abri qu’ils ont taillé à même la roche, année après année, siècle après siècle, millénaire après millénaire. 
Le temps de l’homo sapiens est venu. Les hommes vivent en groupes nomades, se nourrissent grâce à la cueillette, la chasse et la pêche. Ils ont conscience de la mort, ils utilisent un langage, ils sculptent des objets et créent des représentations artistiques qu’ils peignent sur des rochers. Ils peuplent les cavernes de ce qui pourrait être le théâtre d’un art total, associant peinture rupestre, chant, musique et danse. Il dessine, il rêve et il fabrique des instruments ressemblant furieusement à des flûtes dans des os d’oiseaux perforés ou des objets étranges qu’on a appelé des « lithophones » et qui produisent des pluies de notes cristallines. 
On atteint les 10.000 dernières années qui voient alors une évolution majeure en plusieurs endroits de la Terre qui a été conquise. Au Proche-Orient, ainsi qu’en Inde et en Chine, on assiste à l’invention de l’agriculture, dont la conséquence est la sédentarisation. Et donc la création de villages. Puis de villes. A partir de cet instant, le destin de l’homme n’est plus déterminé principalement par l’évolution biologique, mais par les idées et la culture.
Un jour, il y a très longtemps, bien qu’après une flexure antéropostérieure, jusqu’alors absente chez les Australopithèques, apparaisse dans la morphologie du crâne d’Homo Habilis, celle-ci a conduit à l’expansion des zones cérébrales impliquées aujourd’hui dans le langage articulé. Neandertal peut-être puis Homo-Sapiens sans doute ont commencé à raconter une histoire, et en racontant cette histoire, ont inventé le langage, le langage avec sa récursivité, sa temporalité et ses modalités.
C’était peut-être au cours d’une de ces périodes de proto-culture dont les traces furent perdues, certainement à l’aube d’un des âges du métal qu’un orfèvre découvrit par hasard la formule de cet alliage qui lui permettrait de réaliser la flûte. Cette flûte magique, comme le lui avait enseigné son père, qui le tenait de son père, dans une chaine de générations qu’il ne savait compter, pouvait, selon les cas, apporter la mort ou la félicité, mener au salut ou à la perte irrémédiable. La flûte pouvait aussi être une arme redoutable et, pour la posséder, des empereurs et des rois vidèrent leurs trésors pour s’entourer des meilleurs alchimistes et sorciers. Mais en vain. 
En or certainement mais pas que, la flûte émettait des sifflements stridents mais elle avait la caractéristique étrange d’émettre dans une bande de fréquences qui semblait impressionner directement le cerveau, agissant directement sur les émotions et caractéristiques profondes de l’être de celui ou celle qui l’entendait.  
Or, l’orfèvre ne survécut pas à la création de son instrument. On le retrouva mort et le secret de l’alliage fut perdu. 
La flûte devint alors la propriété de sorciers, puis, de prêtres qui servirent une succession de dieux, l’un chassant l’autre au cours des âges. Après une longue et terrible période au cours de laquelle on en usa et abusa, elle fut enterrée avec un grand roi, cachée dans une des multiples pièces de sa tombe-demeure construite afin de lui permettre de traverser les océans de l’éternité accompagné de ses armées, ses serviteurs et ses trésors. 
Des générations de voleurs cherchèrent cette tombe. Elle devint une légende.
Les humains colonisèrent la planète, domptèrent la technologie, inventèrent l’agriculture intensive grâce à l’irrigation, ils jetèrent les bases du marché, et mirent en place des administrations. Ils communiquèrent et la légende passa de bouche en bouche, de génération en génération. 
Des siècles plus tard, une bande de pilleurs de tombes plus téméraires que les autres finit par découvrir la tombe de la légende, y pénétra à la recherche de ces montagnes d’or que les récits colportés depuis des siècles affirmaient s’y trouver. Ils n’y trouvèrent que cette petite flûte ternie par les siècles. Ils n’étaient pas les premiers, d’autres étaient déjà entrés et avaient emportés les trésors fabuleux. Dans un coin, d’une des salles au cœur de la nécropole, ils ne trouvèrent que ce petit tube de métal, percé de 4 trous et comportant une inscription gravée illisible. De retour à la surface, sous la Voie Lactée qui barrait le ciel, réunis autour du feu, noyant leur déception dans de mauvais alcools, ils l’essayèrent et moururent. Certains moururent dans la béatitude, d’autres dans la haine, d’autres encore dans un kaléidoscope d’hallucinations et de paniques. Un seul d’entre eux survécut. Assez fort pour résister, ou peut-être doté de qualités faisant défaut à la majeure partie de l’humanité, il sortit de l’épreuve tremblant et affaibli, vidé de ses sensations et de ses émotions.
Il enveloppa la flûte dans une page arrachée à un livre saint qu’il emportait toujours dans ses bagages. Il l’offrit à ce vieillard d’infinie sagesse qui s’était arrêté quelques instants à ces côtés lorsqu’il tentait d’émerger de ses délires. Le vieillard poursuivait son voyage commencé au-delà des plus hautes montagnes, et dont les yeux avaient vu ce que peu d’humains de ces temps n’avaient vu. Il prit le petit paquet, le glissa dans le sac qui battait ses flans décharnés, et toujours vêtu de sa mince robe de moine usée par les ans et les intempéries, il reprit sa marche, traversa des glaciers géants, franchit des cols battus par les vents et escalada des pics touchant le ciel. Pour toute nourriture, il n’avait que l’air et ses prières et cette énergie qui le poussait inexorablement vers l’avant. Les vents glacés des sommets lacéraient sa peau parcheminée et transperçaient ses os. Mais il avançait, porté par l’indomptable conviction qu’un message devait être transmis à l’humanité, il « marchait à travers brumes et nuées, respirait l’air raréfié des hautes altitudes, glissait sur la neige et la glace […] jusqu’aux chemins mêmes du soleil et de la Lune ». 
Une fois les montagnes franchies, il redescendit alors dans les désolations glacées des déserts des hauts plateaux. Son regard tendu vers ces pics immaculés aux épines luisantes, ces nappes de neige, les lichens bruissant sous ses pas, la vérité était proche dans la réalité de ce roc sur lequel il s’était assis. Ces pierres dures faisaient percevoir jusque dans ses os que le vide de l’espace bleu-noir était contenu dans tout. Parfois, lorsqu’il méditait, les énormes rochers dansaient.
Avançant vers un but présent en lui mais encore caché à sa vue, traversant ces hauts plateaux, il retrouva quelques formes de vie mais celles-ci se firent menaçantes. Les animaux en firent une proie et se mirent à le traquer. Malgré cela, il ne désirait pas se servir de la flûte, il ne voulait pas être témoin des sortilèges qu’elle pouvait libérer dans le monde. Alors il pria. Mais ses prières restèrent sans réponse. Alors à regret, comme conscient de ce qu’il déclenchait, il sortit la flûte de son emballage de mots saints. Dorée, de forme étrange, d’une longueur ne dépassant pas deux doigts, évoquant une civilisation dont personne ne se rappelait, la flûte était une arme, une arme délicate et terrible. Créée à l’aube de l’humanité, elle avait traversé les océans du temps, et avait survécu comme seul témoin du pouvoir des premiers humains. La flûte était percée de quatre trous. Jouée les quatre trous bouchés, le son produit incitait à la sainteté. Jouée tous les trous ouverts, elle transmettait un pouvoir étrange amplifiant au-delà du supportable les émotions, les joies, les haines de tous les êtres vivants qui la percevaient. 
Le vieux avait emporté la flûte avec lui parce qu’étrangement, elle le réconfortait. Les mots gravés dans une langue qu’il ne pouvait lire accompagnaient ses méditations en questions ouvertes sur l’infini. Le son qu’elle émettait lorsqu’il en jouait tous les trous bouchés lui rappelait le message qu’il tentait de délivrer dans son errance de par le monde. Mais, le son de tous les trous ouverts apportait béatitude aux innocents et châtiment aux autres. La flûte ne déterminait rien, elle ne pouvait que révéler et décupler chez ceux qu’elle touchait ce qu’ils étaient réellement. 
Nul ne sait si c’était dû à la musique produite par la flûte ou à une tout autre cause, mais le vieux échappa à ces prédateurs. Redescendu dans la plaine, il continua sa marche au travers de ce désert évoqué avec crainte et respect par ceux qui l’avaient franchi. Il atteignit cette grande capitale légendaire dont le nom évoquait, dans les mots échangés dans de nombreuses assemblées et dans les récits rapportés par les caravanes parcourant le monde connu, la beauté, la richesse et la manifestation du génie humain. Il parla, on l’écouta, il raconta et fut même reçu par l’Empereur. Nul ne sait combien d’années il resta là méditant silencieux les yeux tournés vers des dimensions du monde inaccessibles à ceux qui lui rendaient visite. Mais quand le vieux mourut, nombreux parmi les puissants qui vinrent s’incliner sur sa dépouille. Il fut enterré au cœur du jardin sous l’arbre majestueux qui lui servait de demeure. La flûte fut déposée dans un petit coffre en bois de santal qui reposa près de sa main droite. C’est là qu’ils dormirent ensemble pendant plus de mille six cent quarante-sept ans dans la crypte formée par les racines géantes de l’arbre. 
Au même moment dans la vallée de Sumer, le sud de l’actuel Irak, les humains se mettent à écrire, d’abord sur des murs, puis sur de la terre. 2000 ans plus tard, ils érigeront des pyramides en Égypte. 
Quelques révolutions autour du Soleil plus tard, le premier livre est rédigé et devient très vite un moyen formidable de partage et de circulation des idées.
Quelques siècles avant ce point de bascule entre les âges marqué de deux lettres, dans la civilisation grecque en pleine croissance, longtemps après d’autres grandes civilisations nées en Égypte ou en Mésopotamie, à l’encontre des vieilles civilisations ordonnées, stables hiérarchiques et de droit divin, on voit naître un monde sans pouvoir centralisé qui croît, se déploie, et franchit les frontières. C’est un monde de cités indépendantes au sein desquelles le pouvoir se renégocie en permanence parce que les humains comprennent alors que « le sujet délibérant fait le citoyen ». Les lois ne sont plus ni sacrées, ni immuables mais discutées, expérimentées et remises à l’épreuve. Les décisions sont prises en commun lors des assemblées. L’autorité revient avant tout à ceux qui sont en mesure de convaincre les autres par le moyen du dialogue et de la discussion. De ce climat culturel profondément neuf naît le principe d’une connaissance rationnelle et critique, dynamique, non figée, en croissance perpétuelle, qui évolue et qui ose remettre en question les idées traditionnelles, et qui se remet elle-même en question. Nous sommes alors à l’aube d’un monde nouveau que Platon résume bien dans ces quelques mots extraits de sa septième lettre : « Or, après beaucoup d’efforts, lorsque sont frottés les uns contre les autres ces facteurs pris un à un : noms et définitions, visions et sensations, lorsqu’ils sont mis à l’épreuve au cours de contrôles bienveillants et de discussions où ne s’immisce pas l’envie, vient tout à coup briller sur chaque chose la lumière de la sagesse et de l’intelligence, avec l’intensité que peuvent supporter les forces humaines. »
L’humanité se dota alors de la méthode la plus efficace pour comprendre le monde, la science, et la meilleure façon d’organiser le processus de décision collective, les modes démocratiques, par la tolérance, le débat, la rationalité, la recherche d’idées communes, l’apprentissage, l’écoute du point de vue opposé, la conscience de la relativité de sa place dans le monde. Ainsi avança-t-elle dans la compréhension du monde transgressant ce qui se passait avant, redessinant le monde, renouvelant la grammaire même de ses pensées ainsi que le cadre de représentation de la réalité.
A la fin d’un de ces âges, les écrits des mathématiciens arabes voyagèrent et entrèrent en occident. Ils proposaient une toute nouvelle manière de faire des mathématiques, ils expliquaient les principes et les avantages de l’algèbre et apportaient « […] un rien qui nous délivre de tout », le chiffre zéro. Un peu plus tard, après avoir réconcilié la géométrie et l’algèbre grâce à la division du plan en abscisse et ordonnée, et la construction du repère cartésien, des humains inventèrent le calcul des probabilités et fabriquèrent les premières machines à calculer mécaniques. Puis s’avançant encore plus loin, préparant, plusieurs siècles avant, les systèmes prédictifs, ils se posèrent la question suivante – étant donné un effet, quelle est la probabilité de la cause ? – et en tentant d’y répondre jetèrent les bases des mathématiques qui s’installeront dans le présent de leurs descendants bien des siècles plus tard. 
Le temps s’écoula encore, révélant « … que [nos civilisations] sont mortelles. Nous avons entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à-pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins […]. Nous savons bien que toute la Terre apparente est faite de cendres. » Mais l’humanité, sur sa lancée, avait déjà combiné la logique et l’arithmétique, pour donner naissance au calcul binaire, 100 ans avant la naissance de la science qu’elle appellera informatique. Et c’est, peu de temps après, en 1899, dans la dernière année d’un siècle qui vit naître l’industrialisation et la croyance en la toute puissance de l’humanité et sa domination d’une minorité sur le monde, un explorateur venu d’un pays de cette Europe qui n’était encore qu’assemblage fragile de pays belliqueux, mais faisant encore un monde dans lequel « chacun allait où il voulait et y restait aussi longtemps qu’il voulait », pilla la tombe au nom de la science. Surpris par les villageois qui avait sauvegardé la mémoire de ce vieillard, il fut pourchassé dans les collines. Il réussit cependant à s’enfuir en n’emportant que ce coffret de bois et la flûte en étrange métal qu’il contenait.  Les siècles avaient terni le métal de la flûte mais elle n’était pas aussi oxydée qu’elle aurait dû l’être. Il la nettoya pour constater qu’elle était fragile et qu’elle comportait des inscriptions qu’il était incapable de lire. Il ne la nettoya pas suffisamment pour en jouer. C’est pourquoi il survécut. Revenu dans son pays, il l’offrit au petit musée de sa ville au cœur d’un continent qui commençait frémir dangereusement des tensions entre les nations le composant. 
Elle y reposa 73 ans, dans la vitrine n°51 jusqu’à ce qu’à nouveau les peuples s’affrontent et que la Terre s’embrase. 
La ville fut la cible de nombreuses destructions et de massacres. Elle fut prise et perdue de nombreuses fois par les armées en présence. Lorsque les derniers bombardiers disparurent vers l’ouest, un homme sortit d’un fossé. Dégoulinant de l’eau huileuse et nauséabonde dans laquelle il s’était enfoncé pour se cacher, vêtu d’un uniforme sale et en lambeaux, il se releva prudemment et fit face aux ruines. Son âme et son corps n’étaient que haine. C’était un homme cruel et intelligent qui avait œuvré de toutes ses forces pour que sa vision cauchemardesque s’installe dans le monde. Il avait combattu jusqu’au bout de ses forces cette vision. Il haïssait cette coalition de soldats venus de l’ouest pour mettre fin à son rêve. D’ailleurs, peu lui importait la vie des autres, ne comptait que son pays, ce régime, et son guide suprême qu’il suivrait jusque dans la mort. Il n’avait qu’un seul désir repartir au combat. 
Debout dans la rue, au milieu de sa ville dévastée, il regardait la poussière retomber après le bombardement. Un clair de Lune froid éclairait la chaussée défoncée au cœur de ce quartier qui fut tranquille. Les incendies crépitaient dans le centre. Il n’entendait rien d’autre, il était seul sous la Lune, dans ce coin oublié et dévasté du monde. Regardant autour de lui, il vit que le musée municipal avait été éventré par les bombes. Il s’approcha prudemment et comme il semblait n’y avoir plus aucun danger d’être vu du ciel, il alluma sa lampe de poche et balaya ce qui restait de la salle d’exposition ouverte sur la rue. Les vitrines avaient explosé, presque tous les objets exposés étaient recouverts d’éclats de verre. S’approchant, juste devant lui, une vitrine tenait miraculeusement encore debout. Dans le faisceau de sa lampe, il vit briller un petit tube doré, court, ressemblant au canon d’un pistolet ancien. Le prenant en main, il reconnut une flûte, un modèle étrange, mais c’était bien une flûte. 
Pensif, il la tint dans sa main un moment, puis la mit dans sa poche. Balayant une dernière fois la salle, il sortit dans la rue et c’est là qu’il entendit la colonne de soldats arriver, le son des moteurs des camions, les cris des soldats, le vacarme métallique de l’envahisseur. 
Il mit sa lampe dans sa poche, et sentit la flûte. Instinctivement, inexorablement, il la sortit de sa poche, posa ses doigts sur les trous, la porta à ses lèvres et souffla. Elle était bouchée, il souffla plus fort encore. La flûte se déboucha d’un coup et une note douce, dorée, étrange retentit à ses oreilles. Il se sentit tout à coup différent, soulagé, heureux. La note fit naître de l’amour en lui, chassa la haine qui l’habitait depuis si longtemps, un soulagement qui fit remonter la fatigue qu’il avait combattu depuis tant de semaines. 
Puis il commit une faute. Il cessa de souffler, par fatigue, peut-être. Mais il se reprit, tenant la flûte entre deux doigts, il souffla sans boucher les trous. Et cette fois, la note fut sauvage, et tout le fanatisme, toute la haine, toute la violence firent à nouveau irruption en lui, il était un combattant. Il souffla encore et la note se fit encore plus sauvage. Il n’était plus un humain, mais le fanatique qui se précipita comme un fou au-devant de la colonne de soldats. C’est le camion de tête qui stoppa définitivement sa rage, car surgissant dans le faisceau de ses phares, le chauffeur n’eut pas le temps de l’éviter. Quand il s’arrêta, ce ne fut que pour constater que l’homme était mort. À côté de lui, il y avait un petit tube doré captant la lumière des phares qu’il ramassa et mis dans sa poche. 
Il remonta dans son camion, la colonne reprit sa route rejoignant d’autres colonnes de soldats chargés de reconquérir ce territoire jusqu’à sa capitale. La guerre dura encore des mois mais ils avancèrent rapidement et l’armistice fut signée. Sa mission terminée, il fut démobilisé et faisant le tri dans ses affaires, il retrouva ce petit tube dans une de ses sacoches. Il le rangea dans son sac qu’il ramena avec lui lorsqu’il retraversa les océans pour rentrer chez lui. Il retrouva ses parents, il rencontra celle qui devint sa femme, il s’installa avec elle et la flûte fut oubliée dans une petite maison de ce continent si loin des terres où elle fut forgée. Peu de temps avant de mourir, le soldat mettant de l’ordre dans ses affaires et ses souvenirs, la retrouva et la confia à son fils en lui racontant son histoire dans cette guerre terrible. Il n’avait jamais cherché à en jouer. Son fils garda la flûte avec lui, et il l’avait dans sa poche quand son père fut mis en terre sous un des grands arbres faisant face à leur maison.
Pendant ce temps, il y eut des guerres toujours, mais aussi des coups de génie, des idées, des théories qui permirent à l’humanité de donner un sens à l’histoire dans laquelle elle s’inscrit. De la théorie de l’information à l’intelligence artificielle en passant par la cybernétique et la biologie, et en s’enfonçant toujours plus loin dans l’espace et dans la matière, des équations sur l’espace, de l’infiniment grand à l’infiniment petit et encore l’infini, amenèrent les humains, Il y a un peu plus de 50 ans, à envoyer un premier courrier électronique. Ceci eut lieu non loin d’où fut enterré ce soldat, lors d’un événement qui se tint à la fin des années 60 dans une ville aux portes d’une région qui deviendra le centre du monde. On appellera cet événement la Mère de toutes les démos et il fut un des points d’inflexion qui façonna irrémédiablement l’avenir de l’humanité. 
Puis le temps s’accéléra. Il y a presque 30 ans, une toile commença sa croissance pour former cet instrument qui deviendra un monde lui-même, à partir d’un laboratoire au sein duquel l’humanité cherchait à percer les secrets ultimes de la matière ! De connexions en de nouvelles structurations et de nouveaux imaginaires, d’échanges en intelligence collective, … et … peut-être qu’en graines semées, connectées, imagées, un nouvel âge, un nouvel humain, un imaginaire partagé, un embryon d’une humanité nouvelle vit le jour ? 
Peut-être, parce que l’humanité n’avait pas changé depuis l’aube des temps. Elle avait continué inexorablement la conquête et la destruction de la planète dans l’oubli du vivant. Fonte des glaces, hausse des températures et du niveau de la mer, acidification des océans… les records de chaleur et les événements climatiques extrêmes se sont mis à se succéder à un rythme de plus en plus rapide. La planète se réchauffait de plus en plus rapidement, les points de basculement tels que la disparition de la forêt amazonienne ou de la calotte glaciaire antarctique sont devenus inévitables et leur accumulation ont eu des conséquences irréversibles et imprévisibles jusqu’au ralentissement du grand courant océanique atlantique dont le Gulf Stream est une branche ce qui a entraîné notamment l’assèchement de l’Europe.
Jamais l’humanité n’avait questionné le sens de sa place dans le vivant, sa place dans l’univers au lieu de poursuivre sans relâche le rêve illusoire de tenter de s’en rendre maître. Jamais, elle n’avait cherché à faire naître d’autres mondes que ceux de l’information en continu, jamais elle n’avait cherché à engendrer des univers et des territoires existentiels dans le respect du principe de responsabilité dépassant le seul intérêt « de l’humain ». Jamais, malgré les multiples alertes, elle ne cessa sa quête de puissance, de consommation et d’exploitation du vivant et d’une partie de l’humanité. L’humanité avait oublié les quelques mots écrits dans les années 90 quand la sonde Voyager 1 prit une photographie de la planète Terre à une distance de 6,4 milliards de kilomètres « qu’il n’y a […] pas de meilleure démonstration de la folie des idées humaines que cette lointaine image de notre monde minuscule […] soulignant ainsi notre responsabilité de cohabiter plus fraternellement les uns avec les autres, et de préserver et chérir ce point bleu pâle, la seule maison que nous n’ayons jamais connue. » Parce que, dans cette obscurité, dans cette immensité, aucun signe nous indique qu’une aide viendra d’ailleurs nous sauver de nous-mêmes.
Durant tout ce temps, la flûte resta dans la famille de ce soldat qui avait combattu pour des idéaux presqu’oubliés. Elle devint même une sorte de porte-bonheur que sa petite fille garda avec elle à partir du moment où son père lui en fit cadeau en lui racontant son histoire. Où qu’elle aille dans le monde, et quoiqu’elle fasse, la flûte échappa aux contrôles douaniers, passa d’un sac à l’autre, d’une poche à l’autre, au gré des changements et des épreuves qu’elle eut à franchir dans sa jeune vie. Inspirée par les parcours de toutes ces femmes qui avaient repoussé les limites de la connaissance, elle avait suivi des études dans les meilleures universités qui l’avaient amenée à être à l’origine de ce projet. Elle aimait l’atmosphère des recherches longues et patientes ponctuées de récompense de modestes avancées. De ses études de physique, et d’humanités numériques, elle fit naître en elle les modèles mathématiques, les programmes informatiques et la structure qui allait voir le jour. Elle s’était battue pour rester aux commandes du projet et elle fut sélectionnée pour prendre la tête de l’équipe internationale chargée de son déploiement planétaire. 
Ce jour-là, à environ 400 km d’altitude, elle était dans son laboratoire au cœur de la station orbitale internationale. Pas la vieille ISS qui avait été rachetée par un des milliardaires du numérique afin de la reconvertir en un hôtel orbital pour le tourisme spatial à destination des super-riches de ce monde, mais une station de nouvelle génération qui accueillait des missions diverses et se préparait à devenir une des bases de départ pour les vols vers les autres planètes du système solaire. Entre exploration scientifique et projets de colonisation soutenus par ceux-là même qui considéraient que la solution aux problèmes de l’humanité était d’aller s’installer ailleurs, au vu de la réalité de la destruction de la planète dont ils étaient largement responsables, l’humanité se tenait aux portes de l’espace mais, « prématurément amenée par des orgies de science, la décrépitude du monde approchait. C’est ce que ne voyait pas la masse de l’humanité, ou ce que, vivant goulûment, quoique sans bonheur, elle affectait de ne pas voir ». 
Avec son équipe, elle faisait les dernières mises au point de ce système de communication universel qui rendrait obsolète tous les systèmes de communication imaginés par l’humanité. Ce système intelligent et autonome conçu pour donner accès depuis l’espace extra-atmosphérique aux services du réseau, formait comme un immense treillis enveloppant la terre et son atmosphère. Assemblé sur une toile arachnéenne en fibre de verre bourrée de composants quasi-invisibles à l’œil nu, capable de d’adapter sa topologie en fonction des contraintes et des besoins, c’était un système d’une complexité proche de celle du cerveau humain dans un assemblage supraconducteur permettant le transport de l’énergie et la transmission des informations. Où qu’on soit, sur Terre, mais aussi dans l’espace, le réseau deviendrait accessible comme émetteur ou récepteur avec une qualité de service inégalée, optimisant sans cesse ses performances, organisant sa structure en toute autonomie, doté qu’il était d’une structure logique tout aussi complexe que son support matériel, avec des couches imbriquées de contrôles, d’auto-organisation et d’apprentissage d’une complexité jamais atteinte auparavant pour la technologie d’origine humaine. 
Les derniers réglages, les dernières connexions, tout était presque prêt pour un ultime assemblage. Elle plongea la main dans la boite qui avait été expédiée par le dernier vol cargo en provenance du sol, elle était vide. Il manquait un élément essentiel, un connecteur, et sans lui impossible d’appuyer sur le bouton On. De rage, elle se releva brutalement et se retrouva propulsée par cette apesanteur à l’autre bout du laboratoire. Là, dans le coin qui lui servait de bureau, elle se rappela la petite boite qu’elle avait amenée avec elle dans ce voyage. Elle l’ouvrit. À l’intérieur, ce tube familier qu’elle avait emmené partout, qu’elle avait tenu dans ses mains comme porte-bonheur lors des moments-clés de sa vie, et dont la forme et la longueur lui semblèrent pouvoir convenir à merveille pour cet ultime assemblage. Elle la saisit, se propulsa jusqu’au système en stand-by, la passa dans un chiffon doux afin d’en éliminer les éventuelles impuretés ce qui fit scintiller étrangement le texte qui ne fut jamais traduit. Mais ça personne ne le remarqua, tendus comme ils l’étaient tous par la phase ultime du déploiement. 
Elle orienta la flûte pour qu’elle puisse entrer dans le réceptacle et elle l’inséra, elle était parfaitement adaptée au slot de connexion. 
L’ordre fut alors donné de mettre le système en route. 
Elle lança la procédure irréversible de démarrage, les données se trièrent seules, activèrent des programmes, analysèrent l’environnement, et comme une vaguelette se propageant à la surface de l’eau, le système se configura, prenant ainsi son autonomie. 
Voyant la séquence d’instructions s’exécuter, et assistant à la mise en place de cette galaxie d’objets interconnectés prêts à connecter le réseau aux milliards d’humains avides d’informations, elle se demanda peut-être un peu tard si cela ferait une différence que les trous de la flûte soient ouverts ou obstrués !

Podcast – https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-7.19-25052023-09.30/

Musiques 
Pearl Jam – Off he goes – https://youtu.be/BP_OkNamjLc 
Joe Bonamassa – Mountain time – https://youtu.be/xiMqvPYPvQ0 



Cite this blog post
Samuel Nowakowski (2023, May 27). Nowakowskismes 7.19. Flûte ! 13 milliards… . Humanités numériques . Retrieved June 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/sfu2

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search